Deux brèves images sur cette brillante rentrée

La rentrée est là, et avec elle, le monde politique et médiatique frémit, soucieux de briller et de reprendre la main à l’occasion du retour des vacances.

Et comme les choses sont bien faites, la crise des réfugiés vient de prendre un nouveau tournant, permettant à chacun de se dépasser plus que jamais pour répondre à de grandes questions ou prendre des décisions cruciales.

L’occasion de revenir sur deux débats de la semaine avec des images débiles (parce que j’aime ça) :

Le grand débat au sein de la presse française sur le fait de diffuser ou non la photo d’un jeune réfugié mort ayant fait le tour du monde (cliquez sur l’image) :

Presseminiature

Cliquez, vous dis-je !

Et bien évidemment, en bonus, un comportement qui a hanté médias, soirées et réseaux sociaux, et bel écho de ce que furent, les mêmes canaux, il y a quelques mois lors de l’affaire Charlie Hebdo (cliquez donc).

CharlieEchominiature

Ici aussi, on clique, allez hop. Schnell.

Ce blog ne reposant que sur la médiocrité de mes contemporains, je ne suis pas prêt d’être au chômage.

115 réponses à “Deux brèves images sur cette brillante rentrée

  1. C’est tout bonnement honteux !
    Déjà qu’en plus ils voudraient mettre des images choquantes sur les boîtes de cigares.
    À quand des enfants morts sur les boîtes de clopes ?

  2. Bien vu pour les deux, et merci. Je cherchais justement comment expliquer aux preux paladins des réseaux sociaux en quoi leur attitude était profondément stupide, mais je n’arrivais pas à trouver des mots assez juste. Du coup, j’étais partie chercher mon fusil antichar. Ca sonne toujours juste, le fusil antichar.

    • En tant que chasseur de cons professionnel (et patenté par divers organismes, ce qui devrait me faire questionne ma propre condition, je sais), je vous recommande chaudement lance-flammes, lance-grenades et pistolet à clous pour cette tache, mon cher confrère.

      Si vous ne pouvez vous en procurer, le fusil-mitrailleur m249 « Saw » porte à merveille son surnom.

      Sinon, passez au calibre supérieur : le 88, mon ami, le 88.

      (Pour ma part, je reste un aficionado du Nebelwerfer, qui même 65-70 ans plus tard, reste une petite merveille.)

      Cordialement,

      Corv’

      • Soyez efficace : utilisez une MG42 ! On a rien fait de mieux depuis, quoi qu’on en dise !

      • Que nenni mon cher ami, mieux vaut le GAU-8 permet un nettoyage efficace et massif de tout élément perturbateur

  3. Bah, l’avantage des images choc, c’est que la prise de conscience ne dure pas et qu’on retourne vite fait à son petit quotidien tranquille sous les marronniers.

  4. Mouais … A propos de « Charlie Echo », et alors que je trouvais totalement indécent les débats « moi, je suis plus Charlie que toi parce que je regardais Antenne 2 », je trouve qu’il y a quand même rien de super couillu à mettre un dessin ou photomontage en commentant « oh mon dieu, dans quel pauvre monde vivons-nous », alors que ça fait 4 ans que dure la guerre en Syrie, et qu’on en parle !!! Y a franchement aucune excuse genre « non mais on me dit jamais rien à moi ! » Si ça incite des personnes à interpeler les politiques, donner de la tune, … en effet, cette photo aura au moins servi à ça, mais le post qui va bien sur FB entre la photo du chatons rigolo, et avant la vidéo des pandas choupinous, ça me semble juste larmoyant, et en fait assez irrespectueux. Avec « je suis Charlie », il s’agissait surtout de montrer un mouvement de masse. Pour les réfugiés, il s’agit surtout de trouver des solutions et de l’aide, non ? Pas un max de « like » … (Enfin, moi je dis ça … J’habite pas en Europe, donc il y a peut-être d’autres choses dont je n’ai pas entendu parler, hein !!)

    • Bien dit, toi là-bas.
      Pourfendre les pourfendeurs est une activité saine, à moment donné faut voir simple au-delà de la mise en scène de chacun sur ce putain de support. Mais les twittos et autres FBmylife n’ont pas le monopole du coeur, on peut aussi être écoeuré par l’instrumentalisation particulière et collective de cette image choc, comme l’affaire Charlie et avoir envie de l’exprimer.
      Ce qui peut tomber sur une contre-instrumentalisation et ouvrir une boucle spacio-temporelle de torpeur, de sentiment d’impuissance et finalement d’inertie as usual, CERTES.

  5. Et c’est quand qu’on s’occupe des vrais gens qui souffrent comme les hommes mariés, ou les lecteurs de Marc Lévy hein? Nan parce que moi je suis tout à fait d’accord qu’il y a des horreurs sur la Terre, mais là on atteint le summum quand même…
    Tiens et en parlant de souffrir, c’est quoi le prochain spoil de prévu?

    Nan mais parce que d’après les gens de l’Internet, on ferait quand même bien mieux de s’occuper des SDF qui souffrent chez nous plutôt que des macchabées qui viennent salir nos plages de vacances…

    C’est vrai que vous n’êtes pas prêts d’être au chômage m’sieur Connard…

  6. Si vous saviez le nombre d’images « choquantes » qui sont érradiquées au montage, pour ne pas choquer le sensible télespectateur. Et cela tous les jours. La mort ne se montre pas. Ou alors juste un petit peu mais pas trop. Il ne faudrait pas choquer, hein ? Pas trop de sang, juste un petit peu, et en plan large. Surtout pas de boucherie en plan serré, c’est traumatisant. Quoi ? Les journalistes édulcoreraient la réalité ? Pfffff puisqu’on vous dit que c’est pour vous protéger. C’est trop choquant. Sans nous, vous gerberiez tripes et boyaux devant le JT de 20h (toutes chaînes confondues). Ca ferait désordre (et ça salirait la nappe). Je suis partisan de TOUT montrer. Mais mon rédac-chef n’est pas de cet avis.

    • Je ne suis ni d’accord avec les opinions de l’OC, ni avec la votre sur ce sujet. La vraie question est : à quoi servirait-il de mettre des images choquantes dans les journaux ? Et pour obtenir la réponse, il suffit de regarder la glorieuse Amérique (ou le non moins glorieux Paris Match, qui fait son beurre sur ce genre d’images) : à rien. Juste à titiller la curiosité du lecteur, avec des procédés aussi racoleurs que méprisables. Les gens viendraient voir à quoi ressemble le petit enfant mort, cracheraient pendant une journée sur le monde qui est « vraiment trop méchant », et oublierait tout ça aussitôt que sortirait la photo d’un nouveau cadavre.
      C’est exactement ce qui se passe aux US, où la stratégie de l’image-choc a seulement contribué 1) à rendre la population complètement parano 2) à faire primer le visuel sur l’information, si bien que même en regardant les infos très régulièrement, les Américains comprennent rarement ce qui se passe vraiment, à moins de consulter une presse plus sérieuse 3) à faire de ce genre d’événements quelque chose de banal aux yeux des lecteurs, désamorçant leur volonté de réagir pour changer les choses.

      Les médias français, qui ont beaucoup de défauts, ont, pour certains d’entre eux, au moins cette qualité, qui doit être louée : celle de proposer du texte plutôt que de l’image, et donc un minimum réflexion au lieu de la solution facile « d’attirer par le sang ». Les paquets de cigarettes, eux, n’ont pas ce souci : leur image doit attirer l’attention et choquer.

      Ce n’est donc pas par une pudibonderie excessive que nos médias se refusent à passer ce genre de photo. Mais tout seulement parce que le faire serait la solution de la facilité, celle qui fait qu’un journal passe d’un lieu de réflexion et d’information à une feuille de chou créée pour faire des ventes.

      Je pense donc que l’OC et vous-mêmes faites ici une critique qui n’a pas lieu d’être. Mais ce n’est que mon avis.

      Cordialement.

      • Suite à votre commentaire, je me pose une seule question : pourrais-je seulement comprendre, à titre d’exemple, le calcaire des victimes du WWT sans avoir vu les videos de Edna Cintron ? Elles me hante encore, vous savez ? Mais les avez vous seulement vu ?
        Mon opinion, la voici : on ne s’imaginera jamais à son entière amplitude la souffrance des gens sans l’avoir vue ou entendue, et encore. Sinon ces mêmes gens se transforment vite en quidams ou spectres sans noms, sans visage,… bref sans rien d’identifiable qui les rapproche de nous. Mais je vous accorde ce point, l’exercice est pénible et glauque.

      • @un lecteur, à titre personnel, je m’imagine parfaitement les horreurs – tout en étant, bien sûr, encore loin de la réalité – que tout ces gens dans le monde subissent. Une description de leur calvaire dans un journal est souvent bien plus éloquente que n’importe quelle image. Puisque vous parlez du WTC, les enregistrements des coups de téléphone des victimes juste avant l’attentat, qui passent au début du film « Zero dark thirty » , sont infiniment plus terrifiants que les photos/vidéos. Et j’ai pourtant regardé les images dont vous parlez : mais ce n’est pas en voyant des gens en mourir que l’on compatit pour eux. C’est en comprenant ce qu’ils étaient avant leur mort – des êtres humains comme nous – et les épreuves qu’ils ont subies. Et pour montrer tout cela, je pense que photos et vidéos sont à la fois la solution le moyen le plus imparfait et le plus facile – d’où leur usage constant par les chaines américaines.

        Je ne pense pas que ne pas voir d’images crues de ceux qui endurent toutes ces choses fassent d’eux des spectres. Au contraire, en voir trop finirait par leur donner, à nos yeux, le statut de victimes du malheur parmi tant d’autre : quand on sollicite trop l’horreur et la compassion des gens, ces derniers finissent par se blaser. C’est triste à dire, mais c’est vrai : regardez la façon dont le souvenir de la Shoah s’estompe en France, au point que certains la nient, et ce malgré les images terribles que le génocide a laissé.

      • Pas faux, pas faux…Mais je suis quand même d’avis qu’entre l’utilisation massive d’images choc au point de désensibiliser le lecteur et une presse totalement édulcorée existe un point d’équilibre à atteindre. Cette image n’aurait pas eu autant d’impact si nous étions habitué à en voir à la une des journaux, mais en même temps, elle n’en aurait eu aucun si elle n’avait jamais été publié.

        Bien sûr, il est possible de se forger une opinion sans avoir recours à ce genre d’images, juste en lisant des articles sur le sujet mais 1) la plupart des gens ne lisent pas les journaux et ne voient que les unes. 2) le processus de représentation et d’imagination à la suite d’une lecture est fondamentalement différent de la réaction émotionnelle suscitée par une image. J’admets qu’une telle réaction peut facilement être exploitée dans des buts manipulatoire, mais elle peut aussi être à l’origine d’une réaction saine, comme ici puisqu’elle a rappelé à de nombreuses personnes que les migrants étaient des êtres humains, et des êtres humains désespérés, méritant aide et soutien plutôt que mépris. Difficile de nier que c’était une bonne chose.

        En somme, même si je reconnais que tout montrer, tout le temps, ne mènerait à rien. Il s’agit juste d’une de ces situations dans lequel se trouve un juste milieu.

    • Les journaux c’est fait pour vendre du temps de cerveau disponible au publicitaire; il faut que sa touche le maximum de gens possible.
      Pour ce faire, les journaleux utilisent tout un panel d’émotion qui vont fidéliser le public comme la peur, le rire, etc. Mais ils n’utilisent pas le dégout ou la nausée que peuvent provoquer des images choquantes, sa risque de leur faire perdre un certain public et donc de l’argent.
      Donc qu’on en sera la, bah on aura pas beaucoup d’information via la télé.

    • Peut-être qu’il s’agit tout bêtement d’une forme de respect des morts en question ? Je vais parler à titre personnel, admettons que je sois citoyenne d’une ville en conflit qui se fait bombarder tous les jours, admettons que des journalistes viennent photographier les restes de mes proches, victimes d’une bombe, étalés sur le sol dans leur sang, les tripes à l’air (vous me pardonnerez pour cette évocation). Je pense que j’apprécierais moyen.
      Je n’apprécierais pas davantage que ces photos fassent le tour du monde et de savoir que chacun peut se rincer l’oeil dessus – parce que pour nombre d’entre nous, « photo choc » équivaut surtout à « chouette, on va voir du sang ! ». Et ce, juste avant que les victimes en question ne retombent dans l’anonymat, sauf pour ceux qui se sentent vraiment concernés (ces derniers n’ayant justement pas besoin d’images choc pour être touchés). Voilà voilà…

      • ranafout du respect des morts : c’est des étrangers qui font rien qu’à me piquer mes assedics. Comme les bretons.

      • outre le fait d’être d’accord (surtout sur le « chouette on va voir du sang ») je rajouterais que j’ai pas envie que ma frangine de 11 ans tombe là-dessus au JT de 13 ou 20h (certes elle le regarde pas mais suffit qu’elle se pointe par curiosité ou pour voir ses parents, elle a pas besoin de voir ça à son âge)

  7. Voyons !
    On dit (et on écrit) « Je ne suis pas près d’être au chômage » !

    (Ou alors « Je ne suis pas prêt à être au chômage », mais ça ne veut pas dire la même chose.)

  8. C’est toujours un plaisir de vous lire Monsieur Connard mais la j’avoue que vous vous surpassez, deux petits dessins qui resument parfaitement la pensee et l’hypocrisie de notre joli peuple… Merci!

  9. Ces deux infographies reposent sur l’idée qu’il existe au moins une personne sur cette planète qui est susceptible de changer d’opinion après avoir vu une photo. Si cette personne existe, loin de moi l’idée de l’insulter. Mais je doute quand même très fortement qu’elle existe.

  10. Euh… Non. C’est de la merde. On voit bien que l’important c’est de vous sentir supérieur à tous les camps, et vos lecteurs avec, tellement certains d’être plus intelligents que la fameuse masse populaire. Pour ce faire, pas trente-six solutions : simplifier le débat quitte à caricaturer les positions, et insérer des petites phrases moqueuses qui sous-entendent que tout est tellement évident lorsqu’on a un cerveau.
    Et pour se protéger tout retour de flamme, on s’appelle Odieux Connard comme ça aucun besoin de se justifier : c’est pour rire, c’est un personnage, c’est la mauvaise foi voyons.
    Le problème, c’est que ce personnage est maintenant public et a une sphère d’influence, que vous le vouliez ou non. Il n’est plus uniquement un rigolo qui spoile des navets. Vous marchez sur une fine corde, Odieux. La mauvaise foi rigolarde et l’analyse politique ne font pas bon ménage. (Déjà dans les spoils, ça vous portait préjudice lorsque vous inventiez des incohérences, mais bon, c’était des films.)

    Vos dernières infographies (Jaurès et compagnie) étaient bien meilleures, au passage.

    • « C’est de la merde ». Si c’est pas de l’argumentation de compèt, ça !

      Bon, je ne vais pas prendre la défense d’OC, il est assez grand pour le faire tout seul. En revanche, je fais partie de son lectorat, et quand je lis que nous nous « sentons supérieurs » et « tellement plus intelligents que la masse populaire », je ricane.

      Et d’une, si vous preniez la peine de lire les commentaires, vous y verriez des lecteurs prendre des positions contraires à l’OC, et, excusez-moi, avec une argumentation nettement plus solide que la vôtre, qui fleure bon le pathétique.

      Et de deux, justement, avec une telle diatribe, il me semble que vous vous placez vous-même, tout seul comme un grand, au dessus de tous les gens qui passent sur ce blog. Ça va, les chevilles ?

      Merci de nous laisser le bénéfice de nos neurones. C’est un site qui fait rire ( ben oui, c’est un peu le but ), réfléchir aussi, et si vous avez des opinions divergentes à celles du maître des lieux, – parce que oui, ça arrive, et c’est admis, on n’est pas des moutons, comme vous en semblez convaincu – ce serait sympa de les exprimer sans insulter lui, nous, bref tout le monde au passage.

    • Oui en effet, bel argument ce « c’est de la merde »… On se croirait en train de regarder un débat JM Lepen / Eva Joly…

      Pour info, je suis un fan inconditionnel de l’Odieux, et je fais pourtant partie de ces gens qui sont contre une instrumentalisation du gore. Je vais rejoindre « un écoeurant gentil » sur ce point, montrer du choquant est un domaine de tabloïd et devrait le rester. C’est facile et bas car cela joue uniquement sur la sensibilité des gens. Ce serait tellement plus intelligent de faire du vrai reportage factuel pour que les gens aient une vraie compréhension du sujet et ne soient pas juste émus pendant deux ou trois jours…

      Concernant les paquets de cigarette, étant confronté régulièrement à la tentation de la nicotine, je trouve juste répugnantes les photos qui décorent les paquets. A l’heure actuelle, je pense que plus personne n’a besoin de ce genre de choses pour savoir ce qu’il risque, on a tous perdu quelqu’un à cause d’un cancer.

      Je trouve également amusant que notre cher président semble avoir découvert ces dernières semaines que la situation dans les pays qui tombent sous le joug de l’Etat Islamique est dramatique.
      Le fait de montrer cette photo n’est pas anodin, cela va suffisamment retourner l’opinion publique pour que Mr Hollande puisse agir selon les convictions qu’il me semble pourtant avoir depuis longtemps.
      C’est la triste différence entre l’homme politique et l’Homme d’Etat : L’Homme d’Etat a été élu par le peuple et agira selon ses convictions profondes, même si cela risque de nuire à une potentielle réélection. L’homme politique pense avant tout au parti et aux élections futures.

      L’Homme d’Etat a disparu depuis bien longtemps.

      Voila très cher Ph, cela vous semble-t-il être l’opinion déraisonnable d’un inculte panurgiste ?

      Gros bisous

  11. Odieux, vous êtes historien, vous connaissez donc la manière dont les médias américains ont traité « l’information » avant que la 3eme guerre de Golfe ne démarre, ou comme la guerre du Vietnam a été traitée par les médias français « rive gauche » à grand renfort d’images de civils bombardés par les américains (avant que les gentils communistes prennent le pouvoir et que l’on se rende compte qu’ils faisaient pareil, le goulag généralisé en prime).

    Vous savez donc que le problème des images-choc, c’est qu’elles sont bien souvent dévoilées pour instrumentaliser l’émotion qui en résulte, pas pour informer. A l’inverse, les médias français ne vous montrent pas les vidéos d’émeutes de clandestins dévastant les îles grecques. Pourquoi?

    • Parce que les iles grecques sont bien plus dévastées par le FMI et l’Allemagne/Europe/Créancier/etc que par les quelques mauvaises pommes qui font partie des migrants (autant que dans tout autre peuple) ?

      • Quel rapport? Le FMI ne lance pas des pierres, ni ne rentre cambrioler les maisons des habitants de l’ile. Si demain il y a une bombe qui pète dans une ville grecque (ce que je n’éspère pas), doit-on s’abstenir d’en parler sous prétexte que la ville est déjà « dévastée » par le FMI?

      • c’est pas sur le FMI qu’il fallait te focaliser mais sur le « bien plus ». Les immigrants voleurs c’est un épiphénomène. Pour le reste, avec des si on fait du bois, ou des arguments complotisto-radical.

      • La guerre du Vietnam, c’est l’histoire des méchants américains qui voulaient empêcher les gentils communistes de venir retrouver leurs amis du sud et tout partager ensemble!

        C’est l’image de la guerre du VietNam qu’a le français moyen, qui a bien vu les photos des bombardements américains et des petites filles toutes nues dans la brousse enflammée par le Napalm. La présentation de cette guerre est très biaisée du fait que seuls les américains acceptaient les journalistes, et que les journaux ne parlaient pas de ce qui se passait dans le camp d’en face, qui faisait pareil voire pire. Soljenitsyne s’était fait rabrouer par l’ensemble des invités lors de son passage à apostrophe lorsque, 10 jours avant la fin de la guerre, il avait déclaré que le Vietnam deviendrait un goulag géant si les communistes gagnaient.

        Les communistes ont gagné, avec le soutient moral des « intellectuels » et des journalistes français abreuvés d’images « choc », et le Vietnam s’est transformé en goulag géant où une bonne partie de la population est partie en camps de travail pour dix ans. Merci aux journalistes!

  12. En l’occurrence l’image « choc » sur les réfugiés a surtout servi de déclic aux médias, prompts à traiter leur auditoire d’égoïste. Il a fallu ce type d’info pour qu’enfin ils parlent des initiatives permettant en pratique d’aider individuellement les réfugiés.
    Et non, ce n’est pas forcément le genre de chose qu’on recherche spontanément, mais quand on le propose directement, il y a plus de personnes répondant positivement qu’on ne le croit.
    Les français ne sont pas moins généreux que les autres, il manquent surtout de renseignements.

    • L’image choc a surtout eu la bonne idee d’arriver pile poil a la fin des vacances.
      Deux semaines plus tot, personne ne l’aurait remarquee…

  13. Vous reprendrez bien une bonne dose d’émotion et une prise de con science, c’est très tendance, un nouveau shoa musulman, ces connards se déportent d’eux mêmes.

    • Une Shoah musulmane volontaire (grammar nazi a dit: shoah c’est féminin et y’a un h a la fin). C’est magique comme expression. Sur l’échelle ouverte de Godwin on tape quand même très très haut.

      • Juste Godloose de seconde zone, les arabes sont toujours de services même quand ils carburent au pétrodollar, ils achètent tout mais ils restent bien profondément des pouilleux sans nations, ils crouillent avec un g comme on disait avant.Peuplades envahies et envahisseuses, drowning by numbers, z’ont inventés le zéro…..

      • « z’ont inventés le zéro….. »

        Pas tout à fait : ils ont inventé la valeur nulle du zero.
        Le zéro arabe vient des Indiens de la vallée de l’Indus.
        Il y eut d’autres zéros, ailleurs, avant et après, mais pas nuls.
        Et nul, ce n’est pas rien : c’est bien pour cela que le saut conceptuel est considérable (de lapin)

  14. Magique, cher Odieux, magique. C’est bien je crois le seul qualificatif qui convienne à ce site et ses pages.

    Et là…Bien ouèj’, comme on dit dans certains antres reculés de la france profonde.

    Corv’

  15. J’ai la vague impression qu’il y a des gens qui n’ont rien compris à ce que l’OC voulait dire. Il n’est pas en train de réclamer des images chocs dans nos journaux en réaction à une soi-disant pudibonderie de journaliste frileux mais de mépriser les personnes qui ne réagissent que face à une photo. Pourtant, on en avait souvent parlé dans les média de toutes ces personnes qui se noyaient mais les gens n’en avait rien à carrer. Et tout d’un coup, voilà l’image larmoyante à souhait d’un gamin noyé (comme tant d’autres qui, eux, sont passés à la trappe) et voilà tous nos bons citoyens à l’esprit civique se proposant aussitôt comme bon samaritain.
    Y aurait pas comme un gros foutage de gueule?

  16. J’ai vu récemment la vidéo d’une jeune femme se faire decapiter par les pales d’un hélicoptère en Amérique du Sud. Il a été diffusé des images d’otages eux aussi décapités par là -bas loin. Entre autres choses atroces.
    Je ne suis pas l’actualité, je ne regarde pas le J.T., mais ces images, comme celle de l’enfant vous tombent dessus à un moment ou à un autre.
    Est ce ça m’a choquée? Oui.
    Est ce qu’il faut continuer de diffuser ça? Je n’ai pas la réponse, mais je ne pense pas qu’on doivent cacher des événements pareils. Il est dommage que la mort d’un enfant soit nécessaire à la prise de conscience de certains, mais si ça peux faire changer les choses, pourquoi ne pas essayer?
    Quelques temps auparavant, c’est une photo d’un père pleurant en debarquant avec ses enfants qui avait droit à son moment de gloire. Dommage qu’elle n’ait pas suffit à chambouler quelques esprits…

    • vengeance:
      Décapiter, avec un accent aigu.
      Là-bas, sans espace.
      Je ne suit avec un t, verbe suivre et non être.
      On doive, « on » troisième personne du singulier.
      J’en oublie sûrement.

      • C’est gentil de faire une correction, mais si c’est pour dire du caca, autant vous abstenir. Que ce soit le verbe « être » ou « suivre », on écrit « Je suis » avec un « s » dans les deux cas. « Je suit » avec un « t » ? Pourquoi pas « Je voit » tant que vous y êtes ?
        Effectivement, vous en oubliez : « Est-ce que » et « Est-ce qu’il » avec un trait d’union, « si ça peut » avec un « t », « Quelque temps auparavant » sans « s » et « débarquant » avec un accent aigu. Sans oublier le « loin » dans « par là -bas loin » qui n’a rien à faire là.

      • Rien n’est plus puissant qu’un grammar nazi, sauf 2 grammar nazi, sauf 3 grammar nazi, …

      • On écrit comme on pense et on pense comme on écrit. Pensez-en ce que vous voulez !

      • Mettez un « s » à « nazi », et enlevez-moi donc cette incorrecte virgule devant les points de suspension, qui, soit dit en passant, ne sont jamais précédés d’une espace.
        « Rien n’est plus puissant qu’un grammar nazi, sauf 2 grammar nazis, sauf 3 grammar nazis… »

      • Précédés d’une espace ? Effectivement, je met rarement des voitures devant les points de suspension. Comme disait quelqu’un un peu plus haut : « C’est gentil de faire une correction, mais si c’est pour dire du caca, autant vous abstenir. »

      • Vous avez bel et bien mis une espace devant les points de suspension, et ce n’est malheureusement pas de la voiture que je parle. Pour combler votre ignorance, sachez que si le mot « espace » est généralement masculin, il devient féminin lorsqu’il s’agit du caractère en typographie. C’est gentil de vouloir faire le grammar nazi, mais c’est tout de même mieux de s’assurer au préalable qu’on en est capable. Cela évite notamment l’humiliation publique.
        Soit dit en passant, il faut écrire « je mets » et non « je met ».

      • T’es trop fort. Le simple fait de savoir un truc aussi inutile et alambiqué fait de toi le grammar nazi le plus chiant de la terre. Félicitation (oui j’en met qu’une seule et sans s à mettre)

      • Comme disent les jeunes : « D’où tu me tutoies, baltringue ? ».
        C’est un très joli mot, « alambiqué ». Employé à mauvais escient, certes, mais très beau quand même. Tant que j’y suis, savoir qu’il faut dire « une espace » dans ce contexte est loin d’être inutile, mais je suppose que tout le monde n’est pas capable de comprendre ça. Merci quand même pour l’unique félicitation. C’est peu, mais je m’en contenterai.
        Bisous, comme dirait ce cher OC.

      • Almbiqué: qui recherche une subtitlité excessive d’après le Larousse. Soit très exactement ce que je voulais dire, donc employé à très bon escient. Comme quoi, plutôt qu’apprendre des microparticularités de la grammaire française, t’aurai pu apprendre le sens de quelques mots à la place, ce qui aurait été bien plus utile.
        Tchüss.

      • Je te retourne le compliment : même avec une définition, tu ne comprends toujours pas que tu as mal employé ce mot. L’envie irrépressible, je suppose, de sortir un mot « compliqué » pour tenter de montrer que tu as un semblant de vocabulaire. Ne t’inquiète pas, je vais prendre la peine de t’expliquer tout ça pour que tu sois un peu moins perdu.
        « Qui recherche une subtilité excessive », formulé autrement, donne « subtil à l’excès ». « Subtil » : qui est difficile à comprendre. « Subtilité excessive » ici signifie « compliqué ». Par exemple, « une phrase alambiquée » ou « un style alambiqué ».
        Reprenons maintenant la partie de ta phrase qui nous intéresse : « Le simple fait de savoir un truc aussi inutile et alambiqué » => « Le simple fait de savoir un truc alambiqué » => « savoir un truc alambiqué ».
        Ici, « alambiqué » est mal employé pour deux raisons : premièrement, on ne peut pas « savoir » quelque chose d’alambiqué ; deuxièmement, ce « truc » ne peut pas être qualifié d’ « alambiqué », tout simplement parce que le fait que le mot « espace » est féminin n’est pas quelque chose de subtil dans le sens « difficile à comprendre ».
        Généralement, je recommande un dictionnaire aux gens comme toi qui utilisent des mots à mauvais escient, mais vu que tu n’es même pas capable de comprendre les définitions, il faudra trouver autre chose. Peut-être des cours de lecture ? Quelques cours d’orthographe te feraient également le plus grand bien.
        Bisous ?

      • Mouahahaha, cette pseudo explication de texte sorti de ton trou de balle fait bien rire. Autant en grammaire tu gères la fougère, autant comprendre et utiliser les mots « compliqués » toi y’en a avoir du mal. Mais c’est pas bien grave. Tu ferais cependant du progrès si tu apprenais de tes erreurs, au lieu d’étaler 20 lignes de pure mauvaise foi tartinée de connerie pour bien s’y embourber.

      • Tu sais, ce n’est pas grave si tu ne comprends toujours pas. Je sais bien que le français est une langue difficile. Tu n’as pas l’air d’aimer les pavés, alors je vais te faire la version courte : on dit d’une phrase (par exemple) qu’elle est « alambiquée » car sa complexité la rend difficile à appréhender. Ce n’est pas le cas de ce qui nous intéresse, c’est pour cela que tu as mal employé ce terme. Cela est de toute façon inévitable quand on utilise des mots dont on ne comprend pas le sens.
        Si tu ne comprends toujours pas, ne t’inquiète pas, on peut en parler. Ce n’est pas dans ma nature de laisser quelqu’un dans son ignorance crasse.

      • N’avez vous qu’ça à fout’ ?
        J’ai 60 mètres de drains à creuser à la pelle en montagne ardéchoise sinon.

      • Alambiqué: qui recherche une subtitlité excessive, d’après le Larousse.
        Toujours le Larousse: subtil: Qui est difficile à comprendre, à saisir, du fait de son caractère ténu, délicat.
        Encore le Larousse: ténu: Qui est à peine perceptible.
        La majeure partie du monde se foutant superbement de savoir qu’on dit une espace, cette info est très difficilement perceptible dans la vie de tout les jours, c’est donc excessivement subtil de savoir ce détail pointillard issu de l’usine à gaz qu’est l’académie française. Donc c’est un savoir alambiqué. CQFD.
        Maintenant, tu peux persister à prendre ta vessie pour une lanterne, ça ne fait pas de toi une lumière.

        Sinon merci, mais non merci mister Moneret. Bon drain, cela dit en passant.

      • Est-ce que le français est ta langue maternelle ? Si non, ça explique bien des choses ; si oui, c’est effrayant de voir quelqu’un mal interpréter des définitions à ce point. Pour le bien de l’humanité, j’espère sincèrement que c’est de la mauvaise foi.
        Vu que t’expliquer les choses ne fonctionne pas, je vais jouer à ton petit jeu et brandir le Larousse à mon tour. Au moins, je n’aurai pas à me fatiguer.
        Perceptible : Qui peut être perçu par les organes des sens ; Qui peut être saisi par l’esprit.
        Je reprends la partie de ton « raisonnement » qui nous intéresse : « La majeure partie du monde se foutant superbement de savoir qu’on dit une espace, cette info est très difficilement perceptible dans la vie de tout les jours ».
        Donc, cette info est très difficilement perceptible par les organes des sens dans la vie de tous les jours ? S’il te plaît, dis-moi que c’est une plaisanterie.
        Mais quid du second sens ? Cette info est très difficilement saisie par l’esprit dans la vie de tous les jours ? Est-ce que tu sais au moins que « saisir » ici signifie « comprendre » ? J’en doute, sinon tu verrais à quel point tu redéfinis les limites de la stupidité humaine.
        Que tu emploies mal un mot comme « alambiqué », je peux le comprendre, car ce n’est clairement pas un mot à ta portée ; mais mal employer un mot aussi simple que « perceptible » ? Là, c’est vraiment grave.
        Pour le plaisir, allons un peu plus loin : « c’est donc excessivement subtil de savoir ce détail pointillard issu de l’usine à gaz qu’est l’académie française. ».
        Je rappelle la définition que tu as mentionnée : « subtil: Qui est difficile à comprendre ». Donc en fait, tu es en train de dire que c’est excessivement difficile à comprendre de savoir ce détail ? Savoir ce détail, c’est excessivement difficile à comprendre ? Je te repose la question : est-ce que le français est ta langue maternelle ?
        « Donc c’est un savoir alambiqué. CQFD. »
        Heu… non. Pour démontrer quelque chose, il faut faire un raisonnement logique qui tient la route. Il n’y en a pas dans ta réponse.

      • Bouarf, de plus en plus ridicule a essayer de restreindre la définition des mots selon ton bon vouloir. perceptible: Qui peut être saisi par l’esprit . Pour le percevoir ce savoir, il faut qu’il soit « perceptible ». Or il est difficile à percevoir car perdu dans une masse d’autres trucs vachement plus intéressants.
        Bref, on tourne en rond. Ton titre de grammar nazi number one, t’es clairement monté à la tête.
        La différence entre mon argumentation, c’est que j’utilise les faits, des définitions et la logique. Tu m’oppose ton opinion, basée sur ton égo (et une définition que tu dévoies à dessein).
        Donc tu peux ressortir milles commentaires du même tonneau, j’aurai toujours raison et toi tort.

        Quand à ta question répétée, qui fleure bon l’argument d’autorité, tu l’humectes délicatement et tu te la fourres gentiment à la base du colon.

      • Autant de vulgarité de la part de l’homme le plus classe du monde me laisse pantois…

      • Ce n’est pas un argument d’autorité, mais c’est gentil quand même d’avoir encore une fois essayé de sortir un mot savant. Dommage que tu n’en comprennes/connaisses pas le sens. Je t’aurais volontiers invité à lire la définition d’ « argument d’autorité », mais vu que tu as clairement du mal avec les définitions, c’est peut-être trop te demander.
        Pour en revenir à la question qui nous intéresse, je vais essayer de t’expliquer une fois encore, parce que je suis quelqu’un de patient, même avec les imbéciles.
        « Pour le percevoir ce savoir, il faut qu’il soit « perceptible ». Or il est difficile à percevoir car perdu dans une masse d’autres trucs vachement plus intéressants. »
        Il est donc difficile à saisir par l’esprit (= comprendre) car perdu dans une masse d’autres trucs vachement plus intéressants ? Visiblement, tu ne comprends pas le sens du verbe « comprendre ». C’est de mieux en mieux.
        Il y a beaucoup d’informations, certaines plus « intéressantes » que d’autres. Le fait que le mot « espace » est féminin en typographie n’est soi-disant pas un truc intéressant. C’est même perdu au milieu de trucs vachement plus intéressants. Donc, parce que ce n’est pas quelque chose d’intéressant, et qu’il y a tout un tas de trucs plus intéressants, c’est difficile à percevoir, donc à comprendre ?
        Je vais te poser une autre question, car je sens que tu n’as pas aimé celle sur ta langue maternelle : est-ce que tu te rends compte des âneries que tu dis ?
        Je vais te confier un secret : le fait que le mot « espace » est féminin en typographie et masculin dans les autres cas n’est pas quelque chose de difficile à comprendre. Sauf si on est débile, bien sûr. La physique quantique, par exemple, est difficile à comprendre. Autre exemple : les définitions sont difficiles à comprendre pour toi. Mais le changement de genre du mot « espace » n’est pas difficile à comprendre Et le fait que ce soit–d’après toi–quelque chose d’inintéressant n’en fait pas quelque chose de difficile à comprendre.
        Ne t’inquiète pas, on va y arriver. Il faut juste que tu apprennes la signification de certains mots.
        « La différence entre mon argumentation, c’est que j’utilise les faits, des définitions et la logique. Tu m’oppose ton opinion, basée sur ton égo (et une définition que tu dévoies à dessein). »
        En réalité, les rôles sont inversés. C’est fou que tu ne t’en rendes toujours pas compte.
        « Donc tu peux ressortir milles commentaires du même tonneau, j’aurai toujours raison et toi tort. »
        Non. Et je ne comprends pas pourquoi tu t’obstines. Tu n’as toujours pas compris que tu n’as pas le niveau ? Tu essaies de corriger quelqu’un alors que tu sors une ânerie plus grosse que toi (« Je suit »), et je te le fais remarquer. Tu essaies de me reprendre en crachant avec suffisance que tu mets rarement des voitures devant les points de suspension, alors que c’est simplement de l’ignorance crasse de ta part (mais maintenant tu pourras briller en société). Tu essaies de t’en sortir avec une pirouette tout en employant un mot dont tu ne comprends pas le sens, et je te le fais remarquer. Par un superbe mélange d’ignorance, d’incompréhension et de mauvaise foi, tu t’obstines à vouloir avoir raison alors que tu as tort. Tu ne vaux rien en orthographe, en grammaire, en compréhension et en logique, et tu t’obstines malgré tout ? Avec moi, en plus ? Ta maman ne t’a jamais dit qu’il ne faut jamais s’en prendre à plus fort que soi ?
        Certains sont bons en mathématiques, d’autres aux échecs. Toi, tu es peut-être bon au bowling, en géographie ou peut-être même en espagnol, mais tu n’as clairement pas un niveau suffisant en français.
        Ce n’est pas grave, on ne peut pas être bon dans tous les domaines.

      • Oulah, je zappe c’est beaucoup trop long. Selon toi, « je suis français de naissance et pas toi donc j’ai raison » c’est pas un argument d’authorité? Tu confirmes ce que je disais, la grammaire te sied à ravir, mais comprendre le français qui vient derrière, la définition, le sens des mots t’échappes définitivement.
        Tu devrais te cantonner à la grammaire, t’as pas les capacités pour le reste, malheureusement. Tu te rends pas compte, mais c’est fatiguant pour les gens, de te voir essayer, rater et insister perpétuellement. Vraiment. Tu rendrais service à tout le monde en arrêtant.

        Comme je suis gentil je te fait un exemple de pourquoi t’es con, vu que l’argumentation c’est moyen compatible avec tes tares.
        exemple: « L’information est noyée dans la masse. » Je serais toi (Vince), je dirais: une information ça n’a pas de poumons, ça peux pas se noyer. En plus une masse, c’est du métal solide on peux pas se noyer dedans.
        Voila, si avec ça tu comprends toujours pas pourquoi t’es très limité dès qu’on sort de la grammaire, je peux rien d’autre pour toi.

        Quand à monsieur savoir-vivre. Un Vince (c’est pas anglo-saxon ça?) français d’ultrasouche de l’élite de la langue française depuis plus longtemps que moi, s’immisce dans ma vengeance (c’est privé une vengeance), à l’outrecuidance d’avoir raison (heureusement depuis quelques commentaires il creuse en s’enfermant dans son caca mais quand même), a l’incongruité de s’acharner à avoir le dernier mot en dépit du bon sens, et c’est moi qui suis vulgaire ?! Face à un rustre courtaud pareil ?! Non mais vraiment!

      • « Oulah, je zappe c’est beaucoup trop long. »
        C’est ta tactique habituelle quand tu sais que tu as perdu ?
        « Selon toi, « je suis français de naissance et pas toi donc j’ai raison » c’est pas un argument d’authorité? »
        Je n’ai jamais dit que j’avais raison parce que le français est ma langue maternelle. Je t’ai demandé si le français était ta langue maternelle pour savoir si ton incompétence est due au fait que le français n’est pas ta langue, car c’est quand même fou d’avoir de tels problèmes de compréhension avec sa propre langue. Ce n’est pas un argument d’autorité mais une simple question. Comme je le disais auparavant, quelques cours de lecture te feraient le plus grand bien.
        « comprendre le français qui vient derrière, la définition, le sens des mots t’échappes définitivement. »
        Tu viens de définir ton cas, bravo.
        « Tu te rends pas compte, mais c’est fatiguant pour les gens, de te voir essayer, rater et insister perpétuellement. Vraiment. Tu rendrais service à tout le monde en arrêtant. »
        Tu devrais suivre ton propre conseil.
        « Comme je suis gentil je te fait un exemple de pourquoi t’es con, vu que l’argumentation c’est moyen compatible avec tes tares.
        exemple: « L’information est noyée dans la masse. » Je serais toi (Vince), je dirais: une information ça n’a pas de poumons, ça peux pas se noyer. En plus une masse, c’est du métal solide on peux pas se noyer dedans.
        Voila, si avec ça tu comprends toujours pas pourquoi t’es très limité dès qu’on sort de la grammaire, je peux rien d’autre pour toi. »
        Le problème, c’est que d’après Larousse (tu l’aimes bien ce dictionnaire, hein ?), « se noyer » et « masse » ont d’autres acceptions que celles que tu viens de donner, qui rendent ma phrase valable. Toi, en revanche, tu es incapable de faire concorder des définitions avec ton propos.
        Sincèrement, c’est triste de voir à quel point tu es incapable de te rendre compte de ton erreur. Cela vient de ton ignorance, certes, mais aussi d’un certain entêtement. Ce n’est pas grave d’avoir tort à propos d’ « alambiqué, ce n’est pas comme si c’était la première fois que je te faisais remarquer ton incompétence.

      • Tu n’es vraiment pas très sympa. Mais le train de tes injures roule sur le rail de mon indifférence. Je préfère partir plutôt que d’entendre ça plutôt que d’être sourd.

      • « Le problème, c’est que d’après Larousse (tu l’aimes bien ce dictionnaire, hein ?), « se noyer » et « masse » ont d’autres acceptions que celles que tu viens de donner, qui rendent ma phrase valable.  »

        Aaaaahhhh, tu vois, quand tu fait des efforts, t’arrive à comprendre. Maintenant, il te reste plus qu’a arrêter d’être borné, appliquer ta propre analyse à ton opinion sur le mot alambiqué et on pourra clore ce débat qui n’a pas lieu d’être.

        Quand au reste, oui, je zappe quand je sais que c’est la répétition du même commentaire que les 2 précédents en bien plus long, indigeste, ennuyeux et répétitif à souhait.
        Et ton rattrapage au branche sur la question de la langue maternelle laisse à désirer: ne te précipite pas comme ça, c’est des comms sur internet, tu as tout le temps du monde pour te rattraper à la branche que tu viens de scier.

        Mister savoir-vivre: monde de merde.

      • J’ai connu un mec de droite une fois, il avait dix fois plus de classe.

      • « Aaaaahhhh, tu vois, quand tu fait des efforts, t’arrive à comprendre. Maintenant, il te reste plus qu’a arrêter d’être borné, appliquer ta propre analyse à ton opinion sur le mot alambiqué et on pourra clore ce débat qui n’a pas lieu d’être. »
        Sauf que c’est ce que je dis depuis le début. La définition du mot « alambiqué » est sur ton cher site Larousse.fr, et aucune acception de ce mot ne concorde avec ta phrase d’origine, d’où le fait que tu l’as employé à mauvais escient. Tu n’as toujours pas compris, depuis le temps ?
        « Quand au reste, oui, je zappe quand je sais que c’est la répétition du même commentaire que les 2 précédents en bien plus long, indigeste, ennuyeux et répétitif à souhait. »
        C’est ma faute si tu ne comprends toujours pas après 15 messages ?
        « Et ton rattrapage au branche sur la question de la langue maternelle laisse à désirer: ne te précipite pas comme ça, c’est des comms sur internet, tu as tout le temps du monde pour te rattraper à la branche que tu viens de scier. »
        Je crois que tu n’as pas bien compris, alors je vais devoir répéter, comme toujours : premièrement, ma question n’était pas un argument d’autorité, alors arrête d’employer des mots à mauvais escient et prends donc des cours de lecture ; deuxièmement, tu n’as pas répondu non à cette question, donc je suppose que le français est bel et bien ta langue maternelle. Tu n’as alors pas d’excuse pour tes problèmes de compréhension qui me laissent pantois, je l’avoue. Le système éducatif français est pire que je ne l’imaginais.

      • Dites donc les enfants ça en fait des pages de lecture pour de la proctologie drosophilienne (oui moi aussi j’aime les mots compliqués!). Sérieusement il va falloir penser à mettre vos égos de côté et passer à autre chose. Vous êtes tous les deux assez grands et cultivés pour ça, non? Je suis sur qu’en vrai vous vous entendriez super bien en plus…

      • Perso, j’me marre bien monsieur Salkon, sinon j’aurai arrêté depuis longtemps.

        Pour revenir dans le vif su sujet:
        Pourtant c’était pas bien compliqué; Un programme en trois étapes:
        1- Arrêter d’être borné.
        2- Reconnaitre que des mots que tu connais on des sens auxquels tu n’avais pas pensé (y compris alambiqué)
        3- Clore le débat.

        Et toi, tu te foires dès l’étape 1. non, vraiment, tu chies dans la colle là, Vince

      • « Reconnaitre que des mots que tu connais on des sens auxquels tu n’avais pas pensé (y compris alambiqué) »
        Sauf que « alambiqué » n’a pas 36 sens, et aucun ne correspond à l’usage dont tu as fait de ce mot. D’ailleurs, tu as toi-même cité le sens auquel tu faisais référence, et le problème est que ça ne veut rien dire dans le contexte de ta phrase d’origine, d’où le mauvais emploi d’ « alambiqué ». C’est dommage pour toi, mais c’est comme ça.
        Honnêtement, je ne sais pas comment il faut te le dire pour que tu comprennes ça. Ce n’est pas être borné, c’est simplement te dire (et te montrer par A+B) que tu as mal employé ce mot. Si tu ne comprends pas ça, je ne peux rien faire de plus, à part peut-être élaborer ton programme : premièrement, arrête avec tes réponses sur un ton suffisant, tu n’es clairement pas en position de le faire avec ton ignorance crasse et ton incompétence chronique ; deuxièmement, essaie de comprendre les définitions avant de t’appuyer dessus, ça t’évitera de sortir des âneries plus grosses que toi.

      • Sauf que j’ai raison et que t’as tort, répéter inlassablement ton opinion ne le rendra pas plus valide, juste plus lassant.
        Je t’assure, laisse toi aller, reconnait ton erreur, cesse d’être borné, et ta vie n’en deviendra que plus agréable, vraiment.

      • Et pis je te répondrai plus ce soir. Y’a ma mère qui crise et qui veut que j’aille me coucher.

      • Ah ! Y’a papa qui dit que c’est pas parce qu’elle a eu ta garde grâce au con d’avocat de voisin qu’elle doit garder le chat. Il passera ce week-end le prendre…

      • Oh, usurpation d’identité. Bravo très mature comme attitude. Rien n’est trop bas quand on est au pied du mur. ça a pas été trop dur de te ronger le frein pendant 27 minute avant de te répondre à toi-même ?

      • Bonjour, je suis Vince, je suis membre des Têtes de Con Anonymes et abstinente de conneries depuis 11 heure. Après avoir usurpé l’identité d’un mec pour prouver que j’avais raison alors que j’avais pas raison, j’ai pris conscience que j’avais été trop loin. C’est très dur d’en arriver là. Je ne souhaite cela à personne. Pour l’instant j’ai encore envie de refaire ma tête de con, mais je lutte contre l’addiction. J’espère que je ne replongerai pas, mais sait-on jamais. Je voudrai m’excuser auprès de ceux que j’ai pu flouer, et reconnaitre mes tort. Il m’arrive d’avoir tort et cela ne sert à rien de persister comme je le fait.

        Ouiin *snif* part en pleurant.

      • Le dernier commentaire que j’ai écrit date d’hier soir, posté à 21h32. Les autres ne sont pas de moi. Je recommande d’ailleurs à celui, celle, ceux ou celles qui s’est fait/se sont fait passer pour moi d’apprendre à écrire avant d’utiliser mon identité, ce sera plus crédible la prochaine fois. Les posts de 22h20 et 22h47 ont manifestement été écrits par la même personne, vu qu’on y retrouve la même faute d’orthographe. Quant à celui de ce matin, 10h18, il s’agit très certainement de ce cher Georges Abitboll. Je te suggère également d’apprendre à écrire avant d’usurper mon identité.
        « Sauf que j’ai raison et que t’as tort »
        Non.
        « répéter inlassablement ton opinion ne le rendra pas plus valide »
        Il ne s’agit pas d’une opinion mais d’un fait, basé sur la définition d’un dictionnaire. C’est toi qui as commencé à brandir le Larousse, alors tu t’y tiens ou tu te tais.
        « Je t’assure, laisse toi aller, reconnait ton erreur, cesse d’être borné, et ta vie n’en deviendra que plus agréable, vraiment. »
        Tu devrais dire ça au type que tu vois chaque fois que tu regardes dans ton miroir. Comme je le disais hier : « Tu ne vaux rien en orthographe, en grammaire, en compréhension et en logique, et tu t’obstines malgré tout ? Avec moi, en plus ? Ta maman ne t’a jamais dit qu’il ne faut jamais s’en prendre à plus fort que soi ? »

      • Pour Vince :
        1 – On n’écrit pas « Tu devrais dire ça au type que tu vois chaque fois que tu regardes dans ton miroir. »mais « Tu devrais dire ça au type que tu vois à chaque fois que tu regardes dans ton miroir. » (Cf. grammaire Grevisse, page 315).
        2 – » Il ne s’agit pas d’une opinion mais d’un fait, basé sur la définition d’un dictionnaire. »
        Un fait est un fait. Il ne peut être basé sur quelque,chose…(Dictionnaire de l’Académie Française : ce qui est arrivé, ce qui s’est produit dans des circonstances déterminées)
        3 – « Ta maman ne t’a jamais dit qu’il ne faut jamais s’en prendre à plus fort que soi ?  »
        Assez maladroit cette répétition de « jamais »…
        Bref, balayez donc devant votre porte avant de donner des conseils aux autres, conseils dont tout le monde se fiche éperdument, sur ce blog.

      • Je me marre également devant tant de médiocrité. Ce sont les gens comme vous que j’affectionne tout particulièrement. Comme je leurs dis toujours (voir mon tout premier message), c’est gentil de vouloir corriger quelqu’un (moi, en l’occurrence), mais c’est tout de même mieux de s’assurer au préalable qu’on en est capable.
        1) Dommage pour vous, il se trouve que j’ai justement un exemplaire d’un ouvrage passionnant de Maurice Grevisse, dont le titre est « Le français correct ». Voici ce qu’on peut y lire : « La préposition est facultative dans « (à) chaque fois ». Page 323 dudit ouvrage, entrée 1088, si vous voulez vérifier. Mais c’est gentil quand même d’avoir voulu faire le « warrior », comme disent les jeunes. Dommage que vous ayez perdu une occasion de vous taire, ça vous aurait évité l’humiliation publique.
        2) Dommage pour vous, « basé sur » est un synonyme de « fondé sur », ce qui signifie « Prendre quelque chose comme preuve de ce qu’on dit ». Fonder quelque chose, c’est l’appuyer de preuves. Dans ma phrase d’origine, la définition en question est la preuve du fait en question. Mais c’est gentil quand même d’avoir voulu faire le « warrior », comme disent les jeunes. Dommage que vous ayez perdu une occasion de vous taire, ça vous aurait évité l’humiliation publique.
        3) Dommage pour vous, cette phrase n’est pas incorrecte. Mais c’est gentil quand même d’avoir voulu faire le « warrior », comme disent les jeunes. Dommage que vous ayez perdu une occasion de vous taire, ça vous aurait évité l’humiliation publique.
        Ne vous inquiétez pas pour ma porte, elle est impeccable. On se dit à bientôt ?

      • Vous être en plein délire paranoïaque.
        Je vous invite très fortement à aller consulter votre médecin traitant qui vous orientera vers un spécialiste.

      • MERCI
        En ces temps difficiles de telles discussions me font retrouver la foi en l’humanité!
        P.S : un petit avantage pour Georges qui, s’il a peut être tort (je n’en sais rien et je m’en fout) est un petit peu moins méprisant que Vince
        Sur ce, PIKACHU

      • Recoucou c’est remoi. J’r’enfonce le clou une dernière p’tite fois. (y’a du public: coucou public :))

        On va refaire une séance d’exemple. C’est le seul moyen que j’ai trouvé de pénétrer les brumes qui obscurcissent les entrailles de ta tête (en même temps, une grosse tête pleine d’eau, qui chauffe, ça fait du brouillard: c’est normal)
        Pour c’te séance je vais réappliquer tes raisonnement au texte suivant :
         »
        La nature est un temple où de vivants piliers
        Laissent parfois sortir de confuses paroles;
        L’homme y passe à travers des forêts de symboles
        Qui l’observent avec des regards familiers.

        Comme de longs échos qui de loin se confondent
        Dans une ténébreuse et profonde unité,
        Vaste comme la nuit et comme la clarté,
        Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

        Il est des parfums frais comme des chairs d’enfants,
        Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
        – Et d’autres, corrompus, riches et triomphants,

        Ayant l’expansion des choses infinies,
        Comme l’ambre, le musc, le benjoin et l’encens,
        Qui chantent les transports de l’esprit et des sens
         »
        Maintenant je fait mon Vince : C’est très joli « une forêt de symboles », une « profonde unité » ou encore des « parfums corrompus ». Mais employé à mauvais escient. C’est inévitable quand on ne comprend pas le sens des mots qu’on emploie. Est-ce que le français est la langue maternelle de Baudelaire ? Si oui, c’est effrayant à voir ce manque d’éducation flagrant. Si non, ça explique bien des choses, sale étranger mécréant de mes deux, j’ai raison parce que je suis mieux né que toi !!! Berk! Un étranger qui parle français, ou un gens sans éducation, quelle atrocité. Vils plébiens, vils béotiens, GRAMMAR MACHT FREI !!!!

        Là, t’as compris pourquoi t’es con, ou bien ?

      • Ahah! Oui j’ai vu! J’écris quand je suis à cheval, et j’avoue ne pas me relire.
        Mais ma première remarque n’était pas méchante, c’était plus pour rire mais ça a été mal interprété. Je dois arrêter de faire des blagues pas drôles…

  17. Que les téléspectateurs changent d’avis, c’est bien normal, l’hypocrisie elle n’est pas là :
    Les médias, qui jusqu’à présent jouaient tout sur la peur du migrant pour faire de l’audimat, ont soudain changé d’avis et ont décidé de faire de l’audimat en jouant sur l’empathie pour les malheureux enfants réfugiés.

    Et pas seulement en France, les anglais sont passés de ça http://www.newstatesman.com/sites/default/files/body_image2015/clhgx4ew8aaav3l.jpg à « ohhh les pauvres gentils réfugiés, qu’est-ce que vous attendez pour les aider ? »

    Là ce n’est pas « changer d’avis », c’est se foutre de la gueule du monde.

    Au bout de deux mois à dire qu’il fallait rejeter cette « invasion » tout en voyant très bien sur le terrain que des centaines de familles mourraient, les médias ne pouvaient plus tenir, la dissonance était trop forte. Mais plutôt que d’admettre que « oh bah oui, ça fait des mois qu’on vous enfume pour vous effrayer et faire monter l’audimat », ils ont, tous en même temps, eu une illumination divine en voyant cet enfant mort. Pourquoi celui-là et pas les milliers d’autres qu’on avait eu avant ? On s’en fout, la photo n’a été qu’une excuse des médias pour justifier leur retournement de veste.

    Monsieur-tout-le-monde n’est pas hypocrite quand il change d’avis, il est juste un peu naïf et manipulable. En revanche, les politiciens et les médias qui font des virages à 180° en voyant un photo, je doute fortement de leur bonne foi.

  18. Oufti la deuxième, je la mets dans ma boîte à outils! Ouaip, vaste débat que les liens entre militantisme, discipline de groupe et narcissisme…

  19. Tiens c’est étonnant que Gloubi ne soit pas encore venu se manifester !
    Article partagé, ça me permettra (peut-être) de faire un tri dans mes contacts…
    Effectivement de la part des politiques c’est du foutage de gueule. Mais ça me fait quand même plaisir de voir tellement de gens lambdas se mobiliser pour venir en aide aux réfugiés, chacun à son niveau…

  20. N’importe quoi cet article. Vous, qui ne vous gênez pas pour être de mauvaise foi dans vos articles, vous osez traité les braves journalistes d’hypocrites. Et d’ailleurs, que faisiez vous le jour ou cette fameuse photo a été rendu officielle hein ? Car oui, arriver après la bataille c’est facile, trop facile.
    Des débats débiles il y en a partout tous les jours. Il a fallu attendre que deux d’entre eux passent à la télé pour vous rendre compte de leur existence ? Vous osez vous réclamer de Charlie Hebdo plusieurs mois après les évènements de janviers ? Certes, c’est facile de dire ce genre de chose maintenant.

    Sachez cher Monsieur que d’autres gens, bien plus brave que vous, se sont déjà attaqué à ce problème que vous dénoncer après coup. Vous feriez d’ailleurs bien d’y jeter un œil, avec un peu de chance cela vous civilisera un peu :

    En espérant que vous y prendrez de la graine !

  21. Merci. Je ne cesse d’expliquer que oui, j’ai été bouleversé par la fameuse photo et oui, ça a « enfin » rendu « réelle » la misère de ceux qui n’étaient que des chiffres pour moi. Et oui, ça m’a changé profondément, je ne souhaite plus être spectateur, mais agir. Alors me faire insulter par tous ces donneurs de leçon, ça me fait bien mal. Et merci encore.

    • Bravo, vous vous êtes fait magnifiquement fait manipulé, cette photo est un montage/mise en scene ( Depuis quand un corps arrive perpendiculairement aux vagues ? ).
      Plus le fait que le père de ce garçon soit un passeur venu se faire soigner les dents…
      Et que la photo arrive pile au bon moment alors que la guerre dure depuis 4 ans…

  22. J’aime bien aussi dans le genre les sites d’extrême droite qui montre des images, certainement tout aussi  »vraies » : La gamine de 8 ans décapités par l’EI, l’agressivité des migrants, l’état des lieux où ils ont résidé, leur manque de coopération, les foules de jeunes hommes alors qu’on devrait voir essentiellement des enfants/femmes//vieux tel qu’on peut l’attendre de réfugiés fuyant une guerre.
    Quant aux sites pro, on y voit plutôt des cadavres sur nos plages, des mains tendues quémandant, des femmes ou enfants avec des grands yeux ouverts, et des belles images d’échanges.

    Comme quoi, l’importance c’est le message qu’on veut faire passer. Après, on trouve l’image qu’on va coller dessus.
    Pour les médias plus  »classique » avec la photo du gamin sur la plage Turque, je suis curieux de savoir si la reprise en boucle tient d’une stratégie avec un but politique, d’un effet mouton après qu’un gars lamba de l’AFP ait mis l’image dans la boite commune, ou du fait que nos médias  »classiques » sont tenus par 2-3 personnes et que le boss a décidé de montrer ça parce qu’il pensait bien vendre.

  23. Je ne comprends pas pourquoi les Français se perdent dans des débats sans fin. La solution est pourtant toute simple : il suffit d’accueillir les migrants et de les offrir comme esclaves aux agriculteurs mécontents. Et hop, on règle deux problèmes d’un coup !

    Ne me remerciez pas, c’est tout naturel.

  24. Moi je dénonçais les kékés du militantisme avant toi OC, tu as dû attendre cette histoire de photos d’enfant mort pour t’y mettre ? Gros naze.

  25. Mais enfin, il y a quelque chose que je ne comprends pas.

    En ce qui concerne les films, vous pointez du doigt tous les raccourcis. Pour les sujets de société, vous en créez. C’est pas une incohérence ça ?

    Non parce que le second sujet de cet article, c’est franchement du n’importe quoi en barre. Comme à l’époque de Charlie en fait, où votre billet ne valait pas beaucoup plus.

    Le problème de prendre conscience juste à partir d’une photo, c’est bien justement que la personne qui a eu la révélation ne connaît rien du contexte et de l’historique des événements. Et comme ce n’est qu’une photo et pas une dissertation, elle réagira avec… ses émotions. Bingo.

    Suite à cette courte vue, ces gens vont réagir spontanément en disant : « il faut tous les accueillir ! » sans avoir connaissance de toutes les choses nauséabondes qui entourent cet événement :
    – La déstabilisation du Proche-Orient et de la Libye par les States, la GB et la France (crimes contre l’humanité, il faudrait pas l’oublier)
    – La réjouissance du MEDEF et des équivalents européens face à cette main d’oeuvre peu chère (lire leurs déclarations)
    – La très grande majorité d’hommes de 20 à 30 ans parmi les migrants (pas 99% comme l’annonce la blonde de St Cloud, mais plus de 60%). Regardez les photos de 1962, vous verrez hommes, femmes, enfants et vieillards quitter l’Algérie en laissant tout derrière eux)
    – L’annonce de la reprise du bombardement de la Syrie…
    – etc, etc…

    Bref, celui qui réagit juste avec la photo, il réagira pas sur ces points énoncés (il avait déjà pas conscience de ce qu’il se passait depuis 4 ans), c’est donc du pain béni pour nos dirigeants. Par conséquent, dénoncer ceux qui essayent d’étendre la vision de leurs compatriotes, c’est complètement idiot.

    Qui plus est, le bureau des gentils n’est pas de ce côté-là. C’est même l’inverse. Vous êtes plutôt mal vu si vous apportez des réflexions autour de la photo.

    Arrêtez le brandy pendant quelques temps et passez au Juvamine, vous en avez besoin :p

  26. Les journalistes d’aujourd’hui ne travaillent pas à la recherche de la vérité mais à la fabrication d’une réalité virtuelle qui fidélise et nourrit le voyeurisme de masse.
    Pour revenir à cet incident très révélateur, prémisses du drame qui approche, il ne faut pas confondre un réfugié Syrien Chrétien ou Yézidis qui fuit les musulmans de l’EI, voire un Kurde, avec les hordes de noirs africains, la plupart hommes jeunes, qui viennent là pour s’installer et repeupler, y compris avec force s’il le faut. Le danger vient de là, ils arrivent de plus en plus nombreux, ne repartiront jamais, et nous allons les payer longtemps à ne rien faire. La suite s’appelle « ghettos », zones de non-droit, délinquance, communautarisme, viols (on n’en reparlera avec l’exemple de la Suède).
    Pour ce qui est des Syriens, certains repartiront sur leurs terres quand le pays sera en paix et qu’on laissera Assad tranquille.
    Remarquez que pour les Syriens, la solution existait:
    – Etant donné l’avance technique, technologique, logistique et militaire des 27 pays Européens, il suffisait de réunir nos forces, de pactiser avec Assad et de nettoyer le pays de l’EI.
    – Ensuite, on reconstruisait les villages. A 27 pays, cela pouvait être vite fait et bien fait.
    Mais cela ne se fera pas, et c’est bien la preuve que l’Europe politique est une farce gigantesque, que le qatar et l’arabie saoudite nous pourrissent la vie, et que les USA travaillent à leurs intérêts toujours de la manière la plus cynique.
    Enfin, il est urgent d’installer de force, en Lybie, une ou plusieurs barrières migratoires militarisées dans des zones stratégiques, mais là encore on a dépensé beaucoup d’argent en réunions avec communiqués tonitruants, et puis plus rien…comme d’habitude, c’est ça l’Europe que certains glorifient et qui n’est qu’un monstre d’impuissance face à ce danger, ce défi : l’immigration africano-sub saharienne.
    Si, en 2017, nous sommes très nombreux autour de Marine Le Pen, il y aura des députés, il y aura une influence certaine, il se dégagera un refus majeur de cette invasion. Politiquement, c’est la seule solution, indépendamment des personnes, des contradictions, des rumeurs et du pourrissement journalistique et médiatique, c’est la seule et unique solution, tous les autres sont des lâches, alignés sur la politique US et sous influence islamo-qatarie et saoudienne (d’ailleurs, nombreux sont les hommes politiques de droite et de gauche à faire partie des clubs des amis du qatar et d’arabie saoudite).
    Aujourd’hui, je ne demande pas à un homme ou une femme politique d’être la perfection, de tout réussir tout de suite, de faire des miracles, je lui demande d’engager une lutte terrible et sans état d’âme contre le premier péril qui menace mon pays: l’invasion migratoire islamo-africaine. Or, seule Marine Le Pen s’y est engagée depuis bien longtemps et n’a jamais renié ses convictions sur ce sujet, et peu m’importe qu’elle puisse avoir dans son programme certaines incertitudes économiques qui seront très vite gommées, ce qui m’importe c’est d’engager la lutte, de travailler ensemble chaque jour pour résoudre ce problème, et elle seule a ce programme politique. Plus nous serons nombreux derrière elle à pousser, plus l’invasion migratoire reculera.
    Avec les autres, prévoyez des années noires, dans tous les sens du terme.

  27. triste d’avoir à voir l’image d’un petit garçon mort . il y en a eu tellement d’autres !
    pourquoi tout ce pataquès , brusquement ?
    surenchère d’accueil en Europe de l’ouest , déclarations fracassantes , interventions des ministres et des chefs d’état avec des trémolos dans la voix , battage dans la presse jusqu’à la nausée , sondages brusquement inversés … pourquoi ?
    quand  » ils  » arrivaient par mer , il y a eu maints naufrages mais on en faisait moins de cas ! comme un bain de minuit qui aurait mal tourné .
    alors subitement , ces malheureux arrivent par l’Europe centrale . et …
    des gens dans des camps ? en ALLEMAGNE ? quelle horreur !!!!!!!!!!!!!! il faut que cela cesse !!!!!!!!
    … je me demande si on ne serait pas ( juste un peu ) manipulé .

  28. Pingback: keg en ce 29/12/2015 – Si nous nous revendiquons, issus de francs, nous sommes tous bi-nationaux! Gare à nous, alors…. « la "Une" de keg·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s