Une époque formidable

C’est un vase superbe.

Debout devant la vitrine, je le détaille, une flûte de champagne à la main. On peut y apercevoir un hoplite mettant à terre un ennemi qui lève une main pour demander pitié. Mais sous le casque, l’artiste a rendu à la perfection la détermination du citoyen-soldat telle que mise en avant par…

« Vous avez vu cette détermination dans ses yeux ?« 

Je me tourne pour découvrir à mon côté une splendide créature coulée dans une robe échancrée qui laisse entrevoir des merveilles qui mériteraient elles-mêmes leur propre exposition. Elle me regarde de ses grands yeux sombres, et alors qu’elle écarte délicatement une longue mèche de cheveux de son épaule, me parviennent les effluves d’un parfum léger. Je reprends une ridicule gorgée de ce champagne juste bon à satisfaire les habitants de la capitale et plonge mon regard dans le sien.

« Amatrice d’art antique ? dis-je sans risque.
– Certainement ! Je vous voyais penché sur ce vase à l’écart de la foule, je suis venu voir ce qui vous intéressait tant, et en effet, il y a quelque chose d’unique dans cette pièce.
– Amatrice éclairée, donc.« 

Elle rougit.

« Je n’ai aucun mérite : j’étudie l’archéologie.
– Ah, les cours d’archéologie, dis-je dans un soupir, la flûte levée. Qui n’a pas travaillé à identifier lames damasquinées et trous de poteaux sur des photocopies de qualité honteuse n’a pas vécu.
– Ho ! s’exclame-t-elle en retenant un rire joyeux. Vous êtes donc vous-même archéologue !
– Hélas, Mademoiselle, je n’ai pas ce titre. Mais je reconnais aimer l’archéologie : dans quelques années, croyez-bien que mon travail fera le bonheur de cette profession.« 

Elle plisse les yeux et me dévisage, amusée, à la recherche du sens véritable de ma phrase. Troublée, mais soucieuse de ne rien en laisser paraître, elle enchaîne aussitôt.

« Saviez-vous que le vase que vous observiez a été retrouvé à Pompéi ?
– Cela ne m’a pas échappé. Ni au cartel, qui je dois bien le dire, m’a fortement aidé.
– Vous vous moquez de moi, rit-elle enfin en s’approchant un peu plus. Dites-moi, aimez-vous les mystères, Monsieur…
– Connard. Odieux Connard. Et puisque nous parlons de mystères, vous êtes ?
– Je m’appelle Sarah, me souffle-t-elle à l’oreille. Et j’aime tout ce qui est mystérieux, je dois bien l’admettre. Tenez, comment ce vase a-t-il atterri à Pompéi ? Quel parcours a-t-il fait ? Comment l’acheteur l’a-t-il trouvé ? Qui l’a fabriqué ? Il est juste devant nous, et nous ne savons presque rien de lui, ce qui ne le rend que plus attirant, me susurre-t-elle. 
– Heureux que son charme trouve le chemin de votre cœur.
– Parfois, dit-elle alors que je note l’accélération discrète de sa respiration, je me dis que notre époque sera bien plus documentée que celle de ce vase. Notre technologie nous permet de laisser des traces qui faciliteront grandement le travail des archéologues futurs. À vrai dire, cela signifie que nous, archéologues actuels, sommes confrontés à des défis. Contrairement à nos successeurs. J’estime que c’est une chance. J’aime les défis.« 

Elle se colle à moi et le regard mutin, avale goulûment une gorgée de ma flûte. Je la regarde faire, lève un sourcil, et la repousse.

« Ma petite Sarah, vous dites un petit peu de la merde.
– Que… pardon ? 
– Vous croyez sérieusement que notre époque est bien documentée ? Que parce qu’on a la télé, internet et la presse, reconstituer notre époque sera super facile ?
– Hé bien c’est à dire que…
– Franchement, je souhaite bien du courage aux générations futures. Non parce que sérieusement, vous imaginez, vous, si on avait eu tous nos médias actuels à l’époque de la fin de Pompéi ?
– Ben oui je… je suppose que du coup, on aurait eu tous les détails.
– Mécréante ! Allez, un peu d’espace, j’ai besoin de gesticuler quand j’explique.« 

Sérieusement ! Qui ne s’est jamais dit que pfoulala, dites-donc, si on avait eu la télé au moyen-âge, quand même, ça aurait été vachement plus pratique pour les cours d’Histoire ! Et l’imprimerie chez les Pharaons ! Ah, ça, on en aurait des traces. Mais des traces, on en trouve aussi dans certains slips après le visionnage d’un quelconque Nolan, et je ne suis pas sûr qu’on écrive l’Histoire avec.

Bon. Mettons qu’on ait eu nos médias français actuels dès l’antiquité. Vous voulez VRAIMENT savoir ce que ça aurait donné ?

Alors c’est parti.

Vous êtes chez vous, nous sommes le 24 août 79, et le Vésuve a décidé de faire une bonne blague aux cités alentours en transformant les habitants en merguez. Vous situez ?

Hé bien je peux vous dire ce que vous allez trouver dans la presse.

1 – La Une de Libération avec un jeu de mot pourri.

Le Vésuve serait encore chaud que déjà, l’équipe calembours & palindromes de Libération (73 personnes, 26% du budget du journal, du moins, c’est ce que je suppose vu les unes) serait sur les rangs. Référence musicale, jeu de mot honteux ou blague digne des Grosses Têtes, le journalisme va bien, merci. Et c’est un journal national : c’est dire où nous en sommes.

Ce qui provoque forcément une sorte de fièvre dans la presse, qui tente aussitôt de surfer sur l’événement, non pas pour l’expliquer, mais plutôt pour trouver de quoi faire vendre du papier.

2 – Le Point qui prétend avoir un scoop, mais en fait non.

Un sujet d’actualité ? Zut, on avait déjà écrit un article marronnier. Bon ben c’est pas grave, si on tentait de joindre le marronnier à l’actualité histoire de faire croire que l’on a trouvé un angle d’attaque super original ?

3 – L’Express, qui dans la foulée, tente de repomper Le Point plus ou moins adroitement.

À noter qu’en fonction, ça peut aussi être Le Point qui pompe sur L’Express. Ne soyons pas médisants.

De là on me dira « Ouiiiiiii Monsieur Connaaaaaard, c’est un peu facile, la presse, tout çaaaa, il y a quand même la télé !« .

Mais, parlons-en ! C’est vrai que la télé, c’est instructif. On tombera forcément sur :

4 – Le reportage de TF1 qui n’explique rien et raconte juste une histoire en appuyant sur l’émotion (tout doit être traité comme un fait divers).

Avec des journalistes à la diction particulière en voix off qui appuient assez largement sur A) l’émotion B) leur travail de journaliste. Du genre « José a accepté de nous ouvrir les portes de son usine » paraphrase de « Regardez, on a bossé« .

Version TF1

Parce que Caius reste avant tout un petit producteur, ne l’oublions pas.

Du coup, France 2 est bien emmerdé ! Flûte, comment réussir à faire plus original ?

5 – La reconstitution en 3D par France 2 réalisée en 4 heures avec un budget de 17€.

Il n’y a pas le temps ? Service public oblige, il n’y a pas le budget non plus. Bon, c’est pas grave, qu’est-ce qui marche en dehors des faits divers que TF1 nous a piqués ? Ah, je sais ! Les infographies et les machines en 3D ! Et si on demandait aux graphistes de la maison de produire à fond la caisse une reconstitution en 3D hideuse qui ne sert strictement à rien ? Ho chouette !

Version Fr2

Gros travail de journalisme.

Évidemment, une partie des moqueurs me répondront qu’eux, ils regardent des chaînes bien moins coincées. Comme Canal + par exemple. Ben tiens.

6 – Le Grand Journal et ses 63 capsules qui passent avant l’invité.

Personnellement, cela fait longtemps que je me demande pourquoi ils invitent encore des gens. Ils ont l’air de bien se marrer, tout seul.

Version Canal

Comment ? Une chaîne d’info plutôt ? Okay.

7 – Le stagiaire de BFM TV intervient.

Il fait son stage de découverte de 3e, mais il est drôlement motivé. Du coup, on lui a confié plein de trucs, et tout devrait bien se passer, non ?

BFMOC

Mais que fait son tuteur ?

Du coup, on me rétorquera que oui, bon, d’accord, les grands médias, non. Mais Internet ? Internet, merde !

8 – Quelqu’un se dit qu’on devrait trouver des informations sur les réseaux sociaux.

Sauf que sur Twitter, c’est quand même une sorte de vortex à SMS, alors si c’est pour savoir qui couche avec qui, pourquoi pas, mais sur le reste, c’est plus compliqué.

9 – Pendant ce temps, sur Tumblr…

Et je n’ai rien à ajouter.

Ne reste plus qu’à aller voir dans les derniers recoins, voire directement dans le fondement du net ce qu’il s’y passe.

10 – Un débat se lance sur 4Chan.

Et en général, qu’importe sa qualité, il y aura des gens pour y argumenter des heures. Un peu comme dans les commentaires du Monde.

4Chan OC

Alors, Sarah, ma petite Sarah, sans rire : je plains la génération d’historiens et d’archéologues qui se penchera sur notre époque. Parce que si elle aura quantité de documents, je peux t’assurer que la qualité ne sera pas au rendez-vous. Et si on demande à quelqu’un d’écrire l’histoire de France à partir de sa presse, et en s’aidant d’internet, je ne sais pas de quoi il accouchera, mais je pense qu’il faudra abattre la bête au fusil de chasse.

Non, vraiment Sarah. Le rêve des médias qui auraient grandement aidé est un mythe. Mieux vaut une bonne vieille tablette de marbre plutôt qu’un reportage de TF1.

Maintenant, monte dans ce coffre.

On va causer archéologie.

109 réponses à “Une époque formidable

    • Ouep et c’est là qu’OC a oublié, je pense, de citer leGorafi comme exemple de phénomène de désinformation ou d’information de source contradictoire éphémère imaginaire et intemporelle. Mais la speakerine du GJ c’est très bien aussi

  1. Et le Preum’s ? Que vont penser les générations futures de ces Preum’s qui ponctue tout sujet d’actualité, et tout sujet tout court, d’ailleurs ?

  2. Tiens, tiens, tiens, mais ça ne serait pas l’avatar de Mar_lard en guise d’illustration Tumblr ? Odieux, vous êtes taquin.

  3. A partir du moment où la « petite Sarah » sifflait le champagne elle signait déjà son arrêt de mort … Très bon article ! J’en redemande ! Bis !

  4. Trous de poteaux ?! enfin quelqu’un qui parle l’archeologue, le vrai, le syndicalisé de l’INRAP, le gros barbu a lunettes en veste fluo et chaussures de chantier, en train de degager des trous de poteaux dans la boue quelque part dans l’Yonne ! :)

    merci pour le fou rire ;)

  5. J’ai ri sur le Tumblr, j’avoue. Sinon, j’ai l’impression qu’un certain nombre de phrases alternatives cachées dans les images sont coupées.

  6. Il manque reddit, bien que bon, ça devrais probablement ressembler plus ou moins a 4chan (les images en moins).

  7. Dites, mon cher OC, c’est moi où à chaque fois que vous mettez le pied dans un lieu public, il y a les plus belles filles du monde qui viennent vous draguer (en vous rackettant votre cigare/votre champagne/et plus si affinités) ?

    Il serait bon que vous reveniez à la réalité : on n’est pas sur Artdeséduire, ici.

  8. Je vais faire le pisse-froid, mais le prologue m’avais fait espérer autre chose.

    Non pas que l’article soit désagréable en soi, hein, même si ça fait un peu « Les Unes bidons » de Ruquier le samedi soir, mais je crois qu’il y avait matière à un vrai sujet : nos générations actuelles vont laisser bien peu de traces de leur passage. Tout ce qu’on produit d’intéressant ou presque est conditionné dans des choses périssables (CD, puces informatiques, etc…). On est loin de la pierre de Rosette ou des amphores qu’on va voler au fond des criques.

    Pour ça que quand la poufiasse de l’intro dit que l’on vit une époque hyperdocumentée, j’ai aussi eu envie de la tarter…

    • Il y a toujours les monuments aux morts, les monuments tout courts aussi : la maison blanche, la tour Eiffel, la statue de la liberté… Et pour ce qui est de l’écrit, toutes les archives planquées ici ou là. Les amphores seront remplacés par les bouteilles de pinards enterrées dans les jardins ou les champs et la pierre de rosette par… un disque dur étonnamment ben préservé dans une gangue de boue (reste plus qu’à espérer qu’il n’appartenait pas à une bloggeuse de mode…).
      Ground zéro pour l’exemple est destiné à vivre très longtemps !

      • Les disques durs sont il me semble effaçables avec le temps :p (c’est un support magnetique en fait, et son « magnétisme » dominue au fil des années) … mais genre il diminue vite style dans 2000 ans yauras plus rien sur le disque ^^
        Il faut donc faire graver le Gorafi sur des obelisques en marbre -_- ! Le seul moyen de preserver notre savoir ! :p

  9. C’est là qu’on voit que vous avez quand même du budget, en France! En Belgique, on n’a même pas de modélisation 3D pourrie qui n’explique rien (la vôtre a au moins eu le mérite de me faire rire), on a un gars devant un graphique et 3 mots-clés qui n’expliquent rien de plus que le pauvre commentaire qui venait de dire la même chose (mais bon, une phrase de 10 mots, c’était peut-être déjà trop compliqué pour le spectateur de RTL, je conçois…).

    Vous avez oublié la séquence en direct qui montre du rien, aussi. Avec le journaliste devant un endroit (mais qu’on ne voit pas vraiment à l’écran) où il ne se passe plus rien (mais il y a 5 heures se tenait ici un truc ‘achement important). Et dans le noir, vu l’heure du JT. Bref, du claquage de pognon qui pourrait servir à du journalisme d’investigation, mais bon…

    Sinon, au rayon « souvenirs, souvenirs »:
    – Aaah, les photocopies pourries des cours d’histoire de l’art!
    – « J’ai besoin de gesticuler quand j’explique »: ça me rappelle une certaine IRL à Lille, tiens…

  10. Excellent retour sur notre « fabuleux » monde médiatique.
    Bon vous noircissez odieux, il existe encore des journalistes qui font leur travail… on les reconnait c’est ceux qui font des articles de fond que personne ne lil.

    • A propos: https://m.youtube.com/watch?v=kq5q17DDzJk&sns=fb. Vidéo de 12 min avec Michel, c’ est condensé mais ça envoie du lourd! Enfin tranquillement Michel est Belge.. ce serait sympa de placer ça au milieu du journal (tu vois Allya vous aussi vous avez des trucs chouettes :).

      Ce que je retiens c est qu on sait ce qu on ne laissera pas : du pétrole! J espère qu’ils en avaient pas trop l’utilité dans le futur (pour déterrer nos déchets, nos restes.. 9 milliards de gens en 2050 ça en fait des trucs à découvrir)

  11. Je savais pas que Dion Cassius avait imputé la responsabilité de l’éruption aux Titans dans son « Histoire romaine » et, après vérification, c’est bien vrai. Comme quoi on peut faire de l’humour en intercalant des références valides. Cela dit, Dion Cassius écrit un siècle et demi après les événements de Pompéi mais bon, c’est un détail de l’Histoire n’est-ce pas (comme dirait l’autre andouille) ?

    Je me posais également la question depuis pas mal de temps sur la manière dont les générations futures vont étudier notre époque. Déjà qu’avec la crise écologique, le néo-libéralisme et tout le bouzin on risque de pas vraiment être en odeur de sainteté mais alors avec la télé, Fessebouc et Touiteur, on va vraiment devenir une génération honnie…^^
    Il faudrait toutefois ajouter la question de la conservation des documents (après lecture des précédents comms, je suis pas le premier à le dire, mea culpa). Depuis 70 ans, les encres comme les papiers sont de qualité de plus en plus médiocre. De plus, nous multiplions les technologies de stockage de données (microfilms, CD, disques durs, etc.) qui deviennent rapidement obsolètes, sans oublier que ces supports ont une durée de vie de plus en plus limitée… Et la technologie numérique n’y change rien, si ce n’est dans la démultiplication à échelle industrielle du nombre de ces supports sur l’ensemble de la surface du globe.
    Non, quand on y réfléchit bien, nos ancêtres n’auront peut-être pas conscience de tout ça. Heureusement ? ;-)

    En tout cas, c’est toujours un plaisir de vous lire, cher M. Connard !

    • Effectivement, cher Dub, le changement de support de l’écrit, qui, à chaque époque, a entrainé une problématique de sélection des œuvres à conserver, risque d’écrémer cette masse titanesque de logorrhée putride (dont Dion Cassius aurait pu dire qu’elle était vomie par un titan planqué par Apollon, dieu de l’art bien ordonné, sous le siège de l’éducation nationale ou de Vivendi… mais je m’égare).

      Heureusement, je compte entreprendre la copie des œuvres d’Odieux sur papier de Fabriano à l’encre métallo-gallique de sorte que son génie lui survive au moins mille ans.

      • L’andra, l’andra… L’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs?

      • Sinon c’est l’Indre en Loire-Atlantique, la deuxième chambre du parlement suédois ou encore une juge de Roumania got talent. Du coup c’est un peu la classe, d’avoir une population aussi disparate qui pense à soi.

    • En ce qui concerne la conservation des documents et la courte durée de vie des supports, ça n’est pas uniquement une question actuelle : les films en 16 ou en 35 mm (voire le nitrate et sa haute dangerosité) ne sont pas pérennes. Les bobines perdent en couleur, tournent au vinaigre (littéralement), ont des cordes qui finissent par rendre le support illisible. L’industrie du cinéma (pas Hollywood et Nicolas Cage hein) et du numérique font des recherches et avancent quotidiennement afin de conserver ces films qui ont une valeur inestimable. Donc, il existe donc bien une volonté de pérennisation et de continuité de celle-ci car les films ne peuvent pas être numérisés trop de fois, vu qu’avec le temps ils se dégradent.
      Il ne faut donc pas confondre et croire que tout ce qui est support numérique est de mauvaise qualité et obsolescence programmée.

      • Chère Leslie,

        Si, c’est une question très actuelle pour Dub et moi-même, qui comparions la durabilité des anciens supports (parchemin et papier classique) avec ceux issus des technologies récentes (papier avec produits délétères, disquette, CD, clef USB, supports électroniques en tous genres). Il y a plusieurs transitions dans les supports utilisés par l’homme pour conserver un écrit. En Occident, celui du volumen en papyrus au codex en parchemin, puis celui du parchemin au papier et du manuscrit à l’imprimé (même si les deux formes se sont côtoyées plusieurs siècles). Au regard du sujet que nous abordons, les films que vous mentionnez sont extrêmement récents et nous les rattachons bien à la problématique ACTUELLE.
        Certes, la BNF et autres institutions gardiennes du savoir et de la culture s’ingénient à numériser tout ce qui leur semble périssable mais il n’en demeure pas moins vrai que cela sous-tend une sélection de ce qui sera transmis. C’est sur cette sélection, les modalités selon lesquelles elle s’opère, et continuera de s’opérer, que Dub et moi fantasmons gentiment.
        Nous ne sommes pas ennemis du numérique, comme le montre notre présence ici; nous nous interrogeons seulement sur des problématiques de conservation, car, si les très riches heures du Duc de Berry sont intactes, je ne crois pas que le système SPAR de la BNF le soit encore dans mille ans.
        Pour ce qui est de l’obsolescence programmée, elle touche toute la petite production universitaire, parfois négligée et pourtant utile au chercheur. Elle touchera aussi les correspondances papier ou numériques de nos tristes politiques (qui seront rappelons-le, les figures historiques de demain).
        Donc, vous avez le choix: soyez geek et nagez gracieusement dans les méandres des changements de formats et de supports jusqu’à vos derniers jours ou tournez-vous vers la tradition, en choisissant de l’encre et du papier traditionnels, ou du parchemin et des plumes si vous n’avez pas peur de décimer les bêbettes.

  12. Odieux ? Je vous aime…
    Non mais sérieusement !
    Il manque juste un truc dans votre article, une photo de p’tit chaton tout trognon ou de chat rigolo qui se vautre ! Et puis aussi toute la parte complotiste du genre (la couverture du point n’est qu’à peine représentative) :
     » – Nan mais la montagne qui explose à Pompeï j’y crois pas moi ! Tout ça c’est un coup de César pour augmenter les impôts !
    – Trop d’accord ! En plus, genre, une montagne qu’explose ? Et pourquoi pas la mer qui se soulève tant qu’on y est ! Ils nous prennent vraiment pour des ibères. Sinon, tu savais qu’en fait César c’est un homme-lézard ? J’te jure ! Il parait qu’il a été envoyé par les Titans depuis le Tartare pour soumettre tous les hommes ! » »

  13. Article très drôle, j’ai du étouffer mon rire et deux collègues pour ne pas me faire griller. Le chapitre sur France 2 vaut son pesant de cacahuètes.
    Vous ne manquez pas d’idées pour titiller Photoshop en ce moment, semble-t-il !
    Il ne manquerait que cette nouvelle tendance : publier les infos à l’état de rumeur, quitte à donner de la fausse information. Ou encore, plus grave, l’infos en direct à la mode qui a failli, si je ne me trompe, coûter la vie à une prise d’otage récemment.
    En tout cas félicitations !

  14. Bon OK c’est la dernière fois que je saute l’introduction romancée chiante quand le titre ne suffit pas à deviner le sujet de l’article.

    • Tout à fait d’accord, c’est tellement chiant de lire ce que l’Odieux écrit !

      C’est d’ailleurs pour ça que je suis là également, pour ne pas lire ce qui est écrit et préciser que c’est chiant !

      Vous pouvez appliquer le processus avec l’intégralité des livres de Marc Levy.

    • Ouais si il pouvait mettre que les blagues et enlever tout les trucs chiants comme les putains de mots dans les putains phrases contenus dans des putains de paragraphes, ça serait plus simple et agréable pour tout le monde.

  15. Excellent article, comme d’habitude! Mais étant archéologue et m’appelant Sarah j’étais légèrement perturbée tout au long de ma lecture…
    Ceci étant dit, c’est un sujet fascinant qui occupe pas mal de nos soirées bière-feu de camp sur les chantiers : quel avenir pour l’archéologie? Que trouveront nos successeurs et comment l’interpréteront-ils? Ca me rappelle la nouvelle de McCaulay « La Civilisation perdue » qui traitait le sujet de façon très satirique. Rien que pour ça, j’aimerais bien me faire cryogéniser, histoire de voir si l’ « hyperdocumentation » de notre époque résistera aux chutes des régimes et des systèmes, ou si les archéologues de l’an 3000 feront des typologies de bouteilles en plastique afin de les regrouper en aires chronoculturelles

    • Vous ne croyez pas si bien dire! Dans certaines zones du globe ou la sedimentation est tres rapide, les differents vintages de bouteilles de coca servent d’etalon pour la datation des differentes couches de sediments! Alors pourquoi pas un jour l’etude des bouteilles en plastiques qui en disent long sur notre societe? Regardez comme elles sont desormais plus fines, le bouchon moins haut pour economiser de la matiere, ecologie, technologie ou augmentation des marges?… en tout cas, il y aura bien un thesard en l’an 3000 pour nous pondre un truc la dessus!
      (Desole pour les accents, clavier etranger…)

  16. Vous avez oublié le chapitre ou les journalistes, sachant qu’il s’est passé quelque chose, mais ne savent pas vraiment quoi, font du meublage avec :
    – Est-ce un acte terroriste ? Pour l’instant, rien ne permet de l’affirmer, mais on ne peut pas exclure l’hypothèse
    – L’historique des précédentes éruptions, avec le nombre de morts
    – Les plans sur les gens en pleurs car toute leur famille est morte (plus facile dans le cas des catastrophes aériennes qu’en cas d’éruption, il suffit de faire un plan large dans l’aéroport)

  17. Tellement réaliste le passage 4chan que je me demande si en fait si ça n’existait pas à l’époque. Excellent (comme d’hab), vivement le prochain !

  18. Cher Odieux,
    Grâce à votre article j’ai pu me rendre compte que déjà à l’époque romaine, TF1 bidonnait ses reportages (un scandale !) ; puisqu’il m’a semblé reconnaître que la feu-maison de Caïus-le-pauvre-négociant-en-vin-local se trouvait à Pompéi, alors que les gens tous gris qu’il a soit disant trouvé dans son jardin ressemblent à s’y méprendre à des Herculanumiens…

  19. Enfin, le retour du personnage d’Odieux Connard lui-même. Ça faisait longtemps, tout de même.

  20. Cela me rappelle un livre que j’avais lu gamin : « La Civilisation perdue : Naissance d’une archéologie »…

  21. C’est « 4chan », Connard. Pas 4Chan. Et d’ailleurs ça ressemble plus à /pol/ qu’autre chose.

  22. Relisez « la planète des singes » pour avoir une idée de ce qui restera de notre civilisation…

  23. Je suis sûre qu’il y a un article de l’OC où des archéologues du futur élaborent des théories après avoir retrouvé des cadavres de jeunes femmes enterrés dans les bois entourant Paris. Ils pensent que notre civilisation pratiquait le sacrifice humain et vénérait des pelles. Ca dit quelque chose à quelqu’un ? J’ai cherché un peu mais je n’ai pas le courage de passer à travers tous les articles (316 quand même !).

  24. Diantre, le lendemain de votre article, un volcan entre en éruption.
    Vous penserez à m’envoyer le prochain tirage du Lotto, à l’occasion, ô Grand Prophète?

    • Mais alors pas du tout. C’est arrivé le lendemain du jour où j’ai pété sur mon balcon (effet papillon tout ça).
      Si tu veux je t’envoie les prochaines questions pour la sélection de Questions pour un champion.

  25. Superbe, cher Odieux, si je n’étais odieuse moi-même en vous faisant remarquer qu’on ne met jamais de verbe au futur après « si », et qu’il ne faut pas dire « parce que si elle aura » (à la fin de l’article) mais « si elle a », « bien qu’elle ait » ou « quand bien même elle aura ». Bien à vous.

    • La règle du « les scies n’aiment pas les raies » souffre des exceptions ! La plus courante est l’interrogation indirecte (« je ne sais pas si je serai là »).
      Une forme plus rare, mais néanmoins correcte, est celle que l’Odieux emploie ici : le « si de concession ». Une citation que je suis allé pêcher pour expliquer mieux que moi :
      « Lorsque si exprime non pas la condition mais la concession, la subordonnée est parfois au futur ou au conditionnel : si cela nous étonnera toujours, il reste qu’il a accompli cet exploit ; si on souhaiterait plus de précision, son exposé est convaincant tel qu’il est. Cette construction, qui ne se rencontre que dans le registre très soutenu, est parfois analysée comme une ellipse de s'[il est vrai que], s'[il faut admettre que]. »

      • Ahlala… Un brave nécromancien démonte l’académie française tout bien comme il faut: en rappelant à la loi une des vieilles liches de cette sinistre institution, et c’est tout ce que un demi-hipster branleur trouve à en dire. Monde de merde.

      • La culture, c’est comme le « dulce de leche », moins on en a, plus on l’étale…

      • Il me semble que le poisson scie est apparenté à la famille des raies. Donc ça fonctionne. CQFD

    • Ipp, votre onanisme ne regarde que vous et votre main, n’incluez pas les autres dedans! Et à dire vrai, je plussoie NecroX: avant de se faire le parangon de l’académisme, il s’agirait déjà d’apprendre les bases de la grammaire française. Être odieuse, cela se mérite!

      • ‘On’ est indéterminé :)
        Le ‘On s’en branle’ parce que parce que ça me soule dès que quelqu’un veut ramener sa science. L’oc devrait faire un article sur ces blaireaux.

      • Si vous n’êtes pas intéressé personne ne vous oblige à lire et à être malpoli. Au moins ce qu’il à écrit peut intéresser certaines personnes. Alors que vous, non.

      • Ipp, ce n’est pas parce que quelqu’un décide de faire partager ses connaissances qu’il ramène nécessairement sa science, on peut tout de même faire une nuance non ?
        Lady of Shalott, puis-je vous dire que j’adore votre pseudonyme ? Les préraphaélites il n’y a que ça de vrai ! :)

      • Je vous remercie, Julien. J’ai toujours eu un faible pour la poésie anglaise du XIXème. Et, bien entendu, les préraphaélites me charment toujours autant en dépit du kitch néo médiéval et renaissant qu’ils représentent sans retenue. Rêvez-vous, comme moi, de disposer du budget du land de Bavière pour faire ériger des monuments de bon goût? Avouez que nos contemporains auraient bien besoin d’un peu d’édification esthétique.

      • Oh, les préraphaélites, kitsch ! (Bon, peut-être un peu, certes)
        Mais que voulez-vous, ça doit être mon côté romantique qui fait que j’adore ces peintres (on m’a déjà dit que j’étais un Emma Bovary au masculin, je les crois sur parole !)
        Oh oui, comme notre temps a besoin d’esthétique, je vous l’accorde sans hésitation ! (Le budget du land de Bavière était très spirituel, j’ai bien ri !) Pas seulement en peinture ou en sculpture d’ailleurs ; au cinéma par exemple, on ne voit aujourd’hui plus guère de films comme Lawrence d’Arabie ou Un été 42 (quel film merveilleux), les épiques récits de notre Connard favori en témoignent !
        Je ne connais guère la poésie britannique du XIXème siècle, auriez-vous des conseils pour un débutant ?

      • Mais bien entendu, jeune homme. Bien que j’excècre Emma Bovary (Moi, c’est plutôt Hérodias), mon skype (que vous devriez pouvoir trouver sur mon profil) est à votre disposition. L’avantage de skype, c’est que vous pouvez être certain qu’il n’y aura pas de GHB dans votre verre!

  26. Ah… Le retour de l’Odieux Connard, et en très grande forme ! Cela valait largement le coup d’attendre quelques jours de plus ! Vous n’imaginez pas mon grand sourire quand j’ai vu que vous aviez publié un nouvel article – sourire qui s’est bien vite transformé en rire, comme il se doit ! Je pense que ma partie préférée est celle de TF1 ; « des ruines » au tout début est criant de vérité, on s’attend à presque à entendre la voix désincarnée de service !

    • Ah non non ! Personnellement je l’ai entendue la voix, moi, quand j’ai lu « des ruines ».
      J’en rigole encore.

      Par contre – et là je pleure un peu – là où je prends conscience que cette succube de TF1 est une gigantesque machine à laver les cerveaux c’est que
      1) je ne suis pas français (donc je passe potentiellement moins de temps devant une chaîne française qu’un gaulois)
      2) ça va quand même faire 7 ans que j’ai coupé mon câble TV et que je n’ai plus subit un JT à la con ou une émission de télé-réalité…

  27. vous avez juste oublié le débat pro-fn largement répandu sur la yahoosphère qui prédira le pire aux futurs archéologues..

  28. Mais qui nous dit qu’il y aura des générations futures ?
    Archéologie stochastique ?
    Perso, j’ai un obélisque digne de la Concorde mais personne ne vient le visiter !
    Je découvre ce blog et ça fait du bien !

  29. Au fait, Les franc-maçons Numides ! Superbe enchaînement, presque digne de moi( ou d’un autre grand).

    • hum, ça me fait penser à Uderzo:
      « Il ne faut pas parler sèchement à un Numide! »
      (calembour-calembour! humour potache, quand tu nous tiens)

  30. Les reportages TV sont très proches de la réalité, bravo ^^
    Mais que de mauvaise foi : M6 et BFM aussi affectionnent les modélisations 3D de qualité !

  31. Excellent comme toujours! cependant une petite observation: ne serait-ce pas « Dhoom 2 » et non pas « doom 2 »?

    • Au contraire! C’est un conte de fée! Sans doute la diffusion du film Cendrillon dans les salles obscures aura-t-elle inspiré à l’OC ce scénario plein d’optimisme:

      Une malheureuse étudiante en archéo (oui, parce que des archéologues jeunes en robe échancrée, on en voit peu dépasser le stade de chargé de TD), une malheureuse étudiante en archéo, donc, aperçoit, parmi les convives ennuyeux aux discours convenus de ce vernissage d’exposition, la silhouette svelte et altière d’Odieux. Cet archétype édifiant de l’élégance masculine, absorbé sans affectation par une œuvre d’art multi-millénaire, l’attire, comme la lumière attire l’éphémère dans l’obscurité… Mais cette demoiselle, pleine de sa propre importance, essaie d’éblouir l’objet de son désir, inconsciente, dans sa vanité, de sa sombre bêtise. Or, la nuit de l’esprit ne saurait éblouir la lumière de la connaissance. Et c’est ainsi que se fait jour l’altruisme d’Odieux, qui, dans sa grande mansuétude, prend sur son temps précieux afin de guérir la pauvre aveugle. Par son logos purificateur, il illumine l’intelligence de la donzelle, il éclaire l’horizon et lui montre la voie! Pâmée d’extase, la jeune femme suit son maître, reconnaissante au delà de l’exprimable. L’Odieux Connard, dont la générosité est sans limite, ne rejette pas cet être inférieur et l’emmène avec lui vers de nouvelles révélations.

      La même trame que Cendrillon, sauf qu’au lieu d’un couillon riche et couronné, c’est un honnête homme des plus raffinés qui emmène une miséreuse dans son carrosse.

    • Ici tout est de bon goût Mademoiselle (Oui j’ai un peu honte de cette référence).

      Vous allez me dire que faire une blague pédophilo-incestueuse est de mauvais goût également peut être ? Vous êtes intolérante !
      Il faut respecter les choix de vie des gens !
      Si l’odieux a besoin de cogner de jeunes femmes avec une pelle jusqu’à ce que mort s’ensuive, c’est son choix de vie !
      Non mais, il n’y a plus de respect des différences !

  32. Excellent,il ne manque peut être qu’un l’article de Science Et Vie ,magazine qui a réussi en vingt ans à passer du statut de journal de vulgarisation scientifique de référence à celui de concurrent direct de « Voici »

    • Spoiler un tel chef-d’œuvre!? Mais vous n’y songez pas, malheureux! :p

      D’ailleurs vous faites bien d’en parler: il faut que j’aille le voir avant que notre camarade O.C. mette sa plus belle cravate rouge et sorte de son manoir avec son petit carnet et stylo pour se diriger vers le multiplexe le plus proche.

      • Petit conseil: ne vous attendez pas à mieux que le 1 (si vous l’avez aimé, ce qui personellement est mon cas malgré l’épaisseur ridicule du scénario).
        Age of Ultron est…différent (mais le scénario est mieux). Un très bon film, de très bonnes qualités; mais aussi de gros gros défauts.
        Et je suis persuadé que le sieur Connard a de la matière pour faire un bon pavé dessus :)

  33. Excellent, comme toujours, et je suis ravi de ne pas être le seul à trouver pénible cette manie de préciser le nombre de français victimes lors d’une tragédie. Comme si la nationalité faisait vraiment une différence quand survient un drame.

    Par contre, rien sur le Figaro et Valeurs Actuelles?
    A moins qu’une note bis soit prévue…

    • Fusse-elle pénible, cette manie relève malgré tout de l’information !
      Contrairement à ce running gag qui consiste à demander aux proches de la victime « Que ressentez-vous ? », voire le fameux « Êtes-vous triste ? ».

      J’attends qu’un interviewé un peu plus lucide que la moyenne réponde « Je suis à la fois triste et exaspéré de constater que les journalistes des chaînes nationales soient réduits à poser des questions aussi bidons à la fois par incompétence et par envie de jouer sur l’émotionnel ».
      Mais bon là je rêve un peu, une réponse aussi pertinente serait sans doute coupée au montage final …

    • Les français ne sont pas tous présentement sur le sol français.
      Les informations sur le nombre de victimes françaises permet que les familles et les proches sachent si elles doivent ou non s’inquiéter pour un français résidant/voyageant/etc aux alentours de l’endroit du drame.
      Donc, non la nationalité ne fait pas de différence dans un drame, mais l’information sur le nombre de français mort reste néanmoins pertinente.

    • Ce qui me choque les plus, c’est le décompte idiot du nombre de victimes en général…
      Le premier article que j’ai lu « 74 victimes »…Hé mec, tu vois la ville, tu sais comment elle est construite, tu sais qu’il y a deux millions d’habitants dans la vallée, tu te doutes qu’il faudra des semaines pour comptabiliser..Quel est l’intérêt, au fil de la journée, de mettre à jour les articles « 74 victimes, 116 victimes, 178 victimes, 230 victimes » quand tu sais que ça se comptera en milliers voir en dizaine de milliers? C’est quoi ce décompte morbide? Une petite info sur la géographie et l’état des bâtiments est peut-être plus instructif non?

      • Rhaaaa mais arrêtez d’utiliser le mot « instructif »! Ce serait une insulte au travail de la plupart des journalistes!

    • Il s’agit de la loi du mort/km : plus la tragédie est proche, plus cela va intéresser les gens, plus ils se sentiront touché par cette tragédie. Lorsque l’évènement est lointain où qu’il ne touche pas directement un pays, cette indication permettra de donner une note nationale au niveau de l’information et se justifier d’en parler, pour s’étendre donc sur des détails morbides et des interviews voyeuristes. C’est une des premières règles étudiées en journalisme.

      (Généralement, les familles et amis, en tout cas au moins un proche, savent si ils doivent s’inquiéter de la personne voyageant dans le pays et contactent donc les Affaires Étrangères qui seront les premiers informés).

  34. Article splendide !
    Au final, les archéologues de demain ne creuseront plus le sol, ils creuseront Internet.
    Au lieu de chercher n’importe quoi d’ancien, ils devront trouver quelque chose d’intéressant parmi un tas de conneries (Loin de moi l’idée de vous offenser Odieux Connard) anciennes.

  35. Je suis assez déçu de ne pas avoir eu un aperçu du « On ne sait pas ce qui se passe, mais on va quand même faire une information continue histoire de répéter des banalités affligeante mais faire de l’audience car le Français est con et veut suivre sans arrêt le même événement »…

    Le suivi de l’attentat de Charlie Hebdo sur Itele et BFM tele était un tel chef d’oeuvre de journalisme…

    « On ne sait rien de plus qu’il y a 10 minutes, alors on va interviewer des passants qui vont pouvoir dire qu’ils sont choqués »
    Cette personne est choquée par un attentat à côté de chez elle ??? Si elle avait déclaré que ça lui donnait faim, la ça aurait été surprenant et digne d’intérêt !

    • « Si elle avait déclaré que ça lui donnait faim »
      Oh punaise! J’imagine:
      « alors, que pensez-vous de cette prise d’otage par un groupe islamiste qui a lieu à l’instant? » -> « boarf, ça me donne juste envie d’aller manger un kebab »…

    • Itélé:
      7H02. Explosion à Pompei. Au moins 4 morts. Bilan non définitif
      7H13. En direct notre correpsondant à Bagdad: l’eplosion serait peut être l’oeuvre de Daesh.
      7H24. Explosion à Pompei. 12 morts. Le bilan s’alourdit. bilan non définitif
      7h35. Des experts pensent à l’accident industriel, des amphores de vins et de ma manure, toutes deux produites localement auraient pu explosés suite à une erreur de manutention.
      7h46. Explosion à Pompei. 134 morts dont 7 gaulois. bilan non définitif.
      7h57. Notre envoyé spécial sur place: Ici c’est ce’est le chaos, y’a le feu et des cadavres. hastag InfoTotale Yolo. Les gens manquent de tout, les secours sont dépassés, c’est une catastrophe.

      (je fait que la première heure, après c’est facile on recopie, on change les heures et les chiffres et on tient le truc toute la journée)

      • Non mais bon, là George, y a de l’abus: vous avez copié-collé les news Itélé sur le tremblements de terre au Népal … c’est trop facile!

  36. Ah Le Grand Journal (et le reste aussi bien sûr), c’est tellement, mais tellement ça !! Merci :-)

  37. J’imagine déjà le titre du bouquin d’archéologie sur les années 1950-2080 :
    Les barbares hédonistes : Rois gloutons et moutons con-sot-mateurs,
    portraits socio-psychologiques des peuples du « Crétincé inférieur »

  38. Encore un complot de Trans-Cis-E omega 12 pour décrédibiliser les francs massons végétariens.

  39. Pingback: Comment les médias actuels auraient-ils couvert l’éruption du Vésuve en 79 ap. J.-C. ? | Arrête ton char·

  40. Car à la vérité, ainsi que l’énonça le très juste Gab Roy en un temps qui, chaque jour, s’éloigne de nous :
    « Dans 10.000 ans d’ici les archéologues du futur
    vont fouiller dans nos ordis pour comprendre notre culture.
    Que trouveront-ils ? Des concertos, des œuvres d’art ?
    Nan, des pics de chicks dans l’mirroir… »

  41. En même temps, l’histoire des journalistes c’est l’histoire des colporteurs.
    Quant aux réseaux sociaux, ils approchent la confrérie ou la secte à bien des égards.
    De quoi passionner les conspirationnistes les plus avertis.

    Quant aux historiens et autres archéologues, je ne me fais pas de soucis pour eux : ils découvrirons avec stupeur comment l’humain du XXIème siècle pouvait changer de sexe, pratiquer l’IVG (ou la congélation), allonger ses membres même les plus gélatineux…
    Et ils se diront que Jessica et Jordan n’étaient pas si attardés pour leur époque.

  42. J’adore le concept !
    Pour BFM, il manque un bandeau qui n’a rien à voir, du style : « Les Augures de Rome prédisent au nouvel Empereur Titus un règne d’au moins XXXV ans » ou « Le Sénat regrette que le Colisée ne soit pas livré à temps pour le dernier hommage à Vespasien. »
    Du coup ça donne envie de lire les infos de toutes les époques, genre le titre d’un n° du Figaro en 1095 : L’alerte d’Urbain II que la Chrétienté doit entendre : « Aujourd’hui on peut clairement dire que l’Islamisme menace tout le Moyen-Orient ! » ou la une de l’Aristocrate Lorrain : « Monsieur de Bouillon, occupez-vous des famines plutôt que des Arabes. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s