Street Bot

Le harcèlement de rue est d’actualité.

Suite à diverses aventures, voici que vient sur le tapis de notre fiévreux quotidien un phénomène curieux et pourtant répandu, à savoir les filles et femmes ayant à rencontrer sur leurs chemins des individus qui, à défaut de faire preuve de poésie, n’hésitent pas à audacieusement lancer quelques remarques aux passantes pour leur proposer, entre autres, de venir partager quelques instants de convivialité avec eux dans un style qui n’est pas sans rappeler la légèreté d’un Patrick Sébastien.  En effet, une jeune flamande a réalisé un film traitant de la question, montrant ce à quoi elle avait à faire lorsqu’elle se promenait dans la rue, où quantité de personnages fleurant bon le doctorat en physique nucléaire lui lançaient des propos que l’on pourrait audacieusement qualifier de « peu subtils » (ma maîtrise des euphémismes est sans limite).

Bon remarquez, après, c’est un peu le problème avec les flamands : dans leur langue barbare, même lorsqu’ils vous lancent un salut cordial, le son sortant de leur bouche ressemble à une menace sataniste, mais là n’est pas le sujet.

Non, le sujet est que du coup, un débat s’est créé, et même si Libération se demande encore pourquoi l’assemblée ne s’en est pas encore emparée (voyons voir, on parle bien de l’assemblée qui siffle les ministres en jupe ? Attention, gros travail de journalisme pour trouver la réponse), déjà, quantité de personnes échangent via divers réseaux, dont Twitter (certains appellent ça « un débat » mais là encore, en 140 caractères, c’est conceptuel), pour expliquer qu’il y a quand même des mâles avec de sales attitudes dans les rues, et qu’il serait bon de les calmer à grands coups d’amendes dans la gueule (en cachant par exemple un tout petit policier dans tous les sacs à main, allez savoir ; et encore, parce que vu le sac à main moyen d’une donzelle, le pauvre mourrait étouffé et on ne retrouverait jamais son corps).

La couronne britannique a déjà commencé ses expérimentations génétiques pour créer un Pocket Cop

Alors, Mesdames, Mesdemoiselles, ne jetez pas l’opprobre sur les mâles ; car nous n’avons rien à voir avec tout cela : le mâle est grand, fier et modeste avant tout. Lorsque le mâle se lève, tous les animaux de la forêt le saluent et le respectent, et même le soleil hésite à trop attarder ses rayons sur lui tant sa beauté l’aveugle ; le mâle n’est pas un malotru, et à l’approche d’une femelle, il se montre courtois et lui parle, la rassure, apprend à la connaître. Le mâle écoute en plissant les yeux, comme ça, en faisant « hmmm » et « ho » de temps à autres pour faire croire que vraiment, ça l’intéresse, alors que bon, hein ? Le mâle ne force rien et attend quelque peu que, naturellement, l’opportunité d’aller manger au restaurant se fasse, que des mains se frôlent, que des regards se croisent et que bientôt naisse l’étincelle tant attendue ; il ramènera alors la douce chez lui, lui dira quelques mots doux à l’oreille qui la feront rougir tendrement, puis ils iront tous deux trouver la chambrée pour que, l’espace d’une nuit, tout ne soit plus que caresses et volupté. Finalement, elle lui dira qu’elle l’aime alors que le vent d’été passant par la fenêtre ouverte sur le ciel nocturne rafraîchira leurs corps nus, et il réagira comme il se doit en l’étouffant avec l’oreiller avant de la coincer dans la benne à recyclables en bas du bâtiment parce que, hein, merde, ça va bien 5 minutes les conneries.

Non, Mesdemoiselles, non, Mesdames ! Nous vous en conjurons, ne nous confondez pas avec ces galopins traînant ici ou là et se contentant d’invectiver la passante, car nous n’avons rien à voir pour une simple et bonne raison :

Ce sont des bots.

Je m’explique : lancer des messages grossiers à tous les passants, en masse, et d’une manière qui laisse penser que personne ne serait assez stupide pour y céder, c’est là l’oeuvre non d’hommes mais bien de vulgaires robots : bien plus que du harcèlement, c’est ce qu’il convient d’appeler du « spam de rue » (respect, amitié, spam de rue comme le chantait Akhenaton). Et tout comme pour ces derniers, même si 999 personnes sur 1 000 envoient paître les malandrins, il y a forcément quelqu’un d’assez andouille pour céder, et donc encourager les larrons à poursuivre (et même à se reproduire pour ennuyer la prochaine génération de passantes). Et c’est bien là le vrai problème, car la fautive (et il y en a forcément une) permet d’encourager les bots à reprendre leur dur labeur en se disant que ça finit par marcher, leur truc.

On peut donc légitimement se poser la question : qui est cette personne ? S’enfonce-t-elle des tournevis dans les narines pour être suffisamment stupide pour céder aux sirènes des street bots (à ne pas confondre avec les Back Street Bots, un groupe de musique redondant) ? A t-elle seulement conscience d’être à peu près aussi éveillée qu’un pruneau ?

« Psssst ! Pssssst ! Hey, Mam’zelle ! Z’êtes bien jolie !
- Huhuhuhu uiiiiiiiiiiiiii merci, hihihi !
- Ça te dirait de me filer ton 06, qu’après on aille faire, tif, taf, tu vois ?
- Holala, uiiiiii, mon rêve ! Tiens beau prince, mon numéro est griffoné sur ce bulletin d’abonnement à Closer !
- Ah ? Heu… je… bon bin, ouesh, à plus ma gazelle. Mazette, quelle conne ! »

0

De là, et avec un peu de chance, la bougresse aura décroché une formidable soirée romantique avec coca-kebab en entrée et clic-clac couvert de pétales de roses en dessert, le tout sur fond de Booba. Shakespeare serait probablement mort de jalousie en lisant le récit de si parfaite soirée. A moins que ça n’inspire le prochain livre de Stephenie Meyer, bien sûr.

Mais que l’on se mette bien d’accord : il n’y a ici nul homme ni mâle dans cette conversation, simplement un être qui n’existe en fait même pas en tant que tel et profite de la faiblesse d’une créature suffisamment stupide pour damner l’ensemble de ses semblables moins idiots pour des générations. Paranoïaques comme vous l’êtes, lecteurs, je sais que vous vous êtes un jour demandés si vous n’étiez pas les seuls êtres conscients, et que finalement, les autres ne faisaient que peupler votre petite histoire. Et bien, ma foi, vous n’aviez pas tout à fait tort : les street bots sont exactement cela, à savoir de simples programmes – en jogging – dans la matrice, ce qui les rend incapables de faire preuve de la moindre initiative en dehors de leur programmation, qui les pousse, elle, à suivre un schéma prédéfini. Même dans leur apparence et attitude.

« Ca va Néo ? Bien ou bien ? Viens là, on va t’poucrave ! »

En effet : tout d’abord, il faut savoir que bien que basées sur des modèles d’humains bipèdes, les streets bots sont le plus souvent immobiles, mais généralement dans une position qui prouve qu’ils ne sont même pas foutus de s’adapter à leur environnement. Par exemple, lorsque le street bot est sur un banc, il n’est pas assis sur le banc (pourtant fait pour) mais sur le dossier, tant cela lui donne une stature plus grande et lui permet non seulement de dominer le reste de sa meute mais aussi de voir venir ses victimes potentielles de plus loin. Vestimentairement parlant, il peut y avoir de tout, mais on notera tout de même que généralement, l’absence de goût est visible de loin (la plus belle combinaison étant bien évidemment le jogging-chaussettes remontées-casquette-dans-le-mauvais-sens-parce-que-c’est-programmé-comme-ça qui est un peu au street bot ce que le smoking est à James Bond), même si l’on peut aussi généralement rajouter une certaine capacité à cracher par terre en boucle puisque, puisque nous avons affaire à des robots, il s’agit bien là de leur système de refroidissement à eau.

Amis de l’eau et de l’immobilité bien que relativement bruyant, il est donc souvent facile de confondre le street bot avec un phoque, même si, à la différence de ce dernier, personne ne vient tabasser le premier à coup de pioche – c’est bien dommage – pour lui voler ce qu’il porte – et là on comprend bien pourquoi.

Il en va de même avec leur vocable, qui, comme il se doit, n’est en fait composé que de bribes de phrases que leur programme va chercher dans un vieux fichier Excel pour assembler et spammer la gueuse égarée trop près de leur repaire. C’est assez simple.

D’abord, il y a l’accroche : basée sur les techniques les plus efficaces en milieu hostile, elle est constituée de bruits divers qui, en temps normal, serviraient à appeler Kiki le chien incontinent pour lui dire qu’il va faire sa promenade. Par exemple :

  • Psssst !
  • Ho, ho !
  • *sifflement*
  • Hey, hey !

Cela fait, il convient au bot d’essayer de mieux cibler sa victime en utilisant des termes qui signifient qu’il compte bien s’adresser à une damoiselle et non au tchétchène de 120 kilos qui se promène derrière. Ainsi, il peut ajouter :

  • Mam’zelle !
  • Toi !
  • La pute !
  • Salope !

Alors oui, c’est assez grossier mais il faut croire qu’en réalité, il ne s’agit pas tant de machisme robotisé qu’une forme de Tourette qui laisserait supposer qu’il s’agit là d’un virus se transmettant par l’échange de casquettes. De manière générale, la jeune fille ne se retourne pas, surtout lors de l’utilisation des deux dernières appellations (sauf bien sûr si elles sont équipées d’un UZI)

De là, une petite phrase romantique pour travailler le terrain et les choses sérieuses vont pouvoir commencer :

  • Hé, t’es bonne !
  • Vazy gazelle comment t’es mignonne
  • Ton père, il a volé toutes les étoiles du… heu… Novotel ? Et il les a …heu… mises… dans… ton cul ? C’est ça ?
  • Comment tu m’as allumé !

A noter que la dernière phrase reste symptomatique, puisqu’à en croire les bots, ils sont à peu près tout le temps allumé par tout et tout le monde, ce qui laisse supposer qu’ils sont atteints d’une forme étrange de satyriasis ou de priapisme qui fait qu’ils sont excités en permanence ou presque. Par exemple, si une fille porte une jupe, ça les allume, si une autre sort devant eux à Monoprix, ça les allume, si quelqu’un éternue, ça les allume et si Dora demande où est Babouche, ça les allume (mais là, grave). Ce qui, quelque part, explique le jogging qui est la tenue la plus simple à retirer et changer une fois qu’elle a été souillée par accident (« Désolé les gars, déjà Babouche, mais quand elle a demandé à Chipeur d’arrêter de chiper, je tenais plus« ) avant d’apporter le tout, penaud, à maman pour la lessive.

Vazy on voit son nombril, comment elle allume trop !

Enfin, donc, le brigand ayant ainsi accroché sa victime peut donc lui proposer d’accomplir son but ultime : procéder à un acte plutôt sexuel avec tact et délicatesse

  • Bon, on baise ?
  • C’est bon, t’as vu comment tu t’habilles ? J’vais t’donner c’que tu veux !
  • Susmab’
  • T’as déjà vu Taxi ? Tu veux le voir ?

Dans le dernier cas, attention tout de même, on a vraiment affaire à un pervers particulièrement dangereux. Méfiance, donc, Mesdemoiselles.

Du coup, si vous voulez programmer votre propre street-bot-relou, vous n’avez donc qu’à combiner des bouts de phrases parmi les exemples précédents. Ce n’est pas bien compliqué et assez facile à faire : si des bots y arrivent, vous ne devriez pas avoir trop de problèmes. Ou alors, il va falloir commencer à vous poser de sérieuses questions. Attention quand même à ne pas trop vous moquer des bots devant eux, auquel cas ils pourraient devenir potentiellement agressif et se déplacer sur quelques mètres depuis leur point d’embuscade pour tenter quelque chose ; mais que l’on se rassure, ils y retourneront vite car en dehors de leur meute, ils sont très vite perdu : d’où le téléphone avec un truc qui fait « Kresshhh ouéoué » (ils parlent de « musique ») qu’ils ont toujours à la main et qui leur permet de s’identifier auprès des leurs et de retrouver leur meute au son si jamais ils se sont trop éloignés et qu’ils ne veulent pas se retrouver isolés au risque de faire une connerie comme, par exemple, prendre une carte de bibliothèque (découvrir le fait que le monde n’est pas constitué uniquement que de 50 bribes de phrases à recombiner aléatoirement pourrait les tuer).

Alors, faut-il une loi sur le harcèlement de rue, quand, finalement, tout cela n’est jamais qu’une transposition du spam à la vie réelle ? Du coup, ne pourrait-on pas aussi la transposer à d’autres domaines autre que sexuel, pour des cas comme, par exemple, lorsque l’on est abordé 10 fois par jour par des gens qui vous suivent sur 50 mètres pour vous réclamer du pognon pour aider les enfants d’Asie et vous traitent de tous les noms si vous leur expliquez que si, si, les enfants vous adorez ça mais bien cuit avec des fayots ? Est-ce qu’à partir du moment où quelqu’un a quelque chose à vous vendre, on quitte le domaine du harcèlement pour entrer dans celui du commerce ? Dans le cas contraire, cela signifie t-il que si toutes les racailles disaient au lieu de « J’te paie un verre et puis, bon, tu vois ? » un sympathique « Tu m’achètes un verre et puis, bon, tu vois ? » de bon aloi, ils seraient considérés comme d’honnêtes commerciaux et non comme d’affreux pervers ? Le gouvernement va t-il enfin m’autoriser à transporter dans le métro ma canardière à chenapan pour enfin faire déguerpir ces accordéonistes sous acide traînant du côté du métro ?

Autant de questions qui, dans l’immédiat restent sans réponses à mon plus grand désarroi (et à celui de ma canardière), et me laissent supposer qu’il n’y a qu’une seule solution :

Lle t-shirt captcha

Une question imprimée sur votre vêtementà laquelle n’importe qui doit vous répondre avant de vous adresser la parole, du genre « Qui a écrit le deuxième sexe ? » ou « Quelle est la masse atomique de l’hydrogène ? » si vous êtes particulièrement snob et qui envoie du 220 à l’interlocuteur qui ne sait pas, ce qui vous rendrait inaccessible aux bots qui vous proposent par exemple de financer une pétition contre l’esclavagisme des enfants, ou même aux enfants eux-même qui, de toute manière, n’ont jamais rien d’intéressant à dire (c’est vrai, en avez-vous déjà entendu un seul dire « Je veux une taloche dans la gueule » ?  Alors même si tout ce qu’ils font veut plus ou moins dire ça, non, ils ne le disent jamais directement, et n’expriment donc rien d’intéressant, je suis formel), tout cela restera encore flou un bon moment. 

Alors, avant de trancher ces simples questions, et face au fait que les trottoirs sont devenus les plus grandes boîtes à spam du monde, je vous le demande : selon la loi de l’offre et de la demande, Mesdemoiselles, merci de retrouver l’unique d’entre vous sur 1000 qui accepte le genre de plans foireux des anti-Georges Abitbol de nos rues, et de la trainer devant les 999 autres pour qu’elles puissent la tabasser dans la joie et l’allégresse et faire baisser la demande de ce genre de plans.

C’est un problème à régler entre créatures sans âmes.

Pour ma part, je vais déjà me préparer ma cravate captcha pour le jour où enfin, on comprendra qu’à même maux, même remèdes : « Quel est le meilleur acteur du monde ? » 

Et si on me répond « Robert Pattinson« , ce n’est plus un bot, c’est un blue screen of death.

207 réponses à “Street Bot

  1. Comme toujours excellent ..

    L’analogie avec le monde de l’informatique une superbe trouvaille !

    Encore, encore, mon odieux !

  2. Vu comme ça…

    Mais serait-il possible de spammer le bot? En lui proposant d’enlarge son penis à grand coups de rangers par exemple?
    Cette question me taraude. Je suis tout taraudé là… Sinon, il reste toujours la solution de l’antispam de calibre .22…

    • Mais le calibre .22 n’a même pas arrêter une femme comme Sisi l’Impératrice ( enfin, pas sur le coup ), alors sur une bande de jeune…

      Moi j’ai une question : est ce que contre les bots spameurs de cette espèce, on se protéger avec un logiciel de type « MonMec » ou « MecCostaud150KgPoidLourdBoxe » ? Si oui, vous me conseillez quel modèle ?

      • La réalisatrice en question en parlait dans un reportage. Oui, ça peut fonctionner.

        Mais n’est-il pas assez terrible, en 2012, qu’une femme ne puisse plus se sentir tranquille si elle n’a pas un garde du corps à ses côtés ? Un homme éprouve-t-il la même crainte ? Quel est le message ? « A chaque femelle son souteneur et les reproductrices seront bien gardées » ?

        (Enfin, quand je dis que ça fonctionne ; d’après témoignage, la présence masculine supplémentaire chauffe le sang à certains bots, qui cherchent alors la bagarre.)

  3. Spam culte pratiqué chez tous marchands : « Et avec ça ? ce sera tout ? »

    Sinon merci. Et bravo, ô roi de l’euphémisme !

  4. Ta verve (oui je te tutoie, j’espère que tu ne m’en tiendra pas rigueur) ne cesse de m’émerveiller.

    Je t’encourage à continuer ainsi ! (si si je sors mes ponpons là)

    Amicalement,

    Korialis.

  5. C’est donc ça alors !
    Par contre, je ne vois nulle trace de qui pourrait bien créer des bots pareils dans cet article, c’est dommage…

  6. N’oublions pas qu’outre le fait que, hors de son troupeau, le bot pourrait faire une connerie style acheter une carte de bibliothèque, c’est aussi un dégonflé total. En effet, loin de ses potes-que-je-veux-impressionner-t’as-vu, le bot se montre nettement moins vaillant et agressif. Je propose de monter des embuscades pour les isoler, puis leur couper la gorge un par un.

    • Contre le spam-bot de rue, la meilleure solution reste une solution anti spam, modèle 20 mm à munitions explosives/incendiaires. Mais vu que c’est un peu lourd, vous pouvez aussi télécharger le modèle américain cal .30.

  7. Félicitations, excellent article. Sinon, mesdemoiselles, contre ce genre de bots pernicieux, je vous propose la phrase ultime, testée et approuvée : « ça te dérange pas l’herpès génital ? » résultat garanti.

    • Vu le QI moyen du bot-de-rue-tavu, pas sûr qu’ils comprennent tous ce que soit l’herpès génital. Les plus cons du troupeau pourraient crorie à une position sexuelle.
      Vazy comment tu m’allume, j’vais t’en faier 3 moi des hermès génital !!

      • hermès génital XD! L’art du frottage testiculaire sur sac à main de luxe en peau de scrotum de zébu!

  8. Je pensais que le meilleur acteur de l’histoire du cinéma était Nicolas Cage, mais je dois me tromper.
    Par ailleurs, une amie qui prend souvent le métro d’ailleurs me disait qu’aucun bot dégénéré ou mal programmé – au choix – ne cherchait à entrer en contact lorsque l’on porte un T-shirt de Metallica ou mieux, de black métal en général. Il faudrait expliquer ça scientifiquement !

    • Les femmes qui écoutent du métal sont moches peut etre ? Après, reste à déterminer si une personne écoute du métal car elle est laide ou si c’est le métal qui enlaidit

      • Non non ça n’a rien à voir avec la beauté ! Je pense que les métalleux leur font peur, des satanistes ;)

      • oh non ce n’est pas forcément lié, ils spamment aussi les moches, quand elles n’ont pas un T-shirt de métal…

    • Les logos de groupes de métal sont souvent biscornus, ça se rapproche peut être du Captcha, qui sait ?

  9. J’ai lu récemment une étude qui disait en substance la chose suivante : les spammeurs n’essaient pas seulement d’attirer les gugusses, ils essaient aussi de repousser les gens qui seraient susceptible de leur faire perdre leur temps (Par exemple, qui prendraient contact avec eux mais seraient suffisamment intelligent pour se rendre compte qu’on essaie de les arnaquer).
    C’est pour cette raison, entre autres, qu’ils emploient des tactiques aussi grossières et rebattues que ça.
    Parce qu’ils veulent attirer les idiots, uniquement les plus idiots, et surtout pas les autres.

    Typhon

  10. Article fort drôle. Malheureusement, le bot de rue n’est qu’un malware minable produit par le système opératif lui-même, dépassé et aberrant, le bien connu partriarcat. Un pare-feu sous forme de captcha ne règle pas le problème, qui ne peut ne résoudre que de façon radical: le changement de système.

    • Je trouvais l’expression « spam de rue » géniale mais là, je dois dire que cette métaphore filée est tout simplement parfaite à mes yeux !

    • Whaouuuh ! « Bon alors je suis pas féministe mais…  » -> « Bon alors je suis pas Linuxien mais… » Ca se tient.

  11. Odieux connard… Pourquoi vous ? Vous la prose est habituellement impeccable ? Pourquoi ? Pourquoi cet emploi du mot (si on peut appeler cet entassement de lettres grotesque un mot) « esclavagisme », employé uniquement par les illettrés profonds et les commentateurs de Libé.fr ? Lire ça, et c’est comme si une tumeur s’était développée sur le mot « esclavage ».
    Mince quoi, esclavage, ca fait Histoire, guerres terribles et légions de captifs, ou bien ça fait romanesque, reine perse vaincue mais toujours fière. Esclavagisme, ca vait tract syndical de l’UNEF exigeant la démission du prof d’anglais, ça fait discours de Copé, ca fait…moche.

    Sinon, pour avoir pratiqué les quartiers moches de ma ville moche, je tiens à témoigner d’une chose : contrairement au bon vieux poncif, c’est pas les filles en jupe qui se font siffler (record : 4 fois en 800m. J’avais vérifié la distance sur Mappy.), suivre en voiture (yep, comme au bois de Boulogne quand on choisit, la classe), regarder comme au peep show, traiter de pute à 130 décibels et à 20 mètres (toi, connard, si je te retrouve, je te fais remonter les couilles à coup de genou jusqu’à ce que tu les aies au niveau des sinus, et que tu passes ta vie à pleurer ton propre sperme.). Non. C’est TOUTES les filles, en jupe, en jogging, en pantalon, en robe…la tenue ne fait rien à l’affaire.
    Du coup la métaphore du Bot est plutôt bien trouvée.

    • Je comprends votre ire. Hélas par chez moi, même les XY sont victimes de ces tristes sires: des jeunes cons en voitures d’occaz’ ont pris la mauvaise habitude d’insulter les pietons en passant rapidement près d’eux sur les grands axes de la cité papale. J’ai donc eu plusieurs fois le déplaisir d’être traité de « connard! » et j’ai souvent souhaité une mort lente et atroce pour ce genre d’énergumènes (souhait hélas contrarié par la justice de mon beau pays^^). Et en effet la métaphore est bien trouvée.

      • Haha, Avignon ou les charmes des intrusions des habitants de l’extramuros dans la quiètude de l’intra muros…

    • //(toi, connard, si je te retrouve, je te fais remonter les couilles à coup de genou jusqu’à ce que tu les aies au niveau des sinus, et que tu passes ta vie à pleurer ton propre sperme.)//

      Je crois que je suis amoureux.

  12. Moui… Si les femmes se font harceler dans la rue par le genre d’énergumène cité (comme s’il n’y avait qu’eux…) dans l’article c’est… à cause d’autres femmes, CQFD !

    Bref, il n’y a que la métaphore du « spam de rue » qui soit bien dans cet article.

    • amen !
      quand est arrivée l’explication (peut être juste une facilité avant une longue liste d’autres explications pertinentes) selon laquelle ces spammeurs de rue continuent leur manège parce qu’ils sont encouragés par quelques demeurées, j’ai ressenti comme une lassitude avec un soupçon d’amertume
      j’ai zappé directement sur les commentaires

      je te rassure Kappa, si tu es la cruche d’Alonso, alors je ne le suis pas et inversement

    • Et pourtant, c’est véridique.
      Comme pour les spams, il existe un très faible pourcentage de chance de réussite, mais elle existe. Vous pensez bien que si cela ne fonctionne pas, les spams n’existeraient simplement plus.

      J’ai déjà vu quelques « demoiselles » répondre positivement à ce genre de proposition. Par mademoiselle, je veux dire pintade bien-sûr car la réponse est souvent sous la forme de gloussement et de hi-hi-hi. A tel point que je me demande parfois si elles ne sont pas elles-mêmes des bots.

      Je suis d’accord, cela ne suffit pas à expliquer le fonctionnement de ces bots, mais c’est une des raisons. Il y a aussi
      1 – la bêtise au vu de l’importance du vocabulaire mit en jeu.
      2 – l’ennui, parce qu’il faut bien l’avouer, passer sa journée sur un banc, c’est pas très folichon.
      3 – l’envie d’épater les potes pour se prouver qu’on est un vrai mâle et qu’on a une position dans le groupe
      4 – l’envie de pourrir la vie des autres (je pense que c’est pour eux la raison de leur existence sur terre…amen)
      5 – ne cibler que les proies faciles (la petite vieille ou la fille toute seule)

    • ça donnerait presque envie d’envoyer un bescherelle piégé si c’était vrai ;)

      • Lançons une opération de lobbying actif auprès des blogueuses mode pour faire du pied-de-biche un argument top tendance auprès de ces demoiselles, et le problème se réglera de lui même.

  13. Hello’ OC’.. T’as reprit du poil de la bête,j’en ai eu « la trique » tout du long de ton excellent article..Là on te retrouve ,baignant dans ton élément de prédilection: « le gégraissage de sombres cons » ^^

    Je note tout de même une autre variante,dans la partie:

    « le brigand ayant ainsi accroché sa victime peut donc lui proposer d’accomplir son but ultime : procéder à un acte plutôt sexuel avec tact et délicatesse « ..

    Bah oui,la fameuse « invitation » faite à « la proie » de venir faire une p’tite partie de « Playstation » à la maison avec les potes (ou dans le fond de la cave selon sa disponibilité..) pour le tournoi de Fifa’;car il manque une participante indispensable(je défie n’importe quelle nana de ne pas y céder.. :/ )

    Me suis bidonné de long en large,et même relu tellement c’est Bon.. Tu est décidemment toujours mon héros. prends soin de toi :)

    Krustouille..

  14. Aaaah, j’en ai encore les yeux qui pleurent ! Tu es mon héros ! Oh putain, je ne m’étais pas roulé par terre de rire comme ça, devant un texte, depuis un paquet d’années. Ah, vraiment : merci ! Je suis fan. C’est définitif. Je m’abonne. J’en veux encore.

  15. Billet bien plus intéressant que le précédent. Je suis donc ravi de terminer la visite de l’un de mes blogs favoris sur une bonne note ;)

    TschuB camarade O.C.!

  16. Vous êtes décidément un don de la nature. Vous ferez un bisou à votre maman pour moi.

    (Vraiment, je commençais la lecture de cet article en me demandant pourquoi en rajouter sur ce sujet, et puis zut, c’est tellement savoureux.)

  17. Le conseil constitutionnel serait donc composé majoritairement de bots ? Merde, pourquoi j’ai pas pris la pilule bleue ?

  18. Il fallait bien que cela soit dit à un moment: ceux qui font chier en gros c’est les banlieusards (cf: la casquette), qui ont le sait bien, sont souvent pas très blancs! Comme avec le voile, les français se découvrent une nouvelle fibre féministe lorsqu’il s’agit de venir pointer du doigt ceux qu’on a mis à l’écart il y a bien longtemps.

    Parce que les critiques sur la tenue vestimentaire, les effets de langage ironiques etc. qui sont utilisés ici ne sont en rien propres à l’agression sexiste en général. C’est bien le sexisme des pauvres des quartiers qui est une fois encore pointé du doigt, comme si le problème était réellement le plus important chez ces personnes.

    Sachez que tous les trois jours une femme meurt sous les coups de son mari, et je ne parle même pas des statistiques de viol. Vous pensez que ce sont les balieusards qui assument seuls ces chiffres? La question des violences sur les femmes n’a rien à voir avec ça, et dépasse de plus les clivages sociaux (vous en seriez bien surpris je pense!). Alors s’il vous plait, arrêtez (c’est un
    vous collectif) de donner des cours d’antisexisme en sélectionnant les catégories d’individus. À moins que tous vous ne vous offusquiez lorsque l’un de vos potes blanc traite une fille de salope, de pute ou d’aguicheuse (ces termes sont évidemment déclinables du registre le plus gentleman au plus Chuck Norris)?

    Le plus intéressant est encore l’absence de réflexion sur la question de fond: l’opression sur les femmes (ce qui en général conditionne une propension élevée à évengéliser les autres). Si je résume: si les mecs qui pourrissent la vie des nanas dans la rue, c’est en fait que c’est de la faute d’une meuf c’est ça??? C’est juste hallucinant comme argumentaire! Il manquait plus que de préciser qu’elle était en mini jupe et qu’en fait c’est une sale aguicheuse qui finira bien par se faire violer avec de telle fréquentations (paternalisme). Ainsi on aurait fait le tour des poncifs sur le sujet.
    Parce que la fille elle a rien compris. Elle a pas vu que les types c’est des méchants, et qu’ils ne veulent que son cul. D’une elle a le droit de vouloir ça si ça la chante, et de dire stop quand elle en a marre. De deux, qu’est-ce qui dit qu’elle a le choix de se montrer disponible? Qu’est-ce qui dit que cette fille qui a dit ok ne le faisait pas pour se protéger d’un harcèlement plus important encore?
    Affirmer que c’est certainement de la faute d’une nana, c’est en fait une version déclinée du « elles l’ont bien cherché ». Si la on ne parle plus de toutes les femmes, il s’agit bien de reporter la responsabilité de la stupidité masculine sur la nana en dernier lieu.

    Désolé mais perso je mange pas de ce pain là.

    • En fait ce qui est très triste, c’est de se prendre au sérieux au point de venir poster un commentaire virulent et engagé de 12 pieds de long sur blog humoristique. Si on se met à analyser les blagues, les sketches, les textes satiriques, on trouvera toujours de quoi s’insurger. Que Desproges vous bénisse.

      • Quel beau paravent que l’humour! L’excuse à toute épreuve pour décliner toute responsabilité sur la probabilité que le propos puisse être déplacé, choquant ou blessant.
        C’est parce qu’une parole est une blague que cela n’a pas d’impact et ne véhicule pas d’idées.
        Un p’tit test: « c’est quoi un grain de beauté sur le cul d’une blonde? etc… » Non non ça ne véhicule rien du tout…

      • Yaduboulot j’ai l’impression que vous n’avez pas grand-chose à faire dans la vie pour venir écrire des tartines ici, sous cet article, alors que ce blog regorge de remarques sexistes provocantes. Votre job c’est de surveiller le net et d’écrire des tartines comme ça ? Certes l’humour n’excuse pas tout, j’en ai connu des gens qui débitaient les pires horreurs sur les autres en prétendant que c’était de l’humour, mais eux si on esquissait l’ombre d’un sourire à leur sujet ils se mettaient en rogne. L’auteur ici se surnomme « odieux connard » pas « homme plus intelligent et poli que vous » !

      • Apparement non… Le 2d degré atteint rarement les gens dénués d’humour…
        Car je suis -oh mon dieu !- une fille et j’avais bien saisi la nuance.
        Par ailleurs je n’ai pas vu dans le post une quelconque allusion aux arabes, au juifs, aux noirs, aux blancs, aux banlieusards, aux citadins, au campagnards. Juste cette catégorie de gens qui s’habille et qui parle d’une certaine manière. Ce sont les gens étroits d’esprit qui stigmatisent là où il n’y a pas de stigmatisation. Et on se retrouve avec des « débats » ridicules, car en effet si la fille qui de fait insulter dans la rue devait simplement dire « stop tu es très irrévérencieux » à un gars dans ce genre, il n’y aurait pas de reportages ou de post qui relate ces comportements, car ils n’existeraient pas ! Evidemment si quand on m’accoste dans la rue, je répondais (et ce quelque soit la réponse!!) j’aurai bien peur de m’en prendre plein les dents. Le problème est là :)

      • il paraît que t’as des propos intolérables, ou y’a pas de tolérances?
        On ne doit pas faire de discrimination raciale, c’est mal, juger les gens sur leur religion c’est mal, sur leurs couleurs de leurs peaux, sur leurs origines sociales ou sur leur nationalité, c’est mal!

      • c’est quand on se fait emm**der par des bots en pleine rue qu’on a envie de s’écrier : « enculé de ta race ! »

    • Félicitations pour ce commentaire verbeux, inutile et qui montre autant votre incompréhension du sujet que votre manque absolu d’un quelconque 2nd degré.

      Mais bon, répondre à un article qui se moque bien fort des « mecs en jogging qui ont des méthodes de drague au minimum discutable » en brandissant au bout de deux phrases « banlieusards pas très blancs », avant d’embrayer sur un sublime « Sachez que tous les trois jours une femme meurt sous les coups de son mari, et je ne parle même pas des statistiques de viol.  » qui tombe quand même quelques lieues à coté du sujet (dans une marre de boue, plus précisemment, afind ‘essayer d’éclabousser tout le monde), ça situe un peu le niveau.

      Obvious troll is obvious.

    • Chère yaduboulot, je pense que tu serais également très surprise du nombre de non-banlieusards (et donc, pour reprendre ton délicieux raccourci, blancs) qui s’habillent en casquette-racaille.
      Certes, peut-être dans une moindre mesure à Paris, mais il n’y a pas que Paris dans la vie.

      Et pour répondre à « Le plus intéressant est encore l’absence de réflexion sur la question de fond: l’opression sur les femmes (ce qui en général conditionne une propension élevée à évengéliser les autres). », ce n’est juste pas le débat ici. Cela fera peut-être l’objet d’un autre sujet un jour, mais pas aujourd’hui.

      • Ah ! Suppôt de satan ! « évangéliser  » comme dans Eve Angeli. Pour infos, et même si je trouve le propos de yaduboulot totalement HS, en banlieue tu trouves aussi des prolos blancs. Et la Picardie, n’est-ce pas la banlieue de la France ?

    • Pour ma part, je n’y ai vu qu’une flagrante ironie : l’absurdité du raisonnement « c’est 1 femme/1000 qui provoque ça par son comportement » était tellement évidente qu’on ne pouvait pas passer à côté de la dimension parodique du propos. Vraiment, on ne pouvait pas. Ce machisme poussé jusqu’au ridicule est l’une des ficelles qui permettent à l’auteur de ce blog de nous faire rire, à l’instar de son goût prononcé pour les enfants en sauce. Ce genre de ficelle, par son côté ouvertement provocateur et excessif perd justement toute prétention à être prise au sérieux. Donc, en somme, c’est un contre sens, je crois, de voir du machisme dans cet article.

      • Y a un film qui est sorti il y a peu, « Les femmes du bus 678″. Dedans, à un moment, deux militantes contre le harcèlement voient une autre femme apprécier avec un gloussement les paluchages d’inconnus.

        …Elles ont un peu les nerfs.

    • Un discours tellement standardisé qu’il n’a plus rien à voir avec l’article, une fois passée la moitié de cette bafouille qui fleure bon les excitées de la Barbe.

      Où OC écrit-il, où est-il sous-entendu que « si les mecs qui pourrissent la vie des nanas dans la rue, c’est en fait que c’est de la faute d’une meuf c’est ça » ? A la limite c’est exactement ce que critique l’auteur, la syntaxe hasardeuse en moins. Yaduboulot effectivement, ça commence avec des cours de lecture.

      Astuce : oui il est possible d’écrire un article sur un blog humoristique sans le doubler d’une dénonciation en règle de « l’opression sur les femmes » (en l’occurrence ce serait plutôt de la grammaire).

      Mais si vous voulez absolument des poncifs contre les méchants écrits en langage SMS, les Indignés ont de très bons skyblogs.

    • Houlà j’ai froissé l’avant garde « féministe » et « anti-raciste » on dirait.
      Si j’écris un commentaire cela signifie que je surveille le net pour faire la police? C’est ça que vous essayez de me dire? N’est-ce pas un peu hâtif? De plus je ne saurais pas quoi faire de ma vie.

      Je vois que globalement le seul argument posé est celui de l’humour donc il me semble que la discussion sur le fond (l’oppression sur les femmes, j’insiste), s’arrête là. C’est tellement borderline de nos jours de dire des grosses saloperies sous couvert d’humour, pour s’auto-convaincre et se justifier face au public qu’on est pas un méchant. Et oui le racisme et le sexisme c’est pas bien et il faut le montrer (surtout ne pas parler d’une éventuelle responsabilité que nous pourrions avoir de par nos actes. Surtout pas ça fait mal à l’égo!)
      De plus, comme tenir un discours arguementé et un tant soi peu militant ça fait pas cool et c’est rasoir (vas-y casse l’ambiance), on s’achète une respectabilité par la blague.
      Mais soyez en sûr-e-s, ça ne remplace pas une discussion argumentée.
      Des blagues, Dieudonné il en fait aussi. (je lance le troll, je parie qu’il y a des fans)

      • Cher yaduboulot – et comme ton pseudo l’indique en effet il y en a – une piqure de rappel s’impose. Définition de l’humour: « forme d’esprit qui s’attache à souligner le caractère comique, insolite, ridicule, absurde de certains cotés de la réalité. Caractère d’une situation, d’un événement qui bien que comportant un inconvénient peut prêter à rire » dixit Larousse. 
        Ainsi, les femmes ici ne s’offusquent pas et rient de bonne coeur de leurs « déboires » quotidiens relatés par OC, même si cela ne règle pas le pb et au contraire le soulève, cela le rend plus comique, et comprend le ou pas l’OC prend la défense des femmes ici. Pas de racisme ici non plus.

        Il y a manifestement des formes d’humour qui ne sont pas à la portée de tout le monde et ne touchent pas la sensibilité de chacun (Bigard, Desproges, Devos, Guillon…).
        D’ailleurs Bedos disait « l’humour c’est aussi une façon de résister ».
        Et Desproges : « on peut rire de tout mais pas avec tout le monde ». 
        A bon entendeur…

      • Il me semble que votre troll est lancé depuis votre premier commentaire.
        Avec Dieudonné vous allez atteindre le point Godwin sous peu.
        Félicitations, je suis admiratif ;)

    • Mais nom d’une pipe, où as-tu vu qu’un site qui s’appelle Odieux Connard (Odieux Connard !) est un espace où l’humour doit s’effacer pour un débat ? D’ailleurs vu ce ton d’excitée et les points godwin qui suintent de tes messages, ton ouverture d’esprit doit avoisiner celle d’un bot de rue.

      Et on parle d’oppression « des » femmes, pas « sur » les femmes. Il est con celle-là.

    • Yaduboulot, ta position est paradoxale :
      dénoncer un type de sexisme risque d’occulter les autres, ou le fond du problème selon toi.
      pour être honnête intellectuellement et pour avoir une conscience aiguë de l’oppression des femmes que fait-on ?
      on ne dit rien ?
      sélectionner juste une expression d’un plus gros problème c’est pas déjà ça ?

      sinon je me suis déjà exprimée ci-dessus sur ce foutu paragraphe du Connard à propos de l’imbécile qui encourage les harceleurs de rue, ça me fout les boules aussi

  19. A part ça y a un truc hyper marrant à faire, c’est de pécho quelques numéros de ces mecs pour les filer à d’autres afin qu’ils implosent.

  20. Juste énorme et génialissime cher Odieux. J’ai adoré votre article du début à la fin et surtout la conclusion qui est juste géniale :

     » “Quel est le meilleur acteur du monde ?“

    Et si on me répond “Robert Pattinson“, ce n’est plus un bot, c’est un blue screen of death. »

    Au plaisir de vous relire.

  21. Pour ma part, j’estime nécessaire de légiférer. Oui. Je trouve cela tout à fait discriminatoire que les femmes ont le droit d’arborer des tenues où elles peuvent exposer avec arrogance leurs formes suaves, leur poitrine généreuse, leurs jambes galbées, et leur nombril parfait.
    Alors que de mon coté, avec mes abdos nutella, mon bronzage dissymétrique, mes cuisses et bras de taureaux, et ma petite bidoune défigurée par d’atroces cicatrices, je dois me contenter d’un T-shirt/pantalon/rangers très classique … C’est dégueulasse. Bon certes, personne ne me harcèle dans la rue du coup (et encore heureux, j’en ai marre de me justifier devant le juge de ma détention d’une épée bâtarde dans la rue).
    Mais quand même.

    Je dis : nivelons par le bas ! Et non pas pour éviter le genre d’incidents ci dessous, mais bien pour servir la grand et noble cause de l’égalité hommes/femmes.

    Après ceci, si vous continuez à être harcelées Mesdames (je dis pas Mesdemoiselles, j’ai trop peur de me faire lapider à coup de sacs à mains !) malgré tout, je vous suggère différents antiviraux : l’épée longue, bâtarde, la hache, le piolet de guerre … Leur fonctionnement est expliqué dans mon livre « De la façon de se faire respecter dans notre monde de merde, ou comment j’ai pu apprendre à tutoyer mon juge ».

  22. J’ai beaucoup aimé, mais juste une remarque, les dames aussi sont concernées par ce type de spam de rue. Ne venez pas me dire que j’ai l’air jeune et je me balade toute seule alors ils croient que je suis une demoiselle : je me suis fait spammer avec mon fils de 8 mois porté en écharpe sur le dos. (et pour le coup il m’a appelée « madame »)

    • Il faut pas dire demoiselle, ça fait machiste. Par contre « madame, vous etes trop bonne ça passe »

    • J’y ai eu droit alors que je me coltinais mon gamin de 8 mois dans un porte-bébé et mon grand de 2 ans dans sa poussette. Le tout avec ma gueule de « ça fait 8 mois que mon gosse me laisse pas dormir, que quelqu’un me dise où est la décharge à bébé la plus proche ». Je me suis dit que c’était un pervers très timide qui avait extrêmement peur qu’avec une femme standard il y ait une chance, même infime, que ça puisse marcher. C’est sûr que sans mes deux braillards, j’aurais pu être tentée, va savoir, d’accéder à sa demande de me rendre à son appartement pour m’y adonner à des jeux sexuels.

  23. J’ajoute à ceci les vieux cochons qui s’arrêtent devant toi et enlève leurs lunettes pour mieux te mater, les mecs de chantiers qui s’arrêtent d’un seul tenant, se rassemble et te regarde passer en gloussant ou sifflant…ils n’ont pas tous des casquettes, on croise Emile Louis aussi. Cachez ce poignet que je ne saurai voir ! Pas sure que la répression soit la réponse, juste changer de pays, c’est bien aussi. Ailleurs ça n’arrive pas 3 à 4 fois par heure (sauf en Belgique du coup). Oui ben j’ai le droit de dire des trucs aussi hein.

    • Quelque soit l’âge, la taille, etc. … tous les hommes sont médiocres. Sauf moi bien sûr.
      Du coup, les hommes étant universellement des crétins, je ne suis pas sûr que changer de planète soit la solution … Changer d’espèce ? Vous avez vu un lapin ? Un furet ? Un chat ? Ils pensent qu’à copuler les petits salopiots !

  24. Cher odieux, vous avez oublié la variante qui nous casse les oreilles (les leurs étant déjà détruites) grâce à sa sono et/ou son échappement, coude tatoué à la portière de sa poubelle manifestement rapiécée à la main, croyant certainement que l’ensemble du tableau va faire surgir une horde de bimbos, éponge en bandoulière, prêtes à tout pour faire reluire son pénis de substitution…bref

    « (voyons voir, on parle bien de l’assemblée qui siffle les ministres en jupe ? Attention, gros travail de journalisme pour trouver la réponse) »

    Je me roule encore par terre suite à la lecture de cette réflexion (ptdr, si un bot ou une fan de twilight passait par là) D’ailleurs, je me demande si « un fan de twilight » est un accord admis dans notre beau dialecte…

     » Paranoïaques comme vous l’êtes, lecteurs, je sais que vous vous êtes un jour demandés si vous n’étiez pas les seuls êtres conscients, et que finalement, les autres ne faisaient que peupler votre petite histoire. »

    Si seulement ça ne m’était arrivé qu’un seul jour…mais c’est plus de la mégalomanie, non?

    • « ” Paranoïaques comme vous l’êtes, lecteurs, je sais que vous vous êtes un jour demandés si vous n’étiez pas les seuls êtres conscients, et que finalement, les autres ne faisaient que peupler votre petite histoire.”

      Si seulement ça ne m’était arrivé qu’un seul jour…mais c’est plus de la mégalomanie, non? »

      Solipsisme mon amour *____*

      • J’aime tellement ce mot que j’ai failli prendre comme pseudonyme « Solipsisme astringent ». Mais c’était trop pompeux, même pour moi.

  25. Une femme est harcelée, agressée ou violée toutes les secondes. A chaque battement d’ailes, un mâle porte atteinte à la pudeur d’une vieille dame ou d’une jeune demoiselle. Aucune femme n’est à l’abri d’une indécente compagnie. D’une dérive sensuelle ou sexuelle.
    Nous sommes toutes victimes potentielles d’un abus de pouvoir… du singe sur la guenon, du mâle sur la femelle, de l’homme sur la femme.
    Abus de pouvoir du gouvernement sur les gouvernés, de l’employeur sur les employées, du maître sur ses disciples.
    Le problème, c’est que vous n’êtes pas plusieurs à déposer plainte et dénoncer ces étreintes subies sous la contrainte.
    Et surtout et par-dessus tout, vous savez la douloureuse impression d’être un obscur objet de désir. Et sans parler de la pression que l’on exerce sur vous, pour que vous cédiez à toutes sortes de tentations, de perversions, d’obsessions.
    Il y en a marre de tous ces canards sauvages qui se font passer pour les enfants du bon dieu.
    l’Amérique a peut-être réalisé avant nous qu’il n’y a pas de différence essentielle entre vrais et faux séducteurs. Justice accusatoire, il vous suffit de charger quelqu’un pour qu’il soit forcé par la Loi de se disculper, de prouver le contraire de ce que la Loi réprouve. Mais en France hélas, la justice est inquisitoire. C’est à la victime de prouver sa bonne foi avant qu’un juge ne soit désigné pour instruire le dossier…
    A un moment ou à un autre, il va falloir prendre certaines mesures, en amont ou en aval, pour prévenir bien sûr, mais surtout guérir tous ceux qui confondent violence et passion. Attraction et répulsion, vitesse et précipitation !

    Les femmes vont enfin l’ouvrir cet énorme dossier pour mettre fin à cette infamie.
    Puisque j’ai le malin plaisir de vous annoncer que les Japonais viennent d’inventer une petite capsule, toute petite, une sorte de micro processeur qui enregistre pendant 24 heures la moindre vibration ressentie ou subie par votre corps…
    Sans rentrer dans les détails, on ne pourra plus vous effleurer, vous conter fleurette sans que ça se sache. Petit inconvénient de cette pilule de vérité, je parle pour les femmes, elles ne pourront plus, non plus, simuler ou dissimuler leurs propres envies… tout est capté par cette boite noire qui va bouleverser notre façon de sentir.
    Et la liberté, me diriez-vous, et notre vie privée et notre jardin secret… ne vous inquiétez pas, ces japonais ont tout prévu ! Je vous fais part brièvement du modus operandi :
    On crée une loi qui stipule que toute femme est censée avaler tous les jours au petit déjeuner cette petite capsule, qu’elle retrouvera 24 heures après dans ses selles. Elle s’en débarrasse et on en parle plus. Mais s’il lui arrive quoi que ce soit, comme accident de parcours avec qui que ce soit, il lui suffit de déposer la capsule dans le commissariat le plus proche pour que son agresseur soit aussitôt confondu, inculpé et condamné…
    On peut désormais dire adieu et aux machistes et aux féministes… sans oublier les FABULISTES !
    On saura enfin qui a joué le rôle du petit chaperon rouge, et qui s’est glissé dans la peau du loup.
    La grand-mère peut-être ?

    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/06/scoop-sexe/

  26. J’avoue, j’ai bien ris. Et puis, oh, aller, je la dénonce. Oui, je connais la nana qui prends les rencards avec des gars dans la rue. C’est même une copine, ce qui explique pourquoi je ne mets pas son nom et son adresse ;)

    Maintenant vous allez me demander: mais pourquoi fait-elle ça ? Une excellente question, à croire que je l’ai posée moi-même.

    Réponse: pas facile. En quelques années, moi et d’autres amies avons pu constaté la relation empirique suivante « X sort toujours avec des abrutis » au point que cela donne une espèce de loi inverse : « Si ce mec est avec X, c’est très certainement un abruti. ». J’insiste sur le mot empirique, mais hélas, je n’ai pas encore eu vent d’un contre-exemple.
    Au départ, on a pensé à pas de chance. Puis on a posé la question « qu’est ce que tu fais si tu tombes sur un mec qui te frappe ? – Ben, à vrai dire, j’en sais rien… »
    Puis bon, l’amie en question n’étant pas particulièrement bête sur tout le reste, alors pourquoi ?
    Surtout quand elle même le reconnait: elle finit systématiquement avec des boulets. Ce qui amène à des phrases d’une rare nuance tels que « tout les hommes sont des connards ».(et moi répondre oui oui en suppliant intérieurement tout les hommes bien de ma connaissance de me pardonner un jour, et il y en a beaucoup, ça ne se fait pas de contrarier quelqu’un qui déprime).
    ça ne l’empêche pas de continuer à collectionner les numéros. Elle avoue ne jamais prendre l’initiative d’aller voir un mec, et je pense que toute initiative un peu plus subtile ne trouve pas vraiment de réponse.
    Alors pourquoi ? Je dirais un gros manque d’estime de soit et l’idée bizarre qu’il n’existe pas mieux ailleurs, ou alors qu’elle ne comprends pas les autres tentatives d’approche.

      • Déjà essayé. Enfin, pour commencer, j’essaie de lui faire comprendre que 1) elle vaut mieux que ça 2)il existe des tas de mecs bien, j’espère que ça va finir par marcher un jour mais je ne peux pas me substituer à un psychanalyste.

      • J’espère pour toi que tu vaux quand même mieux qu’un psychanalyste… (mais ce n’est pas très dur donc je n’en doute pas)

    • Bienvenue au club ! J’en connais aussi, hélas ! Et à mon avis, ce genre de femmes est assez courant. Le moindre abruti fini qui les traitera pire qu’un chien, le plus petit péteux méprisant, kéké ou beauf de la pire espèce, elles le prennent, et si en plus il a un peu de thunes, alors là c’est l’extase ! Comme si le milliard de défauts du gars, que même un singe pourrait voir; leur échappait. Je sais que l’amour rend aveugle, mais chez elles il rend carrément sourd, maso et léthargique.

      En revanche, il ne rend pas muet puisque après avoir pété les esgourdes de leur entourage avec le pseudo-bonheur qu’elles vivaient avec leur gigolo, elles sont heureuses de trouver une oreille attentive pour déballer leur immonde diatribe à base de chialeries et de clichés généralistes, une fois que le mec s’est tiré, non sans leur avoir fait subir une ultime humiliation. Sans réaliser que le problème tient au genre d’individus qu’elles aiment. Il faut alors une grande maîtrise de soi (et surtout un parfait sens des manières du gentleman) pour ne pas leur hurler à la face: « bien fait pour ta poire, ignoble gourgandine » (pour pas être plus grossier…)

  27. En tant que fille, si j’avais songé à faire le reportage « Femme de la rue », je ne l’aurais pas fait : j’aurais eu l’impression d’enfoncer une porte ouverte.
    Et pourtant, en voyant les réactions des hommes autour de moi, je me rends compte qu’ils n’avaient absolument pas conscience de ce phénomène !

    Il est vrai que, dès lors qu’une fille est accompagnée (par un garçon), toute interpellation cesse, il ne sont donc jamais confrontés directement à cette situation.

    D’autre part, pour les filles, c’est une situation tellement habituelle qu’on réagit effectivement comme avec le spam : on ignore et on oublie. Comme on n’en a à peu près autant à faire que les enlargisseurs de penis des boites mails, ce sujet ne vient jamais dans conversation.

    D’où cette constatation surprenante : la moitié de la population ignore complètement l’existance d’une facette du quotidien de l’autre moitié !

    • Certains en sont bien conscients croyez-moi, seulement on ne peut malheureusement pas constamment rester à vos côtés.
      En réalité nous ne connaissons pas le degré d’intensité de ces actes car vous ne nous en parlez que très peu. Vous n’allez pas rentrer le soir et dire « Tiens chéri, aujourd’hui je me suis faite traiter de femme aux moeurs légères N fois ».

      Il y a des cas où même des femmes accompagnées se font harceler, tout dépend du gabarit du compagnon et de la situation.

      En fait quand vous avez une compagne qui n’a pas sa langue dans sa poche vous priez juste pour ne pas avoir à la chercher aux urgences.

  28. Euh,oui bon.
    Ben c’est loupé.
    Non,toutes les assoc ‘ne se sont pas embêtées à faire la différence que vous faites au début Mr Connard.
    Cherchez un peu dans les journaux et les articles en ligne. On y généralise à foison.
    Il ne s’agit pas de parler des racailles mais de TOUS les hommes , histoire de nous faire culpabiliser encore une fois (peuvent rêver) . Les pires vont même jusqu’à comparer avec l’assemblée , ne voyant pas la différence entre les remarques stupides de petits vieux d’un autre temps et l’hyper agressivité pleine d’irrespect de quelques abrutis ignorants de banlieue.

  29. Je viens juste de lire un article du Cultural Gang Bang qui en parle aussi tiens, comme quoi les bons esprits se rencontrent.

    L’hypocrisie d’une société où certaines femmes montrent jusqu’à la raie de leur fondement en pleine rue, mais où les lois leur permettent de traquer le moindre imprudent qui essayerait d’y mettre les yeux, comme l’hypocrisie de vouloir interdire la prostitution alors que le porno fait un business monstre…
    Les aberrations d’une société dont les dirigeants ne sont plus tout seuls dans leur tête.

  30. Monsieur Odieux,

    Je ne vous ferais pas le déshonneur (ni à vous, ni à moi soit dit en passant), de vous spammer à coup de « oh, mon dieux, ce que vous avez écrit est génial, épousez moi ». Spam qui, si je me souviens bien, était assez récurent à l’époque mais plus trop ces derniers temps. Je vous prierais de bien vouloir me faire parvenir votre méthode « anti-bot » (bien que je doute fortement que la pelle est votre alliée dans ce cas).

    Bref.

    Toujours est-il, Maître Connard, que votre article s’est montré délicieux au possible. C’est par ailleurs un grand plaisir que de vous revoir sautiller gaillardement après le boitillement (dixit certains) de votre critique précédente. Et en plus mon espoir est réalisé, c’est merveilleux en plus je viens de voir passer une licorne devant ma fenêtre. Fantastique vous dis-je.

    Messire, je vous remercie pour m’avoir fait rire tout du long de cette lecture. je suis fort ravie de vous retrouver, vous et votre verbe sûr, maîtrisé et au cynisme dosé à souhait.

    Au plaisir de vous lire et vous relire,

    Une Lady ravie.

  31. Excellent! J’en redemande, rien que pour le cocktail romantique coca-kebab, clic-clac-pétales de roses & Booba. Merci O.C.

  32. « De manière générale, la jeune fille ne se retourne pas, surtout lors de l’utilisation des deux dernières appellations (sauf bien sûr si elles sont équipées d’un UZI) »

    C’est plus qu’un rêve…un fantasme! J’imagine la scène…:D

    Dans un souci égalitaire, je propose Diego pour les femmes, le cousin de Dora, dont le « sac de secours » peut se transformer en tout ce qu’on veut…

    Merci encore pour ce délicieux moment M. O.C.

  33. L’article est sympa, sans plus. Enfin je veux dire, j’ai rien trouvé qui m’a vraiment fait rire. En fait, ce que je trouve de plus drôle, ce sont souvent les légendes des photos. Mais sincèrement, de temps en temps il y a des tentatives d’humour de l’auteur qui me font bien pitié – p. ex. ici le « pocket cop ». Donc je ne comprends pas le torrent d’éloges dans les commentaires ici.

    • Nous attendons alors votre prose avec impatience, histoire de nous faire entrevoir ce qui mériterait un torrent d’éloges…

      • Oh, le barde, s’il vous plaît, ne vous lancez pas dans l’argumentaire spécieux « ta gueule, tu pourrais pas en faire autant ».

        C’est ce genre de réponses qui laissent penser aux lecteurs « neutres » que OC entretient une bande de hyènes en guise de fans. Ce n’est pas un service à rendre à quelqu’un qu’on apprécie.

        Ballmeyer n’a pas ri. Point. Est-il un personnage si illustre qu’il faille le lui reprocher ? Avait-il signé un contrat qui l’obligeait à s’esclaffer sur la moindre virgule ? Va-t-il monter un groupe de pression pour faire interdire le blog, ou kidnapper OC et lui brûler au briquet les poils des bras ? Je ne le crois pas. Ou alors, c’est qu’il nous cache des choses.

        Et ça y est, je flippe qu’il nous cache des choses.

      • Je ne reproche rien à notre ami, je me permets de l’aiguillonner pour qu’enfin son insondable talent (le même qui lui fait prendre en pitié les écrits des autres) nous donne la possibilité de nous transporter vers des sommets humoristiques jusque-là à peine tutoyés…

        Le fait de passer pour une hyène nourrie au yaourt depuis trois mois par l’auteur de ce blog n’est pas fait pour me dissuader d’ironiser sur des commentaires condescendants, visant d’ailleurs plus les autres commentateurs (dont moi, ce qui m’autorise à penser que je suis autorisé à y répondre) que notre hôte…

        Si notre ami ou d’autres y voient une conspiration de la part d’Odieux, je dirais tant mieux. Leur indignation les détournera des géorgiens que celui-ci envoie caresser au marteau les articulations de ses détracteurs, débusqués grâce à leur adresse ip.

      • Pourfendre ironiquement du con-descendant mérite de prendre le risque de faire croire à certains que leur bon goût est victime d’un complot intergalactique orchestré par notre hôte.

        D’une pierre deux coups, leur précieuse attention ainsi détournée permettra ainsi à notre vénéré Dark Sidious de leur envoyer ses associés géorgiens, experts dans l’art du massage des articulations au marteau.

        Donc, je persiste et signe, monsieur B. aurait-il l’obligeance de nous transporter, grâce à son immense talent lui autorisant à nous contester le droit d’avoir une opinion positive de cet article, vers des sommets humoristiques jamais vus?

    • Je peux retourner cet argument contre le Connard de ces lieux, dont l’activité principale est de critiquer de longs métrages : j’attends ses films.

      • One point ;-) (et désolé pour la double attaque, la première m’a semblé définitivement évaporée dans les limbes du ninternet)

  34. « Les barbares ne viennent donc pas d’une lointaine et archaïque périphérie de l’abondance marchande, mais de son centre même. A qui a su garder à peu près intacte sa sensibilité, en s’efforçant de réduire autant que possible ses rapports avec les techniques de la vie aliénée, il suffit pour s’en persuader de côtoyer un instant ceux qui ont été formés et déformés dès l’enfance par cet appareillage de la paupérisation ; car ils sont aussi loin de la nature que de la
    raison, et c’est à cela que l’on reconnaît la barbarie. Ces estropiés de la perception, mutilés par les machines de la consommation, invalides de la guerre commerciale, arborent leurs stigmates comme des décorations, leur infirmité comme un uniforme, leur insensibilité comme un drapeau. Ainsi ce qui émane d’adolescents de quatorze ou quinze ans, se déplaçant en bande dans un métro parisien, s’apparente le plus souvent à ce qui autrefois émanait très spécifiquement de la virilité enrégimentée (militaires, sportifs, militants des mouvements totalitaires) : disons un fort parfum de lynchage. Endurcis au contact de leur environnement technique, rompus aux ordres qu’ils ne cessent d’en recevoir, ceux qui ont grandi sous les coups et les chocs des « sensations fortes » produites industriellement cherchent à montrer une dureté plus grande encore, une dureté d’affranchis, sur le modèle de ces héros de notre temps que sont les durs entre les durs : les seigneurs de la guerre économique, indistinctement policiers ou gangsters, chefs d’industries ou de mafias. En les voyant, ces militants du totalitarisme marchand et de son dynamisme sans but, on pense à ce que disait Chesterton du slogan nietzschéen : « Soyez durs » : qu’il signifiait en réalité « Soyez morts ». »

    Jaime Semprun, L’ABÎME SE REPEUPLE (1997)

    • Défi Inception du jour: Faire une mise en abîme de citation en y plaçant l’expression « appareillage de la paupérisation » et une citation de Nietzsche au sein d’une citation de Jaime Semprun issu elle-même d’un roman contenant le mot « abîme ».. Top départ, votre poids en saucisse de Strasbourg et un séjour au Vatican à gagner!

    • Voilà, c’est ça. C’est la faute à la société. Les pôôôvres, faut être compréhensifs, aussi…

      • Mais non, il est évident qu’ils ont fait ce choix de vie après une enfance passée à défendre la parité. (Sérieusement…)

        Personne ne grandit seul dans la forêt : nous sommes tous le résultat de notre éducation – sauf peut-être les quelques uns qui remettent en question les axiomes sur lesquels ils se sont construits. Ça ne veut pas dire qu’il ne faut rien changer. C’est au contraire l’espoir de pouvoir montrer un autre chemin aux égarés : leur état est acquis, non inné.

        Parler du problème est important, trouver des solutions est important, matraquer que ce comportement est anormal est important. Si le machisme était inhérent au chromosome Y, nous ne pourrions rien changer à tout ça et ça ne vaudrait même pas la peine de le mettre sur la table. Voilà pourquoi, OUI, c’est la faute de la société, et OUI, c’est à la société toute entière de réparer cette aberration de son système.

        Dire que c’est « la faute à la société », ce n’est pas accepter l’état de fait. C’est déjà pointer du doigt la solution. Et quand je parle de société, je n’évoque pas une entité vague, je veux parler de chaque personne, homme ou femme, prête à donner de son énergie pour faire bouger les mentalités.

        Ne vous laissez pas abattre.

  35. Légende de la deuxième image.

    Si quelqu’un pouvait m’éclairer, je ne connais malheureusement ce mot: « poucrave ».
    J’ai pensé à une erreur sur « poucaver » (balancer, délater) mais ça n’aurait strictement aucun sens dans cette phrase.

    Besoin d’aide, svouplé lé couz en vrè fète pa vo p…. ;)

    • moi je pense à une faute sur « poutraver », utilisé dans le sud de la France et par pas mal de cailles-rats dans leur langage teeeeellement soutenu. Ca signifie en gros « utiliser son sexe de la taille d’une poutrelle pour pénétrer divers orifices humains au choix », et par analogie, avoir le dessus sur quelqu’un dans une bagarre.

  36. Bon, je ne vais pas moi-aussi dire à quel point cet article est vrai, drôle et bien écrit.Cela ne ferait que renforcer votre orgueil.
    Je regrette que les principaux intéressés ne puissent jamais, JAMAIS accéder à la compréhension de ce texte. En effet, il est d’une longueur qui les ferait bailler, avec des phrases parfois complexes, et un vocabulaire inconnu d’eux. En effet, je pense que les mots : phénomène, poésie, convivialité, fleurant et surtout « doctorat en physique nucléaire » leur sont seront à jamais totalement inconnus. Voyez Odieux Connard, dès le 1er paragraphe ils sont perdus…
    Cela vaudrait le coup d’investir un peu plus dans la recherche pour que les scientifiques trouvent la possibilité de les débrancher ou de retirer leurs piles. Définitivement.

    • La possibilité à déjà été toute trouvée par notre très cher maître des lieux : La canardière à chenapan.
      Effet définitif garanti (pour peu que le bougre ne bouge pas trop lors de l’exécution)
      Au passage je remercie avec moult geste révérencieux Vôtre Odieusité pour cet article (et bien d’autres) qui me font toujours autant cracher sur mon écran après avoir paisiblement bu ma liqueur quotidienne.

      • J’aurais préféré une solution propre ; parce qu’après l’utilisation de la canardière, le sang gicle et il faut tout nettoyer. Ils nous font déjà chier en étant vivants, ils vont pas non plus nous emmerder morts !

  37. It was nothing, it came from nowhere at all, it was a casual remark,
    not a curtain-call.
    Late for breakfast – black coffee, brandy-laced…
    that look on your face.
    I’ll remember last night; I’ll look out for the signs;
    You were caught in the light
    time after time
    it’s been my experience that when the row gets serious
    a certain silence will fall…
    But I just can’t stop it, why don’t you tell me what’s wrong?
    My heart goes like a rocket, the feeling’s so strong.
    I just can’t stop it, why don’t
    you tell me what’s wrong?
    Don’t think about it too long.
    I could argue this another way, but on another day I might have to shout.
    You keep your mouth shut, but it’s too late for that now:
    the word got out.
    In translation it’s lost, in desperation it’s mimed;
    is this Paradise lost, or Paradise time after time?

  38. Bien sûr les autruches minimisent le phénomène ou le placent dans un contexte ‘universel’, c’est comme ça partout et en même temps c’est pas grave etc.
    Reste que ce harcèlement maghrébin certains passants peuvent le subir sans être des femmes. N’importe qui peut se faire héler par ces types qui ne respectent rien, de la mendicité agressive agrémentée de “m’sieur” ou “m”dame” à la vanne vaseuse hurlée de l’autre coté de la rue quand ce n’est pas simplement une l’insulte à la cantonade, l’air de rien, pour ricaner en bande.

    • Ah ben merci Brice^^
      Etant de type « auvergnat », je peux t’assurer qu’on n’est pas tous comme ça. Perso je n’ai jamais manqué de respect à la gent féminine lors de mes déambulations urbaines. Question d’éducation certainement ;)

      R de Rien

      • roooh c’est un troll voyons, sinon c’est un âne (sans vouloir offenser cet animal que j’adore) et ni l’un ni l’autre ne méritent de commentaire (oui faîtes ce que je dis mais pas ce que je fais).

        L’histoire c’est que beaucoup de personnes font l’amalgame (quartier = arabe = voyou = merci TF1, M6, etc….)

  39. http://www.lefigaro.fr/international/2012/07/30/01003-20120730ARTFIG00581-elle-filme-les-insultes-machistes-ordinaires.php

    “D’autres ont vu dans le travail de l’étudiante un penchant raciste, car les séquences sont tournées majoritairement dans un quartier maghrébin. Interrogée à ce sujet par la chaîne de la télévision flamande la VRT, la réalisatrice répond : «C’était une l’une de mes grandes craintes, comment traiter de cette thématique sans tourner un film raciste? Car c’est une réalité: quand on se promène à Bruxelles, 9 fois sur 10, ces insultes sont proférées par un allochtone (un étranger, ndlr.) Mais ces personnes ne sont pas représentatives de toute la communauté maghrébine.»”

    Car c’est une réalité, mais c’était une de mes grandes craintes. Merde, si on peut plus filmer le réel sans être raciste, qu’est-ce qu’on va faire ?

    Drague agressive, avec insultes à la clé et ces femmes qui vous disent qu’elles ne font pas le rapprochement avec la bougnoulisation, que ce serait du racisme… Veulent pas voir, on est tous pareils hein, pour elles tous les hommes sont comme ça.
    Elles prennent de la misogynie inculquée dès l’enfance pour du machisme, c’est plus facile et surtout c’est politiquement correct. Elles font un gros amalgame pour se défendre d’en faire un autre, nauséabond.

    Et pour le semi-demeuré, c’est la même chose que les trafiquants de drogues de Zemmour, personne ne prétend que tous les Arabes et les Noirs manquent de respect aux femmes dans la rue, mais que ceux qui le font sont Arabes ou Noirs dans la plupart des cas.

    • Et la plupart des pédophiles/tueurs en série/banquiers escrocs/politiciens véreux sont de type caucasien. Bref, on peut tourner en rond pendant des heures au niveau argumentaire foireux. Et c’est pas sympa le « semi-demeuré », je dirais même fort peu urbain^^

    • La nana va filmer dans un quartier à forte population maghrébine, et oh ! Surprise ! La plupart des gros porcs machistes sont Maghrébins !

      Elle serait allée dans un quartier polonais, elle aurait été sifflée par des gros porcs machistes Polonais. C’est aussi con que ça.

  40. La médiatisation du reportage de Sofie Peeters a eu deux impacts différents : premièrement, elle a lancé une polémique : pointait-elle du doigt que le sexisme était une question d’origine ? À ce propos, elle a déclaré :

    « Oui, c’était une l’une de mes grandes craintes : comment traiter de cette thématique sans tourner un film raciste. Car c’est une réalité : quand on se promène à Bruxelles, 9 fois sur 10, ces insultes sont proférées par un allochtone [un étranger].«

    • Une seule source?

      Aucun intérêt, avez-vous seulement vu de vos propres yeux ce qui est dit dans cet article?

      J’ai personnellement vécu ces conditions de vie (je suis une blanche-neige, face de craie, cachet d’aspirine, tête d’ouate, blanco, toubab, gaouli, etc,… je précise).
      Je ne dirais pas que le racisme n’existe pas, il est présent dans chaque couche de la société (et à combattre , c’est mon humble avis).

      Seulement nous vivons dans une jungle et qu’elle que soit la communauté, cela reste une question d’éducation. Ce n’est pas culturel.

      J’ai été amené à rencontrer nombre de petits blancs qui traitent nos filles et femmes comme des animaux. Allez donc dans les pays de l’est ;)

      • Je suis bien d’accord: c’est l’éducation qui fait défaut, le « mais que ceux qui le font sont Arabes ou Noirs dans la plupart des cas » est fallacieux. Ce sont avant tout des petits cons sans éducation, dans le même contexte un « visage pâle » ferait pareil :p

  41. En finissant par un smiley comme « :p » j’suis obligé de prendre au sérieux ?

    Dire que ce n’est pas culturel mais que c’est une question d’éducation n’a aucun sens, puisque précisément c’est ça, culturel. Culturel c’est ce qui arrive après la naissance, c’est en opposition à naturel, à l’inné.

    Un visage « pâle » aurait fait pareil ? Ce que tu dis est faux car les classes populaires en France, souvent miséreuses et incultes, n’ont jamais eu ces comportements de racistes qui revendiquent une colonisation en cours. Et les Mohamed Merah sont très malins et savent s’incliner devant leurs parents, ne t’en fais pas pour eux, ils lisent et écrivent souvent très bien. Sans parler des mecs qui prévoient des attentats, comme ceux de Madrid ou de Londres, à l’image d’Adlène Hicheur récemment en France, un type bossant au CERN, ces gens sont ingénieurs. Rien à voir donc. La haine n’est pas le fruit de l’ignorance, et l’ignorance n’implique pas la haine. Ce ne sont absolument pas des petits cons sans éducation, en revanche les gauchistes qui font dans l’idéologie pour ne pas voir l’évidence que leur montrent leurs yeux, ce sont des petits cons et des petites connes.

    « traiter les femmes comme des animaux » ? Déjà je me méfie de l’appréciation d’une gauchiste. Mais soit, et alors ? Qu’il y ait du patriarcat dans des pays blancs n’a aucun rapport avec le remplacement de population qui se joue en France, aucun.

    Aujourd’hui rien ne justifie qu’on importe des populations maghrébines qui n’ont rien su construire chez elle ici, rien. Surtout quand leurs fils nous crachent dessus sous l’éducation avisée de leurs parents, qui leur disent de belles choses sur la France, qui leur transmettent un ressentiment inouï. Mais bon… dans un autre contexte… ? On s’en branle, on est dans ce contexte-ci, celui de l’après-guerre d’Algérie, et ce qui se passe au nom de la morale de la culpabilité est abominable.

    L’éducation, le culturel, au bout d’un moment ça s’inscrit dans les gênes. On ne dit jamais « Il a le caractère de sa mère, les tics de son père » ? Les humains qui ont vécu au bord de l’eau sont devenus marins, ceux qui ont vécu dans un berceau de civilisation avec de grandes étendues deviennent champions des marathons. La culture s’inscrit évidemment dans les gênes car comme la nature est bien faite, elle s’adapte à l’environnement. Or en faisant venir des millions de personnes on n’assimile plus rien, on remplace. Des individus, quelle que soit leur couleur, peuvent forcément s’adapter à tout milieu s’ils y sont plongés. Mais ce n’est pas ce qui se passe. On ne plonge pas quelques africains dans un milieu européen, ou plonge un milieu africain dans un milieu européen. Avec les conflits que ça génère.

    Bref, aucun intérêt tes remarques de plateau-télé.

    Le terme de tueur « en série » est trompeur, puisque la notion de « série » implique un psychopathe homicide suffisamment intelligent pour déjouer les recherches de la police pendant un certain temps. Les tueurs d’origine africaine ne sont pas moins nombreux ou sauvages, ils sont juste moins doués.

    Ensuite, aux Etats-Unis, où les statistiques sont fiables, 22 % des tueurs en série sont noirs, alors que les Noirs ne représentent que 13 % de la population américaine. Enfin, cherchez un peu sur Google « serial killing africa » ou « ritual killing africa », pour voir ce que donnent les Noirs chez eux…

    Et en Amérique, les Noirs (13 % de la population seulement !) commettent 59 % des meurtres, 61 % des vols, et 50 % des viols (sur des femmes blanches dans 54,9 % des cas) – Notez que les statistiques sont formelles : les meurtres à motivation raciste sont, dans 55,6 % des cas, le fait de Noirs sur des Blancs, contre 24,4 % de Blancs sur des Noirs…

    Il y a aussi une différence, ton commentaire n’est pas illégal. Tu ne risques rien en disant ce que tu viens de dire. Zemmour a été condamné pour avoir dit que la plupart des trafiquants étaient noirs et arabes. Que tu juges mon raisonnement foireux, sans d’ailleurs le comprendre, peu m’importe, mais surtout tu peux m’envoyer devant un juge pour ça. Voilà la différence fondamentale, qui en dit long sur la haine subie par les Blancs en ce moment.

    Enfin, il ne s’agit pas de dire qu’il existe une nature intrinsèquement pure, inoffensive, la blanche, et une autre sauvage et meurtrière, l’africaine. Il ne s’agit pas de génétique, il s’agit d’un contexte précis, d’un moment de l’histoire. Ce que tu dis ne changes rien à ceci : un processus de colonisation démographique est en cours, et celui-ci provoque un racisme antiblanc généralisé, quotidien dans la rue, avalisé par les politiques et les médias, par un pouvoir qui de surcroît condamne sévèrement tous ceux qui osent en parler franchement.

    Si un Juif d’Allemagne en 1936 te raconte ce que les Allemands lui font subir, tu lui répondrais « Arrête ton raisonnement foireux, la plupart des cannibales sont asiatiques de toute façon, ça veut rien dire » ?

    C’est croire que ton commentaire foireux prouverait que mon raisonnement est foireux qui est, justement, un raisonnement foireux.

    Ce que je dis là je le dis ailleurs, mille fois, mais je sais que vous continuerez inlassablement de venir raconter des conneries démontées X fois par A + B, en bons négationnistes que vous êtes, en espérant nous avoir à l’usure…

    • Confusion entre culture personnelle et culture de groupe, blanchiment des gentils français d’origine qui sont forcément gentils car blancs et AOC (blanchiment, « lol »), mépris ouvert des interlocuteurs, racisme, division eux/nous, vision sélective de l’histoire récente, eugénisme (coucou, 1920!), mépris de l’interlocuteur: le retour, Racisme II: les Statistiques Américaines (A beau mentir qui vient de loin), crise de martyr (pauvre chou), contradiction flagrante avec les arguments précédents, guerre de civilisations/complot (Eux contre Nous: le fils du retour de la vengeance), tentative de Godwin, charabia, mépris final.

      9,5./10.

      Le point Godwin est un peu bancal et trop sous-entendu, le reste est tout simplement parfait.

    • Voyons:
      Blanchiment des gentils français de souche qui sont forcément gentils car blancs et de souche (blanchiment, « lol »), division Eux/Nous, mépris ouverts des gens de point de vue différent, évolution dans une réalité parallèle, traite des bruns, rapport incertain à la réalité, victimisation, racisme & eugénisme (coucou 1920!), le Mépris II, Racisme: le Retour, Racisme III: Les Statistiques Américaines (A beau mentir qui vient de loin), Victimisation II: la Passion de St-Zemour, contradiction flagrante de tout le texte précedent, guerre de civilisation & complot, tentative de Godwin, charabia, et déclaration final de l’Assiégé qui détient la Vérité aux masses bêlantes qui refusent de l’entendre.

      9,5/10, très beaux.
      Le Godwin sur la fin est peu clair, il aurait fallu carrément traiter l’interlocuteur de sale nazi (points bonus pour l’ironie). Dans l’ensemble, je n’avais pas vu ça depuis les Envahisseurs des Inconnus.

  42. Ha non mais elle est tout à fait identifiée la femme sur 1000 qui encourage les bots : elle est rédactrice dans un magazine féminin. Je ne parle pas seulement de l’édito infâmant d’Alix Girod de l’Ain qui regrettait de ne plus pouvoir se faire dragouiller par ceux qu’elle appelait des « loulous » (oui, oui, ça la désolait de ne plus pouvoir se faire dire « Mam’zelle t’es bonne »), mais le nombre de fois qu’on a lu dans des magazines féminins ce délicieux conseil aux mortes de faim en manque d’homme d’accepter gracieusement et avec le sourire les « compliments » qu’on nous fait dans la rue… Je trouve ça déprimant… Ca doit être le syndrome de la bourgeoise qui s’encanaille, je ne sais pas…

    Note aux trolls : j’ai droit à ce genre de comportements trois à quatre fois par jour. La majorité des coupables porte une casquette et une tenue de caillera de banlieue. Croyez-le si vous voulez mais il y en a un bon nombre (la moitié peut-être ? Je ne note pas les statistiques sur un petit carnet) de blancs.

    • Casquette : accessoire permettant aux trolls de faire transiter un sujet de l’état de légerté humouristique à celui de point godwin. La vitesse de transition explose souvent tous les principes relativistes.

      • Casquette: exerce la même fonction signalétique envers le con que l’étiquette du Port Salut sur icelui.
        A plus forte raison si elle est portée dans un endroit clos qui lui ôte de fait toute utilité pratique.

  43. J’ai ri, comme d’hab’, mais le message de fond m’embête: c’est la faute aux filles qui répondent aux spammeurs.Vraiment?
    La métaphore ne tient plus: les bots qui font ça recherchent aussi la reconnaissance de leurs pairs, car oui, pour eux insulter une fille seule dans la rue c’est montrer qu’on est un vrai mec quoi, avec des cojones. Le résultat (proche du 0% je l’espère), importe peu.

    • Il y a peut être aussi une certaine émulation entre les spammeurs qui sait… Du genre « moi j’envoie 100 000 messages à la seconde alors que toi tu en envoies que 90 000″.

  44. Bonsoir Odieux.

    Petite info : il n’y a pas de « s » à « George » Abitbol.
    Voir générique du flim en question.

  45. Tu ne sais pas de quoi tu parles. L’éducation relève du culturel, le génétique du naturel, c’est la définition, point.

    Tu as beau dire que ce sont des Blancs aujourd’hui qui posent problème en France, écoute, si ça t’aide à dormir. Sache juste que ton négationnisme révèle ta vraie nature, et surtout n’es plus efficace en 2012.

    Faire venir des populations qui ont historiquement un ressentiment très fort contre nous ne pouvait finir que comme ça, en plus du gouffre civilisationnel qui nous sépare. Ça ne veut rien dire « problème d’éducation » ici, car leur éducation c’est précisément de nous haïr, ça leur va très bien à eux, et à leurs parents.

    Les racailles blanches représentent une infime partie des racailles de banlieue, c’est évident pour qui a simplement des yeux en état de marche, et les chiffres le confirment, ceux des prisons et les autres, tout le monde le sait de manière évidente.

    Hier j’ai lu qu’en Afrique du Sud trois Noirs ont massacré une famille entière, violé la mère avant de l’abattre d’une balle dans la tête, puis abattre son mari, puis attraper le gamin qui pleurait pour le noyer dans l’eau bouillante. Ceux qui les défendent, parce que oui ça existe, disent qu’ils se sont vengés de leur patronne, car la femme était leur ancienne patronne, et de la colonisation blanche en général.

    Excuse sociale, comme toujours. Alors on imagine les milliers de Mohamed Merah en puissance qui voient ça. Ils sentent qu’ils peuvent passer à l’acte, laisser exploser leur haine, car il y aura toujours des Blancs pour les défendre, les « comprendre », et emprisonner les Blancs qui osent dire la vérité. C’est grâce à votre discours que tout ça arrive.

    Ils ont du sang sur les mains, mais vous en avez plein la bouche.

      • Certaines civilisations (surtout si les présidents du FMI en sont issus) valent mieux que d’autres (surtout si elles sont différentes de nous). C’est simple à comprendre, merde.

      • Je parle par exemple des ingénieurs français qui ont conçu la vue du robot qui vient d’arriver sur Mars, en comparaison du Maghreb, cet endroit qui n’a jamais apporté, qui est indésirable y compris dans le monde arabe lui-même. Demandez aux Perses d’Iran ce qu’ils pensent des Algériens.

        D’une manière générale je parle d’un continent qui envoie ses hommes sur la Lune et d’un autre qui n’arrive pas à nourrir ses propres bébés.

      • Atombreicher

        Et alors, garçon, pas capable d’écrire vous-même ? Vous nous balancez du wiki ? Vous voulez dire quoi ? Que l’islam est génial ? Il n’a que le génie des peuples qu’il a conquis, particulièrement en Espagne, en Iran aussi, et qui n’a persisté que peu de temps sous l’étouffoir des imbéciles islameux. Que le commerce triangulaire est pas gentil ? Mais vous ne parlez pas des millions de Nwars razziés et castrés par les Arabes pendant des siècles. Alors que le commerce triangulaire n’a jamais rien razzié, il s’est contenté d’acheter les bestiaux que les Zafricains eux-mêmes venaient leur vendre. Que la France a indûment colonisé ? Ca, c’est vrai. Elle aurait dû massacrer. Tout ça lui a coûté un fric fou, pour se faire envahir 100 ans plus tard parce qu’elle a eu la connerie de TOUT faire pour que les peuples colonisés se multiplient comme des lapins.

      • Mon bon Titus,
        Je me suis contenté de sous-entendre, tellement c’était évident, mais enfonçons donc le clown.
        Les civilisations orientales islamiques ont connu un age d’or, une Renaissance avant la nôtre, et ont sauvegardé des connaissances et des textes tout plein tout plein. Sans eux, nous n’aurions probablement jamais conquis le monde, en tout cas pas aussi vite.
        En Droit, on ne se prévaut pas des turpitudes d’autrui pour excuser ses propres fautes. Oui, les arabes d’Afrique ont réduit tant et plus de gens en esclavage, néanmoins cela n’excuse en rien les occidentaux d’y avoir pris parti. Vous savez qui d’autre étaient un maillon de la chaîne (si je puis m’exprimer ainsi) de l’esclavage de cette époque? Les peuples africains de la côte eux-même, qui traquaient ceux de l’intérieur du continent. De quoi cela est-il une preuve flagrante? De la similitude – et donc de l’égalité – de fait entre les humains. Tous.
        Un truc qui est rigolo, c’est que si le racisme et la déshumanisation des gens différents (par exemple d’une autre couleur de peau) peuvent s’observer spontanément, par contact entre deux individus, on les retrouve aussi et surtout quand un individu prend indûment le dessus sur ses congénères. Ca le légitime, et ça étouffe les remords. Ben oui, c’est qu’des « bestiaux », c’est pas grave si ça meurt et si ça souffre.
        Vous n’avez toujours pas l’air de comprendre la différence entre un flux migratoire dû à l’Histoire et une invasion. Essaye encore.

      • CERTAINS humains sont capables de vendre leurs voisins DONC ils sont TOUS similaires DONC ils sont TOUS égaux.
        On a beau s’attendre à tout…

        Y’a 400 ethnies au Congo. Allez-y et expliquez-leur qu’en fait ils sont tous similaires. N’oubliez pas le poivre et le sel.

        Au passage, le terme de “bestiaux” est celui que j’ai employé pour décrire brièvement la traite des Noirs (occidentale). Evidemment, ce sont les Africains vendeurs qui considéraient les esclaves comme du bétail. Si pas vendus, tués ou bouffés.

        Sinon, vous semblez confondre une invasion, qui a pris des formes contemporaines assez inédites il est vrai…. avec de vulgaires et simples flux migratoires.

      • “Un autre truc qui est rigolo, c’est que si le racisme et la déshumanisation des gens différents (par exemple d’une autre couleur de peau) peuvent s’observer spontanément, par contact entre deux individus, on les retrouve aussi et surtout quand un individu prend indûment le dessus sur ses congénères. Ça le légitime, et ça étouffe les remords.”

        Les arabes ont trainé en esclavage à peu près tout ce qui pouvait leur tomber sur la main : perses, italiens, maltais, noirs, caucasiens, etc,…

        Et pourtant, bien qu’on trouve à peu près partout dans la littérature où l’on parle des noirs ( Ibn khaldoun, al-jahezh, al-mas’oudi,…) le même type de préjugés que les européens ont toujours eu vis-à-vis des noirs : stupides, toujours très contents et souriants, très bons danseurs et forts physiquement, plus proches de l’animal que de l’homme civilisé,… On ne trouve pas une seule ligne cherchant à expliquer l’infériorité raciale des européens ou des perses.

        On me dira que dans la plupart des cas, lorsqu’un arabe du moyen-âge commençait à virer nauséabond sur les nègres, il paraphrasait Gallien (en le citant nommément) et qu’il y ont trouvé matière à justifier l’esclavage mais alors pourquoi les arabes n’ont jamais ressenti le besoin de voir les européens chrétiens comme des êtres inférieurs? La seule différence, ma foi, c’est que les noirs, vu comme inférieurs, valaient moins chers que les blancs sur les marchés au esclaves d’Alger et de Baghdad…

        Il n’y a aucun lien entre les rapports de domination entre les peuples et la formation de stéréotypes.
        Les arabes et les européens ont toujours eu les même stéréotypes vis-à-vis des noirs parce que les noirs ont toujours renvoyé la même image.
        Sinon les arabes, alors qu’ils méprisaient les noirs, divinisaient les indiens (la meilleure race selon pas mal de prosateurs du moyen-âge), respectaient les perses et essayaient de remplir leurs harems avec le maximum de blanches et formaient leurs armées avec des esclaves blancs, dont ils allaient jusqu’à leur confier l’exercice réel du pouvoir (mamelouks), tandis que les esclaves noirs étaient en train de récurer les chiottes du palace

        D’ailleurs on retrouve aussi dans la littérature arabe les même stéréotypes vis-à-vis des arabes que ceux que les européens ont toujours eu vis-à-vis des arabes : fourbes, traîtres, ayant une tendance à l’oisiveté et ayant le goût de la rapine et de l’embrouille pour que dalles.

        Toute la théorie à la con du racisme conséquence de la domination coloniale est à jeter à l’eau.
        Les anciens décrivaient ce qu’ils voyaient, point barre.

      • « CERTAINS humains sont capables de vendre leurs voisins DONC ils sont TOUS similaires DONC ils sont TOUS égaux. »
        Les occidentaux, les arabes et les noirs ont réduit leurs congénères en esclavage sans un regard en arrière. Ceci m’a l’air d’une grosse similitude, et une confirmation du fait que ce sont tous des Homo sapiens sapiens, DONC des gens, donc des individus à qui s’appliquent les diverses déclarations des droits de l’Homme et du Citoyen.
        Il vous faudra faire avec.

        Il en va de même avec les 400 ethnies congolaises. Culture n’est pas Nature, ni espèce.

        “bestiaux”, « Africains vendeurs qui considéraient les esclaves comme du bétail »
        J’en reviens à ce que je disais concernant les remords et la déshumanisation, c’en est un exemple flagrant.

        « Sinon, vous semblez confondre une invasion, qui a pris des formes contemporaines assez inédites il est vrai…. avec de vulgaires et simples flux migratoires. »
        Je prends la liberté de comprendre l’invasion dont vous parlez comme d’un acte militaire à grande échelle, corrigez-moi si j’interprète mal.
        C’est qui les chefs? Combien de divisions? Quelles armes lourdes, quelle aviation, quelle marine? Quand fut signée la déclaration de guerre, et de qui émane-t-elle?

        Deuxième message:
        Je suis surpris. Vous commencez à accorder du crédit aux civilisations arabes, et à détailler leurs vues, alors que quelques temps plus tôt, vous en parliez comme la lie de l’humanité. Je crois y voir une profonde contradiction. S’il n’ont aucun mérite, pourquoi leur accorder du crédit? Et quand bien même auriez-vous changé d’avis entre-temps, ce qui est tout à votre honneur, pourquoi serais-je convaincu par leur rhétorique raciste, moi qui suis convaincu de l’inanité du racisme?

        Du reste, ce n’est pas parce que l’on apprécie certaines qualités des peuples voisins et qu’on les utilise pour remplir des rôles variés dans sa société qu’on les respecte. La courtisane blanche était-elle vraiment respectée? Le joueur de jazz du Mississippi, tout applaudi qu’il soit sur scène, récolte-t-il autre chose que des regards noirs (oooohh…) dans la rue?
        Une image me vient à l’esprit: celle du garde du corps, ou garde de harem/eunuque noir, extrêmement musclé, et fort peu occupé à récurer les chiottes. Donc la justification du racisme par sociologie historique, hein…

        « on retrouve aussi dans la littérature arabe les même stéréotypes vis-à-vis des arabes que ceux que les européens ont toujours eu vis-à-vis des arabes »
        Je vous saurais gré de m’indiquer vos sources, cette assertion étant passablement surprenante. On pourrait s’attendre, au contraire, à ce que ces gens, comme tout le monde, aient une bonne image d’eux-même.

        « Les anciens décrivaient ce qu’ils voyaient, point barre. »
        Les anciens nous ont gratifiés de la terre plate, de la terre au centre du système solaire, de la théorie des humeurs, de la musique des Sphères, de la vie après la mort, et j’en passe. Ils décrivaient ce qu’ils voyaient, et se sont plantés dans les grandes largeurs. Les gens sensés ont abandonnés ces idées insensées, et c’est pour cela que nous en sommes aussi loin aujourd’hui.

      • “Les occidentaux, les arabes et les noirs ont réduit leurs congénères en esclavage sans un regard en arrière. Ceci m’a l’air d’une grosse similitude, et une confirmation du fait que ce sont tous des Homo sapiens sapiens, DONC des gens, donc des individus à qui s’appliquent les diverses déclarations des droits de l’Homme et du Citoyen.”

        Vraiment ? Vous osez publier une phrase pareille ?

        Vous ne vous rendez pas compte de l’abîme d’ignorance et de stupidité que cela révèle chez vous ?

        Vous confondez tout, pour le coup vous procédez à des zamalgams hallucinants, vous confondez allègrement des concepts qui n’ont rien à voir, vous avez une logique de limace, vous nous dites : grosse similitude historique à un instant t = appartenance à une même espèce biologique = justiciables des mêmes lois juridiques => donc il n’y a aucune différence entre les êtres humains, tout le monde il est pareil, tout le monde il doit se mélanger et il faut ouvrir grand les portes à l’immigration.

        Et après, vous avez le front de demander :

        “Je vous saurais gré de m’indiquer vos sources.”

        Grâce à Internet et au semblant de savoir que lui doit le droit à l’université pour tous, n’importe quel cuistre se croit maintenant en droit de réclamer “des sources” !…

        Le savoir, ça se mérite et ça se travaille.

      • Qui a dit que toute invasion serait nécessairement militaire ?
        Puisque je vous parle de “formes contemporaines inédites” c’est bien que
        je ne confonds pas les invasions traditionnelles avec celle dont nous parlons !

      • « Vous ne vous rendez pas compte de l’abîme d’ignorance et de stupidité que cela révèle chez vous ? »
        « vous avez une logique de limace »
        Merci, ô membre éclairé de la Race supérieure.

        Précisons donc: Hypothèse reprenant l’état actuel des connaissances (tout les humains actuels sont de la même espèce, il n’y a plus ni erectus ni Hommes de Flores), confirmation de l’hypothèse (c’est tous les mêmes connards, que ce soit à un instant t ou n’importe quand, suffit de faire un peu d’Histoire pour s’en rendre compte), déroulement logique des conséquences (gens/droits).
        J’ai effectivement commis une faute. Par paresse, je n’ai pas repris l’ensemble des connaissances acquises depuis cent-cinquante ans, qui ont mené à l’état actuel du savoir sur lequel je me base. Vous m’en excuserez, j’avais un peu la flemme de vous faire un résumé synthétique de tout ça, un commentaire n’y aurais pas suffit.
        Maintenant, vu que vous remettez en cause ce qui est considéré comme normal et au plus près de la réalité, vu que vous affirmez avec véhémence des choses extraordinaires, et pour la plupart considérées comme périmées, la moindre des choses, c’est bien entendu de ne pas vous croire sur parole, mais d’exiger des sources, des preuves, bref des éléments concrets, testables, plusieurs fois, par des gens différents, qui vous permettront de décrocher un prix Nobel ou deux. C’est bien le moins que l’on vous devra pour révolutionner à ce point les connaissances médicales, biologiques, sociologiques…

        « tout le monde il est pareil »
        Tout le monde il est humain. Tout le monde il a le droit de ne pas se faire traiter de sous-être.

        « tout le monde il doit se mélanger »
        Les populations bretonnes sont restées bien trop longtemps dans leur coin. Résultat? Un taux beaucoup plus élevé de maladies génétiques (Hémochromatose? Trop bien!). L’empire chinois est resté dans son coin trop longtemps, à une époque ou les britanniques et les français commençaient à vraiment se goinfrer de territoires et de conquête. Ils n’ont pas voulu voir le péril blanc (Parce que tout le monde sait que hors de l’Empire, c’est qu’un tas de sauvage. C’est marrant, ça me rappelle quelque chose, mais quoi?), ils n’ont pas démarré de révolution industrielle, ils ont pris super cher au 19e et 20e siècle.
        L’isolationnisme est un fléau.

        « il faut ouvrir grand les portes à l’immigration. »
        Ha bon? C’est ça que vous lisez dans mes arguments? Un mec n’est ni pire ni meilleur qu’un autre mec de par leurs différences de phénotypes, donc il faut ouvrir grand les frontières?

        « Grâce à Internet »
        Loué soit Internet. Du reste, pour quelqu’un resté bloqué sur le pont d’un négrier, vous me semblez mal placé pour parler de cuistrerie.

        Le savoir, tout le monde le mérite et devrait pouvoir l’acquérir.

        Des invasions: j’avoue que j’ai peur de ce que je pourrais lire, mais je ne résiste pas à la curiosité de lire une explication peu ou prou détaillé de ce qui est sensé se tramer, selon vous.

      • « Tout le monde il est humain. Tout le monde il a le droit de ne pas se faire traiter de sous-être. »

        Sûrement pas. Vous, par exemple, vous êtes à l’évidence un abruti.

        On pourrait ne pas vous en tenir rigueur, et s’abstenir de vous le faire remarquer, à la condition bien entendu que vous ne tartiniez pas votre connerie en couches épaisses.

        Par ailleurs, vous demandez des références. En voici une, pas trop complexe pour s’en tenir à votre niveau d’escargot mental : http://www.charlesdarwinresearch.org/ . Et ne me dites pas que c’est trop simple pour vous. L’auteur, le Pr Rushton, a écrit des dizaines (centaines ?) d’articles de haut niveau qui vont contre la doxa. Lisez aussi Lynn, Dawkins, enfin, pas seulement le journal de Mickey.

      • « Sûrement pas »
        Oh que si. Bienvenu en 2012.

        « vous êtes à l’évidence un abruti. »
        Je me demande s’il est pertinent de traiter d’abruti quelqu’un qui démonte systématiquement tous vos arguments avec une facilité déconcertante.

        Voyons donc la référence:
        Mondieumondieumondieu. Le pauvre Charles serait horrifié de se voir ainsi récupéré. Lui qui fit tant pour montrer l’unité de l’espèce humaine, et l’absence totale de limites claires entre les « races »…
        Galton? Galton est aux poubelles de l’histoire des sciences, entre la terre plate et le modèle atomique de Thomson. Pas étonnant que vous débitiez sornettes sur sornettes en vous basant sur des conneries pareilles.
        Que dire d’autre? Rhétorique classique visant à se faire passer pour un rebelle en butte à l’autorité arbitraire et dictatoriale. Mouais. C’est vu et revu. Ca vous amuse à ce point, de vous coller entre n’importe quel fondamentaliste religieux et les climatosceptiques?

        On parlait de Dawkins?
        « If you are in possession of this revolutionary secret of science, why not prove it and be hailed as the new Newton? Of course, we know the answer. You can’t do it. You are a fake. »
        Ca ne m’a pas l’air très différent de ce que je vous disais quelques messages plus haut.

      • Crétin obtus, il n’y a pas de limite claire entre les différentes couleurs de l’arc en ciel. Mais le rouge est TRES différent du violet. Voyez ? Et même, l’orange est très différent du vert.

        Et puis pour les risques d’endogamie , regardez donc ici

      • « Crétin obtus »
        Première règle du débat civilisé: A la 75e insulte, l’interlocuteur est automatiquement convaincu de la justesse de votre point de vue. Excellent. Poursuivez.

        « le rouge est TRES différent du violet »
        Tout à fait. Le point important, c’est que ces deux fréquences font toutes les deux parties du spectre visible (attention, métaphore), et qu’aucune n’est meilleure que l’autre, dans l’absolu. Cela n’a absolument aucun sens de dire que le rouge est mieux que le violet, ou inversement.

        Intéressante, la carte. Ils doivent subir moults maladies génétiques, au Moyen Orient et en Afrique du Nord.

      • Atombreicher :

        Allons, vous voyez bien que Titus, tel Don Quichotte affrontant ses moulins à vent, ne répond plus à vos arguments, occupé qu’il est à contrer ceux qu’il vous imagine avancer. Pour caricaturer (pourquoi serait-il le seul autorisé à s’aventurer dans la fiction ?) :

        « Atombreicher : Après une brève recherche sur internet, il apparaît déjà que le Pr Rushton (psychologue de son état et donc assez peu crédible quant à sa capacité à révolutionner la définition que donnent les généticiens de l’unité de notre espèce) est la risée de la communauté scientifique.

        Titus : Comment ça les moeurs arabes sont acceptables ? Ils pratiquent le mariage consanguin !

        A : Euh (hein ?), oui, je comprend, mais ce qui est passionnant avec l’évolution des sociétés humaines, c’est justement de voir combien le contexte économique et politique peu changer les modèles sociaux des individus, jusqu’à modifier l’expression génét…

        T : Ah parce que pour vous le rouge c’est pareil que le violet ? C’est la fête des débiles ce soir !

        A : Je… Quoi..? Mais non, je… »

        Je comprend qu’il vous en coûte de le laisser s’enivrer de son propre délire de persécution et que vous aimeriez qu’il vous quitte sur un amical « Finalement, c’est peut-être vrai que les étrangers ne sont pas le pire des ennemi que les modestes et honnêtes citoyens aient à affronter… ». Ce serait déjà un progrès mais vous savez comme moi que c’est peine perdue.
        Titus veut, coûte que coûte, que vous lui fournissiez les moyens de vous détester, que vous restiez solidement ancré dans le camp adverse pour qu’il croie affronter héroïquement une horde de bobos parisiens à lui tout seul.

        Son triomphe est aussi inéluctable que schizophrène. Laissez-le donc aller en rage.

    • Titus, c’est facile de sélectionner des faits divers et de les présenter comme une vérité universelle.
      Seulement ça devient triste de le faire ici…

      • Ce ne sont pas quelques faits mais des milliers chaque jour, notre quotidien. Perso je ne sélectionne rien dans les journaux, je vais dans la rue et j’ouvre les yeux.

        Et surtout, qui a dit que le racisme des gens d’origine africaine était « universel » ? Je dis au contraire qu’il est propre à notre époque et s’explique facilement dans notre contexte.

        Un Juif en 1933 te raconte ce que lui font les Allemands, il veut dire que les Allemands sont antisémites universellement ?

        Il n’y a rien de plus « facile » que tes interventions.

      • « Perso je ne sélectionne rien dans les journaux, je vais dans la rue et j’ouvre les yeux. »
        Et c’est là que tu constates avec horreur qu’une bande de noirs Sud-Africains est en train de violer et de torturer une famille de fermiers blancs, juste sur le pas de ta porte.

      • C’est également ce que je croyais, avant que son dernier com ne confirme qu’il est un militant front national convaincu.

      • Si c’est un troll il est assez naze: il passe beaucoup plus de temps à pondre ses conneries que les gens à y répondre. C’est plus surement juste un vrai français francisant de france, de pure souche depuis l’extinction des dinosaure. (encore que « titus » sa pue le sale immigré romain)

      • Ne me lance pas sur le sujet des romains !
        Parceque je suis pas raciste, mais dans le genre va-y que je m’incruste là où je suis pas invité, que maintenant c’est moi qui décide des lois et des religions, ils se posent quand même là. D’autant que quand il s’agit d’envoyer des sondes dans l’espace, y’a personne mais pour aller montrer sa nouvelle toge dans un cirque et se marrer en regardant des mecs se faire bouffer par des lions, là y’a du monde !

    • Je me retrouve au beau milieu d’un clash de civilisations ! Mais je voulais juste mater des culs, moi !

  46. Juste une chose: le jogging-chaussettes remontées c’était il y a dix ans ! « wesh c’est les boloss qui se sapent comme ça t’as vu. »
    (Mais ne t’inquiètes pas je te pardonne de ne pas connaître les modes vestimentaires de nos amis les bots)

    Non maintenant on a droit au superbe jean qui descend tout seul, c’est simple: le but c’est qu’on voit le cul le plus possible, sinon ça le fait pas. Assorti d’une ceinture qui est à but purement décoratif, attention !

    A part ça, sympa l’article.

  47. Notons aussi qu’il y a certains bots absolument pas denues de poesie : un jour, j’ai entendu dire d’une chinoise que « avec ses yeux brides, elle, elle a la certainement la chatte a l’envers ». depuis, je m’interroge.

  48. Cher Odieux
    je suis avec délectation votre blog depuis presque un an et applique au quotidien vos judicieux conseils vis à vis de la question épineuse de la gent féminine.
    Pourriez vous dans un geste de bonté absolue vous fendre d’un spoiler vis à vis de l’improbable film sur Abraham Lincoln chasseur de vampires?
    J’aimerais voir de moi même cette incongruité mais j’ai pour être franc peur pour mon intégrité intellectuelle à la fin de cette épreuve.
    Encore une fois,soyez chevaleresque!
    Merci .

    • Si, comme vous le dites, vous avez le soucis de préserver votre intégrité intellectuelle, commencez donc pas éviter de vous précipiter dans ce genre de hachoir à cerveau.
      De son propre aveu, l’auteur du livre est un escroc (« lors du bicentenaire de la mort de Lincoln, j’ai vu que les bouquins sur l’ancien président se vendaient aussi bien que ceux sur les vampires : bingo ! ») et le réalisateur à l’habitude de traiter ses sujets comme Poutine les tchétchènes.
      Le spoil de OC me paraîterait franchement téléphoné.

  49. Il m’est arrivé, et il m’arrive encore d’ailleurs, de me retourner fugacement au passage d’individus de sexe manifestement féminin dont l’apparence physique me semblait plaisante. Et si certaines n’étaient pas en jupe, beaucoup sont de type caucasien, Je viens donc de découvrir que je suis un sale gros macho sexiste, raciste de surcroit.
    OK, d’accord.
    Mais il m’arrive aussi de me retourner au passage d’automobiles dont l’apparence me plait aussi beaucoup, et d’origine transalpines.
    Cela fait-il de moi un sale bagnoliste antipatriote?
    Et même, je mate ouvertement le plat du jour de certains restaurants, en marmonnant des réflexions salaces du genre « ça m’a l’air meilleur qu’un coup de pied au cul tout ça », ce qui déclenche parfois l’hilarité contenue de mes camarades parfois avinés
    Dans quoi cela me classe-t-il?

    Bon, c’est vrai, les réflexions d’ado pré-pubères qui n’ont pas d’autre raison que faire le « cake » au sein d’un groupe inintéressant , je cautionne pas tellement, voir pas du tout. Cela m’énerve même quand je les entends.
    Mais, il faut être honnête cela m’énerve parce que, j’ai passé l’âge, que j’ose pas (étant donné que mes références littéraires ne sont pas les rappeurs américains de MTV, mais Brassens et Rostand, la millième cible ne comprend pas), pis surtout, ben ….. je suis jaloux.
    C’est vrai, quoi, merde à la fin. Je veux bien être LE millième, même le cent millième, qui par sa seule bêtise, encouragera les spammeuses à casquette.
    Même si elles n’ont pas de casquettes, j’encourage quand même ! Au nom de la parité, tiens!

    A part ça, Maître, j’oserai humblement vous poser deux questions qui me taraudent cet esprit qui me fait défaut (mais je le vis bien, pas de souci, hein?) :
    Après avoir donné l’importance qu’il ne méritait pas au comportement de quelques …. [je cherche le terme le plus exact]…. petits cons, l’avoir élevé au rang de phénomène de société et par la même créer un débats stérile qui verra nombre d’âneries, points Godwin et autres propos aussi haineux que dénués d’intérêt, à quel avenir professionnel peut prétendre la jeune étudiante? Sac de lest dans un aérostat?

    et

    Lisez-vous vraiment tous les commentaires faisant suites à vos publications?

    Bien à vous, et encore merci pour l’adresse en Irlande : j’y ai trouvé mon bonheur…. plusieurs fois

  50. Attention !
    L’Assemblée ne siffle pas les ministres en jupe, juste les ministres qui s’habillent avec des rideaux.
    Nuance.

  51. Face à ce genre de « menaces » et tout autre acte dérangeant de la vie quotidienne, je milite pour créer un nouvel organisme gouvernemental : la Police de la Civilité.

    Le job de rêve : un agent habilité remarque un acte incivil (outre les incivilités mentionnées plus haut la liste est longue, ajoutez ce qu’il vous plaira : crachat par terre, musique sur haut-parleur, cri dans les transports en commun – surtout avant 9h00 -, blocage dans les escalators, utilisation abusive des places de parking réservées aux personnes handicapées, gloussement intempestifs, … ). Dès lors, il peut sortir sa carte, sermonner le mécréant (ou la mécréante, je ne voudrais pas être taxée de sexisme) et agir de diverses manières : un coup de pelle, taser au plus haut voltage, tournevis ou corne de brume dans le tympan gauche, discussion philosophique avec Tex, … et diverses tortures physiques et/ou psychologiques.

    En attendant, la réponse « Oui, super, c’est très drôle, bonne journée … J’AI DIT Bonne journée! Allez Au revoir!  » sur un ton qui suggère que vous n’allez pas tarder à cuisiner ses orteils ou tremper son oreille dans une sauce à nachos peut parfois fonctionner (testé à Paris sur un bots seul – il avait perdu son groupe-, Janvier 2012), mais je m’en voudrais de dire que c’est la formule idéale (en groupe, ça ne fonctionne certainement pas).

    Enfin, petite précision : le son du flamand est lié à la météo belge. Il fait gris et il pleut tout le temps, les rhumes sont légions et ça n’est donc pas facile de prononcer des mots tels que « Curieuzeneuzemosterpot » en toute fluidité.

    Et comme on dirait de par chez nous : groetjes!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s