Les connards du confinement

Le confinement, c’est important.

Comme nombre d’entre vous, ici et ailleurs sur la planète, votre serviteur est enfermé chez lui. Ses réserves sont certes limitées, mais c’est parce qu’il croit en ce vieil adage qui dit « L’homme sage a des réserves, l’homme très sage a une MG-42 pour demander celles de l’homme sage. » Cependant, s’il est une chose à retenir des événements que nous traversons, c’est que tout comme c’est en cas de pépin que l’on reconnaît les vrais amis, c’est en cas de crise que la nature d’autrui se révèle pleinement.

Ainsi, si vous ne l’aviez pas déjà remarqué, même enfermés chez vous, vous ne pouvez échapper à ce constat simple : il y a un nombre improbable de connards en ce bas monde.

Car grâce aux réseaux sociaux, bonheur, vous restez en contact avec autrui ! Et pouvez donc, depuis le confort de votre canapé, continuer à vous exclamer « Comment diable est-possible d’être aussi con ?« .

Évoquons donc quelques-uns  (la liste est longue) de ces profils de champions révélés par la situation.

 

Le positiviste

La vie urbaine se relâche et voici la nature qui revient : le bruit des voitures a été remplacé par celui des oiseaux, les poissons reviennent dans des eaux il y a encore peu malmenées par les hélices des bateaux, bref, voilà quantité de belles photos à faire circuler pour les amis de la nature. Jusque-là, me direz-vous, rien de bien méchant, au contraire : quand on a pour seul horizon la table du salon, des photos de paysages ne font pas de mal.

Mais pour le positiviste, l’affaire va plus loin : il va poster un peu partout que « Et si tout cela était en fait une bonne chose ? » avant de se lancer dans de longues diatribes sur la remise en cause de nos modes de vie permise par ce brave virus. Généralement coach en coaching (aussi appelé chômeur à temps plein sur LinkedIn), le positiviste n’hésite pas à se réjouir ouvertement de ce qu’il se passe, oubliant un peu pourquoi cela se passe. À la place, il vous dit que c’est « un excellent moment pour se reconnecter avec les vraies valeurs » ou autres phrases que l’on retrouve sur des fichiers en ligne se terminant en .jpeg.

Bien évidemment, quand la maman du positiviste va finir à l’hôpital, celui-ci va se mettre à suer très fort et à trouver que ce virus, il n’est pas si gentil, en fait. Et quand on lui apprendra que sa commande d’une séance de coaching & énergie des cailloux a été annulée, la boîte où il devait se rendre ayant licencié un tiers de ses employés, alors là, il fera la chasse à tous ces enfoirés qui vantaient les mérites du virus ! Non mais ça ne va pas de vous réjouir ? Et pourquoi pas festoyer durant la peste noire parce que ça fait tomber les prix de l’immobilier, monstres !

Mais pour l’instant, le positiviste n’est pas touché : donc tant que ce sont les autres qui meurent, ça va.

Le genre de mec qui en 1916 devait s’exclamer « Quand même, cette guerre a du bon : le métro est vachement moins bondé ! » en lançant un clin d’œil à la veuve assise sur le strapontin d’à côté.

Ici, un positiviste vous expliquant que certes, des gens meurent, mais quand même, il faut revenir à l’essentiel : aujourd’hui, il a pris une très belle photo de canard.

Le tourneur de veste

Debout sur les pavés, il pousse de grands cris et agite sa bannière pour dénoncer le manque de solidarité en ce bas monde ! Les riches ne pourraient-ils pas faire un effort ? Moi si j’étais riche, je le ferais ! Oui Monsieur ! Et tous les hommes sont frères ! D’ailleurs, à l’entendre, le jour de la révolution, il sera le premier à camper jour et nuit sur les barricades, prêt à risquer sa vie pour le bonheur des autres.

Et là, paf, vient le moment de faire un effort collectif auquel il peut participer : il faut rester chez soi pour éviter de propager une maladie potentiellement mortelle.

Aussitôt, le tourneur de veste laisse tomber sa bannière, abandonne sa barricade, saute dans le premier train et fuit Paris en expliquant à qui veut bien l’entendre que héhé, hein, bon, hé, oui, hein, l’effort, il aurait bien voulu le faire mais heu, hein, bon, là c’était heu… enfin, c’est petit chez lui, alors qu’il a des amis dans les Pyrénées qui ont de la place et… et puis bon, il ne se sent pas malade, alors ça va.  Quoi l’effort ? Oui ben je vous y verrais, vous, enfermé durant plusieurs semaines avec tout le confort moderne ! C’est pas facile ! Ouiii les gens qui se sont barrés avant le confinement, c’était vraiment pas très responsable, mais attention, lui a un argument : dans son cas, c’est pas pareil. En plus, quand il est parti, ce n’était pas interdit donc heu… c’est la faute du gouvernement qui aurait dû lui interdire avant. Voilà. Alors ? Vous n’avez plus rien à dire ?

Le tourneur de veste, pourtant, sitôt que la tempête sera passée, remontera à Paris et n’hésitera pas à distribuer des leçons de morale à tout le monde.

En attendant, il le fait sur Twitter parce qu’il ne faudrait pas perdre la main. Ou des likes.

Révolutionnaire en 2020, ici en train de se dire que dès qu’il sera revenu de la maison familiale à Pornic, il reprendra le combat pour demander des efforts à ces salauds de privilégiés.

 

Anne Frank 2.0

L’enfermement donne des envies d’écriture à certains : plus encore que la maladie, ce sont les journaux de confinement qui prolifèrent, et dans lesquels des plumes maladroites, excitées à l’idée de vivre un événement historique, partagent en ligne leur vie durant cette épreuve. Le tout avec force violons : c’est la guerre ! C’est notre Président qui l’a dit. Et c’est totalement comparable : vous vous souvenez des gens qui ont passé quatre ans dans une tranchée à s’en prendre plein la gueule il y a un siècle ? Eh bien eux, ce n’était rien ! Car nos héros doivent survivre dans un univers hostile où ils sont obligés de rester chez eux comme durant un hiver pluvieux. Quelle cruauté ! Dès qu’ils pourront sortir, leur psychologue va avoir du boulot. Et ce sera une aventure épique : devoir se lever du canapé pour s’allonger sur le divan, vous n’imaginez pas.

Bon, notez qu’au moins, il y a un siècle, vous étiez peut-être confiné avec des mecs qui voulaient vous planter 15 centimètres d’acier dans le bidou, mais au moins, vous n’aviez pas vos enfants. Et très franchement, entre Hans « le charcutier de Karlsruhe » et Matthéo, pour lequel vous constatez que votre éducation a créé un parfait trou du cul, il est vrai que Hans peut faire envie, surtout après quelques jours avec Matthéo poussant des hurlements parce qu’il a déjà vu tous les Lego Ninjago.

Mais tout de même : à lire nos écrivains, ils n’ont rien à envier à Anne Frank : leur souffrance est terrible. Imaginez : on va réduire la bande-passante de PornHub ! Comment diable vont-ils faire ? Passeront-ils la semaine ? Ont-ils réussi à retrouver le chargeur de l’iPhone de Léa ? Tant d’aventures palpitantes, le monde serait bien triste de ne pas en profiter !

On se retrouve donc après le confinement, pour la horde de livres et de films qui sortiront sur le sujet, et raconteront avec tout le talent que l’on connaît bien en France, la vie de couples qui s’éloignent puis se retrouvent lors de cette terrible épreuve. Oh, et bien sûr, des histoires de solidarité (réalisées par des gens s’étant barrés durant la crise, cf tourneur de veste). Mais dans l’immédiat, les journaux de confinement ressemblent avant tout à l’histoire de gens qui se font chier. Et ça aussi, c’est l’exception culturelle française.

Je propose d’appeler la première adaptation d’une de ces œuvres Le Journal d’Anne Fric, où les aventures d’une famille enfermée qui guette avec émoi lorsque la porte de sa cachette s’ouvre enfin et qu’à défaut de nazis, c’est un livreur Uber Eats qui se présente. J’en pleure déjà.

Nul doute qu’Anne Frank préférait encore fuir les nazis que de devoir regarder Netflix sans la 4K activée pour cause de débit réduit.

Le logique

Lorsque l’on est enfermé chez soi, aider autrui est complexe.

Alors, il reste les symboles, comme par exemple, applaudir aux fenêtres pour remercier les gens qui continuent à faire tourner le pays. Que l’on aime ou non la pratique, notez qu’elle ne fait pas de mal en soi : ça revient à engueuler les gens qui disent merci.

Mais qui n’a pas dans son entourage une charmante personne qui est la première à courir à sa fenêtre faire son devoir (et de préférence, en se filmant : ce serait bête de ne pas parler de soi durant deux minutes), avant de retourner se vautrer dans leur canapé pour préparer une petite bidouille qui permettra de filouter un peu les impôts cette année, de faire la liste des subventions dont elle n’a pas besoin mais qu’elle pourrait gratter quand même, le tout avant de soutenir avec des mots bien plus forts que des applaudissements, des gens qui sabotent les services publics en question ?

Toi aussi : applaudis les gens que tu t’apprêtes à étouffer avec un coussin. Car n’oublie pas : l’important, ce n’est pas de bien faire, c’est de faire que tu aies l’air bien !

Ce qui est bien avec les symboles, c’est que généralement, ils ne coûtent rien.

Après, vous me direz, « C’est pas facile d’aider depuis chez moi« , mais même si vous n’avez pas un rond à donner (sale pauvre !), on vous rappelle que même pendant la crise, le don du sang reste par exemple ouvert et que ça aide bien les hôpitaux. Mais généralement, rassurez-vous : les rois des symboles ont tous une bonne excuse pour en rester, justement, aux symboles.

D’ailleurs, j’en profite : vous vous souvenez des gens qui expliquaient savamment que « Les dons à Notre Dame après l’incendie, c’était pour payer moins d’impôts et donc pour s’enrichir ! » ? Ils seront heureux d’apprendre que les dons aux Hôpitaux de Paris et de France suivent les mêmes règles de défiscalisation. Braves gens, on vous regarde donc sortir votre portefeuille pour les bombarder de deniers puisque non seulement vous ferez une bonne action, mais que d’après votre propre logique, vous devriez même y gagner.

Quelque chose me dit que les intéressés vont se faire étonnamment discrets.

Le politicien de comptoir option scientifique

Vous avez une question ? Il n’a pas une réponse. Non, il a la réponse.

Tout comme juste après un attentat, le pays se remplit d’experts en religion, voici que cette crise a généré un nombre improbable de spécialistes de la microbiologie, pharmacie, infectiologie et autre chloroquine. Si à chaque épidémie, nous avions une telle génération de génies, peut-être que le rhume pourrait avantageusement remplacer les postes de pédagogues au sein de l’éducation nationale. Cependant, vous n’êtes pas dupes : tous ces scientifiques auto-générés en moins d’une semaine (les études, c’est surfait) sont tous vos amis d’habitude experts des questions politiques qui ont un avis sur à peu près tout, mais généralement étayé par à peu près rien.

L’occasion de profiter, sur Facebook, de violents débats où l’on s’accuse mutuellement de jouer avec la vie d’autrui, alors qu’au final, l’ensemble des participants a un niveau semblable à celui de membres de Doctissimo. Il manque juste les signatures avec des bébés et des oursons et on s’y croirait. Aussi, n’oubliez pas cette règle essentielle : la médecine, sur internet, c’est mal. En plus, c’est un coup à non seulement vous diagnostiquer le Coronavirus, mais aussi un ou deux cancers du rectum dans la foulée.

N’oubliez donc pas les principes de distanciation sociale sur internet pour éviter l’épidémie : si ça se pense médecin, je le bloque vite et bien.

De toute façon, vous ne louperez aucun post intéressant : quand notre politicien aura fini de parler science, il en reviendra à parler politique, comprendre, se mettre en avant lui en faisant semblant de parler des autres. En montrant que lui, il est plus gentil que vous.

« Vous applaudissez les infirmiers? Moi je pense aux caissières. Ah, vous applaudissez les caissières, eh bien moi, je pense aux éboueurs ! Vous applaudissez les éboueurs aussi ? Heureusement que je suis là pour penser aux sans-abris ! »

Bref, il n’y a que lui qui ne se rend pas compte que la seule chose qu’il défend, c’est finalement lui-même.

« Hmmm… comment vais-je réussir à surfer sur la crise pour me mettre en avant cette fois-ci ? »

Le profiteur de guerre

Toute crise profite à quelqu’un.

Je ne parle pas ici des vendeurs d’armes, remplacés avantageusement ces jours-ci par les vendeurs de coquillettes et de papier toilette, mais de toutes celles et ceux qui ont réussi à transformer la crise en une bonne opportunité de se faire un peu de pognon. Car si l’on parle souvent des larrons qui sont allés se servir dans les stocks de masques des hôpitaux et les vendent à la sauvette dans les quartiers les plus riants de nos villes, on oublie tous les filous qui ont profité de l’occasion pour monter leurs tarifs (« Les temps sont durs, mon petit Monsieur »), ou ceux qui bombardent de messages commerciaux pour vous rappeler que c’est le moment parfait pour vous acheter cette splendide ceinture de massage électrique pour vos abdominaux, mes petits amis, puisque la salle de sport est fermée !

Je tiens donc à proposer que lors de la Libération, où le peuple libéré descendra dans les rues célébrer la fin du confinement, on tonde en place publique ces margoulins.

J’ai d’ailleurs un très grand stock de rasoirs que je vends à -10%. Je dis ça comme ça, attention, hein, moi je fais ça pour vous aider.

Profiteur de guerre, allégorie.

 

Le Geek (mais pas trop)

« Eh mais moi le confinement, c’est ma vie quotidienne ! »

Cette blague, vous l’avez probablement déjà lue ou entendue plus souvent que « Comment ça va ? Comme un lundi ! » durant l’ensemble de votre vie. Car si le geek est un peu le peuple indigène des réseaux sociaux, voilà que comme tout le monde se retrouve dessus, il compte bien en profiter. Alors certes, il a encore moins de choses à raconter que d’habitude, mais cela ne l’empêche pas de passer par toutes les phases similaires de son peuple des plus prévisibles :

  • Poster quotidiennement des images de son chat
  • Demander qui a le dernier Animal Crossing pour aller parler ensemble aux hérissons du coin
  • Répéter une énième fois « Eh mais moi le confinement, c’est ma vie quotidienne ! »

Parfois, il a joute même « lol », ce qui revient à appeler la mort de ses vœux. Attention cependant, on parle ici du geek urbain qui s’autodéfinit comme tel, de celui qui prend des cafés chez Starbucks en glandant sur son Mac, pas du geek certifié hardware.fr qui est enfermé chez lui à faire des installations de Linux sur des machines bricolées au fer à souder. Aussi, internet est surtout un grand jeu pour lui, et il compte bien vous en faire profiter en passant ses journées à répondre à des questionnaires Facebook et à faire tourner des photos « Pendant la crise, remplissons Facebook de photos de *insérer ici un sujet quelconque*. » . Au bout de quinze messages de ce genre, vous l’aurez bloqué, prouvant ainsi que même confinés loin de chez vous, vous avez des gens qui arrivent à se rendre insupportables.

« Je suis trop un geek ! Vous connaissez les chaînes ? Ce sont des images à faire passer à tous ses contacts, ça vient de sortir, je l’ai vu sur Brut,, j’adore ! »

 

Je l’annonce donc officiellement : si je tombe encore sur une chaîne – ce virus nous a renvoyé en 2002, je ne l’explique pas autrement – ma MG-42 devra servir plus tôt que prévu.

Alors bonnes gens, profitez bien de ces crises pour identifier les connards de votre entourage.

De mon côté, à défaut de faire des chaînes, je fais leur liste.

En confinement, restons productifs.

154 réponses à “Les connards du confinement

    • Dans l absolu , les memes connards se retrouve que ce soi en confinement ou pas !
      Par contre , je vais reagir sur le positivisme !
      Dans toutes situations , quelle soit aussi malheureuse et conséquente qu aujourd hui , il y aura du positif derrière ( bon , beaucoup de négatifs aussi ) car chaque situations de la vie nous apprend des choses et le covid va en faire parti
      C est oblige qu il y aura du gains , a voir si les dommages collatéraux seront bien plus conséquent

  1. Ca manque de chatons écrasés à coups de pelle mais je suppose que le ravitaillement doit être compliqué en ce moment?

  2. J’avais commencé une chronique quotidienne… Pour la première fois de ma vie je me retrouve dans une de tes catégories, ce qui fait de moi une connasse^^. Mais si on était écrivain avant, ça change quelque chose :) ?

  3. Merci, cher Odieux, d’avoir fait œuvre scientifique en établissant aussi précisément la typologie (peut-être non exhaustive, le confinement n’est pas terminé) de l’imbécile au temps du coronavirus.

    • Cher connard,
      Oserai-je vous proposer une catégorie supplémentaire du dépressif chronique, qui ne voit réellement aucune différence entre avant le confinement et pendant (sinon que pour aller chercher ses Xanax, il doit remplir une attestation) ?
      Celui qui, désabusé, ne voit qu’une suite logique d’événements qui font qu’il ne fera et ne sera jamais rien, puisque de toutes façons, l’humanité est destinée à s’éteindre d’ici vingt ans.

      Enfin, bon article :)

  4. C’est pas sympa pour les vautours qui sont des animaux très utiles à l’écosystème en limitant la propagation des maladies.

  5. Cher odieux,
    Il me semble que vous avez oublié la pire espèce, le je-m’en-foutiste. Description : espèce d’humain au QI proche de celui d’une moule et qui annonce fièrement : »j’en ai rien à foutre, je sors quand même ».
    Le je-m’en-foutiste se balade dans la ville, fait du football ou des barbecues avec ses amis (des je-m’en-foutistes également) et râle quand un agent de la maréchaussée lui demande son attestation dérogatoire (il y a des agents qui ne mettent pas de contravention, mais qui font de la pédagogie (si vous vous reconnaissez, je vous adore), mais le je-m’en-foutiste râle quand même : « La France, pays des droits de l’homme, on a juste le droit de rester enfermé, c’est ça ? »)
    Bref, je suis preneur pour l’offre sur les rasoirs (réduction supplémentaire sur les lots?)
    Peace !

    • Vous avez oublié le gros connard de facho, qui met des mots dans les communs pour dénoncer son voisin, infirmier, qui par son métier « risque » de contaminer la résidence. Donc il est sommé de dégager fissa. Même chose pour les gays, parce que, je cite: vous êtes les premiers à attraper le virus. Et ceux qui refusent l’installation provisoire de personnel médical dans un appart vide (CONTAMINATION!!!) Et ceux qui poussent des coups de gueules sur le net parce qu’on leur demande de ne pas faire de rando. Et le théoricien du complot qui nous abreuve de sa science à coup d’articles obscurs… bref les salopards sont partout.

      • Je vous signale que les « fachos » comme vous dites, proposent gracieusement des appartements à des SDF et des personnels de santé.
        Et pas de squatter ceux des autres comme de bons gauchistes.
        Salutations.

  6. « de toutes celles et ceux » : je suis extrêmement déçu par l’Odieux sur ce coup là. A 2 doigts de l’écriture inclusive au 1er degré

    • Non, rassurez-vous c’est de la galanterie, habitude classique et élégante de la langue Française, que les partisans de l’écriture inclusive dénonce comme étant patriarcalement fascisante, car maintenant les femmes dans l’idée qu’elles sont faibles et ont besoin des hommes… ce que l’OC résoudra par un débat entre une MG42 et des idiots. Au fait, en écriture inclusive, je pense qu’on aurait écrit « de tou-te-s ce-lle-eu-s-x », ce qui est clair comme du jus de boudin…

  7. Petite synthèse en musique, en mode Renaud!
    C’est vrai qu’il est doux d’être un connard, et avec un brin de mauvaise foi, c’est encore meilleur.

  8. J’ai croisé (au détour d’internet) un type proche du positiviste mais lui est pas du genre coach mais plutôt punk. Mais il était tout aussi agaçant.

    • Un punk positiviste ? Ça existe ? Du genre à taguer « Future » sur un mur ? On vit une drôle d’époque..

      • J’ai dit « proche du positiviste », parce que le type voit tout un tas de bienfait découler du confinement, comme le système qui galère et l’économie qui en prend plein la gueule. C’est dans ce sens là qu’il est punk (anti-système, anti-gouvernement, anti-UE, anti-mondialisation…).

  9. Vous les avez aussi, les positivistes aux messages « Les oiseaux chantent, les arbres fleurissent, le temps est magnifique », qui terminent par « Le problème, c’est l’homme », mais qui ne sont pas foutus de savoir que c’est le printemps qui débarque ?

    • C’est vrai qu’en plus du confinement, ce serait le comble du raffinement de pouvoir se lamenter sur une explosion de centrale nucléaire et de geindre que le monde ilétoupourripabo.

    • Cher Connard,

      Je me permets de vous suggérer l’ajout de la catégorie des « Le confinement est une opportunité de devenir une meilleur version de moi même ». Ils s’hexibent sur les réseaux sociaux en train de faire du yoga ou prennent des photos de leur plats super « healthy », décident d’apprendre à parler tchèque ou de lire l’intégrale de zola. Et bien sûr, ils ne peuvent s’empêcher d’en informer le monde vua les réseaux sociaux.

      Odieusement votre

  10. Sympa le petit clin d’œil à HFR. Au plaisir de vous y lire mon cher odieux, vous permettez que je vous appelle odieux ?

  11. Les gens que vous décrivez sont eux aussi malades. Ils ont été atteint du connard virus. (oui, cette blague a sans douté été déjà faite autant de fois qu’il n’y a de masques médicaux dans le monde en ce moment, mais je l’aime bien quand même)

  12. Personnellement, je vois encore beaucoup de trop de connard dans les parages… ils n’ont pas tous fui en province, loin de là, vous vous trompez monsieur OC… Ceux qui roule à 160 en ville dans le rue devant chez moi, les « T…. du …L » qui vocifèrent dehors « ouais!!! m’en branles, je reste dehors quand je veux… », et le nombre incroyable de sportif et de gens qui promènent leur chien!!! J’avais jamais vu autant de proprio dehors à toutes heures avant, c’est dire… C’est fou, non!!!???!!! J’en suis réduit à nettoyer la pelouse devant de toutes ces petites attentions qu’ils me laissent en offrande!!!! (je parle des proprios bien sûr, pas de nos amis les bêtes…)
    Par contre la tonte, je suis contre…^^ Ne serait-ce qu’historiquement parlant…Même si ça rentre dans la catégorie profiteur de guerre…
    Bon, dans le même temps, vous aurez le temps de lire nos commentaires, vu que comme tous le monde, z’êtes derrière un écran!!!! ;-) Moi z’aussi, mais depuis le boulot!!! :-p ;-)

    • Je ne veux pas dire de bêtises, mais je crois qu’on est un des pays au monde qui possède le plus d’animaux domestiques.
      Très peu de souvenirs de Russes, d’Anglais, d’Américains, de Japonais avec chienchiens et chatchats. Les Français sont gagas de leur toutous et autres boules de poils qui tombent.
      Et pourtant les SPA et autres refuges débordent d’animaux abandonnés par une autre catégorie de connards.

  13. Bonjour

    Vous connaissez tout les Français, vous critiquez/parlez de tout les Français ,ou ceux que vous voyez a la télé, que vous croisez (a peine) dans votre vie mème si vous êtes un écrivain, de vos amis/connaissances:collègues ou juste le lambda/bas peuple ?.

    Vous pensez a eux tous, vous connaissez leurs vie ?, vous en connaissez ?. Voulez-vous critiquez, confinez prés de 70 millions de Français ?..

    Tout le monde vie pas en pavillon avec un bout de terrain avec un budget de allez…de 2000€/+ pour s’acheter ce qu’il veut, et tout le monde ne peut pas faire du télétravail.

    Vous faites un parallèle avec Anne Frank, déjà il faut oser, je rappelle nous sommes pas en guerre avec un autre pays, pas en guerre avec un ennemie humain.
    Sommes nous en Démocratie ou en dictature, en guerre, confinement/ attestation de circulation, heures de sorties, des amendes, pourquoi pas des Ausweis, tickets et cartes de rationnement ?.

    Des grippes il y en a chaque année, il y a des vaccins, on les prends ou pas,on en meurs ou pas (des décès il y en a tout le temps, on est pas en confinement, la France n’est pas a moitié a l’arrêt ( j’exagère ou pas), j’ai jamais connus cela de ma vie et j’ai 54 ans et heureusement nous ne sommes plus au moyen-age. (On aurait fermé les portes des remparts et on aurait laisser mourir les pd2povres).

    Critiquez bien, ceux/celles qui doivent être critiquer mais interrogez vous avant de donner votre avis/opinion.

    • Tenez, monsieur, je vous adresse mes félicitations pour ne pas avoir
      Oublié de dénoncer les ausweiss, de ne pas être de ces
      Crétins prêts à tout gober, ces moutons prêts à tout
      Accepter, pourvu qu’on leur fasse peur, prêts à
      Renier leurs libertés et leurs
      Droits les plus élémentaires !
      PS : au cas où vous n’auriez pas compris, relisez en vous contentant des premières lettres de chaque ligne (je les ai mises en majuscules pour vous faciliter les choses) . Moi non-plus, je ne gagne pas des milles et des cents, mais je pense plus loin que le bout de mon nez et de ma petite personne… Et je pense à un proche à l’hosto. Et si vous n’avez toujours pas compris, écoutez cette amusante petite chanson : https://youtu.be/NQYPC-lWvbo

      • « Ça évitera a vos lecteurs de saigner des yeux »
        Comme quand on voit que certains confondent « a » (verbe avoir conjugué) et « à » (préposition) ? ;)
        Encore une victime de cette malédiction du net qui fait que celui qui veut reprendre l’autre sur ses erreurs le fait avec les siennes.

    • « pourquoi pas des Ausweis, tickets et cartes de rationnement ? »
      vu le nombre d’abrutis qui ont dévalisé les magasins en s’achetant genre 15kg de sel, 50l d’huile, 1200 rouleaux de PQ, 25kg de pâtes et 160 œufs oui ce serait pas une mauvaise chose …
      surtout que bon le sel et les pâtes ça va ça se conserve (même si l’abruti ne consommera jamais 15kg de sel dans toute sa vie …) mais les œufs finiront pour moitié à la poubelle …

      « je rappelle nous sommes pas en guerre avec un autre pays, pas en guerre avec un ennemie humain. »
      c’est vrai … et c’est pour ça que c’est pire: l’humain tu sais à peu près où il est alors que le virus lui …

      « il y a des vaccins »
      ben (sauf erreur de ma part) là justement y en a pas …

      « des décès il y en a tout le temps »
      et donc on ne doit rien faire pour en empêcher d’autres? …

      « on est pas en confinement »
      ben si …

      « interrogez vous avant de donner votre avis/opinion. »
      faudrait soi-même appliquer ce conseil non? …

  14. Cher Odieux Connard,
    Vous sourirez probablement en apprenant qu’en lisant le passage sur le don du sang dans votre excellente chronique, je me suis justement rappelé que ça fait plusieurs mois que je n’ai pas donné mon sang, et un an ou deux que je n’ai pas donné mes plaquettes ! Oubli réparé : j’ai pris rdv sur le site de l’EFS (etablissement français du sang : https://dondesang.efs.sante.fr/trouver-une-collecte) pour donner mes plaquettes sanguines. Mais je vous rassure, ce n’est pas de la générosité, c’est juste un péché d’orgueil, afin de pouvoir regarder les connards que vous évoquez (le logique et le politicien de comptoir, notamment) dans les yeux en leur disant « moi, j’ai risqué ma vie en période de confinement pour aller donner mon sang. Baisse les yeux quand tu t’adresses à un héros !  » Ah ! Culpabiliser les faux-culs, mon petit péché mignon….
    (Un seul reproche, toutefois : vous oubliez juste les connards du gouvernement qui ont préféré se concentrer sur les municipales, plutôt que de préparer des plans de bataille contre le covid 19 et des stocks de masques. Grâce à ces connards, qui ne sont pas odieux, mais médiocres, et dignes de gamelin, on est dans l’improvisation plutôt que dans l’anticipation, et dans la culpabilisation plutôt que dans le rassemblement, pour faire oublier que macron se vantait d’aller au théâtre une semaine avant la fermeture des bars, et que brigitte macron s’est rendue compte que des salauds allaient se balader en groupe sur les quais en se rendant elle même sur les quais en groupe pour se balader… )

    • Faire un geste altruiste juste pour culpabiliser d’autres personnes « faux culs » (je vous cite), ça ferait pas de vous … euh … comment dire … un faux cul justement ?

      Puis si vous vilipendez si fort le gouvernement actuel (je ne dis pas que vous avez raison ou tort : je constate), j’imagine donc que vous « kiffez le boule » (expression de jeune) de Roselyne Bachelot ?

      • Cher Kwiskas,
        Pour un lecteur de l’Odieux connard, je suis étonné que vous ne compreniez pas l’humour noir. Le 2nd degré, l’auto-dérision, je vous laisse explorer ces notions, c’est très instructif.
        Quant à dissimuler des intentions gentilles derrière un faux cynisme apparent, ça me paraît plus amusant, mais surtout plus cohérent avec un blog qui s’appelle Odieux Connard. Peut-être avez-vous un peu de mal à détecter la générosité et la noblesse d’esprit parce que vous en êtes dépourvus ? Ou alors c’est juste l’humour qui vous a manqué ponctuellement ? Dans ce dernier cas, pas d’inquiétude : cela peut arriver à tout le monde, un bon cognac et un bon cigare vous remettront les idées en place !
        Pour ce qui est de « kiffer des boules », inutile d’être vulgaire ! Si nous discutons, faisons le avec élégance…

      • Ah, ce grand classique de la foirade. Je ne me lasse jamais du second degré pas drôle, celui qui est suivi d’un commentaire « tu es vraiment moche en fait », suivi de « nan, mais chuis trop intelligent pour toi. D’ailleurs chusi trop intelligent pour faire du second degré compréshensible voir même un poil drôle ». Ca me régale.

      • Et check : tu as oublié un dernier intervenant : celui qui est soit trop idiot pour comprendre, et qui joue les trolls en croyant avoir la capacité de déduction d’un sherlock holmes, mais qui n’est qu’un troll de bas-étage ; soit un génie supérieur, celui qui connaît les gens mieux qu’ils ne se connaissent eux-même au sein des réseaux sociaux, mais qui n’est que le roi des sections commentaire, tout en étant un crétin IRL. Quel blaireau préfères-tu être, mon grand ?

      • Je préférerais être toi, à l’évidence. Mais t’as déjà pris le rôle de l’idiot bouffi de suffisance qui poste des vannes ratées en essayant désespérément d’avoir le dernier mot. Oh et puis zut, un peu de redondance n’a jamais tué personne.

      • Et check : quand on commence à sortir de la vanne non-argumentée transposable en mode copier-coller, je crois que c’est le moment où il ne sert plus à grand-chose de répliquer. Toutefois, je n’ai pas bien compris l’usage du mot redondance dans ce contexte, et je serais curieux de savoir si c’est une vanne foirée à la perceval & karadoc, ou juste la malédiction du correcteur orthographique lourd.

      • Mon humour noir se porte bien, merci (le jaune, rouge, et les autres couleurs aussi, mais ça apparemment vous vous en foutez, raciste !). Et je connais fort bien la tonalité de ce blog. De même que la propension de certains commentateurs à se croire aussi doué dans l’art du cynisme que le maître des lieux. Quelques uns le sont, sincèrement. Mais la majorité n’en sont que de pâles copies, et tentent de cacher leur médiocrité par des répliques du genre « ah ! trop médiocre pour comprendre mon humour avec tellement de degrés que l’air autour de moi est en train de s’ioniser ! ».

        Quant au cognac et au cigare, très peu pour moi, merci. Je ne suis peut être qu’un chat, et non un tigre. Mais au moins je ne suis pas un mouton, à apprécier des choses que je n’aime pas juste pour donner l’illusion.

        Quant à la gentillesse et bonté d’esprit … voyons, soyons sérieux. Il faut s’intéresser aux autres pour cela. Or je suis un chat : je ne pense qu’à moi de toute évidence !

      • Kwiskas, je suis donc rassuré sur votre compte : votre remarque n’était donc pas moralisatrice, mais bien humoristique, bien que ratée, ce qui peut arriver à tout le monde.

        Rassurez-vous : vous vous rattrapez largement sur votre message suivant, ce qui me permet de vous présenter mes excuses pour ce malentendu. Mais quand vous lancez une boutade pour sourire de façon complice du faux manque de morale des autres, n’oubliez pas d’y mettre de l’humour ; autrement, on pense que vous êtes sérieux, et moralisateur à un moment où ce n’est pas de mise.
        Eternel problème de l’écrit, où l’humour ne passe pas toujours aussi bien qu’à l’oral…

        Pour ce qui est d’égaler le maître des lieux, je ne vois pas à quel moment j’ai prétendu égaler la qualité de sa prose (en fait, ça m’est égal, je n’ai pas besoin de ça pour exister) mais si ça vous fait tellement plaisir d’inventer pour fonder votre vanne, je vous laisse le point au lieu de vous retourner le compliment. En effet, je ne fais jamais de compliment aux chats. A la rigueur, je leur donne des coups de pied au cul validés CCC pour leur rappeler leur place dans la chaine alimentaire, mais c’est encore leur donner trop d’attention, à mon avis.

        Pour ce qui est du cigare et du cognac, je n’avais pas vu que vous étiez un chat, désolé pour cette méprise. Mais en effet, j’ai moi-même eu l’occasion de bavarder avec assez d’amis chats pour savoir qu’ils n’aiment généralement ni le whisky, ni le cognac, ni le cigare. Mais je ne me permettrais pas de critiquer : on pourrait penser que c’est un manque de goût de ne pas savoir savourer un Montecristo avec un verre de Decroix ou de Lagavulin (oui, ca choque quelques fois les puristes que je préfère un whisky au goût tourbé avec mon cigare, mais tant pis pour les moutons, comme vous dîtes) , mais nous-même ne pourrions peut-être pas savourer avec autant de plaisir la poésie d’une balade sur les toits au clair de lune, et moi-même, je n’ai jamais su ronronner avec autant d’élégance que mes amis chats. Alors qui suis-je pour juger ?

        Et sinon, par simple curiosité : quelle était cette histoire avec Roselyne Bachelot, une fois qu’on a réglé le problème du vocabulaire ? Vous pensiez à cette vieille polémique au moment du H1N1 ?

      • Ouah. Ca faisait longtemps que j’avais pas vu quelqu’un autant creuser/ramer. Et il bien raison, il faut faire du sport en cette période de confinement.

      • Bill Adama : je crois qu’il y a en effet eu malentendu. Comme vous l’avez si bien dit, nous sommes sur le blog d’un odieux connard, donc par défaut, on peut s’attendre à un certain type d’humour. Et donc, par défaut, les messages que je laisse dans les commentaires sont de cet ordre, SAUF si je précise le contraire (ce que je fais de suite, pour signaler que dans ce message, je redeviens sérieux qq minutes).
        Maintenant, vous ne me connaissez ni d’Eve ni d’Adam (qui seraient tout à fait le genre à pas respecter le confinement, sous prétexte que Dieu a pas foutu une barrière autour de leur logement), du coup vous pouviez pas deviner. Soit, la situation est maintenant rétablie. Il est donc temps pour moi également de m’excuser, car je croyais que votre 2e message (donc celui où vous me répondez) était une tentative de pique. En fait non : si je comprends bien, vous n’aviez pas compris que j’avais compris. Je sais pas si c’est compris ? Enfin bref, au plaisir ! (et sans 2e degré)

      • Foutrediantre ! J’ai oublié de répondre à ça :
        « Et sinon, par simple curiosité : quelle était cette histoire avec Roselyne Bachelot, une fois qu’on a réglé le problème du vocabulaire ? Vous pensiez à cette vieille polémique au moment du H1N1 ? »
        Oui en effet, je faisais référence aux mesures prises suite à la dernière épidémie qui a fait trembler nos politiques. Et le fait que tout le monde lui en avait mis plein la tête (moi le premier à vrai dire ; parfois il faut savoir reconnaître ses erreurs …), alors que finalement, elle n’a pas forcément eu tort sur tout.

      • Kwiskas : ce qu’il y a de bien avec ce genre de malentendus entre personnes qui ont du caractère, c’est qu’il permet parfois de voir de belles réactions de panache. Non-seulement vous avez bien compris que je n’avais pas compris ce que je vous aviez compris, mais je me comprends ; non-seulement j’aime beaucoup votre plume pleine d’humour, d’élégance et de subtilité ; mais vous avez du panache. Et ce panache fait de vous une personne éminemment sympathique… Enfin, un chat éminemment sympathique. Enfin, vous m’avez compris !

      • Lui il a compris. Toi tu t’es bien ridiculisé. Le non comprenage, le hautainisme, le non mais c’est un mal-entendu de personnalité fortes. C’est tellement magnifique de transparence qui se voudrait un poil opaque. Ah, je me régale. C’est vraiment trop bon cette suffisance et cette arrogance justifiée par rien d’autre que de la stupidité bête et idiote, c’est délicieux.

      • Et check : heureusement qu’il y a des gens comme vous, bonhomme, pour inonder le monde de leur sagesse, comprendre ce que les gens n’osaient pas avouer avoir pensé, voire ce qu’ils avaient pensé sans même s’en rendre compte. Ah ! Si l’académie française ou le ministère de la justice ou des affaires étrangères se décidaient à faire appel à vos talents, que de mystères éternels seraient enfin résolus !
        Comme par exemple le sens secret du mot redondance dans votre dernier message…
        Adieu, très cher, et promettez-moi de sortir de l’ombre pour nous illuminer !

      • Yersinia : le coup de pied au cul CCC, c’est une référence aux fausses pubs des Nuls de l’émission, qui parodiaient des pubs de l’époque :

        Et aussi https://youtu.be/qctgx7nrB30
        « les chats, c’est vraiment des branleurs. Ils passent leur journée à claquer leur pognon au baby-foot, et à fumer des pétards. Alors les nuls ont inventé… Le coup de pied au cul !
        (Cri de chat qui miaule, aussi bien imité que la séquence des doublages & bruitages « à la bouche » de l’excellent La cité de la peur)
        Ceci est un message du CCC, le Comité Contre les Chats. »
        En espérant que ça vous aie fait sourire en période de confinement… Et si vous avez du temps à perdre, et que vous ne connaissez pas l’univers des Nuls, vous pourrez trouver facilement sur internet La cité de la peur !

      • Karamazov , l’effet Cannes …. ( hihihi c’est râpé pour cette année : pas de défilé de connards et connasses ni d’abrutis pour baver devant ) quant au hurlement du chat , j’espère qu’il n’est pas consécutif à un coup de pied au croupion de l’animal ( un dieu , lui aussi ) sinon je vais être très en colère .

      • Eclairez la lanterne de pauvre ignorant, très cher : qu’est ce donc que la FTL ? Non-pas que j’en aie grand-chose à foutre, mais j’ai la flemme de chercher, et des choses plus intéressantes à faire

      • Oups ! Désolé pour le côté désagréable de ma réponse, j’étais de mauvaise humeur au moment de vous répondre, ce qui n’est d’ailleurs pas une excuse, et j’avais l’impression de voir un commentaire ironique/désagréable avec private joke. Ceci dit, pourriez-vous éclairer ma lanterne sur la FTL, je vous prie ?

    • Ce message a été approuvé par le Centre de Vérification des Messages en Période de Confinement.

  15. Et pour l’avoir vécu le profiteur qui amène gratos de la bouffe à l’hôpital mais à condition d’une photo pour éventuellement faire de la pub. Généreux mais intéressé faut pas déconner non plus…

  16. très bon article comme toujours!

    mais je trouve qu’il y a quand même un grand absent, le penchant négatif du positiviste : le « c’est nous le Virus, voyer comme la planète se porte mieux en ce moment! »

  17. Visiblement il y a aussi des connards qui écrivent sur les connards en pensant ainsi ne pas en faire partie.

    • On est tous le connard de quelqu’un. Mais il y en a qui sont les connards de beaucoup de monde en même temps.

      • comme vous avez raison …. et  » on  » se lâche : je ne me souviens pas avoir aussi souvent lu le mot  » connard » dans les commentaires de ce blog ! sauf bien sûr pour citer le taulier …. le virus de la chauve-souris et du pangolin réunis aurait-il des vertus cathartiques ? il pousserait à l’auto critique ? il ferait tomber les écailles qui encombrent nos mirettes ? trop drôle …..

    • Pascal n’a pas tord, on devrait d’ailleurs leur trouver spécifiquement un nom, genre « odieux connard ». =)

  18. Est-ce que ces expert en virologie sont les mêmes experts en économie et budget de l’Etat de la présidentielle 2017, expert en bâtiment et architecture lorsque Notre-Dame de Paris a brûlé?

    • Avant on parlait de « discussion de PMU ». Mais grâce aux réseaux sociaux, on parle de « trend » ou connerie du genre. Mais la qualité reste la même qu’on se rassure !

  19. ce qui me fait marrer ce sont les commentaires, où 90% des gens pensent que le connard c’est les autres. On est tous le connard de quelqu’un haha

    • C’est vrai ici on en trouve pas mal de la catégorie connard prétentieux, condescendant, etc…

  20. Merci, cher Odieux, d’avoir fait la distinction, encore trop rare, entre le pseudo geek et celui qui est « plus vrai ». Quand je vois certaines pages facebook se targuer d’être à destination des geeks, utiliser le terme « geeker » comme synonyme de jouer à des jeux vidéos, cela donne effectivement envie de sortir une MG42.

      • Bah…je sais que ça peut sembler idiot, comme ça, mais…..oui, clairement.
        Car être geek, c’est pas juste jouer à des jeux vidéo et mater des mangas tout en allant voir Avengers au ciné.
        C’est avant tout un état d’esprit, et c’est pas forcément simple à décrire.
        Mais ce n’est pas non plus « juste un passionné » car le fan de tuning n’est clairement pas un geek (ça se peut hein, mais bon….).
        Et c’est assez…irritant, on va dire, de voir des prétendus geeks s’en revendiquer, alors qu’ils en sont en réalité très très loin car ils sont juste geeks aujourd’hui parce que c’est cool aujourd’hui.

  21. Je suis un Barbare , moi j’aime personne.
    Je veux juste écraser mes ennemis et entendre les lamentations de leurs femmes !

    • Je préfère aussi le travail manuel à la hache à 2 mains que d’utiliser une vulgaire MG-42 qui peut tomber en panne.
      Et puis sa fait rigoler Crom

      • N’oubliez cependant pas la révision toute les 10000 têtes. sinon votre hache risque de schlomper.

  22. Cher Monsieur Connard,
    Permettez-moi humblement de vous suggérer une catégorie supplémentaire : le survivaliste.
    Sur-équipé et sur-entrainé, il peut vivre en autonomie complète plus de 18 mois, grâce notamment à un astucieux système de recyclage de PQ qu’il a lui-même mis au point lors de la première fin du monde de 2012.
    Il dispose également d’un large choix d’armes pour éloigner les intrus. Et je me demande, vu votre magnifique MG-42, si nous n’êtes pas dans cette catégorie !
    Au plaisir

  23. Suis-je la seule à vouloir un journal de confinement de Monsieur l’Odieux? A la fin, je veux savoir si vous avez fait plus de morts que le virus… (et pas en chatons, c’est de la triche)

  24. Si l’on pense qu’il faut savoir dissocier « Le pangolin de son oeuvre », est-ce une forme de positivisme malencontreux ?

  25. Je suis coupable de « Pendant la crise, remplissons Facebook de photos de *insérer ici un sujet quelconque* ». Mais mon sujet était les chars d’assaut, et j’ai mis un Pzk-IV, celui qui a fait du tourisme dans les Ardennes en 1940. Si l’Odieux pense que je mérite malgré tout la MG-42, je suis prêt.

    • Vous méritez une MG-42, mais dans vos mains. Ce qui manque le plus à Facebook, ce sont des photos de chars. Ou d’avions (de guerre bien sûr). Ou de gros bateaux avec plein de canons dont le calibre dépasse 100 mm. Ou de canons directement, faisons simple.

      • Ou de trébuchets, les engins de siège les plus puissants sur le marché, capables d’envoyer une charge de 90kg à plus de 300m grâce à un ingénieux système de contrepoids.

  26. la MG-42 , je pense qu’elle ne suffira pas et si on demandais a l’armée française quelques légionnaire de leur meilleur crus, après tout le légionnaire est joueur.

  27. Il manque les complotiste. Je suis sur que tu as fait exprès de les oublier car tu fais parti du complot !

    • Jamais compris la définition de cette catégorie…
      Les complotistes anti-russes?
      Les complotistes des chevaliers de la table plate?
      Les complotistes de l’Eglise catholique qui cache des caves orgiaques sous le Vatican?
      Les complotistes qui pensent que l’amiante est inoffensive mais qu’on nous a rien dit?
      Les complotistes du Médiator qu’était bien moins dangereux que la chloroquine?

  28. Histoire de vous maintenir en forme et de vous distraire,peut-on vous envoyer des demandes de films à spolier dans la bonne humeur?
    Moi, je dis ça pour vous hein, c est vous qui voyez par exemple « left behind »avec NICOLAS CAGE…

    • mouais … Nicolas Cage a d’assez beaux yeux ( avec double rangée de cils ) mais il a le regard vide . vous n’avez rien d’autre en magasin ?

  29. Merci, cher connard, de rappeler qu’à une époque, un geek, c’était quelqu’un qui BIDOUILLAIT une machine Pour faire tourner UN JEU dont il ne possédait PAS LA LICENCE. Aujourd’hui, c’est quelqu’un qui achète la dernière « nouveauté » de la marque à la pomme, pour trois fois mon salaire mensuel. Soit exactement l’inverse.
    Un cas de jumeau maléfique, en somme.
    Il est troublant, aussi, qu’un virus dont les porteurs sains sont les plus jeunes « quelle planète vous nous laissez », tue les plus vieux « pollueurs inconscients pendants des décennies ». N’empêche que je proteste, avec véhémence, contre quiconque s’amuserait à parler d’un « Greta-corona virus ». Honte à vous, de penser une chose pareille (Greta-corona).
    Enfin, mais ça n’a rien n’a voir, une épidémie sans zombies (qui étaient la seule chose sympa des années 80, les temps changent et moi je suis vieux), sans aliens et surtout sans lance-flammes, c’est nul.
    SANS LANCE-FLAMMES ! Une EPIDEMIE ! Le désespoir m’étreint.

    • Ne perdez pas espoir l’ami ! L’essence est peu chère, il faut en profiter. Faites le plein pour les beaux jours, le barbecue se rapproche.

      • Je pensais au lance flammes, mais une petit spécialité de bar de notre ami Viatcheslva c’est très bien aussi.

  30. En voilà trois de plus. C’est cadeau.

    -Le critique littéraire.
    Il méprise ouvertement les journaux de confinement de ces bourgeois à la plume médiocre (par « bourgeois », comprendre « toute personne vivant dans un appart plus grand que le sien », surtout s’il y a un jardin, et même si le critique lui-même est loin d’être en galère), tout en relayant lesdits journaux avec son commentaire hargneux en bonus, histoire que ses followers ne puissent les ignorer, même s’ils le voudraient bien.

    -Le parent martyr.
    Ses gosses n’aiment pas être confinés et le lui font savoir. Du coup il grince des dents en pensant aux autres connards qui n’en ont pas, des gosses, ces cons. Déjà parce que ne pas être parent c’est quand même pas très normal, et puis ils ont intérêt à pas trop la ramener en mode « je me la coule douce », n’est-ce pas (c’est à dire faire la moindre référence à leur quotidien, forcément moins stressant, et à leurs loisirs plus étendus). Parce qu’en attendant c’est pas eux qui se retrouvent esclaves de leurs gosses hyperactifs et exigeants. Le parent martyr ne se demande pas si l’éducation qu’il donne à ses gosses (ou plutôt qu’il ne leur donne pas) n’est pas la première cause de ses problèmes.

    -Le bien-pensant indigné, qui décrit les sévices variés qu’il rêve d’infliger aux gens imprudents qui sortent de chez eux, à base de noyade, lapidation et j’en passe. Le bien pensant s’affirme pourtant gauchiste, vegan et féministe, ce qui ne l’empêche pas de faire remarquer à quel point ces bonnes femmes qui traînent dehors malgré les consignes sont vieilles et moches (et méritent la mort).

  31. En voilà trois de plus. C’est cadeau.

    -Le critique littéraire.
    Il méprise ouvertement les journaux de confinement de ces bourgeois à la plume médiocre (par « bourgeois », comprendre « toute personne vivant dans un appart plus grand que le sien », surtout s’il y a un jardin, et même si le critique lui-même est loin d’être en galère), tout en relayant lesdits journaux avec son commentaire hargneux en bonus, histoire que ses followers ne puissent les ignorer, même s’ils le voudraient bien.

    -Le parent martyr.
    Ses gosses n’aiment pas être confinés et le lui font savoir. Du coup il grince des dents en pensant aux autres connards qui n’en ont pas, des gosses, ces cons. Déjà parce que ne pas être parent c’est quand même pas très normal, et puis ils ont intérêt à pas trop la ramener en mode « je me la coule douce », n’est-ce pas (c’est à dire faire la moindre référence à leur quotidien, forcément moins stressant, et à leurs loisirs plus étendus). Parce qu’en attendant c’est pas eux qui se retrouvent esclaves de leurs gosses hyperactifs et exigeants. Le parent martyr ne se demande pas si l’éducation qu’il donne à ses gosses (ou plutôt qu’il ne leur donne pas) n’est pas la première cause de ses problèmes.

    -Le bien-pensant indigné, qui décrit les sévices variés qu’il rêve d’infliger aux gens imprudents qui sortent de chez eux, à base de noyade, lapidation et j’en passe. Le bien-pensant s’affirme pourtant gauchiste, vegan et féministe, ce qui ne l’empêche pas de faire remarquer à quel point ces bonnes femmes qui traînent dehors malgré les consignes sont vieilles et moches (et méritent la mort).

    Désolée pour l’éventuel double-post, le wifi refuse de participer à l’effort de guerre.

    • @LN ! dans votre liste de punitions pour les contrevenantes , vous avez omis le pal ! ce supplice qui commence si bien et finit si mal . c’était pourtant l’occasion de leur faire une fausse joie , à ces gueuses .

  32. Bonjour,
    je viens de chez Géhem.
    C’est plutôt bien vu, toute cette population diverse et variée de connards.
    Je me demande juste dans quelle catégorie je dois me ranger… ;-)
    En cherchant bien, peut-être…
    Bonne soirée
    Mo

  33. Bravo !
    Mais tu as omis de parler des COMPLOTISTES, pour qui ce qui arrive est monté de toute pièce par une secte puissante de lobbyistes installés sur la face cachée de la Lune, certainement depuis le 18e anniversaire de Nostradamus.

    • C’est évident les laboratoires bactériologiques sont un fantasme d’extrême-droite.
      A Wuhan, y’a pas de labo P4. C’est un complot de l’internationale communiste des chauve-souris.
      Comme en Angleterre, y’a pas de laboratoire militaire juste à côté de la ville où lex-agent russe skripal a été empoisonné (par les russes, c’est logique…).
      Tenez, un reportage italien de 2015 sur les labos bactériologiques. Personne ne pouvait savoir, c’est évident!

      • cette épidémie est le résultat de la convergence des luttes ! un pataquès organisé par la chauve souris et le pangolin !

      • C’est évident : ON NE NOUS DIT PAS TOUT.
        Il faut imaginer des pangolins, illuminatis circoncis (évidement) et reptiliens, dans un labo P4, pour un virus classé P2. A trafiquer un virus pour qu’il ait l’air naturel, enduisant d’erreur les dizaines de milliers de personnes capables de comprendre à quoi ressemble un génome de virus trafiqué. Pour éliminer 0,3% de l’humanité, au mieux.
        Sébastien, les pangolins,gérontophobes, grossophobes et irrationnellement poutinophobes ONT TON IP ET SAVENT OU TU ES CONFOFINE, gros malin.Tiens nous au courant de la façon dont ils vont te réduire au silence (je suis très curieux de la suite).
        Merci d’avance, et ne te lave pas que les mains (tu devrait snifer de la javel pure, à mon avis : Les pangolins circoncis contrôlent tes pensées grâce aux chemtrails).

      • Sebastien est un sahcant. Il à donc surement Nord VPN et ne risque rien sur internet. Par contre, effectivement, attention au fluor dans l’eau, c’est les chinois qui l’y ont mis. Ca ne peux pas être pour une honnête raison.

      • doit-on en déduire qu’ils ont un vaccin? ou qu’ils ont modifié leur génome pour y être résistant? ou alors qu’ils sont terrés dans des bunkers secret hermétiques?
        nan pasque lâcher un virus qui ira peut-être te tuer toi, ta famille et tes potes faut être un peu con nan? (ok certains abrutis fanatiques seraient assez cons pour le faire mai pas les petit gris Illuminatis reptiliens du centre de la face cachée de la Lune …)
        ou alors c’est un accident? (« oh ben ça alors! »)

        ou alors plus simplement une évolution naturelle combinée à un manque d’hygiène (faut voir leurs marchés vivants …) et une propension à bouffer tout et n’importe quoi? (ah ouais mais c’est moins fun …)

        ha et sinon les reportages « censurés » trouvables sur YouTube … voilà quoi …

      •  » les chinois sont planqués dans des bunkers  » : évidence …. la meilleure preuve : il n’y a pas âme qui vive dans les rues de Wuhan .

      • Chère Yersina, c’est des pangolins illuminatis reptiliens, circoncis et aux écailles grises que nous parlions.
        Certes, ils vivent en chine, mais ne sont pas pour autant chinois.
        Quand on porte, comme vous, le nom d’une petite bête qui a tant fait fi des frontières, on devrait être sensible à ceux qui , comme notre pangolin et sa copine Corona, proclament : « qu’importe où je demeure, je suis du monde entier ».
        A quoi s’ajoute la saveur de l’ironie cynique de nos margoulins, originaires, de toute évidence, de la face cachée de la lune. Qui n’ont pas eu a modifier leur génome pour être immunisé. Et oui, ils ont un vaccin, et le vendront à prix d’or quand tout le monde sera mort (les virus et les pangolins sont nuls en affaires, ce qui prouve qu’ils sont sans doute aussi à l’origine de la crise des subprimes).
        Et aucune vidéo sur YouTube pour expliquer ça : Qu’on vienne me parler de censure.

      • ces pangolins si vicieux auraient pris la précaution ( avant de disséminer mon p’tit frère ) de déposer un marqueur sur leurs amis ( et leur petit personnel ) par des livraisons ( gratuites , je précise ) de brandy et autres douceurs , les immunisant du même coup ? tordu mais efficace ! ( ‘tain : j’ai l’impression de discuter avec AS , le mec au bonnet , moi …. )

      • Je crois que les pires posts de conspis en délire (et en toute bonne foi, celui de Sébastien n’en faisait pas partie) sont aussi navrants que les tentative d’humour malaisantes pour brocarder les conspis en question, du moins ceux qui sont supposés l’être.

        Ils ont rejoint les vieux cathos et les Belges au rang des punching balls faciles: le stock de vannes est illimité, puis ça ne mange pas de pain, et le pire c’est que ça donne un petit côté Desproges: quelle gloire que de dénoncer fièrement la bêtise des platistes YouTube. Pour les amis du bon Lapalisse, c’est sans aucun doute le summum de la critique sociale acerbe.

  34. J’attendais avec impatience un billet sur le confinement de votre part. Jamais déçue.

  35. L’explosion de l’achat de papier toilette serait-il a mettre en relation avec l’annonce de la semaine dernière du secrétaire d’Etat au Numérique disant qu’il y avait eu une augmentation de 50% du porn ?

  36. excellent ! j’ai bien ri ! ( y compris de ma propre  » connardite  » éblouissante et impossible à éviter en période de confinement ) merci Ô Dieu .

  37. « L’homme sage a des réserves, l’homme très sage a une MG-42 pour demander celles de l’homme sage. »
    Même pas besoin de matériel lourd. Quand l’appartement de la petite vieille d’à côté commence à sentir comme un congélateur plein après une coupure de courant, les réserves de ladite petite vielle sont en libre-service.
    Là, pour le coup, ne pas oublier le masque.
    De rien, j’aime aider mon prochain moi aussi.

    • c’est tout à votre honneur , @Jarnac ! les personnes âgées n’ont que trop tendance à  » faire des stocks  » ! c’est charitable de mettre un peu d’ordre dans leur appartement , avant d’ ouvrir la fenêtre et d’appeler les pompiers .

  38. Je reviens sur la MG 42. Cette arme a fait ses preuves, c’est certain, et à vrai dire dans cette catégorie on n’a pas fait beaucoup mieux depuis (la Bundeswehr utilise toujours la MG 44, après avoir baissé la cadence de tir par trop gourmande, c’est dire).
    Ce genre de colifichet amusant hante mes rêves depuis ma plus tendre enfance, mais étant actuellement relégué à la catégorie « connard confiné avec 3 gnards de moins de 5 ans dans 70 m² et dont la femme est tenue de continuer de bosser », je m’endors (très tard) en rêvant à un Titan Warhound avec Annihilateur à plasma, Canon Volcano, Incinerator géant et boule de démolition (pour fignoler).
    Lorsque je me mettrais à rêver d’Exterminatus, je suppose qu’il me faudra réagir. Ou lâcher mes 3 Termagants dans la rue.
    Cher Odieux, je suis surpris que vous-même ne subissiez pas un surcroît de frustration vous conduisant à une course personnelle aux armements. Passer ses nerfs sur des chatons et des stagiaires c’est très bien, mais moi, ça ne me suffit plus!

    Odieusement.

  39. Je penses que tu as oublié une catégorie : les « jemenfoutcomplet » qui sorte constamment en famille avec plusieurs attestation adaptés en fonctions des heures, qui squatte les parcs et les places publiques pour profiter du beau temps au risque de contracter la maladie ou la faire contracter si ils sont porteur du virus alors que les hôpitaux vont (ou sont en fonction des régions) saturés.

    • C’est vrai que profiter du beau temps en famille frise la démence ! Sérieusement, à défaut de lécher le mobilier urbain ou de courir après les glaires, s’ils se baladent sans adresser la parole à quiconque, pourquoi un caca nerveux? Voilà qui laisse beaucoup de « jemenfoutcomplet » de ton avis (:

      • Samedi en présence d’un médecin à un centre d’accueil pour patients covid, elle regarde dehors et me dit « ils respectent pas beaucoup le confinement quand même… »
        Sauf pour les gens dont les gamins ont absolument besoin de sortir (on veut pas d’infanticide quand même) ce serait cool si les gens sortaient juste pour faire du sport et seuls et pas en troupeau pour « se promener et profiter du beau temps »

  40. En réalité, il n’y a que deux catégories: les paranos et les conspis, mais on ne sait pas encore lesquels seront les zombies…

  41. Apparemment on commence à réaliser que le virus pourrait se transmettre par l’air et pas que dans les postillons. Ce qui expliquerait sa grande contagiosité et donc pas besoin d’être juste à côté d’une personne infectée pour l’attraper. Donc dire « je reste loin des autres je peux sortir ça va »… Non. Affaire à suivre… Mais le plus énervant dans cette histoire c’est que les abrutis égoïstes qui ne craignent pas pour eux même car non « fragiles » ne réalisent même pas qu’ils font courir un risque aux autres et surchargent les services de réanimation par leur comportement. Quant au port de masques quand je vois le nombre de gens qui en ont qui devraient être réservés aux soignants (chirurgicaux et ffp2, d’où ils les sortent???) mais qu’en plus ils ne sont même pas foutus de les porter correctement et donc les gaspillent ça me donne des envies de meurtre…

    • Zut je voulais mettre ce message en réponse à tobor deux messages au dessus. Désolé mauvaise manip (foutue tablette)

      • Ah, des envies de tentatives de meurtres, voilà qui va être très utile pour désengorger les urgences !
        Voilà l’été, les moustiques vous aurez sans-doute envie de massacrer les personnes qui ouvrent leur fenêtre ?

      • Ceux qui se font piquer par les moustiques ne mettent pas les autres en danger et ne le font pas par égoïsme, je ne vois pas trop le rapport. Vous avez lu mon message ou juste les 7 derniers mots?

      • Oui, enfin, quand le moustique piquera un infecté confiné chez lui puis passera chez les voisins tout aussi confinés, on verra ce qu’en pensent les spécialistes…

  42. Je pensais que les premiers à être évoqué allaient être les connards qui continuent à se réunir en nombre, ne respectent pas les disances sociales et l’hygiène élémentaire ou qui pillent les commerces.
    Mais peut-être sont-ils si graves qu’ils entrent dans une catégorie à part?

  43. Ah le courageux Parisien qui apporte des risques supplémentaires de contamination à des patelins où en théorie, celui-ci est minime. Mythique en effet. Voilà qui va encore améliorer leur image auprès de la province !

    La pire engeance est sans aucun doute celle du pilleur compulsif, de la brebis en stress (dont le QI tient plus du bulot méningité) qui va remplir des caddies entiers d’huile, de pain, de pâtes ou de PQ (mais pourquoi foutre, Sainte Madonne, les faire en brochette ??) en créant de vraies pénuries… pénuries dont ils doivent évidemment se plaindre ensuite, car ça ose tout ces machins, c’est même à ça qu’on les reconnaît.

    Remarquons la logique de ces êtres qui entassent des bidons d’eau, mais aucun réchaud pour les pâtes. L’eau va donc être coupée, mais le gaz de ville lui sera toujours là. Allez comprendre… Enfin, non, sortez la MG 42.

    • Je crois que les pires posts de parisiens en délire sont aussi navrants que les tentative d’humour malaisantes pour brocarder les parisiens en question, du moins ceux qui sont supposés l’être.(et en toute bonne foi, celui de un passant en fait partie)

      Ils ont rejoint les vieux cathos et les Belges au rang des punching balls faciles: le stock de vannes est illimité, puis ça ne mange pas de pain, et le pire c’est que ça donne un petit côté Desproges: quelle gloire que de dénoncer fièrement la bêtise des parigots campagno-confinés. Pour les amis du bon Lapalisse, c’est sans aucun doute le summum de la critique sociale acerbe.

      • Sauf que je passe pas mon temps sur Twitter à RT «Parisiens faciles» et que j’ai pas passé 4-5 commentaires à égrainer les poncifs dont on les affuble dans un français très approximatif.

        Du coup, pas check.

        La bise quand même !

      • Sauf que je ne passe pas mon temps sur Twitter à RT «Parisianismes faciles» et que je n’ai pas passé 4-5 commentaires à égrainer les poncifs dont ils étaient affublés dans un français approximatif.

        Donc du coup, pas check.

        La bise quand même !

      • ET bim! Headshot! Du coup : Et Check! Ouais ma gueule! En plein dans le mille! Ypikaiï !

  44. Du coup Odieux Connard, un peu de temps pour nous spoiler casa de appel. Ça devrait vous plaire.
    Ou une vidéo pédagogique genre Lumni, sur un fait historique?

  45. Cher Odieux Connard,
    Je suis de la catégorie des connasses du confinement qui sont positives et je l’avoue sans rougir parce que ce n’est ni par légèreté ni par naïveté : j’ai des amis et de la famille en première ligne, qui se battent pour nous sauver et sont ultra-exposés.
    Je ne suis coach en rien, je suis une simple rédactrice Freelance qui voit ses revenus totalement à l’arrêt, mais regarder du côté positif c’est simplement ce qui me permet de tenir, c’est tout ce qu’il me reste pour continuer de me lever chaque matin, faire marrer mon fils de 7 ans inquiet et continuer de lui conserver une certaine normalité, c’est tout ce qu’il me reste pour avoir la force d’écouter et divertir les amis et famille cités plus haut, c’est le seul endroit où puiser de la force au milieu du chaos.
    Alors oui, Odieux Connard, je suis une connasse du confinement qui s’accroche à « the bright side of life » pour ne pas plonger, pour garder la tête hors de l’eau parce que ça n’aidera pas si je m’écroule, ça n’aidera en rien si je m’enfonce, alors je regarde tout ce qui entre dans la catégorie « à quelque chose malheur est bon » et ce n’est pas si facile et léger à faire.

  46. « Parfois, il a joute même  » << une typo cher Odieux? à moins que vous ne pensiez à un moyen plus civil pour diminuer cette population.

  47. … Je suis très embêté là … j’ai très souvent fait la blague ‘ je vis en confinement toute l’année, donc je n’ai pas vu la différence », mais pas parce que je suis un geek 2.0, juste parce que je vis vraiment comme un gros paumé, le genre qui parfois ne sait même pas quel jour on est … Alors savoir qu’une catégorie de connard sort la même blague de la même manière qu’on se dit sportif en jouant à Wii Sport, je me sens insulté … et pourtant je suis loin d’en faire une fierté … x)

  48. Pingback: En cas de reconfinement | Le blog d'un odieux connard·

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.