L’enfant, cette créature prodigieuse

Le docteur Maugrin se redressa nerveusement dans son fauteuil, éclaircissant sa voix de quelques toussotements avant de soigneusement joindre ses mains pour prendre la posture qui était la sienne lorsqu’il avait des nouvelles importantes à délivrer à ses patients. Face à lui, le jeune couple sentant qu’il se passait quelque chose sembla rapetisser quelque peu dans les chaises mises à sa disposition, attendant que tombe la sentence de l’homme de science. Maugrin leur jeta tour à tour un regard grave, puis prit la parole.

« Bien, nous avons fait le tour de vos résultats d’examens… je pense que nous savons ce que Madame ici présente a.
– Ho ! Ne nous faites pas languir docteur, que se passe-t-il ? C’est une tumeur c’est ça ? Je peux déjà la sent…
– Hmmm, je crains que ce ne soit un peu plus compliqué que ça. 
– Que voulez-vous dire ?
– Hé bien… cette légère déformation du ventre, ces vomissements, moi aussi je pensais à quelque chose du genre, mais c’est bien plus grave. Je ne sais pas comment vous l’annoncer je… Madame je… je crois que vous attendez un enfant.
– Comment ? Non, c’est impossible ! Je… je n’ai rien fait pour mériter ça !
– Du calme ma chérie, je suis sûr qu’il y a une solution. Docteur, comment est-ce qu’elle a pu attraper ça ? 
– C’est assez compliqué. Pour ma part, j’ai longtemps pensé qu’il s’agissait d’une maladie tropicale : il n’y a qu’à voir Angélina Jolie, à chaque fois qu’elle met un pied en Afrique, elle en attrape deux.
– Mais nous n’avons jamais mis les pieds en Afrique !
– C’est bien ce qui m’inquiète. »

0

Le médecin se leva en faisant craquer son siège de cuir, ses patients le suivant du regard alors qu’il se dirigeait vers la fenêtre pour prendre un air philosophe.

« Je crains qu’il ne s’agisse plus d’une maladie tropicale. Le virus a évolué. 
– Mais alors… »

0

Maugrin pivota sur ses talons, les yeux plissés.

« Oui : nous avons affaire à une pandémie. »

_________________________________________________

Si un jour vous vous voyez exactement cela, c’est qu’ils s’apprêtent probablement à vous bouffer le foie

Alors que nos divers médias continuent de bruisser de diverses informations plus ou moins pertinentes sur le mariage gay (l’âge des premiers mariés ou leur destination de vacances, du grand journalisme), il convient de traiter d’un sujet revenu régulièrement dans l’actualité tout au long des derniers mois et dont ces nouveaux couples vont bientôt pouvoir profiter : l’enfant.

Sujet de bien des débats, celui-ci reste profondément mystérieux : qui est-il ? D’où vient-il ? Peut-il servir de projectile face à des CRS ? Autant de questions auxquelles il convient de promptement répondre.

L’enfant

L’enfant, aussi appelé bambin, chérubin ou petite crevure est un parasite de la femelle homo sapiens. On le trouve dans la plupart des régions peuplées, bien qu’il arrive aussi de retrouver des enfants dans des zones plus sauvages, comme l’indomptable rivière, le majestueux fossé ou le fabuleux congélateur. L’enfant est présent depuis fort longtemps dans l’histoire de l’humanité, et est connu pour son caractère à la fois bruyant et casanier. La plupart des scientifiques s’accordent cependant à reconnaître que l’enfant connait bien des variations de caractère comme de forme, ce qui laisse supposer que la souche du virus est particulièrement évolutive et donc d’autant plus dangereuse.

Définition

L’enfant désigne le parasite vaguement anthropomorphe de l’homo sapiens qui tel la chenille, connait bien des évolutions au cours de sa courte vie. Telle une grosse tique, l’enfant débute sa vie dans le corps de la femme (elle-même parasite de l’homme, mais là n’est pas le sujet) où il pompe tout ce qu’il peut de ressources tel un gros goinfre vampirique. Après neuf mois à se taper un gros banquet dans maman, l’enfant décide en général de se détacher de sa réserve de nourriture pour pouvoir commencer à pomper de nouvelles ressources, à savoir le pognon et la patience d’autrui. Longtemps, l’enfant a été la victime de quantité de préjugés, puisque son apparence généralement chauve, sa grosse tête, son incapacité à se mouvoir proprement et sa volonté manifeste de manipuler autrui ont laissé penser à quantité de gens que leurs femmes venaient juste d’accoucher du professeur Xavier.

Histoire

On retrouve trace d’enfants bien avant l’invention de l’alphabet : ainsi, dès la préhistoire, alors que nos ancêtres prenaient grand soin de réaliser de fières œuvres sur les parois de leurs grottes pour raconter leurs journées, le problème des finitions se posait puisque peindre avec les mains, c’est quand même pas pratique pour les détails. L’enfant servait donc de pinceau RO #20 pour finir les cornes de l’auroch, la trompe du mammouth, ou pour faire des pénis sur le visage de Grülk pendant qu’il dormait (on estime que le niveau culturel d’une soirée d’intégration d’école d’ingénieurs a cessé d’évoluer environ 750 000 ans avant notre ère).

Toutes les civilisations ont connu des problèmes avec les enfants. En Egypte, la tradition voulait que pour être un peu tranquille, on leste les enfants avec des parpaings avant de les emmener à la rivière. Hélas, un soldat inattentif lestant le sien avec une pierre ponce par erreur provoquera un drame national, puisque l’enfant dérivant sur le fleuve local sera trouvé par une princesse Egyptienne qui l’appellera Moïse. La suite, on la connait : c’est le peuple d’Egypte qui finit sous l’eau. Les Romains subiront à peu de choses près la même chose lorsqu’un enfant échappera à leur traque et créera une nouvelle religion où, en hommage aux aventures de Moïse, son exemple, on passera aussi les enfants sous l’eau à la naissance.

Bien sûr, tous les enfants n’ont pas forcément donné de religions, à commencer par ceux de vos voisins dans le train qui s’ils continuent comme ça, vont recevoir votre châtiment divin à coups de pompe dans la margoulette avant de savoir écrire un livre saint. Cependant, la tradition ne s’est pas perdue, et de nos jours encore, l’enfant est souvent considéré comme un demi-dieu, tantôt par ses parents, tantôt par les pédagogues, créatures persuadées qu’elles sont les parents de tout le monde. Heureusement, le corps enseignant, toujours sur la brèche, continue de lutter contre ces demi-dieux en herbe en leur rappelant leur place : de petits étrons qui ne savent même pas leur table de 7.

Laissez un enfant se prendre pour un demi-dieu et voilà ce que ça donne : Percy Jackson. Vous le sentez monter, le remords, là ?

Biologie

De prime abord, l’enfant ressemble à un être humain, beaucoup plus petit, potelé, et disposant d’un énorme crâne dont ne sortent que des idées contestables et des questions stupides (en bien des choses, il ressemble à un spectateur de talk-show), on considère que l’enfant peut porter ce titre jusqu’à la puberté, sujet sur lequel nous reviendrons plus tard.  L’enfant est peu mobile, a des caractéristiques de force, de dextérité et d’endurance qui laissent supposer qu’il se rapproche plus du mage que du guerrier, mais son principal tour consiste à générer des quantités de matière fécale qui défient l’entendement, et parfois même la gravité. La légende raconte qu’ainsi, en 1191 au siège de Saint-Jean-D’Acre, Richard Coeur de Lion aurait, pour décourager l’ennemi, gavé des enfants de Nutella et de Mr Freeze pour ajouter du liquide au mou avant de les faire envoyer par trébuchet par-dessus les murailles. Si dans un premier temps, cela sembla provoquer un certain chaos dans les lignes des sarrasins, ces derniers ripostèrent en tirant une Françoise Dolto en plein milieu des tentes anglaises. Tout le monde s’accorda pour dire que les enfants devraient être interdits dans tous les conflits, politique encore bien connue aujourd’hui.

L’enfant dispose d’un système immunitaire différent du nôtre, puisqu’il s’adapte plus facilement aux différentes menaces bactériennes. Ainsi, si lorsqu’un adulte fait tomber quelque chose par terre, il invoque souvent la règle dite des « 3 secondes », l’enfant est plus proche des 30 secondes, voire des 30 minutes. En même temps, l’enfant est un peu con, ce qui pose quantité de questions sur ce que peut contenir un si gros crâne. Certains érudits prétendent que celui-ci ne servirait en fait qu’à ennuyer maman durant l’accouchement, ce qui est relativement crédible tant emmerder le monde semble être l’activité favorite de l’enfant, juste après se mettre à pioncer n’importe où.

Comportement

Si la plupart des experts s’accordent à dire que le comportement de l’enfant va de « déplorable » à « consternant », il semblerait que les capacités de manipulation du bambin lui permettent de se placer sous la protection d’adultes et ainsi éviter par leur simple présence le courroux qui devrait s’abattre sur lui lorsqu’il saute sur le canapé devant les vendeurs de chez But. Plus narquois qu’espiègle, le caractère de l’enfant est complexe à parfaitement reproduire puisqu’il ressemble à celui d’un candidat de la Roue de la Fortune sous acide : il saute d’une activité à l’autre, et dès que l’on pense qu’il a trouvé de quoi s’occuper 5 minutes sans emmerder le monde, hop, il décide aléatoirement d’une autre activité qu’il veut faire, là, tout de suite, comme l’achat d’un nouveau château Playmobil ou l’assemblage d’un Messerschmitt Me 262 (l’enfant est taquin et pleure très fort lorsque vous lui annoncez que non, papa n’a pas de Messerschmitt au garage). Cette complexité apparente force donc les scénaristes de cinéma à inventer d’autres comportements aux enfants. Ainsi, dans un film, lorsque papa et maman s’enguirlandent, l’enfant et sa coupe au bol blonde apparaissent toujours au milieu de la cuisine pour lâcher une phrase comme « Moi je veux pas que vous vous battiez, vous vous aimez, faites la paix et vivons heureux ! » avant de tourner le dos pour courir vers sa chambre, laissant derrière lui les adultes frappés par la belle vérité sortie de la bouche de leur progéniture se réconcilier.

Alors que dans la vraie vie, en pleine engueulade, le petit Théo se contenterait d’arriver avec des traits de feutre sur la gueule pour annoncer qu’il vient d’utiliser son spirographe pour décorer le canapé neuf du salon. Éventuellement, il ajoutera qu’il a faim et mangerait bien des frites, mais ça, c’est uniquement s’il n’a pas été strangulé d’ici là.

Vous le reconnaissez ? Dieu que vous êtes vieux.

Structure sociale

L’enfant étant un parasite, il recherche avant tout la compagnie d’autres êtres. Lorsque ses parents sont trop éloignés pour qu’il puisse tenter de boire leur âme, il se regroupe avec d’autres enfants comme lui pour errer en bande et s’adonner à des activités aussi passionnantes que jouer à trois petits chats ou faire de la balançoire dans un pneu (hélas non relié à un véhicule). L’Etat ayant depuis longtemps pris la mesure des dégâts que pouvaient causer ces petits êtres si laissés en liberté, il a créé des lieux pour les regrouper sobrement appelés « écoles », le terme de « stalag » étant trop connoté. Le principe est pourtant le même : les enfants sont enfermés, surveillés, et quelqu’un leur répète régulièrement que s’ils veulent faire ce qu’ils veulent plus tard, ils doivent travailler dès aujourd’hui : une formulation courtoise, mais ferme du célèbre « Le travail rend libre« .

Il n’est pas rare de voir des enfants cheminant sous la garde de professeurs des écoles dans les rues de nos cités, et chacun sait qu’il faut s’en tenir à distance : l’un d’entre eux pourrait décider de s’accrocher à vous, et telle la tique là encore, une fois cela fait, les choses deviennent relativement compliquées. N’oubliez pas qu’il est possible de se prémunir de ce genre d’incidents en vous habillant avec goût : les enfants n’en ayant aucun, ils restent à bonne distance des êtres civilisés.

Ce qui, à côté de ça, explique la relative fécondité des amateurs de tuning et des blogueuses mode, mais là n’est pas le sujet.

Communication

L’enfant hurle. Ses cordes vocales étant probablement aussi disproportionnées que son crâne, il en profite, même si la science ne parvient pas à expliquer comment d’aussi petits poumons peuvent expulser autant d’air (on pense que le même phénomène qui s’applique aux intestins touche d’autres organes). Il communique généralement par questions comme « Pourquoi ? » « Quand est-ce qu’on arrive ? » ou « Tu lis sérieusement le Figaro ? » ou se contente de manifester des besoins comme « Pipi« , « Caca » ou « Let me drink your very soul » (si vous lui demandez de répéter, il vous dira « Je veux aller à Vesoul » mais nous savons tous que ce n’est pas crédible, ne vous laissez pas feinter).

Paradoxalement, l’enfant dispose d’une incroyable capacité à rendre con autrui, ce qui donne ce fameux spectacle de l’enfant répétant inlassablement la même chose, parole ou geste, et se son parent à côté répétant « Non, Bichon ! » pour la 687e fois des fois que  Bichon n’ait pas entendu les 686 fois précédentes et qu’il suffise en fait de lui dire non pour qu’il arrête de mordre la jambe du Monsieur, et non de lui mettre un coup de clé à molette pour lui apprendre. L’enfant rend aussi autrui très con en le forçant à lui donner plein de surnoms, voire à dire « Oukilémignonlebébéiléhouiléhoulebébé ? » alors que non seulement ledit bébé ressemble à un Shar Pei fraîchement tondu pour avoir couché avec les allemands, mais qu’en plus, tout le monde sait où il est ce foutu bébé, vous croyez vraiment qu’il va vous répondre en vous donnant sa latitude et sa longitude ?

Lorsque l’enfant n’a plus la force de hurler, il pleure. Lorsqu’il n’a plus la force de pleurer, il gémit.

Parfois, il parle, mais c’est extrêmement rare, et uniquement pour vous baratiner : ne vous laissez pas avoir.

Un seul des deux est capable d’apprendre la propreté

Cycle de vie

L’enfant n’a que deux buts dans la vie : vous faire acheter ce putain d’oeuf Kinder quand vous êtes juste venu chercher le pain, et tenter de reproduire son espèce maudite.  Pour ce dernier point, l’enfant dispose de deux options :

  • le rayon gamma

Lorsque l’enfant trouve un couple susceptible d’accueillir un autre parasite comme lui-même, il tente de faire des choses mignonnes pour attirer l’attention sur lui. Puis, sitôt qu’il a l’attention de la femelle, il tire un puissant rayon gamma invisible à l’oeil nu pour influencer les pensées de celle-ci qui se met à marmonner « horloge biologique« , « fonder une famille » et « kilémignon« . Si à ce stade le mâle du couple n’a pas traversé la fenêtre la plus proche en hurlant « Géronimo« , on peut considérer que c’est foutu : l’enfant a accompli sa mission.

  • la métamorphose

Telle la chenille urticante que vous trouvez dans vos plantes et à qui vous ne laissez la vie que dans l’espoir qu’un jour elle devienne un beau papillon (vous êtes faible), l’enfant tente de gagner du temps en faisant croire qu’il est kikinou et laissant l’espoir aux adultes qu’il peut-être plus qu’un ver rosâtre et bruyant. Si son rayon gamma n’a pas suffit à provoquer l’apparition d’autres parasites autour de lui, et que ses parents ne l’ont pas noyé en le lestant avec le collier en pâte à sel qu’il a offert à maman pour la fête des mères, il lui reste donc l’option de se métamorphoser lors de cette phase majestueuse que l’on nomme courtoisement « puberté ». Là encore, tel la chenille, l’enfant va se créer un cocon pour y disparaître et commencer sa mue. L’enfant étant incapable de tisser proprement un cocon au sens propre depuis l’interdiction de 1874 de les faire travailler dans les usines textiles, il leur faut donc se draper de toutes les merdes qu’ils trouvent : posters de Justin Bieber, t-shirt « Swag » ou coupes de cheveux contestables. Dès lors, leur corps se met à muter horriblement pour essayer de copier l’apparence d’un homo sapiens classique. Cela fait, ils pourront se lancer à l’assaut d’autrui et l’obliger à porter un parasite, mais nous reviendrons une autre fois sur l’abominable passage que l’on nomme adolescence, lorsque la créature est entre deux stades.

L’enfant ayant accompli sa mission, un nouveau cycle peut recommencer, et une fois encore, le monde trembler.

F.A.Q

Ma femme a des envies de fraises, soupire longuement en me tenant la main et je l’ai vue s’arrêter plusieurs fois au rayon poussette, est-elle atteinte ?

Allez immédiatement vérifier son compte Doctissimo : si elle a une signature pleine d’images abominables, c’est qu’elle est foutue. Sinon, il est en effet possible qu’elle soit juste manipulée par le professeur Xavier. Surtout cette histoire de poussettes, c’est assez suspect.

Un enfant a-t-il vraiment besoin d’un papa et d’une maman ? L’important, n’est-ce pas qu’il ait avant tout de l’amour ?

L’important, c’est surtout que vous ayez une batterie de Super 5 et des pinces crocodiles. Avec ça, vous pouvez cadrer un peu le marmot, sinon à 17 ans, il quittera la maison pour faire une énorme connerie, comme par exemple faire de l’art contemporain. Et ce en portant votre nom, et ça, jamais.

Existe-t-il un moyen de se débarrasser du parasite avant que tel un alien, il ne sorte de moi ? Je ne suis pas le lieutenant Ripley, hein.

De toute manière, le fusil à impulsions marche très mal sur ces petits êtres. La méthode la moins douloureuse consiste à l’enfumer tel un renard : attention par contre, lorsqu’il sortira, il tentera probablement de fuir, alors soyez rapide avec le sac en plastique.

Comment dois-je appeler mon enfant à naître ? Théo ? Léa ? Léo ? Téa ? Enzo ? Hugo ? Emma ? 

Vous pouvez aussi commencer par découvrir le monde magique des mots de plus de deux syllabes.

Cet article est un ramassis de conneries. J’ai moi même été un enfant.

Chacun ses problèmes.

Je suis encerclé ! Je… [bruits de tirs] ils sont partout autour de moi ! [détonations] Bon sang, il en arrive d’autres ! J’ai besoin de renforts !

Ah non :  c’est vous qui avez choisi de devenir instit.

103 réponses à “L’enfant, cette créature prodigieuse

  1. First ! J’ai toujours rêvé de dire ça !
    Sinon, Connardoupinou chéri, faudrait mettre un S à Remords sur la deuxième photo.

    • Il y a aussi deux « vous » sous la premiere photo.
      Sans doute une volonté d’appuyer la marque de respect, ou une dyslexie surprise.

  2. Deuz ! Bon sinon très bon article, comme toujours ! Les enfants un phénomène qui nous touche tous…

  3. Voilà longtemps que je n’étais pas venue, ce que je regrette amèrement. Mais alors, que de bonheur en retournant lire vos écrits !
    Délicieux article !

  4. Lorsqu’on connaît bien le sujet que l’on aborde, ça donne de tels articles.
    Bravo, je me permets de partager sur FB, c’est vraiment le minimum que l’on puisse faire.

  5. Ma-gni-fique… Je pense qu’il faudrait l’encadrer en salle des maîtres, chez les parents et dans les garderies. Dans les salles de classe aussi, au vu des exploits de certaines ados qui se retrouvent maman avant de savoir comment remplir une feuille d’impôt (ô Dieu Etat, pardonne-leur d’être devenue plus bêêête que tu ne les as façonnées…).

    Voilà ce que cela donne quand on pond des gamins par besoin, horloge machin-chose et mimétisme…

  6. Le mot de la fin est bien trouvé et succulent. Bravo Cher Maître.

    Toutefois, je fronce des sourcils face à votre vilenie qui suppose que la femme est facilement atteinte par les rayons gamas. Par mon expérience personnelle qui est représentative de la moitié de la population car c’est la mienne et que je le dis, mécréant, alors taisez vous et écoutez, c’est mon Cher et tendre qui désirait un enfant. Et moi qui lui ait bien fait comprendre que ce n’était qu’une honteuse manipulation.
    De même, pour ma soeur qui me disait que « j’ai bien le temps de voir », elle a récemment reconnu qu’elle avait du mal avec eux.

    MMmmh, y a pas quelque chose à propos d’une sauveuse de l’humanité qui devrait apparaître aux alentours de l’an 2013 pour contrer les enfants?
    Non? Dommage….

    Mais Cher Maître, sachez que votre plume est aussi géniale que par habitude. Je vous applaudis Monsieur!

  7. « Après l’Olympe à New York et le Styx sous Hollywood, découvrira t-on que la Pythie loue un appartement dans la banlieue de Chicago pour y fumer ses pétards ? »

    C’est parfaitement possible.

  8. Merci, je vais pouvoir faire passer aux copines atteintes autour de moi, ca va les calmer :)

  9. Une suite à Percy Jackson ? Damnation, cela signifie qu’ils vont adapter tous les livres. On n’a pas fini…
    Sinon j’ai beaucoup ri durant la lecture de cet article, que je vais m’empresser de faire partager à ma mère : ancienne employée de crèche et fan de Françoise Dolto, je ne doute pas qu’elle se sente concernée…

  10. Cher Odieux,
    N’étant pas une grande fan des pelles, je limiterai à 0 le nombre de les LOL et autres, et me bornerai à signaler qu’il manque un tiret à « découvrira-t-on » à la deuxième photo.

    • Une bonne règle de vie pour les grammar nazis: Toujours relire ce qu’on vient d’écrire sept fois pour vérifier qu’il ne s’y cache pas des erreurs plus cons que celles qu’on dénonce :)

  11. Je me demande souvent si la parentalitude rend idiot, ou si le fait d’être idiot est une condition sine qua non pour avoir un lardon.

    Ce midi ( 3615 mavikonssenfou), je patientais pour passer à la caisse d’une cafétéria au nom bien connu, quand un petit monstre, de deux ans à tout casser, a décidé de vider le présentoir à ballons, un par un, et de les apporter à môman. Celle-ci, au lieu de couper court fermement au délire du futur terroriste en le gardant avec elle quitte à le faire hurler, a choisi de tenter d’expliquer au petit Théophane ( pourquoi pas Hildevert, bref…) le concept du « un ballon par enfant ».

    Je vous laisse imaginer la réussite du débat philosophique avec un être qui ne semblait maitriser que « papa », « maman » et « yada » ( après réflexion, peut-être bien que c’était un cyborg germano-russe de déstabilisation socio-économique…)

    • Et donc ? A partir de quel age ou de quel critère selon toi on peux commencer à expliquer le concept du « un ballon par enfant » ?

    • Pour qu’un con ait une chance de devenir intelligent il faut lui expliquer des trucs. Mais j’en convient c’est un travail ingrat qui apporte peu de satisfaction sur une courte période de temps.

  12. La poupée qui dit non !
    http://www.lejournaldepersonne.com/2013/05/la-poupee-qui-dit-non/

    Je croyais à un ordre supérieur, possible, encore possible, toujours possible.
    Mais, j’ai eu droit à un désordre supérieur… réel.
    Une nouvelle page d’une métaphysique des mœurs vient de s’écrire sous nos yeux… sur l’Amour qui ne sera plus ce qu’il était… où l’amour de la nature vient bouleverser la nature de l’Amour…
    Je redoutais depuis longtemps déjà cette promiscuité entre Eros et Eris, entre l’amour et la discorde… l’amour des désaccords sur lequel tout le monde s’accorde.
    Il fallait s’y attendre… à cette nouvelle mythologie du désordre établi qui fait fi de tout ordre préétabli.
    Et pourquoi pas le chaos ?
    Il n’y a plus d’ordre éthique mais seulement un ordre pathétique qui ne se soumet à personne et auquel tout le monde se soumet.
    Ce n’est pas tellement l’amour qui est en cause mais l’image de l’amour…
    Celle que je vais devoir exposer à mes enfants… celle d’un Hollande et d’un François qui exposent un nouveau modèle de société où le genre humain ne sera plus ni masculin, ni féminin… mais hybride… et insipide!
    Non, ce n’est pas tellement la nouvelle alliance qui m’indispose mais cette nouvelle France qui sacralise ce qui ne peut être sacré.
    Le sacré c’est ce qui mérite qu’on lui sacrifie sa vie… Dieu, la patrie ou ses enfants chéris ?
    On m’objectera qu’il n’y a pas plus sacré que la liberté et que c’est la liberté qui a été sacralisée à Montpellier… c’est la liberté qui va fonder et justifier toute cette révolution des mentalités.
    Quelle liberté ?
    La liberté qui va réécrire les mille et une nuits avec un roi épris d’un valet qui a plein de choses à lui raconter sur l’oreiller?
    La liberté que j’aurais quand je chercherais à savoir si mon fils à l’école s’est épris d’une fille ou d’un garçon?
    Non… je n’en veux pas… de cette liberté, je n’en veux pas… je préfère passer pour une arriérée et m’exiler dans un pays d’arriérés où la tradition n’a pas été trahie.
    Vous m’étonnez que certains préfèrent et de loin un régime théocratique à un régime démocratique!

    • Sinon je vends aussi des Rollex, du Viagra, des arnaques (rgos -demi gros & détail) et des disques dur externe de 3 To pas cher qui font 16 Mo.

    • Oh non, je vais encore passer des heures à fouiller le journal de personne. Les vidéos drôles malgré elles, c’est chronophage.

    • « qui exposent un nouveau modèle de société où le genre humain ne sera plus ni masculin, ni féminin »
      Comme le dirait le Dude, ça, c’est juste ton opinion, hein.

      « La liberté que j’aurais quand je chercherais à savoir si mon fils à l’école s’est épris d’une fille ou d’un garçon? »
      Ce n’est pas la vôtre, c’est la sienne.

      « m’exiler dans un pays d’arriérés »
      J’espère que vous aimez votre cuisine et les violences conjugales, c’est tout ce que vous verrez de l’Iran ou du Texas profond.
      Profitez bien de l’Age du Bronze.

    • @le journal de personne : votre site est flippant ! Tout autant que ce commentaire sans aucun rapport avec l’article.
      Tradition, dieu, chaos : vous pouvez utiliser toute la grandiloquence que vous le souhaitez, ça ne donnera pas de la crédibilité à votre argumentation (généralement, quand on sort comme argument « dieu a dit que … » , je sais que la personne n’arrivera jamais à être convaincante).

      • Perso, j’aime bien le journal de personne, il sort de nulle part pour dire du rien sans rapport avec rien, et sa suscite toujours autant de réaction. Mon trollomètre personnel tire un peu la gueule, mais je le prends avec philosophie.

    • Oh mon dieu! Mais cette personne est totalement folle! Monsieur (ou Madame, ça je m’en moque et je ne préfère pas savoir) veuillez retourner céans dans votre contrée d’arriérés et laissez donc les gens civilisés en paix!
      Cordialement,
      Sieur d’Ambroise.

  13. Mais qui se cache derrière l’odieux connard? Tant de pertinence, d’humour dans des nuances de noir, d’amour désintéressé pour son prochain le plus proche (l’enfant dans ce dernier opus), ça ne peut être qu’une femme africaine.

  14. Tellement mais tellement bon ! Merci cher inconnu qui ne le restera pas, en tout cas pas ses lignes, je m’en vais les diffuser de par le mon dentier, afin que l’épidémie ne se propage pas !

  15. « même si la science ne parvient pas à expliquer comment d’aussi petits poumons peuvent expulser autant d’air »

    En fait, ce n’est pas tant la quantité d’air expulsée qui génère le volume sonore que la résonance… essentiellement crânienne. CQFD.

  16. Je m’interroge (où pour utiliser la novlangue en cours : j’essaie de solutionner un questionnement qui m’interpelle au niveau du vécu) : Une semaine d’absence, cet article. L’Odieux Connard serait-il devenu père ? Mon dieu !

    Je vois d’ici le faire part

    « M. Odieux Connard et la Dame qui crie dans la cave sont heureux de vous faire part de la naissance du petit Crevure et vous invite au tabassage rituel. Vous êtes priés de vous munir de votre pelle. »

    • L’OC, père ? Mais vous êtes fou de dire une chose pareille, vous allez lui attirer le malheur !
      J’ai beaucoup aimé le faire-part cependant !

      • Et ben depuis les récents événements, et bien que CIVITAS n’ait pas pû réconsilier l’Église et l’État, les gens comme OC peuvent en effet devenir père.

    • Ça se tient.

      On sait aussi qu’Odieux Connard attaque tout ce qu’il aime, en fait. Sinon. comment pourrait-il connaitre autant ses sujets ou se taper autant de merde au cinéma? Il faut qu’y s’y adonne, souvent et lorsque c’est le cas, c’est que l’on aime le faire. Ce sont tous ses petits plaisirs coupable, c’est évident.

      Cet article avec l’absence, vont dans ce sens, en tout cas. En fait, je parierai même là-dessus.

      • Exactement ce que mon cerveau surpuissant boosté à la téléréalité s’est dit. OC absent car très occupé, puis OC parle de bébés…
        BON SANG MAIS C’EST BIENSUR!!! OC est devenu OCP!

        Toutes nos félicitations, bienvenue à la 8ème merveille du monde.

    • La quantité de matière fécale produite par un nouveau né étant l’une des données scientifiques les plus secrètes au monde, cela semble cohérent.

    • Cher OC, je crois que l’incertitude risque de tuer vos fans. A vous d’éclaircir le mystère : êtes-vous réellement devenu père ?

  17. Ce qui est terrible, cher odieux, c’est que vous collez assez précisément à mon actualité personnelle, et que cet article sonne comme un présage.
    Savez-vous s’il est toujours possible de s’engager dans la légion ? Ou, à défaut, auriez-vous quelques parpaings et un sac de toile (solide) à me confier ?

  18. Merci, Connard.
    Je viens de lire cet article à ma fille (vieille d’un mois).
    Elle s’est enfin endormie. Vous devriez être remboursé par la sécu.

  19. En grande naïve, j’espère encore que le monde sera dominé par les chats. Hélas, plus je regarde autour de moi, je sens que le lobby des bébés sera vainqueur !

    • Héhé, ne vous inquiétez pas chère consoeur féline … Nous avons trouvé la réponse ultime : le bébé chat ! (aussi appelé « chaton », ou « saloperie qui a pourri le canapé »)

      MIAOU VAINCRA !

      • Dans mon cas, « saloperie qui a pourri les plantes en pot », mais je suis avec vous ! Cats power!

  20. Désolé de jeter une ombre au tableau, mais c’est la première fois qu’un de vos artcile ne me fait pas rire, on dirait du… hemm… Florence Foresti (oui moi aussi je peux être un connard).

    C’est archi rabattu et pas méchant pour un sou, quand aux références aux heuuuures noires de l’Allemagne nadzi, elles tombent à plat.

    J’ai des enfants, je sais de quoi sont capables ces bêtes là : le problème mérite un article autrement plus troussé.

    Avouez, vous avez refourguer le boulot à un stagiaire ?

    Allez, reprenez-vous : vite un flim de Nicolas Cage !

      • Je ne vois pas de quoi vous parlez ?!?

        Je préfère partir plutôt que d’entendre ça plutôt que d’être sourd…

      • Non, ce n’est pas triste de ne pas avoir d’enfants. Il faut arrêter de croire que les personnes qui ne désirent pas avoir d’enfants n’ont pas réfléchi et/ou sont complètement stupides ou d’autres raisons invoquées.
        Assez de la suprématie des « parents ».
        La société 2.0 devrait être celle de la liberté : on laisse le choix à chacun de vivre sa vie comme il l’entend sans pour autant juger. Cela semble néanmoins impossible, au nom de la tradition ou autre.

      • Je ne « crois » pas que « les personnes qui ne désirent pas avoir d’enfants n’ont pas réfléchi et/ou sont complètement stupides »… Je n’ai jamais dit ça.
        Je pense d’ailleurs que c’est le contraire. Il n’est pas stupide de ne pas vouloir d’enfants. Nous sommes trop sur terre, chacun devrait agir de la même manière que ceux qui ne veulent pas d’enfant.
        Donc contrairement à ce que tu insinues, je ne penses pas qu’il est « stupide » de ne pas avoir d’enfants, au contraire, je trouve ça très lucide.

        En revanche, je dis simplement que ça doit être triste. C’est tout.
        Chaque fois que je vois le visage de mes enfants, je suis heureux.
        C’est dur, c’est stressant d’avoir des enfants, tu as moins de temps pour toi, pour tes amis, pour ton couple, tu donnes beaucoup, tu as l’impression de vieillir deux fois plus vite, tu baises moins, tu es fatigué plus souvent… et malgré tout ça… inexplicablement, si c’était à refaire, même pas je ne me poserais la question, je dirais oui sans hésité.
        C’est donc cette sensation très abstraite, difficilement définissable, incompréhensible qui me pousse à dire que c’est magique d’avoir un enfants.
        Je ne sais pas si tu as déjà voyagé, mais je compare ça à un long voyage… dans lequel tu te découvres…

        Et puis si je dis que c’est triste, c’est aussi parcque lorsque j’été au coté de mon grand père pendant ses derniers instant de vie (c’est un chose plutôt commune, de voir un grand parent en fin de vie… Tu as peut être déjà expérimenté ça…) je me suis fait la réflexion suivante : putain, s’il n’avait pas eu d’enfants, aujourd’hui il serait seul.
        Et mourir seul, c’est triste je trouve.

        C’est mon sentiment, mais je respecte tout à fait le choix des personnes qui ne veulent pas d’enfants !

      • Mais quand on n’a pas d’enfants, on peut encore garder des amis.

      • Je suis d’accord Floria, et il doit bien y avoir aussi des personnes agées sans enfants qui meurent entouré.
        Mais je pense (car je n’ai aucun chiffre pour le prouver) qu’il y a plus de chance de mourir seul lorsqu’on a pas d’enfants que lorsqu’on a des enfants.
        En revanche j’ai trouvé une étude intéressante de l’INSEE qui explique que « Les risques de décès sont les plus faibles avec deux enfants ». Oui, selon le nombre d’enfants, l’espérance de vie d’un être humain n’est pas la même lol.

      • On risque donc de ne pas mourir à partir de deux enfants? Ils vont nous em…..pendant l’éternité, ces salopiots! Et si on s’en débarrasse à la naissance?

      • Il y a une idée bien romantique du décès derrière tout ça.

        On meurt quand même, savez.

      • Qu’est-ce qui ne nous dit pas que ce sont les personnes avec une meilleure espérance de vie qui ont plus de chances d’avoir deux enfants ? Comme par exemple, ils sont en meilleure santé, etc…

      • Oui, moi aussi j’imagine que les gens ayant une vie différente de la mienne doivent être bien malheureux. Les pauvres …
        D’ailleurs, moi j’ai bien ri … que ça doit être triste de ne pas avoir ri …

      • « C’est dur, c’est stressant d’avoir des enfants, tu as moins de temps pour toi, pour tes amis, pour ton couple, tu donnes beaucoup, tu as l’impression de vieillir deux fois plus vite, tu baises moins, tu es fatigué plus souvent… »

        Je préfère rester triste pour ma part, c’est tellement plus fun !

  21. Merci, merci , merci ! Vous avez exprimé exactement le fond de ma pensée !
    Et je sais de quoi vous parlez. Mon épouse a déjà été infectée à deux reprises. Depuis je fais le guet avec un tisonnier au cas où un troisième pointerait le bout de son nez…

  22. Tous bons médecins vous le dirons, pour éviter de choper cette saloperie, une bon coup de « falcon punch » dans les ovaires de la femelle matin, midi et soir est recommandé. Les tests montrent des résultats impressionnant, avec un taux de réussite avoisinant les 100%. Il est même remarqué que ce traitement pourrait aussi soigné du parasitisme féminin.

  23. J’ai bien ri, et le must pour moi ne concerne pas directement le sujet principal.
    Je vais donc garder bien au chaud « ce fait » scientifique que vous avez eu le bonheur de porter à notre connaissance:

    « on estime que le niveau culturel d’une soirée d’intégration d’école d’ingénieurs a cessé d’évoluer environ 750 000 ans avant notre ère »

    Merci OC.

  24. Très bon article et tellement vrai. J’ai bien ri.
    Je suis témoin d’une épidémie de miochite très virulente en ce moment dans mes amis : 6 cas sur 7 couples en l’espace de 1an et demi ! Il faut que je fasse un stock de sac de toile ?

  25. Oui, très bon article!
    Mais nous sommes des Homo Sapiens Sapiens (nous savons que nous savons).
    Les Homo Sapiens, ceux d’avant, étaient « juste » ceux qui savaient. Et on écrit « aurochs » même pour le singulier!
    Encore bravo, cher Maître, et merci!

  26. Moi je veux bien le professeur Xavier. J’ai donc essayé en mettant une femme enceinte dans le coeur d’un réacteur nucléaire, mais ça n’a pas eu l’effet escompté : non seulement le parasite est devenu fluorescent (ce qui fait qu’on constate sa laideur même la nuit !), mais en plus la pauvre victime du parasite semble avoir fondu … Nouvel effet mutant ?

    Une solution ?

  27. deux fois le rayon gamma m’a eue.
    alors, pour dépasser mon trauma et positiver mon expérience dramatique de la parentalité je suis investie d’une mission de prévention auprès de mon prochain, tvôa. je fais de l’information odieuse visuelle, par contre, parce que je suis pas super courageuse. tiens : http://www.youtube.com/watch?v=yOSBzDJoQNQ

  28. Ho Mr Odieux Connard ! Que ton site est bon ! Qu’il ramène le sourire sur des visages ravagés par la tristesse de ce monde… Je ne sais pas ce qui me fait le plus rire, tes merveilleux pamphlets ou les catégories de tag…
    Abreuve nous encore et toujours de ton verbe !

  29. Cher OC,
    Je ne peux pas dire que je suis d’accord avec tous vos arguments. De plus vous appuyez surtout sur les mauvais côtés. Et que faites vous de ces moments épiques qui se nomment « les premières fois », que les parents découvrent le cœur au bord des lèvres et les larmes aux yeux. Bien-sur, à la quatrième ils retrouvent leurs bonnes vieilles envies de meurtre, mais la n’est plus la question. La seule véritable vérité est en fait

  30. Je ne connaissais pas…. C’est tout simplement excellent ! par contre, cet article vient de m’ouvrir les yeux… Je suis vieille !!!! eh oui j’ai eu un jour un spyrographe !!!

  31. Aaah, le spyrographe! Aaah, Percy Jackson dont la suite de l’adaptation prochaine et quasi subite me donne envie de gerber!

    L’autre fléau des enfants, c’est quand ils sont en activités de scoutisme, à squatter, hurler, « gambader » dans les trains qui vont vers la campagne ou la forêt… Que ne donnerai-je pour un peu de répit durant mon voyage ferroviaire!

  32. « I say we take off and nuke the entire site from orbit. It’s the only way to be sure. »
    – Ripley. Aliens, 1986.

  33. Merci odieux connard. Enfin je te retrouve après quelques productions faibles où à force de regarder des films niais, tu commençais à virer au politiquement correct, et qui me laissaient penser que tu avais passé la main à un journaliste de notre glorieuse presse nationale; prompt à célébrer la richesse du septième art. Heureusement un coup de vent malencontreux, une pluie de sauterelles ou tout simplement de nouveaux voisins ont réveillé l’odieux connard qui commençait à sommeiller en toi.
    Dieu merci l’odieux connard est revenu avec sa verve sanguinaire et son humour regrettable.
    Saint odieux connard, je vais de ce pas faire un sacrifice pour te préserver de la verve conforme (car n’oublions pas que dans conforme il y a con) et te protéger de l’usure qui assaille tout philosophe.
    Merci mon frère d’être redescendu parmi nous, et continue à nous galvaniser de ta parole fétide et néanmoins si rafraichissante.

  34. Brillante illustration de l’adage : « Les enfants mènent les femmes, qui mènent les hommes, qui mènent les affaires »

  35. Les enfants, le mieux c’est d’être payé pour les emmerder (genre, tu donnes des cours de musique, ça marche bien)
    (Le spyrograph, ça ne m’a jamais emballé, je trouvais ça d’un chiant ! En revanche j’ai eu le kit de pyrogravure, ça, c’était cool…)
    Excellent article, vraiment très drôle, bravo !

    http://le-blog-de-clou.blogspot.fr/

  36. GENIAL ! Comme toujours, mais cette fois c’est particulièrement bien pondu… Enfin un blog qui nous permet de pouffer de rire, c’est tellement rare de nos jours. Merci et bonne continuation !

  37. Je crois qu’on tient là un des meilleurs articles du blog. Il n’y a absolument rien à jeter et on y constate même de nombreux passages relevant du pur génie.

    Si j’étais une femme, je vous féliciterais par cette phrase : « Odieux, je veux porter vos enfants ».

  38. je trouve tout cela bien mauvais, car un enfant c’est quand même la promesse d’une dizaine de tonnes de déchets à venir. Un bel espoir pour notre petite planète qui en manque (de déchets ou d’espoir c’est selon).

  39. J’veux pas enseigner. J’veux paaaaaaas…. Y a des… des… DES ENFAAAANTS!
    Une agrégative en fin de course qui songe à saborder son oral.

  40. Salut à tous ! J’ai récemment créé un blog de cinéma à la fois classique dans les critiques et en même temps en rapport avec l’actualité, une qualité que je recherche dans les films que je regarde. J’aimerais avoir votre avis pour pouvoir continuer sur ma lancée. N’hésitez pas à commenter, tous les conseils sont bons à prendre ! Voici le lien :
    http://mperspective.canalblog.com
    Merci du temps que vous m’accordez, Clément

  41. Cher odieux, ma compagne a été touchée dernièrement par le fameux rayon gamma. Malgré tout mes efforts, entre autre la pose de piège à loups et l’achat d’un container approprié l’infection n’a pu être résorbée. En effet, celle-ci a été atteinte du syndrome appelé « double take » et face à l’arrivée non pas d’un gremlins mais de deux, je n’ai pu me décider à temps et choisir lequel abattre en premier.
    J’implore donc votre aide pour trouver le meilleur endroit pour placer ces chers tête blondes au feu rouge le plus rémunérateur possible (ils sont tout équipés, raclettes, seau remplis d’eau sale et chaussettes trouées), l’entretien de leur cage m’obligeant à employer à temps plein un sans papier afin d’évacuer régulièrement le trop plein de fumier.
    Si vous connaissez personnellement votre fournisseur en outillage, vous pourriez lui suggérer de lancer toute une gamme d’outil à double effet; pelle double, sac grande contenance, etc. Peut-être un bon créneau marketing.

  42. Je me souviens de votre consultation, à la fin du mois dernier. Lorsque je vous ai vu entrer dans mon cabinet avec cette pauvre femme enceinte, ma première idée fut de virer ma secrétaire, celle-ci n’ayant pas fait le travail de filtrage qui est l’essentiel de sa tâche.

    Je vous ai quand-même pris en consultation, une fois n’est pas coutume : le spectacle de misérables comme vous, à condition que ce ne soit pas trop souvent ni trop longtemps, me rappelle que rien ne me prédestinait à bénéficier d’une situation plutôt enviable. Ce jour-là, j’ai même fait une bonne action.

    Bien évidemment quand j’ai vu cette pauvre femme enceinte et vous, minable, au regard torve, individu mal foutu et mal-comprenant qui sembliez être le père, la charité m’a d’abord suggéré de vous proposer un avortement : ce pauvre gamin à naître, qui serait certainement taré comme ses parents et qui devrait en plus subir pendant des années la pénible présence de ses géniteurs (j’ai eu moi-même, ce jour-là, beaucoup de difficulté à supporter votre présence pendant seulement un quart d’heure), ça m’a paru trop cruel pour l’enfant. Mais je me suis ravisé, me souvenant que Beethoven était le septième enfant d’une famille de tarés.

    Car la nature fait des miracles. On ne connaît pas encore tous les mystères de la génétique, on ne sait pas comment, il y a environ cinq millions d’années, une espèce de singe s’est transformée en homme. On ne sait pas non plus comment aujourd’hui certains hommes, comme c’est votre cas, régressent de cinq millions d’années tout en se croyant très intelligents.

    Ni comment ils peuvent exceptionnellement produire ensuite des enfants dont quelques-uns sont en avance de plusieurs millénaires. Ce sera peut-être le cas du vôtre et c’est pourquoi j’ai décidé qu’il valait mieux le laisser naître. Bien entendu, il va souffrir entre des parents tels que vous mais ce n’était pas un motif suffisant pour le tuer.

    L’enfant de Connard va donc naître. Si ses abrutis de parents (c’est de vous et de Madame que je parle) ne le cassent pas, il sera peut-être un génie. Pour lui conserver quelques chances, je vous ai signalé aux services sociaux aussitôt après votre visite. A la moindre incartade de votre part vous irez en prison ou en hôpital psychiatrique et l’enfant sera placé en de meilleures mains.

    Il aura ainsi la possibilité de devenir ce qu’il doit être et non pas « Mozart assassiné » comme Saint-Exupéry en exprime le regret dans Terre des hommes : un des nombreux livres que vous n’avez certainement pas lu, compte tenu de vos préférences culturelles pour les films débiles que vous perdez votre temps à visionner pour le plaisir malsain d’écrire ici, urbi et orbi, qu’ils sont mauvais.

    Ces films atteignent leur objectif mais ça vous dépasse complètement : ils sont faits pour favoriser la consommation de pop-corn et de boissons qui creusent l’appétit parce qu’un peuple d’obèses ne pose jamais de questions : aussitôt qu’on lui dit de le faire, il va bombarder les Aliens qui ont envahi le monde extérieur.

    Je pourrais vous laisser écrire sur votre blog les conneries que vous voulez écrire et c’est ce que je faisais jusqu’à présent. Mais vous dépassez les bornes en calomniant les enfants qui, d’ailleurs, ne peuvent pas vous répondre. Je réponds aujourd’hui à leur place en ma qualité d’ancien enfant maltraité devenu papa-poule.

    Vous qui haïssez les enfants comme vous haïssez tout et comme vous vous haïssez vous-même, avez-vous observé (non, vous n’avez certainement pas observé) que tout ce qui existe était hautement improbable avant d’exister ? Que votre enfant soit un génie, c’est hautement improbable mais ce sera peut-être quand-même le cas comme ce fut celui de Ludwig van B.

    Vous n’aviez certainement pas prévu non plus, Monsieur Connard, que le Docteur Maugrin viendrait ici pour s’adresser directement à vos lecteurs au nom des enfants sur qui vous déversez votre fiel.

    Gardons espoir : les actions positives que vous aurez été incapable d’accomplir pendant votre passage sur Terre, peut-être l’un de vos descendants les accomplira. Alors votre existence, que l’on espère le plus courte possible, n’aura pas été complètement inutile.

    Mais si un jour vous méritez une reconnaissance posthume, ce sera par l’intermédiaire de ces enfants pour qui vous avez tant de mépris. Et n’essayez pas, lâchement, de faire croire que c’était de l’humour.

    Finalement je n’ai pas viré ma secrétaire.
    Signé (illisible) : Docteur Maugrin

    • J’ai d’abord cru a une blague en lisant ce message, et d’ailleurs j’hésite toujours. Je pense que tu n’as pas compris le message de connard, et je me contenterais de répondre à une seule de tes questions: est-ce vraiment de l’humour? Oui et pour montrer cela, la dernière phrase suffit: « Ah non : c’est vous qui avez choisi de devenir instit. » : Le maitre des lieux est lui-même instit.
      Retenons seulement une phrase: ne pas confondre la personne avec son personnage.

  43. Franchement, c’était trop dur de rentrer dans une boulangerie, de voir les œufs Kinder aux couleurs blanches et rouges, et de résister à la tentation de demander à ses parents. Et c’était une souffrance pour l’enfant aussi que de demander à ses parents , en sachant qu’il y avait 99% de chance de recevoir un « non avec les gros yeux » après de nombreux efforts. C’était comme un entretien d’embauche, ou obtenir un appartement sur Paris…

  44. Mmmh… Cette FAQ manque de réponse, je suis toujours en quête d’un bon projectile anti CRS moi :/
    Excellent article, vivement celui sur la puberté :)

  45. Cher Odieux,

    J’ai encadré votre article, je l’ai mis au mur et je pries devant tous les soirs !
    C’est le plus doux des poèmes pour l’utérus libre que je suis ★

    Et comme disais Gierdé (qui doit aussi prier devant vos textes, j’en suis sûre): « on peut les noyer, on peut les étouffer, on peut les brûler, on peut les congeler…Mais le meilleur moyen de les éviter, c’est de s’en protéger ! » ;o)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s