Le dernier chasseur de spoilers

« Alors docteur ? »

Les yeux tristes du médecin jettent un dernier regard par dessus son épaule avant qu’il ne ferme la porte de la chambre du malade derrière lui. Il soupire, alors qu’il s’apprête à rendre ses conclusions au malheureux Diego.

« Son état empire. Il n’était pas prêt. Des années sans Nicolas Cage, c’était déjà difficile. Mais là, plusieurs mois avec les cinémas fermés et les sorties reportées… je suis désolé. Votre employeur est tout simplement en manque de mauvais films. Il y en a trop peu de disponibles en ce moment. À force d’en voir, c’est devenu une véritable addiction. Le sevrage a été trop rapide. 
– Mais ? Ne peut-on rien faire ? Peut-être augmenter les doses de brandy en intraveineuse pour atténuer la douleur ?
– Ce ne serait pas raisonnable. Il est déjà à 0,3 Gérard Depardieu. C’est plus que ce que la plupart des humains peuvent endurer. Je crains qu’il ne faille vous préparer à perdre votre employeur. Vous devriez aller lui dire quelques mots. »

La tête de Diego s’enfonce entre ses épaules, alors que des larmes viennent mouiller le coin de ses yeux. Ses jambes tremblent tout autant que ses mains, et ce n’est que parce que le médecin pose une main compatissante sur son épaule qu’il trouve la force de tourner la poignée de la chambre de son patron. À peine la porte est-elle entrouverte qu’il s’avance timidement jusqu’au bord du lit.

« Patron ? »

Sa seule réponse est une expiration aussi sifflante que douloureuse. Le médecin, lui, s’est avancé derrière Diego. Ce dernier lève vers lui des yeux où les questions se mêlent au désespoir.

« Est-ce qu’il peut m’entendre ? Parler ?
– Il dit des choses parfois. Mais elles n’ont aucun sens. »

Des lèvres sèches du malade s’écoulent péniblement des paroles dont seules quelques bribes sont compréhensibles.

« … le réveil est rare parce qu’il court dans la foulée… sa précieuse évasion est rouge jusqu’à la fin… la vue de la flamme ne suffit plus sur les murailles..
– Peut-être que cela signifie quelque chose ? Qu’il y a un sens caché à ses paroles ? tente Diego d’une voix qui tremble sur le fil d’un maigre espoir.
– … le monde a besoin de l’opinion politique de Pénélope Bagieu…
– Ah non, vous avez raison docteur, ça ne veut rien dire, corrige Diego. Il est temps de l’euthanasier, il n’aurait pas voulu finir comme ça.
– Attendez. Il reste peut-être un dernier espoir, intervient le médecin. Un traitement expérimental… »

La main du médecin tremble à son tour, alors qu’il la plonge dans sa sacoche. Et d’un geste lent, il sort un DVD du film Le Dernier chasseur de sorcières.

« Qu’est-ce que c’est ?
– C’est un film avec Vin Diesel. En l’absence de Nicolas Cage, la science le considère comme un substitut. Peut-être… peut-être est-ce que cela pourrait suffire à donner à votre patron la dose de mauvais film dont il a besoin : 90 millions de dollars de budget, un casting avec Michael Caine, Elijah Wood & autres et ce rien que pour les personnages secondaires. En temps normal, nous interdisons la diffusion de ce genre de films aux patients, mais dans ce cas, je… »

Les deux hommes poussent une exclamation de surprise lorsqu’une main se saisit promptement du DVD.

« Patron ? Patron, vous nous avez entendu ! s’exclame Diego.
– Dois… voir… daube… 
– Oui patron ! J’amène le lecteur tout de suite ! Mais allez-y doucement, hein ! Ne vous faites pas trop de mal !

Diego s’enfuit d’un pas leste pour aller chercher l’antique machine qui permettra de lire ce film sorti tout droit des entrailles du temps – 2015, une époque où l’on n’avait dans le royaume de France ni masques, ni seconde coupe du monde – et qui était passé entre les mailles du filet de votre serviteur. Alors, Vin Diesel peut-il se substituer à Nicolas Cage ?

Bon, tout de suite, je vous dis non, cette rubrique n’a pas le mot « spoiler » dans son titre pour rien mais voyons voir s’il fait au moins un ersatz correct.

Spoilons, mes bons !


L’affiche : ni flammes, ni pluie de cendres, mais Vin Diesel. Ça compense.

Notre film s’ouvre sur une petite troupe qui randonne au milieu de montagnes enneigées.

Approchons-nous un peu, afin de découvrir qu’il s’agit de Vikings, les redoutables hommes du nord, ici menés par un prêtre catholique parce qu’à un moment, bon, Thor, c’est bien gentil, mais la suite logique à l’adoration du dieu des marteaux, c’est évidemment celle du dieu qui aimait les clous. Toute cette troupe arrive jusqu’à un immense arbre perdu au milieu des montagnes, si énorme et tordu qu’il n’a pas l’air bien naturel.

Le prêtre s’arrête devant l’arbre, et tout en bénissant la troupe, il se lance dans un petit discours.

« Bon, les amis, vous connaissez le topo : nos familles sont mortes de la peste. Et qui apporte la peste ?
– Les rats ? Les puces ?
– Mais enfin, non, Roudouknout ! Ça suffit de dire n’importe quoi ! Le problème, ce sont les sorcières ! Des femmes, et rouquemoutes avec ça ! Comment pourrait-on penser un seul instant qu’elles sont innocentes ? Alors vous rentrez dans l’arbre, et vous me butez tout ce petit monde, jusqu’à avoir tué la reine sorcière, leur grande patronne ! Comme ça, plus de peste !
– Mais mon père, sachant que leur planque c’est un gros arbre tout sec, on ne pourrait pas tout simplement y mettre le feu ? Comme ça, on reste ici tranquille, on ne risque pas nos vies, et en plus, on peut se réchauffer. C’est joindre l’utile à l’agréable, non ?
– Alors oui mais si les sorcières ne brûlent pas dans l’affaire ?
– … on parle de rouquines, mon père. L’été dans le sud de la France, un incendie sur trois est causé par une rousse ayant oublié son chapeau.
– Oui, bon, hein, oh, hé, on va suivre mon plan quand même ! C’est qui le curé ici ? Alors il suffit ! »

Le prêtre agite sa puissante crosse catholique, et d’un bon coup de croix bien ajusté, assomme cet hérétique de Roudouknout qui ose contredire la parole divine. Cela fait, il ordonne aux autres Vikings de rentrer dans l’arbre histoire d’aller claquer de la sorcière. Hélas pour eux, les sorcières n’aiment pas trop qu’on rentre chez elles à pas d’heure sans même essuyer ses grosses bottes neigeuses sur le paillasson. Aussi, alors que les hommes du nord s’égarent dans le labyrinthe intérieure de l’arbre, elles les encerclent et apparaissent sous leur véritable forme : celle de femmes décharnées et suffisamment fripées pour obtenir un abonnement gratuit à Nous Deux. Et elles envoient quantité de sortilèges sur les soldats du Christ : et vas-y que je t’empoisonne en faisant jaillir des épines du bois de ta propre hache, et que je te griffe la tronche de loin et sans risque, et que je te donne envie de te gratter le dos alors que tu es en armure (leur cruauté n’a pas de limite), etc.

Hélas pour ces dames, il y a parmi eux un soldat pas comme les autres. Un guerrier qui ne se laisse pas avoir, et qui ayant enduit son épée de liquide inflammable, distribue des coups de fer enflammé en tous les sens. Ce guerrier, nous l’appellerons…

Viking Diesel.

Voyant que le bougre esquive les sorts de combat, la reine des sorcières décide de s’en charger en personne et de… je… ma foi, de l’isoler pour l’attaquer en duel. Et surtout, d’utiliser ses sortilèges les moins dangereux comme « la racine qui fait des croche-pieds » ou « les illusions pour rigoler » et autres sorts de niveau 1, tout en débitant son grand discours sur pourquoi elle est méchante.

« Vous autres, humains, vous polluez la planète, à habiter dans des maisons de pierre, la peste nettoiera ce monde votre abomination…
– Pardon ? Attendez madame, vous faites ça parce que vous êtes écolo ? Vous vous rendez compte qu’on est au moyen-âge ? Non parce que notre empreinte carbone à l’heure actuelle, elle se limite à la respiration un peu forte des paysans qui triment dans les champs. Alors qu’avec la peste, on doit faire des bûchers pour les corps, et là madame, je peux vous dire que j’y mettrais pas mes merguez tant ça fume.
– Qu’impôôôrte ! La fumée de vos bûchers n’est qu’un signe de plus pour la néphélomancienne que je suis car…
– Mot compliqué ! Naaaan… bobo têtête ! Stop ! »

Et Viking Diesel met fin à la conversation d’un bon coup de hache dans le bidou de la madame, avant de mettre le feu à l’arbre autour de lui parce que ah tiens, oui, en fait, ça marche. Mais la reine sorcière n’est pas tout à fait morte. Et parvient à se saisir du cœur de l’ami Diesel.

« Ah ! Je meurs, mais toi, toi qui comptais mourir ici pour venger tes enfants tués par la peste, je te condamne à vivre ! À vivre éternellement ! Tu seras immortel !
– Quoi ? Mais c’est pourri comme malédiction ! Et puis attendez… si je vis super longtemps, quid de mon empreinte carbone à moi ? »

La reine sorcière se dépêche de se transformer en cendres pour ne pas répondre à la question, tant elle vient quand même de laisser un Diesel tourner sur Terre pour l’éternité, ce qui est moyennement compatible avec ses vues écologiques.

Cela fait, bondissons justement dans le temps, et rendons-nous de nos jours, à bord d’un avion de ligne en pleine tempête.

Car à son bord se trouve Viking Diesel, qui a perdu sa barbe et ses cheveux, et porte désormais de petites chemises kikinoutes. Mais ce qui l’inquiète dans l’immédiat, ce ne sont pas ses problèmes capillaires : c’est plutôt que la tempête qui entoure l’avion lui parait suspecte. Il souffle donc sa grosse haleine contre le hublot, et un signe ésotérique apparaît dans la buée. Ce qui signifie deux choses : soit quelqu’un est en train d’user de magie de l’air, soit un petit rabouin a mis ses gros doigts sur le hublot pour dessiner un pentacle. Probablement un métalleux, un rôliste, ou toute autre créature tout aussi méprisable.

Mais en l’absence de cédé de Sabaton ou de dé 20 coincé entre les sièges, Viking Diesel penche pour l’option magique. Reste à trouver qui joue à pourrir les prévisions de Louis Bodin.

Il se saisit d’une agrafe, la plonge dans un verre d’eau, et hop, cela lui indique une direction. Notre héros remonte l’allée centrale de l’avion, et finalement, cela lui pointe une jeune passagère au style rebelle. Sa boussole détecterait-elle les révolutionnaires en carton ? Auquel cas, mieux vaut qu’il reste à distance des plateaux de France Inter. Mais qu’importe : Viking Diesel s’assoit à côté d’elle. Et remonte sa manche pour révéler un bracelet de cuir gravé de runes. À cette vue, la jeune femme se met à suer à grosses gouttes.

« Un… un bracelet moche ! Vous êtes le genre de monstre qui finance les stands à bracelets avec prénoms dans les boutiques à touristes ! C’est odieux !
– Nan, regarde mieux.
– Ah, ouf, non, vous êtes juste le  célèbre chasseur de sorcières, je reconnais ces symboles !

– C’est moi. Mais tout le monde m’appelle Baboulinet, je sais pas pourquoi.
– Écoutez, je n’ai rien fait de mal !
– Tututu… ce n’est pas ce que dit ma boussole à p’tits bâtards. »

Et Diesel de montrer son verre d’eau avec une agrafe pointant vers la jeune femme.

« Que ? Mais ? C’est fiable votre truc ? 
– Les agrafes sont très intelligentes, ne les sous-estime pas. C’est même pour cela qu’on les retrouve énormément dans l’administration.
– … bon, qu’est-ce que vous me voulez ?
– Tu vas me donner ce que tu as dans ton sac et qui provoque cette tempête. »

La jeune femme bougonne, mais sort en effet plusieurs pierres enroulées ensemble dans un petit bout de tissu. Viking Diesel roule des yeux.

Selon moi, l’agrafe détecte surtout le champ magnétique de quelqu’un qui a beaucoup trop de piercings.

« Ooooh l’autre, elle a des pierres élémentaires et elle les met toutes ensemble dans son sac ! Elle est bêêête ! Attends, regarde, je les sépare et… hop, voilà, tempête finie.
– Ah oui d’un coup, ça va mieux. Merci monsieur Diesel. Vous allez me dénoncer à l’ordre des sorcières pour avoir merdé ? Ou… ou me tuer ?
– Nan, j’suis un gentil, moi. Par contre je garde les pierres, comme ça je pourrai jouer avec dans mon bain. Non parce que d’habitude, pour faire des tempêtes dans l’eau, je suis obligé de… »

Oui, bon, hein, passons.

L’avion, lui, dépose notre charismatique chasseur à New York, où comme tous les héros de ce genre de films, il a un appartement gigantesque parce que c’est bien connu, quand on est un chasseur qui vit une existence ultra-secrète, une baraque à plusieurs millions est l’endroit idéal où se cacher sans attirer l’attention. Mais si notre ami vient se reposer dans le luxe de sa demeure américaine, ce n’est pas par simple plaisir : il est venu retrouver le vieux curé qui lui fait office d’adjoint et de Viking-Sitter, le 36ème depuis le début de la carrière de notre héros, que nous appellerons pour plus de facilité 36.

« Ah, Viking Diesel, tu es rentré ! C’est parce que je prends ma retraite, c’est ça ? Oh, nous avons vécu tant d’aventures ensemble ! Tant d’années à servir l’Ordre de la Hache et de la Croix, chargé de faire respecter la trêve entre les humains et les sorcières. Trêve qui consiste à ce que les sorcières vivent en paix tant qu’elles n’utilisent pas leurs pouvoirs contre les humains, comme à l’époque de la reine sorcière. 
– C’est sympa de remettre du contexte pour les gens qui lisent ce spoiler, numéro 36
– ‘service. »

Car oui, 36 est serviable. Il faut dire qu’il faut être patient pour être Viking-Sitter. Il faut lui donner ses missions, faire le debriefing à la fin de celles-ci, lui dire « ça suffit, tu as bu assez d’hydromel, au dodo si tu veux tuer des sorcières demain ! » et bien évidemment, endurer ses poussées de besoins naturels vikings, lorsque l’homme du nord sent le besoin irrépressible de s’accoupler avec tout ce qui ressemble à un moine franc. Ce pourquoi 36 avait fait broder une chaussette en forme de moine, qui lui sevrait de marionnette dans ces cas-là. Mais passons sur les détails, voulez-vous ? Car les deux hommes discutent.

« Écoute Viking… oui, je vais prendre ma retraite… oui, un autre Viking-Sitter va venir… mais je crois que tu as besoin de quelqu’un dans ta vie. Quelqu’un… d’autre, tu vois ?
– Mais j’ai la chauuuusseeeeeeette !
– Ne parlons plus de la chaussette, veux-tu ? Trop de souvenirs difficiles. Je parle d’une vraie personne ! 
– Oh ? Mais… la chaussette n’est pas une vraie…
– Non.
– Oooooh ! Ah bon ? Bon alors tu parles de rencontrer une madame ? J’y avais jamais pensé !

– Moui, de manière générale, c’est pas ton fort. »

Sur ces bonnes paroles, 36 s’en retourne chez lui, sa bible et sa consternation sous le bras.

Et le lendemain matin, c’est pas de bol, on appelle Viking pour lui apprendre la nouvelle : 36 est mort paisiblement dans la nuit. Il va donc avoir un nouveau Viking-Sitter. Qui après une rapide cérémonie à la cathédrale du coin (les ordres secrets aiment se réunir dans les cathédrales en plein jour), devient le numéro 37. Il est jeune fringuant, et accessoirement, c’est Frodon. Et dès la fin de la cérémonie, il va retrouver son Viking personnel, qui glande dehors.

« Bon ben voilà, je suis votre numéro 37.
– Roooh… ça va être long…
– Quoi ?
– D’attendre le numéro 69. Non parce que le numéro 69, c’est rigolo parce que… »

Ah, eh, c’est un Viking, hein. Vous vous attendiez à quel genre de sens de l’humour ? 37 soupire donc très fort en comprenant qu’il fait équipe avec une sorte de Jean-Marie Bigard immortel. Et puisque l’on parle de mortalité, Viking a bien envie d’aller voir le bureau personnel de 36, où il a été retrouvé mort, ce qu’il fait en emmenant 37 avec lui. Sur place, à première vue, rien de suspect. Mais Viking révise avec le petit nouveau les bases pour enquêter sur de la sorcellerie : la magie est généralement élémentaire et laisse des traces. Pour trouver une trace de magie de l’air, un peu de buée sur une vitre suffit, comme dans l’avion. Pour le feu, un briquet devrait réagir. Et lorsque Viking balance un peu de terre sur le sol… patatras ! Tout l’appartement se met à bouger, les bibliothèques tombent, les fauteuils se renversent… et en fait, tout redevient comme juste avant qu’un sortilège n’efface les traces du passage de sorcières ayant retourné les lieux !

« Woh bordel, 37, tu as vu ça ? 36 n’est pas mort de sa belle mort ! Et regarde-moi quel bordel ils ont foutu ! Ils ont tout cassé… raaah, même les vitres sont nazes !
– Je crois que l’un d’entre eux a déféqué derrière la bibliothèque, monsieur Viking.
– Non, ça c’est moi, je voulais lui faire une surprise pour sa retraite. T’ai-je parlé de mon sens de l’humour ?
– Hélas oui.
– Bon en tout cas, ils cherchaient quelque chose. Mais ils ont été sympas, ils n’ont même pas pris le petit livre dans lequel 36 écrivait tous nos secrets, pourtant bien en vue et avec notre logo dessus. »

Vraiment : les mecs sont sympas, ils ne se sont pas dit « Tiens, si on embarquait ce document super important ?« . Non, ce n’était pas ce qu’ils cherchaient, alors ils ont tout laissé sur place. Sympa. Il n’empêche que Vin retrouve un… un vieux bout de réglisse ?

« De la magie noire, j’en étais sûr, 37.
– De la magie noire ? Parce que vous venez de trouver de la réglisse ?
– Nan mais c’est parce que c’est logique : la magie de l’air laisse de l’air. La magie de la terre laisse de la terre. Donc la magie noire laisse…« 

S’ensuit une longue explication que je vous passe, particulièrement suite à un moment honteux où Viking explique les liens qui existent entre magie noire et Porte de la Chapelle, pendant que 37 tente de trouver sur son téléphone le numéro de SOS Racisme pour une urgence.

Vous pensez que j’exagère ? Sachez en tout cas que pour en savoir plus sur la magie noire, nos héros se rendent dans l’arrière-boutique d’une pâtisserie pour y trouver un sorcier noir, justement, puisque magie noire, sorcier noir…

« Vous commencez à me les briser avec vos amalgames, Monsieur Diesel ! Pour la quarantième fois, ce n’est pas parce que je suis noir que je m’y connais en magie noire ! 
– Siiiiii….
– Mais bordel, je suis juste pâtissier !
– Ah ouais ? Et c’est quoi, ça ?
– De la réglisse ? Dans mon boulot, je sais reconnaître une…
– TU VOIS JE T’AVAIS DIT QU’IL SAVAIT CE QUE C’ÉTAIT, TIENS-LE 37 JE VAIS LUI FAIRE CRACHER LE MORCEAU ! »

« C’est de la réglisse, toi et moi on sait que seuls les gens maléfiques en mangent. »

Et bon, simple détail : le pauvre homme est aveugle. Tout ce qu’il peut dire, c’est que oui, c’est bien lui qui a vendu de la réglisse magique interdite, à un type qu’il n’a forcément pas vu, mais qui sentait très fort la pomme et l’arsenic.

« Bon, j’ai deux théories, 37.
– Je vous écoute, Viking ?
– La première, c’est que l’arsenic ayant servi autrefois à embaumer les morts, nous soyons à la recherche d’une personne qui se planque dans un funérarium avec un pommier dans le jardin, d’où l’odeur corporelle du bonhomme.
– Et la deuxième ?
– C’est que c’est Blanche-Neige. »

Viking insiste pour suivre la seconde piste, aussi 37 passe un long moment à lui expliquer qu’en fait, Blanche-Neige n’existe pas. S’ensuit une longue discussion où on révèle à Viking qu’en réalité, les personnages à Disneyland sont des acteurs et que non, la Reine des Neiges non plus n’a pas existé. C’est à ce stade que Viking fond en larmes, et bouleversé, préfère poursuivre l’enquête seul.

Un peu plus tard, à l’autre bout de New York…

Un enfant rentre de l’école quand il aperçoit des oursons en guimauve sur le sol. Qui forment un petit chemin dans une ruelle, qui débouche enfin sur un jardin enchanteur où les oursons poussent à même un arbre magique ! Il commence à les cueillir lorsqu’une grosse main se pose sur son épaule. C’est Viking Diesel.

« On t’a pas dit de ne pas accepter les bonbons d’arbres que tu ne connais pas ? »

L’enfant regarde, et tout n’était qu’illusion : le jardin est pourri, et l’arbre, un pommier mourant. Le bambin est choqué, et s’enfuit lorsque Viking commence à expliquer comment, lui aussi, il a vu son monde coloré s’effondrer depuis qu’on lui a dit pour la Reine des Neiges. Mais bon, hein, maintenant, Viking est là, car c’est bien le vieux pommier situé derrière un antique funérarium qu’il cherchait, aussi il va inspecter le voisinage à la rechercher du sorcier pédophile qui piège aussi honteusement des enfants avec des illusions sucrées. Et finit par le trouver dans une cave voisine, où après lui avoir claqué la truffe contre un mur, il le ramène au petit 37.

« Tiens, j’ai trouvé un pédophile, c’est cadeau.
– C’est parce que je suis un prêtre catholique que vous me faites ce genre de cadeau, c’est ça ? C’est lourd vous savez !
– Rah, mais nan, le prends pas comme ça. Va le livrer au conseil secret de la sorcellerie, ce sont les sorciers chargés de juger ceux des leurs qui font n’importe quoi. »

37 s’exécute donc, et va jusqu’à une cathédrale (évidemment) disposant d’un accès à un souterrain où une bande de cosplayeurs des pires scènes d’Harry Potter est réunie en tribunal. Et a tôt fait de statuer : le sorcier pédophile est condamné suite au meurtre du Viking-Sitter 36, (la partie avec les enfants n’intéresse semble-t-il personne), à être enfermé dans la prison des sorciers. Et une espèce de gros golem de bois se charge de l’emmener jusqu’à sa cellule.

Lorsque 37 retrouve Viking, ce dernier n’est cependant pas pour autant satisfait.

« Vous faites la gueule m’sieur Diesel ? 
– Non. Tu sais quoi ? Dans le bureau de 36, il y avait des mouches mortes par terre un peu bizarres. Et là, tu sais ce que j’ai trouvé tout près du tribunal  des sorcières ? Une autre mouche comme ça. Et tu sais où l’on trouve des mouches comme ça ?
– Autour du scénario de ce film ? »

Une gifle permet de rappeler à 37 que sa tête est plus petite que la main de Viking Diesel, aussi ses commentaires putassiers ne devraient franchir ses lèvres qu’avec prudence.

« Nan, ce sont des mouches à peste. Des mouches qu’adorait employer la reine sorcière. Elles permettent de totalement prendre le contrôle de quelqu’un en se glissant sous sa peau.
– Mais elles filent pas la peste ?
– Ah tiens, maintenant que tu en parles c’est vrai que le nom n’a rien à voir avec la choucroute, en fait. »

Quand dans un film, même le nom des mouches est raté, ça vous laisse rêveur quant au reste. Mais, allons ! Suivons Viking Diesel alors qu’il se rend en urgence dans la chapelle ardente où repose le corps de 36, et en deux minutes, il découvre que le pauvre homme n’est pas mort : il était simplement paralysé par une mouche à peste glissée sous sa peau. Il a donc dû dire tout ce qu’il savait à ses agresseurs sans problème ! Avant d’être obligé de rester immobile à faire le mort, le tout sous le couvert d’une illusion que notre chasseur de sorcières a tôt fait de dissiper.

« Et v’là le travail. Tout ça, c’était une mascarade !
– J’y pense monsieur Diesel… vous trouvez pas que c’est débile ? Je veux dire : on sait comment détecter un sort. N’importe lequel, en 30 secondes en balançant du feu, de la buée, de l’eau et de la terre dans la pièce. Et depuis des siècles que notre ordre existe, personne n’a jamais pensé à rendre la procédure obligatoire partout ? Parce que comme ça, on aurait découvert que 36 était mort de manière suspecte et son appartement retourné en moins d’une minute.
– Oui mais on aurait raccourci le film d’une demi-heure, note. »

Des siècles que les mecs chassent les sorcières, et quand ils retrouvent l’un des leurs mort au petit matin, la première chose qu’ils font c’est de hausser les épaules en s’exclamant « Bah, ce n’était sûrement rien« . Je pense que cet ordre est en fait constitué uniquement de PNJs de Skyrim. Nous verrons : si à un moment, quelqu’un se prend une flèche dans le genou, nous aurons notre réponse.

« Je pensais avoir vu quelqu’un mais il vient de s’accroupir, je ne le vois plus, c’était sûrement un rat. »

En attendant, Viking Diesel poursuit ses investigations. Car 36 ne s’est pas réveillé pour autant : il est toujours dans une espèce de coma dont il ne sortira qu’à la mort de la sorcière qui lui a jeté ce sort. Viking enquête donc un peu. Et attention, la grosse enquête :

« Passe-moi le journal de bord qu’on a retrouvé chez 36.
– Celui que les méchants ont pris soin de laisser sur place alors que bourré d’informations sensibles ?
– Celui-là même… tiens, regarde, dedans ! Il y a des mots entourés en rouge ! C’est un code !
– … discret, le code.
– Tu veux une autre baffe ? Regarde, les mots assemblés donnent : « Souviens-toi de ta mort. »
– Ta mort ? Vous n’êtes pas immortel ?
– Si mais j’ai mouru avant de ressusciter. Et le seul moyen de me souvenir de ma mort…
– C’est de vous en souvenir ? Non parce que ça doit être vaguement marquant comme événement.
– Hein ? Nan. Nan, je m’en souviens pu, hein, c’est pas comme si c’était important. Je vais avoir besoin de magie pour m’en souvenir ! »

Ah oui. D’accord. Bien. Pourquoi pas. Bon écoutez, vous faites comme vous voulez.

Viking Diesel se rend par conséquent dans un bar à sorcières, un lieu secret où seuls les gens capables de faire des tours de cartes ont le droit de venir. Et à peine est-il entré que tout le monde décide que, pfoulala, dis-donc, il se fait tard, allez venez les copines sorcières, on a laissé les balais dehors et j’ai peur qu’on nous les pique. Le bar se vide donc entièrement, à l’exception de la responsable locale, une jeune femme dont la roussitude ne laisse aucun doute sur sa nature, et simplement prénommée Chloé.

« Bonsoir madame.
– Bonsoir monsieur le chasseur. Écoutez, vous me pourrissez un peu mon chiffre d’affaire à faire fuir ma clientèle. Moi, j’ai un petit commerce honnête. J’ai déjà survécu aux gilets jaunes et au confinement, mais si vous vous y mettez aussi, hein, vous commencez à me briser les roudoudous !
– On dit Roudouknout dans ce spoiler. Et puis, je viens pour consommer. Je veux un élixir de mémoire.
– 100 balles.
– Vendu.
– Non, attends, c’est trop facile… je veux… ahaha… je veux 100 balles ET un Mars.
– Vendu aussi.
– Bon dieu, si j’avais su j’aurais demandé des Twix ! »

Mais Viking ignore ce que sont des Twix : il a 800 ans, et comme tous les vieux, il dit encore Raider.

Bon, évidemment, malgré tout, Chloé n’est pas très emballée à l’idée d’assister celui qui a tué tant de gens de son peuple. Et puis, elle a sa fierté : elle a lu Sorcières : la puissance invaincue des femmes de Mona Chollet, alors bon ! En tant que femme invaincue, on ne va pas trop l’emmerder, dis ! Mais lorsque Viking Diesel lui rappelle que lui a lu Inquisiteurs : la puissance invaincue des hommes, l’excellent best-seller d’Innocent III, Chloé réalise qu’elle aurait peut-être dû bûcher son sujet. Elle finit donc par céder, et tel Tom Cruise dans Cocktail, a tôt fait de préparer l’élixir de mémoire tant demandé.

Qui ressemble en fait à un Mon Chéri. Ne me demandez pas.

Viking l’avale goulûment, s’installe dans un fauteuil, pète, s’endort, et commence à revoir son passé, le jour où il a affronté la reine sorcière lorsque…

On le réveille.

Et plus fourbe encore, il est menotté.

Viking découvre avec effroi qu’il est venu au bar des sorcières un vendredi, et que le vendredi, c’est soirée SM.

« Nan, les mecs, on avait dit qu’on profitait pas que je fasse dodo pour me faire des blagues… allez, qui m’a dessiné un zboub sur le front ?
– Tu te trompes, chasseur de sorcières… »

Quitte à être menotté, Viking espérait quand même se réveiller avec Chloé en combi cuir. Mais en lieu et place d’une jolie rousse, il se retrouve face à un gros barbu, ce qui est grandement décevant. En effet, ce vil personnage a profité du sommeil de Viking pour faire fuir Chloé, s’emparer des lieux pour y rester seul avec l’ami Diesel, le menotter, et maintenant…

« Oui et maintenant quoi ? Non parce que Gros Barbu, vous êtes bien sympathique mais si vous n’êtes ni une dame ou un moine franc, voire éventuellement une chaussette, vous ne m’intéressez pas.
– Qu’est-ce que vous… non ! Bon écoute, je voulais juste t’empêcher d’explorer tes souvenirs. D’où le réveil. Et les menottes, c’est pour que tu ne m’embêtes pas pendant que je mets le feu au bar, comme ça, adieu les élixirs de mémoire, hahaha HAHAHAHA ! »

Gros Barbu enflamme l’établissement, puis s’enfuit via une espèce de portail ouvertement maléfique, des fois que l’on n’ait pas compris. Laissant sur place Viking Diesel, qui bien qu’ayant brièvement réussi à se libérer, n’a rien pu faire pour l’arrêter tant il était encore défoncé par son élixir de mémoire et revoyait donc les pires moments de sa vie, un peu comme quand votre cerveau décide de vous balancer, alors que vous n’aviez rien demandé, ce moment humiliant auquel vous n’aviez pas pensé depuis huit ans.

Rude.

Viking Diesel s’en tire, mais Chloé, elle, est un peu bougonne, parce que bon, c’était son bar, et à cause de Viking venu faire le zazou sur place, elle a tout perdu. Elle retourne donc chez elle se murger… lorsque soudain, des tentacules sortent du sol de son (évidemment immense) loft, et l’aspirent dans une dimension parallèle où l’attendent des milliers de damnés. Mais une main plonge vers elle, l’agrippe et la tire loin de là.

Et pif pouf, Chloé se réveille dans l’appartement luxueux de Viking Diesel.

Vous me direz « Que s’est-il passé ? Qui l’a attaquée ? Comment Viking l’a-t-il retrouvée dans une dimension parallèle? » puisque cette séance avec moult effets spéciaux et donc fort coûteuse doit avoir son importance.

Mais en fait, non : Chloé se réveille et s’en fout. Et personne ne pose de questions. Normal.

Moi aussi, régulièrement, je me fais kidnapper par les forces de Tzeentch alors que j’étais tranquillement en train de fumer un cigare, et lorsque je me réveille dans l’appartement d’une parfaite inconnue, je me dis simplement que décidément, ma foi, j’ai dû passer une bonne nuit.

Plus sérieusement, c’est quand même magique : le film insère une scène bourrée d’effets spéciaux et… oublie d’expliquer ce qu’elle fout là. Formidable : une incohérence à quelques millions, c’est toujours sympa.

Mais revenons à Viking, qui voyant que Chloé est réveillée, va la trouver pour voir si elle est encore un peu grognounette.

« Salut Chloé. Tu es chez moi et tu n’auras aucune explication sur comment tu as atterri ici. Là tu vois, c’est ma salle d’arme. Là, mon bureau de 50 mètres carrés juste pour mon ordinateur. Ici, c’est le cadavre tout sec de mon ami 36. Il n’est pas vraiment mort alors je l’ai mis là, il me sert de repose-magazines. Et toi ça va ?
– Mon bar… vous avez brûlé mon bar…
– Brûler Montbard ? Attends, jamais de la vie, c’est une jolie petite ville !
– Laissez-moi partir.
– Ah mais tu peux. Ou sinon, tu peux travailler avec moi. Car j’ai besoin d’une autre dose d’élixir de mémoire.
– D’accord. »

C’est… comment dire ? Tout est allé très vite. Une seconde, elle le hait, la seconde, elle travaille avec. Quels personnages profonds et bien écrits ! Et puis bon, il faut bien avouer que c’est pratique : l’élixir de mémoire est visiblement une potion tellement répandue que n’importe quelle serveuse de bar à sorciers peut en faire en deux minutes pour 100 balles. Mais malgré tout, Gros Barbu pense qu’en brûlant le bar, il a réglé le problème. Quel est le plan ? Ne serait-ce pas un peu débile ? Comme une sorte de type qui pour empêcher son ami de s’enfiler des pastis, irait brûler chaque bar où il tenterait de se rendre ? Ça risque d’être un peu long et moyennement efficace.

En attendant que quelqu’un comprenne quelque chose au scénario de ce film, ses plans idiots et ses dimensions parallèles dont personne n’a rien à faire, Chloé et Viking font équipe. Et pour préparer la prochaine potion, tous deux se rendent chez une amie de Chloé, serveuse à son bar, qui a chez elle tous les ingrédients. Sauf que sur place…

La plante servant d’ingrédient principal a été volée. Et dans un coin gît le corps de la malheureuse amie de Chloé. Un téléphone sonne : c’est Gros Barbu.

« Mouhahaha ! Je vous ai devancééés ! J’ai tué la fille !
– Démon ! Tu me le paieras !
– Mouhouhouhou ! Et je tuerai encore toutes les personnes que vous tenterez d’approcher ! »

Personnellement, à ce moment-là, j’aurais vu tout l’intérêt de la situation, et après avoir fait mine de mal raccrocher, j’aurais dit à voix haute « IL NE DOIT SURTOUT PAS SAVOIR QUE NOUS COMPTONS CONTACTER NADINE MORANO, MARINE LE PEN, SOLANGE TE PARLE AINSI QUE…« . C’en serait suivi une sorte de Death Note du pauvre, où je crains que Gros Barbu ne soit lui-même mort de vieillesse avant d’être arrivé à la fin de ma liste.

Mais Viking Diesel est bête, se contente de raccrocher, de faire un câlin pour réconforter Chloé qui a perdu son amie, avant de dire qu’il sait où se ravitailler en herbe magique pour la potion. Non, pas en Seine Saint-Denis : chez une sorcière de New York aussi vieille que riche mais qui grâce à ses illusions, se la joue reine de la mode. Sauf que contrairement à ce que Viking espérait, elle ne compte pas coopérer si facilement avec le chasseur, et fumant tranquillement son narguilé, lui en envoie une bouffée en pleine truffe…

Et boudiou, c’est de la bonne.

« Vas-y Madame on se fait une soufflette ? »

Viking Diesel se retrouve en plein trip, à revoir sa jeunesse, sa femme, sa fille, la première fois qu’il a connu cette nuit d’amour avec Mouchik la chèvre dans l’étable du vieil Olaf… mais dans son rêve, Chloé n’arrête pas d’apparaître et de venir l’emmerder en lui disant « Réveille-toi, bougre de con ! Tu es en plein trip ! La vieille t’a hypnotisé, elle bosse pour l’ennemi ! ». Ce qui finit par provoquer le réveil du garçon, qui savate tout ce qui se trouve dans la pièce à l’exception de Chloé et de la vieille sorcière bourgeoise fumeuse de narguilé.

« Bon écoute mamie, je vais repartir avec la plante que je suis venu chercher, et sans payer parce que tu as littéralement tenté de m’enfumer.
– Je… cet homme vient-il d’employer convenablement le terme « littéralement » ? Comment est-ce possible ?
– C’est les restes de la fumette, ça me fait des zigouigouis au cerveau.
– Ah, ouf, un instant, j’ai cru que… mais oui, allez-y, prenez tout et fermez la porte en sortant ! »

Et c’est précisément ce que font nos héros. De là, Viking Diesel a une petite conversation avec Chloé.

« Quand j’étais défoncé à la ganja… tu es venue me chercher dans mon rêve. Seules certaines sorcières ont ce pouvoir : les perce-rêves. 
– C’est vrai, j’avoue, j’en suis une.
– Alors j’ai une question très importante pour toi.
– Oui ?
– As-tu vu… un passage où je… hem. Ou je caressais une chèvre et…
– On va dire que non. Pour vous et moi, disons que non.
– Okay c’est cool. Maintenant, j’ai une autre question : sais-tu que les perce-rêves peuvent explorer la mémoire d’autrui ? Sans élixir ?
– Oui. »

Que ? Mais ?

QUOI ?

Mais alors attendez, depuis le début tu n’avais pas besoin d’élixir ? Tu pouvais même pénétrer directement l’esprit du chasseur de sorcières, que tu considérais comme ton ennemi, et lui voler tous ses secrets, pépère ? Voire mémère dans le cas présent ? Et mieux encore : tu n’avais pas besoin d’impliquer ta pote serveuse dans tout ça, et donc de la voir se faire tuer, parce qu’en deux minutes sur un coin de table, tu pouvais tout régler ?

Tant de qualité, je pense que les pauvres psoques qui ont tenté de dévorer le script sont morts d’une fatale diarrhée dans la minute qui a suivi.

Toujours est-il que par conséquent, nos héros décident d’utiliser les pouvoirs de Chloé plutôt que de refaire un élixir. Non, vraiment, c’est gentil de nous expliquer que les 25 dernières minutes du film et la quête d’ingrédients pour la potion, en fait, c’était juste pour rire. Viking Diesel explique à son amie comment procéder.

« Tu vas devoir explorer mes souvenirs avec ton pouvoir. Le plus sûr, c’est que toi et moi, nous nous concentrions ensemble pour favoriser la chose. Par exemple, choisis un mot. Un mot qui te fait penser à moi. Et tous deux, nous nous concentrerons sur ce mot. Lequel est-ce ?
– « Neuneu ? »
– Hmmm… non, un autre mot.
– « Débile ? »
– Nan… nan écoute, fais un effort.
– « Gros naze ? »
– Non, ça fait… attends… un… deux… oui, voilà : deux mots.
– « Solitude » ?
– Allez, va pour ça. Hop, saute dans mes souvenir, coquinette ! »

Et tous deux sautent dans les souvenirs de Viking. Ils cherchent le bon chapitre de son histoire, nan attends, là c’est trop loin, remonte avant, nan attends attends, tu rembobines trop vite… voilà ! Là ! Au moment où Viking Diesel venait de vaincre la reine sorcière, et que tout son arbre était en feu. Car il s’était effondré après sa victoire et le sortilège de la reine dans sa truffe, et son corps avait été brûlé par les flammes ravageant les lieux, le transformant en publicité ambulante pour la Biafine.

C’est alors que ses amis ayant survécu le trouvèrent.

« Là, regardez ! C’est notre ami Viking !
– Où ? Derrière la merguez ?
– Non ! C’est la merguez !
– Finalement, on aurait dû écouter Roudouknout : tout cramer, ça marchait aussi. D’ailleurs qu’est-ce qu’on fout à marcher dans un arbre en feu ? On ne devrait pas suffoquer ? »

Rappelons que Viking Diesel avait pris soin de combattre la reine sorcière tout vêtu de fourrure et au milieu d’un incendie. Rien que de bien naturel, donc.

Heureusement, avant que l’on ne puisse souligner cette énième incohérence, la merguez s’agite et pousse des cris : Viking est vivant ! Alors que près de lui, le corps carbonisé de la reine sorcière achève de se réduire en cendres… révélant son cœur encore battant. Et tant qu’il bat, la reine n’est pas vraiment morte. Le prêtre qui menait l’expédition le ramasse et découvre que c’est embêtant : il planterait bien le cœur pour être sûr de tuer la vilaine, mais visiblement, quand il tripote le cœur, ça tripote aussi Viking, ce qui est un peu dégoûtant. C’est logique : la reine sorcière a lancé le sortilège d’immortalité sur Viking, donc sa vie ne dépend plus que de sa magie : si elle meurt, il meurt.

« Bon ben, j’vais garder le cœur ! » s’exclame le prêtre « Comme ça, notre copain Viking restera en vie. »

Chloé et Viking reviennent dans le présent, et Chloé n’en revient pas de ce qu’elle a vu.

« Ça alors ! C’est cela que ton ami 36 voulait que tu voies : le cœur de la reine sorcière n’a jamais été détruit ! Ils t’ont menti pour te garder en vie ! C’est ça, que ses agresseurs voulaient tirer de lui comme information : où se cache le cœur de la reine sorcière ! Afin de la ramener à la vie ! Ah, les fourbes !
– Mais je comprends pas…
– Ça t’arrive souvent mais je t’écoute, Vikingounet.
– Pourquoi… pourquoi…
– Allez, concentre-toi, ça va sortir. Respire fort.
– … pourquoi 36 il m’a laissé un message « Souviens-toi de ta mort » alors qu’il aurait pu écrire « Le cœur n’a pas été détruit » pour gagner du temps ? Et puis comment il pouvait savoir que quand je suis mort, j’avais le bon angle de vue pour voir le prêtre tripoter le cœur de la reine sorcière ? Non parce que comme il a tripatouillé tout ça en cachette… 
– Hmmmm… tu sais quoi ? On va faire comme la scène où j’étais kidnappée dans une dimension parallèle : on va oublier. »

C’est vrai que c’est plus sûr.

Mais en attendant, Viking est grognon, car cela signifie que l’ordre de la Croix et de la Hache lui a menti ! Ils possédaient le cœur de la reine sorcière et l’ont gardé en vie alors que bon, être immortel, au bout d’un moment, c’est chiant. La deuxième fois que tu as fait le tour d’internet, bon, hein, il n’y a plus grand chose à faire. Viking va donc trouver 37, son Viking-Sitter, et lui explique qu’il a découvert la vérité et n’est pas très content. Mais 37, s’il est désolé d’avoir gardé la chose secrète comme il l’avait juré à l’ordre, a de bonnes nouvelles : il pense avoir trouvé où se planque Gros Barbu.

Bon, ben il y en a un qui va en prendre plein la gueule pour les autres, se dit Viking en sautant dans sa voiture.

Et en effet, dans un coin désert de New York, sur une espèce de terrain vague, Gros Barbu est bien occupé : il a enlevé un certain sorcier noir, et est en train de le malmener.

« Alors, sorcier noir ! C’est toi qui a donné des informations sur la réglisse que tu m’avais vendue à Viking Diesel ! Sale traître, tu vas payer !
– Mais bordel, je suis pâtissier, bande de racistes ! Laissez-moi à la fin, merde !
– Je vais te coller à cet arbre magique…
– Ben voyons ! Et Strange Fruit, ça te dit quelque chose, sale petit klanpin ? 
– … et ainsi ton corps servira à donner naissance à la nouvelle reine sorcière, mouhouhohohaha ! »

Et ce qui est dit est fait.

Aussi, lorsque Viking Diesel débarque avec sa grosse voiture et son fusil à pompe, certes, il a tôt fait de tuer Gros Barbu, mais c’est hélas trop tard : le sorcier noir a servi de cocon à la reine sorcière, qui jaillit de son arbre magique, se saisit de Viking Diesel, et lui pompe son énergie vitale.

« Ton immortalité, c’était en fait la mienne ! Je te l’ai prêtée le temps de revenir, et je la reprends, hahaha !
– Mais vous étiez pas immortelle déjà, avec votre coeur qui bat éternellement même sans corps autour ?

– Ah oui, merde. Bon, on va dire que te rendre immortel, c’était juste pour rire, alors.
– D’accord. Et maintenant ? Vous allez me tuer vu que je ne vous sers plus à rien et ne suis plus immortel ?
– Ah ben non. Non, sinon le film s’arrête là. Non, je vais plutôt te jeter par ici et m’en aller comme si de rien n’était. »

Ces méchants sont vraiment serviables. Ou alors, sont de grosses ordures, puisqu’ils prolongent le film. J’hésite.

La reine sorcière enfuie, Viking Diesel se retrouve seul et sans son immortalité dans ce terrain vague, et rentre donc chez lui pour trouver le cadavre de 36 qui se met à bouger un peu. En effet, comme c’était Gros Barbu qui lui avait jeté un sort de coma dans la gueule (le tuer était là encore sûrement trop efficace, alors que passer trois plombes à l’immobiliser, l’ensorceler et jeter une illusion sur le corps était plus intelligent c’est évident), et que Gros Barbu est mort, pouf, la malédiction est levée. Tous deux ont donc une petite conversation.

« Ecoute 36, pendant que tu pionçais comme une grosse feignasse, la reine sorcière est revenue.
– Ah, c’est pas banal !
– Elle a repris mon immortalité, et maintenant, je peux déjà te prédire ce qu’elle va faire : elle va aller à la prison des sorcières où depuis des siècles, on enferme ces coquinettes, les libérer, et balancer une nouvelle peste sur le monde. »

Notez qu’en cette période de Covid, voilà qui donne envie de brûler les rousses de mon entourage. Oui, c’est toi que je regarde.

36 lui a un plan pour contrer cette terrible prophétie.

« Et si tu lui pétais la gueule, à la reine sorcière ?
– Haaaan. Pas con ! »

Il fallait y penser. Viking emmène donc tout son matériel de combat : fusil à pompe, épée, grenades, guide du petit Albert Roche, lampe, corde, Chloé, 37, et clés de bagnole. Et zou, direction la planque souterraine où les sorcières tenaient conseil pour juger leurs semblables et les coller en prison. Et ça tombe bien… car la reine sorcière a tué tout le monde sur place (ils collaboraient avec Viking Diesel), fait pousser des arbres magiques partout, et a lié mentalement tous les prisonniers pour se lancer dans une grande incantation (ils marmonnent du Jul, ce qui prouve qu’ils sont profondément mauvais) visant à envoyer la peste sur ce bas-monde.

L’équipe au grand complet et intégralement équipée pour affronter la plus grande menace que l’humanité ait connue. Attendez : il a une épée, quand même !

« Comment les arrêter ? 
– C’est une chaîne mentale, Chloé. Il suffit de trouver le maillon faible.
– D’accord, mais où va-t-on trouver une Laurence Boccolini à cette heure ? »

Viking DIesel ne s’emmerde pas avec ces considérations, et s’en va retirer le sorcier pédophile arrêté plus tôt de sa prison. Et le jette au sol, alors que le bougre est en transe à incanter.

« Voilà, c’est lui le maillon faible : Ellic le sorcier pour enfants.
– Mais ? Comment vous le savez ?
– C’est le seul prisonnier qui a un nom et que l’on a vu dans le film, tous les autres s’appellent Jean-Jacques. »

Quelle puissance intellectuelle.

S’ensuit un plan plus audacieux encore : on pourrait tuer Ellic, là, tout de suite, mais non « C’est son esprit qu’il faut tuer« . Ben je ne sais pas, tire dans la tête, en général, les gens sont vachement moins spirituels avec de la chevrotine entre deux neurones. Mais non, le film continue d’être une succession de décisions absurdes, et Viking Diesel se tourne vers Chloé.

« V’là le plan : toi tu le tues dans ses rêves avec ton pouvoir, comme ça, ça tue son esprit, et moi, je vais bourrer la gueule de la reine sorcière.
– Ah parce qu’elle, faut pas tuer son esprit peut-être ?
– …. n…. nan ? »

C’est fabuleux.

Chloé se rend donc dans l’esprit d’Ellic, et c’est très décevant : ça ressemble à un arbre distordu, tant l’on sent bien qu’il a fallu recycler les décors d’autres scènes. À 90 millions de dollars, il n’y avait plus de budget pour une jolie prairie pleine d’enfants qui gazouillent. Chloé fait donc simple : elle pète la gueule au monsieur dans son rêve, et paf, ça le tue dans la réalité. Elle peut donc se réveiller satisfaite : la mort d’un des maillons de la grande chaîne d’incantation a stoppé tout le rituel. La peste ne se déversera donc pas sur le monde, sauf si un couillon a l’idée saugrenue de manger du pangolin.

Viking Diesel, lui, s’en va trouver la reine sorcière, qui boude un peu qu’on lui ait pourri son rituel. Aussi elle envoie une vision à Viking. Une vision de New York, recouverte de jolie plantes où la nature a repris ses droits, et dont les immeubles se dressent encore à l’ombre d’un immense arbre distordu de sorcière.

« Voilà l’avenir, Viking… l’humanité partie, laissant la Terre reprendre ses droits…
– Ouais ouais, mont’-toi Greta Thunberg, tu vas voir !
– Ce n’est pas bien de faire des blagues sur cette jeune fille, elle a le syndrome d’Asperger.
– Ouais ben approche, je vais t’Asperger d’essence dans le respect. »

La reine sorcière, un peu échaudée par ces commentaires désobligeants tant toute personne en désaccord avec Greta Thunberg est forcément nazie, arrête l’illusion et va se bagarrer avec Viking. Hélas pour elle, le bougre a 800 ans d’expérience en baston et tirage de slip, et prend le dessus. Mais au moment de la tuer, il préfère dire des trucs comme « Je vais te tuer jusqu’à ce que tu sois morte« , comme de bien entendu, et pile au moment où il se décide enfin à abattre son épée…

Le jeune 37 apparaît, menaçant Chloé d’un pistolet.

« Lâche ma reine !
– 37, tu es con ou bien ?
– Tu ne comprends rien, Viking ! Je suis un infiltré ! Quand j’étais petit, tu as tué mes parents, qui étaient des sorcières ! Depuis j’ai juré de me venger. Je n’avais pas de pouvoirs magiques, aussi, j’ai décidé de tout faire pour rejoindre l’ordre et servir ma reine autrement. Par exemple, ici, en t’arrêtant !
– Tu étais donc avec les méchants depuis le début ?
– Oui ! Hahaha ! 
– Alors pourquoi m’avoir aidé depuis le début, quitte à me filer des infos utiles, au lieu de me baratiner pour que la reine puisse revenir accomplir ses plans en paix ?
– … aaaah pas con, oui. »

Seigneur. Ce scénario digne d’un élève de sixième qui découvre l’écriture. Puisque oui, de nos jours, on peut découvrir l’écriture et la lecture en sixième. C’est ça, le progrès pédagogique.

37 décide cependant de gagner en efficacité en utilisant son petit pistolet pour plomber la truffe du pauvre Viking. Qui n’étant plus immortel, tombe au sol comme une bouse. La reine sorcière s’approche de son fidèle serviteur qui vient d’abattre son pire ennemi.

« Tu m’as bien servi, petite crotte.
– Petite crotte ? C’est… c’est affectueux ? Non mais sinon, maintenant que vous êtes là, vous ne pourriez pas me filer des pouvoirs magiques ?
– Non. Parce que tu vois, sans pouvoirs, tu n’es qu’un homme, et les hommes, je les tue avec…. LE POUVOIR QUI TUE D’UN COUP ! »

Et elle envoie une nuée de mouches sur le pauvre garçon, qui ne peut les combattre, et se retrouve en quelques secondes tout sec et surtout, tout mort.

« Aaah…. aaaah… quel coup de chance qu’elle n’ait pas utilisé ce pouvoir contre moi ! » se dit Viking Diesel en agonisant au sol.

C’est vrai qu’une fois de plus, c’est fou comme tout se goupille bien, dites voir. Je suis vraiment fan de ce concept que l’on retrouve dans tant de films, à savoir le méchant surpuissant qui peut tuer n’importe qui d’un claquement de doigts (parfois, littéralement), mais quand il affronte les héros, il se dit que et siiiii je me battais à coups de poings ?

Si ce méchant vous dit quelque chose, vous voyez particulièrement de quoi je veux parler.

En attendant, la reine sorcière restée seule avec Chloé se saisit d’elle et lui explique que puisqu’elle a brisé l’un des maillons de sa chaîne pour son rituel, hop, elle va transformer Chloé en maillon de remplacement, et l’ensorcelle pour que elle aussi se mette à incanter. Et comme Chloé est très puissante (et a tous les albums de Jul), le rituel progresse d’autant plus vite, et des milliers de mouches de la peste (qui en fait si, maintenant, peuvent propager la peste, hop) sortent du sol et forment un immense nuage au-dessus de New York.

Mais c’est sans compter sur Viking Diesel qui bien que troué par quantité de balles, parvient à glisser hors de sa poche… les runes piquées à la jeune sorcière dans l’avion au début du film, et qui déclenchent une mini-tempête sur place ! La reine sorcière, à qui Alexa avait certifié qu’elle pouvait sortir sans parapluie, est fort surprise lorsque des éclairs commencent à tomber autour d’elle, l’empêchant de bien voir arriver droit sur elle un gros Viking Diesel qui lui envoie son épée en plein dans le poitrail.

La reine sorcière en meurt, sans même avoir le temps de demander « Mais t’étais pas criblé de balles, toi ?« .

Alors que moi, je demande.

Résultat, toutes les mouches meurent – vous aussi vous aimez cet autre poncif où à la fin du film, les méchants ont une armée gigantesque mais où toute l’armée s’effondre sur un quelconque rebondissement pour ne pas avoir à finir la bataille ce qui coûterait cher en effets spéciaux ? – et retombent sur New York qui va en avoir pour un sacré budget balayage. Et espérons que les mouches ne transmettent plus la peste aussi une fois mortes, hein. Je dis ça comme ça. Non parce que personnellement, même mort, je n’irais pas faire un câlin à un rat du XIVème siècle.

Toujours est-il que Viking Diesel constate justement qu’une fois la reine morte… ses blessures guérissent ! Il a une fois de plus piqué son immortalité ; mais cela signifie donc que le cœur de la reine bat encore ! Il doit par conséquent le détruire et mourir avec. Mais Chloé bondit.

« Attends, non ! Ne détruis pas le cœur sinon tu mourras !
– M’en fous. J’suis tout seul… snif snouf…
– Oh, ce vieux plan ! Ouais ouais je vois le message… bon, allez : si tu ne te suicides pas, je te ferai des bisous !
– Oh, chouette alors ! Merci copine ! »

Si ça c’est pas de la manipulation affective je ne sais pas ce que c’est, mais en tous les cas, c’est au-dessus du corps encore chaud de la reine sorcière que Chloé et Viking se font des papouilles.

Le cœur de la reine sorcière est donc enfermé dans la chambre forte personnelle de Viking, au sein de son appartement géant où tout le monde pourra venir se servir en paix sitôt qu’il sera absent, et Viking va papoter avec 36.

« Bon alors sachant que 37 est mort et que toi 36 es vivant et reviens à mon service, comment ça se passe ? Tu es 38 maintenant ? 36 bis ? C’est compliqué tout ça.
– Tu peux m’appeler 37,5, comme la température de l’endroit d’où est sorti ce film.
– Habile.
– En attendant, nous y revoilà, comme au début du film : je bosse pour toi, tu es immortel, la reine sorcière est morte…
– Oui mais maintenant je fais des bisous à une madame rousse.
– Qui n’a même pas 30 ans alors que tu en as 800, gros dégueulasse.
– Au procès, je dirai qu’elle en faisait 300. »

Tous deux opinent du chef, puis se rappellent que c’est pas tout ça, mais on a du boulot. Et justement, Chloé attend à la voiture afin d’aller conduire Viking jusqu’à sa prochaine mission. Elle démarre en faisant de gros dérapages parce qu’elle est aussi rapide que furieuse et…

… FIN !

90 millions de budget.

Et malgré tout, j’ai presque envie de dire : « Nicolas Cage, reviens ! »

Je vous mets quand même une photo de la reine sorcière, qui ressemble plus à une zadiste en teknival qu’à une maîtresse des ténèbres.


« Eh bien, quelle daube ! Mais vous vous portez bien mieux. Vous aviez bien besoin de ça, patron !
– Certes. Sans un spoiler régulier, je me sens tout faible.
– D’ailleurs à ce sujet…
 »

Diego hésite un peu, alors qu’il règle la perfusion de brandy.

« Oui, mon bon ?
– Comment avez-vous survécu aussi longtemps sans mauvais films ? Vous étiez mourant, mais c’est comme si vous aviez… je ne sais pas, une sorte de réserve secrète de médiocrité pour tenir juste suffisamment pour ne pas basculer.
– Mais, c’est parce que c’est le cas, mon fidèle Diego. J’ai toujours un peu de médiocrité à portée de main. Pour mes plaisirs coupables, ou dans le cas présent, pour assurer le minimum vital à mon organisme en situation de disette.
– Quoi ? C’est impossible, patron ! Même si vous aviez un film de daube sur vous, au bout d’un moment, vous en auriez fait le tour ! Il n’existe pas de source de médiocrité infinie !
– Ah oui ? Et ça, qu’est-ce donc petit mécréant ? »

Je secoue lentement la tête. Et fais glisser vers lui mon téléphone. Diego le contemple et soudain, le doute disparaît de son visage. Bien sûr que la fontaine de médiocrité existe. Elle est là, devant lui, s’étalant sans vergogne sur l’écran de mon téléphone.

Diego marmonne ce nom maudit des hommes et des dieux entre ses lèvres serrées par le choc de la révélation :

« Twitter. »

51 réponses à “Le dernier chasseur de spoilers

  1. « La suite logique à l’adoration du dieu des marteaux, c’est évidemment celle du dieu qui aimait les clous. »
    J’ai éclaté de rire si fort que la chienne a sursauté.
    Sil’ OC était en manque de navets, nous on était en manque de son fiel !

    • La même ! J’ai éclaté de rire aussi sur cette blague. On peut dire qu’elle fait « mouche » ?

    • Hilarant!
      C’est tellement subversif les blagues sur les chrétiens de nos jours!!
      Perso j’attends les scuds sur Mahomet, Allah et les musulmans.
      Ça, ce serait un peu plus couillu.

      • Désolé mais tu retardes…c’est chacun.e sa tribu maintenant, avec ses propres mêmes, et la haine de tout ce qui est autour (et l’appel à la force publique pour éradiquer tout ça à grand coup de lacrimo/flashballs en attendant « mieux » légalement).

        L’Odieux au moins, s’en moque des tribus, et leur crache tous équitablement et paritairement à la tronche. C’est plusieurs crans au-dessus.

      • Tellement de bordel intellectuel en seulement trois lignes et demie, c’est balèze.
        Involontaire mais remarquable.
        Cerise sur le gâteau, la petite phrase de fin qui se voudrait lapidaire mais qui n’est qu’obséquieuse.

      • Wou…j’en avais tellement peu à faire de sa réponse que je ne l’ai pas lue jusqu’au bout. Mais là…enfin non pas de détail « don’t feed the troll » et tout ça.

  2. Effectivement ce film est un substitut acceptable, et le spoil est un régal comme toujours ! Heureuse de vous savoir en meilleure santé cher Odieux.

  3. « la suite logique à l’adoration du dieu des marteaux, c’est évidemment celle du dieu qui aimait les clous »
    Vous serez damné, OC, pour l’éternitéééé !

  4. Ah oui, je me souviens l’avoir vu il y a un moment maintenant. J’avais en effet trouver complètement stupide cette malédiction de la part de la reine sorcière au début du film….Pffff… Attend ! Le mec en face est ton pire ennemi et le pire ennemi de ceux de ton camps; et tu ne trouves rien de mieux que de lui donner le moyen de continuer à trucider mes tiens à travers les ages !? WTF !? comme on dit par endroit. Comme si, par exemple pendant la guerre des tranchés, les officiers balançaient des malédictions à ceux d’en face pour qu’ils deviennent immortels et puis venir les découper en rondelles de sauciflards… En voyant Michael Caen dans la distribution, je m’étais bien que ce devait être bien…. Déception.

    • Ca a été mieux joué dans des livres de SF/dystopie/fantasy…mais bcp plus glauques et flippant. Et comment dire, il y avait en général une contrepartie à l’immortalité xd. Là oui, on a l’impression que le PJ gagne juste un bonus d’invincibilité pour finir le jeu plus facilement.

  5. Si c’est la médiocrité qui vous maintient en vie, cher Odieux, grâce à l’époque à laquelle nous vivons, je suis heureuse de vous assurer que vous êtes immortel !

    • Je ne sais pas si devoir supporter l’espèce humaine pour l’éternité mérite de se réjouir. Plutôt une punition …

  6. Je pense que vous simulez monsieur Connard !
    Manquer de médiocrité dans ce vaste monde ?
    Je ne vois pas comment vous auriez pu passer à coté d’un match de foot, ou bien d’un discours politique !
    Vous profitez de notre nativité et de notre optimisme sur un monde meilleur , ce n’est pas bien mais je vous ai mis à jour faquin !

  7. Le personnage principal aurait du s’appeler Vinking.

    Par contre, s’en prendre aux métalleux rolistes n’est pas une bonne idée. Une horde de hussards ailés chevauchant des cuirassés devrait vous attaquer d’ici peu.
    Bon, pour vous en sortir, il suffit de hurler « on fait le combat selon les règles d’Anima ». Cela devrait vous laisser 2 ou 3 heures pour fuir avant que la première attaque ne soit effective.

  8. Merci d’avoir partagé ce minimum vital de médiocrité ! J’en suis tout ragaillardi . Compliments !

  9. Jusqu’à la fin je m’étonnais que Batboulinet de Mozinor ne soit pas cité … quand soudain : « Elle démarre en faisant de gros dérapages parce qu’elle est aussi rapide que furieuse » … tant de faste, je suis furieux.

  10. J’ai adoré ce spoiler. Voir notre adorable Connard si faible et Diego si attentionné, ça avait quelque chose de touchant.
    Et puis, tout ce caca scénaristique de ce film aide aussi beaucoup. Merci, M. Connard !

  11. Si Viking se faisait chier, il aurait pu lire votre blog en boucle : C’est drôle même la 15ème fois de suite.

  12. Je trouve que l’acteur principal de ce film joue vachement bien Vim Diesel. Pour le reste du film, je ne saurai pas quoi dire, je regardai mes mails.

  13. C’est avec un plaisir immense que j’ai lu la mention de Baboulinet, et pendant tout le spoiler j’ai eu des échos de la vidéo Batboulinet (d’ailleurs c’est à cause d’elle que j’ai vu le film un soir où je m’ennuyais).

    « Seuls les gens maléfiques mangent de la réglisse » : je dois bien admettre que j’avais quelques doutes à ce sujet, notamment en voyant que je suis le seul de mon entourage à manger de la réglisse.

    J’ai éclaté d’un rire franc et audible à la mention de Blanche-Neige, heureusement que je ne lisais pas l’article en pleine nuit.

    Excellent spoiler, je me suis bien amusé, le choix du film était judicieux.

  14. C’est avec un plaisir immense que j’ai lu la mention de Baboulinet, et pendant tout le spoiler j’ai eu des échos de la vidéo Batboulinet (d’ailleurs c’est à cause d’elle que j’ai vu le film un soir où je m’ennuyais).

    « Seuls les gens maléfiques mangent de la réglisse » : je dois bien admettre que j’avais quelques doutes à ce sujet, notamment en voyant que je suis le seul de mon entourage à manger de la réglisse.

    J’ai éclaté d’un rire franc et audible à la mention de Blanche-Neige, heureusement que je ne lisais pas l’article en pleine nuit.

    Excellent spoiler, je me suis bien amusé, le choix du film était judicieux.

  15. Bonjour,
    Excellent spoil, comme à votre habitude, mais qui a laissé en suspend un point que vous vous devez désormais d’éclaicir :
    Parlez-nous donc de ce fameux, je vous cite, « moment humiliant auquel vous n’aviez pas pensé depuis huit ans. »

  16. Wow fuck..et je pensais que les filtms sjw étaient le pire de tout…

    Sérieusement c’est une blague de collégiens qui on découvert la fonction camera d’un smartphone, c’est ça ?

  17. Bon, alors attendez, Viking, ça serait pas le fils caché de Hautglandeur et de Fifi Brindacier chasseuse de vamps pour rire ?
    Et donc, pendant 800 ans, il chasse des sorcières qui sont pas vraiment méchantes et même un chouya consentantes (sauf qu’il préfère les chaussettes aux chaudasses).
    Et donc, son mentor était orfèvre dans le civil ?
    Et Viking, c’est Voldemort, vu qu’il a tué les parents de 37.
    Et quand tu tapes un pédo, tu tues un arbre (d’où la déforestation de l’Amazonie).
    Et sinon, dans dix ans, Viking abandonnera sa rouquine because elle a des vergetures (vu qu’elle n’est pas immortelle, elle). D’ailleurs, à ce propos, je passe mon temps à perdre une chaussette sur deux, et comme je suis pour le recyclage…

  18. Merci beaucoup !
    En parlant de Vin Diesel servant de médicament générique pour pallier à un manque de Nicolas Cage©, ne trouvez vous pas étonnant qu’ils n’aient jamais tourné un film ensemble ?
    Une médiocrité et une « qualité » de jeu d’acteur identique… Serait ce la même personne ?
    Au secours, j’ai peur.

    • Le Nicolas Cage est il l’évolution du Vin Diesel ? A moins que cela ne soit l’inverse. Cela soulève d’autres questions. De quel type sont ces actormons ? Je dirais de type roche (ils ont autant d’expression d’un caillou). A moins que ce ne soit le type coprolithe.

      • Magicarpe pour l’utilité au scénario.
        Cependant, je pense que le néant s’est incarné, qu’il joue plusieurs acteurs qui eux même jouent plusieurs personnages, tout ça pour contrer le caporal roudoudou qui s’efforce de montrer les incohérences scénaristiques. (La drogue c’est mal, voyez)

  19. J ai rêvé que les éditions Bragelone vous obligeait à écrire une parodie de la casa de papel contre de l’argent. Ce serait une bonne therapie.

  20. « Mais lorsque Viking Diesel lui rappelle que lui a lu Inquisiteurs : la puissance invaincue des hommes, l’excellent best-seller d’Innocent III, Chloé réalise qu’elle aurait peut-être dû bûcher son sujet ». MDR

  21. J’ai adoré votre critique cher Monsieur odieux.
    Saviez-vous que récemment en 2019 Nicolas Cage a refait surface dans le monde du cinéma avec l’adaptation de « la couleur tombée du ciel » de Lovecraft!
    C’est un peu comme si les grands anciens avaient répondu à vos prières ^_^

    • Arrghhhh ! Pourquoi dire çaaaa ???
      D’un côté je veux le voir…
      D’un autre côté j’ai peur que ce soit une énième bouse politicorrecte à la mode…
      Que faire, surtout quand le prix du cinoche atteint un montant indécent et qu’on sera bientôt obligés de se présenter avec un scaphandre intégral et des bouteilles d’air comprimé ? xd.

  22. Un Viking tueur de sorcières qui possède un grand appart luxueux dans le cœur de New York, ça peut paraître choquant, mais en y réfléchissant bien, si ça fait 1000 ans qu’il cotise à un fond de pension ou qu’il a investi dans un compte titres – même peu agressif, disons à 4% par an en moyenne, ça fait une sacrée somme au final, alors il peut se le permettre.

  23. J’ai le souvenir d’être sorti de la salle consterné par ce navet — et pourtant j’aime les nanards ! —, particulièrement par la contre-performance de Vin, déjà médiocre en temps normal.

    • Bravo pour avoir subi cette chose sans en mourir ! Hell, même la sorcière de Suicide Squad a l’air plus intéressante que ces « personnages ». C’est dire…

  24.  » Chloé la rouquine qui doit bûcher  » rhoo , c’est d’un goût ….
    et la Reine des Neiges existe ! elle porte le doux prénom de Ségolène !
    ô Dieu , vous êtes un odieux malade , mais ne guérissez surtout pas . ne vous rendez point en pélerinage à Lourdes : vous seriez fichu d’en revenir tout sucre et tout miel …

    • Ce n’est pas tant le fait qu’il soit viking mais chrétien qui fait qu’il brûle des sorcières, voyons …

  25. J’exige un crossover Odieux Connard X Mozinor !

    Ou au moins une collaboration, s’il vous plaît ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.