Le blog d'un odieux connard

Permis de Tweeter

Les réseaux sociaux sont une invention merveilleuse. 

N’écoutez pas les mauvaises langues qui vous diront le contraire : s’il est une constante dans l’histoire de l’humanité, c’est qu’à chaque fois qu’une nouvelle technique de diffusion de l’information est apparue, les sociétés qui en ont bénéficié ont grandement progressé. Voyez l’imprimerie, qui a permis de distribuer ses ouvrages politiques et philosophiques dans nombre de demeures ! Celle-la même qui a permis aux journaux d’apparaître et de se multiplier pour permettre aux masses de tout savoir des événements qui secouaient le vaste monde ! Que dire de la radio, qui permit de s’informer en direct et de diffuser discours et musique ? Qui ignore que la télévision a changé la donne et qu’il est aujourd’hui possible de voir et revoir des scènes achevées depuis bien longtemps ? Et puis, voilà internet. Depuis le confort de votre fauteuil, en quelques clics, vous pouvez observer à quoi ressemblent les rues de Sao Paulo, découvrir des images de la surface de Mars, ou apprendre la langue de votre choix. Et enfin, les réseaux sociaux. Et grâce à eux, la diffusion par le peuple, pour le peuple. 

Car imaginez le sort de la pauvre Nathalie. Autrefois, pour expliquer au monde entier que les vaccins donnaient l’autisme, Linky la diarrhée ou que Benoit Hamon serait en fait le pseudonyme de Hamtaro (ce qui est crédible, notez), elle aurait été bien emmerdée. Du temps des copistes, les moines lui auraient mis deux claques, voire offert un bûcher gratuit, sans compter que cela coûtait tout de même moult deniers qu’elle n’avait pas (en ce temps-là, Nathalie mourait d’ailleurs en couches à 28 ans, mais au moins, elle n’avait pas affaire aux vilains laboratoires pharmaceutiques). Du temps de la presse, un chef de rédaction l’aurait passée dessous. La radio, Nathalie l’aurait soigneusement évitée parce qu’elle a lu que les ondes Wifi donnaient le cancer des oreilles, quant à la télévision, ils nous mentent, ils l’ont dit sur Youtube. 

Mais grâce aux réseaux sociaux, nous pouvons tous bénéficier des lumières de Nathalie, relayées par bien d’autres Corinne, Jean-Jacques et autres Gérard.

Alors, que ferait-on sans eux ? 

Probablement beaucoup de choses. Aussi, pendant que je mets la dernière touche à mon ouvrage Vivre avec des cons, ou pourquoi j’attends avec impatience le feu nucléaire, je vous propose de parler ce jour de l’un des réseaux sociaux qui vous donnerait presque envie de contempler l’anus de Satan plutôt que votre écran : Twitter. 

En effet, Twitter cumule beaucoup de choses : 

Aussi, posons-nous la question : ne faudrait-il pas un permis avant d’ouvrir un compte sur les réseaux sociaux, pour éviter de transformer des pans entiers d’internet en classes SEGPA 2.0 ?

Ce pourquoi aujourd’hui, et avant de vous risquer en ces terres oubliées des dieux comme des bibliothèques à en croire le niveau moyen, je vous propose :

Le permis de tweeter

Alors, on veut tweeter ? Essayer d’être super pertinent en 280 caractères ? Soit. Alors pour ce faire, je vous propose de répondre à ces quelques questions. Vous allez voir, c’est fort simple. Comptez vos bonnes réponses, et on se retrouve en fin de test.

1 – Je suis un homme politique et j’ai quelque chose à dire, dois-je le tweeter ?

Donald nous rappelle chaque jour pourquoi laisser des hommes politiques sur Twitter est une mauvaise idée.

 

Vous répondez ?

A – Oui

B – Non

C – Je klaxonne.

 

Solution : 

Il fallait bien évidemment répondre « B – Non« . En effet, personne ne se souvient d’un seul tweet d’homme politique salué par qui que ce soit, par contre, tout le monde peut citer un paquet de tweets qui ont alimenté quantité de tempêtes fécales, souvent reprises par la suite par d’autres médias. En d’autres termes : si vous êtes un homme politique, vous n’avez rien à gagner sur Twitter, par contre, qu’est-ce que vous avez à perdre. Votre compte Twitter est donc un boulet à votre pied, et vous feriez bien de virer tout conseiller qui ne vous propose pas de n’en faire qu’un simple relais de votre agenda. Si vous avez quelque chose à dire, faites-le à froid et là où vous aurez plus de 280 caractères pour le dire. Tweeter à chaud, c’est exactement comme envoyer un SMS à son ex après une demie-bouteille de vodka : c’est qu’il est temps de rentrer dormir.

Si vous avez un doute, regardez Donald Trump. Oui, c’est un argument en soi.

2 – Je me sens seul, et parfois, d’étranges vagues de chaleur parcourent mon slip, puis-je utiliser Twitter pour trouver un partenaire qui saura apaiser cette tension ?

Henri, un ami qui vous veut du bien.

Vous répondez ?

A – Oui 

B – Non

C – Attendez, Twitter et Tinder, c’est pas la même chose ?

D – Combien coûte ton cul ?

 

Solution :

La bonne réponse était encore une fois « B – Non« . En effet, si vous avez des envies d’accouplement, et que vous pensez pouvoir séduire autrui uniquement avec deux SMS et des hashtags, c’est probablement que vous avez douze ans, et vous ne devriez pas être là. Prenez donc mon pied, combinez-le habilement à votre cul, et retournez donc réviser votre subjonctif, viles petites créatures imberbes, non mais. Si vous avez plus de douze ans et que les gens qui vous attirent aiment les SMS et les hashtags, c’est que vous aimez un peu trop les gens qui eux, ont vraiment douze ans, aussi je vous propose de laisser votre IP en commentaires afin que le GIGN puisse passer vous rendre visite et vous poser quelques questions (certaines impliquant l’emploi de pinces crocodiles, mais je vous laisse la surprise). Si vous avez répondu « C« , il est temps de consulter pour votre dyslexie, et enfin si vous avez répondu « D« , c’est que vous êtes coach en séduction (je vous rappelle que cette phrase est vraiment tirée d’un site de drague), et auquel cas, c’est excusable : un coach de séduction devant un tweet, c’est un peu comme Cyril Hanouna devant une histoire de Oui-Oui : pour lui, c’est déjà beaucoup à lire en une fois.

 

3 – J’ai envie de militer pour ma cause mais il y a plein de gens pas d’accord qui font rien qu’à venir me le dire.

Et comme sur Twitter, Jésus a fait un ragequit avant de revenir trois jours plus tard.

Vous répondez ?

A – C’est un peu normal sur un site public.

B – Je vais tous les bloquer.

Solution :

Étonnamment, bien que la bonne réponse soit « A – C’est un peu normal sur un site public. », la plupart des militants 2.0 préfèrent la réponse B. Notez que dans la vraie vie, si vous vous rendiez sur un site public (comme par exemple, la place de l’hôtel de ville de votre bourgade) pour y crier à voix haute vos opinions et que vous vous rouliez en boule avant de hurler au fascisme sitôt que quelqu’un vous répond, on se demanderait si vous ne seriez pas un peu con, des fois. Aux dernières nouvelles, si vous voulez militer, il faut justement parler avec les gens qui ne sont pas d’accord avec vous, sinon, prêcher des convertis, ça ne sert pas à grand chose. Sauf si, évidemment, vous ne vous souciez pas du tout de savoir si votre cause avance ou recule et que votre vraie priorité, c’est de montrer vos opinions à des gens déjà d’accord avec vous uniquement pour qu’ils vous aiment un peu plus et gratter des abonnements pour vous donner de l’importance. Ce qui serait mal. Très mal. Mais les militants 2.0 ne sont pas comme ça. Nooooon. 

On me répondra que Twitter n’est pas forcément public : on peut rendre ses tweets privés pour ne causer qu’à qui on veut sans être embêté. Mais notez que peu nombreux sont les gens à le faire : c’est qu’il ne faudrait pas rater un retweet ou une citation dans un article de Slate.

 

4 – Je suis journaliste, puis-je utiliser Twitter pour avoir plein de super informations ?

Le journalisme moderne.

Vous répondez ?

A – Oui

B – Non

C – Uniquement hors-agglomération et après 22 heures.

Solution :

Il fallait bien sûr répondre au mieux « A mais B« , et dans le doute, « B – Non« . En effet, si Twitter permet de suivre un certain nombre de sources, on notera que généralement, on ne sélectionne que les pires pour réaliser des articles honteux du type « Affaire Bidule – Les meilleures réactions des Twittos » (rappelons que si l’on me laisse rétablir l’empire en paix, l’emploi du terme Twittos sera puni de lapidation par coques de portables), « Qu’avez-vous pensé de Truc ? » ou encore « Dix Machins qui prouvent que personne n’aime telle nouveauté« . Ce qui n’est jamais ni plus ni moins que le micro-trottoir du futur : on prend du rien, on le remplit avec l’avis de Madame Michu d’une profondeur telle que la fosse des Mariannes en est jalouse, et pif pouf, on a un article. Et quand les gens cliquent dessus, on n’oubliera pas de leur rappeler de désactiver leur bloqueur de publicité « pour soutenir une information de qualité« . Si la qualité de l’information est disponible au café du coin, peut-être que l’on pourrait commencer à entrevoir l’un des motifs de la crise de la presse, mais passons. Twitter, c’est une bien vilaine drogue : si vous voulez rester sérieux, n’y touchez pas, ou alors, avec des gants, et pas directement en intraveineuse dans vos articles.

Existe aussi en saveur « Et si on faisait une émission constituée de trucs piqués sur Youtube ?« 

 

5 – Je veux avoir accès aux informations que les grands médias et le gouvernement nous cachent, puis-je les trouver sur Twitter ?

Extrait de « La Geste de la Mater Magiqve », au chapitre « Les basptesmes dosnnent l’avtisme »

Vous répondez ?

A – Oui.

B – Non.

C – P’têt’ ben.

 

Solution :

C’est bien connu : les gouvernements du monde entier cachent d’immenses complots, travaillent avec des races extra-terrestres, font larguer des produits chimiques par avions entiers pour obliger la population à consommer des médicaments et fait disparaître les milliers de témoins gênants de toutes ces opérations MAIS ces mêmes gouvernements sont mis en échec par Jérémy, 39 ans, coach en bien-être à Saint-Etienne qui a découvert le secret du moteur à eau mais là, bon, il peut pas vous le montrer, il est au garage, et puis on lui a volé et ah ben tiens, son chien a mangé les plans. Bref, rassurez-vous : si les secrets de l’univers filtrent quelque part, ils sont généralement repris dans la foulée par tout ce qui publie pour la simple et bonne raison que personne ne refuserait un bon scoop. Mais si vous pensez que les vaccins donnent l’autisme, que la Terre est plate ou le mouvement perpétuel existe mais que son inventeur a été assassiné, il existe en effet un endroit mystérieux où vous pouvez avoir des réponses à toutes ces questions : cela s’appelle l’école. Bon, après, vous avez peut-être perdu vos accès depuis le temps, mais bon. Il fallait donc répondre « B – Non » et rajouter « Je ne suis pas si con. ». La réponse « C » était elle réservée aux Normands qui nous lisent.

 

6 – Puis-je harceler les gens sur Twitter ?

Quelques secondes plus tard, Marco Ramius lui faisait un #IvanLeFou. La guerre sur Twitter, c’est pas pour les bleubites.

Vous répondez ?

A – Oui.

B – Non.

C – Ça dépend, est-ce que ce sont des fachos ?

 

Solution :

Si vous faites partie de ces gens qui se disent que certaines méthodes sont parfaitement normales quand utilisées par votre camp, mais intolérables quand le camp d’en face y a recours, il va peut-être falloir vous poser quelques questions sur votre sens de l’éthique. Si vous avez répondu « A », nul doute que vous me lisez depuis une pièce obscure où une lampe grésillante jette une lumière orangée sur un mur sale où s’alignent photos, articles de journaux et cartes, le tout relié avec des ficelles rouges (si elles sont d’une autre couleur, tout va bien, vous êtes quelqu’un de très sain). Si vous avez répondu C, il y a fort à parier que vous avez une notion très vague de ce qu’est un facho qui se résume peu ou prou à « ce qui s’oppose à moi« , ce qui est bien pratique car en collant cette étiquette sur vos ennemis, cela justifie à vos yeux tous vos actes. Il fallait donc répondre « B – Non« . Et si jamais quelqu’un vous embête sur les réseaux, n’oubliez pas qu’il existe des lois, et des gens en jolis costumes pour les appliquer. Et eux, il est difficile d’essayer de les bloquer pour ne plus les voir. Ce qui ne veut pas dire que certains n’ont pas essayé. Coucou, Alexandre Benalla. Ah, zut, j’ai mis un nom. Bon, je vais éviter de mettre des photos ou le métier du garçon, comme ça, vous ne saurez pas qui c’est. J’aime être de bonne foi.

 

7 – Bonjour, je suis une foule en colère, est-ce que Twitter est pour moi ?

 

Twitter en une image

Vous répondez ?

A – Mais tout à fait : sur Twitter, on trouve de quoi s’indigner et exiger du sang à peu de frais.

B – Non. Twitter est un endroit sain et raisonnable où la courtoisie et le bon sens font loi.

C – En cas d’émeute, j’évite de circuler en agglomération et je préfère les transports en commun comme le métro, le bus ou le char Tigre.

Solution :

Votre vie est triste et morne ? Vous n’avez rien à dire d’intelligent, mais vous aimez bien pourrir autrui ? Bravo, vous pouvez devenir Gilet J… je veux dire, Twitter est fait pour vous ! Imaginez ! Vous voilà connecté avec des milliers de gens, et s’il y en a un seul qui dit quelque chose de travers, vous pouvez lui tomber dessus telle la météorite taquine sur le dinosaure mignon et vous rouler par terre en jouant votre plus grand numéro d’indigné. Toute la journée, vous pourrez vous plaindre de tout ! Publicité qui ne vous revient pas, slogan qui vous déçoit, tweet que vous prendrez un malin soin de lire dans le pire sens possible, à vous le plaisir simple de ne jamais être content et d’exiger la justice en même temps que des milliers d’autres utilisateurs. De toute façon, qui pourrait vous arrêter ? Ce n’est pas comme si on allait avoir une explication intelligente en 280 caractères. Il fallait donc bien évidemment répondre : « A – Mais tout à fait : sur Twitter, on trouve de quoi s’indigner et exiger du sang à peu de frais.« . Et n’oubliez pas de ne jamais être satisfait même quand votre cible répond à vos demandes : si elle cède, il faut continuer, ça veut dire que ça marche !

Twitter, c’est un peu ça : une foule en colère qui attend toute la journée de savoir sur qui balancer ses torches aujourd’hui. 

 

8 – Puis-je mettre mon enfant devant Twitter ?

Contrairement à une rumeur persistante, durant la Seconde Guerre mondiale, on n’utilisait pas Twitter. Tout le monde sait bien que les Allemands lui préféraient Tik Tok.

Vous répondez ?

A – Oui, bien sûr, il pourra s’instruire.

B – Oh que non, il est bien trop jeune.

C – Il s’en fout, Twitter c’est un truc de trentenaires qui se croient cools

 

Solution :

La bonne réponse était bien sûr « C – Il s’en fout, Twitter c’est un truc de trentenaires qui se croient cools » puisque comme chacun sait, les jeunes s’en cognent, maintenant. Twitter, c’est vieux, c’est pas pratique, les conversations sont illisibles, et le jeune, cette étrange créature, préfère marauder sur Instagram, Snapchat ou Tik Tok, entre deux parties de Fortnite. Oui, fier défenseur de Twitter, il va falloir se l’avouer : tu as pris un coup de vieux. Il y a dix ans, c’était in. Mais à l’époque Nicolas Sarkozy était président, Star Wars n’avait que six épisodes, Dailymotion était le futur et tu récupérais encore comme une fleur après une soirée whisky-coca (larron de peu de goût !). Je sais, ça fait mal. Aussi, inutile de mettre ton enfant devant Twitter : non seulement ça devrait l’aider dans la vie, mais en plus, ce serait cruel. Un peu comme quand vos parents vous forçaient à essayer de vous faire aimer les mêmes choses qu’eux. 

Épargnez votre descendance, elle a déjà bien à faire avec toutes les photos de kikoute qu’on lui envoie sur Snapchat.

 

9 – Si demain Twitter s’arrête, est-ce que le monde va s’en remettre ?

Vous répondez ?

A – Oui.

Solution :

Je vous laisse recompter les réponses disponibles tout seul, d’accord ?

Résultats

Vous avez neuf mauvaises réponses – Vous êtes Donald Trump

Vous avez réussi à louper même la neuvième question. Votre permis de tweeter vous est retiré sur le champ. Sanction à laquelle vient s’ajouter une ordonnance restrictive vous empêchant d’approcher à moins de vingt mètres d’un téléphone, juste pour être sûr. Vous êtes invité à vous retirer de toutes vos affaires en cours pour aller en cure de désintoxication à La Bourboule, où l’on vous fournira un réseau social de substitution où vous ne pourrez faire de mal à personne qu’importe ce que vous écrivez : Google Plus.

Vous avez entre cinq et huit mauvaises réponses – Vous avez échoué à votre épreuve du permis de tweeter

Vous n’êtes pas encore prêt. Si vous étiez lâché sur Twitter comme ça, sans préparation, tout cela pourrait très mal tourner. On pourrait vous retrouver à montrer vos pyjamas pokémons tel un vulgaire Joachim Son-Forget (et vous ne voulez pas finir député, vous vous respectez), à utiliser les hashtags d’émissions de télé-réalité pour les commenter en direct, voire à utiliser votre biographie Twitter pour étaler tout votre dossier médical dans le seul but de faire le malin (et révéler que vous êtes, ça alors, autiste-asperger-surdoué-zèbre !). Si vous disposez déjà d’un compte Twitter, merci de vous ranger sur le bas-côté et de couper le contact d’icelui.

Vous avez entre une et quatre mauvaises réponses – Vous avez obtenu votre permis de tweeter probatoire

Vous avez votre permis de tweeter à titre probatoire. Malgré quelques erreurs, vous avez les bases et devriez rapidement vous endurcir. Pour rappel, votre permis de tweeter probatoire dispose de 12 points, que vous pouvez perdre comme suit :

Si jamais vous veniez à perdre tous vos points, des stages de récupération sont mis en place, durant lesquels vous apprendrez l’art délicat de ralentir avant de tweeter, en présence d’un ancien adjudant de la légion étrangère équipé d’un petit maillet. Si vous vous demandez à quoi sert le maillet, vos doigts, eux, le sauront bien vite.

Vous avez bien répondu à tout – Vous aviez déjà votre permis de tweeter

Et vous avez probablement quitté ce réseau il y a longtemps, ou savez au moins vous en tenir prudemment à distance pour ne pas sombrer dans la folie.

Je laisse donc le temps de potasser à ceux qui ont échoué, et aux autres… moui, non, je ne suis pas sûr de devoir vous féliciter.

En attendant, nous vivons vraiment une époque formidable.

C’est pourquoi, en toute bonne foi, je m’empresse d’aller annoncer cet article sur Twitter.

C’est qu’il ne faudrait pas rater le bon retweet, dites-voir.