Paranormal et plus que banal

Sophie n’existe pas.

En fait, paradoxalement, si : elle est tangible. Mais c’est à peu près tout. Elle n’est pas laide, sans être particulièrement belle, une sorte de Madame Tout-le-monde qui passe inaperçue dans la plupart des cas ; quelque part, Sophie aurait pu sombrer dans l’illégalité et s’y faire une place, tant il est presque impossible de se souvenir d’elle après son passage : cependant, elle n’a jamais pu s’y résoudre. Ou plutôt n’y a t-elle jamais pensé.

Sophie n’est ni bonne, ni mauvaise : elle se décrit comme franche et détestant l’hypocrisie, défonçant les portes ouvertes de son puissant bélier de lapalissades, avec une bonne foi et une candeur ravissantes qui tendent à pencher vers une véritable méthode Coué. Bien sûr qu’elle bave sur le dos d’autrui, mais jamais beaucoup. Et puis, uniquement sur ceux qui l’ont mérité. Elle aime bien Scène de Ménage sur M6. Ca lui rappelle Chouchou et Loulou, là, le truc sur la 2, avec Alexandre Dujardin. Elle ne s’intéresse pas à la politique, et réagit plutôt aux faits divers ; elle adore les détails, mais n’aime pas quand ils montrent des morts ou des gens faméliques au 20h, parce qu’elle mange devant la télévision et que ça lui coupe l’appétit.

En fait, vous pourriez remplacer Sophie par Valérie ou par Laure, ce serait la même chose. Ce sont de purs fruits de notre société, dont le seul but dans la vie est de ne surtout, surtout pas sortir du lot. D’être normaux. De suivre les conventions. D’être en couple, d’avoir une maison, une barrière blanche, deux enfants qui s’appelleraient Théo et Zoé, et pourquoi pas un Chien.

Vous ne vous êtes jamais demandé si vous n’étiez pas le seul être conscient du coin ? Que tous les autres n’étaient que des personnages inconscients peuplant votre vie pour lui donner un semblant de réalisme ? Sophie et consorts ont choisi leur voie : si Shakespeare voyait le monde comme une scène, de fait il aurait là pléthore de figurants ne demandant qu’à être oubliables à merci.

To bitch or not to bitch, that is the question, hein, dites.

Alors bon sang de bois, pourquoi cette truie sans personnalité continue t-elle de la ramener sur comment vous devriez mener votre vie ?

Notre société comporte en son sein une mystérieuse brigade de gens particulièrement ennuyeux qui ne perdent pas une opportunité de vous expliquer que vous faites de mauvais choix, ou mieux, que vous avez un problème. Par exemple, le grand hobby de Sophie va être d’aller trouver ses copines célibataires pour leur demander pourquoi elles sont seules, et leur donner quelques bon conseils pour réussir, comme elle, à avoir un couple incroyablement chiant dans lequel le plus grand moment d’excitation qui soit est quand Monsieur pète sur le sofa avant de demander si on baise, parce que bon, on est vendredi, et que le vendredi soir, logiquement, ça copule.

Aussi, magie d’internet, on peut donc trouver quantité de conseils de Sophie et consorts traînant de-ci de-là visant à expliquer à leurs semblables (mais pas trop) comment faire pour rejoindre la secte des gens qui ont une vie de merde.

Aujourd’hui, donc, nous nous arrêterons sur un bel article crypto-rebelle de « elle raconte » portant le titre plein de folie de « Célibataire… et alors ? » ; puisque chacun sait que « célibataire » est un gros mot chez Sophie & co (que diraient les gens s’ils savaient ! Vite, il faut retrouver quelqu’un ou je serai la risée de Brenda et Gertrude ! Je dois me marier et avoir des enfants avant elles !) ; aussi, découvrons ensemble ce que signifie « célibataire » par opposition à « couple » chez nos amies du coin.

Après plusieurs années en couple et de concubinage, vous voici de retour sur « le marché ». Fini les soirées en amoureux devant un bon film, les sorties romantiques à deux, les textos fougueux (enfin au début en tout cas)..

Voilà : votre couple a déjà intérêt à avoir duré plusieurs années, hein, parce que sinon c’est tout pourri, mais bon : on constate surtout que c’est la fin d’activités passionnantes comme « les soirées en amoureux devant un bon film » ; parce que comme chacun sait, les gens amoureux adorent se faire des soirées cinéma, afin de se prouver leur amour. « Je t’aime mon choubidou – moi aussi mon amour, maintenant ta gueule, j’adore ce passage« . Comme premier exemple à citer, il y en avait peut-être d’autres, mais on fait avec ce que l’on peut. Passons.

En attendant de retrouver chaussure à votre pied (quitte à devoir mettre une semelle…), un conseil : profitez!!

Conseil typique de Sophie : retrouvez quelqu’un, quitte à ce qu’il ne vous aille pas. Mesdemoiselles, on s’en tape que vous soyez heureuses ou pas, hein, l’important, c’est que vous ayez un couple qui tient à peu près la route, et de préférence rapidement. Parce que merde, vivre seule, c’est vraiment trop la honte, quoi ! Vous imaginez ? Devoir réussir à ne reposer que sur vous-même, prendre un peu confiance en vous, ne pas dépendre d’autrui… non, quelle situation merdique. Ce serait proprement intolérable.

J’en profite pour rappeler que si un mec écrivait « Les filles, il vous faut retrouver un mec… quitte à vous forcer un peu !« , on le qualifierait d’enfoiré de machiste et on ouvrirait la cage d’Isabelle Alonso, non sans l’avoir précédemment titillée avec des tasers pour l’exciter et nourrie uniquement de yaourts durant plusieurs semaines. Mais là, comme c’est un truc de filles, hihihi, c’est « tellement vrai« .

Heureusement, l’article nous propose de découvrir toutes les choses bien qu’une célibataire peut faire, contrairement à lorsqu’elle est en couple, et effectivement, c’est tout de même assez révélateur :

1/ Vous allez avoir un « chez-vous ». Un petit nid douillet que vous aurez patiemment aménagé pour vous y sentir le mieux possible. Il n’aimait pas vos tentures ? Vous allez enfin pouvoir en remettre !

En effet : si vous habitez avec un mec, c’était forcément « Chez lui » et pas « Chez vous » : manquerait plus qu’une femelle se croie chez elle. Par ailleurs, c’est forcément le mâle qui choisit la déco : si une damoiselle essaie ne serait-ce que d’accrocher un cadre au mur, elle se prend aussitôt une chaise sur la gueule dans un hurlement guttural, et doit promptement s’excuser et ne surtout pas essayer d’aménager un petit chez soi. Non, ça, c’est pour les célibataires. A partir du moment où on a un mec, il faut fermer sa gueule, car le son de la voix d’une femme est sur une fréquence qui énerve naturellement le mâle.

Cela dit, il est vrai que Valérie Damidot a été une femme battue. Remarquez, vu comment elle décore, moi aussi je… hmmm, non rien, rien.

2/ Vous allez avoir le rythme de vie que vous voulez ! Envie de rentrer d’une soirée à 2h du matin sans prévenir qui que ce soit ? Pas de problème ! Vous voulez vous coucher à 20h si vous en avez envie, faites-le, il n’y a plus personne à attendre.

Envie de vous coucher tôt ? C’est interdit quand on est avec Monsieur ! C’est lui qui décide à quelle heure tout le monde va au lit, ce qu’on y fait, et dans quel ordre (non parce que des fois, il y en a qui inversent un peu tout et ça devient vite le bordel). Par ailleurs, le fait d’avoir votre propre vie est aussi particulièrement mal vu, puisque ça supputerait que vous prenez des initiatives, ce qui est très mal.

Mieux vaut donc « attendre » le retour de l’être aimé chez soi, et de préférence, en faisant chauffer la popote. Parce que, hein, c’est pas comme si vous aviez un travail.

3/ Il vous reprochait de trop laisser trainer vos affaires ? Désormais, même si vous étiez loin d’être une bordélique, vous n’êtes plus obligée de ranger le moindre vêtement laissé par hasard sur un bout de canapé.

Car non, la femme ne peut pas être bordélique : le rangement est dans ses gènes. Des équipes de scientifiques n’ont pas hésité à faire des tests, en observant à l’abri derrière une vitre sans tain ce qu’il se passe lorsqu’une femme est lâchée dans une pièce contenant divers objets connus pour faire réagir les doubles chromosomes X : naturellement, elle va rabaisser la lunette des WC (même si elle ne s’en sert pas), ramasse les slips sales, repasse les chemises et passe la serpillière. Alors que dans le même cas, le mâle lâché dans le même milieu hostile va pisser deux mètres à côté de la cuvette, humer les slips pour voir s’il peut les remettre, s’asseoir sur la chemise pour l’aplatir un peu et se mettre la serpillière sur la tête avant de chanter l’intégrale des cantiques de l’OM.

Définitivement, le gène du bordel est sur le chromosome Y. Mais comme la femme est là pour ranger, il faut quand même reconnaître que la nature est bien faite.

Ah bah il peut vous reprocher de laisser traîner un pull

4/ Vous allez pouvoir discuter avec votre meilleure amie tout au long de la nuit si ça vous chante sans avoir peur de gêner votre copain (ex).

Votre « besta », pour rappel, puisque les femmes sont obligées d’avoir une hiérarchie de leurs amies avec une place unique pour une amie désignée par le titre honorifique de « meilleure« , celle à qui il faut ab-so-lu-ment raconter toute sa vie (et celle des autres) en détails. Mais par contre, il ne faut pas oublier que votre meilleure amie n’est peut-être pas une grosse pintade, contrairement à vous, et que si vous lui envoyez toute la nuit des « Ma bestouye, sava ? Hihihi ! :)« , vous risquez de recevoir en retour « Tu me réveilles encore une fois, je t’explose le museau. T’es peut-être célibataire mais moi la nuit je dors parce que j’ai un métier et une vie, je n’ai plus 14 ans. Maintenant, étouffe-toi avec ton oreiller s’il te plaît ;)« .

5/ Vous vous cassiez la tête pour trouver LE cadeau d’anniversaire ou de Noël pour lui faire plaisir ? Plus besoin de courir les magasins ou d’organiser des weekend surprises qui tombent à l’eau. OUF !

Oui parce que, c’est un fait relativement méconnu, mais en cas de célibat, vous perdez aussi tous vos amis. Vous devenez seule au monde, et vous vous inventez juste un ami imaginaire que vous appellerez Wilson pour passer le temps et lui raconter plein de chose la nuit pendant qu’il essaie de pioncer (il finira d’ailleurs lui aussi par vous quitter). Ho, et non, les femmes n’ont pas de parents à qui faire des présents en dehors de leur copain, car comme chacun sait, lorsqu’une famille voit naître une fille au lieu d’un garçon désiré, la bougresse est déposée sur un radeau et envoyée sur le fleuve le plus proche en attendant d’être recueillie par un magasin Pimkie pour lui faire son éducation.

La vie est décidément impitoyable.

6/ Ses potes venaient au moins une fois par semaine jouer à la console ou regarder un satané match de foot. Vous êtes enfin libérées de ceux que vous qualifiez comme « parasites » !

Ah, les ordures ! Cet enfoiré invitait des potes que vous n’aimiez pas… quel dommage que vous n’ayez jamais appris à vous servir d’une poignée de porte ! Sinon, vous auriez pu aller squatter chez vos copines pour regarder des films en bouffant de la glace dans votre pyjama en  pilou. Mais, ah ! A la place, il vous faut supporter ces parasites. Ce n’est pas comme si vous aviez votre avis à donner, ou que vous puissiez vous aussi inviter des gens.

Vous êtes une femme : votre rôle dans ces moments là est de servir de table basse et de ne pas faire tomber le saladier de chips d’un malheureux coup de cul, sinon ça va très mal se finir.

7/ Fini les déjeuners de famille à rallonge. Le neveu de 4 ans qui hurle mais que tout le monde trouve A.DO.RAAABLE, la nièce de 6 ans qui ne connait pas le mot « bonjour ». Plus de questions « A quand un petit bébé? » ou « Tu t’occupes mal de mon fils, regarde comme il est pale ! »

Décidément, ne pas savoir utiliser une poignée de porte est toujours un handicap relativement nase : sans l’aval de monsieur et de sa famille, impossible de s’enfuir ! Si seulement vous saviez dire « A 14h, on décolle, ta famille me lourde ». Par ailleurs, sachez qu’il existe des solutions simples à vos problèmes :

– Pour les neveux, il suffit d’une bonne bouteille d’éther et d’un peu de coton, nul doute que vous passerez un moment de calme lorsque les marmots seront en train de voir leurs neurones se désintégrer à petit feu en ronflant (la dose que vous avez mise était peut-être un peu forte, mais la tête qu’ils ont faite en reniflant valait le coup, ils ne sont plus à 5 points de QI près de toute manière)

– Pour belle-maman, répondez lui dans l’ordre « Je m’occupe déjà d’un gros bébé, dès qu’il aura coupé le cordon, j’y penserai » puis « Dis donc radasse, j’suis ni sa bonne, ni ta gouvernante » ; nul doute que vous passerez beaucoup moins de temps à table dans sa famille.

A noter que les gens comme Sophie sont capable d’écrire ce genre de choses, mais sont les premiers à ennuyer tout le monde à table en disant « Hihihi, à quand le bébé ? » ou « Huhuhu, c’est pour quand le mariage ? » . En effet, ce sont deux étapes obligatoires dans le monde des gens à la vie pré-calculée. D’ailleurs, si mesdemoiselles, vous répondez « Je ne veux pas d’enfants« , on vous répondra « Tu n’aimes pas les enfants ? » ; auquel cas, n’oubliez pas de renchérir : « Quand vas-tu héberger une famille de roumains ? » , et lorsque l’on vous dira « Bah, non, j’ai pas envie !« , continuez d’un « Pourquoi, tu as quelque chose contre les roumains ?« 

Les gens qui ont une vie programmée à l’avance s’étonnent toujours de trouver des gens qui n’ont pas décidé de vivre entre des bornes pour les 70 prochaines années. Ce n’est pas « normal« .

8/ Il détestait vos sous-vêtements Petit Bateau alors que vous, vous vous trouviez trop sexy dedans. Vous allez enfin pouvoir vous faire plaisir !

Encore une fois, notons : si Monsieur n’aime pas, il ne faut pas. La femme célibataire a le droit de prendre des décisions. La femme en couple, non : elle se contente de baisser les yeux et d’obéir, avant d’aller faire les carreaux avec sa peau de chamois. C’est bien normal.

J’insiste, mais tout cela est formidablement beau : un homme eut écrit cela, de sombres nuées empliraient le ciel, et bientôt, le tonnerre du féminisme se ferait entendre. Mais là, comme c’est une nana, aucun souci : après tout, comment pourrait-on accuser une demoiselle de tenir des propos rabaissant ses semblables ? Je ne sais pas, ce serait comme un homme féministe, ce serait tout bonnement ridicule. Heureusement que tout cela est impossible, ouf.

Pourquoi aller chez Ikea quand vous avez tout ce qu'il vous faut à disposition ? Et tellement plus classe.

9/ Vous mouriez d’envie de faire un piercing sur la langue mais lui trouvait ça « vulgaire »…surtout vis à vis de beau papa et belle maman. Plus besoin de jouer la petite fille modèle.

C’est vrai, votre but dans la vie est avant tout de faire plaisir à monsieur et à ses parents. Il ne faudrait pas que vous essayiez de faire des choses qui vous plaisent mais qui puissent être désapprouvées, malheureuses. Je tiens à le préciser, si vous doutiez encore une fois de ma théorie, voici qui est fait : on ne parle pas des parents de la damoiselle dans le propos, car elle n’en a tout simplement pas. Élevée chez Pimkie on vous dit.

On dirait un épisode de « Rémi sans famille« , mais coaché par une sorte de Vitalis Hilton, dirais-je, et dans lequel Joli-Coeur serait plus une grosse pintade qu’un petit singe.

Mais je m’égare.

10/ Vous allez voir qui vous voulez : mecs, filles, vous êtes libre. Envie d’être seule avec un mec ? Plus de comptes à rendre !

Et vous pouvez même faire autre chose avec que jouer à la marelle ou raconter des blagues à Toto, ce que l’auteur semble mystérieusement avoir oublié dans le passage qui s’ensuit :

Alors, ça ne vous donne pas envie ? Et si vous me dites « Mais..qui me prendra dans ses bras le soir avant de m’endormir ? » ou « Avec qui je retrouverai une vie sexuelle aussi riche ?« 

J’ai bien une réponse, mais elle est très égocentrique.

 je ne dirai qu’une chose : tout vient à point à qui sait attendre. Si ce n’était pas lui, c’en est un autre.

Parce qu’encore une fois, votre seul but dans la vie mesdemoiselles, c’est d’attendre qu’un homme vienne faire tout ce qui a été indiqué ci-dessus : vous prendre chez lui sans que ce soit chez vous, imposer sa loi, vous faire fermer votre grande bouche et vous trimbaler partout avec lui en vous demandant de rendre des comptes si vous faites ou dites quoi que ce soit.

Bref, à avoir une belle vie de merde (enfin vous, hein, moi ça me va tout à fait de vous avoir comme table basse).

Mais dans le monde magique des figurants du monde réel, ce qui est important, ce n’est pas de faire des choses qui vous plaisent : c’est d’être à tout prix avec quelqu’un parce que c’est ça qui est « normal« , juste avant le bébé et le chien, et que la réussite de sa vie se calcule à l’aune de sa banalité.

En fait, la prochaine fois que vous croiserez Sophie en soirée, soyez-sympa ; quand elle vous sortira ses énormités sur le modèle social à suivre, pensez à lui présenter vos amies les pinces crocodiles et votre batterie de R19 :

Pour une fois dans sa vie, il lui arrivera quelque chose d’étonnant.

221 réponses à “Paranormal et plus que banal

  1. Si j’peux m’permettre, je crois que vous avez misinterprété le coup du gêne du bordel. Mais bon, ça revient au même, hein, notez.

  2. Morte, et alors ?

    Au moins, vous allez fertiliser la terre.

    Pauvre, et alors ?

    Au moins vous ne sombrerez pas dans le consumérisme effréné.

    Hideuse, et alors ?

    Au moins, vous ne risquez pas de vous faire d’illusion sur les hommes.

    Cancéreuse, et alors ?

    Typhon

  3. Odieux Connard,

    je me permets deux petits remarques orthographiques :

    « aucun soucis » : si je ne m’abuse, aucun est suivi du singulier.
    « deux enfants qui s’appelleraient Théo et Zoé, et pourquoi pas un Chien. » Si la majuscule de Chien est volontaire, j’aime beaucoup cette blague.

    Encore un article de salubrité publique. Merci à vous.

  4. Que dire de plus, à part cette suggestion de FibreTigre sur twitter : « Le féminisme sera une escroquerie tant que des femmes n’auront pas posé des bombes dans les rédactions des magazines féminins. »

  5. Toujours aussi juste ! Je suis toujours autant atterrée de voir des personnes pourtant loin de la connerie quand il s’agit de réfléchir autant incapable de sortir la tête de leur caverne quand il s’agit de comprendre que leur mode de vie n’est pas l’idéal absolu de l’humanité. Entendre des jeunes femmes de mon âge capable de proférer de telles énormités me fait hésiter entre l’envie de vomir et celle de pleurer alors qu’elles essaient de me convertir à leur vision du monde, puisque je vais forcément changer d’avis en grandissant : « C’est juste une phase, ça te passera, tu fais seulement ta rebelle maintenant, mais plus tard… » Plus tard je te foutrais bien mon pied dans la tête mademoiselle je sais tout. Est-ce que je m’occupe de te dire que ta vie de merde me débecte ? Non.

    Sur le point du lâcher de féministes, je tiens quand même à rappeler qu’on est en bonne position pour s’exaspérer quand ces propos sont tenus, même par d’autres femmes (la connerie n’a ni sexe ni genre) ! Malheureusement il faut croire qu’à force de se bouffer le nez entre différents courants internes et petits profits personnels (non non, je ne pense pas du tout à De Haas) on perd de l’énergie qui pourrait être tellement mieux utilisée ailleurs =/

    • Loin de moi l’idée de créer un quelconque esclandre. Mais permettez-moi de vous confier, Damoiselle Nao, que votre commentaire m’a fait sourire.

      Vos mots enflammés, pleins de haine à l’égard de tout ce qui manifeste un tant soit peu le désir de ne pas être anticonformiste pour être anticonformiste…Cela m’a fait sourire, oui.

      Etre « normal » n’est pas une tare. Ne pas vouloir d’enfants, de mari non plus. Mais vouloir à tout prix imposer son choix de vie, il me semble que ce n’est pas l’apanage des Sophie ;) Ne pas vouloir se détacher du lot est un choix comme un autre que l’on se doit de respecter…

      • Il ne me semble pas que Nao suggère qu’être « normal » soit une tare. Elle indique simplement qu’elle ne souhaite pas adopter un mode de vie que son entourage souhaite lui imposer en prétendant agir pour son bien-être. Se détacher ou ne pas se détacher du lot, libre à chacun du moment qu’il s’agit d’un choix et que ce choix soit suivi d’un silence respectable concernant la vie des autres (tout au moins en leur présence). et que les bons « conseils » de vie soient judicieusement taillés en pointe et placés dans le trou du fondement.
        De plus je ne vois pas pourquoi vous voyez de la haine à l’égard des gens « conformes » dans les propos de Nao. Elle semble simplement ne pas supporter les gens qui tentent de lui imposer leur vision de l’existence. Et sous-entendre qu’elle est anticonformiste pour le principe est très peu subtil de votre part et si vous en souriez, et bien vous avez l’humour facile et manquez cruellement de modestie (votre manque de modestie apparaît d’ailleurs dans votre style que vous avez certainement souhaité « profond avec une touche d’humour et piquant » mais qui reste assez pauvre – je ne prétends pas faire mieux, attention.)

  6. Odieux, encore une fois je vous aime.

    Je ne vous demanderai pas de m’épouser ou de me faire un enfant, ce serait par trop rentrer dans le lot. Mais merci.

  7. Joli article, et tellement vrai. Je me suis mise à la lecture de Glamour, Cosmo et autres exemples de haute littérature et j’ai été surprise du ton faussement féministe mais complètement rétrograde de certains articles. Page 3, ça vous dit qu’il faut être vous-même, mais page 17, c’est « que dire pour le garder » et autres « comment faire des concessions pour garder votre gros blaireau à la maison ».

  8. Tiens c’est marrant moi j’ai un « blog de sophie » pro-célibataire avec conseils-mais-pas-trop.
    Ca m’a pas empêcher de suivre les évènements en Libye et de lire des gros livres… comme quoi….

  9. Je boycotte complètement ces sites à la con depuis un moment déjà… C’est consternant.

    Les gens me regardent comme un monstre de foire quand je dis que je n’ai aucune envie de me marier et que a notion même de mariage ne m’envoie pas du rêve (cf votre article sur le sujet, OC), que je ne suis ni une cat-person ni une dog-person (non je n’aime pas les bestioles, sauf à la rigueur chez les autres) (ou éventuellement dans mon assiette bien assaisonnées pour certaines d’entre elles), que si jamais UN JOUR je change d’avis et prend mari, je n’ai pas envie de porter son nom…
    Ah putain j’en connais des Sophie.

    BREF, je passe pour la féministe hippie de service.

    PS : OC, où trouvez-vous des images si originales et pertinentes ? J’ai bien ri en voyant celle de la femme-table basse !

  10. Excellent comme à l’accoutumée.
    Cela me rappelle également une discussion avec un ami Corse au sujet de sa mère et des mères méditerranéennes en général qui sont souvent responsables du machisme de leur fils chéri et qui véhiculent une image totalement faussée de la femme. Bref les nanas sont des sales mysos !

  11. Comme d’habitude, je suis morte de rire à la lecture de vos articles… et, je vais, de ce pas, me hâter d’envoyer ce dernier à toute une liste de personnes qui me font régulièrement ce type de remarques (mec, bébé, vie de couple…), quand je suis tellement bien dans mon petit nid de célibataire endurcie et égoïste (si, si, j’avoue)…

  12. C’est pas non plus parce qu’on est marié et qu’on a des enfants que l’on pense que tout le monde devrait en faire autant…

    • …mais c’est souvent quand on a massacré toute sa famille à la tronçonneuse que l’on pense que tout le monde devrait en faire autant.

    • Etrangement, beaucoup de personnes pensent que non seulement leur choix de vie est le meilleur qui soit (à la limite tant mieux pour eux si ils sont satisfaits de leur vie !), mais ils pensent que les autres doivent forcément vouloir la même chose.

      C’est le cas de mes collègues et de la plupart des parents à qui je dis que moi, je ne veux pas d’enfants et n’en aurai jamais (ça crie, ça coûte cher, ça prend du temps, c’est contraignant… mon chat est peut-être une enflure mais je le trouve moins chiant qu’un moutard).
      Et bien à chaque fois, la réaction des gens (surtout des mâles, en fait) c’est : « Tu verras, en vieillissant tu changeras d’avis, c’est obligé : tu es une femme ! Les femmes aiment avoir des enfants, c’est dans leurs gènes ça les rend heureuses. »
      Donc voilà, une femme n’est en fait qu’un tas d’hormones sans aucun libre arbitre : si tu es une femme, tu dois forcément vouloir des enfants.

      J’ai déjà eu ce type de discussions des dizaines de fois, et impossible de leur faire entendre que non, moi je ne supporte pas les gosses et je ne vois donc pas pourquoi je m’infligerais cette torture ! Dans ces cas-là, on me regarde avec un air un peu condescendant en me disant : « on en reparle dans 5 ou 10 ans, quand tu seras mère de famille. »

      Je trouve ça formidable ! Que beaucoup de femmes soient comblées par leurs grossesses et leur vie de mère de famille, je ne le conteste pas.
      Mais merde, j’ai vingt-sept ans, je doute que je vais me réveiller un jour en me disant : « Ca alors ! Moi qui ai toujours difficilement supporté les enfants, j’ai soudain une irrépressible envie de fonder une famille ! »

      Chacun sa vie, qu’ils me foutent la paix avec leurs idéaux de procréation !

      • Aux mâles qui vous assènent ce genre de fadaises vous seriez bien aisée de leur répondre : « Vous verrez, en vieillissant vous ne deviendrez pas moins con, vous êtes des jean-foutres qui aiment avoir raison. C’est dans les gènes des blaireaux, c’est inéluctable ».

      • C’est étrange, je connais justement des femmes qui avaient dit exactement la même chose. A 38 ans, je les retrouve mariées et deux gosses sur le bras et elles me disent qu’elles sont heureuses.
        On fait le bilan dans 5 ans ? :-)

      • Courage !
        J’ai choisi ma douce et tendre justement aussi parce qu’elle ne voulait pas d’enfants dans un futur prédicable.
        On s’est même mariés, alors qu’on est totalement contre, pour de sombres histoires administratives.
        Ça fait + de 5 ans et, bien que les problèmes habituels de routine ne disparaissent pas comme par magie, le choix de disposer de notre vie n’a jamais été une option.

        Reste la pression sociale. Tous nos ami sont mariés avec enfants … on supporte facilement leur remarques sporadiques quand on voit leurs emmerdes qui « ne sont rien face au bonheur absolu de la parenté ». Bien sûr …

        Personne n’est apte à dire ce que le futur nous réserve, d’autant plus que seuls les imbéciles ne changent jamais d’avis. À la lumière de la réalité présente, qui éclaire notre propre passé, on se rend compte des erreurs que l’on a commises pour tout un tas de raisons valides (ou pas). L’essentiel est de garder à l’esprit que l’on ne peut pas savoir d’avance et que par conséquent, quand bien même on aurait fait un choix regrettable, au moins, l’on a choisi de son propre chef et non sur l’impulsion de la propagande normative de la société.

        Enfin, pour se rassurer sur nos choix, il suffit de voir ce site : http://www.storyofstuff.com/ et pire encore, lire le livre http://www.storyofstuff.com/book.php pour se convaincre que, avant de continuer dans cette fable que la société appelle ‘la vie’, il faudrait prendre nos responsabilités un peu plus au sérieux …

        Sur ce, j’en ai déjà trop dit.

        R. Daneel Olivaw.

  13. Parfois, on fait pas exprès d’être normal.
    Et puis, être anticonformiste pour être anticonformiste, c’est être creux. C’est con.

    • Il me semble que dans ce cas précis, on parle d’une personne normale (enfin pas tant que ça finalement) qui tente d’imposer sa vision à d’autres. Mais c’est aussi valable pour tout type de personnalité.

    • Et si c’était pas une privation délibérée que de ne pas vivre en couple ni avoir des enfants, si ça n’était pas un principe arbitraire mais simplement cohérent avec la façon dont on a envie de vivre sa vie ? Et si on ne faisait pas forcément ça pour être anticonformiste ?

      Je ne comprends toujours pas comment on peut être satisfait de sa vie uniquement avec son couple ou sa famille (ce qui est souvent le cas de ces femmes si ça n’est le tien). Je trouve ça pauvre, d’avoir son legs à cette terre qui se résume à une progéniture…

      • Parce-que quand on a une famille, on peut plus rien faire d’autre ?

        Finalement, le gros défaut des critiques est celui-là même qu’ils dénoncent : catégoriser pour enfermer.

      • Et pourquoi faudrait-il forcément léguer quelque chose à cette terre ? Certain se contente de vivre avec ce qu’ils ont et en son très heureux, bien sur il ne faudrait pas que tout le monde soit comme ça. Mais c’est valable pour tout.

      • C’est certain que c’est tout autant valorisant de vivre égoïstement sa petite vie pépère en suivant le schéma : vivre, consommer,,jouir, mourir.

      • @ Muscardin : Il y a le mot uniquement. Pour certains et oserais-je même dire beaucoup, c’est une fin en soi, un but dans la vie, et c’est cela que je trouve pauvre.
        A l’inverse, j’ai une admiration terrible pour les couples qui poursuivent leur projet et par exemple partent avec leurs enfants (et parfois même leur animal de compagnie) faire un tour du monde à la voile durant des années. Beaucoup de parents seraient trop peureux pour emmener leur descendance dans des aventures pareilles. Et là oui je comprends ce que l’on peut vouloir partager et vivre avec ses proches, apprendre à ses enfants…
        Sophie, elle, apprendra seulement à sa fille à tenir un foyer.

        @poum Vous vous imaginez quelque chose de bien trop grand.

    • De nos jours l’anticonformisme (forme active) revendiqué par de pseudo-rebelles est souvent un conformisme comme un autre, c’est entendu. Dit et redit.

      Toutefois, pour éviter de se vautrer dans le conformisme et la médiocrité ambiante on peut, très modestement, essayer de développer un non-conformisme (forme passive) à certains traits de la société.

      • Ouais bof. Je pense juste que cet article ne vise pas à stigmatiser les gens qui ont un Chien et deux enfants mais juste à signaler l’aspect totalitaire des con(ne)s qui t’abrutissent les neurones pour que ce soit perçu comme un gage de réussite de vie. Chacun son truc cousin(e)(s).

        Déjà se faire chier à distinguer les différents types de conformisme, c’est hachement pseudo-conformiste mais dans le genre pseudo-anti-conformiste pseudo-conforme, t’as vu ?

      • Cela voudrait-il dire qu’il existe un anti conformisme panurgesque ? Nooooon, impossible voyons. Les gens qui arborent la tronche du Che sur leur poitrine, boivent du jus de grenade pour s’anti oxyder, AMAPent à tour de bras, et vélocypèdent dans nos grandes villes en fustigeant les monospaces gazoutés ne peuvent être des moutons ! Ils ont une conscience, EUX !

  14. Mon rêve s’est réalisé par cet excellent article, surtout au début. Moins d’humour, plus de misanthropie, mais beau fond.
    Mais c’est inéluctable: l’archétype de vie et de réussite imposé par la société devient une nouvelle religion, à laquelle on tente de convertir les dissidents: tout le monde pareil, tout le monde sur le même chemin, surtout suivons le troupeau. La réussite est matérielle: c’est vrai, vivre pour une cause, pour ses idées, s’élever au-dessus du lot, voir l’accomplissement de sa vie autrement que par le Saint-Triptyque « belle maison – mari – enfants », quelle hérésie ! Brûlons-les sur le bûcher des Banalités (pas celui des Vanités hélas) au nom du Dieu Animal-laineux.

    Ça me rappelle ce que me dit un quidam un jour: « toi et ton attitude ! T’es le genre de mec qui n’aura ni femme ni enfants ». Bien sûr, j’en suis fier, et j’emmerde profondément ton bonheur préfabriqué, ton modèle en kit comme un Ikéa à l’échelle d’une entière société. Je préfère mourir fou en ayant défendu ce en quoi je crois que heureux en ayant repeuplé la planète de marmots qui seront surendettés à 30 ans et obligés de supporter les débiles des autres.

    Mais il ne faut pas non-plus à l’autre extrême. Les pseudo-rebelles qui refont le monde tous les dimanches derrière leur clavier d’ordinateur me font bien marrer aussi; en témoigne le mouvement des « indignés »: écrire des petites pancartes oui, mais faire une vraie révolution non ! C’est violent, oh ! Ils veulent un monde d’égalité (lol) d’amour entre les hommes (re lol) ils voudraient le retour à la vie sauvage en bénéficiant d’une connexion Internet à haut débit.

    La société de consommation aura tout de même créé des spécimens bien différents et assez intéressants il faut dire.

    • En effet, les donneurs de leçon style « je t’impose ma vision qui est forcement la bonne » sont une plaie.
      Une femme ne veut pas avoir d’enfant. Et alors?
      Une femme préfère être au foyer plutôt que de travailler. Et alors?
      Dans les deux cas, le choix ne regarde qu’elle (et c’est pareil pour le chromosome Y).

      Chacun a sa manière d’être heureux, certains le sont en se mariant et en ayant avec des enfants, d’autres non. Bref chacun mène sa barque comme il veut, et c’est tant mieux.

      • L’Odieux Connard est l’accomplissement de ma vie, je ne vous permets pas de me juger ! Non mais^^ !

      • Moi, je vous emmerde tous!

        C’est cela mon bonheur à moi, maintenant chacun(e) son trip.

        Amicalement

        Jeannot

  15. Merci.Merci de constater vous aussi Mr Odieux que ces femmes sont en réalité des terroristes d’une vie choisie. Elles veulent nous garder a tous prix dans le panier de crabes.

    Personnellement je ne suis pas suffisamment souple pour faire table.

    • meuh non, ce ne sont pas des terroristes. Pas plus que les témoins de Jéhovah qui sonnent à votre porte pour vous apporter la bonne parole.
      C’est pour votre bien. Ils croient sincèrement qu’ils peuvent sauver votre âme….et votre vie de merde d’égoïste hédoniste et consumériste.

      • Enfin un commentaire qui me fait rire et me sort du désespoir progressif dans lequel je plonge à la lecture de chacune de ces si attendues et prévisibles saillies (« mon dieu , mais ils me laissent pas vivre ma vie come je l’entends, et me pose des questions sur ce que je veux en faire, ils veulent me faire rentrer dans un moule, quelle horreur ») … Voilà le genre d’indignation qui me semble usé jusqu’à la corde: je crois même que je préfèrerais les Sophie, leur discours se fait de plus en plus rare… Du moins de ce que j’observe dans mon entourage…

  16. Cher OdieuxConnard,

    Au nom de toutes les femmes n’attendant pas un mâle pour exister, merci, mille fois merci !
    J’aurais tout de même préféré que votre choix se porte sur un autre prénom que le mien pour illustrer votre exemple, mais il fallait bien en choisir un… Curieusement, nous sommes obligés de nommer les choses pour dire qu’elles n’existent pas !
    Bien à vous.

  17. Strip-Tease avait fait un reportage sans commentaires dont ils avaient le secret sur une rédaction de journal féminin.
    Le résultat vaut le détour. Je l’avais chopé sur eMule à l’époque, je le ré-upload sur DM pour l’ocaz.

    Bon visionnage :

    • huhu..effectivement le reportage est edifiant…toute cette bande d’affolées qui pense que TOUTES les femmes pensent comme elles..Déja ça m’amuse…..
      Sinon, je pense que c’est fontanelle qui est la créative ( elle a un Imac) et le grand patron qui est un homme a cigare, je trouve le détail croustilllant…

    • Impressionnant. Il va me falloir quelques dizaines de minutes pour que mon cerveau se rebranche et que je puisse avoir un véritable avis.

      Là, à chaud, c’est plutôt moins grave que ce que j’attendais. Je suis conforté dans mon idée que si ces magazines contiennent de la merde, c’est avant tout parce que c’est ce que le public réclame.

  18. Tiens, pour une fois on a pas droit à « Oh Odieux Connard, je vous aime, épousez-moi!  » Elles auraient enfin compris?
    Quand on me demande si je veux des enfants, et qu’au « Non » cinglant que je rétorque, on me fait les gros yeux, je réponds toujours « je préfère pondre tout un tas de petits livres, au moins eux, ils braillent pas, j’en fais ce que j’en veux, et je peux les foutre au feu s’ils m’emmerdent. »

    • Et pourtant vous avez tort !
      On peut tout aussi bien les mettre au feu s’ils braillent, bien que la méthode la plus pratiqué soit celle dite du « congélateur ».

      • Dans un cas comme dans l’autre, je préfère les voir se tordre sous les flammes, noircir lentement et disparaître dans des volutes gracieuses. Je trouve que c’est bien plus poétique :)

  19. Excellent !
    Célibataire je suis et célibataire je reste. Des comptes à rendre ??? Ah non alors ! Triste vie parce qu’il n’y a personne pour partager ma vie : faux. J’ai un amant avec qui je m’éclate et des amis avec qui sortir quand l’envie m’en prend. En résumé la vie est belle depuis que je suis divorcée ;-)

  20. Superbe article, je reconnais pas mal de monde là dedans …merci odieux encore une fois j’ai bien rigolé!

    Par contre pour l’image … je dirais donc que RIEN ne laisse supposer une vie sociale/sexuelle (sexuelle à la limite avec l’espèce de coussin manga). bon en même temps je n’ai pas scruté à fond (vie sociale oblige). Quel était l’indice ?

    • Effectivement, la bonne réponse était : il n’y a pas d’indice, puisqu’aucune vie sociale. Je vous avais dit qu’il y avait un piège.

  21. Notre bon camarade O.C. fait plus pour le féminisme que beaucoup de femmes se prétendant fer de lance de ce mouvement. Ce blog devient d’utilité publique. A quand une chro’ télé ou radio pour prêcher la bonne parole au peuple?^^

    • Il n’y a pas un sac provenant d’une pharmacie, près de l’écran d’ordinateur ? Ceci pourrait laisser supposer que la personne aurait quelques achats coquinous, à moins qu’il se contente de remplir son stock de nurofen…
      Ceci serait un indice léger, mais je ne vois rien d’autre.
      Je n’ai pas pu observer bien longtemps, vous comprenez, ça me donne tellement envie de ranger que j’en ai commencé à avoir des spasmes et baver.

      …Ou alors j’ai une autre solution : y en a pas et nous avons été deux glandus à observer inutilement la photo. :D

  22. Il articulo esta magnifico…

    Avocat du diable en titre, je plaiderais une Sophie anosogsonique, une misère d’humanité si terrifiée de tomber Paria en Solitude qu’elle veut croire à toute force pouvoir s’en prémunir dans >le< couple. Cette malheureuse Sophie ne peut percevoir cette amère réalité : Même en couple, in fine, on meurt toujours seul.

    La pauvresse est une victime parmi tant de cet odieux système qui ne vise qu'à se perpétuer sans considération aucune des individualités qui le nourrisse. Messieurs les jurés, il vous faut affronter une vérité, le seul coupable en ce lieu n'est autre qu'une implacable mécanique de sélection naturelle, aussi amorale qu'impérieuse.

    La magnanime sagesse de ce jury ne saura donc manquer de vouer cette mécanique au bûcher, au même titre que Sophie qui pour l'occasion ce consumera peut être un peu moins seule.

    (sortie avec effet de manche sous de sanglantes acclamations)

  23. Je ferais bien écho au concert de louanges (non parce qu’en vrai, je suis fan et j’ai trouvé ce billet chouette) mais j’aurais l’impression de rejoindre un troupeau de moutons qui se voudraient loups.

    Certaines évidences se passent de commentaires (qu’ils soient orthographiques, faussement féministes ou style histoires vécues en mode 3615 MyLife)…

    Tiens d’ailleurs, j’m’interroge, comme ça, d’un coup hop…

    Ll’Auteur est-il suffisamment odieux pour penser à désactiver cette fonction et renoncer ainsi à cette cataracte de posts dithyrambiques ?

    • Oula! Louanges? Troupeau?
      Que nenni très cher, ôtez vous donc cette vilaine et fausse impression de votre tête. L’O.C. n’est en aucun cas un gourou, il ne fait que exprimer une opinion qui se trouve être aussi la nôtre. Si un jour il dit du bien de Lancar ou de Zemmour, je doute que le « troupeau » boive ses paroles sans émettre un WTF?! ^^
      Quant à « se voudraient loups », le terme me semble incongru dans ce contexte.

      Mais votre proposition est assez gonflée, elle me plait ;)

      • Oui et la règle du vouvoiement qui prévaut ici n’est absolument pas une marque de panurgisme. Après tout le tutoiement ne règne que sur 99% d’Internet… Mais je suppose que là aussi vous aviez tous une opinion qui attendait d’être formulée par OC.
        Quant aux « qui se voudraient loups » je crois que tant va la cruche… fait référence à l’énervement que chacun des êtres si individualisés et anticonformistes du site (qui ont donc tous le même avis, si j’ai bien suivi) éprouve face à quelqu’un qui l’interroge simplement sur la question du mariage et des enfants… Un grand nombre se sent très intelligent et très original de proclamer qu’il a envie de balancer des coups de pompe dans les dents du bougre ou de la pauvrette qui a eu l’audace de s’intéresser cinq seconde à sa vie: il me semble que répondre calmement que l’on ne ressent pas ce besoin que peut-être cela viendra plus tard ou peut-être pas, évite bien des débats et amène bien plus vite l’autre à respecter le choix que l’on exprime. Après, si l’on éprouve des problèmes à clore une conversation, ou si l’on donne l’impression de manquer de maturité (« tu verras dans cinq ans »), je trouve qu’il est un peu facile de conclure si rapidement à la bêtise de l’autre: il serait peut-être judicieux de faire une petite remise en question pour se demander si l’on est capable d’expliquer et de se montrer tel que l’on est de façon claire, simple et sans discussion possible.
        S’indigner contre ce que dit l’autre, c’est essayer à corps et à cris de vouloir prouver à tout prix qu’on est pas comme lui. C’est ça être un mouton qui se prend pour un loup… on peut être heureux comme ça, je ne vais dire à personne qu’il a tort d’agir comme il l’entend. J’avoue qu’au fond de moi, je ressens une grande lasssitude et même un certain agacement, face à ce que je considère comme un aveuglement.

  24. Un vrai regal, j’ai decouvert recemment (pardonnez le QWERTY), et je me demande comment j’ai pu passer a cote si longtemps.

    Dans la serie connerie a lire, j’ai mis « Les filles pensent que » dans mes flux RSS.

    Dans la serie Sophie, j’ai eu plusieurs fois « Mais pourquoi partir a l’etranger? IL FAUT acheter en banlieue plutot, profiter des taux bas (ndm: pour s’endetter 35 ans au fond du 77)? » Veridique…

  25. Cher Odieuxconnard,
    Je me trouve par le plus grand des hasards dans la situation de vie chiante que vous décrivez à merveille : Femme, maison, chien et bébé. Et ça me plait beaucoup. Dois-je me suicider?
    C’est vrai que ma femme refuse délibérément de me servir de table basse, et ça, c’est dur.

      • Ah bah ça : si à 50 ans vous n’avez pas écrit 6 livres et parcouru 34 pays différents, vous avez raté votre vie.

  26. J’ai déjà rencontré un spécimen encore pire: celle qui te dit qu’elle ne s’intéresse pas à la gentille petite vie de famille mari-maison-enfants, mais dont tu finis par te demander si en fait elle n’en crève pas d’envie à force de l’entendre te le répéter plusieurs fois sans que tu n’aies abordé le sujet.

  27. Merveilleux ! Au départ j’ai cliqué sur ce lien en pensant que c’était un article du monde !

    Vous imaginez mes réflexions « purée, il y vont fort sur le monde ! Mais pourquoi parlent-ils de ça ? »

    C’était le matin, donc mes neurones pouvaient encore entendre sans broncher que les francs maçons et les extraterrestre envahissaient le monde,

    Mais lorsque je lus : « Alors bon sang de bois, pourquoi cette truie sans personnalité continue t-elle de la ramener sur comment vous devriez mener votre vie ? »

    C’était pire que de lire une histoire sur un complot alien/franc-mac sur un journal réputé sérieux ! L’utilisation du mot grosse truie !

    Je suis donc agréablement retombé sur terre… En relisant j’avoue avoir fait fort en naïveté !

    Mais n’enfoncerais-tu pas des portes en massacrant des gens et des sites aussi prestigieux que Sophie ? A mon plus grand plaisir en tout cas.

  28. Tout de même, ce n’est pas parce que c’est écrit par une fille qu’on dit « hihihi tellement vrai ». Je vous invite à lire viedemeuf.fr (enfin non, je ne vous y invite pas en fait, c’est souvent mal écrit, mal orthographié et tout n’est pas intéressant), mais c’est plein de témoignages de filles qui se plaignent d’avoir à subir, non seulement les atteintes des gros connards (soit dit sans offense) machos, mais aussi les attaques en piqué des Sophie de tout poil. Moralité : les filles qui trouvent que Sophie a raison juste parce que c’est une fille, selon toute probabilité, sont aussi des Sophie.

    A part ça, magistrale démonstration.

  29. Merci, merci merci au nom de toutes les femmes célibataires et pas mécontentes de l’être, merci beaucoup !!

    Cher Odieux, une petite remarque néanmoins, l’acteur de « un gars, une fille » a pour prénom Jean (Dujardin) et pas Alexandre (Dujardin…)…remarque de pintade, certes certes, mais faut bien assumer sa différence, parfois !

    Bien à vous, et prochainement !

    Bunny

  30. Ce genre de site, donc OC met en exergue quelques passages, n’est que le triste reflet d’une société dont le conformisme est le moteur.

    Le consumérisme, fondement de notre monde (pas de croissance = catastrophe) est basé sur le conformisme:
    – tu n’as pas de portab’? mais dans quel siècle vis-tu?;
    – tu ne veux pas de I-pod? mais pourquoi tu refuse le progrès?
    – tu n’as pas la télé? mais comment fais-tu pour t’informer/passer tes soirées sans te suicider d’ennui??)…

    Les exemples, comme les cons, sont légions.
    Le simple fait de vivre sa vie en fonction de ses aspirations propres, et non pas telle que d’autres voudraient qu’on la vive, est un acte mettant gravement en péril notre économie… Tant pis pour elle, moi je vis

    Jean Loup

    • Les anti-conformistes ce sont les mêmes que ces skin-head ou gothes qui se rebellent contre la société. Qui pour vraiment se démarquer et montrer leur non-conformistes optent tous pour le même look…conformiste.

    • Jean-Loup, je suis assez d’accord sur la majeure partie de cette théorie, mais il me semble (i.e. si j’ai bien compris votre point de vue) que tu fais un lien théorique pas forcément justifié, voire pas tout à fait exact.
      Je te rejoins tout à fait sur la conception de l’anticonformisme comme un danger pour le système, une marque d’antipatriotisme: tu ne le précises pas mais je suppose que tu le sous-tendais implicitement, ce n’est pas forcément une caractéristique de la société actuelle et nous n’avions pas besoin d’attendre Baudrillard pour ressentir le phénomène. Dès l’antiquité, celui qui ne participe à la vie de la cité, le mendiant, ou encore l’ermite, c’est celui qui est montré du doigt: il ne participe pas à l’effort commun, c’est un bâtard d’individualiste, il met notre économie en péril parce qu’en plus, des fois, il ne travaille pas, mais il faut bien le nourrir si on a du coeur… Et toutes ces sortes de choses.
      Je pense donc être en accord avec toi sur ce point: l’anticonformisme c’est se sortir du groupe, c’est exposer ce groupe au danger en mettant en cause son unicité. C’est donc un acte d’enculé, et on va essayer, consciemment ou non, de faire rentrer le contrevenant dans le droit chemin.
      Mais je ne vois pas forcément le lien entre le consumérisme et le conformisme: j’ai en tête l’exemple de mon collègue de bureau qui l’autre jour expliquait pourquoi il cherchait à tout prix à acheter un touchpad. C’était, disait-il, pour ne pas être dépassé par la technologie, et aussi pouvoir lire des livres dans le train sur son écran.
      Croyez-le ou non, il s’est retrouvé avec l’ensemble de la tablée qui s’est foutu de sa gueule, lui expliquant qu’il était bête, il n’y a rien de mieux que le contatc avec le papier, et puis qu’est-ce que c’est que ces conneries de vouloir utiliser des articles modernes quand on a presque la soixantaine, en plus ça coûte cher, il peut pas se le trimballer directement dans le train son bouquin?, etc…
      L’anticonformisme, la différence amène souvent au mépris des autres (je précise que celui-ci restait quand même bon enfant) mais je ne suis pas sûr qu’il soit toujours contraire au consumérisme. Le lien me paraissait un peu rapide, mais le reste de la théorie, assez intéressante, et agréable à discuter.

  31. Bonjour,
    ce post m’a a la fois fait rire et en même temps laissé une impression désagréable. Je trouve que deux choses sont un peu mélangées:
    1) les donneurs de leçon sur la façon de vivre sa vie. C’est vrai que ces gens sont pénibles, mais je vous rassure, Odieux Connard, ils existent dans toutes les catégories. J’ai des amies qui passent leur temps à me répéter que ma vie de couple a l’air profondément ennuyeuse (vous savez, le genre *je penche la tête avec l’air compatissant* « mais si tu as envie d’avoir une vie sexuelle vide et de ne jamais sortir, c’est super, moi par contre je ne vivrai jamais comme ça car je suis une personne bien plus fun »). La connerie existe partout.
    2) les conseils sur « la vie de célibataire ». Ok, ce genre d’articles est assez creux et passablement inintéressant. Mais ce que vous en dites m’interpelle assez. Oui, il y a un tas de choses qu’on ne fait pas parce qu’on est « en couple ». Mais ça ne veut pas dire qu’on croule sous le machisme. Je ne décore pas mon appart pareil depuis que je vis avec mon copain, tout simplement parce qu’on n’a pas nécessairement les mêmes goûts. Mais ça marche dans les deux sens. Si je ne rentre pas à l’heure prévue, j’appelle. Mais lui aussi. Je me tape sa famille (que je ne peux pas blairer), parce que c’est important pour lui. Mais il se tape aussi des gens qu’il n’aime pas forcément. Ce sont juste les bases de la vie en communauté; si je vivais avec un/une coloc, ou chez mes parents, le même genre de règles s’appliqueraient… Justement le féminisme ce n’est pas imposer son point de vue (ça c’est juste du machisme dans l’autre sens), c’est être capable de compromis, de façon équivalente dans les deux sens.

      • Je m’avance peut être mais il me semble que vous n’avez pas saisi l’essence de l’article. Ce n’est pas le féminisme qu’un odieux connard met ici en cause, mais une recherche aussi acharnée que pathologique de la norme, au mépris de l’individu. Ce comportement est simplement très marqué / notable chez Sophie.

        (D’ailleurs le propos d’Ag laisse deviner une certaine Sophitude par son goût prononcé pour le compromis)

        Odieusement votre, un connard parmi d’autres.

    • 1) rien à redire
      2) sauf que c’est l’article original qui suinte le machisme de la vie de couple par toutes les phrases et OC le démontre très bien car évidemment ça marche dans les 2 sens dans la vraie vie des vrais gens mais à la lecture de l’article on ne dirait pas

  32. Je suis complètement d’accord avec cet article… mais ça me dérange toujours qu’on oppose les « Sophie » aux « célibataires sans enfants fiers de l’être ». Comme s’il n’y avait que ces 2 voies possibles…

    Je suis mariée, j’ai des enfants, et cela ne m’empêche pas de ne pas étaler mon bonheur conjugal en société, d’être indépendante et féministe, de sortir avec mes potes mecs pendant que mon mari garde les enfants à la maison (à charge de revanche bien sûr), et de dire ce que je pense quand je le pense.
    Bref, être mariée ne signifie pas nécessairement être soumise et chiante.

    Mais sinon, je suis complètement d’accord avec le constat que ce sont (hélas) souvent les femmes les moins féministes, et que la presse féminine appartient à la lie de l’édition…

    • Mais c’est exactement ce que Monsieur Connard sous entends dans son article! Les femmes en couple ne subissent pas forcement le courroux de leur mari, et n’ont pas forcement une vie monotone!

  33. Merci pour cet article, j’ai une cousine qui systématiquement que je la vois, me demande quand j’aurais un copain, et son mec, pareil, « alors c’est quoi ton genre de mec comme ça on t’en cherche un? »
    Moi mon genre de mec, déjà, c’est un type qui a 10 ou 15 ans de plus que moi, en général. Ça tombe souvent comme ça. Et c’est pas bien accepté du tout par un couple qui passe son temps à mettre des statuts facebook « je t’aime ma femme, ma cousine a eu 8 enfants, c’est bon signe pour nous ». (si si. véridique).
    A leurs fiançailles, je leur ai montré un type qui me plaisait. On m’a dit « mais, il a trente ans, il vit seul, il veut rester indépendant, c’est pas un mec pour toi! »

    Non, pour moi, il faudrait un petit couillon neuneu qui ait exactement mon âge et les plus vieux-ne-s’intéresseront-forcément-qu’à-mon-cul-surtout-si-ils-ne-vivent-plus-chez-leur-mère.
    Je ne peux pas en vouloir à un mec de s’intéresser à mon cul, c’est certainement un homme de goût, et puis, si un homme était « vieux » à trente-cinq ans, ça se saurait, et je suis bien contente qu’à cet âge-là, il ne vive plus chez sa mère. :D

    • Je sors ma calculatrice et grâce à un savant calcul impliquant au moins une racine carré et quatre intégrales, je devine que tu as donc 15 ans et qu’effectivement c’est illégal à ton âge de t’intéresser à un homme de cet âge là.

  34. …et bien sur, j’en connaissait une, de Sophie (j’ai changé son prénom par soucis d’anonymat).
    Elle repasse les chemises de son homme (un commercial un brin macho), elle regarde Secret Story, lit les livres « Arlequin », à deux enfants, ADORE les comédies musicales de Kamel Ouali et a autant de culture générale qu’un paquet de biscotte. Mais au moins elle a une vie normale, avec son lot d’engueulade avec son homme (à qui je vous le rappel, repasse ses chemise) qui parfois lui balance une bonne claque dans la gueule quand celle si se montre un brin trop récalcitrante, ou si la bougresse se trouve hors de portée de ses phalanges XY, lui balance le réveil matin qui se trouvait près de lui, et qui ne demandait rien à personne et surtout de ne pas prendre partit, d’aucun bord que ce soit!

    Petite anecdote: un jour où j’étais chez eux, avec ma femme (qui elle, aime la culture en tout genre du moment qu’elle apprend une nouvelle chose, haaa chanceux que je suis!), la dite « Sophie » lance à sa comparse Evelyne Dheliat (qu’elle apprécie pourtant, car oui Sophie regarde beaucoup TF1): « Mais on s’en tape des ZEKTOPASKALES, montre nous la carte (avec un dessin de soleil ou un p’tit nuage gris, oui Sophie aime quand c’est facile à comprendre, alors vous comprenez des dessins, il n’y a même pas besoin de lire, quel gain de temps!!!). Ce sur quoi je lui rétorque: « Mais tu sais, Sophie (connasse) il y a des personnes que ça intéresse les hectopascals (c’est comme ça que ça s’écrit poufiasse, et pour info quand la pression atmosphérique est inférieure à 1015 hPa, c’est une dépression, donc signe de pluie) tout le monde n’a pas le même niveau intellectuel que toi!

    Depuis nous ne nous voyons plus. Dommage, ça nous faisait toujours un bon sujet de discussion avec ma femme quand on repartait de chez eux…

    • La réponse se trouve en haut à droite de cette page web (quelque part du côté de « contacter l’auteur », mais la F.A.Q devrait vous en dire plus.

  35. Plusieurs constats:
    – tout le monde se sent obligé de raconter sa vie dans les commentaires
    – la plupart ont vu cet article comme un pamphlet pro-célibat, alors qu’il traite avant tout de la non-adhésion à un mode de vie tacitement (ou pas) imposé
    – beaucoup sont dans une certaine justification: « ouaiiis on est bien mieux tout seul »: ça sent l’autoconviction à plein nez, ça ;)

    Respirez un coup les gars/les filles: chacun sa vie, chacun sa route, chacun sa norme.
    Cette guéguerre anti/pro célibat est néanmoins drôle…
    Merci OC! (comme tjs)

      • Cependant j’approuve totalement votre commentaire, et les commentaires sont peut-être effectivement encore plus drôles que l’article lui même !

    • Je me tâtais pour écrire un petit commentaire où je me serais exposée bras ouvert au lynchage collectif, le sourire aux lèvres et le regard empreint d’une folie suicidaire, mais vous m’en avez finalement retenue.

    • C’est assez intéressant de lire cet article et la multitudes de commentaires qui vont avec.
      Personnellement, je ne suis pas allé voir le site de cette fameuse « Sophie » donc, je ne sais pas exactement de quoi ça traite.
      Ceci-dit, au-delà du débat sur le féminisme, j’ai pu constaté que :
      1/ Un grand nombre de commentaires n’était rien de plus qu’un déballage de la vie privée de chacun plus ou moins intéressant
      2/ Une majorité des commentaires étaient là pour dire : « Ouais, on est des femmes, le célibat c’est trop bien et tout ce que tu dis Sophie, c’est bidon ! »

      Mais globalement, cette Sophie, même si la forme n’est pas terrible, elle ne fait qu’exposer son point de vue, qui est certes, un peu « old school » (on n’est plus dans les années 60), mais qui a le mérite d’exister.

      De plus, tous les gens qui, en lisant cette petite synthèse ornée de contre-arguments qui sont valables dans l’ensemble, suivent le mouvement du « être célibataire et ne pas rentrer dans la « normalité » : No rules rocks ! », ne sont-ils pas justement en train de suivre la règle du « pas de règle », donc finalement, faire quand même partie du moule ?

      Malgré tout, j’adore OC, et plutôt que d’interpréter au premier degré tout ce qui est raconté, je préfère voir ça comme un bon divertissement qui me fait bien rigoler.

      • Tiens Odin n’a pas répondu à ce commentaire de Sandra, c’est marrant ^_^ pour autant c’est à peu près le meilleur commentaire du lot : chacun sa route, chacun son équilibre, l’important étant d’y trouver son compte. On peut avoir envie de vivre en couple et repeupler la planète, comme vivre seul (ou pas d’ailleurs) mais se consacrer à d’autres passions.

      • Comme dirait Himmler : « on ne peut pas être au four et au moulin ».
        Et puis, loin de moi l’idée de voler la vedette à notre cher OC.

      • fuyons surtout tous ceux qui se permettent d’émettre un jugement sur nos choix de vie, ou pire, ceux qui tentent de les orienter…
        Ne jamais perdre son libre arbitre…

      • Le libre arbitre existe, c’est un des fondements du monothéisme en tout cas.
        Prenons un bon exemple qui fera hurler : Le libre arbitre tel que définit par les hommes de Dieu et traduit aujourd’hui en lois civiles et pénales dans la France « laïque » permet de se dire par exemple qu’un pédophile choisit volontairement une sexualité illégale, immorale, impossible socialement, détruisant volontairement et en connaissance de cause la psyché de ses victimes (quoique les avocats, psychologues et autres y contribuent également) le plus souvent de ses propres enfants et qu’il se verra couper les couilles en prison à moins qu’il ne devienne la balance de service (donc être protégé par les gardiens). 15 ans plus tard, on le foutra dehors avec un pied au cul (et quelques euros s’il a travaillé en zonzon, plafonnés aux environ des 1000 qui doivent permettre de tenir 3 mois avant tout aide sociale) avec toujours les mêmes envies, donc prêt à recidiver, sans avoir pu soigner son problème. Ce libre arbitre nous permettra donc d’expliquer les taux de récidives extrêmement élevés pour un acte qui serait donc volontairement choisi, et donc assumé, de plein gré, même après la prison, en récidive en toute connaissance de cause. Maintenant, il en est bien quelques uns qui doivent faire cela par simple plaisir pervers, mais plûtôt rares parmi les gens dont l’intelligence atteint celle du poisson rouge (le mécanisme simple récompense/punition avec une estimation grossière doit vous permettre de faire le ratio rapidement) ou à quelques personnes se prenant pour des surhommes.
        OK j’ai mérité mon point godwin pour ma dernère phrase.
        On peut toujours remplacer le pédophile par un gamin de 15 ans dont tous les copains fument du cannabis, qui s’il ne fume pas il finira forcément par être « la petite bite », « chochotte », « tafiole » et autres commentaires agréables à entendre. Lui aussi se mettra probablement dans l’illégalité, effectuant un acte générant l’opprobre et s’il y prend goût, il recommencera probablement (la théorie de l’escalade cannabis->drogue dures n’ayant jamais été prouvée, il suffit de voir les statistiques entre fumaillons beatniks et héroïnomanes voleurs de sacs à mains pour s’en convaincre, même si l’état rabâche ce genre d’âneries).
        A des degrés différents, ces deux personnes auraient donc exercé leur libre arbitre, si l’on accepte cette théorie.
        Je vous laisse juger…

        Pour précision, je ne juge peut être pas forcément tous les pédophiles volontairement coupables de leurs crimes, mais si leur place n’est pas forcément en prison poour moi, elle n’est pas non plus libre et hors de contrôle!

    • Plusieurs constats:
      – apparemment toi y compris
      – ou pas (et plutôt même carrément pas)*
      – pas plus que chez les « on est bien quand on est mariés 2 enfants un chien » (d’ailleurs ceux-là n’ont pas du voir l’excellente série du même nom)

      * le sujet n’est pas non-plus la non-adhésion à un mode de vie tacitement imposé (ou pas) mais les aberrations de la presse féminine (voire féministe) qui véhicule des clichés contre lesquels elle est fait semblant de vouloir se battre ainsi que des gens tentant d’imposer plus ou moins volontairement une soi-disant norme qui n’est que la leur
      (et la plupart des gens n’ont pas l’air d’avoir ça comme un pamphlet pro-célibat non plus …)

  36. mmmh j’ai constater que l’auteur de l’article est pleine de ressources : http://www.elleraconte.com/article-une-vraie-fille-est-quoi-a_16833_0_0.html

    mais attention ce n’est pas une « vraie » fille (je pense que nous n’avons pas le même dictionnaire, là ou je lis « individu de sexe féminin », elle lit « pauvre conne décérébrée… »
    Et comme vous le soulignez si bien et si un homme avez rédigé cet article là aussi?

  37. Les femmes sont souvent plus sexistes que les hommes, c’est à vomir. Mais si seulement il n’y avait qu’elles !

    Je suis actuellement en couple avec un homme adorable, très doux et cultivé. Il a pas mal d’amies, les cheveux longs et me laisse mener ma vie comme je l’entends. Il doit faire face en permanence à des pressions extérieures, son entourage qui lui demande, l’air de rien « maaaaiiiiiis ça te gêne pas que ta copine sorte sans toi ? », « tu devrais te couper les cheveux, on va finir par te prendre pour une gonzesse », « tu devrais pas autant trainer avec des filles »…

    On essaye de l’obliger en permanence à affirmer sa « mâle alphattitude », à se conformer au standard. Alors qu’en résistant, en restant fidèle à lui-même et à ce qu’il aime, c’est dans ces moments là qu’il est le plus viril.

    Merci Odieux Connard. Ça fait du bien de lire ça.

  38. En tant que célibataire sans enfants, je vous remercie, Monsieur Connard, pour cet article. Surtout que si je suis célibataire sans enfants, c’est par choix.
    Mais ça, ça semble impossible à réaliser pour une majeure partie du monde.
    Selon eux, une femme ne peut pas choisir d’être célibataire et sans enfants.

    Apparemment, ça ne colle pas avec leur définition de « la femme » qui, selon eux, a absolument besoin « d’un homme » et a une horloge biologique (qui a inventé cette expression stupide pour qualifier un truc qui n’existe pas ?) qui ne lui fout pas la paix tant qu’elle n’a pas pondu au moins deux marmots.

    Ah, et puis, si une femme savait se débrouiller sans homme et avait envie de faire autre chose de sa vie que d’élever des enfants, ça se saurait.

    • Par choix ? quel courage !
      Un peu comme tous ces célibataires parisiens qui affichent fièrement leur choix mais sont quand même inscrits sur Meetic…car on ne sait jamais hein ?

    • Ben oui par choix, t’en sais rien, ptet que Maria s’éclate en brûlant les planches des scènes de théâtre, en enchaîant des danses latines endiablées lors de spectacles, ou en s’abîmant dans d’immenses toiles à peindre. Pourquoi ne pourrait-on pas faire le choix de vivre égoïstement, de se bouffer ton son temps dans sa/ses passions, qui peuvent prendre un temsp incroyable si tant est qu’on ait un boulot ? En quoi est-ce choquant de ne pas avoir envie que quelqu’un envahisse son espace vital (et je parle même aps de laisser traîner les slips là, juste de gens qui vivent très bien peinards chez eux en sortant de temps en temsp (car oui, ce n’est pas parce qu’on est célibataire qu’on sort tous les soirs pour tenter de pécho au Macumba).

      Donc Maria a certainement de bonnes raisons, ça me choque pas. Pourquoi ce déni systématique ? Vivez votre vie, et laissez-la vivre la sienne !

      • Ou que Maria s’emmerde seule chez elle ou passe son temps à faire du tricot et à donner des miettes de pain aux pigeon dans le parc.
        Vous n’en savez rien non plus, avouez.
        Mais ne vous inquiétez pas, je n’irai jamais jusqu’à aller sonner à sa porte pour lui faire ma « Sophie ». J’ai une vie moi aussi.

  39. Excelletn artile, comme d’habitude, je ne ferais qu’une petite remarque orthographique: le prénom de l’acteur Dujardin est Jean Dujardin, pas Alexandre Dujardin!
    Sinon, je réitère une question déjà posée, où habitez-vous que je vienne déposer mon CV pour la table basse?

    • Ça fait deux fois que je vois ce commentaire idiot. Je ne peux pas m’empêcher d’y mettre mon grain de sel. En lisant mieux vous auriez aussi vu que « Un gars une fille » est le vrai nom de la série « chouchou et loulou » et que cette remarque de OC sous entendait que Sophie est un peu trop bête pour se rappeler exactement des noms…

  40. « un homme eut écrit cela, de sombres nuées empliraient le ciel, et bientôt, le tonnerre du féminisme se ferait entendre »

    Argh… Ça me fait mal de lire ça. J’adore votre article, comme votre blog en général, vous me faîtes drôlement rire, mais confondre les féministes avec une horde de radasses décervelées qui pourraient valider et soutenir les propos de Sophie… Aille !
    Enfin, je suppose que c’était une pique, de l’humour, et moi je tombe dans le panneau…

    Si vous ne connaissez pas, je vous conseille l’excellent magazine « Causette » http://www.causette.fr/, plus féminin du cerveau que du capiton ! Ou encore Marie-Gaëlle Zimmerman qui dégomme du « Cosmo » et du « Elle » au kilo sur http://www.zonezerogene.com/ .

    Une adoratrice féministe

  41. Tu vends du rêve ! Je suis un grand fan de tes articles, étant grand amateur de l’ironie, du troisième degré et du franc-parler. Jerry Trayfor en savourant cet article. Le plus malheureux, c’est qu’il y a encore beaucoup de graukons qui pensent comme ça. Des baffes qui se perdent !
    Surtout, ne t’arrêtes pas d’écrire ce genre d’article, c’est du pur bonheur =)

    *attend impatiemment le prochain article*

    Llewy, Lyon (69)

  42. Aha aha aha … Ca se dit un « connard odieux » alors que c’est un chantre de la bien pensance … Tout cela est à rire en dormant. Je pourrais aisément cracher sur chaque phrase, c’est pourquoi je m’abstiendrai.

    • Il semble qu’il en a été encore plus aisé de vous en abstenir. Puissiez vous vous être abstenu un petit peu plus tôt… Car à ce stade de développement, la critique me semble aussi faible qu’inutile !

  43. Cher Monsieur Odieux Connard,
    je suis célibataire, ça ne me réjouit pas particulièrement, ça ne me perturbe pas gravement non plus, c’est un état de fait, voilà tout, ça arrive, tout comme ça arrive aussi d’être en couple.
    Je trouve insupportable les gens qui veulent absolument donner des tonnes de « bons conseils », « remonter le moral », voire, pire des pires, « analyser ce qui ne va pas dans ton comportement pour surmonter cette situation d’échec ». Merci de leur en mettre plein la figure, ça fait du bien. ^^

    • Ces gens là s’appellent souvent des amis ou des proches qui ont de la compassion pour vous. Même s’ils sont un peu lourds, évitez tout de même de leur ouvrir le crâne à coup de pelle.

      • J’ai de la compassion pour Bernard, qui pleure d’avoir perdu son hamster sous la tondeuse de son voisin. De la compassion pour Joséphine, qui est triste d’avoir fait tomber Hugo (son gosse de 2 ans) dans la fosse septique.
        Par contre, les gens qui ont de la compassion pour moi parce que je suis célibataire (ouh, le drame) et que ça me va très bien (ouh, l’anormal, jettons lui des cailloux), je les emmerde.

  44. Non mais attendez, c’est mal d’être féministe de nos jours. Même certaines femmes (comme Sophie) tiennent des propos machistes et se rabaissent. Manquerait plus que la femme soit l’égale de l’homme et soit indépendante, non mais vous imaginez!
    Comme on dit, le féminisme n’a jamais tué personne, contrairement au machisme.

    Et sinon, je suis d’accord avec l’idée du « il faudrait poser une bombe dans chaque rédaction des magazines féminins ».

  45. Eh oui, ce ne sont pas nos grands amis les hommes les plus misogynes, mais la masse des Sophie, et avant elles des Géraldines et de toutes les mémères type femme au foyer, 2,1 enfants, petit pavillon et chien débile !
    Personnellement, je trouve les articles de ce blog toujours très vrais, et d’autant plus drôles que la vérité nous est balancée bien serrée dans son paquet de barbelés enduits de cyanure.
    Continuez à nous faire rire !

  46. Oh, on dirait ma cousine ! (et plein d’autres cousines à tout le monde je suppose !)
    Tellement vrai, mais il faut croire que dans notre beau pays qui se targue d’apprendre à avoir son avis le sien, il y ait tant de moutons :3

  47. Très cher Odieux, vous m’avez fait fermer ma grande gueule de femme. Je n’ai rien d’autre à dire que « merci ! »

  48. Simplement splendide, que dire de plus ? J’apprécie énormément un de vos arguments, il est vrai que si n’importe quel être doté d’un pénis s’avançait à proférer ne serait ce qu’un quart de cela, il se ferait immédiatement lapidé ! En tout cas, je suis plutôt choquée de voir qu’il existe réellement des sites web capables de déverser un tel flot d’âneries … Mais il est vrai que les Sophies sont partout et ce, même quand on est ado ! Certes, ce ne sont pas encore des histoires de mariages et d’enfants, mais toujours les mêmes plaintes sur le célibat, les conseils pour avoir un mec, les amies compatissantes qui vous présentent trente blaireaux par semaine… En tout cas, je vous félicite pour cet article, toujours aussi bien écrit et poilant à souhait.

  49. Je suis presque aussi consternée par l’article de Sophie que par cet amas de commentaires, transformé en forum de ELLE ou Psychologie..

    Et putain ça vous fait quoi qu’il y ait deux pauvres mots mal orthographiés, y’a une règle ultime qui vous condamne à dénoncer ces atrocités, notre auteur avait une envie secrète de prendre des cours d’orthographe?
    Ce fut bien la première et regrettable dernière fois que je m’aventure à lire mes chers amis lecteurs..

    Ah aussi, on s’en fou de votre vie, crotte. Faites un blog, ça évitera de cracher partout.

    En tout cas bien à toi Odieux connard, merci pour les quatre éclats de rire que tu m’as offert ce soir!
    Je tuerai pour avoir ta facilité d’écriture.

    • enfin un commentaire intelligent….mais je n’aurais pas dit crotte,
      Merde!
      Merci à Odieux Connard pour sa verve.

  50. Arff, pourquoi Sophie et Laure?
    Non content d’exprimer un point de vue et de dépeindre un quotidien que je partage avec vôtre brio habituel, vous frappez en plein dans le mille. Merci de me donner l’idée : l’éther et le coton serviront également pour Laure et Sophie (non, je n’ai pas changé de prénoms). Mais il se peut que leur sieste soit définitive.

    Par ailleurs, il me faut signaler cet abominable complot que l’on doit très certainement encore aux redoutables membres de la Panzerdivision Groß Ménache, et qui a eu pour conséquence dramatique l’introduction inopinée d’un accent là où il ne fallait pas.  » Vite, il faut retrouver quelqu’un ou je serais la risée de Brenda et Gertrude !  » conviendrait mieux, à moins que l’identité sexuelle alambiquée de cette jeune …femme ne la fasse effectivement pénétrer ses malheureux partenaires.

  51. Tiens, tiens! Mais personne ici bas ne parle des hommes honnetements simples, qui aiment se vautrer dans une vie de couple aséptisé, où le fait de s’engeuler pour le choix du film ou à propos des slips qui trainent, fait partie de l’exitation post-coîtal. Et oui il y a des hommes soumis aussi. Et par choix qui plus est!!
    Enfin, se débat manque cruellement d’un point de repère essentiel qui est l’amour. Celui qui transforme. Qui remplit. Qui dévoile. Qui libère. Car oui être en couple c’est faire des concessions, oui on ne peut imposer à son acolyte une reproduction de Gauguin de 2m par 3 sur le mur du salon, si celui-çi abbhore les couleurs vives. Alors oui, pour la déco et les sorties et le reste on doit mettre parfois de côté son orgueil pour arriver à un consensus acceptable. Mais je ne vois pas en quoi cela entrainerais une désaffectation de notre personnalité. Enfin j’abbhore les magasines féminins depuis toujours, cela ne m’empéche pas pour autant d’envisager de fonder une famille avec celui que j’aimerais, pourquoi pas? Et être féministe ça n’est pas non plus rejeter toute forme de désir de stabilité. Stabilité qui peut se trouver, si on le souhaite, dans le couple. Je pense que cette article amusant et interessant dans le fond – les biens pensants sont certes des êtres par trop ennuyeux – a entrainé une déferlante de commentaires étrangement aigris. Envieux??

      • Y’a le cousin de ma best qu’est en solo là tsais, il vit encore avec sa daronne t’as vu mais attend il veux monter sa boite d’import export, trop ouf le truc. Tu pourrais tle faire jt’assure il est fan de Johnny en plus le type.

      • Mo, je crains fort que tu sois en train de te moquer d’un commentaire qui se moque déjà de ton écriture (et avec raison, elle est dégueu).
        Ou alors c’est moi qui ait raté un degré…

      • Flûte, j’avais pourtant mis une perruque brune. Bon promis je sors plus de la cuisine, y’a Michel qui rentre du boulot faut que le gigot soit prêt.

  52. Hum, suis-je la seule ici à tiquer devant l’ironie mordante du choix du prénom :x ? « Sophie » : « sagesse » en grec. Si c’est fait exprès, c’est rudement bien trouvé…

  53. Merci pour cet article. Du coup j’ai profité du lien pour parcourir d’autres articles du site de Sophie. « Comment bien réussir son premier rendez-vous ? » est un coup de cœur. Énormément de sexisme, de clichés… lamentable. Mais tellement rigolo.

  54. Mon cher Connard,

    J’ai épousée une Sophie …

    est ce grave ? Même qu’on a un Chien (mais pas de chiard)

    Cordialement

    Paul (à défaut de Marc)

  55. Je ne comprendrais jamais ce pseudo-féminisme qui réussit à la fois à dénier tout pouvoir de décision aux femmes (en couple ou célibataires) et prôner une égalité totale (et donc ridicule) avec les hommes et ignorer ainsi tout ce qui peut rapprocher les deux sexes, et se qui les différencie pour s’enrichir mutuellement.

    Dans la même phrase ils arrivent quand-même à dire qu’un couple ne peut tenir qu’avec le total asservissement de la femme mais qu’elle est bien nigaude de se laisser faire. Pire : si la femme met de la lingerie sexy pour exciter son homme, ce n’est qu’une esclave qui n’a pas su se rebeller…. Euh… Ouais, ok… Si ça c’est pas dénigrer toute féminité …

    Sans compter que cela exclu totalement le partenaire de la relation : c’est vrai, c’est connu que les mecs ne font aucun effort. C’est connu même qu’ils ne font jamais rien pour faire plaisir à leur compagne. Les mecs amoureux n’existent pas.

    Et le coup de « la vie sexuelle aussi riche » ! Sérieux… Non, je ne peux même commenter, c’est absurde…
     » sans être une bordélique » : pfiou, faudrait venir voir chez moi :-)

    A croire que selon qu’elles viennent de se faire larguer ou non, elles penchent vers la fée du logis des années 50 ou la garce du coin des quartiers chauds. Belle preuve d’intelligence féminine, là aussi.

    Laure (OUI, LAURE !!! et c’est mon vrai prénom), célibataire intermittente et totalement assumée. Na !

    • La « féminité », c’est uniquement porter des tenues sexy pour « exciter son homme » ? On peut être féminine autrement qu’en string et porte-jarretelle ou pas ? Là, je sais plus.
      Et si ça ne plait pas à la « femme » en question ?

      D’ailleurs, est-ce vraiment toujours le cas, ou ne fait-elle pas seulement ce que lui dicte « Elle » et autre « Cosmo » (ou je ne sais plus quelle merde) ? J’avoue avoir des doutes.

      Mais si ça plait aux deux parties, tant mieux, mais de là à en faire un étendard de la « féminité », je ne suis pas d’accord. Et puis euh… se mettre de la lingerie sexy ou que sais-je, n’est-ce pas faire la « garce des quartiers chauds » ?

      Plus je me pose des questions sur ce qu’est la « féminité » (et même la « virilité ») avec laquelle on nous rabâche les oreilles, plus je lis des définitions peu convaincantes qui relèvent du cliché sexiste rétrograde (Homme = Mâle Alpha ; Femme = pimbêche soumise).

  56. Je suis bien triste de constater que beaucoup de commentaires sont bien trop sérieux pour ce blog.L’article est bien évidemment écrit au deuxième degré et c’est ce qui fait rire.Les lecteurs qui manquent d’humour ne peuvent pas comprendre, ils sont incapables de rire d’eux-mêmes….Je ne sais pas comment ils sont arrivés là.Je ne dis pas qu’ils ne sont pas intelligents,je dis qu’ils ne sont pas créatifs.Quant au dernier commentaire de LAURE : ( « si la femme met de la lingerie sexy pour exciter son homme, ce n’est qu’une esclave qui n’a pas su se rebeller…. Euh… Ouais, ok… Si ça c’est pas dénigrer toute féminité … ») il me laisse sans voix. Mettre sa féminité dans sa petite culotte lui apportera peut-être des rôles puisqu’elle se présente comme intermittente……

    • On s’est manifestement mal compris : je disais simplement que dire qu’une femme n’a pas envie d’être sexy et ne le fait que parce que son mec ou sa femme lui demande, c’est renier son droit à avoir envie de l’être, à avoir envie de jouer elle aussi. Peut-être aurais-je dû rajouter « à l’occasion » pour être plus explicite.
      Et si le malentendu persiste : je n’ai aucun mal à assumer que ma féminité s’exprime aussi dans ma petite culotte. J’apprécie bien ça, d’ailleurs. Merci de vous en inquiéter :-)

  57. Donc, pour ne pas violer les enfants, il faut rentrer dans le rang ?

    et puis juste un petit détail :Psychés, famille de lépidoptères.
    Psyché, grand miroir mobile.
    Psyché, treizième plus gros astéroïde de la ceinture principale.
    « Psyche », pseudonyme du musicien américain Carl Craig.

  58. Cher Monsieur Connard,

    Vous ne prendriez pas les féministes (femmes et hommes) pour des abruti/es par hasard?

    N’importe quel/le féministe trouverait cet «  »article » » à gerber (Isabelle Alonso compris)!

    Qui a dit que les femmes n’étaient pas sexistes?

    • Ce n’est pas parce que le caractère vomitif de l’article est évident que l’OC n’a pas le droit de nous offrir nos éclats de rire de ce jour…

  59. L’article est bon, très bon même.

    Mais le plus savoureux, ce sont les commentaires de Sophies qui s’ignorent et leurs anecdotes…

  60. Je n’ai lu que le début. J’avais déjà écouté la dernière chanson d’Orelsan, j’ai assez vomi pour la semaine à cause de jugements à l’emporte pièce, aux clichés plus que faciles et rebattus, aux moqueries dignes des pires cours de récré.
    Je rêve d’una maison avec une barrière blanche, et alors ?

    • Vous finirez en enfer, c’est évident. Mais je suis sûr qu’en vous imposant ma vision du monde, vous serez sauvée.

  61. Enfin une saine lecture… OC tu fais un nouvel émule. Je me régale de tes articles et des commentaires qui les bonifient….

    Et l’amour dans tout cela ? (« Mo » en parle…à ses dépens finalement.) « Il rend aveugle ». Prétexte ou excuse ? Prétention ou (dés)illusion ?

    Merci pour tes étonnants tremplins de réflexion

  62. Cher Odieux Connard,
    Au risque de me faire huer par vos fervents lecteurs et autres disciples insatiables, je me permettrais d’intervenir. Car, pauvre de moi, je porte le même prénom que la dite demoiselle ! Mais la comparaison ne s’arrête pas là puisque je suis presque mariée, avec un enfant et pas de boulot.

    Pourtant, il y a plus de deux ans je jurais à qui voulait bien l’entendre vouloir me tirer en Chine, profiter de la vie au maximum et surtout, mais alors SURTOUT m’éloigner de cette vie planplan qui m’attendait en France, de cette vie qui finalement n’avait rien à voir avec mes rêves d’adolescente égocentrique. En effet à 15 ans je pensais naïvement être bien loin des caricatures de notre société. Jeux de rôle, jeux vidéos rythmaient ma vie, je ne me déplaçais que très rarement sans un grand classiques de la littérature (russe ou française), ouvrage que j’alternais parfois avec de la fantaisy (dark, héroique, etc.) ou de la science- fiction.

    Alors pitié ! Grandes gueules que vous êtes, ne parlez pas trop vite ! On ne sait jamais de quoi demain est fait et dans quel merdier on peut se fourrer ; volontairement ou non !

  63. Bien vu!
    Je suis célibataire et je trouve que ma vie,même si elle n’est pas toujours folichonne est tout de même infiniment moins terne et merdique que celle de ceux qui me donnent de mauvais conseils.
    Quand à la pintade qui a pondu l’article incriminé ici,je lui propose de se faire empailler pour qu’elle puisse enfin être utile à quelque chose(comme sur la photo par exemple)

  64. Chéri, peut-être as-tu encore mon CV sous la main ? Que je t’envoie des mails ne correspondait pas à la vision qu’avait mon EX des tâches de la table basse et tout a malheureusement été accidentellement détruit. ahem ahem. Il n’a rien lu ne t’en fais pas mon amour. Aujourd’hui je veux être ta table basse, puis-je ? Oups excuse moi… Oups.. Erf, merde j’vais pas tenir longtemps comme ça moi bordayl >__< Putain tu fais chier merde chier, Mattéo non. NON MATTEO lâche tout de suite ces ciseaux ne coupe pas le fil du casque de papa il travaille sur l'ordinateur. Non Lilou arrête de pleurer. Mattéo je t'ai dit non ! "HAN HAN OH OUI VINCENT MCDOOM J'VAIS T'LA METTRE" omg Odieux mon chéri, qu'est-ce que tu fais sur le pc, tu travailles pas sur ton blog ? o_o "papa il fait chier" Dis pas des mots comme ça Mattéo, va te laver la bouche avec du savon. Non Enzo, tu ne sors pas de la cuisine tant que tu n'as pas fini ton assiette, penses aux petits africains qui meurent de faim, je préfère que tu sois petit obèse plutôt que de jeter ce yahourt Lidl même pas périmé.Ah si. Et merde. Chéri, le petit a gerbé, ne rentre pas dans la cuisine, ne t'en fais pas je nettoierai en rentrant, je l'amène à l'hôpital. Non euh, oui bien sûr que je te prépare du café avant de partir… :s

    • (hé ouay je ne poste pas ça a 4h du mat parce que je n’ai pas de vie mais parce que je taf de nuit sur les Champs Elysées, victime du fashion system que je suis.) (évidement, je compte me reconvertir, quitte a diviser ma paye par 4 et abandonner toute idée de soirée, faire une formation de secrétaire médicale et prendre 10kg, pour le jour où je pondrai un p’tit humain.)

      • Vous préférez le didactisme, sans nul doute : la preuve, vous êtes bien arrimé(e) à ce blog. Où on peut apprendre tellement de choses de la vie sans subir aucun étalage de culture… J’évoquerais bien chez vous un problème de paille et de poutre, mais sachant que vous n’avez qu’un oeil, on m’accuserait de me moquer d’un infirme.

    • Ah oui, l’étalage de culture, je connais ! c’est un peu comme la confiture non ?
      Je suis désolé, rien que dans le préliminaire, j’ai eu une « nausée » des mots.
      genre « j’ai des choses triviaux à dire, mais je l’enrobe dans tellement de rhétorique et de mots absconses et dans un style tellement lourd que j’ai l’air d’être super intelligent et d’avoir dit quelque chose de très spirituel. La preuve, l’autre en face n’a rien compris, ça veut bien dire que mes idées volent vraiment très haut ».

      Connaissez-vous la pub acadomia qui citait Hegel « Il faut surmonter dialectiquement notre altérité réciproque » ? En voilà un exemple de phrase qui se veut très intelligent mais qui est dans son sens des plus trivial.

      P.S: Si je suis arrimé (sans « e » s’il vous plaît) à ce blog, c’est bien parce que les articles sont savoureusement odieux

      • Vous avez raison d’oublier les préliminaires, il faut savoir passer directement à la pénétration : de Tiqqun passer directement à Hegel, c’est bien le moins au vu de vos capacités. Allez-y, étonnez-moi par votre trivialité : donnez-moi la signification de cette phrase (sortie évidemment d’une publicité, l’inculture s’étale aussi, mais seulement pour les cochons) puisque vous êtes si capable.

      • Désolé, j’avais oubliée la petite poignée de sable sans quoi, toute pénétration, ne serait jamais parfaite, vous en conviendrez.
        Mais je suis au regret de décliner votre charmante invitation, car voyez-vous, je n’ai pas à vous prouver quoique soit sur mes capacités et je ne suis pas votre bête de foire.
        Cependant, il ne tient qu’à vous de nous étalez votre profonde cul-ture et de nous ébahir par vos capacités.

        Sachez cependant chère madame que l’insulte et le mépris ne font pas parties des meilleures méthodes rhétoriques connues.

        P.S: Je dirais qu’au moins Hegel a les couilles pour signer de son nom les textes qu’il publie.

      • Odin : très fort dans la finesse, continuez à vous rouler dans la boue, comme tout cochon qui se respecte. Sachez que Hegel était un philosophe d’université, du côté du pouvoir donc : il était normal qu’il signe de son nom. À l’inverse, le collectif Tiqqun se voulait radical, voire révolutionnaire : dans ce cas-là, signer de son nom, c’est s’exposer à la récupération marketing (zolis Tee-Che-shirts) ou à la répression féroce. Mais cela ne vous a jamais effleuré l’esprit, bien sûr : en tant que planqué qui regarde les pubs dans le métro, la seule répression que vous connaissez, c’est celle de vos désirs de consommation.

        PankkypH : au royaume des infimes, dont vous faîtes partie, les infirmes sont rois. Vous ne saviez pas ?

      • Rousseau aussi se voulait radical et révolutionnaire.

        Mais, il est passé où le bouton pour signaler un « troll » ?

      • Cher Odin, le besoin de police et de dénonciation maintenant… vous avez tous les vices, n’est-ce pas ? Non seulement vous ne répondez pas dans le sujet, mais quand quelqu’un le fait, vous finissez par lui sortir l’insulte magique : « troll ». Vous avez appris ça chez Rousseau ?

        Allez, je vous donne un indice : demandez-moi simplement de ne plus intervenir, et je vous accorde cette faveur. C’est la moindre des choses, vous êtes déjà assez ridiculisé ainsi. Mais attention, hein, sans petite phrase assassine de dernière minute, sinon…

      • Chère Syrena, si seulement vous saviez de mes autres vices.
        Mais je ne veux surtout pas vous priver de votre unique plaisir dans la vie, allez-y lâcher-vous, trollez (désolé pour cet anglicisme), insultez, traitez les autres de crétins parce qu’ils ont l’audace de dire que Tiqqun c’est nul. Vous qui vous masturbez devant ce magnifique bouquin, j’espère que mes interventions vous arrachent au moins un petit cri de plaisir tant mon ignorance crasse fait ressortir votre intellect sur-développé.

      • Syrena, j’aurais voulu trouver mieux qu’une citation de South Park pour faire ressortir mon dédain de votre pugilat stérile, mais j’ai validé mon commentaire involontairement avant d’avoir pu réfléchir d’avantage.

        Chère Sirène, vous êtes une trublione, et ce quoi qu’il soit de la qualité de votre Tiqquun (dis-je en agitant l’index de manière réprobatrice).

        Au fait, Odin, j’ai l’heur de penser que « troller » est un néologisme appartenant autant au français qu’à l’anglais. Enfin quoi, troll n’est pas dans le dictionnaire, peut-être ?

        Quoiqu’il en soit, qu’il est bon d’observer ce genre de joute en tant que spectateur extérieur ! Ça me change un peu.

        Tiens ! Plus long que ce que j’aurais cru.

      • Ah, cornegidouille, ça conserve le pseudo d’un WordPress à l’autre. Le message précédent est de moi.

  65. Je prends le risque de la tendinite au majeur en activant la molette de ma souris pendant quelques longues minutes pour me rendre à la zone de commentaires.

    Tout ça pour dire : Article brillant. Thème jouissif. Chouette.

  66. J’ai découvert votre blog aujourd’hui, quelle agréable rencontre !
    Les odieux connards dans votre genre sont décidément des gens bien plus intéressants a lire que le commun des mortels.

    Ce n’est définitivement plus a Pimkie que j’irais chercher l’intelligence de ce bas monde… et si le cynisme rend aigri, je m’en contenterais.

    Au plaisir de vous relire !

  67. La femme que je suis adore cet article!! Il y à tellement de réflexions de ce genre qui m’ont traversées l’esprit au fur à mesure que je grandissais! Mais personne ne me comprenais jamais, j’avais toujours l’impression d’être bizarre ou anormale! Ce sont des articles pleins de bon sens comme celui-ci que l’on devrait lire dans les magasines féminins. Merci pour ce petit bijoux, au plaisir d’en lire d’autres;)

  68. Il faudrait dire à Sophie que vivre – en couple permet aussi de faire toutes les choses qu’elle cite ! (en dehors du point 10, quand même, sauf pour les couples qui se déclarent « libres » ou « polyamoureux » ou je ne sais quelle connerie)

  69. Est heureuse de ne pas avoir la vie de Sophie. Mais songe tout de même à acheter un Homme table-basse.

  70. ah si seulement ça pouvait rentrer dans la tête d’un pote qui cherche à me caser et dans celle de la belle-mère qui trouve ça pas normal que je sois encore célibataire …
    ça plus le fait de pas avoir de télé, pas de téléphone portable trop stylé (ben ouais le mien fait pas appareil photo mais c’est pas le but d’un téléphone non plus …) et de ne porter que des T-shirts en hiver j’ai quand même fini par abandonner la marche pieds nus pasque c’est quand même crade une ville mais surtout les yeux de merlan frit à chaque fois ça saoule … (pis là avec ces chaleurs c’est des coups à y laisser la plante des pieds …)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s