Wehrmacht contre chef indien

Certes, ce sont les vacances, mais tout de même, ce n’est pas une raison pour se relâcher.

Tenez, prenez le petit Joseph Medicine Crow, un jeune Amérindien qui devait passer l’exam’ pour devenir chef de guerre. Quand on lui a dit qu’il allait devoir voler des chevaux, piquer des fusils, et tabasser ses ennemis à mains nues sans les tuer afin d’obtenir le titre officiel, croyez-vous qu’il s’est dégonflé au motif qu’on était en pleine Seconde Guerre mondiale et qu’en face il y avait des mitrailleuses, des tanks et des avions allemands ?

Non, il est parti pour l’Europe, et il a eu son examen de chef avec mention.

Ce qui créa une certaine confusion chez les Allemands lorsqu’ils se retrouvèrent à affronter un chef indien leur demandant où il pouvait trouver des chevaux à leur piquer.

Voici l’histoire de Joseph Medicine Crow, un Amérindien taquin.

Bon visionnage.

16 réponses à “Wehrmacht contre chef indien

  1. -J’ai connu un indien asiatique, il venait des État-Unis.
    -S’il venait des États-Unis il était amérindien alors, pas asiatique.
    -Mais si, il s’appelait Joseph.
    -Il y a des amérindiens qui s’appellent Joseph.

  2. Contrairement à certains préjugés tenaces, les chevaux étaient encore très utilisés par presque toutes les armées, durant la 2e guerre mondiale. Autant pour la traction des pièces d’artillerie, que le ravitaillement, la reconnaissance (un cheval ça fait moins de bruit qu’un véhicule à moteur), ou la transmission.
    Tout simplement car si beaucoup de pays industriels rêvaient d’avoir des armées entièrement motorisées, leur industrie n’avait pas la capacité de produire les quantités de camions nécessaires. Il n’y a finalement que les Etats Unis qui parvinrent à cet objectif, grâce à leur industrie automobile (à noter qu’ils gardèrent quelques unités montées, parce que … nostalgie peut être ?).
    Pour les Allemands, en 1940 ils étaient loin d’être entièrement motorisés. A part les divisions de pointe (qui l’étaient largement pour des questions de rapidité), les autres faisaient un peu comme elles pouvaient. Et en 1944-45, les chevaux étaient encore très utilisés à cause de la pénurie d’essence … (ils ont peut être essayé de mettre du foin dans le réservoir de leurs camions Opel ?).

    Donc oui, voler 50 chevaux, pourquoi pas ^^. Ca me choque pas. Mais l’anecdote est très amusante, chapeau bas au chef.

  3. « Toucher un ennemi de la main sans le tuer » : il y avait plus simple (© Des chiffres et des lettres). Il suffisait de toucher de la main un ennemi déjà mort.
    Sous vos applaudissements (© L’école des fans).
    (Je pressens que mes © entre parenthèses trahissent que mes jeunes années sont assez loin derrière.)

  4. Et ils ont mangé … des chips.

    Incroyable histoire, dommage que les chiards ne trouvent pas cela dans leur cahier de vacances.
    Merci cher Odieux.

  5. Enfin le retour du petit théâtre des opérations!Et autour de la Seconde guerre mondiale qui plus est!
    Incroyable comme d habitude…Il en faut du courage et du talent pour rentrer chez soit en 1942!Surtout avec une check liste a effectuer!

  6. Très intéressante histoire ! (bon depuis la bataille de Little Big Horn, ce n’est pas la 1ère fois que des Amérindiens pouvaient toucher leur bille contre des armées modernes, mais là, respect^2)

    • J’ai bien peur que l’histoire d’un Natif couillu passe loin dans leur liste de priorités, derrière 1) S’assurer les bonnes grâces de la « plus grande usine du monde » et 2) Nous prédire la catastrophe écologique globale (et d’origine humaine bien sur) à peu près tous les 6 mois.

  7. Vous baissez, cher Odieux, vous baissez…et ce petit théâtre est de plus en plus celui de l’inutile. Ressaisissez vous que diantre !!

  8. J’attends avec impatience les illustrations de Monsieur le Chien dans le prochain volet du PTDO en bédé !

  9. Heureusement qu’il n’a pas eu cette épreuve

    Un jeune Indien arrive à l’âge de la cérémonie d’initiation, celle après laquelle il pourra dignement figurer parmi les guerriers de sa tribu. Les shamans se réunissent pour décider épreuves que le jeune
    ‘Aigle-Au-regard-perçant-à-la-Force-De -Bison-mais-Aussi-stupide-qu’une-poule’ devra traverser.
    Le shaman annonce:
    ‘- Hugh! Tes épreuves seront au nombre de trois:
    — Vider d’un seul trait un tonneau d’eau de vie!
    — Tuer à main nues un ours des montagnes!
    — Parvenir à violer la belle squaw indomptable ‘Dame-renard’
    Wow! J’ai parlé’

    Le jeune indien attrape le tonneau d’eau de feu et le vide d’un trait. Il se tambourine sur la poitrine et part en titubant vers la forêt à la recherche d’un ours.

    Toute la nuit durant, les montagnes résonnent des hurlements rauques mêlés du jeune homme et de la bête.

    Au matin ‘Aigle-Au-regard-Etc…’ revient au village, un peu égratigné, et annonce d’une voix virile:

    ‘Qu’on m’amène maintenant cette squaw que je dois tuer à mains nues!’

    • Une explication scientifique au dépeuplement de certaines tribus ? (ok c’est mal, j’ai honte…)

      Sinon l’ours était je suppose un mâle : ouf, de nombreux huissiers de justice et militant(e)s auront échappé à un enterrement hâtif au fond des bois…

  10. il n’y a même pas une référence à Winnetou???

    pourtant pour les allemands de cette époque (et d’après aussi) indien = Winnetou ;-)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.