Rire, c’est mal.

Ces derniers temps, le net pullule d’articles sur l’humour.

Non pas pour expliquer qu’il ne suffit pas de glisser un chat dans n’importe quoi pour instantanément créer une situation hilarante à diffuser sur Youtube (par pur esprit scientifique, j’ai essayé avec un micro-ondes et je n’ai en effet pas obtenu l’effet escompté, déception), mais surtout pour se lancer dans de grandes explications sur le danger que représente le fait de laisser autrui faire de bons mots en toute liberté. Parce que oui, forbans, vous ne le saviez pas, mais vous collaborez en fait aux idéologies les plus nauséabondes en osant rire de tout. Vous me dégoûtez.

Aussitôt, donc, chacun sort son Nécronomicon et tente d’invoquer Coluche ou Desproges à la rescousse, parce que comme le disait un certain Nagash « Pour impressionner l’ennemi, rien de mieux que de ramener les morts sur le tapis« . Et ce qui est magique avec la nécromancie, c’est que tout le monde fait dire aux morts ce qu’il veut, faisant qu’ils sont en général d’accord avec le dernier qui parle. Alors que bon, hein, si vous invoquiez vraiment les morts, tout ce que vous auriez c’est probablement des sons comme « Greuuuh« , « Gruuuh » ou éventuellement le rugissement délicat du fusil à pompe. Mais là n’est pas le sujet.

Car le sujet, on va le reprendre avec des mots simples. Parce que visiblement, c’est encore un peu compliqué pour certains.

Allons-y, donc pour :

POURQUOI RIRE DE TOUT, C’EST MAL

En 5 excellentes raisons

(et à base de vrais arguments de vrais gens venus du vrai internet, oui Madame.)

Et comme je suis sympa, je vous mets un chaton qui rigole pour réconcilier tout le monde. Ah non mais je suis comme ça.

Argument numéro 1 : « Nan mais l’humour noir, ça diffuse des préjugés et l’oppression« 

Commençons par l’argument favori des chevaliers blancs qui, montés sur Twittère, leur fidèle destrier, expliquent tranquillement que vous, lecteurs, vous êtes de fieffés rabouins. A savoir que lorsque vous ricanez de quelque chose avec quelqu’un, aussitôt, c’est que vous adhérez à ce quelque chose (si, si). J’en déduis donc qu’après plus de 4 ans de blog, je m’adresse ici même à une horde de nazis-machistes-violeurs-tueurs-d’enfants-et-de-chatons. Nul doute que vous lisez ce blog depuis un quelconque bois joli où vous avez trouvé un peu de réseau, les fesses posées sur la tombe fraîchement creusée de votre dernière conquête.

Pire encore : je ne parle même pas des damoiselles qui lisent ce blog ; à ce stade, je pense qu’elles se sont transformées en hommes. N’oubliez pas d’en profiter pour gratter 25% de salaire, les filles.

Où en étais-je ? Ah oui.

De manière amusante, ce sont les mêmes loups qui chantent en cœur lorsqu’une journaliste s’exclame que les jeux vidéos violents rendent violents que, hohoho, quelle andouille : les jeux vidéo, c’est de la détente de l’esprit. Le vrai problème, c’est si les gens confondent virtuel et réalité, pffff tout le monde le sait. Par contre, deux minutes plus tard, quand vous sortez un quelconque calembour plutôt noir, on vous explique que holala, non, parce que ça transmet des idées noires, arrête tout de suite espèce de danger public ! Et que toutes les études le prouvent : 100% des vilains rigolent aux blagues vilaines. C’est donc bien la preuve que l’humour noir est coupable de tous les maux.

Diable, et moi qui pensais que comme pour le jeu vidéo, l’humour était simplement un moment de détente de l’esprit qu’il ne fallait pas confondre avec la réalité, me voilà bien attrapé.

Donc sachez-le :

Les blagues nazies rendent nazi.

Reste donc à savoir si les blagues catholiques rendent catholiques, auquel cas le Pape a un gros boulot de stand-up.

Après, je me trompe peut-être, mais il paraîtrait que l’humour reposerait sur le fait de faire confiance à l’intelligence de son interlocuteur. S’il croit tout ce que vous lui dites, le problème n’est peut-être alors pas tant votre blague que le fait qu’il soit un petit peu con. Ou qu’il s’agit d’un caniche nain. Mais si vous en êtes à échanger des bons mots avec des caniches nains, c’est soit que vous êtes vous même un fabuleux être canin, auquel cas dégage ce ce blog Kiki, tu fous des poils plein le clavier, soit vous êtes Paris Hilton.

Notez que dans le premier cas, il y a encore une chance de faire quelque chose de vous.

Argument numéro 2 : « Moi ça me choque, alors tu n’as pas à le faire« 

Puisqu’invoquer des morts est à la mode, laissez-moi sortir Victor Hugo de sa nécroball (je travaille sur une nouvelle version de Pokémon où on joue un type qui doit capturer des morts célèbres, mais on m’a refusé la première version où le héros s’appelait « Emile Louis », flûte) et sa célèbre maxime « Le calembour est un pet de l’esprit« .

Si l’on peut légitimement en déduire que Philippe Geluck a une fâcheuse addiction au cassoulet, il n’en faut pas moins reconnaître qu’il s’agit là d’une bien belle métaphore. Car en effet, dans l’allégorie du prout, fort utile puisque compréhensible même par les utilisateurs de Skyblogs, on note qu’il est en effet bien malvenu d’imposer ses méphitiques exhalaisons à son prochain, comme ça, au pied levé (si vous me passez l’expression).

Donc disais-je pour rester dans l’esprit de l’allégorie, vous n’entrez pas dans le bureau d’un inconnu pour y relâcher vos entrailles façon trompettes de Jericho. Ou alors, si vous le faites, vous êtes une sorte de Fantomas pétomane, j’espère alors au moins que vous avertissez la police de vos prochains méfaits avant de sévir avec panache. Passons. En général, vous relâchez plutôt vos entrailles uniquement lorsque vous êtes en présence de gens que vous connaissez suffisamment pour savoir qu’ils vous ne le reprocheront pas (ou dans le métro quand il y a du bruit et que vous faites ensuite votre tête indignée pour ne pas vous faire chopper, on vous connait petits malins). Ainsi, il est donc aussi aisé de traiter quelqu’un de gros cochon pour avoir décidé de souiller vos narines que d’expliquer à quelqu’un qu’il serait bien aimable de ne pas souiller vos oreilles avec ses calembours (qu’ils soient d’humour noir ou non : ils peuvent juste être nuls).

Jusqu’ici, ça donne donc raison aux détracteurs de l’humour noir. Mais en fait, non.

Parce que tout comme se soulager n’importe où est quelque peu cavalier et n’illuminera pas forcément la journée de toute l’assistance, il n’y a rien de bien glorieux à aller renifler les cucus. Ainsi, je suis toujours émerveillé lorsque quelqu’un va voir un spectacle/film/site ou que sais-je avant d’exiger que celui-ci change sur le champ ou disparaisse parce que l’humour local ne lui plait pas. Quand on vous ne l’impose pas et que c’est vous qui y foncez, ça devient quand même un peu pervers : c’est un peu comme aller sur Youporn (oui, c’est ça, effacez votre historique, on va dire que j’ai rien vu) et crier que l’on a vu des gens tout nus.

La morale de cette histoire, c’est que l’on a pas à frotter son cucu dans le nez de n’importe qui, tout comme n’importe qui n’a pas à se plaindre s’il vient jouer les teckels à la truffe fougueuse.

Là on me dira que je plagie Desproges, mais comme déjà dit, sa célèbre maxime ayant déjà été tournée et retournée en tous sens pour donner raisons à tous les camps, évitons donc l’arrivée massive de cavaliers blancs pour expliquer que « Hahaha, nan mais en fait, t’as pas compris : en fait il me donne raison à moi« . C’est l’avantage de mes propres citations en lieu et place : en général, ça devient compliqué d’expliquer que je ne les ai pas comprises.

Ce qui ne veut pas dire que ça n’a pas été tenté. Mais bon : passons, et remontons un peu le niveau après ce passage quelque peu anal (Freud, si tu nous regardes)

Rappelons que Victor Hugo n’avait pas vraiment une tête à faire des blagues sur les prouts, mais plutôt du genre à venir tuer toute fa famille si tu ne rigolais pas.

Argument numéro 3 :« Tu peux te moquer des intolérants, pas des victimes de l’intolérance« 

Un de mes arguments préférés, et accessoirement l’un des plus utilisés, puisque servant à remettre des bons points, à savoir :

« Si tu te moques des intolérants, c’est de l’humour noir, c’est rigolo« 

« Si tu te moques des victimes, c’est une blague discriminante et tu es un gros vilain« 

En même temps, je peux aussi vous reformuler cet argument ainsi : « Tu peux faire de l’humour noir, mais alors uniquement contre qui je veux.« . Un argument particulièrement puissant, vous en conviendrez, qui ressemble un peu à celui d’un enfant de 8 ans expliquant qu’il veut bien qu’on se moque, mais alors pas de lui parce que c’est pas rigolo. J’imagine que ce genre de réflexion vient tout droit d’un quelconque passé trouble dans lequel tirages de slips et vols de billes ont été légion.

Si l’argumentaire s’étoffe souvent de l’habituel refrain sur les préjugés qu’il ne faut pas encourager, car les préjugés, c’est mal, on notera que les utilisateurs de pareille artillerie verbale ne sont pas les derniers à mettre dans le même paquet leurs opposants en leur collant diverses étiquettes et autres mots en « -iste » pour aller plus vite. Bon, remarquez, ça colle toujours à la logique de l’enfant de 8 ans, mais tout de même. Enfin, voilà qui enchante mes journées.

Bref : « L’humour noir, oui, mais alors uniquement dans la gueule des méchants, et c’est moi qui dis qui est méchant, et puis il faut bien préciser que c’est contre eux, parce que si c’est un peu subtil et qu’on rit d’un préjugé, je comprends pas« .

De là à penser que nous avons simplement affaire à des gens qui voient l’humour noir comme une arme que seuls les gens d’accord avec eux devraient brandir parce que sinon c’est nul, il n’y a qu’un pas que je franchis en dansant le tango. Enfin je dis ça, c’est surtout pour caser que je danse très bien le tango, hein.

Argument numéro 4 : « Tu peux faire de l’humour positif, qui ne se moque de personne« 

Hélas, le sens de l’humour ne fonctionnant pas à la demande, parfois on trouve rigolo de se moquer de gens, comme par exemple Nicolas Cage. Et comme en plus il nous donne plein d’opportunités de le faire, que demande le peuple ? Ce serait criminel de s’en priver.

On peut aussi à la place faire des tartes au citron, décorer des cupcakes ou chevaucher des licornes, mais des fois, on préfère ne pas être gentil. C’est sûrement très méchant, mais en même temps, comme le monde n’est pas constitué de forêts de barbe à papa et de rivières de caramel avec ici ou là des champs de Chocapic, ça parait à peu près crédible de ne pas toujours avoir les yeux pétillants comme un personnage de manga. Dans un monde froid et cruel, parfois, il fait bon mettre des coups de pelle dans la gueule, le tout en écrasant son cigare sur le front d’un stagiaire bénévole.

Après, si vous vous sentez en danger, rassurez-vous gentilles gens : il existe des endroits où les espèces protégées peuvent se rendre sans risque d’être inquiétées. Des forums où chaque signature est un ode à l’amour, une peinture multicolore de bambins souriants et de papillons enchantés. Ces lieux enchanteurs, ce sont les forums de Doctissimo. Va, vole, roule-toi avec tes comparses dans des messages positifs !

Mais si c’est pour aller sur 4chan expliquer qu’il faudrait penser à être gentil et sérieux, il va falloir penser à consulter.

La brigade des gentils devant son quartier général de Baden-Baden

Argument numéro 5 : « Non mais du coup on peut dire n’importe quoi et se cacher derrière le principe d’humour ! »

Drame : les gens pourraient dire n’importe quoi.

Je tremble rien qu’ à cette idée. Ça devrait être interdit.

Heureusement, et jusqu’à preuve du contraire, il se trouve que contrairement à ce que cet argument laisse entendre, aucun champ de force ne se déploie autour de l’auteur d’un calembour lorsqu’il s’en défend, à part éventuellement s’il s’agit du capitaine Kirk, mais lui se contente plutôt de raconter ses blagues à Spock, l’obligeant à écrire quotidiennement dans son journal galactique « Cher journal, j’ai encore fait un bide. Cette fois, j’étais pourtant sûr que ma blague raciste sur les Klingons marcherait, mais ce bougre de con a encore expliqué que mon trait d’humour était illogique. Je pense aller travailler pour Télé Poche« . Mais alors, comment est-ce que ça marche ? Observons les trois étapes clés.

  1. Quelqu’un dit quelque chose qui ne vous plait pas.
  2. Ça ne vous plait pas.

Si vous vous arrêtez là, il va y avoir un véritable problème de communication, d’où la troisième étape : « Je dis que ça ne me plait pas.« 

De là, deux options : soit votre interlocuteur a un sens des interactions sociales, et le drame s’arrête là, soit il insiste lourdement, auquel cas le problème n’est pas le principe d’humour, c’est juste que vous avez affaire à quelqu’un qui est con comme un bulot. Ou bien il peut aussi s’agir de Gégé de la compta, auquel cas il continuera de vous envoyer ses powerpoints de 1998 par mail. La meilleure solution reste donc d’apprendre à utiliser votre filtre à spams. Ce qui peut marcher aussi dans la vie : par exemple, lorsque l’on vient me demander une augmentation, mon cerveau classe automatiquement la conversation comme spam. C’est important, d’être organisé.

Après, si quelqu’un essaie de vous dire qu’il ne pensait pas ce qu’il vient de dire en faisant passer la chose pour un trait d’humour, en général, tout être humain normalement constitué est capable de distinguer ce qui tient de l’humour de ce qui tient du caca. Si chez vous, les deux se rejoignent, félicitations : je crois qu’Arthur prépare une nouvelle tournée.

Vous avez tout compris ? Alors attention, test !

Regardez bien la vidéo suivante, issue de gens encore vivants et qu’il est donc encore possible d’accuser de tout.

Prêts à subir l’horreur de l’indignation ? Alors en route !

En reprenant les arguments ci-dessus, vous avez donc deux options :

A) Ce sketch est à base d’idées racistes sans se moquer ouvertement des racistes, il est donc raciste, je demande son retrait de youtube

B) J’ai ri. Je suis donc un nazi.

Bon courage à vous, bande de sales collaborateurs de l’humour noir.

227 réponses à “Rire, c’est mal.

  1. Devrais-je donc à l’avenir chanter Heidi-Heido avant même d’avoir eu le temps de dire quelque chose plus ou moins salace ?
    Snif…
    (j’espère qu’ils font des promos sur les brassards, sinon ça ne va pas être tolérable pour mon portefeuille, qui lui, fera un vrai scandale. Ce batard)

    • C’est le problème avec les portefeuilles, comme tout bon comptable ils n’ont aucun sens de l’humour.

      (Je sens que la corporation des comptables va me traiter de sale nazi)

  2. ben merde merci maitre connard de m’ avoir ouvert les yeux: je suis un nazi homipgobe sexiste et certainement zoophile……
    bon du coup je vais me coucher le temps de digerer ca

  3. Mince, je suis un nazi… mais je m’en doutais un peu vu que je suis fan de Rammstein qui est un groupe nazi vu que ses membres sont allemands…

    • ils viennent d’allemagne de l’est je crois. ça fait de nous, leur fidèle public collabo, des nazis communistes. Ceci dit je comprends mal comment ils arrivent si facilement à me convertir à leur idéaux totalitaires vu que je comprends pas les paroles au delà du titre.

      • C’est là que ça devient insidieux, profiter notre ignorance dans les langues étrangères pour nous inculquer des messages séditieux de nazi communistes. Je suis sûr que si on écoute les chansons à l’envers on entend en plus des messages satanico-nihiliste.

  4. Quelle joie d’être une nazie-machiste-violeuse-tueuse-d’enfants-et-de-chatons. Enfin, un, vu que je suis un homme maintenant.

    Merci pour cet article, j’ai pouffé, comme d’habitude.
    (mais n’oubliez pas d’aller au cinéma hein, il y a tout plein d’affiches dans le métro qui me font frémir d’impatience)

  5. Rire de tout c’est dire que le monde est absurde, et ça c’est mal ça fait réfléchir et c’est pas ça qui va relancer la consommation ma brave dame.

    Ah Victor Hugo, le gars qui avait quand même la correction de faire tourner les tables pour te causer une fois qu’il t’avait occi, comme quoi on savait vivre à l’époque.

    L’humour positif, l’actualité heureuse, la presse responsable tout cela fait un peu Ministère de l’Amour et de la Vérité.

  6. Pour une fois, j’ai fait en sorte de ne pas rire ! Pas envie d’être vu comme un sexiste-homophobe-xénophobe-violeur d’enfants et de faibles femmes-meurtrier de masse de chatons et autres mignosités. Je tiens à ma vie sociale, Tudieu !

  7. Mon cher Odieux, quand l’intelligence dont vous parlez et à laquelle il nous faudrait faire confiance existe bel et bien…j’en veux pour preuve, les commentaires que je ne chercherais même pas à caractériser sur l’excellente (au demeurant) video que vous nous offrez ! Des commentaires à base de « les colons les plus envahissants, ils étaient tous arabo-musulmans »…(et les conquistadors, et les britanniques, mon cher petit, tu as la mémoire courte et étriquée!)…

    Enfin je n’ai plus le courage de lire et d’affronter ce genre de commentaires. Ça gâche singulièrement le plaisir de ce type d’humour. L’humour noir qui assombrit l’humeur en somme.
    Mais comme j’aimerais juste leur poster cet article à chacun d’entre eux en réponse.
    Enfin, tant qu’il y a l’odieux connard, il y a de l’espoir !

  8. Pour le sketch des Inconnus y’a quand meme d’autres options:

    C) J’ai ri parce que je un peu limité intellectuellement et je comprend pas en quoi ce sketch est raciste.

    D) J’ai ri parce que je suis super fan des inconnus et que je ne veux pas admettre que des mecs aussi brillants aient fait des sketchs racistes (et par consequent je suis fan de Dieudonné aussi).

    E) Je ne ris pas, parce que les blagues racistes ca me fait plus rire depuis le CM1, et je ne me sens pas obligé de dire aux autre gens de pas rire: je passe mon chemin.

    • Ou alors il est pas raciste en ce sens qu’il use de second degré au sujet du racisme, de la même façon que Starship trooper n’est pas patriotique ? (vision caricaturale de l’envahisseur qui arrive à bord d’un presse-agrume, carte derrière le colonel qui indique l’ANPE, connaissance par le public des Inconnus qui font des sketches décalés, tentatives ratées de dissimulation des envahisseurs… etc)

      • Ah… La fameuse logique:

        1. Je suis pas raciste
        2. Je fais une blague ou je ris a une blague ergo:
        3. La blague en question n’est pas raciste

        J’adore :)

      • De une: cet argument n’a pas été utilisé.
        De deux: il semblerait que tu ne comprennes décidément pas le sens de lecture du sketch.

        /!\ Spoiler!!§

        Il se moque des racistes, en ce sens qu’il montre une invasion sensée être dangereuse et menaçante, et ne faisant justement que reprendre les préjugés de base des racistes. Ridiculisant l’invasion fictive, il ridiculise ceux qui, dans la réalité, crient véritablement à une « invasion » par les étrangers.

        Dans un style semblable, on a ça:
        http://www.bouletcorp.com/blog/2009/07/09/pour-djou/

      • C’est pas un presse-agrume, c’est une couscoussière avec un couvercle de tajine je crois.

        Moi, la question que je me pose surtout, c’est combien de gens comprennent à quoi ça fait référence, en fait.
        Combien de gens ne connaissent pas l’original et ne retiendront de ce sketch que les accents stéréotypés ?

        Je veux bien donner dans la déconstruction, dire que l’œuvre n’a pas forcément besoin de tonnes de contexte pour être appréciée, mais si on fait un trip « mort de l’auteur », la moindre des choses est de ne pas accuser ensuite l’auteur des turpitudes qu’on croit déceler dans le texte. Sinon, c’est pas cohérent.

        Je termine avec ce sketch scandaleux, dans un autre registre et je vous pose la question : Peut-on rire de la souffrance d’autrui, et est-ce moral ?

        Typhon

      • @ typhon: ce n’est pas rire de la douleur d’autrui puisque ce n’est que jeux d’acteurs.

      • D’abord, rire d’une souffrance fictive, c’est quand même rire de la souffrance. Et que ce n’est que jeu d’acteur, ça, c’est que tu crois, Gérald.
        Lis un peu les commentaire sous la vidéo.

      • Et bien ? Les commentaires sous la vidéos sont plutôt bons,ils trouvent la vidéo drôle.
        Je ne vois pas ce qu’il y a de scandaleux là-dedans, pouvez-vous m’expliquer ?

      • @Typhon : ce sketch ne discrimine pas la souffrance, mais plutôt le hollandais et les jeux télévisés. Non ?

  9. Auriez-vous déjà regardé My Little Pony (dernière génération), cher Odieux? « On peut aussi à la place faire des tartes au citron, décorer des cupcakes ou chevaucher des licornes, mais des fois, on préfère ne pas être gentil. C’est sûrement très méchant, mais en même temps, comme le monde n’est pas constitué de forêts de barbe à papa et de rivières de caramel avec ici ou là des champs de Chocapic, ça parait à peu près crédible de ne pas toujours avoir les yeux pétillants comme un personnage de manga. », puis bien entendu l’image de la brigade des gentils avec Pinkie Pie en fond. Si c’est le cas et avec cette superbe référence à Discord, j’approuve. Cependant, vous n’avez pas remarqué le principal sur l’image: un gentil qui tente de rouler une pelle à Pinkie Pie. Et oui.

    En ce qui concerne l’argument n°5, j’ai quand même quelque chose à rajouter.
    Il m’est déjà arrivé de me faire traiter de conne, dans le but de m’humilier, et lorsque j’ai protesté on m’a gentiment dit « non mais t’as aucun humour ». Je pense que tout le monde peut et doit avoir sa dose d’autodérision, mais il y a des limites. Si on faisait un montage très réaliste de moi en train de sucer une bite et qu’on le publiait sur internet « parce que c’est marrant », nul doute que je le prendrais très mal, et je pense que c’est totalement mon droit.
    Ma conclusion serait: L’humour c’est bien, mais seulement envers les personnes qu’on connait pas (genre, Nicolas Cage on va pas boire un verre avec lui tous les jours et il est du domaine public), ou alors ne pas balancer une pique humiliante en présence de la personne concernée (certains diront que c’est de l’hypocrisie et qu’on parle dans le dos blablabla, mais croyez moi je suis d’accord pour que les gens se foutent de ma gueule dans mon dos mais pas devant moi, c’est carrément un manque de respect!).
    Il y a une différence entre faire une blague sur les nems au chien en présence d’un chinois (n’importe lequel hein, chinois de Chine ou du Japon ou du Vietnam c’est pareil), et un « qu’est ce que t’es conne ma pauvre » qui ferait rire tout le monde sauf la personne concernée qui aurait plutôt envie de se foutre sous un tapis que d’être là.

    (Pardon d’avance si j’ai repris des éléments déjà dans l’article, je dois avouer que j’ai eu du mal à me concentrer dessus donc je peux avoir raté quelques passages :/)

    • humour =/= humiliation
      devons nous en conclure que vous fréquentez des personnes tantôt subtiles comme un film avec kad merad tantôt irritantes comme des aoutâts ?

      personnellement ça ne me dérange pas qu’on se foute de ma gueule, tânt que c’est fin et bien fait. il y a des aiguilles qui piquent et qui grattent et il y a des aiguilles fines qu’on ne sent pas et qui peuvent meme guérir de certaines choses.
      il y a les piqures d’insectes venimeux et l’acupuncture !

      • Pour continuer dans la métaphore des aiguilles, si c’est pas des piques mais des seringues ou des couteaux que tu te prends quotidiennement? Genre la fille un peu ronde qui tout les jours se prends des blagues sur les gros dans la face

        Elle a le droit de mal le prendre où c’est juste de l’intolérance de sa part de se sentir vexée par des blagues qui la visent?

    • A ta place ,j’aurais peur d’attirer l’attention de l’OC sur MLP.

      Déjà qu’il n’est pas tendre dans ses écrits avec les geeks et les rôlistes, s’il devient Brony, on va avoir trés mal et ça va faire pleurer Fluttershy.

    • Certaines personnes ici vont te dire que l’accumulation de clichés sur les juifs est une caricature des antisemites :) Je prefere pas repondre a ce genre d’argument personellement tellement c’est bas de plafond, mais bon courage d’avance!

    • Certaines personnes ici vont te dire que certaines autres personnes ici te diront que l’accumulation de cliché sur les juifs est une caricature des antisémites :D
      C’est sur que ça vole pas bien haut mais ce qu’il faut comprendre, c’est que si tu ris, t’es nazi :D

      • Nope, faut apprendre a lire, je ne traite personne de raciste, encore moins de nazi.

      • lol Désolé je sais pas ce qui se passe j’ai plus le même pseudo qu’hier! Je sors du commentaire que tu cites!

      • Ah désolé :D Ce que je voulais dire, c’est que « Certaines personnes ici vont te dire que l’accumulation de clichés sur les juifs est une caricature des antisémites  » Çà revient à dire « certaines personnes diront qu’ici on se moque des antisémite pour pouvoir rire des juifs gratuitement »
        Je trouvais qu’on se rapprochais pas mal du thème de l’article !

      • J’ai du mal m’exprimer car c’est pas ce que je voulais dire. Je dois juste qu’on peut se foutre des racistes sans passer par les gros clichés racistes, c’est tout.

      • Mais tout a fait, ai-je dit a qui que ce soit de ne pas faire les blagues qu’ils voulaient ou de ne pas rire? :)

        Je dis simplement que pour envoyer un message ‘anti raciste’, la blague sera meilleure et souvent plus credible quand elle ne fait pas reference a des clichés racistes. Par exemple pour les Inconnus regarde le perso de Mr Rougemont dans les trois freres.

  10. Heil Connard !
    Za me rappelle une fois où 2 camarades de mon école avaient créé une page « 10.000 abonnés et on brûle un diabétique pour voir si ça fait du caramel ». Je n’avais même pas « liké » la page, mais via les 2 camarades sus-nommés, j’ai pu lire un commentaire indigné sur la page. D’humeur chafouine, j’ai commenté moi-même en disant que, puisqu’aujourd’hui on ne peut plus se moquer des juifs et des handicapés, on s’était rabattu sur les diabétiques. Le pauvre bougre, il a fallu ensuite lui expliquer à plusieurs reprises le concept du second degré.
    Mais ce n’est pas tout ! Une chevalière blanche (féminin de chevalier blanc, ça n’a rien à voir avec une bague…mais vous pouvez toujours essayer de l’enfiler si ça vous chante) s’est mise à nous alpaguer par message privé, et voyant le nom de notre école, envoyé un courrier au directeur…si, si… Les 2 élèves ont été convoqués chez lui, mais en fait surtout pour leur dire de faire attention à l’image qu’ils renvoyaient de l’établissement. Mais cette greluche était vraiment partie en croisade contre nous, j’avais beau lui dire qu’elle était libre de ne pas aller sur la page incriminée, que ça reste de la blague qu’on peut ne pas aimer, et puis je lui ai envoyé des liens vers des pages réellement homophobes et racistes, pour lui donner un vrai os à ronger.

    • Et en quoi lui montrer pire diminue la violence de la page ? Dire que si y a pire, c’est pas grave, c’est pas un raisonnement logique, c’est un sophisme, un raisonnement qui a l’air d’être logique, mais qui ne l’est pas.

      • Absolument!
        Le fait de dire « Oh c’est bon, ya des sites où les gens sont réellement homophobes donc on peut bien dire deux trois blague sur les gays » à un homo, c’est exactement la même chose que de dire:

        « Oh, c’est bon, dans des pays les filles se font exciser, donc si je fous une main au cul à une nanan de temps en temps, c’est pas si grave, vu que ya pire ».

        Ce serait à propos d’une aggression physique, tu te permettrais jamais ce genre d’argument. Mais comme c’est un truc verbal, c’est forcément moins grave.

    • Excellent! Je serai donc une fabrique à caramel qui s’ignore? On tente l ‘experience quand vous voulez!j’ai ‘hate de concurrencer Wherthers originals… A moins que cette collaboration soit compromise par l’héroine du jour ? :-)
      Mais sérieusemnt, il fallait vous attendre, de plus en plus de gens, pour se donner bonne conscience font de l’activisme 2.0 … Je connais un jean-paul Sartre qui doit se retourner à tte vitesse dans sa tombe… Assez en tt cas, pr règler les prbs de consommation en énergie de la France…

      • Non non, t’es juste un connard qui s’ignore, c’est déjà beaucoup plus commun!

        On a pas trop le choix de faire de l’activisme 2.0, c’est là que se développe le racisme ordinaire de nos jours! Parce que liker un page, lâcher trois commentaires et partager une image, ça coûte rien, et c’est super simple de se réfugier derrière son écran en disant « Oh ça va, c’est de l’humour, et puis si ça te plait pas tu viens pas voir ça ».
        Seul problème: Internet n’est pas un espace privé où tu peux balancer tes blagues dans ton cercle de potes. C’est un espaces public où tout le monde peut passer, notamment des gens qui se sentent vexés et donc blessé, et aussi des gens qui croient à ce que tu raconte. Et qui se sentent donc conforté dans leurs préjugés!
        Du coup oui, on se lance dans l’activisme 2.0, mais c’est juste pour contrebalancer le racisme 2.0.

        Et tu notera aussi que de plus en plus de gens se lancent dans le second degré et l’humour noir sans avoir jamais pratiqué avant, sans même être drôle en fait, juste parce qu’ils ont vu toutes les saisons de Dr. House et qu’ils espèrent pouvoir avoir le même charisme un jour.

        Big news: c’est pas en citant des gens morts et en blaguant sur un des sujets les plus communs que t’y arrivera! Faire de la provoc juste pour le plaisir ça ne sert à rien, c’est juste de l’onanisme intellectuel (« oh oui, je suis subversif »).

        Par exemple ta phrase
        « Excellent! Je serai donc une fabrique à caramel qui s’ignore? On tente l ‘experience quand vous voulez!j’ai ‘hate de concurrencer Wherthers originals… A moins que cette collaboration soit compromise par l’héroine du jour ? »
        Elle est censé prouver quoi cette phrase là? Quel est l’argument derrière? Personnellement j’en vois aucun, mais si il y en a un, n’hésite pas à m’instruire!

        Pour moi, cette phrase veut juste dire que tu fais de la provoc pour le simple plaisir de la provoc, sans aucune réflexion derrière. Mais c’est absolument pas de la provoc vu que tout le monde fait la même chose. Tout le monde balance des blagues sur les handicapés, les noirs, les juifs, les homos, les blondes… Du coup c’est plus du tout cynique et subversif de le faire, c’est juste commun.

        PS: moi aussi j’ai mis un mot qui fait savant: onanisme! Du coup j’ai un point en plus? On bien on s’accorde sur le fait que citer des mots savants, c’est comme citer des personnalités mortes sans développer leur pensée, ça apporte rien à la discussion?

    • Et rire de la Shoah pour donner du crédit a un negationiste c’est quoi? Effectivement Dieudo est un génie, mais ça n’excuse pas certains de ses « sketches ».

      • En effet, beaucoup s’accordent à dire qu’il à du talent, mais que certains de ses partis pris sont contestables, et qu’il a parfois dépassé les bornes.

      • On est d’accord donc, il y a des bornes et l’humour n’existe pas dans une petite bulle a part qui serait intouchable :)

      • Rire de la Shoah, c’est vrai que j’ai beaucoup plus de mal, parce que mon grand-père est mort à Auschwitz: il est tombé d’un mirador!

        PS: Est-ce que je donne du crédit au négationnisme avec cette petite blague pas bien méchante? Sincèrement, je ne pense pas,

      • Non je pense pas non plus. Mais c’est pas de ce genre de blague que je parle en fait, je faisais allusion a son sketch en collaboration avec Faurisson, ou ils disent en gros une seule chose: la Shoah n’a pas eu lieu.

      • Et rire de la Shoah pour donner du crédit a un negationiste c’est quoi?
        ==> est-ce un argument rapporté? ou es-tu allé vérifier plus loin?

        Pour ma part, j’ai toujours pris cet argument sans vérifier. Et un jour j’ai vérifié. J’ai écouté les sketchs et spectacles de Dieudonné. J’ai écouté son sketch « où » il a dérapé. J’ai regardé qui était Faurisson, ce qu’il avait à dire. Bref j’ai essayé de comprendre pourquoi on faisait tout ce bruit, et au final, je ne peux pas être aussi catégorique que « Dieudo est un anti-semite », « Faurisson is evil », etc. Parce que ce n’est pas ce que j’ai vu et que dire « il ne faut pas écouter ces gens car ils sont mauvais » n’est pas une argumentation suffisante (d’ailleurs, dans ce cas particulier je n’ai jamais vu une argumentation construite ni contre Dieudonné, ni contre Faurisson, je vois juste du bashing et encore du bashing)

        Bref, il faut faire attention à « la paresse intellectuel » qui consiste à prendre tout ce que nous donne la « police de la pensée » (nos média, nos dirigeant, nos « maitres ») et à la recracher tel quel.

      • Ca n’est pas ce que j’ai dit. Je parle pas du sketch ou il a dérapé, je parle de ca:

        Alors je ne dis pas que Dieudo est antisemite, je dis que Faurisson est negationsite et Dieudonné l’aide purement et simplement a diffuser son message negationiste. Je ne dis pas « n’ecoutez pas les gens parce qu’ils sont mauvais », il faut arreter de refuser de remettre en question les propos des gens sous pretextes qu’ils ne sont pas racistes, antisemites, ou autre…

        Alors je veux bien qu’on me dise que je fais du bashing moi, pas de probleme. Donne moi juste ton avis sur cette video et apres on reprend la discussion.

      • Merci d’avoir répondu.

        Juste, je voulais préciser: tout ce que j’ai écrit à partir de « Pour ma part » était généraliste et je ne te tirais pas dessus à boulet à rouge.

        J’ai regardé la vidéo. Je trouve ça très drôle et très fort. C’est une critique, humoristique, très acerbe qui dénonce la « police de la pensée ». « Police de la pensée » sur la Shoah dans ce cas-ci.

      • Pas de souci. Apres pour l’interpretation de la video je pense qu’on pourra pas etre d’accord. Deja je trouve que l’humour vole pas bien haut (enfin ca c’est mon point de vue bien sur), mais surtout le message que j’en tire est pas le meme – pour tout avouer j’ai eu quelques haut-le-coeur surtout au debut. Le gros probleme pour moi, au dela du message negationiste, c’est le gros amalgame entre ‘communauté juive’ et ‘scionistes/israeliens’.

        Enfin bref, tu l’interpretes comme tu veux bien sur, moi personnellement ce genre de video me pose probleme. Un peu comme quand il interview Serge Ayoub pour tomber d’accord avec lui sur… tout.

      • Pour ce qui est de la police de la pensée en l’occurence je suis pas sur qu’elle existe. Pour moi il y a les faits: la Shoah a eu lieu. Apres tu as deux types de personnes, ceux qui acceptent les faits et ceux qui veulent absolument les remettre en question malgré les preves reelles.

        Malheureusement Dieudo et Faurisson sont dans cette deuxieme categorie. Je dis pas qu’ils ont pas le droit mais je pense que ce genre de fonctionnement est quand meme dangeureux (a une certaine echelle bien sur).

      • Ok, nous n’en avons pas la même interprétation (soit, ça arrive :)

        Pour revenir sur deux points:
        Je ne vois pas trop d’amalgame ‘communauté juive’ et ‘scionistes/israeliens’: ils sont clairement dans le rôle de maître à penser (je mets ça du côté sioniste). Bon, je peux me tromper.

        > Pour moi il y a les faits: la Shoah a eu lieu. Apres tu as deux types de personnes, ceux qui acceptent les faits et ceux qui veulent absolument les remettre en question malgré les preves reelles.
        ==> y’a deux mois (environs), j’ai vu une vidéo d’un journaliste qui interviewait Alexandre Astier. Le journaliste a essayé de faire un lien de ce type:
        Alexandre Astier a dit qu’il aimait bien Dieudonné (son jeu d’acteur, humour, etc.); Dieudonné, auquel on a fait des procès sur son antisémitisme; Dieudonné qui a invité Faurisson sur scène. etc.
        Bref, L’Alexandre Astier que j’adorais est passé à deux doigt d’être un antisémite négationniste.
        Je me suis donc mis à regarder les vidéos (controversées) de Dieudonné puis celles de Faurisson. Et là, je me suis mis à ne plus comprendre. Côté Dieudonné, on le bash et il répond… on le rebash et il répond plus fort… je vois un gars à qui on a dit de se taire et d’aboyer comme les autres; et au lieu de ça, il s’est mis à mordre (son humour est devenu très incisif, beaucoup plus qu’avant 2005 et l’émission de Fogiel) ; et côté Faurisson, là j’ai vu un gars qui parle calmement et qui pose une suite d’arguments clairs et bien construits (enfin dans les 4-5 vidéos que j’ai vu) en rapport à l’évènement chambre à gaz et c’est tout (rien de litigieux, pas d’amalgame, et suffisamment simple pour qu’une contre argumentation réelle se mette en place). Je me suis donc mis en recherche d’une contre-argumentation construite contre les vidéos de Faurisson (celle-ci datant des années 1980 quand même)… et là: Rien… si j’ai vu des insultes, du bashing, des amalgames, des « ça sert à rien d’argumenter », etc. Mais rien de construit. (ai-je mal cherché?).
        Voilà en j’en suis, et voilà pourquoi je parle de « police de la pensée »: j’ai toujours eu le sentiment (à travers nos média) qu’il fallait haïr Dieudonné, Faurisson (et d’autres, dans d’autres contextes) alors que je ne les connaissais pas. Et maintenant que j’ai cherché, je me retrouve à avoir haï des épouvantails imaginaires….

      • C’est precisement le probleme dont je parle, tu mets le doigt bien dessus. Dieudonné joue dans la cours des grand negationnistes et leur donne tout le credit dont ils ont cruellement besoin. Et le danger est la, la preuve, tu en viens toi meme a te poser des questions – et je ne te connais pas mais je connais beaucoup de gens qui n’iraient pas remettre la Shoah en question sans les petits coups de pouces de Dieudo.

        Alors je n’ai pas etudié la question de Faurisson en detail, je l’avoue, ceci dit je ne pense pas qu’il faille aller chercher bien loin pour pouvoir lui trouver des contre arguments non plus. Je me trompe peut etre mais il me semble qu’il tombe dans la case des ‘hyper critiques’ – voir la page Wikipedia dedié a la négation de la Shoah:

        http://fr.wikipedia.org/wiki/N%C3%A9gation_de_la_Shoah

        Pour Alexandre Astier j’ai vu une interview ou il parle de Dieudo (on parle surement de la meme doit pas y en avoir 50), par contre son discours est un peu plus simple que ca. Si je me souviens bien il dit qu’il est juste pas d’accord avec le niveau de censure auquel Dieudo fait face, qu’il devrait avoir le droit de s’exprimer. Mais bon… Personellement je pense que l’empecher de s’exprimer (enfin plus exactement, de l’interdire de salle) ne fait que le reconforter dans ses posititions, du coup c’est surtout contre productif parce que ca ne fait que rallier plus de gens a sa cause.

      • C’est vrai que ce type de vidéo m’a amené à me poser des questions (comme tu le précise).
        Est-ce bien? Est-ce mal? hum… dur à dire… soit on essaie de me faire ouvrir les yeux, soit on me manipule…
        Ce que je vois: Il y a une polémique énorme, ça déchire les gens, une loi a été faite pour ça… et je ne trouve pas un document, un exposé (officiel ou pas) qui soit une contre argumentation claire à Faurisson :-/

        J’ai re-regardé les pages wikipédia. J’y trouve un parti pris énorme et pas de sincérité dans leur approche (peut-être afin de rester dans le politiquement correct?): lu comme ça, ça fait froid dans le dos.
        Mais sans neutralité c’est un froid dans le dos virtuel…
        Dire que Faurisson est dans les hyper critiques, soit, mais il ne faut pas que ça évite une contre-argumentation (ce qui resterai le plus efficace pour le désapprouver).

      • Question de point de vue je pense. Pour moi les faits sont la, et on parle de quelqu’un qui va jusqu’a nier l’existence des chambre a gaz donc bon… Oui il y a peut etre un parti pris en effet mais en meme temps c’est pas evident de ne pas prendre parti quand on fait face a un type qui nie les faits en bloc.

        Enfin bref, pour moi ce type est dangereux, ce sketch la en l’occurence est dangereux, et le fait que ca soit de l’humour pour moi ne devrait pas justifier un discours negationiste. Apres on est d’accord ou pas mais y’a quand meme des lois comme tu fais bien de le rappeler.

      • juste une question, as-tu regardé une seule vidéo du gus?
        Car je n’arrive pas à comprendre jusqu’ou tu as été dans ta démarche intellectuelle.

        Les questions que je me pose, lorsque je dois avoir un avis aussi « dur » que le tien (opposé à souple), sur un sujet sont: « Mon propos se base-t-il sur ma connaissance du sujet ou sur mes croyances? Ma démarche est-elle sincère et sage? « 

    • @ Antoine B
      Ton point de vue n’est pas intéressant, étant donné que tu ne sais pas de quoi tu parles. Ce que toi, et les autres moutons du système n’arrivez pas à comprendre c’est que Dieudo n’attaque pas directement « les Juifs », il ne fait que se défendre et rendre les coups face à un adversaire qui le harcèle (procès, agression) depuis qu’il a osé critiquer la politique d’Israël. Bref, un homme digne quoi, il baisse pas son froc, le genre de mec qui aurait fait partie de la résistance pendant la seconde guerre mondiale. Car il fait passer sa dignité, son intégrité, son honneur avant son rang social.

      • Ahhh… Autant pour moi, merci de m’eclairer de ta lumiere salvatrice, grand sage que tu es. Je me prosterne devant une telle argumentation, rien a redire vraiment.

        Sinon en attendant pendant qu’on discute Dieudonné joue dans la cours du FN et des grands negationnistes et autres grands democrates d’extreme droite, qui eux non plus ne sont pas du tout antisemites c’est bien connu. Mais bon je vais arreter de parler vu que ce que je dis n’est pas interessant et que je ne sais evidemment pas de quoi je parle.

        Allez bonne nuit!

      • Je viens de relire ton commentaire, pour la prochaine fois j’ai une suggestion pour que tu puisse le refaire en une phrase ca te fera gagner du temps un peu: « Maiiiis euh vous etes vilains, il est pas antisemite il est antisionite, et puisqu’il le dit c’est que c’est vrai! »

      • Épargne moi ton ironie on gagnera du temps.
        Bien entendu que tu ne connais rien au « dossier » Dieudonné. Note que cela ne fait pas de toi un gentil ou un méchant ni un génie ou un connard, non. Tu as également le droit de ne pas le trouver drôle, car là est une question de gout personnel.
        Mais avant de pouvoir sérieusement critiquer la personne idéologiquement, il faut tout de même connaitre le dossier complet. Hors-tout ce que tu fait depuis le début, c’est de nous chier la propagande médiatique bien digérée.
        Alors non, ton caca n’est pas plus intéressant que celui de tf1.
        Dieudonné et FN c’est quoi le rapport? Non pas que ce soit une insulte hein, tu m’aurais dit « Dieudo fait un barbecue chez François Hollande » la j’aurais très certainement vomi un ananas.

        Ps: j’ai écrit ça avant ton dernier commentaire, mais vu les arguments qu’il apporte ce n’est pas très grave.

      • Ah mais il insiste le bougre. Dire a quelqu’un que tu ne connais pas qu’il ‘ne connait rien’ sur tel ou tel sujet est… comment dire… je cherche un adjectif qui ne soit pas pejoratif mais ce ne vient pas. Absurde me parait pas mal.

        Pour ce qui est de mes gouts personnels non seulement tu ne me connais pas mais je dois en deduire que tu ne sais pas lire. J’ai dit clairement que Dieudonné etait un genie. Bien evidemment ca n’engage que moi mais le fait est que niveau humour il reste un maitre incontesté. Donc le debat n’est pas la.

        Je ne vois pas de quelle propagande tu parles. Moi je parles depuis le debut d’un sketch, celui que j’ai partagé plus haut avec Faurisson. Enfin ceci dit s’il ne s’agissait que d’un sketch ca ne serait pas si grave.

        Si tu ne connais pas le rapport entre Dieudonné et Front National c’est que tu ne t’es pas assez bien renseigné. Le point commun entre Dieudonné, Alain Soral et JM LePen c’est la fameuse theorie du complot judeo maconique. Enfin plus exactement de nos jours: americano judeo maconique. S’opposer a la politique d’Israel c’est une chose, et en l’occurence c’est difficile d’argumenter contre ca vu que c’est un pays gouverné par des gros fachos. Et effectivement tous les gouvernements baissent leurs frocs devant eux, pour divers raisons politico-economiques, et c’est degueulasse, et oui on devrait leur demander de rendre des comptes. Si on s’arrete la tout va bien sauf que Dieudonné (et toute sa clique) va beaucoup plus loin.

        Donc pour te donner un exemple (parce que bon malgré ce que tu avances depuis le debut je sais parfaitement de quoi je parle vu que j’ai vu la plupart de ses sketchs meme si recemment ils ne me font plus rire, et que je me suis beaucoup documenté la dessus), dans le spectacle depote de bilan il fait un sketch sur les medias. Dans le sketch le redacteur en chef recoit un coup de fil du president du CRIF, et en gros la terre s’arrete de tourner dans le monde mediatique parce que le mec a un rhume. Le message est la: les juifs manipulent les medias, pur et simple. C’est qu’un exemple parmis tellement d’autres mais les gens un peu bas de plafond qui vont voir ces spectacle se font facilement berner.

        Le soit disant anti-sionisme de Dieudo est en fait de l’antisemitisme deguisé. Dire ‘je ne suis pas antisemite’ et en meme temps dire ‘les juifs ceci, les juifs cela’, c’est pas credible. Apres tu vas surement me parler des videos ou il a fait venir des juifs anti-sionistes des USA, pour bien prouver a tout le monde qu’il est pas antisemite. Mais bon pour moi ca suffit pas, ca serait comme dire « Regardez je suis pas sexiste, la preuve j’ai une femme » ou « Je suis pas raciste, la preuve j’ai un ami noir ».

      • Ça me soûle de te répondre car cette discussion, et tu le sais, ne mènera à rien, mais si je ne le fais pas tu vas penser que tes arguments chocs étaient incontestables, et ça m’ennuierait de te laisser dans un raisonnement erroné.

        Encore une fois non, tu ne connais pas « assez » le dossier (tu as vu j’ai mis assez car tu as fait l’effort de quelques recherches). Je te parle de discussion sérieuse et tu oses argumenter sur des sketchs? C’est ça que tu appelles te renseigner? N’importe qui verrait ces sketchs, jugerait Dieu do d’antisémite et ça je peux le comprendre. Quand je t’accuse de ne pas connaitre le sujet je fais référence notamment au parcours de Dieudo ainsi que de ses vidéos hors sketch.
        Pourquoi en est-il là? Pour quelles causes s’est-il battus? etc.

        Tu dis:
        – c’st un génie, mais il me fait plus rire depuis longtemps.
        Je dis:
        – tu as droit de pas le trouver drôle, chacun ces goûts. Le débat c’est la critique idéologique.
        Tu dis:
        – tu sais pas lire, j’ai dit c’est un génie, mais il me fait plus rire depuis longtemps, le débat n’est pas la.

        …. fait un effort stp

        Je ne suis pas d’accord avec toi. Jean Marie, Soral, Dieudo pointent du doigt, effectivement le même ennemi. Le fameux « complot » judéo-maçonnique ou américano-sionniste. Tous les Juifs seraient Américains et franc-maçon? Non l’amalgame ici c’est toi qui le fais et ce mode de raisonnement est très dangereux et mène à la persécution des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

        Si c’est cela dont tu parlais en amalgamant Soral, Dieudo et le FN en une sorte de nouveau partie politique c’est tout de même mince. Il partage une idée commune mais s’oppose sur beaucoup d’autres. Tu peux également cité Kemi Seba qui partage cette idée-là mais s’oppose pourtant drastiquement à Dieudo sur la question du métissage.

        Je ne suis pas non plus d’accord avec ton dernier exemple. Une personne qui a un ou des très bons mais de couleurs différentes de la sienne ne peut, par définition, pas être raciste. Et s’il se dit raciste, il est très con, ce contredit lui-même et se trompe de mot.
        Pour finir, je ne prétends pas pouvoir te faire avancer dans ton raisonnement. Là-dessus il faut voir les films Oblivion ou Inception, il n’y a que toi qui puisses évoluer dans ce que tu crois savoir en acceptant la vérité et en recherchant toi-même les « preuves ».

      • C’est fou le nombre de points godwin dans cette discussion.
        Étant donné que l’humour est pavé de mauvaise foi, la seule personne dans l’univers capable de savoir si Dieudonné est antisémite, c’est Dieudonné lui-même, alors un peu de calme s’il vous plaît.

      • « J’ai pas envie de répondre mais bon comme j’ai raison je veux bien te guider sur la route du savoir quand meme. »

        Merci a toi homme de lumière!

        Donc non je ne parle pas que des sketchs, je l’ai bien dit: s’il ne s’agissait que de sketchs il n’y aurait pas de problème. Parlons de ces paroles hors sketchs si tu veux, je t’ai envoyé deux liens mais t’as pas du les lire, voila les propos de Dieudonné datant de 2002:

        «pour moi, les juifs, c’est une secte, une escroquerie. C’est une des plus graves parce que c’est la première»

        et

        «étant donné que le noir dans l’inconscient collectif porte la souffrance, le lobby juif ne le supporte pas parce que c’est leur business! Maintenant, il suffit de relever sa manche pour montrer son numéro et avoir droit à la reconnaissance»

        LePen, Soral, Dieudonné et Faurisson n’ont en effet qu’un seul point en commun: leur haine de la communauté juive, du judaïsme. L’amalgame entre complot judeo-maçonnique et complot americano-sionniste ce n’est pas moi qui le fait: je ne fais que reprendre les termes que ces gens emploient. Mais merci de me prendre pour un abruti qui dit les juifs sont tous américains et franc-maçons, j’apprécie le geste.

        Ca c’est pour les idéologies de ces gens, pour ce qui est des alliances politiques tu n’est visiblement pas au courant que Dieudo et Soral se sont présentés aux Europeenes en 2009 ensemble avec le PAS, Parti Anti Sioniste. Je pense que LePen était pas de la partie parce qu’il avait d’autre chats a fouetter mais bon… Apres on peut argumenter que l’antisionisme n’a rien a voir avec l’antisémitisme, mais c’est difficilement crédible quand on s’associe a des personnalités telles que LePen ou Faurisson, apres avoir tenu les propos ci dessus, apres avoir fait un sketch dans lequel on donne tout le crédit possible a Faurisson et ses arguments negationnistes, quand la Main D’or fini par devenir un point de rassemblement du GUD, etc… (la liste est très longue).

        Pour ce qui est des amis de couleurs et le racisme, je t’invite a ouvrir un dictionnaire pour trouver la définition du terme raciste. Si tu a la flemme: « Personne dont les idées et le comportement relèvent du racisme. ». Si tu penses que les noirs sont des abrutis a cause de leur couleur de peau, tu es raciste: avoir des amis noirs ne changera pas ce fait. Tout comme si tu penses que les femmes doivent faire la cuisine fait de toi quelqu’un de sexiste, meme si tu as une femme et des amies…

        Je t’annonce a passage au cas ou tu n’aurais pas remarqué que tu insistes « assez » lourdement sur le fait que je ne sais pas de quoi je parle. En attendant tu n’étais pas au courant de l’association entre Dieudonné et le FN. La prochaine fois un conseil: pose des questions AVANT d’accuser qui que ce soit comme tu le fais afin d’essayer de les discréditer. Ca rendra ton discours un peu plus crédible.

        Donc pour résumer mon point de vue vis a vis de Dieudonné, meme si tu ne trouves pas ça ‘intéressant’ tu m’attaques quand meme la dessus: critiquer la politique d’Israel, pour moi il n’y a rien de plus normal. Je ne connais absolument personne qui soit d’accord avec ce qu’ils font, et ce qui se passe la bas me révolte. Par contre la négation de la Shoah, et dire que la Shoah est un instrument de la politique israélienne, ça relève de l’antisémitisme.

        Ah oui et RRRomain: merci pour le conseil mais quand l’article lui meme parle de nazi c’est difficile de pas atteindre le point Godwin ;)

      • Bah personnellement je ne vois pas en quoi dire que les juifs sont une secte est antisémite, on (moi en tout cas) dit bien la même chose des catholiques. Après tout c’est peut être même eux les plus racistes puisqu’ils se nomment eux mêmes, je crois, le peuple élu, donc sous entendu les autres leur sont inférieurs? Enfin bon… facile de traiter les autres d’intolérants mais certains devraient peut être balayer devant leur porte avant aussi… Moi en tout cas ça me dérange.
        Je n’ai pas trop suivi toute cette affaire Dieudonné car ça m’a pas mal gonflé à l’époque. Je me dis que ce type a tout de même fait équipe avec Elie Seymoun un bon moment, et n’a peut être fait que se défendre, de façon extrême je l’admets (je ne sais pas trop ce qu’il a pu dire depuis mais bon les médias déforment facilement pour faire dire aux autres ce qui les arrangent), donc fondamentalement il est peut être allé plus loin qu’il ne l’aurait voulu mais ne peut plus vraiment faire marche arrière puisque maintenant il incarne le mal absolu dans les médias, donc autant jouer le jeu jusqu’au bout, histoire de ne pas avoir que les désavantages de sa situation.
        Pour l’anecdote, il me semble quand même l’avoir entendu dire à l’époque que ça le gonflait qu’il y ait 15 films par ans sur la Shoah mais qu’il n’arrivait pas à financer un film sur l’esclavage des noirs. A méditer?

      • Je suis d’accord avec tout ce que tu dis (a part sur les propos antisémites, chacun son point de vue la dessus). En effet ‘peuple élu’ ça peut être difficile a digérer et comme il le dit dans « Pardon Judas »: on a pas voté. Est-ce que ça veut dire que les juifs sont intolérants? Je ne crois pas. Pour moi ce genre de raisonnement relève de l’amalgame entre religion et intégrisme religieux. C’est comme avec l’Islam, les intégristes qui veulent pourchasser les infidèles ne sont pas représentatifs de la communauté musulmane.

        Mais effectivement Dieudo n’a fait que réagir très mal et a suivi une pente très glissante qui l’a amené la ou il est aujourd’hui. Si Elie Semoun avait eu des propos racistes sur les noirs et s’était pris un procès, il se serait peut être excusé et se serait arrêté la en admettant être allé un peu loin. A la place Dieudonné a décidé de ne pas lâcher le morceau et de se poser directement en victime du fameux complot judeo maçonnique. Puis comme il s’est rendu compte qu’on ne pouvait pas parler de ‘lobby juif’ il a changé sont discours afin qu’on ne puisse plus le qualifier d’antisémite, en évitant ce genre de propos – mais le message de ses sketchs n’a pas changé.

        Pour ce qui est de jouer le jeu des médias, ça marche a son avantage: plus il est censuré, et plus il est facile de convaincre les gens qu’il est devenu victime de ce fameux complot.

        Et l’anecdote en effet ç’etait quand il parlait de faire un film, c’est bien de le préciser! Mais s’attaquer a la Shoah pour dire qu’on ne s’occupe pas assez du problème des noirs c’était malvenu et surtout complètement débile. Pourquoi la Shoah en particulier, pourquoi pas se plaindre des tonnes d’argents déversées dans les blockbuster Hollywoodiens? Il a aussi parlé de ‘pornographie mémorielle’ a ce sujet, c’était fin…

  11. Bonjour,

    en fait je suis étonnée qu’Odieux n’en ait pas profité pour remettre dans son contexte la fameuse phrase de Desproges « on peut rire de tout mais pas avec tout le monde », qui a été prononcée en face de Jean-Marie Lepen (une bonne âme pourra retrouver le sketches), mais je l’avais plutôt interprétée comme « on évite de faire des blagues sur les juifs et les fours avec des gens qui pourraient VRAIMENT les y mettre. »

    Bon aller, comme je sens que le sujet du féminisme va être abordé avant la fin de la journée, je prends les devant *invocation de Saint Denis Colombi*

    http://uneheuredepeine.blogspot.fr/2012/08/lhumour-est-une-chose-trop-serieuse.html
    http://uneheuredepeine.blogspot.fr/2012/08/pour-etre-laissee-des-rigolos.html

    • Colombi est un crétin qui voit tout par le petit bout de la lorgnette de sa discipline, et n’a tout simplement pas la moindre compétence en matière d’art ou de littérature.

      « je l’avais plutôt interprétée comme « on évite de faire des blagues sur les juifs et les fours avec des gens qui pourraient VRAIMENT les y mettre. » »

      Tout ce qu’il démontre avec son exégèse de cette phrase particulière de Desproges, c’est qu’il ne connait pas, ne comprends pas, et n’apprécie pas Desproges. Je te renvoie au sketch que j’ai posté plus haut :

      Comment savoir s’il n’y a pas un ignoble antisémite parmi les bons bourgeois qui viennent le voir sur scène ? C’est ridicule enfin.

      Et puis je vais te faire une révélation : les gens qui ont contribué à envoyer les Juifs au four, ce n’étaient pas des êtres étranges venus d’une autre planète, c’étaient des gens comme toi et moi, des gens sans histoire. [Insérer ici un couplet sur la banalité du mal et la saloperie humaine]

      Y avait même des Juifs parmi eux

      Typhon

      • Je n’ai pas compris. Pourriez-vous revenir sur le lien entre le fait que la plupart des nazis aient été des gens sans histoire et mon post ?

      • « on évite de faire des blagues sur les juifs et les fours avec des gens qui pourraient VRAIMENT les y mettre. »

        Sauf que c’est le cas de beaucoup de gens, et même pas pour des raisons idéologiques.

        Tu le vois, là, le lien ?

      • Non, je comprends toujours pas. Que tout le monde dans un contexte donné puisse se comporter en nazi, pourquoi pas. Dire que le président d’un parti d’extrême (à une époque surtout où son parti était plus antisémite qu’islamophobe me semble-t-il), ait une probabilité plus grande de commettre ou de souscrire à des crimes rascistes n’a rien d’une énormité. Suggérez-vous que parce que ces actes auraient pu être commi par 90% des individus lambdas, ils n’en sont moins condamnable que si c’était seulement 10% ? Qu’il y ait des juifs parmi les gens ayant contributés au génocide, d’un seul coup ça excuse plusieurs millions de morts ?

      • Non, et je ne vois pas lequel de mes propos puisse vous suggérer le contraire.
        Je réagissais juste à ce que vous disiez. De toute façon, on ne choisit pas son public.

      • Hum, le sketch de Desproges sur les juifs, ça s’appelle du cynisme (le vrai, l’original). C’est un forme d’humour très difficile à manier. C’est plutôt toi le crétin qui ne connait pas, ne comprends pas et n’apprécie pas Desproges, pour le coup. T’as même pas été capable de comprendre que le sketch que tu montrais se moquait des antisémites et pas des juifs et donc rentrait dans le cadre de ce que Colombi appelle l’humour non oppressif.

  12. Mon dieu. Vous fréquentez beaucoup trop les blogs féministes. C’est mauvais pour la tension, vous devriez arrêter. Et twitter aussi.

    Et pis de toute façon, l’humour, comme dirait l’auteur d’une heure de peine, est une chose trop sérieuse.

    Et pis, à contrario, comme dirait la féministe mal peignée, halte à l’instrumentâlisation de l’humoir noir et du second degré.

    Et pis attention, votre humour est une arme de dominant prétexte à asseoir un peu plus sa domination sur les victimes intersectionnalisée dominées cibles de cet humour. Bouh.

  13. Mais alors, est-ce que les blagues sur les blondes rendent blonde ? Car dans ce cas là il va falloir commencer à se méfier : on pourrait finir par ne plus comprendre nos propres blagues. Ça peut être embêtant…

  14. Je résume.

    1. Si ça ne vous rend pas nazi, ça ne peut pas faire de mal. (Et d’ailleurs, l’ensemble des gens qui disent que les jeux vidéos ne rendent pas violents est strictement égal à l’ensemble des gens qui n’aiment pas « l’humour noir », parce que j’ai décidé.)
    2. C’est comme des prouts lol
    3. C’est une logique d’enfant de huit ans. (?)
    4. L’humour a deux pôles, les poneys et les nazis.
    5. Il suffit d’ignorer tout problème pour le résoudre.

    …A moins qu’on ne soit soit l’Odieux Connard, auquel cas, on écrit des articles hilarants remplis de réfutations au second degré. Comme une réfutation, mais qu’on prétendra humoristique en cas de besoin, par exemple quand elle se fera vraiment attaquer, parce que voyons, c’est un blog humoristique. Jamais on n’y tiendrait d’opinions sérieuses à répétition.
    Si cet article avait suivi ses propres conseils, il n’existerait pas (pourquoi ne pas simplement ignorer les articles-qui-disent-que-l’humour-cay-mal ? Pourquoi ne pas les classer dans « la troisième étape (§5) : « Je dis que ça ne me plait pas. » » ?) et s’il avait été au-delà des blagues habituelles sur les cigares et les chats, il aurait pu être drôle.
    Mais voyez : non. Comme quoi c’est pas si facile.

    • J’espère que ce post est à l’image du blog c’est à dire au second degré, ou que je suis idiot et que je n’ai pas compris, sinon il y a de quoi se lamenter.

    • Et nous voyons ici un bel amas de syllogismes. Bravoooo !

      ( et un type qui a raté le fond de l’article. Et ce qui me donne envie de citer Sîder Jerusalem : « Silence, vermin! I am in command here! Who did you vote for, vermin woman? Did you vote? Can you read? Have you got thumbs? Show me your fucking thumbs! Thumbs! » Bon bien sûr le « woman » n’est peut-être pas approprié ici mais que diantre en ais-je à carrer ? Hein ? )

    • @Salkon, ouvaton et Yohk’: Au contraire, c’est un magnifique résumé. mais comme j’ai pas des masse de temps je ne vais développer que la critique du point 1:

      Effectivement, beaucoup de gens avancent l’argument que l’humour noir peut diffuser des préjugé. Du coup OC nous dit que ça rend nazis. Il fait une exagération uniquement dans le but de décrédibiliser l’argument.
      Parce que personne n’a jamais dit que les nazis étaient des gens normaux, et qu’un jour ils ont entendu un blague sur les juifs et ils se sont inscrit au NSDAP. Mais en faisant un point Goldwin à quelques paragraphes à peine du début de son article, il cherche juste à exagérer au maximum l’argument pour le rendre absurde.
      Mais au final il n’argumente pas. Est-ce qu’il démontre que l’humour ne peut pas convaincre quelqu’un de la véracité d’un préjugé? Non, il nous donne, juste un exemple où c’est pas le cas. Et ensuite il parle d’un autre débat (celui des jeux vidéos violents) qu’il met en lien par la magie du St-Esprit.

      Les blagues racistes ne rendent pas racistes. Soit. Mais qui les invente? Très probablement les racistes (en tout cas c’est très peu probablement des arabes ou des noirs qui passent leur temps à inventer des blagues sur eux-même. Ils en racontent parfois par auto-dérision, mais de là à les inventer…) Et pourquoi ils les inventent?
      Pour la même raison qu’en période électorale, chaque camp va trouver des blagues sur le candidat de l’autre, dans le seul but de décrédibiliser l’adversaire. Bien sûr les partisans convaincus d’un camp ne se laisseront jamais influencer par une blague sur leur candidat. Mais ceux qui sont entre les deux, qui hésitent un peu, ça peut faire pencher la balance.

      Exemple concret:

      Depuis le jour où Hollande est devenu le candidat officiel du PS, se sont mis à circuler tout un tas de blagues, images, photomontages ou vidéos, sur le thème de Hollande-Flamby. Il est peu probable que le PS soit à l’origine de ça. De même qu’il est peu probable qu’un fervent partisan de Hollande réagisse autrement que « rhoo ils sont vraiment con en face » (même si lui ne se gênera pas pour faire le même genre de chose avec Sarkozy). Ou alors, si il a de l’humour il pourra peut être en rire. Don si tu es partisan de Hollande, ces blagues là ne t’influencent pas.
      Mais ce que font ces images là, c’est de contribuer à diffuser dans l’imaginaire collectif l’image d’un président mou et passif, donc par extension inefficace et mauvais. Et à force d’avoir cette idée en tête, le français lambda qui sait pas trop pour qui voter, bah ya des chances qu’il décide de pas voter pour ce gars qui (il ne sais pas trop pourquoi) à l’air plutôt mou et pas très très énergique…

      Et la même chose se produit avec les blague racistes. Un gars qui est absolument convaincu de la connerie des théories racistes, pourra rire à une blague raciste sans le devenir. De même que les lecteurs de ce blog ne sont pas devenus des « nazis-machistes-violeurs-tueurs-d’enfants-et-de-chatons ». Parce qu’il savent à quel niveau prendre les propos de l’auteur.
      Mais le gars qui n’y a jamais trop réfléchi pourra facilement te sortir la phrase suivante (véridique la phrase, je l’invente pas, on me l’a sortie): « Si les clichés sur les noirs et les arabes étaient tous faux, pourquoi il y aurait autant de blagues là-dessus? ».
      Ou autrement dit « vu le nombre de blague sur les arabes qui sont des voleurs et les juifs qui aiment l’argent, il doit bien y avoir un petit fond de vérité là-dedans »

      Donc oui, quand tu y réfléchis quelques secondes, et que tu as déjà des idées bien précises sur le sujet, voir le sketch des inconnus sur le des chiffres et des lettres juif ne te fera pas penser que tous les juifs aiment l’argent. Mais si t’y as jamais réfléchi, à force d’entendre des blagues sur le sujet, ça peut te faire changer d’opinion.

      PS: à ceux qui me répondront que mon argument n’est pas valide puisque Hollande à gagné les élections:

      1) il les a surtout gagné parce que beaucoup de gens ne voulaient plus de Sarkozy, pas parce que beaucoup de gens voulaient absolument de lui (cf. la phrase de Mélenchon après le 1er tour, un truc comme « Je vous appelle à voter contre Sarkozy » et non pas « Je vous appelle à voter pour Hollande ». c’est quand même très différent)

      2) regardez le taux de popularité actuel de Hollande. Vous croyez vraiment que les multiples montages du Flamby n’ont rien à voir avec ça? Parce que franchement, le Français moyen, vous croyez qu’il l’a lue la loi Taubira, et qu’il sait pourquoi il est contre? Nan, il regarde les guignols et ils se dit que vraiment, Hollande c’est un gros mou.

      3) on peut reprendre l’exemple avec l’accent de Eva Joly, c’est le même principe et là ça a marché.

      Bref, en résumé, l’humour c’est comme le lobbying: ça ne développe aucun argument, ça ne te convainc pas, c’est juste qu’à force qu’on te répète 50 fois la même chose, si tu es un peu flemmard ou un peu con et que tu as jamais été vérifié si oui ou non ce qu’on te dit est vrai, bah tu peux te laisser convaincre.

      Donc oui, l’humour noir peut diffuser des préjugés.

      • Je réponds à un post bien vieux, que l’auteur ne viendra surement jamais lire, mais tant pis.

        Je m’insurge donc contre votre argumentaire que je résume ainsi : attention des cons pourraient le prendre au 1er degré, il ne faut donc pas le faire.
        J’appelle cela du nivellement par le bas : le problème des cons, c’est qu’ils prennent tout au 1er degré. Il faudrait donc tout arrêter.
        Hé bien non, je ne me pose pas la question de savoir comment les cons vont comprendre ce que je dis, je m’en fout royalement des cons (si ce n’est qu’ils me pourrissent la vie), je préfère discuter avec des gens pouvant réfléchir, même si ils sont en total désaccord avec moi.

        Pour ma part, l’humour noir est l’humour par excellence, car c’est celui qui permet le mieux de réfléchir aux problèmes de sociétés. Parce que ce n’est pas avec les blagues de Toto que l’on va avancer. Quels sont les humoristes dont on se rappelle encore des années plus tard ? Desproges, Coluche, Les Nuls, les Inconnus. Je doute que Bigard & co restent dans les mémoires des années après leurs morts.

        Mais selon moi, le « problème » de l’humour noir, c’est que l’on s’intéresse à la forme et non au fond. Par définition, l’humour noir parle des préjugés, des stéréotypes, … Il est donc inutile d’en parler, à moins de résumer cela à : il faut interdire l’humour noir, car il est raciste, sexiste, et tous les mots en -iste, si cher à notre OC. Ca, c’est la « forme ».

        Le « fond » c’est plutôt cela : l’humour noir doit se juger selon la PERSONNE qui l’utilise. Quand Desproges nous sort sa phrase « il y a des juifs dans la salle », ça me fait rire. Si c’est le pen&consort, ça me fait peur.

        Pur illustrer mon propos, une anecdote en deux parties, qui m’est arrivé : il se trouve que, par hasard, un de mes amis d’enfance est noir (oui je sais, cela fait penser à cette phrase « je ne suis pas raciste, la preuve j’ai un ami noir ». Mais en fait je dois quand même être raciste, parce que je n’ai, par hasard, pas d’amis typés arabes ou asiatiques. Notez bien les mots « par hasard » avant de me tomber sur le dos.).

        1ère partie : nous nous retrouvons dans une fête locale, accoudés au bar en train de déguster une bonne bière. A coté de nous, quelques « djeuns » (oui je suis un vieux con) en train de deviser joyeusement. L’un deux, qui nous tourne le dos (toujours par hasard, il est difficile d’être face à tout le monde), est en train de raconter une blague sur les noirs. Certains de ses camarades, qui eux nous font face, se mettent alors à blêmir (ben oui, eux ils l’ont vu que mon pote ne se lavait pas avec Omo). Celui-ci se décide alors à tapoter gentiment l’épaule du sieur ci-dessus nommé, qui, après quelques instants de doute, se met à bafouiller des excuses « désolé, c’est qu’une blague, … » (faut dire que face à un type de presque 2 mètres, et 120 kg de muscles, la plupart des êtres humains se mettent à bafouiller). La situation semble dégénérer, les gros yeux bien blanc sur un visage bien noir, ça fait vite très peur, jusqu’à ce que mon pote désamorce la situation en « continuant » la blague. Car oui, ici, à ce moment précis, ce n’est rien d’autre qu’une blague, et nous avons passé une excellente soirée avec ces djeuns.

        2ème partie : cette fois, cela se passe dans un petit village de province bien de chez nous. Alors que nous nous arrêtons dans un bar afin d’étancher une soif due au climat estival, une blague fuse d’une table un peu plus loin, blague qui comme vous vous en doutez vu le pavé ci dessus, traite des noirs (aurais-je fait de l’humour, noir, sans le vouloir ?). Le volume est bizarrement suffisamment élevé pour que cette envolé lyrique nous parvienne. Puis une 2ème, une 3ème, une 4 … ha non, là c’est un poing-tout-noir-dans-la-gueule, suivi d’un « on fout le camp, toi t’est costaud, mais moi je suis aussi fort qu’un hamster dans la gueule d’un chat, et eux ils sont nombreux ». Certes on aurait pu partir de suite, la violence ne résout rien, mais laisser croire aux cons qu’ils ont gagné n’est pas très gratifiant pour l’égo.

        On a donc 2 situations identiques, et pourtant 2 fins diamétralement opposées. La seule différence étant la personne qui disait cette blague.

  15. Découvert grâce a de perfides amateur de bœuf bouilli à la menthe et autres buveurs de bières chaude, un petit jeu qui permet de faire le tri instantanément parmi ses amis:
    http://cardsagainsthumanity.com/ (une version française est disponible)

    Comme Mr Propre, permet de faire très vite disparaître toutes les petites bactéries autour de vous qui ne comprennent pas le 2nd (voire 30eme) degré)…

  16. Lectrice depuis fort fort longtemps, je tenais à remercier le maître de céans pour ce pénis providentiel, cela peut toujours être utile, ne serait-ce que pour frapper les gens.

    L’argument n°3 est d’autant plus terrifiant que souvent le rapport dominant/dominé évolue avec le temps (merci Hegel) et que tous ces jolis chantres de la tolérance et défenseurs de la bonne entente cordiale estampillée my little pony ne mettent pas leur pendule à l’heure, ils choisissent leur sujet d’indignation une fois pour toute dans leur vie et montent au créneau dès que tu en rigoles, même sur des sujets dédramatisés depuis fort longtemps. Ce modèle de fâcheux individu pullule dans l’EdNat, je suspecte donc quelque part une marque de fabrique dans leurs usines.

    Par contre, je serai curieuse de savoir à quoi correspondent les blagues sur les cupcakes, ça me permettrait de faire de l’humour à peu de frais avec mes accointances blondes qui ne comprennent pas forcément mes vannes de narcotrafiquants à Ciudad Juarez.

    • Oulah, c’est plus Marx que Hegel, pour le coup. La dialectique du maître et de l’esclave ne parle pas d’évolution dans le temps, par exemple, mais de changement de point de vue : le maître reste maître, mais pour Hegel, comme il n’a pas de contact avec la nature, il est moins conscient de lui-même ou je sais pas quelle connerie.

      Ensuite pour du cupcake gore, il faut lire, justement cupcake, fanfiction de MLP:FiM : http://creepypasta.wikia.com/wiki/Cupcakes
      Il y a moyen de pas mal en rigoler, apparemment.

  17. Pfff, mon dieu, vous avez failli me faire pleurer. Il y a des méchants gens en -iste (qui apparemment pour vous se valent tous, puisqu’ils n’ont pas l’intelligence de se placer au dessus de la mêlée comme vous) qui vous ont dit que l’humour (les blagues qu’on fait et à qui ont les fait, les blagues auxquelles on rit (ou pas) et les personnes qui les font) n’est pas, incroyable, confiné dans un compartiment étanche du reste de la société dans laquelle nous vivons. Pire, ils vous demandent de réfléchir, c’est affreux, à votre propre rapport à l’humour, et d’en tirer quelques conséquences par rapport à vos propres valeurs.

    Beurk, des valeurs, encore un truc de gens en -iste, ah ah, mais nous on est des cyniques, parce qu’on est des rebelles pas politiquement corrects et contre la pensée unique.

    Non parce que, si ça continue, on aura plus que le droit de se moquer de trucs futiles, du genre les dernières sorties du box office et leurs incohérences scénaristiques (qui pourrait bien trouver ça drôle, vraiment ?).

    Bon, sinon, pour le sketch des inconnus, on peut se poser les questions suivantes :
    – le referaient-ils aujourd’hui à l’identique ?
    – si non, pourquoi ? Parce qu’on ne peut plus rire de rien aujourd’hui ? Parce que la série parodiée est une référence beaucoup trop obscure ? Ou parce que le racisme anti-maghrébin a atteint des proportions bien supérieures à il y a vingt ans et que l’ambiguïté n’est peut être plus très appropriée ?

    • Merci! C’est ce que j’essayais de dire plus haut en fait mais la plupart des commentaires suivent la logique suivante: l’humour est une bulle a part qui n’existe que pour elle meme, du coup on peut dire ce qu’on veut quand on veut ou on veut et a qui on veut, on est protégé.

      C’est difficile d’argumenter avec quelqu’un qui suit cette logique.

    • Racisme maghrébin bien supérieur ? Je suis d’accord avec le reste, mais pas ça. A moins que vous réfutiez tout ce qui a eu lieu avant 1990, les ratonnades décomplexées existaient déjà (un amateur d’humour noir dirait « dès 732 dans la région de Poitiers »).
      C’est l’anti-racisme qui a gagné du terrain – et encore heureux pour le karma planétaire. C’est touche pas à mon pote et consorts qui permet de savoir ce qui se passe, au lieu de n’en avoir rien à foutre comme sous Pasqua.
      Aujourd’hui, traitée de « bicot » ou de « raton », une personne peut avoir le courage de se mettre en colère. En 1980, elle fermait sa gueule. J’appelle ça une situation bien pire.

      • Il y a vingt ans, il était facile de faire la différence entre la couverture de Minute et celle de l’Express. http://www.slate.fr/story/78206/quiz-immigration-islam-lexpress-minute-valeurs-actuelles-lepoint

        Aujourd’hui, parce qu’il n’y a plus de ratonnades, on considère qu’il n’y a plus de racisme et que c’est juste les maghrébins qui font pas assez d’efforts. La laïcité n’a jamais autant été brandie à tort et à raison que pour stigmatiser les musulmans. Les femmes voilées dans la rue se font régulièrement insultées, quand ce n’est pas agressées physiquement. Et cette haine est encouragée par une part beaucoup plus importante du système politique et médiatique qu’il y a vingt ans.

        Le racisme anti-maghrébin s’est transformé, c’est indéniable, les aspérités les plus saillantes ont été gommées, mais pour prendre des formes beaucoup plus insidieuses et difficiles à combattre.

    • « Non parce que, si ça continue, on aura plus que le droit de se moquer de trucs futiles, du genre les dernières sorties du box office et leurs incohérences scénaristiques (qui pourrait bien trouver ça drôle, vraiment ?). »
      Ah ben non, quand même, parce que pour voir les incohérences scénaristiques, il faudrait aller renifler les fesses des grosses sorties du box office, puisqu’on sait bien qu’elles y sont, ces incohérences scénaristiques. Mmmmh, j’ai bon ?

  18. Nagash ….. Rooh encore un indice sur le fait que Monsieur Odieux est ou était un fanboy de merde. Et il a raison :)

  19. Je confirme. Depuis que je lis ce blog mon penis a poussé (il est énorme). Sur ce, je file me toucher devant Nuit et Brouillard !

  20. Ca me rappelle cette blague sur Paris Hilton :
    Il paraitrait qu’elle ai fait l’acquisition du Stade Vélodrome de Marseille, parce que rien ne vaudrait la sensation qu’elle a ressenti lorsqu’un soir de match au sommet, elle a entendu le public scander « Paris, Paris, on t’encule ».

  21. Qu’est-ce qu’il nous reste pour rire ?
    Puisqu’il n’y a plus rien à dire… Tout est désormais interdit…
    Ne me reste plus que ma claustrophobie pour rire …
    Et je ris… et je ris…. et je me fous de ma gueule
    Et de la gueule du monde… en disant que je suis claustrophobe…
    Oui ça me fait rire… J’ai bien le droit de me moquer de moi…dis!
    Ouvrez… ouvrez… je vous en supplie
    J’ai besoin de sortir
    Je ne supporte pas l’enfermement dans l’interdit
    Ouvrez… je vous en supplie
    J’ai besoin de voir le monde pour rire!
    Parce que je ne veux pas mourir…
    http://www.lejournaldepersonne.com/2012/12/la-peur-noel/

  22. Comme s’il était interdit de rire et qu’on vous martyrisait pour vous faire taire…Ben voyons ! Il n’y a rien qui soit plus à la mode et banal qu’une bonne blague en -iste et les plaidoiries de mauvaise foi du style « vous-n’aurez-pas-ma-liberté-de-blaguer ». Tout est question de contexte, il me semble, mais je pense aussi que certains sujets ne se prêtent tout simplement pas aux grasses rigolades.

    http://www.gqmagazine.fr/sexactu/articles/rire-du-sexe-decidement/12077

    • « Comme s’il était interdit de rire et qu’on vous martyrisait pour vous faire taire… » Je ne comprends pas bien : il n’est pas vraiment question de ces sujets dans cet article. Du coup, à qui vous adressez vous au juste ?

      Quant au contexte, il me semble précisément que c’est le propos de l’Odieux Connard ; par exemple, lorsqu’il parle de « sens des interactions sociales ».

      J’ai le sentiment que vous vous trompez de débat.

      Par exemple, dans l’article que vous citez, quiconque doué d’un minimum de bon sens classera sans difficulté les tweets dans la catégorie « con comme un bulot » par exemple, et pas dans humour. Encore que les mêmes phrases, prononcées par d’autres personnes, destinées à d’autres personnes pourraient tout à fait être compris comme de véritables traits d’humour…

    • À la mode peut être mais nombre de personnes trouvent toujours que l’humour noir c’est le Mal.
      J’ai une pensée particulière pour Ganesh2levrai, un de mes youtubeurs préférés qui s’est fait retiré de Youtube son excellent podcast « le viol c’est […] lol », mais aussi la polémique autour de Minute Papillon, …
      Moi je pense que tous les sujets prêtent aux grasses rigolades, mais pas avec tout le monde. Maintenant je ne vois pas ce qui peut bien motiver une victime de viol à regarder ce genre de podcast, pourquoi si un membre de sa famille vient de se suicider on regarderais le Minute Papillon sur le suicide, ou pourquoi une féministe fan de Nicolas Cage s’abonnerais à ce blog, etc. Sur Internet parler de contexte est rudement plus difficile que IRL.

      • Il ne se l’est pas fait retiré, il l’a retiré de lui-même (après, pour cause de pression, de mauvaise presse, parce qu’il a vu la lumière ou autre, c’est sujet à discussion). Notamment parce que plein de gens lui ont dit : « Ton truc, ça nous fait pas rire, tu répètes textuellement ce que plein de gens disent sérieusement en te contentant d’y apposer une étiquette humour, c’est naze ».

        En fait, c’est ça qui est magique : tout le monde a le droit de rire de tout, et en contrepartie tout le monde a le droit rire ou de dire qu’il trouve que quelque chose n’est pas drôle. En conséquence, tout le monde a le droit de dire « ah merde, effectivement, c’était pas drôle/pas fin » ou encore « rien à foutre » ou même d’aller éclater des crânes de chaton contre un mur, voire tout autre chose.

      • ah oui tiens elle est juste en playlist privée. Que ce sketch ne soit plus là sous la pression de Youtube ou sous la pression des gens qui ont pas rit, c’est pareil au final. On a plus accès à un sketch parce qu’il y a censure. Et pourtant la plupart des gens avaient adoré. Si quelqu’un trouve que c’est pas drôle il regarde pas ! est-ce que je suis abonné à la chaîne LetsCook moi ? non mais merde

      • Tu oublies un ou : ou parce qu’il s’est dit ah ben merde, c’était pas si drôle que ça. Ce qu’il en a dit lui même : « Peut-être qu’un jour, pas trop éloigné j’espère, en tirerai-je des enseignements qui me permettront de réaliser un sketch sur ce sujet vraiment drôle, certes, mais sans ambiguité envers les victimes de viol.  »

        Après, personnellement, j’ai trouvé son sketch horriblement lourdingue et bourré de stéréotypes que j’ai entendu toute ma vie dit sur le même ton que les « ahaha, les Noirs ça pue, ahaha » ou autre « ahaha, si elle a eu le poste c’est qu’elle a sucé, ahaha ». Mais j’en aurais rien eu à carrer que le sketch reste en ligne. D’ailleurs, magie d’internet aidant, ça m’étonnerait qu’il ne se retrouve pas quelque part, si tu en as la nostalgie.

      • Le problème de Ganesh2, c’est déjà que beaucoup de gens (dont moi) ne le trouvent déjà pas drôle à la base, quel que soit le sketch. Je n’ai pas vu la fameuse vidéo, mais s’il y était aussi lourdingue que d’habitude ça ne m’étonne pas que tout le monde ait tapé dessus sans que personne ne trouve ça drôle.

  23. « J’en déduis donc qu’après plus de 4 ans de blog, je m’adresse ici même à une horde de nazis-machistes-violeurs-tueurs-d’enfants-et-de-chatons. »

    Absolument pas c’est n’importe quoi ! Au risque de vous décevoir, je ne parle pas le moindre mot d’allemand… Après pour le reste je préfère ne pas me prononcer…

  24. C’ est bizarre, j’ ai l’ impression qu’ un bon nombre de gens oublie l’ essentiel: on est mortel…Si c’ est pas de l’ humour, ça!

  25. Me voilà devenue un nazi transsexuel (entre autres).. Merci pour cette révélation. Je vais quand même éviter de me mêler aux débats qui font rage dans les commentaires…

  26. quel abruti. personne n’a jamais que l’humour noir était oppressif. essaie de comprendre les arguments des gens avant de leur répondre, ce serait plus intelligent.

    • Nan mais laisse tomber cet article c’est du trolling pur et dur en fait, y’a pas d’autre explication (enfin a moins d’avoir affaire a un veritable abruti effectivement, je suis pas convaincu en fait).

      • Le problème c’est qu’ici il ne fait pas de l' »ouvertement second degré », il se targue de donner des vrais arguments. Ce qui n’est pas le cas.

  27. Beaumarchais les enfants :

    « Sans la liberté de blâmer, il n’est pas d’éloge flatteur. Il n’y a que les petits hommes qui redoutent les petits écrits. »

    Et surtout ma préférée :
    : « je m’empresse de rire de tout de peur d’être obligé d’en pleurer »

    et enfin lu sur DTC :
    Jerry : J’ai cru que j’étais raciste, sexiste et homophobe
    Jerry : Mais en fait non, j’ai juste de l’humour

    mais personellement je préfèrerais que vous parliez d’humour à minorité visible

  28. Aaahlala.

    Il ne suffit plus de lire, mais surtout de laisser sa petite trace dans les commentaires pour prouver qu’on est tellement fin et subtil et cultive et tralala.

    Comme s’il fallait se deguster un livre + 3 tomes de commentaires.

    Bises.

  29. Monsieur Connard, est-ce que vous pourriez démonter les arguments de monsieur Soral, qu’on voit si vous avez des couilles ?

      • Ce n’est pas la vocation de ce blog que de démonter méthodiquement les arguments de Soral, puisque l’Odieux le ferait en toute mauvaise foi (mais c’est pour ça qu’on l’aime !). Par contre Antoine B. semble se porter volontaire et va nous proposer une contre-argumentation de qualité. Bon courage :)

  30. « avoir les yeux pétillants comme un personnage de manga. »

    J’ai lu cette phrase en écoutant l’OST de Madoka Magica. C’est… troublant.

  31. Alors même pas vrai qu’il n’y avait que deux options au sketch des Inconnus. y ‘en avait au moins une troisième. J’ai pas rigolé parce que j’aime pas les Inconnus.

  32. Ce qui me fait rire c’est qu’en général, les personnes qui partent en croisade contre les connards de machos qui ne mettent pas tous les noms de profession au féminin, les enfoiros de nazi qui rigolent aux blagues sur les juifs et les putes d’anti-féministes qui s’en carrent le cul qu’on les appelle Madame et Mademoiselle… Sont de gros lâches une fois que leur ordinateur et internet ne leur confèrent plus un bouclier bien douillet. J’ai déjà assisté à ce genre de métamorphose. La fervente féministe sur internet allant sur ce genre de sites et n’hésitant pas à insulter avec virulence une photo zoomée d’une entrejambe masculine http://mentakingup2muchspaceonthetrain.tumblr.com et qui va glousser comme tout le monde à une blague machiste parce que bon, il faut se faire bien voir.

    Enfin bref, votre article m’a beaucoup fait rire, comme les précédents, mais à chaque fois, je regrette que l’autodérision ne soit pas un peu plus répandue…

    • C’est un comportement fort répandu qui ne se limite certainement pas aux féministes. Par ailleurs, il y en a qui l’ouvrent dans le monde du travail, par exemple, et c’est heureux, et ça demande un sacré courage : la vraie subversion elle est là, vu le mépris généralisé dont sont victimes les féministes en général sur Internet en particulier…

    • Oh, donc si je résumé:
      tu connais une fille qui se prétend féministe sur le net, mais qui dans la vraie vie ne l’est pas, donc ça veut dire que tous les féministes, anti-raciste, anti-homophobes et autre sur le net sont des hypocrytes?
      C’est un exemple précis et réduit que tu donne, pas un argument.

  33. Je proteste : quand on rit au sketch des Inconnus, on n’est pas raciste mais bougnoulophobe ! Ah mais ! Déjà qu’ils viennent nous voler notre pain, nos boulots et nos filles, manquerait plus qu’on leur reconnaisse la statut de race à part entière !

    (Sinon, sur le sujet du racisme et du politiquement correct, je recommande l’épisode de South Park dans lequel Randy combat la racismophobie)

  34. « Donc sachez-le :

    Les blagues nazies rendent nazi. »

    Cela fonctionne-t-il avec le terme « communiste »?
    Ce qui donnerait :
    « Les blagues communistes rendent communiste ».

  35. Cher OC, je me permets de vous suggérer un autre phénomène qui se répand dernièrement et qui pourrait se résumer à « les morts n’ont jamais tort ». Sur Facebook, depuis quelque temps, ça pullule de citations d’écrivains ou autres personnes célèbres, qui ont tous deux points communs : 1) être mort, 2) si vous n’êtes pas d’accord avec la citation, vous vous faites rembarrer comme étant étroit d’esprit…

    • « Que d’eau, que d’eau ! » Mac Mahon (1808-1893)

      « Si j’avais un marteau » Claude François (1939 – 1978)

      • Je pensais plus aux citations sur la culture ou l’intelligence, mais votre réponse me fait bien rire, merci !

  36. Cher odieux Connard, j’espère que tu écris ce post que sur les critiques que tu reçois pour tes sujets encore relativement douillé

    Car le « on peut rire de tout mais pas avec n’importe qui » me donne envie de gerber.

    Je donnerai l’exemple des snuff movies par exemple, très apprécié des puceaux boutonneux en manque de sensations forte. Pour ma part adhérer à ce genre de vidéo (visionner) fait de la personne un complice du meurtre.

    Personnellement je sais faire la distinction entre l’humours noir et la moquerie, la raillerie. Le fond n’est pas du tout le même.

    Sinon pour ce qui est de ce site, rien de bien méchant.

    • Sauf qu’un Snuff movie n’est pas une blague mais un crime. Vous confondez et forcément, donc, dites des bêtises. Ce n’est pas de l’humoir noir, pas non plus de la moquerie ou de la raillerie. C’est de la torture.

      Et au passage, les gens qui regardent des snuff movies sont plus souvent des gens avec de fort vilains penchants que des « puceaux boutonneux » comme vous dites.

    • Rire d’une blague de cul, faire une vanne raciste, une plaisanterie nécrophile ou un calembour sur la pédophilie, c’est pouvoir rire de tout car aucune loi n’interdit le racisme ou les idées perverses (ce sont des idées, on est libres de les avoir).
      Ça n’a aucun rapport avec le fait de rire d’un viol réel ou de torture, de rejeter un noir à cause de sa concentration élevée en mélanine, de se montrer complice de proxénétisme ou de meurtre, de commettre des actes violents,…
      Il faut faire la différence entre blague et cruauté réelle.

      « On peut rire de tout » signifie qu’on peut faire des blagues sur tout les sujets (juifs, GHB, zoophilie, …) mais pas qu’il est normal de rire d’une situation horrible, loin de là.

    • « Sauf qu’un Snuff movie n’est pas une blague mais un crime. Vous confondez et forcément, donc, dites des bêtises. Ce n’est pas de l’humoir noir, pas non plus de la moquerie ou de la raillerie. C’est de la torture. »
      Cette phrase n’a aucun sens (hormis la pique sur le fait que je dise « des bêtises », merci du passage henris).
      Comparer le crime à la blague… Euh ce sont 2 choses indépendantes, le crime est un fait réel, la blague peut prendre divers formes et n’est pas forcement un fait en soi à la base.
      Regarde les vidéos de fail compilation, les gens qui se cassent la gueule en skeate par exemple (ou même les defilés de mannequins), tu vas me dire « c’est pas drôle car ce n’est pas une blague »?
      La blague, on peut la voir dans pleines de situations, c’est loin d’être un fait en soit. ;)

      « Et au passage, les gens qui regardent des snuff movies sont plus souvent des gens avec de fort vilains penchants que des « puceaux boutonneux » comme vous dites. »
      J’ai ris à « forts vilains penchants ». Ca veut dire quoi ça? x’)
      Bref, contrairement à vous et même si j’en ai profité pour caricaturé, je parle par expérience (4/5 connaissances ou connaissances à des amis). Les ados ou jeunes adultes alacon qui veulent du gore à l’etat pure pour se prouver qu’ils en ont, et ne se rendent plus vraiment compte de la réalité des faits, pour la plupart.

      a RRRomain:
      « Il faut faire la différence entre blague et cruauté réelle. »
      Tu rejoins ce que je voulais expliquer. Et ce n’est souvent pas si simple dans l’esprit des gens.

      De même quand tu explicite la citation, ça prouve qu’elle ne se vaut pas en elle même. Dis toi qu’un mec l’a sorti un jour quand je me révoltait de le voir rire sur une vidéo de chien qu’on brule à l’essence. Mouai…

      • Pourtant,j ‘était sûr d’être clair. m’enfin bref.
        Pour les fail compilation, vous m’avez bien cerné. A partir du moment où la personne s’est fait mal, non, ça ne me fait pas rire.

        Quant à fort vilains penchants, vous vous doutez bien de ce donc je veux parler non ? Nous sommes sur le blog de l’Odieux Connard quand même;

        Quant à votre caricature, oui je l’avais reconnu, mais ce que je veux dire c’est que le « puceau boutonneux » comme vous dites, c’est plus le « geek »
        au 1er rang de la classe (même qu’il est bon en math, etc. vous voyez où je veux en venir ?) qu’autre chose, et cela sont inoffensif.
        Pour rester dans le domaine du cliché, celui qui regarde des vidéos gores (ou passage, elles ne me font pas rire non plus), ça serait plutôt le sportif, super « populaire », brutal avec les plus petits etc.

        En tout cas, j’insiste, la douleur physique, ce n’est pas, ce ne sera jamais de l’humour, une blague, ou appelait ça comme vous voulez. en fin de compte, je vous rejoint. Le mec qui sort la citation pour le chien qui brûle n’est rien d’autre qu’un sinistre abruti.

        (Au fait, pourquoi henris ?)

      • À ben dans ce cas le « on peut rire de tout mais pas avec n’importe qui » n’a pas à te faire gerber, ce serait plutôt l’interprétation hasardeuse qu’on peut en faire pour justifier sa cruauté.

      • @PetitOurs : à propos de votre phrase « A partir du moment où la personne s’est fait mal, non, ça ne me fait pas rire. »

        Je ne suis pas tout à fait d’accord là dessus, car je pense qu’il y a une différence entre « faire du mal à quelqu’un » et « s’être mis soi-même dans une situation qui finit mal ».
        Voir un abrutis qui se met volontairement dans une telle situation peut parfois (je dis bien « parfois ») être très drôle pour moi: les abrutis me pourrissent mes journées, je ne vais pas me priver de rire quand ça leur retombe dessus. Alors que quelqu’un qui fait du mal à un autre, sans que celui-ci ne l’ait désiré (les SM font ce qu’ils veulent), est criminel.

        En poussant plus loin la réflexion, la quasi-totalité de l’humour se fait aux dépends de l’autre. Et pas que pour l’humour noir. Même les blagues de Toto : on rit de ses malheurs. Il est beaucoup plus dur de faire rire avec le bonheur (si vous en avez je suis preneur, parce que comme ça, aucune ne me vient à l’esprit)

  37. Excellent article comme d’habitude cher Odieux! La vidéo des Inconnus m’a rappelé des souvenirs émouvants… Une époque, l’humour et l’ironie existaient encore, et ne s’étaient par encore fait écraser par la démagogie.

    Moi, qui suis « arabe », et qui pourrait me sentir visée/ insultée par la vidéo selon ces messieurs dames détracteurs de l’humour; je suis plus hilare face à la vidéo, puisque je sais que ce sont des stéréotypes/ caricatures inapplicables dans la réalité, mais très drôles dans le contexte de la vidéo.

    Ce type d’humour, dans le genre des Inconnus, est très fin je trouve, avec des tendances ironiques absolument délicieuses!

    Bref, continuez comme ça Odieux, vos articles sont toujours aussi incisifs, et j’aime ça! (Amour platonique, quand tu nous tiens…)

    • Bah non, tu n’es pas visé, au contraire. On rit du racisme et des énormes clichés sur les arabes pas des arabes. D’abord les arabes sont présentés comme des envahisseurs venus d’ailleurs, venant dans une couscoussière, ils ont un accent caricatural, le majeur trop long (!) et autres traits complètement hyperboliques.
      Tu devrais peut-être entendre les raisons des « détracteurs de l’humour » avant de dire ce que tu dis.
      L’idée est que l’humour est aussi une forme de discours, et qu’il n’est pas toujours anodin, de la même façon que tout autre type de discours. Simplement comme on est dans le soit-disant irréel, on pourrait tout dire sans aucun effet. Bah non. Il y a des manières discriminantes de rire, comme il y a des manières discriminantes de parler (mais je ne crois pas que quiconque empêche les gens de parler d’une manière générale).
      La « censure » prend peut-être des proportions exagérées, mais tout confondre comme tu le fais n’est pas à ton honneur (tout le monde ne censure pas, pas pour les mêmes raisons… etc).

  38. Ah cher Odieux, vous avez touché un point sensible….Cet article est là depuis quelques jours seulement, mais on a déjà atteint les 150 commentaires, avec des débats plus ou moins houleux sur la question du racisme et autres sujets à prendre avec des pincettes…
    La question ici n’est pas de savoir qui est le grand gagnant dans le concours de mauvaise foi, mais d’ouvrir les yeux sur le fait que la société veut nous enfermer dans le cadre des « bien-pensants ».
    Chaque jour je regrette l’absence des chroniques sur nos ondes de ce cher Stéphane Guillon, saint patron de l’humour noir et grinçant… Un humoriste qui n’avait pas besoin d’intercaler toutes les trente secondes les mots levrettes et autres délicatesses pour nous faire rire et réagir…

  39. Tout cela me rappelle également une prise de bec à propos d’un journal plutôt marqué à gauche qui parlait de sexe sans trop respecter les dogmes des nombreuses chapelles de « gôche ».

    http://www.fakirpresse.info/Fakir-Machiste-et-fier-de-sa.html

    C’est sûr c’est plutôt une tempête dans un verre d’eau, et on peut trouver l’article initial un peu lourd et racoleur mais c’est assez révélateur, à mon humble avis, des gens qui veulent façonner le monde en noir et blanc et ne supportent pas les nuances de gris.

    • Ai jeté un coup d’œil au ledit article, cela fleur bon l’article à la Fluide Glacial, magazine que je lis de temps en temps (c’est à dire lorsque mon cousin apporte sa cargaison en vacances). Rien de bien méchant.
      Ce qui m’agace par contre, c’est le déploiement de ces mots « choquants » pour racoler le public et faire monter ainsi l’audience. Une ou deux fois c’est drôle, après ça fatigue un peu. Mais bon, c’est peut-être tout simplement pas mon type d’humour. Après, il y a ceux qui le manient avec plus ou moins d’adresse, l’extrême horrifique étant pour moi JM Bigard…
      Humpf, 50 Shades of Grey… Voilà bien un bouquin qui ferait un parfait feu de joie…

      • … Et la question est, comment peut-on adapter ce genre de « littérature », sachant qu’il faut quand même remplir les salles et que le scénario doit tenir en trois lignes. Ce qui me fait le plus hurler dans tout ça, c’est que l’histoire à la base est une porn-sado fanfiction de Twilight (je n’ai rien contre ce site, je suis moi-même auteure sur fanfiction.net) et apparemment extrêmement mal écrite (je n’ai jamais lu d’extraits de l’original). On change les noms des personnages pour des raisons de droit, et pof ! ce truc se vend à des millions d’exemplaires à travers le monde…
        Mais bon, on a bien fait plusieurs Transformers….

      • En fait j’attend surtout le film pour qu’il puisse être spoilé ici.
        Mais je me doute bien que c’est de la merde, j’avais déjà entendu parlé de la genèse de « l’œuvre » et ça base son succès sur l’essor des ebooks, comme ça les quarantenaires sexuellement frustrées peuvent fantasmer sans que le mari ou les occupants du métro ne les jugent à la vue de la couverture du livre. Si le lectorat a honte, peu de chance qu’un producteur mise dessus. Hélas pour nous …

    • Les ebooks sont effectivement extrêmement pratiques pour ce genre de littérature…. Mais je me souviens avoir vu plus d’une fois la couverture du ledit bouquin dans les transports en commun. Pas vraiment le bon endroit pour lire ce genre de chose, mais bon…
      Pauvre Odieux. Faire un spoil là-dessus… En attendant, on aura le nouveau Thor à se mettre sous la dent, vu la bande-annonce, je sens que ça va être fameux…

  40. Réponse B !…

    Quant au commentaire qui parlait de rire gratuitement des Juis, il m’a beaucoup fait rire aussi…

  41. Un article très amusant à lire comme d’ordinaire…….. dommage qu’il enfonce autant de portes ouvertes, avec tous ces courants d’air j’ai pris froid.

  42. Perso je pratique souvent l’humour noir et cynique, de manière totalement improvisée et incontrôlable… Du coup je me retrouve généralement sous la vindicte de mes congénères qui trouvent mes propos souvent choquants voir, j’adore ce mot, « déplacés ».
    Peut-on rire de tout ? Je crois que oui.
    Comment doit-on rire de tout ? Sans devenir « partie » de notre humour. L’humour doit reste une « critique » d’une situation sans prendre une position trop tranchée… Au delà, on sombre vite dans la méchanceté gratuite.

    J’adore votre blog. Vous arrivez à transcender l’humour de tout avec brio.

    Seules les critiques de films ringards (vous n’allez pas me dire que vous allez voir ce genre de navets ? Si ? Valez pas mieux que Nicolas Cage, alors !) sont un peu lassantes à la longue.

    Mes préférés : l’Enfant, et la Belgique (je suis Belge une fois, alors c’est normal !

    Chapeau, continuez ainsi. J’ai rarement autant ri en lisant un texte !

  43. Pingback: Pourquoi je peux rire de tout | Fourbis (4-B)·

  44. De la part d’un type dont le pseudo est Odieux Connard on pouvait pas vraiment s’attendre à mieux. Pensez à remplacez par Médiocre abruti de mauvaise foi, histoire que ça soit clair pour tout le monde.
    Cet article est un concentré de merde. Y a rien pour le sauver, vraiment.
    C’est pratique, vous caricaturez le discours de vos adversaires à l’extrême afin de les ridiculiser. Ça empêche la moindre explication de vos arguments propres sur l’humour. Et pour cause ! Y en a pas ! Vous voulez simplement vous comportez comme le dernier des salopards et que personne ne vous demande des comptes. Quel crime de lèse majesté ! Vous demandez de réfléchir avant d’attaquer ? Mais quelle arrogance !

    Je suis même sûr qu’il y a vraiment un mépris profond pour vos lecteurs.
    « Tiens, et si je faisais un gros troll dans mon prochain article? Ça fera chier les antifa et les feministes et ça gonflera mes stats. C’est tout bon. »

    Vous êtes vraiment un individu méprisable, Mr Connard.

    Je ne vous salue pas.

    signé : Un type qui a encore des valeurs morales.

    • Odieux connard est un pseudo qui lui va à ravir, puisque vous même le qualifiez d’individu méprisable et méprisant, le dernier des salopards, arrogant et ridiculisant ces adversaires. Concernant la mauvaise foi je vous invite cordialement à prendre connaissance de l’Avertissement et de la FAQ disponibles tout en haut de cette page.

      Le « vous caricaturez le discours […] » est un enfoncement de porte ouverte puisque c’est l’essence même du blog de nous pousser à réfléchir grâce à moult sarcasmes hyper-caricaturaux. Sinon l’Odieux Connard déteste absolument tout le monde et il est donc vain de qualifier qui que soit d’ « adversaires ».
      Le subtil mélange d’arguments et de sarcasme nous force à utiliser notre cerveau : l’Odieux ne réfléchit pas à notre place, on réfléchit par nous même, ce qui ne fut apparemment pas votre cas ici. Il faut savoir percevoir le second degré pour joindre l’utile à l’agréable à la lecture de ces articles.
      L’OC s’égare parfois et n’est pas incriticable mais ici, cet article me semble intelligemment sarcastique, critique, drôle et justifié.

      Possédant moi aussi des valeurs morales (ce qui ne m’empêche pas d’avoir de l’humour), je ne me permettrais jamais de qualifier votre commentaire de « concentré de merde », et je vous salue !

      • Pitié ! Pas l’excuse du second degré. Ça veut rien dire. C’est pas parce que c’est du second degré que c’est bon. C’est rigolo de me dire que, moi, j’enfonce des portes ouvertes, alors que Odieux Connard ne fait que ça, de l’enfoncement de porte ouverte. Y a pas un propos qu’il tient dans cet article qui ne soit pas stéréotypé, faux ou bien tellement évident et prouvé depuis longtemps qu’on ne peut plus le contester. Y a pas d’arguments, seulement du sarcasme. Allez y ! Montrez moi la logique de ses arguments. Trouvez des preuves que ça tient la route comme argumentation ! J’attends ! Vraiment !

        Vous me dites que c’est justifié. Très bien. Donc expliquez moi en quoi les feministes et les antifa sont oppressifs ? En acceptant pas qu’on oppresse des personnes démunies ? Vlà pas l’oppression !

        Moi aussi, je peux être sarcastique, vous voyez ? Je ne comprends pas, ça vous fait pas rire ? Non ? Rooooh ! Vous n’avez vraiment pas d’humour !!

        Vous me dite qu’Odieux Connard déteste tout le monde. Je vous crois sans problème (il a des centaines d’abonnés et aucun abonnement sur twitter, rien que ça, ça veut tout dire). Le problème, c’est qu’il se croit au dessus de la masse. Comme quelqu’un d’omniscient, qui aurait tout lu, tout compris.
        Le simple fait de se comporter comme ça fait de lui quelqu’un d’arrogant et de détestable..
        Et si. Il a des adversaires : tous ceux qui ne sont pas d’accord avec lui sont ses adversaires puisqu’il ne leur reconnait pas la possibilité d’avoir raison contre lui.

        Je finirais juste sur la phrase « on réfléchit par nous même ». Vous y croyez vraiment ? Y a pas plus faux que cette phrase là. Personne ne réfléchit complètement par soi même. Ni vous, ni moi, ni l’Odieux Connard. A chaque instant de notre vie, nos pensées, nos idées sont influencées par l’environnement. Que ce soit par la lecture, le Cinema, ou encore par nos amis… Personne n’y échappe. Si vous voulez penser réellement par vous même, il va falloir que vous compreniez ça et que vous choisissiez en connaissance de cause vos inspirations(c’est à dire qu’il faut se renseigner sur plusieurs sources différentes).

      • @Yahirm
        Comment réagir à des arguments pour les nuls :
        (je ne me veux pas insultant mais il me fallait un titre)

        1. Remplacer le mot « argument » ou « explication » par le mot « excuse » (fonctionne dans toutes les situations).

        2. Le « Ça veut rien dire » qui permet de rejeter en bloc n’importe quoi. Dans le même esprit, le « Y a pas d’argument » est aussi bien pratique, bien que trop facilement démontable par simple lecture de l’article.

        3. Si le propos adverse veut brasser large (tout l’internet), songez à utiliser le mot « stéréotype », plutôt que le mot « situation courante » ou « généralité » et soulignez l’enfoncement de porte ouverte, quitte à le généraliser à tout le propos de vos adversaires.

        4. Critiquer des sarcasmes est d’une étonnante facilité : pris au 1er degré, on peux les qualifier d’arguments « faux ».

        5. N’hésitez pas à faire comme si votre interlocuteur n’osait pas vous répondre en ponctuant votre propos d’injonctions inutiles à votre argumentaire comme « Allez y ! » « J’attends ! Vraiment ! » « Très bien. » Vlà pas l’oppression ! Non ? Rooooh ! » … et ajoutez un maximum de ponctuation du type « ! » et « ? »

        6. Demandez à votre interlocuteur une foule d’explications fort longue à mettre en œuvre et ayant si possible un rapport très limité avec la conversation (concernant les antifa et les féministes, la relative absurdité de leur action a déjà été traitée ici : https://odieuxconnard.wordpress.com/tag/antifascisme/ et ici https://odieuxconnard.wordpress.com/tag/sexisme/ )

        7. Prendre des juges impartiaux (#sarcasme), comme le nombre d’abonnés sur Twitter (un argument solide) (#sarcasme) (et surtout pas les 4300 abonnés au blog ou les 12 000 like Facebook ; concernant quelqu’un qui écrit de longs articles, 140 caractères n’est bizarrement pas un support très utilisé) (#sarcasme encore une fois).

        8. Un seul argument vaseux suivi de « ça veut tout dire » est aussi une technique appréciable.

        9. Si la personne que vous cherchez à traîner dans la merde n’est qu’un personnage fictif, critiquez sa personnalité n’est pas très pertinent mais est vraiment très facile (« il se croit au dessus de la masse » ; « omniscient, qui aurait tout lu, tout compris », …). Si l’adversaire n’a jamais affirmé avoir lu quoique ce soit, et si les seules choses qu’elle a compris sont les conclusions de ses raisonnements, veillez cependant à ne pas sortir trop de conneries.

        10. Concernant toute allusion au libre-arbitre, aux opinions ou à la pensée en général (notez que dans un débat, ces thématiques peuvent souvent apparaître), vous pouvez vous torcher avec les arguments de votre interlocuteur en utilisant le principe de déterminisme et la définition de la liberté selon Spinoza. Soit dit en passant, ça n’empêche pas de réfléchir par soi même, chacun part seulement sur des bases un peu différentes pour réfléchir (ici le raisonnement est quand même articulé autour des arguments adverses alors on a de bonnes bases).

        11. Faites remarquer à la partie adverse qu’il est con comme une porte et mal renseigné, parce que les 5 arguments démontés ci-dessus, on ne les voit pas du tout quotidiennement à la télé ou sur Internet (#sarcasmes). Et les articles dont j’ai donné des liens ne sont pas du tout basés sur des faits réels (#sarcasme). D’ailleurs je vis dans une grotte (#sarcasme) et ma seule source d’information est ce blog (#sarcasme).

        Concernant « tous ceux qui ne sont pas d’accord avec lui » ; « ses adversaires », l’Odieux reconnait la possibilité d’avoir raison contre lui, mais plutôt que de venir nous emmerder, il conseille aux rageux, femen, fanboy ou autre tolkien-nazi de ne tout simplement pas venir par ici. Laissez nous vous haïr paisiblement, sans heurt, sans insultes. Merci.

      • Aaah la fameuse excuse de la FAQ « Ouais mais bon c’est du 2ème degré hein »….

    • Je suis persuadée que notre chère Connard à imprimer votre commentaire pour prouver qu’il a atteint le niveau requis pour prétendre à détroner satan.
      Merci la révoltion des enfers est en marche grace à vous, en effet depuis Dante on se faisait un peu chier.
      Amicalement,
      une odieuse connasse (avec plein de mots en -iste, notamment celui qui commence par femin)

    • Je commence même à penser que Kriss et l’Odieux Connard ne forme qu’une seule et même personne. Il y a même une pelle à 3:09 !

  45. Je suis tombé amoureux de toi. Tu es mon modèle. Trop fort. Beau gosse. BAIZ MWA !! Acceptes-tu de devenir mon Maître ?

  46. C’est facile de dire qu’il faut rire de tout quand on est un homme blanc et hétéro. Parce que 95% des blagues concernent les noirs, les homos, les femmes, les juifs, les arabes etc.
    Mais quand tu est noir, homo, femme, juif, arabe ou autre, et que tu les entends tous les jours, ces blagues là qui te concernent toi, et que le mec pas concerné en face te réponde « un peu d’humour enfin, lol quoi », ya de quoi avoir envie de foutre des points dans certaines gueules.

    C’est un peu comme la fille super bien foutu qui dit à la petite grosse « qu’il faut savoir assumer son corps comme il est et accepter la critique des autres ». La petite grosse, elle, tout ce qu’elle pense c’est: « Facile à dire, j’aimerais bien t’y voir toi, connasse ».

    Donc le mec blanc hétéro lambda qui va te dire qu’il faut « être capable de rire de tout, surtout de soi-même » c’est juste de l’hypocrisie totale, puisque personne ne va rire de lui. Une fois de temps en temps on va lui balancer un « hé pd lol » et il va se conforter dans son idée qu’il est un mec bien puisqu’il accepte qu’on se moque de lui.
    Mais moi j’aimerais bien l’y voir à entendre tous les jours des blagues sur le fait qu’il est forcément con parce qu’il est blonde, qu’il est surement pété de thune vu qu’il est juif (« hé lol, on rigole hein ;-) ! ») ou qu’il aime surement le rose vu qu’il est homo. On verra si à ce moment là il sera apte à rire de lui-même.

    Donc oui, notre humour est un humour globalement macho, raciste et homophobe. Et c’est pas parce que certains femmes/noirs/homos arrivent à en rire que c’est bien. Parce que à côté ya ceux qui le prennent pas bien,et eux il en souffrent.

    Oh bien sûr, c’était pas pour être méchant, donc faut pas qu’ils le prennent mal. Mais du coup, si je te fous mon point dans ta gueule mais que c’était pas pour te faire mal, t’as le droit d’être énervé d’avoir quand même mal ou bien c’est juste que t’es pas assez ouvert?

    Cher Odieux, c’est super ce que vous faites vraiment sur votre blog. Quand vous vous contentez de spolier des block-busters. Mais par pitiez, laissez la sociologie de l’humour aux sociologues. Eux savent de quoi ils parlent et ne se contentent pas de faire un point goldwin pour tenter de décrédibiliser un argument.
    Et eux ne se retrouvent pas à être en train de dire à des gens que « si tu souffre de ces blagues qu’on fait sur toi, c’est juste que t’es con est pas assez ouvert d’esprit ». Minimiser la souffrance des autres pour pouvoir continuer à s’amuser, c’est acceptable ou pas?

    Cordialement

    • Oui c’est acceptable de minimiser la souffrance des autres pour pouvoir continuer à s’amuser. Comme le disait Didier Super, « mieux vaut en rire que s’en foutre ». Faire une vanne sur les gays est toujours mieux que de les exclure au motif qu’ils seraient des malades mentaux, parce qu’on s’imagine qu’ils ne représentent que 0.1% de la population (c’était la situation des années 50).
      Je pense qu’on peut faire des blagues incluant des incinérations (ou des douches ou une importante quantité d’argent, etc) à un juif si il peut en rire avec nous et que ça permet de mieux l’intégrer.
      Sinon un autre commentaire plus haut disait qu’on ne pourrait pas s’excuser d’une blague cruelle au motif qu’il y a pire, et je ne suis pas d’accord: La petite grosse de ton exemple peut (sans être un monstre cruel) minimiser ses propres souffrances (et excuser les remarques sur sa consommation de frites) parce qu’elle sait qu’il existe bien pire dans le monde, comme ces deux gays dont les noms sont connus publiquement qui se sont très gravement brûlés et blessés après des relations sodomites avec leur hamster /*rire à gorge déployée*/.

      • Mais dire qu’il faut savoir excuser les paroles de quelqu’un parce que derrière ya pas une volonté méchante ça revient à te dire que tu n’as pas le droit de te sentir blessé, que si tu l’es c’est de ta faute et pas de celle de ceux qui te blessent.

        C’est pas parce que c’est en parole et pas en action que c’est pas blessant. Et c’est pas parce que tu ne voulais pas faire mal que tu est innocent.
        Jamais tu n’oserai dire qu’un gars qui blesse physiquement quelqu’un de manière involontaire qu’il n’est pas coupable parce que derrière il n’y a pas de volonté de blesser. D’ailleurs, tu peux parfaitement être condamné pour homicide, violences ou blessures involontaire.
        Un gars qui prend le volant avec 3 grammes dans le sang et qui renverse quelqu’un sur la route est coupable, même si à aucun moment il s’est dit « tiens, si j’allais tamponner un gars? »
        L’absence de volonté de faire le mal ne peut pas tout axcuse, il faut être RESPONSABLE de ses propres actes, c’est à dire de ce que l’on fait et de ce que l’on dit.
        Et si jamais la personne est blessée par ce que je lui ds, c’est ma responsabilité d’être capable de lui dire « ok, désolé, je t’ai blessé, je ne le souhaitais pas, je m’excuse, je recommencerai plus » et pas simplement « oh c’est bon, ça va ».

      • Ton commentaire sur les deux gays qui enculent leur hamster n’a aucun rapport: ils se sont fait ça à eux même.

        Je ne dis pas qu’une personne ne peut pas minimiser SES PROPRES souffrances au regards de celles des autres. Ça c’est possible, mais c’est un travail personnel, qui vient de l’intérieur. Il faut que la personne en soit capable.
        Et le fait de la forcer à minimiser ses souffrances, en lui disant que « c’est bon quoi, ya pire, merde », c’est une négation de la réalité de ses souffrances.

        Si la petite grosse en question est capable de rire de son poids, c’est super, et dans ce cas tu peux te le permettre. Mais si elle y arrive pas encore, ça veut dire que le regard des autres est trop pesant sur elle, et en blaguant sur les gros devant elle, tu accentue ce regard.
        Et en lui disant que ya pire, tu l’accuse de souffrir. Comment tu peux surmonter ta douleur, si on t’inculque que rien que le fait de l’éprouver est une faute de ta part?

      • C’est vrai que ça dépend des petites grosses. Moi j’en imaginais une qui était grosse parce qu’elle bouffe trop de frites, et donc qui c’était fait ça elle même (comme nos 2 lauréats des Darwin Awards).
        J’ai connu un gros (au collège) qui le prenait mal, et qui nous insultait dès que le mot gros, pesant, gras, lourd ou autre apparaissait dans la conversation (même sans rapport avec lui, alors imaginez une blague !). Finalement plus personne ne lui parlait et il s’en est trouvé bien con. Il a finalement fait un effort et a su faire preuve d’auto dérision.
        Mieux vaut un regard parfois pesant au début que pas de regard du tout.
        Le juif qui arrive à rire des blagues sur les douches, et sais que je ne pense pas réellement que les juifs sont tous des gros richards radins, il a juste compris que c’était de l’humour parce qu’à l’oral, le ton est plus expressif qu’à l’écrit de mettre un smiley.
        Perdre un bras ou un proche, ça craint vraiment, alors qu’être noir ce n’est négatif que si on est raciste. Peu de noirs sont racistes envers eux-mêmes, et si le noir en question discute avec toi dans une bonne ambiance depuis plus de 10 minutes, il sait que tu n’es probablement pas du FN.

        Dans tout les cas, il faut bien calculer la situation avant de sortir une blague.

        Ce que je dis c’est qu’on a :
        ignorer les gens différents < faire des blagues avec les différences des autres < vivre en parfaite harmonie au pays des bisounours

        Maintenant j'ai grandi en Vendée, ou il y a singulièrement moins de bonehead que dans le nord est, alors les "arabes" ou autres prenaient peut-être mieux les blagues que si on avait grandi à Paris, tant il est improbable de tomber sur un néo-nazi dans le système scolaire des Sables d'Olonne !

      • « Je pense qu’on peut faire des blagues incluant des incinérations (ou des douches ou une importante quantité d’argent, etc) à un juif si il peut en rire avec nous et que ça permet de mieux l’intégrer. »

        En quoi faire ce genre de blagues permet de l’intégrer? En quoi faire des blagues sur les gays à un homo lui permettra de se sentir mieux vis-à-vis du rapport que la société a avec sa sexualité? En quoi faire des blagues sur les gros à une grosse lui permettra forcément d’accepter son corps?

        Le juif qui arrive à rire des blagues sur les douches, les incinérations et l’argent, c’est cool, il se sent pas vexé par ça. Mais ça veut aussi dire qu’il est déjà intégré vu qu’il te connait et qu’il sait que quand tu fais cette blague là, tu pense pas réellement que les juifs sont tous des gros richards radins. Donc c’est pas dans un but d’intégration que tu lui les fais.

        Par contre, celui qui n’est pas intégré, donc que tu ne connait pas et qui ne te connait pas, il pourra pas savoir que tu ne prône pas réellement la solution finale en faisant ta blague (parce que oui, malheureusement ya des gens qui le prônent, et c’est pas marqué sur leur front). Donc il pourra éventuellement penser que tu y crois. Donc se vexer et s’énerver. Donc au final, ta blague qui permet d’intégrer, elle ne l’intègre pas, elle le victimise.

        Parce que blaguer sur ça c’est pas intégrer. C’est pas dire je t’accepte tel que tu es. C’est dire: « tout ce que je vois en toi, c’est cette caractéristique là. C’est le fait que tu soi gay/juif/noir/arabe/gros etc. Pour moi tu es un cliché et en toi je ne vois que ça. »

        Encore une fois, c’est la fausse distinction entre un acte et une parole. Parce que c’est oral tu crois que ça fait pas mal, donc c’est ok.
        Mais si un gars sors tout juste de l’hosto avec le bras droit en moins, jamais tu te permettrait de lever la mains devant lui en lui faisant « Hey, tape m’en 5 ». Parce que tu te rends bien compte là que la perte pour lui de ce bras est une souffrance, et que le lui rappeler tous les jours ne l’aidera pas.

        De même que peu de médecins te font des blagues en t’annonçant la mort d’un proche, par exemple. Ça aide absolument pas à intégrer la nouvelle, Sur le moment ça ne fait qu’attiser la blessure, en te rappelant que maintenant ça fait partie de toi.

        Si du temps à passé et que le gars à réussi à surmonter la mort de sa femme, peut être qu’il pourra en rire. Mais tant qu’il le ferra pas lui même, un conseil, ne blague pas sur les femmes mortes devant lui. Il pourrait le prendre mal. Et toi tu pourra difficilement justifier ton manque d’empathie par un « hé, c’est bon, c’est juste pour t’aider à surmonter ça ».

      • « C’est vrai que ça dépend des petites grosses. Moi j’en imaginais une qui était grosse parce qu’elle bouffe trop de frites, et donc qui c’était fait ça elle-même »
        Oui voilà, c’est probablement volontaire de sa part, les gens aiment bien être gros.

        « J’ai connu un gros (au collège) qui le prenait mal, et qui nous insultait dès que le mot gros, pesant, gras, lourd ou autre apparaissait dans la conversation (même sans rapport avec lui, alors imaginez une blague !). Finalement plus personne ne lui parlait et il s’en est trouvé bien con. Il a finalement fait un effort et a su faire preuve d’auto dérision. »
        Donc en gros, tu es en train de dire que :
        -un gars que tu connaissais était gros et se sentait blessé dès que vous parliez de ça.
        -vous l’avez exclu (je dis pas que c’était le but hein, mais par la force des choses, c’est ce qui s’est passé)
        -du coup, pour pas être seul, il accepte de se moquer de lui-même, alors que clairement c’est douloureux pour lui (parce que si il en était à réagir dès que gras, lourd ou pesant sortait dans la phrase, tu me feras pas croire que du jour au lendemain il s’est mis à super bien le prendre ! Il a juste fait semblant)

        Le gars n’a pas fait preuve d’autodérision, en tout cas pas immédiatement. Il a fait comme 80% des gros, noirs, arabes ou homos qui rient à des blagues qui les concernent : il a fermé sa gueule pour ne pas être exclu. Parce que si tu refuses de rire de toi tu es exclu. Parce qu’apparemment c’est hyper important d’en être capable. Bien sûr tous ceux qui te le diront seront ceux dont on ne rit quasiment jamais.

        « Perdre un bras ou un proche, ça craint vraiment, alors qu’être noir ce n’est négatif que si on est raciste. »
        Non, être noir c’est négatif quand tous les jours la société te rappelle que même si c’est écrit nul part, tu es différent. C’est moche quand tous les jours quand tu prends le métro, tu te fais contrôler par le flic qui laisse passer le blanc devant toi. C’est moche quand ta photo sur ton CV diminue tes chances d’avoir le poste. Du coup, il est en droit de le prendre aussi mal que le manchot ou le veuf ? C’est à qui de décider si c’est une souffrance pour lui ?

        « Dans tout les cas, il faut bien calculer la situation avant de sortir une blague. »
        C’est exactement ce que je te dis ! Le juif qui sais que tes pas raciste parce qu’il a discuté 10 mn avec toi, ça passe. Mais quand tu me parles de ton petit gros à qui tout le monde a fini par arrêter de parler, c’est bien que vous ne calculiez pas la situation avant. Il vous a dit que ça le blessait, vous le saviez, mais vous vous en foutiez.

        « Ce que je dis c’est qu’on a :
        ignorer les gens différents < faire des blagues avec les différences des autres < vivre en parfaite harmonie au pays des bisounours »
        Et pourquoi la troisième option se passe forcément dans le pays des bisounours ? Pourquoi tu pars forcément du principe qu’à partir du moment où tu ne te moque de personne (en tous cas pas devant les personnes concernées par la moquerie) c’est que tu es un gros naïf ?

        « Maintenant j'ai grandi en Vendée, ou il y a singulièrement moins de bonehead que dans le nord-est, alors les "arabes" ou autres prenaient peut-être mieux les blagues que si on avait grandi à Paris, tant il est improbable de tomber sur un néo-nazi dans le système scolaire des Sables d'Olonne ! »
        Sans aller jusqu’à néo-nazi, tu serai surpris du nombre de racistes mondains, qui te sortent quelques gros stéréotypes sur les arabes, les noirs où les homos, et qui te précisent après que « nan mais je suis pas intolérant, en plus j’ai un ami noir/arabe/homo, c’est juste que ça c’est vraiment vrai, d’ailleurs c’est cet amis noir/juif/homo qui me l’a dit ». Et généralement ils ont les meilleurs blagues sur ces gens-là.
        Et oui, je suppose qu’en Vendée les problématiques sont différentes, mais dans certains quartiers parisiens tu te fais toujours siffler quand t’es une fille, si tu te balade avec un pull coloré, tu peux entendre des « sooooooo gay^^ » sur ton passage, et quand tu es noir et tu te balade dans le 16ème on te regarde toujours comme si t’allais essayer de voler le sac de la première qui passe. Mais bien sûr c’est pour rire^^

        Pour résumer : c’est facile de dire qu’il faut rire de tout, surtout de soi. C’est beaucoup plus dur à mettre en pratique, mais ceux qui défendent cette position mordicus sont (en majorité) ceux dont on ne rit presque jamais. Ou alors qui ont bien intégré qu’il faut savoir rire de soi pour ne pas être traité d’intolérant.

        Le jour où le racisme et l’homophobie auront vraiment disparu, on pourra rire des gays et des noirs, mais est-ce que ce sera toujours drôle ? Non. Parce qu’on ne rit de ceux dont certains se moquent. Est-ce qu’on a toujours des blagues sur les protestants en France ? Plus depuis que le protestantisme n’est plus une cause de discrimination, comme c’était le cas jusqu’au début du XIXème. Est ce qu’on rit toujours des noirs/arabes/musulmans/femmes/gays etc ? Oui. Est-ce que le racisme, l’islamophobie, la misogynie, le machisme et l’homophobie existent toujours en France ? Oui. Et tu connais beaucoup de blagues sur les bancs ou les Norvégiens toi? Ça m'étonnerait.

      • la vache c’est de plus en plus long.
        donc sinon la plupart des obèses américains mangent déséquilibré parce qu’ils aiment ça et ne peuvent pas s’en empêcher.
        Le gros que je connaissais s’est exclu lui même : il s’énervait quand on utilisait le mot « gros » (mais sans rapport avec l’obésité, comme utiliser l’expression « donc en gros », il pensait qu’on se moquait de lui derrière son dos, j’imagine) et c’était impossible de discuter normalement. Quand il a compris que sa paranoïa était ridicule il a effectivement fait des concessions et on a peu à peu put rigoler des gros (pas de lui quand même, mais bon).
        Le pays des Bisounours signifiait juste que cette hypothèse est purement théorique, un monde imaginaire.
        Ne pas s’accepter tel qu’on est, c’est effectivement être intolérant envers soi-même, et si quand on est gros ça passe par un régime (et quand on est roux on se teint), cela sous entend quand même souvent qu’on a besoin d’un psychiatre, sinon tous les noirs riches finiraient comme Mickeal Jackson.
        Sinon je connais des blagues sur les belges ou les anglais, des gens qui ne sont particulièrement haïs par la société…

      • « la vache c’est de plus en plus long. »
        Ne t’y trompe pas, c’est aussi parce que à chaque fois je cite tes post, ça donne l’impression que j’en dis beaucoup mais en vrai… Du coup j’arrête de citer !

        J’avoue que concernant la grosse je l’ai tout de suite compris « elle s’est fait ça a elle-même » comme « elle s’est fait ça volontairement », et c’est pas forcement ce que tu voulais dire.

        Volontairement ou non, ya quand même une connotation légèrement négative dans « pays des bisounours », c’est pas seulement « théorique et imaginaire », ya aussi du « enfantin et puéril » là-dedans. Enfin moi j’y vois ça quoi.

        Jusqu’à y a à peine 100 ans (et 100 ans pour une société, c’est rien), les Anglais étaient nos ennemis héréditaires. D’ailleurs, mon arrière-grand-mère a toujours beaucoup critiqué mon cousin d’être parti travailler en Angleterre et se faisait un plaisir de te citer toutes les blagues qu’elle connaissait là-dessus! Du coup c’est logique que t’en connaisse plein sur les Anglais et les Belges encore, le fait de les déprécier n’est pas si ancien et ça reste.

        Alors justement que les Norvégiens avec qui on a jamais eu aucun conflit, ni aucun reproche, vu qu’ils sont jamais venus en France, bah ya pas vraiment de blague sur eux. Pareil pour les Lituaniens ou les Danois. Par contre, des blagues sur les Portugais, Polonais ou Roumains (immigration +/- récente), sur les Anglais, les Belges les Italiens (ex-ennemis) ou encore les noirs les arabes ou les chinois, t’en as.
        En Grèce on n’en connaît pas des masses sur les Polonais ou les Portugais, mais on en raconte des tonnes sur les Albanais.

        Le sens de mon propos, c’est que l’humour est un formidable critère de reconnaissance sociale. En fonction de ce que tu es, où tu vis et des problématiques de ta société, tu ne riras pas de la même chose que ton voisin.

        Et à partir du moment où quelque chose est un critère de reconnaissance sociale, ça peut facilement devenir un critère d’exclusion sociale. D’abord parce que en fonction de si tu ris à une blague ou non, tu peux éventuellement te faire exclure. Le petit gros de ton histoire est un mauvais exemple de ma part, vu qu’il en fait trop, mais dans une moindre mesure ça t’es forcément déjà arrivé de rigoler à une blague sans la comprendre, juste pour pas dire « heu, j’ai pas compris » et passer pour un idiot.

        Et aussi parce que rire d’une personne c’est l’ecxlure sans qu’elle soit présente. C’est créer une private joke sur elle. Genre on se balance entre nous un « hé regarde la grosse là, on dirait trop Machine » « haha, ouais j’avoue ». Et quand Machine reviens, on y repense et on rigole. Je caricature mais c’est globalement l’idée. Donc rire d’un groupe particulier, c’est en un sens l’exclure. C’est pour ça que l’humour est tellement utilisé en politique (cf. mon post précédent).

        Du coup je dis pas qu’il faut pas rire des gens, mais qu’il faut le faire en étant conscient du « danger », de la douleur qu’on peut infliger, et être prêt à le reconnaître (et surtout à s’excuser!) dans ce cas !

        Cela dit, discuter avec toi est passionnant et j’espère que la longueur de mes posts ne t’exaspère pas ! :-)

  47. Pingback: Toubib or not toubib | Splanchnopleure·

  48. Je vous aime ! Oui je sais les demandes en mariage et autres déclarations c’pas ici mais que voulez vous je voulais que tous le sache ^^

  49. Bof, le problème est que la provoc’, l’humour (noir ou pas) sont devenus très communs. Et c’est banal et sans grand intérêt car sans risque et largement diffusé via Internet.
    Cela sert surtout à certains pour se sentir supérieurs… tout en faisant comme tout le monde ! :D

  50. Donc, grace a cette article, j’ai appris que je suis:
    Un dangereux nazi feministe non extremiste. Un raciste et un sexiste en puissance et homophobe en prime, legerement necrophobe. Necrophile et avec des tendances zoophile, pedophile, pere-noelophile et homosexuel !

    Je m’auto-blame tellement je me fais honte ….

  51. Bonjour à tous! Sujet très intéressant, j’essaye de me forger une idée autour de cette idée du « Peut-on rire de tout ».
    Mais mes pensées vont, en ce contexte, directement aux sujets d’actualités. Sans vouloir paraître redondant, que penser de l’affaire Dieudonné? Je le case dans le 5e argument, mais là c’est différent car il s’est trouvé un véritable public… J’aimerai bien l’avis de l’odieux connard :)

  52. Je suis tombé sur cette vidéo de « On n’est pas couché » au moment de la chronique de Nicolas Bedos (émission que je ne regarde pas, je regarde peu la télé). Je vous invite à voir la vidéo, même si le personnage est pour ma part un peu tête a claque, les propos qu’il avance (surtout à partir de 11:12) me semble bien résumer la situation de cette « affaire » (si on peut appeler ça comme ça) Dieudonné. Je n’ai pas vu le spectacle de ce dernier, je ne connaît donc pas précisément le contenu humoristique qui fait tant débat.

    J’avance avec ma propre lanterne au sein de tout ce noir pour me faire ma propre idée. En aucun cas je ne prône plus une idée qu’une autre :)

  53. Je crois franchement qu’on peut rire de tout ce dont on est prêt à parler sérieusement.
    Que donc si on ne sait qu’en rire, c’est « mal »!
    (je dis ça, je dis n’importe quoi, car n’ai jamais essayé de parler sérieusement de tout ce qui me fait rire…)

    Pour ma part, je commence à avoir du mal avec un type d’ironie.
    Celle qui n’explicite pas à un moment, aussi discret ou subliminal possible, qu’il s’agit bien d’ironie et qui joue en toute objectivité un double-jeu.
    Ce site est à sa façon « sur le fil » mais du bon côté! car pratiquer l’ironie en y glissant ces indices sans tomber dans le « téléphoné » avec des (comprenons que je dis le contraire de ce que je veux dire pour me moquer) relève d’une forme d’art en voie de disparition.
    Dans ce que j’ai lu, il y a cette oscillation savoureuse entre l’ironie et la mise en évidence de son cadre! c’est un compliment!

  54. On peut rire de tout, a condition que l’auteur fasse vraiment de l’humour.

    Petit resumé des faits sur Dieudo :

    Dès les années 2000 Dieudonné fait scandale avec ses prises de position et provocations et a déjà eu affaire à plusieurs procès et condamnations (par exemple celle de novembre 2007, lorsqu’il a comparé les « juifs » à des « négriers »), en raison de ses idées antisémites et négationnistes (dénonciation du « système américano-sioniste », promotion de Robert Faurisson…). L’ordonnance du Conseil d’État relève d’ailleurs qu’il a fait l’objet de neuf condamnations, dont sept définitives, pour des propos de cette nature. Plusieurs de ses représentations ont par ailleurs déjà été annulées, notamment en raison de craintes de violences physiques entre ses soutiens et ses adversaires déterminés à « contre-manifester » (ce type d’incident a, par exemple, eu lieu à Lyon en février 2004).

    source : http://www.sens-public.org/spip.php?article1053#sdfootnote27anc

  55. le sujet est plus que jamais d’actualité. j’ai relu cet article qui m’a tiré le premier rire depuis hier.
    merci.

  56. Je n’ai pas trouvé le sketch particulierement choquant. C’etait meme plutot pas mal, mais je n’ai pas ris. Oh mon dieu, que suis-je?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s