Le chat, ce jean-foutre

Ouvrir un blog n’est pas sans conséquences.

Au début, on est jeune, innocent, pur. On tapote sur son clavier en laissant s’échapper un doux rire cristallin lorsqu’un internaute égaré s’en vient de par chez nous et dépose un agréable commentaire ; on se dit que l’on est libre que l’on est beau, qu’il faut profiter de cette période ingénue autant que l’on peut sans se soucier du lendemain. On emmène son ordinateur portable avec soi à la campagne et on se roule avec lui dans les jachères en riant encore et encore, alors que les herbes folles s’entremêlent à nos cheveux et circuits imprimés.

Et puis le temps passe, et on réalise que tout n’était qu’illusion : on vieillit, on fait claquer la touche espace du clavier en grognant, on renifle bruyamment lorsqu’un internaute dépose un commentaire désagréable ; on se dit que vraiment, que de contraintes, c’est moche. Sans compter ce foutu ordinateur qui est tout niqué, parce qu’à force de se rouler dans les hautes herbes, il a le ventilo bourré de chardons, et ça a tout cramé.

Alors on se résigne à entrer dans la routine bloguesque, et on se surprend à ressembler à tant d’autres blogueurs en abordant un fameux sujet :

Les chats.

Combien de blogueurs, en effet, nous parlent de leurs félins préférés et de leurs aventures quotidiennes ? Certains ont même des blogs entièrement consacrés à ces fameux animaux ; ne se passe t il pas une seule journée sans que je ne rencontre à l’orée d’un site la photo d’un chaton me regardant de ses grands yeux humides ? Internet est semble t-il, condamné, à être un nid à photos de minous. D’autres avant moi avaient noté cette étrange tendance, mais étant pour ma part doté d’une objectivité proprement incroyable, permettez moi de vous présenter ce fantastique animal qu’est le chat.

Le chat

Le chat, cet animal majestueux

Le chat domestique, felis silvestris catus, est un mammifère supposé être – d’après certains – un prédateur carnivore. Animal territorial, le chat n’en est pas moins l’un des plus fameux compagnons de l’homme, très apprécié de ce dernier, particulièrement lors du siège de Léningrad où il constitua un excellent ragoût.

On appelle le mâle un chat, la femelle, une chatte, et le petit, un chaton. On retrouve cependant de nombreuses dénominations qualifiant tout autant l’animal : un minet, un matou, un greffier, une grosse loque, un mistigri

Histoire

Le chat a été officiellement domestiqué il y a plusieurs milliers d’années, lorsque les hommes décidèrent de devenir sédentaires, sentant bien que le statut de gens du voyage n’allait plus rester populaire trop longtemps. Avec la mise en place de l’agriculture et du stockage du grain, de nombreux rongeurs s’installèrent à proximité des installations humaines ; le chat, ce gros branleur, décida donc lui aussi de s’installer, comme ça, hop, tel un vulgaire punk à chien devant la porte du Monoprix qui contient sa 8-6. Les hommes tentèrent donc alors de domestiquer le chat, histoire qu’il arrête de faire n’importe quoi, comme par exemple venir pisser sur la fourrure du salon. 12 000 ans après, on sent bien que le chat est domestiqué, la différence est flagrante.

Antiquité

Dans l’antiquité, le chat a déjà une image injuste : là où le chien garde les troupeaux, repousse les loups, dévore les esclaves errants et protège les foyers, le chat se contente de manger des souris que comme toujours il dévore à moitié avant de vomir au milieu du temple de Zeus. Rapidement pourtant, certains peuples tels les égyptiens vont adopter le chat comme animal sacré ; on voit ce que ça donne, 6 000 ans plus tard, il ne reste de cette civilisation décadente que des pyramides dans le désert, prises en photo par des civilisations qui ont réussi, elles, et qui ont toutes pour point commun de ne pas avoir sacralisé le chat. Comme c’est curieux.

Moyen-Âge

La véritable montée en puissance de l’occident débute justement lorsque le chat est considéré par les chrétiens comme une créature de Satan : il est associé aux sorcières, aux malédictions, aux femmes et à toutes ces choses qui passent leur temps à pourrir la vie des honnêtes gens. Cependant, la population de ces charmants félidés reste importante en Europe, et il faut bien leur trouver une quelconque utilité, comme par exemple, bouffer les rats.

Mais non : alors que les chats n’ont que ça à faire de leurs journées, même ça ils n’y arrivent pas ; 50% de la population européenne meurt donc de la Grande Peste au XIVe siècle, transmise par la puce du rat. Les chats auraient un minimum fait leur boulot, ils auraient pu sauver près de 25 millions de personnes ; mais là encore, ils sont consternants. Fainéants,  arrogants, collaborateurs dans un génocide à grande échelle commis à l’aide d’une arme bactériologique : disons le tout net, les chats sont des sortes de Saddam Hussein félidés. Ils ne portent pas la moustache par hasard.

Époque moderne & contemporaine

Durant les 3 siècles que dure l’époque moderne, le chat se contente de faire ce qu’il fait de mieux : pioncer, déféquer sur les tapis importés des Flandres et se faire les griffes sur les rideaux de la reine. Au XIXe siècle, le chat commence à revenir en bonne grâce, toujours sans rien faire, utilisant la technique dite de Jacques Chirac : « Tant que je ne bouge pas, je remonte dans les sondages« . Qui du Jacques ou du chat a copié l’autre ? Le mystère reste entier. C’est finalement le mouvement anarchiste qui fera à la fin du XIXe siècle du chat son symbole, lui prétextant une symbolique romantique ; ainsi, le chat collaborera cette fois avec un mouvement qui n’hésite pas à poser des bombes, saccager des églises et tirer sur des dépositaires de l’ordre public. Là encore, bravo. Toujours est-il que bien que l’on ai peu d’archives des actions félines durant la guerre, on se souvient aisément qu’aucun chat n’a jamais aidé à cacher un parachutiste anglais ou à transmettre des messages aux alliés, alors que dans le même temps, ils s’attaquaient aux pigeons qui eux, acceptaient de porter des messages jusqu’à Londres. Et je ne vous parle pas de Moortje, le petit chat d’Anne Franck, qui attendait le passage de la patrouille en contrebas de la cachette de sa maîtresse pour se mettre à miauler comme un salaud.

A la fin du XXe siècle et au début du XXIe, profitant ainsi des zones d’ombre jetant un voile de méconnaissance sur leur passé trouble, les chats tentent de se refaire une image positive auprès de la population, particulièrement via divers blogs d’intoxication qui relaient l’information : « Les chats, c’est trop mignon hihihi« .

Anatomie

Contrairement à celle de Grey, l’anatomie du chat peut prêter quelque intérêt. En effet, le chat est constitué de 250 os, soit 44 de plus qu’un être humain ; cela est évidemment uniquement un acte de pédanterie inqualifiable dont le seul objectif est de jeter une nouvelle fois mépris et discrédit sur leurs maîtres humains. Cependant, bien que doté de près de 25% d’os en plus, de muscles puissants et même de griffes, le chat continue de venir faire chier à 6h du matin pour qu’on lui ouvre sa boîte de Ron-Ron. C’est un peu comme mettre Steevy dans un Mirage 2 000 : suréquipé mais complétement con.

A noter que le chat peut sauter jusqu’à 5 fois sa taille en hauteur, courir jusqu’à 40 km/h et éventuellement nager comme un dieu, mais il tentera de griffer toutes les personnes tentant de le doucher, juste par principe.

Le système digestif du chat est l’une des pires créations divines qui soit : il est constitué d’un estomac minuscule mais incroyablement acide, d’un intestin grêle et d’un gros intestin relativement courts, et peut faire effectuer à sa nourriture le trajet boubouche-cucu en moins de 15h. Cependant, comme son estomac est minuscule, le chat peut manger jusqu’à 16 repas par jour, loin devant les hobbits. Il miaule donc d’autant plus souvent, sans compter qu’en sus, il supporte très mal la diversité alimentaire : si vous lui achetez des croquettes (v’la le prédateur) top équilibre aux douze légumes assaisonnées à l’italienne, cet enfoiré se fera un plaisir de vous vomir sa portion à 24€ sur le tapis du salon. Cependant, ça ne l’empêchera pas d’essayer de recommencer tous les jours, et de se mettre à brailler comme un mourant dans sa tranchée si jamais vous lui servez des croquettes de chez Aldi.

L’ouïe

L’ouïe du chat est particulièrement sensible : là où vous n’entendez que jusqu’à 20 000 Hz, le chat entend jusqu’à 50 000 Hz, ce qui lui permet d’écouter du David Guetta en douce. Il peut par ailleurs faire pivoter ses oreilles afin de mieux capter les sons, et ainsi entendre les variations les plus subtiles. Étonnamment, le chat ne perçoit pourtant pas certains sons, tels que « Putain, descend du canapé morue« , « Raaah, le tapis ! » ou « Tu vas la fermer ta gueule ?« . Aucun scientifique n’a réussi à expliquer ce curieux phénomène, que certains illuminés appellent « le mépris« .

Point intéressant, de nombreux chats blancs sont complétement sourds ; cette théorie est renforcée par le fait que même en absence d’humains à mépriser, les chats blancs n’entendent pas par exemple des chats noirs miaulant derrière eux. Cette expérience scientifique renforce une vérité générale connue : quand les noirs gueulent, les blancs font les sourds.

La vue

Le chat dispose d’yeux particulièrement performants puisqu’il voit jusqu’à 287°, contre 180° chez l’homme. Il peut ainsi mieux détecter ses proies (souris, mulots, merles) et percevoir les menaces environnantes (chiens, obstacles, pieds au cul). Le chat peut aussi voir très facilement dans la pénombre, bien qu’il soit aveugle dans l’obscurité la plus totale.

La vue du chat est tellement incroyable que ces derniers en sont particulièrement fiers, et pensent qu’elle est l’un de leurs meilleurs atouts : la nuit, sur les routes nationales, on croise régulièrement des chats particulièrement pédants qui pensent que leur regard suffit à figer une 206 lancée à 90.

En général, ils ont tort.

La 206, l’un des prédateurs naturels du chat

L’odorat

Le chat possède 200 millions de terminaux olfactifs, contre seulement 5 millions chez l’homme ; il peut ainsi sentir le territoire d’un autre chat, détecter de la nourriture empoisonnée ou avariée, ou même faire son difficile. Grâce à l’organe de Jacobson, il peut même « goûter » les odeurs.

Curieusement, le chat ne sent pas ses propres pets, sinon il arrêterait tout de suite.

Le goût

Le chat n’a aucun goût : il ne sait pas distinguer un bon d’un mauvais brandy, rigole au cinéma devant « Bienvenue chez les Ch’tis » et pleure devant Titanic. A noter que le chat n’est pas réceptif à tout ce qui est sucré : inutile de le gâter, donc.

Le toucher

Grâce à ses vibrisses, poils situés un peu partout sur le chat, y compris sous la forme de moustaches, le chat peut « sentir » les obstacles. Il se dirige ainsi bien mieux, et peut effectuer des manœuvres complexes en sentant si oui ou non un passage est trop étroit pour lui.

Aux fabriquants de Mini Cooper : pensez à installer des moustaches sur vos véhicules, ça aiderait nos amies les femmes à réussir un créneau.

Comportement

Structure sociale

Le chat est un animal particulièrement territorial ; il partage l’espace disponible avec ses petits camarades, chacun définissant sa « zone », façon Berlin. Cependant, rien n’indique qu’il y ait des chats communistes pour autant : j’ai dit qu’ils n’avaient aucun goût, mais tout de même, pas à ce point là. A noter que dans l’équation du partage territorial, le chat ne prend jamais en compte les humains, qu’il considère comme des détails ; à moins d’uriner aux quatre coins de votre chambre à coucher, le chat continuera donc à essayer d’y rentrer.

Communication

Tout comme Loana, le chat ne communique que par deux biais : les phéromones et les positions corporelles. Grâce aux premières, le chat peut ainsi marquer son territoire et donc continuer de « communiquer » même lorsqu’il n’est pas à proximité ; grâce aux secondes, le chat peut communiquer avec ses semblables, puisqu’il faut savoir que le chat miaule peu avec les autres félidés (particulièrement en dehors de la reproduction) ; il ne le fait que pour faire chier les hommes, et le moins que l’on puisse dire est qu’il y arrive à merveille. Il peut ainsi miauler de différentes manières, afin de transmettre des messages bien distincts : signaler sa présence, demander de l’attention, exprimer sa faim, sa soif, insulter vos génitrices, manifester sa peur, etc. Il peut aussi grogner et cracher lorsqu’il est en colère, ou bien ronronner lorsqu’il a fait une connerie (comme massacrer votre commode Louis XVI) afin d’amadouer madame et d’échapper ainsi à la colère de monsieur. Le chat est manipulateur et lit Machiavel aux toilettes.

Important : griffer est devenu quelque chose de si courant chez le chats que certains scientifiques partisans du « ni claques, ni fessées » en ont déduit que c’était un moyen de communiquer. Un peu comme ces jeunes margoulins qui brûlent des voitures « passqu’ils sont en colère tu vois« . Si le chat n’était pas totalement dépendant de ses maîtres, il vivrait dans les cages d’escalier de Clichy et écrirait son nom à la griffe sur les vitres du RER.

Sommeil

Un chat dort jusqu’à 18h par jour, et se garde ainsi 6h pour diverses activités, de préférence futiles : jouer avec une balle en mousse, grimper aux murs, passer des appels anonymes, manger et boire.

A noter que le chat rêve, ce qui permet donc d’effectuer des inceptions dessus. Par exemple, vous pouvez lui implanter le souvenir d’un coup de pied au cul, d’un voyage aux Seychelles ou même réaliser une extraction afin de savoir où il a caché sa souris en mousse qui fait pouic-pouic. Fabuleux.

Leonardo s’aperçoit que l’idée de faire une inception sur le chat était bonne jusqu’à ce qu’il se souvienne que les chats merdaient complétement la perception des couleurs

Toilette

Le chat est réputé pour être un animal très propre, au motif qu’il fait régulièrement sa toilette. Entendez par là : il ne veut surtout pas qu’on le douche, non, il veut se lécher tout le corps, avec la même langue qui lui sert à se nettoyer des pattes au croupion. Détail important, le chat en se nettoyant avale de nombreux poils, qu’il se doit donc de régurgiter un peu plus tard, généralement dans un bruit qui n’est pas sans rappeler un concert de métal. Mais oui, sinon, c’est un animal très propre.

Le chat se rend à la selle environ deux fois par jour, et urine jusqu’à six fois. Ces deux outils lui servent aussi parfois à marquer son territoire, et il peut parfois déféquer dans un endroit bien en vue, afin que son étron fasse étalage de sa puissance fécale à tous les passants. Kad Merad, célèbre félin, a ainsi marqué de nombreux cinémas.

Chasse

Le chat a besoin de taurine, présente dans la viande et le Red Bull ; ne pouvant ouvrir une canette proprement, le chat en est donc réduit à chasser. Il choisit en général des cibles plus petites que lui (oiseaux, rongeurs, président de la république…), puisque le chat est très lâche, et s’approche discrètement avant de leur briser la nuque d’un bon coup de mâchoire bien senti. De fait, le chat aime les films avec Steven Seagal, qui utilise des stratégies relativement proches. Attention cependant : le chat reste avant tout un gros fainéant, et préfère attendre sur son gras en miaulant que l’on vienne remplir sa gamelle. Quand il s’agit de bouffer vos meubles et de se barrer quand vous approchez, monsieur est un prédateur sauvage, mais à l’heure du repas, il se souvient soudainement qu’il est domestique. Le chat se fout de votre gueule, j’insiste. S’il sort la nuit, c’est uniquement pour retrouver ses potes et se marrer en pensant à tout ce qu’ils vous ont fait croire dans la journée.

Reprodution

Lorsque mâles & femelles sont pubères et que les premières chaleurs se font sentir, ils se mettent alors à communiquer par miaulement, ce qui nous donne à peu près ceci :

« Miaaaaw…
– Miaaaaaaaaaaaaaaaaaw…
– Miaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaw….
– Miaw ?
– Miaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaw…
– Vos gueules les chats ! Y a des gens qui veulent dormir !
– Miaaaaw ! »
0

Ce que nous pouvons traduire par

« Hé ! Mam’zelle ! Bien ou bien ?
– Ouais salut mec, tu kiffes ?
– Mais graaave bébé ! Comment t’agites ta croupe c’est graaave ! Ça te dirait d’aller voir ma litière ? Elle est tunée avec des autocollants Whiskas.
– Le kiff ! C’est loin ?
– Nan vas y viens bébé, j’vais t’mettre la fièvre ! »
– Vos gueules les chats ! Y a des gens qui veulent dormir !
– Wah vas-y ta gueule bâtard t’as du bol que j’sois d’bonne humeur sinon j’chierais dans ton jardin »
0

Vous en conviendrez, le chat est décidément bien consternant. Une fois que le mâle a séduit la femelle, il peut l’emmener au restaurant, au cinéma ou au Macumba, puis une fois que la damoiselle aura abaissé ses défenses, il passera à l’attaque ; l’accouplement de ces félins dure entre 5 et 15 secondes, soit deux fois plus que chez certains humains.

« Mais qu’est-ce que j’ai fait hier soir après le Macumba ? »

Environ 64 jours plus tard, la femelle donnera naissance à une merveilleuse portée comptant généralement quatre à cinq chatons ; ces derniers quitteront le placenta sous le regard attendri de leur mère, pour mieux rejoindre un sac plastique où ils seront assommés à coups de gourdin avant de s’en aller vers l’océan.

Ainsi va le cycle de la vie, et de la mer dont les premiers organismes vivants sont sortis, nos amis les chatons retournent paisiblement.

Non, vraiment, mes bons lecteurs, arrêtons de céder à cette désinformation plurimillénaire : les chats tentent de manipuler l’humanité avec leur côté kikinou (et ne dites pas « pas mon chat ! » ; ça voudrait dire qu’il a fini de vous retourner l’esprit), mais plus que jamais, nous devons nous souvenir que ce ne sont rien d’autres que des parasites fainéants, collaborateurs et méprisants.

Et ça, c’est mon rôle, pas le leur.

156 réponses à “Le chat, ce jean-foutre

  1. Mon dieu que je ri…mort de rire du début a la fin !! j’en chiale encore !! Merci d’avoir montré au monde la triste réalité…a ce rythme la, dans quelques années, le chat aura raison de nous et dominera le monde…Vivement 2012 :)

  2. Un très bon moment passé à parcourir ce billet ! :)
    Toutes ces informations anatomiques doivent bien sortir de quelque-part… Une passion cachée pour les chats ? Une frustration d’enfance ? :D

  3. J’ai adoré.
    Mes 4 chats aussi.
    différence entre un chien et un chat ?
    Le chien dit : ils me nourrissent, m’aiment, me protègent, ils doivent être des dieux.
    Le chat dit : ils me nourrissent, m’aiment, me protègent, je dois être un dieu.

  4. Tout bonnement génial !
    J’ai depuis quelques petits mois un specimen bien particulier de la catégorie chat d’appartement. Depuis les cousin du canapé sont devenus les siens ou plutôt un amas de fil décousus. Je ne parlerai pas des nombreux jeux créés spécialement à son honneur mais rien ne ressemblant à une souris et ça ne dégage pas non plus de torrine !
    Les poissons autres bestioles ayant accaparés mon appart ont réussi jusqu’alors à survivre… Mais combien de temps ?

  5. Excellent!

    Comme dit si bien Régis Robert, de toute façon « les chats c’est des co***rds ».

    Twist’

  6. l’espoir renait, voici 1 an que j’ai lancé sur facebook un appel à la résistance contre le chat. Le mouvement compte 3 membres….dont 2 se sont engagés en cliquant « j’aime ». Ne nosu laissons pas berner par ce branleur ronronneur et merveilleux.

  7. Pingback: Deux années au compteur « Le blog d'un odieux connard·

  8. Sûrement votre meilleur article ! En tout cas mon préféré.

    J’adore les chats mais j’ai paradoxalement des pulsions psychopathes envers eux.

  9. j’ai eu du nez , j’ai la première ligne et les deux dernières . blog limpide et qui ne fait pas perdre de temps, merci mais je le savais déjà pour le chat!!!!

  10. j’ai une question , est se qu’il existe des compétition de cat agility en france?
    merci,
    (desolé si il y a des faute d’orthographes)

  11. Chaperlipopette ! Excellent article chacrément hilarant.

    Je n’ai pas pris la peine de lire tous les commentaires, mais auriez-vous subi quelque traumatisme d’occupation féline ? Tout ça sent le vécu.

  12. bonjour, c ‘est la première fois que je visite se blog et j’ ai beaucoup aimé cette note pleine de «  » bonne humeur «  » et les commentaires méritent d’ être lu un vrai régal

  13. bjr
    1ere visite ici. j ai bien rit. j ai bcp aime votre ecriture
    mais je voulais vous dire que fort heureusemt pour nous vous ne connaissez pas le mau egyptien car sinon cet article n aurait pu etre ecrit……
    ahahah.
    bonne journee
    signee. une future eleveuse des fabuleux maus

  14. Je pense que ces articles manque de respect ! Ce sont des être vivants, et l’analyse que vous en faite n’est pas la réalité. Mettre un chaton dans un sac plastique, escusez moi mais faut être sacrement con ! Moi personnellement sa me choque. Les chats ont des émotions, ils nous respectent beaucoup plus que nous humains ! Sur ce pour ceux qui penserait que je manque de second degrés, je vous repondrai que je fait partie d’associations et quand je vois ce que l’être humain est capable de faire, je préfère les animaux !

    • Moi aussi, j’aime les chats! C’est le meilleur des animaux! J’ai goûté la langue de chat, et elle est vraiment délicieuse. A quand des abats de chat au menu des grands restaurants?
      Au moins, ça règlera le problème de la SPA, vous devriez être contente Lauraz…

  15. Cher Connard,

    Mon dieu! Je me reconnais dans la bloggeuse qui poste la photo dudit « chat de la maison » qui s’affale sur le canapé, bouffe les fleurs et dont la bouche a 2 fonctions qui sont miauler à l’heure des repas (3 heures du mat’ : il écoute son horloge interne !) et vomir sur la moquette!
    Mais bon, j’assume ma « cucuterie » et continue ma série du « chat qui », sur mon blog …en pensant à toi cher Connard!
    Belle journée!
    F

  16. Ce vieil article a encore toute sa saveur, vraiment excellent, et très bien documenté ! Mais même si les chats communiquent peu entre eux par miaulement, regardez la tête que fera votre chat en présence de ce site : http://jqln.org/meowmania/
    Effet garanti ^^

  17. Vous vous trompez sur un point Monsieur Odieux Connard, les chats ne lisent pas Machiavel aux toilettes, mais La Boétie. Ils ont complètement intégré le Discours sur la servitude volontaire pendant que leurs maitres bavent devant Les Anges de la téléréalité. Bref, on est pas sortis de l’auberge…

  18. Les chats sont en même temps des amis qui font tantôt sourire… comme ils sont des ennemis qui font parfois irriter… Leur compagnie révèle tout un monde mystérieux… Khairi Elmeddeb, Tunisie.

  19. Renvoyer les femmes au niveau de « nos amies les bêtes » en parlant de leur supposée incompétence de conductrices ? Gratuit et violent. Ce n’est pas de l’humour, quel qu’en soit le degré, c’est du sexisme.
    L’article peut très bien s’en passer. Les conductrices aussi. Merci.

    • en fait ce que suggère l’Odieux Connard est vrai: les femmes ont plus d’accrochages (puisqu’il parle de créneau) que les hommes (qui eux cependant provoquent plus de morts sur les routes) et ce n’est pas du sexisme c’est un fait désolé
      quant au fait que ce ne soit soi-disant pas de l’humour c’est que vous en manquez singulièrement et prouve bien l’adage « on peut rire de tout mais pas avec n’importe tout le monde »
      pourtant Coluche (malgré nombre de ses sketches) n’a jamais été taxé de raciste que je sache …

  20. L’essentiel dans cet article, c’est de montrer combien l’être humain est faible face au pouvoir machiavélique de nos « amis » les chats. Car nous avons beau le nier, toutes les personnes qui possèdent un ou des chat(s) sont généralement tombées sous leur charme et deviennent leur esclave…

    Après ceci n’est qu’un article humoristique, rempli d’humour noir, d’ironie, de sarcasme, de cynisme et autres joyeusetés du même genre (le tout étant à prendre au deuxième, troisième voire quatrième degré). Donc les remarques et autres réflexions qui composent cet article n’engage que son auteur, qu’il pense réellement ou non ce qu’il écrit.

    Nul besoin donc de partir dans de grandes polémiques, l’humour a déjà été assez chatié comme ceci au cours du mois de Janvier de cette, il n’est point nécessaire de faire une chasse aux sorcières pour une phrase malheureuse.

    Et comme le dit Jezus, Coluche, ou encore Le Luron et Desproges ont dit bien pire à leur époque… Ou encore les respectables pensionnaires des Grosses Têtes aussi bien sous Bouvard que sous Ruquier, peut être vaudrait il mieux se tourner vers « eux » pour leur sexisme, mysoginie, et autres défauts…

  21. Pingback: Le post de la décennie | Le blog d'un odieux connard·

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.