La journée de la gentillesse

La foule l’ignore.

Et pourtant, il est là, courageux, en ce beau mois de novembre, à tendre les bras bien hauts pour agiter sa pancarte. Pourtant, on le remarque de loin, tant il s’escrime à agiter son petit bout de carton. Ses vêtements sont visiblement ceux d’un lycéen : un jean soigneusement troué accompagné d’un t-shirt empli d’inscriptions anglophones à base de « street » ou de « gangsta » ; une veste siglée d’une étoile rouge parfait le tout, et pourtant, lorsque l’on s’approche, on imagine un personnage bien loin des rues et du communisme, tant sa coupe de cheveux semble avoir coûté quelques milliers d’euros en bouteilles de gel. Budget qu’il n’a pas dû investir dans du biactol, au vu des bubons qui ornent son visage adolescent. A quelques reprises, on peut l’observer aller se fumer une cigarette avec quelques comparses qui, comme lui, plus haut dans la rue agitent un bout de carton semblable. On peut y lire :

« Free hugs – Câlins gratuits« 

Et c’est précisément la partie francophone du panonceau qu’il énonce haut et fort en se dirigeant vers votre serviteur, qui sortait d’une rue voisine. Il ouvre grand les bras et se dirige d’un pas assuré dans ma direction ; je lui souris et ouvre à mon tour les bras : on a trop peu souvent l’occasion d’offrir spontanément de la gentillesse et de l’amour, ce garçon a raison de faire cela. Nous entrons en contact et notre étreinte est longue et douce ; on peut sentir le bonheur émaner de cette masse humaine compacte que nous formons ; mais ces quelques secondes, qui semblent des heures, touchent à leur fin : nous nous séparons doucement et nous jetons mutuellement un regard profond. Il a les yeux vairons, me dis-je en contemplant ce jeune homme plein d’entrain et d’élan envers le monde qui l’entoure. Il me rend mon sourire et je lui pose les mains sur les joues, en souriant comme peut le faire un père lorsqu’il est fier de son fils ; il étouffe un petit rire qui devient gargouillis lorsque je tourne violemment son crâne sur la droite d’un petit coup sec ; le craquement des cervicales se fait entendre et il tombe au sol, inerte.

« En v’là d’la gentillesse, petite merde« , dis-je en m’éloignant du pas de l’homme qui vient d’accomplir son devoir.

Le Bisounours est un modèle pour certains, un appel au meurtre pour d'autres

Je déteste les Bisounours. Les Bisounours par effet de mode, encore plus. Vous n’avez jamais eu dans votre entourage, quelqu’un qui n’est pas capable de gérer ses émotions et qui vous colle toujours sa gentillesse exacerbée sous le nez ? Le genre à prendre ses ami(e)s dans ses bras pour un oui ou pour un non genre « Tu as renversé la poubelle ? Ho ma pauvre, je vais t’aider ! J’aurais dû te proposer de la descendre à ta place, je ne suis pas digne d’être ta meilleure amie… Viens que je te prenne dans mes bras. ». Le genre qui du coup, réagit déjà tellement au maximum pour tout qu’il n’y a aucune nuance : elle fera les mêmes gestes si vous trébuchez dans la rue ou si toute vos famille se fait gazer. Compteur Bisous au maximum, distinction au minimum.

En général, si ces personnes ont Facebook (ce truc mystérieux où les gens aiment faire des rapports toutes les deux heures sur où en est leur inintéressante vie), elles postent des trucs genre « Mon chéri est parti faire des courses, il me manque déjà :(« 

Saint Adolf, si tu nous entends, gaze une fois.

Or, figurez-vous qu’alors que j’allais m’acheter un célèbre journal satyrique l’autre jour, que découvre-je chez mon humble marchand de journaux ? La une de « Psychologies » qui propose la mise en place de « La Journée de la Gentillesse« 

Je me plaignais dernièrement des fêtes, les « journées« , c’est à peu près la même chose. En général, quand on a une question qui se pose (qu’on soit l’Etat, un magazine, une association…), et qu’on veut botter en touche, on crée une journée sur le sujet. Ça fait office de hochet qu’on agite gentiment pour calmer les esprits et amuser la foule. Tiens, il y a encore bien du travail à faire sur l’égalité hommes-femmes ? Allez hop, une journée de la Femme devrait aider, on la mettra le 8 mars, hop. Tiens, on s’insulte dans les bouchons ? Allez, une journée nationale de la courtoisie au volant (le 26 mars, cette fois). Et on peut même faire des journées internationales ; par exemple, saviez-vous qu’il y avait, le 9 janvier, la journée mondiale de la Corse ? Une journée dédiée au port de la cagoule, probablement.  Le 2 février ? Journée mondiale des zones humides : une excellent occasion pour Jean-Marie Bigard de refaire son stock de blagues sur les culottes. Et on peut continuer longtemps ! Je n’y résiste d’ailleurs pas :

  • 18 mars,  journée nationale du sommeil chez nous. C’est la France qui se lève tôt qui va gueuler.
  • 8 avril : journée internationale des roms. Pensez à cacher poules et pare-brises.
  • 25 mai : journée mondiale des enfants disparus. Mais personne ne vient jamais manger le gâteau. Dommage.
  • 14 juin : journée mondiale du tricot. J’aimerais vraiment savoir qui a lancé celle-là.
  • 31 août : journée mondiale du blog. Vivement la journée mondiale du « Preum’s ! ».
  • 19 septembre : journée internationale du Parler Pirate (!). L’occasion de se taper toutes les putes de Tortuga en se murgeant au rhum.
  • 16 octobre : journée missionnaire mondiale. Décidément, c’est Jean-Marie Bigard qui est gâté !

Bon, ça fait déjà beaucoup : la suite est pour les curieux.

La journée mondiale de la lapidation d'humoristes pas drôles n'existe pas encore, hélas

Mais le 13 novembre, surtout, nous aurons donc le droit à la journée mondiale de la gentillesse.  « Osons être gentils ! » nous dit-on.

Pour l’occasion, nous sommes invités à déverser mots gentils et petites attentions sur notre entourage, mais aussi sur des inconnus (l’occasion de dire « Tu as un très joli cul. » à la fille de l’accueil au bureau sous prétexte d’être gentil. Et pensez à ne pas être trop gentil avec elle, d’ailleurs, sinon, vous deviendrez à ses yeux « gentil« , comme dans « mon meilleur copain gay est gentil« . Prudence, donc. Je dis ça pour vous.). Alors, fleurs, bonbons, petits mots et autres sont attendus dans une tempête de bonheur et de gentillesse sirupeuse digne d’une fin d’épisode de Sept à la Maison.

Alors, évidemment, certains d’entre vous se disent « Nan mais c’est quoi cette nouvelle journée ? Et pourquoi un 13 novembre ? » ; petits béotiens ! Nenni de nouvelle journée, Psychologies se fait juste modeste relais ; non, le 13 novembre est journée de la gentillesse depuis des siècles.

  • Le 13 novembre 1002, Ethelred, roi d’Angleterre, fait massacrer tous les danois (une sombre histoire de Stimorol), mais gentiment. Cela restera dans l’Histoire comme « le gentil massacre de la Saint-Brice« .
  • Le 13 novembre 1934, pour paraître plus gentils et aider à la gentillesse mutuelle, tous les instituteurs d’Italie se voient obligés de porter l’uniforme fasciste.
  • Le 13 novembre 1942, l’armée américaine repousse poliment les japonais, venus proposer d’occuper gentiment Guadalcanal à leur place, histoire de les soulager de ce dur labeur. La célèbre phrase du commandant des forces japonaises, Hyakutake Haruyoshi , « Vous allez la lâcher cette putain d’ île bande de gros troncheurs de porcs gozaimasu. » montre bien (grâce au gozaimasu, formule traditionnelle de politesse japonaise) à quel point on faisait des efforts de gentillesse ce jour là.
  • Le 13 novembre 1970, un cyclone traverse le Pakistan Oriental : 300 000 morts. Il passait dire bonjour, pour fêter cette journée.
  • Le 13 novembre 1985, le volcan Nevado del Ruiz fait 25 000 morts en Colombie, en explosant de gentillesse.
  • Le 13 novembre 2002, pour faire alimenter en pétrole la Galice, qui voit les prix flamber avec la guerre en Irak, le Prestige s’échoue gentiment pour offrir 77 000 tonnes de fioul lourd. Le cœur sur la main.

Vous voyez ?  Cette journée existe depuis fort longtemps, bande de mauvaises langues.

Alors le 13 novembre, ne soyons pas d’odieux connards, célébrons la journée de la gentillesse comme il se doit.

45 réponses à “La journée de la gentillesse

  1. Cher Odieux connard, le fait que vous postiez ce texte le 11 novembre et non le 13, est une preuve flagrante de sabotage de cette « journée de la gentillesse ». En effet, ne pouvant resister à l’envie de commenter dès un article posté, je dois exprimer aujourd’hui, combien ce fut gentil de votre part de nous informer comme vous l’avez fait aujourd’hui! Et donc, vous devenez gentil le 11 novembre et non le 13!!! Quelle fourberie!!!

    Je profite de ce commentaire pour vous faire de la colère qui a frappé la présidente du FCDGB (Fan Club Des Gentils Bisounours) qui ne comprend pas comment peut-on détester les Bisounours!!!!

  2. Je crains soudainement une vague de lolcats et son lot de commentaires type « c’est cro meugnoooon ». Merci de cette délicate attention qui me permet de me préparer psychologiquement pour cette journée.

    En attendant, réfléchissons déjà à la manière dont nous exprimerons notre trop-plein de gentillesse…

    • Gropasqua, ce n’est pas ce Bisounours avec un fort accent et en guise de tatouage ventral, une mallette d’argent ? C’est un de mes préférés.

  3. J’ignorais. Ça va être une journée fastidieuse. Je crois que je vais me coucher ce 12 au soir et me lever samedi 14 au matin.
    Rassurez-moi, il n’y a rien de prévu samedi?

      • J’ai sucré DEUX fois mon café, du coup. Pour le principe. Comme la côte de boeuf le vendredi saint et le jambon à l’aïd…

  4. en l’honneur de cette magnifique journée voici son hymme officiel :

    Moi à mon Bisounours
    Je lui fais des bisous
    Des gentils, des tout doux
    Des géants, des tout fous
    Un bisou sur la joue
    Un bisou dans le cou
    Car mon p’tit Bisounours
    Il adore les bisous

    Refrain :
    Des bisous partout OUH OUH OUH OUH
    Sur le nez dans le cou OUH OUH OUH OUH
    Des bisous, des bisous
    Des milliers de bisous
    et encore des bisous OUH OUH OUH OUH

    Moi à mon Bisounours
    Je lui fais des bisous
    Et pour me dire merci
    Il m’en fait lui aussi
    Des gentils, des mimis
    Des grands et des petits
    Car mon p’tit Bisounours
    Il adore les bisous

    Moi à mon Bisounours
    Je lui fais des bisous
    Des bisous en couleurs
    Qui viennent du fond du cœur
    Des bisous roses et bleus
    Pour qu’il soit très heureux
    Des bisous jaunes et blancs
    Pour qu’il soit très content

    Refrain

    Moi à mon Bisounours
    Je lui fais des bisous
    Des bisous d’amitié
    Des bisous de gaieté
    Des bisous de soleil
    Plein de mille merveilles
    Car mon p’tit Bisounours
    Il adore les bisous

    Moi à mon Bisounours
    Je lui fais des bisous
    Des gentils, des tout doux
    Des géants, des tout fous
    Un bisou sur la joue
    Un bisou dans le cou
    Car mon p’tit Bisounours
    Il adore les bisous

    Refrain

    [Moi à mon Bisounours]
    [Je lui fais des bisous]
    [Et pour me dire merci]
    [Il m’en fait lui aussi]
    [Des gentils, des mimis]
    [Des grands et des petits]
    [Car mon p’tit Bisounours]
    [Il adore les bisous]

    [Car mon p’tit Bisounours]
    [Il adore les bisous]
    [Car mon p’tit Bisounours]
    [Il adore les bisous]
    [Car mon p’tit Bisounours]
    [Il adore les bisous]

  5. Ah oui, le coup de la journée mondiale du tricot, je pensais à un gag, la part de l’article qui relevait de l’invention créative. Ben non, la réalité dépasse la fiction (et le mur du çon par la même occasion).
    On peut s’inscrire à la lettre de nouvelles, échanger des trucs de « tricoteuses » [sic], il y a même une page « téléchargements » [re-sic]. Mais pas de nom de coupable, et rien (si, si, RIEN DU TOUT) sur Wikipedia. Diego va ramer pour sévir.
    http://www.journee-mondiale-du-tricot.com/

    • J’aurais tellement préféré l’inventer. Belle référence au Canard Enchainé, soit dit en passant.

      • De votre part, je ne craignais pas que cela fût pris pour une faute d’orthographe. Je ne l’aurais sans doute pas tenté en d’autres endroits.
        J’arrive à un âge où l’on sait reconnaître (presque) à coup sûr les gens de goût des gens de peu.

    • Alors là, non, je dis non : la série « Corky, un enfant pas comme les autres » a prouvé la nette supériorité des trisomiques sur Eric et Ramzy.

      • Je garde un souvenir ému de Corky prenant le bus tout seul pour la toute première fois…

        Quoiqu’il en soit, lorsque nous regardons cette vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=uFluK_WMM6s
        On ne peut s’empêcher de croire que Ramzy et Eric (ouais, bouleversons l’ordre des choses, révolution) sont intimement liés à Corky, je persiste.

    • Je m’en vais corriger de suite cette faute qui ne saurait persister plus avant.

      Merci de la souligner. Par contre, pour le câlin, attention !

  6. Cher odieux connard,

    Vous seriez une femme, que je vous aurais volontiers fait une demande en mariage dans les règles, afin de pouvoir élever une ribambelle de gamins avec fessées…

    Gros poutoux baveux

    • Merci mon bon ; hélas, je ne suis point une odieuse connasse…

      Mais vous pourrez en trouver à foison, là, dehors : elles n’attendent que vous.

  7. Espèce de sot crétin, comment osez vous brocarder de la sorte Eric & Ramzy, deux jeunes méritants qui ont réussit à sortir de leur mouise sociale pour accéder au succès et peut être même à la propriété.

    Et surtout qui ont eu la gentillesse de commettre « la tour montparnasse infernale » qui est le seul représentant connu de film crétin à la française (avec peut être l’excellent « les clé de bagnole » de herr Baffie)

    Ne me dites pas que vous n’avez pas aimé « la tour » (comme on l’appelle au Club Nazi Bon Goût). Dites moi que vous ne l’avez pas vu, que vos préjugés raciaux (et je les comprends) vous ont retenu.

    Car La Tour est un monument.
    Je vous en prie, mourrez moins bête mais mourrez quand même.

    • Quelqu’un a dit « à la française » ? Comme dans « Lorie est la Britney Spears à la française » ou « RIS, ce sont Les Experts à la française » ?

      Je n’ai pas vu « La Tour », puisqu’en sus de mes préjugés raciaux, la seule apparition de ces deux personnages provoque chez moi des crises de violence assez intenses.

      Quant à votre dernière phrase, il s’agit d’une bien belle référence à une autre spécialiste de la crétinerie, mais cette fois-ci scientifique (et surtout de qualité), Mademoiselle Marion Montaigne. Du coup, tant qu’à me cultiver crétinement, je vais plutôt retourner chez elle, tiens.

  8. J’adore,tout court.
    Nous avons aussi des Bisounours a proximité dans la région, et j’ai trouvé la ressemblance flagrante sachant que nous les avions deja,a la base, surnommés comme ça.
    J’aime moi meme etre une odieuse connasse mais je suis fan de cet odieux connard ci ! x)

    • Vous êtes bien urbaine.

      Quant aux bisounours : ils sont partout. Mais sur tous les fronts, la lutte continue.

  9. Je vous devine enoore mal, je m’imaginai simplement vous voir partir, emportant avec vous le porte feuille et les clef de son appartement que vous auriez dérobé dans sa poche durant le calin.

    Certes, le portefeuille à peu de chance de contenir de la valeur, mais il y aura surement son nom et le moyen de trouver où utiliser la clef, les parents ont souvent plus de bien que leur rejeton.

  10. cher monsieur O.C.
    Je souhaiterai apporter ma modeste contribution à cette article grâce à la phrase ci dessous :
    “Vous allez la lâcher cette putain d’ île bande de gros troncheurs de porcs gozaimasu.”
    Non,non,cher O.C. le « gozaimasu », dont vous pensiez qu’il traduisait une demande polie, n’est rien de tout celà….
    Le « gozaimasu » apparaît dans les formules telles que  » arigatô gozaimasu » ou bien « dômo arigatô gozaimasu » qui se traduisent respectivement par « merci » et « merci beaucoup ».
    Pour que cette fameuse déclaration de ce japonais, si fleurie et si délicate, soit parfaite elle aurait dû se formuler par :
    “Vous allez la lâcher cette putain d’ île bande de gros troncheurs de porcs, onegai shimasu.”
    Dans ce cas, le « onegai shimasu » se traduit pas « s’il vous plaît ».
    En espérant que cette correction vous inspirera une réponse digne de votre personne.
    Sur ce, je veux passer à tabac mon cher frère cadet.

    • Je propose donc en remplacement « Venez donc défiler devant mon type 96, dozo ».

      La même phrase peut servir face à votre frère, à condition d’avoir une armurerie à la maison, comme de bien entendu.

      • N’ayez crainte, nul besoin d’armurerie.Mes années supplémentaires et ma carrure, certes modeste mais toujours supérieure à celle de mon frère, sont nécessaires pour terrasser ladite personne citée un peu plus haut.
        Et je me permets de saluer votre excellent goût pour ce fusil mitrailleur, utilisé par l’armée japonaise et ensuite par sa cousine, l’armée chinoise.
        Vraiment quel raffinement…

  11. Voyez comme les grands esprits se rencontrent !
    Voici quelques 3 mois et demi, j’ai entrepris de fêter à ma façon une journée consacrée à la mièvrerie et à un empereur romain selon une des origines possibles (pour les deux du fond qui ne suivent pas, ça se passe entre le 13 et le 15 février, strictement). Me voici donc en quête d’événements produits en cette même date, quelle ne fut pas ma surprise (puis la satisfaction de trouver exactement le genre de choses que je cherchais) en parcourant cette liste sur wikipedia, dont je cite de courts extraits :

    1349 : Massacre des juifs de Strasbourg, accusés d’être les responsables de la grande peste.
    1831 : Paris : Première des deux journées d’émeutes dans les quartiers de Saint-Germain, de l’Auxerrois et de l’archevêché.
    1846 : Un soulèvement, dans la République de Cracovie, s’étend rapidement en Pologne.
    1929 : Sept gangsters, rivaux de la bande d’Al Capone, sont abattus dans un garage de Chicago : c’est ce qu’on appellera « le massacre de la Saint-V******* ».
    1939 : L’Allemagne lance le Bismarck.
    1968 : Paris : « Journée des matraques ». 3 000 manifestants cinéphiles sont repoussés par les CRS.
    2001 : Près de Tel Aviv, le chauffeur palestinien d’un autobus israélien fonce sur des militaires et civils, tuant huit d’entre eux.
    2005 : Le Premier ministre libanais Rafiq Hariri est assassiné.

    Je concède qu’il en est peut-être de chaque jour de l’année, exception faite du 29 février où il est plus difficile de nuire à son prochain plus de 75% des années, mais tout de même, voilà quelques exemples édifiants.

  12. Le 21 décembre, c’est la journée (fin plutôt la nuit du coup) de l’orgasme et le site des journées ne l’a pas cité. j’en suis fort marrie.

    Sinon, suis-je donc la seule ici à ne pas détester Eric et Ramzy ? Ils sont quand même pas si… argh… mais que… mais lâchez-moi ! Je…

    PS : moi j’aime bien les bisounours : http://bad18.wifeo.com/images/bisounours_cadavre_grand.jpg

  13. le « 19 septembre : journée internationale du Parler Pirate » est une fête religieuse pastafari, respectez un peu la religion merde alors !

  14. Je tiens à poster ce commentaire pour rajouter, avec une touche d’humour noir, le 13 novembre 2015, journée où des terroristes bisounours ont massacrés (entre autre) une foule de fan de Metal au Bataclan, car comme tout le monde le sait, il n’y a rien de gentil dans le metal (Hormis les musiciens, la musique, les paroles, et les centaines d’associations caritatives dont font partie un bon nombre de metalleux)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s