Le post de la décennie

Cet humble blog fête ses dix ans.

Pour l’occasion, dénouons un peu la cravate, posons temporairement le cigare et laissons ce brandy s’aérer un peu, voulez-vous ? Car puisqu’on n’a pas tous les jours dix ans, revenons sur une décennie de mauvaise foi, glissons quelques remerciements (mais pas trop, ce site a une ligne éditoriale à respecter, que diable), et profitons-en pour faire quelques annonces.

Oui, c’est le genre post chiant où l’on va s’auto-congratuler, donc si vous voulez passer les discours, allez donc directement aux annonces et commentaires, parbleu.

Et pour les autres…

Dix ans de blog : spoilons, mes bons !

Vous souvenez-vous du temps où la bannière du blog ressemblait à ceci ?

Revenons dix ans en arrière. En ce mois de juin 2009, le président de la République Nicolas Sarkozy enchaîne discours sur discours, Michael Jackson passe l’arme et gauche, Steve Jobs présente l’iPhone 3GS, et personne n’a jamais entendu parler d’Instagram, c’est vous dire si cette période est un âge aussi sombre que lointain. Et c’est en ces temps reculés que quelque part en France, un jeune enseignant en histoire-géographie – il n’a même pas dix ans d’écart avec ses élèves, c’est dire ! – décide un soir d’ouvrir un blog.

Une idée guère originale, puisqu’à l’époque, des blogs, il y en avait une tripotée, et même votre voisine de palier en avait un pour raconter sa vie moyennement palpitante.

Mais notre larron est bien trop négatif pour raconter joyeusement son quotidien : il préfère se créer un petit espace où il pourra tartiner son fiel en paix, et dont la ligne éditoriale sera claire : le blog d’un Odieux Connard. Sans compter qu’autour de lui, on en avait un peu marre de l’entendre pourrir l’intrigue des films dont n’importe quelle tablée discutait jusqu’alors joyeusement. Sa classe de seconde, cette année-là, se souvient encore avec effroi, du jour où une élève s’exclama :

« Monsieur ! Vous devriez emmener votre copine voir Twilight, c’est trop bien ! » (Phrase authentique)

Ce jour-là, il n’y eut pas cours avec les secondes. En lieu et place, ils se firent spoiler la truffe jusqu’à ce qu’ils implorent pardon entre deux sanglots. Quant au corps de l’élève en question, la gendarmerie le cherche encore.

Il n’empêche que notre homme supposait que son blog resterait confidentiel. Pour tout dire, il pensait même qu’après s’être défoulé sur son clavier, au bout d’un mois, l’affaire serait terminée. Seulement voilà, arrive le premier spoiler, et avec lui… un certain nombre de visiteurs suffisamment pervers pour venir lire l’intrigue d’un mauvais film en ligne. Notre homme décide donc d’écrire d’autres articles, puisque des gens semblent les lire, quelle drôle d’idée.

Il ignore encore que dans dix ans, il y sera encore.

Peu à peu, les différents éléments constitutifs de l’Odieux Connard vont se mettre en place : la cravate rouge, le cigare, le brandy, ainsi que le veule personnage de Diego. Les stagiaires de la cave seront à leur tour évoquées, principalement pour apparaître sous forme de fugitives ou de petit mobilier en fonction des épisodes. Les spoilers quant à eux voient apparaître très tôt le concept de Jean-Jacques, ainsi que le récurrent caporal Roudoudou, spécialiste des moments où les héros parlent stratégie. Lors du spoiler du premier volume du Hobbit, on retrouve aussi à quoi ressemblaient les spoilers avant le blog, à savoir des récits autour d’une bonne table où il était question d’utiliser gobelets et ustensiles divers pour figurer les protagonistes. On notera que le style graphique préfigure ce qui, cinq ans plus tard, deviendra la charte du Petit Théâtre des Opérations.

Le blog fait son petit bout de chemin : en ce temps-là, l’auteur a du temps (vous ai-je dit qu’il était prof ?) et peut se permettre 2 à 3 articles par semaine. Et puis, va arriver le premier buzz comme on dit, avec la Page Facebook d’Adolf Hitler. Dont l’interface du célèbre réseau social d’alors donnera un bon coup de vieux à la plupart d’entre nous. Cet humble document va beaucoup tourner, mais surtout, il va ouvrir une tradition de détournement d’images. D’autres buzz (que ce terme est laid) suivront, dont un qui concernera l’un des péchés mignons de l’auteur : parler politique en détournant de vieilles gravures, comme ce fut le cas en janvier 2014. Entre temps bien sûr, d’autres traditions naissent : taper sur les sites de neune… je veux dire, les sites de conseils en séduction, ou bien proposer des versions plus honnêtes des pages Wikipédia.

Bref, le blog fait sa vie, et notre auteur aussi. Ce qui réduit le temps qu’il a à consacrer à l’écriture, puisqu’il a une carrière à côté. Alors qu’il y une solution toute simple, dont on lui parle régulièrement dans les coulisses de sa boîte mail : il est démarché chaque semaine par des publicitaires qui aimeraient bien savoir s’il ne voudrait pas mettre un peu de pub sur son site web. Ce serait gagnant-gagnant : il pourrait vivre de sa plume en ligne, et donc, écrire autant qu’il veut et être payé pour !

Sauf que notre homme n’a pas envie de dépendre financièrement de son site web. Pour une simple et bonne raison : cela voudrait dire être dépendant du nombre de visites, et donc éviter de fâcher les gens pour s’assurer qu’ils reviennent. Ce qui est embêtant quand on s’appelle un Odieux Connard et qu’on aime bien fâcher autrui. L’auteur étant un peu con, il fait donc l’inverse : WordPress mettant, de base, des publicités sur les sites qu’il héberge, c’est notre larron qui paie chaque année pour ne pas que ses lecteurs subissent la publicité. Non vraiment, il n’a visiblement pas compris comment ça fonctionnait, l’internet moderne et ses supplications « Coupez votre Adblock ! ».

Mais puisque l’on parle pognon, voici que des éditeurs l’approchent pour voir s’il n’y aurait pas moyen de faire un livre. Et là, l’auteur est déjà plus ouvert, et se met au boulot : six ans après l’ouverture du blog, en juin 2015, sort L’Odieux Connard – Qu’il est bon d’être mauvais, qui sera suivi l’année suivante de La Vie, c’est bien, le cynisme, c’est mieux. Et même d’un petit recueil Briller en soirée avec l’Odieux Connard dans le cadre d’une opération chez Points la même année.

Quatre ans plus tard, un seul de ces deux hommes a encore un avenir.

Nous sommes en 2016, et sous la pression du public, l’auteur décide d’embrayer en cédant à une requête populaire : faire le spoiler d’un livre. Ce qu’il se refusait de faire parce que c’est un peu long. Il ouvre donc la rubrique L’ire ensemble, et lance le spoil de Grey, une sorte de fanfiction moyennement érotique du Nécronomicon. Il faudra un an pour compléter cette rude mission, et on est toujours en attente du prochain livre qui passera sur le billard, que diable fait l’auteur ?

En attendant, le temps passe, et le monde des blogs est déjà sur le déclin. Les magazines ne font plus depuis longtemps des unes sur « Comment réussir son blog ? » comme c’était le cas en 2010, les grandes heures des blogs bédés sont terminées, et nombre de sites autrefois mis à jour de manière quotidienne ou hebdomadaire ne postent plus qu’un message tous les six mois. Le grand public s’est tourné vers Youtube et Instagram. Notre auteur n’en a que faire, puisque comme son site ne dépend pas de son audience grâce à l’absence de publicités, il écrit à son rythme de croisière depuis plusieurs années- toutes les deux semaines environ – sans pression.

Oui mais voilà, il est vrai que la vidéo, on lui en parle depuis un moment et que ça le tente quand même. Mais que faire ? Des spoilers ? Qu’est-ce que cela apporterait de plus en vidéo ? En plus, il aime bien écrire, tout de même. Non, il faudrait faire un truc en complément de ce qu’il y a déjà sur le blog. L’auteur profite fourbement de l’occasion pour caser quelque chose qu’il faisait ailleurs sous une autre identité : raconter, non pas des scénarios absurdes de films, mais des histoires vraies tout aussi improbables de l’histoire militaire. Ainsi naît le premier épisode du Petit Théâtre des Opérations. Qui rencontre un certain succès sur Facebook et Youtube, permettant, dès l’année suivante (soit 2018, suivez !), la sortie du livre Le Petit Théâtre des Opérations. Ce qui permettra à l’Odieux Connard d’apparaître très officiellement sur la page du Ministère des Armées, un bien beau succès, tant ça détonne un peu avec l’ambiance habituelle des pages ministérielles.

Et nous voici en 2019. Ce blog comporte désormais 466 articles. Ce qui, mis bout à bout, et vu la longueur moyenne des articles, représente mine de rien un sacré paquet de texte. Mais surtout, encore plus de visiteurs patients. Ce qui fait une excellente transition pour les remercier, et comme l’Odieux Connard n’est guère un nom pour dire merci, retirons le masque un instant pour laisser le pas très mystérieux Julien Hervieux le faire.

Remerciements

Parce que s’il y a dix ans, on m’avait dit que ce blog serait encore là dix ans après, que l’on trouverait en ma demeure des cadeaux à l’effigie ou estampillés Odieux Connard dans mon mobilier, et que je me retrouverais à vivre de ma plume, je pense que j’aurais été pour le moins dubitatif. Mais nous y voilà,

Alors faisons simple. Même si cela sonnera arrogant, car remercier des gens pour des réussites provoque souvent mention desdites réussites ! Mais, allons, et puis, cela va avec le titre du blog !

Merci à vous, lecteurs et lectrices. Parce que mine de rien, c’est quand même grâce à vous, tout ça. Pas seulement parce que vous êtes venus ici faire vos emplettes de cynisme et de mauvaise foi, mais aussi parce que c’est vous qui avez contribué à faire connaître ce blog. Ce qui, sachez-le, a eu plus de conséquences que vous ne pourriez le penser. Alors oui, parfois, ce blog a simplement détruit à jamais la vision qu’untel avait d’un film, et unetelle ne peut plus aller au cinéma sans voir tous les défauts du script. Mais parfois, cela a aussi donné des histoires assez amusantes, voire touchantes (pour les gens ayant un cœur, du moins), y compris des moments où un spoiler s’est retrouvé à tourner parmi des membres de l’équipage de tournage, ou bien lorsque des posts politiques ont été repris… dans des milieux politiques, voire que le blog est tombé sous les yeux de quelqu’un qui avait grand besoin de cynisme à ce moment de sa vie. Je ne raconterai rien ici : les personnes concernées, si elles lisent ce post, pourront toujours le faire en commentaires, je ne ferai rien sans leur autorisation. Mais il y a au moins deux exemples que je peux vous donner, et qui sont vraiment le fruit de votre travail de partage : vous avez été nombreux à partager des vidéos du Petit Théâtre des Opérations. Eh bien, cela permis de raviver la mémoire d’un certain Albert Roche, avec des articles et des gens qui se sont mis à en reparler à la clé : ce n’est quand même pas rien de participer à faire revivre une certaine mémoire, donc merci à vous. Et sachez que les vidéos ont été mises à la disposition – gratuitement, s’entend – de musées, collectivités le demandant. Quant à Albert Jacka, soldat australien venu se battre en France durant la Grande Guerre, c’est l’un de ses descendants qui a écrit après visionnage de la vidéo, tout fier qu’en France, on honore le souvenir de son ancêtre. Il a montré la vidéo à sa famille. Voilà pour deux exemples parmi un sacré paquet. Et ça, c’est grâce à vous. Donc, merci, et vous pouvez être fiers de vous rien que pour ça.

Merci à toutes celles et ceux qui ont pris le temps de me rencontrer Que ce soit dans une librairie, en dédicace, dans un bar ou autre… quand vous passez des années derrière un écran à écrire des âneries et que vient le moment de rencontrer les gens qui vous lisent, c’est un peu l’heure de vérité. Je crois pouvoir dire que ça s’est plutôt bien passé et que vous n’avez pas rencontré un personnage timide et peu affable, et j’ai généralement passé de très bons moment, que ce soit à signer des livres, boire en bonne compagnie ou même fumer le cigare avec ceux qui m’ont invité à le faire. Désolé de ne pas toujours avoir eu plus de temps pour chacun : quand il y a du monde ou que l’agenda me presse, c’est un souci, mais sachez que j’essaie toujours de faire de mon mieux.

Merci pour les cadeaux et les invitations. Non parce que souvent, quand on offre un cadeau à un auteur et qu’on ne le revoit pas après, on doit se poser la question : est-ce que ça vraiment plu ? La réponse est oui. J’ai des cadeaux de lecteurs encadrés dans mon bureau, et un coffre réservé qui me permet d’épater mes invités en leur révélant les cadeaux les plus audacieux que l’on m’ait fait façon trésor de Toutankhamon. Et il y a eu de tout : à manger, à boire et à fumer (du tabac, Messieurs de la maréchaussée), mais aussi des sculptures, des dessins, des tableaux, des trousses de secours pour mauvais films, des objets de collection et des… culottes. Oui, mes lectrices sont audacieuses. Ce qui a donné de grands moments, sachez-le. Quant aux invitations, elles furent nombreuses et joviales, que ce soit simplement aller prendre un bon repas ou profiter d’une visite privée d’un lieu historique voire tirer en stand avec des armes anciennes, il y a eu de tout, et tout fut apprécié.

Merci pour les récits et les hommages. C’est toujours une grande fierté de savoir que quelqu’un s’est fait griller à glander au boulot parce qu’il pouffait sur la mauvaise page web, ou de savoir que mon site est un livre audio qui s’ignore, avec des gens m’expliquant qu’ils lisent à voix haute certains articles à d’autres. Mention spéciale aux braves gens qui m’ont raconté avoir dû arrêter une voiture sur l’autoroute suite à la lecture trop intensive de Grey. Quant à ceux qui montèrent une équipée nommée Danger Rabouin lors d’un tournoi de jeux vidéo, je n’oublie pas. Et ne parlons pas des gens venus en cosplay Odieux Connard ou Diego, avec cravates et pelles, qu’importe la chaleur. Quel dévouement.

Un exemple de fabuleux hommage du non moins fabuleux Poulop.

Merci pour les mails de demandes d’épousailles avec CV. Si vous ne voyez pas de quoi je parle, l’une des dernières questions de la rubrique FAQ ou le bouton Contact devraient vous en dire plus. Je ne détaille pas cette partie, coquinous.

Merci pour les livres achetés. Mais ça, c’est parce que j’aime vraiment l’argent. Mais vous aussi, ne faites pas semblant !

Merci aux gens qui bossent dur avec moi. Parce que oui, même si je suis tout seul derrière ce blog, il y a des gens qui se retrouvent à travailler dans l’ombre de manière indirecte. Je pense à Alex et Blanche, qui m’envoient leurs liste des corrections après lecture des derniers articles et ce sans soupirer trop fort. Je pense à Arnaud, que certains ont déjà pu apercevoir incarner Diego lors de certaines dédicaces (et oui, c’est bien de l’alcool qu’il me sert, pas du jus de pomme, âmes innocentes). Je pense à Fatia, qui a le dur métier de dire « Bonjour, je représente l’Odieux Connard » dans des réunions de gens très sérieux. Je pense à Laetitia, qui m’a accompagné sur plus d’un film « pour le bien du blog », et avec qui j’ai échangé bien des regards consternés dans l’obscurité. Et je pense à toutes les équipes chez mes éditeurs qui ont eu et ont encore à me supporter, ce qui n’est pas une mince affaire.

Merci pour les situations absurdes. Merci aux hôteliers en festival qui me disent « Non, je n’ai pas de chambre au nom de Hervieux – Okay, essayez à Connard, pour voir ? – Ah oui, j’ai ! » ce qui est toujours apprécié par les badauds. Merci à cette étudiante qui à la fin d’une conférence où je n’avais jamais dit que j’avais un blog, est venue me voir pour me dire « C’est vous l’Odieux Connard ? Je vous ai reconnu parce que vous utilisez beaucoup les mots « moult » et « rabouin.« . Merci au client qui en pleine réunion m’a dit « Vous n’avez pas aimé Prométhéus ? Attendez, j’ai un site à vous montrer…« . Merci à ces élèves qui, grillés en plein cours à ricaner en surfant en douce sur internet m’ont sorti « Non mais je suis sur votre blog » ; c’était sûrement du bluff, mais c’était drôlement fourbe, alors je valide. Et merci à toi, formidable Abbé venu au salon du livre d’une ville bretonne en grande tenue acheter tout plein d’Odieux Connard : les libraires n’en sont pas encore tout à fait remis. Et là aussi, j’en passe.

Merci aux gens qui me détestent. Parce que quand mon ego se sent trop grand, je vais voir la taille de mes ennemis, et je me rappelle que je suis tout petit. Merci à vous qui voyez en l’Odieux Connard une sorte d’incarnation de Satan, ce qui donne une certaine patine au pseudonyme. Merci aux deux sites webs radicaux qui ont interdit jusqu’à la mention de l’Odieux Connard, faisant de moi une sorte de Voldemort local. Merci à ceux qui ont menacé, insulté, écrit de longs pavés pour me faire de la publicité à peu de frais. Et merci à ceux qui ont voulu jouer aux plus malins et qui ont découvert que mon pseudonyme venait bien de quelque part.

Merci aux gens en désaccord constructif. Car contrairement aux personnes du point précédent, j’ai pu assister à de vrais débats, avec de vrais arguments, de la part de personne qui tentent vraiment de faire progresser leurs idées. Si je n’ai pas toujours été d’accord, j’ai toujours appris quelque chose, et pu faire évoluer mon opinion.

Et merci à tous les autres, parce que c’est quand même dur de tout lister.

Bien, cet intermède de Julien Hervieux qui dit des trucs sympas une fois en dix ans, ça me paraît déjà trop : il est temps de remettre la cravate, de redevenir un rascal grimaçant devant tant de propos sirupeux et de repasser aux choses sérieuses. Puisque l’aventure continue, et qu’il y a du neuf qui s’annonce. C’est donc le moment de parler, et là, quelle transition, des…

Annonces

Car du côté du blog, l’aventure continue, toujours sans pub, et il n’est même pas impossible que de nouveaux ouvrages soient en préparation, mais, ah ! Nous aurons probablement l’occasion d’en reparler.

Du côté de la chaîne Le Petit Théâtre des Opérations… là par contre, il se passe des choses.

D’abord, vous êtes un certain nombre à venir me voir chaque année aux Geek Faëries, à l’occasion de mes conférences historiques. Nombre croissant au point que depuis deux ans, on refuse même des gens tant il n’y a plus de place. Et vous êtes plus nombreux encore à venir voir la vidéo desdites conférences sur Youtube. Aussi, travail en cours il y a sur le fait de faire un spectacle sur le principe : environ 1h30 d’anecdotes historiques racontées saveur Petit Théâtre. Et si je travaille bien, on devrait se débrouiller pour faire tourner les anecdotes histoire que chaque séance soit un poil différente (comme ça, les gens qui reviennent s’ennuient moins, ah !). On se tient au courant.

Ensuite, l’idée a été abordée plusieurs fois, mais nous y voilà : il s’agit de l’ouverture probable d’un Tipeee pour les vidéos de la chaîne Le Petit Théâtre des Opérations.

Alors pourquoi pour la chaîne et pas pour le blog ? Parce que comme déjà dit ici (et ailleurs), l’idée est que le blog reste un espace où l’on puisse froisser autrui en paix sans dépendre de personne. Quant à la chaîne, il ne s’agirait que de potentiellement pouvoir y passer plus de temps pour des vidéos plus régulières, plus nombreuses, voire sous d’autres formats. Mais alors, pourquoi ne pas l’ouvrir immédiatement, ce Tipeee ? Tout simplement parce que le maître des lieux attend de voir comment cela pourrait être fait pour convenir à tout le monde et être pertinent : quelles contreparties mettre ? Des idées en vrac pour l’instant sont de proposer des sondages pour les prochaines vidéos, de proposer une visite sur un lieu historique une fois l’an pour les volontaires… bref. On va déjà attendre de lire vos commentaires, idées et envies pour voir ce qu’il est pertinent de faire, braves gens. Ou même s’il est pertinent de le faire.

Voilà ! À vos claviers, donc.

Une capture d’écran de la toute première vidéo en test privé du Petit Théâtre des Opérations, avant que ne soit adopté le style noir & blanc muet.

Et enfin…

Pour suivre ce blog une année de plus parce que vous avez du bon goût : la page Facebook est ICI, le compte Twitter, ,  la FAQ qui vous fera gagner du temps, est PAR ICI, quant à vos communications diverses, demandes particulières et envois de CV parce que vous rêvez secrètement d’être ma prochaine stagiaire, c’est toujours PAR LÀ. Et au cas où, la chaîne Youtube est là : Le Petit théâtre des opérations.

Vous êtes un certain nombre à m’avoir déjà offert des présents pour cette dixième année : merci à vous (ce calva est excellent, soit dit en passant). Pour ceux qui ne sauraient pas comment faire des offrandes (numériques ou non) à mon arrogante personne, vous pouvez passer par la rubrique Contact (sur votre gauche) et ainsi envoyer votre tribut à un blogueur pourri-gâté juste parce que vous aimez bien pourrir un peu plus l’un des êtres les plus corrompus de ce bas monde.

J’aurais dû faire une liste de présents pour ces dix ans.

Et comme le veut la tradition, je descendrai dans l’arène des commentaires de cet article pour tenter de répondre à tout le monde ; laissez-moi un peu de temps, que diable, mais ma foi, c’est parti. Et il en va de même avec les emails, mais ça, c’est valable toute l’année : je réponds à tout le monde, pourvu que l’on m’en laisse le temps.

Voilà. C’est officiel : ce blog a traversé une décennie.

En route pour sa onzième année.

370 réponses à “Le post de la décennie

    • Odieux remerciements. Je vais attendre un peu avant de trinquer : ce post tombe bien tôt le matin.

      • Comme l’écrivait M. Simenon, avant 10 heures, jamais. Mais après 10 heures, toujours.

  1. Merci, OC.

    Merci pour les spoils, merci pour la mauvaise foi, les discussions en salons et conventions, merci pour les après-midi de boulot perdues à avaler le blog, merci pour les nuits blanches à regarder le petit théâtre en boucle, merci pour l’analyse de Grey ou les détournements de gravure.

    Merci pour tout, et bravo. Ces 10 premières années furent magiques, j’ai déjà hâte d’attaquer les 10 suivantes.

    • Il est toujours agréable de savoir que l’on empêche les gens de dormir, donc merci. Pour les dix années suivante, à ce rythme, je vais faire comme tout le monde : délocaliser la production d’articles en Chine.

    • Merci surtout à vous!
      Pour me faire rire dans les transports entre 2 arrêts inopinés.
      Pour me faire dodeliner pendant les vidéos.
      Pour me donner le sourire pour toute la journée (ou la nuit, ça dépend des arrêts susnommés) en laissant très perplexes les autres voyageurs.
      En m’ayant permis d’être attentive au petits détails incongrus.
      Bref de m’apporter un soutien moral (si, si) depuis 8-9 ans (la mémoire des dates m’échappe).
      Je rempile pour 10 autres années donc 😉

    • Avant je ne comprenais pas véritablement votre haine de l’établissement scolaire. Maintenant que je suis devenu surveillant, je me rend compte à quel point la bd Les profs est loin d’être exagérer.

      Bravo pour vos 10 ans depuis ce lieux ancien et maudit qu’est la Meuse.

    • 1h30 de petit théâtre des opérations, moi je dis oui ! Je vous jetterais bien des billets pour montrer on enthousiasme, mais d’une part j’en ai peu, et d’autre part ils glissent mollement contre l’écran avant de s’écraser au sol, ce n’est pas très festif.

      Et un joyeux anniversaire !

      • Ce n’est pas grave, je vous réponds ici quand même. Continuez à jeter des billets contre votre écran, l’image me plait assez.

  2. Bon anniversaire Odieux!
    Je vous suit depuis (presque) le début, et c’est toujours un plaisir de recevoir un petit mail m’indiquant qu’un nouvel article est en ligne!
    Mais une question demeure: quels sont ces 2 sites dont le nom de L’ odieux connard ne doit pas même etre pensé???
    Si ils ont été évoqués sur le blog, je ne m’en rappelle pas…
    Merci d’avance d’éclairer la pauvre femme que je suis, et pas trop fort sur le brandy ce soir! ;)

    • Ces deux sites n’ont jamais été évoqués sur le blog pour la simple et bonne raison qu’ils ne méritent guère de publicité. Par contre, je peux vous dire que le brillant Monsieur le Chien est lui aussi sur la liste noire de ces braves combattants du net. Et pour détester Monsieur le Chien, il faut se lever tôt.

      • On pourrait donc dire que ce sont… des odieux connards ! (badum tss)

        Merci à tous, je suis disponible pour animer et égayer fêtes d’anniversaires, séminaires d’entreprises et enterrements de poissons rouges.

  3. Faut vraiment être un connard pour pondre un pavé pareil le matin des soldes. Je suis sûr que j’ai raté des promos sur un Bullet Journal.

    Longue vie au blog

    • Si vous voulez, je peux vous vendre un très joli cahier brouillon et des crayons de couleur pour pas cher. Quand je peux rendre service, tout ça.

      • Et en plus je me retrouve à lire un article sur les chats que j’ai lu y’a presque 10ans. Ma journée est foutue.

        Merci pour tout ce que tu fais en tout cas (sauf pour la colle de tes bouquins qui est à chier je persiste mais on en a déjà parlé sur un certain forum en MP :o)

  4. Je ne sais trop que vous dire, si ce n’est que je ne regrette pas d’avoir lu tous vos articles. Acheté tous vos livres. Ni de vous avoir rencontré en dédicace à Lille en 2016. En revanche si j’ai pensé à me faire tatouer le dessin que vous m’avez fait sur le bras ce jour-là, je me suis vite ravisé : vous écrivez très bien, mais vous dessinez vraiment trop mal.
    Encore merci de faire partie de celles et ceux qui rendent ma vie agréable.

    • Merci à vous et… oui, disons que même écrire, mes dédicaces parlent d’elle-même : heureusement que j’ai le confort de mon clavier. Car sinon, j’ai raté une carrière de médecin. L’habitude de gribouiller des ordres à mes ordonnances pour qu’ils les portent à Diego.

  5. Joyeux anniversaire Odieux Connard !! Que ce blog puisse vivre aussi longtemps que vivra la démocratie. Ah merde, elle est déjà morte ?

  6. Cher Odieux!
    Bon anniversaire, et merci pour ces 10 années en votre odieuse compagnie. (Au passage, je me demande bien ce qu’était cette histoire d’Abbé en grande tenue venu acheter vos livres.) Ne lâchez pas la rubrique L’ire ensemble, par pitié ! Et sinon, je préfère acheter vos livres et les offrir que donner des sous sur Tipeee, en ce qui me concerne.
    Odieusement vôtre,
    Une collègue de lettres classiques.

    • Vous avez bien raison, et en parlant de livres, il faut que je trouve le prochain à attaquer. J’ai une liste. Il me faut le courage de la consulter, car les titres eux-mêmes sont suffisants pour faire vaciller la santé mentale la plus ferme.

  7. Joyeux anniversaire à cet odieux blog, Julien ! Merci pour toutes ces heures de rigolades, mais aussi d’anecdotes historiques ! Et longue vie à Diégo ainsi qu’au caporal Roudoudou !

  8. Allez, tombons, une fois n’est pas coutume, dans la facilité : Merci.
    Merci pour la mauvaise foi, merci pour les éclats de rire, merci pour les leçons d’histoire (j’ai contribué à partager vos vidéos du Petit Théatre, vous avez un fan de 70 printemps de plus à votre actif), merci d’apporter un peu d’objectivité et de recul dans l’actualité socio-politique, merci de ne pas sombrer dans le travers de la quantité contre la qualité qui nécrose le petit monde des créateurs sur internet ces temps-ci…
    Merci donc.
    Bon anniversaire, Odieux.
    A dans 10 ans, Julien.

    PS : en regardant une remise de prix façons Oscar ou César, je me suis toujours dit que si ça devait m’arriver un jour je me lancerais le challenge de faire un discours de remerciement sans jamais utiliser le mot « merci ». En relisant mon commentaire, je me dis que j’en serais probablement incapable. Et vous? ;-)

    • Tant pis pour le défi, je prends les remerciements (et les transmets au fameux Julien). Et c’est toujours intéressant de constater que le lectorat est vaste : le Petit Théâtre, j’en ai dédicacé à des gens de 80 printemps, et d’autres de 11. Comme quoi.

  9. Bon bah du coup je peux me mettre à travailler.
    C’est quand même bien fait, je suis payé par mon employeur pour lire des remerciements. Je crois que vous déteignez sur votre lectorat très cher OC.

    • Mon travail de sape de la société moderne porte ses fruits. Ou bien je me contente de m’approprier les défauts d’autrui, allez savoir.

    • Merci à vous d’exister Odieux, je vous vénère.
      Et oui vite un nouveau livre du L’ire ensemble j’en frissonne d’avance.

  10. Bonjour Maître,

    Je vous souhaite un excellent anniversaire. J’ai eu la chance de vous découvrir sur le spoil du magnifique Skyline, une révélation (votre blog, pas le film je précise) !

    Je fais parti de ceux qui ont eu la chance d’avoir il y a 20 ans un prof d’histoire au lycée passionné par les anecdotes (Monsieur Prot, à Amboise, si vous passez par là) et le Petit Théâtre des Opérations est un peu ma madeleine de Proust. Il faut me voir devant vos vidéos, et celles tournées à Geek Faëries (le son est malheureusement odieux, j’y vois là une sorte de teasing de votre part afin de me faire déplacer vous voir en vrai), les yeux et la bouche grands ouverts, un sourire béat au coin des lèvres !
    Pour tout ça : merci !

    Au plaisir de vous serrez chaleureusement la main et, pourquoi pas, de trinquer ensemble !

    Respectueusement.

    • Si en plus on m’invite à partager des breuvages entre amateurs d’anecdotes, vous savez, je vous rappelle que je suis terriblement corruptible.

  11. Dire que cela ne fait que trois ans que je vous connais… J’ai l’impression que cela fait une éternité. J’ai d’ailleurs une confession à vous faire : Voyez-vous, l’année dernière, j’étais encore au lycée, et je pestais et rageais chaque jour de ne pas savoir dans quel établissement vous travailliez afin de m’y inscrire dans les plus bref délais.

    • Je n’y travaille plus depuis fort longtemps, et c’est heureux pour les jeunes générations qui ont ainsi échappé à mon légitime courroux. Mais, puisque ce post est spécial, avouons qu’il m’arrive encore parfois d’intervenir, sur divers sujets, dans des facs. Voire d’envoyer Julien Hervieux corrompre des enfants en intervenant dans des écoles en tant qu’auteur jeunesse. Ne cachons pas que la ruse est grossière, mais drôle quand même.

  12. Juste, merci.
    Mais pour moi vous serez désormais l’Onctueuse Carotte, M. Odieux Connard.
    A l’année prochaine aux GF.

    • Je… personne ne sait de quoi vous parlez. Et non, ça ne mérite pas d’explications, ou alors elles seront avec mon étrangleur turc en charge de la confidentialité de mes dossiers. J’espère tout de même que vous êtes venus à d’autres conférences que celle-qui-n’existe-pas.

      • Peut-être bien que oui, peut-être bien que non…
        Mais si vous repassez sur Suresnes un jour, Morpheus, Neil et moi serons probablement présents.

    • Dix ans que le blog existe. Et cinq ans que je le suis. Je me sens vieux. Certes, j’ai à peine dix-huit ans, mais tout de même, ça ne me rajeunit pas, tout.

      Je me souviens avoir commencé à suivre le blog à partir du Hobbit. A cette époque, j’étais en troisième, et les forums internet n’étaient pas encore tous morts. J’ai encore le livre dédicacé de ce jour où, au salon du livre de poche de Saint Maur, j’ai rencontré une cravate rouge et l’homme qui allait avec.

      Depuis, je ne perds pas une occasion d’offrir un petit livre orange avec en gros sur la couverture : « un odieux connard ». Effet garanti à chaque fois.

      Et maintenant, je suis majeur, vacciné et responsable (en tout cas, pour le « majeur », j’en suis sûr), et je continue mon chemin en école d’ingénieur.

      Vous êtes vraiment un odieux connard à me rappeler comme ça à quel point le temps passe vite.

  13. (repost de mon commentaire parce que je suis une grosse nouille et je l’ai accidentellement mis en réponse à un autre commentaire, désolée)

    1h30 de petit théâtre des opérations, moi je dis oui ! Je vous jetterais bien des billets pour montrer on enthousiasme, mais d’une part j’en ai peu, et d’autre part ils glissent mollement contre l’écran avant de s’écraser au sol, ce n’est pas très festif.

    Et un joyeux anniversaire !

    • J’y ai justement répondu plus haut. Les commentaires ne sont pas toujours une zone claire. En tout cas, comme je le disais, j’aime l’idée que des gens jettent du pognon contre leur écran. Ce n’est pas très efficace, mais c’est sûrement très gracieux.

  14. Odieux anniversaire !! :)
    Merci pour tous ces spoils qui m’ont fait beaucoup rire, au travail souvent il faut bien l’avouer :D
    Merci de continuer à faire vivre ce blog, qu’est ce que je ferais sans ?
    L’idée du spectacle, en voilà une idée quelle est génial !

    Hâte de découvrir les 10 prochaines années sur ce blog !

    • Maintenant, il faut que le spectacle soit bon. Je retourne me mettre au boulot sur le sujet.

  15. Odieux Anniversaire à vous !
    Je n’arrive pas à croire qu’après tout ce temps vous vous souvenez encore de l’équipe Danger Rabouin… Je ne vous cache pas que nous sommes tous les deux très très émus…
    Mille merci et mille bravos !
    J’espère que l’aventure continuera encore 10 ans !

    • C’est mon super pouvoir : je me souviens surtout des choses absurdes (et on peut dire que ce nom fabuleux d’équipe en faisait partie) sinon, comment diable pourrais-je taper ces spoilers de films, enfin ?

  16. Cher Monsieur Connard (j’ai toujours rêvé d’écrire ça), merci pour tous ces spoiles qui ont dû largement affecter votre santé mentale au nom de l’intêret général…vraiment je ne sais pas comment vous faites car certaines bandes annonces suffisent à me donner de l’urticaire, alors le film entier chapeau !
    Le caporal roudoudou me fait bien rire et même si je ne suis que moyennement d’accord avec certaines critiques, qui semblent faciles ou un peu de mauvaise foi (en même temps on ne s’appelle pas l’odieux connard pour rien!) certains spoiles m’ont permis de me dire « mince je ne l’avais pas vu comme ça ».
    Merci pour ce que vous faites, je ne vous proposerai pas en épousailles car je tiens à la vie mais le coeur y est !
    Déborah
    Une fan

    • La vie, c’est très surfait : avez-vous vu les films que l’on y croise ? En tout cas, effectivement, la légende raconte qu’il y aurait de la mauvaise foi sur ce blog. Mais ce n’est qu’une légende, bien évidemment.

  17. 10 ans d’odieuseries connardises…. oui oui mon cher odieux vous méritez bien un néologisme à votre divine gloire, merci pour le rappel historique mais qui à mon grand désarroi n’évoque pas « A la vie, à la guerre ». J’avais été fortement déçu de l’arret du projet – sincerement j’avais trouvé le concept absolument genial – et j’entrenais le doux reve que même hors du récit au jour le jour, l’histoire puisse perdurer.
    J’imagine que l’oubli » est volontaire et le projet pas d’actualité?

    • Eh bien figurez-vous qu’en réalité, je l’avais glissé dans le corps du message à l’origine, mais cela faisait un peu long au milieu du reste, alors parlons-en ici. Voyez, vous faites bien.

      À la Vie à la Guerre, je n’abandonne pas car j’ai vraiment envie de raconter certaines choses. Durant la période 2014-2018, l’ironie est qu’il y avait tellement d’offre sur la Grande Guerre que même les éditeurs ont fini par devenir frileux. Mais depuis que c’est terminé… eh bien, de nouveaux contacts se sont faits, et avec intérêt. Rien n’est fait, mais en tout cas, il y a de nouvelles propositions, et oui, une nouvelle forme potentielle.

      Ah, finalement, j’ai réussi à faire court. Donc le projet n’est pas dans l’actualité immédiate (les coulisses du boulot sont peu palpitantes), mais j’y travaille par contre très ouvertement.

      • Chouette :-)
        J’attends moi aussi la suite d’À la vie à la guerre.
        (ah et aussi, j’ai montré à mes parents l’épisode du Petit Théâtre sur Dixmude, vu qu’un de mes arrière-grand-oncles était dans l’infanterie de marine).

  18. Merci pour : les critiques de film qui me font hurler de rire ; le Petit Théâtre des Opérations, drôle et intéressant ; votre personnalité les fois où j’ai pu vous rencontrer.
    Je milite pour un retour plus actif de la boîte « Ça alors ! » et toujours plus d’utilisation du mot « rabouin ».
    Big up l’odieux, vous êtes mon connard préféré !

    • Mazette! Le temps passe bien vite!! Ben merci cher odieux pour mes nuits blanches à parcourir ce site, pouffant dans mon oreiller pour ne pas réveiller les colocs….voilà. Et souhaitons nous dix ans de joie cynique encore!

      • Et je suis désolé pour les articles non-pensés pour le camouflage aux colocs.

    • La boîte à « Ça alors », il faudrait vraiment que je trouve quelqu’un pour en fabriquer une. Mais je suis sûr qu’elle serait vite pétée à force d’utilisations répétées.

      • J’avais trouvé pour mon boulot un buzzer enregistrable, qui était devenu mon bouton Balladur (qui fait « Je vous demande de vous arrêter » quand on appuie dessus, très pratique contre les monologues en réunion). Il y a peut être moyen d’en faire une boîte à « Ça alors ! »

      • Je pense que ce serait une bonne façon de pourrir les séances de cinéma. Une nuisance de plus à rajouter pour les courageux qui y vont encore. Mais au moins celle là serait drôle, il faut le reconnaître…

    • Pas cette année, mais j’y suis passé à plusieurs reprises. J’espère y revenir puisque c’était plutôt agréable, ma foi.

  19. Alors je pourrais dire que ma fille porte votre nom car elle aussi à 10 ans mais cela n’aurais pas été un cadeau pour elle et pour vous non plus.
    En tous cas un immense merci pour toutes ces anecdotes qui sont toujours plaisantes et rafraichissantes car par contre elles; passionnent ma fille.
    Prochaine étape lui faire apprécier les critiques de film…
    Un très très bon anniversaire au blog (car nul n’ignore qu’il n’a pas le même age que l’auteur qui lui ne mérite rien) et bon courage à Diego.

    • Si en plus, on corrompt des jeunes filles parfois plus jeunes que le blog… on peut dire que mon oeuvre maléfique est bien installée. C’est bon à savoir.

  20. Merci de m’avoir fait découvrir ce blog un jour ou je partageais ma couche avec un manchot: j’en ris encore ! :)

    Et bon anniversaire !!

    • Ah, une longue nuit. Ce manchot devait secrètement être scalde, si vous voulez mon avis.

  21. Un très bon anniversaire !
    Merci pour tous les bons moments et mention spécial à Capitaine Roudoudou et aux t-shirts rouges.

    Vivement le spectacle pour le Petit Théâtre, c’est devenu un rituel de le mater avec mon collègue de bureau à qui je l’ai fait découvrir.
    On espère vous revoir en Belgique bientôt (si ça vous intéresse une visite guidée de la nouvelle expo 40-45 sur la collaboration belge au musée de la Guerre, je peux corrompre facilement le commissaire de l’expo – techniquement je suis son agent, mais aucun journaliste n’est fichu d’écrire son nom correctement). Ou alors on peut juste vous proposer pleeeeeeeins de bonnes bières ;)

    Signée: la groupie avec un gamin qui faisait le cirque au salon du Livre de Bruxelles il y a … plus de 3 ans déjà ? aoutch…

    • Oui, le temps passe. Mais tout le monde sait que je suis toujours partant pour une expédition belge et raconter les aventures épiques du plat pays durant les deux guerres. On n’en parle pas assez.

  22. Et bien, ça me fait plaisir de voir fêter ses dix ans à ce blog qu’on m’a fait découvrir en cette fin 2010, lors d’une sombre journée en Bretagne… (en vrai il faisait beau, mais chut, les gens doivent continuer à croire qu’il pleut continuellement en Bretagne alors gardons le secret !)
    Comme bon nombre d’autres visiteurs, j’en garde un sacré nombre d’excellents souvenirs, allant des soirées de déprime s’illuminant à la vue d’un nouvel article aux moments de partages entre amis à relire comment les premières observations de trous noirs ont été faites bien avant 2019 à travers des scripts abyssalement creux. J’espère pouvoir en former encore de nombreux, et pouvoir fêter la seconde décennie du blog dans 10 ans !

    Merci pour vos 10 années de mauvais et loyaux services (je ne vous ferais pas l’affront de vous penser d’un autre alignement), cher Odieux.

    • Enfin quelqu’un qui sait que je suis Loyal Mauvais (Chaotique Mauvais, ça manque d’élégance). Je rajoute donc un niveau à ma classe de prestige après ces dix ans de campagne, merci à vous.

  23. Merci pour ces années de rires incontrôlables, merci pour tous ces films qu’aujourd’hui je mate en manquant de m’étrangler, merci pour le petit théâtre des opérations qui ravit le fan inconditionnel d’histoire que je suis… Voila.
    10 ans cela se fête et puisse les 10 prochaines..non les 20 prochaines années être tout aussi porteuses de cynisme, de rire et de spoils.

    • 20 ans ? Mais dans 20 ans je… hmmm… non, attendez, vous avez raison. J’oubliais que j’étais d’une génération qui ne devrait pas connaître la retraite. Le travail continue.

  24. Bon Anniversaire OC!
    Je suis toutefois fort desapointé, en effet, j’attendais avec impatience votre florilège de recherches google qui ont menées jusqu’ici!
    Auront nous droit à un erratum?

    • Je souhaitais ne pas faire trop long – et j’avais déjà bien des choses à dire ! – mais allez !

      « odieuxconnard legion d’honneur »
      Même si bon, je doute la recevoir de suite.

      « je vous emmerde tous je veux les pays qui ont massacrer avec chiffres période pierre amérindiens »
      Ce n’est pas en demandant ainsi que tu auras une réponse, canaillou. Tiens, prends cette couverture et va te calmer là-bas.

      « porno china bien roule et art martiau »
      Cette personne voulait sûrement voir « Chibre et Dragon »

      « un tatouage peut nous eloignés de dieu et nous ramènes chez 666 »
      Satan a d’ailleurs lui-même un salon de piercings.

      « exemples pour taquiner un homme »
      Coller ses pieds froids contre lui est suffisant.

      « l’origine de yu gi oh satanique »
      Techniquement, ça vient du Japon : on est pas loin.

      « le film le labyrinthe exposer dessus »
      J’espère secrètement qu’une âme innocente a vraiment utilisé ce blog pour faire un exposé en classe. L’enfant a sûrement été renvoyé de l’établissement depuis.

      Quant au reste, je crois que je vais me contenter de me rincer les yeux.

      • Pour Labyrinthe, c’est peut être moi la coupable. J’ai eu des élèves qui voulaient parler de ce film pour leur TPE, en première donc. Je n’ai pas pu m’empêcher de les envoyer voir votre oeuvre, cher Odieux , fallait pas exagérer…Labyrinthe, étudié dans le thème mythes et héros, je crois… Je corrompt la jeunesse comme je peux.

  25. Merci pour ces instants précieux de mauvaise foi.
    Merci d’avoir pris le temps, il y a un peu moins d’une dizaine d’année de m’avoir répondu pour m’aider (je suis un peu lent) à mieux comprendre l’essence de vos spoils qui me déconcertaient aussi par moment, parce que j’ai la faiblesse d’être un gentil, cherchant le bon dans l’immondice.
    Merci un milliard de fois de porter à l’écran vos pastilles touchant à la politique, on se sent moins seul lorsque l’on a les mêmes analyses mais qu’on est trop fainéant pour les partager comme vous le faites.
    Merci pour vos projets à venir.

    MAIS, et il fallait bien que quelqu’un s’y colle……

    Pas merci de nous avoir rappelé que le temps passe: prendre 10 ans d’un coup, au détour d’un article, c’est violent le matin.

    • Oui, j’en suis désolé, croyez-le bien. J’ai moi-même pris un terrible coup de vieux en me rappelant le jeune forban que j’étais il y a dix ans et tout ce qu’il s’est passé entre temps. Mais bon, comme je le dis souvent : je fais un excellent vieux con, alors que je faisais un jeune très passable.

  26. Monsieur Connard, bonjour et excellent anniversaire à votre ouvrage.

    Merci encore de nuire à la productivité de moult personnes tant sur la lectures de vos articles sur le temps de travail que sur les pauses bien trop longues à essayer de briller en société en essayant de retranscrire des bribes de vos articles, extraits d’ouvrages et conférences (par ailleurs, je joins désormais systématiquement à mes mails la gravure de Monsieur De Chambure lorsque l’on me dérange inutilement et que je me sens contraint de faire signaler à mon interlocuteur qu’il m’a importuné).

    J’ai par ailleurs hâte de voir les suites du Petit Théâtre des Opérations, tant en livre qu’en spectacle vivant.

    Et sinon, ravi que le Calvados vous plaise, en espérant que le transport de la carafe n’a point été trop chaotique et au plaisir d’en partager à nouveau avec vous (d’ailleurs, nous n’avons pas eu le temps de partager quelques cigares tant le week-end a passé vite).

    Bon courage pour cette onzième année d’Odieux Connard !

    • Le calvados est excellent, je vous remercie, et si le voyage fut risqué, le précieux liquide est arrivé jusqu’à destination. L’esprit de Monsieur de Chambure protégeait la chose d’éventuels ennemis, je suppose.

  27. Bigre que le temps passe vite !
    Je me souviens encore avec émotion de lire mon premier spoil (celui sur le Da Vinci Code), de voir petit à petit ma façon de regarder un film changer, de citer les meilleurs passages de certains articles entres amis, de vous avoir lu régulièrement au travail, d’avoir participé à des débats enflammés dans les commentaires…
    Ah, que de bons souvenirs !

    Merci donc pour tout ça, parce que mine de rien vous m’avez influencé, vil sacripant !

    Que la suite vous soit propice et l’avenir, radieux. (Un Radieux Connard ? Euuuh…)

    C’est donc avec force émotions que je prends congé.

    Bisous !

    • Influencer autrui ? J’ai été naïf : j’aurais dû ouvrir une secte. Il faut que je revoie mon business plan, comme on dit dans la start up nation.

  28. Bon anniversaire, et pas merci pour ces dix ans ! Quoi, ça voudrait dire que j’ai lu 466 articles de 5000 mots minimum ? Que j’ai perdu au moins un mois de ma vie à lire des spoilers de films que je suis pas allée voir, du coup ? Alors que j’aurais pu consacrer tout ce temps à regarder des vidéos de chatons mignons ou des tutos youtube pour apprendre à me maquiller… Franchement… Bon, au moins, tout le monde me croit super calée sur le sujet Avengers (j’ai économisé pas mal grâce à toi), et tous mes potes savent comment survivre à une attaque de zombies ! Ce qui peut arriver plus fréquemment qu’on ne le croit, quand on est prof^^

    • L’élève est une forme de zombie, mais en un peu plus con. Le vrai souci reste l’interdiction de leur malaxer la truffe à coups de pelle, malgré le danger que, tout comme le zombie, ils représentent si relâchés tels quels dans la société.

  29. Cher Odieux,
    Tombée sur votre blog par hasard il y a quelques années, j’étais ravie d’avoir pu enfin trouver ma dose de cynisme et d’humour noir (on se sent bien seule parfois).
    Vous avez sauvé pas mal de mes journées lors de mon dernier travail (même si votre lecture ne se prête pas à une bibliothèque. Quand la surveillante est plus bruyante que les lecteurs, on se fait regarder d’un drôle d’air).
    Enfin tout ça juste pour vous remercier pour tout : le blog, les conférences, les vidéos.
    J’essaye d’apporte mon humble pierre a l’édifice en propageant la bonne parole autour de moi (ça marche, vous avez au moins deux nouveaux adeptes, qui viennent de bon cœur avec moi aux GF et en plus dépensent leurs deniers dans vos livres !).
    Bien odieusement !

    • à l’edifice* (le correcteur orthographique est lui aussi odieux, ça reste dans le thème !)

    • à l’édifice (le correcteur orthographique est lui aussi odieux, ça reste dans le thème !)

    • Des compliments et des deniers : que demander de plus ? Ah, si : c’est toujours bien d’avoir des gens qui viennent me voir cabotiner sur scène aux Geek Faëries. Merci, donc.

  30. Merci pour les spoils qui me permettent de briller en société sans avoir vu lesdits étrons cinématographiques (même si, entre nous, je ne suis pas toujours d’accord avec vous, un popcorn movie étant un popcorn movie, le scénario est parfois-souvent un concept lointain à oublier). Bref, j’ai encore un souvenir ému du spoil du premier Grey, je songe même à regarder ce film tant le spoil était drôle… Bref, le cynisme étant une qualité rare en ces temps d’hipsterisation des consciences, je vous remercie pour ce temps d’évasion… Par ailleurs, je serais curieux de rencontrer Diego, je l’ai toujours imaginé comme le Aïgor interprété par Morty Feldman dans Frankenstein Junior.
    Bien à vous

    • Vous découvrirez qu’il existe plusieurs Diego. Et qu’une sombre histoire se cache derrière ses origines. Mais en tous les cas, il existe, on peut le toucher. Même si je me réserve ce droit, tant le privilège de botter un cul se mérite.

      • Dans ce cas, promis je viendrai à la prochaine rencontre/dédicace sur Paris… Je suis un garçon curieux… Et j’apporterai ma pelle Bernie, celle que j’ai volée à une hyène

      • 10 ans déjà ? C’est l’avantage de la calvitie, on voit pas les cheveux griser et l’âge venir.

        Rendez vous l’année prochaine alors, en espérant que le tome 2 de Au service de sa majesté la mort soit sorti, et que cette année je pourrais être de la partie des geek faeries !

        Pourra t on espérer avoir des nouvelles d’À la vie à la guerre aussi ? Chaque année qui passe me rend triste de son arrêt et du silence radio à son propos.

        Bonne onzième année Mr Odieux !

  31. Joyeux anniversaire à ce blog !Découvert grâce à une amie qui m’a envoyer le spoiler de 50 nuances de Grey, je l’ai adoré et j’ai consacré (au bas mot) la moitié du temps de rédaction de ma thèse à le dévorer et pouffer devant mon écran. Ce fut aussi un plaisir de vous rencontrer rapidement à Saint Maur en poche en 2015. Depuis je n’ai pas essayé de conquérir le monde, malgré vos conseils. Vivant désormais à l’étranger, il me vient une question:quid de la traduction de vos spoilers et autres articles en anglais, pour que je partage ce site avec tous mes collègues non francophones ? À ce jour je n’ai pu partager que la traduction du spoiler de 50 nuances de Grey (qui vaut son pesant d’or). J’apprécie particulièrement votre style d’écriture, ce serait parfait de trouver une personne qui sache retranscrire votre haine dans la langue de Shakespeare. Peut être trouverez vous une stagiaire dans votre cave pour cela ? Tous mes encouragements pour que ce blog me fasse encore rire plusieurs années

    • Ah, voilà une très bonne question ! Une lectrice avait déjà très aimablement traduit ce spoiler. Mais en traduire d’autres ? Il faudrait un sacré temps, et je ne suis pas sûr que beaucoup de gens s’y consacrent bénévolement (car de mon côté, vu la taille des articles, les financer reviendrait vite très, très cher).

      Il y a bien des sous-titres anglais à bon nombre de vidéos du Petit Théâtre, et de ce côté, nous verrons si dans le futur, il n’y aura pas une vidéo/chaîne en anglais pour civiliser le monde. À voir, tout dépend du temps que je peux y consacrer, ou des aides que je peux avoir pour gagner le temps que je n’ai hélas pas toujours, loin de là.

  32. Ser Connard,

    Moults propos aurait sa place dans cet humble commentaire pour votre auguste personne, cependant je veillerai à aller à l’essentiel pour ne pas gaspiller votre temps si précieux à éduquer ces gourgandines aussi nombreuses qu’arrogantes:

    Merci, sincèrement. La lecture de votre blog m’a fait grand bien à de nombreuses occasions et m’a offert probablement les meilleurs fous rire de ma vie.

    Avec émotions et amitiés, et en attendant l’expiration de mes fautes d’orthographe par votre main délicate,

    Un lecteur et admirateur. Tant de cynisme…que c’est bon.

    • De votre vie ? Eh bien, ça c’est tout de même un sacré compliment. C’est mauvais pour mon gros ego, mais bon, il prend quand même, il est comme ça. Merci à vous, donc.

  33. Un très bon anniversaire de la part d’un ancien camarade de MI24 en mode tondeuse. C’est toujours un plaisir de te lire et une fierté de pouvoir dire à mes amis que je te connais (très indirectement certes), pourvu que tu continues longtemps.
    OFPment tiens, Grao.

    • Diable, voilà qui ne nous rajeunis pas non plus, car cela remonte à avant même ce blog. Merci à toi, bon ami des mouettes.

  34. Un excellent anniversaire à celui qui m’a tant inspiré pour mon blog. Vie éternelle à la mauvaise foi et à son plus fidèle représentant, et que si au pire des cas la mort venait à frapper (c’est le risque de vivre au quotidien avec le danger), je vous souhaite la délectable noyade au brandy affalé sur des stagiaires pulpeuses. en espérant enfin vous rencontrer aux geek faeris.
    Encore merci pour les plaisirs fournis de la cruauté gratuite.
    LE BOUSOSCOPE

    • C’est quand on commence à inspirer des gens que l’on se dit qu’on a dû réussir un truc ou deux. Mon gros ego vous dit merci.

      • C’est exactement comme le côté obscur, plus attrayant, plus séduisant. Pourquoi se faire chier à être gentil ? On n’est pas en politique !
        Ah et au passage, si vous veniez à vous lasser des sacs de chatons, ce dont je doute évidemment tant le bruit détend, je vous conseille les bébés loutres, un excellent défouloir contre les films de merde, mais plus prestigieux que le chaton du fait de leur rareté. Seule préconisation : éviter de mettre au contact du feu, sous peine d’être victime d’un cri strident particulièrement insupportable qui rappelle Mariah Carey.
        Au préalable je vous enverrais un échantillon gratuit, à condition que je réduise mon acharnement sur mon élevage personnel à cause d’un trop grand nombre de bouses cinematographiques…

  35. Bon anniversaire et merci encore pour ces nombreux articles. J’ai mis quelques temps à lire les 250 environs que j’avais de retard, mais ce fut très plaisant.
    Par ailleurs merci aussi pour le petit théâtre, hilarant, et le livre afférant (ma nièce de 10 ans l’a adoré). Je regrette par ailleurs de n’avoir pu trouver de version papier du à la vie à la guerre.
    Enfin, juste pour râler j’ai trouvé le livre Orage assez mauvais. Dans le sens où je pense avoir retrouvé toutes les critiques récurrentes des films spoliés. Mais bon c’est peut être fait exprès, compiler toutes les horreurs des blockbuster pour en faire un est une idée digne d’un maitre en marketing.

    • Vous serez ravi d’apprendre qu’il m’arrive d’intervenir dans une… filière de marketing. Uniquement grâce à mes pouvoirs d’escroc. Je dis ça comme ça.

      • Maudit soit ma timidité qui m’a empêché de confirmer mes soupçons lorsqu’il y a 4 ou 5 ans, un intervenant dans mon école d’ingénieur à Strasbourg s’est présenté comme « voleur de niveau 2 » et utilisait du vocabulaire que je n’avait rencontré que sur ce blog (« moult », « margoulin »,…).

        Merci pour les nombreux fous-rires et les économies sur les billets de cinéma.

        Je suppose (au travers de certaines références) que vous avez une certaine affinité pour la culture lovecraftienne, l’univers sombre de warhammer 40k et rôlisme.
        Aussi, je pense que vous serez sans doute intéressé par l’univers de la « fondation SCP » (http://fondationscp.wikidot.com pour la version francophone), que je vous recommande.

      • Ah, vous parlez à quelqu’un qui écrit pour Casus Belli. Forcément, le lien avec le jeu de rôles commence à se voir.

    • Rentre dans ce sac, tout va bien se passer, tu vas pouvoir tenir compagnie à cette jolie brique.

  36. Bon anniversaire de la part des cosplayeurs rencontrés à Montpellier.
    Un peu fébriles, parce que se balader avec des pelles en plein festival du livre nous a valu quelques œillades suspicieuses, nous scrutions chaque stand à vôtre recherche quand une voix inconnue claironna :
    « Vous êtes les hommes de la situation ! »
    C’est la première fois qu’on me dédicaçait ma pelle. A ce propos, votre signature a disparu puisque j’ai du refaire de la chaux vive peu après… L’encre chaux-proof n’existe pas encore ce me semble.
    Ça a été un grand moment pour nous aussi :confectionner l’effigie en bois et vous la remettre en main propre, l’occasion de palabrer absurdement, restera dans mon petit cœur.

    Gros bisous Cher Odieux Connard.

    • Merci à vous, car ce fut un grand moment de cosplay, si je puis dire. Il me faudra donc revenir remettre une couche de signatures sur la pelle : soit. Quant à l’effigie en bois, sachez qu’elle est à portée de main en ce moment-même.

      • Ma pelle dédicacée trône dans mon salon depuis trois ans et c’est un des biens auquel je suis le plus attaché… alors même que je ne connais pas la forêt de Rambouillet.
        Cher Odieux, je vous fais suivre dès que possible une photo de cette objet!
        Par ailleurs ma lettre de motivation pour remplacement de Diego pendant ses congés reste valide!

  37. Contente de le savoir! Et bravo pour le Petit Théâtre…, qui est un vrai régal!

    Mon seul regret, c’est qu’en dix ans, votre section commentaire soit passée d’un lieu d’échange gentiment loufoque à un ring de boxe squatté par 2-3 beaufs agressifs, mais bon… Ça ne m’empêche pas de continuer à rire à votre prose, à défaut de la commenter.

    • « Contente de le savoir », c’était à propos d’ALVALG, vu que mon commentaire était censé aller sous votre réponse à ce sujet.

    • Ah, oui. Heureusement, il y a toujours de l’espoir et de très bons intervenants qui viennent faire autre chose que du catch. Rappelons, c’est un honneur d’ailleurs, que ce blog a été très longtemps l’un des rares coins du web où tout le monde se vouvoyait dans les commentaires. La popularité a fini par amener des foules habituées au tutoiement, mais tout de même, la résistance fut aussi notable qu’appréciée, et certains continuent de combattre pour la courtoisie 2.0. Merci à eux.

  38. Cher odieux, cher connard,

    Toutes les félicitations et un grand merci à vous pour l’ensemble de votre œuvre. Je garde un souvenir ému du visionnage télévisuel (car, évidemment, il ne saurait être question de se ruiner pour visionner des scripts hollywoodiens) de Mad Max Fury road avec un œil sur la télévision, l’autre sur le téléphone à déguster votre prose (en l’absence de Brandy, j’ai dû me contenter d’un verre de Glenfarclas).
    Cela vous a malheureusement valu la haine de votre personne de la part de mon fils et ce, d’autant que vous avez également commis l’affront de ne pas apprécier sa série fétiche Breaking Bad (que j’apprécie également pour ma part mais je vous pardonne exceptionnellement). Mais il est vrai que c’était une tentative éhontée de ma part de détourner son violent complexe d’Oedipe vers une personne plus inaccessible.
    En revanche, vous avez acquis une solide réputation auprès de ma fille et je commence à m’inquiéter sérieusement pour l’avenir de son âme pure.

    Et puis, la lecture de vos spoils étant à la fois moins chère et plus rapide que les visionnages cinématographiques des grands spectacles hollywoodiens, je dirais que vous faites preuve d’un rapport qualité/prix imbattable.

    Bref, merci encore, félicitations et longue vie à l’odieux connard.
    Mais j’espère que le spectacle à venir fera une tournée provinciale, il est hors de question que je rate ça.

    • Mais, étant un provincial, j’espère bien honorer les vastes terres du royaume de France ! En attendant, heureux de savoir que je participe à la corruption de toute une famille d’un coup. Quant à Breaking Bad… non, c’est un jour joyeux, ne me lançons pas.

  39. Il est bon de regarder derrière-sois de temps en temps et de juger le travail accompli. Et quel travail ! Merci de partager avec nous cette perception du monde singulière mais très intéressante (surtout très drôle).
    Que votre Odieux cerveau reste aussi prolifique pour les 10 années à venir !

    Un Odieux fan.

    • C’est ce qui est à la fois inquiétant et rassurant : vu comment les choses vont, j’ai encore des choses contre lesquelles pester durant un bon moment.

  40. GG HF ! (spécial dédicace à l’équipe de jeux vidéos)
    Merci à vous vil rabouin pour cette décennie de bonne grosse marrade !

  41. Que le temps passe vite, n’empêche..
    Un joyeux anniversaire !

    Ton blog va souffler ses 10 bougies, manger ses 2 parts de gâteau, et quand il se sera bourré la gueule, il nous récitera des spoiler dans tout les sens, en mélangeant mots et phrases, et, qui sait, peut-être arrivera-t-il, sous l’effet de l’alcool, à reconstituer, au final, de meilleurs scénarios ?

    Bonne continuation.

    • On raconte que c’est peu ou prou comme cela qu’a été écrite la saison 8 de Game of Thrones. Mais bon, visiblement, ça n’a pas exactement donné un meilleur scénario à la fin. C’est ballot.

  42. Cher Odieux,
    Merci pour ces fous rires dans le RER du soir vers ma banlieue lointaine, qui me valent des coups d’oeil interrogatifs.
    Merci de me permettre de partager ces mêmes fous rires avec mon grand fils de presque 21 ans, car ce n’est pas tous les jours que nous rions des mêmes choses (wououh Gabriel, c’est maman !).
    Merci de m’inciter à aller furtivement dans les salles obscures voir Aquaman, en jubilant à l’avance de me régaler du spoiler (oui, j’avoue, c’est un plaisir coupable).
    Merci de sortir régulièrement des livres qui font des cadeaux de fête des mères tout à fait parfaits (Gabriel c’est encore maman !).
    J’attends quand même que la prochaine décennie nous permette de lire des spoils de films téléramesques ; par exemple Tip Top de Serge Bozon, qui reste pour moi le plus mauvais film français jamais réalisé (et pourtant la filmographie de Christophe Lambert à des perles).
    Excellente continuation !

    • Je prends bonne note des suggestions de spoils, et surout de cadeaux : Gabriel, mon jeune ami, vous savez ce qu’il vous reste à acheter si vous ne voulez pas être déshérité. Merci à vous et ravi de mettre un peu de joie dans les fabuleux transports parisiens, célèbres pour la bonne humeur qui y règne déjà.

  43. Le temps passe vite, n’empêche..
    Un joyeux anniversaire !

    Ton blog va souffler ses 10 bougies, manger ses 2 parts de gâteau, et
    quand il se sera bourré la gueule, il nous récitera des spoiler dans tout les sens,
    en mélangeant mots et phrases, et, qui sait, peut-être arrivera-t-il, sous l’effet
    de l’alcool, à reconstituer de meilleurs scénarios ?

    Bonne contination.

    • Quelqu’un d’autre est visiblement bourré et poste double. Allez, on pose le champomy et on s’assoit, margoulin.

    • Et accessoirement, ça vieillit. Ce qui donne plus de cachet dans mon secteur, notez.

  44. « c’est notre larron qui paie chaque année pour ne +pas+ que ses lecteurs subissent la publicité »

    Trop de positivité dans ce post :)

    • J’aime tellement l’argent que j’ai eu du mal à écrire ce passage : merci, c’est corrigé !

  45. C’est assez amusant de voir que c’est la personne qui travaille dur et gratuitement, dans le seul ( ou du moins le principal ) but de nous distraire, soit celui qui nous remercie. C’est évidement nous qui vous remercions.

    Quand j’entends des videates dire des choses du genre « bientôt on pourra plus faire de vidéos c’est dur de gagner notre vie maintenant », je me dit toujours que si on ne gagnait rien a produire du contenu, certains ( les vrais ) le feraient toujours, et je soupçonne l’Odieux Connard d’en être l’exemple le plus probant.

    • Ah, vaste sujet ! On pourrait en parler des heures, mais pour effleurer le sujet, disons que des créateurs de contenu peuvent facilement se retrouver piégés : pouvoir vivre de son contenu en ligne, c’est tout de même alléchant et le rêve de beaucoup de gens. Et la publicité est le moyen de la plus évident de le faire, raison pour laquelle nombreux sont ceux à avoir choisi ce modèle économique pour en faire leur métier. Le problème, c’est que quand les prix de la publicité s’effondrent et que Youtube change les règles du jeu en pleine partie, du jour au lendemain, ça met en péril votre activité.

      Ce blog, comme je le disais, n’a aucune pub (je me contente d’y parler des projets dans lesquels je suis impliqué). Pas plus qu’il n’y a de publicité avant les vidéos du Petit Théâtre des Opérations (il y a eu une collaboration, mais parce qu’elle collait au sujet : Grand Angle et les Compagnons de la Libération, pour parler de Leclerc, c’est pertinent). Mes revenus sont assurés à côté par mes livres, et pas uniquement ceux du blog, d’ailleurs. C’est donc le grand paradoxe : la sécurité du blog est garantie… par le fait que je fasse autre chose.

      Raison pour laquelle, même si je viens à ouvrir un Tipeee, je ne veux pas qu’il soit là pour soutenir le blog, et que même s’il reste à 0€ (ou y retombe du jour au lendemain), j’ai mes autres activités pour pouvoir assurer une certaine stabilité.

      Ce blog, ça reste moins loisir. Pervers, certes, mais mon loisir.

  46. Merci, cher Odieux, de la part de mes élèves de CM1/CM2 qui ont eu droit pendant plusieurs semaines, au moment ds commémoration de la fin de la Grande Guerre, à des lectures (à peine expurgées quelque fois) d’extraits du Petit Théâtre des opérations. Je leur ai même montrée la vidéo sur Albert Roche.

    • Si en plus on convertit la jeunesse à la mémoire d’Albert Roche, alors là ! J’espère au moins que ça leur a plu, diable !

  47. Bon anniversaire à vous.
    Personnellement, je suis arrivé bien tard, et totalement par hasard, ici (en Octobre 2011). J’ai lu le spoile de l’époque (l’étroit mousquetaire) alors que je cherchais le film de Mr Linder. Comme quoi une mauvaise direction mène parfois à des trésors.
    Il m’a fallu des semaines pour ingurgiter tout ce qui précédait l’article sus-cité tout en suivant ceux qui sortaient alors fréquemment (mon travail a failli s’en ressentir, soyez honteux pour cela).
    Bonne continuation.

    PS : ma fille a adoré l’histoire d’Orage, merci pour elle

    • Ah oui, 2011, c’est effectivement bieeeen tard ! Vous faites partie de la vieille garde maintenant, il faut vous l’avouer. En tout cas, ravi d’avoir pourri la productivité d’autrui. C’est ma grande passion.

  48. Faisant partie de ceux qui pouffent au bureau cachée derrière mon écran en épluchant le site (que j’ai découvert sur le tard, je le scrute donc encore), je ne saurais trop vous remercier de faire de certaines mornes journées de travail de petits moments de joie et de mauvaise foi (parce que la mauvaise foi, c’est comme le gras, c’est la vie). Je vous offrirai bien une bouteille de brandy, mais j’attendrais de fait la prochaine dédicace parisienne pour le faire en vrai à l’insaisissable Julien Hervieux (mais qui est-il donc, cet obscur justicier des salles non moins obscures ?)

    • Personne ne le sait, mais je le paie pour faire semblant d’être moi-même en déplacement. C’est une doublure dispensable : s’il est abattu par un fan déséquilibré, je pourrai le faire remplacer par un quelconque autre gus pas trop cher.

  49. Merci pour ces dix ans Monsieur l’Odieux Connard (même si ça n’en fait que 5 pour moi je pense).
    Je n’ai jamais autant rit qu’à la lecture de vos articles sur Grey (j’ai mis certaines amies à votre blog par ce biais, d’ailleurs, leur ayant lu le premier chapitre à plusieurs reprises).
    Merci pour ces débuts de journées de travail très bien commencées grâce à ce blog.
    Et merci pour cette fabuleuse discussion samedi dernier au sujet de PNL: votre article a mis le feu aux poudre et mon ado ne s’est pas privé d’y aller de son couplet de défense du groupe juste pour le plaisir d’argumenter. Il m’a promis de lire votre article très bientôt, ceci dit, histoire de pouvoir continuer notre joute verbale sur une base commune.
    Que les 10 prochaines années soient en aussi riches en spoils que les 10 précédentes et vivement la critique d’un prochain livre.

    • Sachez que si à la fin, votre ado continue à être en désaccord avec vous, on lui enverra un adjudant de la Légion Etrangère lui expliquer la vie. Mais attention : avec un vocodeur. Qu’ils aient une base commune, je ne suis pas un monstre.

  50. Merveilleux connanniversaireuh ! Que la vie de ce blog soit longue et prospèreuh !
    Elever la connarditude et le fiel au rang d’art de vivre est votre plus bel héritage, cher Connard, puisse le monde en prendre rapidement conscience et [insérer nom de divinité absurde] vous accorder la gloire éternelle et 10.000 roupies srilankais en liquide !

    • Des roupies srilankais ? Alors là vous me gâtez Gégéralt. Ma fortune est faite !

    • Alors M. Connard ! Ca ne va pas du tout !
      Déjà, cette année, je suis venu aux Geek Faëries pour vous rencontrer (je ne vais pas dire « seulement pour vous rencontrer », car 1- j’ai réussi à convaincre ma femme d’y aller en lui inventant tout un tas d’excuses ; 2- c’est pas bon pour votre ego ; 3- les Geek Faëries c’était vraiment génial, même si le GN du dernier maître de l’air a un peu dégénéré …). Et ce fut un réel plaisir. (moi, je noterai juste que, quand on fait un blog ENTIEREMENT GRATUIT ET SANS PUB PENDANT 10 ANS, hé bien on ne fait pas de leçon de capitalisme à de gentilles jeunes filles qui proposent des « free hugs » ; à moins de faire preuve d’une mauvaise foi extrême, mais je n’oserai y croire !).
      Et là, maintenant, vous proposez carrément des sorties sur lieux historiques ?!?!? Avec j’imagine force bons mots et délicieuses anecdotes ! Mais comment vais je pouvoir dire non ? Impossible ! Bref, il va falloir compter sur moi, et sans doute j’arriverais à convaincre ma douce de se joindre. Donc 2. Et promis : je ne vous embêterai pas pour que vous fassiez une vidéo avec M. Frédéric Molas (suite à une vague proposition hypothétique de ce dernier, que j’ai pris pour un acquis sûr et certain !).

      En tout cas, merci pour les 9 années (car je ne vous suis pas depuis le début, mais presque), de rires, de spoils (autant de films dont je peux parler sans les avoir vus !), d’anecdotes cocasses, et bien sûr, de mauvaise foi.
      J’en profite pour dire merci aux commentateurs du blog ! Car après la lecture d’articles fort distrayants, le spectacle continue sous les articles, avec des commentaires parfois fort divertissants et pouvant dégénérer en discussions totalement improbables. Merci en autres à : Yersinia, Magnus l’intolérant, Georges A., Tobor, Gloubi mon troll de compagnie, j’en oublie sans doute d’autres ! (j’ose pas ajouter Stéphane à la liste, mais bon …) Faudrait qu’on se fasse une réunion en convention, un de ces jours …

      Sur ce, bon anniversaire, à une prochaine !

      • Oups, désolé, fausse manipulation, j’ai pas posté au bon endroit. Mille excuses.

  51. Bon anniv !
    Votre moment le plus hilarant pour moi restera la blague du colombin pointé tel un doigt accusateur, je crois que c’était dans un test de l’été.
    Je ne rate pas une occasion de ressortir cette phrase, car je suis une personne qui aime l’humour du goût, surtout celui au goût de caca. Et il faut dire que le reste est très en deçà tout de même.
    Sauf les références au prince tyranide. Ça me fait rire un peu parce que je suis content d’avoir la référence.

    • Il faudra que je fasse un épisode crossover « Prince tyranide contre Golem fécal ». Un épisode léger et délicat, bien évidemment.

    • Alors ! Cela a été évoqué dans un autre commentaire plus haut : jusqu’à fin 2018, le marché des œuvres sur la Grande Guerre était surchargé, bloquant un peu les démarches. Mais depuis… des choses avancent doucement. Je continue donc à travailler sur le projet, mais oui ! Et j’espère bien pouvoir publier tout cela, ma foi !

  52. Bonjour, cher Connard !
    Je vois un peu plus haut dans les commentaires que commencer à lire vos articles en 2011, c’est déjà bien tard. Me voici donc pour hausser la barre un peu plus haut ! Arrivée il y a 2 semaines sur votre blog après de très chaudes recommandations, je passe mon temps libre à lire vos textes et à regretter l’heure suivante tant mon ventre me fait mal. Je ne veux pas flatter votre égo pour me faire remarquer, mais c’est la pure vérité, je ris à chaque article et les gens s’inquiètent autour de moi de me voir « trop » rire devant un écran.
    Honnêtement, je n’ai pas plus envie d’aller voir que ça Dark Phoenix parce que votre version est déjà parfaite, c’est plutôt votre chef-d’œuvre que je ne veux pas gâcher en allant voir  » l’original  » ! Dans le cas d’Avengers, je comprends mieux pourquoi je me posais tant de questions … Merci. Il me tarde de lire le reste.

    Votre post m’est donc très pratique pour capter toutes (ou presque ?) les petites subtilités de votre blog, que j’irai parcourir de fond en comble, soyez-en sûr (youtube, j’arrive !) ! Je vous souhaite bien du courage (il en faut !) et tout mon soutien pour la suite de 2019 et des années à venir (j’ose espérer !).

    Très joyeux anniversaire, savourez votre Brandy bien mérité !

    • Parfait, de nouvelles recr… je veux dire, de sympathiques nouveaux venus. La bonne nouvelle, c’est que vous avez plusieurs centaines d’articles en stock à votre disposition. La mauvaise, c’est que vu la quantité de petits caractères, vous perdrez probablement la vue bien avant. Merci en tous les cas, et ravi d’aider vos abdominaux.

  53. Zorionak Zuri (bon anniversaire) comme on dit de part chez moi au Pays Basque et vivement que vous passez dans cette contrée lointaine et proche à la fois. Le dicton dit: con comme un basque et donc vous ne serez point seul.

    je vous conseille comme film apéro (chez nous c’est toujours l’heure de l’apéro) La Caravane vers le soleil, un vieux western avec du basques bondissants dignes des X Men !

    • Maintenant, j’ai envie de voir des basques bondissants et leur terrible cri de guerre. Je ne vous remercie pas.

    • Dix ans que le blog existe. Et cinq ans que je le suis. Je me sens vieux. Certes, j’ai à peine dix-huit ans, mais tout de même, ça ne me rajeunit pas, tout.

      Je me souviens avoir commencé à suivre le blog à partir du Hobbit. A cette époque, j’étais en troisième, et les forums internet n’étaient pas encore tous morts. J’ai encore le livre dédicacé de ce jour où, au salon du livre de poche de Saint Maur, j’ai rencontré une cravate rouge et l’homme qui allait avec.

      Depuis, je ne perds pas une occasion d’offrir un petit livre orange avec en gros sur la couverture : « un odieux connard ». Effet garanti à chaque fois.

      Et maintenant, je suis majeur, vacciné et responsable (en tout cas, pour le « majeur », j’en suis sûr), et je continue mon chemin en école d’ingénieur.

      Vous êtes vraiment un odieux connard à me rappeler comme ça à quel point le temps passe vite.

      PS : peut-être cela réjouira-t-il le maitre de ces lieux d’apprendre que dans les rayons de la médiathèque de Troyes, j’ai aperçu son livre. Voilà que même les grandes bibliothèques s’y mettent.

  54. Bon anniversaire au blog et merci pour tout!
    Cela a toujours été un plaisir de vous voir aux geek faeries, que ce soit pour une dédicace la première année où vous vîntes, au forum IRL, ou aux conférences dans des tentes de plus en plus grandes et de plus en plus remplies, alors je suis ravie de ce projet de spectacle et j’ai grand hâte de le voir se concrétiser.
    Excellente continuation cher odieux !

    • Oui : les Geek Faeries ont été un fabuleux laboratoire pour mes expériences, dont vous fûtes les cobayes. Présenté comme ça, c’est tout de suite moiiiiins… pluuuuus… enfin voilà. Plus sérieusement, les Geek Faëries m’ont toujours laissé carte blanche et même soutenu dans mes idées de « Tiens, si on faisait autre chose qu’un question/réponse ? », et je dois dire que je suis très heureux de voir que ça a été bien accueilli.

  55. Merci pour tout, surtout votre mauvaise fois, qui me fait tant rire, et spécialement au travail.
    J’aime toujours autant les regards interrogatifs de mes collègues! Et merci de me fournir des éléments pour répondre à leurs commentaires sur tous ces magnifique film. Bon inévitablement ils finissent par me dire que je critique sans l’avoir et sans avoir rien compris. Ce qui est vrai.

    Sinon juste un petit truc, j’étais curieux de voir de quel application android vous parliez. Ma curiosité reste entière, votre lien ne mène nulle part… je suis triste!

    • Diable, l’application aurait disparu ? Je vais mener l’enquête. Mais sinon, le site est parfaitement compatible mobile, donc pas de panique.

  56. Que d’heures passées devant ce blog en pouffant d’une petit rire diabolique.

    Avec un si grand nombre de conna-rds-sses (c’est cadeau ça ) qui le revendiquent haut et fort, nulle surprise de cette longévité et de ce succès grandissant ! Avant, nous nous sentions seuls et incompris en hurlant intérieurement devant notre écran que c’était une mauvaise idée de faire plusieurs groupes de 1 avec un tueur dans le coin.

    Votre odieuse personne aurait également fort à faire avec les séries qui ne manquent ni d’incohérences, ni de moults rebondissements pour les faire durer 20 ans (Je vous épargnerais les soupes … oups, cette correction automatique … je voulais dire les soaps évidemment !)

    Il y a un mois, j’ai pensé à vous alors que mes yeux saignaient abondamment devant l’affiche de l’adaptation cinématographique d’ « After ». Série de bouquins nés du blog d’une autrice sans imagination qui compte sur les commentaires de ses fans pour continuer son histoire. Affligeant, surtout lorsqu’un jour on voit, à la caisse de la librairie dans laquelle on travaille, une gamine de 13 ans qui attend tranquillement son tour en serrant contre elle cette œuvre sans égal (qui a dit les 50 nuances de Grey ?!! …) entre papa et maman (ont-ils la moindre idée de ce qu’il y a dans ce livre ?!!). Si je peux me permettre une anecdote de cette ouvrage prise un jour en l’ouvrant au hasard (véridique !). La protagoniste qui faisait, ou plus exactement subissait, une f***tion un peu trop poussée au point de ne plus parvenir à respirer se disait en son fort intérieur que c’était quand même pas top top qu’on retienne fermement sa tête dans cette fâcheuse posture mais qu’il était mieux de subir le truc pour ne pas décevoir son tendre partenaire. *soupir* Je suis toujours émue devant de si belles histoires d’amour entre des psychopathes et des huîtres ! Voilà une exquise littérature.

    Pour avoir écris un roman de fantaisie qui n’a malheureusement pas encore trouvé d’éditeur et est infiniment plus intéressant (en toute impartialité) mon cœur saigne de voir tant de gens se contenter de tant de médiocrité pour ne pas dire autre chose.

    Et après on s’étonne du nombre croissant de dépressifs (Ça me rappelle que j’ai oublié de prendre mon Tranxène … ). Les psys ont de beaux jours devant eux. Tout comme ce blog, je l’espère ! Le cynisme est tellement salutaire !

    Il ne me reste plus qu’a vous souhaiter le plus odieux des anniversaires !

    • Vous avez commis une terrible erreur : vous avez ouvert le livre de l’enfer. Celui-ci rend instantanément dépressif car son taux de nullité est si haut que l’esprit humain a du mal à pouvoir seulement le concevoir, et ensuite, lorsqu’on se rappelle qu’en plus, c’est un succès, on se met à haïr un petit peu plus son prochain. Laissez cela aux professionnels : je ne lis ce genre de choses que pour le travail, avec des gants en plomb et des lunettes de soudeur. Ça ne suffit pas, mais ça atténue un peu.

      • D’ailleurs, j’ai oublié de dire que j’aimais bien les formats du petit théâtre des opérations, qui n’est pas sans m’évoquer les Axoportraits de Patrick Baud :)

  57. Bon, j’avais écrit un commentaire mais visiblement, il n’est pas passé. Je recommence donc.
    Bon anniversaire Monsieur l’Odieux Connard !
    C’est un véritable plaisir que d’assister à vos conférences aux Geek Faëries (depuis déjà 3 ans, diable, ça commence à devenir une habitude de venir depuis Bordeaux spécialement pour vous voir), même si cette année il a fallu s’asseoir par terre pour certain(e)s d’entre nous, et de vous demander une petite dédicace et une photo. D’ailleurs, c’est mal de votre part de nous inciter à acheter vos livres alors qu’on a clamé haut et fort qu’on n’en achèterait pas aux GF (dites à Julien Hervieux que j’ai profité de la boutique du festival pour acheter son roman jeunesse, au fait). Mais bon, c’est pour la bonne cause alors vous êtes pardonné.
    Je vous ai vraiment découvert avec les spoilers de Grey qui furent la cause principale de mes plus grands fou-rires à cette époque-là. Je vous avais déjà croisé sur quelques spoilers de films mais je reconnais humblement ne pas avoir poussé davantage mes investigations à ce moment-là. Mais je me suis rattrapée depuis et en plus, j’ai acheté tous vos livres donc je fais partie de celles et ceux qui vous enrichissent avec grand plaisir.
    Je suis très enthousiaste à l’idée d’un spectacle du Petit Théâtre des Opérations, donc je vous y encourage vivement.
    Merci pour tous ces spoilers et tous ces articles qui montrent que le cynisme est toujours d’actualité.

    Bonne continuation à vous pour ces dix prochaines années (voire même plus, ne vous arrêtez pas en si bon chemin, ce serait dommage), Monseigneur Connard, et au plaisir de vous revoir l’année prochaine aux GF.

    • Ah, les spoilers de Grey. Oui, je crois que cela a attiré bien des âmes perdues en ces lieux. Mais en plus, vous attirer aux Geek Faëries : quelle surpuissance. En attendant, soyons clairs : merci pour votre pognon. C’est quand même dur : vous me payez et vous finissez assise par terre aux GF. Il n’y a pas de justice.

  58. Odieux Anniversaire donc, cher Connard. J ai grand plaisir a vous lire, vos spoils sont souvent attendus, parfois meme avec impatience, et je dois vous remercier:
    Je travaille moi meme dans les effets speciaux et un certain nombre de films sont passer entre mes mains aimantes avant de finir sous votre plume (O comme j aimerais que les scenaristes, eux aussi, soient soumis a la meme rigueur que nous autres techniciens), et il arrive souvent que, travaillant sur un film, je me dise en secret « vach’te.. y a de la stagiaire qui va se prendre du coup de pelle pour celui la! » Parfois meme il me semble entendre deja les chatons couiner dans leur sac (ce fut le cas pour: « Man of style », « Percy Jackson, il a merde monstre », « Promethée use et abuse », « La colère des gitans », « X-Men : Days of future patchouli », « The Edge of the Marmotte », « Noah, yeah. », « Exodus : Gods, Kings and Drugs », « Terminator – Geneuneu », « Les 4 pathétiques », « Oh my Gods of Egypt « , « De façon X-pressive, Apocalypse arrive », « Gnangnan Squad » (j imaginais meme pas que vous vous iriez jusque a vous l infliger celui la.. quel abnegation!), « Alien Convenu » (Desole encore hein.. pas ma faute.. avouez que c est quand meme bien anime au moins!), « Wander Woman », « Bad Runner 2049 », « Batman WTF Superman », « Justesse League » (les deux la, tel le cheminot fermant un wagon en partance pour la Pologne, mon seul commentaire sera « je ne fait que mon travail »), « Caquaman », et enfin « X-Men – Dark Poulet ».
    Et je dois avouer que vos spoils (en plus de mon salaire) me rendent un peu de la jouissance des fruits de mon travail que la stupidite des scripts m a vole. Rien que pour ca, Merci Odieux!

    Et puis, vous m avez aussi fait decouvrir des merveilles! Je pense au « trois mousquetaires » notement, que j ai vu (pas en entier non plus, faut pas deconner!) apres avoir lu le spoil, juste pour le voir de mes yeux..

    Pour tous ces moments, Merci Odieux..
    (et Pardon Diego)

    • Voilà qui est plaisant : il est toujours agréable de savoir que j’ai des lecteurs infiltrés dans le milieu magique du cinéma. Heureux de savoir qu’en tapant sur votre secteur, vous y trouvez quelque plaisir. C’est un peu sado-maso, mais allez, soit ! Merci, en tout cas.

  59. (avant que j’oublie, merci Yersinia, ou Ceddeeric et tant d’autres)
    zen Odieux, simple touriste et récent ici, j’ai pas bézef de mérite,
    aussi bout à bout j’apprends (Merveilleux !)
    sinon échanger: marié depuis 10 ans (dans une semaine je crois) j’en vis très bien !
    Cheers,

  60. Cher Odieux ( mais point connard )
    10 ans de plus , c’est rien ! et puis vous n’avez pas l’air si vieux .
    pas de chocolat noir , il fondrait et nib de brandy : vous buvez assez comme ça !
    bon anniversaire à votre blog ( que j’affectionne ) je l’ai trouvé par hasard , en tapant sur google  » l’insondable stupidité de 50 nuances de Grey « , le premier film de la série maudite .
    merci pour les spoils , les articles et votre infernale malice qui m’a poussée , en deux ou trois occasions , à écrire des bêtises . désolée .
    merci de m’avoir fait découvrir Albert Roche et le baron belge ( mes préférés mais les autres sont bien allumés aussi ) PNL ( eh oui ! je ne parle pas encore en igo mais j’ai bon espoir et je suis dingue – hum – du vocodeur )
    merci d’avoir inventé le caporal Roudoudou !
    merci pour des expressions comme  » écraser la truffe à coups de pelle  »
    merci pour  » le petit théâtre des opérations  » quasi livre de chevet et pour  » au service de sa majesté la mort  » ( comment ? ce serait un livre pour enfants ? mais c’est que j’ai adoré , moi ! )
    même que j’attends  » de vieux ennemis  » avec impatience …
    alors merci pour tout …. et au boulot !

    • Mais, toujours au service des braves gens et du bon goût. Finalement, je crois qu’on peut remercier 50 Nuances de Grey : en faisant fuir tout ce qui avait encore une âme, cela les a envoyés ici. Comme quoi. Oh, et ma foi « De Vieux ennemis » est déjà sorti !

    • Moi je voulais vous remercier Yersinia, car depuis que je suis moins présent dans les commentaires, j’ai l’impression que vous avez repris mon rôle de nourrisseurs de trolls. Rôle capital s’il en est. Donc merci. Il est vrai que certains commentateurs que j’avais l’habitude de croiser semblent moins présents (magnus, gloubi, où sont ils ?), je me rappelle de nombreuses discussions complètement improbables, et j’en ai oublié sans doute bien plus ! Mais vous êtes là, fidèle au poste !

      • cher Kwiskas : si le signe du saint Bernard existait , j’en serais ! je ne marave pas la margoulette aux chats errants : je les nourris !
        leurs posts sont l’expression d’une souffrance . je passe la pommade et parfois je pose une perf ( de rhum ) c’est marrant ….
        Gloubi et Magnus font leur diva ? ou ils ont choisi un autre pseudo ? comment savoir , avec ces galopins ?

      • Votre bonté d’âme vous perdra !
        Ah les maroufles ! Qu’ils n’espèrent point nous jouer le coup de l’anonymat, car nous les retrouverons ! (oui, parler d’anonymat est cocasse, quand son pseudo est une référence à une fausse publicité d’un groupe humoristique … mais sur ce blog j’ai toujours signé avec ce pseudo, sauf quand je l’écris mal)

      • seriez vous en train ( mine de rien ) de semer des indices , voyou ? histoire de me pousser à chercher ? alors que je gis , profitant de la chaleur …. oh mais non : j’irai pas sur YouTube !
        si c’est comme ça : kouik ! plus de Wiskas !
        na .

  61. Nanniversaire M’sieur Connard !

    Quasi 5 ans pour ma part que je glousse et tressaute des épaules au boulot et que j’ai intégré « kikoute » et « on a qu’à faire des groupes de 1 ! » à mon vocabulaire courant.

    Je garde précieusement ma dédicace des GF 201f, avec un peu de chance je viendrai dans la file d’attente pour en avoir une autre en 2020. De beaux souvenirs à ricaner en conf aussi, alors vivement le PESTACLE.

    En vous souhaitant belle motivation et belles idées dans vos projets futurs, à vous et à M’sieur Hervieux :)

    • Je suis heureux de savoir que j’enrichis le vocabulaire d’autrui. Il n’y a plus qu’à adopter « embabouiner » et on est bons.

  62. Alors bon, j’ai posté mon message mais apparemment, en réponse à un commentaire, alors que ce n’était pas DU TOUT une réponse à ce commentaire … Bon, je reprends.

    Alors M. Connard ! Ca ne va pas du tout !
    Déjà, cette année, je suis venu aux Geek Faëries pour vous rencontrer (je ne vais pas dire « seulement pour vous rencontrer », car 1- j’ai réussi à convaincre ma femme d’y aller en lui inventant tout un tas d’excuses ; 2- c’est pas bon pour votre ego ; 3- les Geek Faëries c’était vraiment génial, même si le GN du dernier maître de l’air a un peu dégénéré …). Et ce fut un réel plaisir. (moi, je noterai juste que, quand on fait un blog ENTIEREMENT GRATUIT ET SANS PUB PENDANT 10 ANS, hé bien on ne fait pas de leçon de capitalisme à de gentilles jeunes filles qui proposent des « free hugs » ; à moins de faire preuve d’une mauvaise foi extrême, mais je n’oserai y croire !).
    Et là, maintenant, vous proposez carrément des sorties sur lieux historiques ?!?!? Avec j’imagine force bons mots et délicieuses anecdotes ! Mais comment vais je pouvoir dire non ? Impossible ! Bref, il va falloir compter sur moi, et sans doute j’arriverais à convaincre ma douce de se joindre. Donc 2. Et promis : je ne vous embêterai pas pour que vous fassiez une vidéo avec M. Frédéric Molas (suite à une vague proposition hypothétique de ce dernier, que j’ai pris pour un acquis sûr et certain !).

    En tout cas, merci pour les 9 années (car je ne vous suis pas depuis le début, mais presque), de rires, de spoils (autant de films dont je peux parler sans les avoir vus !), d’anecdotes cocasses, et bien sûr, de mauvaise foi.
    J’en profite pour dire merci aux commentateurs du blog ! Car après la lecture d’articles fort distrayants, le spectacle continue sous les articles, avec des commentaires parfois fort divertissants et pouvant dégénérer en discussions totalement improbables. Merci en autres à : Yersinia, Magnus l’intolérant, Georges A., Tobor, Gloubi mon troll de compagnie, j’en oublie sans doute d’autres ! (j’ose pas ajouter Stéphane à la liste, mais bon …) Faudrait qu’on se fasse une réunion en convention, un de ces jours …

    Sur ce, bon anniversaire, à une prochaine !

    • Vous faites bien : continuez à convertir des gens à venir me voir en vrai ; cela me permet de m’enrichir… hem, humainement. Humainement bien sûr. Merci à vous, mon brave !

  63. Joyeux anniversaire 10 ans ce n’est pas rien on commence à être un grand. En tous les cas c’est toujours un vrai régal de vous lire et de vous faire découvrir à d’autres. Je lis à haute voix vos spoils ou bien je fais découvrir le petit théâtre des opérations. Je ne m’en lasse pas et cela me permets de passer d’agréables moments. Merci beaucoup pour tout.

    • Oui, 10 ans, c’est bientôt le collège. Je vais m’acheter un bullet journal pour la rentrée, vous avez raison.

  64. Merci pour ces 10 ans de contenu qui meublent mes nuits, que ça soit les articles, les conférences ou les livres (à quand la suite de « Au Service de Sa Majesté la Mort » ?). C’était aussi un plaisir de vous voir et vous parler pour la dédicace de vos livres aux Geek Faëries.
    J’avais aussi une question très conne. Comment vous arrangez-vous niveau administration / juridique etc pour utiliser un nom de plume ? Vous pouvez ouvrir un compte en banque juste avec ce nom, signer des contrats ? (je demande parce qu’en temps qu’apprenti comédien, je vais devoir prendre un nom de scène et je ne sais pas du tout comment ça marche)

    • Une question précise, ma foi ! Alors, il y a une solution fort simple : il suffit de passer les contrats sous son vrai nom, et de préciser dans lesdits contrats le nom « d’artiste ». Comme cela, tout est réglé. Non, je n’ai donc pas de compte en banque au nom d’un certain « Odieux Connard », ça aurait fait jaser.

      • D’accord, merci d’avoir pris le temps de répondre à une question qui peut paraître assez bizarre. Il y a un moyen pour empêcher l’employeur de divulguer le vrai nom ?

  65. Cher Monsieur Connard,

    Je me suis fait récemment convertir au jdr Cthulhu par un proche qui assume la fonction de Maître du jeux et accessoirement de professeur d’Histoire dans un lycée du 93.
    Visiblement, la perte de points de santé mentale par paquets de 10 pour les investigateurs un peu trop téméraires semble être, selon ses dires, « l’activité la plus relaxante du monde après une semaine de cours ».
    Une personne qui m’est extrêmement sympathique donc.

    Je profite de l’occasion de fêter ce blog pour vous dire que, le sachant appelé à surveiller les épreuves du bac, j’en ai profité pour lui rappeler au téléphone les différents conseils qui vous prodiguiez dans votre illustre ouvrage pour repérer les tricheurs lors de l’examen.
    Je pense que sa personne et son rire sardonique vous en remercient encore.

    Quant à fêter dignement ce 10ème anniversaire, puis-je vous conseiller de porter un regard et -qui sait- un spoil sur Geostorm ?
    Car autant la science nous a prouvé qu’avec de bonnes conditions de pression il était possible d’accumuler suffisamment de graphite pour le transformer en diamant, autant Hollywood nous a prouvé qu’il pouvait en faire de même avec les poncifs.
    Cerise sur le coprolithe, une certaine version (Québécoise ?) pouvait s’enorgueillir d’une traduction très hasardeuse sur les noms des installations technologiques. On passait ainsi de DutchBoy à Doigt-de-Gamin ce qui laissait la part belle à une certaine quantité de blagues salaces.

    Bon visionnage par avance.

    • Si vous cherchez à vous reconvertir, sachez que vous faites un excellent commercial en bouses : j’ai maintenant envie de voir ce coprolithe cinématographique. Je ne vous félicite pas.

  66. Il était évident que tant de références en commun (George Abitbol, le vil Sasuke ou la mauviette Hamidou) ne pouvaient que signifier que le millésime de l’Odieux Connard se rapprochait méchamment du mien. Mais si tes secondes avaient 10 ans de moins que toi il y a 10 ans, à moins d’avoir eu à l´époque des tripleurs de 19 ans, ( et si tu officiais au lycée René Cassin ds le 9.1) ta machiavélique personne a quelques années de moins que moi. Si tel est le cas, pas la peine de griser ta chevelure pour te donner l’air sage, jeune freluquet ! Mais le talent n’a pas d’âge, jusqu’à une certaine limite (cf le syndrome du pantin désarticulé aussi appelé le tic Mick Jagger). Merci pour les mots d’encouragement dans les calepins pour m’aider à braver le monde impitoyable de la territoriale, et promis, lors d’un prochain trip à Hollywood, ça n’est pas une photo des dalles hommages à Nicolas et Ridley que je t’envoie, mais bien une véritable collec DVD dédicacée des 2. C’est mérité !
    – politesse mièvre de signature professionnelle ( au choix) – , Laetitia

    • Vous savez, j’ai décidé d’être vieux très tôt : a 16 ans, je commençais déjà avoir des cheveux blancs. Afin de tout de suite poser qui avait abandonné l’idée de rester jeune. Voilà qui pose son homme. Pour le reste : les DVDs dédicacés iront dans ma vitrine, aux côtés de mon autel dédié au bon Nicolas, qui nous manque tant.

  67. Cher Odieux, Monsieur Hervieux, déjà félicitation pour ce beau succès, vous avez réussi à faire vivre ces spoils 10 ans sans que jamais ça ne devienne ennuyeux et en même temps vous avez rajouté plein de nouvelles choses sous de nouveaux formats. Ce n’est pas un petit succès ! Ensuite merci beaucoup pour tout les fous-rires, aujourd’hui encore quand je suis triste je vais relire ce passage du spoil de twilight :

     » Hey les mecs, allons chercher des témoins qui n’ont rien vu et ne connaissent même pas Renesmée pour leur demander de témoigner de quelque chose qu’ils ignorent en face d’un mec qui n’en a pas besoin puisqu’il lui suffit de lire dans l’esprit des suspects pour avoir la vérité ! »

    Ça marche à tous les coups.

    J’ai une question qui concerne un certain « Antoine Drouot ». Je suis surpris de ne rien avoir lut sur lui dans cet article et je voulais savoir à quand les livres ??

    En tout cas je vous souhaite au moins 10 ans de plus à sévir dans les salles obscures !

    Joyeux anniversaire

    • La réponse à votre question se cache plus haut dans les commentaires (mais il y en a moult) : la période 2014-2018 a été surchargée en Grande Guerre pour les éditeurs. Difficile, donc de placer la suite du projet. Mais maintenant, c’est fini, aussi votre fourbe serviteur se faufile et repropose des choses sous un nouveau format. Et des portes s’entrouvrent. On en reparlera donc, je l’espère ! Merci à vous.

  68. Cher M. Connard,

    Par le biais d’un vidéaste, je suis tombé par hasard sur ce blog. Je n’ai jamais pu en ressortir.
    Par cette mauvaise foi, cet humour si noir, ces vidéos aussi charmantes qu’instructives, ce sens du sacrifice d’aller se brûler les yeux au cinéma voir certaines productions pour nous régaler d’un spoiler d’une qualité indéniable (et aussi, préserver notre portefeuille et nos neurones), j’ai trouvé en ces lieux un doux cocon de cynisme, ainsi qu’un hôte des plus admirable (comment ça « pourquoi pas le meilleur » me souffle-t’on ? Je peux m’exercer aussi à la mauvaise foi, non ? Bon)

    Merci infiniment pour tout ce que vous avez rédigé. Je souhaite quelque part que les films ne s’améliorent jamais pour que vous ayez une source intarissable d’étrons à spoiler. (Remarque, si on regarde l’évolution spectaculaire de la qualité desdits films, nul besoin de souhait).

    Joyeux anniversaire.

    • Effectivement, un bien mauvais génie a dû exaucer votre souhait il y a déjà un moment, car je crains que ma croisade ne soit sans fin. Mais notez que cela me permet de pousser des hurlements de haine en ligne depuis 10 ans à présent, et ce de manière plus ou moins justifiée. Donc vraiment : bravo Hollywood. Non, ne parlons pas du cinéma français.

  69. Merci à vous Odieux Julien, pour ces heures de rire et plus dignement passées en lectures (raffinées) que devant les fameux films.
    Faire connaître votre blog paraît si naturel dès lors que je ne puis qu’être suspicieuse quant au plan qui a mené à l’émergence de cette idée.
    Joyeux 10 ans et vive la suite !

    • Si j’ai pu vous épargner de mauvais films, alors mon sacrifice n’a pas été vain. Merci.

  70. Félicitations pour vos dix ans ! Ce qui m’a marqué le plus sur ce blog, outre qu’il m’a appris à détecter automatiquement les incohérences de script, ce sont les références discrètes à la Seconde Guerre mondiale: Père Castor offrant des pantoufles aux Guderian, ou le Juste pris de Philippe Rizzoli – le plus affreux et sans doute le plus obscur des calembours sur lequel j’ai ri à ce jour.

    Bien à vous,
    Le fan « Hearts of Iron » qui vous croise de temps en temps =)

    • Des références honteuses cachées sur ce blog ? Roh. Sûrement une coïncidence, on ne mange pas de ce pain-là.

  71. Et je constate que, comme une tanche, j’ai commis la même erreur qu’une autre personne dans ces commentaies : j’ai posté par erreur mon commentaire en réponse d’un autre.

    Dix ans que le blog existe. Et cinq ans que je le suis. Je me sens vieux. Certes, j’ai à peine dix-huit ans, mais tout de même, ça ne me rajeunit pas, tout.

    Je me souviens avoir commencé à suivre le blog à partir du Hobbit. A cette époque, j’étais en troisième, et les forums internet n’étaient pas encore tous morts. J’ai encore le livre dédicacé de ce jour où, au salon du livre de poche de Saint Maur, j’ai rencontré une cravate rouge et l’homme qui allait avec.

    Depuis, je ne perds pas une occasion d’offrir un petit livre orange avec en gros sur la couverture : « un odieux connard ». Effet garanti à chaque fois.

    Et maintenant, je suis majeur, vacciné et responsable (en tout cas, pour le « majeur », j’en suis sûr), et je continue mon chemin en école d’ingénieur.

    Vous êtes vraiment un odieux connard à me rappeler comme ça à quel point le temps passe vite.

    PS : peut-être le maitre des lieux sera-t-il réjoui d’apprendre que j’ai vu le petit livre orange et le petit livre bleu côte à côte dans les rayons de la médiathèque de Troyes. Même les bibliothèques sérieuse s’y mettent.

    • Le maître des lieux hantant lui-même la cité de Troyes et ayant un réseau d’agents diaboliques infiltré à la médiathèque, tout se tient. Mais il est heureux d’apprendre qu’il a brisé l’innocence d’un collégien de pl… attendez, cette phrase sonne bizarrement.

      • Quelle surprise d’apprendre ainsi que je demeure à présent dans la ville que monsieur Connard hante.
        Depuis maintenant plusieurs mois, je poursuis mes études à l’UTT. Puisse la présence d’une telle source de cynisme non loin de moi m’inspirer dans les années à venir.

  72. Joyeux anniversaire à ce super blog! Je remercie encore l’ami qui m’avait fait découvrir ce site. J’étais ravie de vous rencontrer dans une convention et d’avoir assister à votre conférence c’était fameux, donc un spectacle ca sera excellent !
    Odieuse soirée

    • Vous remercierez l’ami en question pour sa participation à mon oeuvre diabolique.

  73. Merci pour tous vos articles cher Odieux Connard !

    Je vous ai découvert grâce à une gentille personne qui suggérait votre blog sur allociné, alors que je regardais les avis de Dunkerque.
    J’ai été charmé (littéralement) ! Votre style est exactement ce que j’aime, un humour cynique, grinçant, et une grande aisance dans l’écriture.
    À vrai dire, vous êtes le seul blog que je suis, et je lis tous vos articles avec attention, et c’est sur votre site que j’ai mes plus gros fous rires la nuit (je suis obligé de me retenir pour ne pas réveiller tout le monde, mais c’est dur).

    En tout cas, je vous souhaite une excellente continuation, et j’espère lire encore beaucoup de nouveaux articles !
    Continuez à détruire ce que j’aime (ou pas d’ailleurs).

      • C’est possible : j’existe, et parfois, je saute dans un véhicule pour partir en tournée. Quant à Dunkerque;.. ah, que de souvenirs. Un film que je n’avais pas prévu de spoiler. Je l’ai vu avec Diego. Je suis rentré taper l’article sur le champ.

  74. Très cher Odieux Connard,

    Un grand merci à vous, qui avez l’amabilité d’entretenir ce haut lieu du cynisme et de l’humour noir. Le cynique que je suis devenu à force de vous lire, retrouve toujours le sourire devant un délicieux spoiler d’étron cinématographique (je ne sais donc pas si je dois vous remercier sur ce point). Je suis également ravi d’apprendre que vous songez à emprunter le chemin de la scène pour le plus grand plaisir du public. Enfin, votre livre Orage est déjà intégré au kit de survie dans ce monde absurde, que je prépare pour ma filleule.

    Bien Cordialement,
    Un danseur brestois fortement admiratif

    • Merci à vous. Surtout l’admiration : s’il y a dix ans, on m’avait dit ça… heureusement que j’avais déjà un ego surdimensionné pour me préparer.

  75. Cher Odieux,

    Vous aviez dit, je cite, entre guillemets avec des pincettes et une corde à linge (de mémoire), qu’un bon film c’était un film ou le héros pouvais mourir ça n’enlevait rien à l’histoire. D’où ma question que pensez-vous de Psychose d’Alfred Hitchcock, après tout l’héroïne meurt dans la première partie. Vous allez me dire, il y a une scène de douche, sauf qu’historiquement c’est la première. Donc que pensez-vous de ce film ? L’avez-vous appréciez ? ;) (je ne me rappelle plus à quoi ressemblait le smiley de Schrödinger)
    Bon anniversaire au blog!
    L’ordinateur est votre ami.

    • Ces tentatives honteuses de savoir si j’apprécie des films… vous n’aurez jamais ce terrible secret ! Il faudrait que je revisionne Psychose, cela dit, puisque ce n’est plus tout jeune. Et moi non plus, notez. Et attention : un bon film, ça ne tient pas qu’à la mortalité du héros. J’ai surtout opposé les films entre « Est-ce que le héros va s’en sortir ? » et « Comment le héros va s’en sortir ? » ; dans le second cas, s’il y a une bombe, on sait déjà qu’elle aura un gros compte à rebours lumineux et qu’il ne sera arrêté qu’à 3 secondes de la fin.

      • Les films Hitchcock sont plutôt « Est-ce que le héros va s’en sortir ? », quoique ça lui est arrivé de tombé dans l’autre cas parfois, Sabotage par exemple le gamin ne s’en sort pas, il trimballe une bombe pendant tous le film lui ne le sait pas, nous on le sait, et ça fait boum, il est cool ce film. C’était dans les années 30 en UK les méchants sont donc allemands.

  76. Un très bon anniversaire monsieur Connard ! Je suis aussi l’une de vos fidèles lectrice depuis le début de ce blog et j’ai également suivi vos aventures sur youtube et en librairie. D’ailleurs, non seulement vos livres sont géniaux mais ils m’ont sauvé la mise à plusieurs reprises en faisant office de cadeau parfait quand on a pas d’idées (et ça permet de faire un tri dans ses amis selon leur critiques).
    Aussi, je tenais à vous signaler que madame 50 nuances a commis un autre livre qui s’appelle « Monsieur » (c’est toujours très inspiré) dont voici l’une des citations : « Elle pousse un gémissement. Je m’illumine comme un sapin de Noël. »
    Si ceci ne vous a pas mis l’eau à la bouche, je ne sais pas quoi faire.
    Bonne continuation !

    • Ce que vous faites est scandaleux : me provoquer comme ça avec des lectures de « Monsieur »… bon, n’exagérons pas : je ne vais pas l’acheter pour autant. Déjà, Grey, c’était un lecteur cruel qui me l’avait offert. Il ne savait pas quelle boîte de Pandore il venait d’ouvrir, le malheureux.

  77. Moults félicitations et tutti quanti.
    Etant un des heureux gagnants de votre concours d’illustration pour Le Petit Théâtre des opérations (ma page est là, pour les 3 intéressés au fond : https://www.deviantart.com/klugdunum), j’ai enfin pris le temps de lire votre ouvrage dédicacé. Je l’ai dévoré (certes, ce n’est pas trop difficile, les anecdotes ne prennent pas longtemps à lire) et je vous remercie encore de m’avoir faire rire et ouvert des yeux grands comme des soucoupes.
    Sachez d’ailleurs que j’ai soupçonné un temps un de mes amis, rôliste et ancien professeur d’histoire-géographie d’être en fait votre odieuse personne, vu son caractère abominable. Serait-ce un trait partagé par cette étrange secte que la votre, le cynisme ?

    Et malgré tout, merci de continuer à faire tant attention à l’usage de la langue de Molière. Cela me pousse moi-même (je suis actuellement professeur de français à l’université de Guangzhou -Canton-) à faire le plus attention à mon vocabulaire. J’ai d’ailleurs hésité à utiliser partie de vos vidéos ou articles auprès de mes élèves, mais le niveau est en général trop élevé. Dommage et bisque bisque rage.

    Egalement, un coup de chapeau rapide aux commentateurs de ce blog, parce qu’il m’est arrivé de vertement m’opposer à certains ou d’éclater de rire suite à la lecture (non systématique, je le reconnais) de commentaires.

    Au fait, M. Sarkozy (puisqu’on parle de lui dans ce texte) compte lui aussi revenir sous le feu des projecteurs (je cite Le Point) : « Entre la France et moi, ce ne sera jamais fini. ». Entre ce monsieur et vous, malgré la mauvaise fois, j’ai une tendance à faire confiance au pire des deux. Etrange non ?
    A bon entendeur…

    • Merci à vous de ce commentaire fort complet, ravi d’avoir été utile ; quant à ce Monsieur Sarkozy, vous noterez aussi qu’il ressort un livre pile pour les 10 ans du blog. J’ai quand même l’impression que ce mec essaie de me copier. Il faut partir maintenant, Monsieur Sarkozy.

  78. Un petit bonjour d’un des innombrables lecteurs, souvent silencieux mais rarement absent. Il me vient une question : à vous tout seul, vous ne pouvez combattre les torrents de médiocrité et de bien-pensance que les esprits chagrins déversent sur le monde. N’avez-vous point songé à former une équipe de gentlemen réactionnaires afin de parer ensemble aux menaces les plus graves, comme un film avec Marlène Schiappa en actrice principale ?
    Je suggère humblement quelques noms : Cap’tain Breum, la Chose (les habitués auront reconnu les identités de Marsault et Monsieur le Chien) ; Qu’en pensez-vous ?

    • Oh, mais je fais déjà des choses avec Monsieur le Chien, mon bon ! Féréüs 2 comporte un épisode bonus au scénario réalisé par mes soins, quant à Féréüs 3, je suis aussi derrière le script. Et nous étions en dédicace à Nice il y a quelques jours. Donc alliance maudite il y a déjà.

      • Alors, s’il est possible de passer une tannée à ce branle-couille de Le Chien, ce pourrait-on lui rappeler de mettre S O N S I T E à jour?
        Il ne l’est plus depuis deux ans. Deux ans! J’ignorais l’existence même de Féréüs le Second.

  79. Cher OC,

    Un grand merci pour toutes ces années : deux amis inspirés nous avaient fait découvrir votre blog en nous incitant fortement à aller lire votre article sur la fessée…en novembre 2009 !

    Depuis, le temps a passé, nous étions étudiants, nous sommes passés de l’autre côté du bureau : en tant que professeurs d’histoire et cinéphiles avertis, autant dire que nous nous régalons avec toutes ces lectures, tant sur le blog qu’en livres.

    Nous avions eu la chance de vous rencontrer lors d’une conférence-dédicace chez Gibert Joseph à Paris, il y a deux ou trois ans, rencontre fort appréciée où nous avions échangés sur les belles perles de copies.

    Inutile de dire que le Petit Théâtre des Opérations fit mouche d’emblée – que je recommande à mes étudiants de licence férus d’histoire de la Première Guerre mondiale.

    En vous félicitant pour tout le travail de qualité accompli, votre indépendance d’esprit et votre regard critique sur l’actualité sociale, politique et numérique, et au plaisir de vous l’ire encore dans les années à venir !

    Odieusement vôtre,
    J&L

    PS : pour fêter cela, voici un petit palmarès personnel de ces dix années de spoilers :

    Palme d’or : « Quand reverrai-je Pompéi »
    Grand Prix du Jury ex-aequo : les « Hunger Games » et les « Divergente »
    Prix de la Mise en Scène : « Valérian et la cité des mille plantages »
    Prix du Jury : « Maison Blanche par terre »
    Prix du Scénario ex-aequo : « Star Wars épisode VII – Le reboot de la Force », « James Bond 007 – S.C.R.I.P.T » & « Le Labyrinthe »
    Prix d’Interprétation Féminine : Anastasia Steele, dans « Cinquante nuances de Grey à gré »
    Prix d’Interprétation Masculine : Peeta l’homme-kebab, dans la série « Hunger Games »
    Prix du Meilleur montage : « Spring Bécasses »
    Prix des Meilleurs dialogues : « Cinquante nuances de Grey à gré »
    Prix des Meilleurs costumes : « L’étroit mousquetaire »
    Prix des Meilleurs décors ex-aequo : « Le Hobbit : un spoiler inattendu » & « Jurassic World II – Broken Arrow »
    Prix du Meilleur titre : « Hunger Games : révoltant »
    Prix de la meilleure figuration ex-aequo : Jean-Jacques, Jean-Jacques & Jean-Jacques
    Palme d’honneur : caporal Roudoudou

    • Merci pour ce fort beau post et ce classement : heureux de savoir que le Petit Théâtre est recommandé à des étudiants innocents.

      Quant à la Palme d’or pour Pompéi… mon nez à historiens me laisse supposer que ce n’est pas étranger à des blagues à base de « Juno Nossing ». Au hasard, bien sûr.

  80. Ne seriez-vous pas devenu orgueilleux, très cher ?
    Il est vrai, voir les 200 commentaires ci-dessus, que notre pays, et ce doit être une question d’éducation depuis quelques décennies, ne manque pas d’esclaves des deux sexes (oups! qu’ai-je dis là !) en manque d’un maître à vénérer, mais la sagesse de votre part serait de ne pas en user.

    • Devenu ? Attendez, vous sous-entendez qu’il y aurait une période où je fus humble ? Arrêtez de suite ces calomnies !

  81. Joyeux anniversaire de blog alors très cher Connard. C’est facile de retenir cette date pour nous autres Malgaches qui apprécions les analyses odieuses et autres perfides blogueurs que vous êtes ;-)

    • J’aime savoir que je suis lui à des milliers de kilomètres. C’est beau de vivre dans le futur.

      • Je dirais plus dans le passé, vu notre niveau de développement actuel…

  82. Si on (re)parle d’albert Roche ou d’Albert Jacka, Alors je pense que le but du blog sera atteint pour cette partie, et c’est tant mieux!!! :-)
    Oui, on lit parfois à haute voix les termes qui font bien rigoler l’entourage, à table en famille, parce qu’on adore être un tantinet décalé avec le monde dit normal, ou au boulot avec les collègues… Je me souviens d’ailleurs d’un certain film de Nolan, avec un anglais qui courre dans une rue dans ch’nord… Les gens des autres bureaux sont venu voir ce qui pouvait bien déclencher une telle hilarité… :-p
    Vive le petit théâtre des opérations!!! Moi qui manipule des photographies historiques dans un service que OC doit bien connaitre (et où il a au moins deux grands fans parmi plusieurs autres, dont une qui ferait une syncope si elle l’avait en face d’elle…) ;-) j’apprécie tout bonnement la façon de faire de présenter et de transmettre cette idée du patrimoine historique, tant c’est si bien amené!!! On a regardé plusieurs fois les vidéo, rien que pour s’en convaincre!!!! ;-)
    Un spectacle!!!! Diantre, c’est où qu’on réserve,,,,,??????
    Mais je n’évoquerais alors qu’un seul souhait… On se dit rendez vous dans dix ans!!??!! ;-)

    • Ah mais si vous voulez mettre des collections d’images en avant, il ne faut jamais hésiter à m’écrire. Je ne promets rien, mais si on peut mettre en avant du patrimoine et le faire connaître…

      • Ha oui, j’allais oublié… J’ai craqué… Comme c’est très prochainement un truc qui s’appelle « anniversaire » pour moi, et comme à chaque fois, j’en ai un peu rien à battre, bah j’ai demandé qu’on offre deux livres cette fois ci… Bon pas celui de gauche sur la photo plus haut, encore que je soupçonne le libraire de l’avoir fait « carrément d’exprès » (puisque si on supprime les noms du philosophe et de l’ écrivain, cela donne  » La France pour la vie, qu’il est bon d’être mauvais »… ce que je valide… ;-), mais bien sur les deux dont la couverture se trouve en haut à gauche sur le blog… Bon, j’avoue, j’ai aussi demandé les spectacles de Sellig en DVD, mais là, j’ai besoin de beaucoup de décompression neuronale et surtout, de beaucoup de crampe du diaphragme… P’têt même que je vais ressortir mon « Space Crusade » (une antiquité pour les initiés qui se reconnaitrons)…

  83. Merci pour tous les fous rires, souvent aux larmes. Merci pour m’avoir fait réfléchir, quand parfois votre point de vue sur un sujet différait du mien. Merci pour avoir étoffé ma culture G, notamment avec le Petit Théâtre des Opérations. Merci de pointer l’Absurdité avec un grand A, où qu’elle se cache, avec cette ironie, voire ce cynisme, jubilatoires.

    En espérant pouvoir vous lire bien des décennies encore !

    Longue vie à l’Odieux Connard !

    • Des décennies au pluriel ? Ma croisade est donc sans fin. En attendant, on continue ! Et ravi de savoir qu’il y a toujours des gens prêts à lire ou discuter avec ceux d’un avis différent. J’ose continuer à croire que c’est comme cela qu’on avance (même si l’on est pas forcément d’accord à la fin).

  84. Merci! Grand merci pour les spoilers de films, de livres et d’avoir relancé ma carrière de prof d’histoire préférée.
    Mes élèves ont même pour une fois été attentifs aux sources. Par contre, leurs citations du colonel Leclerc interpelleront les correcteurs peu avertis.
    Alors je ne sais pas ce que c’est que ce tipeee mais si ça me permet de faire un cours éthique et responsable en leur promettant une anecdote s’ils finissent les exercices. Et si vous faites des spectacles, je suis prête à descendre de la montagne, franchir le pont du diable et traverser les 9 collines pour rejoindre la grande ville et vous présenter une offrande.
    Bon anniversaire et surtout bonne continuation.

    • Ça en fait du chemin pour voir un type à cravate rouge raconter des trucs sur scène. Mais soit ! Le compliment fonctionne et j’en prends bonne note. J’espère reparler de tout cela fort prochainement ici-même.

  85. et bien, 10 ans déja!
    Je me souviens encore des fous rires que j’ai eu lorsque je vous ai lu pour la 1ere fois se moquer de la haute-saone et de vesoul. D’ailleurs je remarque que ces moqueries se font plus rare, es-ce parce que, la visibilité du blog grandissant, un plus petit pourcentage de votre public est au courant de l’existence de la haute patate ? ;)

    • On en parle encore, rassurez-vous. Mais il faut varier les plaisirs : tenez, Maubeuge, par exemple…

  86. Bon anniversaire et merci !
    Voila maintenant 4 ou 5 bonnes années que je rie à gorge d’employé en lisant vos spoilers et que je fais tourner les liens plus vite qu’un joint dans un squat de Saint-Denis.
    Alors oui, un grand merci à vous, Ô Odieux Connard pour ces excellents moments de lecture (que je retrouve avec plaisir dans vos 2 livres que j’ai bien entendu dérobés dans une librairie avant d’y mettre le feu pour faire disparaître toute trace de mon passage – quant à la libraire, elle va bien, merci pour elle, même si elle n’a pas vu le soleil depuis quelques années maintenant, ma cave étant mal desservie de ce côté).

    Continuez, continuez, c’est tout ce que j’ai à vous dire.
    Rendez-vous dans 10 ans !

    Odieusement vôtre, Tom Hbarre.

    • Voilà : on sent que les leçons de base ont été bien apprises. Je suis fier de vous, jeune padawan.

  87. Heureux anniversaire de votre blog . Jean-Loup Dabadie et Hélène Carrère d’ Encausse m’ ont glissé à l’ oreille que l’ élégance inégalée de votre style vous vaudrait prochainement un siège à l’ Académie et un splendide habit vert . A payer de vos deniers , hélas .

  88. Ah! Gauchiasse ! Musulman! Les ressources sont limitées! Si on me donne un fusil, je tue celui qui me le donne et je défends pas ma maison! C’est pas à moi, c’est à la banque! Gauchiasse! Je suis trop intelligent!: T’es inéducable !!! du cable, du cable !!!!!

    • cool ! ça va piquer un peu …. tu vois des éléphants roses ? c’est normal , Chaton . laaa . tout baigne .

    • Dit, tu sais que l’Odieux Connard a accès aux ip, mails etc, et que vu ton niveau intellectuel déficient, tu es bien incapable de connaitre et de savoir utiliser TOR ou un VPN pour peu que tu saches même qu’ils existent et a quoi ils servent) , et qu’il sait donc pertinemment que tu es donc ridicule ?
      Enfin je dis ca pour toi, perso je m’en fous que tu fasses semblant d’être moi hein :)

      • Attention mon péon, je suis un Hacker! Je connais des abréviations comme TOR et VPN. Tremble devant mon génial génie de génie génial!
        En plus je me fais passer pour moi qui s’en fiche que je me fasse passer pour moi tout en prenant quand même le temps de me menacer par Odieux Connard interposé (qui est supposé, comme tout bon larbin de ma génialissime génialité, torcher les basses besognes aka vérifier les ips).
        T’as pas compris?! je suis trop génial, même pour moi.

      • Te menacer par Odieux ? Non mais ca frise la parano la….te menacer de quoi d’ailleurs…
        Je t’expliquais juste a quel point tu es ridicule, et le pourquoi.
        Mais continue hein, j’adore quand les guignols dans ton genre en désespoir de cause par leur absence totale d’arguments, essayent vainement d’essayer de m’atteindre par leurs clowneries. C’est toujours amusant de les voir descendre creuser de plus en plus profond dans les abysses de leur nullité intellectuelle.

      • QUOI ? ODieux aurait accès à l’adresse IP des intervenants ? ça alors ….. on en apprend tous les jours que le bon Dieu fait !

      • @Yersina: Il est le propriétaire du blog, et ne serait ce que par les diverses lois de surveillance de plus en plus drastique nos gouvernements successifs il est même tenu de garder un petit historique histoire de pouvoir dénoncer les contrevenants a la morale gouvernementale. Les opérateurs jouant bien évidemment leur role la dedans en toute cooperation.
        Tout ce que vous pouvez dire est donc bien entendu identifiable, l’anonymat n’existe pas sur le net, hors outil pas forcement simple d’acces. C’est une fable de croire que vous êtes anonyme avec un pseudo. Le pseudo vous protège juste des abrutis qui pullulent sur les forums. Mais ne vous protège pas de l’état. Celui ci néanmoins se fout néanmoins complètement de vous si vous ne le critiquez pas….donc soyez rassurée, tant que vous n’êtes pas un ‘dissident’ (revolutionnaire’ ou opposant politique credible, personne ne trouvera qui vous êtes….(la justice est tres efficace pour retrouver le portefeuille d’un procureur, le votre, par contre, c’est ‘perte et profit’

      • hahaha je meurs de rire ! MON PORTEFEUILLE ? il intéresserait l’état ? ben si l’état n’a plus que ça à se mettre sous la dent , on est mal !!!! et j’ai bien remarqué que Gérald ( mon préféré parmi les ministres – ou ex ministres je sais plus , trop mimi il ressemble à Sarkozy ) connaît mieux que moi ( et à un euro près ) le montant EXACT de mes gains annuels ! bon , il guette avec avidité ma déclaration d’impôts ( j’y fais un bisou avec du rouge à lèvres flashy rien que pour lui , ça crée des liens )
        quant à mon supposé anonymat sur internet ….. le RMP , hein ? royaume du mensonge et de la perversité . j’y soigne ma paranoïa ! je fonce , les yeux fermés , je joue à la guerre des étoiles , étoile noire en vue ! un click une pub ! Crash ? tant pis . je reviendrai !
        cadeau en ces temps de chaleur intense ( je parle du climat ) : rouler dans la campagne ( en respectant les limitations de vitesse , souriez vous êtes filmé ) la clim’ et les chœurs de l’armée rouge à fond .
        ou regarder  » la fille de Ryan  » génial ! si vous suivez l’histoire , vous enfilez un pull et des chaussettes .

      • Attention! L’État me surveille! L’État me surveille car je dit des choses qui dérangent!!! Et l’Odieux Connard est leur Esclave. Car ils sont tous de vilains gauchiasse musulmans qui ne respectent pas l’anonymité du net. Attention, Citoyen de la république gauchiasse française musulmane car l’État ne respecte que son portefeuille et pas le votre.
        Heureusement que je suis un génie et que j’utilise un outil très très très compliqué à manipuler. Un VPN. Le Graal des vrais Hackers comme moi qui suis génialement génial. C’est dire si c’est hors de votre portée d’idiots idiots pas intelligents de l’intelligence comme vous.
        C’est grâce à cela que, envoyant mes postes depuis le Dark Web de TOR, le Dieu des vikings et des génie du Web (comme moi, je vous le répète parce que vous l’aviez pas compris), l’État échoue à retrouver ma trace et à me faire taire, malgré mes propos qui dérangent !!!! Perte et Profit, moi je dit Perte pour l’Etat face à mon génie de Haxor de la mort !!!!

      • >hahaha je meurs de rire ! MON PORTEFEUILLE ? il intéresserait l’état ?

        C’est une référence à l’actualité…disons que si vous êtes procureur, on retrouvera votre portefeuille, ou fils de président, votre scooter…
        Il est bien atteint dis donc mon dopplegagner, c’est amusant…

      • Et si vous êtes moi-même on vous retrouvera pas! Parce que je suis l’actualité minute par minute. Je traque les portefeuilles de procureur et les scooter de fils de président. Pour pas être dans la même pièce qu’eux. Malin, hein! ca vous épate tant de génie. Même si je sais que vous l’admettrez jamais, bande de SJW.
        L’Etat ne m’aura pas, même avec de la dope de ganger. Trop malin le moi, trop bête le vous.

      • Je ne sais pas ce qu’il fume mais j’en veux pas, faire une fixation comme ça sur une personne qu’on ne connait même pas c’est quand même digne de la maladie mentale.Typique de ceux qui essayent vaguement de me contredire d’ailleurs…Comme il leur est impossible d’argumenter quoi que ce soit qui ne soient pas des conneries, et bien ils passent directement a ce qu’ils savent le mieux faire, des conneries…

      • Bien joué moi-même, une description précise de notre comportement et des tartines que l’on étale partout. Quand à ce que je fume. Je fume, tu fumes, nous fumons !!!!
        GAUCHIASSE! MUSULMANS!

      • Amusant, mais le but me reste toujours obscur. il faut dire que je n’arrive pas a me mettre a un niveau intellectuel aussi bas….
        Dommage que Ceedric machin ne soit pas la pour m’expliquer…il en a fait son boulot et ses amis….

      • ouaf ! Stephane l’Ancien vs Stephane l’Usurpateur …. comme …. rhooo !!!!! taper dans un sac de sable ou mieux faire un tour au stand de tir vous ferait le plus grand bien .
        et puis ça préparerait Stephane !
        pour la guerre ….

      • Chère personnalité annexe et subalterne/GAUCHIASSE.
        Tu dit te foutre que je fasse semblant d’être toi (alors que c’est toi qui fait semblant d’être moi !!!!! Meme le plus ignare des ignarien le verrai)
        De plus tu me dit obsédé par ta personne alors que c’est toi qui persiste à venir revenir, rerevenir, rererevenir, rerererevenir sur le poste que j’ai démarré.

        J’en conclus que tu es un MUSULMAN du gouvernement qui m’espionne!!!!
        J’ai déjà isolé ta personnalité médiocre de mon génie. Mais visiblement ca ne suffit pas.
        Telle la mouche obsédée par un bon repas, tu reviens sans cesse me coller aux basques.
        Par le pouvoir de TOR , de Veppe et Henn, je te bannis. Cesse ton obsession envers moi, pseudo-moi raté, et retourne au néant existentiel. Vilain raté. JE TE BANNIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIs!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      • Ach ! l’hacker : gross malheur ! kolossale konnarditüde ! Kommentaires marekage ! pouah !

      • J’admire la ténacité d’écrire des dizaines de lignes de conneries que personne d’autre que toi ne doit lire. Tant de gaspillage d’énergie….Enfin bon je suis pas écolo donc je m’en fous, défoule toi…Au moins pendant que tu ecris tes conneries, tu fais pas de dommage réels

      • Mais si, souviens-toi.
        Sous notre injonction suprême, notre génie faisant loi, L’Odieux Connard est sommé de scruter tout nos postes pour savoir qui de toi ou de moi ou de nous est le vrai, le haxor qui sait utiliser un VPN et TOR, l’improbable lumière qui sait programmer « hello, World! » en Java et en Python.
        Nous avons donc au moins là, un lecteur.
        Plus toi qui s’en fou tellement qu’il ne peux pas s’empêcher de rererererererevenir malgré son bannissement mérité dans l’externet. Ca fait 2.
        Plus blondie qui a un drôle d’accent qui me rappelle les heures sombres, ou on n’avait pas besoin de crème solaire et ou Ariel lavait plus blanc. Ca fait 3.
        Plus Yersisnia qui est dans toute les fumisterie, d’opium et d’ailleurs. Ca fait 4
        Plus terminator, qui abesoin de vancances en juillet et n’est donc pas un fonctionnaire, mais un gauchiasse musulman, à tout le moins. Ca fait 5.

        Nous divertissons, divertirons, divertîmes, donc cinq énergumènes. Plus mon auguste personne, c’est tout à fait rentable.

      • dites donc , oufzor de la mort ( pffff ) et d’ailleurs , seriez vous mal embouché ?

      • >L’Odieux Connard est sommé de scruter tout nos postes pour savoir qui de toi ou de moi ou de nous est le vrai,

        Première ligne est deja des conneries…

        Donc je réexplique a ton cerveau lent: je ne lui ai rien demandé, je m’en tape le coquillard, le seul truc que j’essayais de t’expliquer, c’est que tu ne fais pas illusion….Donc continue de creuser, avec un peu de chance tu te carboniseras bientôt…

      • Ouh, j’ai la confirmation que tu me lis toujours. J’en suis tout émoustillé, dis donc.

      • La première ligne, oui. Cela suffit en general largement. C’est plus ou moins automatique quand cela arrive dans mon champ de vision. Par contre comme je disais (a force de repeter ca rentrera peut etre) inutile que t’en ecrives plus, Personne le lira, meme tes copains…

      • Toujours aussi récapépétitif mon cochon. Même sans nous tu fais doublon, comme un c**.

        (Cul)

      • ben si : moi je lis ! même que vous fatiguez , à force …. un peu de nerf , que diable !
        je ne peux pas croire que votre baisse de forme soit causée par la déshydratation !
        pas chez vous ….

      • Et oui quand on essaye d’éduquer un animal la répétition est la seule chose a faire, a partir d’un moment, normalement ca finit par rentrer. Maintenant comme c’est a distance, je peux pas te mettre un collier anti aboiement, donc forcement, ton dressage va être plus long…

      • Eh oui, mon côlon!!!! Je l’avais pas précisé pour pas surcharger vos petits cerveaux de reptiliens! Je suis pas seulement Stephane le génial Hacker que tous le monde acclame, je suis aussi Stephane le plus grand de tous les dresseurs. Hier, j’ai dresser un poulet à aller tout seul dans le four. Quel marrade !!!!
        Mon plus grand défi: dresser une sous personnalité qui crois avoir mon génie. Mais je le relèverai. Rien ne peux résister à mon génie tellement il est plus génial que les autres génies.
        Depuis la mort de mon tamagotchi, confisqué en cœur d’histoire-géo et conséquemment mort de soif, j’ai travaillé ma technique. Je peux maintenant dresser n’importe quoi n’importent comment n’importe quand. Et si ça me résiste, je les hackes sa mère. Je suis Stephane. Désespérez et prosternez-vous!

      • Désolé, je n’ai pas pu dépassé la première ligne et elle est vide..Fais plus concis :)

      • Je suis fort aise. Ma technique de dressage infaillible marche. Ma sous personnalité se montre polie et souriante. Allez, maintenant donne la papatte sous-copie non originale. Tu auras un sususcre.

      • le collier anti aboiements est une horreur ! j’ai bien envie de rameuter le conseil de sécurité de l’ONU !
        ATTENTION ! il va y avoir du poil d’arraché …..

      • Vous devriez vous échanger vos adresses pour vous écrire vos mots doux en toute intimité ! Ceux qui ont coché la case « m’avertir des commentaires » ne sont pas obligés de recevoir chaque jour la manifestation de vos ébats ;))

  89. Bravo pour vos 10 ans!
    Je vous ai connu un soir, après être allée voir le troisième volet du « Hobbit », qui m’avait laissée dans un profond désespoir. Je cherchais un écrit, une critique qui puisse venir me réconforter et étayer mon jugement et je suis tombée sur votre spoiler.

    Qu’elle ne fût pas ma surprise et mon ravissement lorsque je découvrit sous mes yeux et mis en mots ce que j’avais ressenti plus ou moins consciemment devant ce… film.

    Je n’ai pas encore réussi à rattraper mon retard et à lire les 466 articles, peut-être un jour. Mais j’ai acheté vos livres ( d’un Odieux Connard, a Sa Majesté la Mort en passant par le petit théâtre et Orage), parce que je suis sensible à votre plume. Et surtout, j’en fais profiter mon entourage…

    Oui parce que vous méritez d’être connu, votre cynisme est salvateur. Et après avoir fait tourner vos livres (de l’Odieux Connard) parmi mes collègues, je me suis rendue compte que je pouvais vous utiliser autrement! (Oui de fait vous êtes devenu un outil! Votre ego y résiste???)

    Je m’explique. Je suis éducatrice spécialisée dans une clinique pédopsychiatrique auprès d’adolescents. Et en plus de travailler avec eux les émotions et l’estime de soi, nous travaillons sur des débats, sur comment aborder les choses de manières différentes, en gros que l’ouverture d’esprit n’est pas qu’une fracture du crâne! Et c’est là où vous intervenez, de manière plus ou moins formelle ( la tête de ma chef le jour où j’ai parlé d’une de mes sources d’inspiration pour mes ateliers valait de l’or! Le mot « Connard » bizarrement est mal passé !!!).
    Je fais donc des citations, des lectures « publiques », voir leur fait réviser leurs cours à votre sauce!

    Et pour tout ça, merci! Continuez à trimer sur votre clavier pour que je puisse continuer moi-même à bosser!!!

    Voilà, joyeux 10 ans!!!!

    • Alors ça quand même, comme compliment, c’est effectivement quelque chose : merci. Cela me va d’être utilisé comme outil dans ce cadre, je dois bien le dire. Quel dommage que vous ne puissiez voir ma moue de satisfaction en cet instant précis.

      • Je serai ravie de voir votre moue de satisfaction un jour où vous viendrez sur Toulouse! D’ici là, au boulot!!!!

      • Rassurez-vous ce cher Odieux à de la famille dans la région, il passe tous les ans, en été

  90. Joyeux anniversaire ! Je suis presque gêné d’un manque total d’originalité dans les félicitations, les remerciements, les bravos, les bravi, les vous-êtes-plus-que-génial-si-vous n’existiez-pas-il-faudrait-vous-inventer que je souhaite néanmoins ajouter à la moultitude des commentaires de ce post décennal, mais ça fait plaisir de voir que les gens de goût existent encore. Ayant eu la joie (disons-le: l’honneur) de vous rencontrer à la foire du livre de Bruxelles, je rie encore de la tranquille assurance du vendeur de Points (en son stand de ladite foire) me certifiant ne pas éditer Julien Hervieux, nonchalamment appuyé sur une pile d’ouvrages cyniques. Le traiter de connard a curieusement débloqué la situation. Les ouvrages sont à présent dûment dédicacés. Joie. Avez-vous envoyé Diego dire quelques mots à ce fâcheux ? A Bruxelles, la forêt de Soignes est fort bien située pour une urgence impliquant une pelle, si le nécessaire devait encore être fait. Zut, j’allais presque oublier : MERCI !!!

    • Ah, oui : c’est ça d’avoir une double identité : auriez-vous demandé à Wayne Corporation si vous pouviez voir Batman ? Enfin. Diable.

  91. Cher OC,

    Très mystérieux comment je suis arrivé à vous llire un beau jour. Mais j’ai immédiatement accroché au style, la verve, l’humour et la mauvaise foi !
    De mémoire, mon permier spoiler fut Battleship. Ce qui a donné lieu à une petite perversion : lire les spoilers PUIS regarder les films.
    J’ai dû regarder le dico quelques fois pour découvrir le sens de certains mots. Le plus connu désormais : « rabouin ». Et mon préféré : « coprolithe ». Magnifique mot.
    Et puis au détour d’un spoiler, un autre mot résonne : « bi-classé » tiens tiens. Puis une référence Cluthluesque… Plus de doute, en plus OC est rôliste. Ah mais !
    Vous parliez des trajectoires provoquées par les lecteurs. Et bien, le détail « rôliste » a été crucial pour faire que mes amis à la rédaction Casus Belli obtempèrent enfin devant ma longue insistance à bien vouloir se faire spoiler leurs films ! (#Hobbit). Pour finir, une chronique de vous est parue dans le mag. Je me suis resservi 2 fois du Laphroaig ce jour-là pour fêter la victoire !
    Puis vinrent les passionantes anecdotes de guerre avec Le Petit Théâtre des Opérations. Qui m’ont fait comprendre la statue du Baron Belge, à quelques centaines de mètres de chez moi à Bruxelles. De quoi briller en société tiens !
    En tout cas, que de plaisir sur ce blog depuis tant d’années. Et que ça continue encore longtemps.
    Bravo devant cette somme de boulot tout bonnement incroyable.
    Amitités,
    Max

    • Effectivement, une trajectoire intéressante : comme quoi, tout peut commencer par une simple partie de touché-coulé. Je retourne faire des dérapages avec mon navire de guerre. Jet de conduite !

  92. Merci pour ces bonnes tranches de rigolade Mr Connard.
    J’attends avec impatience quelque chose qui n’arrivera sans doute pas, la suite de votre excellente série sur la guerre 14/18. Une de mes lectures préférée. S’il vous plaît dites moi qu’elle sera un jour complète :)

    • La réponse se trouve plus haut : oui, on avance. Et le projet pourrait prendre de nouvelles formes. Dès que ça bouge officiellement, j’en parlerai ici, je pense.

  93. Cher Odieux, vous avez survécu à Nicholas Cage. Votre actualité chargée est le pendant de son absence cinématographique. Et pourtant quel dommage de ne plus lire de spoil de ses films (Je me rappelle d’un excellent spoil de Rock). Continuez votre œuvre et permettez-nous de nous abreuver à votre cynisme grand maitre pour encore au moins les 10 années à venir.

    • Heureusement, il me reste quantité de choses à explorer dans sa filmographie. Il faudra que l’on parle de Volte-Face.

  94. Heu, moi je ne vais pas vous dire merci.
    Joyeux anniversaire à la limite, mais pas merci: ce serait prendre le risque que vous glissiez dans une satisfaction proche de celle que l’on ressent une fois la tâche terminée, et donc prendre le risque de vous voir moins prolifique.
    Ce qui nuirait gravement à mon plaisir personnel, ce qui n’est actuellement pas envisageable.
    En plus, je soupçonne mon fils de s’être inspiré de vos créations lors de l’examen d’histoire du bac.
    De vos créations et de ce jeu vidéo dont vous m’avez fait publicité quand je vous demander si le Paraguay jouxtait effectivement la Pologne, comme les défenseurs du plastique marin le prétendent. Jeu sur lequel il gâche ses études alors que je ne le peux plus depuis longtemps. J’imagine que je vous dois d’ailleurs cette jalousie paternelle.
    Bref, pas merci.
    Félicitations, poursuivez l’effort, voire même vous n’avez pas d’abrutissement hollywoodien ou politique à commenter au lieu de vous répandre en remerciement mielleux ? Sans blague, ce ton doucereux, j’ai cru à un billet de Diego.
    En revanche, lorsque vous aurez sévi en toute impunité aussi longtemps qu’un député-maire des Hauts-de-Seine, je vous dirai: Bravo ET merci.
    Et je suis accessoirement même prêt à témoigner à votre éventuel procès devant le tribunal populaire de la dictature des biens pensant que vous êtes d’utilité publique.
    Il faudra simplement se mettre d’accord sur l’accessoire: depuis dix ans que je vous lis, à votre image, j’aime aussi l’argent.
    En attendant, comme on dit dans nos campagnes: changez rien et bonne continuation.

    • Voilà qui fait plaisir : eh bien dans ce cas, on se retrouve à mon procès, puis côte à côte au peloton d’exécution, pour avoir refusé de signer la déposition rédigée en inclusif. Ne vous inquiétez pas, Diego tentera probablement de nous faire évader avant cela.

      • Moi au peloton d’exécution ?
        Permettez que je me gausse, comme disait feu le professeur Oppenheimer.
        Je ne peux pas être fusillé, je suis allergique au plomb. J’ai un mot de ma maman.
        Quand à l’écriture inclu-je-sais-pas-quoi, je ne peux pas non plus, je ne suis pas polyglotte. Pas de bol, vous mourrez seul.
        Adulé, mais seul.
        (suis vénal, pas fanatique non mais)

  95. Mon Bon Connard,
    Sans doute ne vous pardonnerai-je jamais le spoil de Pacific Rim, qui détruisit irrémédiablement mes dernières traces de naïveté, mais, par là mème, me fit réaliser le degré de crédulité passive dans lequel mon cerveau se vautrait en tolerant que ces inepties soient qualifiées de scenario.
    Brulant toutefois d’une passion dévorante pour ce film (Elbow Rocket…) je ne démèlerai jamais tout à fait la rancoeur acide que je vous porte de mon ineffable reconnaissance à votre égard.
    Veuillez donc agréer, cher maître, l’expression de mon soutiens le plus sincere dans vos lutes futures (au moins 10 films marvel prévus ?).
    Bref, bon anniversaire.

    • Je crois qu’entre Marvel et Star Wars, c’est un peu Noël toute l’année. S’il y a dix ans, on m’avait dit que ça empirerait, bon.

    • Bonne question : j’aurais dû faire un contrôle continu plutôt qu’un unique test.

  96. Bien le bonjoir et bravo pour ces dix longues années (le pire, c’est que je pense être arrivé vers la deuxième, le temps passe vite), puisse ce blog durer jusqu’à notre euthanasie obligatoire sans passer par la retraite.
    J’ai relu votre article sur les chats, de nombreux blogueurs ont en effet abordé le sujet, je voulais vous suggérer de consulter la vision d’AspExplorer à ce sujet, une plume qui m’a beaucoup plu il y a longtemps dans l’internet et qui verse également dans l’heroic fantasy parodique.
    Mes MJ m’ont toujours dit qu’être loyal mauvais était injouable, j’espère que votre exemple les fera changer d’avis.
    Merci encore.

    • Vos MJs ont raison d’une certaine manière : être Loyal Mauvais, ce n’est pas un jeu, c’est un style de vie. Et je note pour la suggestion (dont le nom ne m’est pas,inconnu).

  97. Cher Odieux,

    Par votre faute, je déroge à la tradition séculaire des parisiens qui font la gueule dans les transports publics… et m’attire les regards choqués de mes concitoyens.
    Ne pouvant vous haïr, je me vois donc contraint de vous remercier pour ces 10 ans de « Pierre Desproges Legacy » en vous souhaitant encore de nombreuses décennies aussi fructueuses (Marvel Studio a encore de nombreux projets, je ne m’en fais pas… même si une panthère vous a échappé lors de votre safari cinématographique).

    J’ai néanmoins 2 questions qui hantent mes nuits :

    1) Passant autant de temps avec Diego, ne seriez-vous pas, en réalité, Dora l’exploratrice ?

    2) Avez-vous pensez à faire des fouilles en Arctique, histoire de vérifier si Albert Roche n’est pas pris les glaces, attendant son réveil pour mettre un terme à tous les conflits contemporains ?

    • Pour répondre à vos questions :

      1) Le Diego de Dora est beaucoup moins polyvalent. Par ailleurs, je doute pouvoir partager mon Diego avec elle. « Cherche le cadavre d’étudiante sur l’écran ! Tu l’as trouvé ? », ça plairait sûrement moins au CSA.

      2) Si Albert Roche est pris dans les glaces, je pense qu’il risque de ramener l’Antarctique prisonnier pour l’apéro. Par cette chaleur, nous aurons vite la réponse.

  98. Bonjour Odieux. Je te suis depuis ton second article. J’ai souvent changé de pseudo et de courriel mais c’est bien moi. Enfin je crois, nous sommes légion dans ma tête. J’étais très troll au début puis on s’assagit avec le temps.

    Petite révélation pour tes 10 ans, je suis médecin et je lis tes articles entre mes patients pour ne pas trop déprimer sur les affres de la bêtise humaine.

    Et parfois, parfois, un truc me revient en tête et je me mets à glousser bêtement devant le malade, qui doit alors se dire que j’ai une case en moins.

    Merci pour tous ces articles géniaux, je me suis souvent demandé comment tu faisais pour voir autant d’incohérences au premier coup d’oeil (tu enregistres la bande son pour réfléchir ensuite ?), moi même j’ai du mal à en voir autant (malgré notre passé commun de maîtres du jeu j’imagine). Mais je devine que c’est avant tout une question d’intelligence.

    Dans l’attente toujours aussi impatience du prochain billet, je te salue bien bas, et vu la dépravation intellectuelle de Hollywood, je préssens que le meilleur est encore à venir…

    • Miséricorde, point d’histoire d’intelligence ici ! Voyez, je sais que je n’aurais jamais pu faire médecine car je suis bien incapable de retenir par cœur autant d’informations. En voyant les copies de cours, je confirme que vraiment, c’eut été impossible pour moi. Par contre, tout ce qui est parfaitement inutile ou absurde (comme un script Marvel, par exemple), ça, je le retiens automatiquement. C’est un super-pouvoir un peu pourri, mais c’est le mien.

      • Au contraire, voir les défauts permet de les améliorer, c’est un pouvoir très utile… il suffit de voir le succès de ce blog ^^

  99. Allez, je balance l’idée comme ça, pif pouf paf (car de toute façon, je n’aurais jamais moyen de la réaliser par moi même). Un jeu vidéo avec comme héros Albert Roche, ou d’autres protagonistes du petit théâtre des opérations.
    Vous savez, un peu comme ce jeu vidéo lambda où le héros, seul contre 250 000 millions d’ennemis, s’en sort sans trop de problème. Et ben là pareil, sauf que pour le coup ça sera réaliste, car Albert Roche quoi !

    Ou alors un jeu complètement décalé, où on joue tour à tour une chauve souris au napalm, un chien antichar russe, etc. …

    Si quelqu’un trouve l’idée bonne (déjà, faut qu’il consulte), et qu’il a besoin d’un consultant, n’hésitez pas ^^.

    • Ah, si j’avais du temps et des compétences de graphiste et de développeur… mais ça fait beaucoup de facteurs et je n’ai rien de tout ça. Mais oui : un jeu où l’on puisse incarner Albert Roche ou Monsieur de Chambure, je dis oui.

  100. Joyeux anniversaire !
    A défaut d’être original, c’est sincère !
    (Et puis un peu de formalisme ne nuit pas !)

  101. Bon anniversaire Monsieur Connard.

    Je souhaiterais raconter ici une anecdote recente que même l’odieux maitre des lieux ignore :
    N’ayant pas le malheur de fréquenter les résaux sociaux, c’est en ces lieux que j’ai pour la première fois entendu parler du syndrome d’Asperger et de ses rabouins qui se prétendent malades pour attirer l’attention ou se trouver des excuses. Quelques mois après avoir ouïe ces piques contre ces étranges energumènes, je me suis retrouvé, poussé par ma psychologue, à passer un bilan. Bilan qui, vous l’avez bien deviné, c’est révélé positif.
    Vous avez donc, Odieux Connard, aidé au diagnostic d’un autiste de haut niveau (qui n’utilise pas les réseaux sociaux et ne va donc pas ajouter au capharnaüm ambiant dans ces antichambre des enfers, avouez d’ailleurs que vous en êtes l’auteur), ce qui va permettra donc de clamer avec une légitime mauvaise foi que vous êtes d’utilité publique

    • C’est effectivement une pirouette scénaristique épatante. Je la note pour le script de mon blockbuster-biopic . Merci à vous !

  102. 10 ans déjà ? C’est l’avantage de la calvitie, on voit pas les cheveux griser et l’âge venir.

    Rendez vous l’année prochaine alors, en espérant que le tome 2 de Au service de sa majesté la mort soit sorti, et que cette année je pourrais être de la partie des geek faeries !

    Pourra t on espérer avoir des nouvelles d’À la vie à la guerre aussi ? Chaque année qui passe me rend triste de son arrêt et du silence radio à son propos.

    Bonne onzième année Mr Odieux !

    • Effectivement, le tome 2 d’Au Service est sorti, quant à À la Vie, à la Guerre, j’en parle plus haut dans les commentaires pour expliquer que oui, l’avance sur le sujet reprend tranquillement. Et on va souhaiter se croiser sur de future Geek Faëries, en ce cas !

  103. Joyeux anniversaire.
    J’avais écrit un petit truc pour ne pas vous dire merci, des fois que cela vous inspire à tort un sentiment fallacieux d’avoir achevé la tâche que vous vous êtes confié, mais il devait être trop long.
    Du coup, retournez vite bosser, vous avez du boulot: si vous faiblissez, je viendrai personnellement immoler Diego sur un canapé en stage avec votre meilleur brandy.
    On a besoin de votre talent plus que jamais, même 10 ans plus tard.
    Lorsque vous aurez sévi aussi longtemps que la députation des Hauts-de-Seine, je vous remercierai, probablement à la barre d’un tribunal populaire puisque la branche fascisante des bien pensant aura pris le pouvoir.
    Ou alors ce sera les russes, comme le prédisait Desproges. Ça serait moins pire.
    Ou les uruguayens: ils seraient déjà à la frontière polonaise, d’après les gens qui comptent les bouteilles en plastique dans l’océan.
    Bref. Ne faiblissez pas, le monde compte sur vous

    • Ce tribunal populaire promet d’être festif vu le nombre de lecteurs qui savent déjà qu’ils s’y retrouveront. Notez qu’on pourra faire un pot commun pour payer notre avocat, c’est déjà ça de gagné. Même si bon : il finira fusillé lui aussi puisque défendre des vilains, c’est vilain.

  104. Je bloque de curiosité (avide de mieux comprendre mon prochain, l’humain) sur :
    quelqu’un qui avait grand besoin de cynisme à ce moment de sa vie.
    A quel moment / dans quelles circonstances de la vie peut on avoir particulièrement besoin de cynisme ? A contrario, y a t-il des jours où on peut s’en passer ?

    Cynisme et mauvaise foi sont mon pain quotidien – je pratique avec assiduité depuis toujours – me manque plus que la fourberie, pardon la rabouinerie , et je pourrai sortir du ventre de ma mère pour affronter le monde. Je vous remercie pour votre contribution à cette évolution.

    Au bout de 10 ans vous voici investi d’une mission de salubrité publique : vous utilisez les armes de la politique, l’hypocrisie en moins, pour mieux les démasquer ! Vous avez du pain sur la planche.
    Excellente continuation (!) dans votre progression, et continuez d’aiguiser votre plume. Amha, ça vient tres bien avec les années (genre la quarantaine)

    • Je crains effectivement d’avoir encore bien du travail. C’est à la fois réconfortant – je ne manque pas de matière – et inquiétant, aussi bien pour l’avenir que pour mon prochain. Heureusement, justement, que je suis cynique, sinon ce serait un coup à désespérer.

    • J’ai un certain stock de mauvaises intentions. Qui me permettent de parler des bonnes qui pavent l’enfer.

  105. Cher Odieux,
    J’ai du mal à croire qu’une décennie nous a ainsi filé entre les doigts …
    Je suis arrivé ici via un lien fourni par un ami vil et tentateur, j’ai lu l’article sur les chats, et je suis resté.
    J’apprécie particulièrement les spoils : j’admire votre don pour la formule acérée qui dégonfle les baudruches des scènes pseudo-cool – celles qui s’abritent, derrière cette coolitude, de choses trop ésotériques comme la logique scénaristique ou les dialogues bien écrits.

    Nous n’avons pas toujours la même opinion (j’ai aimé, et je le clame, les Star Wars VII ET VIII) mais même en cas de désaccord sur le fond, je savoure cet art de la chicane et de la dérision, voie que je suis moi-même à mon modeste niveau.

    (J’ai été très flatté le jour où des amis, à qui je n’avais jamais mentionné ce blog, m’ont offert votre premier ouvrage pour mon anniversaire, sur la seule base de son titre.)

    Merci pour les références rôlistiques de ci de là, cela fait un bien fou à lire surtout ces derniers temps où la vie semble avoir restreint ma pratique du noble art icosaédrique.

    Si je devais faire un reproche, ce serait le rythme de parution; force est de constater que vos articles sont en infériorité numérique par rapport à mes besoins d’évasion. Mais je ne sais que trop bien que la qualité est à ce prix, aussi m’abstiendrai-je de formuler ce reproche (autrement que par prétérition).

    Merci pour cette décennie (je sais qu’en bon connard, tout ce que vous avez fait, vous l’avez fait pour vos seuls plaisir et avantage, mais en tant que bénéficiaires collatéraux, vos lecteurs peuvent bien vous accabler d’un peu de ce fardeau qu’on appelle la reconnaissance.)

    Continuez sur votre lancée, restez fidèle à cette institution que vous avez bâtie article après article, au fil des sarcasmes et narquoiseries.

    Qui sait, un jour peut-être je traînerai ma flemme jusqu’à l’une de vos séances de dédicace. Mais quelle pression, aussi, que le face à face, voire le dialogue ! Produire en temps réel des mots d’esprit devant un professionnel de la chose !

    • Un professionnel ? Vous savez, je ne suis qu’un humble amateur. D’où, justement, ce scandaleux rythme de parution. Quant à Star Wars je… clamer avoir aimé les derniers épisodes en ces lieux est, disons-le, courageux. On se retrouve en fin d’année pour un désaccord prévisible sur le prochain épisode, je pense.

  106. Cher Odieux,

    Du fond de mon cœur, je voudrais vous dire merci.

    Il y a dix ans de cela, je découvrais, non votre blog, mais un film qui me changea à jamais. 2012. Consommateur insouciant de films, j’avais pris place dans une de ces salles obscures pour visionner cette œuvre. Ce fut un traumatisme tel que des années furent nécessaires pour le surmonter. L’absurdité des dialogues, les incohérences des scénarios, l’inconsistance des personnages … Cette expérience constitua pour moi un électrochoc. Le point de non-retour était dépassé. Désormais, je ne pouvais plus ignorer le fumet écœurant de ces spectacles dont l’apparence soignée ne parvenait plus à cacher l’ineptie.
    Mais le pire, à cette époque, fut l’apathie de mon entourage. Collègues, amis, tous semblaient indifférents, visiblement satisfaits de la médiocrité de ces œuvres. Qu’importe les arguments, ils les balayaient d’un revers de main ou d’un haussement d’épaules. Je me sentais comme un prophète hurlant dans le désert à tel point que je commençai à douter de moi-même,de ma raison, de ma santé mentale.
    Ce doute s’installa, lentement, insidieusement … Jusqu’au jour béni ou un ami, que j’ai perdu de vu depuis, me transmit un lien vers une page de blog. Le vôtre. Y figurait un article sur un film, que j’avais trop méprisé pour perdre du temps à aller le voir, Twilight. Celui-ci lut, je me précipitai pour en lire d’autres. Plusieurs heures plus tard, l’espoir était revenu. Je n’étais pas seul. Il existait d’autres personnes dotées d’un esprit critique, capables de percevoir la vacuité d’un scénario, la paresse des auteurs …

    Pour vos œuvres, vous avez ma gratitude.

    En espérant que vous excuserez la longueur de ma prose, peut-être inadaptée à un simple commentaire,

    Respectueusement.

    • Vous savez, ce « film » m’a été défendu par une personne comme ayant un « super » scénario.
      Inutile de vous dire que je ne croise plus cette personne.

    • Ce blog rassemble finalement des âmes égarées par l’immense déception qu’est le cinéma, voire le monde moderne. C’est une secte de cynisme, et j’ai raté ma carrière de gourou. Damnation !

  107. Comme vous le mentionnez dans les commentaires, Sarkozy publie un livre cette année. Cependant, malgré l’anniversaire du blog ce nouveau livre n’est plus vendu à côté du vôtre pour booster ses ventes. Est-ce vous qui avez laisser votre poulain grandir en toute indépendance, ou bien lui qui s’émancipe de lui-même ? Cette fois-ci, accepteriez-vous de dédicacer son livre ?

    Concernant son ancien livre, La France pour la vie, je l’ai aperçu dans une braderie au prix de 20 cent. Si l’hivers prochains je souhaite réchauffer ma demeure au feu de cheminée, quelle solution s’avère la plus économique ? L’achat de bonnes bûches de bois ou des invendus de son derniers livres ?

    • Je pense qu’effectivement, l’hiver s’annonce chaud. Merci, Nicolas, de réchauffer tant de pauvres Français. Jusqu’au bout, au service des autres.

  108. Passerez vous un jour au Quebec, petit bout de France qui gît de l’autre côté de l’Atlantique, et où l’ on veut tellement garder l’esprit commun à nos ancêtres que l’on copie tout ce qui se fait en France, surtout ce que l’on fait de pire ? (Ce qui me fait penser que la connerie serait génétique ?!)

      • Mince comment faire !? Non seulement je ne suis pas libraire, mais en plus j’habite même pas vraiment au Quebec (bon à Ottawa, donc techniquement une rivière me sépare du Québec). A défaut d’avoir la capacité d’inviter l’Odieux Connard, si Julien Hervieux décide de passer dans la capitale nationale du Canada, faites nous signe ;)
        PS: L’invitation vaut aussi pour le Caporal Rondoudou, que je rêve de rencontrer depuis des années déjà

    • Cher odieux je vais donc m’associer à la liste interminable des remerciements pour ces 10 ans.
      J’ai découvert le poste peu après son ouverture et ce message me rappelle douloureusement que ce blog est le seul site Web auquel je suis fidèle depuis si longtemps !
      C’est étrange à écrire mais au final ce blog est sûrement l’un des endroits les plus respectueux et bienveillant que j’ai trouvé sur internet… Je sais cela doit faire mal à lire après s’être donné autant de mal à prendre le contraire :)
      Hélas un autre drame à lieu aujourd’hui… Pour la première fois je lis ce post depuis mon mobile, ma boîte vient de filtrer le site !!!!!
      Bon anniversaire en espérant pouvoir reposer un message dans 10 ans !

      • Je dois dire que l’une des médailles de ce blog est d’être longtemps resté l’un des derniers endroits du web où les gens se vouvoyaient en commentaires (et cela arrive encore). Ce qui n’est pas rien. Des connards, oui, mais courtois.

  109. Cher Odieux,
    Bon anniversaire!
    L’un des premiers articles que j’ai lus fêtait les trois ans du blog, il venait d’atteindre, comme vous le faisiez remarquer, l’espérance de vie d’un hamster… vous en êtes à présent à peu près au barzoï, félicitations!
    Je vous remercie pour vos articles, vos livres, vos vidéos… et le mot rabouin. Mais surtout je vous admire pour votre capacité à reconnaître vos lecteurs, alors que vous ne les croisez pas tous les jours. Je ne vous félicite cependant pas pour votre absence au salon de Saint-Maur, vous m’avez beaucoup manqué. J’attends toujours que vous m’expliquiez les incohérences de Retour vers le Futur. Et je n’ai pas fini de corrompre ma famille avec votre prose (mais dédicacée, c’est mieux!).
    Longue vie à l’Odieux!

    • Je suis loin d’arriver à reconnaître tout le monde, hélas, quant aux noms… c’est ma malédiction. Autant le moindre détail d’un film, il n’y a pas de souci, autant le prénom de la personne avec qui je travaille régulièrement, impossible. J’ai un super pouvoir de X-Men pourri.

    • Leur accorder le titre « d’ennemis », c’est leur accorder trop d’importance. Un ennemi, c’est sérieux.
      Le nom le plus correct serait « cible potentiel pour une salve de 155 mm », et encore, je dis bien « potentiel » car ça coute cher un obus de 155mm.

    • Ils n’auront pas cette gloire. Et puis, ils ont un côté rigolo. C’est un peu comme des hamsters dont Twitter serait la cage : ils font beaucoup de bruit et s’agitent dans leur roue, mais depuis des années, ils n’ont pas avancé. Je vais remettre un peu d’eau dans leur biberon, tenez.

  110. Oui oui oui, je sais qui tu es, tu es… tu es …TU ES FANTÔMAS!!! de Pierre Souvestre et Marcel Allain
    (Mais pourquoi je balance ça comme ça moi? en plus je n’ai lu aucunes de ces histoire, je suis juste allé voir la page wikipidiot me renseigner sur les auteurs pour ensuite faire l’intéressant sur le Blog de L’Odieux Connard) … Mon dieu j’ai pensé tous haut….heuuu et maintenant un petit peux de musique avec « la complainte de Fantômas » un texte de Robert Desnos: https://www.youtube.com/watch?v=tF40jrHR_7Q
    Joyaux univers cerf l’Odieux

    • J’aime qu’on me remercie pour les livres. Car j’aime que l’on me remercie pour ce qui me donne des sous. Merci.

  111. Mes félicitations pour ces 10 ans !
    Ce serait un mensonge de dire que j’ai tout aimé, mais ce que j’ai moins apprécié m’a agréablement fait réfléchir.
    C’est par contre une vérité de dire que l’immense majorité du temps que j’ai passé sur votre blog je me suis régalée à vous lire. Dommage pour les élèves qu’ils ne puissent plus vous subir, vous auriez pu apporter beaucoup aux survivants, mais bravo de réussir à vivre de votre plume c’est classieux et mérité.
    Un merci particulier pour les spoilers qui me permettent de suivre des conversations sans besoin d’aller voir le film. Quel dévouement de votre part, ce sacrifice pour le bien commun.

    • C’est ma croisade. Lorsque mon corps sera sorti d’une salle après le film de trop, je demanderai à être roulé dans la cape de croisé de mes ancêtres, avant d’être placé sur un bûcher. Bûcher constitué de l’intégralité des bonnes critiques de Drive. Restons dans la thématique jusqu’au bout.

  112. Merci pour ton blog, je le lis avec plus ou moins de régularité, généralement par à-coups (de gros à-coups de plusieurs heures…).
    J’adore ce que tu fais, et même si je ne suis pas toujours d’accord avec toi, je prends toujours moult plaisir a lire tes textes.
    Mais aussi les commentaires, où l’on retrouve toujours quelqu’un pour se jeter sur les chiffons rouge que tu as fort judicieusement semé dans ta prose…

    A dans dix ans j’espère !

    • Mais, heureusement que vous n’êtes pas toujours d’accord avec moi : vu la mauvaise foi sur ce blog, ce serait inquiétant. Merci, en tout cas !

  113. « C’est toujours une grande fierté de savoir que quelqu’un s’est fait griller à glander au boulot parce qu’il pouffait sur la mauvaise page web »

    Il semblerait que vous ayez fait une petite victime de plus en ce jour, félicitations.

  114. Cher Connard,
    Comme bien d’autres, j’ai trouvé sur ce site un havre de réconfort après une expérience traumatisante.
    Pour moi ce fut Prometheus.
    Sachez que cela m’a fait un bien fou de lire que d’autres avaient eu la même réaction de répulsion que moi, et que je n’étais pas le seul à encore avoir besoin d’un scénario pour pouvoir apprécier un film.
    J’utilise parfois la métaphore du chaton à la ponceuse pour éclairer mes semblables, et si je trouve un jour une boite à meuh élégante qui dit « ça alors ! », je viendrais me la faire dédicacer.
    Merci pour tous ces éclats de rire et je vous souhaite de tout cœur de faire continuer à vivre au moins une autre décennie ce site qui est une des pépites du web.
    Bien à vous.

    • Ah, Prométhéus. Que de souvenirs. Je me souviens des rires nerveux dans la salle au fur et à mesure que les scènes s’enchaînaient sans aucune logique. Un grand film. Covenant en fut la digne suite.

  115. « Monsieur ! Vous devriez emmener votre copine voir Twilight, c’est trop bien ! » (Phrase authentique)
    Aïe.
    AïeAïeAïe…
    Ça va mal se pass…Waip. C’est bien c’que j’me disais.

    Joyeux Anniversaire,
    et puissiez-vous encore fêter plusieurs décennies d’existence de ce Blog !!

      • Sachez qu’un jour, un élève s’exclama « Monsieur, vous n’avez pas le droit de nous mettre des punitions collectives ! ». Ce jour-là, ils ont tous eu une punition individuelle.

  116. Bonjour et merci à vous !

    Merci pour les spoils, merci pour Nicolas Cage, merci pour les petites histoire de la grande histoire, merci pour la mauvaise foi, merci pour le deuxième texte qui apparait quand on survole les illustrations, merci pour les jeux de mots, merci pour les jean jacques…
    Bref, merci d’être toi ( Oui, j’ose le tutoiement ! ).

    Félicitation pour la Décennie.

    J’espère vous voir un jour aux alentours de Tournon sur Rhône, le vin y est de qualité, la gastronomie aussi, et certains établissement scolaire organisent des lâchers de stagiaires, vous serez le bienvenu.

    Encore merci.

    Un ancien de ce blog.

    • Le lâcher de stagiaires, vous savez, on m’invite et puis bon, je vois bien que ce sont des stagiaires élevés en batterie. Ils sont patauds, mal vêtus, ne mettent aucune difficulté à l’épreuve… alors que quoi que de mieux que de courser une stagiaire depuis son cheval, laissant aux chiens le plaisir simple de la pister alors qu’elle tente moult ruses ? Enfin ! On veut de la stagiaire bio !

  117. 10 ans. Et j’ai tout lu. Et merci pour la poilade, et pour l’éveil au sens critique que vous m’avez aidé à inculquer à mes sales gosses. Et je maintiens que vous ne publiez pas assez. Cela s’est fait.
    Bon, passons aux choses sérieuses. Foin de ces horribles anglicismes de merde : maintenant qu’il est officiellement dans le dictionnaire, vous allez pouvoir remplacer le verbe « spoiler » par « divulgacher » et donc son nom « divulgachage »….. (mpfrrrrrrr ha ha ha)
    Longue vie à vous et Merci.

    • Vous avez raison : je note d’arrêter ces affreux anglicismes sur mon intelliphone. Merci à vous.

  118. 10 ans, 3 bureaux et toujours le même moteur de procrastination ! Merci à vous Odieux pour votre travail et tous le reste, et merci à toi Hervé pour ton humanité. Vivement la suite , il paraît qu’il vont reboot X-Men !!!

  119. Bon anniversaire cher Odieux
    A vrai dire, je ne sais plus comment j’ai atterri ici, mais votre plume m’a tout de suite séduite. J’ai dévoré le blog, puis acheté vos livres, ce qui m’a permis de convertir mon cher et tendre (j’ai même saisi le prétexte de Noël pour lui (m’) offrir le « Petit théâtre des opérations » et je me suis attaqué au filleul avec « Orage, petit seigneur des ténèbres ».
    Puisse votre blog et vos ouvrages continuer à nous divertir longtemps (purée, vos articles sur Artdeséduire m’ont fait rire aux larmes) !! et surtout, puisse mon boulot me laisser toujours et encore le loisir de venir vous lire en cachette au bureau !!

    • Remerciez Art de Séduire : un tel niveau, c’est épatant. Il va falloir que je repasse voir ce qu’ils font.

  120. お誕生日おめでとうございます !! ^^

    Toutes mes félicitations pour la longévité de ce blog et votre réussite à tous points de vue, Cher Odieux ^^
    Je ne commente que très rarement… En fait, même si je suis un visiteur régulier, je privilégie ce type de post de commémoration annuelle car j’apprécie fort d’avoir une réponse ^^

    Bravo pour la qualité de vos articles dont le travail est bien là nonobstant une façade de mauvaise foi facile.
    C’est toujours un plaisir de lire une plume qui semble avoir conservé un minimum d’intelligence et de réalisme à l’heure où l’artificiel et l’hypocrisie du « politiquement correct » sont vite servis, vite consommés et vite digérés.

    Ceci dit, cela fait longtemps que je n’ai pas lu votre prose sur les figurinistes/rôllistes… On reste un peu sur notre faim… ^^

    Au plaisir de toujours vous lire,

    Serviteur,

    Morikun

    • Allons, personne n’approche des figurinistes, ces gens étranges qui passent plus de temps à préparer leur armée qu’à jouer avec. Je m’en méfie toujours un peu. Quand ils s’approchent trop près, je me contente de hurler « Age of Sigmar ! » pour semer le chaos dans leurs rangs avant de décamper.

  121. J’arrive après la bataille, mais je tenais néanmoins à me joindre aux festivités et au concert de louanges.
    J’ai découvert votre blog en cherchant une critique un peu méchante de Star Wars I… j’ai fort évidemment hautement apprécié le cynisme de votre prose, ayant le même alignement que vous (mais en biclasse voleur/clerc car j’aime soigner mon prochain pour le voir se faire écharper en me protégeant).

    Grâce à vous, je peux briller en société à peu de frais lorsque l’on me parle de films « trop biens… mais siii, même toi tu vas aimer !! ».
    Ah qu’il est bon de voir leurs mines décomposées quand je leur soutiens que je l’ai déjà vu et qu’il n’était pas meilleur que le reboot n° 3 en citant moult anecdotes et trous de scénario.

    Rien que pour cette joie, M. Connard, vous avez toute mon estime pour de nombreuses années à venir, je l’espère.

  122. Salu Odieux ! En tant qu’ancien étudiant troyen, j’avais assisté à une de tes conférences il y a 5 ans de cela. Très sympa. Beaucoup moins d’apprendre que Christian Grey avait forniqué avec l’escalator de la FNAC, je préfère prendre les escaliers depuis. Tu restes un argument de référence quand il faut démonter le film. Ça m’évite de le faire moi-même, je suis trop paresseux pour ça.

    • Si en plus j’ai pu fournir une conférence à peu près correcte, alors mon gros ego est satisfait.

  123. J’ai découvert ce blog un jour de 2014 alors que je venais de m’infliger Percy Jackson et la mer des monstres et que je cherchais des bêtises à ce sujet sur le net en tapant Percy Jackson et la merde de monstre (facile, je sais, et bien moins recherché que il a merdé monstre…) et ce premier spoil de ton auguste plume (oui sur ce post tu es Julien alors je te tutoies… ;) ) m’a fait mourir de rire et depuis je ne quitte plus ce site. Ma femme m’a d’ailleurs offert les 2 livres afin de compléter tout ça, à force de lui parler de ces moments magiques ou seul au resto en déplacement, je me pisse dessus en regardant de façon tout à fait malpoli mon téléphone…
    Puis à force de parcourir le site, je me rends compte en descendant plus loin dans les articles que tu as eu l’outrecuidance de créer ce blog le jour de mes 30 ans.
    Et voila que tu remets ça en fêtant les 10 ans du blog le jour de mes 40 ans (le temps passe c’est fou !!). La date en plus d’être hautement symbolique ne peut que donner naissance à des choses parfaites.

    Alors Julien, merci pour ce site, merci pour ces 10 ans de pure connerie jubilatoire dont je ne me lasse pas. Pas merci parce que je ne peux plus regarder une merde hollywoodienne sans y voir la moitié des débilités scénaristique alors quà la base je suis bon public et j’avais juste detesté Prométheus et Benjamin Button… Merci aussi pour les cours d’histoire avec le petit théâtre des opérations. Et surtout merci de continuer à t’infliger des séances de cinéma affligeante pour nous faire rire ensuite.

    Bref un grand merci et continue tout ça. Au plaisir de te rencontrer lors d’une dédicaces sur la Savoie. ;)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.