Thor – L’opéra rock

« Regardez le vieil homme sur le banc, là… »

Les enfants pointent du doigt l’homme au regard perdu qui jette tristement des miettes de pain aux canards. Les volatiles caquettent tantôt joyeusement, tantôt furieusement alors qu’ils se disputent les maigres richesses qu’on leur distribue. Une nouvelle volée de miettes, et c’est toute la mare qui s’agite au gré des battements d’ailes du cirque volant.

« Il n’a pas l’air si vieux… il a juste les cheveux gris, tente un enfant.
– Mais ! Regarde ses yeux ! On dirait qu’il n’attend plus rien de la vie. Mon papy est un peu pareil.
– Moi, je vais lui demander. »

Avant que ses camarades ne puissent le rattraper, le plus jeune de la bande s’avance d’un pas assuré, et vient se camper devant le vieil homme. Qui lui jette une volée de pain à la gueule, parce que bon, hein, faut pas s’attendre à autre chose quand on vient se coller devant les gens qui nourrissent les canards. C’est donc couvert de miettes que le bambin demande :

« Monsieur, tu es vieux ? demande-t-il sans détour au désarroi de ses amis mieux éduqués.
– La jeunesse est un état d’esprit, soupiré-je. Et au vu du mien, je crains d’être fort vieux, et ce, depuis bien longtemps.
– Vieux comment ? »

Je pose à côté de moi le sachet de miettes, et en retire quelques unes de ma cravate. La curiosité naturelle des enfants, à défaut de m’étonner, n’aura de cesse de m’agacer. Mais à quoi bon l’envoyer paître ? Autant lui avouer la vérité.

« Je suis si vieux que j’ai connu l’époque où les bande-annonces de films ne racontaient pas l’intégralité dudit film.
– Que… comment ? C’est impossible vieillard, tu mens ! s’exclame l’un de ses camarades.
– Hoooo je sais que cela paraît fou. Mais pourtant, cette époque a bel et bien existé. Avec le temps, elle est devenue un mythe, une légende en laquelle les gens ne croient guère plus. Comme le temps où l’on savait lire et écrire à la fin de la primaire.
– Mensonge ! Mon grand frère est à l’université, et on y apprend encore les conjugaisons ! Ce que vous dites est impossible ! »

Quelle innocence. C’en est presque touchant. Raison pour laquelle je lui concède une mort indolore lorsque je lui colle mon sac de miettes sur la margoulette avant d’enfoncer le tout dans l’étang. Diego, posté plus loin, use savamment de la pelle pour s’occuper de ses petits camarades avant qu’ils n’aillent tout raconter. Lorsqu’il a fini, Diego regroupe les prises et vient me trouver.

« Tout de même patron… vous exagérez un peu non ?
– As-tu vu Thor Ragnarok, mon bon Diego ?
– Oui.
– Bien. Nous sommes d’accord que c’est le film où Asgard est attaqué par la déesse de la mort qui en prend le contrôle pendant que Thor est exilé dans une planète-arène où il affronte Hulk ? Mais où il parvient à revenir, s’allie à Loki et à une troisième larronne et ainsi accompagné, vainc la vilaine en se transformant en super-guerrier de la foudre parce qu’elle lui a cassé son marteau ?
– Oui c’est celui-là ! Vous l’avez vu ?
– Non. Là je viens juste de te spoiler le trailer, fidèle sbire.
– Heu… mais il reste quoi alors dans le film ?
– Rien. Mais pour le prouver, il va être temps de spoiler. Pendant ce temps, Diego : tu sais ce que tu dois faire des corps de ces petits malapris. »

Bien. Diego étant au travail, il est temps de répondre à cette grande question : en ces temps de bande-annonces qui disent tout, est-ce que je suis vraiment de mauvaise foi quand je dis que celle de Thor Ragnarok est un chef d’oeuvre du spoil de sa propre oeuvre ?

Ni une, ni deux : spoilons, mes bons !


 

098917.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

L’affiche : oui, même là ils ont trouvé moyen de mettre de petits débris qui volent. Regardez en bas. Ils ne peuvent pas s’en empêcher.

Notre film s’ouvre sur l’ami Thor, dieu de la foudre et des armures en plastique, qui est retenu prisonnier dans une cage elle-même suspendue dans ce qui ressemble fortement à un monde souterrain, ou bien à un local à photocopie de collège de banlieue, c’est peu clair. Et Thor de marmonner « Oui, c’est moi. Vous vous demandez sûrement comment j’en suis arrivé là, n’est-ce pas ? »

C’est vrai qu’on se demande comment on peut ouvrir un film sur une phrase aussi bateau, mais heureusement, Thor a le bon goût de ne pas se lancer dans une grande explication, car il est bientôt tiré de sa cage par un humanoïde fort costaud fait de roche en fusion et de feu que nous appellerons Gogolem au vu de son Q.I proche de celui d’un rappeur de Youtube. Et Gogolem est très content car il a enfin fait prisonnier le célèbre dieu et va donc pouvoir le tuer.

Mais d’abord, il va lui raconter sa vie avec tous les détails, car c’est un méchant en carton.

« … eeet les filles se moquaient de moi à l’école parce que j’étais fait de roche en fusion et de feu, alors oui, du coup, impossible de porter un short en sport, on se moquait de moi…
– Hmmm, c’est très intéressant. Continue.
– … file interminable à La Poste, et là, la vieille qui demande à voir les timbres de collection qui…
– Avance encore un peu vers le moment intéressant.
– … et donc, quand viendra le Ragnarok…
– Ah ! Voilà. Je t’écoute Gogolem.
– Bien ! Je disais que quand viendra le Ragnarok, la fin des temps pour les dieux d’Asgard, j’en serai le bras armé et me rendrai sur votre misérable planète, je tremperai la couronne qui ceint mon crâne dans le feu éternel sous votre palais, et je deviendrai alors gigantesque, ce qui me permettra de détruire tout votre monde ! Mohohohoho je suis diabolique !
– D’accord. Donc si je te vole ta couronne, tu es feinté.
– Anéfé.
– Alors c’est parti ! »

Parce qu’en fait, Thor, il est trop malin comme un lapin, il avait fait exprès de se faire capturer et il se libère sans souci et… et laisse faire Gogolem qui appelle toute son armée à la rescousse. Et Thor de lâcher tranquillement « Oui on dirait que je suis mal barré, mais bof, ça passe toujours à la fin.« 

Voilà voilà. Le personnage principal qui lance tranquillement qu’il fait du caca (oui parce que si c’était pour affronter toute l’armée de Gogolem, c’était pas la peine de te laisser capturer mon bon) mais que le script le sauve toujours, c’est fait. Bien bien bien, nous commençons sur de bonnes bases.

Heureusement, Thor a raison (même si c’est étrange à écrire, plus encore à prononcer), et hop, ça passe. Il pète la gueule des vilains qui lui sautent dessus, marave Gogolem, et s’enfuit avec sa couronne et sa tête parce qu’il avait un prix de gros. C’est donc ainsi chargé que notre larron file, poursuivi par l’armée de feu (hoho) Gogolem, et se met à appeler :

« Houhouuuuuuuu Heiiiimdaaaaall ! Ouvre le passage du Bifrost ! J’ai fini, je veux rentrer à la maisoooooon ! »

Car oui, Heimdall, gardien du Bifrost, peut téléporter n’importe qui, n’importe où, et en plus, il peut voir tout l’univers et entendre tout autant, raison pour laquelle il suffit de brailler son nom à tue-tête. Un pouvoir que je ne lui envie pas, car il faut penser que cela signifie qu’Heimdall assiste à tous les concerts de Jul, qu’il le veuille ou non. Et ça, c’est moche.

Mais justement : probablement rendu fou par Jul, Heimdall ne répond pas… et n’est même plus en poste. Il est remplacé par un personnage aussi couillon que gaffeur qui résume à lui seul tout le niveau humoristique et scénaristique du film : je propose de l’appeler Jarl-Jarl Binks.

Et là, tout de suite, Jarl-Jarl a beau avoir son Bifrost qui bippe pour lui dire qu’il a un appel en attente, notre bon ami est occupé à impressionner des donzelles asgardiennes en leur montrant sa collection de trucs récupérés sur d’autres mondes grâce au Bifrost qui permet d’y aller aisément.

« Hoooo Jarl-Jarl, tu es si fort ! Et cet objet, qu’est-ce que c’est ?
– Alors ça, ce sont des armes à feu. C’est surpuissant mais comme on est un peuple très avancé, on préfère se battre avec des épées. Vous verrez, on en reparlera durant le film.
– Et ça ?
– C’est un fidget spinner. Un objet typiquement terrien.
– À quoi cela sert-il ?
– Hé bien, quand un Terrien en assez d’avoir une vie sexuelle, il s’achète ça, et hop, plus aucun risque. Les Terriens ont beaucoup d’objets étranges pour protéger leur virginité. Il faudra que je vous montre ce qu’ils appellent « des statuettes collector d’animés ». 

– Tu es si érudit, Jarl-Jarl ! Mais attends, quel est donc ce bip ?
– Haaan, c’est un relou qui veut que je lui bifroste la gueule. Car oui, bifroster est un verbe. »

C’est donc en soupirant que Jarl-Jarl active le Bifrost et ramène Thor à la maison. Dans la foulée, il y a aussi un bout de monstre qui coursait notre héros qui passe le portail, mais en partie, donc se retrouve décapité et hop, ça met du sang vert partout ce qui fait fuir les filles, hihihihi pauvre Jarl-Jarl, c’est trop rigolol, attendez, je ris tellement que mes côtes en sont tombées par terre, je les ramasse, je lapide les scénaristes avec et je reviens.

Voilà qui est fait. De toute façon, les côtes, ça sert à rien. Tout bon couturier vous le dira avant de vous envoyer défiler.

Que disais-je ? Ah oui ! Thor est donc de retour sur Asgard via le Bifrost. Il apprend par Jarl-Jarl que Heimdall est parti, la faute aux précédents films où il avait fait n’importe quoi avec le Bifrost. Thor hausse les épaules et s’en va avec le crâne et la couronne de Gogolem. Mais lorsqu’il revient au palais d’Asgard il est fort étonné de découvrir qu’une statue géante de son frère Loki orne une place, et que la population réunie autour de son père Odin assiste à une pièce de théâtre qui met en avant, là encore, Loki. Qu’est-ce que c’est que ce bordel ? Thor fronce les sourcils très fort, et tente de résoudre ce mystère.

« Hmmmm tout cela est beaucoup trop subtil… dis-moi Odin… ne serais-tu pas… Loki ? Au hasard.
– Holala ! Mais comment as-tu deviné ma ruse fort subtile ? C’est la statue géante, c’est ça ? Heureusement que je suis le dieu de la malice !
– Mais je ne comprends pas, dans le précédent volet, tu étais mort, alors comment es-tu revenu ?
– Hééééééééééé bieeeeen heu… « dieu de la malice » ?
– Hm. C’est un peu court, jeune homme.
– Et si je dis « les fans m’adorent du coup je ne suis là que pour le fan-service ? »
– C’est tout de suite mieux. Bon, assez rigolé : où as-tu caché ce vieux crouton d’Odin ? »

Et les deux frères de se rendre sur Terre, où Loki a caché Odin après l’avoir privé de ses pouvoirs histoire de pouvoir se marrer en paix sur Asgard. Et pour être sûr qu’Odin ne recouvre jamais sa force d’antan et devienne fou, Loki l’a caché dans l’endroit le plus sûr de la Terre pour en finir avec quelqu’un : une maison de retraite.

Quel petit rabouin.

Sauf que ladite maison de retraite vient d’être démolie, et pas de trace d’Odin, alors que pourtant, une maison de retraite n’est pas le dernier endroit pour que les vieux y laissent des traces. Alors, comment faire, sans piste ?

Facile ! On peut toujours compter sur un petit deus ex machina.

Hop, Loki est soudain brutalement téléporté d’un côté, Thor de l’autre, et ce dernier se retrouve chez le docteur Strange, lors d’une séance… que vous avez déjà vue à la fin de Docteur Strange. C’est moins cher à produire lorsque l’on insère des morceaux déjà tournés dans le film. Mais qu’est-ce donc ?

Hé bien le docteur Strange, célèbre magicien, reçoit le dieu de la foudre en sa demeure, et passe son temps à téléporter des trucs à droite et à gauche ce qui rend Thor un peu malade (hihihi c’est décidément trop rigolo), en expliquant la chose suivante : les dieux et autres êtres surpuissants sur Terre, ça a un peu tendance à foutre la merde. Aussi, en tant que protecteur de ladite Terre, il aimerait éviter qu’ils ne restent trop longtemps ici. Alors hop hop, que voulez-vous ?

« Ah ben c’est super, merci l’accueil Monsieur Strange. Je débarque sur Terre, pas bonjour, pas merci, alors que j’ai un peu sauvé la planète trois ou quatre fois, et on m’accueille comme un vulgaire jardinier mexicain en maraude. Je ne vous félicite pas, Monsieur Strange.
– Je vous rappelle que je suis riche, Monsieur Thor. J’ai voté Trump.
– Tout s’explique. Enfin bon. Je cherche mon papounet, Odin. Il est à peu près grand comme ça, borgne, avec une grosse barbe et il est joué par Anthony Hopkins. Vous l’auriez pas vu par hasard ?

– Mmmmmmoui… je l’ai vu. Il est actuellement en Norvège, je vais vous envoyer là-bas.
– Mais attendez ! Rendez-moi mon frère d’abord ! Où l’avez-vous téléporté ? C’est pas que je l’aime, mais c’est un peu comme mon herpès : c’est pas sympa à trimbaler mais ça me rappelle maman. »

Deux temps, trois mouvements et pouf, Loki réapparaît, en expliquant que pendant que les deux couillons discutaient, lui était dans un univers où il tombait depuis trente minutes. Il est donc très en colère contre le docteur Strange… qui se débarrasse aisément de Thor et de Loki en les téléportant tous deux en Norvège avant qu’ils ne continuent à faire un scandale chez lui.

Loki a chuté pendant 30 minutes. Le film le fait pendant 2h11. Battu, mon garçon.

Pour rappel : le docteur Strange fait de la magie depuis trois mois. Loki, depuis trois millénaires. Mais visiblement, hop, c’est le docteur Strange qui lui colle des branlées magiques à volonté. Hmmm. D’accord. Une explication ? Thor ?

« C’est vrai ça, Loki, tu es tout pourri, en fait ?
– Silence. C’est juste que j’ai tant de sorts que j’hésite toujours avant de savoir lequel jeter.
– Ben, je ne sais pas, fait un peu de tri.
– Que crois-tu, mon frère ? Je le fais régulièrement, et je fais même des inventaires avant-tri pour mieux m’organiser.
– Ah bon ? Tu maîtrises l’avant-tri, Loki ?
– Relis ta phrase à voix haute.
– HO BORDEL COMMENT TU M’AS FAIT FAIRE ÇA ?!
– La réponse était dans ta bouche, mon bon ami. »

… je… okay, j’ai un peu honte, mais dites-vous que grâce à moi, Loki vient de réussir son tour le plus spectaculaire du film.

Mais donc, la Norvège !

C’est au bord d’une falaise que nos héros arrivent. Et trouvent Odin qui scrute l’horizon.

« Odin ? 
– Ah, les deux cons. Vous voilà enfin.
– C’est bon Loki, je crois qu’il a rompu ton sort : il est comme avant.
– Alors les branleurs, on se promène ? Vous avez vu comme c’est joli ici ? Ça s’appelle la Norvège. Ah, je peux vous dire qu’ici, de mon temps, c’était quelque chose. On partait pour des raids sur les côtes franques, on buvait des bières dans des crânes, ce qui était fort peu pratique soit dit en passant, et puis… aaah, tous ces petits moutons qui agitaient leurs fesses fermes devant nos…
– Oui oui, on a compris, on va s’en passer. Vous aimez les pays nordiques, père, c’est super.
– Ah non : pas la Suède. Pays de gauchistes. Bon, qu’est-ce que vous me vouliez, les nazes ?
– Nous sommes venus vous ramener à Asgard, père.
– Sauf que non.
– Heu… mais pourquoi ?
– Parce que je vais mourir. Genre là, tout de suite, dans deux minutes.
– Ah. Bien. Je… alors certes, mais encore une fois : pourquoi ?
– Aucune raison particulière, mais il faut bien une intrigue à ce film, non ?
– Je n’irais pas jusqu’à parler « d’intrigue », mais je vois.
– Bref. Je vais crever. Mais avant de le faire, je tenais à vous dire que ma mort va libérer de sa prison ma première fille, Hela. Déesse de la mort. Et qu’elle me hait, vous hait, et vous tuera tous.
– … dis-donc papy, ça te serait pas venu à l’idée de nous avertir de ce détail il y a une paire de millénaires ? Histoire qu’on se prépare ?
– Ben non, sinon, paf, plus de film. Accessoirement, elle tire son pouvoir d’Asgard. Et si elle l’atteint… ses pouvoirs grandiront sans limite !
– Mais… nous aussi on tire nos pouvoirs d’Asgard, non ? Et on est aussi tes fils ? Alors pourquoi nos pouvoirs ne sont-ils pas sans limites nous aussi ?
– Ah ben ça j’en sais rien. Mais si tu me demandes mon avis, je dirais que sinon, pas de…
– Pas de film, j’ai bien compris. Du coup, tu pourrais nous dire comment tu l’as emprisonnée la première fois ? Qu’on remette le couvert ?
– Non plus, sinon pas de…
– MAIS QU’EST-CE QUE C’EST QUE CETTE INTRIGUE DE MERDE ?
– Hé, si c’est pour crier, moi, je meurs, hop. »

Et la conversation n’ira en effet pas plus loin puisque Odin meurt, hop. Il se transforme en poudre dorée et va polluer la mer au bas de la falaise comme un petit saligaud. Mais avant que ses fils ne puissent le pleurer ou s’engueuler comme à leur habitude, un étrange portail verdâtre (la couleur des méchants et des écologistes, ce qui se rejoint pour certains) s’ouvre et en sort… une femme qui ne peut être autre qu’Hela.

« Thor, mon frère, attention… Hela est là !
– Ce je ne sais quoi que d’autres non pas ?
– S… seigneur, du France Gall. C’est un peu rude, comme ça, au débotté. »

Mais France Gall ne suffit pas à arrêter Hela, qui face à eux, s’amuse.

« Mouuuuuhohohohoho… je suis revenue… c’est que ce stupide Odin est mort !
– Et nous sommes tes frères, et nous protégerons Asgard de ta cruauté.
– Je me doutais que vous seriez dans l’erreur tous les deux.
– Ah oui ?
– Hé oui car votre duo, contrairement à moi… a Thor !
– Okay, c’est bien notre sœur. Allez, à la baston ! »

Thor lui envoie son marteau magique dans la margoulette, mais à sa grande surprise, Hela l’arrête d’une main et le brise sans efforts. Voyant cela, Loki ordonne le repli via le Bifrost, mais Hela les poursuit dans le portail magique, et se bagarre avec eux dans l’affaire, ce qui n’est pas conforme aux conditions d’utilisation du bousin et par conséquent, les propulse dans le temps et l’espace pendant qu’elle arrive de son côté à bon port en Asgard.

Sur place, faisons simple : elle tue tout ce qui se présente à sa portée, sauf Jarl-Jarl Binks, qui se rend tout de suite.

« Hmmm… un lâche qui change de camp à la première occasion ? J’aime ça. Tu seras donc mon nouvel homme de confiance. »

Que… mais ? Effectivement : elle est digne de ses frères, je confirme.

Et aussi bête que le reste d’Asgard, puisque la voyant arriver sur le grand pont qui relie le Bifrost au reste d’Asgard, les Asgardiens réunissent une immense armée, avec vaisseaux volants surarmés et troupes au sol pour lui refaire la truffe.

En l’attaquant par groupes de un.

Du coup, bizarrement, Hela gagne. Quel dommage qu’aucun d’entre eux n’ait pensé à attaquer en même temps que son camarade de régiment ! Hela peut donc entrer au palais d’Asgard, Jarl-Jarl sur ses talons, et révéler à celui-ci la véritable histoire du palais… qui est racontée en intégralité sur des fresques qui avaient été cachées derrière d’autres fresques Subtil. Le premier carreleur qui passait pouvait apprendre tous les secrets d’Asgard. C’est fou.

Mais donc, quid de cette histoire ?

« J’étais la fille d’Odiiiiin ! Son bras armé ! C’est grâce à moi qu’il a conquis les neuf royaumes sur lesquels Asgard règne ! Mais j’en voulais plus… et pas lui ! Alors il m’a enferméééééeeeeeee !
– Comment a-t-il pu se douter que vous étiez méchante, avec votre maquillage tout noir autour des yeux et votre coiffe qui ressemble à une grosse araignée qui copule avec un batarang ?
– Va savoir mon petit Jarl-Jarl. »

Mais Hela ne s’en arrête pas là. Pour asseoir son règne, son autorité et son cul sur le trône, elle a besoin d’une armée fidèle. Elle se rend donc sous le palais où se trouve le feu éternel, un feu magique fort pratique, mais aussi divers trésors comme le tesseract ou bien le crâne et la couronne de Gogolem. Mais ce qui l’intéresse, c’est surtout les tombes des guerriers qui autrefois, combattirent pour elle. Ainsi que son loup domestique, Fenrir, aussi appelé « Kiki », qui adore tuer des gens et les gratouillis sur le ventre. Tout ce petit monde est mort, mais d’un coup de feu éternel et de nécromancie, hopopop, Hela ramène tout le monde à la vie, et elle a donc sa petite armée de morts-vivants.

Voilà qui est fait. Et Thor ? Soit, allons voir de son côté.

Après avoir dérivé dans le temps et l’espace, Thor échoue sur une planète inconnue, gigantesque décharge qui recueille quantité de débris qui tombent des cieux. Lui-même n’est finalement guère plus que l’un de ces débris, mais il aperçoit au loin une ville : le lieu est peuplé.

Un peu trop peut-être puisqu’un vaisseau s’approche de lui et qu’en descendent des margoulins qui neutralisent le dieu de la foudre sans souci en lui balançant un filet électrique à la gueule. Car oui, le dieu de la foudre n’est pas immunisé à l’électricité, vous le saurez. C’est moyennement pratique.

« Oui ben je suis p’têtre le dieu de la foudre sans y être immunisé, mais Loki est le dieu de la malice et n’est pas malin pour autant, alors bon, hein, ho, bon, dites voir, hé. »

Ainsi neutralisé, Thor pense que les spatio-rabouins vont lui tirer son armure voire son slip, mais il est heureusement sauvé par l’arrivée d’un second vaisseau piloté par une jeune femme que nous appellerons Val, et qui lorsqu’elle descend dudit vaisseau pour parler… hihihi, elle glisse et elle tombe dans les ordures, hohohoho !

J’ai connu des épisodes de Mr Bean plus poussés que ce film. Et encore, je ne vous décris pas tous les gags, il y en a en permanence. Et ils vont de pas bons à mauvais en passant par lamentables.

Bref, Val veut récupérer ce prisonnier. Les spatio-rabouins lui disent que hé, ho, non, hein, c’est le leur. Mais aidée de son vaisseau surarmé commandable à distance, Val les sulfate tous et récupère Thor. À qui elle colle une puce qui lui permet de le taser à distance, car encore une fois : Thor ne supporte pas l’électricité. Et après une paire de chocs électriques, il sombre dans l’inconscience.

À son réveil, Thor est attaché à une chaise qui avance dans un long tunnel rempli de couleurs psychédéliques où apparaissent des formes étranges, alors qu’une voix lui explique ce qu’il fait là.

« Bonjour, voyageur. Bienvenue sur Arena. Cette planète recueille tous ceux qui dérivaient, qui étaient perdus, mal-aimés, rejetés. Ici, tu es quelqu’un. 
– Que… attendez ? Un endroit pour les rejetés remplis de couleurs kitschs ? Bon sang, je suis à la Japan Expo ! Vite, mes liens, gnnnnn !
– Inutile de vous débattre, voyageur. Vous allez bientôt rencontrer le premier des naufragés de cette planète, notre grand Maître ! »

Et pouf pouf, soudain, la chaise de Thor est devant le Maître, un joyeux personnage qui lui explique qu’ici, on s’emmerde ferme, aussi organise-t-il des combats entre naufragés qui atterrissent ici. Et comme il a un champion super fort, il a besoin de viande à lui faire broyer. Thor servira à cela.

Thor aperçoit aussi avec étonnement Loki. Qui a atterri au même endroit, mais grâce aux mystères de l’espace-temps, il est arrivé ici il y a trois semaines et usant de sa ruse, a fait copain-copain avec le Maître. Il n’aidera donc pas Thor à se sortir de la mouise. Thor est déçu, mais pas surpris. Il a toujours su qu’on ne pouvait pas faire confiance à Loki, même lorsqu’il dormait. Car comme chacun sait : il faut se méfier de Loki dort.

Broum broum broum. Pardon, un truc dans ma gorge. Reprenons.

Le jour J, Thor est envoyé dans l’arène où il rencontre Kaillou, un gladiateur un peu con fait de cailloux et qui n’est qu’un énième personnage « rigolol » du film qui ne comprend rien à rien. Je n’ai déjà plus de côtes, arrêtez, ce film est beaucoup trop drôle, je souffre.

Non, vraiment : je souffre.

Toujours est-il que Thor ne peut échapper à son sort. Tout au plus apprend-t-il que Val, la femme qui l’a trouvé, est en réalité une Asgardienne. Et plus exactement : une Walkyrie. Mais qui en a eu assez du trône d’Asgard et de ses intrigues, aussi préfère-t-elle une bonne vieille planète-arène des familles où elle peut boire des bières et faire des concours de pets avec les copains, ce qui est quand même autrement plus intéressant que de s’intéresser à des histoires divines.

Tant pis pour elle, dans l’immédiat, Thor a plus important à faire. Il doit affronter le champion mystérieux du Maître. Et même Loki ignore qui il est.

Sachant que les fans du champion se promènent ouvertement avec des masques « Hulk », des pancartes « Hulk » et scandent « Hulk ! » tout le reste du film, je me demande comment Loki a pu passer à côté de cette information. Ah, oui : il n’a pas pu. C’est simplement que ça arrange le script. La dernière fois que j’ai vu un truc avec des raccrochages aussi dégueulasses au motif que ça faisait plaisir, ça s’appelait l’écriture inclusive. J’attends son Ragnarok d’ailleurs, mais c’est un autre sujet.

En tout cas, Thor subit une coupe de cheveux gratuite, rentre dans l’arène, et là, mais devinez qui est le champion qu’il doit affronter ?

Mais oui, Hulk. Ce qui était aussi annoncé sur les bandes-annonce. Et sur l’affiche. Voilà : ceci était un rebondissement. La dernière fois que j’ai été aussi surpris, c’est lorsque l’on m’a annoncé qu’il y avait encore de la fraude fiscale en France. Pareil, les bras m’en sont tombés. Les valises au bout aussi, mais elles ne contenaient que des papiers, Monsieur le douanier, je vous jure.

S’ensuit donc un combat pas bien palpitant entre Hulk et Thor, Hulk voulant tout de même péter la gueule de son vieil ami, par principe. L’affaire se finit avec un Thor en mauvaise posture, avec Hulk qui lui distribue des mandales au point que Thor en a des visions de son papounet.

« O… Odin ?
– Ah, tiens, Thor, ça va ?
– Ben non, là je suis en train de crever.
– C’est ballot.
– Écoute papa, on dirait un peu un épisode de Naruto : c’est le moment du flashback qui me motive pour me dépasser. Alors dépêche-toi de me filer le tuyau que j’attends, j’ai pas toute la nuit.
– Okay : alors écoute, Thor… tu es le dieu de la foudre. Souviens-t-en.
– Haaaaaaaaan paaaas bêêêête ! »

Et Thor de revenir à lui, de faire venir en lui le pouvoir de la foudre, et de commencer à claquer Hulk. Jusqu’à ce que le Maître, voyant son champion en mauvaise posture, n’appuie sur la commande du taser à distance, et paf, Thor s’effondre soudain sans aucune raison.

Habile. Un combattant avec une puce de taser à distance visible dans son cou qui s’effondre en convulsant alors qu’il avait l’avantage, pendant que le Maître appuie lui-même sur le bouton depuis sa loge vitrée visible de tous…

… je suis sûr que personne ne va remarquer que les matchs sont truqués. Et en effet, non. Alors que toute la planète ne vit que pour ça, hein. Mais visiblement, les gens font des paris et tout, mais booon, si c’est ouvertement truqué, c’est pas grave. Ils sont juste ruinés, rien de méchant.

Mais pouf pouf, le scénario passe là-dessus, et retrouvons Thor plus tard.

Car il partage désormais la loge de Hulk. Visiblement, ils se sont dits que ce serait intelligent de les mettre ensemble, allez zou. Ou bien Thor a-t-il été offert en esclave sexuel à Hulk, allez savoir.  Auquel cas, à défaut de maîtriser la foudre, il a intérêt à maîtriser les sutures. Mais là n’est pas le sujet. Car Hulk et Thor peuvent enfin papoter.

« Hulk ! Nom d’une pipe, mais comment t’es-tu retrouvé ici ?
– Hulk piloter engin des Avengers à la fin du film L’Âge d’Ultron. Puis Hulk s’écraser ici comme gros caca vert. Mais Hulk rien à foutre, parce que Hulk pouvoir tabasser des gens.
– Alors oui d’accord mais Hulk, ce sont les prisonniers qui combattent ? Comment ont-ils pu te capturer ? Genre le passage de la petite chaise à laquelle tu es attaché avant d’aller voir le Maître, là, tu n’as pas tout pété ? Avaient-ils seulement une chaise à ta taille ?
– Hulk trouver ça con aussi. Hulk pas savoir. Si Hulk logique, Hulk avoir tout pété, et aujourd’hui, Maître jouet sexuel de Hulk.
– Hmmm je vois. Bon sinon, comment peut-on partir d’ici ?
– Hulk pas savoir, pas intéressé. Ici, Hulk peut taper des gens.
– D’accord… et le vaisseau avec lequel tu es venu ?
– Posé en bas. Mais Thor pas pouvoir y aller. Car Thor avoir puce de taser dans son cou. »

Discuter avec Hulk est difficile, mais il faut tout de même reconnaître que son propos est plus profond que 80% des commentaires Facebook que vous lisez quotidiennement.

Pas de quoi arrêter Thor. Car celui-ci découvre que Val rend régulièrement visite à Hulk. Il profite donc d’une de ses visites non seulement pour lui piquer sa commande de taser et se libérer, mais aussi pour lui donner son avis.

« Alors comme ça on est une Walkyrie et on n’aide pas son seigneur-lige, hmmm ?
– C’est qu’il y a fort longtemps, j’ai été envoyée pour emprisonner Hela avec les autres Walkyries. Elle nous massacra toutes.
– Laissez-moi deviner : vous avez fait des groupes de un ?
– Ben oui pourquoi, on peut faire autrement ?
– Vous savez quoi ? Laissez tomber.
– Mais sinon, vous ne voulez pas que je vous parle de comment on a finalement réussi à emprisonner Hela ?
– Hmmmmmmmmmmmm… non. Ce serait efficace et intelligent. Et je suis Thor, c’est-à-dire ni l’un, ni l’autre.
– Soit. Et maintenant ?
– Maintenant, je me barre sur Asgard sauver mon peuple du joug d’Hela sans aucun plan, hahaha ! »

Et Thor de se barrer par une fenêtre (qu’il tente de casser avec… un ballon ?! Qui lui revient dans la gueule, du coup, hohohohouhouhou houlala arrêtez n’en jetez plus) pour quitter les quartiers des gladiateurs et rejoindre le vaisseau des Avengers, garé en bas. Sauf qu’une fois à bord, ce gros couillon de Hulk le suit et démonte à moitié le vaisseau dans la manœuvre en beuglant :

« Noooon… Thor rester !
– Hulk, bordel, j’ai pas que ça à faire de taper la discute avec une crotte de nez sous stéroïdes, arrête de tout péter ! Avec quoi je vais m’enfuir maintenant ?
– Mais Hulk triiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiste… »

Et Thor d’activer par un hasard aussi heureux que bien fait un écran de l’appareil qui affiche un vieil enregistrement de la Veuve Noire en train de demander à Hulk de revenir à la maison. Hulk, perturbé par la damoiselle, se retransforme en Bruce Banner, qui n’a aucun souvenir d’avoir été Hulk aussi longtemps, ni de comment il a atterri ici. Thor et lui décident donc de faire profil bas en attendant de trouver un nouveau vaisseau, et se faufilent dans la foule des badauds qui rôde autour de l’arène en scandant le nom de « Hulk » (je vous avais dit que du coup, c’était difficile de garder  le mystère sur l’identité du champion) avec force masques et pancartes. Alors qu’ils vadrouillent, ils tombent nez-à-nez avec Val, qui a de mauvaises nouvelles pour eux.

« Le Maître n’est pas content de ta tentative d’évasion, Thor. En plus il se demande où est passé Hulk. Il voudrait que je te ramène mais… je crois que je vais plutôt t’aider à péter la gueule d’Hela, parce qu’elle a quand même tué toutes mes amies Walkyries.
– Et c’est maintenant que tu t’en souviens ? Enfin bon. Bienvenue dans l’équipe.
– Ho, et pour fêter ça… j’ai capturé votre frère Loki. Après votre petit numéro, il avait décidé de vous capturer pour avoir la prime que le Maître a mis sur votre tête. Alors je me suis dit…
– Ah ! Une alliance avec mon frère qui cherchait encore à me trahir, voilà qui est original ! Bon sinon, on a un plan pour vaincre Hela ?
– Non. Cela dit, vous noterez qu’au début du film, malgré ton statut divin, tu te faisais capturer aisément par un simple fusil lance-filet électrique. Et que le taser suffisait à te neutraliser. Du coup, on pourrait  utiliser ça, non ?
– Hmmmm… non. Non, définitivement : allons-y sans plan et sans armes, ça me paraît mieux. »

Les quatre larrons forment donc une fine équipe, et aidés des connaissances que Loki a volées au Maître du temps de leur amitié, ils s’infiltrent tranquillement dans les hangars de ce dernier pour lui voler un vaisseau. Pour gagner du temps et faire diversion, ils distribuent aussi des armes aux autres gladiateurs, dont Kaillou, qu’ils libèrent et créent ainsi une révolte sur la planète, leur donnant ainsi le moyen de filer en paix.

Bon, Loki avait tous les codes pour voler un vaisseau sans un bruit, mais c’est plus rigolo en créant une émeute qui ramène toute la sécurité dans le secteur, semble-t-il.

Nos héros s’emparent d’un vaisseau, Loki, de manière prévisible, trahit tout le monde, mais cette fois-ci, c’était tellement gros que même Thor l’avait vu venir (c’est dire). Thor, Banner et Val partent donc dans un astronef en abandonnant Loki, et malgré une brève poursuite avec la sécurité du secteur, s’enfuient sans encombre au travers de « l’anus de Satan » (sic), un portail au-dessus de la planète nommé ainsi parce que ça faisait un gag de plus dans le film.

Je pense qu’en le traversant ils ont dû croiser le script, mais bon, pour ce que j’en dis, hein.

Loki de son côté est rejoint par Kaillou et ses rebelles, et ensemble, volent un vaisseau encore plus gros pour filer à leur tour.

Sur Asgard, pendant ce temps, ça ne rigole pas trop. Hela est fort vilaine, et a nommé Jarl-Jarl son « exécuteur », comprendre, son bourreau, ce qui n’enchante que moyennement le galopin. Sans compter qu’en plus, ils ont bêtement laissé le Bifrost sans surveillance, et que Heimdall, qui passait par là, a volée l’épée qui le contrôle (c’est décidément vraiment ballot de laisser traîner ça), et a monté un petit réseau de résistance dans les bois d’Asgard. En plus, comme il peut voir tout l’univers, il voit aussi aisément quand il doit se déplacer lorsque des méchants approchent, ce qui est bien pratique. Et en ce moment, pas de bol, c’est Hela elle-même qui arrive pour lui claquer le biniou.

Mais voici qu’arrive Thor, Banner et Val, venus affronter Hela. Cette dernière laisse donc tomber la chasse au Heimdall pour retourner dans la salle du trône du palais d’Asgard, où elle trouve… Thor.

« Thor !
– C’était marqué dans le paragraphe du dessus.
– Tu as osé revenir me défier ! Moi ! Ta reine ! Dans ma salle du trône !
– En effet. Je voulais toute ton attention.
– Est-ce une raison pour avoir fait caca partout ?
– Je… c’est-à-dire que je voulais vraiment montrer mon côté rebelle et…
– Bon, laissons tomber. On passe directement au moment où l’on se tape ?
– Allez ! »

Le combat commence donc entre Thor et Hela, pendant qu’à l’extérieur, Heimdall tente de faire évacuer la population d’Asgard jusqu’au Bifrost (mais juste celle qui se cachait dans les bois : tous les gens qui vivaient encore dans la capitale font pouf pouf disparition ninja entre deux plans). Mais l’armée d’Hela est là…

« Cette drôle de voix. Cette drôle de joie. Ce don du ciel qui la rend belle.
– Banner ? Mais qu’est-ce que vous racontez ?
– Rien, je pensais tout haut. Je me disais : pendant que Thor tabasse Hela, nous notre mission va être de soutenir Heimdall qui évacue la population. Alors et si je me transformais en Hulk ? Non parce qu’en face, ils ont Fenrir, qui est quand même un gros pépère.
– Faisons ça. Mais par pitié, arrêtez avec France Gall. »

Et c’est donc ainsi : Val utilise le vaisseau pour soutenir Heimdall qui se dirige vers le Bifrost, Hulk tabasse Fenrir, et Thor s’occupe de Hela. Cependant, rien ne se passe comme prévu : le vaisseau de Val est abattu et bloque l’accès au Bifrost, Hulk se débarrasse de Fenrir mais est blessé, quant à Thor… hé bien, Hela le dessus, si je puis dire. Et après l’avoir éborgné d’un coup de couteau, elle s’apprête à l’égorger.

« Thor… tu vas mourir ! Ahahaha ! Je suis la plus forte, la déesse de la mort ! Et toi, de quoi es-tu le dieu ? »

Et Thor d’essayer de se souvenir… attends voir… c’est vrai ça… hmmm, il va avoir besoin d’une vision avec Odin pour se souvenir. Et vision il a donc.

« O… Odin !
– Encore toi ? Bordel, on peut plus être mort deux minutes ?
– Oui Odin je… j’ai échoué à protéger Asgard. Hela est trop forte. J’ai perdu un œil, je vais perdre la vie. Je n’ai plus mon marteau, je ne peux plus lutter.
– Ah ouais ? Et la foudre, gros naze ?
– Haaan… ouais, la foudre, pas con ! »

Et donc Thor revient à lui, et son dernier œil crépite d’électricité. Hela n’en revient pas.

« Comment ? C’est impossible !
– Si ! Car je suis le dieu de la fouuuuuudr…
– Non, je veux dire : caser deux fois le même rebondissement dans le film. Du genre entre le combat contre Hulk et moi, tu avais déjà oublié que tu étais le dieu de la foudre et tu avais à nouveau besoin d’une vision avec Odin pour t’en rappeler ?
– Nan mais c’est parce que… tu vois… en fait… heuuu… ALLEZ LA FOUUUUUUUDRE ! »

« Haaan j’avais encore oublié que j’avais ce pouvoir, quelle tête de linotte alors ! »

Hela prend donc la foudre dans la margoulette et n’est pas bien. Thor peut ainsi aller aider ses amis à vaincre l’armée d’Hela. Mieux encore, l’accès au Bifrost étant bloqué par le vaisseau écrasé de Val, voici que surgit de nulle part un immense vaisseau : c’est Loki ! Avec Kaillou et ses amis !

« J’ai décidé de venir vous sauver les amis !
– Alors que tu voulais livrer Thor au Maître et le tuer il n’y a pas dix minutes ?
– Ce film n’en a strictement rien à foutre ! Allez les Asgardiens, montez à bord ! »

Et Loki de faire évacuer le bon peuple. Certes, l’armée d’Hela tente bien d’attaquer les civils, mais Jarl-Jarl se retourne finalement contre eux, et sort deux de ses trophées récupérés dans les autres mondes : deux fusils d’assaut américains. Et avec un dans chaque main, il massacre toute l’armée d’Hela, parce que comme je vous le disais, les mecs sont des demi-dieux avec des millions d’années d’avance technologique, mais sortez une arme à poudre et leur armée se débande. C’est beau. Et ça fait trois films qu’ils n’y pensent pas, rappelons-le.

La population grimpée à bord du vaisseau, le danger n’est pas pour autant terminé car Hela n’est pas morte, et empêche l’astronef de quitter Asgard. Même après un gros éclair, elle a survécu ! Quelle surpuissance ! Thor réalise alors ce qu’il doit faire.

« Loki… elle tire son pouvoir d’Asgard. Il nous faut la détruire. Nous refonderons un nouvel Asgard ailleurs avec sa vraie richesse : son peuple !
– Heu… sinon, le fusil à filet électrique, le taser, les armes à feu, tu ne veux pas au moins essayer ? Comment Odin a-t-il fait de son temps pour la vaincre, alors qu’elle vivait sur Asgard depuis des millénaires et devait donc être bien plus puissante qu’aujourd’hui ?
– Mais arrêêêêteuuuuh c’est le titre du film alors… déclenchons le Ragnarok ! La fin d’Asgard !
– Et comment donc ?
– Avec… la couronne et le crâne de Gogolem ! Allez, va Loki ! Utilise tes pouvoirs pour faire ce qui doit être fait ! »

Loki soupire devant ce plan de merde, mais fait ce qui doit être fait. Il fonce sous le palais d’Asgard où sont entreposés tous les trésors du cru (dont le Tesseract), et va au feu éternel, dans lequel il jette la couronne et le crâne de Gogolem.

Comme prévu, Gogolem revient à la vie, devient immense, et commence à détruire Asgard. Il est si puissant qu’il éclate Hela dans la foulée, et pour être sûr qu’elle ne revienne jamais… il détruit Asgard en entier, et explose avec la planète.

Loki, Thor, Val & co ont pu s’abriter dans l’immense vaisseau qui quitte la planète, et désormais, les Asgardiens sont un peuple errant.

« Hé bien mes amis, quelle aventure !
– Tu as bien raison Loki.
– Quand je pense à tous ces gens qu’on avait vu plus tôt dans le film qui habitaient près du palais d’Asgard contrairement aux fuyards de la forêt, et qui sont tous morts…
– LALALALA CHUUUUUUT ! Je te rappelle, forban que le film les a fait disparaître justement pour éviter de souligner ce gros ratage.
– Ah. Oui. Bon, et maintenant qu’on est des gens du voyage de l’espace, où va-t-on, Thor ?
– Mais… vers la Terre, bien sûr ! »

Et la nef des Asgardiens met le cap sur la planète bleue et…

… FIN !

Oh, et oui, il y a une séquence post-générique (soupir) dans laquelle leur vaisseau croise la route d’un autre bien plus grand. Celui de Thanos, le méchant en bois qu’on nous tease depuis des années ? Je l’ignore. Mais personnellement, j’aurais surtout appelé cette séquence « Heimdall, toi qui peux voir l’univers entier, tu m’expliques comment tu as pu rater un vaisseau de plusieurs kilomètres fonçant droit vers nous ?« .

Comme quoi, même sur une séquence de cinq secondes post-générique, ils arrivent encore à se rater.

Je dis bravo.


« Tu vois Diego, je te l’avais dit. Il ne restait strictement rien en dehors de ce qui était dit dans le trailer. Maintenant, passe-moi un autre sachet, ces canards ne vont pas se nourrir tout seul. »

Diego fait la moue en me passant l’un des nombreux sachets à ma disposition. Je comprends ce à quoi il fait référence, et soupire devant le cœur un peu trop tendre de mon serviteur.

« Tu vois Diego, nourrir les canards, c’est comme les bande-annonces : tu prétends ne leur filer que des miettes, mais à la fin, ils ont englouti la baguette entière quand même.
– Oui mais patron… »

Diego grimace à nouveau en tirant un minuscule éclat qui n’a rien à voir avec du pain d’un sachet.

« … mélanger ça avec du pain pour le filer aux animaux…
– C’est que mon petit Diego, les canards, c’est comme les cochons : aussi con, aussi glouton, sauf que ça a le bon goût d’aller faire caca plus loin. Du coup, autant leur filer ce dont on veut se débarrasser. Maintenant, fais comme moi, prend l’air pensif et nourris les bestioles. »

Diego jette un coup d’œil alentour et demande prudemment : « Pourquoi ? »

Je secoue la tête, blasé.

« Parce que les parents des enfants de tout à l’heure cherchent leur descendance malpolie. Alors dépêche-toi de m’aider à fourguer ce qu’il en reste aux canards. »

77 réponses à “Thor – L’opéra rock

  1. Étrange, vous aviez dit que vous ne faisiez pas les comédies (les Gardiens) ! Hors ce film n’est qu’une comédie. Je veux maintenant un spoil des gardiens, espèce d’odieux connard.
    Bon, après je ne sais pas si je dois dire merci de faire une transgression à vos propres règles.

    • Totalement d’accord. En plus il y a beaucoup de choses à dire, surtout sur le deux, avec la flotte de vaisseaux à la fin, et Yandu qui est genre  » Oh non ! Si seulement nous avions une arme qui peut voler super vite et percer le métal ! »

      • Bah, tu sais bien, le Grand Stratéguerre n’envoyait que des groupes de un super saiyan de bronze contre Ryu, Ken et Jeanne Hazuki. Révisez vos classiques bon sang…

      • Réponse à mulot 9 novembre 2017 à 07:06 · ·
        Peut être que les golgoths étaient trop long à construire pour en envoyer une poignée. Dès que un était fini, il était envoyé au casse-pipe en espérant qu’il réussisse.
        N’oublions pas que, à l’origine, la boîte de conserve de Actuarus était justement le meilleur golgoth que Vega aie construit, et que Actarus a volé.

      • Excellent MadelnCH. Ton doctorat de dorothiste te sera remis par Corbier lors d’un revival du Jackyshow dédié à ta réussite.

      • Réponse à  » mulot 9 novembre 2017 à 18:28 ·  »
        Youpiii!!
        Pas de pitié pour les croissants!!!

  2. Au vu de votre aparté, je me demandais si vous envisagiez un article nous détaillant votre avis sur l’écriture inclusive, Ô Dieu Connard (hihihi, oups, c’est contagieux) ?

      • Vous avez piqué ma curiosité, alors j’ai un peu (un peu, dis-je) cherché… Et si je n’ai pas trouvé l’article auquel vous faîtes référence, j’ai pu trouver des commentaires où notre auguste hôte exposait son avis sur la question, et, pendant qu’il y était, sur les guerres de pronoms qui animent le net moderne.
        https://unodieuxconnard.com/2015/06/26/six-annees-au-compteur/
        Ctrl+F « 29 juin 2015 à 17:17 » pour trouver le premier commentaire de Monsieur. Il y en a trois, d’ailleurs, donc continuez à descendre si ça vous intéresse.

  3. En voyant l’affiche je me suis dit qu’elle a quand même dérouillé Cher, jusqu’à ce que je réalise qu’il s’agissait de Cate Blanchett. Ouch pour son chirurgien.

  4. Les films Thor se Thorchent avec la mythologie nordique depuis le début, mais je crois que là ils ont atteint des sommets.
    Je vais relever juste deux trois petits trucs.
    Hela n’est pas la fille de Odin mais de Loki. Elle n’a jamais détesté Asgaard. Contrairement à Fenrir qui n’est pas son animal de compagnie mais son frère. Un loup divin donc avec la même intelligence que les dieux pas juste un loup taille xxl.
    Et enfin le Ragnarok n’a rien à voir avec ça.
    La dernière fois que j’ai vu un film chier à ce point sur la mythologie cetait Hercule de Disney. Cela dit vu que Marvel appartient désormais à Disney, y a une certaine logique.

    • Petitr erreur, ce n’est pas disney qui se torche avec la mythologie, mais simplement Marvel ;)
      marvel n’a jamais prétendu respecté la mythologie dans ses comics…

    • Pour soutenir Zephire, je dirais même que la mythologie Marvel est complètement décorrélée de la vraie mythologie nordique. Pour aider à faire passer la pilule, il faut se dire que ce sont simplement de tout autres personnages, qui ont juste des noms qui se ressemblent… En tant qu’amatrice de mythologies en général, ça permet de ne pas (trop) grincer des dents en lisant des Marvel.
      Cela dit, ils ne sont même pas vraiment fidèles à la mythologie Marvel, donc…

      Par contre, je cautionne pour Hercule de Disney. J’ai refusé de le regarder après avoir vu la bande-annonce parce que non, c’était si..faux que ça devenait impossible de le regarder.

    • En meme temps depuis quand les scénaristes américains respect les histoires et mythes des autres ? Leurs chaînes histoire et documentaires ne le font déjà pas alors qu’espère t on au juste ?

      • On peut pas prendre toutes les libertés qu’on veut, quand on écrit un bouquin, qu’on fait un film, etc…, faut toujours respecter à la lettre la ‘vraie’ mythologie ?

    • Je suis désolé de vous rappeler de mauvais souvenirs, mais des films qui se torchent avec la mythologie, il y en a des bien pires qu’Hercule et pas seulement de Marvel: Percy Jackson par exemple ou encore la Colère et le Choc des Gitans laissent du papier hygiènique mythologique fort souillé derrière eux. Et puis, il n’y a pas que la mythologie greco-romaine et nordique qui ai pris un sale coup dans l’affaire, la mythologie biblique a aussi bien souffert avec Noé et Moïse.

  5. En voyant le film sans m’être plus renseigné, j’ai d’abord pensé à Marion COTILLARD en tant qu’Hela tellement ça surjouait et c’était bourré de tics. J’ai du coup rebaptisé le personnage Cotillette!

  6. Très cher odieux, je suis déçu par ce spoil, Si,Si. En plus de tout ce que vous avez dit, ce film contient un « plot hole » de la taille d’un trou noir super-massif et bous ne l’avez même pas indiqué : puisque Hela tire sa force d’asgard, il suffisait que thor face appel a Strange ( genre en envoyant 2-3 éclairs taper à sa porte, le genre de message assez clair) et que ce dernier balance un portail/passage dans la tronche de la déesse pour l’exiler/la faire tomber indéfiniment. Ainsi on éloigne la miss d’asgard et donc de la source de son pouvoir. Et la, soit on la laisse en exil soit on profite de sa faiblesse pour la tartiner.

    • s’il n’y avait que ça comme plot hole… Elle était quoi déjà Sif ? Valkyrie ? les nanas tuées avant la naissance de Thor ? Hem…
      Loki moins fort que Strange ? (relevé par notre cher odieux mais tout autant nawak).
      Thor et les tazer/puce électrique ?
      ce film est un plaisir coupable pour moi, mais n’empêche qu’il est plus troué que du gruyère X)

  7. l’un de ces camarades -> l’un de ses
    Je ne suis pas allé plus loin pour l’instant, j’y retourne!

  8. Hulk combat en armure ? Je me demande bien pourquoi, lui qui résiste sans une égratignure à des obus perforants conçus pour bousiller des tanks, et que le marteau de Thor ne blesse pas.
    Non mais jusqu’où va-t-on descendre…

    • Il est devenu gladiateur, je présume que le gérant de l’arène lui a donné une armure pour le spectacle. Sinon, il y a aussi la réponse facile : « c’est dans le comic »…

  9. Qu’on aime ou pas la mythologie nordique revisité par la Marvel (Comics), le film fini même par déféquer sur le Thor des comics, sur la personnalité même des protagonistes, et le bon sens.
    Mais vu le succès et la satisfaction du grand public devant ce pop corn movie, surfant sur le 2e et 3e degré et le non sens, il faut croire que les producteurs, scénaristes, réalisateurs et acteurs ont tapé juste…
    Ce n’est ni un film mythologique, ni un film de super héros. C’est une comédie parodique king size, dont la balance penche très nettement du côté de la poilade, et qu’il faut prendre comme telle. Il ne faut rien en attendre de plus… comme il ne faut pas plus attendre des spectateurs qui ingurgitent ce genre de bouillie, hilares, en se tenant les côtes.
    Rappelons quand même qu’un des faits majeurs de Taika Waititi – qui en plus de réaliser Thor Ragnarok assurait le rôle de Korg, le tas de caillou neuneu – était d’avoir produit un OVNI cinématographique titré « Vampires en Toute Intimité ». Je suis époustouflé du saut budgétaire assuré par ce brave Taika en si peu de temps.
    De mon côté, j’ai plus eu envie de pleurer que de me poiler devant ce qui représente pour moi un désastre dans le traitement des personnages de mon enfance et de mon adolescence. Fan des comics des années 60 jusqu’au début des 90s, j’aurais apprécié une autre vision.

    • Je sais que tu a Thor de faire ce type de jeu de mots, mais moi ça me fenrir. N’Odin chien,ça me reprend !

      • Les cascades de jeux de mots c’était Freyja des années, mais c’Asgard pas très bien. Ca Tyr vers le pourri maintenant.

  10. « C’est pas que je l’aime, mais c’est un peu comme mon herpès : c’est pas sympa à trimbaler mais ça me rappelle maman. » Juste excellent.

  11. Comme toujours génial mem si j’ai adoré le film xD
    Je me marre toujours autant devant les critiques, a quand des critiques sur les Star Wars ?! :’)

  12. J’ai regardé la bande-annonce en cours de lecture de l’article pour voir si c’était vraiment à ce point. Résultat : je me suis spoilé le spoil… Spoilception!

  13. vous avez oublié le pire passage du film, la course poursuite en vaisseaux en allant à l’anus. Visiblement on peut sauter de vaisseau en vaisseau qu’importe la distance ou la vitesse, piquer les armes aux vaisseaux. C’était encore pire que John Carter.
    Tout ça parce qu’ils ont piqué un baisodrome sans armes plutôt qu’un vaisseau de combat.
    Ce qui nous amène à une autre faille gigantesque du film, cette planète était censée être le trou du cul du monde (anus tout ça) avec tout plein de portail y déversant plein de choses, sans espoir d’en partir. Pourtant ça grouille de vaisseaux qui en sont capables.

  14. Le ménage a été fait lourdement sur les personnages des deux Thor précédents :
    -virées Portman et Dennings et le scientifique, bref les humains
    -virés lady Sif, Frandal, Vostagg, Frigga…. bref les asgardiens
    -Odin on le montre 3 minutes pour le butter

    Bref on garde Loki, Thor et Heimdall, le reste est du sang neuf. En même temps c’est pas plus mal, celui ci est fun à suivre (même si les articulations du scénario reposent sur des deus ex machina et des coïncidences pratiques) contrairement au précédent qui était pénible.

  15. Je ne crois pas en avoir vu la mention dans l’article mais y a aussi une grosse incohérence avec la gestion du temps. Le Maître explique que le temps s’écoule plus rapidement sur sa planète (et qu’il est donc très vieux) ce qui explique la semaine d’écart entre l’arrivée de Loki et celle de Thor.
    Donc en théorie, Thor et son équipe auraient dû revenir à Asgard au moment même où Héla y mettait le pied non ?

    • Et bim! Bien vu!
      Ou au pire, un peu plus tard, à l’inauguration de sa première crotte royale dans les toilettes d’Asgard mais elle n’aurait pas été en position de force.
      Quoiqu’on serait resté dans l’esprit du film…

  16. J’ai été voir le film sans voir les trailers avant et en lisant ce spoil, je viens d’aller visionner les trailers…
    Voir ces spoilers officiels de 2mn avant m’aurait fait économiser la place… c’est vrai que les bandes-annonces sont maintenant des « Que sais-je » de films…

    Bon, je vais enfoncer une porte ouverte… mais on est tous d’accord pour prédire que Loki a piqué le Tesseract (et donc la pierre d’infinité qu’il contient)… c’était tellement subtil ^^
    Est-ce pour cela que Thanos tombe sur eux par « hasard » (non, pas Thierry) ?

    Article très marrant à lire sur ce film « mouais, bof » dont la nullité scénaristique ne surprend plus tant on a déjà eu des précédents qui ont vomi pour pouvoir nous faire du réchauffé..

  17. Bonjour à tous,

    Après avoir vu le film (que j’ai trouvé vraiment plaisant à tous niveaux) lu l’article (j’ai trouvé M. Connard assez peu en forme, cette fois) et feuilleté les commentaires, je me suis posé plusieurs questions.

    Déjà, celle concernant la mythologie nordique. Les avis très tranché de Mme (?) lesnouvelles daenerys, M. Zephire, M ; Thornyque et M. Pleid ne me gênent pas du tout, mais comme le MCU (je parle en tout cas des films dans le cas présent) n’ont jamais cherché à respecter la mythologie nordique, je me demande jusqu’à quel point on peut reprocher au film ses partis pris, notamment concernant le Ragnarok. Paradoxalement, je trouve que l’idée de cet évènement majeur n’est pas maltraité dans ce Thor 3. Au final, l’adversaire, l’inhumain, détruit le monde divin et un nouveau groupe de survivants part reconstruire un nouveau monde. Malgré toutes les très larges latitudes prises avec la saga originelle de Thor, je trouve le parallèle franchement intéressant.
    Evidemment, si on attend une reprise « savante » de la mythologie, une série comme Ameciran Gods est bien plus fidèle dans le traitement des personnages. Mais ici, on nous propose une adaptation très libre (elle-même adaptée des comics), en aucun cas on ne nous présente ce film comme une retranscription des histoires vikings. Est-ce que justement cela n’attiserait pas la curiosité du public, surtout de ceux qui n’y connaissent rien, envers des articles plus « sérieux », voire les histoires des dieux, des géants et de ces formidables personnages mythologiques ? Naturellement, ce film touche un très large public. Mais ainsi, user les images (y compris celles des Disney ou de Marvel) des versions édulcorées permet facilement d’en parler (en tant que prof de langue en Chine, quand je veux parler des contes, je préfère justement utiliser des illustrations bien connues pour aborder la présentation des contes, par exemple des frères Grimm ou de Perrault, voire de divers mythes –Astérix pour les gaulois, par exemple-). Cela a plus de succès et touche plus facilement mes élèves que si je sors une gravure, tapisserie ou peinture, fidèle, mais qui ne va pas faire appel à leurs propres connaissances (souvent limitées en ce qui concerne la culture occidentale).
    Pour ma part, je préfère la mythologie égyptienne. Mais quand je considère des films comme la trilogie la Momie et Gods of Egypt, qui jouent avec les incohérences et parfois beaucoup d’irrespect, je les prends pour ce qu’ils sont : des introductions potentiellement utiles, car pouvant toucher un public qui sinon n’aurait même pas la curiosité de lire un article sur Wikipédia. Je considère donc avec une relative bienveillance de telles adaptations, y compris vidéoludiques, comme la saga des God of War, qui prennent énormément de libertés avec la matériau de base, mais qui ont le mérite d’aborder le sujet de la mythologie.
    Je vais citer l’exemple d’une étudiante chinoise qui, lors d’un exercice sur la présentation de son film préféré, m’a rendu une copie sur la Momie 3 (que je considère comme un fort mauvais film au demeurant et ayant fait du grand n’importe quoi avec la mythologie chinoise). Mais d’un autre point de vue, peu de films ont joué avec ces personnages, lieux et objets historiques, surtout auprès du grand public occidental. Dans ce cas, être si sévère est-il si justifié ? Je me pose honnêtement la question.
    Après tout, chaque mythologie est un ensemble de contes, reracontés par des conteurs, même en leur temps et en leurs contrées. Difficile de s’en tenir à une version en général (je considère par exemple Homère comme un « archiviste » et grand bien lui en a pris !).

    Ensuite, je me suis posé la question de l’adaptation fidèle ou d’une vision du monde et des personnages qui ne respecte pas les comics. Là, je prends l’exemple du commentaire de M. Betonos Le Truel. Je ne connais pas les comics Marvel (les seuls comics que j’ai suivi sont ceux de Top Cow : Witchblade, the Darkness et Fathom –oui, j’adore M. Turner en tant que dessinateur-). Donc je ne peux pas dire « oui c’est fidèle » ou « non, Thor 3 crache sur les comics Marvel ». Mais sur une période d’édition aussi longue (remontant aux années 60, effectivement !) et avec autant d’auteurs et scénaristes qui ont repris l’œuvre originale, Thor et ses comparses sont-ils monolithiques, aussi campés ? Il m’est arrivé de feuilleté certains comics, y compris de Thor, et je dois bien avouer que j’ai été complètement paumé (entre les Thors aliens, féminins, venant d’autres dimensions ou d’autres univers…).
    Par ailleurs, les acteurs campant les rôles principaux ont déjà de nombreuses adaptations à leur actif. Dans ce 3ème film de la saga Thor, les acteurs ont apparemment été laissés très libres dans leur jeu. De plus, plusieurs, comme M. Hemsworth ou M. Hiddleston, en avaient apparemment assez de jouer un rôle qui n’évoluait pas et ont pris les décisions de changer assez radicalement la donne, tout en continuant évidemment d’incarner leurs personnages respectifs. Jusqu’à quel point peuvent-ils ainsi être libres de les modifier, alors que ce sont eux qui les représentent à l’écran ?

    Oui, le film tape largement dans la comédie et l’humour est assez potache. On aime ou on n’aime pas. Personnellement, la sauce a tout à fait prise avec moi (tant mieux, je préfère voir un film qui me plaît plutôt qu’être déçu, j’ajouterai). Est-ce de la trahison pour autant ? Franchement, j’aurai beaucoup de mal à trancher…

    • En ce qui me concerne je n’accorde que peu d’importance au respect des mythes (particulièrement dû au fait qu’il y a des dizaines de versions de chaque et qu’on est donc de toute façon obligé d’en trahir une, et que ceux ci étant rarement porteur de message il n’y a pas une vision d’auteur à respecter) mais pour Thor Ragnarok je déplore non pas le manque de respect de la mythologie en général mais simplement, je ne vois pas comment le Ragnarok peut avoir été pensé comme une comédie potache, c’est juste passer à côté de l’événement le plus épique et tragique de la mythologie scandinave et probablement de toutes les mythologies confondus et c’est cruellement manqué d’ambition que d’en faire une comédie en appliquant la même recette que marvel emploie depuis des années, c’était l’occasion de faire un film sérieux et mature, ils ont loupés le coche en beauté.

      • Je ne suis pas tant d’accord avec vous sur l’absence de sérieux, M. Niels. J’admets tout à fait que le ton du film soit généralement volontairement absolument en décalage avec l’aspect absolument dramatique de la fin des temps (la fin d’une ère, je devrais plutôt écrire). Mais je trouve qu’un certain nombre d’éléments sont franchement judicieusement utilisés : dans l’introduction, il est clair que Thor passe son temps à tout faire pour empêcher l’évènement de se produire (au risque en fait d’en causer l’origine) et par ailleurs, il reproche clairement à Loki son indifférence la plus totale (amusant retournement de situation, là où Loki est normalement le personnage déclencheur). Ensuite, les scènes avec Odin, bien que courtes, me paraissent toucher juste avec le personnage du dieu borgne qui connaît l’avenir et sait qu’il ne peut plus l’empêcher. Par ailleurs, si pratiquement tous les personnages en prennent pour leur grade, Heimdall et Hela sont les seuls à apparaître sérieux et dramatiques, donc à trancher avec des personnages plutôt comiques. Enfin, toute la scène finale est finalement désespérée, malgré la grande puissance des personnages : ils ne peuvent rien faire pour empêcher Asgard d’être dominé ou conquis et ne peuvent pas détrôner Hela. Ils doivent même réaliser la prophétie en accordant à Surtr la pleine possession de ses moyens/pouvoirs, afin justement de détruire leur monde et de provoquer l’exode des survivants (pas nombreux d’ailleurs, le fait qu’il ne reste aucun combattant rappelle que tous les défenseurs se sont faits éliminés).
        Du coup, le ton régulièrement comique et léger n’est pour moi certainement pas incompatible avec le fond, bien plus sombre et dramatique, je trouve même que la dérision est une approche bien pensé face au désespoir. Généralement, dans la plupart des films hollywoodiens, on aurait le « sidekick rigolo » (oui, le personnage stupide et insupportable lambda) qui collerait aux basques du héros, qui lui, réagirait avec toute la tristesse du monde. Ou, alors, une approche façon DC, avec un ensemble ultra sombre, dénué (pratiquement) d’humour et dramatique, façon un peu jusqu’au-boutiste. Marvel a depuis le début joué la carte de la légèreté, donc s’ils avaient fait un virage à 180°, on n’aurait justement plus du tout retrouvé les personnages et le ton qui a été décidé depuis l’origine.
        Là, dans ce cas, je trouve que les personnages, qui en prennent tous plein la tronche, apparaissent finalement bien humains, mais leur fragilité est contrebalancée avec leur devoir de surpuissance et de sauver le(ur) monde.
        Ce qu’il y a, c’est que la sensibilité de chaque spectateur va réagir différemment face au ton du film, et que l’alchimie qui a marché pour moi ne fonctionnera pas envers tout le monde.

        Par ailleurs, je conseille l’Après Séance du Fossoyeur de Film sur ce Thor : Ragnarok, pour une critique diamétralement opposée à celle de M. Connard.

        PS : J’avais adoré le commentaire du maître des lieux à propos de je ne sais plus quel film (Lucy, si ma mémoire est bonne) : « le Fossoyeur serait capable d’en faire une critique objective, le bougre ».

    • Le problème de l’humour potache omni-présent, c’est que j’ai eu davantage l’impression de voir Hercule que Thor (chacun de Marvel, bien sûr, comparons ce qui est comparable).
      Et je trouve que Loki était mieux exploité dans le 2.

  18. Mr Odieux Connard, je suis curieux et songeur depuis un moment..
    Ferez vous une critique de la trilogie SdA ?
    Je me demande ce que votre plume assassine pourrais trouver a dire sur cette trilogie fort sympathique

      • Faisons les choses dans l’ordre. Cela fait un moment que odieux a sous-entendu qu’il pourrait s’attaquer la trilogie originale de Star Wars. Honneur aux anciens je vous prie

      • Le Saigneur des Anaux, SdA pour les connaisseurs, une trilogie ayant connu un certain succès d’estime dans le cercle du double fistfucking avant qu’il n’éclate lors de la sortie de sa préquel.

      • Y’a bien des choses à dire sur l’ancienne trilogie star wars qui a autant d’incohérences que les blockbuster actuels. Pour le SDA y’a aussi des trucs à dire mais franchement pas de quoi faire un article à mon sens et ce serait plus du chipotage qu’autre chose, et puis il l’a déjà fait d’une certaine manière avec son article : le mot de Sauron

  19. J’ai acheté, à le place, le comics Planète Hulk, dont on peut trouver, en cherchant bien, quelques traces d’ADN irradiés par les rayons disney (Hulk en armure, Korg…) et je l’ai adoré.
    Et avec ce spoil du film, Ô Notre Odieux qui êtes au cieux, vous me rassurez dans mon choix. Mais, Sieur Connard, je m’étonne qu’avec votre minutie,je n’ai point vue, mais c’est peut-être moi qu’y n’est point lu avec assez de concentration vos spoil, que Heimdal, joué par un acteur noir, alors que selon l’Edda de Snorri, est surnommé l’Ase Blanc, n’est)ce pas fort cocasse ?

    • Idriss Elba joue aussi le Gunslinger dans l’adaptation de La Tour Sombre qui vient de sortir. Dans le livre, le Gunslinger est décrit comme blanc et « Old, Long, Tall and Ugly ». Je crois qu’on est tous d’accord que Idris Elba est loin d’être Old, Ugly ou blanc mais il y est très convaincant.

      • Barbibulle, ne crois-tu pas que nous devrions totalement changer d’état d’esprit? l’Acteur de cinéma, dans l’absolu doit-être capable de jouer différents personnages avec leurs traits de caractères tous ça tous ça, peut un importe son origine ethnique, ou bien ça couleur de peau.
        Pourquoi pas un jour, un « James Bond » joué par un acteur noir, et inversement un « flic à Beverly Hills » joué par acteur blanc, sans effets de maquillage rien, ni de langages caricaturaux.
        Je m’aperçois qu’il n’y a pas beaucoup de personnages célèbres à la peau sombre dans les fictions cinématographiques, à part les innombrables « faire valoir », et autres « premiers tué » dans les films d’action et de suspens.

      • @ Thor Niôle:
        Doucement quand même, il y a des frontières à ne pas dépasser. Ça a déjà été fait récemment et ça s’appelait Ghost in the Shell avec Scarlett Johanson, bouse qui m’a forcé à présenter à ma femme la vraie version originale alors qu’elle déteste les animés japonais (elle a quand même dit qu’elle comprenait pourquoi j’avais l’air furax à la fin de la resucée américaine).

    • J’aurais aimé dans ce une énième référence à planète hulk en ajoutant une grosse cicatrice au visage de hulk, ce qui, en plus de donner à spéculer concernant les conditions de sa capture, aurait justifié de l’affubler du nom d’arène de « balafre verte ».
      Concernant le film lui même: trop de blague tue la blague.
      Par contre, je constate que Disney a enfin remplacé le gars qui s’occupait du contraste en post prod.
      Les séquences épiques sont enfin épiques(je pense aux plans « Dieu-Tonnerre ») et sont d’autant plus appréciables qu’elles offrent une pause dans l’humour.

  20. éparpillé façon puzzle , le scénario ! des plagiats et des bouts d’histoires ! le tout décousu et arrangé à la va comme j’ te pousse !
    on sent chez l’Odieux Connard de la lassitude , et même une sorte de désespoir !
    et franchement il y a de quoi .

  21. Cher Odieux je suis déçu, j’avais espéré un titre du genre « Thor: Ragnagna » vous qui mettez tant d’énergie à lutter contre l’écriture inclusive…
    Très bon spoil au demeurant.

  22. Gogole ne devrait pas exister comme insulte, tout comme autiste ou autre « problèmes » mentaux ou génétiques. Les Français ont arrêté d’employer les nationalités ou religions comme insultes parce que c’était raciste, il serait peut-être temps d’arrêter avec mongoliens, triso, autiste, schizo etc ? C’est assez marrant de lire ces personnes « ouvertes » mais qui continuent d’utiliser cette insulte si facile et de faire ce rapprochement stupide : gogole = Q.I. très faible. Les porteurs de trisomie 21 vous remercient pour cet amalgame qui leur colle à la peau depuis toujours et qui permet un eugénisme décomplexé dès qu’on a un chromosome en plus.

      • C’est beau ce nouveau point Godwin. Vous ne cherchez même pas à comprendre ou à lire ce que je dis. Il suffit que je dise que « gogole est un terme malheureux et si vous en connaissiez la signification vous ne l’emploieriez peut-être pas » pour être taxé de SJW immédiatement. Elle doit être facile votre vie dans laquelle dès qu’on vous fait remarquer une chose avec laquelle vous n’êtes pas d’accord vous déclarez immédiatement que votre interlocuteur (ou interlocutrice, hein) est un SJW qui ne comprend rien à la tolérance etc.

    • Gogol était un artiste russe un peu excentrique, les moqueries à son égard ayant littéralement créé cette expression ! Vous devriez avoir honte de le salir, lui et les personnes vulnérables toutes confondues.

  23. il paraît que Gogol aurait été enterré vivant ! ça doit être une horrible épreuve .
    presque à égalité avec la souffrance sans cesse recommencée induite par les arguments du chœur des pleureuses , politiquement correctes, épouvantées par leur ombre et leurs pets ! toujours à classifier , interdire , afficher de beaux sentiments , chercher la petite bête : quel ennui !
    j’ai beau fermer les écoutilles , détourner le regard , il faut sans cesse que je les croise , eux , leur autoritarisme , leur intolérance , leurs leçons de morale et tutti quanti !
    gâtés pourris , intolérants ( oui : parfaitement ) , des petits vieux moisis et moralisateurs , les SJW !
    comme ils vont souffrir , les pauvres biquets , s’il se produit un vrai et méchant clash .
    j’en sanglote à l’avance .

    • C’est beau ce nouveau point Godwin. Vous ne cherchez même pas à comprendre ou à lire ce que je dis. Il suffit que je dise que « gogole est un terme malheureux et si vous en connaissiez la signification vous ne l’emploieriez peut-être pas » pour être taxé de SJW immédiatement. Elle doit être facile votre vie dans laquelle dès qu’on vous fait remarquer une chose avec laquelle vous n’êtes pas d’accord vous déclarez immédiatement que votre interlocuteur (ou interlocutrice, hein) est un SJW qui ne comprend rien à la tolérance etc.

      • C’est beau ce nouveau contrepoint copier/coller. Vous ne cherchez même pas à comprendre ou à lire ce qui est dit, vous recopiez bêtement un texte de pisse-froid générique pour tous ceux qui ont eu le malheur de vous répondre. Elle doit être facile votre vie dans laquelle dès qu’on vous fait remarquer une chose avec laquelle vous n’êtes pas d’accord vous faites un copier/coller sur votre « nouveau point Godwin » et déclarez immédiatement que votre interlocuteur/e/es/ions/ent ne comprend rien à la tolérance etc.

      • @Frank Stephens :
        vous seriez surpris d’apprendre à quel point ma vie a été ( et est encore ) le contraire d’un fleuve tranquille ! quelles que soient les circonstances , je me suis fait un point d’honneur d’éviter deux écueils majeurs : la haine et les pleurnicheries !
        bien au contraire , j’ai trouvé dans l’amour des autres et pour les autres un remède . je ne parle pas de sexe : la tolérance ne s’exerce pas que dans les lupanars !
        tolérante je suis donc . ( même si j’aime bien faire un peu de cinéma/ genre grosse colère , de temps à autre )
        si les gens s’amusent avec des plaisanteries rabelaisiennes , fussent-elles de mauvais goût : soit ! il m’arrive souvent d’en rire aussi ! même si elles évoquent les origines ou l’état mental du quidam en question . et le quidam peut être moi je m’en tape !
        et rien ne me fait plus de peine que ces nouveaux taliban qui chouinent pour un oui pour un non , qui ne sont plus foutus de distinguer un mâle d’une femelle , avec leurs trans-cis-genre , leurs expressions inclusives , leur novlangue qui bannit tout propos subversif , leur combat ridicule contre le manspreading ( un comble : le mâle est invité à s’asseoir dans le bus les genoux bien serrés / et aussi le petit doigt en l’air comme s’il prenait un thé chez la baronne ? ) , leur misandrie ( aussi bête que le machisme mais en moins drôle ) etc etc .
        pour moi , voyez-vous , la parité est une insulte faite aux femmes qui représentent la moitié de l’humanité . si une nana préfère élever ses enfants , faire des confitures et accueillir son cher et tendre le soir en lui faisant couler un bain ( pas façon Guantanamo , hein ! ) : grand bien lui fasse ! rien ne l’oblige à user ses jeans sur les bancs du palais Bourbon ou autre !
        surtout si c’est pour n’y dire et faire ( à l’instar de nombre de ses collègues masculins ) que des inepties !
        chacun son rôle , ça n’enlève rien au mérite .
        beaucoup de moutons de Panurge se sont laissé farcir le crâne avec ces idées ( qui sont devenues des obligations ) par peur de ne pas être raccord !
        si on ajoute la bouffe new âge , la haine de la bagnole , le futur fait de petits jobs mal payés :
        on dirige habilement les gogos vers le carton sur le trottoir et la tournée des poubelles !
        ah que la vie sera belle et simple !
        un peu rude mais la conscience pure et tranquille . fi des débordements langagiers .
        un bonheur insoutenable dans un monde libéré des contingences matérielles et ou le rire est banni .

  24. « Ce je ne sais quoi que d’autres non pas ? »
    Mes yeux !!!

    Sinon, le retour de Loki sous la forme d’Odin, on l’avait vu à la fin de Thor 2. On ne sait pas comment, mais en principe on sait dès le début de Ragnarok que Loki est bien vivant et qu’il usurpe le trône.

    • Pour le savoir il faut rester pour les scènes post-générique hors les spectateurs en salle se barrent dès que le film se coupe.
      Bon… on va dire que celles de ce film là n’apportent pas grand chose mais seront probablement pompées pour les films suivants comme celle avec Strange…

  25. Ceux qui pleurent sur la mythologie pourront peut-être me dire :
    c’est normal une fresque de dieux nordiques avec des auréoles autour de la tête à la mode des saints chrétiens ?
    je n’ai pas une connaissance suffisante du monde nordique, mais ça sent le télescopage culturel…

    • Du tout, c’est vrai que ça peut prêter à confusion mais ce n’est qu’une simple illustration de l’intelligence qui s’évapore.

  26. Cate Blanchett était pas mal, elle me rappelait un peu Galadriel. Sinon Taika Waititi est toujours drôle, mais on ne peut pas faire de miracles quand on travaille avec un univers aussi débile que celui de Marvel…

  27. j’avais vu le 1er Thor et déjà je n’avais pas aimé, mais cela ne s’arrange pas avec les numéros… ça fait peur

  28. Vous savez pourquoi a la fin, Thor a dit Surtur de tuer sa soeur Hela?
    Parce que… tue-la, tue-la, Hela, Helaaaa, tutu, tutututtu tutututut Hela Helaaaa
    Ok je sors. N’empeche que la bande son electronique fait vachement 80s donc je n’ai pas pu m’en empecher

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s