Transformiste 4 – L’âge de l’extinction du script

Comme le veut la tradition, peu avant de prendre la route pour aller rejoindre Toulouse et répandre dans la ville rose civilisation, bon goût et bien évidemment bonheur pour les Toulousaines trop peu attentives à leurs boissons, l’un des blockbusters de l’été trouve sa place sur ce blog. Comme chaque année, je partagerai donc un verre avec mon bien aimable lectorat (je mets les informations en fin de spoiler, hop), mais en attendant, répondons à cette question lancinante :

« Avec 210 millions de dollars de budget, peut-on se planter comme une grosse buse sur un truc aussi élémentaire que le script ?« 

La réponse est si mystérieuse ! Vite, Transformers 4, à mon aide !

Ni une, ni deux : spoilons mes bons !

_____________________

383444.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

L’affiche : je crois que certains ont commencé à se rendre compte que les flammes sur l’affiche trahissaient le caca. Heureusement, les robots géants restent encore une valeur sûre de bouse.

Notre film débute quelque part dans l’espace, alors qu’une flotte de vaisseaux aliens qui a visiblement lancé le concours de qui serait le plus moche (le USS Charleroi est sur le coup) et le moins adapté à une rentrée atmosphérique approche de la Terre. Rassurez-vous, aucun humain ne va douiller, puisque nous sommes au temps lointain des dinosaures, ces créatures qui passaient leur temps à se courir après, pousser des cris bizarres ou encore communiquer entre eux par Tatoo. Oui mais voilà : les aliens ne font pas qu’approcher de la Terre, ils ont visiblement envie de faire du tourisme. Bien embêtés parce que New York n’existe pas encore et que c’est pourtant un peu l’astroport de tous les mauvais films, ils se retrouvent à survoler les plaines verdoyantes de notre petit bout d’univers, et alors que les dinosaures en sont encore à se demander ce que sont ces merdes volantes, voilà que les vaisseaux se mettent à tirer une sorte de super-napalm, qui transforme tout ce qu’il touche en métal. Les étendues majestueuses de la Terre sont donc bientôt transformées en désert métallique seulement peuplé de statues de dinosaures figés dans leur dernière position (ce n’était donc pas le moment de se curer le nez ou de lire Biba), et de quelques bestioles qui ont survécu malgré tout.

Cela étant dit, avançons un peu dans le temps.

Nous voici dans le présent, au Texas, où nous retrouvons Cade Yeager, un ingénieur fauché mais au cœur gros comme ça, et Lucas, son associé mi fou-fou, mi con-con. Tous deux se sont spécialisés dans la récupération de vieux matériel (ils possèdent ainsi un gigantesque stock de Sega Nomad) et pour le réparer et le revendre, ce pourquoi en ce beau jour ils se retrouvent pour aller inspecter un vieux théâtre encombrés de merdes accumulées au fur et à mesure des années et dont les propriétaires aimeraient grandement se débarrasser. Caméras datées, sièges usés et scripts corrects, autrement dit, uniquement des choses d’un autre âge les attendent mais au détour d’un couloir, voici que Cade repère… un camion.

Que personne n’avait remarqué.

Je peux tout à fait comprendre. Les 36 tonnes sont de la famille du ragondin et leur discrétion est proverbiale. Qui n’a jamais retrouvé un camion chez lui un matin après avoir laissé la fenêtre ouverte, ou n’a passé la nuit à chasser un poids lourd dans sa chambre la claquette à la main après l’avoir entendu vrombir près de votre oreille ?

Un classique.

Il faut donc croire que l’on a oublié de diffuser de la citronnelle dans le théâtre depuis un bail, ou même de mettre un piège électrique (une baraque à frites lumineuse) pour cramer le parasite, puisque le camion, bien qu’en piètre état, est bien installé. Cade l’inspecte et s’étonne, car non seulement le bousin est couvert de poussière, mais en plus, il y a des impacts sur la carcasse ainsi que des douilles d’obus à l’intérieur. Bon, rappelons que logiquement, on retrouve les douilles à côté du tireur et rarement dans la victime, mais bon, hein, on ne va pas chipoter, peut-être que le tireur a envoyé ses obus, puis ensuite, pour déconner, est allé enfoncer les douilles dans la margoulette de l’auguste véhicule.

Pour 150 dollars, Cade et Lucas repartent donc avec ce camion en piètre état avec le secret espoir de vendre des pièces du moteur, ou même, au poids du métal, m’est avis qu’ils ont fait une affaire. Dans tous les cas, ils s’en retournent vers la ferme familiale de Cade, où ils retrouvent Tessa Yeager, le fille de Cade, qui a 17 ans, un cœur gros comme ça et en plus des tenues courtes et moulantes pour le montrer. Elle skypait tranquillement avec son petit ami lorsque son père débarque avec son tas de ferraille, et elle descend donc gueuler un bon coup.

« Papa ! Qu’est-ce que c’est que ce gros machin ?
– Hé bien ça s’appelle un camion. Je le sais parce que je suis ingénieur. 
– Certes, mais Papa ! Nous n’avons déjà plus d’argent, on a encore reçu des relances d’impayés et nous allons perdre la maison ! Alors pourquoi encore acheter une merde ?
– C’est le principe de l’économie moderne mon amour. Et puis en plus, il y a plein de pièces à récupérer sur ce véhicule ! On va se faire plein de sous !
– Tu dis ça à chaque fois et à chaque fois tu te plantes, j’en ai assez d’être la seule ici à me comporter comme une adulte, bouhouhou ! »

0

Et vêtue de son minishort qui prouve que la famille n’a vraiment plus de quoi se payer le moindre tissu, elle s’en va bougonner pendant que Lucas et Cade traînent leur acquisition jusqu’à la grange de la ferme familiale. L’occasion de coller beaucoup de dialogues passionnants comme :

« Papa ? Tu travailles encore dans la grange ? Je t’ai apporté à manger.
– Ma chérie, c’est gentil mais je dois réussir pour nourrir ma famille, car j’ai promis à ta maman qui est morte de m’occuper de toi et de t’aider à obtenir tes examens, ce pourquoi je suis strict par rapport aux garçons qui te tournent autour et à tes sorties. Ta mère ne voudrait pas que tu fasses la même erreur que nous qui n’avons pas étudié parce que nous t’avons eu si jeunes !
– Tu n’as pas étudié ?
– Ben non, je viens de te le dire, c’est même pour ça que je me comporte comme ça avec toi, tu suis ou pas ?
– Oui mais alors, d’où tu es ingénieur ?
– … hooo, tu m’as apporté à manger ! Holala, comme cette pomme a l’air bonne ! »

0

Ou encore.

« Papa, tu dois te comporter en adulte !
– Hé, ho, qui t’as appris la mécanique ? La programmation ? La règle du hors-jeu ?
– Ah oui ? Et qui t’a appris à faire la compta de la maison ? A cuisiner sans ketchup ?
– Toi.
– …
– Il y a un problème ?
– Ben je ne sais pas, on dirait qu’en tant que femme, les seules compétences que j’ai pu t’enseigner concernent la bonne tenue d’un foyer. Ce ne serait pas un peu sex…
– Hohoho, hem, passons à un autre sujet ! »

0

On va faire comme dit Cade, et aller voir ce qu’il se passe ailleurs dans le monde.

Ainsi, la CIA, elle, ne chôme pas. Depuis Transformers 3, où Chicago avait pris cher à cause d’une invasion extra-terrestre de Decepticons (les méchants Transformers) arrêtée de justesse par les Autobots (les gentils Transformers) et leurs alliés humains, elle a créé une unité d’élite « Vent de cimetière »  nom qui j’imagine, a germé dans un ascenseur du Pentagone après une dégustation de fajitas à la cantoche. Leur mission ? Bourrer la gueule aux Decepticons survivants planqués aux quatre coins du pays. C’est ainsi que nous les suivons en train de pister la trace d’un vilain Transformers caché dans un port des Etats-Unis. Les bougres sont équipés : soldats d’élite, hélicoptères surarmés et même mini-drones avec détecteurs thermiques, autant vous dire que le Transformer est vite débusqué de l’épave d’un bateau où il se terrait.

predator_drone1

Après, quitte à envoyer des drones, vous pouvez en envoyer un comme ça, hein. Il vous repère son Transformers depuis 10 000 pieds, lui colle un missile dans le cucu avant même que l’autre ne le réalise, et tout le monde peut ensuite fêter la victoire à la cantoche sans bouger.

Sitôt repéré, le bougre tente de prendre la fuite, mais il se fait arroser par tous les humains, et même par…un autre Transformer mystérieux qui lui snipe le museau à distance !

« Arrêtez de tirer, je suis un Autobot ! » s’exclame le pauvre robot, mais tout le monde a l’air de s’en moquer. Lorsqu’on lui demande pourquoi il fuyait, s’il est gentil, il explique « Parce qu’on a reçu un message d’Optimus Prime notre chef de rompre tout contact avec les humains ! On obéit donc. » Mais visiblement, cela ne suffit pas à convaincre les humains, et encore moins le gros Transformer-sniper, dont le charisme est tel que nous l’appellerons Jean-Jacques, comme le veut la tradition. Ce dernier demande gravement « Dis-nous où est Optimus Prime ! » mais face au refus de l’Autobot, il le bute purement et simplement.

Ah oui non mais, il est vraiment méchant. Et les humains ne mouftent pas car eux aussi sont très vilains.

Retournons donc du côté du Pentagone, où Harold Attinger, chef des opérations de la CIA et patron de Vent de Cimetière, ricane dans un bureau après ce qu’il estime être une victoire. Face à lui se trouve le timide nouveau chef de cabinet du président des Etats-Unis, qui est venu opérer une visite de courtoisie.

« Ouiii, alors bonjour, je venais vous dire que le Président aimerait BEAUCOUP vous avoir à la Maison Blanche pour dîner.
– C’est non.
– Heu… attendez, vous savez que c’est votre supérieur ?
– Oui mais je suis beaucoup trop cool et méchant pour obéir d’après le script.
– Ce n’est pas grave. Donc, sinon, le Président aimerait savoir comment avance la chasse aux Decepticons ?
– Ça avance.
– Il aimerait des détails.
– Non.
– … non, sans déconner, faites un effort. Allez, encore une question facile : pouvez-vous nous dire où est Optimus Prime ? Le Président aimerait l’inviter, c’est quand même le chef des Autobots.
– On ne vous dira rien.
– Bon ben c’est super, écoutez, merci pour ce formidable échange, je vous laisse continuer d’envoyer chier le Président sachant qu’il peut vous faire sauter à tout instant. En plus, le fait que vous cachiez plein de trucs n’est pas du tout suspect. Bonne journée, hein ! »

0

Vous savez quoi ? En fait on va laisser la CIA tranquille et retenter notre chance pour voir s’il se passe quelque chose de plus intelligent ailleurs. Tenez, si nous allions dans l’Arctique ? C’est bien, l’Arctique.

Car sur place, un hélicoptère se pose et en sort une scientifique, Germaine, qui vient étudier un chantier archéologique où l’on a fait une découverte révolutionnaire : un squelette de t-rex (déjà) tout en métal (en plus) ! Autant dire qu’aussitôt, Germaine repart à la multinationale qui finance ses recherches, KSI, pour expliquer à Joshua Joyce, son big boss, ce qu’elle vient de découvrir. Germaine explique donc sa théorie : il y a des millions d’années, ce n’est pas une météorite qui aurait aidé les dinosaures à disparaître, mais une invasion alien qui aurait transformé tout ce qui passait en métal mystérieux.

Le genre de théorie qui fait rarement un tabac en librairie, mais fait les beaux jours de Youtube.

« Pas si mystérieux ! » intervient Joshua dont la mission est d’expliquer au spectateur plein de trucs que Germaine, qui bosse pour KSI depuis des années, est déjà censée savoir. Ce métal, c’est du Transformium, la matière dans laquelle sont faits les Transformers. Il y a un génome dedans, que Joshua a décodé, et il a ainsi commencé à créer des Transformers sur-mesure, meilleurs que les originaux, et contrôlés par les humains comme des drones. L’Etat l’aide même dans ses recherches en lui amenant tous les restes de Transformers pour qu’il les analyse. C’est ainsi qu’il a mis la main sur la tête de Megatron, le dernier vestige du plus grand Decepticon ayant vécu.

D’ailleurs, c’est rigolo parce du coup, Joshua a tenté de faire un super Transformer de combat, que nous baptiserons Grosétron, mais malgré tous ses efforts, l’engin ressemble… à un Decepticon.

« C’est bizarre.« 

Ah ben oui. Oui, tu as raison. Boh, tu essaies de produire un truc et à la place, ça en produit un autre connu pour être vaguement dangereux et avoir follement envie de te tuer, tu sais quoi ? Plutôt que de t’arrêter pour essayer de comprendre, continue. C’est bien. Et puis c’est tellement crédible, en plus « Ho bah pouf, c’est arrivé comme ça, mais bon, hein, c’est pas bien grave. ». Bé non. Moi aussi, une fois, je voulais faire une tarte aux fraises et puis au final, je me suis retrouvé avec une kalachnikov. J’ai un peu regardé la pâte à tarte d’un drôle d’œil, mais pour tout dire, c’est vrai que ça s’est bien passé quand même : c’était pour un goûter d’anniversaire, les enfants ont adoré.

Ces surpuissantes explications étant faites, Joshua va retrouver le vil Harold Attinger de la CIA qui l’attend dans un coin, et tous deux se lancent dans une grande explication là encore pour aider le spectateurs entre deux poignées de pop-corn ou de Lexomil, c’est selon.

« Attinger ! Que faites-vous ici ? J’espère que vous m’apportez de bonnes nouvelles !
– Nous recherchons toujours Optimus Prime. Sitôt que nous l’aurons, nous le livrerons à Jean-Jacques le robot, qui en échange, nous donnera de quoi avoir autant de Transformium que vous le voulez.
– Il faut faire vite avant que le Président ne s’aperçoive que vous poursuivez les gentils Autobots pour arriver à nos fins…
– Nous l’aurons pas d’inquiétude.
– Je l’espère ! Car n’oubliez pas, si vous réussissez, Attinger, la valeur de vos actions chez moi atteindra 7 chiffres… »

0

Une seconde ? Pas la valeur « d’une action » ? La valeur « de vos actions » ? Un total de 7 chiffres ?

Alors je ne sais pas vous, mais moi, pour une trahison interplanétaire, je trouve que ça fait un peu cheapos. Quelques millions tout au mieux, même pas une dizaine ? Pas de quoi s’acheter un yacht de kakou ou une villa de mauvais goût d’une quelconque starlette ? Nan mais, là, Attinger, c’est pas pour dire mon vieux mais vous êtes vraiment un méchant tout pourri. Quelques millions, ça fait toujours plaisir, mais là, bon, faut pas déconner. Pour un peu, Attinger pourrait rajouter « Et je pourrai avoir des tickets restaurants et un abonnement Navigo, aussi ? » sans que ça ne fasse tache.

C’est beau.

Bon, la CIA, l’Arctique, KSI, en fait, c’était tout aussi pourri que le reste : retournons donc au Texas.

409480.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Le chef de cabinet du Président des Etats-Unis en plein entretien avec le chef des opérations de la CIA. « Non mais vraiment, vous voudriez pas nous dire ce que vous faites de tout notre pognon, sachant que vous êtes nos employés ? Non ? Bon ben c’est pas grave, c’est pas bien important. »

Car en parlant de pognon, allons voir du côté de Cade qui dans sa grange, a fait une fort belle découverte en tentant de retaper le camion qu’il a acheté à vil prix : outre un vieux sapin à la vanille accroché au rétro et une vignette obligatoire de 1994, il s’est aperçu que celui-ci fonctionne encore plus ou moins malgré de gros dégâts et mieux encore, quand on lui envoie du jus, le camion se met à gueuler « A tous les Autobots : planquez vos miches, les humains veulent nous déboulonner ! » ou quelque chose dans ce goût là.

Comme le disait le général Aussaresses : « C’est quand le courant passe que l’on peut discuter le mieux« .

Mais bref. Notre héros fait donc part de sa découverte à son copain con-con ainsi qu’à sa fille, et tous deux sont un peu effrayés : depuis la bataille de Chicago et Transformers 3, le gouvernement demande à ce que l’on lui signale toute activité alien. Comme par exemple, les clips de Lady Gaga, les gens qui envoient des powerpoints par mail ou un camion qui parle.

« Et en plus, il y a une grosse récompense ! » ajoute Lucas et son gyrophare sur la tête qui surmonte une pancarte « Je suis un traître« .

C’est à peu près ce moment là que choisit le camion, qui en a marre qu’on lui envoie du jus, pour se transformer en Optimus Prime, le célèbre chef des Autobots (d’ailleurs, le camion est tout gris et sale, mais quand il se transforme, il est tout propre. Et inversement quand il reprend son apparence de camion, c’est fou, ce n’est plus Optimus Prime, c’est Elephant Bleu). Grognon et blessé, il distribue des coups un peu au hasard dans toute la grange, en hurlant qu’on ne peut pas faire confiance aux humains. Cade calme donc le robot en lui rappelant que déjà, c’est raciste, et en se proposant de le réparer. Il envoie donc sa fille faire du rien, et son pote Lucas en ville pour aller acheter des pièces de rechange, un nouveau carbu, deux pots d’échappement, une clé de 12, du lubrifiant, des préservatifs et de la biafine.

Lucas part donc, et revient très en retard, ce qui n’est pas du tout suspect, avec ce qu’on lui a demandé. Cade se met donc au travail, quand après un long moment, voici que s’engagent sur le chemin de la ferme une longue colonne de véhicules noirs marqués du logo « Vent de Cimetière » accompagnés d’hélicoptères armés de roquettes.

« Holala ! Quelqu’un a dû appeler le gouvernement ! Mais qui ? » se demande Cade en sortant de sa grange en urgence pendant que Lucas réajuste son gyrophare et sa pancarte.

Dans tous les cas, le chef de cette petite unité, un certain James Savoy, descend de la voiture avec ses hommes et leur ordonne de fouiller la ferme et la grange malgré les récriminations de Cade. Ils déploient-même leurs légendaires mini-drones, à la recherche de traces thermiques mais… ne trouvent rien. La grange est vide. La ferme aussi. Aucune trace d’Optimus Prime !

Qui s’est en fait caché sous le plancher de la grange, puisqu’il y avait là bien évidemment la place pour un robot géant. Il faudra que je pense à louer un emplacement comme celui-ci, ma cave commence à déborder.

Pardon ? Les détecteurs thermiques des mini-drones vous dites ? Non, ils n’arrivent pas à détecter Optimus Prime ? Pourquoi ?

Parce que.

Sauf que voilà : Cade trahit sans le vouloir son ami robotique, puisque lorsqu’on lui demande où est passé le camion qu’il retapait, il répond « Je n’en sais rien ! Il était là cette nuit encore, et là, il est parti…« . Aussitôt, tous les méchants comprennent que Cade en sait plus qu’il ne veut bien le dire avec son « Il est parti« , ce qui est un peu bizarre en VF, mais comme en VO, il dit « He’s gone » au lieu de « It’s gone »  semble-t-il, les vilains réalisent que Cade parlent du camion comme d’une personne et non d’un objet. Et pour le faire parler… menacent de coller une balle dans la tête de sa fille Tessa, ce qui au vu de ses répliques depuis le début du film, ne devrait pourtant pas être mortel. Mais bon. J’aurais plutôt menacé de la forcer à regarder le film, c’eut été plus cruel.

Optimus Prime, qui aime les oiseaux, les enfants et l’amour dans les prés ne peut supporter que cela arrive : il sort donc de sa cachette, tire dans tous les sens avec son gros canon (mais juste assez pour assommer les brigands avec le souffle, pas les tuer, parce qu’il est vraiment super gentil), et sort de la grange dans une fameuse explosion pour commencer à calmer la troupe de Vent de Cimetière. Cade et ses camarades profitent de l’occasion pour filer, et Cade arrive même à voler un mini-drone dans l’affaire (comme ça, hop). Mais pendant que Optimus met la zone comme un racaillou un soir de coupe du monde, étant donné que la ferme est isolée, Cade, Lucas et Tessa n’ont d’autre choix que de fuir à pieds à travers champs ! Ils n’ont aucune chance, poursuivis par les agents du gouvernement…

… quand soudain, une voiture de rallye surgit, saute une butte et assomme ainsi les vilains à coups de pneus (si, si)  ! Elle s’arrête, la portière s’ouvre et un certaine Shane Dyson ouvre la porte, jeune bellâtre qui n’est autre que le petit ami de Tessa.

« Vite, montez beau-papa ! Je vais vous sauver !
– Merci Shane. Nous l’avons échappé belle ! Tu es arrivé juste à temps ! D’ailleurs, que faisais-tu là ? Comment as-tu su qu’on avait besoin de toi ?
– Hahaha, hé bien c’est très simple, en fait je… vrouuuvrouvrouvrouuuum vraaaouuuum ! Ah, le bruit du moteur a couvert ma réponse, quel dommage !
– Tu viens de faire le bruit du moteur avec la bouche.
– Moi ? Noooon ! 
– D’accord, alors répond à ça : A) en supposant que tu aies su pour le gouvernement, comment es-tu arrivé aussi vite ? B) sachant qu’il y avait un robot géant en train de tirer partout atour de la ferme, comment as-tu compris que les vilains qui méritaient des coups de pneus, c’étaient les humains et pas le robot qui détruisait tout ? 
– VROUVROUVROUVROUVROUUUUM MEEE MEEEE MEEEMEEEEEEE !
– Tessa, il va falloir que l’on parle du choix de tes copains. »

0

Après une série de dialogues lolilol à base de « Comment, tu as un copain ? Je suis indigné, et oui, c’est ma première préoccupation même si on nous tire dessus !« , la voiture de notre petite équipe rejoint Optimus Prime qui a pris la fuite sous sa forme de camion, sauvé par le fait que dans ce film, les roquettes tirées des hélicoptères vers lui partent droit vers leur cible mais dévient au dernier moment pour ne pas faire mal aux gentils sans raison valable autre que « Ce film est une bouse« . La course-poursuite est longuette et finit par arriver en ville et continue au sein d’une ancien parking désaffecté dans lequel il se trouve qu’il y a un tremplin pour cascades, puisque Shane est pilote de métier, figurez-vous, et que c’est sa zone d’entraînement. Il s’en sert donc pour faire un super saut et atterrir au poil près là où il voulait parce qu’il est habitué à faire cette cascade avec Tessa à bord (et le fait qu’il y ait deux personnes de plus à l’arrière ne change pas, disons, le poids de la voiture ? Non ? Non.) et sème ainsi moult ennemis.

21017601_20130704155418622.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

L’arrivée de Shane en gros plan. Je sais, il ne manque que les néons sous la voiture. Moi aussi, ça me fait rêver.

Optimus Prime, lui, est bien surpris car lui tombe sur le coin du nez Jean-Jacques, le vilain robot de l’espace qui travaille avec Vent de Cimetière. Pour info, Jean-Jacques est super discret et n’hésite pas à se promener au milieu des humains sans que Vent de Cimetière ne l’engueule, des fois qu’un robot géant a l’air hostile, ça attire vaaaguement l’attention d’autres autorités que la CIA, voire que le Président commence à demander des explications.

Non, il faut croire que tout le monde s’en fout. Les scénaristes en premier, qui rajoutent juste des scènes au milieu d’humains pour bien hurler « ça coûte plus cher pour montrer qu’on est mauvais« 

Bref, bagarre il y a entre les deux robots et non, Optimus Prime n’est plus blessé du tout quand bien même Cade n’as pas eu le temps de le réparer, à cause d’une certaine arrivée, justement, de Vent de Cimetière. Probablement que passer la nuit dans la grange compte comme une nuit dans une auberge et qu’il a donc récupéré tous ses points de vie. En tout cas, au final, la voiture de nos héros étant un peu pétée après toutes ses acrobaties, Optimus décide de laisser tomber la bataille pour se transformer en camion et les aider à fuir.

Et là, attention, jeu ! Concentre-toi ami lecteur.

Sachant que nous avons un camion avec trois places dans la cabine, que nos héros sont quatre, que trois d’entre eux sont une fille, son copain et beau papa, que tous trois sont plutôt beaux et gentils et que le quatrième est un traître con-con qui s’exclame « Boh, j’aurais pas dû appeler le gouvernement, en fait, il n’y a pas de récompense !« , qui va mourir comme une merde dans les quinze prochaines secondes ?

Qui a répondu « Le noir » ? Il n’y a pas de noir, sacripan.

En attendant, voici la réponse : Jean-Jacques, vexé de voir Optimus abandonner le combat, balance une sorte de grenade qui se révèle être du super-napalm, comme au début du film ! Tout explose donc derrière nos héros… y compris Lucas, qui était à la traîne, et qui est instantanément figé dans sa course, transformé en métal alien. Il est donc mouru, voire carrément décédu. Nos héros grimpent donc dans la cabine d’Optimus (rien de sexuel, c’est strictement amical) et grâce à cette incroyable coïncidence scénaristique, il y a de la place pour tout le monde. Le camion peut donc s’enfuir.

Sans être poursuivi par Jean-Jacques, probablement parce qu’il a la flemme. Et que les autres voitures de Vent de Cimetière ont calé. Et que leurs hélicoptères se sont posés pour acheter des burritos. Et que les satellites de la CIA sont occupés à faire des zooms sur des piscines californiennes. Quelque chose comme ça, ou alors, c’est juste du caca, au choix.

Nos héros font donc une brève étape dans une station service désaffectée qui contient bien évidemment malgré tout encore des tonnes de trucs dont ils ont besoin, comme par exemple, du matériel informatique pour reprogrammer le mini-drone que Cade a volé aux méchants (et qui ne contenait aucune puce GPS pour le localiser, bien évidemment), lire sa mémoire et s’en servir eux-même. Vraiment, ils sont sympas ces pompistes qui abandonnent leur entreprise en laissant tout dedans histoire de dépanner d’éventuels fugitifs. Merci, valeureux hommes de l’ombre qui permettez toujours aux héros de trouver de quoi se fringuer, boire, manger, se soigner et bricoler tous les objets dont ils ont besoin.

Vous noterez aussi, car vous avez bien lu, que oui, Cade peut du coup lire la mémoire du drone. Et attention, hein, pas celle du jour : le drone emporte l’enregistrement de ses vols précédents, histoire de bien pouvoir livrer tous ses secrets si jamais il venait à s’égarer, par exemple, entre les  mains d’ennemis de Vent de Cimetière. C’est ainsi que Cade découvre, outre 2 Go de .avi d’une voisine bruyante et d’un plombier, l’enregistrement d’une précédente bagarre durant laquelle les méchants ont tué un Autobot. Sacrebleu ! Sitôt qu’Optimus Prime est mis au courant, il change d’apparence (en scannant un autre camion, reprenant des couleurs kitsch et affichant en plus le logo Autobots à l’avant, c’est dire s’il est con) et emmène Cade & co au fin fond des rocheuses où les derniers Autobots se sont réunis. On trouve parmi eux :

  • Grobill, l’Autobot gros bill qui a mille et une pétoires et peut se transformer en camion militaire
  • Samouraï, l’Autobot samouraï qui peut se transformer en hélicoptère et philosophe. Oui, c’est un Autobot du Japon médiéval. Non, ne me demandez pas pourquoi.
  • Bumblebee, l’Autobot relou et soi-disant drôle des trois précédents volets qui peut se transformer en voiture. Oui, c’est tout.
  • Corsaire, une sorte d’Autobot anarchiste-rebelle qui peut se transformer en voiture et là encore, c’est tout

Ce petit groupe est tout ce qu’il reste des Autobots sur Terre, autant dire, pas grand chose. Eux qui croyaient Optimus Prime mort sont heureux de le revoir et s’entretiennent avec lui pour savoir ce qu’il s’est passé ces derniers temps. Optimus Prime explique donc qu’il est tombé sans explication sur des humains qui lui ont tendu une embuscade, et que c’est pour cela qu’il a décidé de rompre tout contact avec eux et invité ses alliés à en faire de même. Mais pourquoi les humains, et plus particulièrement le gouvernement américain s’en prennent-ils à Optimus Prime, qui n’a pas pensé que si c’était juste un problème de gouvernement, quitter le pays pourrait aider ?

« J’ai la réponse ! » explique Cade. « Regardez la vidéo de ce mini-drone : les Autobots sont tués, et ensuite, on voit une camionnette de KSI, société très proche du gouvernement, venir chercher les restes. La suite de notre enquête devrait donc se faire dans leurs locaux !« 

 Ni une, ni deux, la fine équipe tente donc d’infiltrer la société avec des trucs comme « Ho ben tiens, en fait les mini-drones sont en fait équipés d’un scanner capable de scanner en moins d’une seconde n’importe quelle carte de sécurité et de la reproduire avec l’aide d’un Transformer » (pourquoi ? Mystère), « Ho ben ça alors, le mec qu’on a scanné au hasard dans la foule a pile accès au bon labo que l’on cherche » et « Toutes les coïncidences du monde vont dans notre sens, c’est merveilleux. » Ainsi, Cade parvient assez aisément à rentrer dans les locaux de KSI, à découvrir que ces derniers fabriquent des Transformers, et que pour ce faire, ils ont besoin de transformium. Ce pourquoi lorsqu’ils tuent les Autobots, non seulement pour retrouver Optimus Prime mais aussi car… ils les font fondre pour récupérer la précieuse matière !

Alors certes, Cade se fait gauler, mais comme en même temps, les Transformers voient direct les images de Cade à l’intérieur de l’entreprise, et que l’on recycle les corps de leurs potes, ils deviennent tous foufous, tel le yorkshire face à la chaussure neuve.

Aussi Cade n’est pas retenu prisonnier par Joshua et la sécurité de KSI qui lui sont tombés dessus, car aussitôt, les Transformers déboulent et commencent à tout péter, avec de gros problèmes de réalisation, comme ce passage où des gardes sont en ligne au garde à vous dans un labo (alors que ça tire dans le bâtiment depuis 10mn), et qu’un Autobot déboule et commence à vider son chargeur dans le plafond ; il faut alors au moins 3 à 4 secondes aux gardes pour commencer à réagir, parce que quelqu’un a oublié de synchroniser l’effet spécial avec le jeu des acteurs bien réels. Du coup, c’est assez intéressant, on a l’impression que les gardes sont aussi ennuyés par le film que les spectateurs. Du genre « Rhooo, encore un Autobot berserk, bon, qui qui s’en charge ? Moi c’est l’heure de ma pause, alors demmerdez-vous. »

333391.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Ici, un convoi de Transformers s’avance discrètement sur une route. Leur furtivité est légendaire.

Cade est bien vite libéré par cet assaut aussi soudain que brutal, et les Autobots, eux, libèrent un minuscule des leurs qui était réduit en esclavage dans un laboratoire, que nous appellerons Minibot. Et se retrouvent enfin face à face avec Joshua, le patron de KSI, qui tente la diplomatie.

« Hoo hééé les Autobots ! Qu’est-ce que c’est que ce scandale ? Vous êtes en train de tout péter !
– Vous tuez les nôtres et utilisez leurs cadavres pour vous faire du fric. Par ailleurs, ce film est tellement rempli de placement de produits que rien que ça, ça donne envie de mitrailler.
– Oui mais non. Vous êtes gentils et vous ne tuez pas les humains.
– Mais…
– Et on vous bute si on veut.
– Mais…
– Et puis qui va passer le balai maintenant ? C’est vous peut-être ?
– Beuh… non ?
– Non, alors vous prenez vos boulons et vos durites et vous vous cassez. « 

0

Oui, le film pourrait s’arrêter là. Les Autobots ont découvert qui les butait et les décomposait, ils pourraient tout arrêter, mais parce qu’un humain, et accessoirement leur pire ennemi, leur dit de mettre les voiles…

Ils se barrent.

Mais ? Je… remboursez, pour voir ?

A peine les Autobots sont-ils partis qu’Attinger, qui traînait dans le coin, tape très fort sur l’épaule de Joshua Joyce en lui disant « Hé, hé ! Les Autobots vous ont attaqué ! Vous avez donc le droit de riposter, la CIA vous couvre ! C’est l’occasion de tester vos derniers prototypes, Stinger, le Transformer super rapide, et Grosétron le… le truc. » L’affaire est entendue et quelques instants plus tard, deux véhicules sortent des locaux des prototypes de KSI : une voiture de sport rose et un gros camion gris, contrôlés à distance comme des drones par les agents de KSI. Bien vite, ils rattrapent les Transformers et à la surprise de ces derniers, s’avèrent plus rapide et plus adaptables que ces derniers, KSI ayant mis toute sa technologie au service de ses bébés !

Pour résumer, les Autobots partent se bastonner dans un coin avec Stinger, pendant qu’Optimus Prime se tabasse avec Grosétron qui… ne répond plus aux commandes de KSI, comme mû par une vie propre !

AHLALA ! JE ME DEMANDE BIEN POURQUOI, DIS !

Hem, pardon.

Le tout se passe sur une autoroute où, chose amusante, des voitures civiles passent mais sitôt qu’un Transformer les percute et qu’elles s’arrêtent, hop ! Elles sont vides ! Pas d’humains à bord ! Ça coûte moins cher et ça évite de gérer des trucs chiants dans le scénario. Mais alors que le combat fait rage, KSI rappelle à la base Stinger et Grosétron. Car au-dessus du champ de bataille, un gros vaisseau extra-terrestre vient d’apparaître, celui de Jean-Jacques le robot ! Qui colle une dérouillée à Optimus Prime, puis l’emmène à bord de son vaisseau à l’aide d’un…

D’un gros filet.

Oui, les mecs viennent de l’espace, ont des véhicules qui font la nique à la gravité et plus tard dans le film, on découvre qu’ils ont un rayon tracteur, mais là, pour déconner, ils sortent leur filet à sangliers géants, et ne me demandez même pas comment, en le larguant par au-dessus, ils arrivent à passer sous Optimus Prime, mais pif-pouf, ça marche. Seul problème, dans l’affaire, ils attrapent aussi une voiture endommagée qui traînait près d’Optimus Prime… et dans laquelle Tessa, la fille de Cade, se planquait ! Tous deux sont donc emmenés à bord contre leur gré, puis le vaisseau s’envole dans le lointain…

« On vous aura, gros bâtards ! » râlent donc Cade et Shane au sol pendant que les Autobots les rejoignent. Et dépités, ils vont errer dans la campagne sans que plus personne ne s’intéresse à eux.

Non, Vent de Cimetière n’a plus rien à faire, ni de ces Autobots, ni de ces humains qui en savent trop. Là, ils sont sûrement occupés à passer la serpillière chez KSI ou à faire un bingo avec leur papy. Un truc du genre. Enfin, c’est l’occasion de discuter avec Minibot, qui révèle toute la subtilité du scénario à nos héros, sur pourquoi Jean-Jacques bosse avec la CIA, ou encore pourquoi Grosétron désobéit à ses créateurs.

« Alors, attendez que je résume. En fait, les Transformers ont été créés par une race, les Créateurs. Pour ce faire, ils ont semé dans l’univers des « graines » qui en explosant, transforment tout ce qui les entoure en ce métal que vous appelez Transformium. Ce sont donc eux qui ont pété les dinosaures, comme ça, pour déconner.
– Et donc, la Terre entière est devenue métal ?
– Oui.
– Et nos archéologues et géologues n’ont jamais rien remarqué ?
– Hééé bien… non. J’ai le droit de faire le bruit du moteur moi aussi pour les questions gênantes ?
– Non.
– Haaaan… bon, bref. Les Créateurs ont aussi créé les Prime, des super chevaliers, comme Optimus. Sauf que les Prime ont décidé de faire le bien tout seuls au lieu d’obéir aux Créateurs, du coup, ces derniers ont mis la tête des Primes à prix. Jean-Jacques est un de leurs chasseurs.
– Un chasseur de Prime ?
– Oui, c’est exactem… 
– Pfffrrrrr.
– Okay, j’ai compris. Super marrant les gars, wouh, grosse ambiance. Bon, je disais ? Ah oui ! Jean-Jacques est un chasseur intergalactique au service des Créateurs. Il s’est allié à Attinger et Joshua : ils l’aident à traquer les Autobots pour retrouver Optimus Prime, et en échange, il leur donnera une graine  des Créateurs capable, en explosant, de transformer tout un désert en mine de Transformium en plus des corps des Autobots tués. Bref, leur fortune sera faite.
– Les rascals ! Et pour Grosétron ?
– Hé bien Joshua m’a forcé à étudier les restes de Mégatron pour décoder la technologie Transformers. Sauf que Mégatron est encore plus ou moins conscient dans son corps tout mort, et il a certes donné toutes les données techniques, mais il a encore le contrôle sur de minuscules bots capables d’aller s’infiltrer dans les prototypes et de les pirater.
– Et évidemment, personne n’a rien remarqué de robots volants au milieu de laboratoires et de données brutalement modifiées.
– Vraiment ? Vrouvrouvrouuuuum ? Allez ?
– Non.
– Bon, bref. Pour résumer, Mégatron a corrompu le projet Grosétron pour s’en faire un nouveau corps. Et il s’est incarné dedans ! Donc KSI vient, sans le savoir, de ressusciter Mégatron. Et ce n’est pas eux qui le contrôle… c’est lui qui les manipule !
– HO BIN CA ALORS ! Vous voudriez dire que ce prototype qui sans explication, ressemblait à un Decepticon (mais que l’on produisait quand même) était en fait un Decepticon ? C’EST FOU ! »

0

J’espère que vous ne vous êtes pas fait mal en tombant sur votre chaise.

Heureusement, pendant ce temps, Jean-Jacques l’alien robotique ne chôme pas. Après avoir enfermé Optimus Prime dans une prison en s’exclamant « Hahaha, j’ai eu tous les autres Prime, tu es le dernier ! J’ai même volé votre vaisseau, ce vaisseau pour vous traquer, n’est-ce pas ironique ?« , le vil personnage reçoit un rappel de son Google agenda : il doit appeler la CIA pour leur livrer la graine. Alors, c’est parti. 666-CIA.

« Oui allô ?
– Oui, bonjour Madame, je suis un robot de l’espace et j’aimerais parler au directeur des opérations. 
– Bien sûr, c’est à quel nom ?
– Jean-Jacques.
– Ne quittez pas.
– *musique d’attente quelque part entre Stromae et le générique de Pyramide*
– Allô ?
– Attinger ?
– C’est lui, à qui ai-je l’honneur ? Je suis un peu occupé à trahir des gens, là.
– Non non mais ne vous inquiétez pas, j’en ai pour cinq minutes. C’est pour vous dire que j’ai bien capturé Optimus Prime aux coordonnées où vous m’avez indiqué qu’il se battait avec les robots de KSI.
– C’est une bonne nouvelle, ça.
– Donc pour le paiement, où voulez-vous que je vous remette discrètement la graine qui prouve que vous avez passé un accord avec une puissance alien en toute illégalité ?
– Je vous propose de se donner rendez-vous dans un coin tranquille. Que diriez-vous d’emmener votre vaisseau géant au-dessus de cette petite bourgade que l’on appelle New York ? »

0

Ho miséricorde. Celle là, elle est tellement mauvaise que je ne l’avais même pas vue venir.

406511.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

« Bon les mecs, les aliens viennent encooooore de débarquer à New York. Il faut que l’on relance notre programme touristique pour leur faire découvrir d’autres destinations majeures : Londres, Mexico, la Bourboule… »

Donc oui : Jean-Jacques arrive au-dessus de New York avec son vaisseau géant. La Maison Blanche s’inquiète un peu et appelle Attinger, qui encore une fois, refuse de leur donner des réponses : c’est donc okay, il conserve bien évidemment ses fonctions et peut trahir en toute tranquillité. Et au milieu de ce méphitique gloubiboulga, voici que les Autobots ont décidé eux aussi de s’inviter à la fête, et accompagnés de Cade et Shane, ils viennent libérer aussi bien Optimus Prime que Tessa. La mission d’infiltration commence donc à bord du vaisseau, et bien vite, l’équipe se divise en deux groupes.

« Bon alors, nous, les robots énormes et pas agiles, on va tenter de s’infiltrer dans le minuscule gouffre plein de lasers super espacés pour des humains mais super serrés pour des robots géants, et trouver la commande des ancres du vaisseau pour le bloquer le temps que l’on trouve les prisonniers. Et vous, les deux humains sans armes, vous allez affronter les gardes et libérer les copains, d’accord ?

0

Ah mais oui, complètement. Super idée. Vraiment, chapeau.

Bref : les Autobots parviennent à larguer les ancres du vaisseau, qui sont en fait de gros grappins qui vont s’ancrer dans les buildings avoisinant (rien de dangereux, et, oui, les murs tiennent sans souci), retrouvent même Optimus Prime dans l’affaire, mais le mieux reste surtout Shane et Cade, qui tombent sur une salle d’armes pour Transformers. Et en fouillant, tombent sur… deux dagues ? Qui sont piles à leur taille y compris au niveau de la garde, dites-donc ! Ils sont forts ces Transformers d’avoir pensé à se faire des armes pas à leur taille. Mieux encore, ces dagues font aussi fusil d’assaut, et là ont carrément des détentes à taille humaine !

Vraiment, c’est fou.

La folle équipe, suite à diverses péripéties longues et ennuyantes que je vous passe, finit par fuir le nid des méchants sans que l’alerte ne soit donnée à tout le vaisseau. Jean-Jacques, inconscient de ce qu’il se passe, donne donc la graine à Attinger qui vient la chercher à bord en hélicoptère puis la transaction terminée, s’envole vers les étoiles. Il ne remarque pas que derrière-lui, toute la partie de son vaisseau qui faisait office de prison s’est détachée et est restée sur Terre avec tous nos amis victorieux à son bord. Enfin si, il le remarque, mais un peu tard, donc le temps qu’il fasse demi-tour et repasse au péage intergalactique, il n’est pas rendu. Nous le reverrons donc plus tard, dès qu’il aura réussi à régler son Tom-Tom.

Car déjà, Attinger va retrouver Joshua et propose de filer vers Hong Kong, où KSI a une autre antenne. Et après le bordel à New York (ah ! Ça y est, quelqu’un a réalisé que c’était très con ?), ils pensent que poursuivre leurs activités en Chine sera plus sûr, à part peut-être au niveau de la qualité des produits finaux mais là n’est pas la question En plus, ils comptent faire péter la graine au milieu du désert de Mongolie, histoire d’être tranquilles. Donc la Chine est définitivement une bonne solution de repli. Ils évacuent par conséquent leurs prototypes divers, Stinger et Grosétron, et partent pour Hong Kong en environ 10 minutes.

Oui, ils consomment moins de temps pour évacuer toute une industrie de pointe dans un pays étranger que vous n’en prenez pour vous préparer à aller au boulot.

Ils sont forts, on vous dit.

Les Autobots, eux, sont bien décidés à récupérer la graine. Car Minibot leur a révélé les plans de Mégatron : réincarné en Grosétron, il veut à tout prix que KSI ait la graine… pour la faire péter et avoir du Transformium pour lui, oui, mais à Hong Kong ! Pourquoi ? Parce que… qu’il… il est très méchant ?

Voilà.

Le vaisseau des Autobots file donc à Hong Kong, et Cade, en un seul coup de fil, parvient à retourner la situation.

« Allô, Joshua Joyce de KSI ?
– Oui ?
– Je suis Cade Yeager, celui qui vous a embêté jusqu’ici. J’ai trouvé votre numéro dans les pages blanches.
– Malheur ! Mais la partie est perdue, Cade. J’ai la graine, mes prototypes et je suis loin de vous !
– Non ! Car vous et moi, nous sommes deux ingénieurs, deux inventeurs !
– En fait, non : moi j’ai un diplôme et une société, vous vous êtes un plouc qui a du mal à payer sa ferme, si vous voyez ce que je veux dire. Je paie l’ISF, moi, Monsieur ! J’ai Jean-François Copé dans ma piscine le dimanche !
– On s’en fout, le script dit que cet argument suffit à vous convaincre : sachez que Grosétron est en fait Mégatron et qu’il va vous voler la graine et la faire péter à Hong Kong. Alors filez, et vite ! »

0

Instantanément, Joshua est convaincu, ce qui sous-entend qu’il vaut mieux ne pas faire de canulars téléphoniques à ce Monsieur de peur qu’ils ne marchent trop bien. Il file chez KSI récupérer la graine et demander à ce que l’on débranche Grosétron, mais aussitôt, celui-ci s’anime… et se met à commander à Stinger et aux 50 prototypes construits par KSI ! Nom d’une pipe, il y a un soulèvement robotique ! Joshua file avec la graine, ce qui déplaît fortement à Attinger, qui lui est si idiot que même en voyant les robots de KSI tenter de tout tuer, continue de se dire, que bon, allez, plutôt que de mettre les voiles, il va rester et tuer aussi bien Joshua, qui l’a trahit, que Cade qui s’approche avec les Autobots et leur vaisseau.

Oui entre « Sauvons nos vies » et « Tuons des gens qui essaient de sauver la Terre quand tout est perdu« , Attinger a choisi son camp.

Pourquoi ?

Mais, parce qu’il est méchant bien sûr. Et parce qu’ils pourraient « ruiner sa carrière en révélant ce qu’ils savent ! » ; oui, ou alors justement, tu les aides et vous vous faites des bisous.

Et LA tu les butes quand ils ne s’y attendent plus.

C’est quand même pas compliqué.

Enfin. A peine arrivé, le vaisseau Autobot est abattu par les robots de Grosétron et va s’écraser juste à côté de Hong Kong, à côté d’un monument supposé être vaguement plus loin que « juste à côté », mais passons, c’est un peu la signature des Transformers (rappelons que dans le 2, les héros depuis un monument en Jordanie aperçoivent les Grandes Pyramides d’Egypte et traversent la distance qui sépare les deux en courant en moins de 3 minutes).  Cade & co, eux, ont réussi à atterrir en ville avec Grobill et Bumblebee et c’est donc la baston générale.

Bim, bam boum, etc.

Dans l’affaire, Cade & co récupèrent Joshua et la graine, mais l’armée ennemie est trop nombreuse. Ils arrivent cependant quand même à tuer James Savoy, le vilain commandant de la force Vent de Cimetière et bras droit d’Attinger. Quel rebondissement pourri pourrait sauver nos héros ?

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Quelques mois auparavant, dans un bar.

« Les mecs, ont est arrivé à écrire 90% du scénario ! On a mis des robots géants, des explosions et des voitures de sport ! Qu’est-ce qu’on pourrait rajouter ?
– Des puuuuuuuutes… des putaaaaains de puuuuuuuuuuutes !
– John, tu es ivre. Rentre chez toi.
– Je suis pas… bourréééé ! Regarde… je touche mon nez… sous ma jambe… hop ! Tu vois ? Pas bourré ! Ha, merde, j’enverrais bien des SMS à mes ex !
– Ho bon sang. Il est rond comme une queue de pelle.
– J’m’en fous… j’ai plein d’idées… 
– Tais-toi on essaie de travailler !
– Des dinosaures… parce que les dinosaures… c’est cool ! Et des dinosaures mécaniques… géants… qui crachent du feu… montés par des robots géants !
– C’est… c’est complètement con. Je… on doit absolument le mettre ! »

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Et c’est ainsi que de son côté, Optimus Prime retourne dans le vaisseau prison crashé pour aller ouvrir des cellules d’où sortent… des Transformers géants ! « Guerriers d’autrefois » qui après une courte baston pour se mettre d’accord, décident de servir Optimus Prime. Les trois se transforment en dinosaures géants (car rappelons qu’ils sont géants, même pour des Transformers),  dont l’un en bestiole volante à deux têtes (typique) et l’autre en T-rex qui crache du feu (normal) et c’est sur ce dernier que grimpe Optimus avant de lancer une charge héroïque sur Hong Kong.

320109.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Si quelqu’un a mieux qu’un scénariste bourré pour expliquer cette image, je suis preneur.

Sachant que les Transformers prennent forme en scannant des objets autour d’eux, je serais curieux de savoir où et quand ils ont scanné un t-rex cracheur de feu, par exemple. Mais bon.

L’armée des méchants est balayée en deux-deux, sauf que voilà : soudain, un vaisseau géant (lui aussi ? Quelqu’un a quelque chose à compenser) apparaît dans le ciel ! C’est Jean-Jacques qui est de retour, car il n’aime pas trop qu’on s’échappe, qu’on lui vole ses prisonniers et un bout de son vaisseau surtout qu’en plus, c’est là qu’il a la boule pour la caravane, alors pour partir en vacances à Pornic, il en a besoin. Après avoir ravagé la moitié de la ville avec un aimant géant (je vous l’avais dit) pour tenter d’attirer les Transformers à lui, Jean-Jacques décide finalement de descendre régler tout cela lui-même lorsqu’Optimus fait exploser le rayon tracteur et que son vaisseau s’écrase.

Un duel s’engage entre Optimus et Jean-Jacques. Pendant la bagarre, Attinger qui passait par là tente de s’en prendre à Cade, mais après avoir trop longtemps parlé genre « Hahaha, je vais te tuer, j’ai gagné !« , Optimus parvient à lui coller un gros obus dans le buffet et tue ainsi un humain, le seul qu’il avait juré de tuer pour tous les maux qu’il avait causé aux siens. Puis Optimus reprend son combat contre Jean-Jacques, qu’il gagne grâce à ses gentils alliés humains.

Bon ?

Jean-Jacques est mort, Grosétron-Mégratron s’enfuit dans un coin en criant « Vous avez balayé mon armée mais je me vengerai dans Transformers 5 !« , les vaisseaux géants sont crashés et la planète est sauvée… Optimus décide donc de rejoindre ses camarades Autobots d’un coup de jetpack pour… pour…

Héla. Stop !

Comment ça « un jetpack » ? Tu pouvais voler depuis le début du film ? Bon, on va dire que tu pouvais juste faire un petit saut, une fois, et que c’est pour ça que tu ne l’as pas fait avant.

« Mes amis, la Terre est sauvée mais la graine des Créateurs ne doit pas revenir aux humains. Ils me cherchent ? Si je reste avec vous, ils renverront d’autres forces. Je pars donc dans l’espace grâce à mon jetpack pour les rencontrer ! Au revoir ! Et vous Autobots, prenez soin des humains, votre famille ! »

Ah oui donc non. Optimus Prime part donc bien vers l’espace avec ce jetpack qu’il avait depuis le début du film, qui lui aurait permis d’aider tout le monde à échapper à Vent de Cimetière au début du film, à fuir Stinger et Grosétron après avoir attaqué KSI, à ne jamais te faire attraper par Jean-Jacques, à éviter de prendre bien des risques, et en fait, Optimus Prime, tu t’es juste bien foutu de la gueule de tout le monde.

C’est donc en regardant ce gros rabouin robotique s’envoler dans l’espace qu’enfin, après 2h45, le spectateurs prêt à se pendre mérite enfin son repos puisque…

… FIN !

_____________________

Vous êtes arrivés jusqu’ici en scrollant sans lire ?

C’est très mal, vous savez. Je vous ferais bien les gros yeux, mais je vous méprise trop pour vous accorder cette attention.

En attendant, et comme chaque année, pour ceux qui veulent boire un verre, parler mauvais cinéma, honteuse politique ou autres fascinantes activités, un rendez-vous sur Toulouse devrait se faire mardi 12 août après 18h (pour les travailleurs, tout ça) du côté du centre de Toulouse. Si vous avez un super plan de lieu correct où se poser, n’hésitez pas à m’envoyer un mail. Et pour les autres, tous les détails seront le jour même sur la page Facebook du blog, ou sur la page Twitter qui est non seulement consultable sans compte sauf erreur de ma part, mais au pire, s’affiche sur la droite du blog dans « L’Odieux Connard en ligne. » Histoire de savoir dans quel rade exactement trouver votre serviteur en train de tenter d’expliquer  que « chocolatine » n’est pas un mot mais un nom de code pour un complot sataniste, et accessoirement, à quoi vous pourrez le reconnaître (à part à son légendaire charisme de vieux loup).

Et pour les autres, on se sépare sur cette critique professionnelle du film que nous venons de suivre :

Le meilleur film de la saga « Transformers »

4/5 – Cinéma Teaser

Je ne sais pas vous, mais moi, je cherche encore s’il s’agit d’un compliment ou d’une blague.

76 réponses à “Transformiste 4 – L’âge de l’extinction du script

  1. Rendez-vous au Mcdo de Toulouse devant la FNAC à 15h00, je viendrais te chercher avec ma camionette et on iras faire un tour

  2. Oui, mais quand même…. des épées-fusils !!!!
    (à noter que Shane ne récupérera jamais celle qu’il a laissé tomber, même si son efficacité est indéniable)
    et c’était quoi ces clébards-mutants dans le vaisseau ?
    et le pauvre extra terrestre qui voulait simplement faire un bizou avant de se faire arracher la langue ?
    ou Optimus qui nous réussit un magnifique « feu d’entrée atmosphérique » en… quittant l’atmosphère.

  3. Moi j’ai bien aimé le passage : vite prenons par le champs de maïs et ils empruntent la grosse ‘route’ entre eux champs pendant que les méchants vont s’ébattre dans le maïs… J’ai rigolé dans la salle… J’ai pas eu honte lol !

    • Pif Pam Poum Bang Bang Boobs ! répété à l’infini: c’est ça l’intérêt, y’en a que ça ne lasse jamais.

  4. « Si quelqu’un a mieux qu’un scénariste bourré pour expliquer cette image, je suis preneur. »

    Un publicitaire qui s’est reconverti dans le cinéma.

    • Voilà qui donne une pubasserie de 2h48 sans possibilité de mute ou de zap… l’enfer! payant qui plus est.

  5. 2h45, c’est long. Mais long.
    Dans le 1er, pour aller cacher leur cube des méchants, idée de génie : allons dans la ville la plus proche (histoire de faire tuer un maximum de gens ? )
    Dans le 2ème, y une machine extraterrestre cachée dans une pyramide et personne ne l’a jamais remarqué ? Pfiou.
    Dans le 3ème, l’abruti (oui, disons-le, quel connard, ce type) qui a aidé à sauver le monde par 2 fois et qui est pote avec le chef des Autobots n’est même pas connu du personnel de sécurité du NEST ? Mais, enfin …

    Donc, le 4 est de la même veine. Il eût été dommage de sortir quelque chose de qualité, quand on y pense.

  6. 2h45 !!!???
    Quel sens du sacrifice !
    J’espère que c’était en 3D au moins…

    Sinon Toulouse, j’aime pas trop comme ville. J’attendrai votre venue à Charleville-Mézières.

  7. j’ en ai encore mal à la tête….
    un petit oubli quand même , quand le chef de la cia essaie de convaincre le businessman qu’il fait ça pour le bien des état unis alors que 5 mn avant il demandait ces millions en bon d’action….

  8. Transformers 4 est pour moi une gigantesque déception. Je m’explique :
    Avec ses 3 premiers épisodes, la saga réussissait à s’enfoncer toujours plus loin dans la médiocrité, produisant à chaque fois un nouveau film encore plus insupportable que le précédent. Jusqu’à l’apothéose Transformer 3, sans doute le pire étron cinématographique à mes yeux, pire que n’importe quelle minable production 2-en-1 singapourienne pour enfant. Affreusement stupide, vulgaire et médiocre.

    Que n’était donc pas mon impatience face à ce Transformers 4. S’il venait à respecter la loi exponentielle d’une médiocrité toujours plus absolue de la saga, vers quels nouveaux territoires allait-il nous emmener ? Imaginez tout un univers de nullité cinématographique jamais exploré.

    Sauf que non. Transformers 4 est stupide, incohérent, beauf, bourrin, boursouflé, paresseux mais n’arrive pas à atteindre le niveau de son prédécesseur. Est-ce en raison de l’absence de l’insupportable Shia Lebeouf, pourtant remplacé par un Marky Mark lui aussi horripilant ? Ou bien la très faible présence des sidekicks minibots qui m’avaient fait hurler durant le 3 me rend-elle plus tolérant? Je ne sais pas.

    Mais n’en reste-il pas moins que Transformers 4 est donc un pétard mouillé. Un film de merde mais qui ne répond pas à la promesse qu’il nous avait fait de révolutionner la médiocrité. Quel amer sentiment quand même le mauvais devient décevant.

  9. Oh punaise, ma vie est foutue. Je suis à Toulouse, je repars demain après-midi, je vais rater un rdv avec l’odieux, je ne me remettrai jamais de ça

  10. Ok je viens à peine de commencer, et je viens soumettre une objection !

    Ça fait 3 ou 4 fois que je vous vois effectuer une miction en règle sur Shin Seiki Evangerion, et je comprends toujours mal votre aigreur :
    Voyez vous, je suis presque certain que la plupart de vos reproches viennent du fait que vous n’avez pas vu la bonne fin (voire même que vous avez abîmé vos yeux avec le Rebuild, dont le 3ème opus basé sur des fanfic yaoi m’a bien fait marré aussi ^^).

    Si on prend les 24 premiers épisodes dans l’ordre (ignorez les fillers à but commercial, c’est vrai qu’il sont foutrement inutiles mais ça reste une série qui s’adresse aussi aux enfants, et le découpage en épisode permet de distinguer facilement ce qui est l’œuvre d’origine de ce qui ne l’est pas) puis les 2 parties de The End of Evangelion … ou mieux lisez le manga.

    Après ça si vous avez encore assez de reproches concernant cette petite fiotte de Shinji, je vous demande donc si, pour la première fois depuis le début de ce blog, vous pourriez spoiler une série. silvouplé.

    • 2h45 pour ce film de merde ! Si on ôte les épisodes de remplissage (7, 9, 10, 11, 12, et une moitié du 14), Evangerion n’est « que » 2,5 fois plus long que ce film ^^
      Je peux toujours prier pour qu’un spoiler de ce genre soit fait mais vous n’avez sans doute pas que ça à foutre …

  11. Je n’ai même pas essayé d’aller voir une bouse pareille (rien que le concept…) mais tu répètes à l’occasion du coup des dinosaures une erreur assez récurrente chez toi, qui est de juger le cinéma à l’aune des critères de la littérature.
    Franchement, l’impact visuel est quand même méga-cool, s’il n’y avait que cette image je serais peut-être allé voir le film!
    Donc en soi et pour du cinéma, l’idée est plutôt bonne.
    Évidement ensuite il faut voir comment elle s’intègre au récit et c’est pas gagné d’après ce que tu racontes, mais ce n’est pas le concept en soi qui est mauvais…

    Ce que je veux dire, c’est que l’image de fin de la Planète des Singes originel est magnifique parce qu’elle clôt le film d’une façon extrêmement forte et originale, mais surtout parce que c’est une magnifique image de cinéma.
    Elle aurait été plaquée dans Transformers ou une autre bouse, elle n’aurait pas marché, mais aurait toujours été une magnifique image de cinéma.

    • Ah ouais forcément, le cool c’est quand même autre chose que la cohérence. Et les dinosaures robot qui crachent des flammes c’est trooop cool !

      Tu ne voudrais pas devenir scénariste par hasard ?

    • Un robot géant brandissant une épée (géante) et chevauchant un dinosaure robot encore plus géant (dont on sait qu’il crache du feu)…
      Mmmm. C’est vrai que tant de coolitude fait vite oublier que l’industrie du cinéma prend son public pour des crétins.
      Si quelqu’un a un style vestimentaire cool mais tient un discours débile, est-il cool ou débile ?
      Et je ne vois pas où est « l’erreur » dans le fait de souligner cela dans chaque spoiler. Le budget comparé au résultat (même visuel) est bien la preuve d’une arnaque, au détriment du public à qui on propose des films de plus en plus mauvais mais de plus en plus chers.

    • J’ai vu l’affiche « un robot géant sur un dinosaure », je me suis dit « NON. Je n’irai vraiment jamais voir ce film ». Ce n’est pas une belle image, c’est… innommable, c’est même pas Pulp tellement c’est trop.

    • C’est vrai ma foi, ce robot avec son épée, il fallait y penser, je me suis toujours demandé pourquoi les gsm’s ne font pas aussi couteau-suisse?

      Sérieusement, l’Odieux soulève le fait que le robot en question doit avoir été scanné préalablement à sa construction, scanné dans « le monde réel », d’où l’interrogation: d’où sort ce T-rex?

      Question coolitude, chacun/e ses goûts, à toi de te faire un fond d’écran sur base de cette image (tu aimes peut-être aussi bien les gros pixels (:
      où pourquoi pas une fresque murale?

    • M’enfin… Le T-rex, il a été scanné y a des millions d’années et pi c’est tout… Voyons… Bon, par contre, le ptéranodon à deux têtes… Sur une autre planète ?

    • entièrement d’accord: l’image elle claque

      par contre tout le reste est pourri: c’est mal amené et pas crédible pour 2 sous

  12. La secte sataniste -et sudiste. Très important.- de la chocolatine approuve cet article.

  13. Ah odieux, vous avez oubliez la meilleure : les méchants qui veulent faire péter leur graine au milieu du désert de gobie alors qu’elle transforme uniquement la matière organique en transformium, c’est brillant, ils devaient avoir envie d’une collection de fourmi en métal! à leur place, comme ça sans trop réfléchir, je me serais dit qu’un forêt tropicale était plus adapté mais un désert minérale ça peut être cool aussi! Bon et puis le classique de bay, le baiser sur coucher de soleil encadré par deux plans en pleines journées mais ça on ne le remarque même plus!

  14. Au Cardinal à Toulouse, il y a des chaises au nom de stars de ciné, dont une marquée « Nicolas Cage » je vous la réserve?
    Sinon, plus sérieusement, il y a genre le meilleur pub irlandais du monde qui s’appelle De Danu, pas de bourbon mais de la Guiness!

  15. 4/5, de « cinemateaser »…C’est pas non plus comme si ce mag’ était un vrai mag’ de cinéma, et pas juste une vitrine publicitaire pour blockbuster.
    Sans être aller voir le film, on retrouve bien la patte de Mickael Bay, c’est presque du cinéma d’auteur comme disait un « journaliste » d’Allociné.

    • Apparemment (je ne connais rien au cinéma, donc je ne fais que répéter des trucs que j’ai lu à divers endroits), l’une des définitions du cinéma d’auteur, c’est quand le style du réalisateur est immédiatement reconnaissable d’un film à l’autre, qu’il y a un thème ou un gimmik commun. Selon cette définition, en effet, Michael Bay peut être considéré comme un auteur.

      Cinéma d’auteur ≠ cinéma intello ≠ bon film ^^°

  16. Sincèrement, à la vue de cette image plus que parlante, je suis déçue de constater que vous êtes passé à côté de la sublime référence au Bonaparte franchissant le Grand-Saint-Bernard de Jacques-Louis David. En effet, je suis sûre que le scénariste bourré a voulu en plus se la jouer intello.
    Sinon j’aurai dû être à Toulouse demain. Je ne m’en remettrai pas. J’aurai apporter des chocolatines maudites par LaVey en personne (hum…bon…d’accord.)

  17. hahahaha !

    Ce qui est marrant aussi c’est de voir la gueule des nanas qui sont venus pour surveiller leurs conjoints… l’homme au regard pétillant, retournant en enfance et espérant que ça voiture se tranforme quand il appuyera sur le bouton ouvrir de sa clio à 500 000 Km, la femme, au regard vitreux, supportant ce supplice avec toute la dignité d’une reine (et espérant vaguement que son chéri acceptera en retour d’aller voir le nouveau mélo drame de canal+ : « je t’aime plus, rapporte du pain car il va pleuvoir en Moldavie orientale »…
    Comme ma copine quoi (mais je ne l’ai par forcé, je ne suis pas un monstre, elle était là de son plein grès)

    Je suis allé voir ce film comme les 3 autres. J’ai laissé mon cerveau chez moi.
    Ce film n’a pas pour but de faire de nous des Hommes meilleurs et de nous faire réfléchir sur le sens de la vie.
    In fine, une bombasse (que je trouve bof bof.. Mais qu’est ce qu’elle sont toutes à se faire gonfler les bucalles ?), de la grosse musique qui pête et des effets spéciaux et des robots qui s’en mettent plein la margoullette.
    J’avoue avoir bien rigolé quand les dinos (les plus gentils des dinosaures) apparaissent. C’était…incongru

    Pourquoi des nouveaux gentils et des nouveaux méchants (ou alors les mêmes mais avec un autres designs) ? Il faut bien vendre de la figurines. Avec les 3 premiers, ça devenait difficile de faire racheter les mêmes. Surtout avec les prix affichés.

    Un passage excellent:
    Prime « Pourquoi devrais-je sacrifier encore les miens pour vous les humains ? »
    Robert « parce que »
    Prime « ok, t’as raison mais je fais quand même la gueule par principe »

    Ou alors le fait de laisser partir dans la nature des gros foldingos dinos.

    Nan mais globalement, j’ai eu ce que je voulais en allant voir ce film: pas besoin de réflexion, des effets spéciaux, de la zik et de la bonne 3D.

    Haaa, imaginez Armageddon avec Mr. Cage au lieux de Mr. Willis XD

    Aller, bonne journée !

    • Une grande majorité des films n’ont pas vocation à rendre meilleur….. mais il est triste de constater qu’une large majorité d’entre eux n’ont pas de scénarii, de cohérence, d’amour propre (quand un film ne respecte même pas les codes qu’il a établi lui-même, c’est grave non?)…..
      Alors certains trouvent les images cool, sympas, avancent l’idée qu’on peut passer un bon moment sans utiliser son cerveau…… Bah autant ne pas aller au cinéma….
      Ah si, il y a une ambiance et un grand écran…… Bon ok, payons pour aller dans une grand salle avec un grand écran alors….. peut importe la bouse qu’on regarde dans ce cas là….

      J’ai toujours été un gros consommateur de cinéma, j’ai aussi longtemps usé de l’expression « on est là pour passer un bon moment », …. mais je dois faire parti des vieux cons de 40 balais qui adoraient les BD marvel, certains déssins animés mythiques……. mais qui n’arrivent plus à adhérer à un tel ramassis d’incohérences….
      Punaise, même un épisode de Cobra est plus bandant qu’une 3D avec autant de vide scénaristique…..

      Un film comme ça est au cinéma ce que les anges de la téléréalité sont à la télé….. oups, tu aimes peut-être les anges de la téléréalité: pas besoin de cerveau, ça fait pas de nous des hommes meilleurs, des bombasses, une scénarisation des situations pourries…..???? Ah, non?

      • Nan, mais j’avoue, rouge de honte… quand je suis desoeuvré le dimanche aprem, je regarde les trucs du genre « anécdotes de la vie de fous furieux ». Ca me fait marrer. Déjà, quand l’héroïne s’appelle Délycia, on sait que ça va être un melodrame…

        Globalement, je ne regarde pas la télé. J’ai pas le temps en fait (aller, à part GOT mais maintenant je me suis aux bouquins)

        Je me fouetterais ce soir avec la cilice pour repentance et dans l’espoir d’obtenir le pardon de votre sainteté…

        Je vais regarder transformers comme un mec qui boit de la villageoise pour se bourrer la gueule. Je cherche l’oubli de ma misérable condition humaine.

        Mais de base, quand vous payez pour voir un camion qui se transforme en robot avec de la grosse épée bien phallique chevauchant un autre robot qui se transforme en albert le dino, globalement, vous savez dans quoi vous vous engagez (surtout en plus quand c’est du Michael Bay)…

        Un peu comme Pacific rim, qu’on pourrait renommer en Pacific Rim Job.
        Le dialogue: néan
        le scénario: néan
        les acteurs: néan

        Un collègue qui n’avait pas l’habitude de ce genre à film a dit « C’est une excellente comédie »… Ce en quoi il avait raison, un peu comme la polique étrangère française, c’est fendard mais ça coûte cher.

      • Pour Pacific Rim, je nuancerais: les premières minutes sont vraiment très bien (pour les mêmes raisons que je développais plus haut: c’est du cinéma, les images sont magnifiques et en mettent plein la vue, c’est très bien monté, bien mis en scène, il y a de vrais enjeux scénaristiques et narratifs, etc.), en gros jusqu’à la scène de la plage.
        Après l’absence de scénario se fait vraiment sentir, ce qui est dommage car il y avait plein de bonnes idées (la fusion des esprits, la tentative de fusion avec les Kaijus, les êtres dont on ne sait rien,…) qui ne sont en fait pas exploitées du tout.

      • Faut pas lire les livres de GOT, à partir de la saison 4 ils ont changé plein de trucs et y a plein de personnages en plus dans les livres. Dans la série, ils passent de l’intégrale 3 à 5, la 4 est au 3/4 inutile… En gros la saison 4 de la série ça représente les 25% de la fin de l’intégrale 3.

      • tu as une bien haute opinion des anges de la télé réalité pour les comparer à transformers

    • Elle avait beau être là de son plein grès, le « spectacle » l’a laissé de marbre.

  18. Juste un petit commentaire sur le commentaire de la première image

    Dans Evangelion, il ne s’agit pas de robots mais d’humains synthétiques basés sur l’adn du premier ange, ça n’a rien à voir, et c’est scandaleux que vous ne fassiez pas la différence

    J’aurais honte, à votre place

  19. Le réalisateur de cette … de ce truc a fait sa série The Last Ship.
    Elle pue les clichés et poncifs ricains pourris. Si vous tenez plus d’un épisode, je vous tire mon chapeau.

  20. Je suis le seul à avoir lu, à la place de Decepticon, « de ce p’tit con » ?

    Okay je sors ^^’
    Bravo pour cette critique hilarante en tout cas !

    • je le voyais plutôt en pluriel « un de ces p’tits cons ».
      C’est sans doute étudié pour que ça en cause en cour de récré française

  21. Tiens c’est bizarre en général il y a des « pour » le film et des « contre » mais là pas trop de « pour ». Du coup ça ne part pas trop en vrille sans les commentaires, si il y a consensus. Dommage, je vais ranger le popcorn…
    En fait à force de lire les spoils je suis de plus en plus atterré par ces scenarii moisis. Le fait que les spectateurs continuent à plébisciter de telles merdes sans aucun sens critique devient vraiment inquiétant, si on imagine qu’il en est surement de même pour leurs capacités à analyser la politique, entre autres.

      • Je pense aussi beaucoup de la paresse chronique et de la mauvaise foi de beaucoup de médias.

      • Si la question est sérieuse, bien évidemment tous deux viennent de l’hégémonie de la pensée publicitaire, diffusée en permanence par tous les supports possibles et imaginables…

        Faut lire Bernard Stiegler, quoi.

    • Ma foi, cela est toujours un plaisir d’ôter tout doute sur la connerie des spectateurs.

      Cela dit, ce qui est encore mieux d’être spectateur, c’est celui d’être acteur:

      « Ce film est une merveille de réalisation. Le jeu des acteurs est extraordinaire. Le scénario est à couper le souffle tellement il est riche en rebondissements et en se terminant sur un coup d’éclat inattendu.
      Je ne comprends pas comment il est possible d’être d’aussi mauvaise foi sur un film qui a bouleversé ma vie à tout jamais. OC je vous conchie ! Soyez assuré de ma haine viscérale à votre égard aussi longtemps que je respirerais. »

      La demande étant là, en tant que vil capitaliste seul et haï de tous, il est de mon devoir d’y répondre.

      • Cher mr Salkon, au lieu de faire ce commentaire, vous auriez pu défendre corps et âme la bouse en question histoire de lancer le débat.
        (Il ne dois pas être un troll professionnel ce Salkon…)

        Ceci m’a donné envie de m’essayer à l’exercice:

        Monsieur Connard Odieux, vous portez vraiment trop bien votre nom (chtac! je suis en forme ce soir),
        Ah c’est facile hein de s’attaquer à un pauvre film qui ne peut même pas se défendre. Laissez moi vous dire que si le cinéma décide de le passer, ce film, c’est quand-même qu’il vaut quelque-chose! Vas-y, toi, fais un film et tu verras si ils le passeront au cinéma!

        Je ne vois pas le problème s’il y a plein d’incohérence dans un film fantastique, du moment qu’on passe un bon moment. Puis même, on peut très bien aimer les incohérences! D’ailleurs quand on repère des incohérences, on se sent intelligent, donc on a un petit shoot de dopamine, donc un film très très con nous fera sentir très très malins, pour peu qu’on ait le formata… l’ouverture d’esprit qui va avec. On dit même « merci », oui môssieur!

        Vous feriez mieux de nous faire des spoil’s positifs au lieu de cracher toute cette rancœur sur ces comédien/nes, scénaristes et professionnels du cinéma qui fonts ce qu’ils/elles peuvent avec du simple argent. Si vous pouviez seulement laisser aller votre imagination juste là, tout droit dans le rail, un peu de poésie nondidju!

    • Ah mais il faut pas croire. je suis a 100% pour ce film. Le cinéma a besoin des transformers, ne serait-ce que pour emmerder les rageux

  22. Moi il y a une scène (un montage douteux probablement) qui m’a beaucoup intrigué : le combat entre Cade et Savoy dans le HLM Hong-Kongais. A un moment on voit Cade mettre les pouces dans les yeux de Savoy (et pas qu’un peu, une bonne phalange !) façon Gregor Clegane, et l’image d’après, Savoy n’a rien.

    En tout cas, le Nanarland du futur dans 20 ou 30 ans nous fera sûrement une rétrospective sur la série transformers, et sur ce numéro 4 en particulier, car avec les incohérences et le scénario rocambolesque, il y a aussi ces scènes ridicules père-fille-beau fils, qui me donneraient presque envie d’aller le revoir en VF pour les avoir en encore plus mauvaises.

  23. Une image m’a choqué au début du film, là où ils découvrent le squelette métallique, on voit de la neige (il fait froid ?) et on voit une falaise (donc y a de la terre ?) et on voit un sous-titre : « Arctique ».

    Le scénariste n’a pas fait d’études de géographie ?

    • Ben, il y a des terres émergées dans le cercle arctique, et pas forcément recouverte de banquise, il y a même un arboretum au Groënland.

  24. « J’espère que vous ne vous êtes pas fait mal en tombant sur votre chaise. »
    Ne serait-ce pas plutôt « de votre chaise »?

    J’adore l’image mentale du camion à chasser au moyen d’une claquette…

  25. Ah, y’a une faute de frappe

    « la portière s’ouvre et un certaine Shane Dyson ouvre la porte, jeune bellâtre qui n’est autre que le petit ami de Tessa », il y a un ‘e’ en trop.

    Sinon, très bon spoiler, comme toujours.

  26. La vanne surPaul Aussaresses est géniale. Je vous la pique, c’est l’anniversaire de mon père lundi prochain et je vais la coller sur une photo portrait du générale pour la lui offrir.

    Bien à vous.

  27. « Le genre de théorie qui fait rarement un tabac en librairie, mais fait les beaux jours de Youtube. »
    C’est beau ce que vous dites.

  28. Cher Odieux, je dois vous avouer, cette fois vous m’avez bluffée : non parce que je suis fan de ces créatures métalliques, variantes de Bumblebee, comment ça on a pas, encore, inventé la voiture volante? Mais parce
    votre récit, a l’inverse d’autres blockbusters, m’a réellement captivé!

  29. Hors sujet, mais j’espere que L’Odieux rédacteur de ce blog va bientot attaquer le nouvel opus simiesque…

    Un commentaire lu sur un autre blog au sujet du dernier « planete des singes »:

    « Pendant tout le film, deux jeunes gens devant moi ne cessait de commenter en père manance et de pointer du doigts les incohérences du film. C’était proprement agaçant ! Pas une minute de répit. D’autant plus que le film était assez difficile à comprendre et avait une forte portée philosophique (thèmes abordées : paix, respect des autres, écologie, survie).  »

    A noter que l’auteur se présente comme « étudiant boursié »…

  30. 2h45 de diarrhée d’effets spéciaux et d’explosions, sans scénario derrière, ça faisait vraiment long.

    Transformers 1 était aussi bourré d’incohérence, mais au moins respectait son sujet, avec des robots bien animés dans leur transformation, avec une cinématique relativement réaliste et un respect des masses (reportage intéressant dans les bonus du DVD).
    Dans Transformers 4, on ne voit pratiquement plus les transformations, et même les nouveaux robots de KSI se transforment par désagrégation de petits cubes. D’ailleurs du coup, alors qu’en labo les objets en transformium se modifient instantanément, sans traces de leur état d’avant, pourquoi les robots KSI gardent-il des morceaux de voiture (roues, portières, …) ?
    Et pourquoi Lockdown (pardon : Jean-Jacques le chasseur de Primes), qui s’en fiche royalement d’être discret, s’embête-t-il à « scanner » une Lamborghini ? (peut-être pour le placement produit, car on voit bien le logo !). Et bonjour le respect de la masse, puisqu’une petite Aventador donne un robot aussi grand qu’Optimum le camion…

  31. « Si quelqu’un a mieux qu’un scénariste bourré pour expliquer cette image, je suis preneur. »

    Alors là, je suis déçu quand même. La réponse est évidemment D : « Le film est commandé par Hasbro, et ils ont des jouets à vendre, dammit ! »

  32. Merci odieux connard ! Grâce à toi j’ai enfin eu une bonne raison de voir cette bouze.
     » leurs hélicoptères se sont posés pour acheter des burritos »

    C’est unique

  33. Un autre petit truc, mais qui m’a fait mourir de rire, les méchants qui datent des morceaux de métal à 65 millions d’années avec…une datation au carbone 14!

  34. Ayant vu le film avec bien 6 mois de retard, je me pose néanmoins une question… crucial.
    Ou est passé le demeuré? (aka shia leboeuf) ?
    J’veux dire on a passé 3 films a nous sortir que c’était leur super pote, le BBF de bumblebee tout ça, et hop il disparait d’un coup, genre je laisse mes potos se faire buter et moi je vis ma vie?
    On a AUCUNE explication dans le film.
    Rien, que dalle, nada.

    • BFF pas BBF mais je me suis posé la même question (surtout que dans le 3 on a quand même droit à une scène « vieux couple » entre Bumblebee et Shia)

  35. J’ai commencé a regarder ce film, j’ai coupé au bout de 20 minutes, lorsque Ratchet, le gentil autobot qui meure au début…. Bah se fait buter justement.

    Nan mais j’veux dire, le chef du commando qui nous sors « J’ai perdu une soeur a Chicago, comptez pas sur moi pour intelligent… Pardon, gentil ! ». Ouais, enfin mec, t’es à la CIA, ça va faire 5 ans que c’est arrivé, et a moins qu’Attinger ai décidé de trahir les autobots juste après les événements de Chicago et ai interdis aux hommes sur le terrain d’écrire leurs rapport, t’as bien du y avoir accès, à ces fameux rapports. Mais non, faut croire que le mec est arrivé à la CIA y a deux semaines parce qu’ils sont venus le chercher dans sa ferme du midwest !et t’as aucun homme qui moufte genre « Mais c’est Ratchet ! Comment ça va depuis Chicago ! Ah les bastos dans le buffet ? nan mais c’est pour rigoler ça ! Chef, c’est un autobot, faut pas les buter, c’est les gentils ! J’me suis battu à ses côté à Chicago, il est clean ! Hein ? t’as perdu une jambe ? Nan mais c’est qu’une vue de l’esprit ça, c’est dans ta tête mon vieux ! ». Nan, on préfère s’en remettre à Lockdo… pardon, Jean Jacques, qui est un robot qui débarque d’on sait pas où (comme dans tous les films d’ailleurs, t’as jamais les mêmes robots d’un film sur l’autre, c’est assez marrant) après que lors d’une réunion gouvernementale, il ai été décidé de ne plus laisser les robots combattre a notre place. ‘fin bref, merci Odieux connard de m’avoir diverti en évitant de voir cet étron !

    (en plus j’me prenais une claque sur la tête par ma copine a chaque fois que Tessa apparaissait a l’écran, avec ses fringues en pénurie de tissus !)

  36. J’invite L’OC a s’informer un peu sur la bourse :D

    Parce qu’une qui société grimpe assez pour qu’un actionnaire (qui au vu du personnage doit posséder énormément de titres) atteignent 7 chiffres dans son portefeuille ça n’a rien de surnaturel ;) ça arrive même très fréquemment et ça crée des warren buffet des soros and co ;) Donc quand on ne sait pas on se … :D

    • ouais enfin l’OC ne nie pas ça il dit juste (et à raison d’ailleurs) que c’est peu cher payé pour trahir le monde

  37. « ’il est habitué à faire cette cascade avec Tessa à bord » d’ailleurs je suis certes pas pilote de rallye mais le copilote qui tire le frein à main?
    sinon pour la mort du traître: on voit nettement l’explosion aller plus vite sur les côtés que derrière les 3 gentils mais c’est quand même bien près et pourtant on ne voit le con-con mourir qu’après (alors que de ce qu’on voit il était déjà bien grillé)
    et il y a 4 Dinobots et non 3 (le T-Rex + le Ptéro à 2 têtes + le Tricé + le hérisson = 4)
    pour finir la « critique » est pas vraiment fausse mais vu les autres films c’est pas dur … (personnellement du moins pire au pire: 1 puis 4 puis 2 et enfin 3)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s