Enfoiré mais pas trop non plus

La foule est bruyante, la cave enfumée, les esprits s’échauffent ; devant l’estrade mal éclairée, la petite foule commence à s’impatienter. La fatigue, la colère et la température ambiante n’aident en rien à maintenir un semblant de calme, et c’est un véritable soulagement pour le peuple bigaré qui grogne dans la simili-obscurité de l’étroit souterrain quand sous les vieilles arcades pierrées du lieu parait leur héros.

Entouré de sa sécurité qui écarte à grands coups de coudes les fanatiques qui voudraient toucher leur idole, l’homme fait quelques apparitions furtives ; il est plutôt grand, sec, les traits tirés masqués par d’imposantes lunettes de soleil. Son blouson en cuir et son béret militaire seraient déjà en soi d’excellents indicateurs de ses pulsions trotskystes, mais il tient à agrémenter le tout d’un holster à son ceinturon contenant un vieux pistolet makarov siglé d’une étoile rouge qui serait bien incapable de tirer la moindre balle, tant son plus grand ennemi, la rouille, l’a vaincu il y a longtemps. Sa tenue ne contraste que peu avec celle de son auditoire, où s’entrecroisent vestes militaires de l’ex-RDA, casquettes « Cuba libre » et rangers en pagaille.

L’homme finit par atteindre péniblement l’estrade tant la foule est compacte et écarte quelques restes de décors de théâtres qui l’encombrent d’un revers du pied. Il redresse l’un des drapeaux rouge et noir placé à ses côtés et d’un coup de botte usée, fait bondir vers lui une vieille caisse à savon sur laquelle il se dresse pour se donner encore un peu plus de grandeur et se campe fièrement sur ses jambes. Il balaie les plafonds du regard derrière ses verres teintés et entraperçoit une mousse jaunâtre au travers de la fumée qui ne parvient plus à s’évacuer par les rares interstices qui enverront ce nuage nauséabond s’unir au smog parisien. Son poing bondit vers le ciel aussi brutalement qu’il entame son discours.

La révolution, c'est chic

« Mes camarades !« 

Une clameur retentit parmi les présents, une réponse gutturale accompagnée de poings levés.

« Mes camarades ! En arrivant ici, un homme m’a demandé si nous étions bien dans la Ville-Lumière… que lui ai-je répondu ?« 

Un cri dans le fond de la salle, un cri qui sent l’abus de tabac et la mauvaise bière : « C’est faux !« 

« C’est faux ! » reprend la petite foule. La foule ? Vu d’ici, se dit l’orateur, cette foule est plutôt un obscur groupuscule… mais il est le nécessaire détonateur de la révolution sociale. Il reprend.

« C’est faux mes amis ! C’est faux ! Voyez ces sans-abris ; sont-ce là les citoyens de la Ville-Lumière ?« 

« Non !« 

« Et ces gens qui meurent de faim ? Sont-ce là les enfants des communards, morts pour la liberté ?« 

« Non ! » Le cri s’amplifie encore et encore, résonne sous les arcades, semble plus poussé à chaque instant.

« Il est grand temps que cela cesse !« 

« Oui ! » , « Très bien !  » « J’approuve !« , ce n’est plus un chœur, c’est une cacophonie d’approbations qui s’élève. Pourtant, on entend distinctement une petite voix dire « On fait quoi alors ?« 

Lénine en 1906, cherchant des idées de révolution dans "Le Figaro"

Le silence tombe brutalement sur la salle, comme une chape de plomb. Les corps serrés parviennent à s’écarter suffisamment pour qu’apparaisse l’auteur de cette interrogation, un petit bonhomme aux cheveux mal coiffés et aux grands yeux plein d’interrogations, vêtu sobrement à l’exception d’une veste couverte d’écussons appelant au renversement de l’ordre établi. Timidement, il ajoute « La révolution ?« 

L’orateur abaisse ses lunettes d’un mouvement sec, laissant paraître deux fentes sombres rappelant les plus grandes heures du western spaghetti.

« Bin non, pas la révolution. Comme tu y vas.
– Ha ? Mais je croyais que… enfin… vu votre nom, je pensais que…
– Tu pensais que quoi ?
– Que… je sais pas… que vous alliez pendre le dernier évêque avec les tendons du dernier trader ?
– Ha non, non, houla, misère non, qu’est-ce que c’est que toute cette violence ? Non mais attends, c’est pas possible ça.
– Je veux bien, mais alors vous vous y prenez comment pour lutter contre la faim et aider les SDF ? »
0

Un murmure se fait entendre ; la question semble en avoir soulevé bien d’autres, et le maître des lieux a tôt fait d’un mouvement de la main de faire revenir le silence nécessaire à sa légitime expression.

« Un seul combat à la fois. On va commencer par ordre alphabétique…heu… la faim, ça doit venir avant les SDF. Allez, on lutte contre la faim. »
0

Dans la salle, on opine du chef en rythme pour signaler l’approbation. Le petit personnage décide qu’il peut reprendre la parole.

« Bon, mais alors comment ? On va piller des entrepôts et redistribuer le tout aux pauvres ?
– Non mais dis donc malheureux ! Et si on se fait attraper ? Tu imagines, ton casier judiciaire sali ? Après, pour passer les concours de la fonction publique, bonjour !
– C’est à dire que je ne suis pas intéressé par la fonction publ…
– Non, on va faire un truc légal.
– Acheter de la nourriture pour tout le monde ?
– Ha non, attends, j’y tiens à ma thune. J’ai une piscine à installer dans ma villa, alors t’es gentil toi. Non, on va plutôt faire un truc révolutionnaire : on va faire une chanson. »
0

Là encore, l’assistance semble d’accord avec cette décision.

"Je peux pas faire la révolution aujourd'hui, j'ai piscine"

« Vous avez quelqu’un pour l’écrire ? » – reprend le jeune homme à la coiffure inexistante ; sitôt a t il fini sa phrase que des rires éclatent partout dans la salle.

« Pour l’écrire ? Mais on a que ça ! Nous sommes ici quantité de saltimbanques d’expérience !
– Ha, bin c’est bien alors, faut se mettre au travail.
– Je… attends, nan mais ho ? Tu crois vraiment qu’on va perdre de notre temps pour aider des prolos qui bougent pas assez leur cul pour se payer de quoi bouffer ? Non, on va plutôt acheter les droits d’une chanson qui existe déjà, on refait les paroles sur un coin de table, et zou. On se remboursera avec les ventes de CDs.
– Je vous avoue que je suis déstab…
– Ho, Mimie ! T’as quoi dans ton Ipod qui tourne là ? »
0

Dans un coin de la salle, une naine à mèches blondes fumant un barreau de chaise coiffée d’une réplique de bachi soviétique saisit dans l’une des poches de son trois quart en cuir un petit appareil rose bonbon décoré d’un petit angelot moche. Elle n’extrait son titanesque cigare que le temps de dire « I was made for loving you« , puis marmonne « Kiss » avant de recommencer à mâchonner son monstrueux import cubain. Sur scène, l’homme reprend le fil de son discours.

« Emballé c’est pesé, il n’y a plus qu’à réécrire les paroles sur… tiens, sur ce drapeau. Allez zou, je vous écoute. On commence par quoi ?« 

Un bourdonnement grave se fait entendre, tant chacun marmonne une sorte de « Hmmm » mimant la concentration dans la cave enfumée. Le petit bonhomme propose en premier.

« On pourrait commencer par dire que l’on veut renverser l’ordre établi ?
– Ha oui, c’est bien ça !
– En disant par exemple que les choix du gouvernement actuel sont en partie responsables de la dégradation de la protection sociale qui…
– Hopopop. On va pas prendre de position, attends. On peut pas critiquer des gens, ça pourrait les fâcher, et on a des concerts à assurer. Non, on va faire plus neutre. Genre un truc qui dit qu’on voudrait bien changer le monde, hein, mais qu’on va pas le faire parce que c’est trop extrême. Ca y est, ça vient, je sais… alors… »
0
Ce soir
On voudrait bien changer le monde
Changer le cours des chances
Et des peines perdues
0

« Ouais, c’est pas mal. Attends, je sens qu’on a un truc, tiens, le conditionnel c’est sympa en fait, on va continuer un peu.« 

0

Ce soir
On voudrait pouvoir répondre
A qui souffre en silence
Qu’on les a entendus
0

« Pourquoi on dit pas qu’on les a entendu, sans conditionnel avant ?
– Parce que sinon les gens pourraient nous prendre au sérieux et nous demander des comptes. On a dit qu’on ne se mouillait pas. Hooo, je crois qu’il est temps de caser le refrain, on a bien travaillé déjà. Quel thème original pourrait-on y aborder…
– La crise ? La guerre ? Le suicide ? La vision du monde de Descartes ? Les grottes de Lascau ?
– Hmmm… Non, l’amour tiens. Oui, c’est original, ça l’amour.
– Oui, c’est pas comme si 97% des chansons l’avaient pour thème.
– Tu vois quand tu veux que tu peux y mettre de la bonne volonté ! Allez, refrain. Rah, soyons fous, on garde le conditionnel ! »

L’opération « Allez plutôt faire chier les martiens avec vos reprises » en 2009 fut hélas un échec
0

Si l’on s’aimait, si l’on s’aimait, mais
Faudrait plus tourner les yeux
Si l’on s’aidait, si l’on s’aidait, mais
C’est pas ce qu’on fait de mieux
0
« La dernière phrase, c’est pour dire que bon, les gens ils pourraient s’aimer plus quand même. On est des rebelles, faut pas l’oublier. Bon… Qu’est-ce qu’on pourrait mettre derrière…
– N’importe quoi ?
– Ha oui, c’est vrai que ça marche pas mal. Ya qu’à voir Luke, ils étaient doués comme groupe pour ça. V’la les paroles, tiens. Bon, on va les pomper un peu et mettre du n’importe quoi, mais gnangnan »
0
L’espoir
C’est de s’aider mais sans céder
Aux veules tentations
De nos bonnes consciences
0

L’espoir
C’est de s’aimer, surtout semer
Ce qui résiste au poison
Des indifférences
0

« Ha, putain, on est en forme ! Qu’est-ce qu’on fait maintenant ?
– Je sais pas.
– Bin on balance le refrain alors. »
0
Si l’on s’aimait, si l’on s’aimait, mais
Faudrait plus tourner les yeux
Si l’on s’aidait, si l’on s’aidait, mais
C’est pas ce qu’on fait de mieux
0

Si l’on s’aimait, si l’on s’aimait, mais
Faudrait plus tourner le yeux
Si l’on s’aidait, si l’on s’aidait, mais
C’est pas ce qu’on fait de mieux
0
« J’crois qu’on est bons ! Qu’est-ce qu’on a oublié ?
– Rien. C’est à chier.
– Rah, tu redeviens négatif ! En plus tu dis des bêtises : on a oublié de parler de nous. Faut bien qu’on rappelle qui on est et notre engagement de malade qu’on est trop gentils. Allez, zou. »
0
« En » comme entraide, comme en avant aussi
« Foi » dans un autre avenir
« Rés » comme Restos, comme réagis
Enfoirés pour vous servir
0
« Et comment on boucle maintenant qu’on a tout mis ?
– En mettant du rien ?
– Tu as tout à fait raison : allez refrain. »
0
Si l’on s’aimait, si l’on s’aimait, mais
Faudrait plus tourner les yeux
Si l’on s’aidait, si l’on s’aidait, mais
C’est pas ce qu’on fait de mieux
0
Si l’on s’aimait
Si l’on s’aidait
Oh si l’on s’aimait
Oh si l’on s’aidait
Si l’on s’aimait
0

Voilà. Si quelqu’un a une autre explication sur comment des gens soit disant « Enfoirés » et engagés ne prennent même pas le temps de faire eux-même une chanson et se contentent d’en racheter une pour la bourrer de paroles niaises  sur l’amour où l’on évite soigneusement le moindre propos dénonçant quoi que ce soit, qu’il m’explique .

Au passage, pour les artistes au « Grand Coeur » dixit le site officiel, parmi lesquels Johnny Halliday et Michel Sardou, je rappelle que ce n’est pas en soutenant Nicolas Sarkozy et en plaçant sa thune en Suisse que l’on lutte contre la pauvreté.

Merci.

57 réponses à “Enfoiré mais pas trop non plus

  1. De toute façon, si les pauvres sont dans la merde, c’est parce que leurs péchés commis dans une vie antérieur leur ont pourri le karma. Bien fait pour leur gueule.

    Typhon

  2. A quand l’explication de la création (?) de la chanson (? – bis) pour Haïti ?

    Nan parce que les Enfoirés j’ai l’habitude, je ne fais même plus attention, mais le machin pour Haïti, ça m’a pris en traitre !

      • Oui il y en a eu une, que vous pouvez visionner ici :

        Bon, moi j’ai coupé le son au bout de 30 secondes, rien que le clip est ultra-caricatural.
        Et puis j’ai lu la critique de Koz pour avoir les paroles quand même.

      • Et puis Haïti, franchement, le pays le plus pauvre du monde depuis plus d’un siècle, ravagé par la pauvreté (« 80% des haïtiens vivaient sous le seuil de pauvreté avant le séisme et 54% de la pouplation dans la pauvreté la plus totale » – Wikipedia) et des guerres intestines et massacres divers, et jusqu’à ce séisme si photogénique tout s’en tapait royalement !
        La bonne conscience vient otujours a point nommé :-))

      • Haïti est redevenu le pays le plus pauvre du monde ? Rappelons qu’une compétition serrée l’oppose à la Sierra Leone pour l’obtention de ce titre envié.

        Typhon

  3. L’autre jour avec le camarade qui partage ma komunalka nous nous disions que nous serions presque heureux de payer plus d’impôts pour qu’ils arrêtent de nous torturer tous les six mois avec leurs chansons et leurs concerts de merde. Finalement, c’est peut-être ça leur but.

  4. Moi je comprends pas pourquoi ils se sont pris la tête avec les paroles, ni pourquoi ils n’ont pas tout simplement repris le désormais fameux (et néanmoins poilant)lip dub de l’UMP : « Tout ceux qui veulent changer le monde ». Ca n’aurait pas contrarié les opinions politiques de la plupart de nos révolutionnaires à paillettes et ça aurait eu le mérite d’être clair.

  5. Non seulement je ne pense pas qu’il y ait une autre explication, mais je crois qu’il n’y a même pas le gars qui parle de révolution et qui dit que c’est à chier.
    Et oui il y a eu des chansons pour Haïti, pas qu’une, je crois… Toutes les pseudo-stars se sont exprimées pour Haïti, et les stars sont allées sur place, Angelina pour faire ses courses, John Travolta pour distribuer des tracts…

    • Tout à fait, ils ont même déterré Michael Jackson pour leur remake de « We Are The World ». Étonnant qu’ils n’aient pas repris « Pour toi Arménie » en changeant seulement le nom du pays, tiens.

      • Les catastrophes, c’est vendeur. Ces chansons sont elles alors aussi des catastrophes ? Hmmm…

  6. Moi, j’ai quand même du mal à comprendre.

    Certes, c’est niais, ils auraient pu trouver mieux, toussa toussa.

    Certes, ils ont rien d’autre à foutre que d’écrire une chanson originale pour les Enfoirés, plutôt que d’en repomper une.

    D’accord, certains mettent leur argent en sécurité à l’étranger, pour pas le perdre.

    Mais bon, les Restos du Coeur, vous admettez quand même un tout petit peu leur utilité, ou bien pour vous c’est un truc totalement inutile ?

    Parce que bon, les Enfoirés ramènent quelques euros à cette association qui permet par la suite de nourrir quelques personnes. D’accord, il y a sans doute des abus, peut-être que les chanteurs sont dans un 5 étoiles, toussa toussa. Mais au moins, ils servent un minimum à quelquechose.

    Si ça ne plait pas, n’écoutons pas, voilà tout. Je comprends pas ce dénigrement systématique. En général, et c’est valable pour les pubs aussi, c’est pour l’association et pour se faire sa pub, qu’on fait ce genre de chose. Après, si Johnny chante, qu’il ramène de la thune aux Enfoirés, pourquoi vouloir encore la ramener sur le fait qu’il ne vive pas en France ?

    Juste une petite question, comme ça : ce serait mieux qu’ils ne soient pas là, les Enfoirés et les Restos du Coeur ?

    • Ben déjà, se plaindre de dénigrement systématique sur le blog de l’Odieux Connard, c’est légèrement incongru. On t’a mal orienté hein, le blog de Bibulette la gentillette c’est pas ici.

      Ensuite, les personnes incriminées squattent l’antenne de tout les medias pour faire leur publicité et se donner une image sympathique malgré toutes leurs turpitudes, et se permettent de faire la morale à qui a le malheur de les voir surgir sur un bout d’écrand.

      Typhon

      • De ce que j’ai pu lire de l’odieux connard, il est un connard, mais sait quand même reconnaître les choses relativement utiles. Là, non.

        Je tape dessus, et puis c’est tout.

        C’est juste cela que je trouve dommage.

        Pour ce qui est du squattage, Danone, Adidas et autres le font tout le temps, vous le regardez ? Moi, perso, je zappe :)

      • Non, je ne regarde jamais les publicité. Que ce soient celles qui se présentent explicitement comme telle, où celle que pratiquent les personnes dont je parlais.

        Ça ne m’empêche pas de penser que c’est un gâchis d’argent, de temps, et d’espace, qui sont les trois choses dont on manque le plus en ce bas monde.

        Typhon

      • Si les restos du coeur et les Enfoirés n’étaient plus là, ce serait très bon signe.

        C’est d’ailleurs ce qu’ils répètent sans cesse lorsqu’ils ne chantent pas, et je leur donne raison. Mes tympans aussi.

    • Visiblement mon Odieux Connard préféré a chopé les trolls à Laurel depuis qu’elle l’a mis en lien.

      C’était un risque.

    • Je suis totalement pour l’action des restos du coeurs, mais ça n’excuse pas le fait que des chanteurs, dont certains sont compétents, pondent des merdes pareilles.

  7. Peut être que les amis de Sarko parmi les enfoirés pourraient lui glisser à l’oreille de faire 20% de logement social dans les haut de seine et notamment Neuilly.
    Peut être que certains enfoirés pourraient s’acquitter de leurs impôts, ce serait vachement citoyen, ça pour le coup. (mais certes, ça fait moins de pub, c’est con).
    En tout cas, vive la connerie éclairée!
    Ptain, mimi m’a piqué mon havane, bordel!

  8. Merci, mille fois merci ! Je travaille en atelier avec la radio en bruit de fond et depuis 15 jours que cette « chanson » tourne en boucle, je maudis les enfoirés qui ont osé commettre cette merde.
    Soit dit en passant, j’ai decouvert votre page hier, je n’ai pas tout lu mais j’aime beaucoup votre style, pour une fois qu’on peut lire quelqu’un qui exprime sa « connardité » sans utiliser le langage SMS, il faut en profiter.

    Merci et bravo.

  9. une dame demande plus haut si ce serait mieux « sans ». Je crois pas que Monsieur Connard ait contesté l’utilité des Restos et/ou l’implication d’artistes pour défendre cette association. Disons… dans l’absolu.
    En revanche, qu’on se foute de la gueule du monde, ça, c’est contestable et du coup, contesté :)
    Bon, perso, j’ai pas la TV et j’écoute jamais la radio donc, j’avais pas encore eu le plaisir de découvrir les paroles. Merci Connard ! :D
    Et pis ça fait un bail que j’ai pas écouté les spectacles des Enfoirés. Je me souviens du premier, c’était classe. Je me souviens de quelques autres… pour mes oreilles de musiciennes et mon coeur de poète, ça fait mal et même, ça fait chier.
    En dehors du fait de défendre les efforts d’une association, un artiste se doit de défendre les intérêts de la Culture et de sa passion, la musique voire l’écriture. Et là… c’est loupé.

  10. Soit dit en passant, j’ai pas vu/entendu la chanson des Enfoirés, mais j’ai regardé le clip du nouveau « We are the World ». Bah les ricains… c’est aussi des enfoirés ! Quel massacre… Ils ont même fait chanter un Michael mort ! Quelle ironie malsaine. C’est beau d’aider son prochain :)

  11. « aujourd’hui, on a plus le droit ni d’avoir faim ni d’avoir froid… »

    Putain, nos droits les plus élémentaires nous sont volés. C’est à peine tolérable.

    Bientôt on aura plus le droit de faire caca.

    « et demain, on aura plus le droit, d’aller aux chiottes pour faire caca. »

  12. j’oserais bien le traditionnel « J’adore ce que vous faites », mais ce serait de mauvais goût =3

    Nan je vais me contenter de dire que j’admire votre verve (j’en entends qui ricanent au fond è_é) et vous demander si vous connaissez le « CLDP »?

  13. J’ai hâte de voir ce concept repris dans un reality show hollandais : Entube Story… (mince, c’est un jeu de mot digne de Karl Zero, j’ai honte).

  14. C’est de mauvais goût « J’adore ce que vous faîtes »?

    Bon, ça va, moi j’adore c’que TU fais, c’pas pareil :)

  15. On me souffle dans l’oreillette que Mimie Mathy ne porterait pas un trois-quart, mais plutôt un deux-dixième, qui conviendrait mieux à sa taille.

  16. Finalement les enfoirés ont bien mérité leur nom (et devraient peut-être même penser à se rebaptiser les Enculés)

    Dommage que leur attitude rejaillisse sur les bénévoles de Resto qui eux ne sont souvent séparés de leurs bénéficiaires que par l’épaisseur d’une porte de HLM…

  17. *clap clap clap*

    Si j’etait une femme, je tomberai amoureuse de cet odieux connard…

    Si j’etait une femme, il tournerai pédé remarque :p

  18. Une fois de plus, c’est honteux!
    Comment osez-vous salir ainsi la dignité de ces braves gens qui (pour une fois) ont fourni un réel effort de créativité en ne pompant que la musique? (et ils aiment ça, pomper, demandez donc à Rachida)
    Non, vraiment, comment peut-on vouloir que ces restos n’existent pas, eux qui s’impliquent tellement dans l’économie de ce pays, dans le marché de l’offre et de la demande, allant jusqu’à hautement s’insurger contre la prolifération des épiceries solidaires, ces vils terroristes du caddie, « qui [leur] font perdre des clients » (comme quoi, à Maubeuge, on sait s’amuser).
    A quand l’ouverture des Restos du Cul?

  19. Une idée m’est venue concernant un des spectacles des Enfoirés : Le train des Enfoirés.

    Cela concernait la Pologne, une histoire de camps, de wagon à bestiaux, etc.

    Mais on aurait vite atteint le point Godwin.

  20. moi qui me disais « une fois de plus,ce cher odieux a une sacré imagination,méme si’il va un peu loin,on a pas encore atteint un tel niveau de ridicule »

    et la je me suis rendu compte qu’il n’a rien inventé……quel tristesse,un tel ridicule

  21. Alàlà…c’est scandaleux.
    C’est un peu comme le foot, au départ c’est pas mal, c’est un jeu autour duquel plusieurs peuples peuvent se réunir, mais ça devient vite du buisness, avec des jolis chèques avec plein de zéro dessus alors que d’autres meurt car il n’ont pas accès à une eau saine ou n’ont pas de quoi manger…

    Chose plus grave, c’est plein de mauvaise foi ici. Ces… »artistes » se moquent de nous ; ils font rien (je ne les ait jamais vu au distribution de nourriture…) et nous font culpabiliser. Je suis par nature et conviction assez généreux, alors que j’ai pas grand chose. Eux qui ont des millions ne semblent pas vraiment se saigner à blanc pour cette association, et c’est pareil pour tout les autres assos’ qui ont des stars comme ambassadeurs (déjà ça donne un aperçu du niveau…).

    Je terminerais sur le fait que vous avez très bien soulevez ce problème, et que plusieurs enfoirés devraient aller sur ce blog.

    Votre dévoué,
    SolarFury

  22. Jamais je n’aurais dû retourner dans les archives et lire ce billet… après j’ai voulu écouter la chanson… recherche sur youtube… mes oreilles et mes yeux saignent…
    Mais bordel qu’est-ce qu’ils leur ont fait les pauvres pour qu’ils pondent un tel étron en leur honneur??

  23. « de toutes façons les pauvres c’est fait pour être très pauvres et les riches pour être très riches »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s