Star Wars Épisode IX – La dégringolade de Skywalker

« Sens-tu cette bonne odeur de daube, mon cher Diego ? »

Le nez au vent, mon fidèle majordome hume l’air hivernal par la fenêtre ouverte. Il tourne la tête fiévreusement, mais hélas, sans rien sentir. La sueur commence à perler sur son front à l’idée de se faire gourmander, lorsqu’enfin, je lui explique.

« Je ne parlais pas de cuisine mon bon mais du dernier Star Wars.
– Vous ne l’avez pas encore vu, patron, comment pouvez-vous dire ça ?
– Ta naïveté est proverbiale, Diego. Allons ! N’as-tu pas entendu les critiques ? Les professionnels, d’habitude peu regardants sur le scénario, ont eux-même évoqué en nombre des, je cite, « problèmes d’écriture ». Autant dire que si même eux n’ont pu les ignorer, c’est que nous avons probablement affaire à un sacré étron.
– Peut-être que c’est juste qu’ils ont fait plus attention à cette partie cette fois ? »

Je fais signe à Diego d’épousseter ma collection de pelles au lieu de rester les bras ballants pendant que je tente vainement de l’éduquer.

« Je vois qu’il te faut des arguments plus sérieux, Diego. Allons ! Ne te souviens-tu pas que Star Wars VIII avait déjà soulevé nombre de critiques à cause de défauts dans le scénario ?
– Comme ?
– Eh bien quelqu’un avait oublié d’écrire des personnages, des dialogues et une intrigue. Trois fois rien.
– Alors oui patron, et donc ?
– Eh bien imagine : Disney constate qu’il a des problèmes d’écriture et décide d’appeler, pour les corriger… J.J Abrams.
– Et ?
– Raaah, mais fais un effort ! C’est comme si tu avais des problèmes diplomatiques internationaux et que tu appelais Cyril Hanouna pour les régler.
– Oh. Oooooh !
– Tu comprends ? Maintenant, ose me dire que tu ne subodores pas une grosse daube ? »

Diego est obligé de hocher la tête – sans pour autant cesser d’épousseter ce qui doit l’être. Il sait qu’attendre un bon film de J.J Abrams, c’est comme attendre une déclaration de mandats complète de Jean-Paul Delevoye : tout ce qui est doué de langage sur cette planète fait sérieusement la moue.

Mais avant de nous plonger dans les entrailles de Star Wars IX : L’Ascension de Skywalker, revenons sur les deux précédents films de la trilogie que la bête est supposée clore.

Star Wars épisode VII – Le Réveil de la Force : Dans une galaxie lointaine, très lointaine, R2D2 BB-8, un droïde perdu sur une planète désertique roule dans le sable avec à son bord, des informations cruciales pour la Rébellion Résistance, une organisation en lutte contre l’Empire le Premier Ordre, des fascistes de l’espace. Mais au milieu des sables, le droïde est capturé ! Heureusement, il finit entre les mains d’un d’une jedi qui s’ignore. Avec l’aide d’Han Solo, la jeune jedi qui répond au nom de Luke Rey va pouvoir fuir la planète désertique, échapper à l’Empire au Premier Ordre et porter les informations à la princesse Leia, une des cheffes rebelles. Ensemble, ils vont détruire la dernière arme de l’ennemi : une base grosse comme une station spatiale capable de détruire des planètes entières. Malgré les efforts de l’empereur du chef du Premier Ordre et de son apprenti, la base explose, et les gentils triomphent. Voilà, c’était le résumé de l’épisode IV VII, dont le spoil est disponible ici.

Rappelons que c’est donc J.J Abrams, derrière ce film, que l’on a rappelé pour Star Wars IX, tant sa créativité est visible, vous en conviendrez. Mais passons à…

Star Wars épisode VIII – Les derniers jedis : La flotte du Premier Ordre course les vaisseaux de la Résistance pour tataner ces petits rabouins. Kilo Ren tente bien d’en finir en les attaquant avec des vaisseaux rapides, mais en fait, il arrête sinon il gagne. La princesse Leia tente bien de mourir après un missile dans la face en dérivant dans l’espace, mais en fait, ça va. Fin et Rose tentent bien de trouver une solution à la situation, mais en fait, ils ne servent à rien. Rey tente bien d’être formée par Luke Skywalker en personne pour devenir une jedi, mais en fait, elle est trop géniale donc elle fait déjà tout mieux que tout le monde. Finalement, le film tente bien de raconter quelque chose en faisant mourir Snorky, le maître de Kilo Ren et Luke, le maître de Rey mais en fait, ça ne change rien parce qu’à la fin, les résistants sont toujours en fuite (mais moins nombreux) et toujours poursuivis par le Premier Ordre (mais moins nombreux). Les spectateurs sont aussi moins nombreux dans la salle, ce qui est en fait le seul aspect cohérent du film. Le spoiler, plus complet sur le vide abyssal de ce film, est là.

Et maintenant, nous voici à l’épisode IX ! Alors ! Les héros vont-ils enfin avoir du charisme ? Est-ce que cette fois-ci, si les gentils gagnent, ça va changer quelque chose ? Et surtout, est-ce J.J Abrams va nous faire un épisode 9 avec du vieux ?

Spoilons, mes bons !


L’affiche : voyons voir… pas de flammes, pas d’explosion, pas de débris qui tombent, et quelqu’un a même pensé à remettre son casque à Kilo Ren, le méchant avec une tête d’adolescent rebelle. Va-t-on avoir le droit à un bon film ?

Notre film débute, comme il se doit, dans l’espace où un peu de texte s’y promène pour informer les passants des derniers événements.

Depuis peu, un mystérieux signal circule dans la galaxie : la voix du défunt empereur Palpatine ! Annonçant qu’il est de retour, et, à vue de nez, pour jouer de mauvais tours. Curieuse de savoir qui fait ces canulars téléphoniques sur les fréquences galactiques, la princesse Leia a demandé à ses agents de mener l’enquête. Mais Kilo Ren lui-même cherche à savoir de quoi il retourne ! Car désormais patron du Premier Ordre, il n’a pas trop envie qu’un petit papy lui vole la vedette.

Ce qui, dès l’introduction, est tout de même un peu problématique, puisque rappelons que Kilo Ren est obsédé par la figure de Darth Vador, son grand-père. Darth Vador qui n’était autre que le plus grand serviteur de l’empereur. C’est donc un peu comme le descendant d’un bonapartiste zélé qui se plaindrait du retour de Napoléon : c’est complètement con. Et je rappelle que pour l’instant, le film n’a même pas commencé, ce qui doit d’ores et déjà vous alerter un peu.

Mais, allons ! Plongeons dans l’action.

Car nous voici à proximité d’une planète peu hospitalière, à la surface de laquelle les troupes du Premier Ordre sont aux prises avec ce qui ressemble plus ou moins à des clochards de l’espace. Et Kilo Ren, visiblement soucieux de commencer son mandat de chef galactique avec la chute du taux de pauvreté est en train de les passer au fil de son sabre laser, appuyé en cela par ses troupes. Tel le joueur de Fortnite que notre adolescent boutonneux est secrètement, il finit seul à se tenir encore debout, et s’approche d’une espèce de coffre en pierre qu’il ouvre pour y attraper une sorte de petite pyramide fluorescente, mais qui tient dans la poche : appelons-ça une pitchramide.

Une fois cet accessoire relié au système de navigation du chasseur monoplace que pilote Kilo, cela lui permet de s’orienter vers un endroit dont les coordonnées étaient cachées dans la pitchramide : la Fisithinière, un monde secret connu des Siths seuls et caché au plus profond de l’espace. Kilo, qui est le chef de toute une armée rappelons-le, décide de s’y rendre seul parce que c’est plus rigolo, et une fois sur place, se pose dans le vaste réseau de cavernes qui parcourt la planète. Mais grâce aux coordonnées de la pitchramide, il arrive promptement dans une espèce de grand laboratoire souterrain où des silhouettes encapuchonnées travaillent sur des cuves où flottent des corps difformes.

« Diable ! J’ai dû quitter Star Wars et me retrouver dans l’univers de Warhammer 40 000 ! Bon, surtout, ne demandons pas « Qui est l’empereur ? » pour vérifier, ça pourrait mal tourner. »

Mais avant que Kilo ne s’approche de l’un de ces êtres encapuchonnés qui travaillent dans des conditions moyennement stériles, un rire étrange résonne dans le crâne de Kilo.

« Qui me parle ?
– C’est moi… PALPATINE ! Car je suis vivant, mouhohohoho ! Viens par ici… »

Et Kilo d’être mystérieusement guidé par la voix du vieux Monsieur jusqu’à un trône près duquel, attaché à une machine, se trouve bel et bien l’empereur Palpatine, son corps décharné maintenu en vie par une antique technologie.

« Vous êtes vraiment sûr que ce n’est pas Warhammer 40 000 ici ?
– Par Slaanesh, ça commence bien ! Non, andouille ! Mais, je t’attendais… mon apprenti, Snorky, t’as mené à moi…
– Alors moyennement parce qu’en fait, je l’ai un peu tué dans le précédent film. Votre apprenti, il était un peu tout naze.
– Nazi. Mais, ahaha ! C’était aussiiiii mon plan ! Snorky était ma créature… je l’ai créé de toutes pièces… vois autour de toi ces cuves où flottent des clones de Snorky ! Car comme on disait sous la République, un de perdu… pfrrr… pffffrrr… dix de clonés ! »

Kilo décide que c’est le signal pour lui bourrer la gueule à coups de sabre laser. Mais Palpatine, voyant que l’humour Sith ne prend pas, décide de temporiser.

« Calmons-nous, je plaisantais.
– Qu’importe. Je suis venu vous tuer, Palpatine !
– Ah oui ? Sauf que pourquoi ai-je voulu te mener jusqu’à moi ? Parce que j’ai quelque chose à t’offrir… un…. EMPIIIIIIIIIIIIIIRE ! »

Et Kilo d’être tout époustouflé parce que ça alors ! L’empereur qui annonce qu’il veut rétablir l’empire, c’est fichtrement inattendu ! Mais pendant que Kilo est encore bouche bée devant ce rebondissement que personne n’aurait su prévoir, voici que l’empereur poursuit.

« Mais ce n’est pas mon seul cadeau. Je veux t’offrir, pour cette ambition de domination galactique… une FLOOOOOTTE ! »

Et à ces mots, voici que toute la planète se met à trembler : la surface se fragmente et laisse jaillir des destroyers stellaires. Des dizaines. Des centaines. Que dis-je, des milliers. Qui stationnent les uns auprès des autres dans la poussière tournoyante qui règne en seule maîtresse à la surface de la planète et bloque jusqu’à la lumière du soleil.

« Alors ? Qui c’est le plus fort ? Tu vois, je t’offre ce que j’ai offert à ton grand-père, Darth Vador. Ne suis-je pas généreuuuux ?
– Certes, mais j’ai une question d’abord.
– Mon souci avec les voyelles ?
– Non.
– Alors je t’écoute, mon jeune ami.

– D’où avez-vous réussi à assembler cette flotte ? Non parce qu’il faut des matières premières et des chantiers navals pour faire des destroyers stellaires, et probablement des millions d’ouvriers. Donc tout cela n’a pas vraiment pu arriver jusqu’ici discrètement, hein ?
– Eeeeeh bien je…. « 

Bon, vous savez quoi ? Nous allons supposer que ces destroyers stellaires sont en papier crépon et que les Siths sont en réalité les maître de l’origamie. Vous voyez que j’essaie d’aider le film, bande de mauvaises langues.

« Alors oui mais j’ai une autre question, mon empereur.
– Greumbleubleu… ouiiii, Darth Briseboules ?
– Même si vos destroyers ont été produits par je ne sais quel miracle, quid des équipages ? Là aussi, où avez-vous recruté des millions de mecs en leur disant « Venez jouer aux cartes dans les vaisseaux, et attendez que je hurle « FLOOOOOOTTE ! » un jour où l’autre pour surgir du sol avant de faire du rien ? » « 

La flotte de Palpatine attendait donc depuis des années que Kilo débarque. Peut-être qu’avec une invitation, tout le monde aurait gagné du temps.

L’empereur consulte sa montre et s’aperçoit que pfoulala, dis voir, 14h12, déjà ! Il répondrait bien à cette excellente question, mais il a des rendez-vous à assurer, c’est trop ballot. Mais avant de se séparer de Kilo, il lui donne une dernière mission : retrouver cette petite enquiquineuse de Rey et la courtauder comme il se doit. Kilo salue donc son nouveau maître et file retrouver son vaisseau pour aller se préparer à accomplir sa mission. Et pour ce faire, il a des priorités.

Comme par exemple, à Casque Allah Maggle, une petite boutique de Barbès où il est possible de se faire réparer son casque de grand méchant pour une poignée d’euros. Kilo peut donc à nouveau porter un casque, et retrouver un peu du charisme qui lui manque terriblement sitôt qu’il l’enlève. Puis, il va réunir sa garde personnelle : les chevaliers de Ren, des combattants qui lui sont entièrement dévoués, et où l’on trouve, pêle-mêle, Ren Margaux, Ren Denoël, Ren Dénej et bien sûr, ce vaurien de Ren Ar-sacripant. Une fois cela fait, Kilo se rend enfin sur son navire amiral pour faire le point avec ses généraux.

« Messieurs, je suis venu nous annoncer que l’empereur Palpatine est bel et bien de retour. Et qu’il nous offre une flotte pour rétablir l’empire, rien que ça. Des milliers et des milliers de vaisseaux. Général Grognon, appelez toutes les agences d’intérim : on va avoir besoin de monde pour occuper ces vaisseaux.
– Mouais… enfin patron, si je puis me permettre… vous trouvez pas ça un peu bizarre cette pluie de cadeaux ? Je sais bien qu’on est en pleine période de Noël, mais quand même. À mon avis, Palpatine ne vous donne pas tout cela gratuitement. Vous devriez vous méf… »

La réponse vient sous la forme d’une strangulation immédiate de la part de Kilo.

« Eh, ho, vous n’allez pas recommencer avec cette histoire ! Oui, j’ai répondu à cet e-mail provenant de cet avocat Malien qui m’offrait 13 millions de crédits, mais comment aurais-je pu croire à une arnaque ? Moi, en tant que seigneur des ténèbres, je crois en la générosité d’autrui !
– Certes patron, mais je note ici qu’en plus, Palpatine vous a demandé à ce que nous changions de nom ?
– Oui, Premier Ordre il n’aime pas. Il a décidé de nous nommer : Dernier Ordre.
– …
– Moi non plus je ne me l’explique pas. Le marketing est un truc de Sith, je suppose. »

C’est vrai que c’est un peu inexplicable. Surtout que bon, personnellement je serais général dans une armée qu’un mec renomme « La Dernière Armée« , je commencerais à suer très fort en posant la question « Dernière avant quoi ? » et à faire des stocks de munitions en prévision de la future Nuit des Longs Couteaux Lasers. La conférence s’achève lorsque Kilo, comme à son habitude, décide de titiller gratuitement le général Hux qui a pourtant la tête sous l’eau niveau emmerdes, puisque et d’une, c’est son sport favori, et de deux, c’est un roux, et que comme le disait un certain Sacha, qu’importe les vents et les marées, le roux coule.

Mais, assez parlé du côté obscur. Allons du côté lumineux de la force.

Vous souvenez-vous de la fin du précédent film ? De la Résistance en tellement sale état qu’il n’en reste qu’une poignée de membres tenant à bord du Faucon Millenium ?

Bon, eh bien oubliez tout de suite : la Résistance a une nouvelle base et de gros vaisseaux camouflés sur une planète forestière, ainsi que des centaines de membres. Une explication ? Je… eh bien… je suppose que d’autres personnes ont fait appel aux agences d’intérim pour leurs recrutements ? Et que la Résistance a volé une paire de vaisseaux mal surveillés sur des parkings de zones industrielles ? Je fais ce que je peux, ce n’est pas ma faute si ce film a oublié le précédent.

Ce qui peut se comprendre, notez : quelque part, j’envie un peu ce pouvoir.

Toujours est-il que nous y retrouvons Rey qui court la forêt en s’entraînant avec son sabre car l’entraînement, c’est important pour un jedi même si elle n’en a jamais eu besoin parce qu’elle est trotroforte. Mais justement, alors qu’elle est occupée à courir les bois et à distribuer des coups de sabre aux fougères, voici qu’elle sent une perturbation dans la Force : c’est ce gros couillon de Kilo qui est en train de tripoter le casque de son papy dans sa chambrée, et par-delà le temps et l’espace, Rey peut sentir sa tristesse, et ça la distrait.

Eh bien, si c’est ce qu’il arrive quand il touche le casque de papy, je préfère ne pas savoir ce qu’il se passe quand il frotte le casque de p…

Ooooh, vous avez bien failli m’avoir. Mais je ne ferais pas ce calembour. Tiens, Diego, veux-tu bien m’amener un petit brandy ? J’ai besoin d’un peu de classe, là, tout de suite, merci.

Toujours est-il que Rey est distraite, ce qui l’empêche de bien s’entraîner : et vas-y que je me prends les pieds dans une racine, et que je tombe dans les orties, et que bordel, je crois que je vais perdre le combat contre les fougères… bref, finalement, elle s’énerve, envoie des coups de sabre dans toutes les directions, puis le regrette aussitôt parce que s’énerver, c’est mal, et que le mal, c’est pas bien.

Elle retourne donc voir Leia, qui est toujours la patronne de la Résistance.

« Maître Leia ! Je me suis énervée à l’entraînement.
– On dit Maître.sse.s s’il-te-plaît.
– Oui pardon. Enfin toujours est-il que je crois que je ne suis pas digne du sabre de votre frère. Je vous le rends.
– Que ? Mais ? Ça fait deux épisodes que tu te le trimballes et t’en sers, mais là, parce que tu as trébuché dans les fougères, tu décides que tu n’en es pas digne ?
– Ui.
– Alors le problème n’est visiblement pas ta colère, mais plutôt ta cohérence, hein. »

Rey a abandonné son sabre pour s’équiper de son… bâton. Ah, contre des blasters et des sabres lasers, ça va être utile !

Mais Rey rend le sabre à Leia quand même. Et parcourt la base à la recherche de nouvelles de ses amis Poe, Fin et Chewbacca, qui sont partis à la pêche aux infos concernant les mystérieux messages signés Palpatine qui circulent dans la galaxie. Une théorie voudrait que ce soit un coup de Laurent Gerra, mais dans le doute… les trois compères sont partis sur une station spatiale installée au sein d’un astéroïde de glace pour récupérer des informations auprès d’une de leurs contacts.

Allons justement voir comment cela leur réussit.

Le Faucon Millenium vient en effet de pénétrer dans le dédale de tunnels de l’astéroïde de glace pour accéder à la station qui s’y cache, et s’amarre à un de ses sas. Celui-ci s’ouvre et révèle un extra-terrestre quelconque qui descend un câble dans le Faucon avant de hurler à Fin en charge de le brancher :

« Vite ! Téléchargez ces informations dans votre droïde ! Elles viennent directement d’un espion au sein du Premier Ordre !
– Ah bon ? Qui donc ?
– Je ne peux rien vous dire ! Téléchargez ces informations, elles sont cruciales, viiiite ! Il y a une escadrille du Premier Ordre qui approche !
– Mais ? Vous ne pourriez pas nous les donner directement vos informations ? Genre verbalement ? 
– Nooooon ! Ce serait trop efficace ! Téléchargez plutôt ce message pourri sur votre droïde ! »

Et nos amis de passer une bonne minute à télécharger un fichier pourri avec un câble géant directement dans R2D2 qui les accompagne. Le tout, pendant qu’une escadrille de chasseurs ennemis approche dangereusement. Et les a verrouillés, dixit les pilotes, mais comme vous l’imaginez… aucun chasseur n’arrive à toucher un vaisseau à l’arrêt dans un couloir de glace. Le Faucon peut donc démarrer sous leur nez, continuer à ne pas être touché, et surtout, faire absolument n’importe quoi pour semer l’ennemi. Car comme l’explique Poe aux commandes :

« On va faire des ricochets supraluminiques ! »

Ce qui consiste… à sauter en vitesse supraluminique, à couper, à resauter aussitôt, et en priant pour que les vaisseaux ennemis se prennent aléatoirement des obstacles en chemin.

Je… bon, Diego, va me chercher de l’alcool plus fort pendant que l’on détaille le ridicule de la situation.

– D’abord, cela sous-entend que les poursuivants savent dans quelle direction le Faucon saute. Dans le dernier film, il fallait un traqueur géant pour cela. Là, pif pouf, c’est plus la peine.
– Ensuite, sauter aléatoirement, en espérant que l’ennemi se prendra des obstacles dans la truffe, cela veut dire… risquer de les prendre, surtout quand on vole devant eux. C’est donc absurde.
– Accessoirement, le dernier film introduisait le passage en vitesse supraluminique qui détruisait tout en chemin. Par conséquent la stratégie doit détruire quantité de choses, puisque nos héros se retrouvent propulsés dans des villes planétaires ou devant des monstres spatiaux
– Enfin, en supposant que tout le reste fonctionne, comment les poursuivants peuvent détecter que tu freines ? Tu as des feux arrière et ils ont le temps de réagir ? Ils respectent les distances de sécurité ? Non parce que toi tu coupes ton moteur de saut, mais si eux ne le font pas à la même milliseconde, c’est queue de poisson supraluminique et un coup à finir à l’hôpital à bredouiller au médecin que ce Tie Fighter que l’on voit sur les radios coincé dans votre rectum, c’est « L’accident bête, je me promenais tout nu chez moi et paf, je me suis assis sur un Tie Fighter qui traînait« . Le personnel hospitalier qui me lit sait de quoi je parle.

Bref, c’est donc une scène absurde que l’on suit où le Faucon se téléporte de lieu en lieu et où chaque fois, le pouvoir de la moule et de la mauvaise écriture jettent des obstacles sur leurs ennemis mais pas sur eux. Grâce à ce tunnel d’incohérences, nos héros retournent à la base secrète de la Résistance, en vie mais avec un vaisseau tout de même un peu abîmé. Et peuvent enfin partager le message contenu dans R2D2, la clé USB à roulettes, avec le reste de la Résistance. Qui dit peu ou prou :

« Palpatine de retour STOP. A filé des milliers de destroyers à Kilo STOP. Se cache sur planète Fisithinière STOP. »

À peine Rey a-t-elle entendu le message qu’elle est toute bouleversée et fonce à son casier pour en sortir une tripotée de vieux livres, qu’elle montre à Leia.

« Regardez Leia ! Ce sont les livres de Luke ! Dedans se trouvent des informations…
– Attends, les livres de Luke ? Tu veux dire, ceux de l’ordre jedi qu’il a brûlés dans le film précédent et donc que tu ne peux pas avoir ?
– … CE NE SONT PAS LES LIVRES QUE VOUS CHERCHEZ.
– Rey, je suis une jedi, ça ne marche pas sur moi. »

Rey prend la pile de livres et tape sur Leia avec jusqu’à ce qu’elle oublie ce petit souci de scénario.

« Je disais donc que Luke parlait souvent de la Fisithinière. Il disait qu’il irait bien là-bas, qu’au moins, on rigolerait plus qu’ici, qu’il pourrait y faire le coup de poing…
– Certes mais est-ce qu’il savait où ça se situait ?
– D’après ce qu’il a écrit, pour aller à la Fisithinière, il fallait trouver une pitchramide, un artefact sith contenant les coordonnées pour s’y rendre.
– Et si Kilo a réussi à y aller, c’est probablement qu’il a cet artefact.
– Attendez… il existe non pas un, mais DEUX exemplaires de cet artefact dans toute la galaxie. »

Diego, je lève la main, et toi, que dois-tu mettre au-dessous ? Voilà… centre un peu… le bouton bien sous ma paume… allez !

OH
BEN
ÇA
ALORS

Mieux encore, Luke était sur la piste de l’un des deux artefacts, et gros coup de bol décidément, ce n’était pas celui que Kilo a déjà récupéré, mais l’autre ! Décidément ! Et d’après Luke, la piste remontait jusqu’à un chasseur de jedis travaillant pour les Siths, qui aurait été aperçu pour la dernière fois sur la planète Partyhard. Ni une, ni deux, Rey décide de partir à sa recherche ! Et ne parvient pas à décliner l’offre de Poe, Fin, Chewbacca, C3P0 et BB-8 de l’accompagner.  Leia lui rend même son sabre et finalement, allez, elle le prend. Mais ? Je croyais qu’elle n’était pas digne ? Bon, ben visiblement, finalement, si, allez hop ! Tout le monde grimpe ainsi dans le Faucon Millenium, et en avant, direction la mystérieuse Partyhard….

Qui est une énième planète désertique, c’est follement original.

Nos héros se posent au milieu du désert de Partyhard, et avancent dans une direction un peu au hasard quand, au détour d’un caillou… ils tombent sur une fête géante ! Qui ne faisait strictement aucun bruit tant qu’ils étaient derrière ledit caillou, mais maintenant qu’ils la voient, on entend des chants, des tambours et tout le tralala. Je crois qu’on se fout un petit peu de notre gueule non seulement du côté du scénario, mais aussi de la réalisation. Ou alors, pour insonoriser votre maison, il suffit de l’entourer de cailloux, allez savoir. Heureusement, C3P0 change de sujet, puisqu’il dispose de tout le savoir nécessaire sur les aliens en train de festoyer.

Fin, habilement caché derrière un caillou d’insonorisation.

« C’est le festival des ancêtres ! Un événement majeur sur Partyhard ! Il ne se tient que tous les 42 ans ! »

Bon, c’est bien parce que c’est vous : ÇA ALORS !

Notez que le fait qu’il ne se déroule que tous les 42 ans ne sert à rien à l’intrigue : c’est juste pour se moquer des spectateurs. Oui oui. On en est là.

Nos amis s’approchent cependant de ce miracle statistique sous tente, et sont accueillis joyeusement, Rey ayant le droit à ce que les locaux lui accrochent des colliers de perles autour du cou. Probablement pour qu’elle montre ses seins, ce festival n’étant si ça se trouve qu’une variante extra-terrestre du Spring Break. Mais C3P0 n’en dit rien, probablement pour savourer la situation comme le petit pervers à pistons qu’il est.

Cependant, voilà que soudainement, Rey sent une perturbation dans la Force. Et que comme dans le film précédent, son esprit entre brutalement en communication avec celui de Kilo. Les deux ont ainsi une vision claire et nette de l’autre.

« Kilo ? Mais qu’est-ce que tu fous là ?
– Je… eh bien j’ai cru sentir… une histoire de colliers de Spring Break et de t-shirts à soulever alors je… je me suis dit…
– Espèce de vieux cochon ! Ah, ça, pour reluquer, il y a du monde !
– Toujours plus que dans ton t-shirt !
– Espèce de… »

Le vrai dialogue est moins intéressant, aussi je vous le passe. Car ce qu’il faut retenir, c’est qu’au beau milieu de la conversation, Kilo interrompt Rey en arrachant le collier qu’elle a au cou !

Oui, je sais : vous pensiez que quand ils étaient en communication, ils pouvaient juste se voir et se parler.

Mais non : en fait, non seulement ils peuvent se toucher, mais ils peuvent aussi réussir des tours de pickpocket… et Kilo se retrouve ainsi avec, dans la main, le collier de Rey !

Je vous laisse réaliser comment ce principe pourrit à peu près tout l’univers et les films. Pourquoi Kilo s’embête-t-il à poursuivre Rey alors qu’il peut lui mettre un coup de sabre depuis l’autre bout de la galaxie ? Pourquoi se traquer quand on a un équivalent de la téléportation qui permet en plus de tomber sur l’autre sans même savoir où il est ? Et personnellement, je serais Rey, je dirais à Kilo « Hep, attrape ! » avant de lui envoyer une grenade et de couper la communication. Mais je ne suis pas Rey : je n’ai pas assez cheveux pour faire autant de chignons.

Je vous laisse savourer cette grosse, trèèèès grosse incohérence qui massacre ce film, mais aussi tous les autres dans la foulée. Voilà. Eh bien, on ne regrette pas d’être venus.

Kilo s’empresse de faire analyser le collier qu’il vient de piquer à Rey, et un de ses techniciens revient promptement avec des informations.

« Il s’agit d’un collier du Spring Break de Partyhard, seigneur Kilo. Les locaux l’appellent « Fête des ancêtres » pour pouvoir y aller sans se faire griller par leurs parents, mais il s’agit principalement de se murger, de montrer ses roploplos, et parfois, les deux en même temps. »

Le vil Kilo Ren ayant montré dans le dernier film que lui-même aimait bien se promener top-less, il ordonne donc à un de ses navires d’aller sur place tenter d’en finir avec Rey et ses camarades, pendant que lui-même y va en renfort avec ses gardes, les chevaliers de Ren, qui ont un vaisseau pas très Greta-compatible : il laisse en effet de la fumée noire derrière lui pour bien montrer qu’il est méchant. Non, ne cherchez pas. Peut-être est-ce juste un vaisseau tabagique, je ne sais pas. J’ai abandonné l’idée de comprendre les choix de ce film à peu près au moment où le texte dans l’espace a arrêté de défiler au début.

Mais pendant ce temps, Rey et ses compagnons, toujours sur Partyhard, y tombent sur un vieil ami : Lando Calrissian !

« Mais ? Que faites-vous là ?
– Je n’ai aucune raison d’être ici. Mais le film tentant de caser le maximum de personnages de la trilogie originale pour faire plaisir aux fans, me voici.
– Bon, écoutez, on n’est plus à ça près : on est à la recherche d’un chasseur de jedis qui aurait eu une pitchramide et qui aurait été vu pour la dernière fois dans le secteur.
– Ma foi, je m’en souviens : nous l’avons brièvement traqué avec Luke, mais il avait disparu. Ne reste que son vaisseau abandonné dans un canyon non loin d’ici. Vous devriez aller voir, même si à l’époque, nous n’avions rien trouvé d’intéressant à bord.
– Merci ! Et sinon, vous ne voulez pas rejoindre la guerre contre le Premier Ordre ? Ou le Dernier ? Je ne sais plus trop, on s’y perd.
– Je suis trop vieux pour ces conneries.
– Mouais. Sachant qu’on vous a vu dans les bande-annonces du film en train de piloter, m’est avis qu’on vous revoit bientôt. »

Ah, les bande-annonces. Ces choses qui spoilent plus que mes propres spoilers.

Toujours est-il que Rey & compagnie ont désormais un endroit à aller inspecter. Mais comme ces couillons ont posé leur vaisseau à des kilomètres, ils décident de s’y rendre en volant un speeder aux fêtards défoncés du cru. Ce qui alerte un peu les patrouilles du Dernier Ordre déjà sur place, tant le vol de speeder, c’est une de ces petites incivilités qui pourrissent le quotidien des honnêtes gens. Les soldat s’élancent à la poursuite de la compagnie de Rey avec des motos, mais aussi des soldats équipés de jetpacks.

Notez que là où tout le monde a des speeders antigravité depuis des années, les méchants ont soudainement des véhicules… à chenilles. Pourquoi ? Mais pour que Fin puisse jeter des trucs qui se prennent dedans pour les faire exploser, allons !

Faisons simple :
– Les méchants tirent toujours comme des quiches, surtout quand ils ont des roquettes qui pètent tout sauf leurs cibles
– Les méchants finissent tous tués
– Une dernière attaque des méchants fait miraculeusement exploser les véhicules de nos héros et…

Ils vont bien. Non, même pas une égratignure ou le petit doigt cassé : se manger une explosion et être projeté hors d’un véhicule à haute vitesse sur un sol plein de gros cailloux anguleux, c’est tout à fait bénin. Finalement, c’en est à se demander pourquoi nos héros cherchent à éviter d’être touchés, puisque quand ça arrive, ça ne leur fait rien. Mais vous allez comprendre pourquoi le scénario a pourtant voulu qu’ils soient touchés : car après avoir ainsi roulé au sol, tous se retrouvent cependant englué dans une zone moins heureuse : des sables mouvants ! Je sais, vous vous dites :

« Rey pouvant léviter et faire léviter autrui, elle va sortir tout le monde de là rapidement. »

Mais non, Rey préfère… ah, préfère ne rien faire. Elle est comme ça. Elle a une solution pour éviter que tout le monde ne finisse vaguement mort, mais elle ne va pas l’utiliser, car le script est avec elle.Tous finissent donc engloutis par les sables mouvants.

Et atterrissent pile poile dans un réseau de cavernes sous les sables mouvants, où se trouve le squelette… du chasseur de jedis qu’ils cherchaient !

ÇA ALORS !

Une moule pareille, c’est un coup à subir une attaque de marins-pêcheurs à ce stade. Quelle aventure palpitante, en sachant que tout va tout le temps dans le sens de nos héros ! Mais qu’en disent nos amis ?

« C’est extraordinaire ! Voilà pourquoi Luke n’a jamais pu aller plus loin sur cette piste : le chasseur de jedis était mort et dans ces cavernes dissimulées par des sables mouvants qui ont le bon goût de rester en surface et de ne pas tomber dans ces cavernes, eux ! Maintenant… oh, regardez ! Il avait sur lui une espèce de… hmmm… on dirait une dague ? Avec des trucs écrits dessus ? C3P0, peux-tu les lire ?
– Certes oui ! Voyons voir… ça dit…
– …
– …
– Oui ?
– Je ne peux pas vous le dire. En effet, c’est du sith, et je peux le lire, mais il m’est interdit de partager mes traductions selon les codes de la République ! Je ne peux donc pas vous dire ce que j’ai lu ! »

Ho. Hoho. Hohoho.

Nous en sommes là niveau intrigue : pour faire durer l’aventure, on explique que C3P0 a été programmé pour lire une langue mais ne surtout rien en faire. Quel était l’intérêt de lui apprendre ladite langue dans ce cas ? Et à l’inverse, vous avez interdit à des droïdes de traduire la langue de vos ennemis parce qu’ils sont méchants ? À aucun moment vous ne vous êtes dits que justement, avoir des gens capables de traduire la langue secrète de l’ennemi, ce serait utile ?

Mais non. Les droïdes savent lire le sith mais s’assoient ensuite sur l’information. D’où l’expression anglo-saxonne To sith on something.

Pendant que tout le monde est consterné par cette nouvelle, voici qu’arrive un énorme serpent, probablement le propriétaire de ces souterrains qui est moyennement content, au prix du bail, de voir arriver des squatteurs. Tout le monde sort son arme, mais finalement, Rey fait signe de se calmer et approche la bête pour découvrir que l’animal a de gros bobos. Et usant de la Force, elle l’apaise et mieux encore, soigne ses blessures, usant du niveau de prêtre gratuit qui va avec la classe jedi. Le serpent repart ainsi en sifflotant.

« Eh bien Rey ! Je ne savais pas que tu pouvais jeter des sorts de soin !
– Je te rappelle que je sais tout faire mieux que tout le monde, Poe. Tu te souviens, au début du film, quand tu me qualifiais durant une conversation sans intérêt de « meilleure pilote de toute la Résistance » alors que toi tu as fait ça toute ta vie et que moi j’ai quitté ma planète pour la première fois il n’y a même pas trois mois ?
– Hmmm… c’est vrai que même les dialogues sont ratés. En tout cas, ton truc de vétérinaire, là, ça reste bluffant !
– Ce n’est trois fois rien. J’ai seulement donné un peu de ma propre force vitale à ce serpent géant. »

Car oui, c’est connu : on aime donner un peu de sa propre vie aux serpents tueurs qu’on vient à peine de rencontrer. Cette Rey alors, quelle générosité. M’est avis que c’est tout le temps elle qui se fait taper en bâtons de la mort quand les bureaux tabacs sont fermés.

En tout cas, je me demaaaaande si ce pouvoir sorti au milieu d’une scène sans trop de raison va resservir. HMMMM. LE SUSPENS.

En attendant, nos amis peuvent ressortir des tunnels sans finir mangés par la faune locale, et se retrouvent juste à côté – c’est décidément vraiment pratique – du vaisseau de feu le chasseur de jedis. La troupe se rue à bord et à défaut de trouver des indices, trouve un vieux droïde un peu neuneu qui a été « maltraité » selon Rey (la Société de Protection des Droïdes et Brigitte Boulon vont gueuler) et ne bredouille que des mots comme « Content » ou « Triste« , mais surtout, il se trouve que tout le vaisseau est encore en état de marche !

« Parfait. Nous n’aurons pas à retourner au Faucon, qui doit sûrement déjà être aux mains du Dernier Ordre. Décidément, que de coups de chance ! Barrons-nous avec cette poubelle de l’espace ! » explique Poe.

Mais au moment de décoller, Rey dit soudain que attends mec, j’ai un truc à faire.

« Je t’avais dit de ne pas boire autant avant de partir !
– Non, Fin. Je dois… je dois faire quelque chose.
– Rey, nous sommes au milieu du désert ! Tu veux faire quoi ? Sniffer du sable ? »

Mais Rey est comme guidée par une force supérieure, et s’avance seule dans le désert. Poe, qui pendant ce temps prépare le vaisseau au décollage, ordonne à Chewbacca de dire à Rey se ramener son postérieur à bord. Mais plutôt que de gueuler « Grouuwaaaar » (ce qui est rude, mais efficace même si le tutoiement est légèrement aride), Chewbacca décide de quitter à son tour le vaisseau pour aller la chercher. C’est tellement plus efficace.

Ce qu’ils ignorent, c’est que cachés derrière un caillou – ces cailloux sont vraiment pratiques – deux vaisseaux de transport du Dernier Ordre les observaient ! Chewbacca se fait donc wookidnapper par les soldats qui l’attendaient en embuscade (mais qui ignoraient royalement Rey, ils sont sympas). Rey ne remarque justement rien dans un premier temps car voici qu’arrive à l’horizon ce qu’elle a senti : Kilo Ren ! Dans son chasseur personnel, qui vole en rase-mottes au-dessus du sable. Et qui fonce sur Rey !

Rey qui sitôt qu’elle aperçoit le chasseur qui lui fonce dessus… lui tourne le dos pour faire une acrobatie plus spectaculaire. D’accord.

Pour tirer dessus ? Hmmmm… non, il ne tire pas. Non, en fait, il fonce juste sur Rey, probablement pour essayer de l’écraser contre son pare-brise.

Ne cherchez pas, c’est absurde : le mec a un vaisseau qui peut vaporiser la jeune fille depuis le ciel, mais il s’en sert comme d’une Twingo. Et cela lui joue des tours, car Rey attend qu’il soit assez proche pour faire un bond de jedi, saute par-dessus l’engin, et d’un coup de sabre, endommage salement le chasseur qui touche le sol, se met à faire des tonneaux et… explose.

Kilo Ren est mort.

« Et maintenant, que vais-je faire ? » se demande Rey.

Justement : elle aperçoit un transporteur du Dernier Ordre en train de décoller, avec Fin qui gueule depuis son vaisseau « Reeeey ! Ils ont Chewbaccaaaaa ! »

Pas de problèmes : Rey tend la main vers le vaisseau qui se barrait tranquillement vers l’orbite, et usant de ses pouvoirs… parvient à arrêter net un vaisseau de transport de plusieurs dizaines de tonnes qui décollait, propulseurs à fond. Elle parvient à le retenir un moment, avant qu’elle ne voit s’approcher d’elle… Kilo Ren !

« Mais ? Tu ne viens pas d’exploser avec ton chasseur, toi ?
– … si.
– Mais alors comment as-tu survécu ?
– Par le pouvoir… DU SCRIPT. »

Non, vous n’aurez aucune explication : J.J Abrams a tenu à faire une scène où le vaisseau de Kilo explose avec le bonhomme à bord (il aurait simplement pu le faire se crasher sans trop de dégâts), mais en fait, c’était pour rire.

C’est nul. C’est affreusement nul. Ces gens n’ont rien à faire de leur propre film. Et oooh, ne croyez pas que frapper des chatons à coups de pelle me calmera : je crois que je vais plutôt envoyer des chatons morts chez Disney à chaque fois qu’ils annonceront un nouveau film de ce calibre. Ça ne vaut pas une tête de cheval dans le lit, c’est vrai, mais ça reste assez expressif, convenons-en.

Kilo, donc, utilise à son tour la force pour libérer le vaisseau de transport de l’étreinte invisible de Rey. Les deux s’affrontent via leurs pouvoirs respectifs quand soudain… Rey s’énerve et fait jaillir des éclairs de ses doigts, qui font purement et simplement exploser la pauvre navette !

« Ah merde, j’ai pas fait exprès ! » dit-elle avant de se carapater vers le vaisseau de Poe et Fin et d’aller y sanglotter qu’elle vient de tuer Chewbacca.

Ses amis tentent de la rassurer en lui disant de faire confiance au script : Kilo Ren vient d’exploser avec son vaisseau, et il n’a même pas une égratignure, alors Chewbacca ? Allons !

D’ailleurs en parlant de Kilo Ren, il les laisse partir ? Il ne réagit pas ? N’appelle pas de chasseurs ou n’envoie pas son sabre défoncer les réacteurs ?

Hmmmmmmmmmnon. Parce que là encore, sinon, le film s’arrête là. Il décide qu’il est plus pertinent d’aller faire du boudin et de disparaître entre deux plans sans explication.

Non, vraiment : tout est nul. C’est extraordinaire.

Après cette palpitante aventure, on n’est ainsi un peu plus avancé, mais pas trop : l’équipe à bord de son nouveau – vieux – vaisseau décide de filer se cacher dans un champ d’astéroïdes, et là, de faire le point :

« Bon, c’est quand même un peu con cette histoire parce que devinez à qui on avait confié la dague Sith avec les coordonnées de la Fisithinière dessus ? Chewbacca !
– Certes, mais tout ce qui était inscrit dessus est traduit et enregistré dans ma mémoire !
– C3P0 ?
– Oui, c’est dommage que ma programmation m’interdise de partager l’info ! LE SEUL MOYEN DE LE FAIRE SERAIT DE PIRATER MES CIRCUITS MAIS JE N’OSE Y PENSER ! »

C’est subtil. Qu’en penses-tu, Poe ?

« Attendez… et siiii on piratait les circuits de C3P0 ?
– Wouah, quelle idée sortie de nulle part !
– Je connais justement un pirate informatique spécialisé en droïdes sur la planète Roxor, je propose d’aller lui rendre visite ! »

C’est fort pratique ! Vite, direction Roxor, une planète qui a quelques petits soucis puisque le Dernier Ordre y fait du porte à porte de manière quelque peu agressive pour recruter les nouveaux équipages dont il a besoin. Oui, moi aussi je pense que monter son armée à partir de gens qui vous détestent devrait formidablement bien se passer. Heureusement que personne n’a jamais entendu parler du mot « rébellion » dans cet univers, ouf.

Au passage, on a pu apercevoir que le vaisseau fumant des chevaliers de Ren était, lui aussi, caché dans le même champ d’astéroïdes que le vaisseau de nos héros. Et les a suivis discrètement. Parce que, ouiiii, bon, d’accoooord, ils sont supposés les tuer, ont un vaisseau plus gros, plus puissant et plus récent et pourraient vaporiser nos amis, là, tout de suite. Mais ils préfèrent les suivre en faisant du rien : c’est plus rigolo. Et là encore, vu la qualité de ce film, vous ne voudriez pas qu’il s’arrête maintenant, hmmm ?

C’est ainsi sans encombre que Rey et son équipage arrivent jusqu’à Roxor, puis se faufilent entre les patrouilles de stormtroopers au travers des rues de la ville dans laquelle ils se sont posés, mais sont arrêtés au coin d’une rue par une espèce de chasseuse de primes qui pose le canon de son pistolet sur la tempe de Poe.

« Poe. Tu te souviens de moi, du temps où tu étais trafiquant d’épices ici ? Je te hais. Je te déteste. Je vais te tuer.
– Hmmm, un personnage féminin qui hait le bellâtre du groupe, je me demande TROP si elle le hait vraiment ! »

Et en effet : environ 17 secondes plus tard, ce personnage tellement fascinant que je n’ai même pas retenu son nom décide que la prime, bof, que sa haine de Poe, on s’en fout, et que finalement, elle va aider nos héros. Eh bien merci, ça valait vraiment la peine. Quelle profondeur dans l’écriture ! Enfin : la nouvelle venue accepte de guider Poe & co jusqu’à la demeure du pirate qu’ils recherchent : Babou Frik. Une sorte de personnage du muppet show dans lequel on aurait glissé une main arthritique vu son animation. La petite créature a tôt fait de pirater C3P0, mais tout a un prix : la mémoire d’icelui est effacée dans l’affaire.

Babou Frik, ici installant Ubuntu dans C3P0.

C3P0 a donc le temps de dire « Pour trouver une pitchramide, vous devez vous rendre aux coordonnées Delta-3-C de la lune 8 d’Endor, et là, depuis la falaise, la dague vous montrera le chemin. »

Puis, il s’éteint. Et se rallume, la mémoire en effet entièrement vide : « Bonjour, je suis C3P0. Voulez-vous que je vous aide à utiliser Word ? Aimez-vous les trombones ? »

Tout le monde s’en fout, puisque la nouvelle a plongé Rey, Poe et Fin dans des abîmes de perplexité. Ils savent désormais qu’un indice se trouve sur une lune d’Endor. Mais visiblement, il leur faut la dague pour parvenir jusqu’à la pitchramide ! Comment faire ?

« ÇA ALORS ! Un destroyer stellaire ennemi vient d’arriver au-dessus de la ville pendant que nous parlions !
– Oui Poe et… ÇA ALORS ! Je peux sentir la présence de Chewbacca à bord !
– ÇA ALORS ! Il n’est pas mort ? Tu veux dire qu’il était dans le second vaisseau de transport qui quittait Partyhard ? Celui que personne n’a remarqué alors que bon, un vaisseau qui décolle à dix mètres de nous en plein désert, on aurait dû un peu le remarquer ? Décidément j’ai envie de dire ÇA ALORS !
– Mais ce qui veut dire que… ÇA ALORS ! La dague est sûrement aussi à bord !
– ÇA ALORS ! Mais… attendez, nous n’avons aucun moyen de grimper à bord sans nous faire remarquer… »

C’est alors que la pote de Poe locale révèle qu’elle avait prévu de quitter ce coin pourri il y a bien longtemps. Et que pour y parvenir et passer les blocus, elle a fait l’acquisition d’un badge de capitaine de vaisseau du Premier Ordre. Avec ça, on peut donc monter à bord de n’importe quel vaisseau ennemi sans se faire repérer !

Allez, tous en chœur : ÇAAAAA ALOOOOOOOOOOORS !

Ce film. Non mais ce film. On dirait qu’on a filé à un enfant de 3 ans un jeu de Lego avec des bouts d’histoire dessus, qu’il a fait n’importe quoi avec la plupart des pièces et avalé le reste, et qu’on nous a servi la combinaison absurde finale comme une intrigue. De toute façon, c’est facile : quand le film n’est pas incohérent, c’est qu’il est télescopé.

Heureusement qu’on parle d’une production qui a coûté des centaines de millions, hein. Ça se voit.

J’aime beaucoup d’ailleurs les commentaires du genre « Ça va, c’est du Star Wars, du divertissement, faut se calmer. » Certes et donc, durant vos divertissements, vous trouvez normal qu’on vous défèque au visage ? M’est avis que vous avez des samedis soirs particulièrement intéressants, bonnes gens.

Bref : Rey, Fin, Poe et C3P0 retournent à bord de leur vaisseau et usant du badge de capitaine, approchent sans se faire remarquer le destroyer au-dessus de Roxor. Ils se posent dans l’un des hangars et…

Sortent en blastant tout ce qui passe.

On est bien d’accord que si vous aviez un badge, c’était pour vous infiltrer ? Vous n’auriez pas pu vous procurer une paire de déguisements ? Ou simplement à l’ancienne, laisser une patrouille monter à bord pour la mettre en slip et lui piquer ses armures ? Non : les mecs ont tout fait pour ne pas donner l’alarme, et la première chose qu’ils font en arrivant, c’est de la donner eux-même. Pourquoi ? Pourquoi est-ce que chaque scène est ratée ? Enfin. Suivons ce qu’il se passe.

Rey, guidée par la Force, se barre d’un côté pendant que Fin et Poe partent sauver Chewbacca. Ces derniers y parviennent… mais seulement brièvement. Car ils se font surprendre par la patrouille, et finalement, finissent tous trois pris et condamnés à être exécutés d’un laser dans la nuque (si les stormtroopers arrivent à toucher une nuque, ce qui n’est pas fait). Mais plutôt que de le faire là, tout de suite, on les emmène dans une pièce à part, où le général Hux, qui commande le peloton, formule une étrange requête.

« Hem heu… soldat vous… euh… vous pourriez me donner vos armes ?
– Pour ?
– Pour les… euh… tuer moi-même ! »

Ce qui est bien, c’est que même les acteurs n’y mettent pas du leur. On se doute déjà de la suite : Hux prend l’arme et mitraille le peloton de stromtroopers avant de libérer les prisonniers.

« Mais ? Que ? Hux ? C’est vous, l’espion au sein du Premier Ordre ? Ça fait deux films que vous cherchez à nous tuer, pourquoi faites-vous ça ? 
– Parce que j’en ai un peu marre de me faire bolosser en permanence par Kilo Ren ! Alors je m’en fous de savoir qui gagne pourvu que lui tombe ! »

Ah oui c’est profond.

Et sinon, tu réalises que si la Résistance gagne, tu seras jugé pour avoir vaguement aidé à détruire plusieurs planètes et ainsi causé des milliards de morts ? Non ? Tu ne penses pas que ce serait plus simple de faire assassiner Kilo tout en faisant gagner ton propre camp ? Voire en prenant la place de Kilo ?

Mais non : Hux est bêêêêête alors !

« Tirez-moi quand même dans un bras pour que l’on puisse penser que je vous ai laissé vous échapper.
– Tiens, je te tire dans la jambe.
– Mais… mais bordel, je viens de vous sauver la vie, pourquoi est-ce que vous aussi vous m’emmerdez ?
– Parce que personne n’aime ton personnage, Hux. »

Ce qui n’est pas faux. En attendant, ils ont beau avoir récupéré Chewbacca, il faut encore récupérer Rey et filer ! Mais pour cela, il faudrait un vaisseau, et avec tout le bazar qu’ils ont fait en entrant, l’appareil avec lequel ils sont venus est sous bonne garde.

« Alors que celui du hangar d’à côté, lui, est à peine gardé !
– ÇA ALORS ! Ça tombe bien !
– Attendez mais en plus… c’est le Faucon Millénium ! Il était stocké sur le même bâtiment ! »

Si j’avais du temps, je vous posterais ici un gif animé dans lequel une main martèle un bouton « ÇA ALORS ! » environ 1 200 fois à la minute, ce qui résumerait la conception de l’ensemble du scénario.

Les méchants se demandent pourquoi ils s’embêtent encore sachant que de toute manière, rien de ce qu’ils font ne peut arrêter les gentils.

Mais laissons nos amis continuer à célébrer la fête de la moule, et allons plutôt voir ce que Rey a fait pendant ce temps. Car elle est parvenue à se faufiler jusqu’aux quartiers de ce margoulin de Kilo Ren… mais celui-ci était, au même moment, en train de fouiller la planète à leur recherche. C’est cocasse : lui est au sol avec les chevaliers de Ren à la chercher, alors qu’elle est en train de se promener dans sa chambre. Elle s’apprête à lui faire une bonne blague, comme nouer les lacets de ses bottes ensemble, lorsqu’une fois encore, Kilo entre en contact avec Rey via la Force.

« Rey ! Dis-moi où tu es ! 
– Ah oui ? Et pourquoi je ferais ça, espèce de neuneu ?
– Pour que je vienne te dire… la vérité sur tes parents !
– Tu me l’as déjà dite dans le précédent film. Ce n’était personne.
– Personne, c’est vrai mais… par choix ! Ils fuyaient qui ils étaient vraiment… le chasseur de jedis qui est mort sur Partyhard, tu te souviens de lui ? C’est lui qui a emmené tes parents… allez, dis-moi où tu es. Et je te donnerai l’histoire complète : ils n’étaient personne… mais en fait un peu quand même.
– C’est moi où tu es en train d’essayer de faire le lien avec le précédent film, tout en le reniant, avec la subtilité d’un gorille sous ecsta à une soirée ikebana ?
– Bon, hé, si c’est pour être désagréable, je vais te péter la gueule ! »

Et les deux de sortir leur sabre et de se lancer dans un combat l’un contre l’autre alors qu’ils sont l’un au sol, et l’autre dans le destroyer stellaire. J’avais donc bien raison : depuis le début, ils pouvaient s’affronter à distance. C’est vraiment, définitivement ridicule.

Cependant, durant le combat, Kilo aperçoit sur les murs derrière Rey le casque de son papy ainsi que ses posters d’Alerte à Malibu. Comprenant où elle se trouve, il lui dit que attends, tu vas voir, j’arrive, petite fouine ! Rey, comprenant qu’elle est grillée, se carapate au travers des coursives du vaisseau, et parvient dans un hangar… pile lorsque la navette de Kilo revient justement. Celui-ci la fait encercler par ses hommes, et se prépare à lui tataner la face en duel.

Mais pile à ce moment là (… que voulez-vous que je vous dise que vous ne sachiez déjà ?) arrive le Faucon Millénium ! Qui depuis l’extérieur du hangar, pour forcer tous les méchants à s’en aller, positionne ses réacteurs piles face à l’entrée de celui-ci ! Le souffle propulse les stormtroopers dans toutes les directions, et Kilo Ren lui-même doit mettre genou à terre et utiliser ses pouvoirs pour rester sur sa position…

Alors que Rey n’est pas affectée.

Je ne plaisante pas : tout le monde est propulsé partout, sauf Rey, pourtant pile devant le réacteur puisque proche de la sortie du hangar. Et comme décidément, elle n’a aucun souci, elle ignore la physique pour bondir jusqu’au Faucon toujours sans être soufflée, et rentrer à bord retrouver ses amis avant de s’enfuir.

À ce stade, mes doigts s’enfonçaient dans les accoudoirs du cinéma pour me retenir de hurler. J’imaginais bien comment cette scène avait dû être conçue.

* * *

« Et là, Rey est encerclée… mais le Faucon Arrive et souffle toute la salle avec son propulseur !
– Oui mais M’sieur Abrams, même Rey ?
– Ah non. Pas elle, ça ne nous arrange pas.
– Alors pourquoi n’est-elle pas soufflée comme les autres alors qu’elle est dans la même pièce ?
– Je viens de vous le dire : parce que ça ne nous arrange pas. »

* * *

M’entendez-vous soupirer ?

Surtout que rassurez-vous : le vaisseau ne tire même pas sur le Faucon, et ne donne pas non plus la chasse. Non, on laisse nos héros partir en paix, parce que vraiment, le Script est avec eux. C’était bien la peine d’avoir cette histoire de badge de capitaine alors qu’en fait, le vaisseau ennemi est visiblement intégralement désarmé. Enfin, retournons au film.

Les forces de Kilo Ren viennent ainsi d’essuyer un nouvel échec avec cette histoire, mais non sans quelques succès en retour : malgré sa blessure, Hux est démasqué comme traître et exécuté. Quant à Kilo Ren, il sait où se dirigent les gentils. Son équipage a eu la dague sith suffisamment longtemps pour déchiffrer ce qui était inscrit dessus.

C’est ainsi vers une lune d’Endor que nos amis se dirigent, avec un petit souci : le train d’atterrissage ne sort plus. Il faut malgré tout se poser, et comme tout le monde a soudain oublié que leurs appareils pouvaient se poser à la verticale – je ne cherche même plus à comprendre – Poe pose le Faucon en le faisant s’écraser comme une bouse au milieu d’une plaine non loin de la falaise qu’ils sont venus voir, laissant derrière lui une longue traînée boueuse dans la plaine. Puis, Rey et ses amis descendent du vaisseau endommagé et vont jusqu’à la falaise voisine, où le spectacle est impressionnant, car face à eux, ils peuvent voir d’immenses débris de l’Étoile de la Mort, qui se sont écrasés sur cette lune à la fin de la célèbre bataille d’Endor, qui a vu mourir l’empereur Palpatine à l’époque, et qui aurait dû, si les dieux avaient été généreux avec nos rétines, conclure une trilogie qui ne demandait rien de plus.

Sauf que ces morceaux reposent au milieu d’un océan déchaîné, et que le Faucon ne peut pas voler avant d’avoir eu quelques réparations (vous comprenez pourquoi Poe l’a crashé alors qu’il pouvait se poser sans problème autrement ?). Rey profite de ce temps mort pour tenter de déchiffrer la suite du message : ils sont aux bonnes coordonnées, mais maintenant, la dague doit leur montrer le chemin. Rey découvre alors que la dague cache dans son pommeau une petite réglette, et que la forme de la dague va pile poil avec la forme d’un certain morceau de la vieille Étoile, tel qu’on le voit depuis la falaise.

Donc, je résume : quelqu’un s’est emmerdé à venir sur la planète, à prendre les mesures d’un morceau d’épave vu d’une certaine distance, a prié très fort pour que l’océan déchaîné ne fasse pas bouger ledit morceau avec le temps, a forgé une dague avec réglette intégrée, et tout cela, pour que n’importe quelle personne tombant sur ladite dague puisse venir chercher une pitchramide cachée là-dedans.

Une carte ou un message, c’était trop compliqué, vous comprenez.

Heureusement que durant toutes ces années, personne n’a pensé à piller l’épave.

Bon, finalement, je vais quand même mettre un sac de chatons à mes pieds. Voilà. Pour les masser à coups de talons pendant que je regarde la suite. Voilàààà. Ces petits craquements, ça détend.

Alors que Rey vient à peine de finir ses observations, voici qu’arrivent derrière nos héros toute une troupe de galopins montés sur des… mélanges entre des chevaux et des lamas. Des lamaux ? Appelons-les ainsi. Mais qui sont ces gens ? Amis ? Ennemis ? Le malentendu est vite dissipé : ce sont d’anciens stormtroopers, comme Fin, qui ont eux aussi décidé de déserter. Fin trouve ça incroyable : il pensait être le seul déserteur du Premier Ordre !

« Oui, c’est fou comme recruter des gens au hasard et leur demander de tirer sur leurs propres familles a l’air de ne pas bien marcher ! » fait remarquer la cheffe des nouveaux arrivants qui elle aussi, a tellement de charisme que je n’ai pas retenu son nom. C’est vous dire si la galerie de personnages est fascinante. À peu près autant que les stratégies du Dernier Ordre. Ou Premier. Je ne sais plus trop. De toute manière, quelqu’un finit par poser la question :

« Mais au fait, quelqu’un a vu Rey ? »

C’est une bonne question, car la filoute a filé et piqué un frêle esquif dont disposait les déserteurs locaux et se dirige sur les flots droit vers le bout d’épave de l’Étoile de la Mort indiqué par la dague, seule. Elle pilote une espèce de catamaran à réaction, affronte des vagues grosses comme des immeubles, même les déserteurs disent que la mer est trop démontée pour y naviguer, mais une fois encore, Rey, qui vient pourtant d’une planète désertique où elle n’a jamais vu l’océan, s’avère être une incroyable hauturière.

Non mais… quel personnage chiant. Il sait tout faire mieux que tout le monde. Tout le temps. En fait, c’en est même à se demander pourquoi il y a d’autres personnages.

Rey parvient en tout cas jusqu’à l’épave, et là au moins, on peut comprendre qu’elle soit à l’aise : piller des épaves, c’était son boulot. Oh, ça, avec ses rabouins, elle en a démonté, du panneau routier ou de la R12 ! Grâce à cela, c’est avec une célérité notable qu’elle gagne son objectif qui se révèle être l’ancienne salle du trône de l’empereur Palpatine ! Là où Darth Vador affronta Luke devant le vieux tyran ! Et lorsqu’elle entre… un sas près du trône s’ouvre en faisant « Pshiiiit ! ».

« Cette porte automatique encore alimentée est décidément un énorme coup de bol ! Cela dit, ça devait être chiant durant le combat entre Luke et son père ! »

* * *

Des années plus tôt, à bord de l’Étoile de la Mort.

« Ouiiii… ouiiii, battez-vous… et le meilleur sera m….
*PSCHIIIIT*
– … le meilleur ser…
*PSCHIIIIT*
– le meilleur sera mon appr…
*PSCHIIIIT*
– PUTAIN MAIS VOUS POURRIEZ ALLER VOUS BATTRE PLUS LOIN QUE JUSTE DEVANT MA PORTE AUTOMATIQUE, PETITS CONS ? »

* * *

L’empereur est quand même sympa : laisser une porte automatique dans sa salle du trône menant à l’un de ses plus grands secrets, c’est bien urbain. Rey entre par conséquent dans la pièce pour voir ce qu’il s’y trouve, et tombe, comme prévu, sur une pitchramide semblable à celle de Kilo ! Bon, notez qu’elle aurait pu la voler à Kilo simplement en se connectant à lui via la Force au bon moment vu que ça leur permet de se toucher et de se chiper des trucs, mais hein, bon, maintenant on est là alors faisons avec.

Mais lorsque Rey se saisit de la pitchramide, elle voit soudain une ombre s’avancer vers elle… c’est elle, mais en seigneur Sith ! Et avec à la main un double-sabre dépliant parce que c’est plus facile à ranger comme ça !

« Hin hin hin, Rey… viens du côté obscur !
– Jamais ! Ça fait des yeux tout jaunes, et c’est tout laid quand on met le filtre sépia sur Instagram !
– Dans ce cas, tu MOURRAS ! »

Rey évite les coups de son double et finit par tomber en arrière au beau milieu de l’ancienne salle du trône… et si son double disparaît, quelqu’un d’autre est près d’elle, et ramasse la pitchramide qu’elle a laissé tomber au sol.

« KILO ! 
– Oui, Rey, c’est bien moi. Je savais que tu viendrais ici. J’ai eu la dague, moi aussi.
– Ah ouais ? Et sachant que tu ne l’as plus, comment as-tu su exactement dans quelle partie de cette épave géante j’étais ?
– … alors je… heu… bon, écoute ! Je veux que tu domines la galaxie avec moi, alors vois ce que je fais de cette pitchramide ! Gnnn rrrgnnnnn grrmblllll… »

Et simplement en la serrant entre ses doigts, Kilo brise le fragile objet indiquant la position de la Fisithinière.

« Non ! Ordure !
– Oui, laisse la colère monter en toi… à présent, si tu veux aller à la Fisithinière, tu devras y aller avec moi, c’est ta seule option. Pour voir l’empereur. Et à ce sujet… il est temps que tu saches pour tes origines.
– Je t’écoute, je sens bien que tu as envie de raconter ton histoire.
– Ton père avait fui son héritage… il était… le fils de l’empereur Palpatine ! Tu es donc… SA PETITE-FILLE ! HOHOHOHO ! C’est pour cela qu’il avait envoyé ce chasseur de jedis te chercher. »

Et Rey d’avoir des flashbacks. Où elle voit ses parents être traqués. Lui dire « Reste ici, tu es en sécurité » (tellement qu’elle a fini clodo/esclave, pour rappel). Être emmenés par le chasseur de jedis qui a finalement tué ses parents car ils refusaient de se rabibocher avec papa (et beau-papa) Palpatine. Tout cela est terrifiant ! Rey en titube. Et Kilo poursuit.

« Palpatine te veut vivante, Rey.
– Ah oui ? Alors pourquoi veut-il me tuer depuis le début du film ?
– Tiens, merde oui. C’est vrai que c’est pas cohérent.
– Non mais rien ne l’est. Est-ce que tu ne veux pas que l’on fasse le truc habituel pour se sortir d’une situation incohérente ?
– Se taper dessus ? Allez ! »

Et c’est parti pour un combat au sabre laser entre les deux compères, qui s’affrontent un peu partout dans l’épave, y compris sur les zones battues par les intempéries et les vagues géantes. Les amis de Rey tentent bien de la rejoindre pour l’aider, mais elle utilise ses pouvoirs pour les tenir à distance. Ce qui la force à tourner le dos à Kilo, qui a la gentillesse de ne surtout pas en profiter pour attaquer : il est comme ça.

Comme dans tous les mauvais films, les personnages s’envoient des coups mortels, sauf quand l’un desdits coups risque de toucher.

Mais une alliée inattendue vient à la rescousse de Rey malgré tout : Leia.

Depuis sa base secrète à l’autre bout de la galaxie, elle a pu sentir le conflit entre son petit-fils et sa disciple. Elle décide donc d’utiliser un super pouvoir : elle va se coucher. Non, attendez, continuez à lire, ça ne s’arrête pas là. Moi aussi, je le pensais, mais non : elle projette son esprit vers celui de Kilo pour lui dire « Attention, derrière toi, un singe à trois têtes ! » . Kilo est déconcentré, et Rey en profite pour non seulement le désarmer… mais dans l’emballement du moment, lui plante sa propre arme dans le bidou !

« J’ai bobo ! » chouine Kilo en s’effondrant.

Rey va-t-elle achever ce gros geignard ? Nenni ! Car Kilo et elle ont senti l’intervention de Leia, qui était si puissante que cela a coûté la vie à la mamie. Son sacrifice touche donc leur petit cœur, et Rey se dit que allez, bon, c’est bien parce que c’est toi : elle ne compte pas être aussi cruelle que Palpatine, même si elle a son sang en elle, elle donne un peu de sa force vitale à Kilo, et paf ! Ça le soigne ! Kilo n’a donc désormais plus de trou dans le bidou ! Ce qui est plus pratique pour vivre, il est vrai.

Je vous avais dit que ça resservirait.

« Allez, c’est pas tout ça mais maintenant, je me casse. » annonce Rey qui court jusqu’au chasseur avec lequel Kilo était venu sur l’épave et s’enfuit avec dans le ciel triste de cette lune d’Endor.

Laissé seul sur place (les amis de Rey ont eux aussi décidé qu’ils avaient mieux à faire ailleurs, en fait), Kilo se retrouve seul avec ses doutes, et surtout, avec ses fantômes, car derrière lui apparaît le fantôme de son papounet, Han Solo !

« Mais ? Qu’est-ce que tu fous là ? Tu n’étais même pas un jedi !
– Heu… on va dire que je suis un… heu… souvenir qui parle ? Et très vivace ?
– Allez.
– Bon, ben, je voulais dire que ce qu’il vient de se passer est simple : tu n’as pas échoué. Celui qui vient d’être mortellement touché, c’est Kilo Ren. Celui qui vient de se relever, c’est mon fils, Ben Solo.
– Damnation, j’avais oublié que j’avais un nom aussi pourri.
– Ouais ouais, cause « Kilo Ren », va.
– Raaah, c’est bon ! Et maintenant ?
– Maintenant, tu sais ce qu’il te reste à faire, Ben. Et le moment venu, tu trouveras la force de le faire.
– Attends, non, en fait, je sais pas du tout de quoi tu parles ! Mais attends, bordel ! Dis-moi ce que… »

Mais le souvenir-fantôme a disparu. Laissant Ben Solo bien embêté, tout seul comme un couillon sur un bout d’épave au milieu de la mer, et sans vaisseau pour repartir. Et pour bien signifier qu’il a décidé qu’être sith, en fait, c’était nul, il jette son sabre tout rouge à l’eau en gueulant « D’toute façon, j’en veux pu ! » tel l’adolescent rebelle qu’il est.

Puis, il constate que maintenant, il est tout seul comme un con ET sans arme. Flûte.

Ce n’est pourtant pas le seul à être dans la panade : Rey est partie sans donner de nouvelles. Fin, Poe & compagnie ont donc regagné le Faucon, puis la base rebelle pour y annoncer que Rey avait disparu, mais aussi pour découvrir que Leia est morte. C’est par conséquent Poe qui se retrouve nommé commandant en chef, ce qui est en soi une mauvaise nouvelle pour toute la Résistance. Personnellement, j’aurais laissé Leia commandant en chef : même morte, elle dira toujours moins d’âneries que Poe.

Sa prise de commandement commence d’ailleurs avec un bilan de la situation qui n’est pas brillante.

« Bien, je résume : Palpatine est de retour et sa flotte est toujours sur la Fisithinière, la planète cachée. Et nous n’avons pas réussi à récupérer la pitchramide qui aurait pu nous guider jusqu’à elle ! Par ailleurs, on vient de m’annoncer que les nouveaux destroyers produits à la Fisithinière disposent tous d’un rayon de la mort capable de détruire une planète – ce qui devient un peu lourd – ce que nous savons car ils viennent de faire péter la planète Roxor histoire de nous montrer qu’ils vont passer à l’action et nous obliger à sortir de notre cachette.
– Et donc, votre plan ?
– Heu… de dire à haute voix AH, SI SEULEMENT NOUS AVIONS UN AUTRE MOYEN DE TROUVER LA FISITHINIERE ! »

C’est alors que…

Attendez, je vais chercher ma masse pour faire du mal à ma boîte à « Ça alors !« .

Voilà attention… c’est parti : c’est alors que le petit droïde qui était à bord du vaisseau du chasseur de jedi, celui qui ne savait dire que « Content » ou « Triste » dit soudain « Ma foi mes bons amis, il se trouve que par un heureux hasard, mon ancien maître travaillant pour ce triste sire de Palpatine, il disposait des coordonnées de la Fisithinière. Je serais donc ravi de les partager avec vous, même si cela signifie que Luke, qui avait exploré le vaisseau du chasseur de jedi, n’avait jamais pensé à regarder dedans le journal de bord pour y trouver les coordonnées ce qui est, je le dis, ballot, voire carrément complètement con. »

Le plus grand secret des Siths était en fait caché dans un Roomba. Je vous laisse le soin d’applaudir devant votre écran, cette prouesse scénaristique étant fabuleuse.

BB-8 expliquant qu’en fait, grâce au droïde à côté de lui, ils avaient toutes les informations dont ils avaient besoin depuis le début du film.

Mais, nous ne sommes pas au bout de nos peines.

Car au même moment… mais que fait Rey ?

Figurez-vous qu’elle est partie bouder sur la petite île de la lointaine planète où se cachait Luke Skywalker. Et qu’elle a mis le feu au vaisseau avec lequel elle est arrivée, qui n’est plus qu’une grosse épave dans laquelle elle jette tout ce qu’elle possédait. Mais au moment de jeter son sabre laser….

Une main spectrale l’en empêche : c’est Luke.

« Dis donc, tu n’allais pas foutre mon sabre au feu par hasard, espèce de petite black bloc ?
– Et vous, si vous pouvez interagir avec la réalité, vous seriez quand même plus utile à aller aider des gens un peu partout dans la galaxie ! Non parce que si les fantômes peuvent attraper les armes, ils peuvent les manier. Sans risquer d’être tués. Vous pourriez donc arrêter tout le Dernier Ordre en deux minutes.
– Ah oui merde je… non mais c’est…
– Ne vous fatiguez pas : le scénario n’a pas pensé à cela. Qu’est-ce que vous me voulez ?
– Je veux savoir ce que tu fais à cramer des véhicules sur mon île, sale délinquante.
– Eh bien figurez-vous que c’est tout bête : j’ai appris que j’étais la petite-fille de Palpatine. Alors pour éviter de devenir un sith, j’ai décidé de m’isoler ici. 
– Alors que tes amis ont besoin de toi.
– Mais je n’ai pas les moyens de les aider ! J’ai perdu la pitchramide ! Je n’ai pas les coordonnées de la Fisithinière ! Je ne peux rien faire pour eux !
– Oui, sauf que tu es en train de brûler le chasseur de Kilo Ren… or, qui avait trouvé la première pitchramide ? »

Et Luke d’indiquer, au milieu des flammes, la pitchramide de Kilo Ren qui bien que noircie, est impeccable !

« Mais c’est formidable ! Et je… attendez !
– Oui ?
– Comment la pitchramide de Kilo peut-elle être ici ? Sachant qu’elle était dans le chasseur que j’ai explosé plus tôt dans le film, sur Partyhard ! Celui qui a explosé sans tuer Kilo sans aucune explication !
– Ah oui. Merde. 
– Et quand bien même par je ne sais quel miracle, elle serait ici, comment est-ce qu’un objet que Kilo pouvait détruire juste en serrant le poing aurait pu survivre à l’explosion du vaisseau qui est en train de se consumer face à moi ?
– C’est que… je… bon écoute, ta gueule ma petite. Tu vas prendre cette pitchramide et ne pas poser de questions.
– Mais je…
– J’AI DIT TA GUEULE ! Maintenant, tu veux un vaisseau parce que tu as connement brûlé le tiens ? Paf, je fais sortir mon vieux X-Wing de l’eau, et dedans, il y a encore toute ma compil’ de Jean-Louis Aubert dans l’autoradio ! Et puis tiens, prends mon sabre laser ! Et puis, hop, dans une cachette, j’en avais un deuxième : le sabre de Leia, que j’avais formée à devenir une jedi aussi ! Et qui toute jeune, avait eu une vision, comme quoi un jour, elle serait utile à l’intrigue ! Je te dis ça pour que ce soit touchant, mais on s’en fout : prends la pitchramide, le X-Wing, les sabres et casse-toi !
– Mais… pourquoi deux sabres ?
– JE NE SAIS PAS, DES FOIS QUE TU CROISES UN JEDI SANS SABRE ? JE DIS ÇA AU HASARD ! »

Un jedi qui aurait récemment jeté son sabre ? Je ne vois vraiment pas qui ça pourrait être !

C’est… non vraiment, c’est douloureux à regarder, tant de nullité.

Rey, remotivée, grimpe dans le X-Wing et met le cap sur la Fisithinière. Et histoire d’aider ses amis, elle leur communique en direct ses déplacements, pour qu’eux aussi puissent se rendre sur la planète maudite de Palpatine. Autant dire que lorsque Rey, à bord du vieux chasseur de Luke, apparaît sur les écrans de la base de la Résistance, autant de fan service fait éclater la joie de tous ces braves gens. C’est le moment de suivre Rey pour l’assaut final ! Poe réunit ses troupes pour l’inévitable séquence du briefing.

« Bien ! Nous allons nous rendre nous aussi à la Fisithinière. Et attaquer la flotte de Palpatine avant qu’elle ne puisse aller semer un peu plus le chaos dans la galaxie ! Nous avons scanné la planète ennemie avec nos radars, et elle est pleine de tempêtes électro-magnétiques, de trous gravitationnels, de poussière qui vole dans tous les sens, bref ! C’est quasiment impossible de voler là-dedans car on ne peut guère distinguer le haut du bas ! C’est pourquoi l’ennemi, dès qu’il fera décoller ses destroyers, devra sûrement les laisser en stationnement et sans boucliers, le temps de les guider pour le décollage ! Nous avons lu le script et… hem, pardon, nous avons repéré une antenne suspecte au sol : nous pensons que c’est leur dispositif de guidage ! Si nous le faisons exploser en envoyant un commando la prendre d’assaut par voie de terre, nos ennemis ne pourront pas bouger ! Et ils seront à notre merci ! Nous pourrons dès lors en péter genre, plein ! Alors je sais, vous allez me dire que nous ne sommes pas assez nombreux pour en détruire suffisamment… mais là aussi, j’ai un plan ! Nous avons été rejoints par Lando Calrissian, qui ira avec le Faucon Millénium dans les systèmes centraux de la galaxie diffuser le message que nous partons au combat pour qu’ils se joignent à nous et…. oui ? Vous levez la main ?
– Caporal Roudoudou mon général. Je voulais juste vous signaler que le coup du message, nous l’avons déjà fait dans le film précédent, et personne n’a répondu. Donc on sait que les gens ne viendront pas.
– Ahaha… ça c’est parce que l’ennemi essaie de nous isoler, petit défaitiste ! Il nous divise et nous fait croire que nous sommes seuls alors qu’ensemble, nous sommes forts !
– Non mais mon général, les discours sur l’amitié, c’est bien et tout, mais ça ne change pas que s’ils n’ont pas répondu la première fois pour venir se battre contre une flotte en mauvais état du Premier Ordre, je doute qu’ils soient plus motivés pour venir se battre contre une flotte cent fois plus grosse et flambant neuve.
– Bon, écoutez, vous commencez à…
– Et l’antenne de guidage, si elle est si indispensable pour s’orienter dans cette soupe sur la Fisithinière, comment va-t-on faire pour s’orienter, nous ? Surtout que bon, le coup du croiseur qui ne trouve pas le haut du bas, alors qu’il part du sol pour aller en orbite, ça me paraît moyennement crédible. Alors que nous, on va arriver en petits vaisseaux et tournoyer… sans repères, c’est nous qui seront dans la merde, en fait.
– Il suffit ! Vous…
– En plus, pourquoi voulez-vous attaquer cette antenne par voie de terre ? C’est une antenne ! On tire dessus et c’est régl… »

Le caporal Roudoudou est abattu sur le champ d’un tir en plein cœur, permettant ainsi à Poe de reprendre son plan :

« Bon, donc on y va sans guidage, on attaque l’antenne de guidage ennemi de la pire manière possible, et on espère que le message qui a échoué dans de meilleures conditions la dernière fois marche mieux ce coup-ci, et que mieux encore, les mecs se mobilisent tous dans la minute ! »

C’est avec ce plan absolument foireux que la Résistance s’en va vers la Fisithinière. Je… mes neurones. Mes pauvres neurones.

La flotte de la Résistance arrive peu après sur place pour trouver, en effet, des milliers de destroyers ennemis bien alignés à la surface de la planète, qui accueillent les nouveaux arrivants à grands renforts de barrages d’artillerie laser. Cela secoue un peu, mais nos héros n’ont pas l’air spécialement embêtés, et se rendent sans problème jusqu’au sol pour y déposer leurs transports de troupes en vue d’attaquer l’antenne de guidage si vitale à l’ennemi.

Mais lorsqu’ils arrivent, les vilains les ont vu venir, et désactivent l’antenne ! Pour activer, en lieu et place, une seconde antenne installée directement au sommet du vaisseau amiral de la flotte !

« Super, on n’a qu’à tirer dessus et ce sera réglé ! Pas vrai Poe ?
– Allons, Fin ! Et pourquoi pas envoyer un vaisseau en vitesse supra-luminique pour découper toute la flotte sans se fouler ? Soyons sérieux ! Non, on va larguer nos troupes… SUR le navire amiral ! »

Vraiment. C’est leur plan.

Les mecs parviennent à amener leurs barges de transport jusqu’au navire amiral sans souci, merci, et y déversent… Fin, Rose et leurs amis, à dos de lavaux, les fameuses créatures que chevauchaient les déserteurs trouvés sur la lune d’Endor. Pourquoi ? Pourquoi ont-ils besoin de canassons alors qu’ils devaient être déposés directement à côté de leur objectif ? Nul ne le sait, mais voilà qui fera des jouets en plus à vendre.

La charge des lavaux, dont personne ne comprend bien l’intérêt, surtout pour charger du… du rien, en fait.

C’est nul. Vous l’ai-je déjà dit ?

Laissons donc la charge de cavalerie sur vaisseau amiral se poursuivre et allons voir où en est Rey. Qui est elle aussi arrivée sur la planète, mais elle, sans être embêtée, car Palpatine voulait qu’elle arrive jusqu’à lui. Elle s’est posée dans le réseau de grottes sous la surface, et s’est rendue jusqu’à la salle du trône où Palpatine, toujours attaché à sa machine qui maintient son corps faiblard en vie, exulte.

« Mouhohoho… j’ai gagné ! Tu es là, Rey ! Ma petite-fille ! 
– Je vais vous tuer, vieux forban.
– C’est comme ça qu’on dit bonjour à papy ? Non, laisse-moi t’expliquer comment cela va se passer : tu vas me tuer, sous les acclamations de mes techniciens encapuchonnés que j’ai fait installer dans des tribunes souterraines géantes…
– Que ? Mais c’est vrai en plus ! Mais quel est donc ce film de merde ? Vos techniciens n’ont rien de mieux à faire, en pleine bataille, que de jouer les tribunes du Parc des Princes ?
– Silence ! Tu me tueras ! Et comme toutes les générations de Sith vivent en toi, sitôt que tu me tueras, je prendrai possession de ton corps ! Et je deviendrai impératrice !
– Impératrice ?
– Si, si ! Impératrice ! Puisque j’occuperai ton corps !
– Toi, quand viendra ce petit moment du mois que même les impératrices ne peuvent éviter, tu changeras vite de chanson. Mais pour la peine, pour l’instant, je ne vais pas te tuer, parce que mon papy qui rentre en moi, ça me donne surtout envie d’appeler les services sociaux. »

Au-dessus d’eux, le sol se met à trembler, car la bataille fait rage entre la minuscule flotte de la Résistance et la titanesque flotte du Dernier Ordre. Mais voici que dans les couloirs souterrains menant à la salle du trône de Palpatine, un nouvel allié approche : c’est Ben Solo ! Qui armé uniquement d’un blaster, est parvenu jusqu’ici (probablement en Uber) et tente de rejoindre Rey ! Hélas pour lui, il se fait encercler dans un coin sombre par les chevaliers de Ren, qui ont bien envie de passer la bite au cirage de leur ancien maître maintenant qu’il n’est plus obscur du tout.

Et avec un simple blaster, cela va être juste.

Mais Rey et Ben entrent en contact, et usant du pouvoir absolument cheaté de téléportation entre eux, Rey lui envoie… le second sabre laser qu’elle a sur elle ! En deux minutes, Ben peut donc tuer ses vieux amis et rejoindre en courant la salle du trône. Où Rey et Ben menacent l’empereur de leurs sabres.

« Mais ? Qu’est-ce que vous n’avez pas compris dans le fait que je veux que vous me tuiez ? Bon, allez, ça suffit, vous êtes deux neuneus, et comme on dit au Texas : les neuneus, ça s’électrocute bien. »

Palpatine tend ses mains fatiguées et en jaillissent des éclairs qui font bobo à nos deux amis. Et mieux encore, il se met… à absorber leur énergie vitale ! Son corps décharné reprend peu à peu des couleurs, et ses membres déformés guérissent.

« Aha ! Merci les couillons ! Il y a un lien unique entre vous, la Force fait de vous des êtres inséparables… et ça tombe bien, ça en fait deux fois plus pour bibi ! »

L’empereur absorbe donc toute la vie des deux loustics, et laisse les deux corps tout vides s’effondrer à ses pieds. Tant pis pour la réincarnation dans Rey, ce n’est finalement pas si grave. Ah, s’il avait su qu’il avait ce pouvoir, il l’aurait fait plus tôt !

Pendant ce temps, à la surface, cela tourne aussi plutôt mal pour la Résistance. En effet, dépassés en nombre de l’ordre de 1 vaisseau pour 100 en face, tous explosent les uns après les autres. Et Poe lui-même commence à penser que tout est perdu lorsque…

Et là, attention. On se redresse sur sa chaise, le dos bien droit, et on regarde tout de suite dans quelle direction on va lancer son écran. Vous l’avez ?

Alors je reprends : lorsque… sur la radio une voix annonce que rien n’est perdu. Car une flotte GIGANTESQUE de vaisseaux venus des quatre coins de la galaxie arrive ! Et elle est capable de se mesurer à la flotte ennemie ! Ce qui veut dire…

Eh bien ce qui veut dire que depuis le début, en fait, la République avait une flotte capable de ratiboiser le Premier Ordre, car, et là je cite un chiffre donné dans un dialogue très secondaire du film, avant le renfort de la flotte de Palpatine, la puissance de la flotte du Premier Ordre était « 10 000 fois » moins grande. Donc, si la flotte de la République là, tout de suite, est capable de les affronter, je vous laisse deviner ce qu’elle aurait fait face à une flotte 10 000 fois moins puissante.

Ce qui signifie… qu’en fait, cette trilogie n’aurait jamais dû exister. Rien que ça. Parce que depuis le début, la République pouvait tout régler.

Et qui a fait le premier film ouvrant cette trilogie ? J.J Abrams. Qui a fait le dernier film qui tue ainsi le premier avec une énorme erreur ? J.J Abrams.

Que dire de plus ? Que le seul truc que nos héros ont fait a été d’envoyer quelqu’un demander à mobiliser cette armée. Donc… que trois films reposent sur une puissance galactique monstrueuse du côté des gentils qui se contente de dire : « Ah mais, il suffisait de demander !« .  C’est. Monstrueusement. Nul.

LA méga-incohérence du film : en fait, on avait une flotte géante, mais on avait oublié, hihihi !

Je vais verser mon brandy directement dans mes yeux, on va gagner du temps.

Reprenons, pourvu qu’on en finisse.

La bataille tourne à l’avantage de la Résistance, mais attention, nouveau rebondissement ! Palpatine pétant désormais la forme, il fait ouvrir un sas entre lui et la surface, et par là, se met à déchaîner une tempête d’éclairs, son sort préféré, qui font tomber en panne tous les vaisseaux de la Résistance qu’ils touchent (les éclairs savent distinguer les gentils et les méchants). Les pauvres navettes et autres croiseurs déréglés menacent de s’écraser au sol.

Mais re-re-rebondissement ! Rey, au sol, est aux portes de la mort, et entend tous les jedis qui lui parlent.

« Rey, debout ! », « Rey, te bouger tu dois ! », « Rey, you motherfucker ! » (vous aurez reconnu maître Windu) « Oui c’est vrai, Rey, car les jedis aussi vivent en toi ! Alors gogogo, taper Palpatine ! »

Et Rey se relève, parce que Palpatine, tel un enfant qui entend qu’il y a encore du jus au fond de son berlingot mais n’arrive pas à l’attraper avec la paille, lui a laissé un peu de vie. Comme ça. Parce que. Palpatine lui envoie ses éclairs, que Rey bloque avec son sabre. Et pour plus de puissance, elle récupère le sabre de Kilo, et forme une croix avec.

« Noooon ! Pas un crucifix !
– Par Jésus Christ notre seigneur jedi, demeure ! »

Les sabres retournent les éclairs de Palpatine contre lui. Il suffit par conséquent à Palpatine d’arrêter d’en balancer pour…

Ah non. Non, en fait, Palpatine est très con et se suicide en continuant à s’envoyer des éclairs jusqu’à ce qu’il soit mort. C’est… nul ?

Palpatine, vaincu, explose littéralement, ce qui comme dans tous les mauvais films, tue aussi tous les méchants qui l’entouraient. Au même moment, sans ses éclairs, la flotte de la Résistance reprend des forces et se remet à bourrer l’ennemi. Mieux encore : Fin, qui continue de faire le zazou à la surface du vaisseau amiral ennemi, fait non seulement péter l’antenne de guidage, mais détruit carrément tout le vaisseau, et n’est récupéré que de justesse par Lando et le Faucon.

Palpatine est mort, et les restes de son immense flotte continuent à faire du rien et à se laisser exploser. C’est la victoire !

Cette annonce fait rapidement le tour de la galaxie, et partout, les gens se rebellent contre le Premier (ou Dernier) Ordre, dont les derniers vaisseaux s’écrasent lamentablement. Vaisseaux qui étaient dispersés en groupes de un dans différents coins, et donc que la Résistance aurait pu éliminer d’autant plus facilement, mais en fait, non, ils sont juste là pour s’écraser à la fin du film et faire beau dans le ciel de différentes planètes.

Rey, en tout cas, a tout donné pour son dernier combat. Et… s’effondre au sol. Morte.

Ben Solo se relève à cet instant, et constate que Rey est toute morte, ce qui est embêtant. À son tour – et ça devient grotesque – il va lui transmettre son énergie vitale. Rey se réveille donc, voit Ben et l’embrasse.

Puis Ben meurt.

Selon le film, parce qu’il n’a plus d’énergie vitale en lui et a tout donné à Rey. Selon les spectateurs, parce que ça commençait à devenir ridicule ce « Je te donne ma vie » « Non, moi je te donne la mienne ! » « Non, moi ! » et il fallait que ça s’arrête.

Mais selon moi, c’est surtout que Ben est mort pile quand Rey l’a embrassé. Et on parle quand même d’une donzelle qui a passé le plus clair de sa vie à se brosser les dents avec du sable, faisant de sa bouche une sorte de Stalingrad pour dentiste. M’est avis que Ben est mort parce qu’il vient de rouler un patin à l’équivalent buccal du Nécronomicon. Je serais Rey, je l’aurais mal pris.

En attendant, le corps de Ben disparaît, comme un bon jedi. Ailleurs dans la galaxie, celui de Leia en fait autant depuis sa base rebelle. Et les Skywalkers sont désormais tous morts.

Les Rebelles, eux justement, vont faire les fifous sur leur base et célèbrent la victoire en rigolant très fort et en se donnant des tapes dans le dos. C’est un Disney, j’espère que vous ne vous attendiez pas à ce qu’ils se murgent ou copulent dans les cockpits, tas de coquinous. Tout le monde est heureux, et la galaxie libérée (d’une force qui en fait, n’avait pas les moyens de l’occuper depuis le début).

Rey retourne alors sur Tatooine, à la ferme des Lars où a grandi Luke Skywalker.

Pourquoi là ? Pourquoi pas là où Anakin Skywalker est né ? À part pour toujours plus de fanservice ?

Toujours est-il qu’elle y enterre les sabres de Luc et Leia côte à côte. Accessoirement parce que maintenant, c’est bon, elle a le sien, donc elle n’a plus besoin de leurs vieux sabres pourris. Et puis, voilà que débarque une vieille. Car dans le désert, les vieilles sont légion et rôdent partout. Elle était sûrement derrière un caillou, si vous avez suivi. La vénérable ancêtre demande à Rey qui elle est, tant on ne croise pas beaucoup de nouvelles têtes par ici. Elle explique se nommer Rey. Et quand on lui demande son nom de famille, elle regarde dans le lointain et aperçoit, dans un mirage, Luke et Leia qui lui sourient.

« Skywalker. » répond-t-elle fièrement. Tu mens à la vieille, petite gourgandine ! Tu devrais avoir honte, Rey Palpatine !

Elle et BB-8 se tournent alors, non pas seulement pour faire comprendre à la vieille dame qu’ils n’ont plus envie de lui parler, mais aussi pour regarder les deux soleils de Tatooine.

Les ophtalmos de la salle se frottent les mains en pensant à l’impact de regarder non pas un, mais deux soleils en face, et sur cette dernière image l’écran s’assombrit et…

… FIN !

Wobondieu. Mais quel était ce titanesque étron ?

En route vers une nouvelle trilogie qui devra caser encore plus de références à encore plus de films !


Voilà.

Et pour votre information, je vous rappelle qu’une nouvelle trilogie est prévue. Et parce que décidément, l’écriture, c’est important, rappelons que les premières personnes à qui Disney a voulu confier le projet était les larrons derrière la saison 8 de Game of Thrones.

À ce stade, je commence sérieusement à me demander si tout cela n’est pas en fait une sorte de gigantesque pari hollywoodien pour savoir qui produira le plus gros coprolithe.

147 réponses à “Star Wars Épisode IX – La dégringolade de Skywalker

  1. Cet épisode 9 est une catastrophe, de A à Z. Franchement, je ne vois même pas comment on peut défendre ce film rationnellement.
    Le script relève du grand n’importe quoi. Il chie sur le 8, se contredit en permanence et utilise des deus ex machina honteux (et ce, dès le début !). Injustement décrié à mon goût, le 8 était bien le plus réussi de la trilogie, avec son caractère, ses thématiques et son audace.
    Celui-ci retourne sur la voie sans grand intérêt du 7, et il pousse le bouchon 3 ou 4 fois plus loin. C’est dire le massacre…
    Un cirque à la fois ultra-speed et incroyablement compétent quand il s’agit de ne pas livrer de scènes fortes. C’est incroyable de voir un film aussi peu enclin à filer de l’émotion, si ce n’est le dépit.
    Le prélogie à côté, c’est le summum de la saga.
    Victoire du fan-service débile et de la nostalgie désuète.
    Défaite de SW.
    Il ne pourra que s’en relever (si R. Johnson peut faire sa trilogie), parce que là on vient vraiment de toucher le fond. J’ai de la peine pour les comédiens (encore crédibles pour certains, merci à eux)

    • « son caractère, ses thématiques et son audace.’
      Quel caractère ? Quelle thématique ? Quelle audace ?? tuer le principal méchant parce pourquoi pas, et montrer Luke en train de traire des vaches spatiales ? Quelle audace en effet…

    • Le 8 passait son temps à défaire ce que le 7 avait mis en place, pour refaire d’autre truc, et c’était bien naze. Que le 9 redéfasse ce que le 8 avait mis en place pour rerefaire d’autre trucs tout aussi naze, c’est une forme de justice poétique. Mais c’est surtout une mise en abîme de rafistolage. Et ca se ressens forcément sur la « qualité » du bouzin.
      Bref, j’aurai préféré que messieurs Johnson et Abrams vident leur querelle en privé, plutôt que par films interposés. Et que Disney accorde désormais un peu plus de soin à la continuité dans ses futures trilogies serait une excellente chose (je suis un doux rêveur)

    • Le VIII était le meilleur ?
      Avec toutes ses incohérences ultra-documentées, comme – je sais pas moi – le fait que les super-vaisseaux-de-la-mort-qui-tue du Troisième Ordre ne disposent d’aucuns boucliers déflecteurs (contrairement à ceux de de la Résistance (c’est marrant, non ?) Et ça, c’est juste la première minute du film.
      Non mais sérieusement, si Disney engage du monde pour écrire du rien pour beaucoup d’argent, je suis preneur.

      • Oui, je persiste et je signe en disant que le VIII est supérieur aux épisodes 7 et 9.
        -> Les incohérences « ultra-documentées »
        …La documentation sort d’où ? Des archives des pseudos gardiens du temple ? Parce que pour être très clair, l’univers se limite pour moi aux films.
        L’UE existe dans une alternative dont je me fous, bien que le respecte.
        Partant de là, Les Derniers Jedi n’est en rien incohérent dans le traitement des personnages, de l’univers ou de sa portée symbolique.
        Par contre, dans le comportement, je reconnais des choses discutables (Holdo, par exemple).

        Ça m’amuse toujours de lire les commentaires de type « Ouais, Johnson a détruit les bases construites par J.J Abrams ».
        Mais vous parlez de quelles « bases »?
        Rey en Luke Skywalker bis ?
        Kylo Ren en quasi-copie Dark Vador ?
        Snoke en grand méchant simili empereur ?
        Luke érigé en nouvel Obi-Wan ?
        Les redites, ces bases si solides !! Mais soyons sérieux enfin…

        Donc le 7 s’est vu reprocher (à raison selon moi) sa frilosité à créer du neuf, et maintenant on taille le 8 parce qu’il aurait sapé les « bases » déjà branlantes du 7 ?
        On se fout de la gueule de qui là ?

        Je comprends la critique (et il en mérite) autour de certains choix narratifs, très bien. On a le droit de ne pas goûter au Luke vieux, okay.
        N’empêche que 30 ans dans la vie, ponctués par un échec personnel ayant mené à un désastre cosmique, ça vous change un homme. Donc, cette proposition me convient parfaitement.
        Dégager Snoke permet aussi de secouer un peu le cocotier, offrir une vraie évolution chez Kylo Ren qui s’inscrit définitivement dans le sillon des personnages bouffis par leur haine et leur orgueil démesuré.
        Puis Rey, qui se prend une belle succession de claques, et accepte la vérité sur Kylo Ren qu’elle ne pourra sauver. et sur ses parents. Dernier point extrêmement intéressant, puisqu’il met fin aux théories ridicules l’associant à des personnages phares de la saga…
        Dans le pur style « restreignons l’univers à quelques persos ».
        En soi, le 8 développe des arcs esquissés dans le 7, dévisse les canevas évidents pour offrir une voie royale afin de tenter une fin différente pour le 9…Merci à L’ascension de Skywalker pour s’être replacé sur la voie du fan-service débile et des facilités béantes.

      • Je trouve aussi que le 8 était le meilleur des trois. Le 7 est une copie carbone de l’épisode 4, le 9 enchaîne les scènes d’actions et le fan service sans raconter grand chose.

        Ce n’est pas que je trouve le 8 si bon que ça : il a des longueurs inutiles (le casino) et des passages assez absurdes (la manœuvré de Holdo, la façon dont Finn et les autres se tirent de leur exécution). Mais à côté de ça, il y a de très bon moments : la relation entre Rey et Kylo est bien menée, la partie dans la salle du trône de Snoke est pour moi l’une des meilleurs scènes de la saga… C’est aussi plus sobre : il n’y a pas de canon géant qui détruit quatre ou cinq planètes par tir, ni de cultistes en robes noires qui chantent dans des gradins.

        Les gens aiment bien râler sur « subvert the expectations », mais je trouve que le 8 a au moins en effet le mérite de surprendre par moments.

      • Clairement, je soutiens mes camarades Salinger44 et Telenil: le 8 était le meilleur des trois, même si ce n’est clairement pas le meilleur film du monde… Ils ont déjà tout dit, donc je ne répète pas, mais je voudrais ajouter qu’un film, à mon avis, ça raconte une histoire, ce que fait le 8, même si on peut ne pas aimer l’histoire, ne pas aimer la morale, ne pas aimer comment l’histoire est racontée, mais au moins, il y a une histoire. Dans le 7, c’est un copié-collé, et dans le 9, ce sont des scènes d’actions accolées entre elles…

  2. Me suis bien marré en lisant , juste 2 rectifications:
    1) pour l’histoire des bouquins dans le 8 Yoda laisse entendre que les bouquins ont échappé à l’incendie…
    2) On sent dès le départ que Kilo Ren ne veut pas tuer Rey mais plutôt se marier avec, il est donc évident qu’il évite de la buter quand il en a la possibilité….

    • Les bouquins ont effectivement échappé à l’incendie, non seulement Yoda le laisse entendre mais on les voit bel et bien à la fin de l’épisode VIII, le temps d’un plan très rapide sur un tiroir dans lequel ils se trouvent dans le Faucon Millenium.

      • Voilà bon résumé… »Let the past die » mais non en fait pas vraiment mais si mais ça dépend si ça nous permet de tenir la longueur pour de nouveau films…

        Donc avant la Force c’était X mais maintenant c’est Y…ou X…ou Z mais ça dépend. Comme les gaz brûlés des tuyères de fracking vaisseaux spatiaux…maintenant dés fois ça brûle des fois non (les ingénieurs et pilotes confrontés aux 1ers essais d’avions à réaction auraient été ravis d’apprendre que des oreilles de Mickey sur le calot/casque protègent des accidents !)

        Mortecouille (dsl) mais même le traitement des Mititrucs dans la prélogie n’était pas aussi pourri…c’était pourri oui mais c’était cohérent, et a permis des histoires borderline lovecraftiennes dans l’univers étendu.

        Là, non seulement c’est pourri mais c’est incohérent, la seule question est : pourra-t-on caser un peu plus d’effets spéciaux et de tronches d’acteurs connus pour vendre plus de tickets et de produits dérivés ?

    • Mais si il voulait se marier avec elle, il s’attendait à quoi en lui fonçant dessus avec une navette ? Genre, il avait calculé le succès critique sur le jet d’esquive ?

  3. Cette critique est honteusement malhonnête.

    J’ai vu le film est il est encore beaucoup, beaucoup moins cohérent que ça.
    Non parce que lu comme ça, par un étrange renversement des perspectives, il y a presque une logique dans l’absence de logique alors que pas du tout, en fait.

    Dans votre légendaire bienveillance digne d’un ministre de l’Education Nationale, vous avez sciemment passé sous silence moults incohérences surnuméraires, et je subodore donc quelque accointance entre vous et le dirigeant de Disney, L’Empereur Palplathune.

    Qui va manger du foie gras de fanboy au réveillon ce Noël.

    • Du calme, j’ai ouï dire que l’Académie Française travaillait d’arrache-pied sur une « Encyclopédie des incohérences de Star Wars IX en 1 000 volumes.
      Sortie prévue aux environs de l’an 3 000.

    • Oui, il y a clairement un oubli lorsque les héros s’infiltrent sur le vaisseau ennemi : ils arrivent,et sortent de leur vaisseau en tirant comme des nouilles, mais quelques instants plus tard, Rey utilise le geste de la main qui permet à des Stormtrooper de faire ce qu’on leur demande. Elle le fait même 2 fois de suite. Donc elle aurait pu le faire en sortant du vaisseau et le groupe serait resté plus discret. Mais ça, l’Odieux le passe sous silence, ça va donc bien dans votre sens, certainement un dessous de table de Noël pour l’OC de la part de Disney… et vu qu’ils n’ont pas payé de scénaristes, il doit en rester de la thune!

  4. Voilà, bravo, grâce à cette fantastique critique, je vais attendre avec impatience de télécharger cette daube pour me marrer en repensant à ce texte !
    Vous êtes fabuleux, lire ce récit a ensoleillé ma semaine, merci beaucoup !!!!

    • Mon avis: très grand fan des star Wars old school même avec leurs petits defauts. J aime aussi la prelogie pour son côté « hisrorique » de l univers. Solo est un peu mauvais (rahh Émilia clarkbeurk) , rogue one bof mais sombre et raccord alors okok. Mandalorian est divertissant malgres un traitement trop stargate- simpliste. Mais la nouvelle trilogie disney…me donne vraiment envie de pleurer. Le 7 copie du 4 en enfantin. Le 8 poursuite absurde qui sert a rien. Et le 9 … Je sais même pas quoi dire…la franchise est morte comme Terminator et alien. Des nanars ou plutôt des mauvais films a plusieurs centaines de millions de dollars. L incompétence des scénaristes n a plus de limite. Même les as de la jungle c est plus intéressant a regarder.

      • Oula Oula, on ne tape pas sur Stargate comme ça ! C’est l’une des rares franchises SF qui tient un peu la route (j’insiste sur le « un peu »). Sauf si vous parliez de Stargate Continuum, dans ce cas je vous accorde la grosse berta.

  5. Oui, on dirait qu’un enfant a joué avec quelques legos et avalé le reste.
    Je crois que ce qu’on a à l’écran c’est la partie qui a été avalée, avec quelques retraitements naturels.

  6. J’aime beaucoup l’univers de Star Wars, surtout les épisodes 4 à 6 (ce qui n’étonnera sans doute pas grand monde). Mais là, j’avoue, c’était du décalquage et du fan service partout partout partout.

  7. Tu a fait un grave oubli dans ce spoiler tu a oublié de parler du stormtroopers qui a 7ne armure mais qui est tué par une flèche en bois

      • C’est un stormtrooper avec un jetpack qui est tué à l’arc.
        Oui parce qu’apparemment les vaisseaux de l’empire sont insensibles ou très résistants aux tirs de vaisseau, sauf dans le canon qui pendouille, du coup la seul façon de les débarrasser de cavaliers et fantassins sur leur coque c’est de leur opposer des fantassins). C’est pas dans un autre starwars ou ils débarrassent un petit vaisseau des mini robot qui sont dessus en tirant dessus avec un autre vaisseau?

  8. Trop bien le titre de votre petit blog.

    Vous êtes tous des connards.

    Péter un coup ça ira mieux. Allez au cinoche sans tout analyser, c’est pas du cynisme à ce niveau là, c’est de la vraie connerie pour cinéphiles frustrés

    • C’est pas une analyse, c’est de la scatophilie de la part de ce cher Odieux.

      Franchement un film sans scénario ne peut être que mieux que c’est étron qui détruit ce que les autres films avaient construit.

    • Vous passez un bon moment en regardant le film, nous passons un bon moment en lisant ce spoiler. Chacun ses goûts, pas de quoi s’insulter.

    • Heuuu, j’ai vu le film. Je lui trouve énormément de défauts (essentiellement au niveau scénaristique). Je suis tout à fait à même de mettre en avant ses qualités (acteurs très bons, malgré des rôles souvent très moyens), qualité esthétique et de mise en scène parfois exceptionnelle, le plaisir immense de retrouver le générique et la musique iconique sur grand écran.
      Donc, je n’ai pas passé un mauvais moment, je trouve que notamment le premier acte est vraiment bon, mais globalement, le film est une sacrée déception et un énorme cafouillage, sans parler d’une trilogie qui se retrouve avec une absence de message clair et de cohérence basique dans son développement.

      J’analyse par ailleurs n’importe quel film, même en étant un fan de Star Wars.

      Ici, le blog s’amuse à défoncer avec beaucoup de pertinence et une énorme dose de mauvaise fois des scripts qui ont quand même coûté des sommes astronomiques (les scénartistes hollywoodiens sont souvent payés pratiquement 1 million de $ pour le script de ces blockbusters).
      J’ai beaucoup de plaisir à lire la prose de l’Odieux Connard, ne vous en déplaise (et la référence à l’esthétique de Warhammer 40K, j’y ai moi-même pensé durant le visionnage du film).
      D’autre part, lire des commentaires incendiaires (que ceux soient ceux de ce blog ou ailleurs en général) ne va pas diminuer mon plaisir ou déplaisir face à une œuvre, donc je comprends mal votre étonnante réaction et votre insulte généralisée.
      Je ne comprends pas la frustration dont vous voulez accuser les lecteurs. Et oui, je m’estime effectivement cinéphile, j’en tire une certaine fierté de cette curiosité et analyse (et je laisse le snobisme de côté, être cinéphile, ce n’est pas forcément être un imbuvable connard).

      Je vous engage malgré tout à accepter que d’autres puissent avoir des opinions radicalement différentes, puissent se moquer avec entrain de créations qui sont avant tout mercantiles et cherchent souvent à simplement gagner des sommes d’argent monstrueuses.
      Le cynisme, c’est bien plutôt de devoir accepter de façon grégaire une création et de cracher des insultes à d’autres pour qu’ils « rentrent dans le rang ».

    • C’est bien tu as compris que l’interêt du blog était de ne dire que du mal des blockbusters, tu es merveilleusement intelligent dis-moi, en fait moi je viens là parce que ça me fait rire qu’on descende en flamme un truc que j’ai aimé, parce qu’il faut être débile pour croire qu’un blokbuster, c’est autre chose qu’un scénario inexistant. Alors quand je regarde un blockbuster, je débranche mon cerveau, et je le kiffe, je l’adore, et ensuite, je rallume mon cerveau et je viens lire la critique, et là je sais que je vais rire pendant tout le déroulé, et je kiffe aussi, tu vois, je gagne sur les deux tableaux. Venir sur ce blog, c’est accepter qu’on va démonter le film, et montrer tout le foutage de gueule du truc. Donc, va plutôt lire première ou allo ciné, ou mieux, si tu ne veux pas que ton petit univers s’écroule, arrête de lire des critiques, tu te fais du mal. Et pour en finir, j’ai lu toutes les critiques du blog, et vu tout les films (sauf le dernier terminator), et je les ait TOUS aimé (les films ET les critiques) et bien c’est la première fois que je n’ai aimé que la critique, parce que la, ce dernier Star wars, même avec le cerveau étaint, c’était juste nul.

      • Vu la débilité de votre commentaire, vu avez du oublié de rallumer votre cerveau il y a un sacré bout de temps….

    • Il y a une GROSSE difference entre « tout analyser » et s’offusquer d’incohérences intolerable de la part d’un scénariste professionel. Je cite Astier dans la vidéo ci dessous (vers 1:00) : « On peut pas ranger tous les gens qui réfléchissent dans le camps de ceux qui se prennent la tète. »

  9. Très bon article. J’attendais néanmoins votre analyse avec impatience sur le fait de faire passer Lando Calrissian pour un vieux pervers en proposant une aide paternaliste dans une scène raté histoire de tuer le dernier personnage de la trilogie initiale.

  10. Je rejoins certains en demandant à tout le monde de se détendre et d’arrêter l’espace d’un instant de tout analyser (plutôt douteusement au passage) sans cesse.
    Certes il y a ci il y’a ça mais arrêter de vous prendre autant la tête et surtout : arrêter d’occulter certaines chose et de trop en mettre d’autres en avant.
    A bon entendeur…

    • Enfin, là, il n’y a pas besoin d’analyser pour se rendre compte que c’est tout pourri. Même en étant bon public, détendu, et en laissant son cerveau de côté, quand c’est vraiment mauvais, ça passe mal.

    • Du coup, toi tu n’as absolument pas compris le but de ce blog… Je vais t’expliquer… En fait moi je viens là parce que ça me fait rire qu’on descende en flamme un truc que j’ai aimé, parce qu’il faut être débile pour croire qu’un blokbuster, c’est autre chose qu’un scénario inexistant. Alors quand je regarde un blockbuster, je débranche mon cerveau, et je le kiffe, je l’adore, et ensuite, je rallume mon cerveau et je viens lire la critique, et là je sais que je vais rire pendant tout le déroulé, et je kiffe aussi, tu vois, je gagne sur les deux tableaux. Venir sur ce blog, c’est accepter qu’on va démonter le film, et montrer tout le foutage de gueule du truc. Donc, va plutôt lire première ou allo ciné, ou mieux, si tu ne veux pas que ton petit univers s’écroule, arrête de lire des critiques, tu te fais du mal. Et pour en finir, j’ai lu toutes les critiques du blog, et vu tout les films (sauf le dernier terminator), et je les ait TOUS aimé (les films ET les critiques) et bien c’est la première fois que je n’ai aimé que la critique, parce que la, ce dernier Star wars, même avec le cerveau étaint, c’était juste nul.

  11. Dès que j’ai vu qu’il fallait trouver la « Fisithinière », j’ai su que ça allait être une pépite ce spoil !!! ^^
    Bravo pour avoir enduré le visionnage de ce chef d’oeuvre, j’ai mal pour vous ; allez, c’était le dernier, la nouvelle saga sera peut-être moins pire ?… Quoi, c’est Noël on peut espérer des miracles.
    A l’année prochaine pour de nouvelles aventures !

  12. Bravo pour avoir supporté ça assez longtemps, et avoir gardé assez de santé mentale, pour faire cette critique ! Qui va m’économiser au moins 12 €, 2H30 et 50 points de SAN…

    Dès l’épisode I la saga SW sentait le sapin hélas, là c’est juste la confirmation…la saga est pressée et re-pressée, pour parodier Disney, « The saga SHOULD come to an end ».

    Mais ne rêvons pas, la soupe est trop bonne pour Mickey, et ils pensent qu’il y a encore à presser dans le citron?

    (P.S. : je suis content d’un truc, qu’ils aient laissé la prélogie à l’écart de leurs tripatouillages…c’était déjà un beau raté, pas besoin d’en rajouter. Et au moins des personnages originaux ont échappé aux grosses pattes graisseuses de La Souris).

  13. Le festival des ancêtres qui a lieu tout les 42 ans, ça veut dire que le précédent date de l’année de sorti du premier Star Wars. Si même la licence se moque de ses premiers fans!

  14. Même les droides ne sont pas épargnés dans ce film. Quel est le besoin de faire dire à C3PO au début du film : « R2, si je ne devais pas te revoir, tu as été mon ami ». Ah ben ça alors, il va donc arriver quelque chose à C3PO !

  15. L’incohérence la plus ÉNORME, le truc inachevé qui n’est là que pour que les gens achètent le Blu-ray à la recherche de l’explication, reste quand même le mystère de ce que veut dire Fin en se noyant dans les sables mouvants : « Rey, j’ai quelque chose d’important à te dire! ». Plusieurs scènes plus tard :
    – que voulais tu lui dire avant de mourir, au fait?
    – vous le saurez en temps utile.
    Enfin, lors de la célébration de la victoire, je m’attends à ce que Fin prenne Rey dans ses bras et lui dise qu’il est amoureux d’elle depuis qu’il l’a vue pour la première fois, et que Rey réponde « je le savais », clin d’oeil à l’Empire contre-attaque… mais non, ils fraternisent à trois avec Poe, rien de spécial… Pourquoi mais pourquoi? Pour que Rey soit seule dans la scène finale? :(

    • A priori JJ Abrams a expliqué que Fin voulait annoncer qu’il ressentait la Force, ce qui du coup explique pourquoi dans plusieurs scènes, il a des « intuitions » (« L’antenne de guidage au sol est éteinte, que faire ?… J’ai l’intuition que le signal de guidage est envoyé par le supercroiseur interstellaire, attaquons-le avec toute la flotte »).
      Ils ont juste oublié cette scène dans le film, qui aurait expliqué plein d’autres incohérences (et permis de faire une suite avec Fin en apprenti Jedi de Rey, et on s’en fout qu’il soit trop vieux pour être formé, car la force est grande dans sa famille… euh non en fait).

  16. Tiens, je vien de laisser des réponses aux deux commentaires « Laissez les vivre vous êtes des méchants pas beau », et ils n’apparaissent pas… Dans le doute, je remet ma réponse ici :

    C’est bien tu as compris (ou pas, l’un avait compris, et pas l’autre) que l’interêt du blog était de ne dire que du mal des blockbusters, tu es merveilleusement intelligent dis-moi, en fait moi je viens là parce que ça me fait rire qu’on descende en flamme un truc que j’ai aimé, parce qu’il faut être débile pour croire qu’un blokbuster, c’est autre chose qu’un scénario inexistant. Alors quand je regarde un blockbuster, je débranche mon cerveau, et je le kiffe, je l’adore, et ensuite, je rallume mon cerveau et je viens lire la critique, et là je sais que je vais rire pendant tout le déroulé, et je kiffe aussi, tu vois, je gagne sur les deux tableaux. Venir sur ce blog, c’est accepter qu’on va démonter le film, et montrer tout le foutage de gueule du truc. Donc, va plutôt lire première ou allo ciné, ou mieux, si tu ne veux pas que ton petit univers s’écroule, arrête de lire des critiques, tu te fais du mal. Et pour en finir, j’ai lu toutes les critiques du blog, et vu tout les films (sauf le dernier terminator), et je les ait TOUS aimé (les films ET les critiques) et bien c’est la première fois que je n’ai aimé que la critique, parce que la, ce dernier Star wars, même avec le cerveau étaint, c’était juste nul.

    • Non mais en fait, il y a un programme de vérification avant publication (une sorte de censure 2.0), donc les commentaires mettent un peu de temps à être publiés.
      Faut pas psychoter hein ?

  17. Beaucoup de mots. Beaucoup beaucoup trop de mots.
    Lourd à lire également.
    Comme quoi ce n’est pas donné à tout le monde le boulot de scénariste.
    J’ai donc décidé d’arrêter à « Mais, allons ! Plongeons dans l’action. »
    J’étais prêt à faire un effort mais je n’avais pas trop de temps et je voulais voir l’un ou l’autre commentaire.
    Quand on n’apprécie pas (ou l’inverse) c’est toujours mieux d’expliquer pourquoi plutôt que de dire simplement « c’était nul » ou « c’était superbe ».
    Mais impossible d’accrocher avec cette forme. C’est vraiment mauvais.
    J’ai donc fait défiler et là…. Ouille la longueur.
    Mais voilà, d’après les commentaires beaucoup semblent avoir apprécié. Quand je vois la courbe de Gauss je comprend.

    • Ici, c’est une marque de fabrique, les spoils de 5km.
      L’OC n’y est pour rien si vous ne savez pas lire, faîtes le reproche à vos parent où à l’éducation national.

      • Mince. Je ne vais même pas pouvoir suivre ton conseil.
        Le truc c’est que je n’ai eu besoin ni de mes parents ni de l’éducation nationale. J’ai appris seul en écoutant et en regardant.
        Bordeau Chesnel quoi…
        Que le but soit atteint ou non par rapport au nom propre du blog cela reste trop facile.
        Le monde est fait de mesquinerie, mais le sarcasme et le cynisme est à la mode alors bon…
        Avant de devoir subir d’autres attaques, je n’ai pas trouvé le film extraordinaire, je n’ai eu aucun « frisson », je connaissais la fin par imagination donc pas de surprise. Contient-il des facilités scénaristiques? Certes. Des incohérences? On en trouvera toujours. Plus souvent, justement avec un manque d’imagination.
        Critiquer, tacler sera toujours aisé. Créer et construire c’est un autre niveau.
        Mais surtout critiquer négativement ça marche, ça attire, ca rapporte.
        Ce sentiment que certains transmettent jusque dans leur pseudo (pitié allumezvotrecerveau) est tout simplement risible. Dire platement que le film est nul même le cerveau éteint est une aberration.
        Il est possible de donner une explication (même logique) à toutes les critiques que j’ai lu jusqu’à présent. Bien bien… La logique n’est pas une clé universelle qui permet d’ouvrir tous les esprits. Donc finalement, comme TOUJOURS faire ce que je fais, partager une idée, ne sert strictement à rien. Si c’était le cas, Internet aurait rendu le monde meilleur, vu comment il permet au monde de s’exprimer.
        Mais voilà, les petits humains en ont tant besoin. Les pauvres dans leur famille on ne les écoute plus, au boulot, dans la rue non plus….

      • si vous voulez voir une critique de ciné argumentée, il existe des. Vblogs dédiés (Durandal, joueur de Grenier …). Ici le principe est de raconter le film sur un ton propre à l’Odieux connard et en jouant son personnage qui est très critique sur l’état de notre monde (oui c’est une facilité mais on n’a jamais dit qu’OC n’était pas fainéant, apres tout il a été prof) .
        voilà.

      • @Lo S, le souci c’est que votre première phrase est : « Beaucoup de mots. Beaucoup beaucoup trop de mots. », ce qui est typiquement une réflexion de personne ne sachant pas lire. Votre commentaire continue dans la critique du spoiler, sous la forme c’est trop long.

        J’ai donc réagi à votre commentaire en supposant que vous aviez des difficultés à lire.

    • « Quand on n’apprécie pas (ou l’inverse) c’est toujours mieux d’expliquer pourquoi plutôt que de dire simplement « c’était nul » ou « c’était superbe ». »

      Bah en fait, si vous lisez le spoil, vous aurez les explications (pleines de mauvaise foi certes, à quel point je ne saurais le dire car je ne peux comparer avec l’original, que je n’ai point vu). Mais vous dites aussi que vous le trouvâtes trop long. Faudrait savoir …
      Donc en gros :
      – vous dites qu’il faut argumenter
      – mais vous refusez de lire les arguments
      – et vous finissez par dire « j’ai raison, mais sans l’expliquer »
      Vous auriez pu choisir un meilleur pseudo pour signifier votre étrange proposition. Comme « JC Grantékar ».

      • Au contraire, il n’y avait pas de meilleur pseudo. C’est juste une question de perspective. 😋

        Sinon c’est quoi ce raisonnement ? Les petits minions qui s’amusent dans la tête ?
        Ais-je dis que je n’ai pas lu? J’ai dis avoir arrêté.
        Pourquoi parler d’arguments quand il n’y en a pas vraiment ? Ben oui, j’ai bien été obligé de reprendre ma lecture pour à nouveau l’arrêter plus loin. Pour la même raison. Mais si ça fait rire…
        Le but même de l’article semble ne pas vouloir aller dans ce sens, (argumenter, pas de faire rire) « pleines de mauvaise foi ».

        Quand on utilise des guillemets c’est en principe pour reprendre les termes exactes hors je n’ai jamais dit « j’ai raison, mais sans l’expliquer ».
        Mais surtout, il y a une explication. 😉

        À part ça, je suis d’accord Durendal est particulièrement long. Il est capable de faire une vidéo sans spoile de 37′, le tout tenant en moins de 10′ avec un minimum d’application.

        Sur ce, bonne continuation et à jamais sans doute.

    • Bonjour,
      Ce blog existe depuis 10 ans. Et on est vachement nombreux à venir ici depuis 10 ans pour lire des critiques de films qu’on a pas vus (entre autres articles).
      Ça peut paraître puéril. Mais nous on trouve ça choquant que des gens apprennent l’existence de ce blog que maintenant.
      Pour le reste, y’a une faq, y’a pas de mystère.

    • Et bien, par exemple, référez-vous à la critique de l’episode 3 (oui, j’ai relu tous les spoils pour être bien sûr que celui-ci était le plus nul!).
      L’Odieux Connard propose en 3 lignes la transformation d’Anakin en Dark Vador de manière bien plus convaincante que la prélogie. À la place d’un ado boutonneux, il envisage 1 jedi d’exception amené à faire des choix difficiles (torture, sacrifices, etc…) qui auraient fini par l’amener du côté obscur. C’était largement envisageable. Peut-être délicat à traiter sur 2 films, mais toujours plus convaincant que les accès de rage stupides du meilleur Jedi de tous les temps!

  18. First: Tu parles trop. Quand on a envie de lire une critique on préfère lire quelque chose de simple et efficace, pas un roman…
    2nd: Tout un roman, bien écrit (je dois au moins l’admettre, je me suis presque cru dans une fan fiction), pour critiquer des films dont on est pas content ? Putain y a du temps à perdre…
    3rd: C’est tout de même dingue de voir que quoi qu’il arrive, vous n’êtes jamais content. Jamais. Ce qui promet pour le côté personnel de ne jamais arriver à être satisfait et en permanence se sentir dans le besoin de dénigrer…
    Et pour finir, faut arrêter de chercher la petite bête… On vous offre quelque chose de bien: pas content. On ne vous offre rien: pas content. On aura beau vous donner quoi que ce soit, que ce soit parfait ou non vous ne serez jamais satisfaits. On ne vous aurez rien donné du tout, ça aurait été un moyen de râler aussi. Donc stop quoi. Quoi qu’en disent les frustrés du slip, ces films sont très bien. C’est pas comme avant et alors ? Ça n’en fait pas des films nuls. Il y a des incohérences ? C’est que vous cherchez indéniablement la petite bête. Enfin bon, quoi on puisse dire aux personnes comme ça, c’est un dialogue de sourds. Allez Amen. Bon courage dans vos tristes vies !

    • Aïe, visiblement tu t’es perdu en arrivant sur ce blog : c’est juste la raison de son existence, de démonter les films ,( entre autres). Tu n’y verras jamais de critiques positives. Moi ça me fait rire, même si j’ai aimé le film qui prend cher. C’est rare qu’un blockbuster soir exempte de tout défaut, et l’humour de l’Odieux Connard fait souvent mouche en ce qui me concerne. (d’ailleurs, le nom du site t’as pas mis la puce à l’oreille, non ? Ça t’a semblé sérieux, vraiment ?) Donc défendre un film ici est hors sujet. Et vu comment il se fait descendre sur YouTube, tu as pas mal d’espaces commengaires où tu pourras essayer de vanter ses mérites ailleurs !^^

    • Et bien mon pauvre Kao, si tu prends tout au premier degré et que tu ne supportes pas que l’on rigole de quelque chose juste parce que toi tu l’as aimé, ta vie ne doit pas être bien joyeuse non plus ! é_è

    • Cher Kao, le secret, c’est qu’en fait ce n’est pas une critique et que les personnes qui viennent lire ne cherchent pas à être convaincues ou influencées sur quoi que ce soit : elles viennent juste se marrer et ça leur va parfaitement que ce soit un pavé.

      Bon, à moi ça me permet également de pouvoir discuter avec les collègues du sujet à la mode sans avoir vu le film parce que je n’ai ni le temps ni l’envie d’y mettre l’argent. Je vous rassure, je ne leur dit pas « c’est tout nul je l’ai lu dans une super critique chez l’odieux connard », mais c’est agréable de pouvoir suivre la conversation parce qu’on a une idée de l’histoire. Une sorte de « résumé long » humoristiques, entrecoupé de mots d’esprits et de références qui me parlent, pile ce qu’il me fallait !

      Je comprend votre désarroi si vous vous attendiez à une critique cinématographique, mais vous vous êtes tout simplement trompé d’endroit. Dommage que vous y ayez passé si longtemps, je vous souhaite de trouver un site qui corresponde davantage à vos attentes au lieu de vous faire du mal sur ces pages.

    • Vous trouvez ça long ? N’allez surtout pas voir les vidéos de Durendal !

      Et si vous vous souciez tant que ça du bien être de l’OC, je peux vous dire comment lui faire plaisir. Achetez un de ses livres, offrez lui un bon cigare, ou incitez votre soeur à postuler comme stagiaire dans son entreprise …

    • Un conseil: lis le titre du blog, ça s’appelle « un odieux connard » et le sous titre: « qu’il est bon d’être mauvais »… Ca y est, tu l’as?

    • @Kao, Sache ami Kao qu’avoir la capacité de détester un film mal fait ou mal écrit (plutôt mal écrit dans le cas du SW9) ne rend pas la vie triste. Au contraire c’est une opportunité de rire de bon cœur au lieu de pleurer l’enterrement définitif d’une franchise que l’on a aimé. Par contre vous pensez vraiment qu’il faut « chercher la petite bête » pour trouver SW9 incohérent ? le film (comme le 8) sent à plein nez la guéguerre entre Abrams et Johnson. L’absence d’une trame narrative entre le 7, le 8 et 9 et tellement évidente qu’il est impossible de se plonger dans l’intrigue. En tout rassurez-vous nos vies ne sont pas tristes.

    • Ah bon sang, je ne l’avais pas saisi ! Merci à vous.
      Par contre, ça veut dire qu’ils ont tellement pompé de références dans les Star Wars, qu’ils sont obligés d’aller du coté des autres références geek … Vu sous cet angle, Palpatine qui devient Palpatina, ça fait très « Bowsette » ?
      Dans la prochaine trilogie, va t on avoir un Jedi squelette ? Une petite fille blonde habillée en rouge qui maniera un gigantesque sabre laser rouge ? Ou bien un chasseur de primes légendaire qui se cache sous des cartons ? Voir un vaisseau spatial en forme de cabine téléphonique ?

      • Pourquoi ce ne serait pas simplement en rapport avec ce dernier « film » sorti 42 ans après le premier ?

      • @ Gehnmax 23 décembre 2019 à 15:14 · ·
        Ignare!!
        42 est la réponse à la Question Ultime de l’Univers!
        Ou en tout cas la réponse à un truc équivalent.
        Je vous laisse chercher le quoi du comment.

        Le fait que ce soit 42 ans après le premier, soit c’est un hasard (Grand est l’Univers!) soit même un clin d’oeuil voulu.

  19. Oh mon dieu… j’ai compris… Disney a juste copié le titre d’un livre de L’Odieux Connard : « Qu’il est bon d’être mauvais ».
    Tout s’explique…

  20. Bonjour,
    Trop long, pas lu…..

    Mais je sens que ce pavé est écrit en mode « ouah c’est trop subversif de demolir une franchise qui a du succès…. »

      • En fait, c’est apparemment plus compliqué que cela, je reposte ici ce que Batiaz a posté sur la page Allociné de l’épisode IX (et oui, c’est long, alors faut aimer lire pour comprendre un peu, même si cela reste au conditionnel, Batiaz propose des sources sur allociné pour ceux que ça intéresse):

        Ce que vous allez lire va vous clouer dans votre siège, j’ai recoupé et tenté de corroborer plusieurs textes, fuites et interviews qu’on trouve sur le net (en évitant le plus possible les sites ‘haters’ habituels), bien évidemment je ne peux pas confirmer toutes les informations surtout si il s’agit de fuites internes, il faut donc prendre certaines infos au conditionnel mais en général, y a pas de fumée sans feu.
        Mais je pense avoir une description assez proche de la réalité des évènements ayant secoué Disney, Lucasfilms et précipité dans le chaos la saga Star Wars…et ça va vous surprendre.
        Bob Iger ayant sorti son bouquin récemment, les langues commencent à se délier chez Disney et Lucasfilms et on va probablement voir fleurir des titres genre ‘Disney star wars, the true untold story’ dans les librairies d’ici quelques mois.
        Les principaux responsables de cette trilogie incohérente et de tout ce qui déconne dans le nouvel univers Star Wars sauce Disney sont les instigateurs et les membres du ‘Lucasfilm Story Group’, créé par Kathleen Kennedy et Kiri Hart (VP Lucasfilms) en 2012 afin d’établir un seul univers cohérent dans sa continuité plutôt qu’un système hiérarchique dit ‘canon’. C’est une idée qui semblait louable au départ vu la complexité de la saga et les ambitions de Disney concernant la franchise ciné, télé et surtout les parcs d’attractions SWGE (Star Wars Galaxy Edge). Ils ont ainsi commencé à appliquer les nouvelles règles imposées par ce groupe à plusieurs productions (lego, jeux vidéo) jusqu’à ce qu’ils décident de l’étendre en retirant de plus en plus d’éléments de l’univers étendu, qu’ils renomment ‘Star Wars Legends’.
        Selon plusieurs auteurs, les membres se considéraient comme omniscients au sujet de la saga (sans qu’ils le soient réellement). Ils encourageaient les auteurs à créer des nouveaux éléments au lieu d’utiliser l’existant. Un autre problème majeur était que Kiri Hart utilisait le groupe comme un véhicule de changement politico-social féministe, engageant dans son équipe proche uniquement des femmes ayant des motivations similaires et lançant deux nouvelles productions, Star Wars Resistance et la très féministe Star Wars Forces of Destiny, qui se sont avérées être des échecs. Hart, à force de vouloir imposer son idéologie, semble être devenue si ‘toxique’ pour Lucasfilms que Kennedy l’a éjecté de son poste et mise dans un placard.
        Mais le plus grand changement dans Lucasfilms se serait déroulé un peu avant lancement du Réveil de la Force, le bébé de JJ Abrams. Le groupe stratégique ‘Story Group’ s’est complètement désolidarisé des idées d’Abrams alors même qu’il était encore en production. Ils reniaient aussi l’univers de Lucas (certains du groupe détestaient Georges Lucas, d’autres n’avaient aucun intérêt pour la saga, ce qui est un comble pour un groupe sensé la gérer) en choisissant de prendre une direction totalement différente et en adoubant Rian Johnson. Mais TFA a cartonné au box office alors ils se sont accaparés ce succès comme levier justificatif de leurs agendas idéologiques. Un peu comme les banques sont ‘too big too fail’ Star Wars ne pouvait pas faillir…et Bob Iger, le pdg de Disney, n’y a vu que du feu jusqu’à ce que Rogue One révèle d’énormes problèmes structurels (Edwards a en réalité totalement foiré le film, ce dernier a été sauvé par un non-fan de la Saga, Tony Gilroy, suite à l’intervention de Disney), confirmés ensuite par la catastrophe industrielle ‘Solo’ (le film le plus cher de la saga).
        Avant Rogue One, et comme Bob Iger n’était pas au courant de ce qui se tramait chez Lucasfilms et surtout grisé par les milliards de recettes du TFA d’Abrams, le CEO de Disney a donné naïvement les pleins pouvoirs à Kennedy et Lucasfilms sur l’univers de la Saga et aussi le WDI (Walt Disney Imagineering), càd la conception des parcs à thèmes. Super-banco pour le trio Kerrison-Beck-Hart à qui on a confié ainsi le pouvoir absolu de diriger l’univers Star Wars sans le connaître ni l’apprécier. Les parcs à thèmes Star Wars sont d’ailleurs considérés comme des échecs, mal gérés et incomplets, car créés par des gens qui n’avaient aucune idée de ce qu’ils avaient en main (ce qui ne veut pas dire qu’ils ne vont pas être améliorés dans le futur)
        Iger a ainsi donné aveuglément sa confiance à Kennedy et son équipe, grisé par le succès the TFA, le CEO ne s’occupait alors que de gérer les plaintes de Georges Lucas lui-même (lui interdisant d’évoquer quoi que ce soit de négatif concernant la saga sous l’ère Disney), et Kennedy, elle, était persuadée d’avoir mis en place des femmes dirigeantes autonomes sans se douter que le chaos règnait à l’intérieur. Alors qu’Abrams avait conçu une solide feuille de route pour la trilogie ainsi qu’une carte générale qui donnait aussi beaucoup de liberté pour la suite de la saga Star Wars, Kennedy et Hart ont tout jeté à la poubelle en autorisant Johnson à réécrire de lui-même tout le scénario, sans aucun égard pour la production actuelle. Colin Trevorrow s’y serait farouchement opposé, tout particulièrement concernant la mort de Luke Skywalker et le fait qu’il fallait s’en tenir au plan d’Abrams. Selon les fuites des employés, Kennedy, Hart et Johnson voulaient voir mourir Luke Skywalker dans l’épisode 8, idée soutenue par le ‘Lucasfilms Story Group’ qui détestait Abrams, Lucas et Trevorrow (ils n’apprécient que Johnson). Et à force de se plaindre Trevorrow a été viré du 9.
        En 2ème semaine de diffusion de ‘The Last Jedi’, Bob Iger et Alan Horn (Chief Creative Officer Disney) visionnent le film et ont le même point de vue négatif. Les premiers chiffres tombent et sont en loin de leurs attentes et de celles des investisseurs. C’est la panique à bord et ils rappellent en urgence Abrams. JJ et Chris Terrio qui réécrivent l’histoire basée sur celle que Lucas avait écrite fin 2017. Abrams demande l’aide de Lucas pour rétablir une continuité dans la saga car toute ses propres idées ont été détruites par Johnson dans TLJ. (ils nomment ça la ‘jj/lucas cut’) mais Disney, qui a repris les rennes de Lucasfilms, n’est pas impressionné par ce projet qu’ils considèrent comme un risque similaire à The Last Jedi. Ils font changer le script de l’épisode 9 en janvier 2019 et réparent le cas ‘Luke Skywalker’ courant Mai avec des reshoots jusqu’à fin septembre 2019 (ils nomment ça le ‘Iger cut’), il y a donc bien 2 versions de l’Ascension de Skywalker et avec plusieurs variations du climax, mais c’est la vision de Bob Iger qui est finalisée fin octobre pour diffusion en décembre (la peinture est donc encore fraîche).
        Hart a été éjectée, elle serait consultante mais son nom a été supprimé de la liste Lucasfilms en février 2019. Beck est dans un placard chez Lucasfilms, sans aucune responsabilité et Kerrison serait sur le départ dès que l’attraction ‘The Rise of the Resistance’ sera lancée dans les parcs (déc 19 et jan 2020). Selon des rumeurs qui sont de plus en plus insistantes, Kennedy semble être sur le point de réorienter sa carrière professionnelle ou prendre sa retraite forcée.
        La source mentionne que désormais Disney et Lucasfilms distillent de fausses informations afin de suivre à la trace de potentielles fuites et de sanctionner ceux qui ont parlé, les employés ne parlent presque plus de ce qui s’y passe de peur d’être dénoncés.

      • Chris B : sans avoir autant d’infos, il est clair de toute façon qu’il y a eu une guéguerre entre Abrams et Johnson. On peut apprécier l’un ou l’autre, le résultat global est juste catastrophique avec une telle rupture scénaristique au milieu de la trilogie …
        Le 7 : on ouvre plein de possibilités.
        Le 8 : on les verrouille massivement.
        Le 9 : du coup, on défonce ce qu’a fait le 8 pour passer en force.

        Il y a clairement eu merdage dans la gestion des RH, en dehors de toute question artistique (qui reste à l’appréciation de chacun).

      • C’est Batiaz qu’il faut remercier, moi, je ne fais que reposter, ce sont ses recherches, et il y a quelques heures investies, au minimum, moi ça m’a pris… 5 secondes.

  21. Est ce qu’un jour un réalisateur pourra trouver une autre idée que la scène du méchant qui explique au gentil qu’il l’a manipulé et que ce qu’il va faire va valider tous ses plans afin que surtout, du coup, il change d’avis?  » Vazy tues moi, comme ça je serai plus fort et je vais prendre possession de tes pouvoirs. » Ah merde bah du coup je vais pas le faire, c’est ballot!
    Y’a pas moyen d’expliquer au spectateur sans ce genre de dialogue incohérent et ridicule? Et qu’on pourrait proposer Lors d’un cours d’1/2heure dans une école de ciné?

    • Ce qui est encore plus ridicule c’est que :
      1- du coup, Palpatine n’avait en fait pas besoin de ça, vu qu’il a volé leur énergie vitale et pif pouf, ayé fini
      2- quand finalement, il meurt – connement en plus -, son plan initial ne marche pas

  22. Bon, quand j’ai vu le 8, malgré tous les défauts (et ils sont nombreux), je me suis dit « au moins, Rey n’est pas la fille cachée de quelqu’un, c’est juste une clocharde ».
    De +, en voyant la bande annonce, je me suis dit « aha, on fait croire au retour de Palpatine, mais si ça se peut, c’est juste un piège et en fait c’est pas lui ! ».

    Il faut dire que, contrairement à l’OC, je n’ai pas perdu toute foi en l’humanité, le cynisme ne m’a pas entièrement consumé, je garde une étincelle d’espoir.

    Inutile de dire à quel point je suis déçu. Ou plutôt non, car je m’y attendais un peu quand même. Bref, mes 10 € seront très bien dans ma poche, en attendant qu’on me prête le DVD, que je regarderai après une bonne choucroute fort arrosée.

  23. Merci pour cette critique franchement rigolotte, me suis bien marré :-D
    Surtout après avoir vu le film hier ! X-D
    C’est vrai que je trouvais le film brouillon par moment, mais là, bravo, la mise en lumière du moindre défaut est juste gigantesque, à la hauteur du désastre du film ! :-D

    Néanmoins, j’y mettrais un 3,5/5, à ce film, car au delà des (tonnes d’) incohérences, il y a du rythme – même trop – des lasers, des vaisseaux, du bestiaire, de l’hyper-espace, <>, bref, ce qui fait le film de « base » (ouch) de Star Wars.

    Mais en fin de compte, s’il n’y avait la boulette d’annoncer le retour de Palpatine dans le générique du début (JJA, mais pourquooooooooooooooooooooi, à quoi ça sert de tuer le suspens au départ, à avoir le record du flingage de film le plus rapide ??????????????), je jurerais que JJA prépare un SW9 … en version longue où il y mettrait des plans, des trucs intermédiaires, histoire de faire passer les incohérences, de calmer le rythme, de sauver la pitchramyde, de… etc.

    ou pas.

    Finalement, ce que j’aurais aimé le plus, dans SW9, c’est la critique sur ce blog ! :-)

  24. « Les sabres retournent les éclairs de Palpatine contre lui. Il suffit par conséquent à Palpatine d’arrêter d’en balancer pour…
    Ah non. Non, en fait, Palpatine est très con et se suicide en continuant à s’envoyer des éclairs jusqu’à ce qu’il soit mort. C’est… nul ? » Oui. Et ça l’était déjà la première fois qu’il l’a fait, ce qui a fait de lui l’espèce de courgette desséchée qu’on appelle l’empereur. Là il refait la même bourde. Nul et répété. La dernière fois, ce n’est même pas lui qui avait stoppé l’auto électrocution, c’était Anakin.

    • Il ya bien longtemps que je n’avais mis les pieds dans cet antre de la mauvaise foi et du cynisme.

      Après avoir vu cette catastrophe atomique qu’a été la dernière trilogie (en dépit des bonnes intentions de J.J. Abrams, pour qui je ne cache pas ma sympathie en dépit de ses difficultés à écrire des scénarios cohérents semble-t-il – même si les infos données dans un des commentaires sur la gestion des RH montrent que le problème va au-delà de ça en réalité), je me suis demandé ce que notre cher OC allait nous pondre.

      Je n’ai pas été déçu, et j’aimerais désormais t’appeler Lautréamont, maintenant, OC.

      Même si j’avoue avoir apprécié le film (en dépit des incohérences toujours plus nombreuses et manifestes), j’ai adoré lire cette critique – comme toutes les autres ! Bon, il y a parfois quelques éléments qui ont pu être mal interprétés selon moi, comme les intentions de Kilo, mais vu que le film n’aide pas vraiment à comprendre, je te pardonne, car je suis grand seigneur ! Et puis bon, ce n’est pas comme si Disney voulait faire de bons films hein…

      Et pour ceux qui s’offusquent de cette critique : le principe de l’Odieux connard, c’est d’être un odieux connard (ÇA ALORS :O). Alors, certes, le cynisme à outrance, ça peut fatiguer à la longue (ça m’arrive parfois d’avoir du mal à lire les articles de l’OC, je l’avoue…), mais je rappelle que :
      – l’OC n’est pas un expert qui travaille dans le monde du cinéma depuis son enfance. Ses critiques de films n’ont pas plus d’importance que les autres, et ne sont pas infaillibles : ce n’est pas parce que l’OC écrit une critique horrible sur SW que ça veut dire qu’il a raison sur tout, ou que vous avez tort d’aimer le film. J’ai aimé lire cet article, tout en ayant apprécié le dernier SW et sans être forcément d’accord avec ce qu’a dit l’OC : voyez, je n’ai pas explosé sous le poids de cette contradiction existentielle…
      – si on est capable de déconnecter son cerveau en regardant SW, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas le déconnecter en lisant un article dont le but est d’être outrancièrement et volontairement cynique et de mauvaise foi, tout en mettant le doigt sur les gros défauts du film et de la trilogie (et, oserais-je dire, de SW en général…)
      – si on n’aime pas l’humour de l’OC, rien n’interdit de ne pas lire la critique jusqu’au bout ou de quitter le site. Je peux comprendre que ce type d’humour ne passe pas, tout comme je peux comprendre les critiques selon lesquelles il est plus facile de détruire et de critiquer comme le fait l’OC, que de créer (SW 8 nous l’a bien montré… – et je rappelle, pour ceux qui l’ignorent, que l’OC a écrit un feuilleton se déroulant pendant la Première Guerre mondiale, ce qui est un acte de création plutôt original au XXIe s., mais passons, vu que ce n’est pas SW…). Mais c’est comme sur Youtube : tant que la personne qui a posté son truc ne commet pas de crimes ou ne fait pas de trucs illégaux ou immoraux, je ne vois pas l’intérêt de basher ;
      – les articles et le personnage de l’OC sont désagréables à souhait. Cela ne veut pas dire qu’on doit l’être dans l’espace commentaires. Si je vous donne l’impression de l’être, je vous présente mes excuses, mais je trouve ça un peu lourd au final, de voir que même sur un site « spécialisé » comme le blog de l’OC, il y ait des guerres de clans pour défendre ce film – alors que si ça avait été une critique sur un autre film, je suis sûr que ça n’aurait pas autant déchaîné les passions…

      Bref, désolé du pavé, tout ça pour dire que ça m’avait manqué, toutes ces bêtises !

      Conclusion de cette trilogie SW : un énorme gâchis de temps et d’argent, en dépit de quelques bonne idées, et ce même si j’ai passé du bon temps à les regarder au cinéma… (Pour ceux qui s’en offusqueraient : ce n’est que mon avis hein)

      • Et je viens de me rendre compte que je crois que j’ai répondu à quelqu’un (alors, soit Jarnac, soit Lo S) au lieu de simplement poster un simple commentaire, mea culpa, je ne m’en suis pas rendu compte à temps ! :(

  25. Ouais, nan mais j comprend pas….
    C etait pas sensee etre une grosse foret, la lune d Endor en orbite de laquelle etait l Etoile de la Mort?

    • On mentionne la lune forestière d’Endor dans l’épisode VI, mais rien n’empêche une géante gazeuse d’avoir plein de lunes, et une lune océanique par exemple… (ou même juste 2 lunes, dont une qu’on ne voyait pas dans le VI)

      • j y ai penser… mais non.. il est dit dans Le Retour du Jedi que l Etoile de la Mort est stationne en orbite de la lune forestiere d Endor… il est donc logique que ce soit sur cette meme lune qu elle s ecrase..

    • Quand une station spatiale de la taille d’une petite lune s’ecrase sur une foret, je pense que les arbres prennent cher. Ca pourrait bien creuser un cratere assez large pour y caser une mer entiere. De plus, j’imagine que si Endor etait en grande partie couverte de forets, ca necessitait probablement au moins un large espace d’eau.

      • Pas faux… Ca ferait plutot un gigantesque lac, style Lake Ontario, pas un ocean dechaine style Pointe de Ouessan.. Mais effectivement, ca serait l explication la plus logique..

        Ou alors c est que les scenaristes n en ont rien a foutre de respecter une continuite quelconque. Ce qui est tres possible aussi

    • Un gros truc qui tombe sur une lune ça fait un gros trou… et des nuages de poussière… et des séismes… et pourquoi pas un « hiver nucléaire » … Si la lune que l’on vois est Endor, comment que les zéros dans SW6 peuvent-ils faire la fête pénards juste après l’explosion de cet bases sidérale???
      Conclusion ça se passe pas sur Endor… sinon on verrai peut-être des reste d’Ewoks… fossiles?… tant qu’à faire du fan-service.

      • my god toutes ces fautes de conjugaison et d’accord!!!! je suis zorrifié! désolé pour pour vos petits zieux.

  26. Ouais, nan mais j comprend pas:
    Il aurait pas du s appeller « L ascension de Palpatine » en fait ce film??

    • Le film passe son temps à vous dire que ce n’est pas le sang qui compte mais le cœur. A la fin , Rey annonce être une Skywalker. C’est la nouvelle famille de nos temps, une contestation à la filiation patriarcale oppressive.

  27. @Huckleberry

    Si si c’est une planète couverte d arbre, mais pour le savoir faut avoir vu le VI , ce qui ne doit pas être le cas de JJ Abrams…

  28. Coucou l’odieux connard ! Quel plaisir de te retrouver !

    Merci pour cette analyse détaillée des incohérences du film, dieu sait qu’elles sont nombreuses :-)

    Ce qui me gêne par-dessus tout, c’est le caractère prévisible de ce scénario raté, notamment la mauvaise construction de personnages qui auraient pu – et auraient dû – être intéressants : https://youtu.be/TUKsnX52VDE

  29. Mais comment avez-vous pu ne pas retenir le nom de… Heu… Force rouge là, la power ranger qui déteste Poe mais décide de sacrifier son propre futur en lui donnant sa carte de capitaine du (Racine de Deux + 2i)er ordre ?

    • La fille elle dit « on ne peut pas partir, les autoroutes galactiques sont fermées, heureusement j’ai une clé USB qui me permet de passer le blocus ».
      Mais… Mais… Ils font quoi nos héros depuis le début du film ? Ils n’arrêtent pas de se téléporter d’un coin à l’autre de la galaxie sans le moindre problème avec la maréchaussée !
      Si eux peuvent, pourquoi pas les autres ?

      Et le coup de la téléportation… Pfff… Normalement pour faire un saut en hyper espace, il faut calculer une trajectoire pour éviter de percuter le moindre truc. Là, osef.

  30. J’ai toujours dit que sans continuité (scénario entier écrit de bout en bout par une seule personne), ça ne pouvait pas marcher.
    Ici ça se rapproche du cadavre exquis, où chaque réalisateur tire la couverture dans son sens, en rajoutant des trucs qui lui plaisent. Or, ils n’ont pas du tout la même vision des choses.
    Les dieux savent combien j’abhorre JJ Abrams, mais si vous lui confiez une trilogie, laissez-lui la faire en entier! Car du coup évidemment qu’il a prévu un cheminement complet des arcs, évidemment que si vous donnez le 2ème à un autre, qui détricote soigneusement tout ce qui a été mis en place dans le 1, puis qu’on revient à JJ qui veut quand même SA fin…. Ça ne peut pas marcher.
    C’est pas une partie de « il était une fois »!! C’est une des licenses cinéma les plus en vogue….
    Ahurissant de connerie.
    Bravo, Mme Kennedy. Joli foirage.

    (Ah, on me signale dans l’oreillette que la dite Mme Kennedy ne travaille d’ailleurs plus pour la Souris Megalo… Elle a été remerciée ou est partie d’elle même (pour pouvoir garder la tête haute) face aux critiques désastreuses essuyées par ce dernier opus).

  31. J’ai toujours dit que sans continuité (scénario entier écrit de bout en bout par une seule personne), ça ne pouvait pas marcher.
    Ici ça se rapproche du cadavre exquis, où chaque réalisateur tire la couverture dans son sens, en rajoutant des trucs qui lui plaisent. Or, ils n’ont pas du tout la même vision des choses.
    Les dieux savent combien j’abhorre JJ Abrams, mais si vous lui confiez une trilogie, laissez-lui la faire en entier! Car du coup évidemment qu’il a prévu un cheminement complet des arcs, évidemment que si vous donnez le 2ème à un autre, qui détricote soigneusement tout ce qui a été mis en place dans le 1, puis qu’on revient à JJ qui veut quand même SA fin…. Ça ne peut pas marcher.
    C’est pas une partie de « il était une fois »!! C’est une des licenses cinéma les plus en vogue….
    Ahurissant de connerie.
    Bravo, Mme Kennedy. Joli foirage.
    (Elle vient d’ailleurs de démissionner /se faire virer? de chez la Souris Megalo suite aux critiques désastreuses essuyées par ce dernier opus)

  32. Il y a quelques trucs qui m’ont sauté aux yeux au visionnage du film, et qui n’ont pas été mentionnés ici, donc je me permet :)

    1/ On ne peut pas dire qu’un film Star Wars ait déjà insisté sur le fait que c’est censé se passer dans l’espace, et qu’on raconterait la même histoire mais en version « tout sur la même planète », ça passerait limite aussi bien (confer notamment le coup des bombardiers sur lequel insiste le dernier spoiler). Mais là, j’ai carrément eu l’impression qu’ils ont fait des efforts dans le sens inverse. Deux points qui me reviennent en tête là comme ça, mais j’en ai oublié quelques autres :
    – La première fois qu’ils évoquent Partyhard, ils disent « le désert de ». Pas la planète désertique, le désert, comme nous on parlerait du Sahara.
    – Pour aller jusqu’à la Fisithinière, il ne suffit pas d’avoir ses coordonnées (alors même qu’ils ont introduit au début du film qu’on pouvait faire des sauts hyperspatiaux directement dans l’atmosphère, ce qui, aussi, était nouveau, mais bon), il faut suivre un « chemin », et on voit donc Poe repasser exactement par les mêmes décors que Rey quelques minutes plus tôt.

    2/ Il y a une grosse incohérence entre le premier film de cette trilogie et celui-ci que notre Odieux Connard préféré ne relève pas : les visions que Rey a au moment où elle touche le sabre de Luke. Elle s’en approche, et paf !, elle a des flashbacks de ses parents. Sauf que, finalement, on ne peut que se demander ce que le phoque, puisqu’il s’avère que ses parents n’avaient en fait strictement aucun rapport, de près ou de loin, avec le sabre en question.
    Ce n’est pas comme si c’était un peu *le* truc qu’ils avaient fait dans le premier film pour faire monter la hype autour des origines de Rey, et que donc c’était *le* truc qu’ils avaient à expliquer dans ce film, et en fait… non, juste rien :)

    3/ D’ailleurs, en parlant de ça. Le fait que Rey soit la « petite fille » de Palpatine, c’est assez peu développé ici, mais ça soulève plus d’interrogations qu’autre chose…
    Nan, parce que, déjà, d’après la Menace Fantôme, Palpatine avait déjà des cheveux passablement blanchis quand le futur Darth Vader était encore un petit blondinet. Ensuite, il s’écoule encore dans les dix-quinze ans jusqu’à la Revanche des Siths, où en plus d’être vieux il devient à moitié fondu, puis encore une grosse vingtaine d’années jusqu’au Retour du Jedi. Après ça, il passe visiblement à l’état de cadavre à moitié décomposé branché à une machine. Ils entretiennent un flou artistique sur à quel moment a lieu la conception dans tout ça, mais je ne suis pas sûr que celle-ci ait été très agréable pour la grand-mère de Rey, du coup.
    Ensuite, Kylo Ren dit que ses parents ont choisi de n’être personne « pour la protéger », non ? Ce qui sous-entend qu’avant la naissance de Rey (qui a priori, survient après la bataille d’Endor), ils assumaient d’être les héritiers de l’Empereur en pleine restauration de la République : je ne suis pas convaincu que ça ait pu se passer très bien pour eux.
    Mais admettons : ils ont eu à leur trousses un « chasseur de Jedis ». On va généreusement supposer qu’il était devenu chasseur de Jedis pendant l’ordre 66, et qu’il a repris du service longtemps après, parce que ça manquait un peu de Jedis à chasser dans l’intervalle, normalement. Or, un fils Palpatine avec un chasseur de Jedi à ses trousses, ça sous-entend qu’il avait un peu appris à se servir de la Force. De là, deux questions :
    – Ils ne nous disaient pas dans le film précédent que Ben Solo faisait partie de la première génération de Jedis que Luke avait tenté de former ? On va dire que la formation de Leïa ne comptait pas (elle a renoncé à son sabre juste après), mais du coup, qui a formé le fils Palpatine à devenir un Jedi ?
    – Si ça se passait après la bataille d’Endor, pourquoi les parents de Rey ont préféré aller se planquer dans un désert et abandonner leur fille, plutôt que de la confier à la garde du seul Jedi encore en exercice, d’autant que celui-ci avait l’air motivé pour intervenir, à l’époque ?
    J’arrête là, mais je crois qu’on pourrait trouver d’autres trucs qui ne vont pas en y réfléchissant davantage.

    4/ Hux n’était pas, dans le film précédent, le généralissime en chef du premier Ordre, précédé dans la hiérarchie uniquement par le Seigneur Suprême lui-même ? De mémoire, il a failli prendre le contrôle complet à la mort de Snoke, jusqu’à ce que Kylo Ren lui montre que lui aussi savait se servir de la Force. Du coup, qu’il ait été rétrogradé ou qu’on ait promu d’autres gens jusqu’à son niveau, pourquoi pas, mais ça n’aurait pas mérité être mentionné explicitement ?

    5/ Je ne me rappelle plus trop des détails, il faudra que je retourne voir ça, mais l’Étoile de la Mort n’avait pas complètement explosée en orbite à la fin du retour du Jedi, genre autant que l’Étoile Noire dans un nouvel espoir ? Si oui, pourquoi il y a autant de débris sur Endor ?

    Bon, sinon, avec un soupçon moins de mauvaise foi que le maître des lieux (même si c’est pour ça qu’on l’aime), une partie des incohérences mentionnées dans le spoil peuvent être expliquées, et vu à quel point ils se sont lancés dans le truc sans avoir la moindre idée d’où ils allaient, ils s’en sont largement mieux sortis que ce qu’ils auraient pu, globalement, je trouve. Mais excellent spoil, comme d’hab :) À quand celui de la trilogie fondatrice ?

  33. Nan mais j comprend pas.. ca veux dire qu a la « mort » de l empereur, y avait une princesse imperiale?
    Eh ben, elle a ete super cool de ne pas faire valoir ses droits au trone, quand meme… et de ne pas avoir conspirer pour faire debrancher son pere…

    • Ha oui, bien vu, ca aussi !!
      Bon sinon, pour mon premier commentaire ici, en lectrice assidue de ce blog, j’aimerais dire deux choses :
      1/ je ne m’étonne qu’à moitié des commentaires de celles et ceux qui débarquent ici sans en avoir saisi la ligne narratrice. Ce trollage est l’apanage du succès, probablement. Et bravo à celles et ceux qui ont le courage de répondre.
      2/ je ne suis pas certaine que le repérage de la pitchramide numéro 2 sur Endor se fasse avec l’arrondi de la dague qui épouse la forme du débris de l’étoile noire. J’ai cru ca au début, mais c’est bien la forme de la dague qui épouse celle des reliefs, et l’arrondi sert à pointer l’endroit où se trouve la pitchramide. Cela dit, les débris dans laquelle elle se trouve auraient pu bouger, donc cela revient à votre observation initiale. Et, bien sûr, j’ai du mal à passer sous silence que Rey se soit trouvée pile au bon endroit, et tienne la dague pile dans le bon sens, pour avoir pile la coïncidence des formes. (Je peux ? … « CA ALORS ! »… vous avez raison, ca fait un bien fou !)

  34. Hello à tous,

    Ça barde en ce moment chez Lucasfilms / Disney :

    Lucasfilms : assis sur une mine d’or mais en panne d’idées.
    https://www.unificationfrance.com/spip.php?page=pages_mobiles&squelette_mobile=mobile/article&id_article=59907

    On l’a dit et répété : l’absence d’un scénario global solidement défini dès le départ avec le respect des chansons de l’univers Star Wars en laissant une liberté créative au réalisateur aurait mille fois mieux valu que le résultat actuel. Terminator 6, Prométhéus et sa suite Alien Covenant et le reboot de Predator se sont fait méchamment accrochés par la critique et les connaisseurs des oeuvres et se sont brillamment crashés au box office et à raison. Star Wars / Disney n’y change rien. Si c’est mal fait, cela se voit. Et un film n’est pas une série du style Lost. C’est un film cohérent qui se tient seul sans recourir aux achats de livres, BDs pour comprendre le contexte visiblement oublié depuis. Dans le IX on tente de savoir ce qu’est devenu la République éclatée façon puzzle par Starkiller dans le VII? Non. Bon.

    Le fan service (détestable expression) n’est pas une excuse pour recopier des plans entiers d’un film (VII) : on doit être capable d’enrichir un film, une saga, de lui apporter du neuf. Ici, ce n’est pas le cas. A l’épisode VII, sans risques, a succédé un VIII spécialiste de la destruction à la charge nucléaire et un IX qui tente de boucher les fuites. Bonne chance !

    Alors à qui la faute ? A l’absence de véritables personnages, avec de vraies motivations et vrais caractérisations. Quand on voit Grevious (lll), Dark Maul (I), Jyn Rso et toute son équipe (RO), on se dit qu’il y a eu un très sérieux loupé dans la conception des personnages. Alors, avoir écarté l’univers étendu au profit d’une liberté créative fait doucement rigolé vu que rien n’atteint le niveau des personnages de l’univers étendu et des anciennes trilogies. Je recherche toujours la classe d’un Karnor Jax, d’une Mara Jade, d’un amiral Thrawn, (…). Ils sont vierges de toutes émotions. Et royalement ils peuvent percuter un astéroïde, cela va pas arracher une larme ( à comparer à la scène de fin de K2SO dans RO).
    Où sont les nouvelles planètes, espèces, civilisations, actions ?! Rien de neuf sur les astéroïdes. Recopier n’est pas créer. La ou les caméos de RO étaient subtilement intégrés, ceux des nouveaux VII à IX sont visibles car il n’y a pas de chair, de densité dans le scénario. Donc forcément on se plaint à juste titre d’un reboot.

    Tout est aseptisé version Disney. Pas de mort violente rien, nada (….).

    Pour les péripéties, Clone Wars (série animée) et Rogue One sont sérieusement servis et font vibrer pour les protagonistes là où le VII et les suivants enchaînent l’action pour du néant. Une spécialité de Disney : vite vite et ne pas reflechir. Vite vu, vite oublié. A comparer aux scènes de Rogue One sur Jeda City avec le croiseur impérial au dessus de la ville où les tirs de l’étoile de la mort, ou la bataille spatiale sur Scarif. Le tout sans sabre laser. Comment est ce possible!?!?

    Et si il y a eu des reshoots ce ne fut pas pour l’essentiel sur RO : voir la vidéo YouTube de Durandal à ce sujet. :

    En tout cas bravo Disney et Lucasfilm, transformer l’or en plomb fallait le faire!

  35. La saga Star Wars est morte! Comme dirait le Joueur du Grenier  » ici c’est quelqu’un qui leur a mis la main dans le cul et qui joue avec leur cadavre « . Et ce quelqu’un c’est JJ Abrams! Franchement c’est au deuxième rang après Valérian du podium de la plus grosse merde cinématographique de l’Univers! On s’habitue presque depuis 2015 à ne plus voir que des films de merde et des réalisateurs se torchant avec le scénario mais là on a battu notre record de « ÇA ALORS! » dans un même film!

    • Vous pensez que c’est un film de merde. Mais c’est le repère pour les nouvelles générations qui le trouvent cool.
      Les incohérences à la pelle, les messages politiques foireux, le besoin de rythme à défaut de scénario, tout ça il sont né avec et cela ne les gêne pas. Vous êtes des fossiles, votre voix, vos goûts ne comptent plus.

      • Tous les enfants ne s’en fichent pas. Ma fille de 6 ans relève déjà les incohérences dans les dessins animés qu’elle regarde et s’en offusque. Je n’en suis pas peu fier.

  36. J’avais une petite remarque à faire sur la cheffe des Stormtroopers déserteurs. Il est tout à fait normal que vous ne vous souveniez pas de son nom vu qu’elle n’en a pas d’autre que son ancien matricule (pas que je me souvienne, du moins). Et pour son absence de charisme, c’est logique aussi vu qu’en fait elle n’est là que pour que le film puisse montrer qu’il est progressiste en faisant des scènes avec seulement des personnes de couleurs. Vous ne me croyez pas ? Moi non plus je n’y croyais pas au début, j’accordais au film le bénéfice du doute en me disant que c’était normal qu’on la voie principalement avec Finn… Mais j’ai dû me rendre à l’évidence quand elle a enfin parlé à un autre personnage que lui (à la fin du film) qui s’est trouvé être Lando Calrissian.

    • +++Les personnes de couleur avec les personnes de couleur…la vache on a ga*kof kof perdu 40-50 ans.

      + côté espéces, presque 100% humanoïdes : heureusement que Disney et ses guides SJW sont là pour plus de progressisme.

    • Oui, c’est exactement ça, après l’interracial du premier épisode (Finn + Rey) qui marchait pas, puis le celui du deuxième qui ne plaisait pas au public (Finn+Rose), ils se sont dit qu’il fallait que chacun reste chez soi. Donc Poe le latino a le droit a une fille au sang chaud qui pourrait être latino, Rey a le droit à un bon blanc bien blanc, Et Finn l’ex ST noir a le droit à une ex ST noire. Et si on n’a pas compris elle ne parle qu’aux noirs. D’ailleurs le fait que des soldats noirs embrigadés de force dans le premier ordre et qui s’en affranchissent, c’est pas une référence bien lourdaude ?
      Et Rey la femme forte qui devient hétéro, pour compenser on colle un baiser lesbien d’inconnus à la fin.

  37. Personne n’a relevé les incohérences aussi sur la tenue de Rey, à croire que même la costumière n’en a rien à secouer. Quand Rey affronte l’océan déchaîné sur la lune d’Endor, sa tenue à froufrou reste complètement sèche ! Quand elle escalade les débris de l’Etoile de la mort, sa tenue reste d’un blanc étincelant, c’est sûrement grâce à la Force de ménage.
    Y a juste quelques taches lors du dernier combat face à l’Empereur mais tout cela est vite nettoyé.

  38. Ce film reste à mon avis le meilleur de la dernière trilogie, beaucoup de passages ridicules voire merdiques mais finalement moins pire que bien des films star wars pris dans l’ensemble. C3PO était plutôt drôle, comme dans les anciens films, les acteurs sont bons et kylo était moins ridicule que les précédents.

    Le coup des yacks qui attaquent un destroyer c’est du même niveaux que les ewoks qui s’en prennent aux troupes de l’armée impériale sur endor, mais ça a le mérite d’être moins long. Puis attaquer ray en essayant de l’écraser alors qu’il veut la garder vivante c’est assez paradoxal mais c’est peut être pas aussi merdique que le sacrifice inutile de ben kénobi face à Darth V. pour « gagner du temps » avec l’effet sidération/t’es sur le cul qui dure largement assez pour que la troupe s’envole.

    Le coup de la dague m’est quand même restée en travers de la gorge : quel est le but de cacher deux pyramides gps (et uniquement 2) que tu dois embarquer avec toi pour retrouver le mystérieux temple sith?
    Permettre aux siths cachés de retrouver le lieux? À moins que plusieurs siths aient une dague et remettent bien la pyramide derrière le sas caché après utilisation.

    N’empêche que trouver un morceau de l’étoile noire qui faisait la taille d’une planète sur une des lunes d’endors ça doit pas être bien compliqué et faire une visite du lieux où le pain au palpa est « mort », chose que tout bon sith doit faire au cours de sa vie, fait que ce n’est peut être pas la cachette idéale.

    Quand on y pense cette pyramide là, c’était surement la pyramide personnelle de palpa dont il n’a pas eu besoin apparemment pour rejoindre les soins palliatifs une fois tombé de la rambarde après avoir mis les doigts dans la prise électrique.

    Le tueur de jedi s’est fait une petite dague perso/carte au trésor au cas où son droïde/vaisseau oubliait le chemin jusqu’a la fistinière ou pire s’il oubliait l’emplacement ultra secret de la pyramide. Merde elle est où déjà, ah oui je l’ai marqué sur ma dague, merde c’est quel étage dans l’étoile de la mort qu’elle était la dernière fois? Ah cool, y’a une réglette…

  39. May the Force be with you.

    Je ne vais pas me faire l’avocat du diable (oui car ici le diable c’est dire qu’on a aimé :) ) et vous dire tous ce qui m’a plut dans ce film.

    Je dirai juste qu’en allant voir un film avec des aprioris négatifs normal que l’on y voit ce que l’on veut y voir.

    Oui, je sais que plein d’entre vous dirons « mais non, je suis aller le voir sans idée reçue » et là je dirai « Vraiment, au plus profond de toi tu ne te disais pas que le VII et le VIII était déjà pourrit alors comment ils vont faire pour sauver la trilogie ? »

    J’y suis allé sans écouter qui que ce soit et sans regarder de bande annonce et j’ai été emporté par la magie. Certes, il y a des imperfections, mais quel film n’en n’a pas ?

    Si vous allez voir un film en vous disant d’avance qu’il ne sera pas bien et ben n’allez pas le voir ;)

    Des bisous pour tous et gardez espoir…

    • Alima, l’Odieux ne spoile QUE des films contre lesquels il a un préjugé négatif. Pour en mal parler. Car c’est un gros vilain qui ne mérite pas de bisous, seulement des sacs de chatons à écrabouiller.

  40. “ c’est Ben Solo ! Qui armé uniquement d’un blaster, est parvenu jusqu’ici (probablement en Uber)“
    MÊME PAS !!! À bord d’un chasseur TIE… qu’il a soit fait apparaître par magie car il est allé à Poudlard étant jeune ( je ne présume pas dans quelle maison), soit il a trouvé une épave de TIE dans le reste de l’étoile noire qui pourrissait depuis vingt ans mais il l’ a remis en état avec un élastique car il a regardé le reboot de McGiver…
    j’ai aimé Star Wars… mais ça, c’était Avant…

  41. je ne comprends pas comment Adam Driver, qui a un enoooooorme potentiel de sexyssitude, dont on mangerait le visage et tout ça, comment un réalisateur peut faire de cet acteur un personnage ridicule qui semble être placé dans un corps trop grand, trop large, dont le visage de benet qui boude sans arrêt , exprimant toute la raideur d’un balai planté dans un derrière, n’a plus rien de celui d’un Adam Stockler, par exemple. C’est ça la magie Disney : plus rien de sexy, même les meilleurs acteurs sont sous exploités. Au stade où on en est il serait plus sexy chez Scorsese (oui je sais, silence..)….. Daisy crève l’écran avec son magnifique visage, mais on ne s’attache pas vraiment au personnage, elle est rendue trop lisse….. Quel dommage !!! Certains persos en synthèse ont plus arrivent à sembler plus vivants….

  42. Ahah !! Vraiment tres bon !! Ce que je prefere c’est les legendes des photos :-) !
    Le spoil du SW8 etait encore meilleur a mon gout (normal avec une telle nullité que sw8)…

    Ps.Au fait il me semble que Leia est la mere de Kilo et non pas sa Gd mere non (tu le quqlifies de son petit-fils)? Mais bon on sen fout en fait ;)

  43. Si je puis me permettre, « Origami » ne comporte pas de « e » Cher Connard ^^

    (2e paragraphe avant l’image de la flotte des Destroyers Stellaires)

    Merci infiniment,

    Serviteur,

  44. N’empeche que j’ai flippé quand ils sont allé sur Partyhard, à un moment j’ai cru qu’ils allaient tous se mettre à chanter comme dans tous mauvais disney ;(
    D’ailleurs parlant de mauvais Disney, c’est ce que je me suis dit à la fin quand JD (kylo) soigne Rey avec un bisou magique. Allez hop te voilà une princesse disney maintenant !

    « De toute façon, c’est facile : quand le film n’est pas incohérent, c’est qu’il est télescopé. » => téléphoné plutot non ?

    Pour le coup de la dague, à ce que j’ai compris elle est plus vieille que l’etoile noire non ? parce que je crois pas que les mecs se sont fait chier à faire une dague et 2 pyramides après la chute de l’etoile noire. Juste pour trouver la planete des siths qui avaient deja disparus…

    Ce qui m’a choqué dans les deserteurs c’est qu’ils sont tous quasi noirs, ca sent la dénonce de l’escalavage ! :p

    Sinon pour la fin avec le stade de foot, y’a une explication, la planete s’apelle comme le trophee de la ligue 1. Je pense que c’est une grosse reference à notre foot de niveau mondial (je ne vois pas d’autre explication)
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Hexagoal

    Bon apres tout le reste est dit, mais j’aurai bien insisté sur la fin de cet episode 9 qui est un gros remake du 6. Le combat contre palpatine, la meme mort conne quand il balance ses eclairs (bon ok il est pas jetté dans un trou), la fete qui suit la victoire. Parce que forcement tous les croiseurs s’autodetruisent dès que palpatine creve, les ewoks ….

  45. The Mandalorian fait renaître l’espoir.
    Ils ont réussi à nous offrir des personnages (enfin) charismatiques (Même avec un casque et oui), une histoire cohérente sans dégueulis d’effets spéciaux. De belles références à la première trilogie sans tout détruire et tuer ou ridiculiser nos héros d’enfance. Un revisite de lieux mytiques et des easter eggs fabuleux. Même la musique est recherchée.
    Merci au (faussement nommé) yesman de Marvel, Jon Favreau qui a sorti George Lucas de sa maison de retraite pour l’occasion.
    J’espère que le succès de la série ne va pas la tuer.
    Merci pour vos articles, je culpabilise moins d’avoir détesté cette trilogie.
    May the force be with you in 2020, I have spoken.

  46. Quand j’étais dans la salle en train de regarder le film, je me frottais les mains à l’idée de lire cet article, tellement le film était incohérent et nul. Je viens de terminer en pleurant de rire, dire qu’il y aura une nouvelle trilogie… Disney va devoir s’accrocher pour faire pire que celle-ci… mais bon il ne faut pas sous-estimer leurs capacités :-)

  47. Juste pour dire que montrer ses nichons si on te donne un collier de perles, c’est Mardi Gras à la Nouvelle-Orléans, pas SpringBreak.

  48. le monde change, il est effectivement possible de se renfermer dans sa grotte et vomir sur la mise en adéquation d’un film avec les enjeux de son époque. Pour cela, la dernière saga SW avait lancé des pistes intéressantes. Pour ce dernier film néanmoins quelques critiques peuvent être formulées:
    s’il est heureux que des personnes racisé.es aient enfin un rôle (nous sommes en 2020 pour rappel), nous pourrons déplorer que les fonctions de pouvoir restent aux mains d’hommes non racisés et cisgenres.
    De même, la scène de baiser lesbien à la fin semble plus un alibi qu’un réel acte féministe qui aurait été salutaire. La dualité Kylo/Rey par exemple, aurait été sans doute plus intéressante sans cette ficelle d’hétérosexualité sous jacente déjà vue et revue cent fois. Notons néanmoins quelques symboliques fortes comme la destruction des gros canons, opération castratrice salvatrice pour le futur des peuples, la promotion de la famille de cœur par rapport à la famille de sang, synonyme d’oppression patriarcale, et la volonté évidente de ne mettre chez les méchants que des hommes non racisés (un plan avec une femme du premier ordre qui ordonne la destruction de la planète est néanmoins dommageable). Enfin nous voyons ici que les aspects écologiques ne sont que peu ou pas abordés, la scène de monte sur des poneys à défense à la surface d’un destroyer en lévitation dans l’atmosphère, si elle se justifie du point de vue du scénario, tend à imposer à l’enfant la normalité de l’oppression animale par l’homme. Au regard des volontés affichées le résultat nous apparaît comme déceptif. Il faudra aller plus loin à l’avenir.

    • Merci pour ton post exemplaire Camarade Rêve-Evolution !

      Je le trouve cependant un peu pessimiste, surtout sur le chapitre de l’environnement : en effet, à quoi sert l’ignoble vaisseau fumant des méchants, sinon pour à montrer au monde aveugle que les conducteurs de véhicules DIESEL !! (sans doute 99,999% d’hommes cis-het non racisés) sont les véritables destructeurs de l’univers ?

      Il fallait le montrer, c’est fait : pour cela, je propose Disney pour la médaille de Héros du Travail (avec palmes).

      Une petite ombre toute même : utiliser pour la super-gentille et son équipe le spatio-van semi-centenaire de Han Solo, qui (on le sait depuis…Solo justement) utilise du carbu même pas bio…sans compter qu’il doit avoir oublié à quoi ressemble un contrôle technique, alors l’antipollution…

      Ca + plus la douteuse unicité colorimétrique des racisé.e.s / esclavagisé.e.s à cheval, laissant sous-entendre que les occidenta.ux.ales non racisé.e.s n’auraient pas opprimés tous les peuples à travers le monde et l’histoire…fautes de jeunesse tout cela. Le prochain essai sera meilleur.

  49. J’ai autant ri à voir ces commentaires et cette description épique que mon encéphale a pleuré tout le long. Je ne suis pas fan donc je n’ai pas repéré toutes les incohérences, mais j’en avais déjà trop en tête…le dernier film aussi buggé que j’ai pu voir c’était highlander II (le film qu’ils ont re-cut après sa sortie en mettant des morceaux dans le désordre, ce qui leur a permis d’éliminer au passage 1/3 des bugs du film. Pouha !
    Je note toutefois que tu es totalement passé à côté du plus gros powa using de tout le film. Sur Roxor, la coupine de Po (celle qui a le badge pokémon capitaine mais se tâte de l’utiliser) leur file ledit badge. Après, les vilains transforment sa planète en chocapics. Et qui voilà pas qui apparait au banquet des gaulois de la victoire : la coupine de Po. Ben ça pour une surprise.

    Alors j’ai plusieurs hypothèses :
    – quand tout le monde avait le dos tourné elle a activé un portail Warp, mais bon tu as dit que W40k ça collait pas
    – elle s’est téléportée, ce qui franchement est banal
    – elle est morte, et elle demeure en esprit, et c’est pour ça que quand Po lui fait un signe de tête pour aller voir la feuille à l’envers, ben elle dit non parce qu’elle peut plus la bougresse.

    En tout cas merci pour ce divertissement qui lui a été gratuit ..

  50. En vrai cette critique est meilleur que le film. La folle histoire de l’espace fera telle son retour ?

  51. Personne ne rappelle la remarque sur le micro-univers de JJ.A. datant déjà de Star Trek 2009???????????
    Je vous redonne la partie du pitch qui coince grave: « Pain au palpa lancera ses Destroyers en papier dans 16h, il faut aller sur le monde perdu machin-truc pour l’arrêter. »

    Voilà, relisez lentement en vous imprégnant bien du tic-tac de l’horloge de grand-père et dites-vous qu’en 16h, il faut relire les carnets de Tonton Luke, aller sur Partyhard, jouer à rattrape-moi si tu peux avec des Stormtroopers à roulettes, après la lecture de la dague, apprendre que C3PO ne peut pas dire ce qu’il a lu et donc qu’il faut partir sur une autre planète en plein nettoyage par le P/D Ordre……. (et je suis fatigué, finissez vous-même toutes les péripéties jusqu’à la bataille finale).
    16h ça à l’air bien long alors que l’univers est si petit.
    Bref, je suis bien content d’être assis du bon côté de notre bonne vieille planète plate

  52. La flotte des gentils à la fin n’appartient pas à la République. Comme dit quelqu’un, c’est juste « des gens ». Donc on suppose que Lando a rameuté des gens qui en avaient marre du premier ordre un peu partout. Ça n’explique toujours pas comment il a pu en trouver autant en si peu de temps ni pourquoi quand c’est Leia qui a appelé dans le précédent film personne n’est venu.

    Sinon le Roomba sait comment est foutue Exegol, les vaisseaux ennemis, tout ça, mais ne connait pas le chemin pour y aller (oui c’est idiot). C’est pour ça qu’ils doivent attendre Rey.

    Et il y a deux wayfinders parce qu’il y en a un pour le maître et un pour l’apprenti. Kylo récupère le premier sur Mustafar, là où Vador avait son château, ce qui a été dit après coup (on appelle ça faire une JK Rowling). Autant ils expliquent des trucs pour rien, autant les trucs qui rendraient le films un peu moins cons ils les passent à la trappe.

    Ce que j’aime bien (mais ça c’est depuis le VII), c’est qu’on sait que les stormtroopers c’est des malgré nous, Finn le sait plus que tout le monde. Là il rencontre des déserteurs, on apprend en plus qu’ils sont capturés enfants, mais ça n’empêche pas Finn et les autres de les tuer par paquets de 1000 en criant youhou ! Et vu que le Premier Ordre a pas mal raflé dans toute la galaxie, ça risque de poser de sérieux problèmes démographiques (mais ça va, ils prennent que les humains, en bons nazis qu’ils sont).

  53. J’aurais pensez que Rey allait s’appeler Rey SOLO, comme un certain Han, se trouvant elle même seule devant la vielle dame.

  54. Déjà Palpatine, s’il avait été un minimum cohérent, aurait dû laisser Kilo se caresser le casque tout le film et faire livrer une pitchramide direct à la Résistance pour voir débarouler Rey illico. Ok… le film aurait duré 5min

  55. Quelle delirium littéraire !

    J’adore Star Wars et son univers depuis le début.
    Les fans inconditionnels de cette saga en deviennent des dictateurs d’une pensée unique, mettant au pilori ceux qui osent penser différemment…

    Cependant j’adore ce détricotage du film qui permettrait de confectionner une bonne centaine de pulls pour l’hiver…

    Tout y est bien vu, cerné, analysé avec un humour décapant. Et j’ai bien ri en lisant cette critique aussi irrévérencieuse que juste.
    Le « pire » est que j’adhère complètement à ce constat. Pourtant j’aime Star Wars, CE Star Wars comme les autres.

    Star Wars, premier film à créer une saga. Une série prévue dès le début de 9 films. Série devenue culte au sens littéral du terme. Ses « fidèles » ne supportent pas des points de vue qui ne sont pas les leurs et ne cherchent pas à savoir si d’autres voies sont possibles. Fan de la première heure, depuis 1977, cela ne m’empêche pas de remarquer des incohérences, et ce, dans tous les films de la série. Si les episode IV, V et VI sont par nature et par sentimentalisme les meilleurs, les I, II et III, les… « moins bons », anachronisme technologique (sensé se passer avant les épisodes IV, V, VI, robots et vaisseaux ultra-modernes. Costumes sortis d’un défilé de mode de Jean-Paul Gaultier, insupportables. Visuellement étouffant et le fond spirituel de la trilogie originale ayant cédé la place à un côté plus politique.) La magie de Star Wars s’était quelque peu éteinte. Heureusement, Disney, J.J. Abrams et Rian Johnson ont su ressusciter Star Wars en lui rendant toutes ses couleurs d’origines. Certes pas sans défaut, le grand « schnock » Snoke, inutile et servant juste de lien avec le coté obscur et l’Empire. Le choix très critique et partagé de Adam Driver pour incarner Kylo Ren, personnage pourtant intéressant et complexe. Malgré ces petits bémols, je me suis vite attaché aux nouveaux personnages, l’adorable, énergique et pétillante Rey (Daisy Ridley) qui maîtrise la Force d’une manière spectaculaire, spontanée et très… héréditaire…, le fougueux ténébreux et craquant Poe Dameron (Oscar Isaac) et celui qui deviendra son partenaire et (plus qu’un) ami, le sémillant Finn (John Boyega), un peu naïf mais plein d’allant et digne de confiance. Et comment oublier le plaisir de retrouver la princesse Leia (Carrie Fisher), Luke Skywalker (Mark Hamill), Han Solo (Harrison Ford), Chewbacca et Lando Calrissian (Billy Dee Williams), sans oublier le facétieux BB-8 et les inséparables C-3PO et R2D2. Voilà, toute saga a une fin. Et quelle fin ! Après Les Derniers Jedi qui en avaient désorienté certains, L’ascension de Skywalker remet toutes les connections en place. Le Retour de l’Empereur Palpatine (Ian McDiarmid), une surprise attendue, recentre Star Wars sur son point d’équilibre initial. Certains critiques s’étonnent de son retour après sa chute vertigineuse à l’issue du combat avec Dark Vador dans L’étoile Noire à la fin du Retour du Jedi qui aurait du lui être fatale… Dans la même veine et a contrario, personne ne s’étonne que Luke Skywalker survive après sa chute, tout aussi vertigineuse dans la Cité des Nuages… à la fin de L’Empire Contre Attaque… Les voies de La Force sont impénétrables. « L’erreur » de cette dernière trilogie est peut être « Le Grand Snoke » dont rien ne justifie sa présence et aurait dû démarrer directement avec le retour de L’Empereur dès Le Réveil de La Force… Mais bon, on ne va pas réécrire l’histoire. Il est ici question de ce dernier volet qui clôt avec éclat se voyage intergalactique de plus de 40 ans. Vu dans des conditions optimales, en Dolby-Cinéma et 3D et pour la seconde fois, toujours le même émerveillement et exaltation multipliée. Actions et émotions en alternance perpétuelle, des images superbes, sublimées par la musique incontournable de John Williams. Et enfin Star Wars (re)trouve sa voie, donne des réponses en feux d’artifice. La boucle est bouclée. Tatoïne des origines d’un nouvel espoir, Tatoïne qui le renouvelle avec la rayonnante Rey… Rey Skywalker.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.