Avez-vous un Haut Potentiel Émotionnel ?

Lecteur, lectrice, permettez-moi d’être un peu sérieux – et serviable – un instant.

Depuis quelques temps, internet et magazines grouillent de tests afin de déterminer si vous êtes HPE, à savoir, une personne dotée d’un Haut Potentiel Émotionnel. Livres et autres instituts vous proposent, pour quelques dizaines ou centaines d’euros, de découvrir votre potentiel méconnu et de vous aider à mieux le comprendre.

Aussi, et puisque ces tests coûtent souvent un rein, permettez-moi, parce que je suis comme ça, de vous proposer un test gratuit basé sur les 10 signes qui indiquent un Haut Potentiel Émotionnel, du site bilan-psychologique.com, qui ressort en premier lors de moult recherches sur le sujet.

Aussi, ne perdons pas plus de temps et en route pour ce petit test ; on se retrouve juste après.

Avez-vous un Haut Potentiel Émotionnel ?

Rassurez-vous : ce n’est pas la taille du potentiel émotionnel qui compte.

1 – Vous sentez-vous parfois en décalage avec les autres ?

A – Oui
B – Non

2 – Ressentez-vous parfois des émotions particulièrement fortes ?

A – Oui
B – Non

3 – Êtes-vous indigné par les injustices ?

A – Oui
B – Non

4 – Vos idées s’enchaînent-elles parfois en nombre ?

A – Oui
B – Non

5 – Arrivez-vous à ressentir ce que d’autres ressentent ?

A – Oui
B – Non

6 – Êtes-vous capable de vous concentrer sur vos émotions ?

A – Oui
B – Non

7 – Comprenez-vous parfois des choses « avec vos tripes » ?

A – Oui
B – Non

8 – Êtes-vous sensible aux messages non-verbaux ?

A – Oui
B – Non

9 – Êtes-vous perfectionniste dans les domaines qui vous passionnent ?

A – Oui
B – Non

10 – Êtes-vous capable d’inspirer autrui ?

A – Oui
B – Non

C’est bon ? Vous avez répondu à tout ? Alors passons aux résultats.

Résultats

Si vous avez un maximum de « Oui », félicitations ! Vous êtes une personne parfaitement normale ! Pardon ? Vous pensiez que cela faisait de vous une personne avec un Haut Potentiel Émotionnel ? Justement, non. En fait, c’est même si vous avez répondu par la négative à la plupart des questions qu’il faut commencer à vous inquiéter, et éviter de rester à proximité du tiroir à couteaux.

François était dégoûté : normal et en bonne santé, qu’allait-il bien pouvoir mettre dans sa bio Twitter ?

Puisque vous l’aurez compris, ce test n’était qu’un piège – odieux – visant à nous amener à notre sujet du jour. Car si souvent, en ces lieux, nous nous moquons des sites de drague et leurs concepts foireux, il est temps de s’attaquer au marché florissant de la psychologie et des vautours du mal-être (on en parlait déjà ici il y a bientôt dix ans – le coup de vieux est gratuit). Et pour convaincre ceux qui se seraient déjà diagnostiqués HPE, voyons plutôt les fameux 10 signes qui indiquent un Haut Potentiel Émotionnel, du site bilan-psychologique.com

Alors, quel est le premier signe ?

1) Le vécu de décalage avec les autres. Le vécu de décalage avec la plupart des autres personnes est un signe très commun aux personnes avec un Haut Potentiel Emotionnel. Elles se sentent souvent différentes des autres.

Vous ne voyez pas le problème ?

C’est que tout le monde se sent différent des autres. Prenons un exemple tout simple : mettons dans une même pièce Jean-Eudes de la Proutinière et Roger le routier. Les deux vont se regarder et se sentir très différents.

Maintenant, question : lequel est celui qui est différent ?

Voilà. Je pense que vous voyez le problème. Et nous sommes ici sur le premier symptôme, ce qui promet quant au sérieux du reste.

Certes, petites langues de putes, je vous vois venir, m’accusant d’avoir pris un exemple extrême. Soit ! Mais mettons que je vous mette dans la même pièce que dix personnes partageant vos centres d’intérêt, vous allez quand même vous sentir différent d’elles de bien des manières : c’est le principe d’être un individu, et pas une spore de ruche tyranide. D’ailleurs, tout au fond de vous, vous vous sentirez différent sur quantité de points quoiqu’il arrive. Par exemple, ce n’est pas parce que vous êtes avec vos meilleurs amis, dont vous vous estimez très proches, que vous pensez qu’ils seront très compréhensifs et parfaitement en accord avec vous en voyant votre historique internet (nous sachons !).

Quant au décalage, c’est le principe de ne pas être dans les pensées d’autrui : vous vous êtes probablement déjà posé la question : « Mais comment les autres font-ils pour être aussi à l’aise dans tel truc alors que moi non ? » « Mais bordel, qu’est-ce qu’ils écrivent tous dans leurs copies alors que moi j’ai le nez en l’air ? » ou encore « Et si j’étais la seule personne consciente et que tous les autres n’étaient que des figurants ? » (ce dernier point étant vrai : c’est moi qui paie les figurants, et le soir je me passe les pires moments de votre journée en sirotant un brandy).

Eh bien bravo : cela fait de vous quelqu’un de tout à fait normal. Je sais, c’est décevant.

Par ailleurs, plus une personne est malheureuse, plus elle va soupirer en regardant les autres qui ont l’air plus heureux. Et donc, plus elle va se sentir en décalage.

Bref, plus la personne est malheureuse – et donc du gibier à charlat… ahem, experts – plus on lui demande « Tu n’as pas l’impression que les autres sont plus heureux que toi ? Viens passer mon test à 500€ pour découvrir que c’est un signe que tu es trop formidable pour le reste du monde ! ». C’est bien fait, quand même !

Allez, passons au point deux.

2) L’hypersensibilité émotionnelle. On retrouve souvent une sensibilité émotionnelle vive chez les personnes HPE. Certaines sont même hypersensibles. Elles sont dotées d’une richesse émotionnelle particulière.

Une sensibilité émotionnelle vive.

Alors pour rappel, si vous ne ressentez aucune émotion ou alors des émotions pas bien vives, il faut consulter. Alors qu’à l’inverse, c’est plutôt bon signe. Récemment, votre serviteur a même vu passer quelqu’un expliquant avoir découvert son hypersensibilité émotionnelle en… pleurant devant des films tristes. Mais attention, hein : beaucoup.

Bordel, c’est vrai que pleurer quand on est triste et rire quand on est content (mais attention, beaucoup !) c’est ouvertement le signe que l’on est un être humain qui sort complètement du lot. C’est avec ce genre de raisonnement qu’on finit dans des soirées où l’on croise tellement d’hyper-ceci et de supercela qu’on se croirait à un entretien d’embauche des Avengers.

Là encore, reprenons Jean-Eudes de la Proutinière et Roger le routier. Jean-Eudes pleure lorsqu’il entend jouer du Bach à l’orgue, alors que Roger s’en bat les roudoudous. Roger a lui pleuré pour les funérailles de Johnny, alors que Jean-Eudes, ce monstre, a souri en coin en voyant la foule en larmes. Lequel est hypersensible ?

Comment ? Ils ont simplement des réactions différentes à des stimuli différents, puisqu’eux-mêmes différents ? Ooooh. Revenez au point 1 pour voir ? Voilà.

Je ne sais pas si je suis émotionnellement hypersensible, mais ce test me donne envie de me jeter d’un pont. Ou d’en jeter quelqu’un, j’hésite. Mes sentiments sont un peu confus : je dois être débordé par mes émotions, preuve que je suis hypersensible.

3) Le sens de la justice. Il y a fréquemment chez les personnes à Haut Potentiel Emotionnel une sensibilité particulière à certaines formes d’injustices.

… je…

Nous n’en sommes qu’au point trois, et j’ai déjà envie de faire graver cette brillante analyse sur la tombe de Monsieur de la Palisse.

Je vous reformule le truc : « Quand vous voyez une injustice, vous trouvez ça injuste« .

C’est brillant.

Et par corollaire, si vous ne trouvez pas que quelque chose est injuste, alors vous n’appelez pas ça une injustice. Résultat : 100% de ce que vous qualifiez d’injustice vous apparait comme injuste. Et comme des gens ne sont pas d’accord avec vous sur ce qui est juste ou non, paf ! Vous avez l’impression qu’eux ignorent certaines injustices ! Alors que vous, non, puisque ce qu’ils qualifient d’injuste et vous non… ben vous ne trouvez pas ça injuste. Donc, vous êtes persuadé d’avoir un sens de la justice plus prononcé.

Vous commencez à entrevoir sur quoi repose le diagnostic ? Oh oui, on va devoir parler d’effet Barnum.

4) La pensée en arborescence. La multitude des connexions neuronales des personnes surdouées se traduit par une pensée en arborescence : c’est une pensée foisonnante, une idée entraînant une autre, puis encore une autre et encore une autre… Cette forme de pensée neuro-atypique est particulièrement créative.

Ah, la pensée arborescente !

Vous avez l’impression que vos idées s’enchaînent à toute allure ? Qu’une seule peut en faire jaillir une dizaine ? Bravo ! Vous êtes parfaitement normal ! À tel point que par un heureux hasard – décidément ! – la pensée en arborescence n’existe que dans le vocabulaire des gens qui vous vendent des tests à 200€. C’est vraiment une incroyable coïncidence.

S’il existe plusieurs façons de penser, il faut aussi rappeler qu’elles dépendent des moments.

Si je vous demande de dessiner dix animaux, vous allez avoir plusieurs idées à la fois et ne pas forcément savoir par lequel commencer, ni comment. Si je vous demande de remplir votre feuille d’impôts, votre imaginaire va aller se pendre, se tirer une balle, puis par sécurité mettre les pieds dans une bassine avant d’y jeter une batterie de R19. Et votre imaginaire va autant s’éclater qu’un cochon d’Inde mort. Le seul moment un peu créatif sera, à la limite, les insultes destinées au Monsieur de l’URSSAF que vous marmonnerez au moment de remplir la case des bénéfices non-commerciaux laissée vide, mais c’est bien tout.

Après, tout le monde a sa propre approche. Par exemple, certains parviennent à se montrer très inventifs au moment de faire de l’évasion fiscale. Alors que d’autres, comme Roland Emmerich, ne vont pas faire preuve de beaucoup de créativité même au moment de faire un film.

Bref, nos experts pointent quelque chose que tout le monde connait (partir dans tous les sens, ne pas savoir se décider devant quelque chose) et vous disent « Ça vous arrive ? Oooh, c’est clairement un signe ! »

Personnellement, en lisant ça, mes pensées ne forment pas un arbre, mais un pentacle qui tente d’invoquer un flagelleur mental.

5) L’empathie. Souvent les personnes surdouées arrivent à savoir ce que d’autres personnes ressentent (empathie cognitive), ressentent ce qu’elles ressentent (empathie émotionnelle) et agissent en fonction (bienveillance). Elles sont souvent très empathiques.

Bon.

On reprend : même les candidates de télé-réalité sont persuadées d’être « bienveillantes », quand bien même elles tueraient leur meilleure amie pour deux minutes d’antenne de plus. C’est même le principe : à l’exception de quelques blogueurs aux pseudonymes douteux, personne ne pense être une grosse ordure. Et tout le monde est plus ou moins persuadé que ce qu’il fait est bien (sinon, il ne le ferait pas).

Quant au fait de ressentir les émotions d’autrui… là encore, si vous trouvez absolument extraordinaire de ressentir de la tristesse pour votre ami qui vient de perdre toute sa famille dans un accident de robot-aspirateur (ce fut sale), vous avez clairement un problème.

Voire, si quand votre ami débarque chez vous en larmes, vous lui riez au nez et allez vous resservir des moules, il va peut-être falloir rentrer dans cette cellule capitonnée. Ne bougez pas, je vous apporte une jolie robe de chambre avec des manches rigolotes.

Donc là encore, ces symptômes… sont ceux d’une personne normale.

« Bienveillance » est par ailleurs rentré dans le dictionnaire des termes utilisés pour tout qualifier, du candidat de télé-crochet au plat cuisiné, avec « générosité », et « il me raconte une histoire »

6) La conscience de soi émotionnelle. Les HPE ont souvent une conscience fine de leurs propres émotions et une capacité développée à les comprendre.

Ah. Bon, un exemple : si vous riez sans savoir pourquoi, vous êtes probablement le Joker.

Car sinon, si vous avez envie de répondre « Quand je suis triste, je sens que je suis triste, et des fois je sais même pourquoi je suis triste », bravo, vous êtes un péquin lambda.

Non parce que si de temps à autre, vous avez des poussées de sentiments inexpliqués comme par exemple, la colère, laissez-moi vous proposer de poser ce fusil pendant que je vous présente votre nouvelle amie, Pikopiko, la seringue qui fait faire dodo.

7) La pensée intuitive. La pensée intuitive développée est l’un des soubassements d’une intelligence émotionnelle très élevée. Elle permet une compréhension immédiate et rapide, automatique de certaines situations.

C’est vrai que certaines situations nécessitent une profonde réflexion pour être comprises : quand un 4×4 vous fonce dessus par exemple, tout le monde sait qu’il faut 30s pour calculer sa vitesse, son poids, et déterminer si le choc pourrait faire bobo.

Ou bien, sans réfléchir, vous vous écartez.

Et c’est valable pour quantité de situations sociales où vous pouvez vous dire « Hmmm, je pense qu’il ne vaut mieux pas parler à Gérard aujourd’hui. », après avoir habilement observé que Gérard avait l’écume au bord des lèvres et tenait des propos un peu secs sur les mamans de ses rares interlocuteurs.

On appelle aussi ça l’instinct, et même un vieux teckel en a. Après, c’est peut-être un teckel surdoué, allez savoir.

8) La compréhension des messages non-verbaux. Il y a souvent une capacité à comprendre la communication non-verbale des autres (mimiques, langage du corps…) et à avoir conscience des messages non-verbaux qu’elles envoient.

Je rappelle que même les singes en sont capables, et que votre chien peut venir poser sa tête sur votre genou quand vous êtes triste alors que vous ne lui avez rien dit (il faut dire qu’il n’est pas de bon conseil, puisqu’il vous propose toujours de résoudre les situations sociales par un bon reniflage de cul). Certes, certains coachs en séduction ne comprennent pas ce que signifie un regard fuyant, voire une course éperdue en sens inverse, mais tout ce qui a un QI supérieur à 21 est capable de comprendre des messages non-verbaux basiques.

Quand Léa, 13 ans, regarde son téléphone pendant que son géniteur lui parle, même sans voir la scène, je pense que vous pouvez d’ores et déjà deviner que Léa n’a pas grand chose à carrer des propos de son paternel.

Vous avez vu comme vous êtes forts ? Vous avez réussi à analyser du langage corporel sans même voir la personne. Vous êtes vraiment super balaises. Ce sont vraiment des signes qui ne trompent pas, houlala.

9) Le souhait de faire les choses au mieux ou de mieux en mieux. Nombreux sont les HPE qui dans au moins un domaine de leur vie cherchent à faire les choses au mieux, de mieux en mieux ou même de façon parfaite. Il y a souvent un perfectionnisme chez les HPE.

Alors que c’est connu : dans les domaines qui vous intéressent (votre carrière, la guitare, etc), vous cherchez à stagner, voire à faire de moins en moins bien.

Par exemple, lire ce test me donne envie de continuer à progresser dans l’art de la torture asiatique. Mais je dis ça comme ça, hein. Aucun rapport, mais est-ce que Jardiland aura du bambou à cette heure-ci ?

10) La capacité à motiver les autres (leadership). Il y a souvent une capacité à motiver les autres, à les pousser à faire des choses, grâce à une bonne compréhension de leur façon d’être et de réagir.

Votre serviteur tient à souligner que même les managers qui postent sur LinkedIn, soit l’une des espèces les moins charismatiques de la Création, sont persuadés qu’ils sont de formidables meneurs alors que toute leur équipe leur souhaite une mort lente impliquant des Powerpoints imprimés enfoncés dans le rectum (ils pensent en arborescence, ils sont très créatifs et aiment perfectionner leur art de la proctologie : sûrement des hauts potentiels émotionnels).

Et donc ?

Si après l’exposé des points précédents, repris comme symptômes majeurs dans quantité de publications à destination des cibl… pig… HPE qui s’ignorent, vous ne voyez pas le problème, laissez-moi vous faire moi-même une démonstration de mes grands pouvoirs de docteur Connard.

Attention, voici une description :

Vous appréciez vos amis, mais avez besoin de moments de solitude. Vous avez des passions que les autres ne comprennent pas toujours. Vous avez un secret que vous ne pourrez jamais dire à personne. Souvent, alors que tout va bien, vous ressassez soudain des événements malheureux ou humiliants. Lorsque vous pensez, il vous arrive de vous égarer dans votre propre monde intérieur. Vous rêvez de voyages et regrettez de ne pouvoir tous les faire. Vous aimeriez vous améliorer dans un domaine, mais ne prenez jamais le temps de vous y pencher suffisamment alors que cela vous apporterait du plaisir d’enfin maîtriser ledit domaine.

Vous vous reconnaissez dans cette description ? Si vous deviez lui donner une note de 1 à 10 pour dire à quel point elle vous correspondrait – en toute honnêteté – combien lui donneriez-vous ?

Si vous lui avez donné plus de 5, mon diagnostic est posé :

Vous avez un Haut Potentiel d’Embabouinage. Puisque visiblement, on ne vous a jamais parlé de l’effet Barnum. À savoir ce que je viens de vous exposer ci-dessus : une description générique de la personnalité, dans laquelle des individus vont se reconnaître spécifiquement. Alors que ça colle à tout le monde.

Eh bien, relisez ce qui a été dit plus haut pour les HPE : bravo, c’est du bel effet Barnum. Raison pour laquelle, il y a dix ans, avec les mêmes « symptômes », on diagnostiquait un Haut Potentiel Intellectuel (mais sans trop le mesurer, hein). Si vous demandez aux experts comment il est possible que des symptômes similaires donnent deux diagnostics différents, tous vous répondront que « les deux sont très proches, et les HPE sont souvent HPI et inversement ».

Parce que c’est sûr que répondre « On a réutilisé l’effet Barnum pour revendre des livres et des tests tant on aime le pognon », ce serait moins vendeur.

Lecteurs, lectrices, mes moyennement semblables, si vous vous pensiez HPE, alors quitte à être émotionnellement vif, il va peut-être falloir ressentir un peu de colère, tant on s’est foutu de votre gueule.

Sinon, douce ironie, cela ferait de vous quelqu’un de finalement assez peu sensible à l’injustice qu’est l’abus de la crédulité d’autrui, non ? Et pas vraiment HPE, donc.

Et si vous pensez que j’exagère, je vous laisse maintenant découvrir le vrai questionnaire de dépistage du Haut Potentiel Émotionnel disponible sur le site. Allez, je sélectionne quelques questions tout à fait innocentes et qui n’orientent pas du tout (ce qui est preuve de sérieux), pour achever de convaincre ceux qui y croiraient encore :

Certaines situations vous font-elles ressentir des émotions fortes ?
En particulier, êtes-vous sensible aux injustices ?
Vous attendez-vous à ce qu’il vous arrive des choses positives dans la vie ?

Non, je ne ressens aucune émotion forte, j’aime regarder des vidéos où l’on tue des chiots, et j’espère que ma vie va être de la merde.

Arrivez-vous à savoir ce que d’autres personnes ressentent en regardant leur visage ?
Arrivez-vous à savoir ce que d’autres personnes ressentent au ton de leur voix ?
Arrivez-vous à savoir pourquoi vous changez d’humeur ?

Non. L’autre jour, j’ai vu quelqu’un tout rouge avec les sourcils froncés qui parlait fort en disant des gros mots, j’ai supposé qu’il voulait m’offrir des fleurs. Et puis l’autre fois, j’étais triste durant l’enterrement de ma tata : impossible de savoir pourquoi.

« Mais si, j’ai fait le test, c’est exactement moi ! Ressentir des émotions quand c’est émouvant, trouver que c’est injuste quand c’est pas juste, savoir dire que quelqu’un en colère n’est pas content… c’est TROP moi ! J’crois qu’on peut dire que je suis surdoué. »

Est-ce important pour vous d’essayer de faire les choses au mieux, voire de mieux en mieux ?

Non, j’adore faire de la merde.

Avez-vous l’impression de réfléchir beaucoup ?
Avez-vous l’impression qu’une pensée peut générer plusieurs pensées, qui à leur tour peuvent générer plusieurs autres pensées ?

Non, je suis particulièrement con. Et par ailleurs, entre deux pensées, j’ai toujours un entracte avec un singe qui joue des timbales.

Recherchez-vous des activités qui vous rendent heureux(se) ?

Non. Le weekend, je me plante des clous dans les orteils tout en regardant du cinéma français.

Est-ce important pour vous de contribuer au bien-être des autres ?
Aimez-vous partager vos émotions avec d’autres personnes ?

Non, j’adore pourrir autrui, et je l’affirme publiquement. Et quand il m’arrive un truc génial, je m’enferme aux toilettes pour que surtout, personne ne le sache.

Est-ce que ressentir des émotions est une chose que vous appréciez particulièrement dans la vie ?

Non, j’aime être mort intérieurement : j’ai l’impression d’être une sorte de Nicolas Cage émotionnel.

Voilà.

C’était donc les principes avec lesquels on diagnostique les HPE. Si malgré tout, vous continuez à trouver cela très sérieux, mon diagnostic est sans appel : vous avez un Haut Potentiel d’Egocentrisme, et vous préféreriez crever que de devoir admettre que vous n’êtes pas un petit être naturellement extraordinaire.

Auquel cas, je vous préconise :

  • L’ouverture d’un compte sur Twitter et/ou Instagram
  • De préciser dans votre biographie, d’entrée de jeu, que vous êtes « Haut-Potentiel » (ou autre pipeau-diagnostic). Vous pouvez aussi ajouter vos pronoms histoire de compléter l’affaire.
  • De faire des vidéos dédiées en expliquant que vous les faites « à titre informatif, pour aider les autres » (évidemment, puisque vous êtes bienveillant et pas du tout égocentrique) dans lesquelles vous soulignez innocemment à quel point c’est dur d’avoir un potentiel bien plus haut que celui d’autrui, avec le même aplomb que Jean-Connard qui en plein entretien d’embauche vous dit « Mon plus gros défaut ? Le perfectionnisme ».

Vous devriez suffoquer sous le poids de votre propre ego d’ici 10 à 15 ans.

Pour les autres, quitte à ressentir une émotion forte pour ces gens, je vous recommande une seule :

Le mépris.

94 réponses à “Avez-vous un Haut Potentiel Émotionnel ?

  1. Vous ne pouvez pas comprendre, vous n’êtes pas un zèbre, Mr Connard.
    Je vous recommande l’oeuvre integrale de M. SIAUD-FACCHIN, histoire d’ouvrir votre esprit au bonheur du haut potentiel.
    Me remercier pas du conseil, ca fera 50euros

  2. Sans contester le fond de l’article, je tiens à préciser que le « haut potentiel intellectuel » était au départ relié avec les tests de QI, c’est à dire avec une mesure standardisée. Je conçois assez bien que des auteurs aient ensuite opportunément oublié de mentionner les tests pour ratisser le plus large possible, mais à moins de penser que les tests de QI sont sans valeur, il y avait bien quelque chose de mesurable derrière la notion de ‘surdoué’.

    • Et c’est toujours le cas, mais il y a vraiment un marché de l’auto diagnostic qui est passablement dégueulasse. Vu la durée d’un test de QI, beaucoup de gens font des tests alakon sur internet et ne vont pas chercher plus loin (d’où la quantité de hpi et hpe sur les réseaux).

      Les (vrais) tests sur les émotions et l’empathie existent aussi, et sont un outil pour diagnostiquer certaines pathologies.

      Mais bon, le fond de l’ article reste sur les auto diagnostics, et c’est très pertinent.

    • Il y fait référence très rapidement, quand il parle de la mode des HPI d’il y a dix ans… il précise entre parenthèse  » mais sans les mesurer, hein ». Il existe plusieurs articles sur ce blog où O.D. se moquent des HPI ou « dys » autodiagnostiqués sans la validation d’un professionnel par un test sérieux.
      Donc… on est bien tous d’accord !

  3. J’ai un score pourri à la plupart des questionnaires, mais je n’ai pas de tiroir à couteaux, ceux-ci étant commodément placés à portée de main sur un porte-couteaux aimanté. Dois-je les cacher mieux en prévision d’une visite des forces de l’ordre?

  4. Vivement, qu’à court d’imagination, ils proposent des tests type « êtes vous un serial killer »… Que ça swingue un peu sur LinkedIn…

      • Soit.
        Jean-Jacque se rend à l’entèrement d’un oncle éloigné. C’est triste, pourtant dans la foule il apperçois Jolie-Jacqueline, si belle qu’il en tombe immédiatement amoureux. Hélas au vu des circonstances il n’a pas l’occasion de lui parler, il ignore son nom ou comment la contacter. Jean-Jacque est très triste, cela le peine bien plus que la mort de son oncle.

        Une semaine plus tard Jean-Jacque tue sa tante. Pourquoi ?

      • Parce qu’il espère revoir Jolie Jacqueline à l’enterrement.
        Oui oui, psychopathe confirmée 🤣

      • Mwahahahaha, on ne me la fait pas à moi, je suis un super surdoué : Il y a un piège, la fille s’appelle Jolie-Jacqueline, donc il n’a pas besoin de tuer sa tante, juste de lui demander si elle a le numéro de Jolie-Jacqueline. La psychopathie, c’est après, quand il enfermera Jolie-Jacqueline dans sa cave :)

    • Vous riez, mais dans de vieux tests psychologiques utilisés pour le recrutement, on pouvait trouver des questions comme : « éprouvez-vous une fascination malsaine pour le feu ? » ou encore : avez-vous déjà ressenti l’envie de tuer quelqu’un ? »

      • Pfiouu, avoir échappé à ça…mais je voudrais bien voir la tronche de ceux qui auraient répondu sincèrement « oui »…

      • ben regarde moi , mon lapinou ! le feu , c’est fascinant et nullement malsain ! sauf si on confond son prochain avec une saucisse de Frankfurt ;
        et seul(e) le roi ou la reine des faux culs répondrait sincèrement non à la seconde question ! ( p***** , elle va bouger sa caisse , la grognasse ? je vais la tuer ! ) différence entre l’envie et le passage à l’acte !

      • Vos compte-rendus d’entretiens professionnels/psychologiques doivent être passionnant à lire Yersinia !

      • Le feu de camp, ou le feu de cheminée, c’est magnifique et je peux rester à le regarder longtemps. C’est pas pour ça que j’ai envie d’en allumer partout :)

  5. Rien qu’au titre, mon bullshitomètre a explosé.
    Faites attention mon cher odieux, cette pente glissante vous amènera à découvrir le monde des RH et il ne restera peut être pas assez de cigares et de stagiaires dans le monde pour maintenir votre santé mentale.

    • Oui, les profils DISC rigolos qui remplissent votre personnalité en alignant des phrases automatiques liées à un questionnaire que vous avez rempli.
      Vous êtes plutôt impatient ou réfléchi ?
      -sortie 1 voulant aller vite sur les sujets que vous maîtrisez, vous ne prenez pas les sujets a la légère pour autant.
      -sortie 2 prenant le temps de peser vos décisions, vous savez malgré tout réagir rapidement si nécessaire.
      Ma chef et ma RH en raffolent et cataloguent tout le monde grâce à leur couleur dominante…

  6. Très intéressant. C’est vrai que vu sous cet angle ça change tout. Par pitié reste pour toujours cet Odieux connard qu’on aime tant^^

  7. Pas besoin de test: je n’ai jamais pu m’entendre avec les personnes qui partagent mes centres d’intérêts… Présentez-moi un créatif et j’ai tout de suite envie de l’égorger à coups de dents:  » … MÉ c’est pas comme ça qu’on FÉÉÉÉ ! TIENS ! – CRAN ! – Ça t’apprendra ! « …

  8. Certes, petite langue de pute, je vous vois venir, m’accusant d’avoir pris un exemple extrême. Soit ! Mais mettons que je vous mette dans la même pièce que dix personnes partageant vos centres d’intérêt, vous allez quand même vous sentir différent d’elles de bien des manières : c’est le principe d’être un individu, et pas une spore de ruche tyranide.

    J’adore la petite référence à Warhammer :)

    • Le savoir est un élément préoccupant. L’Ordo Xenos risque de se pencher sur votre cas, je me dois de vous le dire.

      Blague à part, M. Connard est effectivement un fan de Warhammer, notamment de l’univers futuriste, et glisse de temps en temps quelques références amusantes à destinations des passionnés.

  9. Ouiz, ne pas Être rapporte ni nèfles ni radis, tandis qu’Être produit plein de divers clous.
    Conclusion (pas dit moralité; trop crève-cœur) : faites le mort !
    Ainsi libre et insouciant (toujours) telle une fleur au bout du fusil, ..c’est le printemps !

  10. Pourquoi mépriser des gens malheureux ? Cette conclusion me semble assez injuste… est-ce une injustice du coup ?

    Merci pour la rigolade et bisous

    • Le principe n’est pas tant de mépriser les gens malheureux mais plutôt ceux qui se jettent dans du réconfort facile qui ne règle aucun de leur problème, voir pire, qui les aggrave malgré tout les outils à leur disposition, depuis le bar du coin jusqu’au psy. Exemple: je suis malheureux parce que je suis socialement isolé, je fais ce test et je découvre que c’est pas moi le problème, c’est les autres, du coup je m’isole encore plus dans ma prétendue supériorité, je suis encore plus malheureux, je consomme encore plus de site et autres produit sur le sujet (en en mettant pleins les poches à ces charlatans au passage), ce qui me confirme encore plus dans ma supériorité, et ainsi de suite. Comme l’OC le dit, c’est un cercle vicieux d’égocentrisme dont les « victimes » refusent généralement d’être aidées puisque cela risquerait d’invalider toutes leurs illusions de grandeurs sur lesquelles elles basent leur vies et leur personnalité. De là, la seul chose à faire, c’est souvent de rester loin de ces gens toxiques au possible et, effectivement, de les mépriser s’ils s’approchent pour qu’ils s’éloignent au plus vite plutôt que de participer à ce cercle vicieux en validant ce piédestal d’illusions de grandeurs sur lequels ils se sont placés à grand coup de tests sur internet.

  11. Recherchez-vous des activités qui vous rendent heureux(se) ?

    Non je préfère regarder des films pourris pour écrire des spoils sur internet

  12. Avec un nom comme « haut potentiel émotionnel », je m’attendais à ce que ce gloubi-boulga pioche son vocabulaire du côté du spectre autistique… en fait c’est tout l’inverse.
    Du coup, avec des émotions à mi-temps, être infichue de comprendre les autres sans effort, aucune idée de ce qui se passe dans ma propre caboche et le leadership d’une nouille cuite, je peux fièrement annoncée que je ne suis pas HPE ! Je suis une vraie personne !

    • Perso j’éprouve plus d’intérêt pour une nouille cuite que pour écouter ce que dis mon manager donc ne dévalorise pas ton leadership ^^

  13. On remarquera que la point commun de tous ces trucs psycho c’est que vous êtes toujours exceptionnel, unique et avec du potentiel.
    Alors que la majorité de la population est d’une inculture crasse, doublée d’une intelligence à faire vomir et d’une mentalité de gros con.

    • Et d’un conformisme sans bornes. On n’a jamais autant cherché à être « unique » que depuis que la mondialisation fabrique des clones à échelle mondiale. Même la contre-culture est standardisée, ce qui en dit long…

    • Heureusement que vous vous n’êtes pas comme cette masse informe inculte, à vomir et conne. Non vous êtes un papillon volant au dessus de ce ramassis de chenilles rampantes, tellement différent, tellement unique, tellement… attendez, attendez… j’ai comme un doute vous seriez pas HPE?

      • l’image du papillon et des chenilles n’est pas pertinent. les chenilles deviennent des papillons un jour. là c’est peine perdue.
        Disons que je suis plutôt le A10 Thunderbolt volant majestueusement au dessus d’une colonne de chars irakiens.

      • Ceux qui croient voler majestueusement chient sur « ceux d’en bas ».
        C’est pourquoi quand ceux-ci aperçoivent ceux-là, ils ne voient que des trous du cul.

      • @Georges Abitboll : Joli, je note ! Ca et « on est tous le con inculte de quelqu’un d’autre »

      • c’est vrai , ça , Georges avec un s au bout ! c’est mignon , frais ….. et tellement vrai .

      • @Cléozotre avoir plus de culture que la majorité des gens n’est pas un exploit ; cela dit vu le niveau, ce n’est pas un signe de génie non plus. On parle de 30% d’Américains qui croient encore que c’est le Soleil qui tourne autour de la Terre… Voilà voilà

      • alors qu’on sait tous que c’est le monde qui se déplace sur le dos de 4 éléphants posés sur une tortue.

      • Des éléphants ? Une tortue ? Allons, nous sachons que c’est ce que Nyarlathotep a réussi à faire croire aux naïfs…

  14. Bonjour, cher Odieux Connard,
    Votre article a été pour moi une révélation : je suis un individu HPR, (Haute Propension à la Rigolade). Une fois de plus j’ai éclaté de rire à vous lire et j’ai biché comme un pou sur la tête chauve d’un nourrisson ! Et je me suis empressé de faire suivre votre fine analyse à quelques amis de ma connaissance…
    Continuez, on en redemande…

  15. Bref, un maximum de A, bravo, vous êtes un être humain, et un maximum de B vous êtes un robot (ou Mark Zuckerberg).

  16. Je vais peut-être paraître cynique, mais au final, ces histoires de HPE, ça arrange tout le monde, non ? Ça permet à quelques charlots de vendre des bouquins (« ça fait tourner le commerce », comme aurait dit mon grand-père), leur public se retrouve consolé dans une vie qu’on imagine pas facile (gens en souffrance, déprime etc) et les narcissiques dorment sur leurs deux oreilles car on leur a enfin dit qu’ils étaient géniaux. Situation gagnant-gagnant, non ?

    Bien sûr que c’est artificiel, mais est-ce qu’on est vraiment prêt à prendre ces gens en souffrance à bras le corps, à les aider à aller mieux, à tisser du lien, toussa toussa ? Vu la direction que prend notre société, je ne pense pas. On va juste créer encore plus de paumés et de névrosés. Fin je veux dire, une époque qui pense que « l’amitié » c’est un clic pour ajouter quelqu’un sur un réseau social…

    Mince, j’ai fini cet article en souriant, maintenant, j’ai un pincement en me disant que ça traduit des choses finalement pas géniales (ciel, je dois être HPE !)

    P.S: sympa la référence aux Simpson, avec le petit singe qui joue des cymbales ! ;-)

  17. Oui-mais, j’ouïs dire qu’une femme de ménage rousse, équipée d’un HP bidule, décrottait un commissariat Et le débarrassait de ses malfrats !
    Question : sarcoptes et aoûtats échappent-ils à cette nazi ? façon cagole nordiste,
    car franchement sans elle, ou eux ! « plus belle la vie » n’est-ce-pas,

  18. Ahh mais ce n’est pas juste un autre commentaire pertinent sur la pénibilité du monde que nous propose l’OC, mais une vraie rétrospective sur les attrapes à « Hauts Potentiels » et autres coachs en coaching de bien-être et de « développement de personnalité » !

    Du coup je vais éviter de ramener mes propres anecdotes sur ce marché toujours florissant, découvert post-bac, ça ferait petit à côté…c’est drôle je ressent une émotion proche de la frustration…suis-je un HPE ?

    Merci en tout cas à l’Odieux de nous rappeler qu’un chien a sans doute un sentiment d’injustice et d’empathie au moins aussi développé que bien des humains…et donc que s’en faire une gloire est plutôt un signe de bêtise qu’autre chose.

  19. Alors personnellement, je suis HPI, neuroatypique, TDAH, autiste asperger et HPE alors je ne vous autorise pas à dire que je suis comme les autres, je suis beaucoup plus victime que les autres de la société qu’est trop méchante alors vous devez avoir plus d’égard pour moi que pour les autres sinon vous zêtes rien que des méchants psychophobes pas bô !

    • En bonne voie camarade du Monde d’Après mais peut mieux faire ! En effet vous avez oublié de dire que les autres que ne pensent pas comme vous (horreur !) sont racistes, fascistes, sexistes, radicalisés, conspirationnistes, exploiteurs, exclusifs, et négationnistes. Bon 6/10, ça ira pour cette fois. Pensez à mettre à jour votre liste de dénonciation pour la purge de l’année prochaine.

  20. Je suis psychologue et je vous remercie. Le pire dans cettte histoire c’est que ce sont ces charlatans qui ont pignon sur rue (Siaud-Fachin, Martrenchar…)

  21. Ce genre de test m’a toujours hérissé les poils de gencives. Qu’est-ce qu’on peut trouver comme conneries pour justifier les « faiblesses ou décalages » de certains.
    Comme par exemple, l’autre jour je lisais un article sur le fait d’être trop etourdi démontre une intelligence supérieure du fait que notre cerveau bouillonnant littéralement d’idées ne peut donc pas se concentrer sur notre motricité.
    Alors personnellement j’ai une autre explication. si vous êtes maladroit c’est parce que vous avez juste la tête dans le cul!
    Alors c’est sûr ça fait moins rêver, c’est moins poétique, moins valorisant… mais je pense que c’est un peu plus plausible…

    • +10000. Le « flocon de neige merveilleux et unique », cette mort de tout travail sur soi (et au final de toute vie, car qu’est-ce que la vie sinon le travail contre l’entropie de son environnement ?). Et le pire c’est que ce constat n’a pas pris une ride depuis le film de 1999.

    • Ah non non non, je suis très étourdie, laissez moi croire que c’est parce que j’ai la tête dans le gros QI et pas parce que j’ai un crâne de piaf !
      Si ça m’arrange, c’est forcément vrai, non ?

  22. Quelqu’un qui s’est fâché tout rouge en voyant l’audience des sites de tests pour le spectre autistique a décidé de proposer exactement tout l’inverse, parce qu’il n’y a pas de raison qu’il n’y ait qu’eux qui se croient spéciaux, et toc !

  23. Au début je pensais que l’article était purement ironique, mais sur la fin vous prétendez passer vos week-end à regarder des mauvais film, puis partager les émoitions ainsi générer avec vos lecteurs. C’est… enfin, votre blog atteste qu’il n’y a nul ironie dans vos réponses.

    Aucun rapport, lors de vos futurs séances de dédicasses. Enfin, comment dire, est-ce que les organisateurs prènent soin d’éloigner votre stand des tiroirs à couteux ou tout autre objets problématique ?

  24.  » je me plante des clous dans les orteils tout en regardant du cinéma français » non ! Pas des films français ! Vous êtes un monstre…
    ça me fait penser : parmi les signes de l’Apocalypse, il y a bien « et des films français seront spoilés par l’Odieux Connard »

  25. bof ….
    je préfère ( et j’insiste ) reluquer Toto vs Robinette , avec Félix le chat en vedette américaine !
    rien que des PN je meurs de rire .

  26. Et surtout, une fois que vous êtes passé vous un psy, qui vous a diagnostiqué HP i.e.x.y.z, filez voir sur internet. Le diagnostic posé vous permettra de trouver toutes les excuses possible.
    Diagnostiqué HPI à 5 ans, j’ai découvert avec stupeur sur YouTube que je ne pouvais PAS être heureux en couple avec une non HPI. Et meeeeerde. Pourquoi on me l’avait pas dit! En plus ils sont plein à le dire, c’est donc sûrement vrai! C’est donc pour ça qu’hier je me suis engueulé 5 min avec ma femme (avec qui je vis depuis plus de 10 ans) alors qu’elle avait encore fait un achat compulsif de 3 fringues dont elle n’avait pas besoin! Si je veux rester avec elle, je lui fait faire un test de QI internet qui justifie le fait que je sois avec elle. Sinon, c’est sur, je vais devoir la quitter.
    Et puis si je ne m’éclate pas dans mon job, c’est que je suis HPI. Le fait que mon chef soit un connard et que j’ai un collègue qui passe plus de temps à fumer qu’à faire le taff n’a rien à voir. Dans la même situation, un autre type pas HPI vivrait très bien la situation .Il me faut une boîte où je serai reconnu « a ma juste valeur ».
    Fait chier. Je viens de voir que même en étant dans les 3% les plus hauts de la courbe de Gauss du QI, ramené à la somme des courbes de Gauss des n syndromes et caractéristiques humaines (qui doit en plus être 6 sigma), je ne suis qu’un connard de plus, plus ou moins proche de la médiane représentée par l’auteur de ce blog.

    Bon, et bien il ne me reste plus qu’à aller voir ma maman qui elle au moins me trouve exceptionnel!
    M. Connard, vous m’avez pourri ma journée alors je ne vous salue pas.

    • En somme, entre les clans de « snowflakes », « justiciers sociaux », « HPI », « reconquêteurs de salon », etc etc…la descente au sol va être intéressante quand les pâtes manqueront vraiment dans les rayons (et le jus dans Internet)…

  27. Odieusement drôle!
    Ou pas. Car ça va bien plus loin que l’auto-diagnostic. L’influence des Dr Knock étant parfaitement assise dans la société, tout un chacun peut appliquer leurs mirifiques théories dans le monde réel.
    Ainsi, mon fils de 5 ans a été diagnostiqué HPE par sa maîtresse (d’école). Diagnostic définitif fondé sur un doctorat en Femme-actuelle (ce qui ne saurait être remis en cause sans sexisme), un poste obtenu en accouchant trois fois (idem) et un égo de la dimension de la cathédrale Notre Dame de Paris avant l’incendie (mais sans rapport avec sa maîtrise de l’orthographe).
    Elle est donc parfaitement fondée à juger le corps médical aussi pusillanime qu’incompétent et a décidé de prendre elle-même le problème à bras le corps (en heure ouvrable et en dehors des vacances). Ce qui consiste à nous forcer à passer le plus clair de notre temps à suivre ses directives dans le labyrinthe socio-bureaucratique (en heure ouvrable ou non et au dépend de nos rares jours de congés).
    Elle a parfaitement réussi à nous bousiller la vie et nous a conduit à conclure qu’il existe de très bons enseignants dans ce pays et qu’ils sont soit à la retraite depuis les accords d’Evian, soit se sont reconverti en blogueurs-écrivains.

    • Rien ne vous oblige à obéir à la maîtresse. En maternelle, l’école de mes filles a décidé d’envoyer mon aînée voir un psy. Nous avons obtempéré, car nous nous en serions voulu de passer à côté de quelque chose. La psy n’a pas compris et nous a dit qu’il était inutile de revenir. La petite enfance de ma fille était effectivement compliquée avec de grosses colères face à la frustrations, mais c’était déjà en train de bien s’améliorer (sans psy, juste avec le poker face parental et le fait que ça ne lui donne jamais gain de cause) et elle gère bien ses émotions aujourd’hui.
      Après, il y a aussi des enseignants qui ont effectivement de l’expérience et savent alerter quand il sentent que quelque chose pourrait être fait pour aider un enfant. Tout n’est pas forcément à jeter dans leur avis, mais ce n’est en rien une obligation ou alors c’est l’école qui a un problème.

      • Oh mais si la maîtresse s’étaient contentée de nous demander d’aller voir un psy, tout irait bien et je n’en parlerais même pas! D’ailleurs, pour nous non plus les psy ne comprennent pas. Mais elle si. Le seul ennui est qu’elle est la seule à avoir des problèmes avec l’enfant matricule 789.321, mais que c’est à nous de le régler. A noter que les détentrices de BAFA de moins de 20 ans au centre aéré n’ont pas de problèmes, elles.
        Il n’est ni surdoué ni asperger ni HPazerty. Mettons que c’est visiblement un rond qui n’entre pas dans le carré prévu à cet effet. Lequel carré est parfaitement défini par des gens d’une grande compétence et d’une profonde bienveillance.
        Aucun rapport avec la chute libre connue par le niveau scolaire national, particulièrement quand on a la curiosité de regarder les statistiques comparatives mondiales.
        Bref, je m’emballe alors que c’est un problème devenu classique, visiblement.

  28. l’humanité a toujours eu du mal avec le fait qu’elle ne sert à rien et n’impacte en rien l’Univers …
    du coup elle a créé les religions et le spirituel et maintenant ça …
    au moins les religions avaient un peu plus de gueule ..

    • C’est l’une des voies vers le bien être. Remarquer, voire quantifier, notre propre insignifiance, au regard de l’échelle de l’Univers, de l’espace et du temps et de ce qui se trouve peut être ou non au delà.

      Puis l’accepter, en pleine conscience. Le mettre dans un coin de son cerveau sans l’oublier, et passer à autre chose (sauf si vous êtes astro physicien, auquel cas c’est votre job de nous le rappeler). Le bonheur n’est peut être que le fruit de réactions biochimiques de notre organisme, ça n’en a pas moins un effet réel sur notre équilibre interne ; donc droguez vous à la dopamine (la naturelle, celle que vous produisez tout seul ; je ne jugerai pas des moyens que vous utiliserez pour cette objectif). Vivez pleinement selon les règles morales que vous estimez justes, et peu importe si ladite morale est avant tout une construction sociale purement humaine, n’a aucune réalité historique, encore moins biologique ou physico chimique : c’est une construction humaine, vous êtes humains (sauf Stéphane qui est un paradoxe binaire conscient), donc kamoulox.

      • Attention, tu confonds Stéphane et Stephane. Stephane avait un bien trop haut potentiel (potentiel en tout: intellectuel, émotionnel, retour de l’être aimé, …) pour même considérer l’existence des accents.

  29. Cher Maître, vous raillez le cinéma français mais laissez moi vous conseiller « Illusions perdues », je pense que vous apprécierez. Beaucoup.

    • Désolée j’ai bloqué au singe avec les timbales …. Cymbales (rien à voir) l’image reste gravée maintenant😂. Merci pour ce décorticage en règle d’un phénomène qui commence à bien me saouler. Les gens uniques qui veulent rentrer dans des cases ça me fait rire.
      Merci encore pour cette liberté de ton.

  30. Oh putaing, j’avais pas autant rigolé depuis longtemps. Encore meilleur que les critiques de films.
    Notons que je sais parfaitement que si je rigole, c’est parce que le texte est particulièrement drôle. Je dois moi aussi être un très haut potentiel.

  31. C’est…. grave si je me reconnais pas DU TOUT dans cette description des HPE qui sont en fait juste des gens normaux ? Parce que j’ai essayé de répondre sincèrement au questionnaire pour rigoler et j’ai eu a peu près autant de non que de oui :/

  32. Le truc c’est que des tas de gens (dont je fais partie), on appris chez leurs parents et/ou à l’école supérieure (après le bac dans les écoles pour bons élèves qui ont morflé au collège et au lycée parce qu’ils avaient la mauvaise idée d’aimer l’école) à contrôler leurs émotions, ne pas les exprimer, se construire un égo de « meilleur ». Et comme ces gens-là ont assez souvent fini « manager » ou homme politique, et créé un monde professionnel où l’humain doit s’aligner sur les performances et le fonctionnement des machines, les gens normaux morflent et cherchent à se différencier de leurs chefs robotisés. Alors on invente les HPE et les HPI, pour donner à tous ces gens qui ont l’outrecuidance d’exprimer leurs émotions et de réfléchir comme des humains une case où ils deviennent exceptionnels. Ca les console, ça donne un sens à leur vie, ils quittent leur taf pour se mettre à leur compte, ils gardent leur taf en expliquant leur difficulté par leur « HP » et hop, les systèmes inhumains peuvent continuer à fonctionner. L’alliance du pouvoir temporel et du pouvoir clérical (le spirituel c’est autre chose, respectons l’esprit) version 21e siècle.

    • Kewa ? Vous voulez dire que faire descendre l’espoir du paradis sur Terre n’aurait pas débarrassé l’humanité de son irrationalité ?
      Choqué je suis…

  33. Cher Odieux, c’est fou ce que vous pouvez être désobligeant!!!! ^^ Et les douze glorieuses de Roland…!!!???!!! ^^ « Universal soldiers, Stargate, Independance Day, Godzilla, the patriot, le jour d’après »…!!!
    Oui, bon j’avoue, ça reste du Roland… Non, il a fait une chose de bien tout de même, il a produit « Passé Virtuel », ça compte quand même!!! ;-)
    Sinon, j’ai plein d’idée qui se bousculent dans ma tête moi aussi, mais chez moi, ça devient vite le bordel… Rien avoir avec une espèce d’arbre… :-p

  34. Oh merci ! Enfin un article qui dénonce tous ces p***** d’HP autodiagnostiqués de derrière les fagots. C’est déjà ridicule pour les parents qui ont tous des gosses HP pour excuser leurs résultats catastrophiques en classe (non, Kévin a juste une concentration de moule parce que tu l’as gavé aux écrans et que le samedi devant les anges à la place de sortir le promener ou faire une activité manuelle c’était moyen…). Mais alors là on a la 2eme vague avec les adultes…

    • Nicolas Eymerich aurait utilisé ce test pour détecter les HPB, Haut Potentiel pour Bûcher.

      • Je trouve dommage de rabaisser à ce niveau de comparaison le nom de Nicolas Eymerich, qui est sans doute un des personnages fictifs les plus dérangeants et effrayants jamais écrits…

        Mais HPB, je note ! Bon en fait certains RH ne font rien d’autre quand ils te sélectionnent pour torture mentale jusqu’à ce que tu fasses ton autocritique et avoues être la cause de tous les malheurs de la boite…

  35. M’enfin ? Mais qu’est-ce donc que cela ? Est-ce à dire que je suis comme les autres ? Même pas un petit peu au-dessus de la mêlée ??? En même temps, il faut bien avouer qu’avoir cru à tout ça ne serait-ce qu’un instant sans la moindre once d’esprit critique démontre deux choses : 1) je ne dois pas avoir un si haut potentiel intellectuel que ça (mais où sont ces put* de couteaux ???) 2) il est encore possible de faire se retourner dans sa tombe M. René Descartes. Je plaisante bien entendu, tout le monde sait que dans Potentiel, il y a… potentiel. :-)
    Je ne sais pas si je suis HPI/HPE/beau/bien équipé et je m’en fous un peu à dire vrai, mon décalage doit venir du fait que je n’ai pas atterri à la bonne époque ni sur la bonne planète (saloperie d’entropie). Vivement que je retourne dans mon cosmos originel. Et de toute façon, même si je le savais, je ne vous le dirais pas, bande de petites pervers !!!
    Et non, je ne suis pas une spore de ruche tyrannide !!! Je veux bien à la limite être un frère de l’Astartes (ou mieux, un Chevalier Gris !) mais c’est juste pour vous faire plaisir, hein ? C’est tout moi ça… Ma gentillesse et ma bienveillance gratuite me perdront…

    • « – Mais vous êtes tous différents, tous uniques !
      – Nous sommes différents, nous sommes uniques !
      – Non, pas moi. »

  36. Oui c’est très bien de parler du business à la mode, mais surtout… Pourquoi tenter de convoquer un flagelleur mental via un pentacle? Ils sont déjà parmi nous, un HPE les a vu! Ce ne sont pas des créatures dimensionnelles. Oui, cela me tourmente.

  37. Mr Connard je proteste vivement à une de vos remarque cynique : « il faut dire qu’il n’est pas de bon conseil, puisqu’il vous propose toujours de résoudre les situations sociales par un bon reniflage de cul » car ce chien est de fort bon conseil, un reniflage de cul peut résoudre toutes les situations sociales !!!… Tiens je vais aller créer un micro-parti moi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.