Un débat, c’est magique

Bon.

Comme je vous sens turbulents, je crois qu’il est temps de détendre l’atmosphère avec des cartes à jouer. Comme vous le savez, dans un bon débat – comme il a pu y en avoir pas loin d’ici il y a peu – il est aisé de se tirer d’un mauvais pas en utilisant le bon mot au bon moment. En effet, il existe principalement deux manières de débattre : celle consistant à argumenter avec son adversaire, l’occasion de devoir renforcer son argumentation tout en, pourquoi pas, apprenant un ou deux trucs et essayer de convaincre son auditoire, et la technique dite de l’indignation (puisqu’il en était sujet), permettant de se draper dans sa cape l’air outragé en expliquant qu’il ne saurait être question de répondre à un argument, et d’expliquer en quoi il est faux des fois que ça puisse convaincre quelqu’un (fous que vous êtes), en arguant du fait qu’il est rac/mach/droitdelhomm/cycl/paternal (biffez les mentions inutiles) – iste, et que donc, je ne mange pas de ce pain là mon petit Monsieur, le problème de ton argument, c’est toi !

Aussi vous propose-je tout simplement, loin d’un article, cette humble carte issue d’un célèbre jeu où la magie côtoie le pognon que vous pourrez suggérer à vos amis lorsqu’ils utilisent l’argument du néant, par exemple en les invitant à la découper sur leur écran, ou en cas de discussion direct, en leur agrafant sur la joue (vous êtes de gros taquins quand même).

Débat magique

Attention tout de même : si vos amis ont la référence au bas de la carte, vous n’êtes pas obligé de leur péter la gueule tout de suite. Tout comme s’ils ont utilisé des mots en -iste hors-catégorie, comme jeu de piste, moine trappiste ou copiste (sauf en référence à Jean-François, auquel cas c’est mot compte double).

Sur ce, je retourne tirer aléatoirement le gagnant du cigare et répondre aux demandes en mariage. C’est dur, la vie de blogueur.

114 réponses à “Un débat, c’est magique

      • Cher odieux,
        Étant donné le nombre de gens vous courant sur les nerfs en faisant du rien, il pourrait être intéressant de vous munir de la carte « Rien ». C’est pas cher (un mana bleu) et ça fait toujours plaisir.
        Cordialement.

    • Domage, c’est un rituel, un éphémère m’aurait semblé plus adapté vu que l’éphémère est en réponse alors qu’on ne peut lancer le rituel qu’à son tour ! ;)

      • Ça s’rait-y pas une « incinération », la carte de base ?
        Je sait, on s’en tape, j’veux juste montrer ma, allez, osons le, culture. Pis ça m’a fait plaisir de voir cette référence.
        On vit des moments incroyables, tout de même !

      • Nope, vu qu’Incinération est un éphémère.
        Perso, vu que c’est une bord blanc, je parierai plus volontier sur un Marteau Volcanique; bien qu’il soit plus probable que la carte ait entièrement été généré au moyen d’un logiciel de création de carte (il y en a des très bien en ligne, après tout).

  1. correction: « rac/mach/droitdelhomm/cycle/paternal » -> il faudrait mettre « cycl » et non pas « cycle ».

      • J’en profite pour signaler le « propose-je » qui n’est pas correct (on attendrait « proposé-je », me semble-t-il). Pardon, mais j’ai toujours rêvé de faire ma puriste sur ce blog.

  2. Il faudrait faire une carte extension en « eur », aussi, ça marcherait très bien pour traiter son adversaire de dictateur, accapareur, conservateur, calculateur, dissimulateur, provocateur, etc.
    Remarquez à ce rythme, vu la richesse de la langue française, on va pouvoir faire plein de cartes extension, qui vendue au prix unitaire de… comment ça, profiteur?

  3. 2 mana pour cette carte c’est franchement abusé d’autant plus que c’est un rituel. C’est de niveau Corbeau de l’orage quoi…

    • En plein débat pour savoir si ta combo/finish de cartes marche ou pas, 2 mana pour dire que t’as raison et puis point, c’est pas mal puissant.

  4. Hahaha ! Ben faut créer le jeu ! à Berlin ya une boîte d’édition que ça intéresserait j’en suis certaine ! ;-)
    (ça me fait penser à la parodie des Inconnus : « Avec Jorétapo, éveillez vos enfants à la vie politique. Jorétapo, un jeu Fernand Satan »)

  5. On a le choix entre le suicide, la 12,7 sur tourelleau en face du troupeau et un épanchement intelligent. J’ai jamais cru en l’intelligence humaine, c’est dire si je suis heureux d’en rencontrer une parcelle des fois. Merci!

  6. C’est cher payer un mot en -iste… Même pas en éphémère, même pas en bleu. Piètre carte en somme.
    Il fut un temps où je jetais mon argent par les fenêtres pour acheter de ces cartons magiques qui émoustillent les âmes d’enfants. J’ai arrêté le jour où j’ai compris que les cartes fortes étaient dans les jeux des autres, pas dans les miens.
    Je propose une autre technique : au cas-où le malin interlocuteur aurait une réplique au Mot en -iste, on peut nier d’entrée de jeu l’utilité du débat puis s’enfermer dans un mutisme absolu.
    Se délecter de la frustration engendrée chez ledit interlocuteur n’a aucun prix.

  7. J’avais fini par me douter, à force de références réitérées, que vous aviez été un temps (si ce n’est toujours?) un joueur de Magic.

    D’ailleurs, sachez qu’à cause de vous, j’ai perdu ma faculté à m’abrutir béatement devant des films d’une stupidité abyssale. Impossible de se distraire à coup de poncifs et de situations surannées désormais. Je passe maintenant pour le rabat-joie de la discussion post-cinéma. Je vous hais.

    • Haha content d apprendre que je ne suis plus le seul a passer pour a vieux relou jamais content, en meme temps un de mes colloc achete majoritairement des bluray dit « de merde » genre hunger games,abraham chasse les vampires,transformer,avatar et j’en passe des plus merdeux…

      A 20 balles la galette j’ai presque pitie de lui parfois.

    • Moi j’arrive toujours à apprécier la plupart de ces films, et je m’amuse même d’autant plus en détectant lesdits poncifs. La chasse est devenue un loisir à part entière. Merci, Mr Connard !

      • Chère Pince à linge, je suis exactement comme vous; je vais voir un film pour chasser les poncifs et les incohérences…

  8. Cher Odieux,
    outre ma joie sans nom de decouvrir que votre production deviens presque hebdomadaire ces derniers temps, je ne peux m’empecher de clamer ma devotion aux dieux sombres des que je vous vois citer Warhammer ou Magic ou autre reference du genre.

    Cela dit, il me semble important d’ajouter une mention sur votre carte « ne peut etre contre a moins d’une argumentation encore plus conne ». En effet mes souvenirs de ce jeu me font dire qu’un contresort est vite arrive. Malheureusement les mots en -iste ne sont pas si facilement contrables (ou alors c’est que meme les « intelligents » sont des blaireaux…)

    Continuez comme ca, vos posts sont toujours geniaux!

  9. La carte -iste c’est bien, mais il ne faut pas oublier son synchroniseur YuGiHo qu’est la carte en -isme.

    D’ailleurs petite aparté, mais l’indignation marche également pour soutenir quelqu’un. Le nombre de politiques indignés du sort de Sieur Cahuzac depuis hier soir est impressionnant … à moins, ah oui j’oubliais que la carte pipeau fait partie de base de l’arbre d’évolution de l’Homme Public :)

  10. Pour faire une critique mesurée de vos propos contre l’indignation, je ne dirais qu’une chose. Il est parfois tout aussi facile de prendre la position du sage arbitre. Mais il ne faut pas oublié que ces femmes ont de bonnes raisons de s’indigner parfois. Et je n’ai pas trouvé que l’article en question était idiot et sans argument. Il montrait surtout ce que vivent certaines femmes. C’était plus un appel aux hommes intelligents à les soutenir. Essayer de leur faire comprendre que non, ça n’est pas rien ce qu’elles vivent.

    Quand on est quelqu’un d’intelligent comme vous monsieur connard,on a souvent la tendance à penser que si pour soit tout va bien, alors il en va de même pour les autres. Du genre « je ne suis pas sexiste, alors je trouve que c’est exagéré ce qu’elle dit ».

    Mais n’oublions pas qu’à exiger la perfection d’un article, qu’il soit uniquement intellectuel et pas passionné (cf l’indignation), n’est ce pas aller dans le sens d’une forme d’élitisme (mot en isme, tiens!)?

    Thibault, un fan de l’odieux connard.

  11. Pas de « n’est qu’un » dans la citation originale: « George est un fasciste de merde ».

    Comment ça « intégriste » ? … mais … eh, c’est pas juste !

  12. Solipsiste !

    (J’aime bien celui-là pour clouer le bec : ça fait intelligent, vu que personne ne le comprend, et que personne n’ose dire qu’il ne le comprend pas. Et paraître intelligent, c’est bien pour être crédible dans un débat.)

      • « Parfaitement, je pense que vous n’existez pas, ce débat est donc inutile car étant le seul être humain au monde j’ai forcément raison. »

        Ha, ha, ha.

  13. Au coin de ma rue, pas loin du cordonnier il y à un café-philo où fort de débattre, plusieurs personnes s’exprimaient avec des gestes pleins les mains. Ayant lu ce blog, plein d’assurance et de chips, j’étais fier de moi lorsqu’au vol je pris le sujet du débat pour interloquer les protagoniste avec ma parade : « vous êtes comme le gaz de Schiste ». J’en reviens à l’instant, avec autant de déchéance que Madonna après un concert chez les moines Trapistes.
    Monsieur vous êtes un menteur.

  14. Dites donc là?!! Faudrait prévenir le lecteur avant de balancer du « Jean François copiste » ça pique les yeux tout de même!!
    Ce tweeteriste fait tout ce qui est humainement possible pour se faire insulter, à 151€ le juron, imaginez la rente potentielle de cet arriviste-opportuniste de merde!!

  15. Amusante analogie avec le duel Magic pour défendre la valeur du « débat » qui commence à être un peu trop confondu avec « combat ». Mais M. l’Odieux, ne seriez-vous pas un peu sophiste ? :P

    Malheureusement, le débat ne fait plus recette. S’il existait un « débatomètre », je suis sûr que l’on arriverait aisément à mesurer des scores négatifs (celui qui précéda le second tour des présidentielles l’année dernière a dû atteindre un niveau jamais égalé dans les profondeurs de cette hypothétique échelle). L’indignation est tellement plus simple et moins coûteuse. Elle peut même rapporter gros si on prend l’air d’un chat battu…

    • Il a écrit un article contre les Sophie. Il est donc peu probable qu’il soit sophiste.

      Blague pourrie \o/

  16. Sinon, il y a la carte « Elie Semoun, Répurgateur ».

    Pouvoir: Faire cesser instantanément toute conversation par le simple sort « Au bûcher », incanté en hurlant, la bave au lèvres et le regard malveillant.

    Malus: Risque de faire interner (ou bastonner) son utilisateur, au bout du douzième emploi.

  17. Il reste un gros problème… si le gars d’en face c’est George, il sort sa carte « Réplique qui tue de l’homme le plus classe du monde », exemple :

    « Tu n’es vraiment pas très sympa. Mais le train de tes injures roule sur le rail de mon indifférence. Je préfère partir plutôt que d’entendre ça plutôt que d’être sourd. »

    • Ceci dit ce n’est pas grave car la bave du crapaud n’empêche pas la caravane de passer.

      • Derrick, ou vous êtes un rhétoricien redoutable, ou vous êtes un parfait crétin… mais vous avez réussi à me perdre, là.

  18. Veux tu simplement te marier avec moi ? comme ça, on pourra ne pas avoir de gosse :D, rerere et REREgarder ce film si merveilleux :D et :3 :3 on pourra jouer aux cartes 3:

  19. On va manger ! Des chiste ! Quoi c’est tout ce que ça te fait quand je te dis qu’on va manger des chistes ?!!!

  20. Enfin la morale de l’histoire, c’est qu’on peut se lancer dans un débat sur twitter. Comme quoi Nadine Morano avait raison … (bon ok je sors).

  21. J’aime beaucoup vos références, mon cher Odieux ^^. Vous m’avez donné envie de revoir ce film grâce à une seule réplique, toutes mes félicitations !

      • Je déteste les animaux préhistoriques partouzeurs de droite. C’est de la merde de mélanger comme sa la moitié de mon identité et mes répliques, vaux mieux faire les choses dans l’ordre.

  22. Bonjour cher OC,
    Cela fait un petit moment que je vous lis, et puisque cela s’inscrit dans la durée je peux le dire sans honte : « j’aime bien ce que vous faites » (mais je ne vous octroierai pas de « like », faut pas pousser non plus hein, d’autant que vous pourriez le prendre comme une insulte).
    Si, si.
    Enfin, globalement.
    Parce que dans le détail, il y a quand même un truc qui me turlupine (j’adore ce verbe), une petite pensée de rien du tout qui me fait voir vos publications sous un autre angle, du moins celles qui abordent ce sujet passionnant de la rhétorique et de l’art de débattre.
    Je veux dire :
    N’êtes-vous pas à l’exacte image de ceux que vous décriez ?
    Parce que, en gros, à part faire des phrases rigolotes dans un blog …
    Comment se fait-il que nous n’ayons pas encore entendu parler de vous aux infos, genre « un inconnu agresse la leader du FEMEN en lui balançant 30L de sperme d’éléphant dessus » (ou tout autre exemple dans la même veine) ?
    Avez-vous créé un quelconque groupe d’action ? Un mouvement ?
    Non ?
    Bin alors ? Vous ne faites que vous … vous indigner ?
    Finalement, je préfère quand vous parlez de cinéma

    • Le souci chez OC, c’est l’anonymat.

      Grâce à ce phénomène, sans doute destiné à contrôler son identité, il devient facile de supposer que s’il ne se vante pas de telle action – ou ne prouve pas qu’il agit – c’est qu’il ne fait rien.

      Et pourquoi « créer » un mouvement quand on peut en rejoindre un ?

      En fait : faudrait-il que tous les groupes ne soient composés que d’une seule personne ?

      Plus tordu : rejoindre une action existante condamnerait-il au silence (porte-parole étant une fonction qui n’existe pas) ?

      Autrement : tout combat qui ne kidnappe pas la caméra est-il foncièrement inutile ?

      VOUZAVÉKATREUR.

      • Créé, ou rejoint si vous y tenez (mais dans l’absolu vous avez raison certes).
        Je souhaitais simplement réagir en arguant que l’anonymat ne se prête pas bien, à mon sens, au contenu de cet article. Ou vice-versa, c’est selon.
        Pas plus que le medium de publication d’ailleurs :
        En gros M. OC s’indigne anonymement sur un blog, contre les gens qui s’indignent anonymement sur internet (de manière plus générale).
        Je trouve que c’est juste un peu incohérent, voire absurde en soi. Où est donc la carte pour « soph-isme » ?
        Ah, après on ne peut pas toujours être bon hein …

  23. Cher M. OC

    Vous avez certes raison dans l’immense majorité des cas, vous assumez également totalement votre mauvaise foi le reste du temps.

    Je me permets néanmoins de réagir à votre article qui me semble appartenir un chouia à la 2ème catégorie…

    Ayant lu l’article et me comptant parmi (OMG c’est devenu un gros mot, ces derniers temps) ces odieuses femelles féministes et pire parmi ces stupides bécasses qui se permettent de jouer… J’ai hésité à vous répondre me disant que mon point de vue serait biaisé… Et puis après tout allons y… ajoutons un peu d’inutilité à un débat qui ne se passe pas armes en main dans la rue….

    Alors oui vous avez raison à 100 %, il serait temps que les gens agissent au lieu de rester derrière leur ordi… ‘fin attendez un peu… On parle de quoi là ? la communauté geek qui se trouve ? oups…. ‘fin pas grave.

    Ensuite prendre votre plus belle plume pour assassiner un article… ben oui ? On parle d’un article là… A ce qu’il me semble la « presse » c’est le 4ème pouvoir non ?

    Mais passons c’est après les « like » que vous en avez… Peut-être les personnes qui font passer le message souhaitaient toucher les « amis » misogynes ? Non ce n’est pas possible ? Sommes nous obligés immédiatement de braquer une arme… Ne pouvons nous utiliser le débat ?

    J’imagine que l’article vous a prodigieusement ennuyé car vous ne semblez pas avoir tout lu… Ca me déçoit de votre part étant donné les heures que vous avez passé à visionner d’immondes bouses (pour notre plus grand plaisir d’ailleurs) dans des salles obscures….

    Que les jeux soient un tout petit peu « designé » en fonction d’un public masculin (euphémisme ?) est certes dommage mais l’immense majorité de l’article concerne l’attitude de certains geeks de genre mâle face à des pauvres dindes qui aimeraient pouvoir jouer aussi…

    Cela ne mérite -t-il pas un article ? Ne peut-on conseiller à ses amis de le lire ? Il ne s’agit pas de militantisme mais d’information … non ?????

    Bref, après ma petite diarrhée verbale je vous laisse à votre juste cause sur votre cheval blanc….

    Respectueusement

    • Hey sans t’écrire un pavé ou avoir la plume d’O.C, et bien que tu ne m’aies pas adressé la parole, je vais te répondre goujatement.

      L’article est bien, contrer les discriminations dont les femmes font l’objet c’est une chose tout à fait utile.

      Mais, sans répondre à la place d’O.C., je pense que sans mettre un flingue sur la tempe des gens, proposer des jeux moins « ciblés » pour le mâle alpha en manque de testo, était plus le type d’action qu’il envisageait. Pour faire avancer. Parce que les protestataires, on sait ce que ça donne.

      Et pour ma part, l’objet de ma réponse, le vrai. Contrer une dérive c’est bien, une discrimination (sans vouloir galvauder le terme plus qu’il ne l’est). L’auteurE nous montre à quel point elle et d’autres sont victimes de cela (par le marketing, la communauté, etc.). C’est de l’information, on est d’accord. Mais alors ce que je trouve odieux, et même pas drôle, c’est l’enrobage de cela par une défense de la théorie du « gender » (car oui ça vient d’Outre-Manche comme tout ce qui est dégueulasse). Théorie qui ne défend pas une discrimination mais tout un projet de société, dont tu auras bien compris que je ne fais pas la caution. Et faire un petit mélange bien pourri de ces deux choses, pour moi, c’est malhonnête.

  24. L’odieux connard se rend compte qu’écrire des spoils suscite peu de commentaires sur Twitter, sur Facebook et sur son blog.

    En revanche, faire des articles sexistes, dire que les féministes nuisent à leur « combat » à cause de leur « discours », et faire comme si les discriminations inconscientes et quotidiennes fondées sur le sexe n’existaient pas (« l’agnoslipisme », ça s’appelle = faire comme si ce qu’il y a dans le slip des gens n’influe pas dans une discussion portant sur les inégalités dues au sexe des gens = croire que les choses n’existent plus si on se bouche les yeux et les oreilles très très fort), ça suscite plus de réactions et de commentaires.

    Pour ma part, je tombe moi-même dans ton piège en te commentant, mais je le fais sans trop de scrupules : je suis en effet persuadé que tes lecteurs, et en particulier tes lectrices, vont fuir ton blog progressivement. En tout cas, c’est tout le bien que je leur souhaite.

    J’attends avec impatience ton prochain article qui dira que les noirs et les arabes qui luttent contre le racisme sont en fait caricaturaux, s’y prennent mal, ou sont stupides. Si ça suscite des torrents de réactions, on peut être sûr que tu en feras une dizaine du même style.

    Fabrique-toi donc une carte « Opportuniste » et « Larbin » (faible avec ceux qui oppressent, impitoyable avec ceux qui luttent) et colle-la sur ton front.
    Ca t’ira comme un gant.

    Bien à toi,
    Jul

    • « je suis en effet persuadé que tes lecteurs, et en particulier tes lectrices, vont fuir ton blog progressivement »… sauf celles qui ont un soupçon de 2nd degré, voire, chose incroyable, de l’humour…

      • Surprenant, cette faculté à retomber toujours dans le même schéma de « si tu ne ris pas à mes blagues sexistes alors que tu es une femme », « si tu ne ris pas à mes blagues racistes alors que tu es black/beur/issu de l’immigration… », « si tu ne ris pas à mes blagues homophobes alors que tu es homosexuel », etc., tu n’as pas d’humour…

        Pour rebondir sur le sujet initial de ce post, soit le post précédent, donc, celui qui parlait de l’article du blog « Genre! », ceci est une illustration évidente qu’il faut communiquer par rapport à ce genre de choses, et qu’en parler est loin d’être inutile, puisque les gens ne le comprennent apparemment pas forcément d’eux-mêmes.

    • Etes-vous bien certains de ne pas aller un peu trop loin, les uns comme les autres ? (La netiquette, vous ne connaissez donc pas ?)
      Hypothèse :
      Peut-être OC ne fait-il que se moquer des gens excessifs, sans chercher à faire passer quelque message que ce soit autre que la moquerie, et particulièrement de ceux qui dépassent le format : en cela l’actualité récente est plutôt riche (ainsi va la France) ; or avez-vous remarqué que, bizarrement, les sujets de ses posts ont une tendance assez nette à suivre l’actualité justement ?
      De là à en faire un complotiste-crypto-anarcho-fasciste-et-plein-de-termes-en-istes … au pire on pourrait dire qu’il n’est juste pas forcément très malin dans les choix de ses sujets : certains écueils sont connus pour attirer les trolls de toutes sortes.
      Ou peut-être que c’est bien ce qu’il recherche : je serais curieux de savoir s’il rigole en vous lisant.
      Hé, sérieusement : vous croyez tout ce que vous lisez sur le net ?
      Dit autrement : vous croyez que les gens pensent forcément ce qu’ils écrivent sur le net ?
      3ème façon : vous ne savez pas lire entre les lignes, ou c’est juste que vous ne comprenez pas le second degré ?
      Beati pauperes spiritu …
      —————————————————————————————–
      Maintenant, je me trompe peut-être aussi.
      Autre hypothèse : laisse tomber ton anonymat bidon, Odieux Connard !
      On t’a reconnu, Jean-François Coppé ! :D

    • Moi aussi je peux avoir une carte opportuniste ?
      (larbin ça implique de faire du travail, donc non merci)

    • Zut à la fin ! C’est vrai quoi !

      Quelqu’un qui ose parler de l’actualité dans son blog !?!?! Pire : qui ose être en désaccord avec ce qui se passe/dit quelques fois !!!!!

      C’est absolument scandaleux !

      Je m’indigne !

      Ce sont des méthodes dignes d’Hitler ! Blogiste !!!

      Bon, voilà, j’ai fait le tour des poncifs du commentateur Web, je me mets en pause ^^.

      Ah non, juste un petit quelque chose à vous dire cher Julien : votre conseil aux femmes, de ne plus fréquenter ce blog, est une profonde insulte envers icelles. En effet, par ce conseil, vous supposez qu’elles n’ont ni second degré, ni humour. Ni même qu’elles sont capables de lire quelque chose de soit disant anti féministe sans fondre en larmes, ou de se défendre toute seule face à de supposées attaques sexistes. De plus, j’ajoute que vous êtes également un gros méchant face aux hommes, puisque vous conseillez SEULEMENT aux femmes de fuir ce blog. Or, vous semblez ainsi suggérer qu’il est tout à fait impossible pour un homme d’être choqué par des propos sexistes, fussent ils contre l’autre sexe – j’en déduis donc que vous êtes androgyne, je ne vois pas d’autre explication. Ou au pire, vous supposez qu’il n’est pas grave qu’iceux restent de grosses andouilles arriérées et paillardes.

      • @Kwiskhas

        Tu m’as mal lu cher ami.

        Je dis « les lecteurs (mot masculin) et EN PARTICULIER les lectrices », pas « SEULEMENT les lectrices et rien qu’elles ». C’est bien une méthode digne de l’odieux connard ça, de déformer un propos pour mieux l’attaquer.

        C’est vrai, je pense que la nouvelle lubie de l’odieux connard, qui est de pondre plusieurs articles à la suite contre les « dérives » néfastes des féministes qui vraiment s’y prennent trop mal et feraient mieux d’agir autrement, nuit un peu plus aux femmes qu’aux hommes (bien qu’en définitve, ça nuit aux deux).

        Pourquoi ?

        Parce qu’il me semble que la définition de base du féminisme, c’est le combat contre l’oppression généralisée des femmes par les hommes, dans le but d’arriver à l’égalité sociale dans tous les domaines où elles subissent des discriminations quotidiennes et perçues comme banales.

        Du coup, taper sur des féministes tout le temps en disant qu’ils combattent mal plutôt que de taper beaucoup plus fort sur ce à quoi ils s’opposent (l’oppression généralisée des femmes par les hommes), ben oui, je crois que ça dessert en particulier les femmes.

        Exemple: je pense que retenir de l’article de Mar-Lard que vraiment, elle nuit à son propre combat et disqualifie ses arguments par son ton, c’est foutre des bâtons (des petits bâtons, n’éxagérons pas l’influence de l’odieux connard, mais des bâtons quand même) dans les roues de ces femmes qui se sentent exclues du milieu des geeks.

        Mais tu as raison de préciser que des hommes peuvent aussi être effarés par le blog de l’odieux connard, c’est d’ailleurs bien ce que je disais moi-même, il te suffit de relire ma phrase.

        Ah non, juste un petit quelque chose à te dire mon cher Kwiskhas: faut arrêter avec cet argument nullissime de « l’humour ». Tous les gens qui aiment les articles de l’odieux connard prennent ses arguments au sérieux et trouvent que c’est bien argumenté, qu’il remet les pendules à l’heure, que c’est trop bien vu, que c’est exactement ce qu’ils voulaient exprimer etc etc.

        Y’a que quand on n’aime pas ce qu’il écrit qu’on nous sort que c’est de « l’humour » et du « second degré ». Faudrait arrêter les arguments foireux à deux vitesses.

        Je te laisse là, si j’enclenche un débat avec toi, ça va ramener plein de commentaires, et l’odieux opportuniste sera content. Il ne vaut mieux pas l’encourager plus que ça.

        Bonne journée humoristique à toi,
        Jul

      • Coucou Julien,

        Je tenais à m’excuser : effectivement, j’ai mal lu votre commentaire, je n’avais pas vu la mention « lecteurs ».
        (n’empêche que y’a quand même la mention de « surtout les lectrices », discrimination blabla, sexiste bablabla, Göering et mouton blabla, …)

        Bon, concernant l’humour, je sais que ça justifie pas tout. Cela dit, cela peut être un bon moyen de faire passer un message plus subtil non ?
        C’est comme ça que je perçois certains articles, et c’est surtout comme ça que j’ai perçu l’article en question.
        L’O.C. tape – pour une fois – pas trop fort sur l’auteure de l’article (que j’ai lu par ailleurs, très intéressant, j’ai même indiqué que je n’estimais pas les critiques de l’O.C. pertinentes sur cet exemple précis).

        Je comprends votre message, dans le sens où vous préféreriez que l’on tape sur les « vrais méchants » que sur celles des féministes qui défendent maladroitement leur cause.
        Cela dit, on peut retourner le problème : est ce que, parce que leur cause est juste, devrait on accepter tout et n’importe quoi de la part des féministes ? Une action radicale a le mérite de faire parler d’elle, et donc d’atteindre beaucoup de monde ; mais elle a l’inconvénient de … radicaliser. Je vous laisse voir ce qui s’est passé avec le mariage pour les couples homosexuels.

        Bref, vos propos sont intéressants (sans humour ni ironie), je suis déçu que vous ne vouliez pas débattre plus, mais je respecte.
        Je comprends aussi votre argument du « messages à 2 vitesses » sur « je suis d’accord » et « ah ben c’est que de l’humour ». Ca m’est sans doute arrivé, mais j’ai souvent appris de réactions contradictoires des choses intéressantes … La force du vraie débat, dont on parle ici justement :).

        Merci et bonne journée à vous.

    • « l’agnoslipisme », ça s’appelle = faire comme si ce qu’il y a dans le slip des gens n’influe pas dans une discussion portant sur les inégalités dues au sexe des gens = croire que les choses n’existent plus si on se bouche les yeux et les oreilles très très fort) »

      J’ai lu l’article en question, et il me semblait assez évident à ce moment que cette philosophie ne s’appliquait justement qu’à des discussions où, justement, le sexe des gens n’a rien à voir avec la choucroute.

      Que le sexe des gens soit important dans une discussion sur l’égalité salariale ou le viol, par exemple, il me semble que c’est évident, et l’OC ne l’a jamais démenti. En revanche, que le sexe des gens soit important, que le ratio homme/femme doive être absolument respecté dans la composition du sénat, à la télévision (que ce soit en nombre de victimes dans les séries policières ou en ratio speaker/speakerine aux infos) ou dans les matches de boxe thaïlandaise, et ce pour-le-bien-des femmes-qui-ont-tellement-souffert-de-la-domination-patriarcale, ça tombe effectivement sous le coup de l’absurde.

      Il n’a jamais été question de renier le combat féministe (par ailleurs, si vous lisez ce blog attentivement, vous pourrez constater que son auteur semble, attention choc, carrément féministe), mais d’essayer de lui donner un cadre plus approprié, ou en tout cas moins éparpillé.

      L’argument phare des féministes de ma connaissance est « ce n’est pas parce qu’on mène plusieurs combats à la fois qu’on s’éparpille, ou qu’on oublie les grands combats ». Ce qui signifie, notamment, qu’exiger la parité parfaite dans tel ou tel milieu ou renier sauvagement le terme « mademoiselle » constituent des combats parmi tant d’autres, au même titre que la lutte pour l’égalité salariale, qui sont tous menés pour le bien des femmes.

      L’auteur de ce blog ne fait que s’opposer à cette idée, sur laquelle je le rejoins par ailleurs. Même si les féministes ont l’impression d' »avancer pas à pas », en accumulant les minuscules victoires comme l’éradication de mademoiselle des documents officiels, d’autres, comme moi, féministes dans l’âme, ne pouvons que regarder avec tristesse et agacement cette orgie de micro-combats que l’essentiel de la population (vous savez, ceux qui doivent être « touchés ») trouve inepte et ridicule.

      Posez-vous une unique question: quels sont, au cours de l’année écoulée, les évènements dont on a abondamment parlé dans les médias et qui ont impliqué le mouvement féministe au premier plan? Mademoiselle, l’école maternelle, la parité dans les morts à la télé… Je suis les informations et je n’ai vu aucune ouverture de grand débat ou de campagne de sensibilisation de la population sur l’égalité salariale, le harcèlement sexuel ou le viol.

      L’image des féministes, à l’heure actuelle? Une bande de harpies s’acharnant sur des détails sémantiques ou numériques sans importance. Ce n’est qu’une image? Certes, mais l’image est à la base de la communication, dont le mouvement a absolument besoin. Moi, j’appelle ça de la contre-productivité.

    • Cher Julien, dans ce genre de débats, une fois son camp éventuellement choisi, il y a deux options:
      -la plus simple, charger et taper sur l’ennemi sans regarder ce que font les braves gens dans son rang;
      -la plus compliquée, entre deux charges et sans oublier qui est l’ennemi, mettre une petite tape sur le haut du crâne des deux idiots qui s’échangent leurs crottent de nez en mettant en place un barème de valeur en fonction de la taille et de la texture.
      Toute la question est de savoir si l’on est prêt, ou pas, à tolérer la bêtise des gens qui prônent la même idéologie que nous, en se demandant ce qui est in fine meilleur pour l’issue du débat. Les deux postures ne sont pas exclusives et, fichtre, la seconde permet même d’élever ledit débat plus vite en assurant une certaine cohérence vers le mieux au sein de son camp, même si la communication est taquine.

    • Julien, merci d’avoir eu le courage de poster. Je suis entièrement d’accord avec toi sur ce coup. Et je commençais à être écoeuré de la mauvaise foi des derniers articles et de certains commentaires.

      J’ajouterais que concernant l’excuse de sac de dire « c’est de l’humour », ou « vous êtes agressifs les féministes, vous pourriez expliquer ça calmement », ça revient à marcher sur les orteils de quelqu’un, ne pas s’excuser, et insulter celui qui s’est fait marcher dessus parce qu’il n’a pas demandé poliment qu’on lève le pied. A ce propos, vous pouvez lire le dernier article de Denis Colombi pour une explication plus détaillée.

      Un ex-fan de l’OC déçu de la nullité et du sexisme dans lesquels sombrent de plus en plus les articles de ce blog.

      P.S @OC: dans votre liste de préfixes, je ne vois pas « fémin » qui bénéficie pourtant de la symbiose « hystérique! » auprès des tenants du sexisme. Quelle drôle de coïncidence …

      • Allo, quoi ? Tu viens sur un blog qui s’intitule « Odieux Connard » et t’as pas de 2nd degré ? Non mais allo quoi ? ;)

      • @LG: prenez la peine de lire les articles de Denis Colombi sur l’humour, et réfléchissez avant de revenir jouer cette carte.

        http://uneheuredepeine.blogspot.fr/search/label/sociologie%20de%20l%27humour

        Prenez votre temps, je suis patient, je sais que les articles sont assez longs.

        Quant à l’OC, je comprends bien que quand il joue le rôle de l’OC, ce personnage hyper-mégalo, réac, fortuné et qui traite les femmes comme de la merde, il joue la caricature, une sorte de « double maléfique » de lui-même qui serait son opposé. Et ça ne me pose pas de problème quand il descend des films (j’ai eu de violents fou-rires sur celle de Bilbo le Hobbit, et pourtant, j’adore le livre, sans avoir vu le film). Après tout, ce ne sont que des films, pas des personnes qui sont visés, et même ceux qui ont adoré le film peuvent trouver plaisir à voir démonter ses défauts de façon humoristique.

        L’ennui vient quand il vient critiquer un article avec lequel il déclare être d’accord sur le fond (la lutte pour l’égalité des sexes) mais pas avec la forme.

        Ça veut dire quoi, cet argument? Quelle est la logique?

        En gros, ça revient à dire:
        « Je suis d’accord avec ce que tu dis, mais t’as fait des fautes d’orthographe et t’as dit merde à la fin, donc je change d’avis et je vais dans le camp d’en face pour rire très fort de toi et de mes propres principes au mépris de toute cohérence »

        C’est logique comme argument? En faire tout un article long comme le bras pour démontrer que l’auteure en question s’y est pris comme une idiote, comparer un mouvement qui vise à redonner un peu de liberté aux femmes (et aux hommes, même si ça paraît contre-intuitif pour qui ne s’intéresse pas au féminisme) à … une famille qui cherche à avoir un chiot, c’est normal, logique, raisonnable? C’est pas plutôt à vocation insultante et humiliante? (tiens, au passage, l’OC critique les « marmots » de cette famille comme il le dit, mais pas le père qui les a poussés à s’exposer, à faire cette espèce de pari stupide sur facebook, alors qu’il aurait pu leur demander de faire un truc vraiment utile pour avoir le chien, comme quoi, la logique de l’OC a aussi quelques ratés)

        L’article de Mar_Lard n’était peut-être pas un modèle de synthèse (mais d’un autre côté, il y’en a eu pour se plaindre que ce n’était pas assez complet …), le ton pouvait s’y montrer parfois agressif. Moi-même, les premières fois que j’ai lu certains de ses articles, j’étais un peu surpris par ce ton parfois agressif.

        Mais s’arrêter à ça, c’est juste esquiver la réalité de ce qui est dénoncé dans l’article et dénier de façon un peu lâche tout ce qui y est dit. C’est aussi et surtout oublier que dénoncer les injustices où elles se trouvent, même de façon un peu maladroite reste largement préférable à ne rien dire du tout.

        P.S: Si vous voulez rire de la culture du viol, et voir en plus que, oui, les féministes ont de l’humour (d’une pierre deux coups), je vous recommande le hashtag #safetytipsforladies qui détourne de façon comique les conseils « de bon sens » que ne manquent pas de proférer les gens « bien intentionnés » aux jeunes femmes pour éviter de se faire violer (comme si c’était leur faute …). Conseils qui sont déjà à la base hautement comiques de façon involontaire: rajouter quelques centimètres à la jupe d’une femme ne lui évitera de se faire violer par trois mecs armés et décidés, ou rester chez elle le soir plutôt que de sortir n’empêchera son oncle d’abuser d’elle (cas le plus fréquent: ce sont des proches qui violent en masse). C’est en anglais, l’équivalent francophone #TrucAntiViolPourLesFilles a été malheureusement bien vite pourri par des vrais tenants de la culture du viol et par d’autres personnes « bien intentionnées » qui l’ont pris au premier degré. Faut trier. Il faut faire preuve d’humour, de second degré et savoir en profiter pour en tirer les bonnes leçons.

      • Cher Manuel P,

        Je pense que le soucis essentiel dans cette histoire est que les détracteurs de ce qui se dit ici (dont vous-même, donc) pensent qu’il n’y a que deux camps: les féministes, et les enfoirés.

        Pour preuve, ce morceau d’anthologie:

        « En gros, ça revient à dire:
        « Je suis d’accord avec ce que tu dis, mais t’as fait des fautes d’orthographe et t’as dit merde à la fin, donc je change d’avis et je vais dans le camp d’en face pour rire très fort de toi et de mes propres principes au mépris de toute cohérence »

        Notez le « camp d’en face ».

        Or ce n’est pas si simple. On peut être féministe et considérer que les argumentations de certains féministes sont extraordinairement bancales. C’est ce que je fais, c’est ce que l’OC fait, c’est ce qu’un paquet de monde fait en ricanant devant des micro-débats stériles sur l’abandon de l’école « maternelle », en pensant qu’il y a quand même plus important.

        C’est par ailleurs également ce que vous faites: vous admettez que l’OC est féministe (comme vous, donc), puis vous considérez que ses arguments sont contre-productifs. C’est votre droit de penser cela. Mais dans ce cas, c’est également le sien à l’égard des féministes de cet acabit. Il me semble donc que, sur le principe, vous n’avez rien à redire: un féministe qui attaque un autre féministe sur sa manière de défendre le féminisme? C’est une définition qui convient aussi bien à vous qu’à l’OC.

        De même: « dénoncer les injustices où elles se trouvent, même de façon un peu maladroite reste largement préférable à ne rien dire du tout. »

        Je me permet de contester. Quitte à être défendu, je préfère ne pas l’être plutôt que par quelqu’un de bonne volonté mais contre-productif, qui me desserve avec une mauvaise argumentation.

        Bref. La limite entre l’humour, la dérision et le sérieux est bien floue, et variable selon les individus…

      • @Kaev: J’entends bien vos arguments, et vous soulevez des points intéressants sur la méthode à employer. Cependant, il y a quelque chose qui me chiffonne, c’est quand vous dites:

        « C’est par ailleurs également ce que vous faites: vous admettez que l’OC est féministe (comme vous, donc) »

        Là, il y a peut-être un quiproquo, et peut-être me suis-je mal exprimer dans mon post initial. Ce que je voulais dire, c’est que l’OC déclare l’être, mais en réalité, je ne sais pas s’il l’est. Et je ne suis pas sûr qu’à la façon dont il aborde le problème son intention, qui est sans doute louable, soit si évidemment perçue.

        Parce que franchement, relisez les conclusions des différents dossiers qu’il a traité sur le sujet, certes, il a abordé des sujets qui ne souffraient pas d’ambiguïté comme la drague du sniper bas du front ou la calamiteuse campagne de promotion des sciences « science is a girl thing ». Mais il le fait sur un mode dans lequel se lit trop souvent entre les lignes « décidément, ces pauvres féministes, heureusement qu’il y a l’OC pour leur faire le boulot à leur place et remettre un peu de bon sens dans tout ça ». Alors que par exemple, la campagne « sciences is a girl thing » avait été parfaitement analysée et dénoncée comme une idiotie par des femmes scientifiques dès sa sortie. On pourrait dire que c’est un détail, mais en en voyant un peu partout au fil de ses articles, y ‘a quand même un malaise qui se dégage.

        Finalement qu’il dénonce les faux révolutionnaires derrière leur écran, les mauvais blogs, les autres qui font leurs critiques et analyses de films, on retrouve presque tout le temps la même cible: la femme et particulièrement la femme féministe.

        Quant aux solutions qu’il propose … Critiquer l’utilisation d’un blog féministe, de facebook ou de twitter pour dénoncer ce qui se passe dans la communauté geek parce que ce ne serait pas « sur le terrain » c’est oublier que le terrain préféré des geeks reste quand même justement Internet. Je me vois mal toucher de façon efficace les geek avec une manif dans la rue, faire du porte-à-porte ou distribuer des tracts alors qu’il y a beaucoup plus rapide et fiable avec internet. Et au vu du nombre de réactions à l’article de Mar_Lard, j’ai tendance à penser qu’elle a bien eu raison de procéder ainsi.

        Alors peut-être que je réfléchis trop à ces problèmes en ce moment.
        Peut-être que je vois le mal là où il n’est pas.
        Peut-être que j’accord trop d’importance à l’OC aussi (mais en même temps, c’est une preuve de confiance, j’aimais bien l’OC avant, je demande pas mieux que de pouvoir l’apprécier à nouveau).
        Mais j’ai vraiment du mal à ne pas voir comment ce blog, sous couvert de l’ironie et de l’humour tend vraiment vers quelque chose de beaucoup moins amusant et sympathique.

        Bon, j’ai encore fait du pavé, promis, c’est mon dernier ici. Mais pensez à la célèbre phrase de Desproges « on peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui », et demandez-vous qui rit le plus volontiers avec l’OC en ce moment.

  25. Le problème des féministes c’est le paradoxe de ce qu’elles disent
    Que l’on voit ici par exemple:

    • Aucun rapport, l’image est faite pour amuser et enfoncer encore un peu plus les féministes. C’est parce que les hommes sont « lâches, égoïstes et immatures » (pour paraphraser, rien de personnel) que la femme est obligée de revendiquer son égalité à l’homme. D’autres exemples auraient faire bien plus d’effet; dommage.

      • l’image montre que les féministes passent leurs temps à traiter les hommes de tous les noms mais qu’elles considèrent que la femme est l’égale de l’homme.L’on ne peut pas réclamer l’égalité avec les hommes si l’on est féministe:les hommes sont tellement inférieurs!
        les féministes sont orgueilleuses et susceptibles ce qui montre bien qu’elles sont immatures donc finalement elles sont bien l’égale des hommes.
        J’ai beaucoup de respect pour tout ce que les féministes ont fait de bien à la société mais si elles doivent toujours se justifier qu’elles ne sont pas misandres ceci veut dire qu’ il faudrait qu’elles se remettent en question,pas de l’ensemble de leur combat mais des propos blessants qu’elles peuvent tenir.

    • Je crois que vous avez tout faux et que vous confondez beaucoup de choses. D’abord, les féministes ne se battent pas contre les hommes, elles ne cherchent pas une guerre des sexes. Non, ce qu’elles combattent, c’est un système de pensée sexiste, machiste, qui considère les hommes comme des bêtes dirigées par leur queue et les femmes comme des bonnes à tout faire, des belles plantes qui doivent la fermer, des proies (entre autres, la liste est longue de stéréotypes réducteurs pour les deux sexes) et malheureusement encore bien trop ancré qui s’appelle le patriarcat.

      Est-il encore utile de préciser que ce système de pensée est toxique pour tout le monde? Quand on voit le déni assez répandu malheureusement chez beaucoup trop de monde (et plus particulièrement par les hommes, mais pas seulement, on trouve également des femmes sexistes et qui prônent le patriarcat) face à cette réalité, la réponse est malheureusement oui.

      A partir de là, il y a deux choix:

      Prendre la pilule bleue et continuer de se comporter de façon « lâche, égoïste et immature », et laisser tranquille ce système de pensée qui, bien qu’il contribue à enfermer tout le monde dans des petites cases, qui donne une certaine valeur au rôle de l’homme et victimise les femmes. En gros, c’est ce que dénonce la pancarte de la féministe à gauche sur cette caricature. Sauf que dans cette caricature, le message est biaisé, puisqu’il généralise à tous les hommes, qu’ils soient féministes ou pas.

      Prendre la pilule rouge et ouvrir les yeux, se rendre compte que le patriarcat existe encore bel et bien. Se rendre compte que l’on fait partie du problème, s’interroger sur soi, sur les situations que l’on rencontre, se demander dans quel cas il y a sexisme et le dénoncer. En bref, lutter pour que hommes et femmes, et ce quelque soit leur orientation sexuelle ou leur choix de vie, disposent des mêmes droits, qu’ils puissent tous vivre dans un véritable esprit de liberté, d’égalité et de respect mutuel.

      • Vous n’avez rien compris de ce que j’ai voulu dire.
        je suis d’accord avec les féministes dans le fond de leur combat je critique la FORME ( c’est à dire certains propos) qui est parfois violente.
        « Prendre la pilule rouge et ouvrir les yeux, se rendre compte que le patriarcat existe encore bel et bien. Se rendre compte que l’on fait partie du problème, s’interroger sur soi, sur les situations que l’on rencontre, se demander dans quel cas il y a sexisme et le dénoncer. En bref, lutter pour que hommes et femmes, et ce quelque soit leur orientation sexuelle ou leur choix de vie, disposent des mêmes droits, qu’ils puissent tous vivre dans un véritable esprit de liberté, d’égalité et de respect mutuel. »
        Je suis d’accord avec ça
        « Sauf que dans cette caricature, le message est biaisé, puisqu’il généralise à tous les hommes, qu’ils soient féministes ou pas. »
        C’est ça que je dénonce
        je vais donner un exemple:
        les féministes ne parlent jamais des hommes battus ou disent qu’ils représentent 2% des victimes alors que c’est 25%.
        Les féministes se plaignent que SOS hommes battus ne parlerait pas du patriarcat mais elles n’avaient qu’a en parler avant!
        Je soutiens la lutte contre la violence faîte aux femmes mais est-ce normal que des que je parle des hommes battus à mon entourage soit ils trouvent ça drôle ou bien ils disent que ça n’existent pas?
        Si je demande que certaines féministes se remettent en cause cela ne veut pas dire que je ne suis pas d’accord en général comme je l’ai dis ici:
        « J’ai beaucoup de respect pour tout ce que les féministes ont fait de bien à la société « 

      • Désolé si je n’ai pas compris le sens initial de votre message, et veuillez m’en excuser.

        Concernant la forme, je vous renvoie à la réponse que je viens de donner à LG plus haut. Les féministes peuvent parfois paraître agressives, mais quand on met cela en rapport aux tonnes de menaces de viol, de réponses paternalistes particulièrement envers les femmes féministes qu’elles se prennent régulièrement, il y a parfois de quoi perdre un peu de sang-froid. Sang-froid qui ne manque pas à qui n’est pas exposé quotidiennement à cette forme de violence.

        Concernant les droits des hommes, il ne faut pas croire que les féministes s’en désintéressent, par exemple, ils/elles luttent pour que les pères divorcés puissent avoir la garde des enfants.

        Pour les violences en couple faitse aux hommes, elles doivent également être dénoncées, quand bien même elles sont moins répandues, elles existent. Et les féministes réellement pour l’égalité des sexes y sont sensibles, simplement, ils/elles ont déjà tellement à faire de leur côté (une femme violée toutes les 8 minutes rien qu’en France, avec un taux de condamnation ridicule) qu’il est difficile de leur tenir rigueur d’essayer déjà de faire bouger les choses sur ce front en priorité. Mais là, c’est aussi à nous hommes de faire bouger les choses, quel peut-être le principal verrou qui bloque les témoignages des hommes sur ce problème?

        Au pif (parce que j’avoue ne pas m’être vraiment penché sur ce sujet), j’avance l’hypothèse que c’est le modèle machiste (l’homme doit rester stoïque, ne pas montrer ses émotions et autres idéologies nauséabondes de la même eau) qui empêche, là encore, de faire avancer les choses: peur du ridicule de passer pour « une tapette » (coucou, Douillet), des ricanements des propos méprisants qui peuvent être terriblement destructeurs pour une victime qui essaie de communiquer sa souffrance. Ouep, c’est moche. Mais à résultat en miroir, j’ai bien la sensation que la source du problème est la même dans les deux cas, hommes ou femmes, les femmes ayant malgré tout le privilège assez douteux d’être encore en surnombre dans la catégorie victime.

      • Mais les hommes « sont » dirigés par leur queue. C’est prouvé neurologiquement, on l’apprend dans toutes les bonnes formations de neurologie.
        Certains arrivent plus ou moins à lutter, mais au fond on est tous comme ça

      • @Mike
        j’ajouterai même que les homosapiens que nous sommes sont initialement prévues à 4 activités : Manger, Boire, Baiser, Dormir.
        Et pourtant, nous n’avons visiblement pas été comblé par ces basses occupations que nous a procuré la nature car nous avons inventé : La gastronomie, l’érotisme, l’art, lire des articles de blog sur internet, etc …

        Force est de constater que nul n’est obligé de se laisser contrôler par les instincts primaires que nous a imposé mère nature.

        Menfin, ce n’est que mon avis, naturellement…

  26. D’après le bruit qui court en ce moment l’Odieux connard et Mozinor seraient enfait une seule et même personne.

  27. « Georges n’est qu’un fasciste de merde ! »… serait-ce là une allusion à la musique « paranoïa » du groupe darktek ?

  28. « mach » et « paternal » sur une liste de 5 mots (dont 2 sur 5 sont une blague) en « iste », au moins ta cible n’est pas difficile à deviner.

    Le mot « féministe » est pourtant usé de manière si fréquente comme « n’écoute pas ce qu’elle dit, ce n’est qu’une hystérique de féministe », qu’il aurait mérité de figurer en bonne place de cette liste.

    Dommage, parce que, sans ça, le coup de la carte aurait été marrant.

    • Si les mouvements féministes militaient vraiment pour l’égalité, je pense qu’ils se nommeraient plutôt « égalitaire » ou « égalitariste » .

      • Non, tout simplement parce que le terme initial, celui qui a été choisi lors des premiers mouvements féministes, est « féminisme ». J’ai moi-aussi beaucoup de mal à me définir comme telle parce que j’ai aussi du mal avec ce terme et qu’un terme comme « égalitarisme » ou « humaniste » me parle nettement plus, effectivement, mais, comme le rappelait une blogueuse que j’ai lue dernièrement, dire qu’on est humaniste ne veut pas dire qu’on ne se soucie pas des animaux. Et c’est pareil pour féministe. Être féministe veut simplement dire qu’on est pour l’égalité des droits entre hommes et femmes et bien sûr que les mouvements féministes militent bien pour l’égalité entre les sexes. Cependant, ce terme est tellement caricaturé et déprécié, aujourd’hui, que la plupart des gens préfèrent dire qu’ils ne sont pas féministes alors que c’est idiot puisque la plupart des gens sont pour l’égalité des droits.

        Je trouve d’ailleurs ces propos stupides, par rapport à ce mouvement. On n’a jamais accusé un humaniste de ne pas se soucier des animaux, quelqu’un engagé dans une association humanitaire pour la défense des animaux de ne pas se soucier des êtres humains, pareil pour tous ceux qui luttent pour les droits des enfants, des immigrés, des homosexuel(le)s, etc. Mais, par contre, pour les femmes, c’est une accusation très régulière. Je trouve ça d’un triste…

        En tout cas, je suis très attristée de voir qu’actuellement, militer pour cette égalité, comme le font les féministes, est s’exposer à des murs d’une épaisseur incroyable, une façon d’être montrée du doigt et de voir son propos être complètement discrédité au point que la plupart des gens préfèrent dire, en tout préambule à un propos égalitaire entre les sexes, donc féministes, qu’ils ne sont pas féministes, et même une agressivité qui me semble de plus en plus grandissante et qui me fait avoir peur pour les femmes engagées dans ces mouvements.

        Je te donne le lien vers le blog parlant de ce fameux « je ne suis pas féministe » et donc de ce terme, si tu souhaites te renseigner à ce sujet : c’est extrêmement court, le ton est cool et la chute amusante, et c’est intéressant : http://www.madmoizelle.com/15-mauvaises-raisons-de-ne-pas-etre-feministe-50632 :) .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s