La saison des abandons

Ça y est : les vacances scolaires sont là.

Alors que les coffres se remplissent peu à peu de valises, tentes et autres canots gonflables, les écoliers profitent enfin d’un repos bien mérité après une dure année de labeur. Si les boîtes de nuit ouvrent leurs portes aux jeunes disposant d’un baccalauréat flambant neuf soucieux de le fêter (ils ne découvriront que dans deux mois que ce sont les seules portes qui s’ouvriront jamais grâce à leur diplôme de fin de lycée), elles ne sont que l’avant-goût d’un été qui s’annonce plein de surprises.

Pourtant, comme chaque année à la même époque, c’est aussi la saison des abandons : des propriétaires peu scrupuleux profitent de leur départ en vacances pour attacher leurs animaux de compagnie devenus trop encombrants aux arbres des aires d’autoroutes, brisant des milliers de petits coeurs : Scrappy le labrador regarde la Peugeot 404 de son maître s’éloigner, sans réaliser que c’est la dernière fois qu’il a l’occasion de humer les effluves de friteuse de son vieux pot d’échappement pétaradant ; Bobby le Saint-Bernard, trop occupé à renifler ce nouvel arbre auquel il est désormais lié, ne voit pas la famille Margot s’éloigner de lui, le petit Théo agitant une main dans un signe d’adieu tout en larmoyant, l’autre bras fermement tenu par son père, alors qu’il quitte son ami de toujours pour regagner contre son gré le parking voisin ; et Pitchoune, ô, joyeuse Pitchoune ! Qui donc a bien pu coller cette petite femelle yorkshire dans le sanibroyeur de l’aire de la Jument Verte ? Nul ne le sait.

Oui : cette année encore, des milliers seront abandonnés par ceux qui autrefois leur avaient ouvert les portes de leurs maisons ; chiens courageux, chats paresseux, furets joueurs ou hippopotames berserks : autant de sympathiques animaux de compagnie qui sentiront peser sur eux la solitude lorsque la nuit tombera. Mais il ne convient pas de parler de ceux-ci, non : le vrai drame, cette année, c’est encore tous ceux qui abandonneront leurs compagnes infidèles quelque part en forêt sur la route des vacances. Et pas besoin de les attacher à un arbre en plus : le sens de l’orientation d’une femme moderne suffit à là paumer des semaines entières, même au milieu du parc Monceau. Pratique.

Pour plus d'originalité, vous pouvez abandonner votre chien sur une aire avec jardin japonais

Cependant, afin d’éviter cette terrible situation, je vous propose aujourd’hui, messieurs (filez mesdemoiselles, ce n’est pas pour vous, vous allez vous faire du mal), de suivre les conseils de Men’s Health (le magazine du bien-être masculin que nous avions déjà étudié ici), afin de vous assurer que vous n’ayez pas à abandonner madame ; pour ce faire, je vous propose donc de vous arrêter sur plusieurs articles essentiels :

6 façons d’empêcher son infidélité, et ainsi ne pas avoir à abandonner votre mie, ou alors, il vous faudra un autre prétexte

7 signaux d’alertes pour juger de sa fidélité, des fois que le premier article n’ait pas suffi

4 conseils pour contrôler sa colère, pour gérer la situation si un des signaux d’alertes précédemment évoqués est passé au rouge

Oui, ils ont obligation de tout numéroter ; le magazine a dû être fondé par une sorte de comptable sous stéroïdes. Brrr. Mais ne tergiversons pas et passons aux premiers conseils pour éviter que madame n’aille courir le damoiseau ; je cite : « Voici les facteurs d’infidélité les plus fréquents et les meilleurs moyens de lui ôter l’envie de vous tromper. » 

La génétique 
La science est formelle ! Il existe bien un gène de l’infidélité. Les chercheurs de l’hôpital universitaire Saint-Thomas à Londres affirment même qu’une femme vous trompe à 44 % pour des raisons génétiques.

Merde alors, l’infidélité est génétique ! Comme la délinquance alors ? Nous l’ignorons, mais donc, la femme est contrôlée à 44% par ses gènes (et à 30% par les livres de Guillaume Musso) ; elle peut être tranquille dans son salon à se faire un Scrabble, soudain, elle entend un gène lui crier de sa petite voix fluette « Qu’eeeeest-ce que tu fous ? Tu joues au Scrabble avec Jérôme, alors que dehors, il y a tant de beaux éphèbes qui t’attendent ? Pense à ces torses ruisselants, à ces muscles puissants couverts de sueur et de saindoux, à ces mentons piquants qui… je… ho, attends ! Regarde là, tu peux faire « Bichon » en 6 lettres, dont une compte triple ! » (la femme peut faire deux choses en même temps, rappelons-le).  Mais alors, si c’est un gène, vite, Men’s Health, que faire ? Dois-je faire mordre ma femme par une araignée radioactive pour modifier son ADN ? Puis-je ramener une araignée de Fukushima en cabine ? Et quand bien même, comment savoir si la mutation ne va pas plutôt filer un cucu velu à ma dulcinée ?

Pas de panique, la réponse est là :

La solution : Elle réside heureusement dans le problème : le sexe. « Les quantités élevées d’ocytocine qui inondent son cerveau pendant une relation sexuelle sont en quelque sorte l’antidote à cette malencontreuse hérédité, explique Terry Burnham, chercheur en génétique. Cela inhibe l’activité des chromosomes qui ont été identifiés comme porteurs du gène de l’infidélité. » Attention quand même : selon une étude publiée dans la revue Biological Psychology, vos ébats doivent durer plus de cinq minutes pour que l’ocytocine fasse cet effet.

Ho. Ho, je vois, il faut donc copuler, souvent et longtemps, pour feinter la génétique : c’est vrai que du coup, votre copine a moins de chances de vous tromper si vous l’enfermez dans la chambre toute la journée. A noter que vous avez désormais une nouvelle réplique culte pour draguer :

« Bonjour mademoiselle, quelle belle soirée n’est-ce pas ? Dites moi, je me disais… vous ne voudriez pas que j’inonde votre cerveau d’ocytocine, là, comme ça, au pied levé, hop ? »

Si avec ça vous ne passez pas pour un gentleman, inquiétez-vous.

Le calendrier Il est déjà coupable de ses sautes d’humeur et de ces nuits que vous passez sur le canapé parce qu’elle est outrageusement irritable : son cycle menstruel peut également être responsable de ses envies de papillonner. Tout cela viendrait de l’évolution, selon les chercheurs de l’institut Kinsey de l’Indiana. Les hauts et les bas hormonaux qui vont avec son cycle menstruel réveillent un instinct primitif qui stimule son désir et son excitation tout en la poussant à rechercher des partenaires d’un soir. C’est entre le dixième et le dix-huitième jour de son cycle, lorsque ses niveaux d’estradiol sont au plus haut que ses instincts de prédatrice risquent de s’éveiller. Pour vous aider dans vos calculs : le cycle commence le premier jour des règles. 

Le calendrier, responsable ? Celui de La Poste, le moche avec des chatons ? Le facteur, j’en étais sûr ! Mais attendez, vous voudriez dire qu’encore une fois, tout le corps de la femelle n’est qu’un appel constant à l’infidélité ? Qu’il est conçu pour aller gambader vers d’autres herbages, tel le mouton joyeux dans les pâtures ? Mais bon sang, quelle solution puis-je…

Bionic Woman, ou l'histoire d'une femme modifiée par des scientifiques pour arrêter de courir le jouvenceau (on lui coupe les jambes)

La solution : Faites-la transpirer. Des chercheurs de l’université Jagiellonian de Cracovie, en Pologne, ont découvert que les taux d’estradiol chutaient dès lors qu’une femme faisait du sport deux fois par semaine. Sinon, gardez un oeil sur le calendrier et profitez de cette période pour transpirer… au lit.

Hein ? Le sexe, encore ? Ce serait donc la solution à tous les problèmes du monde ? Merci Men’s Health : je sens que grâce à ça, je vais pouvoir régler plein de trucs : infidélité, mauvaise humeur, problèmes de couples, note médiocre en classe, faim dans le monde.… Merci ! Mais dites m’en plus, quels sont les autres causes de l’infidélité ?

La reconnaissance Ou plutôt le manque de reconnaissance et de gratifications. Vous l’avez déjà vue partir à la recherche d’une paire de chaussures comme une lionne en quête de nourriture ? C’est en réalité à la recherche d’une gratification qu’elle est partie. Or, si elle en manque de votre part (bref, si vous ne lui montrez jamais qu’elle compte pour vous), il y a de fortes chances qu’elle aille chercher de la valorisation ailleurs. 

Vous êtes sûre qu’on parle des femmes là ? Non parce que la petite créature en manque d’affection qui va donner de l’amour à des pantoufles, en général, on l’appelle plutôt « Rex » que « Chérie ». Mais bon, faisons confiance : nous traitons ici d’un magazine moderne, qui sait comment il faut traiter les femmes pour faire de ses lecteurs des gentlemen appréciés pour leur élégance, leur classe et leur bon goût. Hein ? Ho, dites ? Allez ? Sans rire ? Vous déconniez, là, non ?

C’est ainsi que 80 % des femmes ont justifié leur infidélité lors d’une étude de l’université du Maryland. « Elles avaient une aventure pour compenser une relation dans laquelle elles ne se sentaient ni écoutées ni valorisées », explique Michael Farell, auteur de l’étude. 

Oui, mais 100% des femmes étant de mauvaise foi d’après une étude du Odioso Cabrón Institute de Grenade, j’en déduis que l’excuse « Je ne me sentais pas écoutée : je lui avais demandé de ramener du chocolat aux noisettes, et il m’a ramené du chocolat au lait : du coup, j’étais obligé de prendre le TGV pour aller faire l’amour à Ramón, vous comprenez » est un peu pourrie.  Heureusement, Men’s Health a la solution pour qu’une femme se sente valorisée et appréciée à sa juste valeur :

La solution : Si vous n’avez pas été complètement à la hauteur récemment, rattrapez le coup avec ce truc tout simple : le cerveau peut assimiler 600 mots par minute mais le débit moyen est de 150 mots. Et quand le cerveau est en dessous de la courbe, il s’égare. Pour garder toute son attention, interrompez-la pour la paraphraser toutes les 30 secondes. Fastidieux, certes, mais elle aura vraiment l’impression d’être écoutée !

Donc je résume : pour qu’une femme se sente appréciée, il faut lui parler comme à un gros légume. Et de préférence, « l’interrompre pour la paraphraser toutes les 30 secondes » :

« Doudou, devine ce qui m’est arrivé au bureau aujourd’hui ! 
– Dis-moi tout mon amour.
– J’étais au local photocopieuse, quand soudain…
– Hmmm tu veux parler de la pièce où il y a l’appareil qui duplique des documents.
– … heu, oui, quand soudain, Benoît entre avec du café sur sa chemise
– Benoît passe le seuil du local de l’appareil qui duplique des documents avec une substance psychoactive étalée sur son haut ? Ça alors ! 
– Dis- moi, tu me prendrais pas pour une andouille ?
– Si je te prends pour une spécialité charcutière à base d’intestin de porc ? Bien sûr que non ma chérie, continue de me parler de… de… heu… hein ? Tu disais ? »

La photocopieuse, centre de toutes les intrigues érotiques qui se respectent

0

Ah oui, là c’est certain, elle va se sentir écoutée et mise en valeur. Un peu comme le psy que vous payez une fortune à dire « Hmmm hmmm » pendant qu’il dessine des kikis sur son bloc-notes. Quel beau métier (attention, j’exagère : certains dessinent aussi des voitures).  Néanmoins, enchaînons tout de même sur le point suivant.

La promiscuité Comme pour les salaires, les hommes sont toujours en tête quand il s’agit de mettre des coups de canif dans le contrat. Mais l’écart diminue peu à peu. Ainsi, 52 % des infidèles sont des hommes (voir encadré), ce qui nous laisse quand même avec 48 % d’infidèles à talons hauts… et pas mal de doutes. C’est la culpabilité qui serait responsable de cette différence. Mais la culpabilité n’a qu’un temps : elle diminue à mesure que votre chérie se rapproche de votre futur concurrent au travers d’une activité commune. 

Attention, donc, votre copine risque de vous tromper si jamais elle fréquente des gens. Particulièrement si elle a une activité commune avec eux, comme, à tout hasard, baisouiller. Comment enrayer ce fléau ?

La solution : Elle veut prendre des cours de tango ? Lancez-vous sur la piste avant qu’elle ne se fasse embarquer par un autre.

Excellente solution : ne la laissez jamais seule. Suivez la en permanence. Elle veut faire du tango ? Faites du tango. Elle veut faire de la couture ? Faites de la couture. Elle veut faire caca ? Devancez -la (puis éclatez d’un rire diabolique ponctué de bruits d’eaux depuis l’autre côté de la porte).

Et si jamais elle commence à comprendre que vous ne la suivez partout que parce que vous n’avez aucune confiance en elle, utilisez la stratégie dite du couple fusionnel : « Mais c’est parce que nous devons tout faire à deux mon choubidou« . Frottez vous un oignon contre les yeux si vous manquez de persuasion.

La cybertentation Ça commence par un chat innocent sur un forum de jardiniers amateurs et ça finit au lit.

Alors, oui, là, en effet, c’est un vrai problème international : les vortex spatio-temporels sur les chats de Jardiland. Vous discutez tranquillement de la meilleure pelle avec une assistante commerciale, et paf, vous vous retrouvez dans un hôtel avec une jeune fille désapée devant vous. Non, il n’y a pas de phases intermédiaires.  Je connais un mec, il était tranquille en train de causer du prix des graines de bégonias, et paf, il s’est retrouvé tout nu dans une chambre de Sofitel. Une histoire terrible.

Eh oui, Internet est devenu le plus grand pourvoyeur de relations adultérines depuis l’invention du téléphone portable. L’anonymat du forum facilite le passage au chat, et peu à peu les discussions ne tournent plus autour de la greffe du pêcher, mais autour du péché de chair. Sans parler des forums carrément dédiés au sexe. Lors d’une étude sur le sujet réalisée à l’université de Floride, il s’est avéré que les deux tiers des femmes qui s’y rendaient finissaient par rencontrer leur correspondant et que 89 % couchaient avec lui.

Encore une fois, on remercie les scientifiques qui sont arrivés à la conclusion que les gens qui se rendaient sur les forums de sexe, venaient s’occuper de sexe. Je sais, ce n’est pas toujours évident (par exemple les utilisateurs des forums hardware.fr ne parlent pas toujours carte graphique, surtout dans le topic images, hein bande de coquinous), mais il fallait bien une université entière pour réaliser qu’il y avait un rapport plus ou moins direct entre le sujet d’un site et le sujet que les gens y trouvaient.

La solution : Bain chaud et caféine. Les taux de cortisol (l’hormone du stress qui attaque la libido) baissent de moitié après 8 minutes dans la baignoire. Et selon les chercheurs de l’université du Michigan, les couples qui boivent 2 à 4 cafés par jour ont 50 % de chances en plus de faire l’amour plus de 7 fois par mois. Sans oublier que les buveurs de café auraient 73 % de problèmes d’érection en moins que les autres. Ce soir, expresso et bain moussant !

Petit rappel : si vous vivez dans une série américaine, vous avez l'obligation d'entourer le bain de dizaines de bougies

J’ai essayé et je vous le recommande : une fois plongée dans un liquide plus ou moins caféiné (attention quand même : remplir une baignoire de Nespresso coûte un peu cher), et de préférence lestée avec les cailloux, la damoiselle un peu stressée  (elle se débat beaucoup au début, mais il faut être ferme) finit par se calmer. Au bout de 8 minutes, quand vous la sortez de l’eau avec un treuil, elle est même parfaitement détendue, et ne dit plus non à rien. Simple et efficace. Merci pour tous ces conseils ! Mais je me permets quand même de faire le point :

Résumons ; pour que votre copine ne vous trompe pas, selon Men’s Health, il faut :

  • L’empêcher de sortir et la surveiller en permanence
  • Lui faire l’amour. Tout le temps.
  • Lui couper tous moyens de communications avec l’extérieur
  • Si rien de tout ça ne marche, la plonger 8 minutes dans l’eau

Vous avez tout saisi ? Vous commencez à vous demander si Wolfgang Priklopil avait un abonnement à ce magazine ? Moi aussiBien, alors passons à la suite : « Voici une liste de 7 attitudes qui vous permettront de juger sa fidélité. »

– Indice : Elle se met en colère quand vous la soupçonnez. 
– Verdict : Non coupable 
« C’est typique du symptôme dit de la méprise d’Othello », selon le psychologue Perry Buffington. « Plus elle clame son innocence, plus elle s’indigne de ne pas être crue. » Et n’allez pas croire que cette colère est destinée à vous leurrer. « Les femmes réagissent de façon plus émotionnelle que les hommes quand elles disent la vérité », affirme le docteur Buffington. « Si elle mentait, elle essayerait plutôt de vous embrouiller en utilisant ses armes de séduction. »

La femme est incapable de simuler, c’est connu : c’est une sorte de Francis Huster constant. Ainsi, si elle se met à parler très fort en faisant les gros yeux en vous disant « Non, je ne te trompe pas » , vous pouvez la croire sur parole. Et laisser sortir ce monsieur tout nu du placard, celui qui n’est en fait qu’un ami qui passait par là et qui a soudain perdu tous ses vêtements, et qui était donc en train d’en chercher de nouveaux dans la penderie quand vous l’avez surpris. Non, si elle avait voulu vous mentir, elle vous aurait montré ses seins en mettant sa bouche en cul de poule (un peu comme un avatar Facebook, en fait). Ah, une femme qui joue la comédie : ça se saurait.

– Indice : Elle parle dans son sommeil. 
– Verdict : Coupable 
Pour le psychisme, avoir une aventure est une importante source de stress qui a besoin d’être évacué. Des psychologues britanniques ont repéré certains symptômes liés au « stress de l’infidèle » : problèmes de mémoire, fragilité des gencives et troubles du sommeil – notamment somnanbulisme et somnoliquie (parler en dormant). Méfiez-vous donc si votre dulcinée se met soudainement à avoir des nuits agitées alors qu’aucune source de stress visible ne semble l’affecter dans la journée.

Dans son sommeil, elle vient de marmonner « Non, maman, je ne veux pas de chocolat » ? La truie pourpre ! Réveillez-là, puis assommez là avec une latte du sommier. Attendez qu’elle reprenne ses esprits, giflez-là, puis assommez-là à nouveau. C’est un aveu qu’elle se tape Maurice, le cuisinier du restauroute. Idem si elle a une nuit agitée après avoir mangé une monstrueuse choucroute : c’est forcément qu’elle couche avec tout un régiment de parachutistes quand vous n’êtes pas là. Diable, ce site est une véritable révélation ; je commence à me dire que les jeunes filles avisées devraient dormir avec une chaussette roulée dans la bouche si elles veulent éviter les ennuis, pour peu qu’elles fréquentent la couche d’un lecteur de ce beau magazine (ce qui en soit, mérite déjà un châtiment).

– Indice : Elle n’est plus très câline. 
– Verdict : Non coupable 
Contrairement aux idées reçues, elle ne s’éloignera pas forcément de vous s’il y a un autre homme dans sa vie. « Au contraire, elle risque même de devenir plus attentionnée », selon le docteur John D Moore. « Elle utilisera le mot « amour » bien plus souvent et sera sexuellement plus en demande. »

Non, non, ce n’est en rien un signe. Même à deux jours de vous plaquer pour Jean-Kévin, elle sera toujours aussi passionnée : une femme ne ressent pas la culpabilité, l’amour-propre ou même la douleur. Elles n’ont pas d’âme : comment voulez-vous, hein ? A l’inverse, si elle devient trop câline, pétez lui la gueule sans ménagement.

– Indice : Elle fouille VOS poches. 
– Verdict : Coupable 
« T’étais où, t’as vu qui, t’as fait quoi »… ça vous parle ? Méfiance. Les femmes infidèles deviennent souvent soupçonneuses, car elles projettes sur vous leur propre culpabilité. Le topo étant : « si je suis capable de lui faire ça, alors il peut le faire aussi ». D’ailleurs, 67% des infidèles pensent avoir été trompés eux-mêmes.

J’aime beaucoup le « VOS » en majuscules : c’est sûr que si elle fouille ses poches, c’est un peu moins suspect. En tout cas, sans vouloir chipoter, une damoiselle qui fouille vos poches, qu’elle vous trompe ou non n’est pas la question ; mettons qu’une fille vous fasse les poches station Châtelet : vous hurlez « Ah, coquine, tu me trompes ! » ? Ou vous avez autre chose à faire ? Et bien voilà. A partir du moment ou quelqu’un fouille vos poches, c’est qu’il est grand temps d’en finir. La dernière qui a fouillé mes poches, par exemple, a trouvé les clés de ma cave. Il m’a fallu agir.

Et si elle dort maquillée, dois-je me méfier ?

– Indice : Elle se transforme en fée du logis. 
– Verdict : Coupable 
Elle se met soudain à repasser vos chemises avec amour ? Il y a des chances qu’elle le fasse en repensant à un 5 à 7 torride. La majorité des femmes qui trompent se transforment miraculeusement en parfaites maîtresses de maison. D’autre part, si elle a soudain la dent dure contre un ami ou un collègue, soyez vigilant : critiquer son amant est la deuxième façon de noyer le poisson.

Elle a changé ? Elle ne laisse plus traîner ses slips avec leurs grosses traces de pneus ? Elle a enfin trié les papiers de ses impôts ? Elle change de t-shirt plus d’une fois par semaine ? C’est qu’elle vous trompe. Non, personne ne peut essayer d’être propre : c’est trop suspect. D’ailleurs, notez qu’une femme qui repasse, d’après nos experts locaux, c’est particulièrement louche : bon sang, la France est un nid de terroristes ! Même votre maman vous trompe ! Et par ailleurs, toujours d’après la prose de notre référence masculine, si votre douce s’exclame « Bernard est un con : il m’a encore insultée ce matin« , c’est qu’elle est secrètement amoureuse de lui, de son bide à bière et de son crâne pelé.  Non, Bernard ne peut pas décemment être un con. Surtout si c’est une femme qui le dit : comment quelqu’un ne disposant pas d’un chromosome Y pourrait avoir raison ? Je vous le demande.

– Indice : Ses jupes ont raccourci. 
– Verdict : Non coupable 
Si votre belle devient de plus en plus sexy, remerciez-la plutôt : tout cet étalage de charmes, c’est pour vous et personne d’autre. « Quand une femme trompe son conjoint, elle a tendance à porter des vêtements plus sobres, particulièrement devant lui », affirme le docteur Buffington. Si elle ressort les cols roulés, c’est mauvais signe…

Elle va au travail avec des jupes de plus en plus courtes ? Elle met de moins en moins de culottes ? La dernière fois qu’elle avait un entretien avec son chef de service, elle a mis 3h à se préparer pour finir par sortir avec une tenue qui n’était pas sans rappeler les plus grandes heures de l’Amicale des Amies de Frank Ribéry ? Rien à signaler, continuez à lire votre journal.

Par contre, si elle sort son col roulé au prétexte futile que « Mais Doudou, il fait moins 20« , vous pouvez commencer à balancer ses affaires dans la neige.

Je ne sais pas vous, mais moi, je suis dubitatif. Je sais, je ne devrais pas, mais allez savoir pourquoi, j’ai comme l’impression qu’on se fout de ma gueule. Passons.

– Indice : Elle travaille tard. 
– Verdict : Coupable 
Commencez à vous inquiéter si elle a une belle promotion. Certes elle passe sûrement ses heures sup au bureau et pas dans la chambre à coucher de son boss, mais une étude de l’université de Washington a prouvé que les femmes qui gagnent plus de 4000 euros par mois étaient 2 fois plus susceptibles de passer par la case adultère que les autres.

La femme ne peut pas travailler tard :  si elle le fait, c’est qu’elle vous trompe. Elle ne peut pas être médecin et avoir des urgences, avocate et travailler ses dossiers, ou même infirmière et avoir des gardes (c’est connu : toutes les infirmières sont en fait des infirmiers), non : c’est forcément qu’elle couchaille avec l’ennemi. D’ailleurs, une femme qui gagne trop d’argent est évidemment une coquine : c’est même pour ça qu’on les enfle sur les salaires en les amputant de 20 à 30% par rapport à un homme : pour les aider à rester fidèles. Oui, mesdemoiselles, on fait ça pour vous. Ca nous brise le coeur, vous savez. Tout ça, c’est votre faute.

A ce compte là, j'en connais une qui doit être super-hot

Bref ! Si avec tout ça, vous détectez que malgré tous vos efforts, votre douce amie s’en va tout de même s’enamourer d’autrui, il ne vous reste plus qu’à contrôler votre colère pour ne pas commettre un crime sale et ainsi vous retrouver en prison (ça, c’est pour les débutants). Non, il faut d’abord apprendre à vous maîtriser ; et là encore, Men’s Health va vous aider avec 4 conseils pour contrôler sa colère.

1/ La meilleure façon de contrôler ses émotions est de se donner du temps. Adoptez le bon vieux truc qui consiste à compter jusqu’à 10. Efficacité prouvée.

Par exemple, mettons : elle est en train de vous expliquer que ce n’est pas sa faute si votre Mégane tuning est abîmée alors qu’elle la ramène de Carrefour ; et bien pendant qu’elle vous explique ce qu’il s’est passé, une sombre histoire de type refusant une priorité, surtout, ne l’écoutez pas et comptez jusqu’à 10. Quand vous aurez fini, puisque vous ne l’aurez pas écoutée, persuadé que c’est sa faute, vous lui coincerez la tête dans la portière, et ce sera bien fait. Que cela ne vous empêche pas de compter à nouveau jusqu’à 10.

2/ En situation de confrontation, utilisez votre corps : le simple fait de tourner le dos ou de regarder ailleurs peut aider votre cerveau à faire redescendre la pression.

Attention à ne pas confondre « utilisez votre corps » et « utilisez vos poings« . La différence est subtile, certes, mais notable. Reprenons l’exemple précédent : votre compagne essaie de vous parler de quelque chose de difficile, et vous regarde droit dans les yeux : tournez le dos. Et si elle tente de vous faire face, tournez encore ; si vous disposez d’une chaise de bureau, vous pouvez aussi tourner très vite vous-même pour la déstabiliser. Par ailleurs, magie du tournis, vous découvrirez que 87% des hommes occupés à gerber après avoir trop tourné sur eux-mêmes ne pensent plus vraiment à s’énerver.

3/ Ne vous emportez pas entre 4 et 6 heures du matin (quand vous sortez de boîte, quoi). Votre corps sécrète alors un maximum d’hormones, dont l’adrénocorticotropine, qui limite vos capacités à garder le contrôle.

Il faut le savoir : il y a des heures pour s’énerver, c’est à dire, après six heures ou avant quatre heures du matin. Entre les deux, c’est tout bonnement indécent. Men’s Health vous prodigue donc cet excellent conseil : « Pour éviter de vous mettre en colère, évitez de vous emporter« . D’accord : merci les gars, hein. Sinon, c’est qui le mec qui vous écrit ce genre de tirades ? Non parce que Monsieur de La Palisse est mort, alors j’aimerais bien savoir si vous avez un type avec une planche ouija qui communique avec lui pour rédiger ce genre de trucs. Ça m’intéresse.

4/ Sortez. Une étude publiée dans le Journal of Psychiatry & Neuroscience révèle que l’exposition à la lumière et les exercices aérobie peuvent booster notre taux de sérotonine, le neurotransmetteur du bien-être.

Quand vous êtes énervé, sortez faire des pompes au soleil : cela vous évitera de passer vos nerfs sur l’infidèle qui partage votre vie. Par contre, s’il fait moche, ou pire, si vous vous appelez Edward et que votre peau se transforme en publicité pour Email Diamant au soleil, contentez-vous de lui refaire le museau.

Alors, je sais, tout cela parait compliqué à assimiler de prime abord, pour vous messieurs, et un peu pour vous aussi, mesdemoiselles, qui savez désormais ce qu’il vous reste à faire pour passer pour une sainte : vous habiller comme une coquine, laisser traîner vos affaires sales partout et vous énerver dès que l’on vous pose une question.

Par contre, ce que j’apprécie moyennement, les filles, c’est justement que vous ayez lu cet article alors qu’il était précisé qu’il s’adressait aux hommes. Je n’aime pas trop cette intrusion, cette attitude, ce … ce…

Raaah. Je vais compter jusqu’à 10.

87 réponses à “La saison des abandons

  1. C’est aussi beau et vibrant qu’un édito new-yorkais retournant sa veste sur DSK.

    La semaine prochaine, je propose de traiter de la trinité permanente de tous les magazines féminins : sexe, régime, mode. Le tout recyclé tous les 2 ans, parfois à la virgule près.

  2. oups, c’est l’heure de mon adrénocorticotropine… je vais me coucher, sinon je vais casser des murs…
    un bien bel article en tout cas!!

    Gonk?…. gonk!!

  3. Je note une légère faute : « suffit à là paumer », je pense qu’un « la » suffirait sans ce maudit accent. Petit fripon!

    Sinon que dire? Je crois que Men’s health est un magasine féminin. Mais pour hommes.

  4. Je sais, Ô mon maître, c’est mal, mais j’ai lu. Et pourtant, avant de décider j’ai compté jusqu’à 10… mais j’ai craqué. Je ne suis qu’une faible créature dotée d’une paire de seins et pas d’une paire de…
    Mais je m’égare. Je voulais te demander, Ô mon maître, il est dit dans ton article que « la femme est contrôlée à 44% par ses gènes (et à 30% par les livres de Guillaume Musso) ».
    Mais… Quid des 26% restants ?
    Auras-tu la bonté de m’éclairer ?

    • 15% magazine féminin, 5% horoscope et 6% pour un petit rectangle de plastique, le plus souvent bleu, avec plein de numéro dessus en surimpression…
      (Humour, Humour…)

      En tout cas, cet article est tout bonnement génial, même si le sujet de fond est déjà en soi une perle !

  5. Je me suis introduite… J’ai lu l’article.
    Est-ce que connaître tout ce charabia va m’inciter à tromper ? :o

    Suite au commentaire de Naxdar, je n’ose imaginer quel genre de personnes lit ceci (et y croit surtout)….

    un smiley qui résume bien mon émotion : o_o
    Les gens des magazines sont des extraterrestres, ils essaient d’étudier l’espèce humaine, ce n’est pas possible autrement d’écrire ça sérieusement et d’y croire XD

    • Si, si, trompez. N’importe qui étant doté d’un minimum d’esprit scientifique tentera de vérifier ces hypothèses, surtout des hypothèses aussi drôles.

      C’est ce qui leur manque à Men’s Health, des testeurs …

  6. Bon sang, mais c’est bien sur !!! Comment ai-je pu ne pas me rendre compte qu’en fait, je trompe mon mari … Merci de m’avoir éclairée, cher Odieux … Je m’en vais maintenant de ce pas mener l’enquête pour savoir avec qui j’ai bien pu commettre un tel adultère, ma mémoire flanchant sur ce coup-là …

  7. En toute logique, on ne peut comprendre un être sans âme. Partant de ce principe, toutes les études sur les femmes et les rouquins ne sont que des pertes de temps, basés qu’ils sont sur des cas isolés. Très bon article en tout cas.

    • Je pense que c’est « basées qu’elles sont » puisqu’on parle des études (et pas des femmes et des rouquins).
      Ceci dit bonne remarque, mais que penser des rouquines pour lesquelles j’ai toujours eu un petit faible?

  8. Eh oui, mais nous sommes des femmes, quand on nous dit de ne pas faire quelque chose, vous nous connaissez bien cher OC, nous ne pouvons résister à la tentation! (éclate d’un rire diabolique)
    En tout cas, merci pour cette bonne tranche de rire. Vous avez l’art de la dérision, c’est un véritable plaisir de vous lire à chaque fois.

  9. J’ai ri :D Merci OC, je pense que je vais faire circuler cet article d’utilité publique à mon entourage (féminin comme masculin) car c’est trop important.

    Bisou sur la fesse gauche <3

  10. Et aucune des lectrices ne s’énervent… Ça sent l’infidélité tout ça, va falloir faire de la place dans la cave M.Odieux…

  11. Excellent article! Je soupçonne M. OC d’avoir des influences Achille Taloniennes, ça se ressent dans la plume, hop!

  12. Il semble que l’article de Men’s Health a été écrit par un homme désirant coucher avec des femmes dont le coeur est déjà pris ailleurs.
    J’ai bien ri en tout cas.

  13. Je suis perplexe. Si un lecteur de Men’s Health et une lectrice de Biba ont une relation ensemble, elle doit être bien confuse et regorger de quiproquos (et de statistiques).

  14. Je suis une demoiselle mais j’ai lu l’article quand même (quelle friponne).

    Verdict :
    Pour nos amis à quatre pattes, c’est bien fait, de toute manière, les chats c’est con et les chiens, non seulement c’est encore plus con, mais en plus ça pue.

    Sinon, pour nos amis à deux pattes et demi, la fidélité ne sert à rien, le mariage encore moins. Elle se tape un autre mec ? Proposez-lui de la sauter tous les deux en même temps, je suis sûre qu’elle n’en sera que plus heureuse. Après arrangez-vous avec l’amant pour la larguer tous les deux en même temps, ça lui fera les dents à cette conne.

  15. Enoormissime !
    Le mieux étant les références à des études scientifiques lamentables avec des conseils à la c** qui suivent. Il nous ont sortit quasiment toutes les hormones du chapeau. Du coup que ferait la testostérone chez une femme ? il faudrait essayer, je parie qu’elle devient lesbienne à 72,7% …
    Le gène de l’infidélité, mais oui, bien sur, le gène de la connerie aussi.

  16. Lire cet article a augmenté ma production d’endorphines et me donne 89% de chances de passer une bonne nuit. Merci chez Odieux.

  17. « Conseils pour contrôler sa colère », n°2 : éclater de rire au bureau alors qu’on est sensé traiter un dossier important n’est pas vraiment ce que l’on appelle un booster de carrière, mais tant pis c’est trop bon.
    Encore une fois, merci cher Odieux !

  18. Au vu de cet article, cher Connard (ou dois-je vous appeller Odieux?), on voit que, selon Men’s Health, une femme qui trompe son conjoint:

    -Gagne beaucoup d’argent
    -Est plus caline et demande plus de sexe
    -Fait le ménage sans poser de questions

    Dans ce cas, pourquoi faire un scandale si notre compagne nous trompe? De toutes façons, on en a d’autres dans la cave, non?

  19. c’est … intéressant …
    Je suis infirmière (et chaude ça va de soi), ne fais plus trop de sport, ne repasse pas ses chemises, prend soins de moi et il m’arrive de faire ma langue de pute (c’est si bon !) au sujet de certains hommes politiques locaux.
    C’est grave docteur ?

  20. Donc la femme parfaite et fidèle laisse la maison dans un état lamentable, s’habille court, est perpétuellement en chaleur et rentre tôt (donc est peut-être un peu feignasse) selon Men’s Health ?
    Eh bé. Autant prendre une femme génétiquement infidèle…
    Heureusement qu’on peu calmer ça par un bon gangbang, du café et un bain !

    Tiens j’y pense si elle est génétiquement infidèle MAIS s’énerve quand on la soupçonne (donc non coupable), est-ce que les deux forces physiques s’inversent ? Comme pour le chat qui aurait une tartine de beurre sur le dos^^?

    Sérieusement, il y a des gens pour croire ça ? Enfin faut pas se plaindre: ce genre de magazine a le mérite donner l’idée à l’Odieux Connard d’écrire des musts comme celui-ci. J’ai bien rigolé, merci. :-)

  21. Nous, les femmes, remercions LA journaliste qui a écrit cette article de Men’s Health… on pourra toujours tromper sans se faire gauler ! :D

    Et pour reprendre le commentaire 11 : si une femme n’a pas le droit de lire un article d’OC, elle le lira, si une femme n’a pas le droit de tromper, elle trompe… Allons, réfléchissons bien, si une femme a l’autorisation de fricoter ailleurs, elle le fera ou pas ? *Rire diabolique »

  22. La solution, une ceinture de chasteté sinon, dont vous seul avez la clef. Au lieu de la suivre, c’est elle qui nous suit.
    Et si elle fouille dans VOTRE poche, il sera temps de passer à des méthodes plus drastiques, les fameuses 8 minutes.

  23. Je ne cesse de me demander comment des magazines peuvent sortir de telles âneries…

    Quant à celles et ceux qui suivent leurs conseils, leur intelligence est en fin de carrière…

    Non mais vraiment, quelles conneries !

    Merci, Odieux Connard, de votre réjouissant sarcasme…

  24. Quand je vois que « sexisme » est dans les mots-clé, je sais que je vais passer un très grand moment. Quand en plus je vois Men’s Health et/ou Grazia, on atteint le summum de l’excitation.
    Et comme d’habitude, pas de déception.

    Il y a quand même une chose qui m’étonne. Tous les rédacteurs de magazines masculins/féminins n’ont pas encore été pendus à des crocs de bouchers ? Mais où est passé le bon sens populaire ?

  25. Non mais attendez, le top du top, le must du must, revient tout de même à l’article « Les 20 choses que les femmes remarquent très vite chez les hommes : http://www.menshealth.fr/20-choses-qu-elles-remarquent_348.html

    Avec, par exemple :
    8. Votre ressemblance avec Spiderman. Les femmes trouvent Tobey Maguire sexy et vous avez l’air d’être le genre d’homme capable de lui botter les fesses.
    9. Vos mollets. Surtout quand vous jouez au volley, que vous courez après un frisbee, pédalez sur votre vélo ou que vous êtes à genoux dans le sable aidant un petit de 5 ans à construire son château de sable.
    14. Votre cervelle. Vous voir tourner les pages d’un livre peut vous rendre très sexy.
    15. Vos accessoires. Lunettes de soleil et tongs = attraction instantanée.

    Il me semble qu’il est plus facile d’obtenir une carte de presse dans ce pays que des papiers d’identité.

    • Les femmes, en plus d’être forcément énervées lorsqu’elles sont indisposées (je le dis: c’est FAUX! où alors, pas tellement: nous sommes irritables tout le temps) aiment donc se faire massacrer par leur compagnon. Les femmes aiment le mâle dominant, c’est cela. OMG, dans combien de siècles sera terminé ce combat, entamé pourtant au XVIIIème siècle ?
      J’aimerais aussi savoir comment on peut être attirées par des molets si le mâle est en pantalon.
      La cervelle, oui, bien, mais tourner les pages d’u livre sans en lire le contenu, c’est vaguement inutile.
      Je me demande ce qu’il y a de si séduisant dans les tongs, parce que franchement, je ne vois pas.

      Oui, c’est affreux, j’ai lu alors que je fais partie de la gente féminine. C’est formidable, il y a un gène de l’infidélité. Mais alors, si ce gène existe, c’est un peu difficile de faire en sorte qu’il ne se manifeste pas, n’est-ce pas ?
      Le fait de faire faire du sport à sa compagne pour qu’elle ne soit pas énervée est d’une stupidité flagrante. Faire un sport qui nous fais suer, si on ne l’aprécie pas, il y a de quoi être réellement énervée.

    • « Il me semble qu’il est plus facile d’obtenir une carte de presse dans ce pays que des papiers d’identité. » : c’est clair!!!!

      Mais dans le premier cas, cela nous permet au moins de rire à plein poumons grâce à OC, alors que mon rire s’éteint devant le deuxième phénomène ….

    • Donc, si on en croit Men’s Health, pour draguer il suffit de se faire bronzer, de s’habiller avec un short en jean laissant largement entrevoir un maillot de bain non-sportif tout en portant des tongs, des lunettes de soleil et une chemise en lin déboutonnée au manches relevées, et de s’accroupir à côté d’un gamin de 5 ans faisant son château de sable en respirant comme un bœuf pour bien montrer les pectoraux.

      Fascinant. J’aurais plutôt tendance à appeler ce genre de type « pervers pédophile » que « bombe sexuelle ». Encore que, si on le prend dans un autre sens, ça peut aussi marcher…

  26. Donc il n’y a pas que les politiques qui prennent les gens pour des cons. Diantre!
    Bien bel article que je vais promptement envoyer à tous mes amis mâles afin de contrer la vile perfidie féminine (pléonasme^^).
    YX vaincra! Et vive le CHIBRES!

  27. Encore un très bon article, monsieur l’O.C., merci de m’avoir bien fait rire. Le passage avec la chaise de bureau est vraiment excellent à imaginer.
    Cependant, j’ai trouvé une petite erreur dans votre texte.
    On parle de « somniloquie », « et non de « somnoliquie ».

  28. Merci pour ce trait d’humour, particulièrement savoureux.
    Je me permets de souligner quand même que le rapprochement entre l’animal et la femme est pour le moins curieux de la part de ce fameux mensuel, notamment parce que le cornu n’est pas celui qui va chercher les chaussures (selon le présupposé de base, s’entend).

    M. O.C., je ne sais si vous aurez le temps et la patience de faire ce que votre précédent billet laissait entendre, à savoir être plus présent dans les commentaire, mais derrière votre plume acerbe et votre esprit critique, je m’effraie de trouver un juriste, du moins dans la formation si ce n’est dans la profession.

    En tous état de cause, merci.

  29. Et dire qu’un de mes supérieur est abonné à ce magazine. J’ai enfin trouvé un levier suffisant pour négocier convenablement mon augmentation. Un grand merci monsieur OC

  30. Hm. Il n’y a que moi qui vois une contradiction entre

    « Elle se met soudain à repasser vos chemises avec amour ? C’est louche. »

    et

    « Si votre belle devient de plus en plus sexy, remerciez-la plutôt : tout cet étalage de charmes, c’est pour vous et personne d’autre. » ?

    Je m’imaginais naïvement que ces deux comportements -prendre soin de son intérieur et de son apparence- étaient similaires… enfin bon,si ce type d’article était logique avec lui-même, ça se saurait…

  31. Bizarrement, j’ai eu un pincement au coeur en imaginant Ronounours abandonné sur une aire d’autoroute, mais pas quand vous parliez des compagnes…
    L’égalité homme/femme est en marche, grâce aux magazines qui sont destinés à chacune de ces catégories.

  32. Il y a une chose qui me chiffone : une femme aurait donc 44% de gènes d’infidélité (mais bon, moins de la moitié des femmes sont infidèles d’après Men’s Health. Le gène de l’infidélité féminine, c’est comme l’appendice, ça s’enflamme donc quand ça veut. Si ça se trouve, c’est à ça qu’il sert), mais où est-ce que son compagnon masculin trouve-t-il son infidélité, dans ce cas ? Je poserais la question à l’auteur de ces merveilleux articles. Le prochain sera certainement : »la femme morderne, bientôt en vente dans vos hypermarchés » avec ses articles comme notice. Comme c’est pratique.

  33. bien entendu, tout le contenu des ces articles a un fondement strictement sientifique… ils devraient faire une bibliographies en bas de leurs articles, pour les curieux avide d’avoir les details de ces etudes aux resultats si importants.

  34. Si les femmes trompent ces braves hommes, c’est parce qu’ils lisent ce genre de magazine, et elles ont raison. D’un autre côté, des femmes qui sortent avec ce genre d’homme méritent un coup de pelle. (vive la parité)

  35. « si vous vous appelez Edward et que votre peau se transforme en publicité pour Email Diamant au soleil, contentez-vous de lui refaire le museau. »

    Ce ne serait pas Eau Précieuse plutôt ?

    En tout cas , je ne peux qu’adorer cet article , Men’s Health , c’est vraiment un torche cul en papier glacé rédigé par un comptable sous hormones de croissances pour donner des conseils idiots a des gens encore plus idiots que lui.

  36. Haaa les magazines masculins! C’est presque pire que le pendant féminin…

    A noter que je constate que vous n’avez pas que de saines lectures! Votre travail est vraiment des plus dangereux pour l’équilibre mental.

    Au passage, petite correction:
    § en dessous de Reconnaissance : […]nous traitons ici d’une magazine moderne[…]
    Ne dit-on pas un magazine?

  37. Salut, odieux connard !
    Je suis ton blog plus ou moins irrégulièrement depuis pas mal de temps maintenant, sans trop de commentaires… Or, j’éprouve finalement la nécessité d’exprimer ma joyeuse perplexité. C’est pourquoi je choisis ce paragraphe-ci, qui me laisse dubitatif (…Et pas de jeux de mots oiseux, vous autres, je vous surveille !) :

    «  » La cybertentation Ça commence par un chat innocent sur un forum de jardiniers amateurs et ça finit au lit.

    Alors, oui, là, en effet, c’est un vrai problème international : les vortex spatio-temporels sur les chats de Jardiland. Vous discutez tranquillement de la meilleure pelle avec une assistante commerciale, et paf, vous vous retrouvez dans un hôtel avec une jeune fille désapée devant vous. Non, il n’y a pas de phases intermédiaires. Je connais un mec, il était tranquille en train de causer du prix des graines de bégonias, et paf, il s’est retrouvé tout nu dans une chambre de Sofitel. Une histoire terrible.

    Eh oui, Internet est devenu le plus grand pourvoyeur de relations adultérines depuis l’invention du téléphone portable. L’anonymat du forum facilite le passage au chat, et peu à peu les discussions ne tournent plus autour de la greffe du pêcher, mais autour du péché de chair. Sans parler des forums carrément dédiés au sexe. Lors d’une étude sur le sujet réalisée à l’université de Floride, il s’est avéré que les deux tiers des femmes qui s’y rendaient finissaient par rencontrer leur correspondant et que 89 % couchaient avec lui. » »

    Première question que m’inspire cette réflexion éblouissante :
    Qu’y a t-il de surprenant, lorsque l’on discute de pelles, d’avoir tout soudainement l’idée d’en rouler une avec son interlocuteur ?

    Mais surtout, ce qui me plonge dans un abime de perplexité, ce sont les statistiques : elles affirment donc, au mépris de la plus élémentaire logique que si deux tiers des femmes (66,67%, donc) rencontrent leur correspondant, 89% couchent avec lui.
    Mais alors… Cela veut dire que 22,33 % des femmes couchent avec un homme qu’elles n’ont pas rencontré..?! Comment font-elles ? Ont-elles un secret (comme celui des soeurs Halliwell, par exemple) leur permettant de coucher avec des gens qu’elles ne connaissent même pas ?

    • Vous êtes perplexe car vous supposez que ces deux pourcentages s’appliquent au même ensemble, or ce n’est pas le cas.

      Il s’agit de 89% des deux tiers, soit grosso modo 59% de l’ensemble des femmes qui se rendent sur le site… mais effectivement, le « d’entre elles » serait bienvenu dans le paragraphe. ;)

  38. Je suis perplexe également car il me semblait jusqu’ici que les deux sexes de l’espèce humaine avec le plaisir de posséder les même gènes, notre ami le gène de l’infidélité (c’est vraiment pratique, il existe un gène pour tout dites donc) ne serait-il donc pas présent chez l’homme? Je m’étonne que cette formidable excuse n’ai pas encore été brandie par bien des mais infidèles « mais, chérie, je n’ai que faire de son petit cul et de ce décolleté plongeant, ce sont mes gènes, tu comprends?
    Évidemment, il n’est peut-être pas besoin de sujet justifier vis à vis des femmes qui, si l’on en croit cet article, sont de toute évidence une machine sensible et irrationnelle dont les comportements sont dans leu totalité décidés par telle ou telle hormone ou substance chimique oO
    C’est en tout cas une bien belle et subtile excuse pour encourager les hommes à baiser,baiser et rebaiser, arrêtez de vous plaindre mesdemoiselles, on fait ça pour votre bien ahlala

    C’est presque un art =D

  39. Un chiffre qui m’intéresse particulièrement, c’est celui-là :

    « 52 % des infidèles sont des hommes (voir encadré), ce qui nous laisse quand même avec 48 % d’infidèles à talons hauts…  »

    J’aimerais connaître le pourcentage d’infidèles hommes qui portent des talons hauts (des transsexuels, généralement). Ainsi, on pourrait en déduire le pourcentage de femmes infidèles qui ne portent pas de talons hauts, et ça me donnerait une idée sur la fidélité de ma copine.

  40. Remarquez, il y a au moins une chose qui est presque rassurante: les magazines masculins sont aussi débiles que les magazines féminins. Un pas vers l’égalités des sexes! (Les magazines/journaux intelligents, eux, étant « unisexes »).

  41. Merci ô Odieux. C’est rafraîchissant comme analyse. Quelle vision mécaniste de la femme, cela ressemblerait presque à un mode d’emploi pour élever son tamagotchi, sa fougère virtuelle ou que sais-je….

    Que cela semble difficile d’être un homme face à un élevage correcte de sa femelle. Finalement,c’est un produit comme un autre.

    Une vision comme celle-ci, écrite probablement par un homme, cela sent son petit manager vivant dans un environnement propret où tout se maîtrise et se commande, du PQ à fleur dans les WC jusqu’au renvoi des employés.
    Et il s’adresse peut-être à ce genre de personne également.

    A se demander ce que donne la version féminine d’un article tel que celui-là.

  42. On regrettera que la mauvaise foi rigolarde, en tant que marque de fabrique, noie parfois la véritable et juste critique de bon aloi. Quoi qu’il en soit, j’ai pouffé à plusieurs reprises à la lecture de cette article qui vaut son pesant en riz.

    Qu’ils sont bêtes !

  43. Je remarque tout en bas de la page, sur la gauche, un smiley gentil tout mimi qui sourit. Bah qu’est-ce que c’est que cette merde, on m’aurait menti, vous seriez un Gentil Connard ? Mais je suis venu pour de l’Odieux moi !

  44. On dit bien « Femme qui rit, à moitié dans ton lit? » Aïe, je sens les hormones prendre le dessus! Messieurs, si vous voulez que votre femme vous soit fidèle, empêchez là de rencontrer l’Odieux Connard…

    • Ouais mais non, j’ai testé:

      C’est effectivement une moitié mais dans le sens longitudinal, alors, pour la bagatelle, c’est moyen fun et en plus ça salit les draps…

      Donc, pas de danger: Vous pouvez les laisser continuer à lire O.C.:
      Il fera moins le malin quand il ira se coucher !

  45. Non, non, la meilleure solution est définitivement l’assommage répétitif avec la latte du sommier. C’est le plus sûr et le moins contraignant.
    Il n’y a que des avantages à la lobotomisation de sa moitié:
    – « L’empêcher de sortir et la surveiller en permanence »
    Elle n’aura plus besoin de bouger!
    – « Lui faire l’amour. Tout le temps »
    À toi de voir.
    – « Lui couper tous moyens de communications avec l’extérieur »
    Je crois pas qu’il y ai une App de dating pour les gens qui parle en palpitation de paupières, mais il faudrait déjà pouvoir saisir le smartphone.
    – « Si rien de tout ça ne marche, la plonger 8 minutes dans l’eau »
    Il est vrai qu’il est préférable de la laver de temps en temps.

    Excellent article, Ô Dieu Connard;) Beaucoup de style et d’humour.

  46. Peut-être que si Bertrand Cantat avait lu le troisième article, on aurait toujours Noir Désir. Mon Dieu, ou sont les magazines masculins quand on a besoin d’eux ?

    ( Sinon, très bon article, comme toujours ! )

  47. (étrangement, le mag en question n’évoque pas l’éventualité d’une quelconque insatisfaction sexuelle)

  48. J’ai découvert votre blog par hasard et il fait décidément bien les choses. Car cela fait 2 jours que je lis en long en large et en travers tous les articles (ou presque, j’ai une vie aussi!) et je voulais vous dire merci. Je pleure à pratiquement chaque article (et j’ai même pas besoin d’oignons pour me forcer) tellement vous êtes drôle et (im)pertinent.

    Continuez surtout, je suis en train de faire votre pub auprès de toutes mes copines (possible que certaines veuillent vous épouser, on ne sait jamais ha!).

    Vous êtes un odieux connard ça oui mais vous pouvez en être fier!

  49. « C’est entre le dixième et le dix-huitième jour de son cycle, lorsque ses niveaux d’estradiol sont au plus haut que ses instincts de prédatrice risquent de s’éveiller. Pour vous aider dans vos calculs : le cycle commence le premier jour des règles. »
    J’ai un super scoop pour les auteurs de cet article : les femmes qui utilisent une contraception hormonale (pilule, implant ou DIU, c’est à dire stérilet) n’ont pas de « règles » (même si elles saignent une fois par moi), et une partie d’entre elles, pas d’ovulation non plus…
    Donc, ce n’était pas le calendrier…

    Sinon, excellent article. Je me suis marrée comme une baleine.

  50. Moi personnellement, ce qui me plait le plus dans leur proposition pour empêcher ta donzelle d’aller se faire voir ailleurs, c’est le café. Ouais, ça paraît anodin, mais je crois que l’article a assez bien démonté le reste, en oublant au demeurant de démonter ce point précis.

    Non mais relisez !
    Et selon les chercheurs de l’université du Michigan, les couples qui boivent 2 à 4 cafés par jour ont 50 % de chances en plus de faire l’amour plus de 7 fois par mois. Sans oublier que les buveurs de café auraient 73 % de problèmes d’érection en moins que les autres. [KIKOO]

    Nan, sérieux ? Le café, ça boost les gens et donc leurs relations sexuelles ? Oh putain, j’aurais jamais cru ! D’ailleurs, les mecs, laissez tomber le viagra, prenez du café…

    Oublions discrètement que le café est dangereux pour la santé, que personne ne devrait en prendre plus de 2 par jour (et encore), et que les grands consommateurs de café ont quelques tendances à l’hystérie et à être porté sur les nerfs…

    Je trouve ça très amusant que le magazine suggère à leur lecteur de se pourrir la santé. Un peu comme si je lisais « Prenez de la coke : finis les débandades et bonjour la baise de folie ! Nous remercions l’université de Barcelone pour cette découverte. Et le saviez-vous ? Les couples qui prennent entre 1 et 3g de coke par jour aurait 50% de chance en plus de s’étriper à la fin de la journée… euh non pardon, de baiser comme des baytes ! bien évidemment ».

    Mais à part ça, tout va bien les enfants. Et n’oubliez pas d’installer une webcam qui s’allume à distance pour bien vérifier qu’elle se fait pas défoncer la moule pendant que vous êtes absents…

  51. Il est vraiment tard, ou tôt, je n’ai presque pas dormi à cause de douleurs, (oui, j’ai des problèmes de santé que je ne vais pas conter ici), c’est juste pour dire que l’hystérie me guette et qu’il faut donc atténuer ma réaction, mais, J’ai été prise, à deux reprises, d’un fou rire et j’en ai pleuré. Merci. Voilà ty pas que je m’abonne chez vous car je crains d’y prendre goût.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s