L’ire ensemble – Grey – Épisode 8

Que devient Christian Grey ?

En voici, une excellente question. Heureusement, après avoir passé des semaines dans une cuve à bacta pour me remettre des horreurs croisées en ces pages (et salles obscures), c’est équipé de ma combinaison contre les risques chimiques et de mon masque de soudeur que je me penche à nouveau sur Grey, avec le secret espoir de survivre jusqu’à la fin de l’ouvrage.

Il est donc temps de revenir sur l’épisode précédent.

Christian Grey a été invité à venir manger chez ses parents accompagné d’Anastasia. Hélas, pris d’une crise de priapisme au beau milieu du repas, il décide que la maison familiale est l’endroit idéal pour violer Anastasia.

Souvenez-vous, nous apprenions à la fin du précédent passage que « les ténèbres [gagnaient] ses entrailles« . Alors, est-ce le dessert qui ne passe pas ? Les effets maléfiques du café qui rentre en action ? Et surtout, Christian va-t-il nous faire le récit de ce qu’il se passe quand on essaie de faire l’amour en étant super ballonné ? Autant de suspens, je n’en puis plus ! Vite, Diego, mon tisonnier : j’ai encore 50 pages à tourner !

Lisons, mes bons !


Je suis sûr que ça vous avait manqué. Avouez, bande de petits pervers.

Accroche-toi, fier Diego, car nous reprenons dans le feu de l’action, alors que Christian explique à Ana que bon, là, c’est l’heure de la fessée. Je m’en fous qu’il soit une heure du mat’, nom d’une pipe, c’est l’heure de la fessée je te dis. Regarde, c’est marqué sur ma Flik Flak. Ana grommelle, parce que bon, c’est pas commun un mec qui a effectivement « fessée » marqué sur sa Flik Flak mais bon, qui est-elle pour contredire les horlogers suisses ? Elle tend donc son cucu, prêt à ce qu’il reçoive son châtiment.

– Je veux voir ton visage pendant que je te claque les fesses, Anastasia.

Christian a visiblement séché les cours de SVT au collège et n’a pas une idée bien précise de l’endroit où se situe la têtête par rapport au cucu. De là, soit Anastasia aime tellement avoir mal qu’elle va se déboîter le cou en plus des fesses, soit nous allons avoir le droit à une scène où Christian réalise après quinze minutes qu’il ignore de quel côté il est en train de frapper. Seul le moment où il verra un rectum se mordre sensuellement les bords lui indiquera qu’apparemment, oups, désolé, c’était tes joues.

Après avoir joué ce petit jeu un moment, Christian sent sa part de noirceur remonter en lui.

Alors que je reprends peu à peu mes esprits, je repousse l’étrange émotion qui me gagne. Ce ne sont pas les ténèbres, mais autre chose qui enfle et qui m’effraie. Une chose que je ne comprends pas.

Définitivement, Christian a séché l’ensemble de ses cours d’anatomie. Il est en train de découvrir sa kikounette « qui enfle et qui [l’]effraie« . En même temps, s’il mettait un slip, ça lui arriverait moins souvent, mais passons. Car la nuit s’écoule, et au petit matin, Christian découvre le corps nu d’Anastasia à ses côtés.

J’ai envie d’une baise matinale – mon corps y est plus que disposé -, mais elle est comateuse et sans doute courbatue. Mieux vaut la laisser dormir.

Notez que l’idée lui a quand même traversé l’esprit. J’espère qu’Anastasia ne finira jamais à l’hôpital avec Christian à proximité.

« Monsieur Grey ? Votre amie Anastasia a eu un accident. Elle est dans le coma.
– Hmmm… vous voulez dire que je ne peux pas la baiser, c’est ça ?
– Que… pardon ? 
– Nan mais je dis ça, c’est parce que j’ai mes ténèbres qui sont toutes enflées, là.
– Sécurité ? Sécuritééé ? »

Christian n’ayant personne avec qui coucher, se retrouve donc – du moins je le suppose, le livre n’est pas clair – à avoir des relations sexuelles avec la commode faute de mieux. Une fois le meuble souillé, il peut se mettre au travail, travail qui consiste, je le rappelle depuis le début du livre, à donner des ordres incohérents au téléphone, mais sur un ton autoritaire, comme ça, ça fait mec qui sait ce qu’il fait. Cela dit, sitôt qu’Anastasia fait mine d’enfin se lever et donc a l’air d’être une cible potentielle pour des relations sexuelles sans carte de membre de l’amicale des nécrophiles de Melun, Christian repasse à l’attaque. Un câlin ici, une main là, et Ana explique qu’elle referait bien un petit truc coquin de bon matin.

– J’espère que tu es prête, lui dis-je d’un ton menaçant

La classe : on dirait que Christian est en train de s’apprêter à envahir la Pologne, et non à faire l’amour. Mesdames, n’oubliez pas dans ces cas-là de vous exclamer après l’acte « Hé bien, quelle guerre éclair…« . Avec un peu de bol, le malandrin partira en pleurnichant pour se suicider dans son bunker. Mais passons. Car justement, moins de deux paragraphes plus tard, Christian a déjà fini. Mais vous imaginez bien que ce temps a été suffisant pour qu’Ana jouisse environ treize fois. Vu son hypersensibilité sur la question, je pense qu’elle a des terminaisons nerveuses jusque dans les cheveux. La dernière fois qu’elle a mis un serre-tête, tout le quartier l’a entendue.

Maintenant que Chrichri et Ana ont bien démarré la journée, pardonnez les détails, mais il est temps pour Christian de battre en retraite.

Je me retire abruptement : elle grimace.
– Ça t’a fait mal ?
– Un peu, répond-elle avec un sourire timide.
– J’aime bien que tu aies mal. Ça te rappelle que je suis passé par là, moi et personne d’autre.

Le. Fuck.

Christian, tu confonds ton kiki avec un fer rouge. Alors je sais, les deux sont souvent chauds bouillants et finissent régulièrement dans des vaches, mais tes problèmes de zoophilie ne nous regardent pas. Enfin Christian, sache qu’il existe d’autres choses que la douleur pour se souvenir de trucs. Le savais-tu : Jésus ne s’est pas fait clouer sur une croix en disant « Je fais ça, c’est pour pas oublier que j’ai laissé le linge à sécher ; si j’ai pas des clous dans les mains, j’oublie. ». Résultat, on a laissé Jésus à sécher et 2 000 ans plus tard, on mange son corps transformé en biscuits. Alors déconne pas Christian. Dans 2 000 ans, je n’ai pas envie qu’il existe une Église de Grey, avec des croyants qui se trimbalent avec une kikoute dorée en médaillon.

Heureusement, Christian poursuit sur sa lancée de belles pensées, par exemple quand il discute avec Ana du fait que Christian est sombre et mystérieux.

Mon Dieu. Ana, contrairement à toi, j’ai un passé.

Car c’est bien connu : tout ce qui n’est pas lui n’a aucune histoire. Il est l’être le plus complexe de l’univers, le plus en souffrance, le seul qui mérite la reconnaissance de… je… ho bon sang. Avec un profil pareil, Christian est à deux doigts d’ouvrir un Tumblr ! Diego, vite ! Mon Mauser et mes balles en argent, je dois immédiatement arrêter cela ! Je m’adresse aux rôlistes de la salle : vous vous souvenez de ces parties avec ce joueur dans un coin, tout de noir vêtu, qui joue un assassin mystérieux qui ne parle pas pour soigner son aura ? Mais si, vous savez, celui qui attend secrètement qu’on vienne le supplier de révéler son obscur et douloureux passé ? Et à qui au final, personne n’adresse la parole parce que tout le monde s’en fout ?

Voilà. C’est Christian Grey. En réalité, je suis sûr qu’il a un peu de bide, un bouc, un t-shirt « Imperium first » et que ses boules de geisha sont en réalité des D20.

Raison de plus quelques lignes plus loin pour Anastasia d’avouer qu’elle le trouve « bizarre« .

Oui, elle ne remarque ça que maintenant. Je ne sais pas ma petite Ana, tu n’as pas tiqué quand il a proposé de te faire signer un contrat où il se réservait le droit de te violer ? Tu ne le trouves bizarre que maintenant ? Ana, ma petite, la dernière fois que j’ai vu quelqu’un avec autant de ping, c’était sur Half-Life premier du nom.

Mais assez de références geeks, et voyons comment Christian y répond.

Ana, bébé, « Bizarre » est mon deuxième prénom.

Le premier étant « Slip de feu« , rappelons-le. Christian n’est qu’un alias pour l’administration qui a refusé de lui ouvrir un compte bancaire au nom de « Slip de feu Bizarre Grey« .

Mais soit.

La matinée se termine, et Christian a du travail. Il en va de même pour Anastasia, qui doit prendre l’avion pour raison professionnelle. Sitôt la belle partie, Christian demande donc à ses équipes de tracer Ana, des fois qu’elle ait deux minutes de liberté, ce qui serait intolérable. Il veut savoir quel avion elle va prendre et à quelle heure, car rien ne doit lui échapper. Rien. À part peut-être ces petits bouts roses et mous qui sortent par son nez de temps à autre et ressemblent à des bouts de cerveau. Hihihi, c’est bizarre. Ah non, ça c’est son second prénom. Merde. Bon, ben voilà, il s’est égaré dans ses pensées, et moi avec. Poursuivons.

Car bientôt, Christian apprend quel avion Anastasia doit prendre : il ordonne aussitôt que sa compagnie la surclasse, et achète toutes les places alentours pour que PERSONNE ne puisse entrer en contact avec elle. Ah oui ? Et les pilotes, mon petit Christian ? Ce ne sont pas forcément des femmes, tu sais, et ils seront sur le même avion. Alors ? Tu fais quoi ? Tu les fais tuer d’un coup de…

Ho bon sang. Je viens de comprendre pourquoi il y a toutes ces mesures de sécurité sur les vols aux Etats-Unis : le 11 septembre n’était qu’une couverture ; en réalité, ils essaient d’éviter Christian Grey !

La chose entendue, et le soir venu, voici qu’Anastasia écrit à Christian pour lui dire que sa journée s’est bien passée. Ils papotent, et brièvement, abordent – étonnamment – la question du sexe et de notre jouvencelle qui n’a pas d’expérience prononcée dans le domaine. Christian tient à être clair sur le sujet, par mail :

Je suis ravi que tu n’aies qu’une expérience limitée. Elle restera d’ailleurs limitée – à moi.

Au début, il avait ajouté « Parce que si tu décides de partir pour un autre homme ou d’avoir une vie, je te retrouve, je te strangule et je coule ton corps dans le béton, mais pas avant d’avoir couché encore un peu avec, tu me connais.« . Et puis finalement, il a retiré tout ça, parce que sa menace de mort marchait quand même sans. Et donc, Ana qui reçoit par mail ce genre de trucs ne réagit pas. Elle a un diplôme de Lettres, certes, mais à mon avis dans son cas, elle a juste appris à lécher l’enveloppe.

Ce qui expliquerait à peu près tous les passages érotiques de ce livre, notez. Il faut que je me renseigne.

En tout cas, un peu plus tard, Anastasia a bel et bien un avion à prendre. Et s’y retrouve surclassée… elle a donc le droit au minibar et à un massage, ce pourquoi elle remercie Christian via un énième mail relou. À la lecture de cette information, Christian devient tout fou. Comme à chaque fois qu’il devient tout fou, il pousse de grands cris, bat son bureau de ses petits poings, consulte sa Flik Flak pour voir si c’est l’heure de la fessée, et n’ayant personne d’autre sous la main, se frappe les fesses nues en chantant l’intégrale de Calogero.

« Vous êtes sûr que tout va bien ? » demande le reste de la salle de réunion pendant que Christian entonne Face à la mer en exposant sa lune qui se couche sur l’océan.

Mais je m’égare. Car oui, Christian est tout fou : UN MASSAGE ? Elle a eu un massage ? Il a payé pour qu’elle ait tout le confort et elle en a profité pour se faire masser ? Espèce de truie pourpre, tu vas le payer ! Pendant que Christian commande un lot complet de missiles Stingers pour abattre tout ce qui ressemble à un avion contenant un masseur, il apprend que oui, c’est bien un homme qui a massé Anastasia.

C’est donc tout en criant à tue-tête En apesanteur que Christian lui écrit qu’il est « fou de rage« .

Moi j’aurais dit « complètement con« , mais vous savez, les points de vue, hein.

L’inquiétude m’oppresse. J’avale une nouvelle gorgée et m’installe au piano.

Et comme mon lectorat le sait à présent, il a beau faire son poète maudit, tout le monde sait bien qu’il ne sait jouer que « La bite à Dudule« .

Le matin suivant, le soleil se lève sur un monde de guimauve. Car Anastasia envoie un long mail disant qu’elle a très envie que ça marche avec Christian, et Christian essaie de la rassurer en retour, même s’il explique qu’il aime bien lui fouetter l’arrière-train quand même, hein, bon hé. Résultats, les intitulés de mails se dégradent peu à peu jusqu’à ce que Christian en envoie un intitulé « Ton cul« , ce qui sera du meilleur effet quand Anastasia souhaitera ouvrir sa boîte mail en présence d’un inconnu (et ne me dites pas que ça n’arrive jamais).

Et je n’ai bien sûr pas parlé de la classe de la chose, qui suinte à peu près autant que l’objet évoqué dans ledit intitulé.

Christian n’ayant pas eu ses 22 000 érections quotidiennes, il est donc bien évidemment tout gonflé du corps caverneux rien qu’à écrire ces mots.

À ce souvenir, je sens mon sexe se tendre.

Et quelques mails plus tard.

Ses mots se propagent directement jusqu’à ma queue, sonnant le branle-bas général.

C’est incroyable. Ce mec est tout le temps en train d’avoir des redirections sanguines aléatoires. Ça doit être gênant au quotidien, surtout quand on porte des costumes, nom de nom. Alors deux options mon Christian : soit tu es monté comme un enfant de 2 ans et ça ne se voit pas, soit à force d’avoir un truc rigide entre les jambes, je ne sais pas moi, fais un truc ; agrippe-le et va jouer au Quidditch. En plus tu verras, il y a des cognards, tu vas adorer.

Même si bon : voler au-dessus de Poudlard en agrippant son zboub, c’est probablement un coup à faire perdre 5 points à Gryffondor.

Après des pages et des pages de mails sans intérêt qui permettent à l’auteur d’épaissir le livre (oui, car à chaque mail, vous avez une demie-page de « De : … À : … Date :…  Heure : … Objet : …« , etc), voici qu’enfin, nous voyons la lumière au bout du tunnel. Ne croyez pas pour autant que ça s’améliore : je vous rappelle de quel livre nous parlons.

Car ce soir, pendant qu’Ana est en vadrouille, lui ne se prive pas pour aller dîner avec Elena, la pédophile qui l’a initié au sexe (je vous ai déjà dit combien ce livre était sain et de bon goût ?). Après avoir glissé des glaçons dans son vin, comme le veut son excellent goût qui lui vaudrait le peloton d’exécution s’il venait à poser le pied en France, et entre deux tentatives d’offrandes de bonbons et de covoiturage en camionnette de la part d’Elena (elle est la fondatrice du site Baballscar,  covoiturage, jeux amusants et location de camionnettes), la bougresse se montre surtout intéressée par la rumeur qui dit que Chrichri aurait une nouvelle soumise dans sa vie.

Christian s’épanche alors pour dire que oui, mais non, parce qu’elle n’a pas encore signé le contrat, et tout, et que du coup, c’est pas encore une soumise, mais que rien que de penser à elle, Gryffondor vient encore de se taper 5 points de sanction, bon. Elena ne comprend pas vraiment cette histoire de Gryffondor, mais lui recommande d’aller rapidement convaincre la bougresse de se rendre à ses arguments. Et donc, de lui rendre visite là où elle est en ce moment, à savoir de l’autre côté du pays.

Il n’en faut pas plus pour que des bulles de guimauve se forment à la surface de l’âme café au lait de Christian : merci, belle amie ! Qui de mieux qu’une pédophile pour avoir des conseils de drague ? Christian a tout appris d’elle : comment jouer le mystère, comment impressionner avec sa voiture, comment faire disparaître un corps et un cartable Spiderman...

Bref.

Le damoiseau approuve, et demande à ce que son jet privé soit prêt à partir pour l’autre bout du pays. Guidé par le compas enchanté qu’est sa constante turgescence, il s’en va donc retrouver Ana, avec une maigre excuse de travail pour faire bonne figure devant ses employés (« J’ai un truc à voir. Mais si, vous savez, dans ce bled paumé où il y a ma meuf. Et si je peux y aller seul… mais siiii, c’est pour le travail ! Quoi ? Comment ça « Si je pouvais arrêter de bander quand je parle ? » Quel touprout ! Pardon, toupet. Hé, ho, ça va hein ! Quand on a eu son éducation par une pédophile, on a des tics de langage, aussi, spamafote. »)

Son jet privé s’envole, et à bord, l’auteur arrive même à nous caler la marque de l’eau que boit Christian, car on ne fait jamais assez de publicité. Et bientôt, il se pose non loin de là où Ana se trouve, sans savoir que le plus gros psychopathe du pays est en route…

Alors, Ana va-t-elle l’aider à retrouver des sous-vêtements normaux au lieu du cirque Pinder qui lui sert de slip ? Christian va-t-il lui offrir un cartable Spiderman pour lui faire passer un message ? Et surtout, va-t-il découvrir qu’il a beau vider les avions, il y a des hommes partout, dans les rues, les bars, les hôtels, partout autour d’Ana, que c’est une véritable invasion ?

Le mystère est total. Vivement le prochain épisode, alors !

Ah ? Attendez, j’ai écrit « Vivement » ?

Oubliez.

56 réponses à “L’ire ensemble – Grey – Épisode 8

  1. Pingback: L’ire ensemble – Grey -Épisode 7 | Le blog d'un odieux connard·

    • Oui, mais l’étude sans fin de cet étron pâle, sans saveur ni relief fini par lasser je trouve . . . Cher Odieux, sortez vite votre pelle et allez nous retourner quelques déjections bien fraîches dans la plaine infinie des bouses cinématographiques S.V.P ! ! !

  2. Oh que si, vivement ! Vos efforts seront largement récompensés, cher Odieux (je peux vous appeler Odieux?), vos lecteurs sont des gens de bon goût après tout !
    Plus ça avance, plus on se demande ce qu’avait dans la tête la personne qui a écrit ça… Ah oui j’oubliais, fanfic de Twilight, toussa toussa…
    Quoi qu’il en soit, bon courage pour la fin de ce… truc !

    • nan mais rien que le pitch de départ : un milliardaire tombe sous le charme d’une étudiante .. ça sent le roman photo de Bravo Girl a plein nez …

  3. Très bon billet ! Que de courage dans cette lecture.

    J’aimerais tout de même attirer votre attention sur le fait qu’au passage où Christian apprend qu’Ana a eu un massage à bord de l’avion qu’il y a deux paragraphes à la suite qui se font échos. M’est avis que vous avez hésiter entre plusieurs formulations et que vous avez oublié d’effacer le paragraphe qui n’avait pas votre préférence.

    Bien à vous.

  4. « La mâtinée se termine » …
    et dans le Larousse : mâtiner verbe transitif : En parlant d’un chien, couvrir une femelle de race supérieure ou différente.

    ça se tient

  5. Une petite erreur ici ?

    « Pendant que Christian commande un lot complet de missiles Stingers pour abattre tout ce qui ressemble à un avion contenant un masseur, il apprend que oui, c’est bien un homme qui a massé Anastasia.

    Christian devient tout fou : UN MASSAGE ? C’est quoi ce bordel ? Dites ? Hein ? Pendant qu’il passe commande pour acheter des missiles Stinger et abattre tout avion contenant un masseur, il s’insurge : qui l’a massée ? Ana avoue : un homme. »

    • La vraie erreur est dans le choix du missile, inefficace sur une cible évoluant à l’altitude d’un avion de ligne. J’en sais quelque chose.

  6. Mille merci pour votre sacrifice, oserai-je vous parler d’un film sorti au cinéma récemment dans l’espoir que vous en fassiez la critique : POWER RANGER THE MOVIE *explosion*

    • Etant fan de la serie power rangers, je tiens a signaler que ce film est une  » version dark » ( genre pullulant un peu trop, je l’avoue) essayant de briser les codes de la serie, notamment ceux qui etaienr les plus critiquables. Le resultat rend plutot bien, les fans et ceux qui n’y connaissent rien y trouvent leur compte. ( d’ailleurs, a la fin, les fans reconnaitront un petit paquet d’anciens rangers venues en guest dans le film au milieu d’une foule) Ok le film ne casse pas non plus des briques, mais penser que c’est de la merde en boite uniquement parce que c’est power rangers, alors que c’est justement parce que c’est power rangers qu’ils ont fait le film, c’est assez mesquin voire franchement stupide … Je vous rappelle que le bashage retroactif du nouveau  » robocop » a ete en grande partie responsable de sa mauvaise qualite …

  7. Alors que je reprends peu à peu mes esprits, je repousse l’étrange émotion qui me gagne. Ce ne sont pas les ténèbres, mais autre chose qui enfle et qui m’effraie. Une chose que je ne comprends pas

    Merci à l’auteur du bouquin pour cette barre de rire!

  8. C’est une bonne chose pour moi que je sois seule à la maison pour lire ça, parce que présentement, je me suis marrée comme une tordue depuis le début jusqu’à la fin. J’aime bien la petite référence au Quidditch et à Gryffondor… M. Connard, seriez-vous par hasard fan de HP ? Remarquez qu’avec Grey, y’aurait même pas besoin de Souafle, vu que c’est déjà un gros boulet à lui tout seul.
    « Ça te rappelle que je suis passé par là, moi et personne d’autre. »
    Et en plus on tient le vrai connard possessif de base hein, lui il a sauté la moitié de la gent féminine de Seattle et ça en fait un warrior, mais elle, elle aurait pas eu le droit d’avoir connu d’autres mecs avant lui. Sans compter son besoin compulsif de l’isoler et de l’empêcher d’avoir une vie… Mais achevez-le, pitié. À coups de pied-de-biche.
    Cher M. Connard, vous êtes bien fort d’endurer un tel supplice pour nous divertir !

  9. « J’espère qu’Anastasia ne finira jamais à l’hôpital avec Christian à proximité. »
    Spoiler : SI
    Et ouais j’avais des fréquentations qui lisaient ce genre de livre et qui en parlaient parce que c’était trop romantique (coucou maman). Mais rassure toi, tu as semble t il encore un long chemin à parcourir avant de rencontrer cet épisode…

    • Oui, je me rappelle que c’est d’ailleurs la première fois qu’on a un personnage qui semble trouver Christian exaspérant (quand il insiste pour coller Ana alors qu’elle veut juste aller aux toilettes tranquille et pour se glisser dans son lit d’hôpital, vous avez dit collant ?)
      (J’ai lu cette purge, en raison de l’écriture tellement mauvaise qu’elle en devient hilarante, entre les « Hmm j’ai bien envie d’une baise matinale », « je vais te claquer le cul » et autres « c’est le branle-bas de combat dans mon calebute », impossible de ne pas rire.)

  10. Ah, mais c’est vrai, j’avoue, ça m’avait manqué … preuve que les nombreux éclats de rire arrivent encore à compensenser le malaise indéniable qui monte à la lecture de cette horreur. Bon sang, j’y arrive pas, comment cette apologie du machisme, de la beaufitude, a pu provoquer un tel engouement ??? Le mâle alpha dans tous ses clichés les plus gerbatoires reste l’idéal masculin ? Pauvres de nous …
    Alors oui, faut être High Level pour parvenir tout de même à me faire rire avec cette daube, encore un grand merci OC.

  11. Ce bouquin est peut-être philosophique qui sait ? Mais nous ne sommes pas encore assez décérébrés pour comprendre.
    J’avais une montre flik flak gamine, faudrait que je la retrouve pour vérifier si un message subliminal ne s’y cache pas.
    N’empêche, ce livre atteint les limites de notre vocabulaire. Je sais pas vous mais je ne trouve pas de mots assez négatifs pour décrire ce « truc ». Faudrait carrément inventer de nouveaux mots. Vous vous y employez d’ailleurs déjà alors juste entre nous merci.

  12. Dès que j’ai lu « voler au-dessus de Poudlard en agrippant son zboub », j’ai eu en tête une image fantastique et aussi puissante que le « compas enchanté » qui sert de GPS à Christian. Monsieur Connard, je vous fais parvenir mes mercis hilares.

  13. euh.. une référence Derrick contre superman?
    « oui bah j’m’en fous moi, je vais fourrer la commode et puis basta hein. »
    õ.õ

  14. Une église de Grey, fabriquée avec du vrai sperme séché de fidèles. Je crois que l’on tient là un bon objectif pour créer une secte d’adeptes de la pignole. Canal+, j’écris ton nom.

  15. Très bon Odieux Connard : j’ai beaucoup rigolé sur ces 50 pages là sans avoir la lassitude que j’avais rencontrée les dernières fois. Soit c’est l’article qui est très bon, soit en effet cela nous manquait plus que l’on ose l’avouer. Les deux peut être ?! En tout cas merci.

  16. Bonjour Cher Odieux,

    Pris de l’envie malsaine de vous torturer un peu (c’est le thème du livre après tout), j’ai découvert ceci : http://thecagecage.com/
    une cage virtuelle ou les murs sont recouvert de Nic Cage… Sur les 4 côtés…
    Y survivrez vous ?
    je pose ça là et je repasse dans deux mois

    Bonjour chez vous !

    PS testez sur Diego on ne sait jamais

  17. Bon ça fait du bien du rire avec du nawak
    (en attendant votre probable billet sur la politique française)
    par contre le peloton d’exécution me semble bien trop miséricordieux,
    perso j’opterai pour du miel et un ours brun en rut.

    • Moi je suis d’accord avec Gloubi, cet étron aux ternes nuances est étriqué et manque de saveur, tellement que même la préparation du chef Connard peine à le sublimer… Je m’ennuie, et vous laissez passer plein de beaux sujets cinématographiques dans votre filet à caca, c’est dommage :/

    • Ah ben ça c’est parce que t’as pas fait popo et sentir la merde ça te fait bisquer, hein ? Allez arrête de chier dans la colle (une expression de mon papi) on sait bien que tu lis tous les épisodes. …c’est que d’y lire (chui gone) ça te fait pas trop chier des joints de culasse …. (encore une expression à papi)….

  18. C’est vrai ça, et la politique monsieur connard ???bon c’est vrai que je me suis bien marré, et que je l’attendais en plus, mais les actualités sont quand même à traiter non ?au boulot monsieur connard, svp !!!

  19. En un mot comme en 50 (haha), quel bonheur de lire un nouveau chapitre de… ce truc.
    Merci Monsieur Connard.

  20. ben dis donc …
    ils n’ont pas de bol , à Seattle !
    il y avait Meredith Grey , la chouineuse qui faisait chirurgieeeen entre deux parties de jambes en l’air !
    et voici son cousin Christian , odieusement con , le crâne plein de café au lait , un tue-l’amour qui joue  » au clair de la lune  » sur son piano à queue !
    ça vient du climat , ou quoi ?
    heureusement que  » le maître des clés » nous fait marrer avec tout ce beau monde .
    euh … MERCI !

  21. Pfff encore du jus tiré du même étron refroidi . . . Je ne lirai plus les analyses coprolithes de l’Odieux Cornard tant que nous n’aurons pas terminé la période Grey, un peu ennuyeuse parce que répétitive, au final. Cher Con Bleu, à bientôt !

    • Ben, je sais pas… Reprocher à l’Odieux de faire de l’Odieux ?.. Ça me rapelle ces critiques qui reprochaient à Goldman de faire du Goldman.
      Pour le coup, se risquer à de la critique littéraire (au sens large du terme, cela va sans dire), je prends ça comme une prise de risques et incline un peu au respect.

      • Un oufzor de la mort! Après 5 ou 6 opus du même truc encensé par les masses il en sort un septième. Même Rocky y ‘zen on pas fait 7. Un oufzor de la mort !

      • Si tu comptes Creed, on peut presque considérer qu’ils en ont fait 7 des Rocky. Bon allez 6 et demi.

      • quidditch , gryffondor , du nawak , out( f ? ) zor de la mort
        pitié ! n’en jetez plus ! j’ai pas que ça à faire , moi , de chercher vos inepties sur Google !
        et je ne parle pas de la cage-cage … ( un truc à balancer 59 missiles Tomahawk sur la Syrie )
        vais relire les aventures de Christian et Anastasia , si ça continue !
        avec eux au moins les dialogues sont simplissimes .
        la médiocrité ça a du bon . on se marre sans se prendre la tête .

      • Alors, chère Yersinia, je me suis renseigné sur « oufzor », parce-que je veux bien essayé de mourir pas trop con.
        Apparemment, c’est un dérivé du verlan « ouf », sous entendu un « truc de dingue » énoncé de façon ironique. Quel beau site où on apprend le français. Un site de oufzor !

      • merci à vous , @un lecteur !
        je me demande si Georges Abitboll l’Ancien et Salkon n’avaient pas un p’tit coup dans l’nez !
        habituellement , ils sont plus sérieux .

      • Moi sérieux? Depuis quand? Je ne pensais pas renvoyer une telle image, je vais faire mon introspection pour que ça change…

      • pas de délectation morose , Salkon !, vous et votre camarade Georges n’êtes pas sérieux !
        mais complices , toujours prêts à vanner et dans les vignes du seigneur …

  22. Avant, j’aimais le Quidditch et Harry Potter. Maintenant je ne reverrai plus jamais les choses de la même façon. Sniifff..
    Merci Odieux :'(

  23. M. Connard, avez-vous envisagé l’édition d’un recueil regroupant les épisodes de spoil de Grey ?

  24. Une fois que j’ai fini de rire de vos bons mots, monsieur Odieux, je passe quand même un bon quart d’heure en position fœtal à me demander ce qui ne va pas avec les gens lisant cet… « ouvrage » sérieusement. J’aimerai pas les croiser dans une ruelle sombre !

  25. Tailleur: « Monsieur Grey, portez-vous à droite ou à gauche ? »
    Chrichri Grey: « Au-dessus. »

  26. Tristesse c’est déjà la fin.
    La référence sur Hp m’a bien fait rire mais surtout, celle sur les jeux de rôles parce que j’ai connu cet assassin tro dark. Et oui ! J’en jouais toujours un! :p
    Hate d’avoir la suite!

  27. Très bon comme d’habitude cher Odieux.
    Nous trouverez vous dans votre infinie bonté une bouse littéraire du même calibre?
    Bien entendu nous ne sommes pas cruels et n’auront point l’audace que dis je? La perfidie de vous proposer les twilight, mais si vous ouvrez un sondage a la communauté vous trouverez peut être la bouse parmi les etrons?
    Bien à vous.

  28. 50 commentaires en 4 jours… Nan, y a pas moyen, tout le monde est gavé de Grey.
    Si vous envisagez de retenter une expérience littéraire, puis-je vous recommander de faire moins d’épisodes, mais plus denses ? Parce qu’on a quand même un net sentiment de déjà-vu, entre l’éternel priapisme de Cricri et le QI d’Ana à -273,14.
    Des bisous.

  29. Je trouve qu’il y a quand même un bonrenouvellement des vannes, seule l’histoire est trop répétitive. C’est « je bande », « je suis Dark », « Elle jouit », « je veux lui faire mal », « Je donne des ordres ».

    En fait, il faudrait un livre à rebondissements plein de gros poncifs, comme un Sienkiewicz par ex. Ses personnages sont à gifler dans Quo Vadis, mais il y a de la… mpfff… mpffrrffrff… de l’action

  30. c’est ( peut-être ? ) moi qui ai tendance à paniquer , mais je me demande si Poutine et Trump ne s’inspireraient pas de Christian ….
    ils ont tendance à sortir leur artillerie pour un oui pour un nom , ces temps ci !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s