Invivable non-vie

Ils sont partout.

Dans nos villes et nos villages, de par nos champs et nos paroisses, ils rôdent, insaisissables ; effrayants autrefois, fascinants aujourd’hui, ils corrompent notre jeunesse un peu plus chaque nuit. Là où auparavant leur seul nom suffisait à faire fondre en larmes les marmots les plus endurcis, leur simple évocation suffit désormais à provoquer bonheur et émoi chez nos jeunes. Bien que de sinistre réputation, certains leur prêtent un côté mystérieux, exotique, voire câlin selon certains articles de propagande.  Oisifs le jour mais diablement affairés la nuit, je vous propose de parler aujourd’hui, non pas de ces enfoirés de chats ou des auvergnats, mais bien des vampires.

En effet, notre société sombre mes bons lecteurs : voyez, après l’apparition de suceurs de sang au cima, à la télévision, ou même dans l‘industrie musicale,  nos jeunes sont de plus en plus nombreux à céder à l’appel de l’immortalité et à vouloir, à leur tour, devenir des vampires. Je me permets de soumettre à votre sagacité, comme illustration de ce propos ce fascinant, groupe Facebook qui a illuminé ma journée : « Pour tous Ceux qui aimerais être Un Vampire« .

Mieux qu'une Bible, cet ouvrage terrorise littéralement les vampires

Lecteurs, lectrices, il est temps de rétablir la vérité :

Les vampires ont une sacré non-vie de merde.

En effet, la croyance populaire veut que le vampire soit « cool » puisque voilà, il vit la nuit par crainte du soleil, est plus fort que les humains, diablement mystérieux, et surtout, dispose de l’immortalité. Et puis bon, de manière générale, les morts-vivants, c’est pas banal ; c’est donc un sujet plutôt attractif pour se tirer de son quotidien gris de caissier chez Monoprix.

Imaginons la scène suivante : Jean-Jacques, vampire moultiséculaire (« qui a moult siècles »), décide une nuit de vampiriser quelqu’un, comme ça, pif pouf, au hasard (Jean-Jacques est surnommé « Jaja-la-déconne » dans les catacombes de Paris, c’est la grosse marrade quand il remonte de Vézelay pour se faire une soirée sang & foot sur la capitale), et v’la t-y pas que fameux coup du destin, ça tombe comme par hasard sur un des membres du groupe « Pour tous Ceux qui aimerais être Un Vampire« . Nous l’appellerons Jean-Jean.

En théorie, Jean-Jean s’attend à obtenir de fait, une fois mordu, le pack complet qui va avec la non-vie de vampire : jeunesse & beauté pour l’éternité, hébergement dans un luxueux manoir où personne n’osera le déranger, immense garde-robe classieuse pour sortir chasser la nuit, séduction sans limites de jeunes femmes dont il léchera sensuellement la jugulaire avant d’y planter ses crocs dans une plaisante étreinte…

Sauf que non : déjà il faut que Jean-Jean ait du bol pour bien commencer sa nouvelle aventure, parce que bon, la nuit en général, comme tous les adolescents, il dort chez papa et maman. Alors si le lendemain à 11h, comme d’habitude, il n’est pas levé et que sa mère vient lui ouvrir les volets pour lui remuer un peu les fesses, elle risque juste d’entendre « Wrousch !« , et de ne retrouver dans le lit de son fils qu’un tas de cendres, un slip sale à moitié calciné et un exemplaire de « Twiloches : Malaxation« . Pour les besoins du scenario, nous supputerons donc que Jean-Jean rentrait tranquillement d’une soirée banga & chocapics chez Kimberley, la fille de seconde B qui joue trop bien au volley.

De là commencent les emmerdes : on avait promis à notre héros qu’il serait jeune et beau.

Pour toute vampirisation, une boîte à goûter offerte.

C’est faux ; vampirisé à 16 ans, c’est l’éternité avec des boutons sur la gueule, alors forcément, Jean-Jean est bien embêté. Le voilà condamné à perpétuité dans la peau vérolée d’un mort-vivant nécessitant plus de biactol que d’hémoglobine d’après les témoins oculaires. Malédiction ! Par ailleurs, avez vous déjà essayé de vous percer les boutons quand vous n’avez aucun reflet dans votre miroir ?  Je préfère ne pas étendre le sujet aux points noirs et autres imperfections du derme : vous m’avez compris. Quant aux vampires féminines, le même inconvénient technique a toujours rendu leurs tentatives de maquillage plutôt hasardeuses ; il en va de même des coiffures de nos amis morts-vivants, ce qu’un certain Robert Pattison a su rendre à la perfection à l’écran (saviez vous qu’il avait fallu toute l’équipe technique d’Avatar pour réussir à rendre correctement à l’écran la choucroute hors-norme du célèbre vampire niais ?). A moins de vampiriser un pote coiffeur bien sûr, mais c’est plutôt risqué : passer l’éternité avec un coiffeur, c’est quand même assez rude à encaisser (c’est vrai quoi, vous imaginez, plusieurs milliers d’années à côté de gens prêts à appeler leurs entreprises « Hair’France« , « Indic’à’Tifs » ou autre ? La mort, pitié !).

D’ailleurs, ça va être comme ça avec tous les services : comme ces enfoirés ne travaillent que de jour, et que pour le coup, vous ne sortez que la nuit, il va vous falloir vampiriser tout et tout le monde si vous voulez des services à vos heures. Tenez, par exemple, mettons que Jean-Jean veuille avoir, je sais pas moi, des meubles pour chez lui. Il va faire comment ? Se rendre chez Conforama entre 9h et 19h ? Ça parait risqué, solairement parlant. Ou alors, oui, en hiver, et encore : c’est la saison où il y a le plus de monde aux caisses ; Jean-Jean risque de voir le magasin fermer avant d’avoir vu sa commande arriver. Et non, il ne peut pas arriver plus tôt, sinon, il crame comme un vulgaire vietnamien un jour de raid américain. Pas facile la non-vie. Admettons qu’il commande sur internet : vous en connaissez beaucoup, vous, des services de livraison qui vous déposent vos meubles chez vous à 4h du matin ? Nenni ; notre adolescent est bien embêté. En plus, quoiqu’il commande, c’est pareil : le facteur lui laisse un reçu dans la boîte aux lettres, lui signalant qu’il peut passer chercher son colis à la Poste aux heures d’ouvertures.

Et vu les horaires d’ouverture et les performances des guichets de la Poste, notre immortel risque de ne jamais voir la couleur de son colis (sans compter qu’il devra rester zen pour ne pas égorger la petite vieille devant lui qui voudra voir tous les carnets de timbres pendant 45 mn avant d’en prendre un « Marianne« ). Alors non, un vampire, ça ne peut rien acheter. Tout simplement parce que ça vit la nuit. Mais apparemment, personne ne s’en soucie.

Ou alors, si, il y a bien l’épicier arabe qui est ouvert nocturnement, mais ce bon Aziz ne vend ni meubles, ni cercueils, ni même vêtements trop cools. Par contre, il a du saucisson hallal, mais il faut reconnaître que la chose intéresse relativement peu les buveurs d’hémoglobine.

"Non, ji ni vends pas di boudin à sucer, non non..."

Alors évidemment, on s’offusque : « Ouiiii mais atteeeends (non parce que quand vous vous emportez, vous me tutoyez, je le sais, c’est insupportable) le vampire il s’en tape d’acheter les choses : il les vole comme il est trop surnaturel ! » ; bin voyons. Mettons : Jean-Jean a réussi à avoir un appartement. Il veut y mettre au moins une armoire pour y ranger ses tenues trop dark et mystérieuses. Il va donc chez Ikea, et là, hop, il rentre dans le magasin grâce à ses grands pouvoirs. Mettons que les caméras ne le voient pas, bon. Les vigiles non plus. L’alarme non plus. Là, Jean-Jean choisit une armoire, même si bon, pour le coloris, il n’est pas bien sûr : il fait tout noir, il ne voit pas bien (il risque donc de prendre, sans le savoir, une de ces couleurs immondes qui font la joie de Valérie Damidot). Il repart avec son butin (là, même si les caméras de sécurité ne le voyaient pas, elles voient une armoire en kit en train de se barrer toute seule, c’est relativement suspect tout de même tant les armoires en kit sont connues pour être domestiquées et ne jamais tenter d’évasion) ; le truc qui ne fait déjà pas un barouf de tous les diables. Mettons en sus qu’il finisse par arriver chez lui avec son barda sur le dos sans croiser personne dans la rue qui appelle les flics, tant un déménagement à 4h du matin, ça semble louche. Là, à quelle heure vous croyez qu’il va le monter, son meuble ? Mais en pleine nuit bien sûr ! Il ne peut pas faire autrement ! Il va donc forcément provoquer l’ire légitimes de ses honnêtes voisins, et s’il avait échappé à la police lors de son vol de meuble, il n’en sera pas moins attrapé pour tapage nocturne. Et dans sa planque, en plus.

Et comme Jean-Jean ne pourra pas produire de pièce d’identité (il est immortel donc les dates posent problème/il est enregistré comme fugueur par ses parents/ il s’est fait voler son portefeuille par un vampire racaille), il ne lui reste donc qu’à fuir comme un lâche, à abandonner sa planque durement acquise (vous avez déjà essayé de visiter des appartements à louer uniquement la nuit ?), son armoire fraîchement dérobée et à prendre le large. Car comme chacun sait, si la police arrive à le maîtriser et le colle au trou, il y est encore demain matin à 9h. Dès lors, lorsque le gardien de la paix Emile Pachouin viendra lui apporter son petit déjeuner, il ne retrouvera de Jean-Jean qu’un tas de cendres, une notice de montage Ikea, et une paire de menottes à demi-rongées.

De par son incapacité totale à pouvoir justifier de son identité, le vampire est donc tellement faible qu’il est le seul être à craindre la police municipale. C’est dire s’il est tout pourri.

Rappelons par ailleurs que le vampire ne peut pas gagner d’argent de manière générale : il ne peut pas travailler la nuit puisqu’il chasse, ne peut de toute manière pas se faire recruter légalement, et ne peut même pas défier la loi ou malmener les représentants de l’ordre puisque bon, comme il est relativement immobile le jour et qu’il ne dispose pas d’un réseau étendu pour se protéger, la moindre descente de police le transformerait instantanément en feu grégeois. Il ne lui reste donc qu’une seule option : faire la manche. Et à 3h du matin, autant vous dire que la chose a peu de succès.

Mam'zelle ! Hé Mam'zelle !T'as pas 2 euros ?

Jean-Jean réalise donc à quel point il s’est fait arnaquer en devenant un vampire :

  • Il n’a presque pas d’argent et peu de moyens d’en gagner
  • Il vit dans des squats sombres et humides, et en change régulièrement
  • Il ne craint plus le froid, la chaleur et la faim mais ses boutons ne craignent plus non plus l’eau précieuse
  • Il est toujours aussi méprisé par les filles, puisqu’un type boutonneux, tout pâle et maigrichon, ça s’appelle un nerd ou un geek, pas un vampire
  • Il n’a personne pour lui faire sa lessive et repasser ses jeans, à moins de vampiriser sa mère, ce que Freud réprouve

En bref, crasseux, pauvre et sans le sous, Jean-Jean est simplement devenu un punk à chien nocturne, mais sans chien puisque les animaux le fuient et il ne peut même pas noyer sa misère dans la 8-6 tant il est désormais incapable de boire de la bière. A la place, il doit donc se contenter de sucer le sang des poivrots qui trainent encore dans les rues seuls la nuit loin des caméras des centres-villes, en espérant qu’un peu de ce qu’ils ont bu parviendra à atteindre son cerveau pour lui faire oublier, l’espace de quelques heures, sa non-vie de merde.

Et encore, je préfère ne pas vous parler des autres pouvoirs vampiriques qui apparaissent de-ci de-là, dans certaines légendes et textes, expliquant que les vampires seraient incapables de franchir les étendues d’eau (les vampires anglais sont condamnés à ne jamais quitter le pays du pudding, les mecs vampirisés sur l’Ile de la Cité ont l’air bête pour l’éternité), disposeraient du pouvoir de se transformer, non pas en animal, mais en légume (« Treeeemblez, mortels, car je peux me transformer en haricot vert à volonté, ha ha ha !« ), ou encore, je crois que c’est un de mes préférés, seraient dans l’obligation de dénouer tous les nœuds qu’ils croisent, même si cela doit les obliger à subir un létal lever de soleil. Dans un monde où 75% de la population porte des lacets, le vampire serait donc une sorte de prédateur qui, loin de vous sucer le sang, se jetterait sur vous pour pourrir vos lacets avant de s’enfuir en courant vers sa prochaine victime.

En même temps, il y a même une légende qui dit que le vampire se nourrit de tous les « excréments humains« .

Si jamais c’est cette légende qui est vraie, je sens que le vampirisme va rapidement être moins attractif.

Quoique, « Twilight : Défécation« , ça pourrait avoir son petit succès. J’attends le film.

Pour tous Ceux qui aimerais être Un Vampire

79 réponses à “Invivable non-vie

  1. Encore merci pour la rigolade.
    Est-ce qu’un tel sens pratique est automatiquement acquis en devenant un OC ? Ou est-ce juste votre don à vous ?

    En tout cas, il faut y penser, (et c’est là que le bat blesse, un ado de cette age ne pense pas)

  2. Que ça fait du bien de se marrer en rentrant du boulot le soir.
    La vie de vampire en pratique, c’est carrément naze en fait. En plus Blade est là pour les cueillir avec le tranchant de son épée.

  3. *baille* Dites donc, cher Mr. Odieux Connard. Il n’est pas un peu tard pour nous éclairer de votre verve superbe? Auriez-vous croisez un vampire en goguette dernièrement?

    Sinon, serais-ce Mr Lechien qui vous a convaincu de la malveillance des coiffeurs des temps modernes?

    Et dernière chose. Je pense que ceux qui ont créer ce groupe s’imaginent que les vampires ne brulent pas au soleil, mais brille comme des boules discos. Notez que dans ce cas là, c’est tout aussi peu pratique de vivre en journée… Quoi que, si ils décident de déménager en Belgique… On le remarquera jamais.

  4. Un déguisement SpiderMan et le souci des rayons de soleil est réglé je pense. Bon, par contre, une vie éternelle dans un déguisement SpiderMan doit mal passer, mais une vie éternelle doit bien fournir quelques instants d’inspiration pour se créer un nouveau costume.

    • Ah mais une théorie dit que seuls les mortels peuvent créer car le besoin de création viendrait de notre vanité de laisser quelque chose après notre décès… L’urgence de ce genre de chose disparaissant après avoir accédé à l’immortalité…

      Cela dit… je ne sais plus où j’ai lu ça…

    • Ouais, mais faut voler le tissu et la machine à coudre. De nuit. Transformé en haricot vert. Sans se faire pécho par la Municipale.
      Non, non, ça va pas être simple…

      • Il faut quand même recuperer le-dit costume
        Et les yeux restent exposés

        En plus, c’est le meilleur moyen de te faire sauter dessus par le vigile en entrant dans une banque ou un magasin

  5. Je pense à un point très dangereux que vous n’avez pas soulevé dans votre brillantissime exposé, c’est la confusion des genres. A cause du film Twoilette (je ne suis plus sur du nom) les gens ne savent plus faire la différence entre un vampire et un homosexuel. Du coup des victime innocente se font sucer et pas toujours par des vampires …

  6. Oh oh merci pour cette merveilleuse mise au point, cher Odieux Connard !

    Je reste convaincue que le Comte Von Dracul (dit l’Empaleur, quel charmant homme !) se fendrait bien la gueule devant Edward Cullen et autres… Sex toys ambulants ^^

    Quoi qu’il en soit, merci une fois de plus pour ce petit morceau fort distrayant (hin hin) Viiite viiite, encore ;)

  7. Prodigieuse arme que le Bescherelle sacré pour repousser ces hordes de malandrins.

    Qu’ils soient vampires, beaufs, racailles, d’jeunes, fans d’Eric & Ramzy, ou Président de la République,tous fuient à la vue de cet ouvrage des dieux.

    Mais je crois que tout ce qui ressemble de près ou de loin à un livre (sans images à colorier, bien sûr) leur file des boutons.

    Ou alors c’est du Darkiss….

  8. D’un côté, si les vampires ne peuvent vraiment pas franchir les étendues d’eau, il ne saurait pas y avoir aux Etats-Unis non plus, en supposant qu’ils soient apparus en Europe après la séparation des continents. Ou inversement.

  9. HAhahahahahahaha !!!
    J’aime, j’adore, j’en ris encore !
    Votre talent est grand Cher Odieux Connard, je surmonte ma timidité afin de vous remercier ici pour vos textes « sanglants » :)

  10. J’espère que vous gagnez votre vie grâce à votre imagination, le contraire serait du gaspillage ! ce que j’aime dans un gag, c’est quand il y en a un autre qui le prolonge et parfois encore un autre, comme dans le volume 3 de « l’âge de glace ».
    Bon à part ça, il y avait dans « Buffy  » un très joli garçon vampire repenti, qui depuis s’est reconverti dans le FBI mais toujours aussi ténébreux et torturé. Et il n’a jamais eu de boutons, ou alors il était hors-champ.
    Et puis, je pense que vous avez raison pour V.Damidot. Je l’ai vue une fois transformer un intérieur discret et subtilement élégant en boite de nuit de cauchemar.
    Merci. J’espère que vous trouverez une occasion pour parler de Frankenstein, c’est mon deuxième héros favori après celui que vous venez d’évoquer. Mais j’ai beau réfléchir, je ne crois pas qu’il ait jamais travaillé pour le FBI. Dommage. (soupir)
    P.S. Quand j’écris Frankenstein, le correcteur d’orthographe me propose Einstein. Pourtant il fait grand jour !

  11. J’en apprends des choses sur les légendes vampiriennes… Manger du caca ? Se muer en chou de bruxelles ?

    Ma foi je ne connaissais pas !

    Mais alors qu’est ce que je me gausse x)

  12. J’ai bien ri même si je n’ai pu m’empêcher de constater que votre culture vampirique se borne au cinéma récent. En principe, les vampires ont des serviteurs humains, de pauvres humains comme vous et moi (enfin, pas vous, ni moi -les sorcières ne deviennent jamais des vampires- mais tout autre humain) qui aspirent à devenir vampires. Pour prouver leur motivation, ils servent le maître vampire pendant quelques années avant d’accéder aux pouvoirs suprêmes. Ce qui, entre parenthèses, résout aussi le problème de l’acné juvénile. Autre détail peu connu, les vampires vivent souvent, au début de leur carrière, du vol de leurs victimes, ce qui résout un autre de vos problèmes. Par contre la transformation en légume et autres joyeusetés de fin de post… vous ne manquez pas de talent pour vos articles mais je n’en dirai pas autant pour les légendes que vous inventez. Si vous continuiez à nous régaler avec vos posts?

    • inventer ???
      Certes non cher Gwenlunwin, il n’invente pas malheureusement ! Il existe, parmi les nombreuses légendes de vampire, des races particulières de ces être qui commettent toutes sortes d’atrocités aussi diverses et variées que la coprophagie ou le ramassage frénétique de graines ou bille, en passant par la résolution des nœuds se présentant à eux. La plupart des races de vampire légendées dans le monde ne sont d’ailleurs que très rarement suceurs de sang !
      Nonobstant, la littérature à préférée retenir l’image du vampire ténébreux et classe, hématophile, romantique et immortel… Allez savoir pourquoi. ^^

      Cependant j’admets qu’un doute m’étreint quant à la légende qui voudrait que certains se muent en légumes…. mais je vais faire confiance à la culture de notre maître conférencier. u_u

  13. Odieux, vous êtes génial. Vous le saviez déjà, certes, mais ne me dites pas que votre ego surdimensionné n’est pas flatté par tous ces commentaires élogieux : un Odieux Connard ne saurait être modeste, n’est-ce pas ?

    J’aime beaucoup cet article et surtout cette phrase : « De par son incapacité totale à pouvoir justifier de son identité, le vampire est donc tellement faible qu’il est le seul être à craindre la police municipale. C’est dire s’il est tout pourri. »

    Personnellement, ce qui m’étonne, c’est que les vampires soient considérés comme de grands séducteurs alors qu’en théorie, puisqu’ils sont morts, leur cœur ne devrait plus battre et qu’en conséquence, l’absence de circulation sanguine devrait limiter sérieusement leurs capacités, au moins pour ces messieurs (et là, c’est ballot pour Jean-Jean, qui risque bien de se trouver puceau pour l’éternité).

    Un autre détail, cher Odieux : le vampire ne peut rentrer dans un bâtiment que s’il y est invité. Mais qui va inviter Jean-Jean au milieu de la nuit ? Il est mal, le pauvre…

    • Il ne faut pas confondre séduction et copulation. Et après on dit que ce sont les hommes qui ne pensent qu’au sexe.

      • Je crois qu’il n’y a qu’un homme pour regretter éternellement que le phallus soit un corps caverneux et non un os. Les femmes ont appris à leurs amants bien des techniques pour pallier à une éventuelle « faiblesse ».

        D’ailleurs, il n’y a qu’une raison pour que les vampires saignent à blanc toutes les jeunes filles qui passent à leur portée : la frustration éternelle qui les rend à jamais incapables d’assouvir leurs pulsions sexuelles. Edward devrait y réfléchir : un loup-garou, au moins, ça peut encore satisfaire ses pulsions sexuelles ET celles de sa copine en même temps.

    • Le cas de l’irrigation du corps caverneux a déjà été traité céans : nous parlons de créatures immortelles dont les muscles résistent à la putréfaction et restent en état de marche bien qu’il ne soit plus alimentés ni en oxygène ni en glucose, qui parle sans respirer et reflètent les ondes lumineuses (puisqu’elles peuvent-être vues) sauf vers les miroirs et parlent malgré l’arrêt de leur système respiratoire ; qu’est-ce alors qu’une érection de plus ou de moins.

      • « qu’est-ce alors qu’une érection de plus ou de moins »… genre de phrases à ne pas sortir à une copine frustrée.

  14. Bon, on a bien le même point de vue sur la question : le coup du soleil, c’est quand même bien bien bloquant. Et la date de naissance aussi. Je suis rassuré de ne pas être le seul à penser ça. Par contre, je n’ai pas votre verbe : j’ai bien ri.

    • Le coup du soleil peut se résoudre si le vampire vit en Finlande ou au nord de la Suède. Bref, à part vampiriser des rennes … (et à condition de ne pas croiser Buffy)

      • Grosso modo : il doit changer d’hémisphère tous les 6 mois (le soleil de minuit, c’est pas la fête). Pas mal pour un mec qui n’a pas une thune. Quand on sait combien de temps on met pour passer d’un hémisphère à l’autre…

        ça me fait penser qu’à mon dernier voyage en avion, certains sièges étaient vides lorsqu’on soulevait les stores des hublots…

  15. Je dois avouer que j’ai appris des choses sur les vampires (par exemple dénouer tous les noeuds qu’ils voient), mais surtout j’ai bien rigolé.

  16. Très bon billet, comme souvent dès que ça parle de vampire dans le coin ;).
    Ceci dit, « les mecs vampirisés sur l’Ile de la Cité ont l’air bête pour l’éternité », hmmm… Impossible puisqu’aucun vampire n’a jamais pu y foutre les pieds puisqu’ils ne peuvent pas traverser les étendues d’eau :D.
    Et pour les noeuds et autres croyances un peu moins connues sur les vampires il y a un très bon épisode d’X-files, complétement décalé, sur les vampires qui reprend ce ressort comique du vampire obligé de délasser les chaussures de sa victime avant de la croquer, si je me rappelle bien il y est fait mention de l’addiction aux « graines » ou quelque choses dans le style pour les vampires. Autrement dit, il faut toujours avoir un sachet de cahuette sur soi pour pouvoir fuir en cas d’attaque vampire!

  17. Mouarf! A quand un billet sur les loups-garous?

    « vampirisé à 16 ans, c’est l’éternité avec des boutons sur la gueule, alors forcément »

    Dans la série « Moonlight », il y avait un épisode où justement un ado en pleine puberté s’était fait vampirisé au 19ème siècle. Et bien c’était pas glamour et on était loin du Cucullen (punaiz’ deux cent ans avec des boutons plein la gueule, et une libido de puceau, pas top-top d’être un vampire à cet âge là).

    « Il est toujours aussi méprisé par les filles, puisqu’un type boutonneux, tout pâle et maigrichon, ça s’appelle un nerd ou un geek, pas un vampire »

    C’est pas faux^^. Et puis pour être un beau vampire, il faudrait déjà être beau à la base. Le vampirisme n’embellit pas, et son intérêt est très limité s’il nous prive des petits plaisirs de la vie.

  18. Enfin!

    Ce n’est pas la première, ni la dernière fois, que les « vampires » télégéniques reçoivent quelques égratignures, quoique les vôtres soient des plus délicieuses.
    Ce n’est pas la première, ni la dernière fois, que la vue d’un Bescherelle nous réconforte après avoir lu quelques pages (lignes) sur Facebook.

    Mais, enfin! Une autre personne sur Terre qui s’insurge du caratère proprement révoltant des noms de salons de coifure à base d' »Hair » et d’apostrophes à tire-larigot! Cette remarque, c’est du miel au milieu d’un après-midi pluvieux!

    Je profite, cher Connard, de ce premier commentaire laissé sur votre blog pour vous féliciter de la qualité de vos articles et de leur rédaction, qui va croissant – je n’ai pu résister à la lecture complète des archives du blog.

    Merci!

  19. « Et à 3h du matin, autant vous dire que la chose à peu de succès. »

    Ne serait-ce pas plutôt un « a » ?

    Mais à part ça, excellent article… comme toujours.

  20. Ha, excellent article, j’ai beaucoup ri. Personnellement je n’ai jamais bien compris l’attirance que de jeunes (ou moins) esprits perturbés pouvaient éprouver envers une créature :

    – Qui craint la lumière/le soleil
    – Qui craint les crucifix, les croix, voire les additions (plutôt pratique pour se débarrasser d’un suceur de sang : croisez les doigts.)
    – Qui craint l’ail (et là ils ont l’air quand même un peu con, niveau créature surnaturelle)
    – Qui doit se nourrir de sang pour survivre
    – Et autres joyeusetés telles que la coprophagie et autres sérieuses névroses au niveau des lacets ou des graines.

    Quitte à devenir une créature surnaturelle, autant en choisir une qui ne craint pas 75% des éléments présents sur Terre.

  21. Le vampire, dans sa grande classe, craint l’ail parce que ça fait puer de la gueule. Mais alors pourquoi mange-t-il du caca ?!…

  22. ahlala ces vampires là ont mauvaise mine sous votre plume….et s’ils n’avaient de prédateur ils viennent de s’en découvrir un : le verbe ! enfin votre verve

  23. Ça faisait longtemps que je n’avais pas autant ri en pleine lecture.
    Sauf avec Gotlib, bien sûr.
    D’ailleurs le gag des lacets est tellement visuel que je ne peux m’empêcher de faire le rapprochement !
    Merci, ça fait du bien ^^

  24. Dans une catégorie plus discret que le déguisement spiderman il y a aussi le port de la burka. Malheureusement le gouvernement à prévu le coup!

  25. J’en déduis que Twilight vous a profondément choqué, enfin, je ne l’ai pas vu, je ne peut pas savoir a quel hauteur de médiocrité cette bouse cinématographique a placé la barre. Mais vu, le nombre d’articles que vous y avez consacré, ce film vous a laissé de sacrés sequelles intellectuelles.

  26. Bien résumé…
    Vampire c’est trop tout naze.
    C’est pour ça que les vampires détestent les loups-garous, par jalousie.
    Franchement qui voudrait être un vampire tout naze alors qu’on peut être un loup-garou trop cool, avec vie sociale et corps hyper bodybuildé ?

    • Nan mais t’as rien compris hein (je vous passe le language sms, je ne sais pas l’écrire), les vampires y sont trop raffinés ! Tandis que les loups-garous ont une haleine de vieille charogne et sont infestés de puces !

      Mille merci Odieux Connard car j’ai bien ri devant ce nouvel article.

      • En même temps, pour ce qui est de l’haleine de chacal… un mort-vivant moultement séculaire, ça doit dégager sec!

  27. Ce que j’aime dans les vampires c’est les morsures dans le cou … mais ça doit être mon coté SM.
    Sinon très bon article j’ai trop rigolé comme d’habitude.

  28. Cher odieux connard, je vous recommande, si ce n’est déjà fait, la vision du documentaire de Laurent Courau « Vampyres » qui montre qu’on peut toujours faire pire dans le genre…

  29. Sans vouloir défendre les vampires (m’en fous, je ne suis pas une ado dingue de Edwaaaaaaaaaaaard!!!!)…
    Ceux qui veulent vraiment peuvent toujours devenir vampires et aller s’installer en Bretagne, question ensoleillement, on n’est pas loin de la Suède (mais c’est sûr, c’est beaucoup moins glamour que Holiwoude ou Paris).

  30. Heureusement que les vampires ne sont pas tous aussi minables que ceux de l’univers de Twillight.

    Pour les rôlistes, dans Vampire : La Mascarade, c’est quand même autre chose niveau bourrinitude des capacités vampiriques: et va y que tu es obligé d’obéir à tous mes ordres / que je porte un 33 tonnes avec une seule main / que je fais bouillir ton sang dans tes veines…

    De plus, le pénible problème du soleil est en partie résolu par la possibilité d’avoir des humains dévoués corps et âme à son service si tu les nourris de ton sang sans les buter.

    L’existence d’un bon réseau de vampires plus ou moins solidaires fait que les jeunes vampires ne sont pas totalement largués (bien qu’ils soient des pions pour les plus vieux).

    Mais bon, c’est un univers un peu plus (voir trop) étoffé pour être aussi vendeur qu’un Twillight et ses vampires romantiques jouant au baseball et brillant dans la nuit…

  31. Oh cher et tendre Odieux Connard, je me dois de vous le dire après avoir lut l’entièreté de votre article ci-dessus : je vous aime !

    Puis-je placarder cet article un peu partout dans la ville que j’habite afin de sauver notre société en perdition ?

  32. Passionnée par tout ce qui touche au fantastique, je dois dire que Tweelight est, autant littérairement que cinématographiquement une purge éhonté qui a eu tendance à enfoncer le mythe vampirique dans des abîmes rarement atteinte…..

    Aussi, avant cette récupération honteuse souvenons plutôt du monstre (oui, oui !!) totale qui fut autrefois incarné par Bela Lugosi, Max Schreck et l’inoubliable Christopher Lee…. Ainsi votre article ne m’apparaît pas si drôle que cela, participant du même type de ré interprétation (sous un angle ridicule)auquel manque à l’appelle de nombreuses modifications dudit mythe.

    De « La Morte Amoureuse » de Théophile Gautier en passant par Stocker ou même le manga Hellsing, de nombreuses variation font du vampire le corrupteur suprême (ou le violeur, c’est selon qu’il soit féminin (Carmilla) ou Masculin (Dracula pour ne citer que les plus remarquables….)) doté de faiblesses mais aussi de pouvoir assez hallucinant (régénération express/vol/transformation/télékinésie/hypnotisme etc….)

    Cependant ce personnage n’a jamais cessé d’être autre chose qu’un simulacre d’humain, jusqu’à récemment. Il est d’ailleurs intéressant de noter que Dracula est un noble qui saigne les gens du bas-peuple (dont un clerc de notaire) et que, plus généralement, la littérature les a souvent cantonné dans des rôles de puissants. En parlant d’inhumanité, on se réfère souvent au vampire comme en employant le « it » en anglais, ou la « ça » en français, « la chose », « l’ombre » etc…. A mi-chemin entre le fantôme et le pur monstre, le vampire est une figure mythique complexe qui ne cesse de revenir dans la fiction (plus que le loup-garou d’ailleurs, celui-ci s’accommodant assez mal du contexte citadin vu ses origines moyenâgeuses)

    Ainsi donc la victime d’un vampire subit-elle une sorte de mesmérisme qui la transporte dans un état second jusqu’à sa consomption totale (personnalité anéantie, lobotomie et enfin mort cérébrale) se traduisant par un retour sous la forme souvent peu enviable d’une goule (les fameux nécrophages/coprophage cités plus haut….)laquelle est un auxiliaire efficace du vampire (sans compter les psychotiques que le vampire peut facilement contrôler – Le cas Rendfield)

    Parmi les faiblesses certaines ne sont pas systématiques et dépendent beaucoup des versions.

    – La lumière du jour les affaiblis mais ne les tues pas (comment tuer ce qui est déjà mort ?) (Dracula)

    – Très discuter mais les croix et autres symboles religieux dépendraient de la croyance de la personne et du vampire (Dans Salem de S.King) On peut supposer aussi qu’un vampire chinois, musulman ou athée n’aurait rien à carrer d’une croix et la rentrerait profond dans l’anus du guignol de service qui se baladerait avec…..

    – Très peu connus mais les vampires sont camés au sang. Sans cet apport ils pourrissent sur place, ressemblant alors plus à des zombies qu’à des vampires (Let the Right One In de John Avjide Lindqvist)

    – L’argent (symbole de pureté, son efficacité serait à rapprocher des explications religieuses ce qui tend à dire que cela marche de manière aléatoire) est un classique ainsi que l’ail, lequel trouve une excellente explication dans Je suis une Légende de Richard Matheson.

    – En parlant des problèmes d’acnés…. Je pense que cela n’apparaît pas dans la plupart des versions car les vampires ont naturellement des comportements et des capacités de caméléons, renvoyant à leurs victimes une image de leurs propres fantasmes (quand bien-même ceux-ci pourrissent sur pieds. La proie du vampire est victime de ses propres fantasmes pourrait-on avancer.) C’est néanmoins une disposition dangereuse qui peut amener le vampire à se modeler lui-même en fonction de sa victime. Ainsi dans Let the Right One In, Eli, vampire de 12 ans d’apparence, perd son serviteur devenu trop vieux et maladroit dans la sélection des proies. Elle va alors entamer une opération de séduction sur Oscar, retrouvant du même coup des comportements et des pensées d’une enfant de son âge….

    Tout ceci, pour conclure sur le fait que depuis qu’Anne Rice a fait des vampires des fiottes gothiques, le mythe se porte très mal que je suis personnellement pour une réhabilitation du mythe dans sa forme la plus pur, c’est à dire celle qui fait du vampire une pourriture ultime, un parasite qui n’a d’autre but dans l’existence que de vous laissez à l’état de momie dans un caniveau sans lune. A ce propos, vous ne trouvez pas que les vampires peuvent bien s’entendre avec les traders ??

    Bonne bourre à tous….

    • Un peu comme dans 30jours de nuit… que j’ai beaucoup aimé. Les vampires sont des monstres sans pitié qui saignent femmes, vieux et enfants…

    • « mythe dans sa forme la plus pur, c’est à dire celle qui fait du vampire une pourriture ultime, un parasite qui n’a d’autre but dans l’existence que de vous laissez à l’état de momie dans un caniveau sans lune »
      je suis pas persuadé que tous les mythes aillent en ce sens …
      quant à « fiottes gothiques » on doit pas avoir lu les mêmes bouquins (même si dans mon cas ça fait un bail) … la Reine des Damnés, une fois réveillée (et après avoir joyeusement trucidé son mari) veut quand même être vénérée comme une déesse et massacre allégrement pas mal de gens pour le fun
      le mythe se porte mal depuis Twilight pas depuis Anne Rice (bon True Blood avait amorcé la descente il est vrai mais quand même) qui a quand même donné le fort sympathique Vampire, la Mascarade (où les vampires sont pas des fiottes (encore que les plus jeunes ptêt un peu) mais bon c’est pas le top non plus d’en être un à moins d’aimer être un pantin)

      par contre j’avoue qu’étant plus jeune (et donc bien avant Twilight et True Blood) je faisais partie des gens qui auraient voulu être un vampire … depuis j’ai réfléchi (et j’en étais arrivé grosso merdo plus ou moins (plutôt plus d’ailleurs) à la même conclusion que l’OC …

      en fait pour que être vampire soit cool il aurait fallu commencer dans un endroit plutôt propice (qui a dit Transylvanie?) et ya quelques siècles histoire d’avoir pu se cumuler moult richesses et serviteurs pour être peinard à notre époque (le pire étant un vampire aujourd’hui dans un trou perdu genre Knock-le-zout au fin fond de la campagne pasque là question activités nocturnes c’est un peu la zone surtout comparé à des grandes villes où on peut très bien vivre la nuit (mis à part administrativement))

  33. Beaucoup aimé. Je partage le même avis sur la mode « vampire ». Et j’apprécie de lire enfin quelque chose de bien écrit et d’intelligemment drôle…

  34. Le fait d’être un vampire de 16 ans pose encore plus de problème , puisque étant fuit par la gente féminine dû à ses poussées acnéiques ,le pauvre devra se satisfaire tout seul. (Surtout à cet âge là , les hormones ça travaille)
    Mais le fait d’être vampire implique le fait d’être mort.Etant mort le jeune n’a donc ni pouls puisque le coeur ce fonctionne point.
    Sans battement de coeur et donc sans circulation du sang le jeune homme ne peut donc plus avoir d’érection et donc ne peut plus se palucher afin d’étancher sa soif de désir sexuels (ainsi que ses hypothétiques futurs conquête vampiriques).

  35. Je ne savais pas qu’il était possible de « mochiser » des acteurs à ce point avant de voir ce film. Et déjà que certain(e)s ne sont pas gâtés à la base, avec les lentilles jaunes et la poudre de riz qui fait ressortir la barbe mal rasée de ces messieurs « vampirisés » (et complètement ratés, on peut bien le dire), ça ne va pas en s’arrangeant !
    Sinon, il y a une pure parodie d’une heure et quart résumant un peu tous les épisodes déjà parus en film de Twilight, c’est : « Vampires Suck ».
    Une tuerie ;)

  36. Le problème des vampires à midinettes, je me suis déjà exprimée sur « ace de bouc »à ce propos, d’ailleurs, c’est que depuis Twilight, chaque fois qu’n bouquin de vampire sort, et 90 % de la production actuelle de fantasy/fantastique en matière de « littérature (ça me fait mal d’employer ce mot)concerne les vampires, il reprends plus ou moins la trame de départ de Twilight. C’est à dire une ado mélancolique mais sommes toute banale qui fait succomber un fascinant (mais gentil !) vampire.

    C’est lassant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s