Star Wars Episode III : la revanche des suites

Je ferais un piètre scénariste.

Tenez, prenons Dark Vador. Comment un brave jedi plein d’avenir aurait pu devenir le brigand à l’armure sombre que l’on connait ? Personnellement, j’aurais dépeint l’épopée d’un homme brillant aux compétences militaires reconnues qui aurait ainsi vu de plus en plus de responsabilités lui être confiées, jusqu’à devenir l’une des pièces maîtresses de la République face aux menaces extérieures. A force de guerres et d’horreurs, il aurait doucement sombré : d’abord, il aurait compris que l’on fasse exécuter les espions, par exemple. Puis, justifié l’utilisation de la torture des prisonniers pourvu que celle-ci préserve la vie de ceux sous ses ordres. Par la suite, il aurait découvert l’importance de fusiller quelques déserteurs pour l’exemple, et de fil en aiguille, serait devenu d’une efficacité brutale et sans éthique. Corrompu de fait par son parcours sanglant qui devait à la base défendre les intérêts d’un Etat de principes, il aurait voulu à son tour que la République se défasse de tout ce qui l’affaiblissait : libertés, droits, expressions… jusqu’à suivre et soutenir un dictateur en puissance, un certain Palpatine. Pour sa condition physique, j’aurais bien trouvé une terrible bataille galactique ou un fourbe attentat des premiers « rebelles » dans lequel il aurait été gravement blessé, ne renforçant ainsi que sa haine de ses ennemis et son soutien à Palpatine face aux agitateurs. Et au final, j’aurais ainsi rendu une histoire somme toute assez classique sur la possible corruption du plus vertueux des hommes une fois mis face à l’horreur de la guerre.

Mais Georges Lucas, lui, est un homme d’un talent bien supérieur qui ne succombe pas à la facilité ; il a choisi un exercice bien plus difficile : trouver l’origine de Dark Vador dans un petit blondinet tête à claques au cœur d’une histoire de prophétie, amoureux des piques-niques romantiques et de sa meuf au point de devenir très très méchant et de piquer sa petite crise d’adolescence (la puberté est le second plus grand ennemi des jedis, juste derrière les siths). Découvrons donc ensemble le IIIe et dernier volet de la prélogie Star Wars : La Revanche des Siths. Spoilons sans plus attendre.

L'affiche : notez en bas à droite l'empereur et sa tête de poivrot

L’espace intersidéral s’ouvre à nous, et, tradition oblige, un texte se permet d’y défiler au pas de l’oie pour nous rappeler la situation actuelle : « C’est la guerre ! » ; en effet, les méchants droïdes du comte Dooku lancent moult attaques partout dans la galaxie (allez savoir comment ils se sont remis aussi vite de la branlée qu’ils prenaient dans l’épisode précédent), et un général droïde audacieux, Grievous, a lancé un raid sur Coruscant pour kidnapper le Chancelier Palpatine, ce qu’il a réussi avec brio ; alors qu’il tente de se replier avec son otage, deux chevaliers jedis (je me demande bien lesquels, tiens) sont envoyés en mission pour le récupérer.

Je sais, vous allez être surpris, mais figurez-vous que par une formidable coïncidence, les deux seuls jedis de garde à ce moment là sont Obi-Wan Kenobi et Anakin Skywalker, qui à bord de deux petits chasseurs, tentent de filer droit vers le navire amiral du général Grievous ; en chemin, des hordes d’appareils ennemis tentent de les arrêter, mais des pilotes républicains n’hésitent pas à se sacrifier pour leur frayer un chemin (ce qui choque Anakin qui voudrait les aider, alors qu’Obi-Wan trouve cela tout à fait normal de leur part : c’est marrant, j’aurais pensé que c’était l’inverse, mais bon). Cependant ce ne sont pas les seuls adversaires qu’ils ont face à eux : une horde de, je cite, « vibro-droïdes » (non, ils n’ont pas la forme de petits canards, pourquoi me posez-vous cette question ?), des robots qui font tout sauf vibrer (d’où leur nom ?), n’hésitent pas à dépecer à coups de griffes le chasseur d’Obi-Wan sur lequel ils ont réussi à s’accrocher.

Cela n’empêche pas nos héros de s’en débarrasser aisément avant d’arriver à proximité du vaisseau du général Grievous, dont les champs de protection sont encore actif, ce qui empêche nos héros de se poser ; en deux coups de laser bien placés, Anakin et son petit chasseur les mettent cependant hors-service (oui, les générateurs protègent de tout sauf des lasers – c’est con, c’est l’arme de 98% de la galaxie – et en plus ils sont placés sur les flancs du navire à la portée de tous les tirs et non à l’intérieur. Les conceptions de vaisseaux droïdes sont décidément fascinantes). Ils peuvent donc aborder tranquillement le navire et y détruire les quelques rares droïdes qui y montaient la garde. Coup de bol, bien que les droïdes n’aient pas besoin d’oxygène, ils en mettent dans tous les compartiments de leur vaisseau histoire de faciliter la survie d’éventuels envahisseurs jedis.

En tout cas, nos héros arrivent bien vite au plus haut point du navire, où dans un immense et confortable fauteuil devant une baie vitrée où l’on peut observer la bataille en cours les attend le Chancelier Palpatine (attaché au siège très dignement par les poignets, histoire de dire qu’il est prisonnier). Ce dernier pivote son assise vers ses visiteurs dans le plus pur style des grands méchants lorsqu’ils entrent dans la pièce. Mais avant que tout ce petit monde ne puisse engager la conversation, le comte Dooku arrive afin de régler leur compte aux jedis. Obi-Wan est vite mis hors-de-combat, et c’est Anakin qui se finit Dooku en deux coups de cuiller à pot en lui coupant les mains (ce qui constitue un certain handicap lorsque l’on pratique l’escrime, reconnaissons-le). Il récupère alors son sabre et avec un dans chaque main, propose de s’en servir comme ciseaux géants pour décapiter le bon comte.

Dooku s'inquiète : Anakin pourrait blesser quelqu'un avec ses ciseaux

Mais les bons comtes ne font pas forcément les bons amis (non, c’est impossible, je n’ai pas pu faire ce calembour ?) : Palpatine ordonne alors au jeune jedi de tuer cet ennemi de la République pour de bon. Notre héros hésite à peu près 30 secondes, et au moment précis où il dit « Non, je ne dois pas« , le chancelier insiste un peu d’un « Tue-le« , alors pouf, il le fait. Heureusement qu’il venait de dire lui-même qu’il ne fallait pas, sinon qu’est-ce que ça aurait été. Bon, en tout cas, il regrette un peu « Ah, un prisonnier désarmé quand même, crotte alors, je crois que j’aurais pas du en fait« . Non, en effet, surtout de sang froid vu que la bataille était finie et que tu avais pris le temps de réfléchir.  On mettra ça sur le compte du chancelier et de tes hormones (et non sur les hormones du chancelier, hein). Palpatine le rassure : il le fallait de toute manière. Et puis, c’est dans sa nature, hein, après tout, n’avait il pas déjà massacré les hommes des sables qui avaient tué sa mère ? Le vieux chancelier le presse cependant : il est temps de partir. Et puis laisse Obi-Wan sur place, jeune Skywalker, on en a pas besoin. Anakin insiste cependant pour emmener son maître inconscient avec lui.

Hélas, à peine nos héros ont-ils commencé à s’enfuir que le vaisseau de Grievous est gravement endommagé par des tirs républicains (oui, ces fins stratèges tentent d’abattre le vaisseau où est retenu leur chef alors qu’ils viennent de lancer une opération pour le secourir), et dans la panique, nos héros prennent le mauvais couloir et se retrouvent prisonnier de « rayons capteurs » (une sorte de cage magnétique). Ha, pas bête. Pourquoi ne pas les avoir utilisés plus tôt amis séparatistes ? En tout cas, ils sont désarmés et emmenés devant le général Grievous. Cet immense droïde avec quelques morceaux de vraie créature de chair dedans n’est pas commode, et comme tous les vrais méchants de Star Wars, il a un problème respiratoire (asthmatiques, vous êtes des seigneurs siths qui s’ignorent) puisqu’il n’a de cesse de tousser, bien qu’il n’aie pas de poumons. Quelqu’un a dû y réfléchir assez longtemps : « Dis-donc Michel, ça rime avec quoi Grievous ? – Heuuu, avec « qui tousse » ? – Okay, c’est bon ça coco, allez hop, un nouveau personnage à la personnalité recherchée dans la nouvelle trilogie !« .

Les jedis réussissent cependant à récupérer leurs armes grâce à une ruse un peu pourrie intitulée « On va faire plein de grands gestes  et de  techniques jedis en espérant que la dizaine de gardes armés de ne tire pas » qui fonctionne à merveille, mais ils ne peuvent tuer Grievous, ce dernier brisant une vitre pour s’enfuir via l’extérieur du vaisseau (quand je vous dis qu’il n’a pas de poumons : voyez, ça lui sert) avant de rejoindre les nacelles de secours et s’enfuir. Laissés seuls sur la passerelle, nos jedis se retrouvent donc bien embêtés et aux commandes d’un vaisseau à la dérive. Malgré quelques soucis techniques et une bonne trentaine de mort dans la tour de contrôle de l’astroport Roissy-Charles de Coruscant, tout ce bel équipage se pose à bon port.

Anakin est donc reçu en héros par les sénateurs pour sa belle performance au combat, mais s’éclipse rapidement pour aller retrouver sa meuf, sa zouze, l’amour de sa vie : Padmé Amidala, sénatrice de Naboo & des pâtissiers (au vu des pains aux raisins qu’elle a dans les cheveux). Cette dernière lui apprend qu’elle est enceinte : hoooo vite, retourne dans l’espace Anakin, c’est beau.

Grievous, lui, est devenu le nouveau chef séparatiste suite à la mort du comte Dooku. Il continue cependant d’obéir au mystérieux Dark Sidious en secret, et reçoit de ce dernier l’ordre de déplacer les chefs séparatistes vers la planète Mustafar, une planète qui sent bon le kebab devrait permettre de mieux les accueillir.

Le plus fameux des droïdes tuberculeux

Mais revenons sur Coruscant, laissons Mustafar de côté surtout si l’on tient à notre portefeuille (oui, j’arrête les ratures, d’accord) et intéressons nous à Anakin qui entre deux scènes cucu la praline (« C’est toi la plus belle ma kikinette – non c’est toi le plus beau mon kikinou« , etc) a des visions en songe de Padmé agonisant en accouchant et implorant son aide. Il décide donc d’aller consulter Maître Yoda, qui est quand même vachement moins cher qu’un psy puisqu’il est inscrit dans la convention collective des contrats jedis : ce dernier lui explique que pour ne plus avoir de problèmes avec des visions de gens qui meurent, il suffit qu’il ne s’attache plus aux gens.

Ah, ouais, pas con Maître Yoda. Je vais essayer. Mais vous ne seriez pas un peu sociopathe des fois ?

Palpatine, lui, continue de se montrer très gentil avec Anakin, ce qui finit même par intriguer ce dernier (quand même, il serait temps) : il propose d’en faire son représentant au Conseil des Jedis. Ces derniers acceptent, mais refusent de lui filer le logement, la voiture de fonction et le rang de Maître Jedi qui vont avec ; le jeune homme demande des explications, mais les jedis ne lui en donnent pas, ce qui forcément frustre un peu le petit père Skywalker, qui s’énerve. Une fois qu’il s’est bien énervé et qu’ils l’ont bien pris pour un busard, ils proposent via Obi-Wan qu’Anakin devienne la taupe du Conseil auprès du chancelier. Mais Anakin a beau trouver que le chancelier agit bizarrement, il ne veut pas jouer à l’espion car il aime quand même très fort le chancelier.

Attendez, le sage Conseil des jedis décide qu’il va utiliser comme taupe son agent le moins contrôlable et sur lequel Palpatine a le plus d’influence ? Et qui de surcroit se dit être un excellent ami du chancelier et qui prend toujours sa défense face aux jedis ? C’est très intelligent. A aucun moment vous ne pensez qu’il ne pourrait tout dire au chancelier, comme il l’a toujours fait depuis bientôt 10 ans ? Non ? Bravo messieurs. D’ailleurs, les jedis n’hésitent pas à discuter de tout leur plan devant des soldats républicains. Le genre qui pourrait sûrement obtenir une promotion s’il rapportait tout à Palpatine. Mais ça aussi, c’est trop élaboré pour que le maître jedi moyen y pense.

Un soir, justement, Palpatine invite Anakin à venir au Zénith de Coruscant voir Mozart – L’opéra rock. Il en profite pour se poser en victime genre « Houlala je sens que les jedis m’en veulent, houuu, je sens qu’ils fomentent un complot pour contrôler la république, tu dois m’aider« . Et Anakin d’avouer que les jedis l’ont envoyé l’espionner (bravo le Conseil jedi, l’opération secrète aura duré moins de 2 minutes). Palpatine lui explique aussi que quand même, bon, le Bien, tout ça, c’est qu’une question de point de vue, hein. Et puis que bon, les siths & les jedis, c’est bonnet blanc et blanc bonnet. Lorsqu’Anakin décide de prendre la défense des jedis (« mais non, ils sont gentils !« ), Palpatine défend les siths. Cela ne met en rien la puce à l’oreille de notre surdoué national. D’ailleurs il ne voit rien non plus lorsque, comme depuis deux films, le chancelier lui cire les bottes et le monte contre les jedis avec des ruses dignes d’un sabotier hollandais type « Tout de même, qu’ils sont bêtes ces jedis de ne pas reconnaître à quel point tu es fort et fabuleux, ils sont jaloux de toi« . Et dans la foulée, parce que bon, allons-y, on est plus à ça près, Palpatine lui raconte « une légende Sith que les jedis ne racontent pas » (Anakin pourrait dès lors se demander comment lui la connait, mais non), la légende de Dark Pleguis, un Seigneur Noir « Puissant et sage » (« cliiiiiiiiiiin d’œil, je trouve les Siths sages et respectables Anakin, cliiiiiiin d’œil« ), qui pouvait préserver « ceux qui lui importaient » de la mort. Là aussi, quelle drôle de coïncidence Anakin, il parle pile de ce qui t’intéresse, pile avec les mots que les jedis et toi employez. Et en plus, dans un contexte qui n’a rien à voir, ce qui n’est pas étrange du tout, puisque vous êtes en train de regarder un opéra rock qui n’a rien à voir avec une quelconque légende Sith ou même avec votre conversation en général. Anakin demande s’il pourrait apprendre ce pouvoir de vaincre la mort tout de même bien utile, et Palpatine de lui répondre « en aucun cas auprès d’un jedi« . Tiens ? J’ai cru voir un sous-entendu. Mais très gros.

Je crois que c’est à cet instant précis que s’intègre la scène coupée où le chancelier entame un langoureux lap-dance contre Anakin en criant « je suis un sith, prends moi, prends moi fort, suis moi du côté obscur tu verras comme c’est bon« . Jugée trop subtile par le grand public par rapport au restant du dialogue précédent, elle a été retirée avant la sortie en salle.

"Mon petit Anakin, as tu déjà vu un Sith tout nu ?"

En attendant, après tant de dialogues, vous prendrez bien une petite scène de bataille ? Fort bien, allons sur Kashyyyk, la planète des wookies, où Yoda dirige l’offensive contre les droïdes. A noter que les wookies sont tout de même de sacrés andouilles d’animaux laineux : alors qu’ils sont tranquilles derrière des barricades à attendre un débarquement de droïde sur une plage, à l’approche de l’ennemi, ils sortent tous à découvert pour les attendre sur le sable. Hmmmm les fortifications servaient donc à… ?

Bon, de son côté, Obi-Wan est envoyé sur une petite planète où le général Grievous a été localisé ; si la République en finit avec ce leader, la guerre pourrait s’arrêter. Enfin, ça c’est ce qu’ils disent : lors que Dooku est mort, c’est son second (donc Grievous) qui a pris la suite. Ca peut durer un moment comme ça. En tout cas, arrivé sur la planète en question, maître Kenobi est informé discrètement par ses dirigeants que la planète est prise en otage par les séparatistes et leurs droïdes qui se cachent dans les sous-sols. Ni une ni deux, le jedi attrape un lézard géant et couineur, histoire d’approcher l’ennemi. Particulièrement discret. Tant et si bien que malgré son animal de plusieurs tonnes produisant des cris immondes tous les deux mètres, Obi-Wan arrive à entrer discrètement jusque dans la salle de réunion secrète (je… je ne me l’explique pas non plus) où Grievous annonce aux leaders séparatistes qu’il compte les mettre en sécurité dans le système Mustafar.

Et plutôt que de sauter droit sur le dos du général Grievous pour le transformer en pièces détachées pour Fiat Punto à grands coups de sabre laser, il préfère sauter juste derrière lui avant de le saluer pour bien que tous les gardes de la salle (dont aucun n’avait remarqué un jedi monté sur un titanesque saurien jusqu’ici) le mettent en joue. Mais comme le leader droïde est au niveau du scénario et de l’intrigue, il décide de combattre seul l’envoyé républicain, et sort donc ses 4 bras mécaniques chacun équipé d’un sabre laser piqué sur le cadavre d’un jedi. Cependant, l’observateur attentif notera que Grievous ne s’en sert que de 2 à la fois, histoire que tout cela ne serve à rien.

Même les combats sont illogiques. Même les combats.

Malgré tout, le duel est interrompu par l’armée républicaine qui débarque en force, descendant en rappel depuis les passerelles surplombant les droïdes (heu ? Vous étiez en hauteur et à couvert, quel est l’intérêt ?), et Grievous s’enfuit promptement face à ce déploiement de forcedans une sorte de pneu Michelin futuriste ; notre héros le poursuit donc aidé par son fidèle lézard. Dans l’affaire, le jedi y perd son sabre, et tout se finit par un duel dans un coin désert de la base (original les duels dans une zone déserte) ; coup de bol pour Obi-Wan, non seulement un pistolet blaster traine dans le coin, mais en plus, Grievous a gardé parmi ses éléments de chair son petit cœur (très pratique pour pomper l’huile dont il a besoin, probablement) ; et non seulement contrairement à d’autres droïdes moins perfectionnés notre bonhomme ne dispose pas de boucliers, mais en plus, son coeur n’est même pas dans un truc vaguement verrouillée et blindé, mais bien ouvert à tous vents : Obi-Wan tire donc en plein dedans et le général séparatiste meurt bêtement. Les droïdes ont donc non seulement des vaisseaux conçus de manière ridicule (et ce depuis le premier épisode), mais il en va de même pour leurs leaders.

Ok général, vous bloquez le sabre de votre ennemi avec deux des vôtres ; vous pouvez donc en profiter pour lui taper dessus avec les deux autres, non ? Non.

Un brève intermède nous présente le plan des jedis : si le général droïde est bien mort et que malgré tout le chancelier ne renonce pas à ses pleins pouvoirs, les jedis devront faire un coup d’état pour remettre en place la démocratie (oui, mais si Grievous est mort et que la guerre continue tout de même, reprise par un des nombreux autres leaders séparatistes ? Ou alors pourquoi ne pas convaincre les sénateurs d’agir sans violence et via la loi ? Qu’est-ce que c’est que ce plan tout pourri ?). Mais surtout… surtout, nous avons le droit à LA grande scène de la prélogie : Anakin se rend chez le chancelier Palpatine, et celui-ci se propose de l’aider à franchir « les mensonges des jedis » et à « tout lui apprendre sur la force« . Anakin commence alors vaguement à se douter de quelque chose. Peut-être aussi aidé par la décoration d’intérieur du chancelier qui a mystérieusement changé : plus sombre avec des statues inquiétantes et des fresques de combats. Ou peut-être ne sont-ce que des nains catcheurs coulés dans la carbonite, on ne peut jamais vraiment trop savoir. En tout cas, à force de répéter des propos discrets comme « les jedis sont des gros cons » et « les siths des gens formidables« , Anakin finit par sentir que le chancelier doit être vaguement du côté du second camp : il sort donc son sabre laser. Mais avec un argument choc (« Seul le pouvoir du côté obscur peut sauver Padmé« ), le chancelier lui fait remballer son arme. Anakin repart donc en expliquant à Palpatine qu’il va le dénoncer, ce qu’il fait auprès de Maître Windu, le bad motherfucker jedi. Ce dernier et quelques chevaliers s’en vont donc pour expliquer à Palpatoche qu’il n’est un Dark Galopin et éventuellement l’arrêter. Et il demande à Anakin d’attendre loin de là et de ne pas s’en mêler, tout confus qu’il est.

Seulement voilà : Palpatine attend nos jedis de pied ferme, et en deux temps trois mouvements, tue grâce à son sabre laser de poche tous les chevaliers qui accompagnaient Windu grâce à la technique cette fois dite du « Moi je saute en faisant « Reeeeuyaaargh » avec la bouche et toi tu gardes ton sabre au dessus de ta tête en attendant que je te frappe« . Un sans faute puisque tous les chevaliers y sucombent ; Windu et le chancelier peuvent donc eux aussi faire leur petit duel de bon aloi, avec tout un tas de pirouettes inutiles (au lieu de faire un pas de côté tout simple par exemple ils choisissent de faire la roue) histoire de caser des chorégraphies cools partout. Et des grimaces & cris ridicules pour le vieux sith. Celui-ci finit d’ailleurs par être désarmé, à la merci de maître Windu.

Anakin arrive sur ces entrefaites et assiste à un duel de réparties d’anthologie : Palpatine accuse les jedis d’être des traîtres, Windu répond « non, c’est lui le traître« , bref, miroir magique, c’est celui qui l’dit qui y est et pas l’droit de retoucher son père. Quels dialogues épiques. Enfin, ça ne sert à rien de tenter de convaincre Anakin ; après tout, ça fait plus de 10 ans qu’on lui enseigne qu’il faut se méfier des siths et qu’ils sont avides de pouvoir, Palpatine a avoué en être un et de ce fait avoué qu’il mentait à l’ami Skywalker depuis 10 ans, sans compter que du coup toutes les fois où il a monté ce dernier contre les jedis prennent un autre sens : notre héros peut ainsi réaliser que ce vieux filou le manipule depuis longtemps.  Et c’est Anakin qui a dénoncé Palpatine, alors il sait quand même qui est le traître, c’est même pour ça qu’on en est là, non ? Le vieux sith d’ailleurs, tient en respect le sabre laser de windu grâce à des éclairs d’énergie qu’il balance à l’aide de ses petites mimines, mais la consommation de tant de puissance lui transforme rapidement le visage en sorte de réplique d’Armande Altaï. Il prend quand même le temps d’appeler Anakin à l’aide tout en lui répétant qu’il a le pouvoir de sauver Padmé. Oui enfin attendez les gars : c’est pas Anakin qui disait lui-même que le mensonge était une arme des Siths ? Du coup il pourrait en déduire que cette histoire de pouvoir de sauver Padmé est un… ? Un … ? Allez. Un effort.

Mais soudainement, c’est Windu qui devient très bête : « Il contrôle le sénat et la justice, on ne peut pas le livrer vivant ! » ; ah oui, mais tu étais venu pour ça à la base, et en le sachant. Alors pourquoi ce soudain revirement ? « Il faut donc le tuer ! » ; et c’est Anakin qui explique au vieux et sage Maître Jedi qu’il ne faut pas, que c’est contraire au code des jedis. Oui, tout est totalement incohérent, les personnages disent tout et leur contraire en l’espace de deux minutes…

"Je suis venu pour t'arrêter...te tuer...t'arrêter... te... merde, je suis venu faire quoi ?"

Windu prend donc bien la pose du « Je vais le tuer, mais si quelqu’un s’y oppose, il doit m’arrêter maintenant » sans essayer de réfléchir (chose qu’il arrivait pourtant à faire au cœur des pires batailles jusqu’ici), et il lève donc son sabre laser bien au-dessus de sa tête (mais bon sang,  ça fait trois épisodes qu’on le dit : il n’y a pas besoin de force d’inertie pour un sabre laser, bordel !). Anakin lui coupe la main avant qu’il n’abatte son arme pour l’empêcher de porter le coup fatal (l’idée de mettre son sabre entre les deux ne lui est pas venue à l’esprit). Aussitôt, Palpatine balance à nouveau des éclairs dans le pif de Mace Windu pour le tuer maintenant qu’il en a l’occasion. Ce qu’il réussit avec brio.

Anakin s’effondre donc : « Qu’est-ce que j’ai fait ?« 

Réponse objective : dans l’immédiat, disons rien qui ne te condamne pour l’éternité : tu as juste empêché un jedi d’exécuter un prisonnier, par respect pour le code & pour la vie des gens. Un peu brutalement, mais bon. Par contre, le prisonnier vient de tuer le jedi en question, et de révéler qu’il était vraiment un sombre enculé totalement à l’opposé de ce pourquoi tu viens d’agir. Tu dois donc en déduire, vu que tu étais venu pour le capturer et que tu as coupé la main de Maître Windu pour qu’il soit capturé vivant que tu dois le capt…

« Je ferai tout ce que vous souhaiterez, maître« , dit Anakin sans raison aucune.

Mais quel con. Voilà ce que peut appeler l’un des rebondissements les plus mal ficelés de l’histoire du cinéma. Tiens, d’ailleurs, tant que j’y pense, sous sa vraie forme fripée, Palpatine semble aussi avoir quelques problème de gorge. Quand je vous disais que tous les gros méchants en avaient. En tout cas, Anakin demande au sith de lui donner le secret pour sauver Padmé, et ce dernier lui avoue que haha, en fait, il ne l’a pas. Mais Anakin n’étant plus à une incohérence près, et le film non plus, il s’empresse malgré tout de dire que c’est fabuleux et que tiens, il va prêter allégeance à son nouveau maître, qui se met à le vouvoyer après des années de tutoiement (allez savoir pourquoi) et lui donne son nouveau nom : Dark Vador (il hésitait entre ça et Dark Glopinou). Puis, Dark Sidious puisque c’est son nom annonce que tous les jedis sont des ennemis de la République, puisqu’ils viennent d’essayer de s’en prendre au chancelier.

Et bien sûr Anakin – enfin Dark Vador – opine du chef. Alors qu’il est précisément celui qui connait la vérité, c’est-à-dire, qu’ils venaient arrêter un Seigneur Sith. Y a t il encore quelqu’un qui écrit ce film ? Non, puisque Dark Sidiou appuie sur le fait qu’Obi-Wan doit mourir, comme ses potes. Oui, tu sais, Obi-Wan, le mec a qui tu as sauvé une dizaine de fois la vie et que tu apprécies tant malgré tout ? Ca ne te pose pas de problèmes de le tuer ? Ha bon. Et tiens, il te donne aussi l’ordre d’aller massacrer tous les jedis, surtout les enfants, dans les temples : ça ne te choque pas ? Toi qui refusais que l’on tue des gens désarmés il y a 30 secondes ? Non ? Surtout quand il ajoute « Cela te donnera le pouvoir de sauver Padmé« , alors que 1) il n’y a aucun rapport de cause à effet, 2) il a dit il y a 5 minutes qu’il ne savait de toute manière pas comment faire ?

C’est la grande scène de la prélogie, hein, celle où tout bascule, je le rappelle, notez le soin qui a été apporté à son écriture.

Publicité : pour toute conversion au côté obscur, une paire de lentilles de contact est offerte

D’ailleurs, comment exécuter les autres jedis, dispersés sur différents fronts dans la galaxie ? Aucun soucis : le chancelier en commandant les clones avait demandé à ce qu’on y inclue « l’ordre 66 » (pas 03, 12, ou « exécution » au 8 38 38 ; ça fait plus méchant), qui consiste à ce que les clones se retournent instantanément contre les jedis. Et ça marche plutôt pas mal, les jedis commandant la plupart du temps des troupes de clones et se retrouvant donc en slip contre leurs anciens alliés. Jedis qui n’étaient pas avertis d’ailleurs que le chancelier était un Seigneur Sith et donc que les troupes à son service risquaient de se retourner contre eux, maître Windu ayant bêtement oublié de leur envoyer un message quand il a appris la vérité.

Seul Yoda, qui a un sacré instinct (il avait mis une alerte google sur les mots clés « jedis » « branlée » et « feinte« ) échappe à la tentative d’assassinat. De plus, il n’a pas que des clones avec lui, mais aussi des wookies, qui sont tout de même incroyablement moins réceptifs aux ordres 66.

« Exécutez l’ordre 66, amis wookies !
– Greeuuu roooooh !
– Non, pas un gigot d’agneau : l’ordre 66 !
– Rooooooh sgreuuuuu rrrrrrrrruuuuu ?
– Nom d’un petit sabre laser ! 66 ! Le chiffre entre 65 et 67 !
– Grrrrruuuuuuuuu…. »

0

Bref, de fait les wookies sont donc plutôt du côté de Yoda, dont le côté petit et vert leur rappelle leurs excréments, pour lesquels ils ont un certain amour. Ils l’aident donc à s’enfuir vers l’espace, où il finit par trouver refuge, ainsi que l’ami Kenobi, au sein du vaisseau d’un sénateur guère enchanté de la situation, un certain M. Organa. A bord, il annonce aux jedis qu’un message partant de leur temple risque d’attirer les survivants isolés dans un piège, puisqu’il proclame « Youhou, la guerre est finie, rendez-vous vite au temple jedi de Coruscant sans armes, c’est important, et non, ce n’est pas du tout un piège, non, allons« . Obi-Wan propose d’aller le désactiver (Obi-Wan, Coruscant est une planète ENTIERE couverte de tissu urbain : ils n’ont peut-être pas qu’un seul système de communication ? Ils pourraient donc le remplacer au pied levé, non ? Non ?)

Anakin, lui, après une bonne journée de travail à tuer des enfants, décide de rentrer chez lui pour annoncer à sa femme que tout ce bordel, là, dehors, ce sont les jedis qui ont tenté de renverser la République, il a même vu Maître Windu tenter d’assassiner le chancelier. Oui, ho, moi non plus, je ne cherche même plus à comprendre la logique des dialogues. Il explique ensuite qu’il va aller sur Mustafar sur ordre du chancelier, en finir avec les leaders séparatistes et donc avec la guerre (car oui, les jedis semblaient l’avoir oublié : il y avait aussi ces gens là, pas seulement Grievous). Etant donné que c’est Dark Sidious qui avait donné l’ordre que les chefs de l’armée droïde soient mis en sécurité sur Mustafar, on comprend bien qu’il compte faire le ménage parmi ses anciens collaborateurs. Dark Sidious qui en profite aussi pour réunir le sénat en session extraordinaire. Personne n’y remarque que tiens, c’est marrant, le chancelier ressemble vachement plus à Armande Altaï que la dernière fois, non ? Sûrement un problème de peau. Je vais lui offrir de l’eau précieuse à la sortie, tiens. Et puis il a un soucis de gorge quand il parle ou quoi ? Hmmm problème de peau et voix qui change, il doit nous faire une puberté tardive… Bon en tout cas, c’est ce que doivent penser les sénateurs pour ne pas trouver ça louche j’imagine. Ca et puis le fait que Palpatine dise que son corps a été mutilé par la tentative d’assassinat des jedis (ça explique les yeux jaune serpent ? Ils sont forts ces jedis.). D’ailleurs, pour finir son discours, il déclare que la République est désormais un empire.

Le chancelier Palpatine ressemble désormais à ça, mais personne ne semble y prêter attention

Sur Mustafar, Anakin massacre tous les leaders séparatistes désarmés pourtant prêts à se constituer prisonnier (je vous renvoie une fois encore à ce qu’il disait au moment où il a coupé la main à l’ami Windu), et en devient si méchant que lui aussi gagne le droit d’avoir des yeux de vil malandrin. Avec ça, pas sûr qu’il puisse encore faire beaucoup de bisous à Padmé.

Au temple jedi de Coruscant, Obi-Wan désactive le faux signal rappelant  lui tous les jedis, et le remplace par un autre expliquant la situation (ah, si Maître Windu avait commencé par ça…). Et en profite pour consulter les enregistrements de sécurité du temple, sur lesquels il peut voir Anakin massacrant les enfants jedis, et l’empereur lui donnant un susucre pour ce fait, le nommant désormais « Dark Vador« . Il est donc plein de désarroi. Mais Yoda & lui ne se démontent pas : le premier va aller stopper Dark Sidious, et le second son ancien apprenti. Direction le sénat pour l’un et pour l’autre les appartements de Padmé, pour obtenir des informations sur l’emplacement où Anakin pourrait être. Devant le refus de collaborer de la sénatrice, l’ami Kenobi décide de se cacher dans son vaisseau lorsque celle-ci ira le voir pour avoir quelques explications sur tout ce ramdam.

Et effectivement, Padmé saute vite dans son rutilant navire spatial et se rend sur Mustafar, où elle retrouve son mini-sith préféré et le serre très fort dans ses bras. Elle lui dit que c’est fin con, cette histoire de basculer du côté obscur pour « la sauver« . Lui insiste, si si, c’est important. Et puis merde, il a quand même apporté la paix dans la galaxie en massacrant tout le monde, elle pourrait dire merci. Et puis il est si fort qu’il pourrait en finir avec le chancelier quand il veut et régner sur la galaxie avec elle, alors bon, hein, c’est quand même mieux qu’un plan épargne pour acheter une maison à Charleville-Mézières, non ? Padmé est un peu déçue, elle le préférait avant, quand il n’avait pas les yeux injectés de sang. Et comme il aperçoit Obi-Wan sortir du vaisseau de Padmé, il l’accuse d’être dans le complot contre lui et la strangule à distance, l’un de ses tours de passe-passe qui feront sa marque de Seigneur Sith, l’équivalent des petites souris chez Garcimore. C’est malin, ça, le coup du « Je fais tout pour te sauver ! Et ça ne te va pas ! Pour la peine, je te strangule ! Gnnnn ! » ; et derrière expliquer à Obi-Wan qu’il compte protéger Padmé car il ne peut vivre sans elle. D’ailleurs, elle a beau être enceinte, au sol, inconsciente et sur une planète hostile (Mustafar est une planète moult volcanique), ça n’a pas l’air de le choquer. Ca doit être sa manière à lui de la protéger. Les dialogues n’ont rien à voir avec ce qu’il se passe à l’écran, c’est fabuleux.

En tout cas, c’est parti pour le duel sur une planète quasi-déserte (hmmm original, décidément) entre Obi-Wan et Anakin, car il est temps. En route pour quantité de pirouettes et d’échanges de coups. Le combat débute sur la vaste plate-forme d’atterrissage des navettes, mais ce n’est pas assez spectaculaire, il faut un lieu plus étroit : ce sera donc la salle de contrôle où gisent les corps des leaders séparatistes. Ah, mais qu’est ce que c’est large encore ! Vite, un endroit encore plus réduit ! Nos deux combattants s’affrontent donc sur une table de réunion. Mais c’est encore trop grand, ils iront donc sur une étroite passerelle.  Mais devant le confort qui s’offre à eux (oui, je sais, c’est lassant), leur choix se porte sur un simple tuyau enjambant de la lave en fusion. Puis, ce sera en escaladant un débri de base sombrant lentement dans la lave qui… quoi ? S’ils ne sont pas brûlés en étant si près ? Bien sûr que non ; Haroun Tazieff ne portait des combinaisons argentées pour approcher les volcans que parce qu’il aimait les tenues flashy un peu disco. Mécréants, tout le monde sait que du liquide à 700 degrés minimum, ça ne brûle pas. Où en étais-je ? Ah oui : après tout cela, les adeptes du sabre laser continuent leur duel sans fin cette fois montés sur de minuscules droïdes volant à quelques centimètres de la lave toujours. De temps à autre, Anakin lâche un « Vous avez tenté de tuer le chancelier, vous avez comploté contre lui« , rappelant au spectateur qu’il raconte n’importe quoi. Georges Lucas a dû se dire « Il faut justifier pourquoi il est du côté obscur quand même ! » sans revisionner les scènes précédentes où ça ne colle pas. En tout cas, pour finir de rigoler, nos filous finissent à deux sur le même petit droïde (je vous le disais : toujours plus étroit jusqu’au bout : Padmé aurait porté un string qu’ils se seraient affrontés sur la ficelle).

Vilaine Padmé ! Va faire la vaisselle au lieu de me faire la morale !

L’affaire s’achève enfin lorsqu’Anakin tente de faire une millième pirouette inutile, et qu’Obi-Wan comprend enfin que c’est l’occasion rêver de lui taper dans le gras : le jeune Vador perd ses deux jambes ainsi qu’un bras (pas mal !) d’un coup bien placé. Il chute donc bêtement sur une pente qui l’emmène doucement vers la lave. Lave qui se met soudainement à brûler les gens qui sont trop proches (ah, d’accord, et pourquoi ça ne le faisait pas avant ?), et Anakin prend donc feu, ce qui est assez douloureux tout de même. Et Obi-Wan le laisse là.

Heu… tu ne l’achèves pas ? Non parce que tu es un peu venu pour le tuer. Tu préfères qu’il revienne se venger plus tard et que tout ça n’aie servi à rien ? Et quand bien même tu aurais préféré le laisser vivre, il brûle : ce serait sympa de l’achever, c’était ton ancien apprenti, il souffre là. Non plus. Bon. Notre Maître Kenobi préfère donc repartir dans son rutilant vaisseau, emmenant une Padmé en petite forme avec lui. Il retrouve sur une base discrète au sein d’une ceinture d’astéroïde le sénateur Organa ainsi que Yoda, et ils découvrent que Padmé se laisse mourir (elle n’a plus de volonté de vivre depuis que son Anakinou d’amour est devenu un brigand), mais a quand même le temps d’accoucher de deux morveux : Luke et Leïa, de charmants jumeaux plus ou moins mâle et femelle. Puis, elle meurt, parce que bon, il était temps : ça fait trois épisodes qu’on avait envie de la gifler quand même.

J’allais oublier : un peu auparavant, Yoda débarquait dans le bureau de l’empereur sur Coruscant, et le défiait au combat, combat qui se poursuivait donc jusqu’au sénat qui était… qui était… allez, quel adjectif ? Désert, bravo ! Avec là encore de superbes pirouettes (plutôt que de marcher deux mètres, nos deux petits vieux enchainent les triples saltos), mais qui finissent hélas par la fuite de Yoda, pour des raisons qu’on ne saisit pas bien (visiblement, il avait tout de même plutôt le dessus, mais après une chute, a décidé de fuir lâchement) ; l’empereur en profite pour préparer une navette pour Mustafar, car il perçoit du danger pour son nouvel apprenti tout neuf. Et en arrivant, en effet, il le trouve rampant de son dernier bras en bord de rivière de lave. Ha, quelle déception, il est tout cassé. Pas de problèmes, on va le ramener à la maison, où on va le soigner en le coinçant dans une combinaison mapa géante pour ne pas qu’il se frotte trop ses brûlures ; on a mis de la biafine dessus, il ne faut plus y toucher. L’empereur constatant que son disciple manque malgré tout d’un défaut respiratoire propre à tous les méchants, il lui propose aussi une greffe de casque avec respirateur intégré, pour s’assurer que l’on reconnaisse l’alignement chaotique mauvais du personnage.

Notez que lors de l'opération, les robots médicaux ont même pensé à retourner le blessé pourtant attaché à sa table pour lui greffer une indispensable cape

Les premiers propos du ressuscité attaché à sa table vont à ce qui sied à un méchant qui nait : « Où est ma meuf ?« , et l’empereur de lui répondre que, haha, c’est con, mais tu l’as tué dans un de tes caprices gros malin. Dark Vador est donc très en colère et descend de sa table d’opération façon créature de Frankenstein. On pourrait s’attendre à ce qu’il bourre la gueule de l’empereur, dans ce petit moment de rage, genre « Tout ça, c’est de ta faute ! Tu m’avais dit que le côté obscur la sauverait ! Tu m’as menti !« , mais non. Je ne cherche plus à comprendre depuis longtemps. A la place, il pousse un petit cri de collégien qui vient d’apprendre que Lucille des 6eB le plaque pour Kévin, le 5eA trop fort en sport.

Pendant ce temps, Yoda & Obi-Wan se demandent où cacher les enfants Skywalker, là où les Siths ne penseraient jamais à les retrouver… voyons voir… hmmm… ah je sais : un chez la famille du sénateur Organa, qui voulait adopter une fille de toute manière, et l’autre sur Tatooine, dans la famille Skywalker ou ce qu’il en reste du moins. C’est une excellente idée : jamais un Sith comme Dark Vador ne pourrait penser à trouver un enfant dans sa propre famille. Ou encore moins supposer qu’on ai pu le cacher dans la famille du sénateur qui a montré l’attitude la plus rebelle lors de l’éradication des jedis. Sans compter que c’est un personnage public : tout le monde va apprendre qu’il a adopté un enfante pile-poil au moment où Padmé devait accoucher. Vraiment les jedis, vos plans sont fabuleux. Vous les auriez déposé à la DDASS que c’était plus sûr.

Yoda annonce aussi que le secret de l’immortalité existe : Qui-Gon lui même est revenu des profondeurs de la force. Il est désormais possible en s’entrainant de communiquer avec lui pour entendre son esprit. Et de lui raccrocher au nez à volonté, parce qu’il est un peu lourd quand même. Obi-Wan va donc pouvoir s’entrainer à ce petit jeu pendant que Yoda et lui seront en exil chacun de leur côté.

Dans leur coin, Dark Vador et l’Empereur se demandent comment ils vont occuper leurs journées maintenant qu’ils dominent l’univers, et la réponse est limpide : ils vont essayer de construire la plus grosse boule de pétanque de la galaxie. Ainsi débute le projet de l’Etoile Noire, dont ils assistent au début de la contruction.

Et… FIN !

Voilà, merci M. Lucas de m’avoir montré la voie de la vraie écriture, de la cohérence et de l’intrigue bien ficelée. Ça valait le coup de faire une nouvelle saga pour justifier la première.

118 réponses à “Star Wars Episode III : la revanche des suites

  1. « Jedis must die!! »
    Et certains scénaristes aussi!!!
    Par contre je demande une certaine indulgence pour la trilogie qui a bercé mon enfance^^

  2. Bonjour !

    J’aime bien vos articles, ils sont plutôt marrant.
    Comment trouvez vous le temps de les écrire, ils sont si longs ?!

    Le plus impressionnant est sans doute la pertinence du propos.

    Encore que je me pose parfois la question: est ce que l incoherence de certaines situation n’est pas aussi une forme de « triche » du cinéma?
    je dis ca parceque ca m’avais etonné que vous releviez les incohérences de inglorious bastards. Vu le style du film et la fin, on etait pas a ça près.
    Mais bon, on peut pas tout aimer.
    Tiens, moi je hais Spielberg.

    • Pour répondre à vos questions :

      – Un article peut prendre jusqu’à 5h environ (en général, ce sont les résumés de film les plus longs, où il faut inclure le temps de visionnage ainsi que la recherche d’images adaptées). D’où un rythme pas toujours facile

      – Inglourious Basterds, la fin ne me choque pas : c’est un film, son auteur en est libre ; la question est comment il y parvient. Et s’il voulait faire n’importe quoi sans se soucier de cohérence, pourquoi prendre le temps de justifier certains éléments (ex : la vitesse de propagation de l’incendie) et pas tous les autres bien moins crédibles ?

      Mais là encore, vous avez raison, il y a une question de goût.

      • « pourquoi prendre le temps de justifier certains éléments (ex : la vitesse de propagation de l’incendie) »

        Parce que la plupart des gens ne travaillent pas dans la photographie et ignorent tout des propriétés incendiaires des anciennes pellicules, et que plutôt que de se justifier aux yeux de ce public en utilisant une ligne de dialogue, il préfère coller toute une séquence, afin de bien étaler sa culture, attitude qui va droit au coeur d’un cuistre tel que moi.

        Typhon

      • En fait,je crois que la pellicule c’est juste une figure de style tarantiniene. Un peu genre dr house : « ce sac en plastique va mal bruler, dégageant une fumée pleine de vapeurs toxiques et notamment du « molécule au nom compliqué » qui va, en quelque seconde rejoindre les poumons ect . Après, c’est peut être un peu des deux.

  3. Juste une petite précision pour la tentative de scénario alternatif : le fait que l’état de Darkinou vienne d’une branlée infligée par Obi-Wan est mentionné dans la trilogie d’origine.

    • Ca pouvait tout à fait se caser lors d’une bataille galactique ou d’une tentative d’attentat. Mais vous avez raison.

      • Roooh, petit typhon, tu te torpille tout seul là.

        Réponse Internet !

        Sven, prends ta vicodin.

    • Ca n’a jamais été dit « officiellement » dans la première trilogie (aucun mention à ce sujet dans les Episode 4, 5 et 6), mais Lucas y avait fait allusion après la sortie des films, dans des interviews, en disant que Vador était enfermé dans cette armure à cause de son combat contre Obi-wan Kénobi: pendant le fight, il tomba dans un liquide très chaud (lave ou métal en fusion, je ne me souviens plus exactement) qui le brûla gravement (tu m’étonnes) et l’obligea à vivre à jamais dans la sombre armure (pas glop). C’est en fait le seul passage de la prélogie que la plupart des fans connaissaient depuis les années 90, un passage attendu de pied ferme: le duel qu’il perd et qui le change en géant asmathique.

      Et tout comme notre Camarade O.C. je suis déçu par le héros de cette prélogie: le plus grand des méchants de l’histoire du cinéma est donc à l’origine un looser pathétique, il avait tout pour lui et il perd tout stupidement. Bof bof…
      Je préfère la version qui commence ce billet: plus cohérente et plus de panache. Dommage :(

  4. DDASS, pas DASS. Comme direction départementale.

    Et de toute façon, maintenant, c’est le Conseil général, plus l’Etat, qui se charge de ça. Cruelle méconnaissance des réalités des acteurs publics territoriaux.

    Vous tombez en plein dans l’un des travers principaux du film : la galaxie, c’est vachement grand ; y a que de l’action sur 3 pauvres planètes, et hop, toute la galaxie bascule du côté obscur.

    Je pose donc la question centrale : la recentralisation voulue par notre Palpatine national est-elle le prélude une guerre des clones ?

    • Je vais corriger de ce pas.

      Pour rebondir sur votre « la galaxie, c’est vachement grand », vous noterez un autre travers : à partir du moment où l’on sait sur quelle planète quelqu’un se trouve, c’est bon.

      Essayons « Oussama Ben Laden se trouve sur Terre ». Ah, c’est compliqué en fait.

      Et Palpatine va surtout se prendre une guerre syndicale ou pire, des élections régionales.

      • « à partir du moment où l’on sait sur quelle planète quelqu’un se trouve, c’est bon. »

        Mais c’est normal, c’est la force, ce super système de détection qui a permis à un seigneur sith et à tout l’ordre jedi de cohabiter dans le même quartier de coruscant pendant des dizaines d’années sans jamais se rentrer dedans.

        Typhon

      • La Force n’est pas un deus ex machina.

        Le deus ex machina est un procédé qui consiste à faire sortir un truc de nulle part pour conclure l’intrigue, alors que la Force est introduite peu après le personnage principal.

        C’est R2D2 qui sert à plusieurs reprises de Deus Ex Machina, lui qui semble incapable de se servir deux fois de gadgets qui seraient cependant bien utiles.

        Typhon

      • « sortir un truc de nulle part pour conclure l’intrigue », certes. Mais à part que ça sert à conclure toutes les séquences foireuses et pas seulement l’intrigue, la Force a quand même salement la tronche d’un deus ex machina.

  5. Je tiens d’ailleurs à dire que l’état de Grievous est justifié dans les dessins animés. Suite à un combat contre Mace Windu ( Shaft au sabre violet ), celui-ci est gravement touché par LA FORCE. En gros, Maître Windu lui explose la cage thoracique à la manière Sith, une bonne petite compression à distance.

    Merci pour ce superbe spoil.

    Mais honnêtement, c’est pas tellement génial Star wars qu’on oublie les incohèrences ?

    • Et ouais, mais on le savait déjà que Master Windu, c’était le plus badass motherfucker des jedis, et qu’il en a assez de tout ces motherfucking sith on the motherfucking plane, fuck bitch !

      Typhon

    • « Mais honnêtement, c’est pas tellement génial Star wars qu’on oublie les incohèrences ? »

      Je suis bien d’accord, et j’en profite pour rappeler que George Lucas est mort dans un accident d’avion tragique en 1990, et que toute personne qui propage le mythe selon lequel il existerait des films tels que les épisodes un, deux et trois de Star Wars, ou un quatrième film d’Indiana Jones méritent un sort atroce.

      Typhon

      • Aaa la bonne idée : à quand un spoil du 4ème opus d’indiana jones? une belle daube qui a tué la trilogie (oui je le considère pas comme un vrai IJ). Et la séquence larmoyante du temple est juste là pour caser le fils de Lucas qui joue le petit jedi qui pirouette avant de se faire abattre comme une merde… son fils quand même la honte, il a pas rencontré Sarkozy, lui au moins il prend soin de donner de bons rôles à sa famille

  6. Pour les wookie, c’est pas des fortifications, c’est des baraques de plages, pour que les wookie puissent se changer avant d’aller se baigner. Ils ont pas l’habitude de les utiliser pour se protéger d’autres choses que des regards de leurs congénères.

    Par contre, pour Luke et Leia, comme rien ne laisse supposer que Dark Sidious puisse savoir que Padmé est morte, je suppose qu’il s’est reposé sur un média d’excellente qualité (TFEmpire) qui lui a dit que Padmé était morte sans avoir accouché (ou alors les deux jedis qui restent ont fait un travail de censeurs pour lui).

    En parlant de leur efficacité, heureusement qu’Obi-Wan est revenu à Coruscant pour modifier le message, pour ce que ça a servi…

    Par contre, râler en disant qu’Anakin est un imbécile de rien avoir compris, qu’il est incohérent, etc., je trouve ça moyen : ça fait quand même 2 épisodes qu’on nous montre les limites intellectuelles du type ! Quoi, il est con ? Et alors, ça fait belle lurette qu’on le sait tous, à commencer par Sidious lui-même : un con, même fort au sabre, c’est quand même plus facile à manœuvrer qu’un type intelligent !

    Par contre, je me pose une question : que faut-il pour avoir le droit à l’immortalité chez les Jedi ? Non parce qu’il n’y en a que 4 qui ont réussi ! Et je n’arrive pas à trouver de point commun entre les 4…

    Allez, encore merci pour le spoiler et j’espère en lire encore de nombreux (mais par contre, tu peux prendre ton temps, je préfère cette qualité-là à une quantité de moindre force).

    • « Non parce qu’il n’y en a que 4 qui ont réussi ! »

      Non, il n’y en a que quatre qui ont réussi et dont on entend parler.

      Typhon

      • Ce qui veut dire que tous les autres ayant réussi ne se sont plus manifestés, c’est vrai, on aurait jamais eu besoin de leurs conseils avisés.

        Enfin ç’aurait été compliqué de faire revenir tous les fantômes des jedi morts à la fin du VI, vaut mieux juste prendre la tête à claques du III, ça suffira bien amplement. Et Qui-Gong, on est sûr qu’il a trouvé l’immortalité ? Non, parce qu’on a que la parole de Yoda (qui s’est quand même pas mal gouré dans la saga, alors une boulette de plus, ça lui fait pas peur).

        Moralité : pour trouver l’immortalité, soyez indispensable à George Lucas (je comprends mieux comment il arrive encore à trouver des personnes voulant travailler pour lui).

      • Ah si, un bémol sur ta remarque : vu le nomre de jedis qui ont passé l’arme à gauche, je crois que Yoda l’aurais dit s’il y en avait qui s’étaient manifestés comme Qui-Gong… Moi je parlais évidemment des Jedis qu’on

      • (suite du précédent) a eu la chance de rencontrer dans les films, évidemment, pas ceux dont on a jamais vu la tête.

        Donc je persiste :-) : il n’y en a eu que 4 dans la saga.

      • Mais comme on n’a eu la chance de ne rencontrer au plus que quatre jedi dans la saga (dont je rappelle, ayant ma cohérence, qu’elle ne comporte que trois films, suite au décès tragique de George Lucas en 1990), dont un est resté vivant, il est normal qu’il n’y ait que trois fantomes à la fin de l’épisode six, alors qu’on pourrait s’attendre à une manifestations d’autres jedis.

        Typhon

      • Je soutiens que seuls 3 jedis ont réussi à passer des appels en PCV depuis l’au-delà : qi-qong n’apparaît pas avec les autres à la fin lorsque le groupe se reforme et annonce une nouvelle tournée de concerts (alors que se sont ses meilleurs potes quand même).
        D’ailleurs, qi-qong n’existe pas : quand Obiwan envoie Luke se faire former (sur Dagobah), il lui dit clairement que Yoda est celui qui lui a tout appris.

      • Qui-gon n’existe pas… Ben oui mais faut qu’Obi-wan vende quand même le machin vert et tout moisi avec qqchose ! S’il dit : il a formé mon maitre, qui a mon tour m’a formé, et en plus il a connu ton père, et il a formé le comte dooku (mais tu sais pas qui c’est, ça tombe plutôt bien) et puis il s’est fighté en personne avec l’empereur mais il a perdu…

        C’est pas gagné pour les 150 C-14, pas vrai jean-claude ?

    • Alors remarque sûrement inutile et un peu trop poussée dans l’imaginaire mais point commun aux jedis ayant trouvé l’immortalité : ils sont tous morts sereins : Anakin qui se rend compte de sa connerie 20 ans après et qui essaye tant bien que mal de réparer ça, qui gon qui se doute qu’il va mourir devant un taré peinturluré et que son apprenti il est trop fort, qu’il a su lui inculquer des valeurs etc. de même obi wan fait pareil avec luke, et pour finir yoda qui s’endort avec le sentiment que laisser un jeune post adolescent dans la merde et ça le fait marrer. je m’éteindrais bien comme ça moi

    • « c’est des baraques de plages, pour que les wookie puissent se changer avant d’aller se baigner. »

      Les wookies se baignent pas à poil?

      • Ben si. Mais pense-tu qu’ils laissent leurs armes sur la plage pour se les faire tirer ?

    • Petite rectification au niveau de Qui-Gon Jinn : il faut noter la scène du massacre des Hommes des Sables, où Anakin entend soudainement une voix d’outre-tombe lui enjouer de ne pas les étriper. Le doublage original étant réalisé avec la voix de Liam Neeson, on peut considérer que Yoda n’est pas le seul Jedi qui a des hallucinations à trop profiter de la marijuana de Dagobah…

  7. C’est… beau. Non décidemment, j’attends l’érection d’un temple à votre gloire. Parce qu’il y a quelque chose que je n’ai pas chez vous : je n’arrive pas à isoler les incohérences de manière aussi acide. Je crois qu’il me faut de l’entraînement, je vais me regarder un bon vieux nanar genre Zardoz !

    D’où ma question : rédigez vous vos articles pendant le visionnage (prise de notes ou multiples pauses) ou êtes vous tellement odieux qu’un visionnage ininterrompu vous suffit ?

    • Excellente question.

      – au cinéma et à la télévision, le choix n’existe pas : un visionnage et ensuite, en route.

      – pour un DVD (comme ici), je fais des « pauses rédaction » histoire de coucher tout cela tant que c’est frais. Maintenant je ne me repasse pas les scènes non plus (ah, non !) C’est juste que ça m’évite d’oublier des incohérences qui m’ont marqué en cours de route.

      Par contre, c’est… long.

  8. La plus grande incohérence dans cette prélogie reste pour moi l’attitude des jedis en général.

    L’élu est censé rétablir l’équilibre dans la force. Or, le coté « clair » de la force prédomine pour le moment. Donc si l’élu arrive, c’est forcement pour foutre la merde (un p’tit peu au moins, afin que le coté obscur rattrape son retard)

    Et qu’est ce qu’ils font les jedis, entre 2 complots inter-galactiques et un dézingage de vaisseau droide ? Bah ils cherchent l’élu.

    • l’élu censé éradiquer les siths (ce qui pour finir n’arrive jamais et star wars continue à faire de l’argent avec moult BD et jeux vidéos)

      • Erreur grossière que je dois corriger (tardivement) : à la fin du Retour du Jedi, les Siths sont éradiqués : Palpatine fait le grand plongeon vers le réacteur de l’Etoile de la Mort et Vador s’est sacrifié pour sauver son fils. L’Élu a donc bien rétablit l’équilibre à la Force, mais avec une légère erreur de parcours entre temps…
        Ceci ne vaut que pour les films, bien sur… avec l’Univers Étendu, c’est tout à fait différent.

  9. J’ai beau être un grand fan de Star Wars, jamais je ne me suis autant fendu la gueule (vous me passerez l’expression) sur une critique de la saga, au même titre que celle faites pour le choc des gitans ci-dessous.

    Ce blog a mérité sa place dans mes favoris et c’est avec plaisir que je reviendrai le lire ;-)

  10. Mais quel con ! C’est marrant, au moment ou il décide de faire une courbette a « Palpa », j’ai pensé la meme chose que toi. Il est gentil Anakin, mais alors le boulet…

  11. Je crois que tout le monde se méprend sur ce mystérieux code 66 (c’était pas une route au départ ?)

    J’ai eu des infos tout à fait troublante d’une source bien informée (un petit vieux en barboteuse brune, avec une myxomatose avancée et une hygiène dentaire qui laisse à désirer).

    A l’origine, le code devait être 118 218, mais bizarrement, lors des tests (parce qu’il y a eu des test, vous croyez pas que les Siths font ça à l’impro ? You bitch !) Donc lors des test, disais-je, il s’est avéré que ce code, pourtant bien pratique, et qui reste dans la tête, surtout avec une petite musique sympa, donc ce code (putain j’arrête pas de faire du hors piste dans mes discgressions c’est pénible), ce code là, oui ce putain de code avait un effet secondaire indésirable (ouf, point).

    En effet, dès que Palpatine lançait le 118 218, deux moustachus débarquaient pour demander à pleins de questions à la con.

    Pour la petite histoire, l’uniforme des storms trooper serait légèrement inspiré du costume des deux moustachus, Palpatine l’ayant trouvé « drôlement sexy »

    Hélas, le designer Stark (un français) a été mis sur l’affaire et les pauvres storm troopers se sont retrouvés coincés dans des packaging plastic assez moche et pas franchement agréable ou pratique au lieu des magnifiques leggings initialement prévus.

    On murmure que le recours à Philippe Stark serait la sombre vengeance de Dark Vador (ou Darth Vader, comme disent les roumains) qui aurait eu besoin de se sentir moins seul à ressembler à une salière.

    Ces français sont décidément des bons fils de putes.

    • Alors là, je proteste. Darth Vader a beau être asthmatique, et incapable de manger, il ne ressemble pas à une salière.

      Malgré la parentée spirituelle, Darth Vader n’est pas un Dalek.

      Typhon

  12. Vous avez raison monsieur Typhon.
    Vu sa couleur, herr Vador serait plutôt un Poivrier géant. Ce sont les Storm Troopers qui sont des salières.

  13. « […]lui transforme rapidement le visage en sorte de réplique d’Armande Altaï »

    Longtemps j’ai cherché à quoi le faciès de Palpat’ pouvait être comparé…

    Ma quête est finie , merci.

      • A Jules-Edouard Moustique vieux!

        Au passage: IL EST VIVANT! VIVAAAANT!!!

  14. Je dois vous prévenir que l’OC est contagieux!
    En effet, dans un désir d’avoir un bruit sonore d’un film d’action, j’ai laisser ma pauvre télé sur « le retour de la momie 2 », et je n’ai pu m’empêcher d’imaginer certaine partie de spoilage de ce film, à la façon de l’OC:

    « moment très marquant du film : lorsque le héros plante son « javelot » (qui normalement doit être lancé plutôt que planter comme une pique, enfin bon) la méchante momie (qui est masculin, rappelons le) se plante juste devant cette scène, à genoux, les bras tendus, les doigts crispés, agrémentant le tout d’un « noooooooon », à la manière d’une danseuse d’opéra médiocre »
    Malheureusement, le génie de l’OC est moins facilement transmissible…

  15. Je n’avais pas tout compris de la « logique » du film, et enfin des points sont éclaircis !

    Anakin est toujours le digne croisement improbable entre Rantanplan et un bulot, mais au moins l’ensemble a vaguement un peu de « sens » pour moi aujourd’hui.

    Encore une victoire de Connard !

  16. Vu le nombre de fan d’Asp Explorer commentant en ce lieu (probablement aussi un Odieux Connard qui s’ignore), je suis surpris que personne ait donné le lien suivant, sur son post sur la connerie de Yoda:
    http://aspexplorer.livejournal.com/376218.html

    Mais il ne fait que vous précéder en signalant l’apparante bétise de Yoda.
    Hors, là où ça devient intéressant, c’est le commentaire de Montrose, que je vous pousse à aller lire ici http://aspexplorer.livejournal.com/376218.html?thread=7623834#t7623834 , qui explique enfin la vraie logique du film, Yoda EST un maitre sith !

    • Excusez le temps d’apparition de votre commentaire, mais WordPress trouve toujours les liens suspicieux.

      Lu. Et pas faux tout cela ; moi j’aurais plutôt tendance à parier que Yoda est le plus sage de tous car il maîtrise à la perfection la loi de Jar-Jar ; aussi annonce t-il toujours exactement l’inverse de ce qu’il souhaite que les héros fassent.

      L’autre possibilité reste qu’il soit une buse, mais que comme il a été nommé Maître par piston quand il était un jeunot de 60 ans, et que c’est un titre à vie, 200 ans plus tard, plus personne ne se souvient de s’il était ou non un bon jedi. Alors 800 ans plus tard, il est devenu une légende, c’est le plus ancien, il est donc forcément très sage. Du moins selon eux. Comme un vieux sénateur français, en fait.

      • Moui. Enfin un bon vieux sénateur français n’est pas encore capable de mettre une rouste à Dooku/Sarkozy…

      • Ou alors Yoda était un super jedi quand il était jeune, dans une autre galaxie, il y a très longtemps….
        Mais là, à 880 piges, la force est du côté d’alzheimer et parkinson.

        Ou alors il a couché pour réussir… Mais j’aime mieux pas savoir avec qui.

  17. Tiens ? Vous semblez partager la matière de la note de Romain Ronzeau qui traite de la nouvelle trilogie, quant à l’origine agaçante du « plus grand méchant de l’histoire du cinéma » et au « elle est où ma meuf ? » repris presque tel quel, non ?

    http://commedesguilis.blogspot.com/2010/03/star-wars-la-revanche-des-schtroumpfs.html
    Je lui donne le privilège de l’originalité au vu de la chronologie dans laquelle se sont succédé vos posts. Mais gageons que certaines idées montent et descendent régulièrement de la noosphère commune aux blogueurs, où alors, plus simplement, que les commentaires sur la saga Star Wars se rejoignent naturellement comme autant de chemins vers Rome.

    • Ah, éternel débat, qui s’inspire de qui…

      Mais pour le coup, je le trancherai vite : Romain Ronzeau a la primeur (et un certain talent, ne le nions pas) sur cette phrase (Mais il ne l’a pas déposée, ahah, vite, ma fiche de dépôt de propriété intellectuelle !).

      Mais j’imagine que nous sommes quantité à avoir noté cette phrase ridicule, interprétable à foison (« Vazy, elle est où ma zouze ? » ; « Padmé, ouuuhouuuu ? » ; « Ma meuf ! Où qu’elle est ? ») mais comme vous le dites si bien, toutes les interprétations mènent, hélas, au même constat ridicule sur cette phrase fort mal sentie du Vador naissant.

  18. Bon alors voila, bonjour d’abord. Je suis ce blog avec assiduité depuis un certain temps déjà, mais toujours en étant cachée dans l’ombre et riant sous cape.
    Merci M. Connard, je plussoie la proposition de Braud pour l’érection d’un temple à votre honneur, avec moultS jourS fériéS déguisés en célébrations religieuses pour fêter votre talent comme il se doit.

    Mais là, je m’inscrit en faux ! Vous m’avez trompée quant à votre essence infaillible car vous avez omis un détail, un seul certes, mais qui avait réussit à me gâcher la vision de ce film à sa sortie, et me chiffonne toujours depuis : Qui peut m’expliquer comment Padmé réussit à pondre non pas un mais bien DEUX bébés passablement bien en chair alors qu’elle galopait une scène plus tôt pour se jeter dans les bras de son Darkounet et qu’elle faisait au pire un 42 pour le tour de taille ????
    Le fait que vous sembliez être de sexe mâle et que lors de mon 1er visionnage du dit film j’étais moi-même enceinte jusqu’aux dents explique peut-être la différence d’attention sur ce fait ;p

    • Ah oui, tiens, j’ai oublié, pourtant je me souviens avoir pensé « Elle est autant enceinte qu’une anorexique ayant mangé un kebab ».

      Mais je vous propose comme solution le fait que Padmé porte des vêtements amincissants typiques de cette galaxie, ou plus sobrement « La Force ».

      Oui, la Force influence aussi le développement des enfants. L’Episode I en est bien la preuve, tenez.

      • Les femelles de la galaxies, toute espèces confondues, s’envoient en l’air avec la force dès que les hommes ont le dos tourné.

        Typhon

      • d’autant que des faux jumeaux prennent un peu plus de place du fait de deux cavités amniotiques… mais padmé est très sportive, en atteste l’attachement d’anakin qui 6 mois après est toujours aussi amoureux, et la légère déception lorsqu’elle lui annonce qu’elle est enceinte. heureusement que le procédé qui permet d’entendre les pensées des personnages ne s’est pas appliqué ici « Anakin je suis enceinte » « oh ben super » *quand je pense que je me retiens depuis 6 mois, j’aurais dû dire oui à la wookie merde*

      • La Force se trouve aussi sous forme de petites pilules, de couleur bleue (comme un laser de jedi, la nature est bien faite).

  19. Vivement que Georges Lucas meurt (vraiment, pas cette histoire d’accident dans les années 90 !) qu’on puisse enfin faire un remake cohérent de cette double trilogie qu’est Star Wars… Au fond, l’univers est pas mal. C’est juste que le scénariste est tombé sur la tête.

  20. Fan de Star Wars aussi (les vieux !) , je dois tout de même confesser que oui, j’aime bien les nouveaux. Mais pas tout, faut pas abuser : Jar Jar chose aurait dû mourir dans d’atroces souffrances, je déteste Anakin autant que j’aimais le personnage de Dark Vador, et trop de cgi tue le cgi. Bref. Sinon j’aime quand même bien l’histoire, les incohérences, c’est un peu comme James Bond, du moment que ça explose et lasère dans tous les sens, je m’en fiche.

    Je me suis quand même bien marrée à la lecture de ces trois excellents billets (les autres aussi, mais ce n’est pas le propos) MAIS je me dois de signaler une incohérence injustifiée à la fin.
    Si les Siths ne peuvent pas trouver les enfants de Padmé, c’est tout simplement qu’ils ne les cherchent pas : et pour cause, comme quelqu’un l’a dit plus haut, Padmé est officiellement morte avant d’avoir accouché. Alors d’accord, j’admets que ça ne se voit pas beaucoup étant donné les trois petits kilos qu’elle a pris en neuf mois, mais lors de la cérémonie de son enterrement, elle semble toujours enceinte. Une ruse de Jedi qui a consisté à fourrer sa robe avec un coussin, mais qui a bel et bien fonctionné.
    Pas de raison, donc, de s’inquiéter pour la descendance (et avec le bordel qui va se produire avec le nouvel Empire, tout ça, personne n’ira vérifier l’adn de la petite Organa).

    Sinon, je ne trouve personnellement pas que le comportement d’Anakin soit si incohérent que ça (« je change d’avis toutes les cinq minutes »), pasqu’il est évident que de toute façon, c’est un gros sociopathe, fortement handicapé au niveau des relations humaines. Mais je suis peut-être un peu indulgente…

    Mais encore bravo pour ce beau spoilage, et le blog en général

    (mais où trouvez-vous le temps (et le courage !) de regarder autant de navets/et quelques bons films avec une telle précision et un tel dévouement ?!)

    • Moi ce qui m’embête surtout c’est qu’ils spoilent (mais moins bien que l’auteur de ce spoil) tout l’intérêt des épisodes 4,5 et 6.
      Les designers se sont quand même embêtés à passer d’un design tout joli avec des vaisseaux tout en inox plus brillant qu’un évier tout neuf, des robes qui chatoyent dans tous les sens de l’épisode 1, à des vêtements plus simples (c’est la guerre, même les grands couturiers font des tenues de camouflage) qui rappellent les vêtements des premiers Star Wars. Enfin les derniers. Bref, on se comprend. Et pareil pour les vaisseaux, qui permettent d’entrevoir des embryons de TIE Fighter et de X-Wing.
      Donc on se dit « c’est chouette ça, les futures générations pourront suivre les épisodes dans l’ordre et avoir les mêmes joies que nous… Et en fait non.
      Pourquoi me demandez vous ? Et bien à la fin de cet épisode 3, nous découvrons que Darth Vador a deux enfants prénommés Luke et Léia, qui est donné en cadeau au sénateur Organa. Tiens mais se pourrait il qu’il y ait un lien avec ce jeune Luke Skywalker qu’on découvre dans l’épisode 4. Et Princesse Leia Organa… mais où ai je entendu ce nom déjà ???
      Donc voilà, en 1 min, le « point culminant » de l’épisode 5 et la découverte pas si passionnante de l’épisode 6 nous sont révélés.
      N’aurait il pas pu trouver une petite astuce scénaristique pour cacher tout ça ?
      C’est vraiment LA chose qui m’embête le plus dans le 3, et qui pour moi occulte tout le reste.

      • D’un autre côté, on voit Anakin Skywalker dès l’épisode 1, c’est déjà facile de faire le lien.

  21. Je tiens à dire que j’adore ton blog. Tu t’exprime exactement dans mon style et ça me plait. Des remarques pertinentes mais un peu d’hypocrisie (mais on t’en veut pas). Continue comme ça, j’attends chaque post avec impatience. BRAVO!
    J’ai regardé le film il y a peu de temps, ce qui m’a permis de m’éclater un max sur ton spoiler.

  22. Mais du calme! J’arrive plus à suivre. Je viens à peine de finir « Légion » et j’en ai encore deux dans la vue. C’est pas humain. Il faut croire, définitivement, que vous signâtes un pacte avec le Grand Cornu pour survivre à ce rythme, et de visionnage, et de rédaction.
    Bon, je savoure les titans, et je reviens.

    • Et encore, je ne suis pas allé voir Adèle Blanc-Sec jusqu’ici.

      Lisez vite : demain, nouvel article (mais bien plus court).

      • Arrgh, encore une adaptation d’œuvre à la sauce pourrie. Bien que je ne connaisse l’œuvre original, je compatis aux connaisseurs.

        Ps: prions pour que James Cameron ne tourne pas le film superfétatoire de Gunnm…

  23. Le pire, pour moi, est l’apparition des nouveaux termes communs qu’ils ne disaient jamais dans les premiers Star Wars comme les « Siths », personne ne disait ça et ne savait ce que c’est, en dehors des gros fans qui lisaient des bouquins dont 90% étaient mal branlés.

    Et le coup de la force qui est juste génétique me l’a mis en travers de la gorge.

    Un point positif Luke Skywalker a moins l’air d’une tête à claques.

    Il faudrait juste changer Carrie Fisher par une actrice qui ne ressemble pas à Céline Dion (bon logiquement c’est l’inverse mais ne pinaillons pas).

  24. ***activation du Commentaire 66***

    Une des choses que je déteste le plus dans cette prélogie mal-écrite c’est qu’elle fait clairement passer les Jedis pour des idiots. C’est d’autant plus fragrant qu’ils sont censés être des « surhommes » disposant de grands pouvoirs et surtout d’une grande sagesse et clairvoyance, ce qui rend leur chute encore plus pathétique.

    D’ailleurs le visionnage de l’épisode II m’avait laissé perplexe sur un point important, et je pensais que l’épisode III ou la série animée la Guerre des Clones allait le clarifier. Mais que nenni!!! Et pourtant c’est énorme et je suis surpris que même le plus Odieux des Connards n’ait pas allusion à cela: l’affaire Sifo Dias.

    Petit rappel: Sifo Dias était le Maître Jedi qui avait soi-disant commandé la fameuse armée de clones avant de mourir. Même si cela n’a pas été dit dans les films, il est évident que c’est Palpy qui a usurpé son identité pour créer cette armée, le fameux ordre 66 étant une preuve suffisante, il était inutile d’expliquer quoique que ce soi, il était clair que c’était une magouille du Sith.

    Par contre…

    • Par contre, les Jedi eux ne s’inquiètent de rien, ils ne cherchent même pas à savoir.

      – Un Maître Jedi commande la création d’une grande armée, sans rien dire à personne. Ils pensent qu’il avait peut-être prévu la lutte contre les Séparatistes, juste avant de mourir. Soit, mais pourquoi le garder pour soi, pourquoi faire disparaître Kamino des archives Jedis, pourquoi ne pas laisser une sorte de testament pour justifier dans le futur son geste, qui n’est quand même pas anondin.

      – Le dangereux chasseur de primes qui sert de modèle pour les clones a été contacté par un certain Tyrannous. Pourquoi ils n’enquêtent pas pour en savoir plus sur ce gars.

      – Et surtout à aucun moment ils ne cherchent à savoir qui paie. Ben oui, un million de soldats, équipés, armés, avec en plus des véhicules de combat et d’énormes vaisseaux militaires, ça doit quand même coûter la peau des fesses, et je doute qu’un Maître Jedi puisse financer tout ça, d’autant plus que les Jedis n’ont pas l’air de rouler sur l’or. Or l’indic d’Obi-wan dit bien que les cloneurs de Kamino ne sont pas des altruistes

    • Désolé, erreur de frappe, ça a envoyé le message à l’insu de mon plein gré^^

      donc les habitants de Kamino ne sont pas des altruistes: ils aiment ceux qui ont de bonnes manières et surtout un gros portefeuille. Même si Sifo Dias a juste payé une petite partie, il a bien fallu qu’il donne des garantis solides. Lesquelles? Pourquoi ne pas leur demander aux cloneurs? Ben non, pourquoi faire…
      Une grosse armée tout neuve et bien équipée leur tombe pile poil au bon moment, et personne ne se soucit de savoir quelle est son origine, et surtout qui a payé pour ça. Et adhérer à l’idée qu’un Maitre Jedi ait pu tout seul en avoir les moyens, et le faire sans rien dire à personne, c’est bof bof au niveau de la clairvoyance. Un simple inspecteur aurait trouver ça louche et aurait suivi la piste monétaire pour en savoir plus. Mais les Jedis eux non. Ils sont surpris mais c’est tout, après plus rien, plus de questions. Jusqu’à l’ordre 66. Hé bé, si dans les mauvais films les gentils gagnent en général grâce à la stupidité des méchants, cette fois-ci c’est le contraire. Les Sith n’ont donc aucun mérite.

    • « Le dangereux chasseur de primes qui sert de modèle pour les clones a été contacté par un certain Tyrannous. Pourquoi ils n’enquêtent pas pour en savoir plus sur ce gars »

      Missa oublié: surtout que le chasseur de primes s’en prend aux Jedis sur Géonosis, et vu sa profession, il ne le ferait que s’il est payé pour ça. Alors encore une fois: qui paie un tueur qui se bat aux côtés des Séparatistes tout en aidant à créer une armée de clones qui se bat contre les Séparatistes?

      • Très bon point mais qui ne m’a pas choqué outre mesure au visionnage de la prélogie. Lucas a du utiliser un logiciel que j’avais sur disquette du temps ou j’utilisais un Atari ST 520 (Une antiquité mais pour moi la meilleure plateforme de jeux vidéo jamais créée). Je ne me souviens plus du nom que ce programme portait, mais il aidait a créer des scénario pour film : on entrait tout un tas d’informations (personnages, traits de personnalité, époque, lieux, etc …) et on cliquait (avec le clavier, y’avais pas de souris ^^) sur confirmer. Et là il sortait un scénario en mélangeant le tout, ce qui donnait des résultat souvent très amusant. Mais bien sur, comme l’outil était fort simple, il n’y avait pas de lien logique entre les situations. Juste un mélange de personnages et de rebondissements. Mais c’était marrant tant qu’on ne voulait pas convaincre les gens qu’on avait réfléchit à tout ça et que c’était une histoire qui valait la peine d’être filmée.
        M Lucas, vous n’êtes pas digne de posséder un Atari, veillez en faire don a quelqu’un qui respectera cette belle machine. Et arrêtez de faire des films, on voit bien que vous avez passé l’âge.

        PS: J’aime répondre a des posts avec plusieurs années de retard, ça a quelque chose de … rafraichissant.

  25. Ils sont pas si pauvres que ça, les jedis, ils changent de vaisseaux dès que la peinture est abîmée, font du tuning avec, ils ont des coupes de cheveu à 200 crédits galactiques et des fringues de chez Paco Rabannes ou Raël. Et tout ça passé en frais professionnels pour frauder les impôts.
    Les siths, eux, roulent en solex, ils ont une pauvre cape en poils de wookie, et un budget formation limitée à 1 apprenti par génération.
    Et si c’était eux, les vraies victimes de l’histoire?

  26. Oh, cher et extraordinaire connard,

    Un fait vous a échappé, anecdotique mais qui ne lasse pas de me plonger dans l’hilarité quand je tombe par accident sur ce nanar: lors de la bataille entre Kikinobi et Anakikinou, si nous sommes bien d’accord, Anakikinou met quand même ce qu’il est loisible d’appeler une belle branlée à son maître. Pourtant, Kikinobi trouve quand même le moyen de la ramener et d’asséner « tu vois bien que je te domine? », alors que non, vraiment Anakikinou ne le sent pas. Mais comme vous l’avez dit, Jar Jar Binks est contagieux, et Anakikinou, tout Jedi qu’il est, comprend désormais tout à l’enver.

    Ensuite, j’ai été surpris par votre référence à l’alignement chaotique mauvais. Vous auriez donc des restes de jeu de rôle dans votre génome? Et pour information, dans cette hypothèse, Vador serait plutôt Loyal Mauvais…

    • Euh, donc Anakin (avec ses changements d’avis permanents) serait passé de jedi chaotique-bon à sith loyal-mauvais?

    • (oui, je réponds avec moults années de retard)
      En fait c’est une approximation de traduction. En VO il dit « I have the high ground », ce qui veut dire « je te domine », mais d’un point de vue d’altitude, pas de prouesses en combat. (la traduction ets donc correcte, mais amène un double-sens qui n’existe pas en VO)
      Il veut lui dire par là qu’il dispose d’un avantage tactique certain, étant positionné plus haut que lui, et que quoi que fasse Anakin (ne pouvant sauter ailleurs qu’en avant, les autres directions se résumant à un lac de lave) il va douiller grave.
      Voilà voilà.

  27. « ’alignement chaotique mauvais du personnage ». Pour quelqu’un qui a consacré autant d’articles à l’engeance geek, vous en êtes un sacré.

  28. Tss-tss.
    Cher connard, vous me décevez. J’ai la preuve que vous voulez ma mort, maintenant. Et même si c’est sans doute mon seul commentaire, il sera franc.
    Non mais sans blague, mon cher, on devrait vous enfermer… Me luxer les zygomatiques à chaque fois que je viens sur votre blog devient aussi lassant que douloureux. Par pitié, gardez-vous bien de spoiler les vrais star wars (ceux de la prélogie, on l’a dit, sont un inadmissible fake), ou je ne répondrai plus de moi.
    Arrêtez de me faire rire, sans blague !

  29. B’soiiir !

    Alors tout d’abord bravo pour ces articles criant de vérité, qui me permette de me bidonner!
    Les Star Wars (ep 1,2 et 3) et Twilight m’ont littéralement fait pleurer de rire.

    Aussi quand je suis tombée sur un superbe « article scientifique » traitant du cas psychologique d’Anakin Skywalker, j’ai de suite pensé à vous le faire partager !

    http://www.zigonet.com/dark-vador/traite-de-psychologie-sur-dark-vador_art12485.html

    ( comme si on avait pas compris qu’il était pas très stable comme garçon =x ).

    Enfin bref! Merci pour toutes ces notes si délicieusement méchantes mais oh combien réalistes!

  30. L’incohérence qui m’a le plus dégoûté : l’univers de Star Wars est avancé, ils se déplacent entre les étoiles, ils ont des droïds médicaux et…
    …Amidala ne sait pas qu’elle est enceinte de jumeaux et accouche dans la douleur (pour mourir dans la souffrance?)

    La technologie de Star Wars ne connaît ni l’échographie ni la péridonite… >:-(( Daube.

  31. texte ennuyant, parfois inutilement vulgaire, la plupars des incohérences désignées sont illégitimes…essayez d’imaginer un star wars réaliste, et il n’y a plus de star wars…

    au début, la solution alternative à la chute d’anakin du coté obscur n’est pas terrible non lus, c’est très (trop) prévisible…

    enfin, souvent les critiques ont été cherchées uniquement pour le fait de critiquer, elles sont fausses, c’est omettre des informations volontairement ou spéculer aléatoirement.

    parfois j’étais d’accord, mais dans l’ensemble ce texte ne vaut pas un radis.je me suis ennuyé.

    • Askar, je pense qu’un petit peu de recul et de second degré sont nécessaires…

      J’apprécie profondément Star Wars et reste diverti à chaque visionage de la saga. Cela n’empêche que je souris sans cesse à la lecture de cet article.

      C’est de l’humour noir, parfois gros, parfois gras, mais toujours bon.

      • Faudrait arrêter avec les « oh un troll » dès que quelqu’un est pas d’accord avec l’article hein…

  32. Très drôle « cliiiiin d’oeil,….,clin d’oeiiiil » et tout le reste aussi.
    Bon, étant fondeur, je parerais plus sur une T° de 1100 degré, et je dis ça à la couleur (sur plasma full hd, mais le dvd pas en blu ray). Après, je dis ça, je dis rien.

  33. Une autre incohérence que personne ne semble avoir remarquée… Je pense que Leia a prit trop de lsd car quand Luke lui demande dans le retour du Jedi si elle se souvient de sa VRAIE mère, elle lui répond que oui et lui en donne une description. Comment pourrait-elle s’en rappeler puisque Padmé est morte à l’accouchement ?

    • Mon dieu, ça voudrait dire que Lucas a fait n’importe quoi avec sa prélogie?

      Ah ben oui en fait.

    • Complètement. Au moins ils mettaient de l’ambiance. Et ils n’étaient pas créés par ordinateur. Les acteurs qui les jouaient devait quand même bien se marrer en visionnant les scènes où ils apparaissent ^^

  34. Grande fan de Star Wars, je n’avais jamais regardé l’épisode III de cette manière et je pense que maintenant je ne le regarderait jamais plus de la même façon. Il est vrai que je trouve la prélogie beaucoup moins bien faite que la trilogie et un peu trop porté sur les effets spéciaux. Je n’avais cepedant jamais relever autant d’incohérence !
    J’admire particulièrement la construction de l’article et la façon dont chaque détail est analysé. C’est vraiment un sacré travail. Merci beaucoup pour ce moment de franche rigolade, un peu d’humour ne fait pas de mal dans la vie.

  35. Pas mal, assez drôle. Manque juste un peu d’humilité : « je suis un piètre scénariste » en proposant un scénario qui se veut sérieux derrière… Genre !
    Sinon Yoda, en fait il est vachement décevant, ça fait deux fois qu’il rate son coup !

  36. A quand la retranscrpition de la première – seconde trilogie Star Wars?
    Vous n’allez quand même pas laisser les gens sans explication ? Même sans parler des effets spéciaux, je sens moult incohérence scénaristiques également.

    Par ailleurs, suis-je le seul mec de 30 ans à ne pas avoir vu Star Wars?

  37. votre article est très intéressant et très juste, vous mettez judicieusement l’accent sur de nombreuses incohérences du film

    par contre vous n’avez peut être pris connaissance de l’univers étendu de star wars
    il s’en passe des choses entre la bataille de géonosis et le début du 3
    j’attends avec impatience la fiche sur le 6 qui m’a frustré également
    (perso jar jar est plus supportable que les ewoks massacrant l’armée de l’empire )

  38. « ils vont essayer de construire la plus grosse boule de pétanque de la galaxie » Je reste plié ^^
    Sinon oui, j’ai toujours aimé l’univers de Star Wars, mais jamais les films (les 6). Acteurs qui jouent mal, scénario digne d’un drame shakespearien, rebondissements prévisibles, bref, un blockbuster avec beaucoup d’effet numérique, beaucoup de beaucoup. Ce film (comme les autres) prouve à lui seul que Lucas n’a rien d’un cinéaste, n’a ni talent ni imagination, à la différence de son compagnon Spielberg.

  39. Un très bon article qui m’a fait vraiment rire.
    Néanmoins, en tant que fan invétéré de star wars (tout les épisodes, et oui). Je soulignerai que certaines incohérences n’en sont en réalité pas (pour peu qu’on sorte des films certes).
    Par exemple sur l’image où l’on voit Obi parer les deux sabres de Grevious, vous suggérez à notre brave droïde d’utiliser les deux autres. Pourtant ce n’est pas possible car ces deux autres bras avaient été sectionnés auparavant! (Remarque, deux coups de moignons ça peut faire mal…)
    C’est un peu la magie de star wars, on relève pas mal d’incohérences qui sont expliquées sur des sites de fans.
    Par contre, la stupidité endémique d’Anakin trouve peu d’explications tangibles(Faisons confiance à la recherche).

  40. Moi ce qui me fait marrer dans ce film et que l’odieux n’a pas relevé c’est le plan du nain vert pour vaincre les Sith:

    « Bon ok, on est deux maître Jedi dont le plus puissant de l’ordre, l’ennemi est au nombre de 2 lui aussi et séparé, séparons nous donc nous aussi pour les tuer en 1 contre 1 »

    Mais bravo Yoda, bravo, ça te serait pas venu à l’esprit (sans doute sénile, 900 ans le machin) d’aller péter l’empereur avec l’aide d’Obi Wan surtout que ce dernier ne risque pas de faire sa crise d’ado (nan je l’affronte tout seul nah) et terrasser Vador après la mort de Sidious (surtout que vu la surpuissance de Yoda, le Vador risque pas de tenir plus de quelques secondes contre lui + Obi Wan).

    D’ailleurs Obi Wan n’a pas l’air beaucoup plus futé, quand Yoda expose son plan il trouve rien d’autre à dire que « non laisse moi l’empereur je pourrai pas tuer Anakin » , lui aussi semblant trouvé ça parfaitement astucieux de surtout pas aller se fritter avec les Sith à deux contre un. Mais ça doit être une logique Jedi sans doute: on va surtout pas faire quelque chose qui est quasiment certain de fonctionner, on va plutôt aller faire deux duels merdiques où on a une chance sur deux de se vautrer.

    Et pour couronner le tout, après avoir foiré leur coup et être revenu intact de leurs duels, vous pensez qu’ils se seraient dit  » Bon ok on a bien rigolé, Vador est à moitié mort et il lui faudra du temps pour s’habituer à son armure quant à Sidious il est pas insurmontable non plus et il aurait très bien pu être vaincu si Yoda ne s’était pas tout d’un coup chié dessus. Du coup on va arrêter d’être con et on y retourne à deux pour poutrer définitivement Sidious (au pire on attend le temps que le nain vert se reconstruise un sabre laser) »? De toute façon c’est pas les soldats qui vont les en empêcher hein, pas les types qui seront incapable d’abattre un clochard et un Wookie dans le couloir de l’étoile noire et dont les troupes de choc se feront anéantir par des ewoks.
    Eh bien non, ils trouvent rien d’autre à faire que de se terrer dans un marécage puant pour l’un et dans un désert pour l’autre pendant 20 ans histoire de tomber malade, de devenir trop vieux pour sautiller partout en faisant des moulinets et donc servir à rien pendant que Sidious met en place son régime de terreur sur la galaxie qu’ils ont juré de protéger. Et tout ça avec l’espoir qu’un pignouf à la coupe dégueulasse finira par vaincre Vador et l’Empereur, bravo.

    En fin de compte, c’est pas tellement Sidious qui a été super fort pour devenir Empereur, c’est ses adversaires qui étaient juste trop débile pour l’en empêcher. Tiens, ça me rappelle une histoire de droite et de gauche dans un certain pays…

  41. En allant à la FNAC aujourd’hui pour trouver Requiem for a Dream, j’ai revu la scène où Anakin est en train de brûler face à Obi-Wan, qui est censé être le gentil. J’ai jamais vu un mec souffrir autant et l’autre, qui est pourtant son maître, l’achève pas alors qu’il souffre mille morts.

  42. Même si pour une fois je suis moins d’accord (peut-être parce que j’apprécie ce film, contrairement aux deux opus précédents et à la plupart de vos spoilés), c’est encore un très bel article.
    Cependant, je vous trouve, chez monsieur Connard, pour le moins injuste concernant certains détails. Les vaisseaux droides qui contiennent de l’oxygène, tout d’abord: c’est normal, les droides ne sont pas les seuls membres de l’armée (je me demande bien comment les séparatistes auraient tenu aussi longtemps, si tel était le cas); leurs chefs sont des êtres organiques, comme Dooku ou Nute Gunray, et ont donc besoin d’air pour respirer.
    Ensuite, je ne vois pas où vous voyez des barricades sur les plages wookies… D’accord, on ne les voit pas pendant longtemps, mais ces grands trucs en arc de cercle ne sont de toute façon pas assez haut pour cacher un homme, encore moins un wookie; c’est plutôt fait pour faire chier les chars droides qui ne peuvent pas passer par dessus et sont obligés de faire des tours et des détours en s’exposant donc plus aux tirs adverses.
    Enfin, quant à la facilité avec laquelle Palpatine élimine les Jedis accompagnant Mace Windu… Les Jedis adoptent les positions de garde classiques de l’escrime ancienne, ils sont juste lents à réagir ce qui permet à Palpatine de les vaincre, critiquer ce détail relève soit de la mauvaise foi, soit d’une mauvaise connaissance du système de combat.

    Quoi qu’il en soit, encore bravo, ô Grand Maître.

  43. Encore un fois certaines critiques sont un peu bidons. Palpatine dit bien au Sénat que son nouvel aspect est dû à l’attentat dont il a été victime… Faut peut-être pas non plus être totalement à charge pour le plaisir de… non ?

  44. Bon ok, y a pas mal d’incohérences dans la prélogie, mais ce post fait autant preuve de mauvaise foi que d’esprit critique! Rien que pour Grievous: ses tripes se baladent pas à l’air libre, elles sont enfermées dans une sorte de compartiment qu’Obi-Wan ouvre (il se prend d’ailleurs une méchante pêche juste après, pêche qui l’envoie valser à proximité du blaster). Pareil pour le coup des rayons capteurs, puisque Dooku est sous la coupe de Palpatine, il ne les piège pas dans le but de les affronter, en comptant sur son maître pour lui venir en aide en cas de pépin (d’où la surprise qui se lit sur son visage lorsqu’il se rends compte qu’il s’est fait bannané).
    Par contre le coup de la cape de Vador, les problèmes respiratoires, et autres Amidala enceinte comme un kebab m’ont bien fait rire.

  45. Je ne vous jetterais pas de fleurs pour cette critique (qui est pourtant très bien rassurez vous ^^) par contre j’ai bien envie de déverser sur vous une demi tonne de roses pour votre brillant scénario concernant le personnage de Dark Vador !!
    Vous venez en effet de nous prouver que, non content de critiquer avec brio les étrons du cinématographe, vous êtes également capable d’écrire vous même et avec un style et une cohérence admirables !!

    Chapeau bas monsieur Connard

  46. Cher Odieux Connard.
    C’est avec une délectation immense et un plaisir malsain au moins aussi grand que je m’apprête à vous délivrer une très bonne nouvelle.
    En effet, vos écrits ne sont pas passés inaperçus et ont su être par qui de droit. Je dirais même qu’apprécier est un faible mot. La façon dont vous critiquez et crachez sur les jedis nous réjouit énormément et nous fait croire en vos capacités qui, mises au service d’une grande et noble cause, à savoir l’Empire des Siths, permettrait de faire connaitre vos talents partout dans la galaxie et accessoirement permettrait aussi de remédier à cet espace vacant laissé par l’ ancien titulaire du poste de représentant en chef des communications publiques de l’Empire sur l’Holonet. Désaffection de poste malheureuse qui a eut lieu à cause d’un triste concours de circonstances (une mise en avant des qualités de l’Empire trop peu régulière, une critique unilatérale envers l’ordre jedi pas assez vindicative, une vision pamphlétaire vis à vis de la République trop douce … Bref!).
    Nous vous engageons donc à nous contacter dans les plus brefs délais pour que nous puissions déterminer l’endroit où nous allons vous envoyer pour parfaire votre éducation impériale lors d’un stage à formation alternée. En effet, il nous apparaît opportun de bien définir les contours de vos missions au préalable avant de vous lâcher comme un grand dans la jungle de la communication dedinformative sur les canaux de l’Holonet. Étant donné notre travail harrassant à nous Seigneurs Sith (traquer les jedis, déjouer les plans de la République agonisante, construire un formidable engin de destruction massive planétaire), nous ne pourrons être tout le temps derrière vous pour valider vos écrits subversifs, critiques et détestables envers nos piteux ennemis. Il va de soit cependant qu’il sera nécessaire de retravailler vos trois textes précités pour éviter les futurs malentendus (notamment notre bien aimé et formidable Empereur qui a brusquement cessé de sourire à l’évocation d’une certaine Armande Altaï? Ou du Seigneur Vader qui a montré les mêmes signes d’impatience et d’impulsivité à l’annonce de sa Pasdemais) et aplanir ainsi par avance tout futur risque de dissension interne dans nos rangs (à votre égard). Nous assurerons donc votre protection dans un premier temps, lors de la prise en charge par nos services secrets, une puce spéciale équivalente à un pass galactique vous sera implanté à la base de la colonne cervicale (révocable de facon definitive à tous moments par nos services cybernétique en cas de manquement délibéré à vos ordres de mission) et vous bénéficierez d’une nouvelle identité pour éviter les éventuelles représailles (il faudra attendre qq temps après que vous ayez remaniés les textes prédilogiques pour que les deux Siths les plus puissants de l’Empire ne désirent plus faire joujou avec vous …).
    Ci-joint à cette missive, un billet allé simple pour Dromund Kass, où l’Université Impériale est prévenue de votre arrivée. Vous irez travailler conjointement dans les services de com du Grand Moff Tarquin qui s’occupe de la construction du fantastique projet secret imaginé par notre bien aimé Empereur.
    Si d’aventure votre organisme semble bénéficier d’une quelconque affinité avec la Force, vous serez envoyés sur Korriban pour y subir l’entraînement Sith. Votre formation de communiquant impérial ne commencera évidemment que si vous réussissez les tests de l’apprentissage Sith par le simple fait de survivre. Notez que ce cas là vous ouvrirait plus de portes par la suite au sein de l’Empire, en vous faisant bénéficier des nombreux avantages dû au rang de Seigneur Sith.
    Vous n’oublierez pas non plus la future carte d’identité impériale qui vous a été fournie et ne vous inquiétez surtout pas de la qualité d’esclaves qui vous a été attribuée dessus.

    Je reste à votre disposition pour plus de clarifications mais notez cependant que l’Empire se verra dans l’obligation de dépêcher quelques chasseurs de prime si vous ne vous êtes pas présentés à l’Université de Dromund Kass d’ici 2 semaines.

    Darth Chaccal, Seigneur Sith directeur des ressources humaines impériale.

    Ps: il est évident qu’il serait malvenu pour vous de chercher à différer votre engagement volontaire auprès de nos services en essayant de vous cacher sur des planètes de la bordure éloignée de la galaxie, genre les planètes désertiques que vous avez l’air d’apprécier tout particulièrement.

    • (ps: je m’excuse pour les coquilles et fautes de frappe/ erreurs grammaticales & conjugaisons/ oublis de mots T_T’ … Taper un texte comme ça sur son smartphone n’est pas évident, surtout sans y avoir réfléchit au préalable.)
      Sinon bravo monsieur OC pour vos si chouettes textes, je suis pourtant un fan inconditionnel de SW, de son univers et de ses films.
      Bon mis à part Jarjar (no comment) et anakin (qui agit effectivement comme une ado pourrie gâtée genre enfant du showbizz ou joueur de foot post pubère), la saga m’a plu. J’adore le 4,5,6, j’aime un peu le 1, assez le 2 et bcp plus le 3.
      Je suis un bon consommateur des produits dérivés SW et j’apprécie tout le développement marketing que Georges a réussit à créer. Un univers entier, fantastique et si riche qu’il peut tout permettre. (et même de le vivre par l’intermédiaire des jeux vidéos et du jdr avant)
      Concernant les films, il ne faut pas oublier que Georges a crée SW car il n’avait pas eu les droits pour faire un remake de Flash Gordon. Il a donc inventé une histoire qui a révolutionné le genre cinématographique et assis la SF au cinéma au même titre qu’un 2001 ou un Alien. (à ce propos, tant qu’on est dans la critique des predilogies, il me semblerait plus qu’opportun de spoiler Prometheus qui est pire pour moi qu’un SW 1 même avec 10 Jarjar !!! Autant Georges n’est pas forcément formidable pour écrire des scénarii démentiels (le 4 est une très bonne histoire basique malgré qq incohérences, mais c’est l’univers SW et après c’est pas lui qui a réalisé les autres) autant on ne peut que pleurer à la réalisation de cette superdaube qu’est Prometheus par le réalisateur de Blade Runner et du 1er Alien.
      Et puis SW c’est avant tout du Space Opéra, pas de la SF pure et dure, donc on ne peut attendre qqchose d’aussi intelligent ou pointu.
      Dernière chose, il faut rendre justice à Georges. En effet, à qui pense-t-ont en 1er qd on parle de SW? À Darth Vader (et pas Darkqueu Vadehoreu!!! Mécréants! Hérétiques! Ignares!)
      Le plus grand, cool, inquiétant et sexy des grands méchants de l’histoire.
      De tte façon les Siths >>>>> ces crétins de jedis.

      Darth Chaccak

  47. En tant que fan (et donc forcément impartial), je dois admettre que beaucoup de points de ce texte sont bien vus et que ce film a quelques incohérences.
    MAIS (je ne pouvais pas ne pas essayer de sauver les meubles) beaucoup de ces incohérences sont expliquées dans les romans (et oui !).

    Quelques exemples de bon aloi, peut être :

    – Au tout début du texte, vous soulignez que l’armée droïde s’est bien remise de sa raclée sur Géonosis. Plusieurs années se sont écoulées dans l’intervalle et l’armée de Géonosis n’était qu’une touuuute petite partie des forces Séparatistes. Après tout, on ne déclenche pas une guerre galactique avec quelques petits milliers de troupes.

    – duel Obi-Wan / Grievous : vous faites remarquer que Obi-Wan débarque comme une fleur au milieu de l’armée droïde et que Grievous décide bêtement de l’affronter « mano à mano ». Dans le roman, Obi-Wan met une branlée à tous les droïdes de la pièce, en retournant tous leurs tirs contre eux. Mis en scène au cinéma, cela aurait donné, je pense, l’impression qu’Obi-Wan est un peu trop « cheaté ». Par contre, dans le roman, Grievous se sert bien de ses 4 sabres de façon efficace, à raison de plusieurs dizaines de coups par secondes et avec des angles d’attaques différents. Encore une fois difficile à mettre en scène.
    Ce qui n’excuse pas Lucas de ne pas avoir pensé à ces détails au moment d’écrire l’histoire et le film. Ça fait un peu « oups, vite, cachons la boulette ».

    – pourquoi l’ordre 66 s’appelle « 66 » ? Parce que les clones ont un code de commandement qu’on leur inculque dés la naissance (oui, bon…). L’article 66 précise qu’au cas où les généraux Jedi se retourneraient contre l’autorité légitime (pour les clones, le Sénat et par extension, le chancelier Palpatine), ils faut les abattre. Pourquoi ils le font sans réfléchir? Parce que ce sont des clones qui, je cite (episode II), « obéissent aux ordres sans poser de questions ». CQFD
    – duel Anakin/Obi-Wan très… parade de majorette ? Pas de description précise de ce duel dans le roman. C’est plus une description de leur état d’esprit et de tout l’aspect fratricide de ce combat plutôt que celle de leurs mouvements.
    – pourquoi Obi-Wan épargne Anakin ? (et là, même moi, je trouve ça capillotracté) Parce que Obi-Wan veut laisser le destin d’Anakin au bon vouloir de la Force. A Elle de décider s’il doit vivre ou mourir. C’est pas un peu lâche, comme raisonnement ?

    Conclusion de tout cela : Georges Lucas a probablement écrit son roman avant son script de film et s’est retrouvé bêtement devant des scènes irréalisables techniquement ou avec des infos à rajouter, qui auraient fait durer le film 3/4 d’h de plus.

    PS : voici la GROSSE incohérence de ce film qui fait bondir tous les fans dignes de ce nom. La mort de Padmé pendant son accouchement alors que, je cite Luke et Leïa dans le Retour du Jedi : « – Leïa, vous vous souvenez de votre mère, votre vraie mère ? -Oui, quand elle est morte, j’étais toute jeune. (…) Elle était vraiment très belle, douce et triste… » Les jumeaux Skywalker ont vu leur maman 20 secondes en tout et pour tout ! WHAAAT THE F…?!

  48. « de fait les wookies sont donc plutôt du côté de Yoda, dont le côté petit et vert leur rappelle leurs excréments » non, là je dis non, pourquoi tant de méchanceté ? Sinon c’est excellent ;-)

  49. Proposer une nouvelle version de Dark Vador en introduction digne d’un Robespierre 2.0 c’était très subtile et bien pensé.
    N’oubliez pas le syndrome de la guillotine.
    L’idéal poussé à l’extrême n’a pas sa place en politique, la médiocrité latente et les vices sous cape sont plus simples à gérer par le commun des mortels.

  50. Merci pour cet article de fond très bien fouillé !
    Je suis bien d’accord avec vous concernant l’évolution de Dark Vador / Anakin.

    Obi-Wan ne dit il pas dans Star Wars 6 : « Anakin était un bon ami. Lorsque je fais sa connaissance ton père était un grand pilote. Lorsque je l’ai rencontré, ce qui m’a fasciné, c’était de voir comment la force était avec lui. Alors j’ai pris sur moi de commencer sa formation de Jedi. Je pensai l’instruire tout comme l’aurait fait Yoda. Je me trompais ».

    Donc, oui, le Anakin de notre imaginaire colle largement plus avec un homme mûr confronté aux affres de la Guerre Noire, et dégoûté par les horreurs de la guerre (perte d’amis, de camarades aux combats), qu’un jeune adolescent en pleine crise émotionnelle. Surtout que Vador est impitoyable avec ses subordonnés mais réfléchi et froid comme une machine. Et surtout, il dirige à la manœuvre. Il est mûr et posé. Mais il souffre. C’est un personnage tragique.

    « Il est trop tard pour moi, mon fils »

    Donc, le basculement se fait au cours des affres d’une guerre terrible par un homme d’âge mur qui s’engage dans la « mauvaise » voie poussé par des événements terribles et pour des raisons personnelles.

    La Mère de Luke et Leia ne meurt pas pendant l’accouchement. Vérifiez SW6! On peut imaginer qu’elle soit morte un an après pendant la guerre, pendant un bombardement ou un autre événement collant mieux avec la tristesse et le désespoir du à Anakin. Et se faire accoucher par des robots, bouh que c’est froid et moche. Bouh comme le film quoi!

    Autre détail qui prend tout son sens et bien relevé dans cette chronique. Durant le duel au Sabre Laser, dans Star Wars 5, Luke en prend pour son grade et sue grave sous la poussée d’adrénaline qu’il ressent. Et encore ils ne sont pas en zone chaude sur Bespin.

    Ici les deux zigotos ne sont pas échaudés ou n’ont pas une seule goutte de sueur! Ah que c’est bien les décors en fond vert, on oublie la température de la lave à +700° et l’air chaud ambiant.
    Et un combat, ce n’est rien en termes de dépenses physiques. Pensez donc (surtout que la manipulation d’un sabre laser occasionne des forces gyroscopiques assez maousses (d’après l’univers étendu d’ou l’appel à la force pour tout maîtriser))!
    Donc trop forts ces jedis avec le thermostat intégré.

    Au passage, je trouve incroyable qu’ILM, les pros des effets spéciaux, ne soient pas à la hauteur et sortent des effets spéciaux qui se voient face à ceux du Seigneur des Anneaux ou Matrix sortis en 1999 et 2001! Yoda en virtuel, a moins la classe que celui de 1980. Ahlalala. Même les voix ne sont pas les mêmes. Bizarre que nos doubleurs ne puissent nous remettre une belle voix comme avant surtout avec les moyens techniques. Tout le charme s’est envolé.

    Bilan, le combat est joli comme une parade de majorettes! Mais émotionnellement, c’est le vide sidéral. On sent les acteurs pas franchement concernés.

    Après Alien et Terminator; les franchises sont toutes flinguées ces derniers temps.
    Bref, plus qu’a espérer que SW7 soit un retour sérieux aux origines avec de vrais acteurs, un vrai scénario et de vrais décors. Un vrai film quoi !

  51. Bien le bonjour chers amis de l’Empire sith
    Bien qu’ayant connaissance de votre intérêt,visiblement limité, du domaine video-ludique, et un certain retard pour les commentaires, cher odieux je tiens a signaler que votre introduction sur une origine qui aurait été preferable pour un seigneur sith, je me dois de vous informer (quand bien même je me doute que d’autres fans vous ont déjà parlé de ce seigneur sith de l’univers étendu) l’histoire d’un maitre jedi sombrant dans le cote obscur lentement, menant une guerre pour le bien du plus grand nombre ce seigneur sith a existé dans le jeu vidéo Knight Of The Old Republic je pense des lors à Darth Revan
    Ce maitre jedi ayant mené une guerre contre un ennemi fort violent et belliqueux mena ses troupes constitués a la fois de soldats républicains et de jedis ayant refusé de rester les bras croisés sur ordre du conseil jedi de l’époque au point de quasiment annihiler l’ennemi mandalorien et ayant ainsi connu une chute lente vers le coté obscur non pas dans son propre intérêt mais pour repousser un ennemi et compenser la faiblesse d’une armée essoufflée ,dédramatisant par la même occasionle coté obscur et le rendant meme plus intéressant car donnant une vision plus « grise de la force » et non pas « lumineux=gentils » et « obscur= ignoble étron »
    A part cela excellent article comme toujours
    Continuez ainsi mon cher

  52. Certes, je déterre cet article. Mais je veux quand même souligner 2-3 points.

    Premièrement, ce spoiler m’a plié de rire.

    Deuxièmement, je ne peut quand même pas m’empêcher de grincer des dents quand je vois des erreurs. Ca me donne l’impression d’être un connaisseur au milieu d’une mer d’incultes (bien que ce ne soit pas le cas). Donc OUI, je SAIS que c’est du second degrés, mais si vous, Seigneur Odieux, passez par ici, je voudrai que vous répondiez à cette question : pensez vous vraiment que ce film (et la prélogie elle même) est un étron cinématographique ? Parce que si c’est le cas, mettez vos arguments, je me ferai un plaisir de mettre les miens.

    Et troisièmement, je SAIS que la trilogie originale est sortie il y a longtemps, je SAIS que vous avez fait un spoiler de poche dans votre livre, mais s’il vous plaît, si vous êtes réellement un critique objectif, spoilez la trilogie. Et pas de quartier! parce que autant les Gungans ont la Boomas, la matière dont est fait leurs boucliers qui est quasi-indestructible, autant les Ewoks n’ont que des lance-pierres. et c’est pas tout…
    Après, j’aime la trilogie, hein! Mais quand même, j’aimerai bien avoir « Un nouvel étron », « Le script contre-attaque » et « Le retour du scénario pourri ».

    Donc voilà, j’espère que quelqu’un lira ce message et y répondra, si possible avec des bons arguments construits.
    Et svp, monsieur Connard, si vous répondez, mettez de côté le second degrés, je veux l’avis de la personne qui a écris cet article, pas celui de l’homme en costume noir avec une cravate rouge, qui fume un cigare et boit un verre de brandy, qui a un serviteur peu engageant tenant une pelle à ses côtés, et dont le secrétaire tente de fourrer les dernières stagiaires « embauchées » dans le coffre de la berline.

    Cordialement,
    un défenseur de la prélogie Star Wars.

    PS : à propos de stagiaires, avez vous reçu mon dernier… « colis » ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s