Géolocalise ton fils si tu veux pas qu’il glisse

Louis-Émilien était inquiet.

Voilà plusieurs heures que Jacques-Xavier aurait dû rentrer du collège Nadine Morano. Que lui arrivait-il ces derniers temps ? Il ne reconnaissait plus son propre enfant : il n’avait ramené qu’un vulgaire 17,5 la semaine passée en latin, prétextant une mauvaise maîtrise du gérondif ; la semaine d’avant, il avait demandé à table s’il lui serait possible d’arrêter prochainement le catéchisme. Et puis, il y avait eu cette fois où il avait demandé à ce qu’on lui achète des baskets pour remplacer les sandales que sa marraine lui avait acheté pour sa profession de foi. Quel toupet ! Vraiment, Louis-Émilien était inquiet pour l’avenir de son enfant ; ne comprenait-il pas que ses parents étaient là pour le guider ? N’avaient ils pas l’expérience de la vie, celle-là qui lui permettrait d’éviter bien des obstacles ? Ingrate descendance, aveuglée par la luxure et l’orgueil adolescent !

Louis-Émilien se décida à employer les grands moyens : il allait géolocaliser son fils grâce au bracelet qu’il lui avait acheté l’an dernier pour ses 11 ans. D’un pas leste, le père de famille se dirigea vers son ordinateur afin de résoudre la mystérieuse absence de son fils.

__________________________________________________

L’autre jour, je suis tombé là-dessus, à savoir un article traitant de la possibilité de géolocaliser son enfant où qu’il soit afin d’éviter de le perdre. Mais lisons plutôt ensemble.

Qui n’a jamais eu peur de perdre son enfant dans un magasin pendant les courses ? Ces petits êtres haut comme trois pommes sont peu visibles et très rapides. La solution pour les retrouver rapidement peut se trouver dans un simple GPS

Alors je précise que l’on parle bien d’enfants, hein ; je sais que d’après ce descriptif, on pourrait penser à des leprechauns, mais il n’en est rien : dans mes jeunes années (puisque certains lecteurs s’y intéressent), j’ai bien essayé de voler leur or aux bambins pour voir s’ils me donnaient trois voeux en échange, mais il n’en est rien : quand vous confisquez sa monnaie à un freluquet, tout au mieux, il se met à piailler, et il faut alors l’anesthésier très vite et très fort, en utilisant un objet adapté, comme par exemple un avant-bras doté d’un poing clos (bien que l’on puisse éventuellement se débrouiller avec un moignon, mes lecteurs lépreux sauront de quoi je veux parler).

Mais nous nous éloignons du sujet : oui, quid de perdre son enfant en faisant ses courses ? Comment faire pour le retrouver ? Comment faisait on jusqu’ici ? Faut il l’attacher directement à la proue du caddie, afin d’allier sens pratique et tuning ? Non ! Sachez qu’une nouvelle révolution vient d’arriver : la géolocalisation même si d’entrée de jeu, dans un centre commercial, avec un toit, ça risque pas de marcher.

Pour la modique somme de 129,00€, votre enfant peut donc cacher cet objet « dans son sac » ; ainsi, il suffit d’envoyer un SMS à l’appareil pour que celui-ci renvoie immédiatement sa position. Il dispose de plus d’une fonction « SOS » pour que l’enfant envoie lui-même sa position vers un « téléphone partoble » si jamais il rencontre un soucis, comme par exemple, une tentative de kidnapping.

Ainsi, l’enfant n’a qu’à dire « Attendeeeez agresseurs, ne bougez pas, je pose mon sac d’école. Voilà, permettez, je l’ouvre pépère… hop, je fouille dedans, parce que bon, c’est petit comme objet, mine de rien, ça se perd vite. Voilà, je l’ai. Attendez, j’ai du réseau ? Merde, bon, je lève le bras. Rah, c’est con que je ne mesure qu’un mètre trente-huit, attendez, je grimpe sur la poubelle là. Voilà, j’ai deux barres, bordel, pourquoi papa a pris une carte SIM chez Bouygues ? Hop. C’est bon, message envoyé. Maintenant, mon géniteur va venir me chercher. Vous seriez sympas de ne pas bouger et de l’attendre ici avec moi. », et le voilà sauf. Ou alors, il se prend un gros coup dans les chicots et les agresseurs se débarrassent de tous ses appareils électroniques, parce qu’en général, ils commencent par ça. Ne me demandez pas comment je le sais, vous ne voulez pas savoir.

Alors éventuellement, des parents prudents peuvent en acheter plusieurs pour pouvoir tromper l’ennemi en leur faisant croire qu’ils ont trouvé le seul outil de géolocalisation dont l’enfant disposait, mais, nenni ! En en cachant un dans son rectum, par exemple, on se sent plus en sécurité. Par contre, on risque de traumatiser son enfant à vie. Sinon, faites vous aider par un prêtre. C’est un petit prix à payer pour assurer sa sécurité.

[…] les parents peuvent aussi délimiter des zones de sureté que l’enfant ne doit pas franchir : pratique pour les familles qui vivent dans des maisons avec jardins ou dans des résidences ; mais aussi pour les écoles ouvertes sur la rue (nous avons tous en mémoire l’exemple de ces bébés qui s’étaient faits la malle de leur crèche dans le Sud de la France) Un pas en dehors de ces lignes et un e-mail d’alerte prévient immédiatement les adultes.

Enfants heureux d’être en sécurité

Il est donc possible de délimiter la zone dans laquelle l’enfant peut vadrouiller ; si jamais il tente de s’échapper, un SMS vous est envoyé « Achtung ! Das petit chenapan tente ein flucht !  » ; vous n’avez plus qu’à cliquer sur « Enregistrer comme lu » ou « Lâcher les bergers allemands » pour mettre fin à cette pitoyable tentative d’évasion. Bon, sans vouloir vexer personne : un enfant assez grand pour sortir seul de la maison est en général capable de comprendre qu’il doit virer le dispositif GPS qu’il a autour du cou s’il veut partir à l’aventure ; et un enfant trop petit pour comprendre ça sera souvent arrêté par une simple porte fermée à clé. Dans les deux cas, le bidule est donc inutile.

D’ailleurs, notez un autre paradoxe : l’objet serait fait pour les parents qui veulent surveiller leurs enfants. Et bien, figurez-vous qu’en général, les parents qui veulent surveiller leurs enfants, ils les surveillent. Ils ne disent pas « Tiens, je vais confier mon gamin à un appareil GPS pendant que je vais mater un bon vieux porno« .

On retrouve ce type de GPS sous différentes formes et prix. Il y a la clé USB dont le prix s’élève à 100 $, rajoutez à cela 14, 99 $ d’abonnement mensuel. On le retrouve également en format porte clé, une carte Sim y est incorporée et vous pouvez faire une demande de localisation à tout moment par SMS. Le coût s’élève à environ 130 € pour l’objet plus le coût des SMS. On peut l’acheter aussi sous forme de bracelet-montre, qui, disons le, fait étrangement penser au bracelet des prisonniers en liberté surveillée…

Bref, pour 130€ (sans abonnement), voilà le bonheur : votre bambin aura l’air d’un repris de justice. Par ailleurs, en portant bien au poignet son appareil, tous les kidnappeurs éventuels auront bien en vue le premier truc qu’ils doivent virer au marmot. A noter que moi, à 14,99$ par mois, si le gamin ne se fait pas kidnapper au bout d’un ou deux ans, je l’engueule en lui expliquant qu’il pourrait faire un effort, parce que merde, moi pendant ce temps, je paie. Alors, ho, je ne donne pas pour rien, je te paie un abonnement pour les kidnapping, alors tu es gentil petit merdeux, et tu vas trouver des talibans, des corses ou même des ninjas bretons (on les reconnait à la bigoudène au-dessus de la cagoule), et tu te fais emmener. Que je rentabilise un peu, là, ho. Petit con.

Comment peut-on oser mettre ce bracelet de surveillance sur un enfant ? L’idée même peut choquer, mais halte à l’hypocrisie. De nombreuses personnes ont déjà commencé à suivre leurs enfants sans vraiment l’admettre. Comment ? En fournissant un téléphone à son chérubin pour pouvoir le joindre à tout moment, les parents commencent ainsi à suivre leur enfant. Selon une étude du MRI(Mediamark Research and Intelligence), les enfants de 6 à 11 ans seraient 20% à posséder un portable. Grâce à une application sur Iphone, le papa ou la maman peuvent dorénavant situer sur une carte où se situe (l’Iphone de) sa progéniture. Faire croire que l’on a cédé aux caprices peut avoir ses avantages.

« Maman, vite, il y a un gros qui me kidnappe ! »

La voilà, la ruse ! Inutile de mettre un bracelet à son gamin : un bon Iphone suffira ; en effet, pour localiser son gamin, on pourra… attendez, de 6 à 11 ans ? Mais bon sang, combien de temps un enfant de 6 à 11 ans peut il garder un Iphone avant de se réveiller nu comme un ver dans une poubelle municipale, dépouillé jusqu’à son slip Spiderman ? En tout cas, confier un Iphone à un gosse de 6 ans, ça doit être plaisant : la bête sait à peine lire et écrire qu’on la colle déjà sur la machine à SMS. Un avenir radieux s’ouvre à elle, plein de « lol« , « mdr » et autres « Téo t oo ? Franssoi il é vénerent ke t gagnai son pokémon » Et puis quel bonheur : payer le prix d’un Iphone plus d’un abonnement adapté chaque mois, hmmm… bref, mieux vaut être un enfant riche.

Remarquez, on ne kidnappe que rarement les enfants pauvres. Ou alors, juste pour rigoler.

Il sera bientôt possible de suivre son enfant via Facebook si vous êtes « ami » avec lui. Il suffit pour cela qu’il accepte de divulguer ses données de localisation pour qu’il soit repéré.

Ah oui. Ca me parait être une excellente idée ; surtout sur un réseau où c’est l’enfant qui choisit de publier ou non ses informations (c’est connu, en cas de kidnapping, il trouvera bien un moyen de mettre son statut Facebook à jour) ainsi, vous pourrez suivre toutes les pérégrinations du galopin « Matthéo – est au collège« , « Matthéo – est au conservatoire » ou encore « Matthéo – est en train de faire couiner cette coquine de Léa », avec Maman qui clique sur « J’aime » et Papa qui poste en-dessous « Oublie pas ce que je t’ai dit sur la sodomie, fils. A ce soir à table, bisous« .

Bref. Kidnappeurs, dormez tranquilles.

__________________________________________________

Louis-Emilien fronça les sourcils en constatant la localisation de son fils ; d’après le GPS, il aurait dû être juste devant la maison ; et pourtant, par la fenêtre du bureau, le bon père ne voyait personne. Descendant pour vérifier la chose, le fier chef de famille nota que la boîte aux lettres semblait pleine ; quelle ne fut pas sa stupéfaction lorsqu’il tomba nez-à-nez avec la main gauche de son fils, portant encore son bracelet GPS.

Tremblant, il saisit la lettre qui l’accompagnait.

« Cher Monsieur,

Je vous remercie d’avoir acheté le premier numéro de la collection « Je récupère les morceaux de mon fils », le numéro 1, le fascicule et le DVD « Jacques-Xavier va bien pour l’instant », étant gratuits. Cependant, à partir de la semaine prochaine, les numéros seront plus chers ; afin de vous éviter une trop longue attente et vous éviter la tâche fastidieuse que représente le remontage d’un enfant en pièces détachées, je vous propose de m’acheter toute la collection « Jacques-Xavier » pour la somme de 150 000€.« 

Il aperçut, griffonné en-dessous du courrier, un petit ajout

« Et rajoutez une caisse de brandy, vous seriez bien urbain« .

Louis-Emilien défaillit.

84 réponses à “Géolocalise ton fils si tu veux pas qu’il glisse

  1. Tout ces gadgets électroniques, c’est de la merde. La vérité, c’est que si vous ne voulez pas perdre vos enfants, il y a une solution bien plus simple que toutes ces conneries d’ordinateur pseudo-hype :

    LA LAISSE.

    Typhon

  2. Bon, enfin, je me décide, je poste ! (bon, j’avoue, j’ai pas grand-chose d’autre à foutre). Lecteur régulier, encore une fois ravi par votre chronique pleine de bon sens et de sensibilité. Un travail rondement mené afin de rétablir l’équilibre cosmique entre le désespoir du monde et la lueur dans l’obscurité que représente ce blog. Vous êtes un Galilée des temps modernes. (mode faux-cul off).

    Ce qui me fruste hautement, c’est que je n’ai rien à rajouter à ce exposé aux petits oignons sur le niveau de connerie que peut atteindre l’être humain quand il met du coeur.

    Bonne continuation, cher Odieux, vous me sortez de ma dépression chronique à chaque nouvelle publication.

    • Merci d’écrire ce que je pense depuis ma première lecture de ce blog, soutien permanent à ma conviction de la bêtise humaine en pleine expansion.

      Pour la peine, si j’ai la (mal)chance d’avoir un môme, je vous en ferais cadeau, pour votre entraînement au golf ou pour amuser vos bergers allemand, cher Odieux.

      • Vous êtes bien urbains jeunes gens.

        Par contre, ne me refilez pas vos enfants sous de faux prétextes, je vous vois venir, bande de canaillous.

  3. Le petit enfant, c’est très doué pour la téléportation. Vous clignez des yeux, et hop ! non seulement il n’est plus là, mais, là où il est quand vous le retrouvez, y a vraiment besoin de mercurochrome. Ils naissent, ces amours, avec la loi de Murphy imprimée dans les chomosomes.
    Puis le jour arrive où le gamin qu’on a autrefois perdu dans un grand magasin est devenu papa et part faire ses courses avec une gamine à la main et l’autre grimpée sur son dos.
    Alors on se prend à sourire…

    • La loi de Murphy , certes, mais sutout la loi de Jar-jar (ne touche pas, c’est fragile », « attention ça coupe », « ne respire pas le chloroforme de monsieur Odieux », etc…)

  4. Dix minutes à peine après que j’aie pensé « ça fait longtemps qu’un odieux Connard n’a pas posté ». Coïncidence.
    Merci pour cette note!

  5. « Oh, un enfant avec un appareil géolocalisateur ! Ma foi, que voila un bambin auquel ses parents tiennent assez pour claquer des sommes ridicules pour sa sécurité… Je crois que je vais aller chercher le grand sac en toile dans mon coffre. « 

  6. Plus pragmatique, pour ne pas perdre d’enfant et donc ne pas perdre d’argent, messieurs, n’amorcez pas avec votre goupille votre bien aimé ou votre régulière ; investissez et payer lui (ou a toutes) une bonne ligature des trompe, et si elle est réticente, amenez la chez le gynéco de votre village anciennement plombier chauffagiste pour qu’il lui explique comment on « dépote le gluant » dans sa contrée.
    En bref, les enfant, n’en faites pas, le seul moment fun c’est 9 mois avant la naissance, et je terminerai sur l’adage qui dit : « Sa sert a quoi de faire des enfant si on peut rien faire dedans ? »

  7. Hum, j’ai vaguement entendu parler de moignon dernièrement, un certain blogueur n’a pas voulu mentionner le pourquoi du comment du : « les agresseurs se débarrassent de tous ses appareils électroniques, parce qu’en général, ils commencent par ça. » et dans sa lettre de rançon il demande une caisse de Brandy qui rappelons-le ce même blogueur en est friand ; hum très intéressant mon cher Watson, je pense avoir trouvé l’identité de notre ravisseur…

    PS : Désolé il se fait tard, je suis parti dans un léger délire romancier, très bel article fort drôle et instructif encore une fois. ;)

  8. C’est abominablement génial
    Vous vous rendez compte que vous arrivez à faire rire avec un sujet aussi sensible ? Fabuleux

  9. De nombreux appels de la Ligue de l’humour bourguignon pour nous préciser que « c’est plus drôle si le personnage principal s’appelle Louis-Emile plutôt que Louis-Emilien ».

    • Il s’appelait Louis-Emile à la base ; ma haine proverbiale pour les bourguignons a fait le reste.

  10. Pfff manque au minimum l’audio comment je vais m’en servir moi sur mes p’tits journalistes.

    Innaceptable tous simplement innaceptable !

    Vous êtes tous renvoyés !

  11. Tranché la main entière du bambin est une perte de temps, en plus d’un risque aggravé hémorragie…

    Le plus simple reste la section du pouce, il chiale moins, ça en fout pas partout dans la cave et si jamais vous vous ennuyez réveillez-le et regardez le jouer a la GameBoy…
    Des heures d’amusement en perspective.

    Reste à régler le probleme de comment le menotter après

    • mais non, on peut aisément stopper l’hémorragie après la section en cautérisant le moignon sur une plaque de cuisson. En plus, ça fait des tas de bruits rigolos en provenance du gniard.

  12. Bah, c’est l’offre qui fait la demande.

    Il suffit qu’une connerie existe, et elle sera bien achetée par quelqu’un.

    Il faut pas s’imaginer que les mecs qui ont conçu ces gadget s’inquiètent vraiment pour les mères de famille, il s’agit de vendre un truc.

    Vous reprocheriez aux vendeurs de vendre vous ?

  13. Voilas bientôt un an que j’ai découvert votre blog cher odieux connard et je ne m’en lasse pas. J’avoue être avare en commentaire et c’est pour cela que mon nom ne doit certainement rien vous dire mais je pense que cet article mérite au moins un clap d’applaudissement. C’est de loin le meilleur que j’ai pu lire mais aussi celui qui m’a poussé à me lancer à mon tour dans la blogosphère.

    Cordialement, Captain K’.

  14. J’avais vu une émission qui parlait de plus ou moins la même chose. Sauf que le sujet à surveiller par papa avait +- 16 ans. On montrait aussi comment géo-localiser sa fiancée en glissant astucieusement une puce GPS dans son sac à main. C’était fabuleux. J’essayerai de vous retrouver le lien à l’occasion.

  15. C’est quand même avec des enfants kidnappés qu’on fabrique des petits connards.

  16. C’est « bigoudène », bordel. J’ai failli faire suivre l’article mais là mon cher j’en ai la coiffe en travers de la gorge.

    Bisou-bisou

  17. euh pour l’histoire du toit qui arrêterait une géolocalisation, je ne sais pas comment on peut ne serai-ce qu’avoir une telle idée… les ondes ne se laissent pas arrêter par quelques vulgaires mètres de solides. Un séisme traverse des kilomètres de roches.

    en tout cas, super article, merci =)

  18. Et puis il faudrait aussi un trait d’union entre Nadine et Morano. Le collège Nadine-Morano. Voilà.

    Odieusement,

    Gaelkka

    • Je ne corrige pas ; j’exècre tout signe d’union impliquant une Nadine ou une Morano, fut-ce une union pour un mouvement populaire.

  19. En outre, BigoudENNE, c’n’est pas le nom de la coiffe mais des habitants du petit coin de Bretagne bigouden, dont les femelles portent ladite coiffe bigoudenne.

    Juste pour que chacun se couche encore moins stupide ce soir.

  20. Cher Odieux, un grand merci pour ce savoureux article.

    De plus, la partie « la semaine d’avant, il avait demandé à table s’il lui serait possible d’arrêter prochainement le catéchisme » semble avoir été disons fortement influencée par Dieudonné dans son spectacle 1905, n’est-il pas ? ;)

    A bientôt

  21. Moi je me demande surtout quelle est la précision de l’appareil, parce que savoir si Louis-Kévin est en train de sécher chez son pote, ou assis en cours de latin au collège, ça c’est jouable. Mais savoir si Louis-Kévin est au rayon fruits et légumes du Leclerc, ou s’il est au rayon littérature pour adulte du même Leclerc, ça risque d’être plus compliqué.

    De toutes façons, comme l’a dit tout le monde, il suffit de les surveiller ou de les mettre en laisse.

  22. « “Matthéo – est en train de faire couiner cette coquine de Léa”, avec Maman qui clique sur “J’aime” et Papa qui poste en-dessous “Oublie pas ce que je t’ai dit sur la sodomie, fils. A ce soir à table, bisous“ »

    juste énorrrrrrrrrrrrrrrme quel final ! ;)

  23. Horriblement et tragiquement vrai ce billet.

    Il faut toujours faire ce qu’on peut dans les circonstances qu’on peut avec les enfants.

    Ne pas en faire ou les les refiler à un odieux bijoux de la technologie s’apparente à de la lâcheté, ou une démission aussi moderne que décriée.

    « Comment se fait-il que les enfants étant si intelligents, la plupart des hommes soient bêtes ? Cela doit tenir à l’éducation.* (Alexandre Dumas, fils)

    « En général, les gens intelligents ne sont pas courageux et les gens courageux ne sont pas intelligents. »(Charles de Gaulle)

    Que conclure si ce n’est :

    Qu’il est bon d’être con….!!

  24. Sera-t-il possible d’acheter à l’avenir ce collier de géolocalisation avec une charge explosive déclenchable à distance? Il me semble que si je devenais père (par erreur ou par oubli) je préférerais savoir mon enfant mort sans souffrance que tombé entre des mains ennemies qui lui auraient infligé les pires supplices (sans compter sur la honte et le déshonneur qui s’abattraient sur moi)

  25. C’est un abonnement unique qu’on propose là. Personnellement, j’aimerais être abonné à Récupère la fille de ton voisin, mais en un seul morceau si possible.

  26. Je plaide coupable votre honneur, oui j’ai fait un bébé
    -volontairement
    -je me suis appliquée
    -j’en suis très heureuse
    Mais c’est pour la bonne cause : vous fournir des sources d’inspiration, en plus avouez qu’un enfant socialiste/patron/écolo c’est pas banal !

  27. Je comptais vous ennuyer avec cette histoire de bigoudène, l’étant moi même, mais je vois que cela a déjà été fait, je vous souhaite donc juste une bonne soirée!

    • Bon, y z’ont bientôt fini de nous péter les rouleaux, là, les bretons avec leur orthographe hypothétique? Depuis quand les dialectes de tradition orale se parent-ils d’orthographe?

      • A part que ce n’est pas un dialecte, mais une langue, avec des textes littéraires datant du Moyen Age. (mode nationaliste kamikaze breton off)

  28. Cet article nous rappelle juste l’envie de tout controler qui s’insinue dans chaque con que ce soit par des gadgets hype-modernes (type puce GPS), la violence (insultes, rapport de force mental, discours politique, baffe dans ta gueule, bagarre d’ivrognes, CRS, RAID, invasion de l’Irak, mesures de rétorsion économique type blocus…), vidéosurveillance, logiciels d’enregistrement de frappe, flics dans les rues, RG… A chacun son niveau de nuisance.
    Le seul problème c’est que nous sommes tous le con d’un autre…
    – Si vous arrivez à me citer quelqu’un qui n’est pas le con d’un autre, je vous emmène faire une promenade en forêt, voir le rut du cerf et chercher des champignons, dans la zone non déminée –

  29. Oui, enfin bon, là vous n’étudiez que l’artisanat. Je suis d’accord pour dire qu’à moins de quinze gosses, l’intérêt est limité. Mais bon, quand vous faîtes des gamins pour les revendre en gros à des mines de sel à l’âge de cinq ans, le bracelet devient un investissement intéressant.
    Bien sûr, miner les alentours suffit généralement à limiter les pertes à un ou deux par générations, mais bon on s’attache à force et c’est toujours un crève-cœur de voir trois ans d’investissement partir en fumée.

    • Investissez dans l’exploitation pétrolière en haut mer !
      En ces lieux, les misérables gosses ne peuvent s’enfuir sans risquer une mort atroce dû a un requin affamé ou à une noyade des plus brèves.
      Et vous économisez des mines !

  30. Cher Odieux Connard,

    Je ne vous reconnais plus. J’ai l’impression, en lisant ce texte, que vous seriez un parent exemplaire.

    Cela me choque.

    Cordialement,

    • Je dois reconnaitre qu’il n’a pas tord…

      Heureusement que quelques sous entendus a base de chloroforme , de sac poubelle et de camionnette viennent ternir le tableau !

  31. Odieux Connard,

    Faite moi un enfant et « éduquons » le comme Natasha (cette charmante petit russe retrouvée en mai 2009)

  32. Sitôt ce blog découvert, que je soumets déjà à votre plume un sujet de société. Sujet dont je n’ose que supposer la généralisation rampante : l’enfant roi.

    S’intéresser à la connerie parentale, terreau idéal pour ce genre de dérive commerciale, ne nous amène t’il pas à anticiper ses effets futurs ?

    Vous qui aimez les généralités communes, sources de réponses toutes faites coupant cours à toute tentative de débat, que pensez vous du légendaire « t’as pas d’enfant, donc ne parles pas de ce que tu ne connais pas » ?

    Il est évident qu’un enfant, non évènement s’il en est dans une vie d’adulte, se gère sur le tas, sans aucune réflexion préalable.

    Suis je le seul à me lasser des parents cédant à tout caprice baveux, pour ensuite maudire le ciel de l’adolescence délicate de leurs rejetons ?

    Le futur : « des p’tits cons, partout »…

  33. Toujours obsédé par le cul à ce que je vois. L’article sur les concerts était déjà assez prétentieux de ce point de vue,ça continue. Quelques bonnes observations, comme souvent.

    Mais la saillie sur les prêtres, c’est d’une facilité mon vieux. Remplacez par l’équivalent dans une autre religion la prochaine fois pour varier un peu et prendre quelques risque, surprenez nous plutôt que de jouer les couilles molles à la Guillon.

    Tirer sur les ambulances ce n’est jamais qu’un manque pathétique d’inspiration doublé d’un penchant pour la facilité tellement banal que vous méritez de figurez parmis nos modernes ‘artistes’. Si vous continuez, je vais finir par vous inscrire au djamel comedie club…

  34. Pourquoi donc ne pas être prévenants comme l’étaient nos aïeux et faire 10 à 15 enfants par génération pour parer aux accidents, kidnapping, congélateurs, prêtres,…!?!

    Trop de protectionnisme dans ce monde.

  35. Quand on crache sa progéniture dans un milieu réputé fécond, on assume! Même remarque pour le milieu fécond qui se laisse féconder. Jusqu’à l’air Célien Dion, il fallait être 2 pour faire un enfant, je vous rappel.

    C’est à dire qu’on assume le fait d’avoir un enfant, c’est à dire un être vivant qui, selon toute logique, va se mettre à marcher, courir, et comble de l’insupportable, va aller à l’école, voir d’autre homo sapiens de son age.

    Hé ho! Stop! ALLO la terre! Et surveiller son enfant? Non? ha oui, ça sera partir du principe que les parents ne sont pas de sombre égoïste en mal d’animaux de compagnie ou d’un statut social (j’ai failli écrire facebook).

    Ne faite des enfants que si vous avez les moyens financier / temporel / sentimentaux / intellectuel de l’élever correctement. Sinon, sachez que Dieu dans sa grande bonté à créé le cinéma porno et le sopalin.

    Les générations futures vous remercie.

  36. Cher Odieux, à la mention (rayée) du prêtre, vous m’avez arraché un rire accompagné d’un « rhô le bâtard » (si vous pardonnez mon langage châtié.)
    Je vous octroie un bon point.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s