Soon.

Lecteurs, lectrices,

« Point d’article ? Mais enfin, que fait la police ? » grognez-vous en passant pourtant quotidiennement devant ces affiches pour Divergente qui semblent pour votre serviteur l’équivalent cinématographique (moui, bon, on va dire que si) du Bat-signal. Alors déjà, sachez que la police est déjà bien occupée à fouiller les sous-bois, d’ailleurs si elle venait à trouver quelque chose, je ne suis au courant de rien et Diego peut le confirmer, quant au Bat-signal, j’aimerais qu’on laisse ce vieux bourgeois conservateur de Bruce Wayne là où il est.

Tout cela pour dire que du neuf arrive bientôt, parce que dans mon humble échoppe 2.0, on aime bien alimenter les étals de produits frais.

En attendant, je laisse les plus érudits de mes visiteurs continuer à expliquer aux autres dans les commentaires du précédent article que « Mais non ce film n’est pas de la merde : vous n’avez juste pas compris.« .

C’était donc ça.

Sur ce, je retourne travailler sur des projets top-secrets qui me permettent à la fois de trouver d’excellents prétextes pour mes retards, et surtout de me donner un côté mystérieux. On en reparle dans quelques semaines.

Maintenant, où diable ai-je mis ces horaires de cinéma ?

47 réponses à “Soon.

  1. Non mais oui je suis d’accord, c’est une grosse merde, mais bon, ils ont mis des millions dedans, donc c’est qu’il y a un sens caché, inaccessible au commun des mortels.

    • Moui du genre… »HE ON SAIT PAS QUOI FAIRE COMME BOUSE ALORS CADEAU », mais avec l’habituel accent wesheu qui caractérise ces bouffeurs de coke d’Hollywood, mon cher.

      Ah, qu’est-ce qu’on ferait sans eux pour nous distraire, hein?

      • Ah, mais si vous parlez de Snowpiercer, rappelez-vous que ce n’est pas du tout un film hollywoodien, mais un film sud-coréen avec une coproduction internationale. Il fallait bien ça pour se mettre au même niveau de débilité. Le navet grand spectacle n’est plus l’apanage d’Hollywood. Chouette… ?

      • Ainsi, la crétinité extrême n’est plus le seul apanage des américains? Zut alors! Moi qui pensait pouvoir conserver ma version manichéenne de ce monde : les américains d’un côté, et les autres…Du même côté, me voila bien déçu, et puis cela va perturber ma vision de l’humanité si même les coréens s’y mettent…

  2. Rien branler et le dire ?? Cette classe est décidément au niveau des spoilés : en dessous de tout.
    Ca se tient.

  3. J’attends le jour où vous ferez une critique d’Un Chien Andalou de Luis Bunuel (pour ceux qui ne connaissent pas, https://www.youtube.com/watch?v=R5K1ARvyvAc) :
    « Tout d’abord nous voyons une femme complètement greluche se faire couper l’œil au rasoir, puis un second plan nous montre une main d’où sortent des fourmis. Pourquoi ? Comme ça. Le scénario de ce film est complètement incompréhensible et mal fichu, ce film est donc une bouse et à coup sûr, il ne marquera pas l’histoire du cinéma ».

    A coup sûr, vous avez su percevoir toutes les richesses et les subtilités du cinéma, cher Odieux.

    • Il l’a tellement bien marquée (l’histoire du cinéma) que je ne savais même pas qu’il existait avant de voir la vidéo que vous venez de mettre en lien…
      Il est vrai que si le scénar est de Salvator Dali, ilt est obligatoirement incompréhensible…

      :lol:
      Mais, bon, je suis loin d’être une référence en matière de cinéma…

    • La seule différence étant que Bunuel ne prétendait pas faire un film avec un scénario, pas comme d’autres…

      • Oui, à cela près que Bunuel et Dali prétendaient écrire un scénario : “Dali et moi, en travaillant sur le scénario d’Un chien andalou, nous pratiquions une sorte d’écriture automatique, nous étions surréalistes sans l’étiquette.” (Mon dernier soupir, Luis Buñuel – Ramsay Poche Cinéma, 1986, p.127.)

      • Je me suis mal exprimé, je voulais dire un film au scénario cohérent

    • Je crois que vous touchez un des points particulièrement mis en avant par ici : ce n’est pas parce que c’est écrit dans un but artistique par des gens doués et renommés que c’est automatiquement génial, et cela même si ça a influencé d’autres réalisateurs… et ce n’est pas en citant d’autres œuvres qu’on peut tout dédouaner… ;)

      • Et inversement, je vous dirais que ce n’est pas parce qu’un film vous laisse perplexe et vous pose question que c’est une bouse. L’intérêt peut se situer au delà du simple enchaînement logique des séquences d’un scénario.

    • Puisqu’on parle de subtilités et de charmes du cinéma… Vous comparez Un Chien Andalou de Bunuel et Dali au Snowpiercer, là? Sérieux?
      Et Katniss Everdeen, c’est la Scarlett O’Hara du XXI tant qu’on y est et l’odieux n’y aurait rien compris? Ahhh, mais c’était ça ce petit côté agaçant à toujours faire ou dire des conneries et à vouloir les plus belles robes… Bah tiens!

      • Je n’ai pas parlé du Snowpiercer. Je parle simplement de la volonté systématique de disqualifier un film parce que son scénario ne serait pas cohérent. Mon propos est de souligner que l’intérêt d’un film n’est pas que dans son scénario, et que c’est justement ce qui fait la richesse du cinéma. Dès lors, s’obstiner à mettre tous les films sur le même plan en démontant leur scénario peut parfois conduire à des contre-sens.

      • @chartistounette

        Tout à fait d’accord, mais alors que l’on vienne pas présenter le film ainsi (exemple pour Divergente):
        « Le suspense constant, le scénario malin et la mise en scène dynamique donnent envie de découvrir la suite de cette trilogie » (20 minutes)
        Parce que, là, il mérite alors amplement de ce faire copieusement décortiquer.

        D’un autre côté, même les critiques ont du mal à cacher leur désarroi devant ce film, on y voit un début de sincérité:
        « Neil Burger signe une fable d’anticipation spectaculaire mais ne parvient pas à masquer les failles d’un scénario survolant les thèmes du roman d’origine (…) au profit de scènes d’action répétitives.  » (Télé 7 jours)

        D’un autre côté, et je suis désolé pour Veronica Roth, mais le thème lui-même me laisse septique :
        L’humanité (à Chicago dans l’histoire) est séparée en 5 groupes, selon la mentalité de chacun. Sachant que vous êtes élevés, jusqu’à vos 16 ans, par vos parents (qui sont du même groupe), des tests d’aptitude sont effectués pour identifier à quel groupe vous appartenez réellement (des fois qu’ils aient salopé leur éducation).
        Et, là, VOUS NE POUVEZ APPARTENIR QU’A UN SEUL GROUPE.
        Pas question d’être altruiste et sincère.
        Impossible qu’un érudit soit audacieux.
        Non, c’est vraiment trop rare ce genre de situation (surtout quand on connait le test à passer, qui affine à la hache pour déterminer votre mentalité, dans le livre en tout cas).

  4. Taper sur Divergente (et tous ses frères et sœurs consanguins de la littérature pour jeunes adultes) c’est facile, ça coute pas cher mais c’est nécessaire.

    Une sorte de self défense.

     » c’est eux qui ont commencé mr le juge « 

    • À 10 € la place de cinéma, si, ça coute cher.
      À l’Odieux Connard, la Patrie reconnaissante.

      • Au temps pour moi : j’avais oublié que certains payent pour admirer toutes ces merdes.

        Merci Odieux Connard !

  5. Rien sur Captain America 2? Là vous me surprenez, camarade.
    Le film est pourtant un « honnête divertissement avec moult explosions », et qui a du succès à la fois auprès du public et des critiques. Je m’étonne donc que cela ne vous ai pas motivé pour chercher la petite bête et nous pondre une note bien pimentée dont vous avez le secret.

    Au plaisir de vous lire à nouveau, O.C.
    de préférence, avant quelques semaines ;)

    • Non, selon les réalisateurs, il s’agit d’un « thriller politique » … (retenez vos rires)

      • C’nest pas forcément faux…Avec la dose de coke journalière d’hollywood…Et quelques étoiles rouges en prime, ça f’sait longtemps.

  6. Mais, divergente, c’est bien, mais c’est commun. Noé, ça a plus la classe : du sujet biblique, du « vous allez-vous aimez les-uns-les-autres bande de connards ». Que du bon quoi !
    Je suis sûr qu’il y a ça sur vos horaires de films.

    • Ça risque, en effet, d’être énorme. Je vois d’ici Noé en train de couper des arbres à la main grâce à la puissance divine, Noé qui dompte un lion avec un bâton car Dieu il est trop fort, et des trucs du genre « que la Foi soit avec toi » ou « je vais te faire ravaler tes péchés à coup de tatane dans le patapouf ». Ça va être un sacré sujet, sans mauvais jeu de mot.

  7. J’ai vu Divergente.
    Prenez des notes, car même vous, vous risquez de manquer des trucs tant il y en a.
    À croire que le script est un cadeau d’un de vos lecteurs.

  8. Je proteste : je viens de finir la lecture intégrale du blog, je n’ai plus ma dose quotidienne, le manque me gagne!!
    Sinon, dans les suggestions ci-dessous, je plébiscite Noé. Captain America serait la facilité : même moi, qui suis très bon public, j’ai relevé des incohérences grosses comme l’écran.

  9. Vous avez oublié les horaires à côté de la pelle, comme d’habitude.
    Si vous rangiez un peu, vous le sauriez, mais comme vous laissez tout traîner, c’est le bordel.
    C’est pas étonnant que vous soyez à la bourre pour sortir vos articles.
    La prochaine fois, il faudrait qu’on laisse une femme mettre un peu d’ordre là dedans avant de l’enterrer.

  10. Oh, Divergente, j’attends l’article avec impatience. Rien qu’en lisant le livre on voit la catastrophe que ça peut donner en film, il y a de quoi rire!

  11. Non, le prochain article n’est pas dans quelques semaines. Le prochain article sera là bientôt, car comme il le dit, il faut des produits frais dans son échoppe (et du sang frais à la cave). Par contre, il a des projets en cours qui le tiennent occupé, et dont il nous parlera d’ici quelques semaines. Il faut suivre un peu, que diable!

  12. Cher Odieux je vous conseille Noé, ceux pour une raison très simple, il ne s’agit pas d’une adaptation d’une licence déjà existent ! Vous en rêviez je le sais, cela est même marqué sur l’affiche de Snowpiercer de votre précédent spoil !
    Bon certes, je le reconnais, il ne s’agit pas tout à fait d’une histoire originale. Ceci dit, l’adaptation d’une histoire biblique présente à un incroyable avantage : grâce aux multiples interprétations que l’on peut faire des saintes écritures nul ne pourra accuser le film de profaner le support original. De plus, ce film permet de faire connaître à un large public l’incroyable vie de Noé ?

    D’ailleurs chers Odieux, êtes-vous familier avec son récit ? Au cas ou ce ne serait pas le cas, permettez-moi de vous le résumer brièvement à l’aide de la bande annonce du film.
    Noé est un père de famille qui un beau jour reçois une mission divine de la part de Dieu lui-même : il doit construire une grande arche de bois afin de faire face à… heu… une armée et heu… à un moment il invoque des serpents pour l’aider et… oula, je ne me souvenais pas de l’histoire ainsi moi. Heureusement que le film est là.

    Sinon, si vous êtes tenté par le cinéma français je vous conseille La crème de la crème. C’est l’histoire de gens en costume charment des filles avec de l’alcool et ou l’on affirme que les pauvres le resteront toute leur vie, je suis sûr que vous devriez vous y reconnaître. Ceci dit je dois avouer que le film n’atteins pas à votre niveau, si on y bois de l’alcool ce n’est pas bas du brandy, les belles filles sont tout de même un peu des putes et les fumeurs préfèrent la cigarette au cigare. Cependant à un moment on évoque un « club des amateurs de cigare ».
    Ah oui, on y retrouve quelques incohérences et autres joyeusetés aussi. Une fille se retrouve dans la chambre de l’un des personnages juste après l’avoir envoyé balader, dès les cinq premières minutes on nous annonce que des personnages ne sont pas dans la même année mais suivent tout de même les cours ensemble, un autre disparaît en plein milieu du film… Ah, et la fin est sublime ! Je crois que les producteurs se sont rendu compte au dernier moment que le budget qui leur restait ne les permettaient guère plus de tourner qu’une minute de film avant le générique de fin. A moins qu’il n’ait été utilisé pour permettre aux « belles filles » de faire des heures supplémentaires après les prises…

    • D’un autre côté, le Gorafi….
      Mais il est vrai que cet article doit avoir une grosse, très grosse, part de vérité.
      Lorsque l’on écoute les interprétations et encensements qui sont faits sur des œuvres dignes d’un enfant de 5 ans, oui, c’est du foutage de gueule.

      • Le propre de la caricature étant d’exagérer certains aspects de la réalité, l’article du Gorafi est juste dans le ton :)

  13. Une solution qui pourrait résoudre partiellement le problème d’absence de menu sur ce blog, sans aucun effort : au lieu d’afficher les articles en entier, optez pour l’option qui permet d’afficher seulement le début. Cela deviendra plus facile de descendre dans les pages à la recherche d’un article.

    Et OUI, j’ai autre chose à foutre que de penser à ça… mais c’est lourd, c’est tout ^^

  14. « En attendant, je laisse les plus érudits de mes visiteurs continuer à expliquer aux autres dans les commentaires du précédent article que « Mais non ce film n’est pas de la merde : vous n’avez juste pas compris. ». »

    On sent l’amour du débat constructif, celui où on sait qu’on a convaincu par la solidité de ses arguments, où on a pris le temps d’écouter ceux de l’adversaire, au risque de s’instruire. La classe, tout simplement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s