50 nuances pas claires

Le vent souffle en bourrasques qui font claquer mon manteau, alors que la pluie fouette mon visage. Des cieux noirs s’abat un éclair qui en tombant dans le parc voisin, illumine la nuit quelques secondes pour révéler mon adversaire dans toute son horreur. Ma main serre la garde ma rapière, mon pied prend appui sur le bord du toit. Bientôt, tout sera terminé.

« Patron ! crie la voix de Diego par dessus le chaos de l’orage.
– Silence, Diego ! Ce soir, tout doit s’achever !
– Patron, vous menacez une jaquette de DVD, arrêtez maintenant et descendez du toit, vous allez tomber malade avec cette pluie !
– La peste t’emporte, mauvais valet ! Et mes effets dramatiques alors ? Ferme cette fenêtre et rentre maintenant, mon duel final sur le toit de ma propriété doit avoir lieu !
– Bon alors je range tout ? Je retire le coussin du fauteuil ? Le brandy de la table ? Le cigare et sa guillotine du cendrier près de l’âtre ?
– Hé bien je…
– Le sac de chats à stranguler ? La stagiaire qui glousse en repose-pied ?
– Attends Diego, attends. Ne ferme pas la fenêtre, je descends, tu as raison. »

Quelques instants plus tard, je pousse un soupir en m’installant dans mon fauteuil à spoil. Sur un plateau m’attendent la télécommande de l’écran qui me fait face, et celle du détonateur du même écran, au cas où le visionnage devienne trop insupportable.

Je le caresse, car aujourd’hui, je crains qu’il ne serve.

Diego, les mains enfoncées dans des gants de plomb, manipule avec précaution le DVD de 50 Nuances plus claires, ultime épisode d’une série dont je me suis abstenu de parler durant une année pour que chacun puisse se remettre des horreurs passées. Mais, allez ! Il est temps d’en finir avec la saga à l’érotisme proche d’une soirée comptabilité & fiches d’imposition (pour la douleur, on reste dans le ton).

Avant de nous attaquer à la bête, rafraîchissons-nous tout de même la mémoire, et rappelons les épisodes précédents.

50 Nuances de Grey. Christian Grey, millionnaire à la COTOREP, rencontre Anastasia Steele, qui d’après les premiers éléments de l’enquête, serait en fait une lèvre si enflée d’être mordillée qu’elle a désormais taille humaine. Christian veut faire signer à Anastasia un contrat pour qu’elle accepte de se faire violer, ce qui est quelque peu antinomique, mais passons. Les deux ont une relation mi-drôle malgré elle, mi-violente, mi-sexuelle mais 150% lamentable au point que le premier titre des aventures de ce garçon neuneu et de cette femme éveillée comme le cocker était Boules & Bifles. Finalement, Christian met une fessée à Anastasia, ça lui fait le cucu tout rouge, aussi le remballe-t-elle, le cucu. Christian est tout triste et joue du Maître Gims au piano. Le spoiler est ici.

50 Nuances plus sombres. Ana a quitté notre héros, et vient de débuter sa carrière dans l’édition, mais déjà, Christian veut la reconquérir et l’achète avec une soirée restaurant car non, Anastasia ne coûte pas cher, un Happy Meal et elle t’épouse. Hélas, sur le chemin de leur bonheur, plusieurs ennemis se dressent : Uzumaki Leila, une ex de Christian et ninja qui a le pouvoir de se téléporter car parfois Leila, parfois Leiplula. Darth Botox, le sosie de Palpatine qui avait initié Christian au sado-maso. Et enfin Jack Rabouin, le supérieur d’Ana au boulot, qui a tenté de la violer, mais sans contrat, ce qui est le plus grave si j’en crois ce film. Nos héros parviennent à leur échapper, et Christian demande alors à Ana de l’épouser, car il a toujours rêvé de se marier avec un cocker. Le spoiler est là.

Mais alors, nos héros vont-ils pouvoir se marier sans que leurs ennemis hurlent « Je m’y oppose » ? Sachant qu’il y a parmi eux un ninja, un sith et un rabouin, ont-ils la moindre chance ? Et surtout, Anastasia va-t-elle réussir à dépasser le QI de ses pullovers ?

Allons : spoilons, mes bons !


L'affiche

L’affiche : la seule bonne nouvelle, c’est qu’elle annonce que c’est la fin.

Notre film s’ouvre sur Anastasia et Christian enfilant leurs tenues de mariage, avant de bondir droit à la cérémonie où nous assistons à l’échange des vœux.

« Anastasia, je te promets de t’aimer et de te chérir, de traverser à tes côtés les joies comme les épreuves, de suivre, tes pas auprès des miens, le lit sinueux d’une vie longue et heureuse. Je fais tiens ce qui est mien, et plus que deux êtres, nous sommes un foyer. Je promets de ne plus te faire signer de contrats bizarres, de ne plus te ligoter en t’enfonçant des poireaux dans la boîte à taupes, de ne plus crier le nom de Kev Adams quand je jouis et…
– Ouiiii, bon, hein, on va s’en arrêter là, hein Christian, haha.
– D’accord Monsieur le curé. 
– Anastasia, vos vœux ? »

Et Anastasia de souhaiter la même chose, surtout concernant cette mystérieuse histoire de poireaux. Puis, nos deux tourtereaux vont ouvrir le bal. Et pour une fois, voici une bonne idée, alors profitez-en puisque ça ne va pas durer : le mariage est court et les mariés mettent les voiles aussi tôt que possible.

Quiconque connait la longueur moyenne d’un mariage ne pourra qu’approuver, car la bonne durée de ce genre de fête, c’est lorsqu’elle s’arrête avant que quelqu’un ne lance la chenille ou du Eye Cotton Joe.

Il fait encore grand jour quand les mariés grimpent à l’arrière de la voiture de Christian pour être emmenés droit à l’aéroport le plus proche, sous les flashs de la presse people qui ne manquerait pour rien au monde un mariage dont l’union donne un Q.I cumulé de 52. Arrivés sur place, le jet de Christian attend sur le tarmac.

« Ouaaah… c’est à toi, ça ? » s’exclame Anastasia.

Oui, parce que figure-toi Anastasia que cet avion, tu en avais déjà connaissance, mais apparemment, tu as déjà oublié les précédents films. Ou bien est-ce tout simplement qu’au moment du mariage, une erreur impliquant un traiteur zélé, une Anastasia maladroite et un plateau d’huîtres ont fait que Christian vient en réalité d’épouser un fruit de mer. Comme la différence n’est pas évidente, on peut comprendre la méprise de Christian.

Cependant, on supposera qu’entre deux scènes, un invité a réalisé la méprise en entendant glousser l’huître qu’il arrosait de citron, et aura rapporté la véritable Anastasia à son propriétaire. Nos amoureux peuvent donc s’envoler vers la capitale des amoureux : Paris.

« Ho, Christian ! J’ai toujours rêvé de passer ma nuit de noce durant une grève gare du Nord ou d’entendre un clochard insulter ma mère dans un métro aux relents d’urine ! Et puis, j’ai toujours voulu adopter des rats de poubelle ! »

Paris, disais-je, favela des amoureux.

Après cette étape magique, les larrons décident qu’il est temps de prendre le soleil, et plutôt que de s’installer des chaises longues Porte de Clichy, filent vers les plages du sud où ils vont pouvoir faire trempette, bronzette, ainsi qu’une autre rime en -ette que je vous passe pour préserver mon jeune lectorat. Je vous laisse chercher, je ramasse les copies tout à l’heure.

Cela dit, lune de miel ou non, Christian sent le naturel revenir au galop. Ainsi, lorsqu’Anastasia, profitant d’une liberté toute latine, décide de se mettre top less à la plage, Christian se fâche tout rouge parce que nom d’une pipe, tu vas te couvrir, dis voir ? Et si les gens te reluquent, hein ? Des yeux d’autres hommes posés sur toi ! C’est scandaleux ! Je t’avais dit de ne pas le faire ! Depuis quand tu penses pouvoir prendre des décisions ? Tu as un chromosome Y ? Pas que je sache ! Non mais !

Si des vendeurs de burqas me lisent, je crois qu’ils ont un client tout trouvé.

Christian, tout grognon et pour éviter les gens qui reluqueraient sa nana (alors que bon, si leur regard tombe sur elle, ce sera plutôt sur sa frange inspirée d’un pont-levis), fait vite grimper sa belle sur son scooter des mers, retourne à son bateau, et là, fait comprendre que ça va chier, et que donc, il va y avoir du sado-maso. Il demande à Ana, penché à son oreille :

« Tu te souviens du mot d’alerte ?
– Oui.
– Dis-le…
– Hmmm…
– Non allez… dis-le…
– SONDERKRAFTFAHRZEUG ! »

Ils ont pris ça parce qu’au départ, c’était « Hmmmm… » et du coup, le sexe durait environ 0,7 secondes. Mais au 145e essai, ils ont compris que ça venait peut-être de là, et pas seulement de Christian.

En tous les cas, notre millionnaire sort les menottes, et c’est parti pour du sexe aussi excitant qu’une photo de Robert Ménard. L’affaire promptement réglée, voici que l’ordinateur de Christian fait bip : c’est Ross, une de ses employées à Seattle, qui informe qu’un terrible drame vient de se jouer.

Un homme a réussi à rentrer dans les locaux de Grey SARL, s’est déguisé en agent de maintenance, a infiltré la salle des serveurs en piratant les serrures électroniques avec du matériel dernier cri, puis a effectué un vaste piratage et volé des données personnelles de Grey avant de laisser derrière-lui des explosifs qui ont eu raison des serveurs et démarré un incendie vite maîtrisé. Sur les images qu’envoie Ross à Christian, Ana reconnait un homme :

« Mais c’est JACK RABOUIN ! »

Pour votre information, Anastasia arrive à identifier Jack à partir de cette image. Je pense qu’elle est prête pour apparaître dans un épisode des Experts.

Que ? Attendez ! Jack Rabouin, l’ancien supérieur d’Anastasia qui a tenté de l’agresser ? Il sait pirater des serveurs, infiltrer en commando des lieux de haute sécurité et maîtrise en plus les explosifs ? Mais le mec était éditeur ! ÉDITEUR !

Un éditeur maléfique, à la limite, ça vous donne ça :

« Hinhinhin, Anastasia, vous êtes perdue !
– Comment ?
– Oui, pendant que vous ne regardiez pas, j’ai réduit votre à-valoir ! Quant aux paliers des ventes, je les ai… je n’ose le dire… je les ai RÉDUITS DE 1% !
– MONSTRE ! Comment avez-vous osé ? Et les droits audiovisuels ?
– Ahaha, je les avais cachés dans la partie sur les options électroniques et traductions ! Hahaha, je suis diabolique ! DIABOLIQUE ! »

Vous comprenez pourquoi on fait généralement peu de films sur les éditeurs maléfiques.

Non, mais sans rire : jusqu’ici, on avait donc une ninja et une seigneur Sith. Maintenant, voilà qu’on se tape un mec qui a appris l’art du piratage en relisant les manuscrits de T’Choupi installe Linux et les explosifs avec T’Choupi en Syrie.

Et les rélévations pleuvent, car Anastasia comprend que Chrichri lui cache des trucs.

« Chrichri, tu me caches des trucs.
– Comment ? MWÂ ?
– Oui, rien que ta prononciation de « Moi » te trahit, gros naze. Allez, accouche.
– Bon, je ne voulais pas t’inquiéter, mais tu te souviens l’accident d’hélicoptère auquel j’ai survécu dans le précédent film ?
– Oui.
– Hé bien… les inspecteurs pensent que ce serait un sabotage.
– Mais alors Jack aurait aussi appris l’art subtil de saboter un hélicoptère sans empêcher son décollage pour causer un accident en vol ?
– Je crois me souvenir que sa maison éditait T’Choupi contre Daniel Balavoine.
– Ho !
– Mieux vaut rentrer à Seattle tirer tout ça au clair.
– Tu veux que j’allume une lampe ?
– La SITUATION, Anastasia, concentre-toi un peu ! »

L’affaire est entendue, nos Américains retrouvent le pays du hamburger, et par sécurité, on détache auprès d’Anatasia deux gardes du corps qui se relaieront. Ça papote aussi installation de Madame chez Monsieur, si elle va refaire la déco, si elle va devenir reloue avec le personnel de Christian et si elle veut un enfant. Ce qu’elle veut, et lui aussi mais heu, pas tout de suite, hein, haha, ho, tu as vu l’heure, si on allait se coucher et qu’on en parlait plus tard ?

« Mais Christian, il est 14 heures.
– OUI OUI C’EST ÇA, AU LIT, HOLALA JE DORS, RON PCHIIIT.
– Christian tu es censé t’allonger et fermer les yeux avant de dire « Ron pchiiit ».
– Ho, hé, je te demande de faire deux choses à la fois moi ? »

La journée se passe sans que le sujet de l’accouplement neuneu-cocker ne soit évoqué. En tout cas, si jamais progéniture il y a, j’offre le sac en plastique, la brique, et la course jusqu’au cours d’eau le plus proche.

Anastasia peut donc retourner travailler, au poste, rappelons-le, que Jack Rabouin occupait anciennement. Elle est d’ailleurs confirmée dans ses fonctions (ce qui était aussi plus ou moins déjà le cas, mais apparemment, personne n’a visionné les films précédents comme déjà dit, même si c’est quelque chose que je comprends tant je ne le souhaite à personne). Évidemment, sa promotion éclair lui attire quelques jalousies, comme celle de Lise, la nana dont on ne suspecte pas du tout qu’elle va être vilaine.

« Pourquoi on me suspecterait ?
– C’est facile Lise, regardez. Je me tourne…
– MMmmmmohohohoHOHOHOHOHO
– Je me retourne ! Et voilà, vous étiez en train de vous frotter les mains en riant diaboliquement, non ?
– Non pas du tout.
– Bon alors je retourne à mon travail.
– Mouiiiii faites celaaaa…. MmmmmohohohohHOHOHOHO !
– Vous voyez vous le refaites ! »

Je me demaaaaande qui est la traîtresse dans ce bureau, dites-voir.

Cependant, le danger le plus immédiat n’est peut-être pas de Satanas du beau sexe, car alors que notre héroïne est occupée à travailler ses dernières parutions (d’inconnus complets, mais Anastasia est évidemment géniale et réussit tout ce qu’elle fait), voici que Christian déboule dans son bureau, furieux et triste.

Comment on sait qu’il est triste ? Parce que le film respecte la même règle : plus Christian est triste, plus il est barbu. On supposera donc que si jamais il devient dépressif, il finira hipster. Ce qui expliquerait bien des choses, mais revenons au sujet de sa visite surprise.

« ANASTASIA !
– Heu, oui ?
– QUÉQUECÉ QUE CE BORDEL ?!
– C’est-à-dire ?
– J’AI ENVOYÉ UN MAIL À ANASTASIAGREY@EDITEURFOIREUX.COM, IL M’EST REVENU !
– Oui puisque ce n’est pas mon adresse.
– C’EST QUE TU N’AS PAS CHANGÉ TON NOM, SA RACE LA VILAINE ! »

Oui, ou alors c’est que son adresse est agrey@editeurfoireux.com ou a.grey@editeurfoureux.com ou grey.a@editeurfoireux.com.

Il s’est écoulé deux heures depuis qu’ils se sont séparés, mais Christian a déjà sa barbe de tristitude. Il est fort, ce Christian.

Mais non, Christian est comme ça : il envoie à une adresse au pif, ça ne marche pas, alors il se déplace en personne pour faire un caca nerveux d’une telle puissance que son pantalon de costume est trop ruiné pour la blanchisserie : ce sera le feu, et encore, on demandera de se tenir à distance du bûcher de son froc.

Anastasia, cependant, lui explique que, ben, non, c’est juste qu’elle a gardé la même adresse de boulot : anasteel@editeurfoireux.com (parce que Anastasia en entier, ça ferait grande personne, je suppose)

Accessoirement, ça fait deux heures qu’elle avait autre chose à faire, mais aucun d’entre eux n’a l’air de se souvenir de cet élément. À la place, ils se disent juste que bon, ils verront plus tard, que c’est fini, allez, fais-moi un bisou. Et en effet, le soir venu, Christian vient chercher Ana au travail pour lui faire une surprise moins désagréable.

Et l’emmène loin de la ville dans un splendide manoir à la campagne. Et lui annonce :

« Anastasia… tu te souviens de ce manoir ? Un jour que tu l’avais vu en faisant du voilier avec moi, tu as dit que tu le trouvais beau. Alors… je l’ai acheté pour que nous y habitions…
– Hooo, Christian tu es formidable !
– … ET MAINTENANT LAISSE-MOI TE PRÉSENTER BLONDIE, L’ARCHITECTE QUE J’AI ENGAGÉE POUR RASER LE MANOIR ET FAIRE UN BUNKER MODERNE À LA PLACE !
– Christian, tu es une merde. »

Blondie, par ailleurs, fait les yeux doux à Chrichri. Aussi, sitôt que Christian doit répondre au téléphone et s’éloigner, Anastasia décide d’utiliser ses nouveaux pouvoirs de femme de Christian, et ordonne à l’architecte de fermer sa bouche, ranger ses mains, plier ses gaules et revenir quand elle sera professionnelle et n’essaiera pas de transformer une maison ancienne en boîte à goûter géante en verre.

Ah, notre héroïne aurait-elle enfin atteint un QI à deux chiffres ?

Non, car aussitôt, elle propose à l’architecte de revenir quand même parce que péter des pans entiers du bâtiment, ça l’intéresse. Nous voilà rassurée : notre héroïne reste une frange qui parle.

Toujours est-il que Christian ayant entraperçu cette mise au point, est tout excité. Il tire donc sur son pantalon du bout des doigts, écarte l’élastique de son slip, et s’adresse à son kiki qui est, rappelons-le, sa principale source de prises de décisions.

« Hé bien kiki, ma femme qui donne des ordres, c’est excitant, qu’en penses-tu ?
– Laisse-laaaaaa conduire la voituuuuure au retoooooour !
– Allons kiki, quel rapport avec la choucroute ?
– Laisse-laaaaaa conduiiiiiire, nom d’une pipe ! Je suis ton zboub, faaaais-moi confiaaaaance un peu !
– Bon, bon, c’est toi le preneur de décisions, d’accord. »

Et Christian de suivre l’avis de son kiki et d’annoncer à sa femme que puisqu’elle a envoyé chier Blondie, elle mérite bien de conduire la voiture pour revenir à Seattle. Sauf qu’Ana fonce un peu trop vite et sème la voiture des gardes du corps qui les suivaient. Or, entre les deux, un véhicule s’est glissé… un mystérieux 4×4 qui leur colle aux basques. Et d’après les gardes du corps, qui ont vu la plaque, c’est une fausse !

Ah, oui : Ana se mord bien entendu toujours autant les lèvres, fut-ce parce qu’elle touche un volant.

« Seigneur Christian, qu’allons-nous faire ?
– Une seconde, laisse-moi… mgn… mgggnnnn…
– Christian, pourquoi ouvres-tu ton pantalon maintenant ?!
– Pour prendre conseil bien sûr ! Kiki ! Oh, kiki, c’est toi qui as eu l’idée de laisser conduire Ana, et maintenant, nous sommes dans de beaux draps ! Que doit-on faire ?
– Christian, est-ce que tu es vraiment en train de demander conseil à ta teub ?
– Ben quoi, c’est toujours comme ça que j’ai fait ! Sinon, je ne t’aurais jamais épousée d’ailleurs et… attends, non, bon, kiki, c’est quoi ton plan ?
– Anaaaaa doit tenter de semeeeeeer le margouliiiiiin !
– Ana ? Semer un mec en voiture de sport ? Ana qui n’a conduit qu’une vieille merde jusqu’ici et qui est à peine capable de faire dix mètres sans trébucher comme une gourdasse ?
– Celle-lààààà mêêêêêême !
– Tu as raison kiki, faisons ça ! »

Et croyez-le ou pas, ce plan se passe sans accroc, parce qu’en fait, Ana l’étudiante neuneu en littérature est en fait une déesse du pilotage parce que heu… ah, oui, pardon. C’est vrai que depuis le début, c’est une gourdasse, mais une gourdasse qui réussit absolument tout sans explication. On dirait un peu le pitch d’Avatar, vu comme ça, d’ailleurs, mais passons. Elle fonce dangereusement jusqu’à Seattle, où enfin, ils arrivent dans un parking après avoir semé de justesse leur poursuivant, et toute excitée, Ana se tourne vers Christian.

« Christian, je suis toute excitée !
– Aha ! Je savais que mon kiki avait raison ! Mais bon, là, on est dans un parking.
– Je m’en fous, allez, baisouillons !
– Ana ! Ana bordel que… non mais… aaah mets pas ta jambe là ! Ana, merde, tout ce que tu vas niquer, c’est les sièges ! »

Et après un coït de 17 secondes chrono, c’est bouclé.

Vous pensez que j’exagère ? Attendez. Attendez parce qu’à force de recevoir des mails me demandant de souffrir à votre place, j’ai dû louer le film. Non, pas télécharger : louer.

Du coup, je vous laisse vérifier par vous même grâce à ces captures d’écran :

Fig 1 : Christian tente d’insérer le truc dans le machin. Fig 2 : Ayé, j’ai fini.

À part ça, sinon, concernant le fait que vous étiez vaguement en danger les petits amis, rappelons que nos héros n’ont jamais eu l’idée de ralentir un peu pour que les garde du corps les rattrapent sans pour autant laisser loisir à leur poursuivant de les embêter, ou plus simplement, d’appeler la police pour signaler un véhicule avec fausses plaques derrière eux.

Puisque là encore, sinon, le film s’arrêtait là.

En lieu et place, nos héros se retrouvent chez eux le soir avec leurs gardes du corps qui bredouillent qu’ils ont un peu merdé, et ont juste obtenu la photo d’une femme mystérieuse qui conduisait le véhicule à leur suite.

Une femme mystérieuse ? Je me demande tellement qui c’est. À tout hasard, est-ce qu’elle faisait « Mohohohoho » en conduisant ?

Au hasard, hein.

Tiens Diego, d’ailleurs tu sais le sac de chatons ? On va le mettre directement dans le feu. On entend plus de choses sensées dans des miaulements d’agonie que dans les dialogues de ce film. Voilà. Quelle douce chanson à mes oreilles.

Enfin. Revenons à nos moutons. S’ensuit une conversation entre nos deux héros où Christian veut que sa douce le suive partout désormais, sauf qu’elle lui répond qu’elle a du boulot ici, elle, avec tous ses albums de T’Choupi encore à paraître que Jack avait mis dans les tuyaux du temps où il était en poste. Elle déclare alors :

« Et si je te coupais les cheveux ?
– Hein ? Mais QUOI ? Quel est le putain de rapport avec nos poursuivants de tout à l’heure ?
– Je sais, c’est les dialogues, moi aussi ça me fait bizarre.
– Surtout avec ta coupe, d’ailleurs. Vu ta frange, les coiffeurs doivent tirer à vue.

– Je sais, mais bon. Le script. Scène érotique de coupe de cheveux sans logique ?
– Rrrrr. »

Notre héroïne après avoir lavé les cheveux de son mari avec un érotisme bluffant (« Oh oui, remets-moi du Ptit Dop qui ne pique pas les yeux, coquine !« ), décide de passer à la seconde partie : la coupe en elle-même. Elle va donc chercher les accessoires qui vont bien pour mêler salon de coiffure et sadomasochisme (une tondeuse, un brassard des FFI et un calendrier de 1944), lorsqu’elle découvre près des ciseaux que Christian cache dans son bureau un revolver. Celui de Leila la ninja, et qu’il a toujours. Nul doute qu’il servira plus tard, mais je dis ça AU HASARD encore une fois.

Plus que le pistolet de Leila, c’est ainsi le fusil de Tchekhov.

Le lendemain, Christian part en voyage d’affaire, laissant sa femme avec ses gardes du corps à Seattle. Et ordre de ne pas sortir le soir. Mais c’est sans compter sur Anastasia qui ne peut résister à l’appel des copines qui l’invitent à sortir dans des clubs, glousse, glousse, rigole, rigole, bave, bave.

Mais évidemment, un soir en rentrant chez elle… tiens ? Les lampes ne marchent pas ? Tant pis je… ho ! Mais qu’est-ce que ? Quelqu’un derrière moi, un couteau sur ma gorge ? Mais qui…

« JACK RABOUIN !
– En personne !
– Maintenant vous êtes aussi cambrioleur et roi du couteau ?
– T’Choupi et l’Est parisien, ça te dit quelque chose ?
– Mon dieu, j’aurais dû m’en douter ! Vous ne vous en tirerez pas comme ça ! »

Jack Rabouin et son arme diabolique : le couteau à bout rond. Monstre !

Et c’est vrai puisque Jack Rabouin avait oublié que notre héroïne avait ses gardes du corps, ce petit détail, eux-même disposant de pétards, ce qui a tôt fait de dissuader le roi du couteau de poursuivre son sinistre projet, car malgré ses bonus de backstab, il n’a pas assez de points de vie pour encaisser 40 balles de 9mm. En tout cas, c’est son calcul, là, comme ça, au débotté. Le bougre est par conséquent arrêté, et jeté aux fers.

Quant à Christian, il rentre en urgence et fait du boudin parce que le souci, c’est pas qu’un mec rentre chez lui les doigts dans le nez, le souci, c’est que sa nana a désobéi et est sortie sans autorisation (alors que le danger était chez elle, et pas au dehors, comme quoi en plus elle avait raison).

Christian, tu es décidément fabuleux. Et psychopathe. Mais fabuleux.

Et quand il a achevé de faire du boudin, comme il se doit, il veut faire des cochoncetés. Ce qui est fait, avant une explication avec Madame sur le fait que snif snouf, tu m’as désobéi, mais que bon, c’est vrai, puisque tu insistes, si tu estimes avoir le droit de voir tes amis, dans ma grande bonté, je t’autorise un weekend avec eux. Mais je me joins à vous, hein, parce que ho, bon hé, faudrait pas que tu penses être libre non plus.

Et la fine équipe de partir en weekend à la campagne, ouiiii !

Sur place, Christian impressionne son monde en se mettant au piano et en chantant en plus de jouer. Son interprétation douce et enchanteresse de Crazy Frog est un succès. Puis la nuit vient, et ses cochoncetés sans intérêt que je vous passe pour la sauvegarde de votre santé mentale. Le lendemain, les amis de nos héros sont juste surpris de trouver de la glace dispersée un peu partout dans la cuisine et la trace d’un cul sur la table de la salle à manger. Le petit déjeuner se fait donc en silence, à observer sur la table cette forme étonnante qui blufferait l’archéologue aguerri tant on n’y trouve la trace d’un unique trou de poteau. Mais avant que l’on ne mette l’INRAP sur l’affaire, la fine équipe, moins Christian qui a du boulot, décide d’aller se promener dans les montagnes voisines.

Pendant que ses petits compagnons sont partis, Christian reçoit cependant de nouvelles informations sur le passé de Jack Rabouin : d’abord, il est aussi originaire de Détroit, comme Christian. Ensuite, tout comme lui, il a connu des familles d’accueil (même si dans le cas de Christian, c’est pas clair : tantôt le script dit qu’il a été adopté par maman Grey direct, tantôt non, même l’auteure ne sait plus), mais surtout, il avait pour habitude de coucher avec une de ses assistantes puis de la faire chanter avec une ex-tape. Et il reste une assistante toute dévouée à Jack dans les bureaux.

« Hmmm… je ne vais surtout pas prononcer son nom à voix haute pour que le spectateur ne sache pas qui est la traîtresse. »

« C’est Lise. » répond la salle.

« En tout cas, je me demande qui Jack va envoyer pour le servir maintenant qu’il est en prison.. »

« C’est Lise ! » insiste la salle.

« Oui, faisons-ça : gardons l’information et ne prenons pas plus de mesures contre cette personne qui était l’assistante de Jack et bosse dans l’édition mais dont je ne donne pas le nom. »

« MRRRAAAOOOOOWAAAAARRRAAAAW » font les chatons du deuxième sac que je viens de lancer dans la cheminée.

Ana et ses amis, eux, se promènent dans les montagnes, font étape en ville pour faire du shopping (mais toujours en buvant du vin, comme tout le monde en permanence dans ce film ; ils devraient tous crever de cirrhose avant leur 35 ans, et Ana avoir le pif de Depardieu). Puis tout le monde va en boîte, et là, braves lecteurs, là… le frère de Christian qui sort avec la meilleure amie d’Ana, Kate, demande cette dernière en mariage.

HOLALA LES DEUX MEILLEURES AMIES QUI ÉTAIENT COMME DEUX SŒURS QUI ÉPOUSENT DEUX FRERES, ON VOYAIT PAS ÇA VENIR !

D’ailleurs… je… attendez ? Diego ? Viens voir. Tu as pensé à changer les piles du détonateur ? Pourquoi la télé n’explose-t-elle pas ? Parce que là, je ne souhaite rien d’autre tant c’est mièvre. Va les changer et reviens s’il-te-plaît, merci.

Mais à son retour à Seattle, une terrible nouvelle attend notre amie : Jack Rabouin va être libéré s’il paie une caution de 500 000$, ce qui fait quand même beaucoup de brouzoufs, elle devrait être tranquille. Notre héroïne le sait car elle est allée, habilement camouflée, assister à l’audience.

Le déguisement d’Anastasia est parfait : qui pourrait la reconnaître, elle, sa tête basse, sa frange de blogueuse de 2008 et son garde du corps debout derrière elle ? Personne, car elle a… des lunettes de soleil !

D’autres nouvelles attendent cependant notre fière Ana, comme par exemple le fait qu’elle est enceinte de six semaines ! Palsembleu ! Que d’événements ! Il n’y a plus qu’à aller l’annoncer à Christian.

« Christian, je… je suis enceinte. Voilà, c’était pas prévu, mais hop.
– Comment ? Nom d’une pipe Ana ! Je ne suis pas prêt à être père !
– Ni moi à être mère ! MAIS IL FAUT FAIRE AVEC ! »

« Et l’avortement ? » hurlent des centaines d’Argentines en balançant des parpaings contre les vitres blindés de nos deux couillons, qui tout en mangeant leurs petits pois la main sous la table (quelle belle éducation), se disent que voilà, c’est le destin, maintenant, on ne peut plus rien y faire.

Car rien ne peut arrêter le destin.

À part, disons, un cintre voire un escalier, mais passons.

Christian, bougon, décide d’aller se changer les idées en se collant une murge, tant il est vrai que ça faisait bien huit secondes qu’on ne l’avait pas vu avec un verre à la main. Il va donc probablement s’enfiler des 8-6 en intraveineuse, et une fois qu’il est tellement défoncé qu’il trouve la coupe de cheveux d’Anastasia belle, il rentre à la maison. Et je tiens à saluer le jeu d’acteur de notre héros, qui me rappelle les plus grandes heures de Francis Huster. Ce qui n’est pas peu dire.

Mais voilà : alors que Christian se couche, lâche un pet aux relents de houblon puis s’endort, Ana voit sur son téléphone un SMS de Darth Botox, son ancienne maîtresse de SM, qui remercie Christian d’être passé la voir. Trahison ! Ana décide donc… de faire du boudin.

Mais ça suffit ! Ça suffit de faire la tête tour à tour depuis plus d’une heure, maintenant !

C’est bien simple, depuis le début de ce film, les deux personnages passent leur temps à faire du boudin pour un oui ou pour un non. Parce que t’as pas changé ton adresse mail, parce que l’architecte elle t’a touché l’épaule, parce que tu as voulu te mettre top less, parce que tu es sortie avec la mauvaise personne…

Je propose de renommer ce film 50 Nuances de boudin.

Je vous laisse l’interpréter comme vous voulez, vous noterez que ça colle toujours.

J’en profite : j’ai parlé du jeu d’acteur de l’ami Christian, mais Anastasia est aussi bluffante : depuis qu’elle est enceinte, elle se caresse le ventre en prenant l’air un peu contrite, ce qui donne plus l’impression qu’il y a un tacos qui passe mal et qu’il faut pas rester derrière que le fait qu’elle attende un enfant.

Ou bien attend-t-elle un tacos. Vu l’ADN des parents, c’est crédible.

Enfin, notre héroïne retourne au travail pour donner des ordres à ses douze assistantes qui occupent tout un étage, avant de s’enfermer dans son bureau géant, comme toute éditrice qui se respecte. Mais là, elle a un appel et son téléphone lui indique que c’est Mia, la sœur de Christian.

« Allô Mia ?
– Hahaha non c’est… JACK RABOUIN !
– Pourquoi prononce-t-on toujours votre nom en majuscules ?
– Je ne sais pas. Tout petit déjà je… attendez, n’essayez pas de changer de sujet ! Tenez, je vous envoie une photo de Mia ligotée et baillonnée ! Haha, que dites-vous de ça ?
– Ah, tiens, vous aussi vous aimez le sad-maso, Jack ?
– Mais non, bougre de conne ! Je l’ai kidnappée !
– Hoooo, pardon.
– Depuis que l’on a payé ma caution de 500 000$ dans la journée, je suis de retour !
– Alors oui mais qui ?
– Qui quoi ?
– Qui a payé 500 000$ ?
– … ah merde. Oui, le script a oublié ce détail !
– C’est embêtant.
– Bon, on va dire que j’avais 500 000$ sur moi quand j’ai été arrêté. C’était la monnaie du pain. Mais bon, on s’en fout, reprenons ! C
omme tu as ruiné ma vie, j’exige que tu me donnes… CINQ MIYONS DE DOLLARS ! Dans deux heures !
– Mais Jack, vous êtes un peu con ? Moi je suis la femme de Christian, c’est lui qui a le pognon. Tu crois que je retire cinq millions de ses comptes comme ça ?
– Ah oui, merde. Bon heu… hé ben tu te débrouilles, voilà ! Le script il dit que tu peux, alors go ! »

La version réaliste du film : une étudiante en 2018 aurait du mal à reconnaître son amie sans ses filtres. Zoomez si c’est trop petit.

Ana rentre chez elle, ne prévient personne, et est rappelée par Jack depuis un autre téléphone.

« Ah et le fric, en liquide et dans des sacs.
– Vous pouviez pas le dire au premier appel ?

– Je te rappelle dans quel film nous sommes ?
– Ah oui c’est vrai. Bon, donc je rentre dans une banque et je demande cinq millions de dollars dans des sacs. Je suis sûre que personne ne va trouver ça louche.« 

Lâche-moi Diego ! Ramène-moi le détonateur ! Fais sauter cette télé et moi avec ! Tu vois ce qui arrive quand une auteure qui écrit une version cul de Twilight pense pouvoir mener une intrigue policière ? Diego, reviens ici tout de suite !

Tu ne perds rien pour attendre, Diego. Suivons en attendant notre héroïne.

Ana décide donc de prendre UN sac (elle n’a pas encore appris le concept de pluriel), le pistolet qu’elle avait trouvé dans le bureau de Christian, et une de ses voitures de sport. Et c’est parti pour… heu… pour…

Attendez. Est-ce une scène où Anastasia rentre dans une banque avec un pétard dans le slip (que personne ne remarque), rentre dans un bureau, exige cinq millions de dollars en liquide dans un sac et tout se passe comme sur des roulettes ?

DIEGO, POUSSE-MOI AVEC LA TÉLÉ DANS LE FEU, VITE !

Parce que oui. Le banquier se contente de hausser les épaules en voyant un fruit de mer lui réclamer du pognon, et tout au plus, demande confirmation à Christian Grey. Qui laisse faire, car il flaire que quelque chose de louche se passe et qu’il doit faire confiance à Ana.

Pour rappel : Christian ne la laisse pas boire un verre seule ou voir ses amis, par contre, courir la nature avec 5 millions de dollars, aucun souci.

Grey saute dans sa voiture avec son propre garde du corps et fonce tenter de rejoindre Ana. Il a juste donné comme instruction au banquier de faire tout ce qu’elle dit sans poser de questions.

Ana en profite.

« J’aimerais sortir par l’issue de secours, mon garde du corps m’a suivie. Et là où je dois aller, je dois y aller seule, comme on dit avant caca.
– Je… Madame Grey, si vous pouviez nous épargner vos analogies…
– Hihi, analogies.
– Bon, heu, écoutez, prenez la sortie de secours, soit.

– Super. Et puis il me faut votre téléphone.
– Soupir… teeenez.
– Et puis il me faudrait votre blouson, vos bottes et votre slip.
– … voiciiiiiii, est-ce touuuuut ?
– Non, maintenant, vil banquier, j’aimerais que tu lances Youtube et regarde en boucle la pub de ta société avec Gad Elmaleh. Souviens-toi.
– Écoutez je… non, pitié ! Pitié, je n’ai pas mérité ça ! »

Ana file, et a un nouvel appel de Jack.

« Maintenant, tu vas sortir de la banque.
– Oui parce que vous avez oublié de me dire ce que je devais faire après.
– OUAIS BEN C’EST MON PREMIER KIDNAPPING OKAY ? ALORS J’APPRENDS ! T’arrêtes de te moquer steuplé ! Tu vas aller dans la ruelle déserte derrière la banque.
– Celle qu’il y a derrière toutes les banques ?
– Voilà ! Celle pas surveillée ni filmée. Tu y trouveras un 4×4 que tu as déjà vu puisqu’il vous poursuivait au début du film.
– D’ailleurs pourquoi faire ?
– … ah… heu… oui, merde. Bon, bref, avec ce véhicule complètement grillé avec des fausses plaques, tu vas me retrouver. Il te suffit de jeter ton sac à l’arrière et de rejoindre ma complice à l’intérieur ! Ma complice MYSTÉRIEUSE ! »

Qui pense que c’est Lise ? Levez la main.

Ceux qui n’ont pas levé la main, je vous pardonne : c’est parce que vous lisez ce spoil au bureau, je vous connais.

Mais oui, en effet, Ana sort et tombe, ça alors, sur Lise !

« Mohohoho, c’est moi ! J’étais la maîtresse de Jack !
– Je m’en doutais trop pas !
– J’en suis consciente, Ana. Vu votre QI, vous n’arrivez pas à prévoir que votre anniversaire tombe tous les ans à la même date.
– Vous aussi vous avez remarqué ? C’est trop bizarre !
– Allez, monte, gourdasse ! Allons voir Jack ! »

De là, plusieurs choses essentielles se passent :

  • Lise oublie de fouiller Anastasia, et ne trouve donc pas son pétard
  • Lise balance le téléphone d’Ana, mais trop rusée, elle lui a donné celui qu’elle avait emprunté au banquier. Du coup, on peut toujours la suivre par GPS !

Est-ce qu’Anastasia vient de tenter une ruse ? Je… ouf. Je retourne m’asseoir. J’ai besoin d’un brandy.

En attendant, Ana arrive sur place et…

« JACK RABOUIN !
– Mais c’est vrai que c’est chiant, ce côté théâtral tout naze ! Mais, bref ! Vilaine ! Tu m’as volé mon travail, ruiné ma vie ! Prends des coups de pied dans ta face !
– Aha, je me mords les lèvres depuis deux films, je ne sens plus rien de ce côté là !
– Malédiction, alors prends-les dans ton bide !
– Arrêtez, j’attends un tacos !

– Je m’en fous, car je suis méchant ! »

Anastasia s’effondre au bout de deux coups de pied, mais pas contente, sort son flingue et éclate le genou de l’ami Jack avec. Puis, elle s’évanouit.

La police, guidée par Chrichri qui les suivait pas GPS, arrive sur ces entrefaites. Christian se rue vers sa femme.

« Ana ! Ana ! Bon sang, elle ne répond plus ! Qu’est-ce qui lui est arrivé ?
– Elle a pris deux coups de pied. Peut-être aussi une brûlure indienne.
– Ana ! Réveille-toi, on ne sombre pas dans le coma après deux coups de pied pourri ! Ana, me fais pas le coup de la nana qui meurt parce qu’elle est vaguement triste ! On n’est pas dans Star Wars ! Alors réveille-toi sans faire d’histoires car comme on dit : y a Padmé ! »

Mais elle ne se réveille pas, car avoir mal et respirer, ce sont deux choses, et son cerveaux ne peut se concentrer que sur une à la fois. Elle est donc emmenée à l’hôpital en urgence, pour la séquence où elle dit le moins de bêtises du film : Anastasia dans le coma.

« Mais bordel, pourquoi ils t’ont mis un pansement alors que t’as pris aucun coup là-haut ? »

Christian lui paie les meilleurs soins, appelle Maman Grey à la rescousse car elle est médecin mais aussi de bons conseils, et cette dernière lui dit que le meilleur truc pour sortir une femme du coma, c’est…

« De lui faire des excuses.
– Et tu as un doctorat de médecine ? Ben super. Et le traitement pour le cancer ?
– Raconter des histoires de Toto. Enfin, c’est pas tout ça, je te laisse, j’ai ma conférence sur comment guérir le SIDA par l’homéopathie. »

Christian n’ayant cependant rien à perdre, il décide de dire à voix haute :

« Hoooo je suis tellement désolé d’avoir été méchant en disant que je voulais pas de bébé, alors que les bébés c’est trop bien parce que c’est le fruit de l’amour et que… »

Si votre écran dégouline de sirop en lisant ces lignes, c’est normal.

Et pouf, Ana sort du coma rien qu’en entendant ça.

Moi aussi j’en serais sorti, mais pour gifler l’orateur avant de retourner me coucher et de resombrer.

Mais Ana n’a pas le temps de retourner au lit : Christian l’embrasse, et pleure pour la première fois, lui, le sans cœur, car cette femme merveilleuse a su chasser toute la noirceur de son âme torturée, tout ça.

Peuple qui m’a forcé à voir ce film, entends mon soupir de douleur. Car finalement, à défaut d’Ana, je crois que c’est moi qui vais retourner dans le coma.

Nos héros, eux rentrent et maintenant que tout le monde est gentil, ils décident de mener une vie simple et belle de bons Américains. Ainsi, Christian se met à la cuisine. Et puis, pif pouf, ils reçoivent encore des informations sur Jack Rabouin parce que… heu… voilà. Et apprennent que celui-ci était en fait à un moment dans la même famille d’accueil que Christian, ce que personne n’avait noté jusqu’ici, pas même Christian.

Un détail.

« Ah oui tiens, en fait on a donc grandi ensemble ? J’avais pas remarqué. »

Les amis de Mimie Mathy disent la même chose, mais là n’est pas le sujet.

Enfin : comme Christian a été adopté par la riche famille Grey, Jack est devenu très jaloux, et donc, très méchant.

Ils apprennent aussi, ne me demandez pas d’où ça sort, où est la tombe de la mère biologique de Christian, ex-reine du crack, et ne me demandez pas pourquoi ils l’ignoraient sachant qu’elle a été retrouvée par les autorités à sa mort, raison pour laquelle Christian a été placé. Si les autorités l’ont retrouvée et géré la suite, la tombe n’a pas dû être spécialement cachée. Mais apparemment si, un fonctionnaire qui s’ennuyait a dit « Nan, celle-là, vous me l’enterrez derrière les toilettes d’une aire de l’A10« . La tombe est donc… au fond des bois. Ah.

Christian va fleurir sa tombe, et puis, comme il est triste… mais oui ! Adieu rasage, bonjour piano ! Décidément, jusqu’au bout, ce film aura été inventif.

Puis, tout en jouant la BO de Alad’2, il se souvient de toute sa vie heureuse depuis sa rencontre avec Anastasia, et voit cela défiler devant ses yeux.

Bon, je rappelle qu’en fait, cela fait moins de deux mois qu’ils se connaissent, hein. Du coup, ça va, ça défile assez vite.

Et puis soudain, il reçoit un SMS : Anastasia l’appelle « Monsieur » et l’attend dans sa « salle des plaisirs » parce que finalement, elle aussi s’est mise au sado-maso et…

… FIN.

C’est fini ? Fini ? FINIIIII !

Non non, je ne vous mens pas : la tombe de maman Grey est bien au fond des bois sans aucune explication. Mais évidemment, quand ils vont la voir, il pleut, comme à chaque fois qu’un personnage de mauvais films va dans un cimetière.

Et même si comme dans les Marvel, il y a une séquence post-générique, c’est pour nous montrer le couple heureux youpi avec un enfant, et Madame en attente d’un deuxième.

C’est beau.


Enfin je dis ça, mais bon, n’oublions pas quand même qui sont les parents.

Le SM, c’est éducatif.

Tout est dit.

66 réponses à “50 nuances pas claires

  1. Ouh Putain! J’étais justement en train de me rendre sur le site pour lire de vieux spoilers par nostalgie.
    M. Connard, vous venez d’illuminer ma soirée! (Il est minuit ici.)

  2. Maintenant que l’adaptation du livre en film du point de vue de la palourde est terminée. Peut-être cher Odieux, vous aurez la chance de poursuivre dans votre élan lorsque l’autrice (les joies de l’écriture inclusive), annoncera l’adaptation au cinéma de son roman raconté du point de vue de Kiki.
    Que de joie, que de chatons à brûler et de coups de pelle à donner !

  3. J’ai presque envie de dire que je suis contente que de tels étrons littéraires et cinématographiques existent…
    Rien que pour lire vos délicieux spoilers, mon bon M. Connard !
    Comme j’ai hâte de lire les prochains !

    • Il n’empêche qu’imposer la lecture ou le visionnage de ces choses est interdit par la convention de Genève. Des GI ont eu les rétines brulées alors qu’ils allumaient l’écran pour torturer des talibans avec ces films

    • D’un côté, une version du point de vue du personnage le plus intelligent de cet étron serait…particulier.

  4. quand je lit les commentaires sur FB je comprend pourquoi vous vous infligez cette torture…le publique du sexe faible!!!

  5. J’ai éclaté de rire avec la blague sur Groquick, très bien trouvée. La blague « y a Padmé » n’est pas en reste non plus.

    ps: il manque un mot dans le paragraphe sous la ligne qui parle de cintre et d’escalier.
    « et une […] qu’il est tellement défoncé  » (une « fois » je présume)

  6. dites, je ne veux pas faire le malin mais vous l’affublez quand même de plusieurs cerveaux. Subliminalement, en les cachant discrètement au sein d’une phrase à grammaire de camouflage.

    Si si, ici: Mais elle ne se réveille pas, car avoir mal et respirer, ce sont deux choses, et son cerveaux ne peut se concentrer que sur une à la fois.

    Seriez-vous incohérent, en plus d’être de mauvaise foi?

    Mais où va-t-on?

  7. « Ceux qui n’ont pas levé la main, je vous pardonne : c’est parce que vous lisez ce spoil au bureau, je vous connais. »
    Effectivement….. :-)

  8. J’imagine que le choix de sonderkraftfahrzeug est venu d’une subite envie de lubrifier des chenilles avec le sang de tous les margoulins qui ont contribué au tournage de ces trois choses. Je ne peux que vous approuver.

    • Je ne peux m’empêcher de penser à cette scène quand on me parle de mot de sécurité imprononçable.

  9. C’est une agréable surprise de voir le spoiler de ce film plusieurs mois après sa sortie en salle ! L’article est génial, comme d’habitude. Petit détail par contre : la musique country américaine s’appelle Cotton-Eyed Joe et pas Eye Cotton Joe.

  10. Je n’avais pas envie de lire ça, votre écriture m’y a forcée, je me sens agressée alors que je n’ai même pas signé de contrat !

  11. Ca fait tellement longtemps que j’ai pas utilisé le mot « cochoncetés », ça me fait bizarre de vous voir le ressortir, cher monsieur Connard ! Et je vous en remercie.

    Pour ce qui est du spoiler en lui-même, que dire… « Félicitations pour avoir tenu jusqu’au bout » ? Moui, je pense que c’est approprié, donc on va laisser ça; Et vous souhaiter bon courage pour la prochaine saga de ce genre que vous rencontrerez, car je n’ai nul doute en la capacité d’Hollywood à vous fournir de quoi vous faire souffrir. C’est un peu votre Christian Grey, quand on y réfléchit : ça vous fait du mal, ça vous a entraîné dans un monde sombre et torturé, et ça procure un certain plaisir malsain. En espérant qu’à la fin vous arriviez vous aussi à chasser toute la noirceur de son âme torturée, qu’on puisse enfin ranger le Connarsignal qui prévient de l’arrivée de mauvais films (c’est tout le paradoxe des héros : on les aime, et on aime suivre leurs aventures, mais on souhaite aussi qu’ils n’aient plus besoin d’en vivre parce-que cela voudrait dire qu’ils auraient enfin accompli leur but).

  12. Holà ! Même avec votre expérience, c’est vraiment trop cruel de vous forcer à voir ce truc . Vous deviez vous inventer un mot de blocage pour vous même …

  13. Je suis déçu… Pas de référence à son âme café au lait, ni la communauté LGBT… Tout cela n’est vraiment pas de votre genre (pourtant fluide)
    Plus sérieusement, j’ai bien ri, j’espère que votre santé mentale n’en aura pas trop pris un sacré coup.

  14. Toujours aussi consternant cette série !
    Heureusement que quelques blagues sont glissées ici ou là dans le spoil (sinon j’aurais pas lu) mais y’en a clairement pas assez. Le reste est chiant à mourir.
    Dire qu’il y a des gens qui aiment voir ces « films ». Ca fait peur.
    Je retourne m’isoler loin de tout ça dans mon bunker.

  15. C’est moi, ou l’affiche s’adresse directement à l’auteur? Je crains qu’elle n’ait été créée que trop tard.

  16. Le pansement sur la tête inutile m’a fait eclater de rire dans un restaurant…Du coup je me sens plus proche du concept Palourdien…
    Bravo pour vos rubriques…vivement le prochain étron…

  17. Bonne journée,
      Avez-vous besoin d’un prêt urgent? Prêt privé est là pour vous accorder ce prêt. Voulez-vous apurer votre dette, expansion de votre entreprise ou prêt personnel? Vous pouvez nous contacter pour un prêt rapide et fiable à un taux d’intérêt réduit de 3% et un remboursement abordable. planifier avec de bonnes conditions de crédit.Emilez-nous: [privatetrustloan@consultant.com]

    • Monsieur Scott,
      Comme Monsieur Ricky remercie Dieu pour votre offre, je suis certaine que votre crédit est le meilleur qui soit et pas juste du spam impromptu, malavisé et que votre message a tout à fait sa place dans ces commentaires (ne prenez surtout pas compte des réponses des lecteurs, ces mauvais bougres qui doivent se gausser de votre publicité injustement méconnue et si bien écrite -je suis éditrice, je connais mon métier et sais quand un texte est bien écrit et sans fautes-). Je suis fermement convaincue par la réponse de Monsieur Ricky.
      Contactez-moi au plus vite par courriel à [ANASTASIAGREY@EDITEURFOIREUX.COM]

  18. Bonjour les gens Merci à Dieu d’utiliser ce prêt de la Fiducie privée pour m’avoir accordé un prêt pour payer mes factures et créer mon entreprise. Si vous avez besoin de tout type de prêt, ils vont vous aider avec le prêt que vous recherchez. Par courriel: [privatetrustloan@consultant.com]

    • Merci à Dieu, il me manque quelques sous pour engager un tueur à gages, afin d’éliminer un escroc répétitif qui publie des arnaques mal traduites avec des pseudos dignes d’un roman d’un de gare.

    • Il existe en Enfer, d’après Dante, un cercle pour les escrocs. Et ça, plus le blasphème en utilisant le nom de notre Créateur/Seigneur Bien-Aimé/Père de Toutes Choses/ect… pour commettre une telle vilénie, va fortement impacter votre avenir post-mortem (spoiler alert: ça va piquer un peu^^).
      Bonne journée à vous, profitez-bien du soleil et du ciel bleu ;)

      • « Les gens comme toi « , les Bretons et les Nordistes donc^^
        Sacré Stéphane ;)

      • @violator: je fais le pari de Pascal mais à l’envers. Si « il » existe il me pardonnera, non?

      • L’enfer existe bel et bien. Mais il n’est pas dirigé par un dieu, ni par un démon, mais par une loli-déesse qui vous fera jouer à des danmaku pour l’éternité en mode lunatic et sans bombes bien entendu …

      • Salkon: le pari pascalien « à l’envers » existe déjà, c’est le « pari de Marc Aurele
         » ( l’empereur romain). En gros on table sur le fait que s’il existe, il va forcément pardonner, puisque c’est un peu le principe du bouquin, et que si c’était vraiment un gros chantage de merde  » soit tu vénéres et tu es une belle brebis, soit tu me veneres et ca va chier » , alors on a bien fait de ne pas croire au final, parce que c’est un gros con qui ne méritait pas qu’on se pourrisse l’existence terrestre pour son plaisir. Très fort ce Marc Aurele x)

      • @aliki: merci pour la précision je ne savais pas. Et c’est bien l’idée… Même si j’ai peu de doutes quant au résultat final.

  19. Ouh la vache, non seulement on rit bien avec ce spoiler de notre camarade O.C., mais plus on apprend qu’on peut encore louer des DvD?! Mince, moi qui pensait qu’Internet avait mis radicalement fin à l’existence des magasins de vidéos tel un astéroïde avec les dinosaures.

    Ah, petite coquille: « Ma main serre la garde ma rapière » => la garde de ma rapière.
    Bien à vous, et bonne vacance à tous!

    • Ça m’as tout l’air d’être la barre du lecteur YouTube. YouTube permet de louer des films depuis quelques temps.
      Non… plus personne ne loue de DVD…

  20. Toujours un régal ces spoilers, et en plus j’apprends plein de choses.
    Mais pitié monsieur L’Odieux, laissez ces pauvres chatons tranquilles ! Trouvez autre chose pour vous défouler. Non mais !

    • J’aime bien que Monsieur Connard s’en prenne aux chatons. Il laisse ainsi les magnifiques stagiaires kidnappées en paix. Ceci dit, on sent une certaine verve et une vraie inspiration pour ce spoil. L’auteur était particulièrement en forme, cette fois. Et le début risible sur le toit…

    • Avec les copains, on a décidé qu’on allait enfin se venger d’OC pour tous nos frères et soeurs martyrisés depuis si longtemps … Puis finalement on a ouvert un paquet d’herbes à chats, et on s’est dit qu’on ferait ça demain.

  21. Oh bon sang je l’avais loupé celui là !!!^^ Comment passer pour une folle en rigolant toute seule dans le jardin ; les blagues sont excellentes, et je dirais que c’est presque trop facile vu à quel point le film à l’air navrant ! Encore une fois merci pour cette petite pépite !

    • Rendre drôle les pires horreurs que l’humanité ait engendré : à ce niveau, faire de l’humour sur ce … truc que certains osent appeler « film », c’est comparable à faire de l’humour nazi.
      Perso, j’adore, et il faut reconnaître l’incroyable talent de l’Odieux sur le sujet.

  22. Ce spoil est la preuve même que l’Odieux Connard n’est pas si odieux que ça .. quel sens du sacrifice !! merci de nous permettre de découvrir de tels .. choses .. (???) sans abîmer nos chastes yeux !

  23. Bonjour et bienvenue chez Sunshine Financial Group, notre objectif est de fournir d’excellents services professionnels.

    Êtes-vous un homme d’affaires ou une femme? Êtes-vous dans une situation financière difficile ou avez-vous besoin de fonds pour démarrer votre propre entreprise ou projet ou pour acheter une maison ou une voiture? et vous avez du mal à obtenir des prêts sur titres auprès de banques locales et d’autres institutions financières?

    DEMANDEZ UN PRÊT NON BANQUE MAINTENANT À UN TAUX ABORDABLE DE 3%

    Si vous êtes intéressé à obtenir un prêt, veuillez nous écrire pour plus d’informations via l’e-mail ci-dessous.

    Email: (sunshinefinancialgroupinc@gmail.com)

    Nous sommes impatients de vous entendre dès que possible.

    Meilleures salutations
    Susan Benson

      • C’est certain.

        C’est du niveau des « courriels poubelles » révélant d’improbables propositions de dons d’inconnus malheureusement mourants dans un pays exotique, de belles inconnues habitant l’autre bout du monde mais toutes folles de votre corps musclés et de votre si brillant esprit…

        Comment pouvoir placer ne serait ce qu’une once de confiance en des organismes qui agissent par ce biais, sérieusement ?!

  24. Sinon pendant ce temps là…:
    « Mission Impossible : Fallout » est un beau film-somme, qui tourne une page en puisant dans tous les précédents films pour embarquer le héros dans une aventure jubilatoire, spectaculaire et ultra-nerveuse, mais également plus touchante et amère. »

    « Le résultat à l’écran n’en est que plus époustouflant, faisant de ce sixième volet de la saga l’un des meilleurs, et sans doute aussi le plus violent. »

    « Crépusculaire et émouvant, du grand art. »

    « Le retour sensationnel de Tom Cruise dans la peau de Ethan Hunt s’immortalise au firmament du cinéma d’action, parmi les œuvres les plus spectaculaires et intenses jamais tournées, avec le ton spectral de Skyfall et l’intensité paroxysmique du cinéma de Christopher Nolan. Dans son genre, une forme de chef-d’œuvre »

    Je dis ça, je dis rien….

  25. « Ceux qui n’ont pas levé la main, je vous pardonne : c’est parce que vous lisez ce spoil au bureau, je vous connais. »
    Mais… C’est EXACTEMENT ce qu’il s’est passé ! XD Mec je t’aime ! <3

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.