Il est là !

Odieux connard 9782757854655-crg.indd

La bête, Mesdames et Messeigneurs !

Ça y est. En ce beau jour du 4 juin 2015, le livre de votre – moyennement – humble serviteur, sobrement intitulé Qu’il est bon d’être mauvais et édité chez Points est disponible chez tous les bons libraires. Du coup, vous pouvez non seulement le leur acheter, mais aussi aller en offrir un aux mauvais libraires en les montrant du doigt et en ricanant très fort, parce que vous êtes quand même très cruels, je vous connais.

À vous, donc, les joies de la lecture des mots de l’Odieux Connard d’un air pensif dans les lieux publics pour impressionner la plèbe. N’hésitez pas à fumer la pipe en même temps pour appuyer votre jeu d’acteur et rendre fou de jalousie l’ensemble du voisinage (ou l’enfumer avant de vous enfuir dans un rire diabolique).

Mais alors, combien pour le plaisir simple de brandir ce bel objet (en plus, il y a même des trucs écrits dedans !) et de briller en société ?

7,30€ vous dites ? Mais enfin, ce n’est même pas une place de cinéma sans 3D et sans pop-corn pour un film français ! Quelle bonté, ce Monsieur Connard. Ah, j’aimerais tant qu’il devienne mon ami.

Mais je suppose que vous avez des questions. Alors venons-y.

F.A.Q.

Est-ce que cet article ne serait pas honteusement commercial ?

Pas du tout, mécréants. Si j’avais voulu qu’il soit honteusement commercial, je l’aurais intitulé « Ce livre qui va vous surprendre » ; « Ces 13 photos de chatons qui lisent l’Odieux Connard vont vous bouleverser » ; « Un Odieux Connard oublie d’éteindre son imprimante, regardez ce qui lui arrive » ou encore « Si tu n’achètes pas ce livre, la malchance s’abattra sur toi et tu finiras blogueuse mode ». Alors, vous voyez, je suis limite commerce équitable, là.

Combien ce livre compte-t-il de pages ? C’est mon critère de sélection.

Environ moult (ce qui est compris entre 250 et 300). Même si je trouve le concept un peu curieux. Techniquement, la tapisserie de Bayeux ne compte qu’une page.

Je ne sais pas quel cadeau offrir pour la Fête des pères, pourriez-vous m’aider ?

Non, démerdez-vous. Ah ? Flûte, attendez, je sens l’haleine chaude de mon éditeur dans ma nuque. Bon, soit. Je suis sûr que jeter nonchalamment le livre à l’heure des cadeaux sur la table dominicale impressionnera tellement que l’on déshéritera aussitôt vos frères et sœurs pour faire de vous l’héritier unique. Franchement, quelqu’un aurait gâté Charlemagne pour la Fête des pères, l’empire était sauvé.

J’aimerais tellement une dédicace de vous. Parfois, la nuit, je me réveille votre livre à la main, les pages collées par la sueur et je… [blablabla, j’avance]… 95D pointant vers le plafond comme deux… [oups, un peu court, blablabla]… colorectal. Bref, comment obtenir ladite dédicace ?

En guettant les réseaux sociaux (les liens vers Facebook et Twitter sont dans les colonnes de ce blog) où j’annoncerai mes passages pour venir signer des trucs, en fumer d’autres et éventuellement en enterrer.

Si je n’annonce rien, allez voir votre libraire préféré. S’il n’a pas déjà pris l’initiative de contacter mon éditeur pour voir ce qui pourrait être arrangé, faites-lui les gros yeux.

Votre livre a-t-il d’autres utilités que de participer à mettre un peu de joie dans ma vie triste et morne ?

Oui. Il peut par exemple servir d’arme contondante : +1 contre les morts-vivants, +19 contre les enfants hyperactifs.

Je viens de poser votre ouvrage dans ma bibliothèque, elle a fait un bruit étrange : ai-je trop de livres ?

Non. Vous venez simplement d’offrir son premier orgasme à votre meuble.

Voilà.

Maintenant, on se retrouve en librairie.

Si vous êtes à Paris et que vous croisez aujourd’hui chez votre libraire un type avec une cravate rouge qui éclate d’un rire diabolique devant ses propres livres, c’est soit moi, soit Cyber-Lénine, le voyageur de l’espace-temps.

Je vous souhaite que ce soit le premier.

103 réponses à “Il est là !

  1. Et la version e-book ? Ah bravo, même pas il en parle. A tous les coups il l’a enterré avec une portée de chatons en offrande à un dieu aussi obscur qu’une vision colorectale. Je ne qu’une chose à dire (en plus) : Aziz lumière!

    • J’ai téléchargé l’extrait Kindle, pour savoir si je voulais acheter en version papier ou ebook. Eh bien ça sera en papier…
      L’éditeur devrait avoir honte de produire un ebook comme cela, c’est juste un scan du livre : c’est a dire que chaque page est une image, et non pas du texte. Et les marges de la page sont tellement grand que le texte est si petit qu’il est en difficile à lire.

      https://drive.google.com/a/bouil.org/file/d/1tLz4wjqImyFviGXkiqk1pzQmnvRLz_X9Kg/view?usp=sharing

      • Il m’est arrivé le même problème sauf que je suis débutant en liseuse et que ce n’était que le 2 ou 3e livre que j’achetais ; je n’avais pas téléchargé l’extrait sachant à quel contenu j’allais avoir affaire, ne me doutant pas qu’il pouvait y avoir des surprises de mise en forme … Peut on espérer une mise à jour avec du vrai texte ?!! c’est pas grave si j’ai pas les wordarts

  2. C’est donc ça, ces scènes d’émeute matinales devant la Fnac ?
    Cher Connard, je me distingue de la canaille en ce que votre livre m’a été livré hier, et il ne m’en reste que quelques pages à lire pour supporter mon trajet en rer. Toutefois, quel plaisir de pouvoir brandir cet artefact au premier malandrin venu, et de le regarder fuir comme le bon goût devant Valerie Damidot.
    Merci encore.

      • Au nom de l’intelligence collective : tais-toi.
        Ou utilise des mots moins vulgaires dont le sens ne sera pas aliéné comme « lèche-botte »? Tu gagnerais fortement en crédibilité et/ou en qualité d’auditoire

  3. Je chipote. Je sais. Mais, techniquement, la tapisserie de Bayeux, ce n’est pas une tapisserie. C’est une broderie.
    P.S. Livre commandé aussi, bien entendu.

  4. Je suis joie.
    Dites-moi, mon bon sire, afin que je n’use pas inutilement ma touche F5 à rafraîchir fébrilement votre page Facebook dans l’espoir d’une séance de dédicace en Belgique, savez-vous déjà s’il est envisageable que vous veniez réhausser par votre simple présence le niveau culturel de notre plat pays ?

    • @Allya.
      Je valide. Une tournée à Bruxelles et en Wallonie est nécessaire.

      Je me réjouis déjà de téléphoner au libraire le plus proche pour savoir si il a reçu l’ouvrage.

      • Quant à moi, j’ai hâte de le lire en surveillant les examens et de jouir du regard courroucé des étudiants dérangés dans leur concentration par mes fous rires. Gniark!

  5. Après 2 ans à lire ce blog, j’ai décidé de promouvoir la mauvaise foi et l’égocentrisme à travers le monde. Commandé.

  6. Pas le premier à commenter ici. Mais a priori premier sur Amazon. Oui, sans avoir lu le bouquin, c’est dire la confiance que j’ai en l’OC.
    Oui, j’ai commenté sans avoir lu le bouquin (en même temps, c’est ici que j’ai appris à parler de films sans les avoir vus, grâce aux magnifique spoilers) afin de faire connaître aux derniers mécréants celui dont j’espère qu’il ne changera jamais.

  7. Vais, à l’occasion de la visite du magasin où je suis employé, par le CHSCT dont je suis membre, vérifier la présence de cet indispensable ouvrage sur les rayons… En cas d’absence, je suis, cher Connard, à votre disposition pour toute action de rétorsion envisagée…
    Vous pouvez m’envoyer Diego, je signe sans vergogne…
    Signé : « le misanthrope du rayon son de la Fnac St Lazare »

  8. Ha ha ha, le titre de l’article m’a fait sourire plus qu’il n’aurait dû !
    Il est préco depuis quelques jours, je passe le chercher à la FNAC à l’ouverture. Et derrière, direction la Poste pour envoyer la bête au Japon. La corruption du monde commence. Il faudra juste que je me retienne de le lire en entier avant de l’envoyer, parce que ce ne serait pas très poli pour un cadeau.

    • J’espere que c’est pour moi ! J’espere que c’est pour moi ! Ahem…

      Ca signifierait que nous sommes au moins deux a lire depuis le Japon ?

      • A moins que vous soyez secrètement ma pote qui bosse à l’ambassade, je ne crois pas :D

      • Dommage pour moi, je travaille pas a l’ambassade, mais je suis un autre lecteur depuis le Japon.

      • Ah merde je ne travaille pas à l’ambassade non plus….mais je suis aussi lecteur au Japon. C’est juste moi, ou vous sentez qu’il y a moyen de monter un club genre très, très, machiavélique?

    • Je ne cautionne pas le nationali… Euh… L’expatrialisme ? M’enfin de toute façon moi je suis au pays, faites ce que vous voulez.

  9. un peu léger comme présentation.
    Y’a quoi au final dans le bouquin ? c’est une compil de tout le site ?
    y’a uniquement les billets d’humeurs ? les critiques de films ? des dessins ? d’autres trucs inédits ?

  10. J’ai fait commander le livre par ma bibliothèque, au rayon pour enfants. Ça leur en mettra de la graine.

    • Exact, ce sont les 3 fils de Louis le Pieux qui se sont entre-déchirés pour l’héritage du papa. Grand-père Carolus Magnus fertilisait les géraniums de la nécropole d’Aix-la-Chapelle depuis fort longtemps au moment du traité de Verdun. En revanche, s’ils étaient simplement allés au troquet du coin pour régler leurs différents, ils se seraient simplement déchiré la gueule à grands coups d’hydromel, mais là n’est pas la question (je reconnais que cette vanne joue dangereusement avec les limites de la tolérance humaine, mais j’aime le risque).
      Bref, on chipote, mais c’est ça qui est bon.

  11. J’en ai mis 15 sur table. Il ne bouge pas.
    Je vais plutôt le coller dans le présentoir de « La femme parfaite est une connasse » version BD qui vient de sortir. Le principe d’achat d’impulsion, ya que ça de vrai.

  12. Merci Odieux, Commandé à l’instant. Je m’en pourlèche les babines par avance. Cordialement, PA

    >

  13. Joie! Une façon d’utiliser les 10€ que vous m’aviez fait économiser pour l’aut’ truc-là que vous spoiliez là… Urf! Urf!

  14. Dites-moi, Mister OC, je lis
    « « Qu’il est bon d’être mauvais ». C’est le credo de l’Odieux Connard dont le blog compte déjà près de 4 millions de lecteurs. »
    Or en couverture de ce livre « Déjà 3,5 millions de lecteurs ».
    Cela signifie-t-il que vous auriez DEJA vendu près de 500 000 exemplaires du-dit pamphlet ?

  15. Je l’ai dévoré ! un vrai plaisir à lire :)
    Merci d’avoir égayé ma journée ! (rien de tel que les conseils pour séduire ou l’envie de talocher des gamins pour se sentir en joie !)

  16. Ah quel plaisir ! Depuis que Desproges a eu la bêtise de mourir, je sentais mon cerveau s’étioler. Il lui fallait bien ce remède de cheval. Merci donc.

  17. Aîe ! Il existe encore des places de cinéma non 3D à moins de 7,30 euros, et ce, en proche banlieue parisienne (très très proche, Puteaux en fait).

    Du coup, j’hésite…..

  18. Vous avez déjà commencé à envahir la Wallonie : je suis désormais l’heureuse propriétaire d’un exemplaire. Et j’ai eu le plaisir de répondre à la libraire : « L’Odieux Connard », même si j’aurais préféré que la dite-libraire soit un homme. Ç’aurait été du plus bel effet. Je vais célébrer cela, comme je sais que vous êtes particulièrement fan de ce réseau social, par un post Instagram. C’est cadeau.

  19. Exemplaire pré-commandé également, je devrais le recevoir demain et enfin pouvoir [bla bla bla] contre mon opulente [bla bla bla] frétillant de plaisir [bla bla bla] cave humide du 93.

  20. 14h, St Lazare :
    « Le quoi ? Chez Points ? Ah oui le truc orange. Bah non il est pas encore en rayon, je suis arrivé tard ce matin. Il est surement au fond à gauche, dans un des bacs verts » …
    Ce furent ses dernières paroles.

  21. Reçu hier, un jour en avance! Amazon a bon goût, c’est peu de le dire!

    Et je tiens à dire qu’il accompagne très bien du W.Ø Larsen ou du Davidoff (Soit dit en passant, ne gâchez pas ces précieux tabacs pour enfumer votre voisin, ce serait du gachis, bande de fous !)

    J’ai grand hâte de venir signer ce chef d’oeuvre cher Odieux !

  22. J’ai mon exemplaire ! J’ai mon exemplaire !
    J’ai ainsi pu aller en toute simplicité aller voir la vendeuse de la FNAC en lui demandant : « Auriez-vous le livre de L’Odieux Connard ? » « Pardon ? » « L’Odieux Connard. » « C’est l’auteur ou le titre ? » J’avoue ne pas avoir su répondre…
    (J’ai pu dans le même temps découvrir qu’il existait un rayon « Humour » à la FNAC, mais vous êtes bien le seul auteur que j’achèterai jamais là-dedans.) (Sauf si c’est un cadeau pour une personne inappréciée.)

  23. Oh tiens, une gourmandise à déguster! Si mon libraire habituel ne l’a pas en stock, je lui casse les genoux Didju!!!

  24. Je ne pourrai me déplacer pour acquérir l’objet en question que demain. Ce n’est pas très charitable de me rappeler ainsi tout ce que je manque en ce moment.

  25. Grmmblll. Je l’avais pré-commandé sur Amazon en espérant le recevoir le jour J et ils me mettent « votre commande est en cours de préparation ».
    ça m’apprendra à faire des infidélités à ma librairie habituelle avec le Grand Satan….

  26. Et hop ! Pas besoin de fouetter ma libraire, elle l’avait reçu et j’ai acheté les 3/5èmes de son stock (même pas déballés et même pas en tête de gondole, la gueuse). Et oui, je suis un spéculateur et je sais qu’il n’y en aura pas pour tout le monde alors je stocke. Et quand ils seront dédicacés (je m’appelle Nicolas Cage …) ils vaudront encore plus chers ! :-D
    Odieusement votre,
    Nico

  27. Cher Connard,
    Je vais m’empresser d’aller demander votre oeuvre à la librairie du coin, en revanche, je vous trouve un peu optimiste lorsque vous nous dites que votre livre peut calmer un enfant hyperactif : il faudrait beaucoup plus de 200 pages ! (J’ai essayé avec le Petit Robert, ça fonctionne mais il parait que c’est interdit maintenant…)

  28. Félicitations l’Odieux ! Je pense parler au nom de tous en disant que nous avons hâte de découvrir les inédits ! (mais pas des connards pour rien, la chasse aux coquilles est ouverte !)

  29. Je ne lis jamais de bouquin (enfin plus depuis que je n’y suis plus obligé par l’autorité scolaire soit depuis plus de 10 ans mis à part quelques BD) mais je me laisserai peut être tenter par cette oeuvre si elle est aussi bien écrite que les spoilers ….

  30. « Oui, mademoiselle, vous cherchez un livre, donc. Nom de l’auteur? » »
    « Connard »
    « Euh… et son prénom? »
    « L’Odieux »
    « …. vous en êtes sûre?… »
    « Oui oui, tout à fait. »

  31. Bonjour à ceux qui lisent les commentaires et qui ne trouve pas cet ouvrage, Place de clichy à la « librairie de Paris » (pas loin de la fnac st lazard) ils en ont encore. ET pour vous Cher OD votre popularité est tel parmi les dealers de papier qu’il vous attendent en dédicace « Quand il veut ! ».

  32. « votre – moyennement – humble serviteur »… ahahaha…
    Savoureux… comme si on fréquentait ce site pour votre humblitude (oui, je sais c’est « humilité », en vrai, patapé, siouplé).

  33. Bah voilà, acheté, lu, et fini. Je confirme, c’est un livre de bon goût, je me morfond entre le relire (car tel l’oeuvre de Proust, cet ouvrage se relit) et lire des articles du blog en attendant la dédicace. Cet véritable oeuvre a désormais la place d’honneur de ma table de chevet.
    (Pour toute cette pub j’ai bien le droit à un exemplaire gratuit pour offrir non?:p )

  34. L’odieuse connasse que je suis se demande à quoi bon acheter le bouquin puisque je peux lire le blog gratuitement.
    L’odieux connard ne voudrait quand même pas qu’on lui manifeste de … la sympathie?

      • Ouais mais ça représente quoi en quantité les inédits ? Histoire de savoir si ça vaut le coup ou pas

      • Dur à dire. L’odieux exprime souvent quelques idées dans les introductions de ces articles, je ne saurais donc dire si certains passages du livres sont issus d’anciens articles où s’il s’agit d’un développement une idée simplement évoqué de-ci de-là. Par exemple je suis persuader d’avoir déjà lu son pamphlet sur la SNCF mais je n’ai pas réussi à le retrouver sur ce blog.
        Quoi qu’il en soit, un travail de réecriture à eu lieu sur les « anciens » articles afin de les adaptés à un format de poche, ou plutôt de brèves que l’on peut lire en quelques minutes seulement. Ainsi j’ai eu le plaisir de redécouvrir d’anciens articles. Certaines références semblent également avoir été mis-à-jour afin de mieux coller à l’année de sortie du livre. Mine de rien ce blog a plusieurs années !

        Pour ma part je ne regrette pas mon achat, d’autant plus que le format papier est bien plus agréable à lire qu’un écran.

  35. Félicitations pour votre publication !

    Je profite de ce message pour vous signalez que Kriss vous a fait un clin d’œil dans l’une de ses vidéos « Minutes papillon ». Point de pelles, mais du brandy, un cigare et une cravate rouge. Vous faites même l’honneur de clôturer l’épisode.

    La première apparition de l’odieux est vers 3’50 ».

  36. Infâme, immonde personnage.N’était-ce pas vous qui affirmait en 2009 être contre la fête des pères, la qualifiant de commerciale et de « faite de toute pièce ». Et maintenant, fourbe, vous participez à cette ignominie! En nous incitant de surcroît à acheté un abject ouvrage!
    Le pire étant que votre discours manipulateur m’a fais acheter deux exemplaires de, je confirme, ce sous-livre que j’offrirais à mon patriarche non sans dégoût, dédicacé en outre par votre plume de vautour. Ah je vous hais, soyez maudit jusqu’à la fin des siècles!

  37. Dans l’un de vos articles, Diego a laissé échappé que vous possédiez dans votre bibliothèque certains livres rares dédicacé par leur auteurs. Sachant cela, le choix de la couleur de votre couverture ne serait-elle pas un discret hommage ?


    D’autant plus que l’on y trouve moult référence à cet illustre personnage. Quand au titre, que dire du titre. Dénoncer les mauvais films ne serait-il pas, d’une certaine façon, votre co… Quelqu’un frappe à ma porte, je me demande bien qui ça peut-être…

  38. Bon bon bon,

    J’ai commencé à feuilleter cet ouvrage fort instructif (acqui le jour J évidemment), et quelle ne fut pas ma stupéfaction lorsque, à mon gran désarroi, j’y ai découvert une FAUTE ! Pas d’orthographe, bien sûr, Word étant là pour éviter ce genre d’écueil, mais dans la page Facebook de Sauron : le grand-père d’Aragorn n’est pas Isildut, mais Isildur.
    Bien sûr, on va me répondre que c’est sur FB, que c’est plein de kikoolol et qu’ils écrivent tellement vite que cette faute de frappe s’est glissée subrepticement dans le texte, sans que personne ne le remarque.

    Merci de me rembourser mon exemplaire.

      • En même temps, Sauron c’est juste une grosse tour, ce qui est fort peu pratique pour taper sur un clavier. Certes, il dispose également d’orcs qui pourraient écrire à sa place mais… enfin voyons… Ce serait comme de demander à un lycée d’écrire à sa place, le Seigneur du mal y perdrait beaucoup en charisme.

  39. Il paraîtrait que la vidéo de la conférence donnée par le maître des lieux aux Geek Faeries serait en ligne. Je ne trouve pourtant qu’une brève interview. Si qqun pouvait mettre le lien, ce serait sympa. Merci !

  40. Ah, enfin reçu.

    Han Solo en Tobleron, je ne m’en remets toujours pas. Sérieusement, ma réaction a plus tenu du hennissement que du rire, je crois. ( et si j’avais encore un doute sur votre bon goût, ce qui n’est certes pas le cas, affirmer en préambule que la saga Star Wars ne compte que les volets IV, V et VI me conforte un peu plus dans mon idolâtrie.)

    Ah, et comme dit Allya, si quelqu’un a filmé la conférence aux Geek faeries, qu’il n’hésite pas à balancer, la pôv interview laisse vraiment sur sa faim.

      • Donc quand on interview un auteur invité à un festival, on lui demande ce qu’il pense du festival et à quels autres festivals il compte participer. Moi, je lui aurais demandé, je sais pas, de parler du travail pour lequel il a été invité ? Quel piètre interviewer je ferais.

      • Effectivement c’est une interview bien pourrie qui pourrait être écourtée en une question:
        _ça va ?
        _oui.

        Passionnant.

      • En effet, les questions posées sont relativement étranges pour une interview. Soyons honnêtes et nommons ceci « rencontre » dès lors. Mais, ce qui est d’autant plus choquant c’est que le « journaliste » tutoie notre hôte. J’ai cru voir l’ombre de Diego et d’un parpaing apparaitre dans le cadre …

      • Le patron me fait dire qu’il a eu un peu peur en voyant ces « intervieweurs ». Il me fait aussi dire qu’il a dû utiliser tous ses pouvoirs de diplomate/fourbe pour garder son sérieux et donner le change devant la caméra. Enfin, il me dit de vous dire que bon, avec « Odieux Connard », « Conférence » et « Geek Faëries », sa conférence n’est quand même pas bien difficile à trouver sur Youtube. Il sait que son lectorat peut le faire. Sur ce, il m’appelle, et il a l’air grognon. C’est donc qu’il va bien.

      • Merci Diego ! Effectivement, flemme de taper tout ça. Mais si on surmonte cette épreuve, on trouve 55 mn d’Odieux Connard que je vais visionner de ce pas.
        Vous êtes bien serviable ! Merci encore !

      • Sans blague, fallait taper des mots-clés ? Merci pour l’info! Il est évident que j’ai essayé ceux-là mêmes, sans rien trouver (et ça ne marche toujours pas, d’ailleurs). M’en vais essayer avec un autre moteur de recherche.
        Ce Diego, à force d’enterrer des écervelées, il n’aurait pas tendance à prendre toutes les femmes pour des gourdes ?

      • Ah ben voilà, trouvé maintenant. Pourquoi ça ne marchait pas? Mystère !
        Vous pardonnerez ma saute d’humeur, mon bon Diego (j’imagine que vous avez l’habitude): le mois de juin, avec sa cohorte de copies médiocres, n’améliore pas mon caractère.

      • Merci pour le partage de l’interview. Ça fait plaisir de mettre un visage sur cette pelle !

  41. Je me permets de signaler une petite, oh, pas erreur, une telle chose est impossible, mais omission, page 251. « Pas de photos de pieds à la plage » : une exception est toutefois tolérée, c’est quand les dits pieds sont détachés de leur corps d’origine. Bon, je suppose que c’était trop évident pour avoir besoin d’être précisé.

    Sinon, j’ai suivi le conseil de la page 260 : taper « blog mode » sur Google. Me voilà pris d’une envie soudaine de shooter des blogueuses mode. Et pas avec un Reflex.

  42. Cher Odieux Connard, je prends la plume pour la première fois car je suis quelque peu mécontent après avoir lu les deux premières parties de votre livre (que je n’ai pas acheté). Oui, je l’ai feuilleté avant de me décider à l’acheter ou pas. C’est mal, diront certains. C’est manquer de confiance envers le grand OC, diront d’autres. En réalité, c’était simplement une mesure de précaution, légitime au demeurant car ce que je craignais est arrivé. Laissez le fidèle lecteur que je suis vous raconter ça.

    Quelle ne fut pas ma surprise teintée de joie et d’excitation quand je suis tombé sur votre livre lors d’une visite chez mon libraire préféré. Exultation, larmes de joie, érection intellectuelle. J’ai pris un exemplaire et ai commencé à le lire, me préparant à monter de ciel en ciel au fur et à mesure que je tournais les pages, jusqu’à atteindre le sacro-saint septième ciel une fois arrivé à la quatrième de couverture.

    Hélas, je dois vous avouer que j’ai été instantanément refroidi par ceci : « expliquer à son singe que c’est de là dont il vient » (première partie du livre, spoil sur La Planète des Singes, si mes souvenirs sont bons). Je ne sais pas si la faute est volontaire, mais la forme correcte est « expliquer à son singe que c’est de là qu’il vient ». Quelques pages plus tard, rebelote : plusieurs fautes sur la page Facebook de Sauron, que je n’ai pas en tête et qui étaient peut-être déjà présentes dans la version d’origine, sur le présent blog (mais je n’ai pas d’exemplaire du livre avec moi pour vérifier). Une coquille s’est également glissée dans cette page Facebook : Isildut au lieu de Isildur, comme quelqu’un d’autre l’a fait remarquer dans les commentaires de ce billet. Celle-là, je peux facilement vérifier si elle était déjà dans la version du blog, mais j’avoue avoir la flemme.

    Je dois vous dire que j’ai immédiatement et intellectuellement débandé. Cela peut paraître étrange étant donné les fautes diverses et variées que contiennent vos billets (ce n’est donc pas inhabituel de la part de l’OC que je vénère), mais la raison d’une telle réaction de ma part est très simple : je comprends que des fautes se glissent ici et là étant donné les circonstances de rédaction et la longueur des billets de votre blog (elles ne me dérangent d’ailleurs pas quand je les lis) ; mais il s’agit ici d’un livre, payant de surcroît, donc qui se doit d’être irréprochable sur l’orthographe. C’est mon côté petit chieur.

    Je ne connais absolument rien à l’univers de l’édition de livres, mais si ces fautes peuvent être corrigées dans les exemplaires à venir (car je suppose que d’autres exemplaires seront imprimés au fur et à mesure que ceux de la première vague seront vendus ?), ce serait grandement appréciable. Si cela s’avérait nécessaire, je suis même disposé à vous faire parvenir une liste des fautes à corriger. C’est mon côté grand seigneur.

    Cela dit, j’achèterai votre livre, au minimum pour soutenir le grand OC qui est littéralement une partie de ma vie (au point de rendre ma femme jalouse, c’est dire) et faire avancer votre cause. Ma réaction tient du fait que s’il est malheureusement courant de trouver des fautes dans les livres, j’espérais vraiment que le vôtre ferait partie des exceptions. On parle tout de même de l’OC. Mais rassurez-vous, aucune rancune de ma part. Si vous écrivez un deuxième livre, faites tout de même attention.

    Pour terminer sur une note positive, laissez-moi vous féliciter pour vos dessins en lieu et place des images des acteurs de la trilogie de Peter Jackson (pour des raisons de copyright, j’imagine) sur la page Facebook de Sauron. C’était inattendu et pas désagréable pour les yeux. J’ajouterai à cela que si la première partie de votre livre était pour le fidèle lecteur que je suis un terrain connu, donc peu enclin à vraiment faire monter l’excitation, la deuxième partie sur l’école, les professeurs et les élèves était tout simplement jouissive, surtout quand vous décrivez quelques attitudes à avoir lorsqu’on surveille les épreuves du bac et qu’on sait qu’un élève triche. J’ai beaucoup ri et j’ai eu, l’espace d’un moment, envie d’être professeur rien que pour ça.

  43. Ben voila je l’ai acheté, ma femme est tombée dessus et ne veut pas me le rendre …
    Du coup je suis convaincu que c’est la bonne.

  44. Vous ne vous rendez-pas compte, cher OC de votre immense renommée…car que l’on vous lise au Japon est une chose, mais que moi, habitante du fin fond de la Corrèze profonde, j’ai pu me procurer sans difficulté nu délai votre ouvrage!!!!!!!
    Par contre , je dois dire que mon compagnon est allé chercher une pelle au prétexte que mes fous-rire l’empêchait de dormir…….pffffff

  45. Très surpris sur le coup par la durée de la plupart des articles, longs comme des chapitres de Da Vinci Code… L’Odieux Connard qui n’écrit pas des pavés, c’est un peu contre nature, comme s’il se mettait à aider des vieilles dames à traverser la route au lieu de guider de jeunes dames endormies dans le coffre de sa voiture (ce qui ferait par ailleurs un exercices de style intéressant pour les intros et conclusions d’articles… mais c’est un autre sujet). Paradoxalement, l’un des articles conservé intégralement (et prolongé, non?) est celui sur les yorkshire, et un yorkshire en taille réelle ça fait quand même peur! Aucun regret de l’avoir acheté bien sûr, surtout que c’est blindé d’inédits qui incluent l’indispensable guide du harcèlement de rue, mais je n’entreprendrais pas de l’offrir pour convertir une âme malheureuse encore ignorante (pour ça je garde mon habitude de spammer des gens qui ne m’ont rien demandé avec les articles que j’estime indispensables), mais du coup je le vois plus comme un truc plus pratique à avoir sur soi qu’un PC et une connection quand on veut reprendre un peu d’énergie et de joie de vivre (et de cynisme et de mépris de son prochain) avec une dose d’Odieux Connard, un peu comme une flasque de brandy. Une seule déception : la confrontation avec les « vrais » Star Wars (et même le commentaire d’intro de ladite confrontation tiens… c’est digne d’un semi-geek qui veut passer pour un puriste -combien de fois l’ai-je dit moi-même?-, pas d’Un Odieux Connard, tssss), attendus et promis depuis un temps certain… marrant mais à mille lieues des spoils habituels, je pense par exemple au traitement subi par les Batman ou le Superman de Zack Snyder, c’était presque plus un deuil à faire que la joie de ne plus avoir à les attendre… Mais bon, on pardonne tout à quelqu’un qui dispose d’une pelle et d’une armée de ninjas (et dont on espère qu’il viendra dédicacer à Lyon O:), c’est bien Lyon)

  46. C’est en regardant une des dernières vidéos de Minute Papillon que je suis tombée sur ce blog.
    Je ne lis pas beaucoup, voir rarement, faute de temps alors que j’adore lire, je ne m’attendais pas à tomber sur cette merveille.
    Je l’admets, je suis tombée « amoureuse » du style d’écriture d’Odieux Connard, alors qu’en règle générale, je comprend pas l’humour noir, l’ironie, ainsi que le sarcasme
    Pourtant, lorsque j’ai commencée à lire quelques articles par-ci, par là, soyons honnête, j’ai eu la sensation d’apprendre des choses et de m’enrichir.
    Enfin trêve de bavardages et de paroles envolées, sachez mon doux seigneur, que je vais faire en sorte de me procurer un exemplaire de votre livre , pour mon plus doux plaisir, mais en particulier pour vous remerciez pour la qualité de votre travail que vous offrez à vos internautes.
    Sur ce, je vous souhaite une agréable journée et pour les autres, une bonne lecture.

  47. Pingback: [FIFIGROT 2015] Rencontre avec l'Odieux Connard vendredi 3 juillet à Toulouse·

  48. Il va falloir souffler dans les bronches de l’éditeur, impossible de le trouver a reims, j’ai fait 4 librairies, bouquin inconnu au bataillon du coup obliger de passer par amazon…

  49. Franchement déçu par le livre. C’est un ersatz du blog, les articles sont écourtés, l’humour y est bien moins présent. Bref, le genre de bouquins qui se lit vite en vacances ou sur les toilettes et qu’on pose à côté de VDM ou des meilleures blagues de Bigard.
    Acheté pour soutenir le blog et l’OC, mais franchement, ça ne casse pas trois pattes à un canard.

  50. Je ne suis pas déçue, la personne m’ayant recommandé votre blog avait raison. Si je le peux, un de ces jours j’achèterai l’un de vos livres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s