X-Men : Days of future patchouli

Il existe bien des manières de rater un film.

La première est bien évidemment d’y faire tourner Nicolas Cage une veille de date limite pour rendre sa feuille d’impôt. Mais il en existe bien d’autres, qui ont déjà été expliquées sur ce blog. Or, l’art de la pédagogie étant celui de la répétition, revenons sur une règle simple, dite règle de l’Odieux Connard, à savoir que pour rater un film, il existe trois éléments incroyablement compliqués à gérer qui à moins d’y prêter une attention particulière, sont une garantie certaine de ratage. Il s’agit :

  • de Dieu
  • de la grosse magie/des übers pouvoirs
  • des voyages dans le temps

On pourrait croire que ce n’est pas si compliqué que ça, sauf qu’en fait, à partir du moment où vous avez soit des pouvoirs tellement puissants qu’ils peuvent régler tous les problèmes, soit la capacité de les régler avant même qu’ils n’arrivent, le film n’a que peu de chance de durer. Sauf si A) il est incroyablement bien maîtrisé et écrit ou B) c’est une merde assumée, faire un truc cohérent, c’est fatiguant et tout le monde s’en fout.

Et puisque nous parlons généralement d’Hollywood, je vous laisse donc deviner de la solution qui l’emporte.

Aussi, lorsque j’ai ouï dire que le prochain X-Men parlerait de gens avec des übers-pouvoirs voyageant dans le temps, vous imaginez bien que j’ai eu des étoiles dans les yeux, principalement lorsque j’ai tenté de me poncer les rétines. Aussi, je vous propose de ne pas en dire plus : alors, X-Men : Days of future past, brillante réussite ou blockbuster au script tenant à peu près autant debout que le professeur Xavier ?

Ni une, ni deux : spoilons, mes bons !

_________________________

575642.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

L’affiche : des explosions, des robots volants, des éclairs et des gens tout bleu, M. l’ambassadeur, vous nous avez vraiment gâtés.

Notre film s’ouvre quelque part dans le futur, et plus précisément du côté de la riante bourgade de New York. Hélas, celle-ci est justement un poil moins riante qu’on ne pourrait le penser de prime abord, voire fait carrément la gueule : en effet, elle est diablement en ruines. C’est donc au milieu des immeubles éventrés et des rues transformées en champ de bataille de cet univers désespéré où les Starbucks ont disparu (les hipsters sont donc probablement morts de désespoir) que nous découvrons de braves gens un peu grognons qui circulent au sein d’un gigantesque camp de prisonniers futuriste (comprendre : les barbelés sont des barbelés laser qui chatoient. J’en connais qui doivent avoir une grosse facture EDF). La voix off d’un certain professeur Xavier nous explique donc de quoi il retourne : dans le futur, les humains sont en guerre ouverte avec les mutants. Ces derniers sont pourchassés et enfermés, tout comme les humains qui essaient de les aider, parce que dans le futur, on aime pas trop ces mutants qui volent le pain des braves humains et restent chez eux à rien branler en profitant du RSA, ma bonne dame.

Heureusement, telle une flamme dans la nuit (ou la lumière de votre portable sous la couette, j’adapte mes figures de style à mon jeune public), la résistance existe encore. Allons donc la voir !

C’est donc du côté de Moscou, car on voyage dans ce film, que nous retrouvons dans les souterrains une équipe de mutants qui… fait des trucs de mutants ? Bon, on ne sait pas bien ce qu’ils font là, mais ils ont l’air très préoccupés. Cela dit, il serait probablement bon de les présenter, voici donc leur équipe :

  • Shadowcat – pouvoir : peut traverser les murs
  • Iceberg – pouvoir : peut faire de la glace
  • Solar – pouvoir : peut faire du feu et du rap
  • Joe l’Indien – pouvoir : peut détecter les méchants qui approchent et ouvrir des casinos
  • Portal Girl – pouvoir : peut créer des portails pour téléporter des gens
  • Doudou Bishop – pouvoir : peut absorber l’énergie des autres, ce qui confirme qu’il est bien un n… un mutant, un mutant (je m’adapte aussi aux résultats électoraux)

Et justement : alors que nos larrons sont très occupés à faire du rien, voici que Joe l’Indien détecte l’approche imminente de gros vilains. Et ses pouvoirs ne le trompent pas car à la surface, des vaisseaux en forme de morceaux de Toblerone (une stratégie habile pour appâter l’ennemi : dans le futur, les blogueuses mode mutantes ne font pas 20 minutes) survolent le coin et larguent des humanoïdes plutôt robotiques qui s’empressent de commencer à creuser en transformant leurs bras en foreuses pour tenter d’aller péter la gueule aux margoulins souterrains.

Toute l’équipe des mutants se prépare donc à recevoir les vilains robots, pendant que Shadowcat et Doudou Bishop vont s’enfermer dans un coin tranquille. Non pas pour s’amuser une dernière fois avant de recevoir une sonde anale robotique, mais pour bien moins rigolo, car Shadowcat se contente d’obliger Doudou Bishop à s’allonger puis en plaçant ses mains de chaque côté de ses tempes… a l’air de le shampouiner. Soit, pourquoi pas.

Pendant ce temps, les autres mutants se battent comme des petits fous pour retenir les vilains robots. Mais soyons clairs : leurs pouvoirs ne leur font quasiment rien. Ho, il y a bien Portal Girl qui par accident, coupe le bras d’un robot en lui refermant un portail sur la gueule, mais non, elle ne pense pas à du coup ouvrir et fermer des portails sur les bestiaux pour les couper en deux vite fait bien fait. A la place, elle préfère faire des trucs vachement plus efficaces comme téléporter ses copains dans tous les sens pour qu’ils donnent des coups de couteaux ou de poing (si si) aux bestioles blindées, qui du coup rigolent un peu d’une stratégie aussi pourrie. Tu m’étonnes que la résistance perde vu les busards.

Bon, remarquez, il y a bien les pouvoirs des mutants, mais les robots s’adaptent à chaque pouvoir : ils transforment leur blindage en flammes pour attaquer Iceberg, en glace pour tabasser Solar (Ah ? Mais justement, s’ils se transformaient en feu pour affronter la glace, c’est pas justement parce que ça donnait l’avantage au feu ? On va dire qu’on a rien vu) ou en couverture portant la petite vérole pour laminer Joe l’Indien. Résultat : la plupart des mutants sont tués. Et au moment où les vilains arrivent pour claquer la margoulette de Shadowcat et Doudou Bishop…

Ces derniers disparaissent !

Pourquoi donc ? Comment donc ? La réponse se trouve en Chine (je vous avais prévenus), alors qu’un avion mystérieux survole le coin pour aller se poser dans un vieux temple dans les montagnes. En descendent des têtes connues : Wolverine, Tornade, Magneto et le professeur Xavier, qui a profité du futur pour investir dans une chaise volante puisque les roues, c’est has-been. Le spectateur aura évidemment envie de demander « Mais attendez les petits gars, on est dans le futur, alors pourquoi personne dans l’équipe ne semble avoir vieilli ? » mais la réponse tient là encore dans la chaise magique du professeur Xavier, qui a probablement pour carburant le budget maquillage du film. Tant pis.

Toujours est-il que la petite équipe menée par Magneto et Xavier, vieux ennemis désormais alliés pour leur survie, retrouve dans le temple l’équipe de Shadowcat,  qui explique ce qu’ils foutent là (et accessoirement pourquoi son équipe que l’on a vue se faire découper dans la scène précédente est vivante).

« Xavier ! Magnéto ! Et toute la fine équipe, c’est bon de vous revoir !
– Mmm… Shadowcat, c’est un plaisir partagé. Nous avons eu du mal à vous retrouver. Comment avez-vous survécu à toute cette guerre ?
– Hé bien professeur, c’est tout simple : figurez-vous que j’utilise mon pouvoir de mutante qui me permet de renvoyer la conscience de quelqu’un dans le passé pour habiter son corps plus jeune et…
– Shadowcat, ton pouvoir, ce n’est pas de traverser les murs ?
– Si pourq… ah merde, oui.
– Oui hein ? Bon, tu sais quoi ? On va dire qu’on a rien vu et que c’est parfaitement logique. Reprends ton explication sur comment ce pouvoir que tu n’as aucune raison d’avoir te sert à échapper aux méchants.
– Alors, oui, disais-je : à chaque fois que Joe l’Indien sent que l’ennemi nous a trouvé et arrive, je m’enferme avec Doudou Bishop et je renvoie son esprit dans le passé, quelques jours auparavant. Là, il peut prévenir l’équipe que notre cachette va être découverte, et il modifie donc le futur. Du coup, ce futur disparaît… puisque nous sommes déjà partis avant même que l’assaut ne commence ! Ça marche aussi après un mauvais restaurant remarquez : je peux renvoyer quelqu’un dans le passé dire que c’est dégueulasse avant même qu’il ne chope une gastro. 
– C’est surpuissant Shadowcat ! C’est justement pour cela que nous sommes venus te chercher : nous voulons modifier le passé pour faire disparaître ce futur. 
– Ho ! »

0

162808.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

En même temps, vu la mode dans le futur, moi aussi je voudrais effacer ce monde.

Excellent plan, professeur Xavier. Maintenant que la plupart des mutants se sont fait bourrer la gueule, c’est en effet assez pertinent de se souvenir que, tiens, en fait on avait moyen de voyager dans le temps et de sauver tout le monde depuis un bail, hihihi, oups, désolé les gars. Toujours est-il que c’est l’occasion pour le professeur de nous expliquer à partir de quand tout a commencé à partir en sucette. En effet, par le passé, un industriel de génie nommé Bolivar Trask (Trask, Stark, vous voyez le subtil rapport ?) atteint de nanisme est devenu célèbre en proposant plein de plans d’armes pour contrer les mutants, et en leur faisant plein d’expériences sur la gueule (comme tester du rouge à lèvres), aussi. Jusqu’à un beau jour de 1973 où aux accords de Paris consacrés à la fin de la guerre du Vietnam, Mystic, la mutante transformiste a décidé de buter Monsieur Trask. Et si elle a réussi, elle s’est aussi faite capturer. Et les industries Trask ont donc étudié son ADN pour le filer à leurs nouvelles machines, les sentinelles, des robots qui grâce à cela pourraient se transformer pour s’adapter à toutes les situations (ceux qui dans le futur, font donc régner la terreur et deviennent glace ou feu, comme ça, pif pouf).

Le professeur Xavier, qui n’est pas la moitié d’un con, s’exclame donc : « Il faut donc retourner dans le passé empêcher Mystic de tuer Trask ! Parce que c’est aussi son premier meurtre… elle qui était si gentille, on pourrait la sauver d’une vie de crime !« 

C’est donc ici que commence le bullshit spatio-temporel : le vrai souci du voyage dans le temps au cinéma, c’est qu’il permet de régler toutes les situations en un clin d’œil. Ainsi, si Xavier n’était pas une grosse buse, il pourrait dire « On a qu’à retourner dans le temps sauver Mystic avant même qu’elle ne fasse sa crise d’ado/neutraliser Trask avant même qu’il ne décide de devenir scientifique, et à la place l’orienter vers un cursus de boulanger-pâtissier/arrêter Hitler, comme ça en plus on peut sauver tes parents mon petit Magnéto/empêcher Ridley Scott de faire carrière/les honnêtes gens d’aller voir ce film » ou autre, mais non. Et personne ne dit rien d’ailleurs, parce que personne n’a trop d’idées : le voyage dans le temps, c’est tellement surfait. Xavier peut donc continuer sur sa logique moisie, mais déjà, se renseigne un peu auprès de Shadowcat pour savoir si elle pourrait renvoyer quelqu’un dans le temps loin en arrière. Certes, lui répond la bougresse, mais il faudrait quelqu’un avec un esprit super puissant et résistant, parce que déjà que sur une petite distance, c’est compliqué à faire, renvoyer quelqu’un 50 ans en arrière, ça sera vraiment une expérience compliquée. Alors, qui envoyer ?

Wolverine prend donc la parole :

« Le voyage risque d’endommager l’esprit ? Et si… si on envoyait quelqu’un avec un esprit capable de se régénérer ?« 

Superbe idée, Wolverine. Sauf que c’est pas ton pouvoir : toi, tu peux guérir des impacts de balles et des brûlures indiennes, pas des blessures de l’esprit. D’ailleurs c’est rigolo parce que justement, tu as eu deux films sur ton nom où on expliquait que si ton corps guérissait, ton esprit lui était loin d’en faire de même, même que c’est pour ça que tu étais amnésique, galopin.

Un détail (qui fait deux films), un détail.

« Top moumoute« , répond Xavier « On t’envoie dans le temps alors puisqu’on a personne de plus qualifié.« .

Parfaitement mon petit Xavier : ah, si seulement on avait sous la main un mutant dont le pouvoir serait d’avoir un esprit surpuissant, tellement que dans les films précédents où il apparaissait, quand on détruisait son corps son esprit parvenait à survivre et à se recomposer. Un mutant qui en plus serait capable d’influencer les gens, ce qui est super pratique pour aller tenter d’empêcher des trucs dans le passé.

Oui, si seulement on avait ça, professeur Xavier.

Mais vous avez raison : envoyons plutôt le type qui n’a aucun rapport avec la choucroute et qui a pour seule qualité d’être le préféré du public. C’est pas mal.

Miséricorde.

Mais rassurez-vous, niveau trucs nuls, on ne s’en arrête pas là, puisque Magnéto et Xavier commencent à briefer Wolverine sur sa mission :

« Wolverine, nous allons te renvoyer en 1973, tu pourras ainsi arrêter Mystic ET Dalida, ce qui n’est pas rien. Pour ce faire, tu devras me trouver, moi, Xavier, à l’époque où j’étais jeune et désespéré. Tu devras être patient avec moi, me convaincre de te suivre…
– Je ne peux pas juste péter la gueule à Mystic ?
– Que… heu… non. Il va te falloir la convaincre d’être gentille. Et puis tiens t’en au script qui dit que soudainement, ton personnage violent et impulsif devient instantanément un grand partisan de la diplomatie.
– Soit. Donc je résume : je vous trouve, je vous dis de m’aider, vous trouvez Mystic avec vos grands pouvoirs et on va lui dire que tuer c’est mal, et pouf, elle s’arrête.
– C’est en effet mon plan génial. 
– Vous savez que si vous me renvoyez 10 ans de plus en arrière, je peux parler à Mystic tranquillou sans avoir à la chercher ni à m’emmerder à vous convaincre vous, puisqu’elle est encore jeune, gentille et vit chez vous ?
– … bon, Wolverine, tu fais chier. Alors tu suis mon plan. Bien, donc, une fois que tu m’auras trouvé, tu devras aller chercher Magnéto, à une époque où lui et moi sommes de terribles ennemis, pour le convaincre de m’aider à parler à Mystic.
– Donc attendez : je dois convaincre DEUX relous pour aller eux-même en convertir une seule à la gentillesse ?
– Oui, et à une époque où nous nous haïssons !
– Et me renvoyer à l’époque où vous êtes potes, non ?
– WOLVERINE CA SUFFIT ! Le script bordel ! Tu trouves mon plan génial, personne ne pose de question, et comme ça on a pas à avouer que celui-ci n’est qu’un prétexte pour que ça dure le temps d’un film au lieu de se régler en 5 minutes en buvant un café ! »

0

C’est donc sur cet incroyable plan (qui est aussi le pitch, mais visiblement, personne ne l’a remarqué avant de tourner le film en entier) que Wolverine va s’allonger sur un autel au sein du temple chinois, Shadowcat se plaçant derrière lui pour lui expliquer comment ça va se passer : il faut qu’il pense à des trucs paisibles, comme par exemple à des fans de Garou en train de se faire stranguler, pour ne pas briser le pont qui va s’établir entre son corps actuel et son corps d’autrefois. Et ensuite, tout devrait rouler. Pendant ce temps, les mutants défendront le temple, le temps que Wolverine change le passé.

Parce que oui, si Wolverine veut passer 20 minutes dans le passé, il faut que Shadowcat utilise son pouvoir sur lui durant 20 minutes aussi. Et non, rien ne bouge ou ne change dans le futur, qu’importe ce que fait Wolverine dans le passé, jusqu’au moment où le script dira « Ayéééé c’est bon, le futur est changé« . Visiblement, personne n’a entendu parler de l’effet papillon par ici, ce qui rend ce pouvoir aussi incohérent que débile (et comme c’est le prétexte du film, je vous laisse deviner la suite). Quelque chose me dit que le futur ne sera changé qu’au dernier moment de la dernière seconde d’un assaut des méchants sur le temple chinois. Au hasard. Mais en attendant, rien ne bouge : les vilains n’ont pas encore repéré le temple, Shadowcat peut donc commencer à se concentrer sur Wolverine, qui ferme les yeux…

… et les rouvre dans une chambre.

21055275_20131106123432725.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

« Qu’eeeeesse que j’ai fait hier soir… « 

Les rideaux sont moches, la musique contestable et le matelas sur lequel il est allongé est rempli d’eau : aucun doute, il est bien de retour en 1973. Bon, il se réveille avec une fille sous le bras et pas vraiment de souvenir de comment elle a bien pu atterrir là, mais bon, hein, à qui cela n’est-il jamais arrivé, je vous le demande (je veux dire, à part aux joueurs de Magic) ? Le fripon se prépare donc à filer en douce (là aussi, un classique), mais est interrompu par de fieffés brigands qui veulent l’empêcher de passer, puisque la fille serait, figurez-vous, la fille du boss d’un gang local. Quelques coups de poing dans la gueule plus tard, Wolverine repart donc tranquillement profiter du New York de 1973. A noter que lors de la bagarre, Wolverine a constaté qu’il était à une époque où il n’avait pas encore ses griffes en métal, mais ses vieilles griffes en os. Soit.

Pendant ce temps, à Washington, l’industriel Bolivar Trask est en train de passer devant la commission du sénat pour proposer une solution au problème mutant (ah bon ? Dans les autres films, les gens n’avaient l’air que moyennement au courant, mais bon) : des robots volants qui détectent automatiquement les mutants et les butent.

Ah ben oui, oui, pourquoi pas.

L’argumentaire de Trask est le suivant : les USA viennent de perdre la guerre du Vietnam, où ils manquaient diablement d’équipement adapté, ils seraient donc bien bêtes de ne pas lui acheter ses équipements über-méga-dernier cri et perdre ainsi la guerre contre les mutants. Le sénat, cependant, refuse d’entendre parler de cette histoire, et aucun sénateur ne pense seulement à dire « Ah bon, mais alors tu avais des über-armes et tu n’as pas pensé à nous les vendre plus tôt alors qu’on était en pleine guerre, mec ? C’est fou ! Et puis ils sont chouettes tes robots, tu sais, on ne pourrait pas les acheter pour taper autre chose que des mutants, comme des communistes par exemple, qui sont une autre forme de mutation ?« 

Mais non : au sénat américain, lorsqu’on achète une arme, c’est pour une cible. On sait très bien que les balles, c’est un truc très complexe et pas vraiment polyvalent.

Allez, on continue malgré tous les trous du scénario ! Nous n’en sommes qu’au début !

Retrouvons donc Wolverine, qui se rend au manoir Xavier pour y trouver l’école de surdoués abandonnée. Ho ? Mais comment donc ? Accident ? Erreur ? Réforme de la carte scolaire ? Tout cela est bien mystérieux. Le brigand frappe donc à la porte pour voir s’il n’y aurait pas âme qui vive et celle-ci est ouverte par le jeune Mc Coy, aussi connu sous le nom de « Fauve » (l’animal sauvage, pas le mauvais groupe), et qui lui explique que non, il n’y a pas de professeur ici, Xavier ou non. Wolverine insiste une fois, deux fois, puis lui colle la porte dans la gueule histoire de faire comprendre qu’il aimerait passer. Après s’être un peu bagarré avec ledit Fauve, Wolverine constate que le bruit a attiré quelqu’un : le professeur Xavier. Et chose impressionnante : celui-ci marche ! Alors qu’il devrait être en petit fauteuil. Voilà qui n’est pas banal (venant de la part de mecs qui voyagent dans le temps, cela dit, bon).

La conversation s’engage donc promptement, Wolverine expliquant qu’il vient du futur, ce qui est peu crédible mais que le professeur peut confirmer en lisant son esprit.

Sauf que le professeur explique qu’il a perdu ses pouvoirs. Parce que oui, Xavier l’a en plus renvoyé à une époque où il était inutile ! N’est-ce pas merveilleux ? Car à l’époque, Mc Coy a développé un sérum à partir de l’ADN de Mystic permettant de reconstituer la moelle épinière du professeur… mais la chose neutralise ses pouvoirs en même temps ! Sans compter que le prof se défonce comme un petit fou avec, parce qu’il est super malheureux depuis que Mystic est partie, et que ça tape plus fort que du LSD, rastafari, yeah man. Et en plus, avec la guerre du Vietnam, beaucoup de ses élèves et professeurs ont été appelés… d’où le fait que l’école soit fermée et quasi-abandonnée.

Bref, Xavier nous fait sa petite dépression. Quel dommage qu’aucun mutant ne s’appelle Xanax.

Qu’importe : allons voir pendant ce temps ce qu’il se passe du côté de Mystic.

Car la bougresse est à l’autre bout du monde, et plus précisément, justement, au Vietnam où des recrues ont été mises en isolement puisque l’on s’est aperçu qu’elles étaient vaguement mutantes (celle avec des piquots sur la gueule, par exemple, je me demande combien de temps ils ont mis pour se dire que, tiens, c’était pas top normal cette affaire). On leur fait donc des prises de sang, jusqu’à ce qu’arrive un militaire pas vraiment sympathique : un certain commandant Stryker (dont la taille, la tête et la corpulence varient à chaque film), qui explique qu’il est missionné par les industries Trask pour venir chercher les mutants et leur faire subir plein de trucs moyennement rigolos, comme des prélèvements douloureux, des exercices physiques épuisants, et la lecture intégrale du script.

Mystic, qui n’est pas trop d’accord avec tout cela, prend donc l’apparence d’un officier pour infiltrer le site où sont retenus les pauvres hères, puis marave la margoulette de tous les malandrins sur son passage. Les mutants en profitent pour l’aider : l’un a des pouvoirs de crapaud-hypno et fait s’évanouir des gardes, un autre a la langue du crapaud-tout-court et peut donc désarmer des vilains, et un dernier a l’incroyable pouvoir de refiler la chiasse à tout ce qui se dresse devant lui, ce qui est tout bonnement terrifiant. Cela fait, le bourreau des slips et ses amis suivent Mystic jusqu’à l’aérodrome militaire voisin où ils s’embarquent à bord d’un avion qui décolle aussitôt et les emmène loin de Stryker & co.

A noter qu’aucune explication n’est fournie sur d’où sort cet avion ni pourquoi il emmène les mutants loin du camp militaire sans que personne ne pose de question. Ou pourquoi Stryker, qui se réveille et voit l’avion décoller, ne pense pas à dire à un membre de la base « Au fait, cet avion contient des évadés dangereux, ce serait sympa de s’en préoccuper. »

Mais non : ce serait logique. Et au vu de ce que nous avons suivi jusqu’ici, vous avez bien compris que ce n’était pas le fort de ce film.

Revenons donc du côté de l’école de surdoués du professeur Xavier, où Wolverine continue d’essayer de convaincre le professeur que ce serait sympa de l’aider.

« Donc, mon petit Wolverine, mettons que vous veniez bien du futur, d’où je vous aurais envoyé, soit. Mais que voulez-vous de moi ?
– Hé bien dans le futur, les mutants se font tataner par des robots appelés « sentinelles ». Ces robots ont été développés par Trask Industries en utilisant le sang de Mystic, capturée en assassinant Monsieur Trask lors des accords de Paris. Accords qui arrivent bientôt. Donc il faudrait empêcher que ça arrive.
– Donc, ce que vous voulez, c’est empêcher que Trask soit tué par Mystic, c’est ça ?
– C’est ça.
– Bon hé bien j’en suis alors. Mais uniquement parce que c’est ma sœur adoptive et que je veux la sauver. Direction Paris, donc ?
– Non, pas encore. D’abord, il nous faut un autre allié de choix. Un certain… Magnéto !
– Pardon ?
– Oui. Pour des raisons qui m’échappent, il y aurait besoin de vous deux pour convaincre Mystic d’arrêter les conneries. Mais je pense que c’est juste une vieille ruse scénaristique, personnellement.
– Sauf que Magnéto va être difficile à ramener parmi nous : il est enfermé au centième sous-sol du Pentagone, dans une structure spéciale sans aucun métal. Parce qu’en fait, c’est lui qui a tué Kennedy.
– C’est très intéressant professeur. Mais voilà qui nous complique la tâche… heureusement, je pense connaître quelqu’un qui peut nous aider à effectuer cette mission ultra-risquée ! »
0
172653.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Un des mutants libérés par Mystic. Non vraiment, je me demande comment il a pu aller jusqu’au Vietnam avant que l’armée ne remarque quelque chose.

Comme, disons, un type qui aurait le pouvoir de manipuler l’esprit des gens et pourrait donc aller chercher Magnéto sans aucun risque ni tirer une seule balle ? Un type qui en plus aimerait ce plan puisqu’il est partisan de la non-violence ? Un type qui aurait le choix entre utiliser ses pouvoirs pour ce plan, et ainsi pouvoir aller sauver sa sœur adoptive qu’il pleure depuis des années et tous les mutants d’un avenir abominable, ou danser le Charleston ?

Non : là encore, cette idée n’a pas traversé l’esprit de nos héros selon la bonne vieille règle de comment rater un film évoquée plus haut: « A partir du moment où l’on donne des pouvoirs surpuissants à des personnages, il y a de fortes chances qu’ils aient envie de les utiliser« . Mais non, pas dans X-Men. Dans X-Men, on voyage dans le temps pour retourner se mettre dans la situation la plus pourrie possible, et on n’utilise ses pouvoirs mentaux surpuissants uniquement pour obtenir des ragots à revendre à Closer.

Quel talent.

Bref : Wolverine emmène Xavier et Mac Coy jusqu’au foyer d’une famille tranquille où il sait que vit celui qui deviendra plus tard un fameux mutant, à savoir Vif-Argent, le mutant qui peut se déplacer à la vitesse de l’éclair. Celui-ci est un ado rebelle qui dans le plan de nos amis, n’est séduit que par la perspective d’aller faire le zazou au coeur même du Pentagone. Tout le monde met donc au point un plan fameux :

  • Mc Coy pourrira les caméras du Pentagone grâce à un super gadget
  • Vif-Argent ira chercher Magnéto au sous-sol
  • Le professeur Xavier et ses non-pouvoirs feront du rien
  • Wolverine escortera le professeur Xavier

Autre moyen incroyable de protéger le professeur Xavier : ne pas l’emmener. Enfin, je dis ça, mais bon, hein, c’est vrai que c’est pas évident. Il est probablement plus en sécurité au cœur de la cible à attaquer que chez lui à manger une tarte aux fraises.

Le plan – pourri – se déroule plutôt bien : Vif-Argent se déplace si vite que c’est comme si le temps était arrêté pour lui, autrement dit, personne ne le voit et il parvient sans encombres jusqu’à la cellule de Magnéto, dont il brise le verre en faisant des vibrations fort rapides avec ses mains (j’espère pour lui que ses pouvoirs ne se sont pas révélés à lui durant une session d’onanisme, auquel cas les urgences locales ont dû être fascinées par ce cas de combustion spontanée de kikounette), puis attrape Magnéto et utilise sa super vitesse pour le sortir du sous-sol sans problème.

Bon, il y a bien la sécurité qui comprend que quelque chose se passe à un moment, mais là encore, Vif-Argent neutralise tout le monde sans le moindre effort.

Conclusion du professeur Xavier : « Merci Vif-Argent ! Tu as franchi toutes les défenses du bâtiment le mieux protégé au monde, neutralisé la sécurité sans souci, libéré Magnéto en quelques secondes et le tout, sans tirer un seul coup de feu ni perdre le sourire. Tu sais quoi ? Maintenant tu n’as qu’à te casser, moi et mes copains on va continuer le film sans toi, c’est pas comme si ton pouvoir pouvait nous être utile.« 

Attendez, je crois avoir compris comment fonctionnait le film depuis le début :

  1. Un problème apparaît
  2. Quelqu’un a un pouvoir pour résoudre le problème facilement
  3. Le professeur Xavier débarque et propose de faire n’importe quoi à la place.
  4. Retour à l’étape 1

Heureusement que le professeur Xavier est censé être un homme d’une intelligence supérieure, sinon, qu’est-ce que ce serait ? Non parce qu’à titre personnel, mon plan aurait été :

  1. On emmène Vif-Argent puisqu’il peut gérer 95% des situations problématiques
  2. Le jour J, juste avant l’attentat quand Mystic se dévoile pour tirer, Vif-Argent arrête le temps, empêche la mort de Trask et embarque la bougresse
  3. Vif-Argent emmène Mystic dans un entrepôt désaffecté de Charleville-Mézières où l’attend le reste de l’équipe avec un bottin et une rallonge électrique
  4. Diplomatie.
  5. Vif-Argent va chercher de quoi fêter la victoire
  6. Le lendemain, la mairie de Charleville-Mézières découvre pèle-mêle dans un entrepôt désaffecté près de deux tonnes de cotillons, l’intégrale de Patrick Sébastien, près de 770 bouteilles de tequila vides, une flasque de brandy, 17 restes de cigares, Salma Hayek nue et un guide complet intitulé « Faire la chenille pour les nuls« .

Hélas, mon plan n’ayant pas été retenu par les scénaristes, c’est donc celui du professeur Xavier qui est mis en branle.

Ainsi, tout le monde saute dans le jet privé du professeur, où Magnéto et lui s’engueulent un peu sur les voies qu’ils ont décidé de suivre, à savoir vivre avec les humains ou les combattre. Magnéto explique aussi qu’il n’a pas tué Kennedy, au contraire, il a essayé de le sauver puisque c’était en fait… un mutant (son pouvoir devait être de rester au-dessus de 50% dans les sondages, ce qui nous confirme que de notre côté, notre président est « normal » : promesse tenue) ! Peu de temps après cette révélation pas vraiment utile, la fine équipe arrive à Paris, où c’est la grosse fête à l’occasion des accords sur le Vietnam. Un dignitaire du pays du nước mắm est d’ailleurs tellement occupé à faire la teuf qu’il se laisse séduire par une jolie blonde qui se révèle bien évidemment être Mystic, ce qui est ballot. Qui s’étant rendue chez Trask plus tôt, a appris qu’il serait à Paris(elle s’est rendue chez lui et a trouvé son placard super secret où il cache ses dossiers les plus sensibles sur une étagère transparente pour que l’on puisse bien voir là où il y a marqué « TOP SECRET » ou non, c’est sympa). Le lendemain, donc, c’est habilement déguisée en vietnamien que celle-ci se rend à la conférence

Et à cette occasion, Monsieur Trask est effectivement là.

Puisque figurez-vous que pour de mystérieuses raisons, le bougre donne une conférence aux dignitaires des deux camps pour leur présenter son projet Sentinelle, rejeté par le congrès américain. Car c’est connu : lors des accords de paix, on adore proposer une conférence à un vendeur d’armes privé. Non, vraiment, les scénaristes se sont fait plaisir : le film ne repose que sur des scènes qui n’ont pas lieu d’être.

21055274_20131106123432522.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

« Bonjour Messieurs, c’est bien ici la conférence de paix ? Je suis le vendeur d’armes qui n’a aucun rapport avec la choucroute, je me suis dit que des diplomates adoreraient me voir. »

Toujours est-il que lors de cette scène absurde, l’ami Trask sort de sa poche un petit appareil que tous les experts identifieront comme le truc qui fait pouic que vous trouvez dans les boîtes de Taboo. Mais loin de s’en servir pour tenter de lancer une grande partie de ni oui ni non ni blanc ni noir ni Igor ni Grishka (la partie n’en est que plus excitante), il explique à l’assemblée qu’il s’agit là d’un détecteur de mutants. Ne me demandez pas comment le bidule détecte l’ADN mutant sans passer par une prise de sang (Trask a probablement découvert que tous les mutants avaient, par exemple, une légère odeur de Monchéri), mais toujours est-il qu’alors qu’il le brandit pour expliquer que tous ses robots sentinelles en sont équipés pour ne mitrailler la gueule que de ce qui n’est pas un humain « classique » (espérons que ses robots soient okay sur le nanisme), un bruit se fait soudain entendre :

« POUIC ! »

Tout le monde se regarde, l’air un peu gêné, puisque bon, pouiquer comme ça, là, au pied levé, c’est tout de même un peu cavalier.

« POUIC ! » refait l’appareil.

Trask sourcille donc et commence à braquer le bidule en direction des présents, jusqu’à un certain dignitaire vietnamien. Et là :

« POUIC POUIC POUIC ! »

A pouiquer comme ça, il n’y a plus aucun doute : soit le type s’appelle Igor-Grishka Niwininonniblaninwar, soit c’est un mutant qui se fout de la gueule du monde.

L’option un étant vite écartée, Trask prêche l’option deux et ordonne à la sécurité de se saisir de ce vilain dignitaire vietnamien, ce qui est très con et dangereux, puisqu’aux dernières nouvelles, les vietnamiens n’ont pas déclaré la guerre aux mutants, et le type pourrait très bien ne pas être conscient d’en être un. Donc qu’un industriel privé américain décrète soudain, en pleine conférence de paix « Arrêtez ce vietnamien, son ADN ne me revient pas ! » c’est complètement con, voire vaguement raciste.

Mais là encore, le script s’en moque et tout le monde autour de la table trouve cette scène parfaitement normale et approuve Trask. Sur ces entrefaits histoire de sauver l’affaire, Mystic décide de quitter son déguisement et de reprendre son apparence de Schtroumpf Punk (que vous avez tous connus dans le célèbre album de Peyo Les Schtroumpfs et la canette de 8-6 enchantée) pour commencer à distribuer des coups de tatane au tout venant. Ce qu’elle réussit brillamment, avant de s’emparer du pistolet d’un type de la sécurité (qui n’avait pas pensé à s’en servir) pour essayer de tuer l’ami Trask.

Mais alors qu’elle s’apprête à le plomber, voici que débarquent…

Magnéto, Xavier, Wolverine et Mc Coy !

Car oui, c’est une conférence de paix suivie mondialement, mais nos bons amis ont pu y rentrer sans souci, quand bien même Xavier n’a plus le moindre pouvoir pour influencer les gens. Probablement qu’il a utilisé la carte de fidélité de son coiffeur pour bluffer les gardes. Aussitôt, les événements s’enchaînent. Tout d’abord, Xavier essaie de convaincre Mystic de redevenir gentille, parce qu’être méchante, c’est mal, mais ce discours digne d’un épisode de Naruto ne suffit pas à retourner la belle (en même temps, elle a joué dans Hunger Games et sait donc bien que ce n’est pas parce que quelque chose est mauvais que ça ne va pas rapporter). Wolverine, lui, aperçoit dans la pièce le commandant Stryker, et aussitôt, cela fait remonter en lui tous les souvenirs de l’époque (pas encore arrivée, mais le Wolverine du futur le sait) où Stryker a fait des expériences sur lui pour lui filer des griffes en adamantium. Cela brouille ses pensées et aussitôt, le pont entre le Wolverine du futur et son corps présent est un peu abîmé.

Pendant ce temps, dans le futur, Wolverine est donc tout agité et risque donc de sortir de sa transe le reliant au passé, ce qui surprend tout le monde.

Ce qui est intéressant, j’insiste, puisqu’encore une fois, cela nous rappelle que les voyages dans le temps, aucun scénariste n’arrive à les gérer correctement. Ce n’est pourtant pas compliqué : soit le type renvoyé dans le passé influence celui-ci, et crée donc un futur alternatif (auquel cas, ce n’est pas très utile pour les gens du futur tout pourri, qui sont bloqués dans le leur), soit le type renvoyé, par ses actes dans le passé influence le futur original, auquel cas, chacune de ses actions dans le passé est instantanément répercutée sur le futur original. Et donc, cette scène ne devrait pas exister puisque le futur devrait déjà avoir été changé d’une manière ou d’une autre. Ou à minima, Xavier et Magnéto avoir en direct des souvenirs de ce qu’il s’est passé ce jour là, et donc de pourquoi Wolverine est agité. Et encore, là, c’est en étant super gentil et en supposant que les actions de Wolverine, pourtant majeures, n’ont rien changé d’autre.

Bref, encore une fois : même en essayant de même des sparadraps sur les trous, c’est une scène qui ne sert à rien, si ce n’est à montrer un gros loupé du scénario. Hop.

Enfin je dis ça, mais pour rappel, voici ce qu’en dit Filmactu

Faire aller et venir ses X-Men dans le temps n’était pas chose facile. Loin de s’y casser les dents, Bryan Singer en profite pour livrer, plus qu’un énième film de super-héros, une véritable oeuvre de science-fiction.

L’avis de Metro

Voyages dans le temps fluides et savamment orchestrés […] un spectacle de grande envergure, intelligent et ambitieux.

Et celui de ma stagiaire

Vous êtes sûr que dans ma convention, il est écrit que je peux servir de porte-gobelet quand je suis en débardeur ?

J’aime beaucoup les gens qui prennent les plus gros ratés pour les présenter comme les plus grandes qualités du film. Encore une fois, les professionnels ont du talent. A l’occasion, sinon, ce serait sympa de faire votre boulot. Mais bon, je dis ça comme ça, vous faites comme vous voulez.

Revenons donc dans le passé, où la situation n’a de cesse de dégénérer. Alors que par terre, Trask fait « POUIC POUIC » avec tous ces mutants autour de lui, Magnéto décide d’employer les grands moyens pour régler la situation : il récupère le pistolet avec lequel Mystic comptait tuer Trask, et menace la bougresse en lui disant que puisque c’est son ADN à elle qui amène à la naissance des sentinelles, il va la buter et hop, ce sera bien comme tout. Mystic, qui n’est que moyennement d’accord, se met donc à cavalcader vers une fenêtre pendant que Mc Coy essaie de calmer Magnéto. Mais le filou a le temps de tirer !

Heureusement, Mystic a déjà brisé la fenêtre de la pièce où se tenait la réunion, et tombe donc déjà vers la place, quelques mètres plus bas, où la presse du monde entier attend. La balle devrait l’éviter… sauf que Magnéto, tout en se battant avec Mc Coy, parvient à courber la trajectoire du projectile… qui touche Mystic à la jambe !

Oui, sans voir à l’extérieur. Mais c’est un détail : depuis quand faut-il voir sa cible pour guider ses balles et faire quelque chose d’aussi simple que toucher quelqu’un tombant à pleine vitesse depuis l’étage d’une ambassade ?

Sacré Magnéto, va. Lui aussi développe de nouveaux pouvoirs, semble-t-il. Il faudra le présenter à Shadowcat, la fille qui traverse les murs, et puis pouf, fait voyager les esprits dans le temps parce que hein, hé, ho, hein, bon.

Mais qu’importe, nous n’en sommes plus à cela près.

300957.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Et puisque tout le monde se posait la question : oui, Omar est bien victime du syndrome du Grand Journal qu’il partage avec son ami Mouloud, à savoir qu’on l’annonce dans un blockbuster et en fait il a un troisième rôle dans deux scènes avec une demi-ligne de dialogue. Je suis désolé. Et non, il ne rit même pas.

Car alors que blessée, Mystic s’écrase comme une bouse bleue sur les pavés de la place voisine, toute la presse braque ses caméras sur cette mutante à l’apparence mystérieuse, qui vient d’apparaître alors qu’on a entendu des coups de feu. Diable, mais que se passe-t-il ? Mystic tente bien de fuir, mais Magneto s’est déjà lancé à sa poursuite : il voudrait bien l’achever, mais Mc Coy, qui essaie toujours de lui péter la gueule sous son apparence du Fauve (ça commence à bien faire, tous ces gens bleus, on se croirait dans Avatar), le déconcentre un peu et Mystic finit donc pas profiter du bordel général (à noter que la sécurité locale ne remue pas un orteil, faudrait pas déranger) pour mettre les voiles sous l’apparence d’un vieux qui boîte (elle génère même une canne à partir de rien, elle aussi est de plus en plus forte).

Magnéto, qui a réussi à se débarrasser du Fauve, est donc bien embêté : ah, comment diable pourrait-il retrouver une changeforme dans la foule ? Si seulement celle-ci avait un objet métallique sur elle, comme disons, une balle dans la jambe pour la repérer… bon, allez, tant pis : il va plutôt se barrer. Et là encore, sans être embêté. Hop. Idem pour Wolverine (qui a retrouvé ses esprits) et Xavier, qui après avoir récupéré Mc Coy, quittent donc les lieux tranquille pépère sans que personne ne les embête.

Une seconde, je vais chercher ma coke en intraveineuse et je reviens.

Voilà, on peut continuer.

Donc, disais-je, tout le monde repart tranquillement pendant que la sécurité et la police française sont occupées à lire du Proust en fumant la pipe près de la cheminée. Mais toute la presse, elle, parle par contre de l’affaire, et c’est ainsi que le président des Etats-Unis en personne, Richard Nixon, est bien étonné de tout ce bazar. Et par un heureux hasard, a déjà l’ami Bolivar Trask dans son bureau au milieu de tous ses conseillers, qui lui explique que hahaha, il le savait, ça devait arriver ! Et dire que le congrès a rejeté son projet Sentinelle… autant dire qu’aussitôt, le président en personne valide le projet, lui accorde tout le pognon nécessaire, et en plus, lui propose de lui filer l’ADN de Mystic, retrouvé sur le pavé à Paris par la police française, là où elle était tombée, blessée !

Oui parce qu’en 1973, c’est connu, la police française relevait l’ADN et mieux encore, le distribuait à qui de droit sur simple demande.

Non, vraiment : stop.

Allez, dégageons d’ici pour aller voir si ailleurs, le film tiendrait un peu mieux debout. Ce qui est une subtile transition puisqu’à New York, de retour au manoir Xavier, le professeur sent que son sérum arrête de faire effet et ses jambes le lâchent pendant que ses pouvoirs lui reviennent. Mc Coy lui prépare aussitôt une nouvelle dose de sérum, mais pour la première fois du film, Xavier prend une décision intelligente : il refuse de se l’injecter. Ses pouvoirs pouvant potentiellement sauver le monde, il choisit d’abandonner ses jambes pour redevenir télépathe, et retourne donc dans son célèbre fauteuil roulant (qui, poussé par Vif-Argent, pourrait faire de lui une bête à Super Mario Kart mais là n’est pas le sujet). Avec lequel il se rend jusqu’au Cerebro, sa machine montée maison mais top-design quand même lui permettant de décupler ses pouvoirs et de pouvoir entrer en contact avec tous les esprits de la planète et de les pénétrer avec aisance. Wolverine est tout fou, il sait que ça va enfin permettre de faire avancer le script.

« Professeur, c’est formidable ! Avec ça, vous allez pouvoir sans bouger de chez vous influencer Bolivar Trask et lui faire aimer les mutants. Comme ça, plus de sentinelles, plus de danger et pas une goutte de sang versée !
– Hein ? Mais non Wolverine, enfin ! A la place, je vais plutôt me servir de la machine pour retrouver Mystic et ensuite faire du rien et laisser Bolivar Trask tenter de nous exterminer avec ses sentinelles ! »

0

Okay. Je retire ce que j’ai dit sur la décision intelligente du professeur Xavier un peu plus haut, il reste égal à lui-même.

Toujours est-il qu’en utilisant le Cerebro, Xavier a un peu perdu l’habitude et perd le contrôle avant même d’arriver à quoi que ce soit. Il se met donc à couiner que ses pouvoirs sont nuls, qu’il n’arrive à rien en faire, que de toute manière il est naze et qu’il va retourner dans sa chambre se faire des couettes et écouter Kyo en écrivant des poèmes sur son agenda Hello Kitty. Wolverine, qui essaie de ne pas lui dire qu’il devrait en effet se faire des couettes tant qu’il le peut encore, se lance dans un grand discours sur le fait que rhooo, mais non professeur, vous n’êtes pas une crotte, enfin pas une si grosse, enfin… bon bref, allons allons. Et l’invite à lire son esprit, pour voir toutes les bonnes choses qu’il réussira justement à faire dans le futur. Xavier, curieux, s’exécute donc.

Si au départ, Xavier ne voit que toutes les souffrances du pauvre petit Wolverine (« Mon dieu, tu as eu DEUX films pourris à ton nom ?« ), il finit par découvrir un futur où durant un temps, son école aide moult jeunes mutants. Puis, ses pouvoirs font un truc fort mystérieux : puisqu’il explore l’esprit de Wolverine, lui-même relié avec le futur grâce aux pouvoirs de Shadowcat, Xavier parvient à projeter son esprit dans le futur et ainsi… à rentrer en contact avec l’esprit de son lui-même du futur, qui se tient juste à côté de Wolverine ! La conversation est donc fameuse :

« Hooo ! Moi-même du futur !
– Salut, moi-même du passé. J’ai tant de choses à te dire.
– J’aimerais surtout savoir pourquoi je vais devenir tout chauve. Bon, ça tombe bien qu’on discute, puisque comme tu es moi-même du futur, tu dois avoir tous mes souvenirs, et ainsi savoir à partir d’ici quels sont les erreurs que je dois éviter et choix que je dois faire pour résoudre tout ce vaste bordel.
– Oui mais non, puisque là encore, le script n’a pas prévu cette éventualité. Tu ne veux pas plutôt un discours cucu la praline sur l’espoir et l’avenir ?
– C’est complètement con.
– Je te rappelle que je suis toi.
– Ha ben oui, c’est vrai, du coup, ça se tient.
– Parfait : bon alors, sache que tu dois avoir confiance en toi, que l’avenir te réserve plein de bonnes choses et qu’investir dans la région de Fukushima n’est pas une riche idée.
– Okay merci. Bon, je retourne dans le présent… enfin mon présent, le passé quoi.
– Ça marche. Et ne t’inquiète pas : maintenant que l’on a découvert que l’on pouvait communiquer entre passé et futur via Wolverine, je propose de ne plus le faire du film, des fois que ça puisse être utile.
– Je me reconnais bien là, hohoho.
– Huhuhu.
– Allez, j’me casse. »

0

Le jeune Xavier retourne donc dans son présent, et sourit à Wolverine : maintenant qu’il a confiance en lui, il peut utiliser ses pouvoirs plus sereinement, et donc retenter d’utiliser le Cerebro. Grâce à celui-ci, non seulement il retrouve Mystic, en train de se balader dans un aéroport à l’autre bout du monde, mais en plus il utilise ses pouvoirs pour prendre possession de gens et ainsi parler à Mystic (d’habitude, il ne se servait du Cerebro que pour faire des blagues, comme faire chanter du Patrick Sébastien aux réunions de l’Académie Française). Il apparaît même sous forme d’illusion pour là encore, tenter de la remettre sur le droit chemin. Wolverine tente bien quelque chose :

« Mais professeur, pourquoi vous ne l’arrêtez pas directement, elle, en rentrant dans sa tête ?
– Parce qu’elle ne me laisse pas rentrer ! »

0

Ah ben oui, tiens. Parce que c’est connu : d’habitude, pour forcer quelqu’un à faire quelque chose qu’il ne ferait pas autrement via la manipulation mentale, les gens se laissent faire bien volontiers. « Je vous en prie, allez-y professeur, obligez-moi à faire ce que je ne veux pas faire volontairement. » Non mais sérieusement ?

434801.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

« Je vais me concentrer très fort et grâce au Cerebro, je pourrai influencer les gens, mais uniquement s’ils sont déjà d’accord avec moi ! »

Du coup, et c’est fou, comme Mystic ne veut pas laisser Xavier l’obliger à faire l’inverse de ce qu’elle souhaite, Xavier repart broucouille. Tout au plus a-t-il, en prenant possession des pinpins du coin, réussi à trouver la destination de l’avion que Mystic allait prendre, qui n’est autre que Washington. En effet, afin de célébrer le lancement du projet Sentinelle, une grande conférence de presse y est donnée. Nul doute que c’est là que Mystic tentera à nouveau de tuer Trask !

Sauf que pendant ce temps, à l’autre bout du pays, un train transporte les sentinelles vers Washington justement pour la cérémonie, puisque 8 prototypes sont déjà prêts. Ces versions de 1973 bien éloignées de leurs cousins du futur sont armées de mitrailleuses, disposent de réacteurs d’avions pour voler, et ont toutes le fameux pouic-pouic à mutants de Trask intégrés pour détecter leurs cibles. D’ailleurs, histoire de se vautrer encore un peu, Trask a bien expliqué que ces robots sont conçus à 100% sans le moindre métal, justement pour pouvoir combattre des gens comme Magnéto !

On supposera donc que les mitrailleuses sont en bois, le réacteur d’avion en papier de riz et les circuits imprimés en bambou.

J’ai clairement l’impression que ce film se complaît à se foutre de ma gueule.

D’ailleurs, et quand bien même, quel plan génial, ami Trask ! Toute ton armée faite d’une autre matière que celle que Magnéto peut manipuler, excellente idée ! Ça a dû te coûter, quoi, quelques milliards au bas mot ? Et sinon, tu as pensé qu’un autre mutant pourrait, au hasard, avoir lui le pouvoir de manipuler cette matière là et donc poser exactement le même problème ? Non ?

C’est ballot.

Bref : alors que le train trimbale les prototypes, justement, Magnéto qui passait par là décide de démonter des rails, non pas devant le train pour le faire dérailler et ainsi détruire les prototypes, mais derrière pour les récupérer, en dépiauter l’acier, et envoyer le tout sous forme de fils fins comme des câbles dans les sentinelles… pour en prendre le contrôle.

Parce que oui, là encore, Magnéto (qui était au-dehors du train) est capable de diriger le métal dans les wagons, où il n’a pourtant aucun angle de vue, de placer les câbles sur 8 robots avec une précision de chirurgien là encore sans les voir, et en plus de savoir exactement où placer quoi pour les pirater sans avoir les plans ou la moindre connaissance du sujet.

Où diantre est ce bouton pour doubler ma dose de coke ? Ah, voilà.

Au même moment (enfin plus ou moins, je me comprends), dans le futur où rien n’a bougé, donc, Doudou Bishop et ses amis voient soudain arriver au loin les sentinelles ! Il va y avoir un affrontement farouche, voir une baston, et potentiellement une branlée. Il faut donc les retenir le temps que Wolverine achève sa mission dans le passé, même si ça n’a strictement aucun sens, allez, on s’en fout ! Tiens mais au fait, au début du film, on nous expliquait pas qu’à la moindre attaque de sentinelle, il suffisait d’aller dans le passé prévenir l’équipe de changer de planque avant que ça ne parte en cacahuète pour sauver la situation ? Alors on me dira « Oui, mais là, Shadowcat est occupée avec Wolverine qui ignore tout de ce qu’il se passe dans le futur !« 

C’est vrai.

Ah, si seulement il y avait dans le futur un personnage super intelligent et télépathe qui avait découvert deux scènes avant qu’il pouvait, au travers de Wolverine, communiquer avec le passé, et ainsi informer son lui-même de l’époque que la planque de Chine ne serait pas assez sûre…

Vraiment : les mecs nous ont expliqué cette stratégie au début du film comme ça, hop. Et au moment de l’appliquer, ils préfèrent faire du rien.

Mais comme ça, au moins, il y a une scène de bataille épique. Que l’on avait pas du tout vu venir.

Dans le passé, donc en attendant, Nixon débute une conférence de presse dans la cour de la Maison Blanche devant un gros drapeau américain marqué du sigle des industries Trask (c’est connu, tous les présidents adorent se montrer en public devant un drapeau vendu à un groupe extérieur, qui n’a jamais vu le drapeau américain couvert de sponsors après tout ?). Xavier, Wolverine et Mc Coy cherchent donc dans la foule à identifier où se planque Mystic, et Xavier finit par la trouver, habilement déguisée en agent de la sécurité présidentielle. Sauf qu’avant que celle-ci ne puisse agir correctement, ou que les mutants ne puissent l’intercepter (qui a eu l’idée de virer Vif-Argent, déjà ?) un phénomène étrange surprend tout le monde :

  • D’abord, les 8 sentinelles présentées au public s’activent seules… et commencent à tirer sur la sécurité
  • Ensuite, un stade de baseball volant (si, si) survole la capitale, avec Magnéto en son centre, qui lévite avec lui

C’est en effet peu banal, tant d’habitude les stades sont connus pour être plutôt ras des pâquerettes de bien des manières.

Le plan de Magnéto est pourtant simple : il oblige tout le monde à reculer grâce aux sentinelles sous son contrôle (ah, les prototypes piratés… un truc jamais vu chez Marvel), et force ainsi le président à se planquer dans son bunker sous la Maison Blanche. Mystic arrive à se glisser dans la suite présidentielle, pendant qu’à la surface, Magnéto écrase le stade autour de la Maison Blanche… formant ainsi une énorme enceinte autour de celle-ci ! La police est donc bloquée dehors, alors que les sentinelles les empêchent d’approcher. Wolverine et Mc Coy tentent bien d’empêcher le bougre d’accomplir ses noirs desseins, mais les deux sont mis hors de combat, Wolverine étant plus précisément transpercé de morceaux d’armature de béton du stade par Magnéto, avant que celui-ci ne le propulse au fond du fleuve le plus proche. Où il se noie donc (mais sa capacité à se régénérer lui permet aussi de se remettre de la noyade, hop). Et est donc indisponible pour un moment !

Dans le futur, on constate donc que Wolverine doit avoir un souci puisqu’il semble se noyer. C’est donc un peu la panique : car d’un côté, les sentinelles approchent toujours malgré la résistance des mutants pour protéger leur cachette chinoise, et de l’autre Wolverine est hors-de-combat.

Hmmm… attendez, si je comprends bien, la mission de Wolverine vient de s’achever, non ? Pas comme prévu, mais c’est fini, n’est-ce pas ?

Alors pourquoi le futur ne change-t-il pas ?

Hé bien parce que selon le film, Wolverine ou pas, il faut désormais attendre (dans le futur) que les gens du passé arrêtent Magnéto & co. Donc accrochez-vous, puisque cela signifie aussi, que si le temps se déroule de la même manière dans le présent et le passé, et qu’il faut attendre que les gens du passé agissent pour influencer le futur (au lieu que tout se répercute instantanément), cela signifie que pour que les gens 50 ans dans le futur soient enfin sauvés, il va falloir attendre… 50 ans.

Non, sans rire les enfants : arrêtez avec les voyages dans le temps. Quand on ne sait pas gérer, on ne fait pas.

Bref : dans le passé, donc, Magnéto débarrassé de Mc Coy et Wolverine est enfin tranquille. Il reste bien Xavier, coincé sous des morceaux de stade, mais ce dernier ne peut rien contre Magnéto, le bougre ayant retrouvé avant de venir son casque moche lui permettant de résister aux pouvoirs mentaux du professeur (ah bon ? Mais plus tôt dans le film, on a expliqué qu’avec Mystic, il suffisait de « ne pas vouloir laisser le professeur rentrer dans sa tête » pour qu’il ne puisse rien faire, non ? Donc soit le casque ne sert à rien, soit quelqu’un a sorti un gros baratin pour empêcher le film de se terminer plus vite. Ah, suspens…). Magnéto décide donc d’utiliser ses grands pouvoirs de mutant magnétique pour orienter toutes les caméras qui restaient encore dans le jardin de la Maison Blanche vers lui, puis utilise ses talents surnaturels pour tirer le bunker présidentiel hors de terre et l’ouvrir comme une boîte de conserve. A l’intérieur, il y trouve donc Trask (qui a son bidule qui fait POUIIIIIC en boucle dans sa veste, ce qui lui donne un certain charisme, reconnaissons-le), le président Nixon, et il ne sait pas encore, mais Mystic, toujours déguisée en agent de la sécurité présidentielle. Magnéto triomphe donc :

« Hahaha, président Nixon ! Pour avoir lancé le programme Sentinelle d’éradication des mutants, je vais vous tuer devant le monde entier, vous et vos copains !
– Pardon ? Mais Monsieur Magnéto, il y a erreur !
– Comment donc ?
– Hé bien, je veux dire, vous venez de faire léviter un bâtiment entier, de pirater les sentinelles, de créer une diversion, de nous enfermer avec le stade volant, d’attendre que je sois dans le bunker présidentiel suite à cet assaut pour mieux m’en sortir de force, et tout et tout…
– Certes, et ?
– Et c’est que, si vous vouliez me tuer devant toutes les caméras, il vous suffisait d’ordonner à une sentinelle de me tuer. Ça prenait deux secondes, c’était sans risques et en plus ça décrédibilisait à jamais ce programme contre les mutants. Vous gagniez sur tous les fronts et pouviez faire le kéké en montrant comment il ne fallait pas faire chier les mutants.
– …
– Oui ?
– Je me sens… comment dire… comme un vulgaire professeur Xavier.
– Ho. Allons, tout de même. N’exagérez pas : c’était certes un plan de merde inutile visant à faire durer le film avec plein de spectacle sans aucun sens, mais vous au moins, personne ne prétend que votre personnage est un génie. Allez, faisons câlin et oublions ce gros malentendu. »

0

485273.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Magnéto, réalisant que l’ensemble de son plan ne servait qu’en fait à faire monter le budget du film pour des raisons absolument incohérentes. Notez la confusion et le mépris pour le scénariste sous le casque.

Sauf que Magnéto est là pour tuer le président, pas pour lui faire des câlins, merdum. Et exige donc qu’il sorte de ce qu’il reste du bunker pour mourir au grand jour. Ce qu’il fait.

Mais pas de bol, en réalité, il s’agit là de Mystic ! Qui a sur elle un pistolet en plastique avec des balles du même acabit, et s’en sert donc pour blesser Magneto et ainsi l’empêcher de faire du mal au président et sa suite. Mystic, qui a pris sa vraie apparence pour bien montrer devant toutes les caméras que les mutants pouvaient être gentils, parce qu’en fait, elle est cool, enlève donc son casque à Magnéto, et Xavier peut ainsi entrer dans son esprit et l’obliger à arrêter les sentinelles et calmer tout son bordel (mais pas à le rendre gentil, faut quand même pas déconner).

Magnéto ainsi neutralisé, Mystic se tourne vers Trask, son arme à nouveau prête à faire feu. Elle hésite un moment, pendant que Xavier tient un énième discours cucu, et finalement, ne tire pas.

Les journaux titreront dès le lendemain : « Une mutante sauve le président, donc les mutants sont cools« .

Sauf Le Point qui titre « Mutants – les nouveaux Franc-Maçons ?« , bien évidemment.

Pendant ce temps, donc, dans le futur, c’est la merdouille : les mutants se font tatane, alors que le passé n’a pas encore magiquement modifié le futur. La porte de la salle où se cachent les mutants va-t-elle tenir suffisamment longtemps ? Ah, si seulement (oui, encore) il y avait dans l’équipe quelqu’un capable de faire des portails pour téléporter l’équipe en sécurité ou à l’inverse, en mettre un sur la porte histoire que toute tentative de l’enfoncer s’achève par une réapparition sur la lune (au hasard, sinon ailleurs, je ne suis pas regardant). Ou quelqu’un capable de déclencher une tornade juste devant. Ou…

Ah mais oui, non : il n’y a que des grosses buses, au temps pour moi.

Bref, comme vous l’imaginez, les sentinelles tuent tout et tout le monde jusqu’à la porte, commencent à enfoncer celle-ci, et à la seconde où elles vont tuer le professeur Xavier…

… c’est exactement à la même seconde que Mystic sauve le président dans le passé, et que le film décide que ça y est, pif pouf, le script s’active et le futur est modifié !

Non vraiment : on ne s’y attendait pas. Tout s’arrête donc et disparaît.

Wolverine quitte donc le passé pour se réveiller dans le futur. Il ne le sait pas, mais peu après ces événements, Mystic est aussi venue le sauver de la rivière puisque par la magie du pipeau, elle savait exactement où Wolverine avait coulé alors qu’elle était dans le bunker présidentiel quand c’est arrivé. C’est donc déguisée en officier qu’elle a envoyé une vedette de police le repêcher et le sortir de la mouise métallique et sous-marine dans laquelle il était.

Mais bref, donc : Wolverine est bien vivant et dans le futur. Sauf qu’ici, plus de New York en ruines : il est à l’école des surdoués du professeur Xavier, qui est en parfait état. Mieux encore : tous ceux qui étaient morts durant la guerre avec les sentinelles sont à nouveau vivants et bien vivants ! La guerre n’a jamais existé grâce à tout cela… et seul Wolverine se souvient donc de l’univers original. D’ailleurs, même son amour de jeunesse, Jean, est à nouveau vivante puisque quitte à sauver le monde des pires horreurs, visiblement, Wolverine a même réussi à empêcher X-Men 3 d’arriver (moi aussi, j’ai envie de vivre dans un monde où ce film n’a jamais existé).

Tout le monde est donc heureux, et croisant le professeur Xavier dans l’école, ce dernier s’étonne de voir Wolverine ici : il a un cours d’histoire à donner aux plus jeunes. Wolverine explique donc que là, il revient d’un futur alternatif, donc que c’est lui qui aurait bien besoin d’un cours d’histoire sur ces 50 dernières années.  Tout est donc bien qui finit bien et…

… FIN !

Je rappelle que nombre de fans parlent du « meilleur de la série« .

Dès lors, que penser des autres ?

Ma santé mentale vacille.

_________________________

Oh, et oui, il y a bien une scène post-générique, comme le veut la grande mode. On y voit, dans l’antiquité un albinos mystérieux faire le kakou en montant des pyramides en manipulant par son esprit des assemblages de bloc de granit qui volent dans les airs.

J’en ai donc naturellement aisément déduit la seule explication logique à ce teaser :

La prochaine licence adaptée au cinéma, c’est Tétris.

150 réponses à “X-Men : Days of future patchouli

  1. De la grande qualité une fois de plus !

    Quitte à aller en 1973 ce con de Wolverine aurait au moins pu péter la gueule à Pompidou, on aurait peut être encore les 30 glorieuses ! :D

  2. Le monsieur mystérieux à la fin est Apocalypse le premier mutant.
    Et sinon le film est sympathique l’action est excellente, par contre le scénario m’a moins choqué en temps que lecteur de Marvel.
    Les bêtises sont bien fidèle aux comics, oui c’est stupide est incohérent, oui dans les x-men 90% des situations peuvent être réglé par la super vitesse de Vif-argent ou les pouvoirs psy de Xavier (qui valide ça par « c’est mal de contrôler l’esprit des gens, allons plutôt leur péter leurs margoulettes »

    (pourquoi je continue à lire? Des jolies dessin, de belles batailles et parfois de bon scénario, si si ça arrive)

  3. Alors sur la question du voyage dans le temps, il y a une erreur quand vous dites ça :

    « Ce qui est intéressant, j’insiste, puisqu’encore une fois, cela nous rappelle que les voyages dans le temps, aucun scénariste n’arrive à les gérer correctement. Ce n’est pourtant pas compliqué : soit le type renvoyé dans le passé influence celui-ci, et crée donc un futur alternatif (auquel cas, ce n’est pas très utile pour les gens du futur tout pourri, qui sont bloqués dans le leur), soit le type renvoyé, par ses actes dans le passé influence le futur original, auquel cas, chacune de ses actions dans le passé est instantanément répercutée sur le futur original. Et donc, cette scène ne devrait pas exister puisque le futur devrait déjà avoir été changé d’une manière ou d’une autre. Ou à minima, Xavier et Magnéto avoir en direct des souvenirs de ce qu’il s’est passé ce jour là, et donc de pourquoi Wolverine est agité. Et encore, là, c’est en étant super gentil et en supposant que les actions de Wolverine, pourtant majeures, n’ont rien changé d’autre. »

    Shadowcat (qui a bien le droit d’avoir deux pouvoirs, je vois pas trop le problème, Emma Frost peut bien se transformer en diamant et être télépathe, Jean peut bien être télépathe ET avoir des pouvoirs de télékinésie, Wolverine a des griffes et peut se régénérer, etc, etc…) explique qu’il existe deux lignes temporelles tant qu’elle utilise son pouvoir, donc le passé modifié n’affecte pas le futur tant que l’esprit de Wolverine n’est pas revenu.

    • Voilà. Et je trouve que c’est bien un des seuls moyens d’éviter tous les paradoxes temporels, puisque sinon à chaque fois que Wolverine larguerait une caisse pas pareil que la première fois le futur changerait. Là au moins, rien n’a d’effet direct tant que Wolverine ne se réveille pas. Et c’est bien.

    • Alors la dernière phrase n’est pas cohérente avec la fin du film, justement.
      Ce n’est pas le retour de l’esprit de Wolverine qui a affecté le futur : l’esprit de Wolverine n’est jamais vraiment revenu.
      Le futur a été affecté que quand Mystic a baissé son flingue, soit après une série d’actions sur lesquelles Wolverine n’a eu aucune influence directe de toutes manières (il était occupé à se noyer).
      Donc si, il y a quand même contradiction.

      Et effectivement, je ne connais aucun film qui traite bien le sujet du voyage temporel.

      • Je dirais plutôt que le futur est changé quand Shadow arrête d’exercer son pouvoir, non ? Ca me semble plus logique…

      • Suffit d’aller seulement dans le futur pour bien traiter du voyage dans le temps. D’ailleurs, la cryogénisation est le première forme de voyage temporelle (si si, techniquement, s’en est un.)
        Pour le film, l’Odieux a raison: dés que Wolverine était à la flotte, tout était joué. Simplement, Shadowcat n’en savait rien… Elle n’a donc pas « coupé ». Mais en la tuant, les sentinelle du futur aurait coupé j’imagine. Donc à partir du moment ou Logan est dans la flotte, tout ce qui se passe dans le futur est du faux suspense

      • Il est en effet dit dans le film que les changements n’ont lieu que quand Wolverine se réveille, et il se réveille quand Shadowcat arrête de le maintenir dans le passé.

        Et l’Odieux Connard peut dire ce qu’il veut, m’en fiche, j’ai trouvé le film bien ^.^

      • Et sans Wolverine, Mystic n’aurait pas baisé son flingue, justement l’effet papillon est là !

      • « Et effectivement, je ne connais aucun film qui traite bien le sujet du voyage temporel. »

        L’armée des 12 singes n’était pas mal pourtant. Mais il faut bien avouer que l’exercice est vraiment difficile ! Alors allié aux super-pouvoirs…

      • Niveau voyage dans le temps Retour vers le Futur s’en sort pas trop mal, si ? Si on accepte l’idée que les actions se repercutent non instantanément, il ne me semble pas y avoir de grave probleme dans cette trilogie (le cas du « retour de Biff en 2015 » s’explique tres bien)

      • Voilà comment j’ai compris cette fin qui peut paraître bancale :
        -En effet Shadowcat précise que Wolverine doit revenir dans le futur pour que ses actions dans le passé aient un effet (pourquoi? pourquoi pas?)
        -Comme l’a dit Shadowcat, si quelque chose arrive à l’esprit de Wolverine dans le passé, il risque de faire Sliders entre le futur et le passé. Donc pas cool.

        A la fin, il se noie, il ne sait pas que tout est fini, que Mystique est devenue gentille, donc ne retourne pas volontairement dans le futur. Il meurt (enfin pas vraiment vu que c’est Wolverine). Il « décroche » et se retrouve dans son futur (coup de bol?).
        Bref, c’est parce qu’il se noie qu’il change d’époque et change le futur.

      • C’est explique par hank Mac coy quand il pirate trois chaînes de télés, le fleuve du temps retrouve son cours, donc on peut penser que le futur ne change pas tant que mystique baisse son bras, et que le fleuve est vraiment dévié. Si mystique ou magnéto avait tuer leur cible, le futur serait peut être identique.
        Pour la synchro, en effet on peut penser que tant que le fleuve n’est pas dévier, la connexion entre les deux wolverine persiste. Lorsque la connexion réseau se retrouve coupe, l’esprit du vieux wolverine retourne dans le futur, suis le nouveau fleuve et efface la mémoire du wolverine du futur : un auto-viol en fait… Pas cool. Wolverine à tuer wolverine :-)

      • Si vous voulez un film qui traite correctement ET de manière intéressante le sujet du voyage dans le temps : Primer

      • le premier Terminator
        l’armée des 12 singes (et du coup probablement aussi la jetée)
        un autre film s’en sort pas trop mal aussi mais j’ai oublié le nom de même que les acteurs (un d’eux au moins est connu (me semble qu’il a joué dans Prison Break (le type au plan de la prison tatoué))) où ils voyagent à l’époque des chevaliers

    • Entre nous, l’esprit est malléable pour se protéger des incohérence. Il a fallut attendre qu’on me le dise après avoir vu le film, que c’est Shadowcat qui faisait hôtesse temporelle. Dans mon esprit, j’étais persuadé que c’était Illyana, la petite sœur de Colossus, qui a ce type de pouvoir. Et oui, effectivement, au début du film elle traverse les murs, je suis coupable « d’adaptation mentale dans le but de rendre ce qu’on peut cohérent ». Les mutants à plusieurs pouvoir m’ont toujours fait froncer les sourcils, surtout quant ils n’ont rien à voir ensemble. D’ailleurs Emma Frost à le pouvoir de se changer en diamant, en plus de son pouvoir de télépathie, mais je vous garantie que dans mon enfance ce n’était qu’une télépathe et que j’ignore totalement d’où lui vient cette facultés.

      • Une page de Wikipédia (http://en.wikipedia.org/wiki/Secondary_mutation) dit :
        « In the fictional Marvel Universe, secondary mutation is a global phenomenon among mutants that seems inexplicable, with many previously established mutant characters suddenly developing new or vastly expanded powers.
        Henry McCoy hypothesizes that, since the mutant population was entering the millions at that time, mutant physiology was responding to the need for survival. Thus in rare occasions a mutant’s powers change or become even greater, and in rare cases they can develop a new, often unrelated ability.
        However, the criteria for secondary mutation is ill-defined at best, leaving many fans confused as to their favorite character’s status or powers.
        This use of secondary mutations can sometimes be misused as a deus ex machina plot device; if the writer can’t think of a way for a character to get out of a situation, they can simply develop a spontaneous new power to handle the problem. »

        Soit :
        « Dans l’univers fictionnel Marvel, la mutation secondaire est un phénomène global parmi les mutants qui paraît inexplicable, de nombreux personnages mutants précédemment [créés/établis] développant de nouveaux pouvoirs ou des pouvoirs très élargis.
        Henry McCoy émet l’hypothèse que, puisque la population mutante atteignait des millions à ce moment-là, la physiologie mutante répondait à un besoin de survie. Ainsi dans de rares occasions les pouvoirs d’un mutant changent ou deviennent encore plus importants, et dans de rares cas ils peuvent développer une nouvelle capacité, parfois sans rapport avec la choucroute.
        Néanmoins, les critères de la mutation secondaire sont au mieux mal définis, laissant de nombreux fans aussi confus que le sont devenus le statut ou les pouvoirs de leur personnage préféré.
        Cette utilisation des mutations secondaires peut parfois être utilisée à mauvais escient comme un procédé narratif de Deus Ex Machina ; si l’auteur ne parvient pas à trouver un moyen pour un personnage de se sortir d’une situation, ils peuvent [au pluriel ?] simplement développer un nouveau pouvoir spontané pour résoudre le problème. »

        Ma traduction n’est pas des meilleures mais je ne pense pas avoir commis de contresens.

        Emma Frost est citée dans les exemples.

        C’est quand même un peu faible de créer un univers qui justifie les Deus Ex Machina. :'(

      • En même temps, l’apparition de mutants avec des mutations utiles et défiant les lois de la physique sans aucune explication de leur origine est en soi un Deus ex Machina.

      • Ben accepter un postulat (mutation, magie, vaisseaux spatiaux etc…) ne veut pas dire accepter tout sous prétexte que le premier postulat défie les lois de la physique. Si tu n’accepte pas l’univers de Marvel parce que tu ne le trouve pas cohérant, passe encore, mais certains l’acceptent… Mais tique avec les pouvoirs n’importe nawac.

    • Le problème pour moi n’est en effet pas le fait que Shadowcat ait deux pouvoirs, mais qu’elle sorte le deuxième pouvoir de son cul, puisqu’il n’avait pas été évoqué avant. Son premier pouvoir, celui évoqué dans X-men 3, était juste de traverser les murs, ce qui n’a absolument aucun rapport avec le voyage dans le temps. Pour que cela soit cohérent, il aurait soit fallu évoquer ce pouvoir avant, soit d’intégrer tout simplement un autre mutant qui lui, puisse voyager à travers le temps. Ce qui n’était pas bien compliqué.

      • Et d’autant moins que c’était le cas dans le comics d’origine, puisque c’est Rachel Grey qui faisait le boulot (ce qui est quand même plus cohérent).
        Quitte à modifier l’histoire, autant ajouter des erreurs là où il n’y en avait pas………………..

      • Justement, il en font mention dans le film de ce problème et c’est pour ça que la critique de l’odieux comme sur bien des points est juste de la branlette ce coup-ci ! Elle ne l’a jamais eu avant ce pouvoir, Shadowcat, et le développe il y a peu en modifiant le sien, et le travaille parce que le maîtrise pas grâce à une opération du Saint-Esprit. Ensuite oui c’est des super-héro, Superman ne volait pas au début, et alors, il se l’ai trouvé son nouveau pouvoir, ça arrive tout le temps. Et pour elle c’est d’autant mieux trouvé, parce que si elle l’a développé dans ce futur, il n’est pas dit qu’elle le développe dans le nouveau.

      • Elle peut l’avoir développé justement entre la fin de X-men 3 et celui là.

      • C’est vrai, elle a pu le développer, mille excuses. Il n’empêche que pour moi, Shadowcat a toujours été la fille qui traversait les murs, et la voir faire voyager les esprits dans le temps dans X-men : Days of future past m’a profondément choquée.
        Bien qu’il soit possible qu’elle développe cette capacité, cela m’agace prodigieusement qu’elle ait ce nouveau pouvoir comme ça. J’aurais préféré qu’un autre mutant fasse l’agence de voyages temporels.

  4. Le professeur Xavier qui ne peut influencer que les gens qui sont d’accord avec lui, c’est du pompé sur Hero Corp !
    Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est une série française très sympa qui raconte la vie de super héros à la retraite qui ont des pouvoirs tout moisis.
    Et donc, l’un d’entre eux, Stan, peu influencer les gens mais uniquement si ils sont d’accord.
    Au moins, dans Hero Corp, c’est annoncé : ils ont des pouvoirs tout moisi :)
    A la différence près : ils tentent de s’améliorer

  5. Juste un détail.
    La scène sur la place parisienne. Mustic se fait d’abord trainer par la balle (dans la jambe) par Magneto qui retire ensuite la balle pour essayer de la lui remettre plus haut (dans la tête ?). Mais magneto est interrompu et mystic peut donc s’éclipser, vu qu’elle a plus de métal dans le corps (normalement).

    • Je valide, j’allais poster pour signaler cette petite incohérence à notre connard préféré !
      Je valide également le premier commentaire : en soi, le scénario est pourri, mais vu le grand nawak qui règne dans les comics originels, j’ai fait jouer la suspension d’incrédulité et me suis régalé du film. Il est parfois bon d’être bête :p

    • Je valide également, et je rajoute que la belle n’a pas de canne qui apparaît soudainement… enfin il me semble. M’enfin, dans tous les cas, si elle peux faire une chemise, et un slip par magie, pourquoi pas une canne ?

    • Pour la canne je ne sais pas mais il y a une autre incohérence notoire pour Mysitic. Changer d’apparence je suis d’accord, mais changer de taille ? Parce que passer de 1,80m a 1,20m c’est possible quand techniquement uniquement ta peau change d’aspect ?

      • Mystique a toujours eu la capacité de changer sa morphologie (petite fille dans X-Men 3, animaux dans les comics…).

  6. Pas encore vu ( j’attends la version « cam » sur le net: ça donne généralement un flouté des plus séduisants au pire des navets !) mais je dois dire qu’une fois encore, votre article donne envie. Et oui, je confirme: pire c’est, mieux les « fans » apprécient: ce X-Men, à priori, risque de battre le record de popularité « chef-d’oeuvresque » de Prometheus; ce qui, en soit, est déjà une performance ( cinématographique sinon phylosophique !).

  7. Chouette critique ! Cependant, si je peux me permettre, il y avait assez de failles scénaristiques sans qu’il fut besoin d’en ajouter une :

    « Magnéto, qui a réussi à se débarrasser du Fauve, est donc bien embêté : ah, comment diable pourrait-il retrouver une changeforme dans la foule ? Si seulement celle-ci avait un objet métallique sur elle, comme disons, une balle dans la jambe pour la repérer… bon, allez, tant pis : il va plutôt se barrer. Et là encore, sans être embêté. Hop. Idem pour Wolverine (qui a retrouvé ses esprits) et Xavier, qui après avoir récupéré Mc Coy, quittent donc les lieux tranquille pépère sans que personne ne les embête. »

    Si j’ai bonne mémoire (j’avoue que c’est déjà là une hypothèse branlante), après être descendu rejoindre Mystic, Magneto l’a attirée à lui en contrôlant la balle qui se trouvait dans la jambe de l’Avatar, avait extrait la balle de la jambe et se préparait à la lui renvoyer dans la tronche … et c’est là que le Fauve est arrivé. Donc, plus de métal dans le corps de Mystic.

    Merci pour la lecture, et bonne semaine !

    • Certes, sinon pour Magneto c’est dommage que personne n’ai inventé une sorte de détecteur de mutants qui ferait « pouic » quand on le braquerait sur une cible. Un truc qui trainerait dans la pièce et qu’il pourrait subtiliser grâce à la confusion ou grâce à son pouvoir (j’imagine qu’il devrait bien y avoir un peu de métal dans cet objet).

      Bref, de toutes façons même quand on corrige une incohérence il en apparait une autre.

      Mais j’ai bien rigolé.

      • En même temps dans la confusion on ne peut pas penser à tout, surtout qu’il n’est pas supposé être un génie si j’ai bien lu…

      • Il y a quand meme de grandes chances que le detecteur ne contienne pas de metal. C’est probablement un detecteur similaire qui est utilise dans les Sentinelles, concues sans metal pour contrer Magneto… (dont il faut esperer que c’etait le seul mutant capable de manipuler des objets a distance… ou de modeler la matiere… ou de comprendre et alterer la technologie sous toutes ses formes… ou de controler des ondes, genre pour faire croire aux sentinelles que les humains « normaux » sont des mutants et reciproquement… et j’en passe. Ah zut, plusieurs de ces exemples sont dans les comics. A se demander comment les Sentinelles peuvent representer une menace pour l’ensemble des mutants.)

      • Vous essayez de retomber sur vos pattes de façon maladroite. Vous créez une incohérence pour quelle convienne à votre point de vue, ce qui parait plus que rigolo.

        Magnéto, l’un des mutants les plus puissants, haïssant les humains pour leurs lois contre son espèce, cherchant à leur mener un guerre sans merci, aurait pu avoir l’idée (d’après vous) de prendre le petit bidule qui fait pouic pouic – [pour info, bidule créée par les humains pour trouver les mutants, dans le but de les étudier puis les tuer, si n’est avant les avoir torturé] – [seconde infos, tout ce qui vient des humains répugne farouchement le personnage en question] – pour, s’il perd la trace de mystique, la retrouver plus facilement. [Troisième infos, il n’a jamais vu se bidule tout simplement parce que le nain l’a toujours sur lui]

        Je crois que l’incohérence aurait été qu’il prenne ce détecteur.

        J’ai aussi bien rigolé. :)

  8. Pour le coup du voyage dans le temps , oui il me semble également que Shadowcat explique a u moment qu’elle peut ouvrir « une fenêtre » sur le passé pour faire des modifications a un instant précis .

    – On envoie quelqu’un en arrière pour faire des modifications
    – la personne fait les modification a la timeLine.
    – On valide les modifications.

    Mais bon ça n’explique pas du tout comment ShadowCat sait que la mission est un succès et a quel moment elle doit arrêter même avec ça il reste des trous

    • Shadowcat ne sait rien de ce qui se passe dans le passé, c’est pour ça qu’elle maintient son pouvoir jusqu’au dernier moment. C’est ce que j’ai compris de la scène initiale, en tout cas.

    • En somme, c’est comme dans les bases de données, on fait toute les modifs en masse, et c’est uniquement au moment du commit que les changements sont pris en compte, je comprend mieux maintenant :)
      Et j’adore la critique, ce film c’est n’importe quoi. Mystique blessée, qui saigne et boite, et parvient quand même à s’enfuir. Je me demande si il y a une seule scène cohérente dans ce film, je cherche encore.

  9. oh crotte mon fils voulait que nous allions le voir en espérant que cela me semble moins long que Robocop…C’est l’année des navets 2014..oO

  10. Par contre on a oublié une des plus grande faille scenaristique selon moi : comment fonctionne l’ecoulement du temps dans ce systeme de voyage temporel ?
    Parce que si on pars du principe que 1sec dans le passé = 1sec dans le présent/futur, alors le film n’a aucun sens :
    Deja wolverine passe facilement 1 semaine dans le passé avec tous ses deplacements etc.. J’imagine mal la fille lui maintenir l’esprit pendant 1 semaine a genoux sans rien manger, et en continuant de se vider de son sang mais bon.. On peut egalement rajouter que ça voudrait dire que les sentinelles sont vachement lentes à trouver les gens et que ça doit pas trop etre dur de leur echapper en fait..

    Soit on pars sur du 1sec dans le présent = 1min (ou une unité plus forte) dans le passé. Ca aurait le merite d’expliquer pourquoi il se passe tant de choses dans le passé en si peu de temps dans le futur
    Par contre gros problème avec la fin puisque comme par magie les 10 dernieres minutes du passé correspondent aux 10 dernieres minutes du présent, pile poil le moment ou les sentinelles attaquent !

    Dans les deux cas c’est une enorme faille scenaristique, une de plus en tout cas

      • Je vois mais franchement, dans le futur il se passe quelques heures maximum, vu que celle qui pratique le retour dans le temps est blessée et que les sentinelles retrouvent vite leurs cibles
        Je vois pas la fille tenir une journée entiere à genoux en pissant le sang donc ça doit durer 3-4h

        En comparaison Wolverine commence a New York, va au manoir, va a DC, prends l’avion pour Paris, retourne au Manoir, va a DC
        On en a bien pour une semaine donc si 5h dans le présent = 1 semaine dans le passé ça veut dire que ça ne se deroule pas du tout à la meme vitesse
        Dans ce cadre là la fin pose problème pour moi, et le voyage dans le temps est modifié par les scenaristes pour proposer comme par magie une bataille finale qui va pile poil se faire interrompre à la toute fin

    • Sauf que non, rien ne prouve que Wolverine a passé une semaine dans le passé. Deux jours serait tout aussi possible (d’ailleurs on ne voit la nuit passer que deux fois…), et ce serait faisable pour Kitty (qui peut très bien être nourrie par ses comparses, au passage. Ou bien Charles pourrait jouer avec son esprit pour faire disparaître la sensation de faim. Ou alors elle pourrait tenir d’elle même… Bref, pas mal de possibilités!)

  11. Je vois que ce film se prête bien aux extrapolations : la plupart des approximations peuvent s’expliquer si on fait l’effort d’essayer.
    Beaucoup ayant déjà été analysées, je me penche donc sur le « Mystique ne veut pas me laisser entrer dans sa tête » : en changeant d’apparence on a vu qu’elles pouvait générer des habits, une canne en bois, … alors pourquoi pas des cheveux / un cuir chevelu / un élégant couvre-chef / un os du crâne intégralement métallisé pour imiter le casque de Magnéto et bloquer Xavier ?

    Ils ont fait mieux que Looper concernant les voyages dans le temps, mais on peut maintenant se demander pourquoi les 3 premiers films ne semblent pas vraiment affectés par Trask alors qu’il s’agissait d’un futur non modifié. Et ne me sortez pas qu’il s’agit ENCORE d’un autre monde parallèle, parce qu’on voit dans X-Men 3 qu’ils sont familiers avec les sentinelles.

    • Alors comment expliquer que Xavier puisse entrer dès le premier film dans la tête de Wolverine, dont le crâne est intégralement en adamantium? Dans les comics, Mystic a subi un entrainement mental de taré pour être capable de résister au moins temporairement aux pouvoirs de Xavier, mais ça lui prend des années et ça reste impossible pour elle de s’opposer à Xavier équipé du Cerebro. Seules des entités surpuissantes comme le Phénix, Apocalypse ou d’autres du même pouvoir en sont capables. Donc non, Mystic ne peut à ce moment-là tout simplement pas s’opposer à l’intrusion et au contrôle de Xavier, si ce n’est qu’elle est protégée par une entité toute puissante et complètement conne: les Scénaristes!

      • Vous cherchez vraiment là où il n’y a rien à chercher. Xavier dit explicitement qu’il est plus faible. Il ne peut donc pas encore contrôler Mystic. Pourquoi pas Mystic mais les autres ? Bah je sais pas, parce qu’elle a l’habitude ? parce qu’elle s’attend à être contacté par Xavier ? Quand il y a une ellipse, il faudrait aussi vous dire combien de minutes sont passées, sinon c’est une incohérence ?

      • C’est surtout que Xavier ne corromps pas les esprits sur une longue durée. Ils les changent temporairement, mais il n’influence pas quelqu’un à vie. Il fait pas du Men In Black où ils vident l’esprit du mec et le réécrivent. Il le fait pas, pas parce qu’il ne sait pas le faire, mais par acquis de conscience. Sinon il aurait convaincu dès le début Magnéto d’être sympa, mais il veut que Magnéto change de lui même. Il ne le fait pas pour Trask, ni pour Mystic c’est comme ça.
        Ce qui m’a le plus choqué c’est que Mystic a le pouvoir de John Doe: elle sait tout faire. Elle est très forte en arts martiaux, elle parle 48 langues, etc. Elle est un peu abusée.
        Pour les portails que créaient Blink (la fille bizarre dans le futur), elle ne créait pas les portails sur de la matière, mais toujours dans un endroit vide. Elle referme par hasard son portail sur la sentinelle, mais ne peut l’ouvrir sur la sentinelle.
        Vif-Argent est un gamin qui en fait qu’à sa tête donc quand il veut plus les aider il le fait plus c’est tout. Par contre d’accord sur le fait qu’on a l’impression qu’il arrête le temps car il va super vite des fois sans bouger donc c’est un peu étonnant.

        Trask et Stark, mouais Trask existait avant Stark donc c’est un peu capillotracté.

      • Kanok, Tony Stark apparaît pour la première fois dans Tales of Suspense #39 de 1963, Bolivar Trask dans X-Men #14 de 1965. Surtout que Stan Lee n’aimait pas trop se faire chier au niveau des noms :
        « -Hey, Stan dans le dernier numéro de Hulk tu l’appelles Robert Banner.
        -Oui, et?
        -Ben tu avais dit dans le spremiers numéros qu’il s’appelait Bruce Banner, on peut pas publier ça.
        -Mais non, on s’en fout, on a qu’a dire dans le prochain numéro que son vrai nom c’est Robert Bruce Banner, et que les gens ont l’habitude de l’appeler Bruce, mais que la ils l’ont appelé Robert.
        -T’es sur?
        -Mais oui, de toute façon y’a que des gamins de 8 ans qui nous lisent, ils ne remarqueront pas la différence. »

      • Stan Lee participait à la création des perso mais c’était des équipes qui travaillaient industriellement.
        Ils développaient tellement de personnages simultanément à cette époque, qu’ils nommaient souvent les protagonistes selon des moyens mnémotechniques : les initiales sont souvent identiques (Peter Parker, Reed Richards, Matthew Murdock) et donc là Banner : Bruce ? Bob ? Bob Bruce ? c’est un B c’est tout ce qui compte pour eux de toutes façon c’est Hulk.

  12. Perso je l’ai bien aimé, même si, pour un film de ce genre, j’attends plus d’actions que d’explications et de blablas, et c’est bien le contraire que j’ai eu… à pars les deux maraves des mutants du futur et le coup du stade volant, rien. Pas d’action.

  13. Sinon, je sais que j’ai forcément raté une étape, mais je vois pas trop laquelle…
    POURQUOI le professeur Xavier est vivant dans le futur ?
    Il se fait bien désatomiser la tronche par Jean dans X-men 3, non ?

    Merci d’éclairer ma lanterne :)

      • moui…. mais c’est pas son corps, alors pourquoi il a la meme tete, et surtout pourquoi il est toujours en fauteuil roulant Oo. Il a re-créé son corps a l’identique a partir de l’autre ? Blessures comprises ?

      • L’explication (qu’ils n’ont pas eu le temps de développer dans la final cut mais qui est donnée dans le commentaire audio du DVD) est que Xavier est né avec un frère jumeau. Leurs esprits n’ayant fait qu’un en Xavier à la naissance, le jumeau est un légume depuis qu’il est né, mais il a les mêmes mutations (donc même après transfert de son esprit, Xavier a encore des pouvoirs), la même tête, mais vu que le corps a passé son temps à l’hosto il n’a jamais développé des muscles / tendons / nerfs nécessaires à la marche, donc il est encore en fauteuil.

      • Rhaaaaaaaaaaaaa!!!!!!! Le frère de Xavier, c’est le Fléau!!!

        Sinon ça reste fidèle aux comics: quand un personnage important meurt, il ressuscite de façon improbable quelques numéros plus tard…

      • Oui, effectivement, à partir des films, on a la raison pour son esprit, mais pas pour son corps. Après, si dans les comics il a un frère jumeau… easy !

      • Dans les comics, y’a une soeur jumelle qui tente de tuer Charles dans l’utérus de leur mère, mais les pouvoirs de Charles apparaissent et le sauve. Elle revient des années plus tard pour tenter d’exterminer les mutants.
        Mais bon si Vif-Argent peut perdre sa soeur jumelle, Xavier peut bien gagner un jumeau légume gardé en vie depuis sa naissance.

      • en fait, Vif-Argent n’a pas perdu sa jumelle, on l’a voit dans le film, sauf qu’ils laissent les fans extrapoler à leur guise (comme pour la majorité de ce scénar pourri) : sa soeur, c’est la gamine de 6 ou 7 qu’il tient dans ses bras lorsqu’il regarde Magneto faire sa prima donna à la télé. Comme dans les comics, Vif-Argent est 27 fois plus rapide que le commun des mortels, il est logique qu’il vieillisse plus vite que sa soeur (mais pas dans les comics). En réalité c’est un môme. Sauf que les scénaristes ont oublié de prendre en compte l’allusion que Vif-argent fait à propos de Magneto, que sa mère aurait connu (les jumeaux sont sensés être les enfants de Magneto). S’il est en prison depuis dix ans, ils ne peut pas avoir des gosses de 6-7 ans.

    • Je pense qu’il parle plutôt d’un événement dans The Ultimates 3 et qui a fait pas mal grincer des dents dans le monde des comics Marvel

    • Oui et non, en changement le passé du futur, X-men 3 n’existe plus et Jean Grey n’atomise plus Xavier, qui vit toujours dans le futur présent et décidera de renvoyer Wolverine dans le passé. Personnes n’a un tube d’aspirine ? Les voyages dans le temps me donnent un mal de tête carabiné :)

  14. Le film n’est pas raté … parler de cohérence dans un monde où un seul gène peut donner des pouvoirs défiants les lois de la physique, désolé mais c’est un peu naif.
    La plupart des gens vont voir des films au cinema pour se détendre, et penser (ou plutôt ne pas penser justement) à autre chose que le train train quotidien. C’est un peu comme lors d’un rêve, c’est pas car M. Y est mort que 30 secondes plus tard on ne peut pas le faire réapparaitre sans explication aucune. Et bien moi je prends ce genre de film comme cela, je cherche pas à trouver de cohérence, ni de réalisme. Si les effets spéciaux sont bien faits, si des répliques me font sourires (bien que prévisibles ou clichées), si le jeu de acteurs me transmets un peu d’émotion (bon il ne faut pas partir négatif dans ce cas, car sinon à part les films du type « la ligne verte », on sera jamais ému), si ces éléments sont présents, je juge le film réussi.
    Retrouvez votre esprit d’enfant pour voir ce genre de film, surtout au cinéma (image, son).

    Sinon, cet article est bien écrit, et m’a lui aussi fait sourire plusieurs fois ! Votre avis est intéressant, évitez juste de l’imposer aux autres comme la vérité universelle :)

      • Décidément on en trouve encore à chaque spoil des comme lui, je pensais que ça irait en diminuant à force. Mais non. Par contre les grammar nazis se sont calmés j’ai l’impression. Ou alors les gens font plus attention quand ils écrivent ici et ils n’ont plus besoin de se manifester?

      • Oui, mais dans cet article notre cher connard ne fait pas la distinction entre incohérences et bouse scénaristique. Y’a des films qui ont des problèmes scénaristiques qui pourrissent totalement le film et d’autres qui font un peu tiquer et sans plus. La plupart des gens ne verront pas ces légères incohérences. Tout film à des incohérences, Le seigneur des Anneaux a deux incohérences avec Legolas qui fait le café et les aigles géants qui peuvent traverser le monde facilement. Est-ce que ça en fait un mauvais film? Non parce que ça ne change pas tout le film. A la différence de Pacific Rim ou le postulat de départ est débile et que la moitié des scènes ne tiennent pas debout, alors là ça choque.

      • T’as tout faux! Pacific Rim est un nanard assumé, un hommage à un certain style de film (kaiju), plutôt réussi. A ne surtout pas prendre au premier degré. C’est très différent d’un mauvais film qui se prend au sérieux et par ses lourdes incohérences se transforme malgré lui en nanard (Le seigneur des anneaux par exemple).

    • Et bien sachez que la Warner salut les millions de clients généreux que vous êtes, prompt à financer le prochain block-buster à 200000K$ tout aussi navrant.
      La pluralité culturelle, elle, s’écrase devant le consumérisme mondialisé engendré par la très contemporaine passivité humaine au sus du monde qui l’entour.

      • Eh bien sachez que rien du tout. Faut se renseigner un peu avant d’essayer de faire des phrases qui font croire qu’on est intelligent et qu’on est un rebelle.
        Les recettes des blockbusters ne servent pas uniquement à financer d’autres blockbusters… Et encore faut-il que ce blockbuster soit un minimum rentable…

  15. Sinon, il y a bien un film ou le voyage dans le temps est relativement bien exploité: l’Effet Papillon. En même temps, avec ce titre, c’était difficile de faire une foirage total ^^ Quoiqu’on a déjà vu ça: Twilight: Fascination n’était fascinant que par l’insondable profondeur de sa niaiserie…

    • Je plussoie, surtout avec l’une de ses fins alternatives. « L’armée des douze singes » aussi était assez intelligent si je me souviens bien. Sinon beaucoup de bouses.

  16. Bonne critique comme toujours, c’est vrai qu’il y a certaines incohérences et invraisemblances dans ce film, mais bon avec le voyage dans le temps c’est toujours dur d’éviter les paradoxes temporels.

    Et puis c’est un film de S.F. traitant de mutants aux pouvoirs supranormaux, ne faut-il pas l’oublier. D’accord à certains moments on se dit « Mais pourquoi s’embêter à faire ça, ils auraient pu faire autrement plus rapidement », mais sinon, pas d’action et le film aurait été beaucoup plus court. On va voir ce genre de films pour les effets spéciaux et pour s’échapper un moment de la réalité, pas pour réfléchir intensément, les neurones se reposent avec ces productions.

    Et il est quand même plus réussi que « X-Men: First Class » (Le Commencement en VF), que j’avais trouvé passable voire médiocre pour ma part (les SFX du Fauve et la scène finale sur la plage, quel ridicule).

    La grosse déception, c’est Omar Sy en Bishop. Bon il n’est pas mauvais, mais on le voit vraiment assez brièvement, alors qu’on nous a fait tout un battage sur sa présence dans le film. Du coup je pensais qu’il aurait un rôle plus conséquent, mais non, trois scènes plutôt courtes (!!!!). On s’est bien fait avoir…

    Sympathique film néanmoins, la scène de bataille dans le futur contre les sentinelles est impressionnante, comme un peu toutes les autres en fait.

    • Justement ce qui serait drôle ce serait que les héros fassent ce qu’il y a de plus intelligent à faire mais que ça foire à un endroit pas du tout prévu ou que l’effet papillon transforme l’avenir d’une façon totalement inattendue et si possible pire qu’avant. Au moins la contrainte super-pouvoirs trop puissants pourraient montrer leur limite, et le voyage dans le temps pourrait malgré tout rester cohérent (par exemple si ils ne peuvent le faire qu’une seule fois ou deux et qu’ils n’ont donc pas trop le droit à l’erreur si ils se plantent la première fois). Il faudrait juste que les scénaristes se relisent en essayant de garder à l’esprit la cohérence des personnages et du déroulement des événements avec les lois qu’ils ont eux mêmes énoncées, plutôt que de se demander comment mettre plein d’effets spéciaux sans trop se prendre la tête pour savoir si ça sert vraiment l’histoire ou non. Mais bon tout le monde ici sait que ça relève de l’utopie…

      • Il n’y a pas que les scénaristes à blamer. Ces films ont un cahier des charges ultra lourd. Ici par exemple, il fallait que wolverine et mystic (acteurs bankables) soit au centre, aller dans le passé juste à la suite du reboot, réutiliser l’affrontement magneto-xavier, etre plus ou moins fidèle aux comics déjà bien barrés… Il y a des passages obligés. Pas toujours facile de jongler avec tout ça, surtout avec la pression des producteurs et le peu d’intérêt de tout ce petit monde au fond pour le scénar (lié au mépris qu’holywood porte – à raison- au spectateur).

    • Je vois pas en quoi le fait que se soit des mutants empeche de faire un film bien écris et cohérent, pareil pour le voyage dans le temps. Faut arreter de trouver des excuses à Hollywood pour refourguer ses bouses, et se contenter d’un « boah c’est qu’un film c’est fait pour divertir ». Y a des films qui sont cultes 25 ans plus tard, celui ci n’en feras pas partie.

  17. Je tiens à ajouter que j’ai pour ma part connu les X-Men par le dessin animé des années 90, je n’ai que très peu lu la BD. Donc ma comparaison se fait uniquement avec le DA.

  18. J’ai bien ri devant cette critique, bien que j’ai adoré ce film !
    Certes, je suis une grande fan des x-men, donc ça joue un rôle ! :-)

    Par contre, certains éléments du films sont à mettre directement en rapport avec les comics, car ce sont des infos qu’on y trouve.

    Et dans votre critique, il y a aussi certaines incohérences dans l’analyse (mais peut-être étiez-vous fatigué de suivre au bout d’un moment ? ;-)) :

    – le professeur Xavier n’arrive pas à entrer dans l’esprit de Mystique ou très difficilement (expliqué dans les comics)

    – Magneto n’arrive pas à retrouver Mystique dans la foule car il a enlevé la balle de sa jambe quelques minutes avant… elle n’a donc plus de métal sur elle

    – A la fin, Blink ne peut pas téléporter tout le monde et Tornade ne peut plus se battre, ils sont tous morts…

    – Il ne faut pas tuer Trask car un autre prendrait immédiatement sa place (c’est dit dans le film à un moment)

    – Lorsque Trask veut arrêter le vietnamien en pleine conférence, son collègue vietnamien commence par le défendre avant de laisser tomber au moment où Mystique se transforme

    – le sang de Mystique a été récupéré directement par Trask Industrie et non par les Français

    – Vif Argent a accepter de les aider pour le Pentagone car il trouvait ça fun, mais ne voulait rien faire d’autre (il refuse d’ailleurs au début avant de savoir de quoi il s’agit, donc on peut supposer qu’il n’avait pas envie de se mêler du reste de la bataille après => vu qu’il préfère rester avant sa famille devant la tv pour regarder)

    Maintenant, j’avoue avoir hurler car je trouvais l’idée de départ de Magneto intéressante : retourner les Sentinelles contre des humains pendant la démonstration pour les discréditer et pouf ! projet abandonné !
    Mais bon, après il décide de partir en vrille et de montrer 1) que c’est un mutant qui contrôle les Sentinelles 2) de lui, un mutant, tuer le président devant des millions de téléspectateurs…. ou comment bousiller la bonne idée de départ et donner envie aux gens de massacrer du mutant…

    • Je suis bien d’accord, j’ai adoré le film, et la critique aussi. Après tout si on connait la définition de « odieux » et « connard », on comprend bien que la critique sympa, on va attendre longtemps avant de l’avoir!

  19. Est-ce qu’en fusionnant également la série des 3 X-men avec Jean-Luc Picard, et celle avec un Xavier plus jeune, il n’y a pas aussi incohérence avec le pré-générique de X-men 3. Où on y voit Xavier déjà vieux avec Magnéto faire connaissance avec Jean Gray enfant. Il marche, et semble avoir tous ses pouvoirs, alors qu’il est déjà chauve…

    • Si tout-à-fait, à la base X-men first Class devait être à part dans la timeline, une sorte de reboot et non de prequel.
      Mais au final ils l’ont inclu… Du coup ça fout un peu tout en l’air.

    • X-Men 3 n’existe plus, chut !
      Comme ça, toutes les incohérences sont poussées sous le tapis, pratique. =_=

      • Si seulement ils pouvaient en profiter pour aussi supprimer X-men Origins: Wolverine…

  20. En 1973, Selma Hayek avait 7 ans. Je veux bien que l’Odieux Connard fasse tomber toutes les femmes, mais quand même…

    • C’est parce que l’OC s’adapte à son jeune public, qui ne connait pas les… heu… icônes glamour des années 70.

  21. Un très bon spoil encore une fois mais aussi une bien belle affiche en effet :
    On croirait que le professeur Xavier essaie de se casser discrétos après avoir laché une énorme perlouse au napalm (d’où peut-être l’air contrit de l’homme glouton et la légère panique de ses collègues).
    J’aimerai vraiment savoir combien d’heures de réunion il aura fallu à l’équipe chargée de la promo pour s’accorder sur un telle oeuvre d’art.

  22. Cher Odieux,
    vous avez (malheureusement) cristallisé toutes mes angoisses concernant ce film… La fan des X-men que je suis s’était déjà passablement énervée devant « First Class », je prévois donc de prendre un ou deux Lexomil avant de tenter « Days of Futur past ».
    Par ailleurs assez bon public, je trouve quand même assez crispant que la production n’ait pas jugé utile de faire l’effort minime de créer un personnage original pour le mutant qui possède le pouvoir de voyager dans le temps. Le filer « pouf-pouf » à Shadowcat qui n’a rien à voir avec la choucroute, c’est rogner bêtement sur un budget plutôt « correct »… Sans parler de la résurrection de Xavier, hein! Une mini-scène pour expliquer au péquin moyen pourquoi il réapparait après avoir été complètement désintégré, c’était trop demander? Alors, je veux bien qu’il y ait la scène de postface plus les explications des bonus mais bon, le spectateur moyen qui ne s’est pas tapé les comics et les bonus, il fait quoi? Il demande à son petit voisin de lui expliquer?

  23. De mon côté j’ai bien aimé le favoritisme du générique qui affiche Anna Paquin avant Ellen Page, alors que la seconde a un rôle majeur tandis que la première aurait tout aussi bien pu être jouée par un sosie tant on la voit peu.
    Et gros bravo à Shadowcat qui reste éveillée des jours pour tenir Logan dans le passé, puisque vu les kilomètres qu’ils font, et dans un jet standard des années 70, rien que leur aller-retour vers la France dure des dizaines d’heures. Là aussi, l’impression du temps qui passe a été un poil négligée je crois. Mais bon, le film est divertissant j’ai trouvé.

    • Mouais, majeur, majeur. Un essentiel pour l’histoire, mais pas un rôle majeur en termes de temps d’écran non plus, on la voit quoi ? Cinq à six minutes cumulées ?

      D’ailleurs, en parlant de ça, je trouve qu’ils ont été plus qu’économes sur les persos féminins : Shadowcat, 5-6 minutes donc, Tornade, 3 pour être gentille, Blink, kif-kif mais avec moins de dialogues, seule Mystique a un rôle consistant, mais quand même nettement plus effacé que dans le précédent en termes de temps de présence et par rapport aux autres persos.
      Sinon, que dalle. Moira a disparu dans les oubliettes des scénaristes, Emma Frost et Angel sont mortes (non mais sérieux, tuer la Reine Blanche… mais si elle était mal joué par January Jones, quand même…), on croise Pietro, mais Wanda n’existe apparemment pas. Cool. C’est vrai que ça manque, les persos féminins sympas, dans X-Men, il n’y en a quasiment pas (est-ce que quelqu’un va se décider à faire apparaître Psylocke dans un film un jour, oui ou merde ?… pardon). Ah, Malicia et Jean font un caméo à la fin. Youhou ! C’est la fête.

      • Non mais Pietro et Wanda (les enfants de Magnéto donc) ils sont dans le prochain Avengers…

      • Je sais. C’est d’ailleurs moche de gâcher comme ça un bon personnage (la sorcière rouge)

      • Wanda, c’est la gamine que Piotr tient dans les bras quand il regarde la télé.

      • POur PSylocke c’est deja fait: X-Men 3. C’était pathétique. Après qualifier X-Men 3 de film, il faut le dire très vite.

      • Pourquoi gâcher Lisore? C’est quand même la deuxième génération d’Avengers et, à mon sens, elle est plutôt interessante (Onslaught). Et pour Marvel Studio (j’avoue je n’ai absolument pas suivi leur Plan) c’est une bonne méthode de présenter le personnage pour permettre, je l’espère, un prochain Avengers Disassembled et House of M.

      • Je crois que Lisore voulait dire que le personnage avait été gaché, dans le sens pas utilisé alors qu’il aurait eu sa place.

  24. Hâte que vous visionniez Godzilla Monsieur Connard car il s’agit indéniablement de LA bouse 2014 jusqu’a aujourd’hui.
    Xmen fait figure de chef d’oeuvre à coté :\

    • Ah, je l’ai trouvé « pas pire », Godzilla. On dirait un Gojira nippon, mais fait par des ricains. Par contre jamais vu un film où la 3D est aussi inutile (visuellement, s’entend…)

      • Vous parlez du film ou des militaires ont la bonne idée de caché un monstre qui mange des déchets radioactifs… dans une décharge du déchets radioactifs?

        Ou un film dans lequel Godzilla se rend compte après 2h de film qu’il a un vomi surpuissant, super pratique pour buter le MUTO?

        (et là ce ne sont que les défauts scénaristique les plus évidents, je passe sous silence les dialogues pseudo-scientifiques qui m’ont donné envie de m’arracher les tympan à la petite cuillère…)

        Je plussoie RedB75, Godzilla a un scénario qui place X-men days of future past au rang de génie…

        A quand le spoile de Godzilla? en plus un 2 à été annoncé… Siouplais monsieur Odieux!

      • C’est pas si bête comme idée en fait, au moins ça élimine le problème du stockage des déchets nucléaires. Les écolos devraient être contents.

    • Entièrement d’accord avec RedB75, Godzilla, l’arnaque de l’année !!
      J’attends la dissert’ d’Odieux Connard avec impatience.

      J’ai vu le X Men hier soir, franchement j’ai bien aimé. L’évasion de Magneto avec Flash Gordon est génial.

  25. Il est clairement dit dans le film que tant que l’esprit de Wolverine n’est pas revenu dans le futur, se actions n’ont pas de conséquences. Mais j’imagine que ça t’a échappé.

  26. Cher Odieux Connard,

    Tout d’abord, je tiens à vous dire que – bien qu’ayant beaucoup apprécié le film – j’ai trouvé votre réécriture vraiment hilarante! Merci pour ce moment de rire!

    Cependant, je trouve cela vraiment dommage d’avoir autant exagéré certaines incohérences, voire même d’en avoir inventé là où il n’y en avait pas:

    « Magnéto, qui a réussi à se débarrasser du Fauve, est donc bien embêté : ah, comment diable pourrait-il retrouver une changeforme dans la foule ? Si seulement celle-ci avait un objet métallique sur elle, comme disons, une balle dans la jambe pour la repérer… »

    Le fait est que la balle a été retirée juste avant par Magnéto, qui s’apprêtait à la tuer avec!

    Ou encore:

    « et en plus de savoir exactement où placer quoi pour les pirater sans avoir les plans »

    Là encore, il les avait les plans! ^^ Récupérés lors de la conférence, justement!

    Bref, tout cela pour dire que je trouve cela vraiment très intéressant de tourner en dérision un film, surtout lorsqu’on le fait aussi bien que vous et avec – semble-t-il – tant de travail fourni, mais je trouve un peu dommage d’en rajouter autant… S’agit-il là d’erreurs de compréhension ou d’une réelle volonté de votre part d’aller très (TRES) loin?

    Amicalement.

    Archer05

  27. daccord sur ce point. j’adore ces spoils plein d’humour mais pour ce film j’ai l’impression d’un léger baclage de votre part cher connard. comme si vous n’aviez pas vraiment tout suivi…
    des incohérences on peut en trouver plein, genre mystique qui se change en trask… c’est un nain… elle peut donc changer d’apparence et réduire sa taille? mais bon c’est son pouvoir après tout donc pourquoi pas créer des vétements?
    magnéto déplace un stade pour empécher qu’on approche (beaucoup d’éfforts pour pas grand chose vu qu’on a bien remarqué que la sécurité était pas tres nombreuse depuis le début du film) mais une seule voiture de police s’y casse les dents (qu’est ce que je disais a propos du nombre de la sécurité?)..
    il envoit la sentinelle s’attaquer aux mutants (va faire ce pour quoi tu es programmée) et elle cible toute seule le fauve et xavier mais pas magneto qui est pourtant juste a coté… il est plus mutant? (elle le repére quand le fauve camoufle son pouvoir mais bon quoi)

    si je devais remarquer un détail génant ce serait a propos de Serval, lorsqu’il se prend des balles par les mafieux celles ci ne lui font que peu de dommages alors qu’il n’a pas de squelette en adamantium… ça aurait du faire beaucoup plus mal…
    pour shadowcat dans le comics c’est elle qui part dans le passé, je pense que c’est pour garder quand même un lien avec ce personnage qu’ils l’ont rétrogradé au niveau de passeur pour wolverine sans toutefois l’éliminer complétement.
    dans l’ensemble j’ai quand même trouvé ce film tres divertissant même si quelques longueurs (que de blabla) le plombe un peu.

    • Je ne sais pas pourquoi vous tiquez sur les pouvoirs de Mystique, ils sont pourtant clairs dans sa fiche Marvel. Elle peut se transformer en n’importe qui, y compris avec les vêtements et accessoires. De plus, de par sa nature mutante, elle a développé une défense naturelle contre les intrusions psychiques (Xavier étant diminué même avec Cerebro, ce n’est donc pas suffisant).

      Can psionically alter the formation of her biological cells at will. As a result she can cause herself to look and sound like an exact duplicate of any human, humanoid, or semi-humanoid being of either sex, wearing virtually any kind of clothing. Her control is so exact that she can precisely duplicate another persons retina pattern in her own eyes, finger, palm and skin-pore patterns on her own hands and skin, and vocal cords to match voices to the point of corresponding voice prints. While she can make herself look exactly like a person who is physically bigger than herself, she will not weigh as much as the real person does. Although she can maintain the form of a person of her height, weight, and build indefinitely, the longer that she maintains the form of a person physically bigger than herself, the greater the strain she feels.

      Quant à Serval, ce n’est pas son squelette en adamantium qui lui procure sa régénération, mais bien sa nature mutante.

  28. – Pourquoi le Wolverine du futur a des griffes en adamantium vu qu’il les perd dans son deuxième spin-off pourri (le combat de l’immortel) et qu’elles repoussent en os ?

    – Pourquoi la séquence post-générique du combat de l’immortel c’est Charles et Magnéto qui retrouvent Wolverine de nos jour pour lui dire qu’ils ont besoin de lui alors que c’est lui-même qui a l’idée d’être envoyé du futur au tout début du film.

    – Si Kitty crée une nouvelle ligne temporelle qui ne se résout que quand Wolverine revient, alors le futur aurait dû changer quand Wolverine « décroche » à Paris, en voyant Striker.

    A noter qu’il y avait une façon très simple de ne pas faire d’incohérence, c’est la solution Dragon Ball : je créé un futur alternatif, je ne modifie pas mon futur, mais au moins je créé un futur sans sentinelle. Ça a plus de 30 ans et ça marche encore. En plus ça a un côté altruiste et ça évite les paradoxes temporels.

    Parce que bon, je m’envoie dans le passé pour détruire la raison pour laquelle je me suis envoyé dans le passé, merci.

    J’ai l’impression que Singer a pas trop voulu s’emmerder avec les films qu’il a pas réalisé. Genre j’ai besoin dans mon scénario que Charles marche et n’ait pas de pouvoir, hop !
    J’ai besoin des persos que Ratner a tué dans X Men 3 pour X Men Apocalypse, hop, reboot !

    • A noter que c’est également la façon qu’à Marvel dans ses comics de gérer le voyage dans le temps: Impossible de modifier son propre présent, on crée simplement une réalité alternative.

  29. Quelque chose m’a frappé mais je me demande si je ne me trompe pas vu que personne n’en a parlé ici.

    Mystic a donc tué le fameux Trask en 73 dans l’histoire de la première trilogie. Sauf que quand Xavier du futur raconte cela, il précise aussi qu’elle a été capturé pour créer les Sentinelles… Mais elle est relâchée par les méchants ?

    J’ai bien aimé le début de l’histoire et le perso du Vif-Argent mais je trouve l’histoire de Magnéto totalement incohérente. Juste pour rallonger le film. Pourquoi il se tape un trip à contrôler les Sentinelles, le Stade etc etc. Alors que tout ce qu’il veut c’est la même chose que les héros. Ça n’a aucun sens de faire des menaces et de faire haïr les mutants. Très déçu par la fin.

    • Magnéto ne veut pas la même chose que les héros, il souhaite la suprématie des mutants sur la race humaine!

  30. Excellente critique, me suis bien marré. Vraiment dommage toutes ces incohérences qui massacrent le film, car les scènes d’action sont plutôt sympa.
    L’incohérence qui m’a le plus choquée est la scène du JT français de 1973, parlant d’ADN. Joli anachronisme! Ils auraient pu tout aussi bien nous parler d’internet.

  31. Chouette article!

    Néanmoins, votre vision du temps est toute aussi erronée que la leur.

    « People assume that time is a strict progression of cause to effect, but *actually* from a non-linear, non-subjective viewpoint – it’s more like a big ball of wibbly wobbly… time-y wimey… stuff. » The Doctor

  32. Je viens de découvrir ce blog, et bon sang qu’est-ce que j’ai ris ! Tes critiques de films me rappellent les vidéos de la chaine Youtube CinémaSins.

  33. Toujours aussi bon.Par contre, je voulais savoir: est-ce qu’un billet sur des series a deja été fait?(je pense notamment a game of thrones)

    • il y a eu un article sur Grey’s Anatomy mais ce n’était pas un spoiler, sinon tu peux chercher « série » avec la barre de recherche du blog. Mais rien qui ne concerne directement GoT (il m’a sembler que l’Odieux aimait plutôt bien)

  34. Monsieur connard, pensez-vous faire une critique de Godzilla ? Vous qui aimez les incohérences et les scénarios bancals, vous allez vous régaler ! J’ai hurlé intérieurement à plusieurs reprises !

  35. Moi si on arrive à m’expliquer comment Serval (m’en fous) peut être heureux que Tornade (m’en fous bis) soit en vie alors qu’il ne sait pas qu’elle est morte, je suis preneuse :p
    Après on en a fait des caisses sur ce film. Pour moi il est plutôt bien fait malgré les incohérences, Chouineuse Mystique et Fiotte Xavier. Depuis qu’on nous a expliqué il y a bien longtemps, que XMEN 3 était ‘le film qui réconcilierait les fans des comics avec ceux qui aiment la version ciné’ (mahaha) bah je n’en attends pas plus.

  36. Sinon y avais une autre solution sénaristique qui règle tout les problèmes.

    Pourquoi ils n’ont pas pris leur jet pour envoyer wolverine dans le passé?

    Ils restaient perpetuellement en mouvement et plus le problème du « oh mince, il faut bouger, on va se faire éclater la gueule !! » ?

  37. Et encore, on ne parle pas de l’ascenseur vers la prison haute sécurité de Magneto qui débouche sur les cuisines, de Vif Argent qui peut soulever un garde avec une main, d’encore Vif Argent qui pense au coup du lapin pour l’accélération, mais pas le freinage, Mystique qui ne peut pas se battre si elle n’est sous sa forme de force bleue…

  38. Omar Si n’a finalement quasiment rien à dire dans le film
    sauf que dans les médias français, on en parle autrement
    on aurait pu croire qu’il avait un vrai rôle

  39. Moi, il m’avait bien plu ce film. Odieux, il suffisait de laisser ton cerveau chez toi avant d’aller voir le film, comme je l’ai moi-même fait.

    • Ah bah ouais tiens, ne reflechissons plus, laissons les trucs débiles défiler sans réagir, c’est tres bien comme attitude ça. C’est à cause de ce genre de comportement que Hollywood crache à la gueule des spectateur en les traitant comme des imbéciles, de plus en plus.
      Mais l’Odieux à deja expliqué ça dans un de ses articles.
      Ah lala, Idiocracy, ce film visionnaire……

      • Assez intelligent pour voir toutes les incohérences d’un film, juger toute la filmographie actuelle d’un simple regard mais pas assez pour obtenir ne serait-ce qu’une once de tolérance et de second degré… M’oui, bon. Si l’intelligence, pour toi, c’est de dire que le salut de l’humanité passera par une loi interdisant les films gros budget/gros spectacle au profit des films d’auteur, laisse -moi te faire connaître mon désaccord sur la question. Il en faut pour tout le monde, même pour les imbéciles.

        Oh, et si tu pensais défendre courageusement l’odieux connard en répondant violemment à mon commentaire, c’est très con, parce que c’était pas une attaque, c’était à prendre au second degré. Mais après ton message, je comprend que cette notion t’es étrangère.

      • C’est pas un peu beaucoup caricatural de dire qu’il n’existe pas de film intermédiaire entre le film d’auteur chiant et le blockbuster qui se fout ouvertement de la gueule des spectateurs ?
        Personnellement, je ne demande pas la lune, je n’aime pas chercher la petite bête sur les incohérences. Je demande simplement à avoir un film qui soit autre chose qu’un enchaînement de scènes d’action avec des énormités pour les faire tenir ensemble. La plupart du temps, il n’y a pas besoin de grand chose comme changement à un blockbuster pour avoir un film de qualité scenaristique nettement supérieure. Et d’ailleurs la merde se fait souvent au montage, donc c’est pas un gros effort.

      • Le film d’auteur chiant d’ailleurs se fout carrément plus du spectateur qu’un blockbuster.
        Et idiocracy je trouve qu’il mériterait bien un petit article ici.

      • A parceque y a rien entre le film d’auteur et le blockbuster débile ? Enfin chais pas moi, genre…..le blockbuster pas débile par exemple ?
        Il en faut ptet pour les imbéciles, mais si ceux ci deviennent les plus nombreux et interdisent toute once de reflexion, ce n’est pas une bonne chose.

  40. Petite question à l’ensemble des lecteurs mais surtout des commentateurs aguerris :
    Sans voyage dans le temps, comment Magnéto a-t-il fait pour se sortir du bunker où il est enfermé ?

  41. Bouarf

    – Dans mon (vague) souvenir, Trask fait son article dans une salle en marge de la conférence de Paris, et son public est alors uniquement composé de Soviétiques et de Vietnamiens (ce qui explique indirectement pourquoi les gens entrent facilement, ce n’est pas la conférence). Cela explique aussi pourquoi à la fin dans le journal il est inculpé d’avoir vendu des armes à « des puissances étrangères » (encore une fois si ma mémoire ne me trahit pas).

    – Et puis bon, il faut être aussi un peu de mauvaise foi pour ne pas se rendre compte que les mutants au Vietnam font partie d’une unité spéciale qui tire parti de leurs facultés, mais qui est sur le point d’être démobilisée.

    Odieux Connard, à force d’avoir le sentiment (concevable et justifié) d’être pris pour un con par le(s) film(s), tu finis malheureusement par voir des scènes incohérentes et absurdes partout, même lorsque le film fait de laborieux efforts pour que ce ne soit pas le cas… Cela dit, je dois avouer que la logique est dans le juste 95% du temps, alors bon je me permets juste de pointer les quelques rares faux-positifs…

  42. « et la police française sont occupées à lire du Proust en fumant la pipe près de la cheminée ». Je pensais qu’on ne pouvait que relire Proust.

  43. Des pistolets en plastiques, il fallait le faire. C’est vraiment du Foutage de Gueule. Moi perso, si j’étais dans le film, avant de retourner dans le passé, je noterais tous les numéros sorti au tirage de l’EuroMillions et du Loto, comme ça aucun problème financier, même la crise n’aurait aucun effet, ça réglerait le plus gros problème.

    Sinon, excellente critique comme d’habitude mais ce film, quel navet !

    • Il doit y avoir un producteur qui puise ses idées sur ce blog, parce que ça commence à faire beaucoup de coïncidences …

  44. Et personne ne tique sur le fait qu’entre les années 70 et le futur de « days of future past », Trask ne semble pas exploiter ses sentinelles ?… Il lance sa guerre des sentinelles, genre, quarante ou cinquante ans après qu’il puisse déjà le faire… Franchemement, situer l’action du film à cette époque alors qu’il n’est jamais question des sentinelles dans les précédents films X-men, ça me paraît être la plus grave des incohérences, non ?

    • Pour l’avoir vu avant hier, j’ai pu constater qu’effectivement, l’OC a clairement « inventé » certaines incohérences (le fait que mystique parte avec une balle dans la jambe alors que magnéto lui a arraché, le fait que ce ne soit pas le professeur Xavier qui parte alors qu’il le propose de lui meme au début du film, Le fait que le futur se remette en place que quand Wolverine revienne est expliqué par shadowcat, etc…)

      Certes, c’est capillotracté, il y a des incohérences, mais pas autant que le spoiler le laisse entendre (après tout, il y a odieux dans son nom, la mauvaise foi est son arme).

      Pour répondre au commentaire précédent, l’incohérence majeure a été de parler des 3 films précédents et de les inclure dans la ligne temporelle. Si l’on omet les 3 premiers films, on peut considérer que les evenements des sentinelles sont d’une seule et meme ligne temporelle. Les sentinelles ont été déployées peut après l’arrestation de mystic, ce qui a mené au chaos 50 ans après. (elles ont pas foutu le boxon en 2 mois hein, meme si nos heros se rendent compte qu’ils peuvent voyager dans le passé/utiliser leurs pouvoirs de télépathie, bref, résoudre le problème un peu moins que 5 minutes avant la fin du monde) du coup, le fait de résoudre le problème trask resoud les problèmes des x mens, et ils peuvent donc vivre un futur tout choupinou. Le fait de parler de la trilogie dans le film inclut clairement l’incohérence dont vous parliez ,avec les sentinelles et les evenements du film qui ne sont jamais évoqués par la suite.

      Il faudrait donc voir ce film comme un stand alone, une aventure de x men, comme cela se fait dans les comics, avec wolverine qui se transforme en zombie par exemple. (parce que oui, cela arrive).

  45. pourquoi Mystic? elle s’appelle Mystique (même en VO)
    elle est tout à fait capable de générer une fausse canne grâce à son pouvoir (mais ne pourra pas s’en séparer) et de plus sa nature métamorphe rend son esprit difficile (voire impossible) à pénétrer (de plus elle a passé sa jeunesse avec Xavier qui a du lui enseigner des trucs pour contrer son pouvoir (je sais pas comment mais c’est faisable)

    sinon rien à redire

  46. Le président s’adressa à Trask d’un ton belliqueux: j’ai une idée, on va déclarer la guerre à tous les mutants et vous allez me fournir les armes. J’endetterai le pays de 3 fois le PIB pour ca!
    Trask, enthousiaste à l’idée d’endetter à vie la plus grande puissance mondiale à son bénéfice, lui proposa ses sentinelles concues pour contrer Magnéto. Un toussotement se fit entendre.
    – Oui colonel Roudoudou, vous avez une suggestion?
    – Mr le président, certains mutants se battent contre nous et d’autres leur cassent déjà la figure pour nous protéger. Si nous déclarons maintenant la guerre à tous les mutants, nous allons les unir contre nous, alors qu’en aidant ceux qui se battent déjà pour nous, techniquement nous aurions des super soldats gratuitement!
    Un bruit sourd se fit entendre et le colonel roudoudou s’effondra. Trask s’écria: « NOOONNN ROUROUDOU POURQUOI? Pas toi! Tu étais si intelligent! »
    – « aaaarrrgh Trask… c’est quoi ce pistolet dans ta main?
    – Ah non rien du tout, c’est un crucifix
    – Ah ok… *marion cotillard*
    – Nous disions donc des sentinelles pour tuer tous les mutants?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s