La discipline de papy

L’été, c’est l’occasion de s’amuser à l’Assemblée.

L’électeur est à la plage, occupé à se battre avec les parents du petit Matthéo-Enzo pour que ce jeune fanfaron arrête d’envoyer du sable sur la serviette familiale, pendant qu’un mélomane en herbe a décidé de faire profiter toute la foule de ses goûts musicaux qui, curieusement, ne sont que rarement Mozart ou Verdi.

Aussi, les députés peuvent à leur tour s’égayer joyeusement, faire passer quelques textes que personne ne regardera trop, et éventuellement, régler leurs affaires pendant que l’équipe investigation de BFM TV est en vacances.

En vacances depuis des années maintenant d’ailleurs, mais passons.

Car récemment, il a à nouveau été question, dans l’actualité, de la discipline de parti, puisqu’une députée avait décidé de ne pas voter un texte de la majorité. Aussi est-elle menacée d’exclusion. Ce que les médias traitent très tranquillement, tant cela est considéré comme bien normal dans notre démocratie.

Nous en avions déjà parlé sur ce blog il y a des années, mais décidément, ce sujet est bien trop beau pour ne pas être évoqué à nouveau sous une autre forme, et rappeler que la hiérarchie de l’inacceptable est bien différente au Parlement d’en ce bas-monde.

Parlons-en à l’aide d’une belle image, sur laquelle il vous suffit de cliquer.

 

 

Vignette

Cliquez, mes bons !

Alors surtout, n’oubliez pas : pris la main dans le sac, c’est okay, mais pris à voter en fonction des débats, ça, jamais.

67 réponses à “La discipline de papy

  1. Claire O’petit, c’est géant : « votre président a triché quand même » => « mais il n’y a pas mort d’homme ! et il n’a pas vendu de secrets d’état à une puissance étrangère ».

    C’est cool, je vais aller braquer une banque, et si je me fais prendre je dirais au juge « ah mais je n’ai commit AUCUN attentat !! »

  2. Pingback: La démocratie : théorie et pratique… à l’épreuve des faits grâce à « l’odieux connard » ! | Alain Lefebvre Créations·

  3. C’est grâce à cet esprit d’équipe que la France est championne du monde (et on concourre pour le pays avec la plus grosse dépense publique à perte). D’ailleurs, tout a été organisé par l’équipe de France de handball et Nicolas Karabatic.

    Bravo ! Nous pouvons être fie.è.r.e.s !

  4. Ce genre de pratique m’a toujours choqué et de ce que je vois, c’est toujours d’actualité. Il faudrait rendre le vote des députés anonyme, mais aucun gouvernement ne proposera ce changement.

    • Ce n’est pas évident : ma députée est censée me représenter et je peux vouloir savoir si ce qu’elle vote est cohérent avec ce que je lui ai demandé de défendre ou avec ce qu’elle nous a promis de défendre.

      • « Censée » => ce n’est donc pas un mandat impératif, elle ne vous doit rien « votre » députée. Elle fait ce qu’elle veut.
        Rappelez-vous que Siéyès et Montesquieu (et d’autres) on bien expliqué qu’un système représentatif ne sera jamais un système démocratique, mais bien un système aristocratique. Et ça se comprend aisément : on vote pour le meilleur (ou le moins pire, qui reste le meilleur du pire), or l’aristocratie est bien le régime où les meilleurs ont le pouvoir.

        Bref, comme l’écrivait Elysée Reclus, « voter, c’est abdiquer ».

      • Les consignes et les groupes existeront toujours que ça soit officiel ou pas. Permettre de voter selon ses idées semble aller de soi, mais qui c’est qui va voter comme un seul homme et faire passer ce qu’elle veut ? Toujours la droite alors qu’à gauche on a des tas de courants différents et on perd à chaque fois.

      • @Ranyanya elle fait ce qu’elle veut mais savoir comment s’est positionné chaque député permet aux citoyens impliqués d’aller voir s’ils ont envie de revoter pour ces gens aux élections suivantes. Sinon on peut avoir un élu qui dit une chose et vote autrement. Quand on donne procuration à quelqu’un, il faut avoir confiance en cette personne.

      • Hum, mais comment un député peut-il respecter sa parole et voter comme ceux qui l’ont élu s’y attendent si il n’est pas libre de voter ce qu’il veut mais que son parti lui impose son vote ?
        votre raisonnement n’a aucun sens.
        Il serait bien plus à même de voter selon ses convictions (pour lesquelles il a supposément été élu) si les votes étaient anonymes et que le système n’était plus : « tu votes ce qu’on te dit ou tu jartes ! »

      • Dwakin, faut être sacrément à la masse pour retourner voter pour quelqu’un. Se faire avoir une fois, ok, ensuite c’est juste que ces personnes le font exprès, elles sont responsables de leurs choix de vie. Faut relire La Boétie.

      • >Hum, mais comment un député peut-il respecter sa parole et voter comme ceux qui l’ont élu s’y attendent si il n’est pas libre de voter ce qu’il veut mais que son parti lui impose son vote ?
        votre raisonnement n’a aucun sens.

        Parce qu’en France on vote pour des partis, des programmes (huhu), pas pour des gens.
        Bref avant de parler de raisonnement, apprend déjà comment fonctionne le systeme, ça t’évitera de raconter des conneries.

      • Ce serai bien mieux de voter pour un genre de « fonctionnaire » neutre, qui n’a pas de lien avec un parti politique ou tout groupe susceptible de l’influencer, sans compte à rendre si ce n’est aux citoyens qui l’ont élu pour les représenter.

        Cette personne serai élu par les citoyens en promettant de voter et défendre certaines valeurs et orientations sociales, politiques, etc.
        Du fait que le vote n’est pas anonyme, tout citoyen ayant voter pour ce représentant pourra vérifier que cette personne continue à bien le représenter comme convenu, et non à voter selon les désirs d’un pari, d’un lobby ou en échange d’un pot de vin, etc…
        Si ce n’est pas le cas, il devrait y avoir possibilité de remplacer cette dite personne, un peu comme un employé qui aurai fait une faute grave à son travail.

        C’est ça que devrait être un « homme politique » au service des citoyens. Et non une personne cherchant à faire carrière, sans foi ni loi, ne pensant qu’à son compte en banque et à sa future retraite en or en ayant juste « travaillé » quelques mois.
        Et, encore je suis gentil : je ne parle pas des cumules de mandats…

  5. À noter que Richard Ferrant vient de s’exprimer sur la question à propos d’Aina Kuric. En substance : « c’est pas bien, mais tu n’iras pas au coin si tu ne recommences pas ».

    Pathétique. Mais le plus fort, c’est qu’ils agissent ainsi au vu et au su de tout le monde, en sachant pertinemment que personne ne va s’en indigner.

  6. J’ai fais un rêve. La France était dotée d’un Parti ambitionnant de supprimer tous les autres, ceux-ci n’ayant pas de raison d’être face à la Vérité. Il était porté au pouvoir. Les membres du Parti, détenteur de cette vérité (« pravda » en russe) relayée par les médias, révélée par les penseurs autorisés, exprimée par le Guide (« führer » en allemand), n’ont pas besoin de réfléchir au sens des textes. Ils les votent, tous. Sauf quand le Grand Timonier (伟大的舵手 en chinois) les impose par ordonnances.
    Ils sont ensuite mis en application par une bureaucratie tentaculaire, par le biais de paperasseries chaque jour plus virtuelles, lourdes et complexes, par là même impossibles à comprendre et donc à critiquer (le refus est inenvisageable).
    Toute forme d’opposition, présumée fasciste, est passible de mort sociale et financière (on ne résiste plus physiquement, inutile de réprimer physiquement). Le Commissariat Politique des médias et des tribunaux applique sans discuter les injonctions venues d’en haut. En attendant la relégation en hôpital psychiatrique et la rééducation politique, s’opposer à la Doctrine ne pouvant être que la conséquence d’une pathologie de type sociopathique.
    A l’étranger, on libéra les richesses des lois obsolètes et des peuples incompétents par le biais d’une « communication » idoine et en utilisant les très coûteux et rentables produits de l’industrie militaire. Sur place, on pouvait toujours laisser les petits Gardes Rouges divers terroriser le bourgeois en brûlant quelques commerces et voitures.
    Je me suis réveillé en sueur. Ouf! Imaginer que les doctrines ayant ensanglanté le XXème siècle reprennent le pouvoir est inimaginable!
    Attendez…quel besoin de ces doctrines? Ce qu’on a fait au nom du prolétariat ou de la race, pourquoi ne le ferait-on pas au nom de la finance?

  7. Wep, au final ça ne sert à rien de voter pour des gens qui ont une conscience et qui réfléchissent, autant virer les députés physiques et donner directement des « points de décision » à un parti. Pour le même résultat, on évitera de payer des gens une fortune et on assumera de montrer clairement la connerie de notre système politique à la face du monde.
    Entre ça et le système de vote devenu en un seul tour parce qu’au second tour il y a le FN, la démocratie n’est plus qu’un joli mot tout vide de sens.

  8. La discipline de parti ne me choque pas. Les dissidents ne sont pas destitués ils sont exclus d’un groupe avec lequel ils sont censés partager des idées fondamentales. Le groupe politique qui présente le texte se met d’accord sur une version qui fait consensus en son sein puis ce projet est débattu avec les autres groupes qui proposent des amendements. C’est pas grave de pas être d’accord avec les autres mais on n’est pas d’accord avec le groupe c’est con d’en faire partie

    • Mais alors, vous rendez impossible la présence à l’Assemblée de quelque initiative ou opinion déviant d’un millimètre des instances officielles du parti, car seuls les membres des gros partis ou presque sont élus. Ce qui revient à dire que les décisions de l’Assemblée ne sont plus prises par les gens élus localement, mais par celui qui préside le parti au pouvoir.

    • C’est marrant je suis d’accord autant avec l’OC qu’avec Etterlen.
      Exclure des membres de son parti pour non respect de la discipline de parti mais garder ceux qui sont pris la main dans le sac sur d’autres sujets plus graves, c’est le signe d’un gros problème moral.
      Par contre, l’exclusion du parti pour non respect de la doctrine ne me gêne pas outre mesure (on parle bien de ceux qui votent contre la ligne du parti, pas de ceux qui s’abstiennent) tant que l’exclus peut continuer à siéger en tant que non-inscrit (cf. le cas de J.M. Clément).

    • Je n’ai jamais connu un seul groupe dont 100% des membres étaient d’accord sur 100% des sujets. Prétendre le contraire est hypocrite.
      Et refuser le droit à un membre de, de temps en temps, manifester son mécontentement est du totalitarisme. Evidemment si il vote sans arrêt contre l’avis de son groupe il n’a rien à y faire mais une fois par ci par là ?

      Comme le disait mon ami Winston Churchill, si deux hommes ont toujours la même opinion, l’un d’eux est de trop.

    • Je rappelle que notre démocratie est censée être « représentative ». Sous-entendu : comme il est impossible de demander à 66 millions de Français de voter chaque loi, on demande à ceux-ci d’élire un nombre réduit de députés qui vont les « représenter » à l’Assemblée et voter « au nom du peuple ».
      Mais évidemment, avec la discipline de parti, on se rend compte que cette soit-disant « représentativité » c’est de la branlette d’ovaire de truie atteinte de progéria. Les députés n’ont dans les faits aucun compte à rendre à leurs électeurs dont ils se foutent éperdument jusqu’au mois qui précédera les prochaines élections (et les électeurs n’ayant le plus souvent pas la moindre idée de ce que fait -ou ne fait pas- leur député à l’Assemblée, ils sont capables de réélire la plus incompétente des crapules sans trop se poser de questions), et en fin de compte, la seule chose qu’ils représentent, c’est la volonté de leur chef à un instant T.
      Surtout, si la discipline de parti avait un sens, ben faudrait en tirer la conséquence la plus évidente : inutile d’avoir plusieurs centaines de députés à l’Assemblée, un seul député par parti suffirait !

      Merci donc à l’Odieux Connard de pointer du doigt des aberrations comme celle-ci qui, en effet, ne semblent plus déranger personne tellement on y est habitué.
      Entre ça et une certaine autre affaire qui a fait l’actualité ces derniers jours, je crois qu’il serait temps de réécrire les manuels d’histoire. Ces conneries de fin de l’Ancien Régime et d’abolition des privilèges, ça va finir par se voir que c’est du flan.

      Y’a 10 ans, j’étais pour rendre le vote obligatoire.
      Aujourd’hui, il faudrait que le vote soit obligatoire pour m’inciter à aller voter (et encore, je serais prêt à payer une amende raisonnable pour avoir la possibilité de rester chez moi au lieu d’aller cautionner pareil cirque).
      Encore quelques années et un peu d’intolérance supplémentaire de ma part, et je pense que je finirai par me montrer méprisant et insultant envers les gens assez naïfs pour aller glisser leur bulletin dans l’urne, alors qu’à l’heure actuelle j’aurais encore un peu tendance à taire mon abstentionnisme toujours très mal vu. Je n’en suis pas fier du tout, mais au train où vont les choses, ça va sans doute finir par être le cas.

      • Décidément, encore une fois Gaston, j’aime vos interventions. Je me reconnais dans vos pensées.

        Et pour ce qui en est de votre conclusion je la partage à 100% et ne m’en cache pas, bien que personne ne me comprenne.

  9. Mais bon sang de bonsoir, pourquoi PERSONNE ne détaille JAMAIS ces fameuses « valeurs de la république » ? Cela ne veut rien dire si l’on explicite pas cette phrase passe-partout !!!!!
    Oh et puis zut , va mourir la république. Vive Notre bon roy Henri le Quatrième !

    • Louis XX, il s’appelle Louis XX, et il a une belle gueule, une belle femme et de beaux enfants. Et clairement, il vaut mieux un responsable que plusieurs centaines, au moins on sait qui viser.

    • Vous avez remarqué vous aussi?
      Notez bien ceci:
      Les valeurs, c’est monétaire. Quand un système est moral, on parle de principes.
      Les valeurs, ça va, ça vient: c’est Wall Street, la tolérance, le relativisme, le transgenrisme, la coolitude (milliardaire ET en jean ET de Gauche™, merde, quand même!).
      Les principes, c’est rigide, archaïque, rétrograde, réac, fascist, intégriste, nazi. Vous avez compris? Kapish? Schnell!
      Choisi ton camp camarade!

  10. Mon cher Odieux, je profite de ce billet fort intéressant pour vous signaler que sur votre page d’accueil le « dernièrement, sur ma chaîne » n’est pas à jour.

    Cordialement,
    Un Mec Hors Sujet

  11. N’oublions pas que la constitution française précise que le mandat des élue ne sont pas impératif. Donc s’en prendre à un députés pour avoir votés contre une loi proposer par son partit, c’est anticonstitutionnelle…

    • Pitioti, votre commentaire comporte quelques menues coquilles, que je me permets de corriger :
      « N’oubliont pas que la constitutions française précise que le mandat des élue ne sont pas impératife. Donc sans prendre a un députés pour avoir votés contre une loi proposer part son partit, s’est anticonstitutionnelle… »

  12. Moui enfin, c’est comme ça partout en occident. Je ne dis pas que ça excuse, mais sa relativise l’idée que l’herbe est nettement plus verte à côté.

    Le problème ce n’est pas de voter pour ou contre, mais la motivation du vote : opportunisme ou conclusion suite à une réflexion sur le sujet avec toutes les gradations possible entre les deux ?

  13. Merci d’alerter sur ce sujet ô combien important ! Et bravo de le faire comme d’habitude avec beaucoup d’humour, c’est ainsi que le message passe le mieux !

  14. On pourrait m’éclaircir, elle a été exclue seulement de son parti ou bien exclue de sa fonction de député à l’Assemblée Nationale ?

    • On ne peut pas l’exclure de l’Assemblée Nationale pour cette raison (encore heureux !). On l’a menacé (suivi de faits ? je ne peux pas vous dire) de l’exclure de son groupe à l’assemblée et de son parti. Ce qui peut être légitime (si on fait partie d’un groupe, on le soutient, ou on apporte des réserves en interne. Si on joue le clash en public, faut pas s’étonner de conséquences)

  15. C’est vachement nouveau que les assemblées au mieux ne servent à rien, au pire sont des freins…
    On le sait depuis au moins le 17 ème siècle en Angleterre et 1795 en France mais bon, faisons comme si cet article était intéressant et révélateur.
    D’ailleurs cette député qu’on nous présente comme victime de ses opinions, faut être bien naïf pour y croire.
    C’est juste un moyen artificiel pour elle d’exister quelques jours médiatiquement.
    Elle a choisi la loi sur l’immigration parce que c’est vendeur, ses convictions n’ont rien à voir là-dedans.

  16. Je ne suis pas du tout d’accord, Patrick Balkany et Claire O’Petit ne sont pas exclus de leurs groupes parce qu’ils sont compatibles avec les valeurs de la République, mais avec celles des Républicains. Rien à voir !
    … Claire O’Petit serait LREM… Bof, le peuple fait plus la différence, je suis pas sûre que les députés la fasse encore…
    Quand à Jean-Vincent Placé, vous en connaissez beaucoup des Verts qui ont encore envie d’être députés ? Vous en connaissez encore beaucoup des Verts (tout court) ? Bon, voilà.

  17. Toute la question est:
    On vote pour un parti? Son programme et ses idées?
    Ou bien on vote pour une personne?

    • C’est une excellente question … Et ce n’est pas aussi simple. De base, et même si « on » prétend le contraire, c’est bien pour un parti et son programme que les gens votent. De fait, 99% des députés LREM (et sans doute 95 % des députés tous partis confondus) sont bien élus parce qu’ils font partie de tel ou tel parti.
      Donc, indubitablement, un député a un devoir de solidarité au parti sous l’étiquette duquel il s’est présenté, ou plutôt du groupe auquel il appartient.
      Cependant, un député a également un devoir envers ses électeurs. Il peut donc se rebeller contre son groupe s’il estime que les intérêts de ses électeurs, ou du pays, ou des licornes, sont en danger. Après, il risque d’être exclu de son groupe, moi je trouve pas ça délirant, mais forcément, si beaucoup de ses collègues partagent son avis et font blocus, ça peut obliger un gouvernement à revoir sa copie (ou pas, selon le nombre de « frondeurs »). C’est donc quand même un contre pouvoir plus qu’utile, et pour ma part je ne trouve pas que ça va à l’encontre de la discipline de parti.

    • C’était quoi, au départ, le programme et les idées de LREM ? Macron a laissé planer un gros flou à ce sujet. Ce qui explique son succès : personne n’était contre.
      Les choses se sont éclaircies depuis : « Laisser Macron diriger le pays en autocrate ».
      By the way : quelqu’un peut me résumer la teneur de cette loi sur l’immigration passée si subrepticement ?

      • M’enfin! Vous n’avez pas compris???
        C’est parce que c’est NOTRE BROCHET!

  18. Bref on a bien compris que tout ça n’est pas super au point,
    mais qu’hélas on n’aura sans doute rien de mieux à cause du facteur humain. On devrait peut-être laisser une IA gérer le schmilblick^^

  19. L’ odieux connard s’ offusque à raison mais en vain , de ces pratiques aussi courantes que répréhensibles . Qu’ il écrive plutôt un billet à la gloire de cette courageuse députée . Qu’ on célèbre cette nouvelle Jeanne qui lève l’ étendard de LREM (la révolte en macronie) .

  20. Y’a sans doute parmi les lecteurs de l’OC quelques jeunes gens qui ne connaissent pas vraiment Balkany, donc il m’apparait important de leur donner un début d’idée du level du bonhomme. Deux citations devraient suffire (les deux ont été immortalisées en vidéo).
    1) En 1995, face à un manifestant qui proteste contre la vidéosurveillance (dont c’était les débuts en France à l’époque, on a pu voir depuis à quel point c’est efficace puisque la délinquance a totalement disparu de nos rues) : »Viens là, petit pédé. Viens le dire. Pédé ! Enculé ! Pauvre mec ! Espèce de pédale. »
    2) En 2005 : « Nous n’avons pas de misère en France. Il n’y a pas ce que vous appelez les pauvres. Bien sûr, il y a bien quelques sans domicile fixe qui eux ont choisi de vivre en marge de la société. »

    Voilà. Ce monsieur a donc été élu et réélu maire et/ou député quasiment sans interruption de 1983 à 2017.

  21. Mais qu’ils virent tous les députés libres penseurs… on verra ensuite s’ils pourront se qualifier de « majorité ».
    C’est le début de la dictature sous couvert de féminisme, écologie ou progressisme de tous genres. Bienvenu en Macronie ;o)

  22. « […]s’écrient les démocrates : la souveraineté est au peuple; le plébiscite est la loi suprême… — Le peuple est donc législateur et gouvernement? — Non, il se fait représenter. — A merveille : et quelles sont les règles d’après lesquelles agissent les représentants du peuple ? — Le but de la société est le bonheur commun. — Assurément : mais les règles pour y parvenir? — Les droits de l’homme et du citoyen sont la liberté, l’égalité, la sûreté, la propriété. — Sans doute : mais les règles qui doivent réaliser et maintenir ces droits ? — Tous les citoyens sont électeurs. — C’est juste et les règles qui dirigeront les élus? — Quand la loi est violée, l’insurrection est le premier des droits et le plus saint des devoirs **. — D’accord : je m’engage à prouver, quand on voudra, que tout ce que fait aujourd’hui le gouvernement pourrait motiver l’exercice de ce droit. Mais, encore une fois, à quel signe reconnaitrai-je que la loi est violée?… »
    Celui qui a écrit cela était contemporain de Victor Hugo.
    Qu’écrirait-il aujourd’hui, quand le gouvernement impose à sa majorité de voter les lois qui légitimisent ses actions ?

    **constitution de l’an 2 et de l’an 3

  23. Merci pour cet éclaircissement sur l’obscurité démocratique.
    Pour ma part, je demanderais à ce que nos responsables politiques, peu importe le mandat, soient soumis à un vote dit de « Satisfaction » en fin de mandat.
    Si les électeurs pensent s’être fait flouer par l’élu en question : une ordonnance du Docteur Guillotin, restitution des émoluments perçus sur la période de représentativité, examens des lois et des avantages procurés à des tiers sur la période, poursuites pénales des bénéficiaires.
    Si les électeurs sont satisfaits, libre à la personne de se représenter ou de quitter ses obligations.

    Avec un véritable devoir de résultat en face du peuple, avec le risque d’en perdre la tête, les candidats seraient moins nombreux, autrement compétents, et joueraient surement moins de flute lors des campagnes électorales.

    Bien sur, cela sous entend que les citoyens voteraient en connaissance de cause, et non pas de manière affective, influencés au dernier moment par des médias détenus par quelques oligarques.

  24. Haha ! Hilarant la chute ! C’est pas ces horribles Lémédias sensationnalistes qui auraient sorti l’affaire Bennala, pas vrai Jean-Kevin ? Et c’est pas comme si tous ceux qui s’y intéressaient guettaient la réaction de Macron, hein ? Comme si l’intégralité des rédactions de France n’était autorisée à publier que des enquêtes. Parce que c’est bien connu, les Français ne veulent lire que ce format.
    Oh.
    Wait.

  25. Haha ! Hilarant la chute ! C’est pas ces horribles Lémédias sensationnalistes qui auraient sorti l’affaire Bennala, pas vrai Jean-Kevin ? Et c’est pas comme si tous ceux qui s’y intéressaient guettaient la réaction de Macron, hein ? Comme si l’intégralité des rédactions de France n’était autorisée à publier que des enquêtes. Parce que c’est bien connu, les Français ne veulent lire que ce format.
    Oh.
    Wait.

  26. Les gens recouvrent que nous sommes en république, et pas en démocratie….
    C’est meugnon…
    Ils auront oublié demain et continueront d’aller voter pour des gens qui se foutent bien de ce qu’ils pensent….
    « pour faire barrage »….

    Bande de cons.

  27. Rarement vu un tel déferlement de naïveté dans les commentaires.
    Le lectorat de l’OC semble très jeune.

  28. Je propose un truc nouveau.
    Chaque parti/mouvement/association/truc a un(1) seul représentant.
    Le poids de ce représentant équivaut aux à la proportion de personnes ayant votés pour lui.
    Mais il faut une proportion minimale, disons 5%, pour pouvoir aller poser con cul sur les Bancs Sacrés.
    Ainsi, au lieu de payer pour plusieurs centaines de représentants, nous aurions quoi: entre 2~3 et 20(au plus) représentants?

    • Oui, ou tout simplement déclarer la fin des partis politiques et des clivages gauche/droite. Ces derniers étaient aussi un souci pour la démocratie comme l’avait dénoncé l’Odieux Connard dans un article antérieur tout aussi intéressant https://unodieuxconnard.com/2012/05/09/la-democratie-est-une-question-de-point-de-vue/ , plus précisément dans la phrase : « […] A l’inverse, les lois proposées par le groupe minoritaire ont de forte chances de se faire éjecter (« Ne vote pas pour leur amendement, ils sont de droite » – citation authentique entendue avant même la présentation dudit amendement dans une assemblée officiellement démocratique où ladite consigne fut appliquée). […] »

      • Pardon : « Ces derniers étant aussi… », bien entendu puisqu’ils existent toujours malheureusement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.