Hi, Frankenstein

« Plus haut, Diego, plus haut !« 

Le pauvre serviteur s’échine à tirer sur la chaîne du treuil en maugréant, alors qu’au-dessus de lui, le plafond s’ouvre lentement, laissant entrer de lourdes gouttes de pluie dans le laboratoire encombré. Il pousse un léger couinement en voyant un éclair pâle courir le long des nuages noirs au-dessus de lui, puis voyant son employeur sourciller en le fixant depuis l’abri de ses lunettes de soudeur, il reprend son ouvrage et tire de plus belle sur la chaîne.

« Patron… gnnn… c’est pas pour dire mais… gnn… pourquoi ?
– Pour la SCIENCE Diego ! La science ! 
– Gnnn… on pourrait pas… lire des livres… gnnnn… plutôt ?
– Allons Diego ; dans le domaine des sciences, il y a deux types de personnes : ceux qui lisent les livres et ceux qui les écrivent.  Aujourd’hui, nous intégrons la deuxième catégorie.
– Bin oui mais alors… gnnn… comment on appelle…. gnnn… ceux qui citent des livres… pour pour en écrire de nouveau… dans l’espoir d’être cités par d’autres un jour ?
– Des doctorants, Diego. Maintenant,  bloque tout ! La plate-forme est en position ! »

0

Tout en grognant, le garçon s’échine à faire comme il lui est demandé et enroule le peu de chaîne qu’il lui reste en main autour d’une amarre de fortune, avant de baisser ses propres lunettes de soudeur. Il jette un œil à son maître en train de tirer sur ses gants de caoutchouc avant d’aller examiner de larges manettes sur une machine couverte de compteurs aux aiguilles tremblotantes. Tout en examinant ses instruments, il répète une dernière fois.

« Vois-tu Diego, maintenant que la plate-forme est en position, et si mes calculs sont exacts, à 23:59, la foudre devrait frapper les paratonnerres situés là-haut, pour courir le long des câbles et traverser l’ensemble du laboratoire, captive, pour alimenter tout ce que tu vois ici. Elle retournera vers la plate-forme pour circuler dans les restes que j’y ai assemblé tant bien que mal, puis elle redescendra jusqu’à l’allume cigare qui est ici, parce que s’allumer un barreau de chaise avec la puissance du tonnerre, c’est un peu la combinaison ultime de Zeus et du CAC 40, autant de dire qu’avec ça, tu fais rêver tout amateur qui se respecte. Ensuite, on redescend le tout, et logiquement, l’expérience est complète. 
– Oui mais…
– Surveille ta montre malheureux ! Regarde, la foudre va frapper d’une minute à l’autre ! Vite Diego, mettons nous à l’abri du… »

0

Un impressionnant flash éblouit les deux hommes qui sont jetés au sol dans un bruit terrible alors que la foudre frappe, comme prévu, la plate-forme qui dépasse du toit du laboratoire et que les câbles alentours crépitent de l’énergie qui les parcourt. Durant quelques secondes, on entend plus que le grondement du tonnerre à l’extérieur ainsi que le bruit des étincelles jaillissant de-ci de-là, et puis finalement, tout retombe et le silence revient accompagné d’une forte odeur de brûlé.

« Diego, la plate-forme !« 

Un coup de pied sur l’amarre, une main sur le treuil, et bientôt, la plate-forme recouverte d’un drap à demi-calciné redescend. D’un geste vif, la toile est dégagée et l’expression surprise des deux hommes devient rapidement, pour l’un d’entre eux du moins, celle d’une joie sincère.

« Nous l’avons fait Diego ! NOUS L’AVONS FAIT !
– Reproduire le générique de Code Lisa ?
– Qu’est-ce que… qu’est-ce que c’est que ces références Diego ? Remets-moi tout de suite ça dans les années 90 où tu l’as trouvé. Non, regarde : il y a ici un SCRIPT ! Je te l’avais dit : fini, le fait d’écrire soi-même son propre scénario pourri ! En reprenant de vieux scripts et en les assemblant, ma machine permet de produire un nouveau film reprenant tous les éléments des anciens, mais avec une couverture toute neuve ! A moi, la gloire ! »
0
 

Diego se tripota le menton, circonspect.

« Oui d’accord, mais alors ça a donné quoi, là, votre expérience ?
– Tu vas voir : j’ai assemblé des pages de poncifs avec des pages blanches pleines de rien. Et la machine nous donne… « I, Frankenstein » ? Ma foi, cela fleure bon l’étron : tout ce qui se vend ! Regarde, c’est même marqué « 3D » !
– Seigneur… qu’avons-nous fait… nous… nous n’aurions pas dû ! »

0

Quelques secondes plus tard, Diego se recevait un script sur le coin du nez pour avoir osé douter. Il mit cependant deux bonnes minutes à réaliser qu’on lui avait jeté quelque chose, tant le script en question était léger.

Alors, I, Frankenstein, distraction sans prétention ou grosse bouse à 68 millions de dollars ? Le suspens est insoutenable : spoilons mes bons !

_______________________

L’affiche : « Le seul espoir de l’humanité n’est pas humain » ? Je la connaissais avec « Le seul espoir de la gauche n’est pas socialiste. »

Notre histoire commence il y a près de deux siècles, alors qu’un homme en porte romantiquement un autre dans ses bras au travers de divers paysages sauvages mais plutôt gelés, et que la voix off du Monsieur en question nous explique de quoi il retourne : « Je suis un monstre. Bon, ça ne se voit pas trop parce que je suis surtout un bellâtre avec deux pauvres cicatrices et une paire de grosses chaussures pour faire soi-disant monstrueux, mais quand même, faites un effort. Figurez-vous que je suis né dans un laboratoire, mon créateur, le docteur Frankenstein, ayant eu la bonne idée de voir si à partir de cadavres il ne pouvait pas reconstituer un être humain en état de fonctionnement, comme ça, pour rigoler. Après plusieurs échecs, qui pour la plupart devinrent animateurs sur des chaînes de la TNT, il a fini par créer un être habité d’un semblant de vie : moi. Sauf que voyez-vous, il a fini par prendre peur, lui et moi nous sommes fâchés, et comme quand je suis grognon, je suis taquin, j’ai buté sa femme, hop. Étonnamment, le docteur ne l’a que moyennement bien pris, et il s’est mis en tête de me tuer. Mais comme j’ai fui en plein hiver, et qu’en tant que super cadavre, moi, le froid, je m’en cogne un peu, et bien papounet en me suivant a pris froid et est mort comme une crotte. C’est ballot, ça fait moyen comme épitaphe « Il avait oublié son écharpe, il a chopé la mort ». Cela dit, je suis pas rancunier, je suis même plutôt  un gars sympa : j’ai transporté son corps sur des kilomètres pour le ramener jusqu’à son caveau familial (ce qui, au passage, vous fera sûrement regretter que le film ne soit pas en odorama puisqu’après des jours de voyage, il devait un peu commencer à sentir le roquefort), où je l’ai enterré et là…« 

Là, notre film commence.

A savoir qu’alors que le « monstre » vient d’enterrer son créateur et contemple son travail avec la satisfaction du devoir accompli, un sentiment que je connais bien, voilà que trois fossoyeurs-ninjas (la tenue du premier, les déplacements du second) apparaissent autour de notre larron, et lui jettent des regards pas bien clairs. La créature de Frankenstein va-t-elle en une seule et même soirée, découvrir l’amour, les tournantes en caveau et la première rude mise à l’épreuve du travail de couturier du docteur Frankenstein ? Nenni. L’un des fossoyeurs retire sa capuche de racaillou et son visage humain se transforme soudain en tête de vilain sorti d’un épisode de Buffy contre les vampires. Il pointe alors notre héros d’un doigt qui en dit long sur ses soucis de manucure.

« Toi ! Créature de Frankenstein, suis-nous !
– Ah oui ? Et pourquoi faire je vous prie bande de canaillous ?
– Naberius, le prince des ténèbres, veut te voir !
– Et si j’ai pas envie ?
– Alors on va te tataner la face ! »

0

Et à peine le sujet lancé, les larrons passent à l’action. Hélas pour eux, la créature de Frankenstein est super forte et distribue des taloches comme d’autres des tracts à la sortie de Monoprix. L’ennemi est cependant résistant, et mis dans une mauvaise posture, notre héros se retrouve contraint de dégrader le mobilier local pour se défendre, à savoir qu’il attrape une croix étrange située à proximité, ressemblant plus à un panneau indicateur qu’à un symbole chrétien, et plante alors son ennemi avec… dont le corps est soudain victime d’une sacrée combustion spontanée, et qu’une boule de flammes s’échappe de ses cendres pour mieux voleter et aller s’enfoncer dans le sol dans un fameux vrombissement !

« C’est pas banal« , se dit donc notre héros en contemplant tour à tour les cendres et le panneau indicateur. Ce serait un panneau « Vesoul« , on comprendrait que ça fasse cet effet, mais même pas.

Ce qui est encore moins commun, c’est que deux gargouilles, perchées sur la chapelle locale, s’animent donc à la vue de ce qu’il vient de se passer et interviennent pour péter la gueule aux deux derniers fossoyeurs ninjas, qui à leur tour, finissent en boule de flammes s’enfonçant dans le sol. Cela fait, elles attrapent notre loulou et l’emmènent jusqu’à une ville non loin où se dresse une majestueuse cathédrale qui s’avère être leur QG. Sitôt notre héros déposé dans l’une des tours, les gargouilles l’enchaînent puis prennent une apparence humaine, principalement parce que ça coûte moins cher en effets spéciaux. La créature de Frankenstein ne comprend donc pas trop ce qu’est ce bordel jusqu’à ce qu’arrive dans la pièce où elle se trouve une femme qui contrairement aux autres, ne porte pas pas une armure kitschouille mais une robe qui chatoie : mais qui est-ce donc ?

« Bonsoir, créature.
– Bonsoir… attendez, je vous ai pas déjà vue quelque part ?
– Hem… heu, non, vous devez confondre, hihihi.
– Mais si, votre tête me dit trop quelque chose !
– Chut je… écoutez, concentrons-nous sur…
– Ho sacrebleu ! Vous êtes Eowyn, du Seigneur des Anneaux ! Mais attendez, qu’est-ce qu’il s’est passé ? Qui a touché à vos pommettes ? Comment avez-vous pu prendre 25 ans en 10 ? Vous… vous contrôlez l’espace-temps ! Ou le chirurgien de Carla Bruni, c’est pas possib’ !
– Bon, ta gueule mon petit, écoute plutôt. Je suis la Reine des Gargouilles, mais tu peux m’appeler Leonore. Autour de toi se trouvent mes fidèles gargouilles : Beau Gosse et Belle Gosse, qui t’ont sauvé au cimetière où ils se baladaient par hasard, à côté de moi, le Monsieur qui n’arrête pas de répéter qu’il faut te tuer parce que tu es un monstre, c’est Gédéon, et toi mon biquet, comme tu n’as pas de nom, je vais t’en donner un : Adam.
– Super. Gros travail de recherche.
– Dis-donc, ton père t’a reconstruit à partir des morceaux des plus grosses langues de putes du cimetière ou bien ? Bon, alors. Sache que ceux qui t’ont agressé là-bas sont des démons. Ils sont méchants, comme leur nom l’indique. Et nous, nous sommes des gargouilles, envoyées par Dieu pour protéger l’humanité. Nous sommes en guerre depuis le début des temps, et ça risque de continuer encore un moment, alors sache que tu viens de te retrouver en plein milieu d’un champ de bataille dont l’enjeu n’est rien d’autre que l’humanité ! Je devrais suivre l’avis de mon lieutenant Gédéon et te tuer, car tu es une abomination qui n’a pas reçu sa vie de Dieu, mais je pense aussi que toute vie est sacrée – en plus il me faudrait un méga-cintre pour t’avorter maintenant – et donc que tu mérites une chance de trouver ta place en ce monde. Je te donnerai des armes pour te défendre, et libre à toi de combattre à nos côtés ou de chercher la paix loin d’ici.
– Okay pour les armes. Mais pas pour la guerre. Je m’équipe et je me barre, réglez vos affaires entre vous.
– Fort bien ! Belle Gosse, Beau Gosse, accompagnez-le à l’armurerie. Gédéon, suis-moi il faut que l’on cause. »

0

Tout le monde semblant plus ou moins d’accord avec ce plan, commençons par suivre Léonore et Gédéon qui vont papoter dans un coin : on a retrouvé dans les affaires du Docteur Frankenstein, entre deux pelles, une aiguille, une carte des tombes de stars du porno et trois rouleaux de fil à coudre son journal personnel (qui est marqué d’un gros « F » parce que tout scientifique qui se respecte prend ses notes dans un grimoire customisé par Valérie Damidot herself, et non dans des carnets du commerce), avec tout le mode d’emploi pour créer des êtres vivants à partir de cadavres. Léonore explique que ce document est super précieux : il prouve que Dieu n’est pas le seul à pouvoir donner la vie, alors vite, il faut planquer de bidule et ne rien en dire à Adam pour que personne ne puisse jamais trouver et utiliser ce journal !

Oui, dans ce cas, il y a une excellente méthode qui s’appelle « le détruire« . Ça fait une super cachette aussi, je recommande. Mais c’est vrai que ça demande un peu de technique, pfou.

Ah non mais un journal comme ça, autant vous dire qu’à chaque fois que le Docteur Frankenstein faisait une rature, il pleurait. Au prix où il avait payé la couv’, merde.

De son côté, Adam suit donc Belle Gosse et Beau Gosse, qui l’emmènent à l’armurerie de la cathédrale où se trouvent tout un tas d’armes, toutes marquées de la croix de l’ordre des gargouilles, celle-là même qui ressemble à un panneau indicateur ! Parce qu’une seule barre, c’est la croix chrétienne, deux, c’est la croix de Lorraine, alors trois, c’est Super Croix.

« Super Croix ? » demande alors Adam, un peu circonspect

« Oui Adam : pour tuer un démon, il faut le tuer avec n’importe quel objet marqué de la Super Croix. Donc ici, on a plein d’armes où ce symbole est gravé, qui peuvent donc malaxer du démon à la pelle. Une fois un démon tué, son corps se pulvérise et il « descend » sous la forme d’une flamme, pour retourner vers les enfers.
– Simple question, comme ça, innocente, tranquille Emile : comment on tue une gargouille ?
– Je ne vois aucun inconvénient à te répondre, c’est bien naturel Adam : il suffit que nous soyons frappés par une créature sans âme, et hop, nous « montons », sous forme d’une bouboule de lumière, vers les cieux. Et c’est bien ça le problème : depuis des siècles, on perd la guerre, on est de moins en moins nombreux, alors que les démons ont toujours leurs 666 légions.
– Dieu avait dû tout miser sur un rush en début de partie, et maintenant il n’a plus de ressources. Ça pue le joueur Zerg.
– Pardon ?
– Non, rien. Bon, je peux choisir l’arme que je veux ?
– L’arme que tu veux : épée, hallebarde, espadon, fléau à…
– Je vais prendre les petits bâtons.
– Mais ? Mais enfin Adam, tu es con ? C’est la pire arme du lot ! En plus elle est super pas pratique à manier !
– Syndrôme de Jar-Jar Binks, mec, tu devrais connaître depuis le temps : quand tu dis à un héros de mauvais film de ne pas faire quelque chose, il le fait aussitôt. Tu viens de me dire « Tout sauf les bâtons » : je prends les bâtons.
– Ho, misère…
– Et maintenant, je me casse : salut les nazes ! »

0

Les gargouilles  insistent bien pour qu’Adam reste et les aide à péter des mouilles démoniaques, mais le brigand s’en moque : il a décidé d’aller s’isoler loin de la civilisation comme un gros hippie, histoire de fumer des pétards, jouer du djembé et sentir le patchouli. Adam reprend donc, en voix off, le récit de ses pérégrinations.

« Je décidais alors de m’éloigner de l’humanité, des gargouilles et des démons. Je restais là, des siècles, à m’entraîner seul avec mes bâtons pourris. Je me suis longuement entraîné. Ne me demandez pas comment : j’ai probablement appris le Taekondo avec un mulot et la science du bâtonnet auprès d’un vieux saumon ayant baroudé en son temps, toujours est-il que durant près de deux siècles, je suis resté là, loin de tous, à faire ma petite vie de cadavre ambulant. Et puis un jour, les démons m’ont retrouvé.« 

Et bougon, notre héros a décidé de leur tendre une embuscade. Avec une logique imparable : il a deux bâtons et un slip. Attendez, non : restons-en aux bâtons, sinon, ça va dégénérer cette affaire. Vous vous dites « Il va attendre caché et mettre des coups de bâtons aux méchants » ? Naïfs que vous êtes. Je vous donne l’étape 1 du plan : il plante un bâton, bien en vue, dans une clairière. Là vous me répondez « Ah nan mais j’ai compris : avec un bâton, il fait un leurre, et il leur pète la gueule avec l’autre ! » hé bien non, toujours pas. En fait, le deuxième bâton il… il… bah il s’en fout. A la place, il cherche l’arme la moins pratique qui soit (non, pas le slip, j’ai dit d’arrêter avec ça), à savoir un vieux silex qu’il grave de la Super Croix… et il attaque les méchants avec.

Oui oui : le film vous explique que le type passe deux siècles à apprendre à manier le bâton, et le jour où il doit s’en servir, il fait tout à coups de cailloux.

Okay. D’accord. Bien bien.

Je crois que je commence à comprendre le principe des films avec des lunettes 3D : c’est pour compliquer les échanges de regards allant du dubitatif au carrément consterné entre les spectateurs. Ça se tient.

Après avoir meulé les margoulins, notre ami Adam se dit donc que bon, hein, si c’est comme ça, il va aller le trouver, là, Naberius le prince des ténèbres, et le calmer une bonne fois pour toutes. Peut-être qu’ensuite, il le laissera tranquille. Pas de problème donc : Adam décide de retourner en ville (il n’y en a qu’une seule, celle avec la cathédrale aux gargouilles, pouf) où les gens le regardent bizarrement, lui et sa tête toute couturée. Il va donc en boîte de nuit (parce que les videurs adorent laisser rentrer ce genre de bad boy) puisque chacun sait que les démons se cachent toujours là où on diffuse du David Guetta, et il repère un groupe de loulous qui seraient bien du genre démoniaque (il le sait parce que… mais si, parce que… raaah, vous savez ! Bref, il sait, chut maintenant). Il en prend donc un en filature jusqu’à une ruelle tranquille, où bien vite, le démon décide que ça ne se passera pas comme ça et engage le combat.

Pas de bol pour le démon : ça tourne à l’avantage d’Adam. Pas de bol pour Adam non plus : un gardien de la paix qui passait par là les menace de son arme.

« Non vous faites erreur Monsieur le gardien de la paix, il ne se passe rien dans cette ruelle. Quoi derrière-moi ? Mais non, c’est juste un feu grégeois avec des copains, c’est rien; »

J’en profite : il n’y a en tout et pour tout que deux scènes dans le film où il y a des gens dans les rues, et vous êtes en train d’en suivre une. Oui, tout le reste du film l’immense ville est intégralement vide. Pas une voiture, pas un pinpin, pas un bruit, rien. Vous verrez, ça appuie pas mal de scènes absurdes. C’est chouette quand même : après les réalisateurs qui oublient de faire des enchaînements logiques entre jour et nuit, voici ceux qui oublient de peupler les villes. On va dans le bon sens.

Mais revenons à notre scène au suspens insoutenable.

« Frise, Maüser fucker ! » (je vous rappelle que nous sommes plutôt du côté des peuples germains, je m’adapte)

Nos deux combattants sont bien étonnés de cette intervention, et le démon en profite pour s’échapper et utiliser sa vitesse surhumaine pour tuer l’agent des forces de l’ordre d’un coup de gros doigt dans la carotide. D’autres démons arrivent alors, Adam en profitant aussitôt pour les tabasser frénétiquement, mais hélas, cela a tout de même permis à celui qu’il suivait au début de s’enfuir sans donner la cachette de Nabérius son maître. Crotte de bique ! Sur ces entrefaites, une gargouille surgit de nulle part et emmène Adam loin dans les airs pour le rapatrier à leur cathédrale de QG. Il s’en passe des choses dites-donc, dans les ruelles !

Mais Nabérius, me direz-vous, justement, où est-il ?

Il n’est pas loin en fait. A deux pâtés de maisons de la cathédrale, même (véridique), parce qu’il a le monde entier pour se planquer, mais il s’est dit que ce serait plus chouette de s’installer juste en face du QG de ses ennemis éternels histoire de pouvoir leur faire coucou le matin en mangeant ses Smacks (les démons adorent les Smacks). Tout à fait logique. Et Nabérius, sous son apparence humaine, est le patron d’une grosse société qui s’intéresse à plein de trucs médicaux. Ce pourquoi il a recruté Jeannine, électrophysicienne, qui travaille avec son bon ami Jacques dans un laboratoire du coin à essayer de rendre la vie à des créatures mortes, comme par exemple, des souris ou Garcimore. A noter que pour de mystérieuses raisons, même la souris sur laquelle ils travaillent a la gueule couturée dans tous les sens façon Docteur Frankenstein.

Je rappelle que si le bon Docteur a ainsi créé une créature toute recousue, c’est parce qu’elle était constituée de plusieurs cadavres. Alors à moins que nos scientifiques n’aient pas été foutus de trouver une souris entière, ce qui laisse rêveur quant à leurs compétences de « chercheurs », il n’y a aucune raison à ce que la souris soit couturée. Sauf bien sûr, cramer le budget accessoires d’un réalisateur à la ramasse pour rajouter des incohérences à son film déjà bien bancal.

Merci, Hollywood. Tu arrives encore à me surprendre. Pour rappel les enfants, quand vous vous mouchez et que vous trouvez des bouts de cervelle dans votre sopalin, c’est qu’il est temps d’aller à l’hôpital, pas de devenir réalisateur. Mais je sais : tout cela est un peu élaboré.

Donc, disais-je, notre électrophysicienne a ce soir une grande mission : faire une démonstration d’électro-nécromancie (c’est ce qui se passe plus ou moins quand les Daft Punk tombent sur le Nécronomicon, si vous voulez), devant Jean-Jacques Nabérius, son patron. Dans son labo super high-tech (mais n’ayant pas assez de budget pour une souris entière, donc), elle explique comment cela va se passer : ils vont mettre le petit cadavre dans un gros tube en verre, lui envoyer ouat’mille volts, et puis pouf, ça devrait marcher.

Ah oui, grosse scientifique, donc. Allez, en route, envoie la sauce, Jacques.

L’expérience consiste donc à envoyer du jus, puis plus de jus parce que ça marche pas, puis encore plus, et pouf, ça marche : les organes vitaux de la souris redémarrent. Mmm. Je vois je vois.

« Youpi ! » fait donc Jeannine. « Youpi ! » fait donc Jacques. « Fuck yeah ! » fait donc Nabérius avant de quitter la salle d’observation pour rejoindre le laboratoire et congratuler ses employés. Puis, il discute des résultats de l’opération.

« Bravo Jeannine, vous avez fait de l’excellent travail. Quand peut-on passer à la phase 2 ?
– Ressusciter des humains ? Ho bin pas de suite, hein, là c’était une souris. Je sais plus trop mais je crois avoir lu qu’il y avait une paire d’étapes entre la souris et l’humain. Genre l’enfant. Et puis ça n’a jamais été fait !
– Jeannine… connaissez-vous l’histoire de Frankenstein ?
– Bé oui, mais c’est une histoire pour faire peur aux enfants ! En plus dedans le truc absurde, c’est que le Docteur Frankenstein a mystérieusement disparu. Vous pensez vraiment que s’il avait réussi à créer la vie, il ne serait pas directement venu danser la zumba sur le bureau du patron de l’université locale tout en faisant des remarques désobligeantes sur sa mère ? De toute façon, cette histoire est impossible.
– Ah bon, et pourquoi ?
– PASSQUE A L’EPOQUE ILS AURAIENT JAMAIS PU TROUVER ASSEZ D’ELECTRICITÉ ! »
0

C’est marrant, parce que moi, j’avais cru comprendre que le passage culte de l’histoire de Frankenstein, c’était justement quand il utilisait la foudre pour ses travaux. Mais peut-être qu’elle a lu la version revue par Okapi, où la foudre a été remplacée par une pile LR6 pour ne pas choquer les lecteurs. Si vous avez une meilleure explication qui n’implique pas de comparaison entre Jeannine et un bulot, je suis preneur. En tout cas, notre bon docteur, pas décontenancée, reprend.

« Et puis cette histoire a jamais existé, en plus.
– Mmmm… et si elle avait existé… que vous faudrait-il pour étudier les travaux du docteur Frankenstein ?
– Ah bin maintenant que vous avez évoqué cette théorie, et pour le reste du film quand bien même je viens de dire le contraire dans la ligne de dialogue précédente, je ne vais plus parler de l’histoire de Frankenstein que comme un fait avéré. Donc bin, Frankenstein était un scientifique, il a sûrement pris des notes. Avec ses notes, je pourrais avancer sur le projet bien plus vite.
– Bon, très bien, je vais voir ce que je peux faire. »

0

Et Nabérius s’en va donc un sourire aux lèvres, parce qu’il en sait plus que Jeannine : il sait que non seulement le docteur Frankenstein a bien existé, mais qu’en plus, il a bien créé un être nommé Adam. Qui est en ce moment en ville et tue des démons, comme l’en a informé celui qui avait réchappé à la baston dans la ruelle. Et Nabérius a aussi appris qu’Adam était actuellement à la cathédrale des gargouilles. Et soupçonne ce vilain garnement ou les gargouilles d’avoir le journal de Papa Frankenstein. Il charge donc son meilleur commandant de légion infernale, Bob, de régler cette histoire d’une manière ou d’une autre, par exemple en allant demander gentiment. Ou en butant tout le monde, attention Bob, tu as le choix.

Allons donc voir ce qu’il se passe justement du côté de la cathédrale, où Adam a été emmené un peu plus tôt.

Celui-ci a été accueilli non pas à bras ouverts, mais plutôt à coups de pied au cul, puisque les gargouilles l’ont enchaîné à une chaise (Adam est super fort, mais péter une vieille chaise vermoulue, impossible) et que Léonore se pointe pour lui expliquer de quoi il retourne : à cause de son manque de prudence, un gentil policier humain s’est fait tuer dans une ruelle de la ville, et c’est mal. Puisqu’Adam n’est pas foutu de faire dans la discrétion (contrairement aux gargouilles, qui elles volent bien en vue partout en ville, merci), il restera enfermé ici jusqu’à ce qu’il devienne un peu moins con.

Optimiste.

Une CHAISE ! Adam avait tout prévu, sauf cette arme diabolique. Il peut briser un mur de briques d’une main, écraser une voiture sans sourciller, mais la chaise en bois, c’est son point faible

Sauf qu’alors qu’ils expliquent tout ça, une des gargouilles de garde se met à gueuler : « Héééé y a plein de démons qui approchent d’ici ! Aux aaaarmes ! » et en effet : il y a bien une centaine de types plutôt vilains qui encerclent la cathédrale et s’élancent vers elle, visiblement avec des attentions contestables. Les gargouilles prennent donc leur forme de monstres de pierre et foncent dehors où, c’est parti, tout le monde se meule, les démons explosant en de grosses boules de feu à leur mort, et les gargouilles se transformant en boule lumineuses montant vers les nuages lorsqu’elles se prennent un vilain coup.

Pardon ?

Oui, tout se passe autour de la cathédrale d’une grande ville.

Oui, ça fait plus de bruit et de lumière qu’un bombardement.

Non, personne ne réagit, il n’y a même pas une fenêtre qui s’allume dans une maison voisine ou un pinpin dans la rue : tout le monde s’en fout. Parce que, j’en parlais plus tôt, le réalisateur a juste oublié de peupler une ville. C’est ballot. Absurde, mais ballot. Les spectateurs de cette bouse peuvent donc, à cet instant précis, sentir les larmes monter en eux tant c’est n’importe quoi et qu’en plus le film multiplie les plans larges pour bien montrer que ouaaah, c’est spectaculaire mais que ouiiii, tout le monde s’en branle.

Soit. On continue ? Si. Si, j’insiste. Ah, hé, vous l’avez un peu cherché aussi. Pour la peine, un petit encart publicitaire le temps de vous remettre.

___________________________________

Bonjour les amis, vous me reconnaissez ? Je suis John Mac Gargouille, des industries Gargoyles & Gargles.

Longtemps, j’ai été un peu comme les gargouilles de ce film : complètement con. Moi aussi, quand on attaquait ma cathédrale, je me défendais avec épées, lances et autres bardiches marquées de la Super Croix. Ah, que de souvenirs ! Et puis un jour, j’ai regardé Rambo III et je me suis dit « Pourquoi pas moi ? » c’est pour ça que chez Gargoyles & Gargles, on s’est dit que quitte à imprimer la Super Croix sur des trucs qui font mal, on allait le faire sur des balles. Le résultat ? La dernière fois que Satan a attaqué ma cathédrale, il a perdu 662 légions sur 666 en moins de 20 minutes. Les 4 dernières, il a trouvé le temps de les replier pendant que l’on changeait le canon de la mitrailleuse. 

Alors vous aussi : arrêtez de vous prendre des branlées par des démons qui essaient de vous mettre des claques quand vous pouvez leur apprendre le catéchisme à coup de M-60.

Chez Gargoyles & Gargles, vous connaissez notre devise : « Le paradis du côté de la gâchette, l’enfer du côté du canon ».

Appelez-nous dès à présent et recevez notre nouveau catalogue ainsi qu’un t-shirt dédicacé par Saint-Michel pour les 111 premiers appels !

___________________________________

Où en étions-nous ? Ah oui : les gargouilles se battaient avec les armes les moins efficaces du monde contre des démons du même acabit.

Donc, alors que ça bastonne, Adam gueule comme un putois que « Hoooo ils viennent pour moi, laissez-moi me battre au moins ! Allez heuuuuu ! » aussi après avoir suffisamment râlé, et une fois les défenses de la cathédrale enfoncées, Beau Gosse et Belle Gosse qui montaient la garde près de lui se décident à le libérer et l’armer. Ça tombe bien, parce que les démons sont déjà là. Le combat s’engage donc, pif pouf, Beau Gosse meurt, Belle Gosse qui l’aimait d’amour veut donc mourir aussi, ce qu’elle fait, et Adam défonce donc seul les vilains qui restent avant d’en capturer un qui ricane :

« Gnuhuhuhu, Adaaaam, nous les démooooons vous avons bien feintééééé !
– Que veux-tu dire ?
– Huhuhuhu, pendant que vous nous combattiez, nos forces s’attaquaient à votre vrai trésoooor, votre… reine des gargouilles ! Nous l’avons kidnappée et ne la livrerons… que contre le journal du Docteur Frankenstein ! Rendez-vous au vieux théâtre, nuhuhuhuhuuuuu ! »

0

L’information circule vite parmi les gargouilles, quant à Adam, il met les voiles avant qu’on ne lui propose de retourner patienter enchaîné à sa petite chaise, ce qui est moyennement distrayant, voire à peu près autant qu’une partie de Time’s Up, ce qui n’est pas peu dire. Gédéon, donc, le meilleur lieutenant de la reine des gargouilles (qui s’est quand même faite gauler comme une truffe parce qu’elle priait pendant que les autres combattaient, chapeau l’artiste), décide donc d’accepter le marché des démons : certes, le journal est super précieux, mais sans la reine ils seront « des vigiles sans espoir de renforts« .

En même temps, Léonore elle-même disait que Dieu n’envoyait plus de renforts, alors bon. Mais je dis ça, ça n’a sûrement pas d’importance, hein, ce ne sont jamais que vos dialogues.

Gédéon va donc chercher le journal dans sa cachette secrète sous la cathédrale qui s’ouvre grâce à des morceaux de sa hache de combat qui font aussi office de clés (oui, le Monsieur a une hache en kit, parce que non, le film n’était pas assez ridicule : nous l’appellerons donc Ikéhache), puis une fois équipé, se rend au vieux théâtre où Bob l’attend accompagné de quelques démons, et avec Léonore en otage. Cette dernière supplie Gédéon de ne pas donner le journal, mais le bougre s’en cogne : il accepte d’échanger l’objet contre la mémé. Et sitôt qu’il l’a récupérée, d’un coup d’aile, il s’envole et retourne vers la cathédrale, probablement pour faire un truc super important, plus important que de s’occuper du chef des démons qui a percé leurs défenses tranquillou, comme par exemple du rien.

C’est alors que surgit de l’ombre Adam, qui avait suivi toute la scène. Déjà, il est moyennement content d’apprendre que les gargouilles lui avaient caché le journal de son créateur, parce qu’il a de grosses daddy issues à régler. Ensuite, c’est Bob qui l’a désormais, il va donc devoir lui péter la gueule. Un combat s’engage donc, durant lequel Bob s’enfuit en laissant des larrons démoniaques  derrière-lui. Larrons dont Adam se débarrasse sans encombre en les frappant à l’aide de la vacuité du script, puis prend en filature Bob qui se rend donc au laboratoire situé à deux pâtés de maison de la cathédrale, où Nabérius à ses quartiers, rappelons-le.

Voici Nabérius. D’ailleurs, oui, ça c’est un truc de patron : on a tous derrière-nous une sorte de simili-vitrail qui nous fournit de la lumière, même en pleine nuit. C’est un vieux truc : comme ça, quand l’inspection du travail débarque, il suffit de rouler très vite en arrière avec son siège pour échapper à une quelconque tentative de sanction.

Bob s’engage dans le parking souterrain local, Adam à sa suite. Et une fois dans le parking, Bob y retrouve Nabérius en train de discuter avec un médecin légiste démoniaque qui… qui…

Attendez, est-ce que c’est moi ou est-ce qu’il y a un médecin légiste en train d’étudier un cadavre en plein milieu d’un parking souterrain ? Ils ont de gigantesques labos au-dessus d’eux mais il bosse dans le parking ? Que… mais… comment… bon, définitivement, c’est incroyable, je ne comprends même pas ce que l’équipe du film a pu faire pour autant merder. C’est à croire que les mecs ont fait tout le film intégralement bourré au schnaps pour pondre une ville sans habitants et des parkings à médecins. Donc oui, sur une petite place de stationnement, avec deux pauvres rideaux autour de lui (probablement pour ne pas déranger les gens qui se garent à côté), le mec joue du scalpel et accessoirement, peint des pentacles sur le front des corps. Discret :

« HÉ, VOUS LA !
– Je… meeeerde, la police !  Faisons semblant de rien…
– MONSIEUR ! Ne faites pas semblant de ne pas nous entendre ! Oui, vous là Monsieur qui peignez des pentacles sur des cadavres obtenus on ne sait comment ! VOUS ALLEZ OBTEMPÉRER !
– C’est que je…
– Monstre ! Ordure !
– Ecoutez, je peux tout expliquer, ça n’a rien à voir avec un projet super secret dans une guerre super secrète et …
– Squatter une place handicapé ! Espèce de raclure ! Alors toi, tes cadavres et tes pentacles, vous allez immédiatement sur une place valide ! On ne la fait pas à la police !« 

0

Bref.

Bob salue donc le mystérieux médecin puis file le journal à Nabérius. Qui s’empresse de retourner dans le labo de Jeannine pour lui donner.

« Tenez Jeannine, voici les notes du Docteur Frankenstein.
– Ah bin dites, vous alors : on en a parlé il y a une heure et vous les avez déjà ! Où avez-vous trouvé ça ? 
– A la médiathèque, au rayon bullshit scientifique, à côté des ouvrages des Frères Bogdanov. D’ailleurs, je me demande s’il n’y a pas un lien maintenant que…
– Super ! Quel ouvrage précieux ! Il a plus de 200 ans… tiens, si je l’ouvrais en grand ? Si je tirais sur la couverture ? Si je retirais mes gants pour tourner les pages ? »

0

Je rappelle que le film est présenté comme « épouvante/horreur » (si, si) et non « action/viol de neurones avec barbarie« . Je pense que cette scène permet de le justifier, pour peu que vous soyez archiviste ou assistant de conservation. Bref, en lisant les pages avec le tact d’un sanglier sous acide, notre Jeannine s’étonne : « Ho ! Frankenstein a utilisé des anguilles électriques pour obtenir suffisamment de courant pour ranimer le corps… j’imagine qu’un être ranimé avec une telle décharge d’énergie serait intuable !« .

En fait, non, aucun rapport. Sauf pour quelqu’un qui pense que « l’übercharge » est une vraie théorie scientifique et Team Fortress 2, un documentaire d’Arte. Mais faisons fi de ces réflexions car au même moment, les vitres de la salle d’observation du laboratoire explosent et surgit sous les yeux ébahis de Jeannine et ses amis… Adam !

« Ho ! Qui êtes-vous ? Que faites-vous ici ?
– Je viens chercher ce journal.
– Non je veux dire : pourquoi avez-vous pété les vitres de la salle d’observation alors qu’il y avait une porte ?
– Ho… je… bon, donnez-moi ce journal et ne m’emmerdez pas, je suis un peu grognon ce soir.
– Vous avez l’air bougon en effet, je ne peux pas d’ennuis. Tenez. »

0

Et Adam a d’excellentes raisons d’être bougon : en se perdant dans le bâtiment avant d’arriver là, il est tombé sur les sous-sols. Et dedans, il a aperçu des milliers de cadavres, préparés par le médecin-légiste du parking, avec tous un pentacle sur le front et tous placés dans des espèces de capsules, visiblement attendant d’être ressuscités ! Toujours est-il qu’à présent, Adam a retrouvé son chemin et le journal, et alors que Nabérius, Bob et la sécurité débarquent dans le labo, il s’enfuit là encore par une fenêtre, parce que c’est sympa, hop.

Nabérius et Bob sont donc bien embêtés :

« Bob ! Ce bougre de macchabée s’est enfui avec le journal ! Il faut le rattraper !
– Inutile… je sais ce qu’il va faire.
– Ah bon ? 
– Oui : il a vu Jeannine… il sait qu’elle peut lui expliquer le journal… il va donc chercher à la revoir…
– Et Jacques ? Jacques aussi peut lui expliquer, pourquoi vous n’en parlez pas ?
– Jacques ne porte pas de soutien-gorge. 
– Ho. Et vous ne pensez pas non plus qu’il pourrait simplement demander à disons, quelqu’un d’autre ? Donc votre plan ?
– On demande à Jeannine de rentrer chez elle. On attend qu’il la contacte. Et là, on lui prend le journal. 
– Oui mais mon petit Bob, je pense à un truc : si Adam veut contacter Jeannine, sachant qu’il ignore où elle habite, il va devoir la suivre.
– En effet.
– Et le seul endroit qu’elle fréquente qu’il connaisse, c’est ici.
– Tout à fait.
– Donc s’il veut la suivre, il doit commencer par se planquer près d’ici.
– Parfaitement.
– Donc ça veut dire qu’en ce moment, il est probablement juste à côté de nous, probablement dans la rue d’à côté, à attendre qu’elle sorte. 
– Complèt… ho. 
– Vous voulez pas aller le choper directement ?
– Mmmm non. On va plutôt rien faire et attendre une scène de drague entre Jeannine et Adam. C’est bien ça. Hein chef. Hein ? Pourquoi vous parlez plus ? Non, arrêtez, pas d’eau bénite en intraveineuse ! »

0

Okay les gars, super plan. Profitez-en, c’est la deuxième et dernière scène du film où l’on voit des gens dans la rue : Jeannine, après cette dure nuit de labeur, rentre chez elle. Elle a peur d’être suivie, et finalement, au détour d’une ruelle, quelqu’un se saisit d’elle et lui couvre la bouche : Adam !

« Chut. Je vais retirer ma grosse main de votre petite bouche et vous allez me suivre.
– Mmmm mmm.
– Bien. Soyez sur vos gardes, je crois que quelqu’un d’autre arrive. »

0

En effet : c’est Bob. Tout le monde se poursuit donc dans divers sites abandonnés, pif pouf, ma main dans ta gueule, mon bâton dans ta margoulette, nos armes qui glissent sur le sol, aaah je peux presque l’attraper et autres clichés pourris, et finalement, Bob se fait tuer comme un gros busard. Jeannine et Adam peuvent donc aller se cacher dans un petit appartement abandonné du coin pour discuter plus au calme.

Jeannine découvre que les démons existent vraiment, qu’ils ont bien 666 légions, et en bref, que la Bible disait vrai. Ce qui est sa première affreuse révélation de la journée. La seconde, c’est que du coup, ça veut aussi dire qu’e la Bible est vraie : Adam et Eve, la création, l’esclavage, le droit de prostituer ses filles… Saperlipopette, les démons, c’était probablement la partie la moins grave, en fait.

« Pfou… quelle aventure Monsieur Adam !
– Comme vous dites. Ecoutez, vous devez savoir quelque chose : vous avez vu quand je me battais avec Bob qu’il n’était pas humain. Hé bien votre patron, Jean-Jacques Nabérius, c’est pareil : c’est un gros démon vilain qui se bat contre des gargouilles célestes. Et il a ouat’mille cadavres dans sa cave.
– C’est fou ! Mais j’ai une question !
– Je vous écoute ?
– Comment savez-vous que vous pouvez me faire confiance ? Je veux dire : tous les gens que vous avez vu dans le labo de Nabérius étaient des démons. Pourquoi je n’en serais pas un aussi ?
– Heu… 
– Bon, on va juste dire que vous avez un pif qui détecte automatiquement tout ça, d’accord ? C’est pas grave. Bon, qu’est-ce que je peux pour vous ?
– Expliquez-moi ce qu’il y a dans ce journal. Je veux savoir ce que je suis. Tout ce que je sais à l’heure actuelle, c’est que je suis un assemblage de 8 cadavres différents. »

0

8 cadavres qui avaient tous la même tête, le même grain de peau et les mêmes proportions. Soit le Docteur Frankenstein avait déterré des octuplés morts dans un tragique accident à la salle de gym, soit ce film est juste à chier et essaie de nous vendre un bellâtre avec moins de cicatrices qu’un ado mal dans sa peau  comme un monstre. Hmmm, j’hésite fort. Toujours est-il que se déroule alors une scène fascinante durant laquelle Adam retire son t-shirt pour dormir révélant sa puissante musculature, l’occasion pour Jeannine de se répéter que la nécrophilie, fut-ce d’octuplés, c’est mal.

Après un peu de repos bien mérité (mais il fait toujours nuit quand même, hop), nos héros décident d’un plan : Jeannine veut sauver son ami Jacques qui est toujours chez Nabérius. Elle va donc lui demander de quitter le boulot et de se rendre à la gare locale où ils attendront Adam, qui de son côté, sera parti demander aux gargouilles de les protéger durant leur voyage des fois que les démons les coursent. Et pendant ce temps, ils laisseront le journal ici, sans protection dans l’appartement délabré. Comme ça, hop. Ah oui et soudainement, Adam déclare aussi qu’une fois la fuite effectuée, Jeannine devra utiliser le journal pour lui créer « un compagnon pour l’éternité« . Vous pouvez donc ajouter aux gens pour qui ce film est de « l’épouvante/horreur » les participants à la Manif pour Tous. Soit.

Ce qui est dit est donc fait : Jeannine appelle Jacques et lui donne rendez-vous à la gare. sauf que sur place, Nabérius les attend et ramène tout ce petit monde de force au labo. Et demande à Jeannine d’utiliser ce qu’elle a pu lire dans le journal de Frankenstein pour ressusciter un cadavre humain. Elle refuse, Nabérius bute donc Jacques : voilà, si tu veux le sauver, bosse maintenant. Un peu vexée, Jeannine se met donc au boulot. Muff.

Du côté de la cathédrale, Adam négocie vite fait : salut les kikis, inutile de m’embêter, je n’ai pas le journal sur moi. Vous ne voulez plus me voir ? D’accord, je m’en vais. J’irai loin de la civilisation, je ne poserai plus de problème, escortez-moi juste, on se retrouve à la gare. En échange, je vous dirais où Nabérius se cache avec une armée de cadavres qu’il veut ressusciter pour d’obscures raisons. Sauf que Léonore et ses gargouilles feintent : elles acceptent le marché, mais sitôt Adam parti, la reine demande à Gédéon de le suivre pour lui péter la gueule sitôt qu’Adam aura le journal. Et en effet, Adam est fort surpris, car sitôt qu’il a le journal, le mur de l’appartement délabré derrière-lui explose et…

… quelqu’un lui met un pied au cul.

Je ne rigole pas : Adam se prend un pied au cul, tombe, et quand il se retourne, personne. Sérieusement ? Gédéon l’attaque de dos, par surprise, et se contente de… oh bon sang. Les spectateurs sont encore en train de se demander comment on peut faire si mauvais, que cette fois-ci, le plafond de l’immeuble cède alors qu’une gargouille le traverse et… se contente de traîner Adam dans les couloirs ? Mais enfin ! C’est fini oui ? Hé bien non : car au final, après moult murs traversés et autres effets spéciaux inutiles, Adam se retrouve suspendu au-dessus du vide, accroché à un trou dans la façade de l’immeuble, un couloir délabré face à lui et la rue (vide, évidemment) en-dessous. Gédéon approche donc de notre héros, qui a les mains prises et ne peut se défendre, et se penchant sur lui…

… s’envole ? Pour mieux retenter de l’attaquer en volant ?! Stop ! Stooooooop ! Arrêtez ! C’est insupportable tant c’est navrant !

Gédéon attaque donc notre héros en volant, ce qui donne l’occasion à Adam de s’agripper à lui et de le faire tomber comme une vieille bouse, avant de le planter avec sa propre Ikéhache. Gédéon est donc fort surpris, déjà parce qu’il ne comprend toujours pas pourquoi il a agi de manière aussi absurde, et ensuite parce qu’un humain a pu le tuer… quoique, non ! Pas un humain ! « Tu… tu peux me tuer… c’est que… tu n’as pas d’âme ! » râle Gédéon avant de se transformer en boule de lumière et de monter au ciel. Adam peut donc courir à la gare, où il constate que ni Jeannine, ni Jacques ne sont là, et qu’en plus, il y a encore par terre une arme qu’il avait confiée à Jeannine… il comprend donc que Nabérius a dû l’attaquer.

Ou les gargouilles qui viennent juste de t’attaquer toi mec, mais après tout, ton pif magique a encore dû détecter une odeur de démons, je suppose, même si tu n’as aucun moyen de le savoir.

Jeu : 8 cadavres se trouvent dans cette image, sauras-tu les retrouver ?

Adam décide donc qu’il est temps d’en finir avec tout ça : il brûle donc le journal de Frankenstein pour que personne ne s’en serve jamais pour ressusciter des corps (oui, il a aussi abandonné l’idée d’avoir un petit copain pour l’éternité, hop, c’était il y a deux scènes seulement pourtant, et quelque chose qu’il attendait depuis deux siècles à l’en croire), puis va à la cathédrale provoquer les gargouilles (il leur fait des gros doigts), avant de se mettre à marcher vers le laboratoire de Nabérius.

Heureusement que tout était situé à deux pâtés de maison. Nabérius eut été à New York, c’eut été un poil plus compliqué. Ou alors, il fallait faire des doigts très longtemps et dans moult situations : faire des doigts dans un train poursuivi par des gargouilles, faire des doigts au hublot d’un avion avec des gargouilles qui peinent à suivre, passer la douane avec 50 gargouilles (ce qui implique le plus gros toucher rectal de l’histoire), etc.

J’aurais probablement préféré ce scénario. Pardon : j’aurais préféré UN scénario, en fait.

Bref : là encore, personne dans les rues ne remarque 50 énormes gargouilles volant en hurlant dans les rues, pulvérisant des voitures en essayant de plonger vers Adam, et finalement, Adam atteint le laboratoire de Nabérius où tous les démons sortent l’accueillir. Les gargouilles comprennent alors (à noter d’ailleurs que Léonore a une forme de gargouille qui fait plus rire qu’autre chose, passons) qu’Adam les a menées jusqu’au QG des démons : une énorme bataille s’engage alors.

Pendant ce temps, Nabérius ne cache plus ses plans : d’abord, il a discrètement relié avec un vieux câble USB de l’époque où il jouait à Quake II avec ses potes les instruments de Jeannine à son souterrain où des milliers de cadavres attendent. Du coup, quand Jeannine lance la procédure pour ressusciter Jacques, ça la lance aussi pour tous les corps, qui ont tous un petit écran avec un compte à rebours situé sur leurs capsules de conservation (si, si… je sais). Nabérius ricane donc : il va créer des milliers de corps sans âme, comme ça, tous les démons qui ont été vaincus pourront revenir les habiter, et donc à nouveau marcher sur Terre et réduire l’humanité en esclavage. C’est vilain ! Vilain Nabérius !

Mais Adam n’entend pas cela de cette oreille : pendant que les gargouilles massacrent les démons et investissent leur QG avant de découvrir le sous-sol où se trouvent des milliers de cadavres suspendus au-dessus d’un abysse sans fond à attendre d’être ressuscités, Adam se fraie un passage à coups de gros muscles. Les gargouilles essaient bien, pendant ce temps, de commencer à détruire tout ce qu’elles peuvent au niveau de la super morgue (mais aucune ne pense juste à couper le courant… oui, hein ? A la place, elles attaquent les capsules contenant les corps, une par une… bon bon bon), mais le processus est enclenché et bientôt les démons vont arriver ! Mais heu !

Adam finit par tomber sur Nabérius, qui prend sa forme de prince démoniaque pour le combattre, à savoir une sorte de déguisement de CM2 en manque d’inspiration. Adam a beau entailler par trois fois le vilain avec les bouts de la Ikéhache qu’il a récupéré sur Gédéon, Nabérius semble se gausser de pareilles attaques. Et prend le dessus dans le combat : il maîtrise alors Adam, lui peint un pentacle sur le front, et invoque un démon pour qu’il vienne habiter ce corps vide. Après un certain nombre de chants démoniaques (soit deux albums de Larusso), une fumée noire apparaît et pénètre notre pauvre Adam, qui s’effondre au sol un moment avant de se relever lentement.

« Bienvenue, mon frère ! » dit donc Nabérius « Tu habites un corps très puissant, sache-le !« 

« Je ne suis pas ton frère ! » répond Adam avant de faire une quatrième entaille à Nabérius, perpendiculaire aux quatre autres formant… la Super Croix ! Nabérius hurle donc en s’effondrant « C’est impossible ! Tu n’as pas été possédé, c’est donc que… tu… tu as une ââââme !« 

Et là, vous vous souvenez qu’Adam vient de latter Nabérius avec la fameuse Ikéhache. Ikéhache prise à Gédéon. Gédéon tué par Adam car… ce dernier n’avait « pas d’âme !« . Oui, les mecs ont réussi à faire dire tout et son contraire au script, y compris sur le rebondissement final, sans souci. En créant une scène spéciale (celle de Gédéon) qui ne sert à rien d’autre que de dire que le héros n’a pas d’âme. La seule autre explication possible, c’est que Dieu ait envoyé une âme par Chronopost entre la mort de Gédéon et la mort de Nabérius, soit dans un intervalles d’environ 15-20mn. Il est fort, Dieu, quand même, il vise bien.

Pendant que dans la salle du cinéma, chacun tente de planter la paille de son coca zéro dans sa jugulaire pour en finir avec cet étron 3D, Nabérius se transforme lui aussi en boule de feu, mais grosse puisque c’est un prince démon, puis celle-ci s’enfonce dans le sol pour retourner vers les enfers, et ce faisant, détruit tous les cadavres qui étaient en train d’être enfin réanimés et possédés (c’est pratiiiiique !). Le bâtiment s’effondre avec lui, ses restes tombant dans l’abysse qui était donc situé au-dessous, et Adam et Jeannine sont sauvés au dernier moment (bien sûr) par Léonore et ses gargouilles.

Là encore, on a un beau plan large du quartier, et pas une lumière, pas une sirène, pas un chien qui aboie alors qu’un bâtiment entier vient d’exploser dans une immense boule de feu laissant derrière-lui un passage grand ouvert vers les enfers.

Une nuit paisible, quoi.

Non mais… heureusement que la fin approche, c’est simplement honteux.

Les gargouilles ramènent donc Adam à la cathédrale, où il dit avoir détruit le journal de son créateur. Il explique à Jeannine, toute étonnée, qu’il a abandonné l’idée de se faire créer un petit compagnon, parce qu’il a trouvé des gens super cools comme elle pour l’accompagner (et pratiquer la nécrophilie, donc) et donc qu’il n’a plus besoin de pote mort-vivant. Leonore, elle, lui dit que c’est trop super car enfin, Adam a une âme et trouvé un but dans la vie : latter les démons.

On a donc un plan final digne de Francis Huster tant c’est mal joué, où Adam, perché sur le toit d’un bâtiment dans une pose bien naturelle avec ses bâtons bénis à la main, surveille les rues du coin avec ses pensées profondes en voix off qui se résument à : « Quand l’humanité est en danger, je suis là. Quand les démons se pointent, je suis là. Quand l’obscurité tombe, je suis là. Et quand le script est pourri : carrément que je suis là. »

Et alors que le sang de certains finit de se vider par les pailles du coca zéro…

… FIN !

La fameuse scène de fin : notez que le héros est supposé inspecter les rues, mais comme ils ont oublié de le placer au bord du toit, ça va être moyennement pratique.

_________________________

« Charge la machine sur le camion Diego ! Hollywood nous attend !« 

Diego soupire en poussant l’imposante caisse de bois devant lui, pendant que son employeur s’occupe de considérations plus importantes, comme par exemple la perfection de son nœud de cravate. A peine le pauvre garçon a-t-il déposé son précieux chargement à l’arrière du véhicule que soudain, il reçoit un coup sur le sommet du crâne qui l’envoie instantanément explorer le royaume nébuleux de l’inconscience. Avant que son maître ne puisse réagir convenablement, une silhouette costumée apparaît devant lui, un revolver brillant dans sa main.

« Sortez vos doigts de votre veste, Monsieur Connard, et laissez votre Maüser là où il est.
– Vous !
– Tatata, inutile de tergiverser : félicitations pour vos travaux, mais puisque vous aimez comparer les choses aux sciences, dites-vous que je ne fais que pratiquer une longue tradition du domaine : prendre le travail d’autrui.
– J’aurais dû me douter que vous viendriez pour la machine. Vous gagnez cette manche, mais ne croyez pas m’avoir comme ça.
– Au contraire, je crois exactement vous avoir comme ça. Maintenant, écartez-vous, je prends le volant. »

0

L’homme prend son temps, son arme toujours pointée vers son adversaire, avant de monter à la place du conducteur. Il met le contact, fait rugir le moteur, et quelques instants plus tard, le camion s’éloignedans la rue avec sa précieuse cargaison. J’aurais dû prévoir le coup. Une machine à pomper des morceaux de vieux scripts pour en faire de nouveaux films, c’était évident qu’il viendrait la chercher. Je ne pouvais en vouloir qu’à moi-même pour mon imprudence. Lorsque le camion tourne au bout de la rue, je vois le visage souriant du conducteur.

« Ce n’est que partie remise, Quentin Tarantino. » dis-je à l’attention du vilain pilleur.

53 réponses à “Hi, Frankenstein

    • En voyant l’heure à laquelle je publie ce commentaire, je me dis; pas de crainte c’est un cauchemar. Je vais me réveiller. Et non.
      Merci mr C. Grace a vous plus besoin d’aller voir les bouses pour les apprécier.
      A propos, avez vous vu Albator? …

      • Faut pas le voi, vraiment pas, et pourtant je suis tolérant, je crois que je préfèrerai regarder Twilight plutôt que de revoir Albator.

        Autant les scènes « spatiales » sont chouettes, les effets numériques niquels, même la 3D est bonne, mais le moindre dialogue est mauvais, la meilleur description que je pourrais en faire c’est de dire « c’est très japonais », tout y est, les clichés, les fausses philosophies de vie, les pseudos morales à deux balles pour tenter de rendre le film plus profond qu’il ne l’est en réalité etc…
        C’est pas compliqué, il n’y a qu’un personnage sauvable dans le film mais même lui fini par être « pourri » lors du climax final (c’est dommage, il était vraiment bien ce personnage, le seul avec une personnalité, tous les autres sont interchangeables).

  1. Tiens ça serait bien original que vous fassiez le spoil du « dernier » Tarantino, The Hateful Eight, dont le script a fuité et qui a été annulé pour cette raison. (Il est disponible sur la baie des pirates.)

  2. Encore une fois merci.
    Cher OD, as-tu entendu parler du livre « Le Monde Merveilleux du Caca » ? J’ai été déçu d’apprendre qu’il ne s’agit pas d’une chronique sur Hollywood, mais je suis sur que tu dois pouvoir utiliser la couverture facilement (sisi, il existe, il est au édition de l’atalante)

  3. @Anon: la seule version existante de Hateful eight est celle produite par l’équipe du petit journal de canal+, par conséquent sans budget et de fait incritiquable ici.

    Sinon, le coup des silex avant, c’est surement pour montrer qu’un truc avec un peu de vie a plus de cervelle que des trucs sans vie.

  4.  » Nabérius hurle donc en s’effondrant « C’est impossible ! Tu n’as pas été possédé, c’est donc que… tu… tu as une ââââme ! »

    Et là, vous vous souvenez qu’Adam vient de latter Nabérius avec la fameuse Ikéhache. Ikéhache prise à Gédéon. Gédéon tué par Adam car… ce dernier n’avait « pas d’âme ! ».  »

    Bordel

  5. Laissez moi compatir à votre douleur: le 6 pool, c’est relou.
    Alors, voyons voir:
    – Lis Axe Cop => check!
    – joue à SC2 => check!
    Note to self: Passer en revue mes différentes personnalités pour être sûr de ne pas écrire un blog sans le savoir.

  6. « Gédéon attaque donc notre héros en volant, ce qui donne l’occasion à Adam de agripper à lui et de le faire tomber comme une vieille bouse, avant de le planter avec sa propre Ikéhache » Je sais, c’est à l’Est, mais « de s’agripper à lui » quand même non?

    Joli spoil sinon!

  7. La coquille « en porte » au lieu de « emporte » (« alors qu’un homme en porte romantiquement ») pique l’oeil qu’il me reste après cette expérience malheureuse de regarder iFrankenstein.

    • En fait ça n’est pas une coquille mais une tournure de phrase qui peut prêter à confusion : il est dit ici « un homme en porte un autre », soit « un homme porte un autre homme », avec « emporte » ça donnerait « un homme en emporte un autre ».

      • C’est clair j’ai du relever une dizaine de coquilles en lisant rapidement, mais bon ça n’empêche pas de comprendre le sens des phrases, et vu la vitesse où il écrit ses articles, ça peut se comprendre. Pas de quoi en faire tout un plat… Ou alors une de ses stagiaires ne mérite pas de manger ce soir.

      • la stagiaire: encore une que l’on va retrouver dix pieds sous-terre au fond des bois…

  8. Sauf erreur:

    Elle retournera vers la plate-forme pour circuler dans les restes que j’y ai assembléS tant bien que mal […]

  9. Tiens Odieux, c’est cadeau :

    « Stuart Beattie, un scénariste bankable
    Secret de tournage sur I, Frankenstein
    I, Frankenstein ne sera « que » le second long-métrage de Stuart Beattie. Ce dernier est plus réputé pour ses travaux d’écriture sur des films tels que Pirates des Caraibes : La Malédiction du Black Pearl, Collateral, 30 Jours de Nuit, Australia ou bien encore G.I Joe : Le Réveil du Cobra. »

    Allociné…

    • Put**n! Mais il a que des bons films au palmarès, ce môssieur! Comment a-t-il pu commettre une telle bouse après ça?!

      mais non, je rigole… ^^

  10. D’habitude, les spoiler me donnent envie de voir le film uniquement pour ricaner en me nettoyant les neurones… mais là, c’est trop! Donc je ne verrai pas ce film!

    Sinon, pas de « ü » à « mauser », mais c’est juste pour chipoter :-)

    continuez, M. l’Odieux!

    Jean Loup

  11. Comme d’habitude, j’ai beaucoup ri ! Lorsque que j’avais vu la bande-annonce de ce film, je m’étais déjà dit : « mais comme ça a tellement l’air d’être une daube »… je suis contente de constater que mon instinct ne m’avait pas trompé ! ^_^

  12. Personnellement, j’avais noté que les rues de la ville sont pavées. C’est tellement plus Dark que s’en est désolant.
    Autrement, au bout d’une bonne heure de film, j’ai réalisé avec effarement que seule 1/2 heure s’était écoulée.

  13. Ce spoil était merveilleux et j’ai bien ri mais rude et le retour de Karma. Avec toutes ces histoires de Super Croix, je me sens comme une compulsion de faire la lessive…

  14. Tout petit détail de culture anecdotique en passant : « Si je retirais mes gants pour tourner les pages ? » > Contrairement à ce qu’on pense généralement, les archivistes n’utilisent pas de gants pour manipuler les livres anciens, sinon ils risquent de les abîmer car ils en ressentent moins la fragilité.
    Par contre, je doute qu’ils les ouvrent comme des bourrins en tirant les couvertures.

    Excellent article :)

  15. Je suis un tout petit peu étonné que vous ne releviez point un gros ouate ze feuque de ce film : les gargouilles.
    Depuis quand sont-elles devenue des créatures divines ?
    Parce que y en a sur les cathédrales ? Alors oui mais y en avait pas au début, sur les cathédrales, juste des chéneaux, il y en a sur d’autres édifices, et surtout niveau gueule d’ange on a vu mieux.
    Pis bon, à la base la Gargouille c’était un putain de dragon qui vivait dans la Seine. Bref, une incohérence – petite hein ? C’est pas comme si la moitié du scén… de l’intr… de l’hist… du Prométario (hop, néologisme) reposait dessus hein ? nooooon – de plus.

    • Personnellement je trouve ça toujours préférable à des anges qui essayent de jouer les durs avec leurs belles ailes lustrées et leurs gueules de… ben, d’ange, en fait. Si j’étais Dieu et que je devais recruter des soldats je choisirais plutôt les gros monstres en pierre à l’air méchant.

      De plus, certaines interprétations voient effectivement les gargouilles comme protectrices des églises, dans ma grande érudition permettez moi de citer Wikipédia :

      « Le Mal représentant le « pire ennemi » dans la religion chrétienne, il fallait un moyen d’éloigner celui-ci des églises, Maisons de Dieu. Les gargouilles ont ce but appréciable de faire fuir tout esprit malin ou être démoniaque, selon l’époque. Les gargouilles étaient donc les gardiens du Bien, et par extension des églises. Leur aspect terrifiant n’était visible en fait que pour rappeler à l’hérétique, au non-chrétien, aux ennemis de Dieu dans leur ensemble que la protection divine était déjà sur le bâtiment. La légende raconte que les gargouilles hurlaient à l’approche du Mal, qu’il soit visible (sorciers, magiciens, démons incarné) ou invisible. Le vent sifflant dans les arches des églises ? »

      Donc, non, ce point semble plutôt défendable. Le reste par contre… Mais bon, les critiques de l’OC sont rarement très valorisantes pour les films dont il est question. N’ayant pas vu IFranky je me garderait bien de juger même si je doute fort qu’il s’agisse d’un chef-d’œuvre…

      • Oui enfin ce rôle des gargouilles n’est arrivé que bien après leurs débuts, où elles n’étaient qu’ornements de divers bâtiments.
        Un peu à la façon dont le solstice d’hiver a été réadapté en naissance de Jésus, je subodore une piètre explication qui n’est arrivée qu’après les sculptures.
        Mais d’accord, pourquoi pas.

  16. J’ai été emmené voir ce film par un « ami » (et fait 30 km pour me rendre au multiplex qui le diffusait). Je ne connaissais ni le pitch et n’avait rien lu ni entendu de cet étron. Je salue votre courage d’en avoir retenu suffisamment pour faire ce spoiler, personnellement, mes neurones avaient fondu au bout de 4 minutes montre en main. Ceux de mon « ami » n’ont pas tarder à suivre, lorsque je l’ai immolé en sortant de la séance. Encore un très bon spoil cher Connard.

  17. Damned ! Quentin Tarantino à encore frappé moi qui pensais que super S vous empêcherait de mettre votre plan à exécution (vérolé hollywood avec vos propres scénarios déchus et palper les droits d’auteur chapeau bas Mister OD). Quel revirement de situation ! Bravo pour votre travail et mes amitiés à Diego !

  18. Je me dois de corriger une petite erreur factuelle: il ne peut y avoir « deux albums de Larusso ».
    Cette derniere restera bien sur toujours pour nous la magnifique interprete de tubes tels que « Tu M’oublieras » ou « Tu M’oublieras ». Mais le meteore creatif que fut sa carriere a file trop vite et a disparu dans le vide de l’espace avant qu’un deuxieme album ne voie le jour. C’est dommage.

  19. Je pense avoir trouvé les 8 morceaux de cadavre…
    1- le corps, il faut bien mettre du muscle pour latter du démon.
    2 et 3-les über-big-balls de personnages de films d’actions… Il en faut de la testostérone.
    4 à 6- les restes de cerveaux de scénaristes hollywoodien… Ça ne prend pas vraiment de place et le liquide ça se contient facilement avec des bouchons aux bons endroits.
    7 et 8- les 2 neurones restant de la personne qui a pensée que produire une bouse pareil serait une bonne chose…
    J’avoue ne pas avoir de meilleur explication.

  20. Quoi attendez ? Y’a même pas une explication krypto-philosophique à demi-théologienne sur la récupération d’une âme par Adam Frankie ? Genre en faisant le bien tu as choppé une âme ? Je suis choqué. Où va le monde ? Si on n’essaie même plus.

  21. C’est de pire en pire, maintenant ils pompent systématiquement de vieilles histoires pour pondre leurs scripts moisis, mais en plus ils pompent même leur titre ailleurs maintenant. Un peu déçu de n’avoir retrouvé aucun trait d’esprit ou remarque rappelant « I, robot » mais la qualité du spoil reste présente, comme d’habitude!

    En bonus, un petit lien vers une planche de web-comic sortie aujourd’hui qui m’a tout de suite fait penser à ce blog:
    http://www.smbc-comics.com/index.php?id=3266#comic

    • bof… mais il mettra sûrement « Ail, Dracula », le jour où ce film sortira (ce qui ne saurait tarder, au train où sortent les films de merde)

    • ^^ tu n’as pas besoin de la faire… et puis, le point Godwin est souvent atteint dans les commentaires de ce blog… alors…

  22. « alors trois, c’est Super Croix. »

    Trois, c’est la croix orthodoxe, mais dans la réalité, la troisième branche est plus grande que les autres et légèrement en biais (non perpendiculaire à l’axe vertical mais plutôt genre à 110/120°).

  23. Mr connard, on dit taekwondo et pas Taekondo. D’ailleurs y’a que dans la forme traditionnelle qu’on utilise le baton. Pour illustrer votre votre exemple il aurait ete plus judicieux de parler de kendo, kung fu ….
    En tout cas bien beau spoiler d’un film que je connaissais pas. Je pense que vous etes encore l’un des rares spectateurs a aller voir un film en fonction du nom ou de l’affiche ^^

  24. Le pire dans tout ça est que Frankenstein est de la pure science-fiction, plus exactement c’est une tentative très réussie d’écrire un roman gothique n’utilisant aucun élément surnaturel – certains considèrent même que Mary Shelley est celle qui a inventé la science-fiction…

    Alors reprendre Frankenstein pour y mêler démons et gargouilles, c’est n’avoir absolument rien compris au schmilblick!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s