Sept années au compteur

Ce 26 juin, ce blog a fêté ses sept années d’existence.

Entre deux aventures sur les routes de France, laissez-moi donc prendre quelques instants pour évoquer l’événement, et en profiter pour glisser les dates, lieux et horaires des rencontres de cet été, les dernières avant la pause estivale.

Sept ans, c’est comme chacun sait, l’âge de raison. Pour autant, la raison n’ayant toujours pas dardé de ses rayons les vastes plaines de la bêtise de ce monde, je crains de devoir continuer ma croisade cynique contre les hordes sans fin de la médiocrité. Cela tombe bien : je n’avais pas prévu d’arrêter. et il faut croire que vous non plus, puisque les visites par ici se comptent annuellement en millions, ce qui permet d’impressionner mes voisins de table en soirée, peu avant de leur exploser le groin contre un coin de table pour avoir comparé ce score aux vidéos de certains comiques youtubeurs de sinistre réputation.

Et puisque nous parlons de statistiques, ce blog abrite désormais 370 articles, ce qui fait tout de même un sacré paquet de trucs à lire pour occuper les longues heures de glande au boulot (je vous connais, canaillous). Le rythme de publication se poursuit, avec une publication tous les 10 jours environ, vitesse de croisière qui paraît convenir à tout le monde. J’ai dit à tout le monde, vous pouvez baisser la main et relever les sourcils, vous, au fond. Notons aussi que le blog traverse les frontières, puisqu’outre mes désormais deux livres qui s’écoulent en-dehors du Royaume de France, la dernière publication sur le Brexit, fait désormais le tour des réseaux anglo-saxons, ce qui va me permettre de recruter dans leurs rangs pour préparer le Grand Débarquement (qui n’est pas un flim sur la nagvitation) et libérer ce lieu maudit des hommes et des dieux une bonne fois pour toutes.

cake

Si on m’avait dit il y a 7 ans que je finirais sur 9gag.

Mais, parlons un peu de la tournée, qui me permet de vous rencontrer, vous, lectrices et lecteurs de qualité, et de repartir couvert de présents et de mots doux. Car comme je l’annonçais, les dernières dates de la tournée estivale sont là, et sont toutes cette semaine, dites-moi !

Et commençons avec ma présence au Furet du Nord d’Arcueil, ce mercredi 29 juin 2016 de 13h à 15h. Les peuplades de travailleurs locaux qui ne pouvaient venir ce samedi chez l’ami Gibert Joseph seront donc heureux de savoir qu’après avoir fait un lunch-incentive au food-truck pour préparer le next ppt pour la conf-call sur la big picture strategy, ils pourront profiter de leur pause pour venir récupérer un doux exemplaire de mon dernier ouvrage, dédicacé de ma main, afin de glander en toute discrétion durant la fameuse conf-call, qui, vous le savez, ne servira à rien si ce n’est à se demander ce qu’on fout là.

En parlant d’ici et de là-bas, la carte (qui ne veut pas s’afficher, alors voici du jpeg, voilà, sinon, tapez le nom de la librairie dans votre moteur de recherche préféré) :

Arcueil

Encore un complot de mes nombreux ennemis.

Cela fait, je reprendrai la route pour me rendre dans une destination encore jamais visitée : Nantes.

Je viendrai donc bénir la ville en toute humilité, ce jeudi 30 juin 2016 à partir de 18h, à la Fnac de Nantes. Je vous attendrai donc de pied ferme sur place, prêt à rencontrer la peuplade locale, et qui sait, peut-être même à lui offrir de la verroterie en échange de terres. Pour y faire passer le chemin de fer. Ho ! Ou pourquoi pas un aéroport ? Voilà qui me paraît être une riche idée. Nul doute que ça passera comme une lettre à la Poste. D’ailleurs, je ne sais pas vous, mais moi, je n’ai jamais su dans quel sens il fallait comprendre cette expression.

Raaah, mais oui, je m’éloigne du sujet, aussi, rapprochons-nous de la zone.

Et tant qu’à être chaud et à parler chemin de fer, je détournerai promptement une locomotive, et repartirai dès le lendemain.

Car Bordeaux m’attendra ! Et plus précisément, la librairie La Zone du Dehors, ce vendredi 1er juillet 2016 à partir de 19h.

Comme l’an dernier, je viendrai donc faire mon malin, prétendre être cultivé et faire des bons mots alors qu’en réalité, j’envoie juste un mec avec une oreillette et une équipe derrière pour générer des âneries et consulter Wikipédia en direct se faire passer pour moi. Bon, pour plus de crédibilité, j’ai repris le mec de l’an dernier. C’est qu’il faut être astucieux, dans le métier.

Bon, mais alors, où est-ce pour ceux qui n’étaient pas là la dernière fois ? Corrigeons promptement cela.

Et enfin, car l’aventure ne s’arrête jamais vraiment, je serai à Toulouse, ce samedi 2 juillet 2016, à la librairie Privat, à partir de 17h30.

Je commence à connaître la ville, la ville commence à me connaître, mais comme chacun sait, alors que la chaleur monte doucement malgré cet été cacochyme, il manque à la cité cette étincelle de joie et de bonheur que ma seule présence suffit à procurer (en toute humilité). Si vous n’êtes pas d’accord avec cette dernière affirmation, c’est sûrement que vous n’étiez pas là la dernière fois. Si vous n’étiez pas là la dernière fois, j’ai votre nom. Si j’ai votre nom, vous feriez bien de venir si vous ne voulez pas me décevoir. Car une étincelle de joie et de bonheur est si vite arrivée sur la banquette arrière de votre voiture neuve. Ce serait bête. Mais je dis ça comme ça, hein ? Pas vrai Diego ? Raaah, mais va te laver, tu sens encore l’essence, la cendre et les larmes de traître !

Bon, bref, où est-ce donc ?

Et la suite… en septembre ! Je me permets de profiter un peu de l’été, que diable. Oui, pour voir des mauvais films, par exemple.

Ho, mais, vous êtes arrivés jusqu’ici ?

Bien. Alors profitons-en pour respecter la tradition et étudier quelques-uns des derniers mots clés employés pour arriver sur ce blog rien que ces jours-ci.

un odieu connars

Il va falloir bosser les terminaisons.

xxyxx

Et on tombe sur ce blog. Ma surpuissance m’étonne moi-même.

terminator genisys rien compris

Tu n’es pas seul.

oui mais regarde les photos de la planète des singes de ma mère mardi et voilà

« La planète des singes de ma mère« . Ce doit être une sorte d’allégorie sexuelle qui m’échappe. Mais apparemment, mardi, il y a orgie. Ou alors, c’est vraiment mystérieux.

danaé se faisant pisser dessus par zeus

La notion de « pluie d’or » a beaucoup évolué avec le temps. Il va falloir se calmer sur Youporn.

que tient christian grey dans sa main pour faire du planeur

Si tu as un doute, il va falloir que tu parles de ton instructeur en pilotage à la gendarmerie.

film porno avec miranda gros

Non mais sérieusement, c’est quoi votre problème ? Et puis depuis quand on appelle Google « Gros » ?

modèle de lettre d’excuses pour une promesse dépasse

« Tu te souviens de ma promesse ? Hé bien pas moi. Cordialement, bisous.« 

viking salope

« Je vous assure Monsieur l’agent, c’est ce viking qui m’a allumé avec son petit côté salope, comment pouvais-je savoir qu’il n’avait pas 18 ans ?« , expliqua Roger le mouton.

je suis photographe et je prends des selfie

La deuxième partie de la phrase invalide la première.

comment faire fuir une marmotte

En lui jetant un blu-ray de Prometheus.

il mate le cut de la voisine elle n’a pas de culots

Quel culot, cette voisine.

devenir discret

Entrez au gouvernement : vous verrez, dans deux ans, plus personne ne se souviendra que vous avez seulement existé.

Voilà. En tout cas, je m’inquiète un peu en lisant tout cela.

Pour le reste, n’oublions pas : la page Facebook est ICI, le compte Twitter, ,  la FAQ qui vous fera gagner du temps, est PAR ICI, quant à vos communications diverses, demandes particulières et demandes en mariage, c’est toujours PAR LÀ.

Enfin, et dernier point : comme chaque année, j’essaierai d’être plus présent dans les commentaires de ce post. N’hésitez donc pas, même si gare : étant en tournée, je peux mettre un peu de temps à répondre.

En attendant, c’est parti pour la huitième année. Hé bé.

 

131 réponses à “Sept années au compteur

  1. Cher OC,

    Si l’on compare vos nombre de visiteurs avec le nombre de vue de certains youtubeurs, vous pouvez toujours courtoisement répondre qu’au moins, vos visiteurs à vous savent lire.
    Puis organiser un rapprochement bref et soudain entre le coin de la table et la tête de votre interlocuteur, car il ne faut pas abuser non plus.
    En esperant vous lire encore 7 ans de plus, au moins.

  2. Cher Odieux, une nouvelle question : si on vous offre un DVD à l’occasion d’une dédicace, est-ce que vous ferez le spoil du film ?

    • Je ne pense pas. Sinon, je n’aurais plus le temps de faire quoi que ce soit d’autre, je vous connais !

  3. Votre tous dernier article (« L’été sera moyennement chaud », pour ceux qui liraient ce commentaire en 2027), me rappelle que j’ai oubliez de vous poser une question essentielle ?

    Combien coûte ton cul ?

  4. Merci encore pour toutes ces années de franche rigolade ! Même après 7 ans on se lasse pas :) c’était la belle époque avec les vieux de la vieille comme Typhon et cie !

  5. Cher Monsieur Odieux,
    Bien qu’un peu tard j’aimerais, pour fêter cet anniversaire, vous soumettre un défi : faire la chronique d’un film que vous avez aimé et apprécié. Sans craindre les trolls et les moqueries. Je ne suis, j’imagine, pas le premier à vous le proposer, mais sait-on jamais…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.