The Freud Machine

L’esprit est une chose particulièrement complexe.

Comprendre son mal-être, savoir interpréter ses rêves, ouvrir les yeux sur les blessures depuis trop longtemps inconscientes pour mieux les panser… autant de choses qui nécessitent souvent un accompagnement. Cela dit, la chose a un coût, et la voie de la guérison n’est donc pas toujours accessible à chacun ; c’est pourquoi, plutôt que de s’ennuyer à faire tourner les guéridons pour savoir ce que Freud aurait dit de ce mystérieux rêve que vous avez fait hier – oui, celui avec Staline qui vous offrait un bouquet de kebabs mais que vous ne pouviez savourer à cause de Florent Pagny que vous deviez emmener à la gare – il vous est proposé, cette semaine, enfin un système d’auto-analyse freudien afin que vous puissiez aisément trouver la paix en votre for intérieur. Nul doute que le sieur Freud en personne saura trouver des réponses comme lui seul en avait le secret, expliquant ainsi pourquoi, encore aujourd’hui, certains y voient une formidable référence. Un homme admirable et très ouvert comme on n’en fait hélas plus.

Aussi, laissons de côté les longs discours et cliquez donc par ici pour aujourd’hui.

Enfin un moyen simple de sonder votre esprit avec un personnage célèbre pour son talent unique.

Si après ça, vous trouvez que le bon docteur n’a toujours pas expliqué vos problèmes fondamentaux, alors il va être difficile de pouvoir vous aider plus.

Ah, si : pour votre rêve avec Florent Pagny, cela signifie surtout qu’il va vraiment falloir changer vos goûts musicaux, vous avez atteint un seuil critique.

De rien.

76 réponses à “The Freud Machine

  1. Bonjour cher Odieux !

    Je fais mon tatillon (« grammar nazi » – hop, point Godwin – comme dirait nos amis internautes), mais : « le bon docteur n’a toujours pas expliqué », ou alors « le bon docteur n’a toujours pas su expliquer »

    Aiguille dans botte de foin bien sur, le reste est excellent !

    Bien à vous !

    Amanalat

  2. Mon dieu, moi qui me demandait ce qui allait mal dans ma vie! Grâce à ce Freud simulator, je sais que chaque problème dans ma vie a obligatoirement et sans autre forme d’explication un lien avec le sexe!
    Merci, Freud Simulator!

  3. Freud, c’est le genre de penseur qui n’a pas vraiment besoin de parodie pour être désopilant. Ses spéculations sur la « horde primitive », en particulier.
    Je crains par contre les interventions, des Freuds-fans (« c’était un moment important de la pensée, quand même ») et les Freuds-haters(« c’est n’importe quoi, tenez un exemple supplémentaire. ») et des Onfray-fans, des Onfray-haters (qui les accompagnent depuis son livre qui ne reprenait pas du tout le sujet du livre noir de la psychanalyse) qui ne manqueront pas de pleuvoir. Mais le diagramme est magique, en effet.

  4. Je trouve au contraire que bouter Pagny hors de France pour lui payer un voyage dans un fourgon à bestiaux direction la Chine est ce qu’il faut pour faire remonter l’économie occidentale et la sortir de la crise.

  5. Finalement Freud ne m’aura apprit que ce que je sais déjà: je suis un pervers homosexuel Oedipien ! Je le clame haut et fort ! Amen !

  6. Excellent!
    Mais je suis un transsexuel siamois. Je n’arrive pas à suivre correctement vos petites flèches.
    Je me sens complexé.
    Help. HELP!

    • J’aimerais sincèrement comprendre comment on peut encore respecter son travail après l’avoir lu, justement !

      • Pour ses travaux sur l’inconscient et les névroses, ou sur l’importance des rêves dans la vie des hommes. Même si je suis pas toujours d’accord avec ses interprétations (ici parfois à peine caricaturées), c’était assez inédit comme recherche et je lui suis reconnaissant d’avoir mis en avant la richesse de l’inconscient humain et comment les rêves peuvent permettre de comprendre pourquoi certaines personnes vont mal.

        Ca m’empêche pas de considérer les psychanalystes d’aujourd’hui comme étant globalement une belle brochette de charlatans ;)

      • L’inconscient et les névroses, peut-être mais il me semble qu’il n’a rien inventé/trouvé à ce sujet ou si peu.

        Concernant les rêves, je ne vois pas autre chose que de la foutaise de « a » à « z » dignes des horoscopes de magazines dits « féminins ».

  7. Bonjour cher Odieux..Pour ma part suis toujours resté bloqué,sur le rêve de « Bernie »,sans jamais y trouver une quelconque signification,si ce n’est l’excès d’hinalation de colle,dans un sac en plastique bio,fait de Maïs recyclable…

    Bernie : En ce moment je fais toujours le même rêve, je nage dans la Seine et tout d’un coup j’avale un rat alors j’étouffe et puis je coule, et en bas y’a des huîtres elles m’attrapent les chevilles, alors je vomis le rat sur les huîtres, le rat il attaque les huîtres, je remonte à la surface, je prends une péniche dans la tête et là je me réveille.

    Le dealer : Putain… c’est pas la peine que je te file des trucs, à toi.

    • Edit: j’oubliai..Merci d’être là depuis 3 années,Je me paye des « Barres de rires » à chaque lecture très Cher Odieux.. ^^

  8. le premer lien que je partage de ma vie sur facebook tellement ce truc ma fait rire. On te suis jusqu’au US mon bon Connard !

  9. Un peu simple quand même, L’odieux nous à habituer à mieux. Pas une pointe de vraie critique (surtout que le commentaire sur onfray offre tant de perspectives).
    C’est rare mais je vais refouler cet article moi…

    • Pas entièrement faux..Mais je lui accorde toute mon indulgence..Au collège il m’arrivait de passer de 18/20 à 05/20 en dissert’ ,d’une semaine à l’autre..Trop de pression de devoir assurer un travail au top à chaque fois,ça me faisait tout foirer..

      Pis ya les vacances ,tout ça,tout ça..
      Mais effectivement,les critiques ne sont pas toujours à prendre au négatif,et très souvent aident à avancer :)

    • Si Mr Connard prend du recul avec Freud, ce n’est pas pour rien. Rire c’est minimiser, tâcher de supporter, prendre de la distance, voire s’éloigner,

      Or, si tu t’éloigne quand je t’encule…

    • « L’odieux nous à habituer à mieux » ou comment perdre toute crédibilité dès les premiers mots d’un commentaire.

  10. Je noterais tout de même un raccourci hâtif. Même s’il est de notoriété publique que les femmes n’ont pas d’âme, à l’époque de Freud elles étaient toutes hystériques et cela se traduisait par un appétit sexuel démesuré (ou au contraire la frigidité mais toujours dans les extrêmes).

    Sur ces bonnes paroles je retourne à la cuisine préparer un bon petit plat pour notre cher OC et la horde de mâles rugissants qui m’attend dans le salon.

    • Excellent ça me rappel « la planète des singes » quand le général « Thade » ouvre la bouche de Mark Wahlberg (l’humain) en grand et regarde dedans en demandant si il ya une âme là dedans??.. :/

  11. Suis pas fou!!!! Suis pas fou!!! Suis pas fou!!! Suis pas fou!!! Suis pas fou!!! Suis pas fou!!! Suis pas fou!!! Suis pas fou!!! Suis pas fou!!! Suis pas fou!!!
    C’est dingue comme il y a de l’écho ici.

    Ah sinon sympa cette courte note, doc’ ;)

  12. Excellent ! Excellent ! J’ai beaucoup ri (comment ca se conjugue ce verbe?) ! Enfin pour moi, mon role se resume a la cuisine alors ca a ete rapide. Mais le reste est vraiment excellent !
    Merci encore !

  13. Des pépites à gogo ! Laurent Ruquier a vraiment inspiré les meilleurs, ce bon Freud ne faisant pas exception. Nous vivons dans un monde idyllique.
    Un point cependant me semble très important et que ce cher Sigmund a oublié. Et si l’on rêve de Ikki, ce bon vieux chevalier du Phoenix, que sommes nous ? Freud lui même ? Dieu ? Bigard ?

  14. Et comme disait ma grand-mère :
     » Les hommes c’est comme le chocolat , c’est bon mais ça fait grossir  »
    Avant d’ajouter :
    « L’homme est ce petit chose qui sort du ventre de la femme et qui passe le restant de sa vie à essayer d’y retourner. »
    Je crois qu’on a tout résumé là.

  15. Je me suis toujours vu en Chevalier d’Or. Que faut-il en penser? Que j’aime tout ce qui brille, comme une femme, et que je suis par conséquent gay? :/

    Défi accepté au sujet du monk lvl 52. Il se trouve que j’ai une très grosse épée. Je proposerai bien une partie à 3 avec ma copine, mais elle n’aime pas jouer avec des inconnus.

  16. J’imprime de ce pas le Freud Simulator pour le mettre sous le nez d’une copine qui nous gonfle avec son école freudienne. Mon porte-manteau en fer forgé : c’est phallique ! Ma tour de CD : c’est phallique ! La boutanche de rosé : c’est phallique ! Résultat : je vois des zizounes partout…

    Maintenant elle se tourne vers Lacan : j’ai peur. Je réclame un Lacan Simulator avant de lui fourrer mon porte-manteau dans le…

    • Lacan a de grande chose de la faire réfléchir et prendre du recul sur Freud, sans pour autant renié son intérêt, c’est une bonne chose.
      Sinon, pour avoir une bonne critique de Freud, à la fois positive et négative, rien ne vaut un prof de philo sans trop de mauvaise foi, en université ( en trois ans, j’en ai jamais trouvé un qui soutenait Onfray, d’ailleurs )

  17. Vu que mon oeil a été immédiatement et indiscutablement attiré vers une partie bien spécifique du document (indice : disposant d’une illustration colorée), j’en déduis donc que je suis victime d’un complexe d’Oedipe tellement énorme que je voudrais me farcir Mère Nature.

    Ou alors j’ai tout simplement lu le document « normalement », c’est à dire en commençant en haut à gauche … Sans compter qu’il s’agit d’un élément très mis en valeur (de la couleur au milieu d’une marée de jaune vieux/moche). Donc les analystes, on se calme là haut ! Lâchez mon manteau ou je vous badigeonne de napalm nan mais !

    Merci pour cet excellent document, M. O.C.

  18. Pourquoi faut-il que ce billet arrive directement après un désopilant rêve que j’ai eu à propos de zombies ?

    A moi les électrochocs maintenant…
    *soupir*

  19. Les filles se font virer direct ? Avec ce simulateur, elles ne sauront jamais si elles ont envie en secret de toucher le trilili de leur papa. Vous êtes un affreux misogyne, même si (j’en conviens) il vaut mieux les renvoyer devant leur cuisine au lieu de les laisser regarder les tests d’un mec qui enterre des choses douteuses dans son jardin. Un peu de sérieux.

    Sinon je fais toujours ce rêve énervant où je n’arrive jamais à utiliser ma hache du bon côté, et y’a cette lapine qui se prend pour une princesse à côté de moi… Franchement gonflant.

  20. Merci cher Odieux d’avoir accédé à ma requête. Finalement c’est encore plus simple que je ne croyais la psychanalyse… mais expliquer aussi simplement une théorie nécessite beaucoup de talent (pardon je devrais dire vaste fumisterie à la place de théorie dans ce cas précis. Je précise pour ceux qui ne se sont pas intéressé au sujet que nous sommes le dernier pays au monde avec l’Argentine à accorder du crédit à cet escroc de Freud. Voir le fameux livre noir de la psychanalyse qui explique énormément de choses en détail. Mais bon c’est un pavé faut avoir un peu de courage…)

    • Juste pour rire amuse toi à faire des parallèles entre ce que dit Freud et le perversions animales issues du mécanisme de « l’emprunte » (Lorenz) et tu verras à quel point c’est proche. Comme le dit Darwin nous sommes issus des animaux (ou de la création divine d’après la bible…) et nous sommes sensibles (entre autre, mais sans se limiter à) aux conditionnement, aux émotions… comme les animaux.
      Ensuite dit toi que des choses n’ont pas été remises à jour pour notre contexte qui à changé radicalement depuis Freud, et enfin que c’est bizarre qu’une fumisterie ai pu vraiment aider des gens au fil des ans (Encore qu’assez peu de femmes, être inférieurs tout juste bons pour nos bonnes vieilles pelles, les coquines).
      Ce n’est que mon point de vue, pas celui de Onfray.

      • Je suis parfaitement d’accord avec ce que tu dis sur Konrad Lorenz (je n’ai lu que l’agression mais bon je suppose que le reste est bien aussi, c’était un immense éthologue), mais en ce qui concerne Freud, je pense qu’il est nécessaire de préciser certains faits (même pas des opinions, des faits, j’insiste)

        – Freud n’a jamais guéri personne (même si il a essayé de le faire croire). Je te mets au défi de me prouver le contraire.

        – Ses théories même si elles peuvent paraitre révolutionnaires pour l’époque ont été beaucoup pompées sur d’autres chercheurs.

        – Il ne pensait qu’à gagner suffisamment d’argent pour bosser le moins possible et avoir beaucoup de reconnaissance dans le monde de la médecine (il ne le cache même pas dans ses correspondances avec ses amis à l’époque) et a du coup falsifié beaucoup de ses résultats et prétendu avoir des guérisons miraculeuses (d’où mon utilisation du terme « escroc »). Sans rentrer dans les détails, il influençait aussi ses patients pour leur faire croire qu’ils avaient subi des traumatismes dans leur enfance. Enfin bref, c’est un peu long à expliquer (d’où la nécessaire lecture du livre précité, si le sujet t’intéresse)

        – Je ne m’étendrai pas sur la longueur et le coût des cures, qui du coup sont souvent réservées à des patients aisés financièrement (je ne connais pas beaucoup de smicards qui peuvent aller chez un psychanalyste…)

        – Enfin, toutes les études sur le sujet n’ont pas montré plus d’efficacité qu’une autre thérapie du même genre (même, les résultats étaient un peu moins bons), et le plus beau c’est que le lobby des psychanalystes était tel, que Douste Blazy à l’époque où il était ministre de la Santé (années 90 de mémoire) à fait interdire un rapport de l’Inserm qui le démontrait (pourtant rédigé entre autres par des psychanalystes, il me semble). Bref à part l’effet placebo rien de probant dans tout ça…

        Mais l’effet placebo est réel, donc oui dans un sens tu as raison, la psychanayse a pu aider des gens, mais pas à moindre coût et pas grâce à ses vertus propres ou ses idées « révolutionnaires »… et sur de longues années là ou d’autres traitements ont des résultats bien plus rapides. (faut il y voir un lien avec l’argent que ça rapporte? Nooon je suis mauvaise langue c’est mon côté cynique désolé)

      • Attention tout de même pour Lorenz car s’il à inventé la notion d’emprunte il faut aussi se dire qu’elle à été infirmé dans toutes ses notions absolues (je t’invite pour ma part à te renseigner dessus) et l’extrapolation aux humains a été réfuté par les neurologues, c’est étrange parce que l’emprunte se base sur la notion de période critique que l’on retrouve chez l’humain…

        Sur le fait que Freud ai ou non guéri quelqu’un je pense que maintenant ça restera toujours plus ou moins à caution (la fiabilité historique qui disparait a mesure qu’une légende se créée ou est attaquée rend la chose difficile à affirmer)

        Oui il a fait de l’appropriation de théories et là encore c’est plutôt clair (même la SPP à été obligé de l’admettre ^^) pour autant et comme beaucoup de théoriciens il a aussi émis lui même des hypothèses qui regroupait le tout dans un paradigme personnel (d’un autre coté un mec qui fabriquerais une théorie à partir de rien et ne regarderais pas ce qui se fais chez les voisins ne m’inspirerais pas du tout confiance)

        Freud n’a jamais caché son désir de gagner de l’argent, suite à sa naissance dans une famille pauvre (le couplet du génie né dans une famille de 8 enfants qui fait ses études par le sacrifice de ses parents, pas irréaliste vu l’époque mais peut-être un peu gros aussi) en revanche l’invention de traumatisme là je suis pour le coup bien plus sceptique: si la mémoire des gens est défaillante, il est en revanche très difficile de leur implanter l’idée d’un traumatisme qui n’a jamais existé. (et de plus qui serait moteur de leur façon de vivre)

        La longueur des cures c’est clair que ça c’est mal vu de nos jours, en revanche nous avons une sorte de culte de la rapidité (même les scénars de film sont fait très vite ^^) mais SI la théorie de Freud à une réalité (un gros SI j’insiste) il est logique que ce qui se construit en une vie ne puisse se corriger à LONG TERMES en quelques semaines.
        En ce qui concerne les coups de la thérapie il faut savoir que ça c’est démocratisé, par exemple le BAPU permet au étudiants qui en font la demande d’avoir accès à un psychologue et psychanalyste gratuitement, de plus tout psychanalyste qui est aussi psychologue peut délivrer des feuilles de soins de façon à ce que la cure psychanalytique soit intégralement prise en charge par la sécu.

        De plus il faut savoir que: le paradigme en tant que tel de Freud fut révolutionnaire dans l’époque principalement parce que peu de choses avaient vraiment été faites dans la théorisation des maladies mentales (des nosographies existaient et même des début de TCC ont commencées) et on peut lui faire les reproches inverses de nombreuses théories actuelles:
        La théorie de Freud part du principe que l’Esprit domine le corps, qu’en conséquence les maladies corporelles inexpliquées ont TOUTES des causes psychiques (et non pas « on à pas trouvé la cause »). Dans ce concept la psychologie est une science de l’Esprit.
        Les théories biologistes (surtout avec l’apport de la neurologie) partent du principe inverse => les pensées et sentiments ont des causes physiques y compris tout ce que l’on ne comprend pas… Le même raisonnement avec aussi peu de place à l’innovation.
        Pourquoi les TCC marchent-elles si bien? parce qu’elles partent du postulat d’une interaction complexe entre l’esprit et le corps et qu’elles soignent les deux à la fois.

        Le coté ironique de la chose c’est que la vague pharmacologique (donc les lobby pharmaceutiques en sous main), force le pas dans la voie biologiste et ce au détriment du bon sens (certes les théories de Freud ne peuvent pas tout guérir mais elles ont tout de même faites leurs preuves et avec d’autre praticiens que Freud) car la voie entre les deux opposés semble être un milieu acceptable pour les 2 théories.

        Une dernière remarque sur les résultats obtenus encore:
        Si les théories biologistes ont des résultats (mais jamais 100% se serait trop beau) sur les pathologies dites « état » c’est à dire dues à des circonstances, elles sont inefficaces sur les pathologies dites « trait » qui sont dues à la personne elle même. En revanche c’est sur ces dernières que le paradigme de Freud excelle, alors qu’il est abusivement long et couteux (psychologiquement et/ou financièrement) sur les pathologies dites « état ».

        J’attends ta réponse avec impatience et merci à l’Odieux de m’avoir octroyer cet espace de discussion (promis je te le rendrais avec ma prochaine commande de chaines et de boulets)

      • Euuuhhh après avoir passé 2 ans au chômage,à mater « Discovery channel » je peux affirmer que je ne suis pas issu  » d’un croisement hasardeux d’animaux »,ni de la baguette (ou Braguette) magique d’un quelconque barbu(que sa barbe soit blanche ou noire..) perché sur son nuage ,ou vantant le mérite d’hypothétiques vierges à déflorer après la mort…
        mais Bel et bien de poussière d’étoiles suite au Big Bang.. Carbone-Hydrogène-Oxygène-Azote-Phosphore et Soufre. Maintenant les « Restes » dès fois me demande si ils ne sont pas finis à la « pisse » .. ;)

        Plus sérieusement,ça fait plaisir de vous lire les gars,même ici je m’instruis.. :D

    • Désolé si je réponds un peu vite et pas forcément dans le bon ordre (et peut être même un peu à côté), mais j’ai très mal dormi (pas mal de stress en ce moment, je devrais peut etre aller voir un psychanalyste ah ah non je rigole) et je n’ai pas beaucoup de temps ce matin.

      Tes arguments sont très bons c’est agréable de te lire, je le pense sincèrement (pour une fois qu’on se bouffe pas le nez sur un forum…)

      Bien sur il est bon de s’inspirer des autres quand on échafaude une théorie, mais à entendre ses partisans c’est lui qui aurait tout inventé, ce serait le dieu supreme etc. (j’exagère à peine). Le fait de truquer ses résultats pour faire croire qu’on a réussi à trouver la solution à un problème n’a pas l’air de te choquer. J’espère que tu ne travailles pas dans la recherche…

      Pour l’invention des traumatismes c’est hélas bien réel, je te renvoie une fois de plus au livre qui explique tout en détail…
      Le problème c’est qu’il pensait que le sexe expliquait tout.
      Pour extrapoler un peu, chaque école du courant psychanalytique ramène toujours les pathologies à un truc en particulier mais jamais le même (soit le sexe soit le traumatisme de la naissance, etc.) donc soit ils se trompent tous soit un seul a raison mais lequel? (j’ai ma petite idée sur la question) Bref on se rapproche plus des croyances ou de la religion que de la science comme elle voudrait se le prétendre (la psychanalyse, je ne sais pas si je suis clair j’ai le cerveau un peu embrumé…)

      Autre chose: ne mets pas les psychologues ou les psychiatres ou autres dans le même panier que les psychanalystes, ça n’a rien à voir. Le truc c’est que dans leur cursus ils sont plus ou moins obligés (le lobby que veux tu) de passer par la case psychanalyse. Certains y restent (de moins en moins j’espère mais tout de même beaucoup je le crains, mais seulement en France comme je le disais dans un précédent message. On a cette culture très présente surtout à cause des médias qui ne font pas leur boulot d’information très correctement… mais c’est un autre sujet, qui sera peut etre traité par ici j’espère). Du coup ils doivent pouvoir faire passer une cure de psychanalyse en remboursement en déclarant une consultation « normale » je suppose. Mais je ne crois pas que la psychanalyse en tant que telle soit remboursée par la Sécu. Ca me dégouterait encore plus quand je recevrai ma prochaine feuille d’impots…

      Enfin je reviens sur ce que j’ai déjà dit, mais à part l’effet placebo il n’y a rien de prouvé en ce qui concerne l’efficacité des cures. Donc quand tu dis « mais elles ont tout de même faites leurs preuves et avec d’autre praticiens que Freud » je ne suis pas d’accord. Le patient qui va subir une cure a, par définition, envie de guérir. Donc il va se conditionner pour. Aucune étude n’a montré que la psychanalyse apportait plus que cet effet, j’insiste. Mais ca n’empêche pas d’avoir des résultats quand même. La différence est subtile, je sais. On parle en fait de SMR (Service Medical Rendu) pour un médicament par exemple. Ici techniquement parlant il est nul (égal au placebo). Pour moi c’est l’argument le plus convainquant en dehors de la vie ou des motivations de Freud: AUCUNE étude n’a montré l’efficacité de la psychanalyse.

      Et pour terminer, comme l’Odieux Connard l’a bien mis dans simulateur, il est normal de croire que ces escrocs ont toujours raison (si on se laisse facilement abuser par la rhétorique à deux balles, comme dans les religions), car c’est très simple: si tu es d’accord avec eux, ils ont raison (forcément), si tu ne l’es pas c’est car tu refoules, donc ils ont raison aussi. Pile je gagne, face tu perds…

      Un peu facile…

      • Je me permet (certes un peu pompeusement :D) d’apporter quelques éclaircissements :
        JE NE SUIS PAS UN FREUD-FAN ! (je dis pas ça pour toi ^^)
        Ensuite effectivement le collège psychanalytique à élever dans ses pensées Freud au rang de semi-divinité (ce qui ce comprend dans un sens car la psychologie à remplacer Dieu dans l’explication de l’esprit humain) et à dit que Freud avait tout fait tout seul, or c’est clairement faux.
        Cependant il faut relativiser aussi les écrits de Freud et ce qu’en disent ses dévots, heu ces disciples…
        Quand je parle de la psychanalyse je parle de la théorie elle même (je suis un rêveur mais la machine à fric faite par la suite reste juste dans les standards d’un monde capitaliste, et tout le monde fait pareil ou tente de le faire). Cette théorie en elle même postule l’existence de pulsions qui créent des conflits avec les règles sociales, voir d’autre pulsions. Ce qui est révolutionnaire dans Freud c’est (à ma connaissance) qu’il a assimilé l’existence des pulsions au premières expériences de la vie (y compris In Utero), et allant contre les théories de Darwin qui offre une vision innée de nombreux phénomènes.
        Pour ma part j’aime beaucoup le concept de plans de développement pour l’être humain et les pulsions de Freud seraient dus (interprétations perso hein :) ) à des expériences retenues pendant les périodes critiques de développement et contredites par les règles sociales (aboutissant au fameux conflit « ça » Vs « Surmoi »)
        Il est à savoir que la théorie de Freud ne tourne pas autour du sexe (c’est le raccourci facile), en réalité elle tourne autour de la libido, la différence est en fait énorme:
        la douleur et le plaisir sont sur un continuum, dont les extrêmes sont la douleur suraigüe et l’orgasme (d’où l’amalgame facile avec le sexe). Dans cette optique l’Homme est conduit par la recherche de plaisir et la fuite de la douleur. Cette recherche ou cette fuite pouvant devenir pathologique => les maladies mentales,enfin une partie, parce que l’on compte aussi les falsifications [la douleur deviens plaisir] qui résultent de conflits insolubles. Pour info sache que Darwin dans sa fameuse théorie à parlé du rôle probable des émotions dans la survie de l’espèce et de l’individu (la peur oui, mais aussi le plaisir).
        De plus le continuum est logique avec les connaissances nerveuses où la douleur est véhiculée par le même système que le plaisir.
        On peut extrapoler que la mésinterprétation douleur plaisir pourrait se retrouver dans un conditionnement du système émotif (système limbique entre autres) donnant lieu à ce détraquement.
        Pour moi la grande force de la psychanalyse à l’époque est d’avoir théoriser tout ça avec un départ depuis l’esprit, et sa force actuelle est de constituer une opposition au « tout biologique ».

        Pour les résultats trafiqués il ne me laissent pas de marbre, c’est contraire à l’éthique, cependant il faut bien dire que c’est clair il y a de la bidouille… PARTOUT. Quelque soit la science d’ailleurs (exemple limite Godwin de la théorie de la relativité qui est… incomplète mais marche quand même en trafiquant un peu, et on envoi des fusées avec…) parce que les chercheurs cherchent autant à faire avancer leur science qu’à être reconnu. Mais aussi à cause de la politique de recherche (reflet de la politique humaine) qui ne favorise que les résultats; quand une véritable démarche scientifique passe aussi par la recherche de contre-exemples (mais ceux-là ont moins d’argent pour bosser). En plus il faut savoir qu’une théorie qui en reprend une autre en totalité pour en rajouter une ligne peut faire qu’un auteur s’approprie la chose « légitimement » s’il est plus connu, doux monde.

        Pour suivre, je te rassure la psychanalyse n’est pas remboursée par elle même, il faut que le psychanalyste soit psychiatre (même les psychologues ne sont pas remboursés, contrairement à ce que laissait entendre mon post précédent, fatigue oblige). Cependant s’il est les 2, il peut faire des feuilles de remboursements.
        Ironie: les psychologues qui soignent des maladies mentales et des problèmes psychiques ne sont pas reconnus comme médecins.
        Mais quitte à tout prendre je préfère quelqu’un qui aurait fait un double cursus science dure (psychiatre) et science de l’esprit (psychologue ou psychanalyste) qu’un pélot qui à juste son école de psychanalyse…

        Essentiellement pour moi le problème que pose la psychanalyse c’est le culte qu’elle à instauré pour ses praticiens, mais c’est aussi un avantage. Je m’explique avant que ne pleuve les pelles des internautes ^^
        Exemple:
        Il y a eue une époque dans l’antiquité où les penseurs de l’époque (je ne peut le limiter au mot « philosophes ») théorisaient que le monde était constitués de 4 éléments du plus matériel au plus éthéré (Terre => Eau => Air => Feu) et deux hommes on été retenus pour penser quelque chose de radicalement différent (épicure et je ne sais plus qui). Ces hommes pensaient que tout ce qui existe était composé d’élément de plus en petits, si proches qu’ils finissaient par former un tout (une théorie atomiste donc).
        De nos jours nous pensons que la théorie atomiste est la bonne (pour faire l’avocat du diable je dirais : de quoi son constitué les éléments les plus petits?) et la théorie élémentale est considérée comme sans fondement. Mais entre temps, ces deux théories ont eues tour à tour l’estime et l’ascendant parmi les scientifiques.

        En parallèle nous avons eu une époque ou la théorie de Freud était
        en vogue, puis nous sommes au présent et c’est le contraire. Qui du déterminisme biologique ou du dirigisme spirituel à raison? actuellement, pour mon avis, c’est seulement une des réponses qui prédomine.

        Et quelque part heureusement, parce que très peu d’être humains seraient près à vivre l’enfer d’un monde où ils sauraient (scientifiquement) qu’ils ne sont pas responsables de leurs choix et de leurs actes. (par extrapolation on aboutirais au meilleur des monde d’Aldous Uxkley)

        Ce long développement pour répondre au final à l’argument des preuves: les preuves sont par essence scientifique (et essaient de faire passer le reste pour des croyances), or si Freud a raison tu ne peut pas obtenir de preuves parce que ce n’est pas le même paradigme (et vice-versa ce qui donne le sentiment de pile je gagne face tu perds). Dans le même ordre d’idées n’oublie pas que tu as « choisi » de croire au paradigme scientifique, et il s’agit véritablement d’une croyance que tous tes actes sont démontrables et analysable par la méthode scientifique, car dans la réalité ce n’est pas encore le cas (paradigme incomplet).
        Bien souvent la preuve suffisante pour une conclusion scientifique est une marge d’erreur de 5%. Et on considère dans ce cas que c’est un fait, quelque soit la science, et ça aussi, ça me parait un peu facile ^^

      • Beau développement…

        Je ne ferai pas aussi bien après des coups de soleil et quelques bières dans le nez…

        Globalement je suis à peu près d’accord avec toi sur tout, mais il me semble que les arguments du genre « à l’époque c’était en vogue », ou « pour l’époque c’était révolutionnaire » etc. ne sont pas pertinents, car beaucoup de penseurs de l’époque l’ont descendu. Entre autres Aldous Huxley d’ailleurs puisque tu le cites j’en profite (il y a un très beau texte de lui dans le livre noir de la psychanalyse d’ailleurs). Mais bon, une bonne pub marche mieux qu’un dénigrement en règle et justifié (je pourrais prendre l’exemple du Macdo pour faire un parallèle avec la restauration)

        Pour la comparaison avec Darwin elle n’est pas pertinente non plus je pense, car on sait que sa théorie était incomplète et erronée sur certains points mais on l’a largement étoffée depuis, contrairement à Freud. C’est d’ailleurs l’argument que sortent les créationnistes qui disent que même les scientifiques admettent que Darwin s’était trompé. C’est vrai, mais il a ouvert la voie. Freud a tout de suite mis des barrières.

        Certains pourraient croire qu’il a eu de bonnes intuitions et ouvert la voie aussi, mais je n’en suis pas vraiment certain vu les résultats obtenus et le pompage des autres théories, enfin je n’ai pas vraiment d’avis là dessus, mais vu le personnage j’en doute.

      • Bon après on peut aussi dire que Freud à précédé le FN dans sa méthode de succès (des supporters, beaucoup de contradicteurs => plein de pub) mais ça après on dirais presque qu’on sort du sujet ^^
        Ceci dit merci de m’avoir répondu aussi agréablement et de m’avoir permis de développer mon amour de la discussion sur un sujet qui ne lasse jamais de faire parler de lui :)

      • Merci de m’avoir donné l’occasion de cultiver mon gout pour la discussion et d’avoir construit un débat et non pas une engueulade de fofo. C’était agréable et ça change véritablement d’échanger des propos argumentés avec quelqu’un qui à un autre point de vu que le sien ou celui de son entourage.
        Pour la théorie de Freud c’est vrai qu’elle n’a pas évoluée… elle a donné naissance à d’autres théories parfois encore moins crédibles (ex Lacan, certains jugeront ^^, mais aussi Klein, Bick, Bion, Winnicott etc…). C’est en un sens une évolution, mais douteuse à nombreux point de vus.
        Bien la théorie de Darwin étais incomplète, en revanche je le citais parce qu’actuellement une bonne part de la recherche en psycho-physiologie ainsi qu’un psychologie cognitive est en train d’étudier l’émotion (ces mécanismes, utilités etc…) et qu’en réalité le fait que Darwin parlait de l’émotion est longtemps passé inaperçu. Jusqu’au début du siècle on à tenu le raisonnement comme l’expression UNIQUE d’un jugement valable, l’émotion n’étant qu’un travers mineur. Et on revient sur cette notion car il n’est pas possible de faire de modèles du raisonnement sans tenir de l’émotion ;ça c’est la partie cognitive.
        Dans le cadre de la physio, il se trouve que la poursuite des recherches en neurologie ouvrent la porte à la compréhension des bases neurales de l’émotion et ce de manière plus claire que pour le raisonnement. Les chercheurs qui se sont penchés sur le sujet pour théoriser ont tous inclus (peut-être à tort je ne suis pas là pour imposer un avis) le raisonnement comme mécanisme de régulation de l’émotion.

        Enfin un dernier point (toujours éloigné de Freud mais son sort est scellé ^^) c’est quand tu dis que les créationnistes disent que les scientifiques admettent s’être trompés: il y a dans le monde des milliers/millions de chercheurs, chaque domaine un peu précis créé sa branche, puis celle ci fusionne avec une autre (manque de gens assez spécialisés) ou plein d’autres (un gros essor faisant une grande demande des « nouvelles méthodes ») mais ça à pour résultat qu’à un moment ou un autre quelqu’un dira « nous nous sommes trompés avec la théorie XYZ ». Le problème c’est que jusqu’à preuve du contraire la vérité c’est les deux propos (même quand ils s’opposent ils peuvent donner tous les deux des résultats) et non pas « aucun des deux ». dans un sens heureusement sinon nous ne ferions rien de nos vies, mais la conception comme quoi une vérité est unique est en réalité politique: il est plus avantageux d’avoir la vérité pour soit, ou encore pour sauvegarder l’égo, etc… le gagnant étant celui dont la théorie survie… Tiens ça me rappel Darwin :D

      • Il est clair que 90% de nos comportements sont instinctifs (donc plus liés à l’émotion) que raisonnés, comme Lorenz l’avait bien montré il me semble (encore lui! Je n’ai pas beaucoup de culture alors je la recycle… je dois être plus écolo que je ne le croyais). Nous ne sommes guère plus évolués que les animaux, même surement moins sur de nombreux points…

    • Je confirme les dires du Stratège : absolument toutes les théories scientifiques sont en partie composées de falsifications, raccourcis, faux résultats transitoires etc…
      Einstein en est le parfait exemple.

  21. La partie féminine est un peu courte, mais je suppose que tout cela est une question d’anatomie, n’est-ce pas? Non?
    Bon…

    En tout cas, j’ai bien rigolé! Merci, Connard <3

  22. En tant que Freud-hater, je ne peux que me féliciter de cette approche éclairée des choses; Mais il est dommage qu’il n’ait attiré qu’un Freud-fan à la rescousse.
    C’est pas comme ça que je vais remplir mon quota de coups de pelle dans la face, du coup !

    Thérapie cognitive vaincra ! Oué !!!

    Signé :

    Un illustre connard

    • J’ai eu du mal à aller jusqu’à la moitié, mais je me suis forcer à finir dans une volonté de commenter. Si le texte n’étais pas ciblé contre Freud l’auteur verrait peut-être que les raccourcis qu’il prend sont abusifs: l’ensemble des études du développement que je connaisse (pas ma spécialité certes mais quand même) font état que la vie psychique est très active dès la naissance, que l’ensemble des connexion neuronales sont établies avant même l’accouchement et que cette même vie psychique (que certains hésitent à qualifier de conscience, la question est toujours en débat pour des raisons éthiques et politiques) commence In Utero vers, semble t-il, 20 semaines d’aménorrhées. On sait aussi (je pourrais citer pelleter d’auteurs là par contre) que les expériences précoces ont des répercussions sur l’enfant puis l’adulte, et par précoce c’est là encore In Utéro. Parce qu’il n’y a pas que le cerveau qui enregistre des informations ,notre ADN aussi cf: les théories épigénétiques et innéistes.
      Donc moi ce texte m’a donné l’impression de tirer sur l’ambulance (mais en moins drôle que notre cher Odieux sur Star Wars, entre autres) en essayant d’attaquer la crédibilité de la question alors même que cette question est étudiée (certain « Salkon » diront avec plus de sérieux que Freud :D) par un sixième de la psychologie a minima.

      Désolé j’arrive jamais à faire des commentaires courts ^^.

      • Je le dirais sans aucun doute… tu ne places pas la barre très haut non plus…

      • C’est dommage, mais tout ce que tu dis est faux du point de vue des neurosciences. Faudrait voir à te faire décalaminer le cerveau, la psychanalyse t’a trop monté à la tête.

        Et un coup de pelle, un !

      • Oui, voilà ! Les neurosciences, connues pour ne toucher qu’à un faible nombre de domaines, eux-mêmes très restreints, ne suscitent aujourd’hui que de mornes débats n’aboutissant qu’au plus large des consensus.
        Cependant, il arrive parfois que ses plus illustres spécialistes, sûrement frustrés par l’étroitesse de leur champs de compétence, se fendent d’un commentaire bizarrement suffisant.
        On parle alors de syndrome du retour de coup de pelle.
        Blague à part, c’est vrai que les thèses sur les « empreintes prénatales » et autres « sophro-analyse », ça pue le charlatanisme à plein nez, avec de forts relents anti-IVG.

      • Pour info les neurosciences ont un domaine restreint, mais pas les recherches qui font des cross over entre les domaines, par exemple en psychologie les neurosciences s’implantent en développement (chez l’homme comme l’animal) , en cognitive (dans la sphère du raisonnement mais peut-être d’autre aussi), en physio (pour ce qui est de la recherche sur les émotions) et même (là je me marre fort) en psychanalyse (donnant le doux nom de neuro-psychanalyse) (mais j’avoue que là j’ai juste entendu parler de la chose). En ce qui concerne vos remarque je vous prierais instamment de les développer, car une raison n’est pas un argument…
        Pour les relent anti-IVG ça c’est clair (du moins on exagère le coté éthique dans le débat), cependant ces recherches donnent lieu à des résultats (et pas juste à p=0.05) sur la nociception précoce.

      • Juste une remarque : plutôt que de coller du jargon scientifique dans tous les coins, je vous suggère d’employer des formules simples. Par exemple, remplacer « résultat à p>0.05″ par « résultat significatif », ou encore « nociception précoce » par « traumatisme dans l’enfance ». Les avantages sont multiples : vous pouvez vous consacrer à rendre votre syntaxe intelligible, vos interlocuteurs comprennent ce que vous dites et vous n’êtes plus obligé de les prier pour qu’ils vous répondent; il est même possible qu’ils adhèrent à votre propos (la comprenette, c’est magique).
        Concernant cette fameuse nociception précoce : que des rats à qui l’on a infligé des souffrances durant leurs premiers stades de vie développent une hypersensibilité à la douleur une fois adultes, ok. Que ces observations suggèrent des mécanismes neurologiques semblables chez l’Homme, aucun problème pour moi. D’ailleurs, je crois que la question n’est pas tant de savoir si des expériences très traumatisantes subies dès la naissance (asphyxie, hypothermie, coups, dénutrition…) ont une incidence sur le développement neurologique que d’en mesurer l’importance.
        Et c’est là que le bât blesse. Alors que les auteurs des études (dont des psychiatres) se montrent très prudents dans leurs conclusions, des petits malins (pressés de devenir de gros enculés) sautent sur l’occasion pour vendre du bouquin et remplir leur cabinet, à grands renforts de raccourcis crapuleux et de culpabilité bien vendeuse. D’où ces merdes de psycho réminiscences utérines (ajoutez des mentions inutiles).
        Dans le même genre, vous qui parliez d’épigénétique, je vous parie que des méthodes pour renforcer l’expression de ses bons gènes à base de régimes et autres pensées positives sont déjà dans les rotatives.

      • Pour le jargon, désolé c’était pas spécialement volontaire, c’est juste tellement intégré que ça sort tout seul :( , merci de m’avoir corrigé :).

        Sur votre propos je suis d’accord en tout, mais du coup c’est parce que je n’avais pas compris que vous distinguiez thèses et expériences. Et dans ce cas là effectivement il y a les expérimentateurs qui d’un coté font leur boulot et de l’autre ceux qui élaborent des constructions abracadabrantesques en prenant appui sur ces expériences et donnant lieu à des débats IVG directement issu du catholicisme (entre autres)…
        Cependant partant des travaux eux-même (et sans prendre de parti, je n’ai pas d’avis sur la question) on note comme vous dites un effet durable de la douleur. Ce n’est que justice si on le rapproche aux travaux sur le conditionnement sur adultes (même si je sais que c’est prendre un GRAND raccourci, on reste dans un apprentissage qui devient par la suite vecteur de réactions involontaires).

        Pour moi le point nébuleux c’est : est-ce vraiment si grave d’avoir mal? Car sans aller jusqu’à « tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort », une bonne paire de baffe des fois ça calme (et je ne me sent pas traumatisé pour autant).
        Après comme je le faisais remarquer dans une discussion un peu plus haut, c’est moins l’aspect de l’exploitation monétaire (qui peut pourrir absolument toute découverte si bénigne soit-elle) que l’aspect scientifique. Enfin je rappel que l’objet de ma première réponse était simplement de justifier la question «  » » »posée » » » » par Freud des phénomènes infantiles (merci de bien noté le nombre de guillemets :) ) en m’appuyant sur le fait que des études scientifiques à l’heure actuelle avaient bien lieu.

  23. Je veux écrire un livre avec Marc Levyyyy !!
    Est-ce que Freud pourrait déceler dans cet ignoble aveu un problème de mon subconscient ?

    • Vous aimez les figures de style faciles, les réflexions aussi plates que la plaine du Pô et les amourettes passionnées et intéressantes comme celle qu’il y a eu entre tata Yvette et papy Edmond à la fête de l’andouillette de Craperdouille-en-Bouratois.

      Oedipe non surmonté, refoulement primaire d’un désir que votre Moi a rejeté (c’est déjà bon signe).. Mais vous en faites pas, un peu de bonne littérature et vous serez sur pied d’ici peu.

      • Merci beaucoup pour cette perspicace analyse, je vais de ce pas brûler ma collection Marc Levy pour me consacrer à la véritable littérature et commencer ma thérapie.

  24. The Odious says:

    « L’article de la semaine n’arrivera sûrement qu’à la fin de celle-ci pour cause de Dark Knight à spoiler »

    Mais euh, c’est un chef d’oeuvre qu’on vous dit! Même le Figaro a aimé!^^

  25. En lisant le « Freud simulator », étant une femme, l’unique réponse du questionnaire m’a de suite fait penser au dernier gynéco que j’ai vu et dont sa seule conclusion pour « m’aider » à été : « Votre problème est purement psychologique et je suis désolé mais je ne peux rien pour vous. »
    Je le fais peut-être injustement mais au vu de tout ce qu’il m’a insinué pendant la consultation, je le soupçonne fortement d’avoir un ou deux bouquins de Freud dans sa bibliothèque personnelle.
    C’est effrayant, vraiment.
    Mon médecin traitant (à qui j’en ai parlé par la suite), m’a d’ailleurs informée que le problème de ce monsieur, c’était de vouloir faire de la psychologie,
    ça renforce mes doutes, et je me répète, ça fait peur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s