L’ennui des morts-vivants

L’invasion a commencé.

Pas de cris, pas de cavalcades endiablées dans nos rues en proie au chaos ni même de coups de feu… non. Malgré le fait que les zombies nous envahissent, personne ne semble réagir. Pire, certains présentent même un certain enthousiasme devant la chose ; ils trouvent cela attrayant. Face à des hordes décomposées, pourtant, il n’y a pas grand plaisir à trouver, à moins d’avoir quelque mystérieuse perversion. Mais aujourd’hui, la chose semble acceptée :

Les zombies sont à la mode.

Films, livres, bédés, clips… chaque année, ce sont des centaines de nouvelles aventures à base de cadavres ambulants qui arrivent un peu partout, tel un perfide débarquement que nul ne souhaiterait repousser à la mer. Pire encore, sur les blogs, ces sites du démon, et particulièrement ceux traitant de bédé, il devient quasiment impossible de ne pas avoir droit à une petite aventure mort-vivante. La chose semble même tellement passionnante que des aficionados se regroupent en marches zombies, occasions de se déguiser en macchabées pour aller déambuler dans les rues de quelques grandes cités et crier à la face du monde son amour pour les revenus.

Passion mystérieuse, le zombie m’échappe. Non seulement parce qu’en soi, il manque un peu de tenue, mais aussi parce qu’il est souvent au coeur d’une aventure toujours identique : des morts-vivants apparaissent pour une raison X ou Y (la raison importe toujours peu), mais des groupes de survivants tentent de… heu… survivre. Et ensuite il y a des… hmmm… rebondissements ? Toujours le même aussi : des gens qui se font mordre voilà, et ça pose des dilemmes comme « Han, je le tue alors ou pas ? Parce que c’est mon copain quand même !« . Et c’est à peu près tout.

 

Et ce sont les mêmes qui se moqueront des groupies de Justin Bieber

Mais alors, d’où vient cette passion pour le zombie ? Et puis d’abord, sont ils si méchants ? Sont ils eux même passionnés par les humains, autrement que gastronomiquement ? Verra t-on un jour une émission intitulée 30 millions de zombies ? Peut on distinguer un zombie d’un lépreux ? Comment convaincre mon voisin que le zombie est le degré 0 de l’originalité, aux côtés des elfes, nains et autres dragons ? Autant de questions auxquelles il convient de répondre à l’aide d’une bonne vieille présentation de ce phénomène de mode :

Le Zombie

Mammifère anthropophage de la famille des morts-vivants, le zombie est une créature souvent lente, maladroite et connue pour son manque de savoir-vivre. Résultat de la rencontre inopinée d’un corps humain avec un phénomène que les scénaristes n’essaient que rarement de justifier autrement que par un « c’est magique » ou « c’est un virus » (le mot « zombie » signifie en rwandais « panne d’inspiration« ), il passe en général le plus clair de son temps à déambuler sur les grandes avenues le regard vide, ce qui le rapproche beaucoup de certaines vedettes de la télé-réalité.

Bien que servant souvent de cible aux armes de la police, le zombie bénéficie d’une certaine sympathie de la part d’internautes ne prenant aucun risque, ce qui tend à le rapprocher de certains insurgés nord-africains. Il dispose aussi de tout un fan club qui l’idolâtre depuis sa prestation hors-norme dans le clip Thriller, faisant de lui un être reconnu de par le monde.

Apparence

Le zombie a l’apparence d’un être humain en mauvaise santé, généralement avec de gros problèmes de peau. Il prend le plus souvent la forme d’une personne âgée entre 18 et 50 ans, le zombie évitant soigneusement certaines catégories de population : on recense en effet très peu de bébés zombies, d’adolescents zombies (qui sont trop maladroits pour faire correctement du skate ou qui se décomposent s’ils se collent trop aux baffles du Macumba), et de zombies grabataires. Il a aussi une très forte odeur corporelle, puisque négligeant les règles les plus élémentaires de l’hygiène, sans compter un régime alimentaire fort peu varié. A bien des titres, on peut donc comparer le zombie à un joueur de World of Warcraft, mais il est aisé de distinguer le joueur du mort-vivant, tant le second a suffisamment de bon sens pour ne pas mettre son fric dans un jeu en ligne.

Le zombie est très pudique : dans toutes ses apparitions, on notera que le zombie ne laisse pas paraître ses parties génitales ou son fessier crasseux : ce n’est pas parce que l’on est mort que l’on a pas le droit à son petit slip en coton. Si un zombie étourdi partait chasser l’humain sur les grandes avenues en oubliant d’enfiler un calebute, sa femme l’obligerait à rentrer au domicile familial (probablement un caveau) afin de lui fournir le sous-vêtement réglementaire ; puis, déposant un baiser sur son front décomposé, elle le laisserait retourner gambader non sans lui avoir laissé un peu de cerveau dans sa lunch-box Twilight pour son goûter. Il en va bien sûr de même avec les femelles zombies, qui s’assurent toujours de porter un chaste débardeur afin de cacher ce que d’autres ne sauraient voir. Tous ces éléments apparaissent bien sûr dans la charte des valeurs mortes-morales de Famille Zombies de France.

Bref, pour échapper à une attaque de zombies, n’hésitez pas : promenez vous à poil. Les bougres ne voudraient pas prendre le risque d’avoir des nudistes dans leurs rangs et vous laisseront tranquilles. En conséquence de quoi, Paris Hilton a peu de chances d’être attaquée.

 

Des zomb... attendez. Attendez, je... si, des zombies. Forcément.

Régime alimentaire

Le zombie est anthropophage, et à ce titre, vit en général à proximité des humains, qui constituent la base de son alimentation. Bien que peu difficile quant au choix de ses victimes (exceptés les cas de nudisme évoqués ci-dessus), le mort-vivant a une fâcheuse tendance à préférer le cerveau aux autres parties du corps, cet organe étant non seulement un met de choix, mais accessoirement relativement mou, ce qui permet aux dents mal entretenues du zombie de s’y attaquer à peu de frais. Mystère scientifique : le zombie sait comment accéder au cerveau, et trouve toujours un moyen d’ouvrir une boîte crânienne à la main, ce qui laisse supputer qu’il maîtrise le kung-fu.

Amateur d’un Dîner Presque Parfait, le zombie n’hésite cependant pas à effectuer quelques mises en bouche en allant mordiller les bras, jambes et autres extrémités de ses victimes. Taquin, il se propose parfois de laisser une victime partir vivante, mais mordue, afin que ses amis hésitent : doivent ils l’abattre tout de suite et ainsi éviter la naissance d’un nouveau zombie, ou bien l’emmener avec eux en supputant que dans les 10 prochaines minutes, ils vont découvrir avec leurs connaissances de camionneurs le sérum qui empêchera l’inévitable ? Curieusement, ils choisissent quasiment toujours la seconde option, et échouent dans les mêmes proportions, sans surprise.

Méprise courante de vocabulaire, le zombie est bien anthropophage sans être cannibale : il ne mange pas ses congénères ; mystérieusement, ces derniers ont d’ailleurs quasiment tous la boîte crânienne intacte, ce qui laisse entendre qu’ils ont été attaqué par des zombies qui n’avaient pas envie de les manger, probablement parce qu’ils étaient déjà rassasiés, après avoir repris deux fois de la choucroute aux fruits de mer à la cantoche. Dans tous les cas, pourquoi ne mange t-il pas ses petits compagnons qui contiennent eux aussi du bon cerveau ? Préfère t-il les repas chauds ? Ne pourrait il pas apprendre à se servir d’un micro-onde, comme tout le monde ?

A noter que si 90% de l’activité quotidienne du zombie consiste à quêter de la nourriture ou à se rassasier, c’est qu’il est tiraillé par la faim, et qu’à ce titre, son estomac est encore fonctionnel. Il convient donc de supposer que le zombie doit déféquer régulièrement ; cependant, dans les films du genre, même après 5 ans de domination zombie, les rues des villes ne comportent même pas un tout petit étron de mort-vivant. Deux solutions se présentent donc : soit le zombie, dans sa pudeur bien connue, ne sait plus utiliser une porte mais sait toujours aller aux ouatères, soit il ne fait pas caca. La communauté scientifique a bien tenté de résoudre cette question en utilisant la technique dite de « La Bête du Gévaudan » , c’est-à-dire en bourrant un cadavre chaud de dragées Fuca, mais à chaque fois ces gredins de macchabées ont tout grignoté autour de la dragée sans les avaler. Au CNRS, on en peste encore de désarroi.

Sociabilité

Le zombie est particulièrement communautaire, et se montre très agressif avec tout ce qui n’est pas zombie, ce qui provoque régulièrement des poussées de médiatisation autour de ceux-ci, particulièrement en période électorale, phase critique durant laquelle ils font souvent monter le score du Front National. Intégriste, il refuse d’apprendre le français et se contente généralement de parler le greugreu, langage basé essentiellement sur des grognements et gémissements plus ou moins longs et graves, qui lui permettent de communiquer avec ses congénères.

A noter que le zombie n’a pas une vie passionnante, ce qui s’accorde parfaitement avec les limites de son langage. De fait, comme toutes les personnes qui n’ont rien à dire sur leur vie et ses anecdotes sans intérêt, le zombie a un blog où il parle de lui (on se souvient tous de quelques blogs zombies célèbres comme celui de la désormais célèbre Pénélope Jolicul et son « Ma mort est tout à fait fascinante« )

Pour le reste, le mort-vivant se promène généralement en bande et agresse les honnêtes passants en profitant de sa supériorité numérique. Faisant fi tant des lois que des bonnes manières, il n’hésite pas à s’en prendre aux forces de polices venues au secours des honnêtes gens, et ce malgré les nombreuses lois votées à chaque nouvelle agression visant à augmenter les peines de prison pour les zombies agressifs, peines allant jusqu’à leur supprimer la nationalité.

A noter que le zombie ne vote pas, et n’a aucun remord à faire monter les chiffres de l’abstention. Cependant, il réagit tout de même à certains stimuli politiques. On le comprend un peu.

 

On peut même s'acheter des zombies de jardin. Formidable.

Aptitudes physiques

Le zombie est en général lent, maladroit, mais déterminé dans son but bien que sa démarche ne le laisse pas forcément paraître. Bien qu’il ait oublié tout de son ancienne vie, et n’hésite pas à égorger sa belle-mère sans aucun scrupule (hmmm quoique attendez, a t-il vraiment tout oublié du coup ?), il continue de se comporter en bipède raisonnable. Il a cependant oublié quantité d’autres choses : utiliser une clé, une arme, changer un pneu, etc. Il se contente généralement d’avancer les bras en avant en poussant des grognements, mais dispose d’un sixième sens incroyable lui permettant de détecter n’importe quelle porte qu’un idiot de survivant aurait oublié de verrouiller en revenant de la boulangerie. Il arrive alors toujours à ouvrir la porte, de préférence au moment où un humain s’exclame « crotte, la porte de derrière !« .

Résistant, le zombie a beau manger comme quatre, il n’a jamais besoin de boire, s’inscrivant ainsi à l’opposé complet de son ami le vampire. La chose est complétée par le fait qu’il ne sait pas nager, mais que personne ne pense jamais à s’abriter sur un bateau avec de quoi pêcher et traiter l’eau. Ils ne sentent quasiment pas la douleur, et ont besoin d’un bon coup dans la tête pour mourir pour de bon ; à noter qu’il y a toujours au début d’une invasion de zombie toute une brigade d’andouilles pour viser leurs orteils, leurs avant-bras ou autres et s’exclamer « sacrebleu, mais où tirer pour les tuer ?« . Le zombie a donc non seulement peu de répartie, mais en plus, il pourrit les dialogues d’autrui.

Prédateurs

Le zombie est un être mal-aimé et relativement incompris qui a un prédateur essentiel : le nerd, qui en général a développé une véritable passion pour l’étude des zombies et n’hésite pas à discuter de ses capacités de survie en cas d’attaque de zombies entre le fromage et le dessert. Spécialiste de toutes les stratégies de survie, le nerd n’hésitera pas à disserter des heures sur le meilleur outil à utiliser pour frapper le zombie, les zones où il est le plus sensible, les meilleurs moyens de se protéger…

Bien sûr, recevoir des leçons de survie post-apocalyptique de la part de mecs qui arrivaient péniblement à survivre à un cours de sport pourra sembler paradoxal à certains, mais il ne faut pas brusquer le nerd.

Mitraillé, décapité, écrasé, le zombie connait mille et une mort supplémentaires en sus de celle qui l’a amené à son curieux statut de mort-vivant, tant les nerds rivalisent d’ingéniosité pour en finir avec son auguste personne. La haine réciproque qu’éprouvent ces deux espèces tient en grande partie du fait qu’elles sont concurrentes et possèdent beaucoup de points communs : l’hygiène, le manque de variété dans l’alimentation, l’aspect obsessionnel et monomaniaque, le manque complet de sociabilité, le style vestimentaire, l’incapacité à approcher une jeune fille sans la faire fuir, la maladresse… entre ceux qui ont perdu la vie et ceux qui n’en ont jamais eu, le combat semble éternel.

A noter que curieusement, le nerd semble prêt à se battre pour sa survie en cas d’invasion zombie, ce qui est bien inutile quand l’on sait que dans un monde ravagé, internet ne survivrait guère longtemps. Coupé de 4chan et autres Facebook, le nerd mourra probablement de lui-même peu après sa connexion, sa non-vie n’ayant aucun sens dans un monde sans web.

Reproduction

Le zombie ne se reproduit que par transmission de sa maladie, ce qu’il fait en mordant un autre être vivant ou en partageant son sang au prétexte de devenir le meilleur ami d’un naïf. Contrairement à son lointain cousin le vampire, le zombie ne trouve que peu de victimes susceptibles d’accepter son doux baiser. Très jaloux de ce dernier, le mort-vivant n’hésite pas à envoyer régulièrement des courriers à Stéphenie Meyer afin que cette dernière laisse enfin un peu de place aux zombies, trop délaissés par la bit-lit classique au prétexte que les gens en décomposition avancée seraient un poil moins ragoûtants que les vampires aux sourcils soyeux. La HALDE a bien évidemment été saisie afin de mettre fin à cette terrible discrimination.

Nonobstant ces faits, le zombie se reproduit en général de manière assez rapide, puisqu’il est toujours mis en scènes dans des oeuvres dans lesquelles il se déplace par meutes allant de plusieurs dizaines à plusieurs milliers d’individus.  Bien que certains soupçonnent le zombie de se reproduire uniquement pour toucher les allocs’, il aurait été démontré que seul l’instinct guiderait notre bourricot qui n’hésiterait pas à mordre autrui encore et encore, et ce, sans protection aucune, ce qui en fait une créature particulièrement appréciée du pape.

 

Vous comptez vraiment sur lui pour vous sauver la vie ?

F.A.Q

Un zombie est-il forcément humain ?

Non. Un zombie peut aussi être un animal : vache-zombie, hamster-zombie, ornithorynque-zombie… tout est possible. Cependant, la plupart des films et livres font abstraction de ce fait, tant ce serait quand même moche de voir le héros mourir à cause d’une piqûre de moustique-zombie pendant qu’il pionçait. Ou éventuellement, le voir dévoré par une horde de yorkshires morts-vivants. Brrrr.

Mon zombie est très vieux et n’a plus de dents, que faire ?

Plusieurs raisons à cela : votre zombie était peut-être anciennement un vieux qui était déjà bien entamé avant de devenir zombie, ou tout simplement son hygiène bucco-dentaires a eu raison de ses dernières molaires ; triste spectacle que celui d’un zombie désarmé qui se retrouve à sucer ses victimes très fort. A noter justement qu’en suçant très fort, votre zombie a tout comme vous plus de chance d’attraper quelque chose plutôt que de refiler son virus ; n’hésitez pas à lui acheter des petits pots de cerveau pré-mâché et à assurer vous-même son alimentation.

Mon zombie est musulman, doit-il manger halal ?

Oui ; la question des religions est régulièrement abordée, mais trop souvent évincée par une communauté scientifique n’ayant que faire de la spiritualité de ces créatures. Comme votre zombie ne boit pas, vous n’aurez déjà pas trop de problèmes à gérer son interdiction d’alcool, mais pour le reste, sa nourriture doit être égorgée le regard tourné vers la Mecque, le tout en prononçant les mots sacrés. Sinon, vous pouvez aussi aller chez Quick.

Mon zombie prétend qu’il doit aller présenter « Temps X » , dois-je lui mettre un coup de pelle ?

Ce n’est pas un zombie, je comprends votre méprise. Mais oui, mettez lui tout de même un coup de pelle.

J’ai donné à manger à mon zombie, mais il ne semble pas en vouloir. Est-il malade ?

Vous avez probablement donné du cerveau de mauvaise qualité, acheté dans un magasin discount, à votre zombie. Cet être est à la fois simple et complexe, et vous ne devez pas lui donner les premiers prix de l’alimentation : la plupart des pâtés de cervelle que vous trouvez en grande surface sont constitués à partir des restes de candidats du Loft (vous ne vous êtes jamais demandé ce qu’ils étaient devenus ?) ; inutile de vous préciser que votre zombie sent bien qu’il n’y a pas là-dedans toutes les vitamines que contient un vrai cerveau, et se refuse donc à le manger.

Au secours ! Une invasion de zombies ! Je ne sais que faire, car je n’ai pas envie de me mettre toute nue pour leur échapper !

Soit, votre pudeur vous honore. Il existe une solution alternative : munissez vous d’une dizaine de chiots, de chatons ou de lapins nains et faites vous une ceinture avec. Avez-vous déjà vu un seul film ou livre sur une quelconque catastrophe, fut elle une invasion de morts-vivants, durant laquelle il arrivait du mal à un chiot kikinou, à un chaton mignon ou à un lapin trognon ? Non. Vous êtes donc en sécurité. Dirigez vous vers le bateau le plus proche, et une fois en sécurité à bord, n’hésitez pas à jeter votre ceinture et ses otages à l’eau : il ne faudrait pas que ça fasse ses bouches supplémentaires à nourrir à bord.

Moi top modèle rousse (rousse comme Moscou, pas rousse comme cheveux de feu), je très peur de zombies ; voisin de moi, nerd, dire que lui pouvoir protéger moi ; puis-je confiance faire ?

Non. Il n’a jamais eu de vie, comment pourrait il protéger la vôtre ? Cependant, ma chambre est une cachette sûre. Dépêchez-vous, vite, je crois qu’ils arrivent.

77 réponses à “L’ennui des morts-vivants

  1. La signification originale du mot zombie est nettement plus intéressante : il s’agit toujours d’un mort, mais réveillé par un prêtre vaudou pour être une main d’oeuvre bon marché.

    Essentiellement, un esclave qui ne peut même pas être libéré par la mort de son statut.

    Typhon

  2. Génial comme d’habitude.
    Je pense qu’il ne faut pas sous estimer les zombies, Michael Jackson (pb de peau, fait fuir les filles – et les enfants, pas greugreu mais aouuuh ca compte non?) s’en est trés bien sorti ds la vie.

    « entre ceux qui ont perdu la vie et ceux qui n’en ont jamais eu, le combat semble éternel » –) Superbe!

    Un week end commencant en grande forme cher Odieux!

  3. Francois Sagat est un zombie qui zombe les fesses à l’air. C’est le seul et vous l’avez oublié. Non il n’est pas rousse!

  4. Cher Odieux, je te conseille « Black sheep », merveilleux film où tu découvriras la vie secrète de moutons-zombis!

  5. Que de lacunes, ô dieu connard !

    Les bébés zombies ça existe : Dawn of the dead.
    Par ailleurs dans ce film les survivants se réfugient, en fin de compte, sur un bateau.

    Les vieux zombies ça existe : Brigitte Bardot, heu… attendez…

    Les films zombies drôles ça existe : « Planet terror », « Shaun of the dead », « Bienvenue à Zombieland », « Evil dead 3 », « Dead Snow », « Une nuit en enfer », « Braindead », « Street Trash »

    Les films zombies qui font réfléchir ça existe : tous les films de George Romero.

    Les films de zombies qui foutent les jetons ça existe : « 28 jours plus tard », « 28 semaines plus tard », « Rec ».

    Bien entendu les films de zombies bien pourris ça existe aussi : la série des « Résident Evil » pour ne citer qu’elle…

    Enfin, les animaux zombies existent également comme l’a justement dit Laure BB.

    Allez, sur ce, je vais me préparer pour ma 3ème zombie pride.

    • Je proteste vigoureusement ! et j’insiste sur le vigoureusement !

      Rec ne traite absolument pas des zombies mais d’espagnols en léger désaccord avec l’église, ce qui n’est pas exactement la même chose ! Pour les inculturés et ceux qui n’ont pas vu le 2 (oui je spoile aussi y’a pas de raison, en plus le 2 est mauvais), les « zombies » qu’on trouve dans le 1 sont en fait des apostats pas très frais, légèrement pâlichons, ensanglantés, aux mâchoires baladeuses et quelque peu agressifs. Je sais, la confusion est très vite faite mais il y a un moyen de reconnaître l’apostat de Rec : si vous croisez quelqu’un qui vous demande si vous verriez un inconvénient à ce qu’il/elle aille faire des choses pas très orthodoxes avec votre maman, le tout avec un fort accent espagnol, alors c’est un échappé du tournage de Rec et non pas un zombie. Existe aussi en version « je te suggère d’aller prendre des phallus en bouche en enfer ». La différence est subtile, je vous l’accorde (au contraire du plagi… de l’hommage qui lui est plus gros que l’immeuble où se déroule l’action).

      Pour les nerds qui passeront par ici, je vous signale par ailleurs qu’il est inutile de tirer dans la tête d’un apostat espagnol, étant possédé par le démon, lui, il se relève. Essayez le crucifix et quelques Pater, je pense que vous aurez plus de chances.

    • Pssst psssst

      Y a pas de zombie non plus dans Evil Dead 3 (si, si…)
      Le reste… D’accord à 100% (et aussi avec Baka Volant… D’ailleurs, ça vole comment un Baka ? Catapulte ?)
      Zombie tender… Zombie true….

      Signé :
      Un chieur

      • Je ne voudrais pas pinailler, mais dans Planet Terror, 28 jours et semaines plus tard non plus il ne s’agit pas de zombies, mais bien d’infectés. Des gens qui deviennent méchants et cannibales à cause d’une maladie, pas de la mort. ça change beaucoup car du coup ils ne sont pas soumis aux mêmes règles et peuvent se déplacer rapidement, réfléchir, voire guérir !

  6. Il est vrai que le nerd a de quoi croire qu’il va pouvoir pourrir la tronche aux zombies en cas d’invasion.

    Le nombre de jeux vidéos traitent de « poutrage de zombie à la machette » ne cesse d’augmenter. Un peu comme la montée du FN dans les sondages. Peut être que les deux sont liés.

    Mais surtout, les jeux vidéos pourrissent le cerveau de tout joueur accro. Donc le nerd gagne un point pour sa survie. Avec son cerveau pourri par les jeux vidéos, les zombies l’éviteront. Comme quoi, le nerd peut sauver sa non-vie.

    Monsieur Connard, je vous admire, je vous ai envoyé mes coordonées banquaire pour que vous preniez tout mon argent, ainsi que celui de ma tata Simone, au frais dans le congélateur.

    • Question: est-ce votre tata Simone ou son argent qui est dans le congélateur?
      Si c’est votre tata, permettez moi de vous rappeler qu’il ne faut jamais nourrir son zombie avec de la viande glacée, au risque de lui provoquer une occlusion intestinale.
      Bien à vous,
      Barbie Turique, Dr. ès Sciences de la non-vie.

      • Même vivante, un zombie aurait évité Tata Simone. Non pas qu’elle soit une ex-nerd. Mais que je doute sur la présence de cervelle.

      • Je tiens à préciser que le froid donne plutôt la chiasse qu’une occlusion (expérience d’infirmière)!

      • Zut! Moi et mes faux diplômes de l’université Rachida Dati avons été démasqués! En tous cas, merci de la contribution (en particulier celle de Jeannot. Si, si, j’insiste)!

  7. Le joueur de World of Warcraft se distingue aussi du zombie par le fait que ce dernier, lui, sort dans la rue.

    Je me souviens avec nostalgie de ce 13 mai 1981, alors que je faisais du tourisme sexuel à Rome suite à la révélation de l’un de mes informateurs comme quoi les couvents du Vatican n’avaient pas été ravitaillés depuis longtemps en cierges laissant donc leurs occupantes en proie aux affres d’une libido handicapante pour œuvrer à la gloire d’un punk couvert de clous, j’ai eu l’occasion de voir de mon propre œil une foule innombrable de zombies de tous âges (mais surtout du troisième) se déverser dans les rues pavés de la capitale Italienne.

    N’écoutant que mon courage et me remémorant par la même les conseils de mon voisin celui qui a fini Tetris, je me saisis de mon arme de poing et faisais feu sur le zombie qui semblait être leur chef qui, bien que passablement décomposé, était vêtu d’un uniforme immaculé. Sans nul doute que depuis plusieurs années déjà celui-ci devait être dépourvu d’une dentition fonctionnelle et réduit à se nourrir avec des couverts, assurant ainsi la pérennité de sa robe étincelante. Un zombie édenté travelo et propre.

    À mon plus grand désespoir je ne faisais que le blesser, gêné par la foule légumifiée qui se pressait autour de moi et une monophtalmie caractéristique des pirates en tous genres. Dépité, j’abandonnais mon arme à un balayeur turc qui passait par là dans l’espoir altruiste qu’il puisse en tirer une coquette somme en la vendant et retirer par la même occasion sa fille du trottoir. Je ne sais pas ce qu’il est devenu et lui souhaite tout le bonheur du monde.

    Bon c’est pas tout, mais il faut que j’aille au supermarché refaire mes provision de bière-clopes-munitions au cas où Justin Bieber passerait faire un concert dans ma ville. Le Saint Monstre en Spaghettis Volant nous en préserve.

  8. Hum.
    Dites-moi cher Connard, serait-ce les soldes qui vous auraient inspiré cette bafouille sur les zombies? Il faut dire que le lien est évident : des hordes de décérébré(e)s prêt(e)s à mordre pour une paire de louboutins à – 2,5% ou un ipad en promo…
    Je dois avouer que moi-même j’avais fait le rapprochement… du coup je n’ose plus publier l’article en question. Tant pis, je vais devoir me rabattre sur une pinup peu vêtue pour attirer le chaland.

  9. Très bon, comme d’habitude. J’aimerais voir poussée la dialectique au sujet des raisons qui poussent les geeks, nerds et autres assimilés à désirer à tout prix une invasion zombie : je pense qu’il faut considérer qu’après tout, c’est une chance de se hisser au rang de mâle alpha. Plus de règles sociales habituelles, plus de contraintes liées à sa situation… Et la possibilité de se voir en personnage principal, auréolé de gloire, sauvant la fille bien roulée aux vêtements déchirés, le bras posé sur ses reins, tandis que l’autre tient un bon vieux shotgun des familles. De manière générale, l’invasion zombie serait la situation rêvée qui permettrait d’inverser les rapports de force entre geeks et « jocks ». Encore que, ils ont bel et bien intérêt à se secouer un minimum les grelots en salle de sport sous peine de se voir boulotté par faute d’endurance en course à pied.
    (N.B : je crois qu’une paire d’articles de Cracked.com sont consacrés au sujet.)

    • Chers lecteurs d’Odieux, ne nous emportons pas. Geek et nerd n’ont rien en commun. Le geek est soit un nerd repenti, soit un rôliste un peu dans la lune. Le nerd est une espèce rare bien qu’extrêmement puissante! Et pour cause, il connaît les secrets d’extermination de nombre de créatures démoniaques!
      Je ne prolongerai pas le débat mais espère avoir éclairci cet aspect souvent négligé de la zoologie.

      • En tant que geek assumé, j’ai parfaitement conscience de la notion, je vous rassure. Néanmoins, il s’avère que le goût de l’apocalypse zombiesque soit partagée par les geeks et les nerds. Désolé de l’amalgame, il est involontaire.

  10. Waouh! Je viens de lire cet excellent article en écoutant ça:

    Et je suis joie. Comme quoi:

    Merci Camarade Connard, et longue non-vie aux nerds!

    • Aaaah John Murphy ! Vous avez d’excellents goûts musicaux, mais dans ce film ce sont des infectés, pas des zombies …

  11. Il me semble que tu as oublié un point commun de taille entre les zombie et les nerds, Odieux Connard : la qualité douteuse de leur peau. Aucun des deux ne semble être attiré par le Biactol.

  12. Excellent article, plume acérée, bon blog ! J’aimerais bien voir un article sur la « blogueuse mode ». Il semblerait que ça pullule et y’a aussi matière à dire. A bon entendeur, salut !

  13. Pour les bébés zombies, 28 jours plus tard. Sinon dans « Je suis un légende », les zombies buttent un chien.

    • Ouais mais ça compte pas, le berger allemand c’est un chien de badass du coup lui, contrairement à ses congénères, a le droit de mourir sur grand écran.

      • Je me permet d’ajouter que dans « Je suis une légende » ce sont des chiens zombifiés qui tuent le chien de badass en question.

        Notons aussi que c’est un des rares (seuls ?) film du genre où les zombies dressent des animaux eux-même zombifiés.

        D’ailleurs pourquoi les dresseurs ne viennent-ils pas en aide à leurs toutous, les laissant se faire tuer par le preux Will Smith?

    • Je tiens à préciser que dans I’m Legend, les machins bizarres sont des infectés inspirés des vampires… (pas totalement débiles puisqu’ils élèvent les chiens, et surtout gravement allergiques au soleil)
      C’est d’autant plus visible dans le livre (mais comme le livre est très bon, je m’arrêterais là pour ne pas spoiler. Juste une chose : la fin du film n’a AUCUN rapport avec celle du livre)

      Bref en faisant le film ils ont décidé de jeter à la poubelle la majorité de l’intérêt des monstres en en faisant des simili-zombies au rabais avec un sérieux problème de mâchoire. mais toujours intolérants à la lumière, sinon on aurait encore plus vu les failles taille grand Canyon du scénario.

  14. Et comment oublier le bébé zombie de Braindead (issu de la reproduction entre un zombie mâle et une zombie femelle d’ailleurs) !

    Très bon article, comme toujours, mais, désolé de vous le dire, vous êtes ringard. Oui, les zombies c’est du passé, maintenant on est passé aux aliens (Skyline, Battle : Los Angeles, Cow-boy vs Envahisseurs, Justin Bibier le film, etc…). Enfin c’est connu, scénaristes de Hollywood et inspiration s’associent toujours très bien, ou pas…

  15. Voilà déjà deux articles où une certaine Penelope Jolicoeur s’en prend plein la mouille. Qu’elle est la raison de cet acharnement cher Connard? Les blogs girly vous irritent?

  16. Bonsoir, cher Odieux Connard…
    Loin de moi l’idée de venir ici enculer des mouches qui ne m’ont rien fait, et je conçoit que votre post n’est que prétexte a raillerie amusante, et amalgame du fan décérebré et du zombie, chose que je pratique fréquement… Néanmoins, vous sachant amateur de bonne chair, je ne peux m’empêcher de vous corriger a propos de vos railleries considérant la pudeur des morts vivants. J’en conviens, vous n’avez pas la prétention d’être expert en la matière, mais dès LA NUIT DES MORTS VIVANTS, on pouvait voir un mort vivant ne portant rien d’autre qu’une étiquette de la morgue a l’orteil. Et depuis lors, cela n’a pas manqué. Nombres de films de morts vivants montrent parmi leurs rangs des décédés dénudés.
    Dans LE RETOUR DES MORTS VIVANTS, l’héroïne se déshabille complètement avant de se faire agresser, et revient en tant que zombie toujours aussi dénudée.
    Et je pourrais encore evoquer la comédie musicale NUDIST COLONY OF THE DEAD, ou bien encore quelques films pornographiques mettant en scène des zombies… Mais j’en conviens, on pourrais considerer qu’il sagit là d’exception, ou de cas particulier, ce qui n’était pas le cas de ceux que j’ai commencer par evoquer. J’ai vu des victimes se faire agresser sous leur douches par des zombies…

  17. Cher Oc,

    je n’ai pas compris certains points de votre documentation, pourriez vous m’éclairer ? Existe-t-il une véritable différence entre les militants FN qui marchent de façon raide en ne levant qu’un bras et les zombies qui marchent aussi de façon étrange mais en levant deux bras.
    J’ai essayé de soigner du militant FN à coup de pelle et ils ne sont pas si lent que ça finalement. Sauf après un salutaire coup de pelle.
    Aurais-je compris quelque chose de travers ?

  18. Question :

    Mon zombie semble ne plus apprécier sa cervelle et j’ai trouvé des morceaux de tofu dans sa cavité bucale en lui revissant les pivots. Qu’est ce que j’ai mal fait ? Qu’est ce que j’ai loupé dans son éducation ? Dois-je l’envoyer dans un centre de cure ?
    En plus, j’avais une belle cervelle de contrôleur des impôts pour son anniversaire.

    • Je pense que la cervelle de contrôleur fiscal devrait le ravir. Evitez simplement de lui servir son coeur, c’est fortement indigeste et trop dur pour ses dents.
      Pas d’inquiétude pour ce qui est du tofu, mais évitez de trop le nourrir avec de l’écolo-végétarien. Pensez à variez son régime de temps en temps.

  19. Ne pas oublier que la chanson majoritairement préférée par nos amis à demi-mort est « J’veux qu’on baise sur ma tombe » interprétée initialement par l’un des leur (cf communautarisme).

    (PS: j’étais au zombi day de Lyon le 31 octobre 2010, c’était quand même bien marrant le speed dating des chaires pas fraiches)

  20. Comme personne ne l’a mentionné et que c’est honteux, je me dévoue : Boulet, auteur de BD et strips mondialement connu, a parfaitement résumé cet article et mis en exergue la ressource inespérée que sont les nerds (ici, les geeks, mais bon) en cas d’invasion zombie : http://www.bouletcorp.com/blog/index.php?date=20100615

    Et pour finir, amis zombies : Boulet, c’est bon, mangez-en. ;)

    • c’est vrai que Boulet est très bon et que ce strip est particulièrement bien vu. Cependant je trouve que l’article d’OC est une très bonne analyse du zombie et de son grand retour en force. D’ailleurs il était logique qu’il revienne puisque toutes les anciennes valeurs traditionnelles connaissent une remontée de leur cote auprès du public à cause de leur caractère rassurant. Je ne vois pas pourquoi il en aurait été différent des zombies…

      • Le caractère rassurant des zombies ? Aurais-je trouvé plus déviant que moi ou pourriez vous développer un peu plus.

      • Ah, cela m’avait échappé, merci de cette précision. Mais je vois que nous sommes entre gens de bon goût, j’espère donc que vous me pardonnerez cette omission ;)

      • Je m’insurge également^^
        mais vous avez bien fait de causer de cette note de Boulet qui convient parfaitement à l’article de notre Odieux Camarade ;)

  21. alors si le zombie n’est même pas fichu de préparer son casse-croûte lui-même et qu’il lui faut un nègre, euh je veux dire une bobonne qui le sert… 8o

  22. pfff nourir votre zombie avec de la cervelle de controleur fiscal et de la mauvaise foi(e)…..c’est un coup à se faire dénoncer à la SPZ…(société protectrice des zombies ) rien ne vaut une éducation stricte et une hygiène sans faille: élevage en plein air dans un cimetière rural et cervelles de suporters de PSG à chaque repas….

    • « rien ne vaut une éducation stricte et une hygiène sans faille: élevage en plein air dans un cimetière rural et cervelles de suporters de PSG à chaque repas…. »

      ARG !!! feriez vous partie du comité Famille zombie de France ? Ceux qui interdisent de jouer à resident evil, et autres jeux violents sous prétexte que cela influe sur le comportement (amorphe?) des zombies ?

      Bon sinon, on ne parle pas des « zombies » de « i am a legend » (le livre hein, pas le nanard foireux avec un homme en noir dedans)

    • Comme c’est plutôt petit, très mou et peu concentré, avec de la cervelle de supporter du PSG à chaque repas, au moins, il ne risque pas l’indigestion.
      L’avantage de le nourrir ainsi est plutôt que le nombre de voix du FN va baisser

    • le supporter du PSG n’est-il pas un sous-genre de zombie? ça reviendrait à du cannibalisme ce qui est interdit par la SPZ et le bon sens

  23. Mais que vois-je ? Je viens ici pour la première fois et je découvre ce merveilleux article ! J’en profite donc pour poser une petite question : mon poisson rouge est contaminé. Que fais-je ? Un bon coup de pelle radioactive sur la tête, ou bien je le laisse « buller » dans son aquarium en toute tranquillité ? Avouons tout de même qu’il ne représente pas un danger mortel… Si ?
    Merci d’avance et bonne soirée à vous !

  24. Salut à vous l’OC!
    Personnellement j’ai trouvé cet article un brin plus faible que ce que vous nous offrez d’habitude. Il m’a par ailleurs rappelé en quelques points d’autres œuvres qui peuplent la toile, notamment le strip de Boulet (cité plus haut)en ce qui concerne le rôle potentiel des nerd en cas d’invasion de zombies, mais surtout le point culture sur les zombies de l’ami LinksTheSun (http://www.youtube.com/watch?v=y9aodRE4xTs à découvrir si vous ne connaissez pas d’ailleurs). Peut être qu’il devient difficile d’être original sur ce sujet cela dit ^^.
    Sinon j’aime vraiment ce que vous faite et j’ai l’espoir d’être ( qui sait peut être un jour) invité à me joindre à une de vos orgies zoo-nécrophiles déguisé en poulet mayonnaise.
    Bonne continuation à vous, Odieux.

  25. Je vous conseille en terme de mini-série sur les zombies « dead set », ou comment une poignée de lofteurs se démerde pour survivre face à des zombies, le tout sachant que leurs niveaux intellectuels sont équivalents. Tout un programme.

    PS (Pourriture de Spoiler): Tout le monde crève.
    Bonne soirée.

  26. Il y a un livre de zombies où des chiots se font bouffer (ou alors meurent de faim, c’est au choix): World War Z.

  27. Cher Oc,

    Tenancière d’un bouge de bas goût, mes strippeuses nécrosées se chamaillent à coups de boules de billard, que faire?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s