Batman WTF Superman

« Bien, je vois que nous sommes tous là.« 

La voix rocailleuse de Batman résonna dans la salle, et fit frissonner les rares nouveaux qui n’avaient jamais rencontré en personne l’homme-chauve souris. Autour de la table ronde installée devant une immense baie vitrée derrière laquelle la Terre tournoyait au beau milieu de l’espace, les autres super-héros l’écoutaient attentivement, tout en vérifiant que chaque élément de leurs costumes était soigneusement ajusté. Ce n’était pas tous les jours que l’on se retrouvait assis parmi les légendes de ce monde.

« Je suis fier d’ouvrir notre assemblée générale annuelle des super héros, poursuivit Batman. Vous avez dû recevoir l’ordre du jour par courrier, je vous propose donc de le suivre et de garder d’éventuels sujets annexes pour les questions diverses. Premier point à l’ordre du jour : les présentations. Il y a des nouveaux parmi nous, alors je vais commencer rapidement, puis ce sera à la personne à ma droite. Alors, je me lance… quand j’étais petit, je suis tombé dans un nid de chauve-souris, depuis je suis l’homme chauve-souris, Batman, et voici mon fidèle Robin. Voilà ! Suivant ?
– Bonjour,
sourit l’homme en cape rouge à la droite de Batman, quand j’étais petit, je suis tombé sur Terre, la planète des hommes. Depuis, je suis le super homme, Superman. Et voici mon fidèle Superboy ! Suivant ?
– Bonjour,
souffla dans un nuage de fumée de cigare le héros suivant, un doigt sur le nœud de sa cravate rouge. Quand j’étais petit, je suis tombé sur TF1. Depuis, je suis l’homme des bouses scénaristiques, je suis Super Spoiler.
– Que…
s’étonna Batman. Pardon ?
– Ah, c’est parce que j’ai oublié de présenter mon fidèle serviteur ? Voilà, il est là-bas, et il s’appelle Diego Mystère.
– Patron, à ce sujet, si on pouvait revoir mon pseudonyme parce que…
bafouilla le jeune homme avec une monstrueuse fausse moustache.
– Chut, Diego Mystère. Comme ton nom l’indique, préserve le mystère. »

Batman et Superman échangèrent des regards consternés, avant de se tourner vers le nouveau héros autour de la table.

« Non mais sérieusement, vous êtes un super héros ? demanda Batman.
– Oui. Mon super pouvoir, c’est de tout voir venir.
– Par exemple ?
– Ben par exemple vous êtes Bruce Wayne, et puis l’autre à côté, c’est Clark Kent, c’est gros comme une maison. »

Les deux super-héros ouvrirent grand la bouche, avant que Batman ne donne un grand coup de poing sur la table.

« Non mais ça ne se fait pas ! C’est quoi votre souci avec les identités secrètes ? Déjà que votre Diego Mystère, là, tout le monde sait que du coup, il doit s’appeler…
– TATATA ! Hé, ho, révéler les trucs, c’est MON boulot, alors vous arrêtez tout de suite, Monsieur Batman ! Est-ce que moi je me déguise en chauve-souris ?
– Heu… non…
– Et vous Monsieur Superman, est-ce que vous voyez un slip sur mon pantalon ? Alors ! Chacun chez soi et les collants seront bien gardés ! »

Batman toussota poliment le temps de reprendre son calme, inspecta nerveusement son ordre du jour, et reprit.

« Bien… je propose que l’on arrête ici cette discussion, nous poursuivrons les présentations plus tard. Point numéro deux à l’ordre du jour : si je devais me foutre sur le nez avec Superman, qui gagnerait ?
– En tout cas, pas le public.
– Super Spoiler, silence… grogna Batman.
– Non mais c’est vrai. Supposons un film « Mike Tyson contre Youki le Yorkshire« . Vous imaginez une affiche pareil ? 
– P’têt que le Yorkshire a de la krypto… hem, tysonite, Batman bafouilla sous le regard inquisiteur de Superman.
– Non mais ce sera nul. Je vous le dis. Et puis, pas qu’un peu. Vous en voulez la preuve ?« 

D’un claquement de doigt, Super Spoiler ordonna à Diego Mystère de lancer le vidéoprojecteur, qui afficha, non pas un powerpoint, au soulagement général, mais bien un film :

Batman V Superman

Super Spoiler fixa intensément l’écran, et tirant sur son cigare, lança :

« Spoilons, mes bons !« 

__________________________

583914.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

L’affiche : rien que l’idée de Batman décidant de gagner aux poings contre Superman, ça paraît complètement con. Spoiler alert : ça l’est.

Notre film démarre bien des années avant les événements qui nous intéressent. En effet, nous y retrouvons le petit Bruce Wayne et ses multimilliardaires de parents alors qu’ils rentrent tranquillement du One Man Show de Norman en remontant les splendides boulevards de Gotham City, le Levallois-Perret de cet univers. Sauf que voilà : un gourgandin jaillit de nulle part et brandit sous leur margoulette le canon de son pistolet, arguant qu’ils seraient bien urbains de lui donner tout le pognon qu’ils transportent. Papa Wayne, un peu bougon, tente de faire une prise de ninja au malandrin pour lui apprendre les bonnes manières, mais échoue lamentablement, recevant un pruneau dans la bagarre. Puis, c’est maman Wayne qui subit une trépanation éclair au calibre 45, avant de tomber au sol sous les yeux du petit Bruce. L’enfant est un peu traumatisé, et accessoirement, un peu orphelin.

Le jour des funérailles de Papa & Maman Wayne, nous retrouvons Bruce qui décide que nique le cortège funéraire, lui, il a plutôt envie de courir dans les bois. Oui, Bruce se barre de l’enterrement de ses propres parents, il est comme ça, c’est un chien fou. Alfred, derrière lui, tente bien de le retenir de quelques « Revenez Maître Bruce ! » « Maître Bruce, allons ! » et autres « Non mais quel trouduc !’« , mais c’est sans effet. Bruce court les bois, finit par tomber par accident dans un vieux souterrain, et là, se retrouve au beau milieu de milliers de chauve-souris qui… heu… forment un tourbillon magique pour l’aider à remonter ? Mais ? Qu’est-ce que ce truc ? La voix off de Bruce adulte nous dit que c’est un rêve qu’il fait encore et encore. Nous voilà donc rassuré : dans la véritable version, les chauve-souris se sont probablement contentées de lui chier dessus.

Bondissons dans le temps et retrouvons Bruce Wayne, adulte, lors des événements qui achevaient Man of Steel (souvenez-vous), à savoir lorsque Superman et son terrible ennemi au nom monosyllabique, le général Zod, se distribuaient des taloches au beau milieu de Métropolis pendant qu’un des vaisseaux de Zod détruisait un peu tout. Car au beau milieu de cette apocalypse Bruce Wayne débarque de son hélicoptère et bondit dans une voiture pour foncer entre les immeubles qui s’effondrent et des gens qui fuient en hurlant, heureusement sur des avenues où toutes les voitures pouvant gêner sa route ont eu le bon goût de disparaître. Bruce sort son téléphone de sa poche, et appelle son vieil ami Jean-Jacques, directeur de l’antenne locale de Wayne SARL.

« Wayne SARL, direction j’écoute ?
– Jean-Jacques ! Bon dieu Jean-Jacques, est-ce que tout va bien ?
– Oh, oui ma foi, on a juste un vaisseau géant alien en face des fenêtres qui détruit la ville. Et vous, ça va patron ?
– Oui ! Je suis venu en ville pour vous ordonner d’évacuer !
– Ah. Mais vous saviez que comme vous êtes en train de me téléphoner, vous n’aviez pas besoin de vous déplacer, du coup ?
– … oh.
– Hé oui.
– Mais ça fait plus dramatique que je sois là, non ?
– Allez, si ça peut vous faire plaisir, patron. Sur ce, j’ordonne l’évacuation.« 

Et Jean-Jacques de se tourner vers ses employés, qui étaient encore tous à leur bureau, pour leur dire « Allez, on évacue, le patron vient de donner l’ordre.« 

D’accord, et si le patron n’avait pas donné l’ordre ? Vous restiez tous à votre poste à terminer les graphiques pour la réunion marketing de demain parce que, hein, il n’était pas encore 17 heures ? Oui, chez Wayne SARL, on est comme ça : même en cas de ville en cours de destruction, on termine ses bilans comptables en sifflotant au lieu de fuir en hurlant. Les membres du Medef dans la salle ont probablement connu eux aussi une sorte d’apocalypse à cet instant précis, mais dans leur slip.

Securité

J’ai obtenu la copie des consignes de sécurité de Wayne SARL. Tout s’explique.

Bruce en tout cas continue de foncer pied au plancher au travers de Métropolis, mais n’arrive pas à temps : l’immeuble de sa société vient de se faire couper en deux par les superhumains en train de s’affronter, ce qui, ça alors, a tué une bonne partie du personnel. Tout au mieux, Bruce parvient à aider un de ses petits gars, coincé sous les décombres, qui a été gravement blessé aux jambes, puis à prendre dans ses bras une petite fille qui a perdu sa maman dans le drame, sans que l’on comprenne vraiment ce que ladite petite fille faisait là au lieu d’être à l’école, nom d’une pipe, encore de la graine de délinquant, j’te foutrais ça à Cayenne, moi, ah mais oh.

Bondissons deux ans plus tard et cette fois-ci, retrouvons Loïs Lane, la fameuse journaliste de BFM TV – Metropolis, alors qu’elle est au fin fond du désert africain, à interviewer un chef de guerre local entouré de ses miliciens et mercenaires. Lois Lane, en bonne journaliste, pose donc sa première question :

« Bonjour, êtes-vous un terroriste ?« 

Non, je ne blague pas. C’est bien sa question. Ah non mais elle n’est pas à BFM TV pour rien, hein. Cependant, pendant qu’elle poursuit son interview fabuleuse avec des trucs comme « Quelle est votre marque de chaussures préférée ? » ou « Si je faisais un film Hippopotame V Éléphant, vous iriez le voir ?« , les mercenaires occidentaux qui entourent le chef de guerre tournent autour du photographe qui accompagnent Loïs. Et finissent par, en fouillant ses affaires, trouver un mouchard électronique qui clignote sur lui (les mouchards clignotent toujours pour plus de discrétion). L’affaire tourne au vinaigre ! Le photographe a tôt fait d’expliquer que okay, on se calme, il est de la CIA, d’accord, mais Loïs Lane n’y est pour rien, elle ne servait que de couverture sans le savoir. Le photographe reçoit donc une balle dans la tête, pendant que Loïs Lane est emmenée dans une cave avec le chef de guerre, histoire de renverser le sens de l’interview et de pourquoi pas, accompagner chaque question d’une torgnole ou d’un coup de bottin.

Sauf que sitôt que Loïs et le méchant terroriste ont disparu dans leur cachette, on entend dans le ciel comme quelque chose qui passerait et repasserait le mur du son histoire de mettre l’ambiance. Le chef des terroristes, un certain Bogdan Drazic, fait un signe de tête mystérieux (tout le film, il lui suffit d’incliner la tête et ses hommes comprennent tout de suite qu’il veut dire des trucs du genre « Passe à gauche prend à droite, tire deux fois et fais un barrel roll » ; même Flipper à côté est plus clair dans ses explications). Ses hommes ayant compris son ordre silencieux, se mettent alors à mitrailler tous les miliciens qui les entourent avant de s’enfuir à moto ! Le terroriste dans sa cave avec Loïs Lane en lâche son bottin, attrape son pistolet et comprenant que quelque chose tourne mal, prend la belle en otage. Mal lui en prend car quelques secondes plus tard, quelque chose apparaît dans le ciel…

« Est-ce un drone ? »
– Est-ce une bombe ? »
– Non, c’est SupeBROUMBROULOUMBROULOUM »

Et la moitié de la maison de s’effondrer lorsque Superman tombe du ciel pour arriver dans la cave (pour l’amoureux des caves tranquilles que je suis, ça m’a fait mal au cœur). Le méchant a beau dire que hé, ho, attends deux minutes steup’, j’ai la fille en otage, Superman a tôt fait de lui casser la figure à grands coups de poings sur le museau. Loïs Lane est donc sauvée, les méchants vaincus, et non, Superman n’a pas remarqué les morts tout autour de la maison, ni en tombant du ciel, les motos avec des gens armés fuyant le village à vive allure après leur sombre forfait. Drazic et ses amis peuvent donc fuir en paix, protégés par le niveau général du scénario.

Quelques jours plus tard, aux Etats-Unis, une commission d’enquête du Sénat chargée du cas Superman depuis les événements de Métropolis écoute des témoins raconter les événements arrivés dans le village où le chef terroriste a pris sa claquounette.

« Alors oui, Superman est arrivé sauver cette journaliste, et là, pfou, les autorités n’ont pas aimé ça, elles sont venues rétablir l’ordre et ont massacré tout le monde, femmes et enfants.« 

La sénatrice Finch, qui dirige la commission écrase une larme et s’exclame :

« Halala, ce Superman paiera ! C’est honteux ! Il devra répondre de ses actes devant cette commission !« 

Hmmm. Alors attendez, je résume : les autorités d’un pays d’Afrique tirent sur des femmes et des enfants. Et votre conclusion est donc « Quel gros bâtard, ce Superman« . Sénatrice Finch, je pense que vous n’avez pas fini de nous surprendre. Et si vous pensiez tomber sur un début de réflexion sur « Faire la justice soi-même, est-ce irresponsable ?« , vous regardez le mauvais film. Bon, là on pourrait tout simplement dire « un mauvais film » tout court, mais comme pour tous les plaisirs malsains, n’allons pas trop vite en besogne.

En tout cas, chez Loïs Lane, cette commission d’enquête provoque bien des inquiétudes. Mais lorsque son Superman préféré rentre à la maison sous son subtil déguisement civil de Clark Kent, celui-ci n’en a que faire. Lui, son truc, c’est plutôt de faire des bisous à Loïs Lane, et de faire le sexe avec elle, mais prudemment, s’il ne veut pas tirer un laser, comme ça, par accident et disperser cerveau comme cervix dans toute la pièce. Loïs et Clark coulent donc des jours heureux malgré tout cela, sans compter qu’en plus, il y a un monument géant avec statue de Superman au beau milieu de Métropolis pour lui rendre hommage. Du coup, la commission d’enquête, on y croit moyennement.

Pendant ce temps, dans l’océan Indien, de mystérieux personnages envoient des enfants en slip de bain faire de la plongée. Leur but ? Remonter, depuis les restes de l’un des vaisseaux de Krypton écrasé là dans le film précédent, de cette splendide pierre verdâtre que l’on nomme kryptonite. Remontée à la surface, elle semble satisfaire ses mystérieux commanditaires, qui savent bien que tout cela a de la valeur. Par exemple, pour faire de ces splendides bijoux moches qui font les beaux jours de la Japan Expo.

Mais il y aurait d’autres utilités, figurez-vous.

Car à Métropolis (oui, ce film saute beaucoup d’un endroit à un autre), nous retrouvons des officiels du gouvernement, dont la sénatrice Finch, qui rendent visite à Lex Luthor, jeune entrepreneur à succès à la tête de LexCorp, une société qui… du… heu… bon, une société qui fait des trucs. En tout cas, si vous avez vu le film au cinéma, vous avez peut-être remarqué toutes ces mains tremblantes qui se levaient dans les fauteuils durant cette scène. Dont la vôtre. Quel était cet étrange phénomène ? Une résurgence du troisième reich ? Hélas Non, simplement le fait que Lex Luthor pourrait s’appeler Tétaklak, ce serait la même. Ce personnage est un appeau à gifles. Dans chaque plan où il apparaît. Si vous voulez regarder le film dans de bonnes conditions (enfin, je me comprends), menottez-vous. Personnellement, Diego devait me tenir pendant que Natacha (ma stagiaire russe en Erasmus) s’asseyait sur moi pour m’empêcher d’aller marteler l’écran en hurlant des jurons en araméen. Je fais souvent ça quand je suis grognon.

Batman V. Superman: Dawn Of Justice

« Salut, moi c’est Lex. Dans la vie, j’aime monologuer, faire des plans pourris et parler des heures des hommes et des dieux sans que ça n’ait le moindre sens. Ça te dirait de passer deux heures de film avec moi ? »

Mais je m’égare. Car Lex Luthor accueille ses invités, salut les kids, ça roule ? Venez, je vais vous montrer un truc, ça s’appelle la kryptonite, j’en ai qu’un petit bout, mais c’est déjà chouette. Puisqu’on a déjà eu une partie de la ville rasée par les extra-terrestres de Krypton, on pourrait s’en servir pour faire une super arme apte à les calmer s’ils venaient à recommencer. Tout le monde se dit qu’une arme de dissuasion, ce serait bien, sauf la sénatrice Finch, qui en a certes après Superman mais finalement, oui, non. Heu… d’accord ? Elle se rend même en personne chez Lex Luthor (qui passe son temps à faire des monologues écrits avec les pieds sur les dieux et les hommes) pour lui annoncer qu’elle bloquera toute tentative de sa part d’importer de la kryptonite depuis l’océan Indien où l’on en a découvert. Lex Luthor fait genre que hihihi, d’accord madame, mais bon, on comprend bien qu’il compte rabouiner sévère.

J’en profite pour couper court tout de suite à une autre intrigue fascinante : Loïs Lane enquête sur la fusillade qui a eu lieu dans le désert. En effet, elle a réussi à récupérer l’une des balles tirées par les méchants mercenaires, et celle-ci est composée d’un alliage inconnu. Ce qui laisse penser à la commission d’enquête contre Superman (qui n’est composée que de sénateurs américains, bien que semble-t-il, avec une autorité planétaire, c’est intéressant) que le Superhomme et sa technologie futuriste seraient impliqués.

Que… impliqués dans quoi, au juste ? Superman n’utilise pas d’armes. Mais, visiblement, ce détail n’intéresse pas du tout la commission d’enquête qui se contente de se dire que Superman a dû tirer des superballes sur la population. Sachant que même les témoins disent que ce sont « les autorités » qui ont tiré sur femmes et enfants après l’intervention de Superman, est-ce moi ou est-ce que cette intrigue n’a aucun sens ? Ho, est-ce que vous voulez que je vous parle du fait que Loïs Lane interviewe le Secrétaire d’état à la défense des Etats-Unis dans ses toilettes ? Ou comment il vient discretos à des rendez-vous avec elle habilement déguisé avec une casquette de base-ball, ou sous un vieux pont pourri, façon indicateur tout naze de mauvais film ? Vous savez quoi ? On va ranger cette intrigue fin nulle dans un tiroir et aller droit à la conclusion : le secrétaire d’état a réussi à déterminer que ces balles étaient bien terriennes, et provenaient d’armes expérimentales originaires de chez… LexCorp. Et que les mercenaires sur place étaient en fait des hommes de chez LexCorp ! Loïs Lane décide donc aussitôt de… heu…

De rien. Voilà. Même pas un petit article ? Hé bien, ça valait le coup d’enquêter, dites-donc. Merci pour ce moment, comme on dit chez les mauvais journalistes.

Continuons donc à sauter d’un endroit à un autre, le tout sans bailler s’il-vous-plaît même si ça donne quand même très envie, et allons du côté de Gotham City, où nous suivons brièvement Batman pour faire un point sur ses activités. Déjà, de tout le film, sachez que personne ne l’appellera jamais Batman, mais pour des raisons qui m’échappent, devient malgré l’affiche « Le bat de Gotham« . Soit ? Ensuite, même si on nous explique que depuis 20 ans, Batman a vaincu bien des vilains de Gotham, la police continue à lui tirer dessus à vue. Intéressant. Dernier point, et pas des moindres : Batman marque désormais ses victimes au fer rouge. Oui oui. Et comme le scénario aime bien aller jusqu’au bout du n’importe quoi, on nous explique que les victimes marquées par Batman, une fois en prison, sont battues à mort par les autres détenus, ce qui revient donc à les tuer. Passons sur l’éthique de Batman (je laisse les fans hurler de rage), et constatons au passage la logique : les prisonniers tabassent ceux qui se sont fait arrêter par Batman. Mais aux dernières nouvelles, la moitié des prisonniers de Gotham ne sont-ils pas là suite à Batman ? Accessoirement, sachant qu’il est connu pour courir le gros gibier, n’est-ce pas au contraire une marque de respect chez les vilains ? Est-ce complètement con ? Puis-je quitter la salle ? Qui a verrouillé les portes ? Où ai-je lancé Natacha en me levant brusquement ? Que de questions sans réponses.

Batman en tout cas enquête sur un gros dossier : celui du « Portugais blanc », un terrible méchant que personne n’a jamais vu qui malgré son nom d’apéritif, amènerait des armes à Gotham aidé d’un de ses agents, un certain Drazic, que nous avons croisé plus tôt dans le film. Batman, en enquêtant sur ce dernier, parvient à copier les données de son téléphone, et ce faisant, à découvrir que Drazic envoie régulièrement des SMS coquins à Lex Luthor. Et cela tombe bien, puisque Bruce Wayne a reçu une invitation pour un cocktail chez Lex Luthor…

Clark Kent, de son côté, suit lui avec attention les frasques du justicier de Gotham. Marquer les gens au fer rouge ? Il trouve ça un peu dangereux (moi j’aurais dit « con », mais bon), quand même. Tant et si bien qu’il en délaisse la rubrique des sports qu’il est supposé tenir pour se pencher sur le cas Batman. Et ça tombe bien pour lui, puisque sans aucune raison, le chargé des sports est envoyé couvrir… la soirée cocktail de Lex Luthor.

Mais ? Pourquoi insister sur le fait qu’il soit chargé du sport si c’est pour qu’il ne le fasse pas une seule fois du film ? J’aurai préféré qu’ils se croisent à un match de l’Estac vu le niveau, mais comme nous allons le voir, même cet espoir était trop haut pour le film.

Car si les deux larrons se retrouvent à la même soirée chez Lex Luthor, elle est en l’honneur « des amis de la bibliothèque municipale de Métropolis« . Oui, moi aussi, je trouve que Batman et Superman qui se rencontrent à la soirée des amis de la bibliothèque municipale, ça fait atmosphère sombre et sérieuse, comme voulue par le film. Ne manque qu’une lecture publique de Tchoupi et on était tout au bout du concept. Toujours est-il que pendant que l’autre tête à claques de Luthor se lance dans un long monologue sur – mais oui ! – les hommes et les dieux (ce qui est tout à fait cohérent), Bruce Wayne, qui est quand même là pour espionner un peu ce que Lex Luthor bricole avec son ami Drazic, a son serviteur Alfred qui lui cause dans l’oreillette.

« Suivez mes instructions, Monsieur. Les informations que vous recherchez doivent être dans la salle des serveurs.
– Qui est ?
– Au sous-sol, en face des cuisines.
– Les serveurs près des cuisines, ça se tient… héhé…. héhéhé… héhé…
– …
– Alfred, rigole ou c’est licenciement pour faute grave.
– Hahaha Monsieur. Votre humour est au niveau de ce film.
– Bon allez, je vais m’occuper des serveurs, là, tout ça.« 

Pendant qu’Alfred remplit discrètement son dossier pour les prud’hommes, Bruce explore lui la demeure Luthor et se rend au sous-sol, se faufilant au milieu du personnel des cuisines pour atteindre la salle des serveurs supers secrets de Lex Luthor, qui est immense, certes, mais surtout pas du tout sécurisée. Bruce installe donc un gadget sur un bout de câble et hop, Alfred surveille à distance la copie les fichiers qui ont l’air importants, comme les répertoires c:/MesDocuments/super_secret ou c:/Travail/Transex_Brasil_Prout_Hubporn. Pendant que le tout télécharge, Bruce se fait bien évidemment gauler comme un gros débutant par une employée de Lex Luthor qui a remarqué qu’un multimilliardaire rôdait dans le sous-sol. Et comme ce film est bien écrit jusqu’au bout, je vous laisse deviner l’excuse que trouve Bruce Wayne :

« Je cherchais les toilettes. »

Voilà voilà. Non, ce n’est pas une parodie. C’est bien un film à 250 millions de dollars. Un quart de milliard. J’insiste. Un quart de milliard, et Bruce Wayne prétend chercher les toilettes en infiltrant une soirée des amis de la bibliothèque municipale.

temp-03714.dng

Bientôt les spin-off à la hauteur de l’intrigue du film ! « Batman et le mystère de la médiathèque de Limoges », « Batman V le garde-champêtre » ou encore « Qui a dessiné une chauve-souris sur la faïence ? »

Pardon ? Le truc que vous venez de sentir ? Ce n’est rien. C’est juste votre âme qui s’émiette. Ça me le fait tout le temps.

L’affaire entendue, Bruce remonte au rez-de-chaussée rejoindre la fête pendant que tout se télécharge, et y rencontre Clark Kent. Ce qu’il ignore, c’est que Clark Kent et sa super ouïe ont suivi tout ce qu’il se racontait avec Alfred. L’ami Superman sait donc non seulement qu’il se trame quelque chose, mais aussi qu’il a affaire à Batman au Bat de Gotham. Il fonce donc dessus pour lui serrer la paluche.

« Monsieur Wayne ! Je suis Clark Kent, du Daily Planet. 
– Enchanté. Si vous… heu… si vous voulez mon opinion sur cette soirée, j’ai déjà envoyé un communiqué de… de presse. Voilà. 
– Non, je voulais plutôt vous parler du mystérieux justicier de Gotham.
– Celui qui est trop cool ? Et beau ? Et qui n’a strictement rien à voir avec le film Daredevil ?
– Oui, ne le trouvez-vous pas… violent ? Dangereux ?« 

Instantanément, Bruce Wayne passe en mode gros bougon.

« Hé ho, dites-donc, vous bossez dans un journal qui tresse des lauriers à Superman dès qu’il débouche un évier, mais Batman, c’est du caca ?
– Tout de même, il…
– Il quoi ? Superman a détruit la moitié de Métropolis lors de sa dernière bataille avec l’un des siens. Il ne rend de compte à personne, peut détruire ce monde si le cœur lui en dit, mais le danger, c’est Batman ? Ce ne serait pas un tout petit peu hypocrite, espèce de p’tit bât-« 

La conversation est interrompue par l’arrivée de Lex Luthor, qui arrive tout sourire.

« Clark Kent ! Bruce Wayne ! Je suis heureux de susciter des rencontres ! »

Sauf que Bruce Wayne est supposé être un multimilliardaire mondialement connu et Clark Kent un obscur gratte-papier de la rubrique des sports. Présenter les deux au même niveau n’est donc pas du tout suspect. Lex se met donc à parler, ce qui consiste donc à raconter du rien et laisse au spectateur, c’est aimable, le temps d’aller aux toilettes ou de retourner éclater des chatons contre les murs sans rien rater du film. Une fois Lex parti, Bruce et Clark se séparent. Clark car il a aperçut une télévision qui passe un fabuleux reportage en direct « incendie en cours à Ciudad Juarez, une fillette bloquée dans le bâtiment » (quoi ? Vous n’en voyez pas tous les jours des directs de ce genre, vous ?) et file donc faire Superman au Mexique pour sauver la jeune damoiselle.

Bruce, lui, redescend discrètement au sous-sol pour découvrir que son gadget a disparu de la salle des serveurs ! Après la fin du téléchargement, l’informe Alfred, mais tout de même. Heureusement, le voleur n’est pas loin : c’est en réalité une voleuse, qui en splendide robe de soirée sourit à l’ami Bruce pour lui faire comprendre qu’elle l’a roulé dans la farine avant de filer à bord d’une voiture de luxe. Bruce bougonne un peu, insulte silencieusement sa mère (à la dame, pas la sienne, soyons sérieux), puis retourne chez lui étudier comment retrouver sa voleuse pour récupérer la copie des fichiers de Lex Lulu.

Lex Lulu, puisqu’on en parle, poursuit ses propres objectifs de son côté. D’abord, en envoyant Drazic et ses hommes lui ramener de la kryptonite de l’océan Indien, avec ou sans l’autorisation du gouvernement, ensuite en obtenant sans quasiment aucune contrepartie d’un membre du gouvernement le droit d’accès au corps du décédé général Zod (probablement pour de sombres histoires nécrophiles) ainsi qu’aux restes du vaisseau alien écrasé au cœur de Métropolis dans le dernier film… et accessoirement, retrouve l’employé de Wayne SARL gravement blessé aux jambes dans la bataille Zod/Superman, que Bruce Wayne avait sauvé au début du film.

Celui-ci, visiblement, est toujours un peu grognon après sa mésaventure. Ainsi, bien qu’en fauteuil roulant, il va taguer la statue géante de Superman en ville de l’inscription « Faux dieu« , ce qui lui vaut de passer une nuit en cellule avant que Lex Luthor ne lui paie sa caution, ainsi qu’une superbe fauteuil roulant de luxe flambant neuf avec option turbo, pneus antidérapants et lance-carapaces bleues de série. En échange d’une seule chose : aller voir la sénatrice Finch et proposer de témoigner devant sa commission sur la thématique « Superman est un connard« .

Ce qui est dit est fait. Et bientôt, les journaux ne parlent plus que de la commission de la sénatrice Finch qui va présenter son nouveau témoin, ce qui est palpitant, sachant qu’il y en avait des centaines de milliers puisque Métropolis a pris sa raclée sur une large surface ; voilà qui là encore, donnera envie au spectateur de se planter la paille de son coca dans la jugulaire puis de se lancer une danse macabre en arrosant toute la salle de son sang jusqu’à ce que mort s’ensuive, tant chaque élément de ce film est débile. Toujours est-il que la sénatrice hurle à qui veut l’entendre que Superman ferait bien de venir se présenter devant sa commission, puisqu’en démocratie, « on parle, on s’écoute » comme elle le dit.  Deux minutes à l’assemblée nationale française devraient probablement l’horrifier, alors.

Pendant ce temps, de l’autre côté de la baie (car oui, Métropolis et Gotham City ne sont séparées que par une baie, pas bien grande soit dit en passant, c’est tout à fait logique), Bruce Wayne n’a pas chômé. D’abord, il a retrouvé sa voleuse, qui lui a rendu son précieux gadget. Elle n’a pas pu ouvrir les données, trop cryptées pour ses connaissances en la matière, et se contente de dire qu’elle voulait simplement effacer une photo lui appartenant que Lex Luthor avait prise. Elle s’en va sans demander son reste (oui oui, elle a volé le truc, n’en a rien fait, mais boh, maintenant, elle s’en fout, elle va filer ça à quelqu’un d’autre qui pourra reluquer sa photo), et Bruce peut retourner dans sa batcave décrypter tout ça. Pendant que son super ordinateur sous Bat-OS travaille, Bruce s’endort et fait un rêve particulièrement long pour occuper du temps de film, dans lequel la Terre est dévastée, Superman est considéré comme un dieu et a une armée à son service, et Batman mène la résistance sans grand succès. Fascinant, non ? Non ? Nous sommes d’accord puisque ce n’est qu’un rêve pété de fan service, et Bruce peut se réveiller pour enfin, reprendre le film et ouvrir le dossier tant attendu. Une fois régalé de transexuels brésiliens adeptes du culte du prout chers à Randy Marsh, il peut donc ouvrir l’autre dossier : les supers secrets de Lex Luthor. Et découvre ce qu’est « Le Portugais Blanc« . À savoir, un bateau.

Oui, une belle photo de bateau, avec marqué dessus « White Portuguese« . Depuis le début, Bruce tapait le nom dans Google, il avait la réponse à tous ces mystères. Je… cette intrigue. Cette puissance ! Mais enfin, stop ! Je veux descendre ! Toujours est-il qu’en poussant plus loin, Bruce découvre que le navire est celui qu’utilise Drazic pour ramener la kryptonite à Métropolis en passant par Gotham.

Alfred, lui, commence à en avoir un peu marre de tout ça. Et aborde son maître.

« Maître Bruce, vous avez bien des qualités, mais vous ne savez pas me mentir. Ce Portugais Blanc… depuis le début, vous saviez qu’il transportait de la kryptonite, n’est-ce pas ? Vous voulez simplement faire main basse dessus ! Mais pourquoi ?
– Parce que Superman est dangereux ! Il est serviable dans l’immédiat, mais nous savons toi et moi que tout homme a un côté sombre. Et si lui succombait ? Il faudrait l’arrêter ! J’ai besoin de cette kryptonite !
– Calmez-vous maître Bruce, on ne déclenche pas une guerre en…
– Hé puis Alfred, les aliens là, qu’est-ce que tu crois ? Qu’ils demandent pour venir sur Terre ? Noooon, ils débarquent, et hop, ils occupent un emploi de super-héros ! Et tu as vu ses vêtements ? Bonjour l’intégration, des fois, on se croirait sur Krypton ! Je ne suis pas raciste, mais quand même, les aliens, tu ne m’ôteras pas de l’idée qu’ils profitent bien de notre planète !
– Calmez-vous maître Bruce ! Je vous en prie !
– En plus, les aliens, ils sentent mauvais et ils écoutent de la musique toute la nuit ! Ah, ça pour profiter des aides galactiques ils… »

Bon, je ne suis plus sûr des dialogues exact, mais c’est ma faute : j’ai tendance à confondre les milliardaires.

sam_r2_v117_151015_15mj_g_r709f.177972.tif

« Et on pourrait construire un grand mur dans l’espace, et on le ferait payer à Krypton ! »

Quant à l’intrigue, pour la reprendre : stoooop.

Alfred, c’est sympa ce que tu racontes cette histoire de Batman qui mentait sur le Portugais Blanc, mais c’est impossible. D’abord, parce que jusqu’il y a encore dix minutes, Bruce Wayne pensait que le Portugais Blanc était un homme, pas un bateau. Alors transporter de la kryptonite à fond de cale, à moins d’avoir un très gros slip… ensuite, il ne pouvait pas savoir non plus pour la kryptonite, puisqu’on découvrait que Bruce Wayne enquêtait sur le Portugais Blanc depuis bien avant le moment où Lex Luthor a ordonné qu’on lui ramène la kryptonite. Bref, ça n’a strictement aucun sens.

Reprenons.

Batman décide d’intercepter la cargaison de kryptonite. Qui est très discrètement transportée, comme toute contrebande, dans des caisses marquées d’un énorme « LEXCORP ». Discret ! Batounet surveille donc le déchargement au port, puis colle à distance un mouchard (mais oui, qui clignote !) sur les portes du camion, histoire que les véhicules d’escorte puissent bien le voir. Heureusement, les figurants n’étant pas payés à faire remarquer que ce film est diablement con, ils font mine de ne pas apercevoir le truc noir sur fond blanc qui clignote en rouge juste devant eux. Vous me direz « Oui mais Batman, s’il n’avait que ce modèle, aurait au moins pu le mettre sur le toit du camion, par exemple, pour qu’il soit moins invisible des troupes au sol« . Mais non. Parce Batman a lu le script, et sait que dans cinq minutes, le toit du camion va être détruit. Et que ne restera intacte que, pile-poil, la zone du mouchard. C’est fou.

Passons : pendant que les mecs transportent la caisse (qui tiendrait dans un coffre de voiture discrète) à bord d’un énorme camion bien visible, Batman les prend en chasse. Aidé de sa Batmobile bourrée d’armes à feu, parce que Batman adore ça, il tue la plupart des margoulins sur son chemin, meule sévèrement le camion des méchants, et alors qu’il s’apprête à se ruer sur eux pour achever le travail, soudain, un piéton sur sa route.

C’est Superman !

« Mais bordeleuuuuuuuuh ! » s’écrie Batman en percutant le brigand, qui ne bouge pas, mais envoie bien voler la Batmobile. Batman imagine déjà le stage de récupération de points de permis qu’il va devoir passer pour avoir percuté un piéton, lorsque Superman bondit sur son véhicule, arrache le pare-brise blindé, et explique :

« Maintenant, tu arrêtes. Tu es violent, c’est pas bien.
– J’fais c’que j’veux.
– Nan. La prochaine fois qu’on allume le projecteur, tu ne viens pas. Point.
– J’ai une question… est-ce que tu saignes ?
– …
– Ça va venir. »

Fabuleux. Batman retourne donc bouder dans sa batcave en ramenant son épave sur roues tant bien que mal, et se dit que bon sang, Superman se met sur sa route. Et ça, c’est mal, il va le payer.

Le lendemain, à Washington, c’est le jour J pour la commission Superman. Toutes les caméras sont braquées sur le Capitole où les personnalités arrivent les unes après les autres. Lex Luthor, qui attend devant la salle, salue un sourire en coin la sénatrice Finch, puis l’ancien employé Wayne SARL qui va témoigner, et enfin, indique à sa secrétaire qu’elle serait bien urbaine de rentrer dans la salle lui réserver une place. L’audition commence sans Lex, dont la chaise marquée d’un énorme « LEX LUTHOR » installée là par sa secrétaire, reste désespérement vide. Mais à défaut de Lex Luthor, c’est Superman qui décide de se pointer à l’audition à la surprise générale. La sénatrice en le voyant, triomphe !

« Superman ! Vous allez répondre de vos actes, espèce de monstre ! À cause de vous, des gens meurent, et tout, c’est pas bien ! »

Alors qu’elle se lance dans un soliloque là encore écrit de telle manière que je pense que le dialoguiste était en fait une sorte de poulpe qui a envoyé son encre un peu vite, et que quelqu’un a ensuite pris le tout pour un script, elle s’interrompt soudain en notant… un bocal d’urine sur son bureau. Oui, un bocal d’urine. Avec un petit mot qui lui fait comprendre que c’est un cadeau de Lex Luthor, rapport à une conversation qu’ils ont eu une fois, qui est comme ça, il n’hésite pas à offrir des bocaux de pisse. C’est le Sénat mon garçon, pas le Tour de France, enfin ! C’est pourtant facile de distinguer les deux : dans l’un des deux cas, il y a la caravane Cochonou, dans l’autre, Cochonou est dans la salle. Tssss, les gens ne sont pas attentifs.

Qu’importe ; la sénatrice regarde la chaise vide de Lex, note que la secrétaire de Luthor paraît elle-même un peu paniquée, et alors qu’elle regarde le témoin en fauteuil payé par Lex… ledit fauteuil explose et souffle toute la salle et une partie de l’étage, tuant tout le monde sauf Superman.

« HOOOOOOOOOO ! » font les gens dehors en voyant les flammes.

« Ça alors ! Superman se pointe, et tout explose, comme par hasard ! » commente intelligemment la presse.

Et c’est donc reparti pour, après les balles à l’alliage mystérieux dans le désert, désormais, Superman est accusé d’être un poseur de bombe.

478070.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Et pour être sûr que personne ne rate l’énorme indice gentiment laissé par Lex, notez que sa chaise est juuuuste derrière le témoin clé. Comme ça, le monde entier peut en profiter. J’en pleure.

Bon. On reprend.

L’audition était filmée. Entièrement. Le monde entier avait les yeux dessus. Tout le monde a donc bien vu le fauteuil exploser (et non Superman devenir grognon). Et surtout… tout le monde a aussi pu voir que le seul mec absent de la salle pile au bon moment, c’était Lex Luthor. Lex Luthor, qui a payé des gens qui peuvent témoigner pour aller déposer un bocal de pisse sur le bureau de la sénatrice avant qu’elle ne meure. Mais non, on n’a qu’à dire que c’est Superman, tient, même si c’est particulièrement peu crédible. Allez hop !

Bruce Wayne, qui suivait les événements à la télévision devient donc aussi farouche qu’il est attardé, c’est-à-dire très fort : Superman, espèce de gros rabouin, tu vas voir ! Je vais te casser la bouche ! Lex Luthor apprend ainsi dans les heures qui s’ensuivent que le mystérieux Bat de Gotham s’est rendu à Métropolis… et lui a volé tout le stock de kryptonite qu’il venait de récupérer grâce à Drazic. Lex Luthor sourit en coin : c’est exactement ce qu’il voulait.

Les jours suivants, Superman a disparu, retiré du monde. Lui aussi fait des rêves étranges et pénétrants où il parle avec son Papa Kent (« Alors, toi aussi tu as préféré oublier la scène de ma mort ?« ), mais n’est plus sûr de vouloir se mêler des affaires des hommes, qui le rejettent. Et tentent de lui faire porter le chapeau pour des choses qu’il n’a pas commises (mais enquêter dessus, bof, ça ne l’intéresse que moyennement). Batman, de son côté, fait de la muscu et se forge des armes en kryptonite : balles en kryptonite, grenades à gaz de kryptonite, lance en kryptonite, couvre théière en kryptonite, etc. À noter d’ailleurs que durant tout le film, alors que la kryptonite est très lourdement soulignée comme étant radioactive, personne ne la manipule avec la moindre protection. Normal.

En tout cas, la voie est libre pour que Lex Luthor poursuive son plan aussi maléfique qu’il paraît naze.

Puisqu’il a accès au corps du général Zod il… heu… il l’emporte ? Voilà, personne ne dit rien. Non, le gouvernement s’en fout. Ensuite, il lui pique des bouts de doigt pour s’en faire des empreintes digitales, et ouvre la porte du fameux vaisseau crashé au cœur de Métropolis. Personne ne surveille la zone, aucun scientifique ne traîne, bref, c’est open bar. Sans compter que quitte à trimballer le corps de Zod, autant utiliser sa main directement plutôt que de lui voler des bouts de doigt, hein. Tu faisais quoi si la technologie de krypton prenait aussi l’empreinte de la paume et qu’elle butait les intrus, gros malin ? Bref, une bien belle perte de temps et un risque gratuit pour Lex le débilou. Enfin, remarquez : en deux ans, aucun scientifique non plus n’avait eu cette idée, et les bougres se contentaient visiblement de taguer leur nom sur la coque. Ou un truc du genre. Rentrer dans un vaisseau bourrée de technologie ultra-avancée ? Quand on a la clé ? Non, ça n’intéresse pas les scientifiques, vous savez. Ils sont comme ça.

Lex pénètre donc dans les couloirs du vaisseau kryptonien, où seul rôde un drone qui accueille les visiteurs. Lex, bien évidemment en costume de ville, tenue idéale pour l’exploration, le suit sans rien dire. Il guide Lex, qui traîne le corps de Zod, jusqu’au cœur du vaisseau où se trouve une salle d’expérimentation, et coup de bol, Lex tombe sur le vaisseau le moins farouche du monde :

« Bonjour, visiteur. Je suis la sécurité du vaisseau. Celui-ci est à 34% de ses capacités suite aux dégâts subis. Voulez-vous en prendre le commandement ?« 

PARDON ?!

Non mais v’là la sécurité. « Regardez, un type sort de nulle part, et en plus, pour nous gens de krypton, c’est un alien : passons le commandement automatiquement à cet inconnu ! »

Et ce n’est pas fini !

« Ce vaisseau contient le savoir de centaines de milliers de monde.
– Enseignez-le moiiiii ! » couine Lex.

Hop hop hop, deux leçons de géo sur Zoubi du Centaure, et une de biologie sur les Scharplüks, les acariens venus de Xuglon, et c’est bon, Lex est chaud patate. Car il a désormais appris comment créer une « abomination ». Il suffit du corps d’un kryptonien (coucou Zod !), d’un peu de sang humain (ah ça alors, ça tombe bien !) et pif paf, c’est possible. La voix de la sécurité du vaisseau joue quand même la prudence.

« Attention, les abominations sont très vilaines et très méchantes, et surtout, très interdites par le conseil de Krypton.
– D’accord, mais où est le conseil de Krypton ? demande Lex.
– Détruit.
– Alors vas-y, crée le truc interdit.
– Okay. »

Je… comment dire ? C’est donc aussi simple que ça ? C’est définitivement la sécurité la moins farouche de l’univers. Ou la plus merdique. Peut-être les deux à la fois ? Je vais quand même plutôt pencher pour la deuxième option, rapport au fumet qui se dégage de ce film.

L’affaire entendue, le vaisseau s’empare du corps de Zod, Lex verse un peu de sang dessus et…

… repart tranquillement chez lui en sifflotant pendant que le vaisseau commence le processus. Lex a en effet des choses autrement plus importantes à faire, comme par exemple, poursuivre son plan moisi. Qui consiste tout d’abord à faire kidnapper Martha Kent, la mère de Clark, par Drazic et ses hommes. Cela fait, il envoie le même Drazic kidnapper Loïs Lane, qui est toute triste depuis que Clark a disparu avec Superman, parti méditer ailleurs. Et non, toujours personne au bureau ne fait le lien entre Clark qui a disparu et Superman qui a fait de même pile au même moment. C’est beau. À ce stade, Diego avait empilé des sacs de sable sur moi (on ne retrouvait plus Natacha dans le noir, et puis elle n’aurait pas suffi) pour m’empêcher de me lever. Et de me stranguler pour abréger mes souffrance.

Loïs est emmenée par hélicoptère jusqu’au sommet de la tour LexCorp, où l’attend l’ami Lex, qui l’accueille avec un énième discours qui donnera aux plus pacifistes d’entre vous des envies d’écraser des hamsters à mains nues. Et vous savez de quoi ça parle ? De dieux et d’hommes, dites-donc ! Un peu monomaniaque, le petit. Toujours est-il qu’il conclut son discours d’un « Maintenant, appelons Superman » (en réalité, il le dit bien évidemment autrement avec une histoire de carré, de triangle et de ligne, le tout de manière incroyablement ridicule et énervante, évidemment). Et il pousse Loïs dans le vide.

« AaaaAAaaaAAAAaaaAAAaah ! » hurle Loïs, tombant de près de cent mètres juste avant qu’elle ne sente sous son fessier les bras de… Superman ! Ça alors ! Il l’a entendue !

« Clark !
– Loïs. Je te dépose là, appelle un taxi, rentre à la maison et prends un bain, là tu sens un peu fort quand même.
– C’est-à-dire que j’ai eu très peur.
– Oui, c’est ce que je te dis, je le sens bien. Maudit super-odorat. Allez, t’inquiète chaussette, j’assure chaussure. Maintenant, je vais régler son compte à ce petit con de Lex Luthor ! »

Et Superman de bondir jusqu’au sommet de la tour, où Lex attend tranquillement.

« Bonjour, Superman !
– Tu as tenté de tuer Loïs, je vais te défoncer.
– Hé non ! Regarde plutôt ces photos… j’ai ta maman Martha en otage !
– Ben non, tu peux pas.
– ? 
– Regarde : Loïs a hurlé, je suis venu. Si elle avait eu des soucis, je l’aurais entendue et je serais venu aussi.
– Heu… oui mais heu… là c’était loin… à la campagne… près de chez elle dans le Kentucky… tu n’as peut-être pas entendu, donc si, c’est crédible.
– Mec, au début du film, Loïs ne poussait pas un cri, et pourtant, je l’entendais être dans la mouise jusqu’en Afrique. 
– …
– …
– … oui mais là, c’est magique !
– Ah bon, ben alors, si c’est magique.
– Bref, j’ai ta maman Martha en otage, HAHAHAHA !
– MONSTRE ! Dis-moi où elle est ou je te tue !
– Hé non ! Car j’ai demandé à mes hommes de ne pas me dire où elle était, hahaha ! Tu ne peux donc pas me faire parler ! Et si tu me tues… ils la tuent ! Alors obéis-moi, où elle meurt !
– Grrgnnnngnnnnn !

– Ahaha ! Moi, un homme, j’ai mis un dieu à mes pieds ! Petit, mon père me battait, et je me suis dit que si Dieu n’intervenait pas, c’est qu’il n’était soit pas tout puissant, soit pas bienveillant ! Voici ma vengeance, espèce de mini-dieu ! Oui, c’est mon seul motif pour mon plan de merde ! Maintenant… vois ! De l’autre côté de la baie, Batman a lui-même allumé le bat-projecteur ! Il t’attend, il veut te combattre ! Va, et ramène moi sa tête ! Entretuez-vous, hahahaha !« 

Soudain, un autre héros vient se poser aux côtés de Superman.

Batman V. Superman: Dawn Of Justice

Je vous laisse juger par vous-même du jeu d’acteur : l’une de ces deux scènes n’est pas dans le film, saurez-vous la retrouver ? Sur la première image, Superman vient de sauver Loïs Lane, son seul amour qu’il n’a pas vu depuis un moment, d’une chute mortelle. Des retrouvailles émouvantes. Sur la seconde, Superman, avec dans les bras Loïs Lane qui fait sa feignasse, vient de passer à La Poste récupérer un courrier de l’URSSAF et se demande combien de sous ils vont encore lui taper. En vous basant uniquement sur l’expression faciale de Clark, sauriez-vous dire quelle est la scène la plus crédible ?

« HoooOOOooo SUPER SPOILER ! s’exclament Lex et Superman en choeur.
– Oui, j’interviens parce que bon. Regarde Superman, je te montre comment faire. Déjà, Lex Luthor a balancé Loïs du haut du toit environ deux minutes après que Drazic l’ait déposée. Donc, l’hélicoptère de Drazic est tout proche, tu dois même le voir d’ici. Un hélicoptère avec un énorme « LexCorp », ça ressemble quand même à un gros indice.
– Heu… 
– Oui Lex ?
– Sauf que l’hélicoptère a disparu entre deux plans. Et que Drazic s’est téléporté avec tous ses hommes dans son repaire secret.
– Okay, mettons. Lex, tu ne sais pas où est le repaire secret de Drazic où il cache Martha Kent ?
– Non ! Héhéhé, mon plan est génial !
– Oui mais tu as le téléphone de Drazic, pour lui donner des ordres.
– Heu… oui ?
– Tiens, tu me le passes ? J’appelle. Superman, quand tu entends que ça décroche, tu vas là où tu entends ma voix sortir et tu meules tout.
– Ah pas con. J’y avais pas pensé.
– Superman, tu te changes depuis plus d’un demi-siècle dans les cabines téléphoniques et tu n’avais pas pensé au téléphone ?
– Mgnnnn…
– Et toi Lex, tu n’avais pas pensé à cette faille dans ton plan reposant pourtant sur l’ouïe de Superman, puisque sans celle-ci, Loïs Lane s’écrasait comme une bouse au bas de l’immeuble ?
– Mgnnn…
– Bon allez, casse-toi Super Spoiler. Non parce que si on suit ton plan, on gagne super facilement et il n’y a plus de film. »

Et Super Spoiler de s’en aller, pendant que Lex Luthor reprend.

« Bon, allez, va meuler Batman ! Tu as une heure, après, je tue la vieille !
– Soit. »

Superman file donc au bas de l’immeuble, retrouve Loïs pour lui expliquer qu’il va tenter de demander de l’aide à Batman plutôt que de le tabasser, puis part à fond les ballons. Loïs retourne donc au siège de son journal pour demander un hélicoptère pour se rendre à Gotham et essayer de raisonner tout le monde si jamais cela partait en sucette. Cela lui est accordé mais… pendant ce temps, l’épave du vaisseau alien en ville produit d’étranges éclairs et pompe toute l’énergie alentours… que se passe-t-il ? En tout cas, même si ça a l’air super dangereux et que le dit vaisseau a plus ou moins rasé la ville en tuant des milliers de gens la première fois, tout le monde fait juste « Hooo ! » et n’évacue pas. Tout est parfaitement logique, circulez, il n’y a rien à voir. J’en connais qui ont le même plan d’évacuation accroché au mur que chez Wayne SARL.

À Gotham, Batman attend de pied ferme à côté du bat-signal. Il a provoqué Superman, et ce soir, il compte bien le tuer. Et s’il ne vient toujours pas, il fera un spectacle en ombres chinoises intitulé « Loïs Lane et le lapin » (il fait super bien le lapin) sur le projecteur pour l’énerver plus encore. Après ce qui est arrivé au Capitole, et sans compter qu’il s’est mis – littéralement – sur sa route, Superman est devenu trop dangereux. Ce soir, il va mourir. Aussi, lorsque Superman apparaît enfin devant lui, il est très satisfait. Mais l’homme à la cape rouge essaie d’abord de parler.

« Bruce, tu dois savoir quelque chose de très important…« 

Batman s’en fout et lui envoie des ondes supersoniques dans la gueule.

« Attends, Bruce, ce que je dois te dire est crucial, car vraiment, tu dois m’écouter, l’information est capitale et… »

Bratatatata font les mitrailleuses de Batman, sans grand effet sur Superman.

« Aaaah, si seulement, je balançais directement l’information histoire de calmer le jeu au lieu de commencer toutes mes phrases par du rien, je… »

Fwoush ! Fait la grenade à gaz de kryptonite qui arrive droit dans la gueule du gredin.

« Kof kof kof… bordel !« 

Superman, qui jusqu’ici se défendait en encaissant les coups et en donnant de grandes claques à Batman qui volait sur deux cents mètres (mais sans rien se casser, merci), se retrouve soudain tout malade… et par un incroyable hasard, c’est pile la bonne dose pour qu’il ait exactement la même force qu’un humain ! Batman peut donc lui rendre les coups et commencer à lui distribuer des pains dans la face beaucoup plus aisément. De temps en temps, Superman regagne de la force, alors Batman lui remet une dosette, et hop, qu’est-ce qu’on s’amuse !

À noter que j’aurais été Superman, moi aussi j’aurais égalisé le combat.

« Okay Batman, tu l’auras voulu. Gnnnnn. Voilà.
– Que ? Tu as fait quelque chose ?
– Oui. Je viens de te regarder au rayon X.
– Super, et ?
– Rayon X puissance maximale, sans protection. Tu as douze cancers, Bruce. J’appelle ça « l’attaque Marie Curie ».
– MAIS C’EST DÉGUEULASSE !
– Ah ouais ? Et la kryptonite alors, tu crois que ça me fait quoi gros malin ? »

Mais non. Superman est fairplay (contrairement à moi), et cela lui coûte cher, puisqu’affaibli, Batman parvient à le sonner, et le traîne ensuite jusqu’à un bâtiment où le Bat de Gotham avait installé son arme secrète : sa lance en kryptonite pure ! Comme Batman est joueur, il s’en sert d’abord pour dessiner des trucs sur le visage de Superman (comme bien évidemment, des kikoutes), puis s’apprête à le tuer lorsque Superman, vaincu, implore :

« Sauve… Martha.
– Que… quoi ?! s’étonne Batman.
– Sauve… Martha…
– Pourquoi as-tu dit son prénom ?! Pourquoi dis-tu cela ? C’EST LE PRÉNOM DE MA MAMAN !« 

Car oui, la maman de Batman s’appelait Martha Wayne. Tout comme Martha Kent.

375792.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Oui, il y a aussi des scènes où Superman a le temps de tout expliquer, mais bon, ne le fait pas parce que hihihi, sinon, on ne se bat pas et les gens sont venus pour ça.

Loïs Lane, qui arrive pile poil à ce moment là, arrive en courant et hurle l’explication à ce gros neuneu de Batman : « C’est aussi celui de la mère de Superman !« 

« Aaaah ben alors c’est complètement différent. » s’exclame Batman en laissant tomber sa lance. « Non parce que si ta mère avait eu un autre prénom, je t’éventrais là, tout de suite, mais comme c’est rigolol, ta maman et la mienne elles s’appellent pareil, désormais, on est best friends forever ! » et il aide Superman à se relever.

C’est le véritable rebondissement. Je vous laisse savourer. Leurs mamans avaient le même prénom, donc c’est bon, ils ne peuvent plus s’entretuer.

Est-ce que je vous reparle de ce quart de milliard de dollars ou ça va aller ?

Bien évidemment, le net pullule déjà de fans un peu cons qui tentent de défendre l’indéfendable d’un « Non mais du coup, il a aussi réalisé qu’il allait briser une famille, comme la sienne fut brisée« , mais on va arrêter, hein. Il a besoin du même prénom, Batman, pour comprendre ? Combien de Martha parmi les mamans de tous les vilains qu’il a dessoudés depuis le début du film, d’ailleurs ? Tout cela est bien mystérieux. Pardon : bien naze.

Maintenant qu’ils sont trop copains, Batman et Superman décident de se diviser en groupes de un.

  • Loïs Lane va aller se débarasser de lance en kryptonite parce que bon, ça ne servira plus jamais, c’est certain, tout ça, donc hop, elle ira la jeter dans un trou d’eau au fond d’une ruine
  • Batman va aller sauver Martha Kent, usant de sa technologie pour localiser Drazic et lui mettre le cœur à vif (si vous avez compris cette blague, pleurez votre jeunesse perdu)
  • Superman va aller faire des brûlures indiennes à Lex Luthor pour lui apprendre la vie

Loïs Lane s’acquitte parfaitement de sa mission. Plouf, fait la lance, pfou, j’ai bien travaillé moi, aujourd’hui.

Batman, lui aussi, s’en tire très correctement. Par exemple, grâce à son batavion, il a tôt fait se rendre à la base secrète de Drazic sitôt localisée et de la… de la mitrailler ?! Hé ben, heureusement qu’il y a un otage, sinon, qu’est-ce que ce serait ! Après avoir ainsi défoncé sans vergogne tous les margoulins à découvert (mais eux, leurs mamans s’appelaient probablement Brenda), Batman s’infiltre dans le bâtiment principal, casse des bras à tire-larigot, puis arrive dans la pièce où Martha est retenue, menacée par Drazic armé d’un lance-flammes. Oui, c’est plus rigolo pour exécuter quelqu’un. Surtout quand tu sais que le moindre cri peut attirer Superman, les hurlement de gens en feu, ça me paraît particulièrement malin.

Pourquoi ? Pourquoi, sérieusement ? Qui a payé plus cher pour rajouter ça au lieu d’un bon vieux pistolet ?

Batman, qui a subtilisé une mitrailleuse légère à l’un des bandits, menace Drazic. Drazic menace mémé. Batman réfléchit hmmm… hmmmm… reuuuuh… pas… facile…

Bon, ben, il tire dans le réservoir du lance-flammes, tout explose, et il se jette sur Martha Kent pour la sauver. Mais ? Arrêtez, enfin ! Et lui tirer dans la tête pour éviter une explosion ? Non ! Batman voulait faire son gros cake. Batman a réussi. Batman est content.

Superman de son côté retrouve Lex Luthor, non pas à la tour Lexcorp, mais là où tout se passe à Métropolis : près du vaisseau crashé qui crache désormais des éclairs. Car Lex est retourné dedans, et en l’y retrouvant, Superman constate qu’un énorme cocon près de lui crépite d’énergie et s’apprête à éclore.

« Alors, pas de tête de Batman avec toi, Superman ? demande Lex un peu déçu.
– Non… on va s’occuper de toi.
– Pense à Martha !
– Martha est en vie. Batman s’en est chargé.
– Grmbl… bien ! Hé bien dans ce cas, je ne tomberai pas seul ! Ce cocon va s’ouvrir, et va en sortir ton apocalypse, un ennemi à ta hauteur, un… Doomsday!
– Okay. Et si j’avais ramené la tête de Batman, tu faisais quoi ? 
– Je…
– Ben tu avais l’air bien con avec ton cocon sur les bras.
– Oui, bon hein ! Ça suffit, mon plan est génial ! Et si je ne peux avoir les dieux… alors je leur enverrai le diaaaaable ! »

Et le cocon s’ouvre, et en jaillit un immense humanoïde monstrueux, qui a la tête générique de tous les monstres depuis les trolls du Seigneur des Anneaux : grisâtre, petits yeux, pas de nez, corps trop large, dents pointues, capacité à hurler tête en avant avec des filets de bave en permanence… fascinant. Le monstre tente de tuer le premier truc qui passe, à savoir Lex Luthor, mais Superman s’interpose quand même, parce que tututu, laisser Batman tuer les gens qui ont kidnappé sa mère, d’accord, mais laisser le commanditaire mourir des mains de son propre monstre, non.

Du coup, si le monstre n’est même pas contrôlé par Lex, c’était quoi le plan ? Faire s’entretuer des gens, puis quoiqu’il arrive, tout péter avec un monstre géant et mourir avec ? Ce… comment dire ? Ça n’a aucun sens ? Lex pourrait marmonner « Ho c’que j’suis méchant« que ce serait par…

Ho. Attendez. Je viens de réaliser. J’ai déjà vu ce Lex Luthor dans une autre oeuvre. Même coupe de cheveux, mêmes dialogues, même sérieux, mêmes histoires de chauves, de surhommes et de Lex Lulu….

J’ai trouvé d’où le film s’est inspiré. Et je ne sais pas vous, mais personnellement, je trouve que tout s’explique.

Bien. Hé bien écoutez, c’est donc parti quoiqu’il arrive pour la séquence de baston finale. Doomsday, puisque c’est son nom, commence à tout casser en ville, y compris et surtout le monument à Superman, l’armée qui tente d’envoyer quelques hélicoptères ne peut rien contre lui, et si Superman lui envoie quelques coups, il en reçoit bien plus encore. La partie est-elle perdue ? Superman tente même d’emporter Doomsday avec lui dans l’espace, mais l’armée en profite pour leur envoyer un missile nucléaire (particulièrement précis pour toucher pile poil deux mecs se battant hors de l’atmosphère), qui fait retomber Doomsday sur Terre… plus fort que jamais car il a absorbé l’énergie de l’explosion ! Quant à Superman, il a été transformé en pruneau d’Agen, mais grâce au pouvoir du soleil, il revit, guérit même des blessures que Batman lui avait faites, hop hop, et fonce sur Terre reprendre le combat. Batman aiderait bien notre héros, mais il ne peut pas grand chose ! Et puis soudain, il se dit que, rah, si j’avais encore ma lance en kryptonite…

« Je vais la chercher ! » glapit Loïs Lane en plongeant dans le trou d’eau où elle a jeté le bousin pour essayer de la récupérer. Mais tous les tremblements causés par le choc des titans provoque des éboulements, et la belle se retrouve coincée sous l’eau ! « Blblblbl blblblbl« , fait-elle intelligemment remarquer, ce que bien entendu, Superman entend.

Sur ces entrefaites, nous retrouvons un personnage que nous n’avions pas vu depuis un bail : la voleuse du gadget de Bruce Wayne lors du cocktail pour la bibliothèque municipale de Métropolis chez Lex Luthor. Elle allait prendre l’avion pour quitter Métropolis, et puis, tout s’est précipité. Les éclairs autour du vaisseau crashé, le monstre géant qui en sort… elle repense à un mail que Bruce Wayne lui a envoyé quelques jours plus tôt. Un mail contenant la photo qu’elle tenait tant à récupérer, décryptée par Bruce. Une photo d’elle, en tenue d’amazone, en Belgique, en 1918 avec des soldats autour d’elle. Avec en commentaire de Bruce Wayne « lol, grillée ! » et d’autres pièces jointes issues des archives volées de Lulu, chacune avec un logo et traitant d’un « métahumain » (on se calme, les shadowrunners) différent : un type surnommé Flash qui va super vite, un certain Aquaman vivant sous l’eau, et un grand blessé transformé en cyborgs… tous des êtres supérieurs. Et son dossier à elle : Wonderwoman. Et Bruce Wayne d’avoir annoté « T ki mdr ?« . Notre larronne soupire, abandonne son siège et quitte l’avion avant le départ.

Et quelques instants après, alors que Batman était en mauvaise posture face à Doomsday, le voilà sauvé par une mystérieuse femme qui s’interpose avec épée et bouclier entre lui et son adversaire :

« Ho ! Deus Ex Wonderbra !
– Woman. Wonderwoman. Vous allez pas commencer, hein !« 

Et le combat de reprendre de plus belle.

« Et heu… juste comme ça… toi ta mère, elle s’appelait comment ? – Batman, ta gueule maintenant. »

Pendant ce temps, Superman est allé sauver Loïs Lane, qui continuait à faire blub blub dans son trou d’eau. Le bougre la sauve, puis plonge chercher la lance en kryptonite, ce qui bien évidemment, le rend bien malade. Mais malgré tout, il parvient à remonter à la surface et à s’effondrer dans les bras de Loïs.

« Loïs… c’est ma planète… je dois sauver ces gens.
– Clark, non, attends !
– Je vais voler… la lance au poing… et l’enfoncer dans le torse de ce monstre…
– Clark, s’il-te-plaît…
– C’est trop tard… je dois le faire… »

Clark se redresse, prend son envol, et fonce, lance pointée droit devant.

« Ce que je voulais dire, c’est qu’une lance, ça se lance, bougre de con ! Comme ça tu n’as pas à te sacrifier ! » lui crie Loïs, mais hop, Superman fait genre qu’il n’entend pas, ce qui n’est que moyennement crédible.

Superman file droit vers son ennemi au moment où Wonderwoman l’immobilise de son lasso et où Batman lui envoie une grenade à gaz de kryptonite dans la truffe, et Doomsday est donc prêt pour recevoir son châtiment suprême. Superman le transperce de sa lance, mais affaibli par la kryptonite qu’elle contient, se retrouve vulnérable. Doomsday, mourant, décide de l’emporter avec lui : il utilise une protubérance de son vilain corps (non, pas celle là), et transperce à son tour Superman en plein cœur.

Doomsday est mort. La planète est sauvée. Lex Luthor promptement arrêté (mais parvient quand même à faire une dernière tirade sur les hommes et les dieux, fascinant) et pas marqué au fer rouge par Batman, qui finalement se dit que ouais, non. Mais Superman est quand même super décédé.

Nous retrouvons donc Loïs chez Martha Kent, alors que l’on enterre Clark Kent près de son papounet. Partout dans le monde, on rend hommage à Superman (y compris son journal, qui pleure aussi la mort de Clark Kent, arrivée le même jour, toujours sans faire le lien, merci), et à Washington, on met en terre un cercueil vide (Batman, Loïs & co n’ont pas laissé le corps derrière eux, les rabouins). C’est la tristesse, les violons, les coups de canons, la cornemuse (un instrument typique de Krypton), et bien évidemment, le passage où Martha Kent remet une enveloppe commerciale non-ouverte à Loïs : une bague. Clark voulait l’épouser et s’était acheté une bague par correspondance. J’hésite entre « la grande classe » et « la grosse originalité ».

Bruce Wayne, aux côtés de Wonderwoman, se tient à l’écart du cimetière pour laisser Loïs à sa peine, et aussi pour faire genre je suis trop mystérieux, mais échange avec sa nouvelle Wonder amie.

« Il faut retrouver les autres métahumains, Wonder. Comme Clark. Ou toi.
– Et pourquoi donc ? Moi, je m’étais retiré du monde des hommes il y a un siècle, après avoir vu trop de violence.« 

Retirée, mais dans des voitures de luxe, des soirées cocktails et des robe de soirées.

« V’là l’ermite.
– Ben oui, ermite. Je suis allée profiter des demeures des autres.
– Non mais ça, c’est le bernard l’hermite.
– Haaaan. Je m’ai trompée. »

La conversation se poursuit un peu, et enfin, Batman fait son sourire de kakou.

« Nous trouverons les autres métahumains. Et nous les convaincrons de se battre avec nous. Car bientôt, il faudra se battre… j’en ai l’intuition. »

Tous se détournent du cimetière, avant que Loïs ne jette la première poignée de terre sur la tombe de Clark puis ne s’en aille à son tour. Bon, sachant qu’il se régénère au soleil, c’est un peu con de le foutre dans une boîte sous terre, mais on va dire que vous n’avez pas vu le film. De toute manière, les scénaristes non plus n’ont pas dû suivre, car malgré tout, soudain, la terre sur le cercueil s’anime, des plantes y poussent, la vie revient et…

… FIN !

sam_r7_v11d3_151015_24mj_g_r709f.613914.tif

Avant de se quitter, tout de même, un petit aperçu de Doomsday, aussi appelé « Monstre générique #953 ».

__________________________

« Et voilà pour la fin de cette projection. Alors ?« 

Sept super-héros s’étaient endormis. Batman sanglotait, Superman était parti prendre une douche en cours de séance, quant à Wonderwoman, elle se balançait mollement sous le ventilateur de la salle de réunion, pendue avec son propre lasso. Personne n’osait prononcer le moindre mot. Enfin, on entendit une voix rocailleuse timidement s’élever.

« C’est monstrueux, pleurnicha Batman. Comment peut-on faire autant de mal à des spectateurs ? Et à notre image ? Les gens nous aimaient, bon sang ! On avait mis des années à revenir sur le devant de la scène, mais ils nous aimaient !« 

Super Spoiler tapota le dos de Batman, qui se roula un peu plus en boule dans son bat-fauteuil.

« C’est là toute la question, mon bon Batman. Et il n’y a que deux options. 
– Ah oui ? demanda Batman, les yeux plein de larmes levés vers Super Spoiler.
– La première c’est que l’humanité a produit une pareille bouse sans le faire exprès. Et qu’en plus, alors que tout annonçait un niveau dramatique, ça a été l’un des meilleurs lancements de l’histoire. Autrement dit, non seulement c’est nul, mais en plus, l’humanité ne vaut pas le coup d’être protégée.
– Et l’autre option ? sanglota Batman.
– L’autre option…« 

Super Spoiler regarda le cadavre de Wonderwoman qui continuait à se balancer au-dessus de la table.

« L’autre option, c’est que ce film est l’oeuvre du Joker, ou un truc du genre. Un gigantesque complot, une immense blague pour vous ridiculiser. Auquel cas, il faut absolument aller casser la gueule du réalisateur.
– Je… vous… vous avez raison, Super Spoiler ! dit Batman en séchant ses batlarmes. C’est la seule explication ! Vite, je vais chercher Superman, lui dire qu’il peut arrêter de se frotter sous la douche, le seul moyen de faire partir toute cette honte, c’est d’aller péter les dents de celui qui a fait ça ! Merci, Super Spoiler !« 

Batman se leva et disparut par le sas le plus proche, plein d’une énergie nouvelle.

« Quelle andouille ce Batman, soupira Super Spoiler.
– Vous dites patron ?
– Evidemment que ce n’est pas un plan du Joker. C’est juste qu’Hollywood bat le record de médiocrité année après année.
– Mais alors… pourquoi lui avoir redonné espoir en lui mentant ?« 

D’un geste amusé, Super Spoiler tapota la moustache en plastique de Diego Mystère. Ça coûtait autrement moins cher qu’un masque, et ça fonctionnait à peu près autant, voire mieux. Tout le monde se souvient que Freddy Mercury, une fois sans moustache, était méconnaissable. Alors que Clark Kent et ses lunettes, bon.

« J’avais juste besoin d’éloigner ces couillons. Et puis bon, péter la gueule du coupable de cet étron, c’est du bonus. Non, ce qui m’intéresse vraiment, c’est ça. » dit Super Spoiler en pointant le cadavre pendu de Wonderwoman.

« Je ne comprends pas… sourcilla Diego Mystère.
– Tu connais le pouvoir du lasso de Wonderwoman ?
– Il force les gens pris dedans à obéir et à dire la vérité ?
– Bien. Et qu’est-ce qu’il se passerait si Wonderwoman se pendait avec ?« 

Diego Mystère fronça les sourcils, avant de réaliser. Un cadavre de Wonderwoman qui obéirait au doigt et à l’œil et répondrait sincèrement à toutes les questions. Même les plus intimes.

« Allez, mon bon ! Va me la décrocher et charge-la dans le coffre de la Spoiler Mobile !« 

S’exclama Super Spoiler d’un air satisfait, le cigare aux lèvres. Il savoura sa victoire, et dans un grand sourire, ajouta :

« Nous venons d’inventer l’éroésotérisme !« 

193 réponses à “Batman WTF Superman

  1. Excellent article comme d’habitude !On vous sent déprimé monsieur connard .Est-ce le cas .?

  2. Sur le principe ok mais le coup du rêve « apocalyptique » me laisse perplexe, je me souviens moi d’un vortex ou Flash (?) apparait juste après et dit à Bruce qu’il avait raison sur Superman et que face à son air hagard, il est peut être arrivé trop tôt, le vortex disparait, Bruce se réveille mais les feuilles de papier agitées par le vortex continuent de voler autour de lui .. Tout aussi WTF, cela me fait penser que la vision de Bruce n’est pas juste un rêve mais une projection sur une autre terre, [sachant que le monde de DC est plein de Terre (oui c’est plus facile pour continuer une spirale sans fin) ]
    Donc je ne pense pas que l’analyse soit si simple, et que l’argument de « combler un vide » soit recevable. Par contre, l’argument marketeux de créer une nouvelle saga (certes confuse) me semble plus approprié à ce niveau, bien que tout cela reste un mystère mystérieux…

    • En fait ça me fait beaucoup penser au scénario d’Injustice (le jeu vidéo basé sur l’univers DC) où le Joker tue Lois Lane ce qui a pour conséquence de faire péter un câble à Superman.
      Je pense que la suite de la saga DC portera là-dessus.

      • Nop le joker est mort dans cette nouvelle série
        Les personnages parlent plusieurs fois de lui et c’est clairement fini

      • Il m’a plutôt l’air d’être en taule.
        Je ne me souviens pas du tout avoir entendu dire qu’il était mort … Et il est au casting de Suicide Squad d’ailleurs. Et ça me paraît sacrément osé de faire un univers DC sans le Joker.
        Et de toute façon, ce que je voulais dire, c’est que l’avenir de la saga semble se diriger vers un pétage de câble de Superman à cause de la mort de Lois. Pas forcément que celle-ci sera l’œuvre du Joker.

  3. J’avoue avoir passé un meilleur moment devant cette article que devant le film…
    Pour « apprécier » ce film, il faut laisser son cerveau à l’entrée de la salle (ou dans le décolleté de sa voisine!).
    Mais vu que je suis un peu con-con, j’irai quand même voir les épisodes 2 et 3 prévus en 2017 et 2019, si les djihadistes nous laissent tranquilles

    • DEUX épisodes supplémentaires ??! Sachant qu’en plus il y a des tas d’autres combinaisons Super Jean-Jacques versus Wonder Jeanine ? Vous portez bien votre pseudo, vous..

  4. Merci de rattraper un peu ces deux heures de souffrance, je pense que je vais définitivement arrêter les productions d’hollywood, c’est trop dur.

  5. Malgré une mise en scène agréable à regarder, un bon jeu d’acteurs (sauf le blabla dieu/triangles/illuminatis excessivement énervant), et un sentiment global plutôt satisfaisant pour un film pop-corn, les intrigues de ce film m’ont rendu carrément mal à l’aise… Je ne comprends toujours pas comment un film qui se veut « sérieux » puisse avoir de telles incohérences. On est même passé à l’étape supérieure par rapport à Man of Steel. En espérant que le DLC version longue du bluray apporte un petit quelque chose sur la cohérence, après avoir déboursé quelques euros en plus…

    • « On est même passé à l’étape supérieure par rapport à Man of Steel. »

      Franchement pas d’accord. Man Of Steel était limite vraiment mauvais, ce Batman V Superman était finalement très regardable. Bon la bataille finale dure trois heures et le niveau de bullshit est assez élevé, mais y’a de bonnes idées alors que Man Of Steel était une sorte de Superman Begins sauf que comme Superman est pas aussi réaliste que Batman ça passe moyen …

      • Je suis d’accord ! On m’avait prévenu que ce serait l’un des pires films américains, et ayant détesté Man of Steel alors qu’il avait été très bien accueilli, j’avais peur… Finalement c’est tout à fait regardable, et le jeu d’acteur est franchement crédible, notamment Eisenberg (et pas Heisenberg :-D) en Lex Luthor et Affleck en Bruce Wayne ! Par contre j’ai rigolé quand Superman dit à Batman « Elle est avec toi ? » en parlant de Wonder Woman, et que le bat lui répond « Je croyais qu’elle était avec toi » alors qu’il venait juste de lui envoyer un mail… Sacré Batsy :P

  6. Aïe, aïe, aïe…On est mal, on est très mal. Qui peut encore sortir des vrais bons films de nos jours, avec un vrai scénario, des personnages intéressants et cohérents dans leurs actions, une histoire qui se tient et des dialogues pas trop nuls ? Décidément…
    Où sont les Sergio Leone de mon enfance ?! A partir Clint Eastwood, il n’y en a pas beaucoup qui se donnent de la peine à la tache (ceci n’est que mon avis que vous n’êtes pas obligés de partager, bien entendu) . Et niveau dialogue, Il n’y a plus de Michel Audiard : trop subtil pour le grand public de nos jours.
    Ce monde part décidément en c…(biiiiiiiip) un peu plus chaque jour, ou je deviens juste un vieux con inadapté à la société actuelle (c’est possible aussi).

    • je suis d’accord . hélas , Clint Eastwood est encore ostracisé chez les chochottes de la presse à cause de son profil de républicain pur et dur . ah … quand il a remis l’Oscar à Michaël Moore en lui déclarant avec un bon sourire :  » félicitations , et si vous vous pointez chez moi ( sous-entendu comme chez Charlton Heston affaibli par Alzheimer ) je vous tue . et je ne plaisante pas .  » c’était beau …
      et Audiard …. tout un réjouissant programme !

      • Oui en effet, cela lui joue des tours au niveau professionnel. Mais bon, c’est juste un américain, pas un « mouton à la bien pensante française ». Ce n’est pas un tueur en série (du moins pour ce que j’en sais), ni un terroriste fou de Dieu (pourtant les américains et Dieu, c’est une grande histoire d’amour). Donc à mon sens, lui reprocher ses positions et opinions politiques, ce serait comme reprocher à votre plombier le fait d’aller jouer au football le dimanche matin avec l’équipe du village voisin : rien à voir avec son métier ni la qualité de son travail.
        Sinon, décidément, nous sommes faites l’un pour l’autre, chère yersinia ! Et je m’en félicite.

      • vous me  » vannez  » mais je vous excuse : c’est le jour ou jamais .

      • La logique française : on ne subventionne que des films qui « donnent une image positive de l’humanité » (à moins que ce ne soit européen, je ne sais plus), on étudie Voyage au bout de la nuit dans tous les lycées du pays car c’est un chef-d’œuvre, bien qu’écrit par un antisémite adepte de l’incitation à la haine et on casse du sucre sur le dos de Clint Eastwood car c’est un républicain et c’est très vilain, ça. https://youtu.be/bQJp4jiXimk

    • Beaucoup de très bons films sont sortis cette année, Room, Hateful Eight, Spotlight …
      Si vous n’aimez pas les Blockbusters Hollywoodiens, sachez que je vous comprends (dans la majorité des cas disons) mais appliquer votre raisonnement à l’ensemble du cinéma actuel est d’un simpliste assez navrant.
      Désolé :x

      • « appliquer votre raisonnement à l’ensemble du cinéma actuel est d’un simpliste assez navrant. »

        Si on prend mon message au pied de la lettre, certes oui, ce serait (pour reprendre vos termes) d’un simpliste assez navrant, en effet. Je vous l’accorde bien volontiers.

        Non, non bien sur, j’ai rédigé mes propos ainsi pour montrer un épuisement (de ma part en tout cas) face aux nombreux désastres cinématographiques depuis quelques temps déjà. En quelque sorte, c’est l’effet de masse qui fait que l’on généralise (par abus) car le reste n’est pas aussi lisible sur le marché cinématographique (par la force des choses).
        De ce fait, on perd de vue qu’il y a de bonnes choses aussi qui sortent et l’on est vite tenté de généraliser (« pas d’amalgame » est tellement à la mode en ces jours sombres). Je vous l’accorde de nouveau.

        Le fait que je pose la question « Qui peut encore sortir des vrais bons films[…]? » et que j’enchaine avec « A partir Clint Eastwood, il n’y en a pas beaucoup[…] » montre (à mon sens) que justement il y a encore de bonnes choses qui sortent fort heureusement. Mais il y en a trop peu pour faire oublier les nombreuses productions médiocres (qualité ou quantité, il faut choisir, certes)… Sinon je n’aurai pas donné d’exemple et j’aurai été plus catégorique dans la suite des propos.

        Ne soyez pas désolé, c’est fort agréable de pouvoir disputer ainsi de nos points de vues et, ainsi, corriger des propos mal perçus par autrui (car mal exprimés surement, je vous l’accord une fois encore).

      • Très bien, dans ce cas, je comprends tout à fait votre point de vu (sans le partager à 100% disons).

  7. OC qui fait négligemment une référence au meilleur JDR du monde, je suis content en plus d’etre objectif.

    • Je suis passé à côté de cette référence, ou bien je ne connais pas le meilleur jdr du monde ;)
      Quelle est la référence en question ?

      • La référence en question (et même pas cachée) est ShadowRun, l’un des tous meilleurs JDR (Jeux de Rôles) jamais créé.
        Et pouce en l’air pour une autre référence qui pour moi propulse OC parmi les personnes méritant votre plus profond respect, bande de maroufles : Randy Marsh de la série South Park (pour laquelle je milite au quotidien et dont je soutien la diffusion auprès de nos jeunes dès le plus jeune âge).
        Amicalement.

  8. Bonjour,
    « Tout le monde se dit qu’une arme de dissuasion, CE serait bien, sauf la sénatrice Finch » petite coquille à corriger. Sinon, en tant que « grammar & spelling nazi », je me verrai dans l’obligation de torturer cruellement (et en y prenant un plaisir à peine dissimulé par mon inhumanité) votre assistant Diego Mystère à l’aide d’une scie égoïne et d’une boîte de Tic-Tac goût Citron-Piment de Cayenne.
    Merci.

    • Ah ! Et il manque également un « de » dans la phrase « Vous n’en voyez pas tous les jours des directs ce genre ». Tout ceci commence à peser dans votre bilan karmique, mon brave Monsieur OC. Vous êtes sur la sellette.
      Amicalement.

      • « C’est aussi celui la mère de Superman !« un autre « de » perdu.

      • Corrigé ! La disparition de mots, ma grande spécialité. Je devrais faire un spectacle.

    • Si tu veux vraiment être un fasciste de la grammaire (au sens étymologique, bien que dans ce cas «licteur» serait probablement plus approprié) je te conseille de mettre un accent circonflexe sur le «o» de «vôtre». Ah et l’anglais, lorsqu’il est intégré de cette façon à un discours en français, est réservé aux abhumains, veuillez donc cesser immédiatement cette barbarie infâme et laisser la langue de l’archiennemi là où elle est.

      • Ah non, là il parlait de « votre assistant » donc l’adjectif possessif qui ne prend pas d’accent circonflexe. Pour vous en convaincre, s’il avait eu plusieurs disciples on aurait écrit « vos disciples » alors que le pluriel de « vôtre » est « vôtres ». Par exemple, « A qui sont ces disciples ? » « Ce sont les nôtres ! »

        Cordialement ;-)

      • Ah non, j’ai dit «fasciste» de la grammaire, dans ce cas là où l’attachement suprême à la langue fait voler toutes les barrières mêmes temporelles, vôtre est bien la forme la plus correcte, car la plus proche de voster, l’ancêtre commun, en vérité dans le cas par vous énoncé, il faudrait dire : les vôtres disciples.

        Et puis c’est plus joli.

      • Oui enfin à ce stade on pouvait dire : muirak grak graak grubuh nieh schlibih. C’est aussi valable. Un de tes peu glorieux ancêtres l’a d’ailleurs évoqué pour traduire le néant que t’essaies d’exprimer, Alexandre le demi-Sarkozy (et encore je suis gentil, sale creuse-bitume).

        Moralité: dès fois quand on se fait grammarnazifié la gueule par un über-Grammar-nazi, c’est bien de fermer sa gueule.

      • Si vous voulez vraiment défendre la langue, veillez à ne pas faire une phrase à la deuxième personne du singulier puis une autre à la deuxième du pluriel, ça fera moins tâche. ;-)
        Ma posso anche parlare italiano, che è veramente la lingua più vicina.
        Étant donné que vous semblez vouloir corriger des fautes de français, j’en ai conclu que nous étions dans le domaine d’une langue vivante donc « votre » est bien le terme exact. Au risque de vous déplaire, les langues évoluent.
        De plus,  » la forme la plus correcte » est une formulation étrange. La correction étant un concept binaire, on ne peut être plus ou moins correct. On l’est ou on ne l’est pas. Bien qu’on puisse dire « Chirac est plus vivant que Schumacher », mis à part l’humour, c’est incorrect car on est vivant ou on ne l’est pas ;-)
        Monsieur Abitbol semble plus…passionnel, que moi, il n’en demeure pas moins qu’il est parfois plus difficile d’assumer ses torts que de faire de la mauvaise foi. Si tel est votre but, je vous laisse donc à cette lâche tentative mais reste toutefois assuré du bien fondé de ma réponse.

        Cordialement,

        E possiamo finire su una bella pernacchia, no ?

      • Lorsque l’on a le choix entre appliquer ou non la réforme orthographique, dans les cas des «corrections» les plus imbéciles s’entend, le faire sera correct, mais ne pas le faire sera encore plus correct (ou l’inverse, selon que vous préférez l’avant ou l’après réforme, personnellement, au moins pour les cas énoncés un peu plus haut, je préfère l’avant réforme), ainsi donc on peut bel et bien être dans le plus ou moins correct.
        Partant de là, on peut bien supposer qu’il s’agit de la même chose dans le cas d’un extrémiste (un poil idiot, je vous l’accorde, mais n’est-ce pas là un point commun de nombre d’entre eux ?) de la langue (plus que de la grammaire, il faut bien l’avouer).
        Et le changement du tutoiement au vouvoiement est tout à fait justifié par le fait qu’il y ait changement d’interlocuteur et que je m’y adresse comme je le veux.

        Bon, eh bien nous aurons fait beaucoup de vent en pas longtemps, je suis fier de vous annoncer que la productivité énergétique des éoliennes à moins de cent kilomètres de chez nous a dû tripler au moins, s’il ne faisait pas déjà grand vent, nous pouvons donc aller nous coucher avec le sentiment du devoir accompli.

        Mais avant cela (ou après, nous ne sommes pas des bêtes), il nous faut parler de vrais sujets de société, de choses d’importance, de préoccupations cruciales et essentielles dans la vie de tous :

        Pourquoi d’Ossay n’a pas fait d’article sur les films de Nicolas Cage sortit l’année dernière et cette année ?

        (Oui, j’ai une vie pourrie, et alors, peut-être les vôtres sont elles meilleures ?)

      • « Lorsque l’on a le choix entre appliquer ou non la réforme orthographique » On parle de « votre », là ? Un mot qui s’écrit comme ça depuis au moins 1762 si on en croit la quatrième édition du dictionnaire de l’Académie Française (http://www.cnrtl.fr/definition/academie4/votre)

        Hahaha, je m’incline bien bas devant votre mauvaise foi et votre refus d’écrire un simple « au temps pour moi, sur ce coup j’ai été un peu moins grand » ;-)

      • Votre/ vôtre n’est absolument pas concerné par la réforme orthographique.

      • À la vérité, c’est moi qui m’incline devant la vôtre, ou devant vôtre analphabétisme, je ne sais :

        Ma référence à la réforme n’était qu’une comparaison de situation : dans la vie de tous les jours, appliquer ou non cette réforme est semblable, pour un fasciste de la grammaire, qu’utiliser ou non la forme originale de votre ou non, cela ne signifiant pas, bien entendu, que cela est dû à la réforme, pour qui me prenez vous ? (Cette question était purement rhétorique, merci de ne pas y répondre.)

        Et citer l’Académie Française… Puis écrire : «au temps pour moi»… Ne serait-ce pas un brin décrédibilisant ? Par ce que, jusqu’à preuve du contraire, nous n’avons, ni plus nous autres sur ce forum qu’eux à l’Académie Française, de certitude quant à l’origine de cette locution.

        Ah vraiment, entre l’Odieux Connard et ses centrales à bouse filmique et nous et nos discussions, la France n’a plus aucun souci à se faire quant à son approvisionnement énergétique.

      • Ah oui, en effet, je n’avais pas compris votre phrase comme-ça. Après, nous aurions pu nous passer de la partie sur l’analphabétisme, non ?

        « appliquer ou non cette réforme est semblable, pour un fasciste de la grammaire, qu’utiliser ou non la forme originale de votre » Est semblable que ? Mmmh, permettez-moi de vous faire remarquer qu’un fasciste de la grammaire n’est pas censé oublier le verbe qu’il a mis avant sa virgule.

        « Et citer l’Académie Française… Puis écrire : «au temps pour moi»… Ne serait-ce pas un brin décrédibilisant ? Par ce que, jusqu’à preuve du contraire, nous n’avons, ni plus nous autres sur ce forum qu’eux à l’Académie Française, de certitude quant à l’origine de cette locution. »

        Quoi ? Donc il ne faudrait pas du tout l’écrire ? C’est quel genre d’argument que vous me sortez, là ? Vous raclez les fonds de tiroirs ? De plus, le fait de ne pas avoir de certitudes quant à l’origine d’une locution n’est en aucun cas une raison pour dire qu’aucune graphie n’est acceptée. « Au temps pour moi » étant une graphie acceptée, il n’y a aucune raison de m’accuser d’incohérence si je l’utilise.

        Mais bon, nous sommes sur Internet. Vous voulez avoir raison, vous n’assumerez jamais le fait que sur le cas précis de »votre/vôtre » vous vous êtes lamentablement planté, vous continuerez à trouver des justifications. Que voulez-vous, il est vrai que votre combat est honorable, chercher à justifier une graphie qui a changé depuis plus de 200 ans. Mais je trouve ça fatigant, cette impression de ne pas pouvoir donner d’arguments rationnels et d’être obligé de se dire qu’en fin de compte tout cela est futile car le fat auquel on répond n’est pas là pour apprendre de ses erreurs mais bien pour montrer qu’il est le plus habile à manipuler une rhétorique qu’il pense habile et efficace mais qui ne montre que l’étendue de sa mauvaise foi.

        Je vous laisse donc là, ça faisait bien longtemps que je n’avais pas réagi dans des commentaires, j’ai tendance à oublier pourquoi, votre rencontre me l’a rappelé.

      • Oh mon dieu, ils ont aussi créé le troll grammairien! Pauvre de nous!

      • «Quoi ? Donc il ne faudrait pas du tout l’écrire ? C’est quel genre d’argument que vous me sortez, là ? Vous raclez les fonds de tiroirs ?»

        Non, en vérité ce que je souhaitais signifier par là c’était qu’invoquer pour se justifier un organisme qui n’en est pas capable pour ses propres décisions, n’est peut-être par ce qu’il y a de plus judicieux (mais c’était surtout une blague en fait, d’ailleurs, à titre personnel, j’utilise aussi cette graphie et, sachant que personne ne sait d’où ça vient, je n’irais pas en faire mon combat).

        À vrai dire Monsieur Pi, je fais surtout ça pour le sport, la question ne m’intéresse pas vraiment en elle même, je trouve juste amusant de voir et savoir ce que l’on peut sortir (comme connaissance et discours utiles ou inutiles) autour de la question, et comment. Mais bon, si cela peut vous rassurer, effectivement je ne suis pas bien à l’aise avec la distinction vôtre/votre (entre autre, il faut bien le dire, par ce que ces deux locutions ont exactement la même origine et… Eh bien, signifient la même chose en fait, je vous renvoie au Larousse pour juger de ce que je veux dire par là), il est tout de même vrai que je trouve la forme «vôtre» plus jolie et surtout je trouve que c’est un mot qui s’emploie d’une plus jolie façon, même si plus archaïque, vieillotte devrai-je dire.

        Ah, tout de même, je désespère tant de voir à nouveau un article sur Nicolas Cage…

  9. Et vous aviez deviné que Superwoman allait se pendre avec son propre lasso alors que Superman et Batman n’allait que chougnier devant le niveau déplorable du film… Si j’étais odieuse, je dirais que pour prévoir un élément aussi peu crédible, vous avez lu votre propre scénario ;)

  10. Et « des bocals ». Ça m’a littéralement fait l’effet d’une sorte de kryptonite sur le moment.
    Mais pour vous être sacrifié au nom de la santé publique en allant voir ce film, la communauté plaidera sans aucun doute en la faveur de l’absolution de ce péché.

    • Il est vrai qu’il faut souligner les faits : beaucoup de fautes dans cette article. Soyons honnêtes.

      Mais O.C. est tout à fait pardonné en ce qui me concerne. On ne peut point sortir indemne d’une salle de cinéma après une telle torture physique et psychologique (visiblement) qui ferait avouer leurs numéros de comptes bancaires suisses (et d’ailleurs) aux plus retords des hommes politiques.
      Il faut maintenant lui laisser le temps de récupérer doucement, son organisme n’est pas insensible à toute cette bouse kryptonienne malheureusement.
      Attentions : cauchemars à la pelle (pas celle de Diego ?!) en vue ! Une thérapie ne serait pas de trop cette fois, non ? Ou est ce qu’un cigare et un verre de Brandy associés à une stagiaire insouciante suffiront une fois encore ?

      • Euh…Enfin… Sans les fautes, ce serait mieux ! Je dois être contaminé aussi ! Horreur ! Malheur !

    • qu’est-ce que c’est chiant à la longue ces litanies de commentaires sur les fautes ! pouh la la. vivement une réforme plus profonde de l’orthographe que l’on passe enfin à autre chose et que disparaissent les 80% de commentaires de ce site.

      • Certes, certes… Nous ne sommes pas ici afin de relever la moindre étourderie disqualifiant un candidat à la dictée de Bernard Pivot. Mais il ne faut pas le prendre comme ça. Non…C’est, au final, juste une excuse pour dire tout le bien que l’on pense de l’auteur de l’article et le remercier une fois encore de nous faire rire. :-)

  11. Et n’oublions pas que cette truffe de Loïs fait chier le rédac’ chef du journal pour avoir droit à SON hélicoptère aux frais de l’agence, juste histoire d’arriver à temps pour dire à Bat-Grave « Martha est le nom de sa maman ! »

  12. Le scoop: l’Odieux Connard a une âme!
    Sur ce, je m’en retourne pleurer ma jeunesse perdue…

    • Bah bah bah ! Il l’a sans doute volée à quelque stagiaire, histoire de pouvoir la revendre au besoin ;)

  13. Le panneau d’informations Wayne Entreprise est vraiment un must à afficher dans toutes les cafétérias !!!

  14. L’arrivée de Wonder Woman laisse craindre le pire. Après avoir bien essoré les Avengers, je verrai bien un nouveau massacre avec la Justice League dans le rôle de la victime. Hollywood ne recule devant rien.

  15. Zach Snyder semble continuer à être un tâcheron du blockbuster américain, à faire du collage de scènes hétéroclites, du patchwork sans queue ni tête. Le gars qui a compris qu’un scénario et un déroulement plus ou moins articulé des événements n’ont plus d’intérêt dans ce type de cinéma. Finalement c’est p’t-être de l’avant-gardisme ou une hyper compréhension de sa cible. Vivement qu’il soit en VOD sur iTune que je le regarde ce truc, car, je n’accorde que très peu de crédit(s) au monsieur qui écrit ces articles :-).

    • Franchement tu peux taper sur les scénarios de Snyder autant que tu veux (je serais majoritairement d’accord avec toi) mais il a une vrai capacité à créer de belles images, et c’est encore le cas dans ce film (avec une très jolie 3D par ailleurs). Donc le traiter de « tâcheron » c’est un peu fort je trouve.

    • C’est con qu’il ne soit pas le scénariste du film et n’a donc sans doute rien à voir avec l’échec du scénario…

  16. Il me semble que l’utilisation du lance-flamme par Drazic ait une « explication ». Matha Kent est traitée de sorcière et Lex Lulu indique que les sorcières doivent aller au bûcher. Il y a suffisamment de vraies incohérences dans le film pour ne pas avoir à souligner celle-ci qui n’en est qu’une demi ;)

  17. J’ai pleuré sur ma jeunesse, du coup, la référence à Hartley coeur à vif m’a fait prendre un coup de vieux. Et la référence à Shadowrun aussi. Merci, hein, merci! Alors on vient, on rigole, et on repart avec vingt ans dans les dents. :/ Aucune compassion pour les dames.

  18. Un excellent article comme à chaque fois.

    Petit détail par contre ; Lex s’en serait fichu que Sup’ lui ramène la tête de Batou, le combat était juste une perte de temps pour que son cocon termine. Cest pas beaucouo mieux ; et si Batou l’avais tué, ce qu’il allait faire sans le célèbre bouclier du scenario, ce con de Lex se retrouvait avec une abomination génocidaire sans rien pour larreter. C’est balo.

    Quelle tristesse de se dire qu’il n’aurait pas suffi de grand chose, finalement, pour en faire un film qui tienne au moins un peu la route.

    • Dans le cas de figure où Batman tuait Superman, je pense que Lex Luthor comptait sur Batman pour s’occuper de Doomsday (mêmes faiblesses) voir sur les autres métahumains qu’il connait.

    • Je pense que l’incohérence de l’abomination qui veut buter Lex « s’explique » par le traditionnel coup du méchant qui crée un truc en pensant pouvoir le contrôler mais que finalement non.
      Bref, une erreur d’appréciation de sa part très conne mais pas une « incohérence » scénaristique au sens propre.

  19. Excellent article ! J’ai souri, j’ai même ri : c’est complet, drôle, spontané et plein d’esprit. Tout a été dit. Énormément d’incohérences, un scénario bâclé… Mais je vais rajouter ma couche personnelle : j’ai aimé le film. Pour plein de petites raisons. Et surtout parce que personnellement, si Batman jouait dans un Télétubbies je serais prêt à appeler mon enfant Tinky Winky.
    Donc j’irai voir les Justice League.

    Société, ne m’abandonne pas s’il te plaît.

    • Ravie de voir que je ne suis pas la seule à prévoir de me taper tous les films (enfin au sens figuré, parce qu’un film n’a pas d’appareil génital) DC prévus prochainement ! Oui vraiment ça fait plaisir de voir des gens comme moi prêts à sacrifier leur âme pour voir Batou se battre contre des vilains pas beaux (et pas crédibles) !
      Poignée de main bien virile (parce que merde, même quand on est une fille on peut faire ça !), ami MaxEffect !

  20. A la lecture de l’article je me rend compte comme j’ai bien fait de laisser mon cerveau au vestiaire avant de rentrer dans la salle :)
    J’avais bien vu la moitié des incohérences, mais j’ai réussis à prendre mon pied quand même !
    Comme MaxEffect, Nolan et Bale m’ont fait aimer prodigieusement Batman et du coup, par un effet pervers de mon subconscient, j’ai aimé le retrouver sous sa nouvelle forme… Moins sûr que le charme opère la prochaine fois…
    Un demi milliard de dollars de recettes en une semaine tout de même, malgré un scénario en bois aux feuilles toutes mélangées (pas possible autrement) : quel talent ces américains !

  21. Les consignes de sécurité de Wayne SARL… Mais ce n’est rien face aux consignes de sécurité des tours jumelles:
    En cas d’avion se crashant dans la tour, veuillez rester dans vos bureaux et continuer vos organigrammes. Surtout si l’événement se passe 15mns après le début des horaires de bureau.
    Consignes qui ont été respectée à la lettre….

  22. Très bon article. Drôle et pertinent.

    Cependant, le degré d’aberration atteint par la bouse que Snyder nous a chiée à la gueule aurait mérité beaucoup plus d’animosité.

  23. Excellent article. en sortant du film je me suis dit « gros potentiel la »
    un detail : l AI du vaisseau croit qu’elle parle au General Zod, donc ce n’est pas un inconnu pour elle. En revanche elle semble detecter les manipulations de Lex qui sont des abominations, Elle aurait donc pu s etonner de trouver le cadavre du monsieur qui commande en train de trempatouiller à ses pieds ?

  24. Pourquoi y’a un gros point noir sur la tête de la secrétaire a coté du siège de Lex Lulu sur la photo??
    Elle est si moche que ca? :D

  25. Ô Dieu , vous m’avez bien fait rire , mais vous vous faites du mal en visionnant ces .. productions !
    sont-ce les petites oreilles de chat en colère de Batman qui vous collent ces envies de massacrer des chatons ? et même des hamsters , maintenant ….

  26. Quelque chose me laisse perplexe.
    Superman a bien des lasers dans les yeux, non ? Alors quel besoin de se sacrifier en accompagnant la lance en kryptonite (outre le fait qu’elle se lance, justement) ? Il suffisait de balancer un coup d’oeil au monstre.

    • En parlant de cette lance, Lois ne devrait pas être méchamment irradiée à l’heure qu’il est ? Sans oublier que c’est pas tellement fute-fute de balancer ce genre de truc dans un trou d’eau quelconque (on pense à l’environnement)!

      • Sauf si j’ai loupé un truc, la kryptonite du film n’est PAS radioactive. C’est juste l’OC qui a inventé cette incohérence (et pas mal d’autres aussi).

      • @The Seveunsse Saun: Tu as loupe un truc.
        Lex mentionne que la kryptonite EST radioactive, et c’est pour ca qu’il a besoin de la senatrice pour autoriser son importation… meme s’il se moque de cette autorisation au final puisqu’il avait deja lance l’operation « White Portuguese ».
        Apres, il semble que ce soit des radiations tres speciales puisqu’elles n’affectent que les cellules kryptoniennes.

      • Donc si ça n’affecte que les cellules kryptoniennes, Lois s’en tape de toutes façons, puisqu’elle ne sera pas irradiée.

    • Parce que à part la kryptonite, toute énergie qu’il reçoit le rend plus fort. Donc le coup du laser ne l’aurait juste que renforcé.

  27. Et encore il n’y avait rien dans ce spoil sur toutes les répliques et les détails EXCESSIVEMENT lourds sur le fait que Superman holala ne pourrait pas croire en Dieu (quelle horreur), qu’il apparaît dans une auréole de lumière, qu’il pourrait bien amener l’apocalypse, qu’il se demande si l’humanité doit être sauvé (le christ sur la croix), que le président des Etats-Unis et toute son administration n’ont rien d’autre à faire que de faire un signe de croix avant de lancer une bombe atomique dans l’espace, que Superman sera peut être tué par Batman avec une espèce de lance sainte (recoucou Jésus) et j’en oublie certainement. Religion + explosions = justice. Plus américain que ça tu meurs. A et oui bien sûr Superman va ressusciter (désolé pour le spoil d’avance et encore coucou Jésus). La totale.

    • Je n’ai pas vu le film mais cela ne me surprend pas en effet de leur part. Une façon bien à eux de combattre la montée de l’Islam intégriste ?

      • Continuez ainsi et on pourra bientôt parler de « Point Bertrand »! C’est tout pareil que le point Goodwin, mais avec les Islamistes au lieu des Nazis, pour varier les plaisirs.

      • ça se discute ! le 1er avril au soir , je venais de terminer  » soumission  » . dans l’espoir de me remettre , j’ai fait une exception et allumé la télé , pensant tomber sur les Kardashian , et qu’ai je vu ? un film sur Eva Braun et son chéri ! à Berchtesgaden , avec leurs toutous , tout ça .
        alors pour la remise des Oscars , vous pouvez repasser …

      • Rhooo Max ! Je m’en voudrai de « lancer une mode ».
        Je ne désire point que l’on use ainsi de mon prénom sur tous les forums et blogs de cette planète … »et au delà », qui sait un jour. Pensez une seconde au calvaire des autres Bertrand dans le monde.

        De un, je ne suis pas là pour lancer des débats politiques ou religieux, ces deux sujets m’ennuyant profondément : dans ces deux domaines, on nous fait miroiter tout un tas de miracles sans jamais les voir venir, au final !
        Et puis, pour en revenir au point Goodwin, comme me dit un ami régulièrement : « Pensez à la mémoire de mon grand oncle mort dans un camp en Allemagne en 43… En tombant d’un mirador une nuit de ronde ».

        Note : tout ceci est de l’humour, hein (clin d’œil) , comme mon allusion a la manière américaine de combattre l’Islam intégriste, hein (clin d’œil appuyé). Bref désolé de faire de l’humour à la con, de l’humour noir (railler la mention inutile).

      • Et donc si il prend le point Goodwin ou autre, tu vas faire quoi ? le rapporter à la maitresse ?

        Alala, les mecs qui prennent ces idiotes de règles internet au sérieux m’ont toujours bien fait rigoler. ^_^

    • Personnellement ça ne me choque pas ces références à la religion. Et ce n’est pas le premier à le faire quand on parle de superman. Si un tel homme existait si Terre, ça me parait très probable (pour ne pas dire certain) que pas mal de gens l’associent à une incarnation de (d’un) Dieu. On l’a bien fait pour un mec crucifié près de Jérusalem.

      • Euh, en fait c’est surtout que toute l’histoire de Superman est une adaptation modernisée de la bible, non ? Ce qui fait que Superman m’a toujours ennuyé profondément.

      • Jesus lui il mettait pas son slip par dessus son futal au moins. D’accord, il mettait pas de futal, c’était un uluberlu qui se trimballait en slip. Ca reste plus cohérent que la vestimentation supermanesque.

      • excellente remarque , Georges ! question costume , pour Superman comme pour Batman , il y a un truc qui me chiffonne : ces deux zouaves ont intérêt à penser à faire pipi avant de partir en expédition ! sinon , c’est le strip tease obligatoire .
        pas pratique et ridicule .

      • Il doit avoir une bat-poche-à-urine avec une bat-sonde-urinaire. N’oublie pas qu’il a une intelligence supérieure, donc il y a forcément pensé…

      • ou ils auraient pu s’inspirer de Paul Muad Dib et de sa combinaison magique , qui lui permet de boire son urine recyclée , entre autre .
        remeuark .

      •  » il mettait pas son slip par dessus son futal  »
        Il ne mettait pas son périzonium par-dessus sa robe.

      • C’est exact. Si jamais vous êtes un bête slibard et que vous souhaitez acquérir un patronyme un poil plus prestigieux: il vous suffit de vous faire enfiler par Jesus Christ (loué soit son nom) et vous deviendrez alors un Périzonium: le slip le plus classe du monde.

    • Dans le film on ne dit à aucun moment que Superman ne pourrait pas croire en Dieu ou l’inverse. Le seul moment qui y fait référence c’est un postulat d’une africaine traumatisée, léger comme affirmation.
      De plus, il a été élevé par des fermiers du Kansas, et sa maman porte une croix autour du cou. Et où va t-il dans Man of Steel pour s’éclaircir l’esprit? Dans une église. Pour moi c’est au contraire possible, voir probable.

  28. est ce moi ou L’OC fait de plus en plus de références a la culture populaire japonaise ? (ça m’a frappé avec le lien de city hunter mais d’autres occurrences adviennent également) aurait il enfin compris que le japonais moyen, sans mentionner le tentacule, est au moins si ce n’est plus odieux que lui et en aurait il tiré une admiration sans borne? mystère et lolicon…

      • ceci est fort probable, vu ses connaissances assez pointue et leurs diffusion subtile ( une de ses phrases les plus droles selon moi étant dans le spoiler des 4 F  » un discours à base de nakama prouvant qu’il s’est changé en mi-homme mi-one piece)
        ici la pique envers les bijoux moches prouve qu’il a bien du faire au moins une JE .
        Ce n’est pas un problème outre mesure d’ailleurs, je reve d’une adaptation de son personnage en manga ( en comics on a déjà ultimex qui ressemble beaucoup à l’oc en plus jeune)

  29. Juste après l’explosion de fauteuil, il y a la phrase « et c’est reparti pour » : des mots semblent être partis se cacher.
    Sans rancune, bien que j’aie le générique de Nicky Larson dans la tête à présent

  30. C’est logique quand on peut voyager à la vitesse du son sans efforts d’acheter ses courses par correspondance…

    • Supposons que Sup ait vu la bague sur un site de vente en ligne, style Amazon. En sachant qu’ils ne vendent jamais directement de mano a mano c’est tout à fait normal qu’il commande la bague via Internet, je ne vois pas le problème.

      • C’est vrai, mais quel manque de classe tout de même de sa part. De mon temps il fabriquait ses diamants lui même avec un morceau de charbon. Tout fout le camp…

      • C’est vrai que « primitive technology » aurait un tout autre cachet si c’était Superman qui oeuvrait.

      • mais fabriquer ses propres diamants c’est un truc de décroissant. Lui il fait tourner l’économie américaine. Ceci dit les américains gagneraient peut être plus à le voir dans une mine de charbon à la campagne dans les rocheuses à fabriquer des diamants à la chaîne, plutôt qu’en centre ville à raser les immeubles. Mais c’est moins vendeur.

  31. Sinon truc assez singulier. Wonder Woman arrive dans l’histoire sous la justification de retrouver une photo qui dévoilerait son identité, or :
    -elle n’a pas compris le concept de photo numérique, vu qu’il ne suffit pas d’en avoir un exemplaire pour que les autres n’en n’aient plus
    -logique quand on veut faire disparaître les choses de confier le matériel crypté qui contient la chose à quelqu’un qui peut le décrypter.
    -ça tombe bien que Bruce Wayne ait fait une copie à la soirée chez Lex, sinon elle était venue faire quoi là bas la Wonder Woman ?
    -C’est sympa de la part de lex de laisser un terminal libre et non sécurisé en face des cuisines pour brancher son matériel pour faire la copie de tout son système
    -Wonder woman veut se faire oublier, mais assiste à des mondanités (je parle de là où Wayne la retrouve) et se pointe sans être invités pour la bataille contre Doomsday. Elle veut sauver le monde me direz vous, mais alors elle était où 3 ans avant quand Zod et Superman se faisaient des papouilles ?

    • Elle avait ses ragnagnas, ou alors son fils était malade, ou la cuisine était pas finie de nettoyer.

    • « logique quand on veut faire disparaître les choses de confier le matériel crypté qui contient la chose à quelqu’un qui peut le décrypter. » > je ne sais pas comment fonctionne ce programme de décryptage, mais il est possible qu’il faille savoir décrypter ou même disposer d’un mot de passe pour effacer le fichier. Or comme Wonder Woman n’est pas une hackeuse, elle va demander au meilleur hacker qu’elle connaît, alias Bruce Wayne.

      « ça tombe bien que Bruce Wayne ait fait une copie à la soirée chez Lex, sinon elle était venue faire quoi là bas la Wonder Woman ? » > Au hasard, effacer la photo des serveurs de Lex? Mais comme elle s’est fait griller par Bruce elle a put se dire « Fuck, je reviendrais plus tard, c’est plus prudent ». Et puis qu’une fille qui a passé une grande partie de sa vie dans une île antique, est-ce si surprenant qu’elle galère un peu avec l’informatique?

      « C’est sympa de la part de lex de laisser un terminal libre et non sécurisé en face des cuisines pour brancher son matériel pour faire la copie de tout son système » > Là ok, rien à dire, c’est effectivement très con.

      « Wonder woman veut se faire oublier, mais assiste à des mondanités » > Elles n’assistent pas aux mondanités en tant que Wonder Woman mais Diana Prince. A partir de là, il faut deja réussir à faire le rapprochement (et vu qu’on a plus vu WW depuis la WW I). Et puis c’est une princesse, normale qu’elle ait gardée le défaut d’avoir des goûts de luxe.

      • Pour info, le meilleur moyen (et qui marche toujours) pour effacer un fichier sur un ordi implique un marteau, un aimant de l’essence et une allumette. Dans cet ordre. Mais la tentative de défense était louable ;-)

      • c’est bon à savoir ! je me demande si on peut fabriquer un cocktail Molotov avec de l’acétone , un morceau de ti-shirt et une bouteille de bordeaux ( vide , la bouteille ) ? je vais te carrer au fond du jardin et t’allumer , mon gentil ordinateur ! parce que tu commences à me les briser menu , même si j’en ai pas . non mais alors ….
        merci , Eric .

      • Evidemment, mais ce n’est pas le meilleur moyen d’effacer les données anonymement, surtout dans une soirée blindée de monde.

      • je comprends . c’est juste que le disque dur de cette cochonnerie est blindé , lui aussi ! on peut toujours rêver .

      • Arrêtez tout, je vois quelques-uns de vos neurones tenter de trouver une logique scénaristique et leur souffrance me désole. Dans un mauvais blockbuster a.k.a machine à sous cinématographique, en plus de la baston et des grosses armes phalliques, il faut de la meuf et des ordis futuristes qu’on va « hacker ». On a greffé Wonder Woman parce que Loïs Lane n’a pas d’assez gros arguments et est trop habillée pour faire du fanservice.

      • donc , dans ce genre de film , les arguments d’une héroïne résident dans son wonderbra ?
        j’ai un peu de mal à voir l’exception , là …

      • Freehug: oooou peut-être est-ce surtout parce que BvS est une intro à la Justice League et que Wondie fait partie de la Trinité?

  32. « Aaaah, si seulement, je balançais directement l’information histoire de calmer le jeu au lieu de commencer toutes mes phrases par du rien, je… »
    Et si seulement je coinçais Batman (genre sous mon pied ou contre un mur) avant qu’il ait le temps de balancer sa kryptonite, au lieu de l’envoyer se cogner dans le décor à répétition, je pourrais lui dire direct « Luthor a enlevé ma mère, il veut que je te tue sinon elle y passe, viens m’aider au lieu de déconner » et les spectateurs gagneraient du temps.

    • Et le film coûterait beaucoup moins cher du coup, mais comme il y aurait moins d’effets spéciaux les djeun’s diraient sûrement: « wesh cé tou pouri se film, ils se sont même pa vraimant batut »

    • J’avoue ça serait plus logique.
      Mais le film n’aurait plus aucune légitimité à s’appeler Batman VS Superman ^^
      Après, trouver une manière cohérente d’amener ladite baston eût été mieux c’est sûr.
      Mais bon, faudrait pas qu’ils se foulent le neurone non ? (oui, ils s’en partagent un à plusieurs version Grées.)

      • Ce scénario existe déjà dans le DC animated univers (sans doute aussi dans les comics, mais je ne les ai pas lus) : Darkseid (un grand méchant) fait hypnotiser Superman pour lui faire croire qu’il est son fils et qu’il faut asservir les humains. La résistance de Metropolis et Batman se battent contre Superman, lui font retrouver la raison et tout rentre dans l’ordre… Bref, un scénario à la DC mais un scénario qui tient déjà plus la route… et des motivations un peu plus élevées que « j’aime pas trop que tu sois violent alors que je le suis tout autant que toi dans ce film ».

  33. Ce final était des plus magnifiques, aussi astucieux que fourbe d’utiliser le lasso dans cet objectif

  34. Je comprend pas, si la base des super héros est dans l’espace, comment qu’il fait Super Spoiler pour ramener le cadavre de Wonderwoman sur Terre dans sa Spoiler Mobile ® ?

  35. Sinon, vous connaissez Frank miller?
    Ses spécialités sont le néonoir et le léchage de bat-couilles.
    Vous aurez donc compris que ce film inspiré de son comics ‘Batman returns’, est le Twilight des films de superhéros.

  36. Toutes mes félicitations pour la vanne sur le Bernard l’ermite, et sur les collants qui sont bien gardés.
    J’en viens maintenant à regretter de na point à avoir regardé Hartley Cœur A Vif au cours de ma jeunesse (perdu), car cela m’eût permis de comprendre une blague supplémentaire.

  37. « hé chef je peux avoir un hélico ? »
    « c’est pour le boulot ? Tu peux te brosser ! »
    « Non c’est pour raison perso »
    « C’est OK alors, il passe te prendre sur le toit. »

      • il y a un bon paquet de scènes dans ce film où on se dit « je suis en train de dormir ou c’est vraiment ce que je vois ? »
        -cette histoire de l’hélico
        -batman qui abandonne sa lance, Loïs qui la récupère pour la balancer dans un trou d’eau
        -le vol avec les chauves souris
        -la révélation des deux Martha en tant que rebondissement scénaristique
        -batman le masque pété qui prend le temps d’en changer pour aller sauver Martha Kent en 10 minutes sans avoir la moindre idée d’où elle est.
        -le deus ex machina de wonderwoman qui arrive pile poil là où Batman allait crever
        -la scène du bocal de pisse
        -la scène du bonbon
        -la petite fille au milieu des décombres des bureaux, c’était le « bring your child at work day » ?
        -le mec qui attend le coup de fil du patron pour évacuer alors que les tours autour s’effondrent
        -le flash qui apparaît dans un rêve
        -le cortège funéraire avec les cornemuses au milieu du Kansas
        -le mouchard qui clignote et qui va pile poil là où il restera de la tôle.
        -Loïs qui choppe le mec dans les toilettes
        -la scène de sauvetage au mexique complètement parachutée, qui est là juste pour montrer la scène d’un superman adulé dans la bande annonce.

      • Wasabi:

        -La lance: Batman n’est plus son ennemi, il n’a donc plus besoin de la lance. Et Loîs n’avait pas prévu qu’il faille tuer un monstre kryptonien. En toute logique elle a choisi de se débarasser de la chose qui pourrait le plus facilement tuer son mec, logique.

        -Le vol avec les chauves-souris: est très clairement montré comme un rêve s’inspirant du passé de Bruce, CQFD. C’est avant tout pour le côté symbolique: l’élévation du petit Bruce vers quelque chose de plus grand.

        -Les deux Martha: même si l’on peut y voir une projection de Batman dans le rôle du meurtrier de ses parents, ce qui le fait renoncer; je te l’accorde, c’est un peu pourri comme résolution.

        -Le masque de Batman: Tu le vois vraiment piloter le Batwing avec les gants de l’armure? Il a peut-etre même pas la place où s’asseoir ! Cela dit, j’avoue que sauver Martha en 10 minutes sans indices, il a confiance le mec^^

        -Le deus ex machina: Peu importe, la scène était tellement classe.

        -Le bocal de pisse: C’est juste un troll de Lex, un peu rancunier. Le seul truc bizarre dans cette scène c’est la longueur du bug de la sénatrice.

        -La scène du bonbon: montre l’influence de Lex.

        -La petite fille: C’est vrai que…peut-être une grève des enseignants?^^

        -Le mec du bureau: ça c’est très con.

        -Le Flash qui apparait en rêve: je dirais plus en vision. Aussi vite les rêves peuvent etre considerées comme une dimension, et comme Flash peut les traverser…Cela dit, la scène est mal faite.

        -Le cortège funéraire avec les cornemuses: Peut-etre simple souhait musical? Peut etre que les Kent ont des ancetres écossais…C’est étonnant, mais je n’appelerais pas ça une incohérence pour autant. Oh wait ! C’est pour faire un parallèle avec l’Amazing Grace de l’enterrement militaire !

        -Le mouchard: c’est effectivement très con d’en avoir fait un si gros.

        -Loîs qui choppe le mec dans les toilettes: Fallait bien qu’elle le chope, alors dans les toilettes ou ailleurs…Lois est une journaliste bourinne de toutes façons.

        -La scène au Mexique: prouve que Superman continue à sauver les gens, y compris les plus humbles. Réintroduit la question religieuse. Est stylée visuellement.

    • Je pense que Perry connaît suffisament Loîs pour savoir que si elle lui demande un hélico pour raison perso, ça va pas être pour aller faire du tourisme à Miami. C’est qu’elle en a vraiment besoin pour une raison vitale.

      • ça ne colle pas avec la scène de négociation pour le billet Eco + ou Eco

      • La vie de quelqu’un ne dépendait pas de si Lois voyageait en classe Eco ou Eco+, nuance.

  38. Super Spoiler… en abrégé ça fait SS. Quel délicatesse de la part d’Odieux de rendre ainsi hommage à son grand père tout en combattant le Mal ! Un héros comme on en fait plus.

    • Superman c’est SM, pourtant c’est difficile pour lui de faire le maso à moins de prendre un popper à la kryptonite, et pour faire le sado, le partenaire risque d’y passer. Rien que si il a un orgasme dans la baignoire avec Loïs, si il roule des yeux d’extase il risque de lui brûler la cervelle avec ses yeux laser.
      Faut pas se fier aux initiales, Jacques Chirac ça n’était pas le messie.

  39. Encore un article très divertissant, mais je suis surpris de découvrir quelques fautes d’orthographe… Ce film vous aurait-il déprimé à un point tel que vous ne soyez plus attaché à de telles considérations?

  40. J’ai détesté ce film… je suis du genre très très indulgent, j’essaie toujours de sauver ce qui peut l’être mais c’est la première fois que je sors du cinéma en disant à ma compagne de manière net et précise, c’était nul à ch*er. je suis ce qu’on peut appeler un très gros fan de DC Comics, et ce film m’a autant endormis qu’il m’a retourné l’estomac. et tout ça pour une raison général: les créateurs de cette horreur n’ont RIEN compris aux super héros qu’ils ont mis en scène:

    – Ce superman est tout simplement détestable. essayer de rendre superman plus complexe, c’est une idée, mais le truc c’est qu’il est DEJA complexe, dans les comics en tout cas, et que c’est bien mieux foutu que ça. ce que les scénaristes n’ont pas compris, c’est que superman est par nature FAIT pour être au dessus de nous. c’est un symbole d’espoir que quelqu’un sera toujours là pour apporter son aide au pire moment, une inspiration, et un roc incorruptible qui sait par nature ce qui est bien ou mal. même dans un cadre plus réaliste, comme entendu par les créateurs de man of steel et ce film, superman devrait justement rester ce roc, cette inspiration. Ce n’est PAS un dépressif qui chouine parce que personne ne l’aime. des versions récentes du personnage en comics ont montré un superman qui ne fait pas l’unanimité a son apparition, qui provoque la peur des gens normaux. et que fait ce superman? Il se bat pour ses idéaux! il encaisse la méfiance des gens en gardant la tête haute et le visage souriant, même s’il se sent rejeté a l’intérieur. il continue a faire ce qui doit être fait et parle aux gens qu’il sauve, parle a tout le monde, leur explique sa vision des choses, et c’est tout ça, toute cette force et cette bienveillance qui lui gagne le coeur du monde. le superman de ce film est un geignard qui pleure sur son sort en abandonnant le monde comme un ado genre « ouais ben si vous voulez pas de mon aide, ben je vous aiderais pas, voila! » … j’ai attendu le discours de superman devant le gouvernement. le « vrai » superman aurait fait preuve d’éloquence pour se défendre et rassurer le monde au lieu de rester planté comme un p*tain de caillou en faisant la gueule! et après l’explosion s’il n’avait pas pu l’empêcher, il aurait hurlé d’horreur devant tant de mort injuste, avant de se jeter au secours des éventuels survivants, puis de rassurer la population a nouveau! le combat contre batman, au moment ou se dernier prends le dessus, aurait du être un moment presque triste, qui sert le cœur de voir deux justicier se battre par erreur comme ça, et de voir un homme aussi bon que superman se faire battre comme plâtre… au lieu de ça j’avais envie qu’il s’en ramasse quelque unes de plus pour lui apprendre a être complètement stupide et haïssable. de même son sacrifice m’a laissé parfaitement de marbre. ce n’était pas le plus grand des super héros qui faisait l’ultime sacrifice pour son monde, c’était émo blindé de super pouvoirs qui essayait de rattraper ses conneries. beurk.

    – Batman: il est cool, affleck le joue bien, mais là encore, tout le principe du personnage repose sur un seul principe: batman ne tue pas, jamais, quoi qu’il arrive. même un batman brisé gardera toujours cette règle d’or. le joker a assassiné jason todd, le second robin, et même ça n’a pas été suffisant a lui faire franchir le pas. rien que pour ce détail, tout le super taf sur ce personnage ne vaut rien à mes yeux. rendre un personnage plus sombre et réaliste, je veux bien, mais changer ce qui fait l’essence même de ce personnage, non.

    – lex luthor: c’est comme tout le monde l’a dit, le joker du dark knight… ridicule. lex luthor est PARFAIT tel qu’il est dans les comics pourquoi le changer?? je suis pas un fan hardcore qui va gueuler parce que la couleur du costume est sencé etre un poil plus foncée ou ce genre de bétise, mais si vous changez quelque chose, améliorez le concept, ne le détruisez pas pour faire un truc aussi stupide!

    je m’arrète là, écrire tout ce que je pense de ce film me prendrait dix page de plus.

    • Je compatis, j’ai eu le même genre de réaction quand j’ai vu le Seigneur des Anneaux au cinéma lors de sa sortie. Et c’était de pire en pire à chaque nouveau film…

      • Le quoi? Cette série de films n’existe pas pour moi, ou alors seulement les spoils de l’OC…

      • Je parie que depuis ce jour tu as décidé de faire le ménage parmi tes amis…

      • C’est moins facile que ça. J’estimais que c’était un motif légitime de divorce mais le juge a trouvé ça un peu léger.

      • Il y a des mauvais souvenirs qu’il ne faudrait jamais déterrer… Mais c’est fait. « Merci » bien !

        En effet, la trilogie du Seigneur des Anneaux choque des fans de JRR Tolkien (dont je fais humblement parti). Mais j’avais réussi à pardonner les boulettes et errances en admirant les décors et les musiques. Il m’arrive encore de les regarder avec mon ainé.

        Mais en ce qui concerne les Hobbit, là en effet, c’est du n’importe quoi ! J’avais été voir le premier volet au cinéma. Ceci m’a suffit pour décider de ne pas aller y voir la suite et j’ai bien fait : c’est simple, je n’ai vu qu’une seule fois les deuxième et troisième volets et je n’arrive pas à trouver le courage suffisant pour retenter l’expérience ! Une Horreur ! Une Erreur !

    • Pour Superman: on nous présente ces débuts, et l’humain (donc la personnalité faillible) derrière l’image divine qu’il reflète aux autres.

      Pour Batman: ne pas tuer n’a jamais été un point constitutif absolu de Batman. Le Batman des débuts tuait, celui de Burton et celui de Nolan aussi.

      Pour Lex: On est d’accord qu’il faut trop Joker. Mais ce sont ces débuts, nul doute qu’il sera réutilisé (et avec un autre comportement) par la suite.

      • Peut-être qu’après un p’tit séjour en prison, Lex n’aura plus ce comportement qui rappelle horriblement le Joker (tout ce qui me rappelle le Joker mais ne l’est pas, je trouve ça horrible) ? En tout cas j’espère…
        Mais vous pensez que le Joker (le vrai) sera présent dans le film The Batman ? Parce que ça expliquerait ce qui est arrivé à Robin en détails et j’ai vraiment envie de savoir… Qu’est-ce que vous en pensez ?

    • Tout à fait d’accord les responsables de MoS et BvS ont littéralement chier sur les fans et sur les comics et le pire c’est que le public (les pécores qui n’y connaissent rien surtout) en redemandent. J’en viens à me demander si il y a pas eut une trépanation du cerveau généralisé à un moment ou des expériences similaire effectué sur une grande partie de la population pour lui enlevé tout sens logique et critique.

    • Tout à fait mon point de vue, merci.
      J’ai l’impression que les commentaires de ce spoiler servent un peu de cellule d’aide psychologique des fans de DC… Tant mieux, nous en avons besoin après ce mauvais film.

  41. Bonjour à tous,

    Pour résumer le film : brute. A l’image de Batman dépressif (il ne se rase plus !), bourrin comme un légionnaire, tortionnaire au fer rouge (ça aussi c’est nouveau!). Même la batmobile est moins élancée ! Heureusement Alfred sauve la batcave. Mais on est loin loin très loin de l’élégance et de la classe du chevalier noir! Je rappelle qu’il est ceinture noire de jiu jitsu! La il se bat avec des semelles en plomb. Avec des cailloux, je verrai pas la différence!

    Enfin, c’est un stratège de haut niveau, expert en sciences : qui pourrait lui envoyer un message du style : » tu as laissé ta famille mourir » ?! Son identité est secrète ! Alors qui ?! Sûrement un ancien gardien de sa boite ? ? ? M’enfin, Batman enquête et n’agit pas aussi impulsivement! On croit rêver !

    En plus, pendant le film, il demande à son comptable d’enquêter sur les chèques retournés! On n’aura pas le résultat de l’enquête ! Batman voyait bien que quelque chose clochait : Le scénario.

    Encore merci à maitre OC pour ses expressions bien délirantes!

  42. Freddie Mercury. Pas Freddy. Et c’est lui qu’a choisi en plus passke c’est un pseudo. Alors un peu de respect pour les morts qu’ont des statues (ce qui apparemment lui fait un point commun avec Superman).

  43. Bon ben par curiosité, ( et par la grâce de mon pass duo qui fait que je ne paye pas specifiquement pour une bouse), je suis juste devant le film. C’est fascinant à quel point la version « mauvaise foi » de la partie avec le terroriste et lois lane est plus credible que celle du film O-o Par contre cher OC, vous avez commi une bevue. Toutes vos blagues sur le fait que lois ne se rende pas compte que clark est superman tombent a l’eau. En effet, des la première scène en commun entre les deux amoureux, la conversation en elle même tourne sur le fait qu’il lui ai sauvé la vie. Elle est parfaitement au courant d’être en couple avec l’homme au slip. Votre mémoire vous joue des tours cher OC, n’oubliez pas que la mauvaise foi doit s’effacer devant les faits :-)

      • C’est mal foutu le système de Senscritique bordel !
        Autant pour moi, bon je la copie ici du coup.

        —————————————————————————-

        Oui, la campagne marketing était racoleuse et excitante au début, absolument atroce à la fin (qui sont les incapables qui ont laissés filtrer Doomsday et Wonder Woman dans la bande-annonce?! Ca prouve que marketing et réals ne communiquent pas entre eux, et c’est dommage).

        C’est donc avec appréhension que j’ai été voir le film (en VF). J’en suis sorti satisfait, je voyais les défauts, notamment quelques incohérences assez embarassantes; mais le plaisir était bien là. Et puis, à froid et après quelques discussions je me suis dit que merde, le film était quand même LOIN d’être parfait. Mais dans le fond je savais que je le reregarderais avec plaisir. Ce que j’ai fait quelques jours plus tard (en VOSTFR cette fois). Et là, la réponse m’est apparut limpide. Je n’avais pas assez réfléchi pendant la première séance, et la VF était naze. Je pensais, en sortant de cette seconde séance, moins apprécier le film que la 1ère fois. C’est l’inverse qui s’est produit.

        Je pense savoir pourquoi tant de haine envers Dawn of Justice…parce que suite à quelques signes inquiétants, tout le monde rêvait secrètement de le basher, moi y compris. Ne nous voilons pas la face. Faire une critique pourissant un film est plus amusant que de l’encenser.

        Parce que le scénario ne se dévoile pas de lui-même, certaines choses reposent sur des non-dits, que l’on peut facilement louper.
        Et, raison principale, parce que ce n’est pas le film que nous attendions. Ce n’est pas le film que nous souhaitions. Est-ce que ça en fait pour autant un mauvais film? Non.

        Je voulais un duel motivé par des motifs idéologiques. Que Batman et Superman aient chacun des raisons profondes de s’affronter, et que l’affrontement dure plus longtemps. Pour autant, est-ce une mauvaise idée que Lex les manipule? A mon sens non. Décevant, mais pas mauvais, surtout que leurs egos respectifs ne les aident pas. En particulier pour Batman, Lex sait précisément appuyer là où ça fait mal. Quand à Superman, il est brillament representé. Lui ne veut faire que le bien, mais il se heurte à la complexité de la realité. Il le dit lui même dans une phrase magnifique, qui résume toute la difficulté pour le personnage de survivre aujourd’hui: « Ce symbole avait une signification dans mon monde. Mais mon monde n’existe plus. » Son monde, ce n’est pas Krypton, mais le monde américain encore optimiste de 1938 ! L’idéalisme est progressivement mort à petit feu avec le XXe siècle, c’est le message que le film tente de faire passer. Est-ce un hasard si Wondie s’est retirée du monde dès 1916, date de la boucherie de Verdun?
        Donc messieurs-dames, inutile de gueuler sur la prétendue froideur de Superman dans ce film. Lui même essaye d’apporter un peu de chaleur dans un monde froid qui l’influence en retour. Je ne vois pas non plus pourquoi les parallèles bibliques vous dérangent plus que ça. Superman, par la nature de ces actions est comme un second Jésus (en plus violent et perdu, certes). Même dans notre réalité, le débat serait vif autour de son statut divin et de la menace qu’il pourrait représenter. Donc pourquoi rejeter des symboles qui sont obligés d’être là?

        Et pour ce qui est des tueries de Batman, je comprend que ça puisse déplaire à certains, mais personellement ça ne m’a pas derangé. Est-ce qu’il y a eu autant de protestations sur les morts causés par Batman dans les films de Burton et Nolan? Je ne crois pas. D’ailleurs pour moi, tuer ou non n’a jamais été une donnée fondamentale des réinterprétations de Batman. Batman est un vengeur paranoîaque, il est donc tout à fait possible qu’il finisse par franchir la ligne jaune, surtout dans un contexte assez réaliste comme le film tente de le poser. D’ailleurs le personnage utilisait bien un flingue dans ces premières aventures, et ne pas le faire tuer n’a pas été une décision d’auteur, mais une décision moralisatrice du Comics Code Authority. On voit bien que cette limite ne fut jamais fondamentale au personnage. De plus, à la fin, il semble reconnaître qu’il s’est egaré (ce qu’Alfred lui repète pendant tout le film). Donc la suite nous présentera peut-être un Batman non-létal.
        Et puis, mettez vous à sa place deux minutes. Usé par l’âge et 20 ans de Gotham, trahis et témoins de la mort de nombreux alliés; n’y a t-il pas une raison pour céder à la facilité du meurtre? Facilité que, de plus, il n’emploie pas systématiquement. Il laisse en vie un pédophile, personnage qui mériterait peut-être bien la mort, et se contente de le marquer et de le livrer aux criminels. D’ailleurs, n’avez vous pas été agréablement surpris par ce rapport occulte que Bruce semble entretenir avec les criminels?
        Alors oui, les déclarations de Snyder sur TDKR sont assez maladroites c’est vrai, et il n’aurait peut-être pas dut être engagé. Mais peut-être était-il deja engagé avant ça. N’aurais-ce pas été encore plus maladroit de le virer juste pour ça?

        Et Lex Luthor…j’avoue, le côté joker me fait craindre la redite; mais à part ça, le personnage est-il si éloigné du Luthor habituel? Que nenni. Son but: protéger l’humanité de la tyrannie, quitte à utiliser des méthodes peu recommandables. Ajouté à ça un gamin brisé, qui, par mégalomanie et déception (Dieu n’est pas venu l’aider quand il en avait besoin), ne supporte pas que quelque chose puisse nettement se tenir au dessus de lui, et un gamin joueur qui manipule des gens comme des figurines. Vous obtenez un personnage bien plus complexe qu’il n’y paraît. Et honnêtement, n’avez vous pas apprécier la scène de l’immeuble? Mi geek jmenfoutiste, mi psychopate, mi Napoléon dans son imper gris, le petit Luthor en impose à traiter Sup comme sa biatch, le tout sur de la musique classique.

        La mise en scène…Je ne comprend pas ce qu’on reproche à Snyder. A part la 2nde scène de rêve qui arrive comme un cheveu sur la soupe, je ne me souviens pas de scène horrible. Peut-être le combat final manque t-il un peu de visibilité m’enfin bon.

        Combat final que je n’aurais pas mis non plus, histoire de laisser la place à l’affrontement Bat-Sup, mais bon, n’est-il pas badass? Quel plus bel écrin pour l’arrivée de Wonder Woman, qui nous a tous convaincus? (malgré cette absence de prise de risque de l’endroit désert)

        Et la mort des parents Wayne…j’ai beau l’avoir vu plusieurs fois, c’est la première fois qu’elle m’a rendu triste. Grâce à…la mise en scène (evidemment il ne faut pas être allergique aux plans symboliques…) et à la musique.
        Et après ça, on va dire que Snyder n’est pas fan de comics….De toutes les adaptations de Batman c’est celle qui se rapproche le plus d’un comics dans sa façon de faire les plans. Oui, il y a beaucoup de money-shot, mais je ne crois pas que ce soit un défaut, au contraire.

        En fait, j’ai l’impression que le film souffre plus de sa promo maladroite. Un coup elle nous offre l’espoir d’un film rêvé. Une autre, elle nous offre les pires travers du Hollywood actuel. Au final le film ne se situe ni dans l’une ni dans l’autre catégorie.
        Quel autre motif de reproche? Ah oui, les caméos. Reproche que je ne comprend pas. N’est-ce pas LA façon la plus crédible d’introduire les futurs membres de la JL?! Vous auriez été satisfait, vous, d’un Aquaman qui sort de n’importe où en remontant la lance en kryptonite?! Sans compter que ce passage des dossiers informatiques prend moins de deux minutes. Et donc laisse de la place à la véritable intrigue.

        La mort de Superman? Terrio, Snyder et Affleck ne voulaient pas faire du suspens, mais de l’émotion, en plus qu’une grosse référence aux comics. Et comme l’émotion c’est probablement ce qu’il y a de plus subjectif, ça ne marche surement pas sur tout le monde, merci au revoir.

        Là où je veux bien qu’on attaque davantage le film c’est sur son scénario. Alors oui, il y a des incohérences, et c’est regrettable. Mais si on y réfléchit, pas tant que ça. Oui, la salle des serveurs pas gardée, c’est complètement con. L’IA du vaisseau qu’on berne super facilement aussi. Le missile nucléaire à tête chercheuse tient aussi moyennement la route.
        Le fauteuil vide de Lex? Equilibré par le fait qu’il perde sa secrétaire. Et il me semble qu’à ce moment Lex a deja consulté les archives, donc commence possiblement à devenir dingue et à ne pas se soucier des lois terriennes. D’ailleurs s’est-il seulement soucier une seule fois des lois dans le film?
        Martha? Oui c’est assez naze comme résolution c’est vrai. Mais peut-être Superman n’a pas dit maman parce qu’il souhaitait expliquer plus clairement la situation à Batman, voir lui donner un début de piste. Mais dans son état il ne peut que bredouiller.
        La photo? Wondie, n’étant pas une bonne hackeuse, choisit de faire confiance au meilleur hackeur qu’elle connaît, à savoir Bruce Wayne (il y a des chances qu’elle sache deja qu’il est Batman à ce moment là du film).
        La balle? Les terroristes sont trop content de trouver une justification pour massacrer du civil, peu importe que Sup soit impliqué ou pas. De plus, on peut emettre une hypothèse (c’est pété je vous l’accorde, mais bon). Et si ces balles se désintégraient au contact d’une matière organique fraîche? Ainsi ça fait des trous bien nets sans projectiles, soit la vision thermique de Sup, pratique pour le faire accuser. La seule balle qu’on aurait alors retrouver serait celle dans le sac de Loîs. Il y en eut aussi au sol, mais bon c’est du sable, ça se recouvre de soi-même.

        Il y a encore d’autres bizarreries scénaristiques, certaines se justifiant simplement avec un peu de déduction.

        En bref, ce film est loin d’être parfait, mais influencé par nombre de facteurs extérieurs, il est loin d’être aussi mauvais que ce qu’on en dit (et bordel, l’OST est géniale, on avait pas vu Zimmer aussi en forme depuis un long moment !). Snyder, Terrio et Affleck essayent, et se plantent parfois; mais ils ont eu le mérite d’essayer.
        Mon jugement n’est pas définitif, peut-être reverrais-je le film dans quelques mois en me disant que finalement, ce n’est pas aussi bon finalement. Ou peut-être l’aimerais-je encore plus. En tout cas, c’est toujours meilleur que cette grosse déception de Star Wars VII, que tout le monde porte aux nues et que, pourtant, l’on peut beaucoup moins justifier.

      • Rhaa mais bordel, tout le monde désactive le correcteur orthographique de son traitement de texte ou quoi? (Ouais, je viserais bien le fond, extrapolator, tout ça, mais j’en ai juste marre de lire des fautes qu’un bête Word repère sans problème.)

    • Oep, page d’accueil. Donc en fait maintenant que t’as capté notre attention, tu ne nous expliques pas pourquoi ta phrase exagérée et racoleuse n’est pas exagérée et racoleuse. (Et même si le lien avait marché, techniquement c’est toujours pas toi qui nous explique; mais le gusse qui aurait pondu l’article)

      • Voila, j’ai copié ma critique juste au dessus, en réponse à bouuu67.
        Et c’est moi le gusse qui a pondu l’article justement. Je l’aurais cité sinon.

    • Hilarant, pas autant que l’OC, mais pour défendre l’indéfendable comme ça j’en viens à me demandé si tu n’aurais pas un intérêt financier dans l’histoire ou si tout simplement tu n’accepte pas l’idée d’avoir aimé un mauvais film, dans le dernier cas tu devrais relativisé tout le monde aiment au moins un mauvais film dans sa vie.

  44. Merci pour le spoil c’était amusant, j’ai passé un meilleur moment à le lire qu’à regarder ce film.
    250M et ils ont pas été foutu de pondre deux lignes de scénario qui tiennent la route.
    En tout cas les fringues à superman sont pas mal, elles résistent à une explosion nucléaire mais pas au gourdin d’un Doomsday ligoté, à demie anesthésié et empalé.

  45. Euh, grand manitou ?
    Ton image d’évacuation en cas d’urgence a été reprise par la page facebook, Troll de Geek sans aucune citation :/
    Est-ce normal ?
    Bien à vous cher OC

  46. A reblogué ceci sur Jonathan Frickertet a ajouté:
    Bon, je précise de suite le contexte : j’ai (enfin !!!) vu le film hier après-midi. Probablement le reverrai-je au moins une fois tant l’attente a été satisfaite (chose qui ne m’est arrivé que pour 4 films auparavant : La Conquête, l’Homme qui rit, Robocop et le dernier Godzilla).
    Une fable philosophico-politique assez prenante dont je n’ai malheureusement pas le temps de faire un article. Les cinéphiles 2.0 ont probablement plus de matière que moi pour s’y pencher.
    Mais si je trouve que cet article est un blasphème, il a réussi à me faire pleurer de rire.

    Attention par contre : c’est un article avec des vrais morceaux de divulgâchage dedans.

  47. « Passons sur l’éthique de Batman (je laisse les fans hurler de rage), et constatons au passage la logique : les prisonniers tabassent ceux qui se sont fait arrêter par Batman. Mais aux dernières nouvelles, la moitié des prisonniers de Gotham ne sont-ils pas là suite à Batman ? Accessoirement, sachant qu’il est connu pour courir le gros gibier, n’est-ce pas au contraire une marque de respect chez les vilains ? Est-ce complètement con ? Puis-je quitter la salle ? Qui a verrouillé les portes ? Où ai-je lancé Natacha en me levant brusquement ? Que de questions sans réponses. »
    Première coquille trouvée dans un de tes articles cher connard: Il ne marque pas tous les prisonniers, seuls les violeurs et les pédophiles ont cette chance.

  48. Ah ben y’en a une autre » Drazic armé d’un lance-flammes. Oui, c’est plus rigolo pour exécuter quelqu’un. Surtout quand tu sais que le moindre cri peut attirer Superman, les hurlement de gens en feu, ça me paraît particulièrement malin. »

    Lex dit bien que selon lui la mère à Superman est forcement une sorcière, et qu’on tue les sorcières par le feu;)

  49. Est ce que c’est vous qui avez fait le plan d’évacuation de la société Wayne ? Parce si oui la page facebook TrolldeGeek vient de la poster aussi sans vous citer… Sois vous vous sentez concernés, soit vous vous en foutez (sait on jamais) mais je pensais préférable de vous en avertir. Bien à vous

  50. « Retirée, mais dans des voitures de luxe, des soirées cocktails et des robe de soirées. »
    -> manque un ‘s’ à ‘robe’.

    Sinon,
    « [Lex] ouvre la porte du fameux vaisseau crashé au cœur de Métropolis. Personne ne surveille la zone, aucun scientifique ne traîne, bref, c’est open bar. »
    -> Bah, s’il se fait griller il pourra toujours dire qu’il cherchait les toilettes.

  51. A propos de Batman qui tue à tour de bras,ça m’a rappeler la réplique de JDG  » Et voilà ! Encore aucune victime pour le chevalier noir ! « 

  52. Votre spoiler appuie toute ce que j’ai pensé de ce film…

    Le nombre d’incohérences qu’on y trouve, le montage catastrophique qui ne veut rien dire, les scènes inutiles en veux-tu en voilà, les dialogues pitoyables (« je cherchais les toilettes », sérieusement ?!?), Lex Luthor totalement ridicule au point que l’entier de la salle de cinéma se foutait de sa gueule plutôt qu’en avoir peur…

    Du grand art votre spoiler ! Merci ! Je l’ai trouvé bien plus divertissant que le film ! :-)

    • Ah! Le retour du grand seigneur site !
      Ce site n’est pas nul à chier !
      Non, mon bon Monsieur !
      Il n’est pas sans aucun intérêt !
      Non, ma bonne Dame !
      Il n’est pas moche !
      Non, mon bon troisième type !
      Ce site est « entre ironie et autodérision » !
      Et ça change tout !
      Grâce à ce qualificatif, on peux dire que ce site est quand même un peu plus intéressant que …..
      ……
      ….
      …..
      désolé je cherche
      …..
      ….
      …..
      Nope, rien de plus inintéressant ne me vient à l’esprit. Pourtant j’ai fait une recherche exhaustive.
      Donc, à moins que le but de votre vie soit de lier l’inutile au désagréable, passez votre chemin, car c’est nul à chier.

  53. Autant y’a des films on peut comprendre que c’est le montage qui a créé des incohérences et autres problèmes (voir star wars 7), autant ici c’est juste mal écrit… Quand j’ai vu le délire d’accuser superman d’avoir tuer des gens avec des balles, j’ai su que c’était le début de la fin… Non ce film est dans la même veine que man of steel ou que les autres films de snyder : tout dans la photographie et la réalisation et pour le reste, le néant.

  54. Merci à cause de vous je pense avoir un trauma à force de me frapper le front à chaque idioties du film que je lisais. C’est aberrant comment des gens ont pus payer pour voir ça, même en le regardant gratuitement je me sentirais arnaquer, c’est même pire que MoS c’est dire.

    • Oyez vous-même. BIen que ça fasse classe de connaître son latin sur le bout des doigts, en terme d’orthographe des mots empruntés, on prend le mot tel qu’il a été accepté au singulier et on y ajoute un ‘s’. « On choisit comme forme du singulier la forme la plus fréquente,
      même s’il s’agit d’un pluriel dans l’autre langue » (cf : http://www.academie-francaise.fr/sites/academie-francaise.fr/files/rectifications_1990.pdf)

      On dit donc « des scénarios »; C’est tout.

      Si vous n’étiez pas d’accord, je vous invite à dire « un spaghetto », « des aquaria » et la liste est longue.

    • Batman tue dans tous les films et même dans certains comics.
      Je n’ai rien à ajouter sur la débilité de ton commentaire.

      • En général, ceux qui se plaignent de ça sont ceux qui connaissent le moins Batman. Ce qui est encore plus marrant c’est quand ils te disent « Batman Returns, ça c’était un grand film » alors qu’on le voit très clairement tuer dans ce film.
        (dans les Dark Knights de Nolan, c’est pas aussi clair au passage)

      • Alors déjà reste poli, mon p’tit bouchon. Ensuite, à part dans certains multiverses, Batman ne tue PAS. C’est son crédo. Batman incarné par Damian Wayne tue, certes, mais c’est autre chose.
        Quant aux films, Batman tue (plus ou moins indirectement) dans ceux de Tim Burton et, il me semble (mais les souvenirs datent) qu’il tue un peu mais moins dans ceux de Schumacher. Et dans la trilogie de Nolan il refuse de tuer tout comme dans le comics ou le dessin animé, n’importe qui ayant vu les films, même d’un oeil distrait, le sait.

        Désolé pour ta tentative de tolling, elle tombe un peu à plat, pour le coup ^^

  55. bonjour odieux connard,

    vous avez oublier (enfin je pense , je n’ai que survolé les commentaire) une incoherence scenaristique de plus :

    – superman et doomsday sont dans l’espace et subissent les effets du bombe nucleaire : sans consequence pour nos heros (d’ailleurs les vetments de superman sont ils si resistants ? :il aurait du finir en slip ou à poil ..)
    se pointe wonderbra, grace à son épée magique tranche d’un coup le bras de doomsday…. question : en quoi est fait son épée ? en admamantium vibranium kryptonium unobtainium ? et imaginez la force nécessaire pour trancher d’un coup un bras capable de resister à une explosion nucléaire ….
    [en apparté meme raisonnement pour wolverine et ses griffes d’adamantium , il doit etre super super baleze…]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s