Le rôliste, cet être extraordinaire

Ce monde est empli d’êtres fabuleux.

Pour s’en assurer, il suffit de sortir de chez soi ou même, en cas d’agoraphobie, d’allumer son téléviseur afin de réaliser à quel point notre planète est riche ; apercevoir les frères Bogdanov, écouter Nadine Morano ou tout simplement se retrouver dans la file du guichet de La Poste laisse rêveur tant chaque jour semble apporter son lot d’êtres improbables. Pourtant, certains continuent de chercher une échappatoire vers d’autres réalités ; et lorsque l’on a pas les moyens de se payer de la schnouf comme tout bon trader pour gagner son paradis artificiel, il faut bien trouver d’autres solutions ; aussi, le prolétaire misanthrope se tournera plus aisément vers les jeux de rôles, autoroutes d’encre et de papier vers les contrées mystérieuses de l’imaginaire et de divers monde parallèles.

Aujourd’hui, donc, nous traiterons d’un être à la fois incroyable et mystérieux : le rôliste. Pour celles et ceux qui n’auraient aucune notion de la chose, concentrez-vous.

Le Rôliste

Des rôlistes pris en plein effort. Quel instant magique, comme tout cela est majestueux

Définition générale

Le rôliste, ou Homo Sapiens Garygygax est l’appellation qui désigne tout pratiquant de jeu de rôle, et plus particulièrement ceux qui se retrouvent régulièrement autour de ce hobby. Victime de nombreux préjugés, et pas seulement à cause de leurs t-shirts aux motifs contestables, les rôlistes défendent une conception du jeu de rôle souvent floue dans la société contemporaine. Il faut donc bien distinguer plusieurs éléments afin de comprendre de quoi il retourne, car manquer de respect à cette pratique devant ses amateurs revient à prendre le risque de se faire lapider à coups de gommes, dés, fraises tagadas et princes tyranides (si vous ne savez pas ce que c’est, vous avez toutes les chances d’avoir des enfants un jour). Nous ferons donc le distinguo entre :

  • Le jeu de rôle, activité consistant à réunir des joueurs autour d’une table afin d’y suivre un quelconque scénario. Tous les joueurs disposent d’une fiche de personnage, représentant celui qu’ils incarnent : guerrier orc, princesse elfe ou première secrétaire du PS (bien que cette dernière puisse être assimilée au premier exemple sus-cité), tout est possible. Ensemble, ces joueurs vont faire réagir leurs personnages face à diverses situations, déclinant leurs actions (« Je latte la gueule de l’aubergiste« ), faisant les dialogues (« Aubergiste, ta bière sent le kobold, je vais te latter la gueule« ) et vivant les conséquences de celles-ci (« J’esquive l’attaque venant dans mon dos et tente de sortir des douches de Fleury-Mérogis »). Tout comme dans un jeu de société classique, il y a des règles et ainsi, quelques jets de dés permettent de savoir si un personnage réussit ou non une action donnée. Dans tous les cas, pour que l’aventure puisse se passer, l’un des joueurs est nommé « Maître de jeu » : à la fois réalisateur, scénariste et metteur en scène, c’est lui qui déroule l’aventure sous les pieds des joueurs en expliquant scène après scène ce à quoi les joueurs sont confrontés (« En arrivant à l’auberge, vous notez un individu mystérieux qui s’approche de vous« ), et qui fait vivre tous les Personnages non-joueurs (PNJ) (« Bonjour nobles étrangers, voudriez-vous apporter ces valises mystérieuses à mon ami Edouard Barde Dur ? »). La partie s’arrête généralement lorsque les joueurs ont résolu un mystère, une enquête ou que sais-je, pourvu que ce soit plus passionnant qu’une partie de Time’s Up (ce qui est tout de même très facile). On parle donc bien ici de rôlistes.
  • Le jeu de rôle grandeur nature, consistant à se déguiser pour vivre une aventure, fort logiquement, grandeur nature. Il y a alors non pas un, mais des maîtres de jeux, portant le titre pompeux « d’organisateurs » bien qu’ils soient généralement dépassés. C’est un concept souvent bâtard, puisque mêlant généralement la liberté des interactions directes (plus besoin de table et de papier) avec des règles à la con totalement opposées au concept pour des raisons qui échappent à toute logique. En effet, aucun être humain normalement constitué ne comprendrait l’intérêt de se déguiser pour ne plus avoir à imaginer les choses autour de papier et de dés si c’est pour derrière, avoir des règles à la con comme « Lorsque Michel porte un bandeau noir, faites comme si vous ne le voyez pas, il est invisible » ou « Lorsque vous frappez, annoncez vos points de dégâts pour que l’on compte les points de vie. ». Mais bon, ici aussi on parle de rôlistes, il faut donc oublier les règles régissant notre monde.
  • Les jeux de rôles en ligne, ou jeux vidéos, dans lesquels les seules interactions possibles pour résoudre une aventure sont préprogrammées. Nenni d’inventivité : on ne parle donc pas ici de rôliste, mais juste de joueur de jeu vidéos. Attention : si presque tous les rôlistes jouent aussi aux jeux vidéos, la réciproque n’est pas vraie.
  • Les jeux de cartes et jeux de plateau : Magic et Warhammer trouvent souvent leur place aux côtés des tables de rôlistes, mais bon, ce ne sont pas des jeux de rôles, puisque l’on n’y incarne pas grand-chose, à part un type qui perd du blé. On saluera au passage Magic, le jeu connu internationalement au principe commercial simple « Bonjour ami joueur ! Tu as vu ? Voici la dernière extension de Magic et sa nouvelle règle, « Reblochon magique » ; seules les cartes de cette extension ont la capacité « Reblochon magique » ! Et un joueur avec des cartes comportant cette mention est intouchable, à part par d’autres joueurs en disposant aussi. Cette règle est évidemment là pour rendre le jeu plus intéressant, et pas du tout pour obliger des hordes de gens à acheter encore et encore s’ils ne veulent pas perdre automatiquement toutes leurs parties« . Voilà voilà. Oui, on montre ces gens du doigt dans la rue et c’est bien normal. Pour ma part, je suis favorable à ce qu’on leur colle des clochettes aux poignets (histoire qu’on entende les grelots lorsqu’ils piochent) et qu’on réouvre les léproseries sous le nom de « Magiqueries » ou « Freakseries« .

Ces quelques principes étant arrêtés, nous pouvons passer à la suite.

Appellations générales

Le rôliste est le terme qui sert à désigner le pratiquant de jeux de rôles de sexe masculin ; pour la femelle, on parle de la rôliste, même si on le fait rarement. Seul le déterminant change, car il n’y a pas assez de femelles pour que l’on se préoccupe de leur donner un nom à part. Osez le Féminisme ne s’est pas encore exprimé sur le sujet, mais on attend avec impatience « La rôliesse« , « La rôlistette » ou « Le boudin freak avec les couettes« . Il n’y a pas d’autres appellations particulières pour les rôlistes, puisque personne ne les appelle particulièrement. A part leur maman à table le samedi midi lorsqu’ils traînent à descendre en hurlant « J’arrive ! » alors qu’ils achèvent de dessiner la carte du donjon de Zankthar le Ténébreux.

Description physique générale

Le joueur de jeu de rôle fait généralement très peur : souvent pourvu d’un fameux embonpoint, ou au contraire paraissant complètement anorexique, il arbore le plus souvent une pilosité parfaitement aléatoire, qui aime tendre vers divers excès esthétiques comme les cheveux longs, les boucs, ou même les queues de cheval. Sa peau est pâle, suite à trop d’heures passées à jouer dans la cave ou le grenier familial (le rôliste n’est pas le bienvenu dans le salon du foyer pour pratiquer son loisir, tant les familles ont peur que les voisins apprennent que leurs enfants participent à ce terrible hobby), et il est rarement considéré comme particulièrement séduisant. De fait, on appréciera par ce propos mon goût des euphémismes, mais passons.

Sa tenue est sombre, généralement portée sur les tons noirs supposés lui donner un côté dark ; pas vraiment gothique, le rôliste n’en suppose pas moins qu’irradie de lui un charisme à la fois mystérieux et sensuel que ne renierait pas un vampire en goguette même si en réalité, les autres perçoivent chez lui une absence complète de goût ainsi qu’une odeur semblable à un oeuf pourri que les pratiquants justifient en invoquant le fait que pour beaucoup, « le jeu de rôle sent le soufre« . La source véritable de ces effluves est plutôt liée aux soirées passées entre mâles à manger des chips en tuant des orcs, provoquant diverses émanations (particulièrement de surprise lorsque Gurthüg l’orc a réussi un coup critique) qui imbibent les vêtements des participants d’odeurs de vieux pets. Même si aucun rôliste ne l’admettra. On notera par ailleurs un certain goût pour les motifs médiévaux fantastiques sur leurs vêtements : t-shirts de dragon, t-shirts de filles avec de grosses épées, t-shirts runiques, etc. Les plus hardcore n’hésitent pas à arborer des accessoires signifiant leur statut hors du monde, comme par exemple, ou une réplique de l’Anneau Unique autour du cou, ou un bandeau de Naruto au bras.

En cas de jeu de rôle grandeur nature, le rôliste enfile alors ses plus beaux atours : armures, armes, boucliers en caoutchouc & heaumes elfiques en mousse, c’est l’occasion pour lui de briller en société, avant de se lancer dans de folles aventures champêtres avec ses comparses. Le promeneur passant par là, lui, s’exclamera juste « Qu’est-ce que c’est que cette merde ?« , particulièrement lorsqu’il croisera en pleine séance Lukas, rôliste de 30kg tout mouillé, bien décidé à incarner un barbare, un t-shirt déchiré et noué autour de sa taille faisant office de pagne autour de son slip alors qu’il exhibe son torse sans muscles au tout venant en agitant son épée bâtarde en latex devant lui.

De manière regrettable, les rôlistes ne pratiquent pas le jeu de rôle grandeur nature durant les périodes de chasse, tant un orc et un sanglier, c’est quand même un peu pareil, finalement.

A noter que comme l’univers des rôlistes est constitué aux trois quarts de n’importe quoi (et le restant de matière noire), il autorise des exceptions juste pour faire rire : Vin Diesel, par exemple, est joueur de jeu de rôle. On supposera donc, au vu de sa carrure, qu’il joue avec des dés en fonte d’un mètre sur un.

Rôliste tentant de jouer avec les dés de Vin Diesel

Régime alimentaire

A partir des taches retrouvées sur les feuilles de personnage, une équipe d’archéologues et de non-sociologues (des experts en asociaux)  a pu déterminer que 60% de l’alimentation rôliste était constituée de junk food : pizzas, kebabs, Mc Do et coca permettent à la bête de tenir de longues heures alors qu’elle tente de coller sa peignée au prince vampire Maleficious. Les 40% restants se divisent comme suit :

- 20% de nourriture cuisinée par maman qui s’inquiète

- 20% de sucreries glanées ici ou là (mais pas volées à des enfants tout de même : étant petits, le rôliste sait qu’au corps-à-corps l’enfant a des bonus en jets d’esquive, aussi ne l’attaque t-il pas)

Parfois, le rôliste mange des dés, mais par accident,  et uniquement parce qu’il a confondu son dé 20 avec un pepperoni. De fait, le dé essaie donc en général de s’échapper, de préférence en roulant sous les meubles avoisinant (tel le fameux canapé piégeur) afin de ne pas subir pareil sort. Accessoirement, le dé en a aussi assez de rouler dans des paluches suantes et ayant traîné n’importe où. On le comprend : les seins des filles aussi évitent soigneusement les mains des rôlistes (mais sont beaucoup moins pratiques pour déterminer le succès ou l’échec d’un jet de sauvegarde).

Comportement

Le rôliste est à la fois asocial et tribal ; en semaine, il vit à l’écart des autres, troublé par ces gens qui arrivent à réussir des jets de charisme, de séduction et d’étiquette dans le monde réel sans même lancer le moindre dé (ce qui est considéré comme de la triche ou alors c’est juste parce que ce sont des PNJs) ; aussi, lorsqu’enfin, ils retrouvent leurs semblables, ils se réunissent autour d’une table afin d’évacuer le stress et l’incompréhension de la semaine. On assiste alors à un phénomène rare : le concours de bites avec fiches de personnage.

Ayant son petit ego, le rôliste aime comparer son personnage avec celui du voisin afin de mesurer qui a la plus grosse :

« Moi mon perso, il a plus en force que toi !
- Oui mais attends, moi avec ma dextérité, au final, je fais plus de dégâts avec les règles de la 3e édition.
- J’te prends quand tu veux !
- Ah ouais ? Ah ouais ? Et t’as pensé à mon armure en mithril ?
- Gnagnagna mithril gnagnagna ! »
0

Bien que ce concept n’impressionne personne, puisque vu de l’extérieur, ça reste avant tout deux mecs avec des taches de gras sur le t-shirt en train de comparer des fiches griffonnées au crayon de papier et couvertes de traces de substances diverses. Cette attitude conduit nombre de rôlistes, réunis en clubs, à se battre régulièrement, mais jamais physiquement (il faudrait pour cela qu’ils disposent de force physique), simplement en jeu afin de déterminer qui est le mâle alpha. De fait, toutes les occasions sont bonnes pour se taper sur la gueule.

« MJ : L’homme, après avoir fini son briefing, vous tend alors un dossier contenant les détails de la mission ainsi que moult crédits.
Joueur 1 : Ok, je les prends.
Joueur 2 :  Comment ça « tu » ? Donne-moi le pognon !
Joueur 1 : Non mais je prends pour l’équipe. Et continue comme ça, toi, tu vas voir.
Joueur 2 : Ahaha, attends, avec mes réflexes à fond et mon blaster, je te pourris la gueule quand je veux !
Joueur 1 : Des menaces ? Haha ! Je dégaine, et j’ai +2 à l’init’ avec mon holster spécial !
Joueur 3 : Il reste des Pim’s ? C’est pour finir mon coca.
MJ : Non mais attendez ne vous battez pas devant votre employe…
Joueur 2 : PAF ! Regarde mon jet de fou à l’init’ ! Je passe ; je tire au jugé ; jet de dé : ça passe ! Dégâts ! Ah, tu es mort !
Joueur 1 : Enculé, je refais un perso et je te défonce. »

0

Ces querelles peuvent atteindre de telles proportions que deux mêmes joueurs peuvent se battre à chaque partie sous divers prétextes pour continuer de tenter d’apaiser leur haine de l’autre. Là encore, vu de l’extérieur, c’est parfaitement ridicule. De l’intérieur aussi remarquez, mais tant pis.

En dehors de cela, le rôliste est plutôt timide, voire carrément taciturne lorsque le café vient à manquer.

Reproduction

Le combat pour la place de mâle alpha est essentiel chez le rôliste, particulièrement lorsqu’une femelle atterrit dans le club pour une raison X ou Y. On ne note que quelques motifs pouvant amener à une telle situation :

  • C’est la copine d’un rôliste (on parle alors de « Miracle« ), et il l’a convertie, un peu comme Edward dans Twilight : désormais, elle vit la nuit, se retire de la société et suit partout un type aux cheveux gras.
  • Elle a perdu un pari avec ses copines et elle a pour gage de passer une nuit dans un club de jeu de rôles
  • Quelqu’un l’a droguée

Pour les experts du domaine, c’est l’occasion d’observer un phénomène particulièrement rare : la parade amoureuse du rôliste hétérosexuel (les autres sont punis par Dieu pour leurs péchés). Pour bien comprendre la chose, imaginez une créature qui vit à 98% avec des mâles (et à 2% avec sa maman), qui découvre devant lui un être compatible sexuellement et qui permettrait en plus de tendre vers une certaine apparente réussite sociale, ce qui rendrait sûrement jaloux Benoit, celui qui a tué son personnage de Vampire il y a trois semaines sur un jet de dé chanceux, le petit chacal. Ni une, ni deux, il DOIT la séduire, mais comment ? Il n’y a pas hélas 36 solutions :

  • En lui apprenant les règles du jeu, de préférence en donnant tous ses « trucs » pour lui montrer à quel point on est un foutu érudit – mais sympa quand même parce qu’il file ses tuyaux. Nul doute que Mademoiselle sera charmée en apprenant qu’en se biclassant guerrier/mage, elle aura des avantages non-négligeables sur les points de vie de son personnage (il est plus probable qu’elle se plante un critérium dans la jugulaire pour abréger ce supplice, mais bon)
  • En lui refaisant le coup du mâle alpha, c’est-à-dire en lui montrant à quel point son perso est génial et meilleur que ceux des voisins. Pour le coup, le rôliste se perd souvent dans des anecdotes techniques sur comment il a vaincu une liche Tremere un jour sur une action héroïque (en jeu ; en vrai, il est juste resté sur sa chaise qui a un peu craqué sous son poids dans l’excitation du moment)
  • En essayant d’être drôle, ce qui peut la pousser au suicide rapidement (oui, les blagues sur l’Appel de Cthulhu font perdre leur santé mentale aux auditeurs, c’est comme ça)

De fait, il arrive parfois que la pauvrette cède aux avances des mâles alentours, et elle rentre alors dans un cercle infernal où chacun tentera de la draguer ; on parle alors de tournante rôliste, chacun tentant à son tour un jet de charisme pour récupérer la belle. Cette bataille fera naître bien des conflits en jeux, envenimant encore plus les batailles évoquées précédemment.

Filles toujours, on notera qu’il arrive au rôliste de jouer des personnages féminins ; auquel cas, ce ne sont jamais des boudins.

Femme idéale selon le rôliste : "Comment, tu as vaincu Zankthar et atteint le niveau 27 ? Profite de tes 1D6 points de vie supplémentaires et prends moi toute !"

F.A.Q

Mon rôliste a la voix rauque et répète des choses insensées, a t-il la grippe ?

Non, il imite Gollum. C’est le cas d’un rôliste sur trois, ce qui rend l’imitation un peu lourde pour le tout-venant.

Mon rôliste a explosé sa facture de portable ce mois-ci, et il refuse d’en parler (il s’enferme prétend avoir enchanté la porte de sa chambre à +2 contre les réprimandes et le crochetage), que faire ?

La solution la plus probable est qu’on lui a volé son téléphone et qu’il a un peu honte de ne pas avoir réagi avec autant de force et de réflexe que son personnage de Shadowrun. Vous ne croyez quand même pas qu’il a des gens à appeler : comment voulez-vous qu’il explose sa facture de lui-même ? Ou alors il envoie « Princesse elfe avec 18 en Apparence » au 8 38 38.

D’accord, mais pour le faire sortir de sa chambre ?

Faites rouler des dés devant sa porte : ce bruit rend le rôliste fou et l’oblige à sortir. Cela fonctionne un peu comme un appeau. Combiné avec un piège à ours (selon le gabarit de votre cible), la chose fonctionne à merveille.

Mon rôliste a décidé de passer du jeu de rôle papier au jeu de rôle grandeur nature : est-ce une progression ?

Tout comme le pokémon, le rôliste évolue. Le rôliste papier est considéré comme l’équivalent de Chétiflor (Pokédex 069), son évolution en rôliste grandeur nature équivaut à Boutstiflor (Pokédex 070) et lorsqu’il se retire définitivement du monde seulement équipé d’un D10 et d’un vieux livre de Vampire : La Mascarade à la reliure aléatoire, on considère qu’il devient tel Empiflor (Pokédex 071). Après, je ne suis pas sûr que l’on puisse parler de progression, mais bon.

Mon rôliste serait un pokémon de type plante ? Vous vous moquez de moi ?

Essayez, vous verrez : ils sont sensible au feu. Si c’est pas une preuve.

Mon rôliste ne ramène aucune fille à la maison… est-il homosexuel ?

Non, il est rôliste.

Mon rôliste a ses chaleurs, dois-je le faire castrer ?

Achetez-lui un paquet de Magic : il n’est pas prêt de copuler.

305 réponses à “Le rôliste, cet être extraordinaire

  1. Quelle sympathique lecture avant d’aller dormir. N’étant pas une rôliste moi-même (je n’appartiens à aucune des trois catégories citées dans l’article), j’ai parfois du mal à suivre, je trouve que vous êtes bien documenté sur le sujet ! (Vous seriez-vous trahi ? Ou alors je compatis, si vous avez dû subir une infiltration parmi les rôlistes les plus chevronnés).
    J’adore le FAQ!

  2. Que se passe-t-il pour les jeunes qui sont rôlistes mais guitaristes ? Comment réagissent les filles ? Y a-t-il une barrière d’énergie potentielle à franchir (répulsion avant, attraction après), quelque chose qui leur permettent d’adopter le comportement à adopter ? Il faudrait tenter l’expérience.

  3. Je note tout à la fois le vocable précis, le charisme inné des termes employés comme toujours avec adresse, et une sacrée expérience dans le domaine.

  4. Une question non présente dans la foire ci-dessus : de vils rôlistes essayent de me convertir à leur passion démoniaque, que faire pour les éloigner ?

    L’eau bénite et les gousses d’ails ne fonctionnant pas, je pense me tourner vers le fusil à canon scié, qu’en pensez-vous ô dieu connard ?

      • Futé !
        Je vais essayer, mais je vais tout de même garder mes bombes fumigènes au cas où le stratagème ne fonctionnerait pas et qu’un repli stratégique soit nécessaire.

      • Les traîner en justice pour profanation marche également, mais il faut des contacts au FN pour le sale boulot.

    • Nous t’aurons un jours… Tu finiras par relâcher ta garde et alors nous frapperons.

      Notre sournoiserie n’a d’égale que notre détermination.

      Ta déchéance est inéluctable!

  5. Quel plaisir de vous retrouver cher Odieux! vous égayez mon début de semaine de +50 de points de bonne humeur!

    Mais quel dommage que ce soit aussi court (je suis sur que vous n’avez pas souvent entendu ce genre de remarque vous concernant) ! J’allais presque atteindre un niveau supplémentaire de rigolade!

    Bien à vous! Et continuez d’enchanter et d’enrichir mon bestiaire avec ce genre de créatures, geeks, rôlistes, que l’on connait peu et avec qui pourtant nous cohabitons sans le savoir.

  6. Salut ! C’est marrant, étant rôliste comme l’on se reconnait la dedans, surtout au sein de cette communauté.
    Personnellement, j’ai réussi a trouver la faille dans les règles, ce qui me permet d’avoir une vie sociale en dehors du jdr, et du coup je suis pas mal cheaté, limite grobill.
    Je me demandais du coup avant de lire si tu es ou étais rôliste aussi, mais en lisant les détails que tu énonces a ce sujet, j’ai ma réponse ^^
    Je me demande par contre si les non rolistes ne vont pas se sentir paumés parmis tout ces termes techniques, mais je me suis toujours dit que c’était marrant d’entendre des discussions de rôlistes hors contexte : « et puis la le mec au comptoir, je l’ai tiré par le col pour le mettre a terre, et je lui ai balancé une table au travers la gueule ! Une fois assomé, j’ai utilisé un pied de chaise pour lui voler sa virginité, j’ai gagné 20 pièces d’or, ça valait le coup ! Et puis, il avait qu’a dire merci aussi. »
    En tout cas, c’est bien sympa comme article, merci d’en parler :D
    A plus !

    • Héhé, j’ai fait partie d’un cercle de rôlistes. Avec le temps j’ai arrête de le jeu de rôle mais je les vois encore tous les jours : ils bossent dans le même bureau que moi et on prend le métro ensemble. Ils se jouent parfois des scénettes dans le métro, entre 2 arrêts, alternant entre les dialogues de leur personnages et leur commentaires persos. D’un point vue extérieur, on jugerait un dialogue de schizophrènes. Ca vaut toujours le coup. Malheureusement, la plupart des gens pensent qu’ils parlent de jeux vidéos…

      • moi ça a fait l’inverse, j’ai connu beaucoup de roliste, mais avec le temps je n’en vois que très peu, mais j’ai continué le jeu de role ^^

  7. MJ: »en entrant dans le bar, tu te sens mal à l’aise…. légèrement oppressée…
    – je regarde autour de moi…. y’a quoi?
    -pas grand monde, quelques tables vides, 2-3 personnes au bar… lances un dé en perception…
    -5!
    – tu remarques un homme étrange dans le fond, il te dévisage… et t’invite à sa table… tu fais quoi?
    -je…. bon, aller, j’y vais
    – (voix rauque) vous êtes toute en beauté ce soir…. je vous offre un verre?..
    -je le connais?
    -non
    -ah, mais il a l’air de me connaitre… j’accepte le verre… et je lui demande qui il est
    -(voix rauque) mon nom n’est pas important… seul ta présence à mes coté l’ai… fais un geste en perception…
    -2…
    -tu ne remarques rien…
    -je lui demande s’il a un indice sur l’amulette sacré du navet géant d’ouramar…
    -alors qu’il te répond, tu commences à te sentir trés fatiguée…. tu ne vois plus que ses lèvres bouger… s’arrêter… et sourire… la dernière chose que tu aperçois, est l’étiquette de son pantalon qui dépasse et sur laquelle il a écrit ses initiales pour éviter de les perdre lors de colonies de vacances ou autres réunion de ce genre… O.C……… bon, tu peux refaire un perso…
    -meeeeeerde… »

    gonk?

    gonk!!
    .

  8. Ah Monsieur OC, vous auriez dû écrire cet article il y a deux ans, avant que je fasse la bêtise de sortir avec un rôliste ! Cela m’aurait évité plus d’un an d’insomnies entourée de types bizarres. :)

  9. Haha, excellent article ! J’ai bien ri, et pourtant je suis rôliste/joueur de jeux vidéo/joueur de jeux de cartes (mais pas Magic, Saint Pratchett me préserve !).

    J’ai reconnu pas mal de choses, notamment dans le Grandeur Nature, que j’ai pratiqué une fois avant de décider que, finalement, j’avais passé l’âge des déguisements.

    Par contre, je dois m’estimer heureux : aucune des parties que j’ai pu faire n’a jamais ressemblé à tes descriptions, Odieux Connards. Et mes amis rôlistes n’étaient pas tous des goths/adorateurs de Satan/fans de Death-trash-grind-core-overkill-métal ^_^

    Depuis quelques années, par la force des choses, je ne fais plus de jeu de rôle… et ça me manque tout de même terriblement !

    • tu as bien de la chance de ne pas avoir connu ces caricatures de parties, parce que pour moi malheureusement, la plupart du temps il ne s’agit pas de caricature, si tu vois ce que je veux dire.
      Il me semble pas que monsieur Connard ait dit que la plupart des roliste étaient amateur de metal. Personnellement, de mon entourage, je suis le seul qui en fasse partie =)

      • Oui, je mesure ma chance, en effet. En fait, la seule partie qui se soit passée comme ça fut aussi ma toute première partie de JdR, sur du AD&D 2, où, n’y connaissant rien, on m’avait filé la feuille d’un pote n’ayant pas pu venir et où je m’étais fait incendier pendant toute la partie par le Meujeu qui me disais que je « ne connaissais pas ma feuille ». Ben non abruti, en effet !

        Coup de bol, ça ne m’a pas dégoûté, et surtout ce fut la seule fois où ce fut nul !! Mais j’ai mis quand même pas loin de 10 ans avant de retoucher à du AD&D…

    • Saint Pratchett… On parle bien de Terry?
      Ah, un de mes auteurs favoris! Et pour en revenir au sujet de l’article de ‘lOC, j’ai aussi fait du jeu de rôle. On faisait pour le fun à l’internat du lycée avec un pion, et ça c’est toujours bien passer. J’en garde un super souvenir (Joseph si tu m’entends…)
      Des fois ça me manque, c’était quand même des grands moments de n’importe quoi!

  10. C’est marrant mais depuis le temps que je vous lis, je me doutais bien que vous étiez que votre volontiers le veuille ou non, un rôliste. Bientôt nous marcherons sur le monde et vous regretterez de ne pas avoir revendiqué votre statut auparavant!!!

  11. Ce qui m’étonne le plus dans cet article est la profusion de vocabulaires spécifiques de ce milieu, un non-initié ne comprendrai pas tous les termes employés… Cher Monsieur OC, j’émet des doutes quant à votre véritable nature! :D

  12. Ah, le bon temps des soirée sentant « le vieux pet », qu’est-ce que ça peut me manquer… ou pas. Excellente description qui laisse à penser un vécu certain ou des informateurs ayant trahi leur tribu (ils ont du penser au bonus d’XP…).
    Ceci explique sans doute la qualité de toutes ces publications : à force de devoir rédiger des scenarii pour une bande d’ingrats incapable de rester sérieux ne serait-ce qu’une seconde, il faut devenir virtuose du verbe ou laisser tomber :).
    En particulier concernant l’alimentation il faut considérer que la junk food doit se restreindre à tout ce qui est livrable, tout le reste impliquant de quitter la table… et de voir un mesquin échanger ses dés porte-bonheur…
    Somme toute, un coming out des plus clairs pour notre cher OC, avec une petite question à la clef : quel excès esthétique pileux avez-vous commis pour pouvoir intégrer cette société au combien fermée ?

    P-S : @ xa_chan, Puisse Saint Pratchett tous nous sauver !!!

      • Saucisson oui, fromage qui pue non, mais le jdr est utile en ce point: je suis devenue une experte en faisage de tarte tomate/moutarde/olives vertes. o/

        Et même s’il n’y a aucun rapport avec le message auquel je réponds, je voulais juste dire que dans notre petite bande de rôlistes, il y a plus de filles que de garçons. Comme quoi. (qui a dit « l’exception qui confirme la règle? »)

        (et sinon, Saint Pratchett nous sauvera tous. Rejoignez-le!)

  13. Je suis roliste, mais je le cache : tous mes JdR sont dans ma chambre, donc quand une jeune femme est invitée chez moi, elle ne le voit que trop tard, alors que ma langue fouille déjà depuis longtemps ses amygdales.

    Elle ne peut plus s’enfuir et bientôt, les extases que je lui donne lui font totalement oublier l’intégrale de Shadowrun, Vampire DA, Dark Heresy, Pavillon Noir, Te Deum pour un Massacre, L5R et autres joyeusetés reposant à deux pas du lit dans lequel nous nous ébattons.

    Par contre, je connais quelqu’un, on entre chez lui, il n’y a que des figurines partout et des affiches de jeu. La fille, elle entre, si elle est normale, elle se barre… En courant !^^

    • Les jeux de rôles que tu cite représentent un très bon échantillon.
      De mon côté, j’ai converti ma compagne qui ne savait même pas que le jeu de rôle éxistait, et elle en est très heureuse.
      Rassurons nous, notre secte a bien preservé ses secret, il y a encore beaucoup de personnes qui ne savent pas ce qu’est un jeu de rôle.

    • Une variante qui existe a cette situation: la fille voit les jeux arrete soudain votre séance de calin et demande ce que tu penses de l’extension de tel ou tel jeu… =D
      (La tête du gars vaut toujours le détour a ce moment la. xD)

    • Perso j’arrive chez un mec qui a a minima Shadowrun et Dark Heresy en bouquins de chevet, je lui demande de me prendre ici là tout de suite dans tous les sens, et de me faire 40 enfants !

  14. Il est certain que le jargon employé ne laisse planer aucun doute quant aux activités nocturnes du MJ de céans.
    Une douce mélancolie émane de cet article, que même les odieux sarcasmes ne parviennent à dissimuler…
    La question se pose donc: Pourquoi s’en prendre à sa propre communauté, cher OC? La dernière campagne s’est elle mal déroulée? Votre séduisante voleuse elfe de niveau 19 a t-elle fini écartelée, après avoir été gang bangée par une horde de gobelins mal léchés au grand complet?
    Vous m’en voyez navré…

    PS: Me voici également pris de nostalgie. Quelqu’un est chaud pour un p’tit Cyber Punk?

    • Sans vouloir répondre a la place de l’odieux concerné, je pense qu’il s’agit d’une satyre visant plutot la communauté en tant que groupe que la personne individuelle. Je trouve qu’il y a un genre d’effet, quand plusieurs membres d’une même communauté se regroupent, produisant un phénomène d’extrapolation transformant la personne, sensée être unique, en archétype du groupe qu’il représente, mais ce n’est que mon avis.

      • Certes… Mais ça ne répond pas à ma question.

        PS: Mec, même pour un rôliste, ta photo fait peur…

      • Comme quoi, il ne faut pas juger sur les apparences, ce n’est qu’une photo =)
        J’aurai pu faire pire : mettre un poney.

  15. Je suis une femelle (respectons le vocabulaire employé) et cet article m’a donné envie de sauter le pas quant à entrer en contact avec le monde étrange que vous décrivez, ainsi que j’y aspirais depuis un certain temps déjà.
    Dois-je m’inquiéter au sujet de ma santé mentale ?

    Bien cordialement,
    Mina.

    • Moi aussi femelle rôliste…. argh !
      Le pire, c’est que j’ai arrêté les tables de jeu (faute de joueurs recommandables et puis mince, ça finissait par devenir trop long ces conneries…) mais j’ai intégré les mmorpgs, du coup… (et pour les connaisseurs, ne me faites pas l’injure de penser que je joue à WoW.. je fais du roleplay sur Lineage 2 moi !).

      Navrée du vocabulaire technique, mais on se comprend, n’est ce pas ?
      Et je vous assure qu’on peut être jolie et rôliste !
      Et mon geek de fiancé est très bien aussi… comme quoi !

  16. Il manque une catégorie de rôlistes dans cette description ceux qui jouent en ligne sur des MMORPG et qui font du role-play la partie la plus importante du jeu au delà des xp, pv, instances et autres joyeusetées de bourrins.
    Ceci dit cette note m’a fait sourire, elle fait très bien ressortir tous les lieux communs qu’on attribut aux rôlistes

    • Attention, il y a confusion: ceux là ne sont pas des rolistes, mais des role-playeurs. Ca n’a strictement rien a voir.

  17. Cher OD Connard,
    Quel reportage fantastique. Une telle plongée dans un monde que vous semblez si bien connaître. J’imagine que vous avez passé plusieurs semaines au milieu d’authentiques groupes de rôlistes pour en savoir autant.
    Et pour sortir un tel billet, exempt de tout raccourcis et de stéréotypes. J’aurais été franchement déçu si j’avais appris que vous n’avez aucun lien avec le jeu de rôle et que vous vous étiez contenté de réécrire les on-dit arrivés au gré du hasard à vos oreilles.

    Néanmoins, il y a quelque chose qui me chiffonne. Une petite puce qui me démange. Le plus grand reproche que vous adressez aux rôlistes et qui revient constamment du début à la fin, c’est leur célibat forcé et leur incapacité à trouver une petite amie.
    C’est étrange. Paraît il, les blogueurs et autres drogués du net ont eux aussi la plus grande difficulté à rencontrer la gente féminine. Surtout, les blogueurs qui de leur propre aveux sont obligés de droguer leurs partenaires au GHB pour satisfaire leurs besoins purement primaires. On pourrait avec un peu de mauvais esprit, se demander si la raison d’être de ce billet n’est pas de décharger toute la frustration sexuelle accumulée au cours de longs moins d’abstinence en se défoulant sur une catégorie sociale réputée elle aussi pour son manque de rapports avec les membres du sexe opposé. Un peu, vous savez, comme lorsque les amateurs de comics tapaient sur les amateurs de manga (et vice versa) pour tenter de faire oublier que leurs hobbits préférés étaient assimilés à de la sous-culture…

    Hélas, mon cher OD Connard, plus je lis votre billet, plus il me semble découvrir derrière vos louables intentions de documentation une profonde inculture et une mauvaise foi dont heureusement, vous ne vous cachez pas.

    Mais rassurez moi. Vous connaissiez bien votre sujet avant d’écrire, non? Si ce n’est pas le cas, et bien je ne peux que vous conseiller deux choses. Premièrement, allez distribuer votre stock de GHB aux alentours et défoulez vous un grand coup pour avoir enfin la tête libre de toutes ces pensées coquines qui obscurcissent votre jugement. Et secondement, essayer d’aller faire un tour à l’une des IRL organisée par ce groupe: Opale rôliste. Vous pourrez y rencontrer de vrais rôlistes passionnés, très loin des bas stéréotypes dont vous farcissez vos billets. Et vous pourrez aussi rencontrer d’authentiques rôlistes femmes dont le physique se rapproche de beaucoup de celui de la femme idéale que vous attribuez au fantasme rôlistique (réellement). Je vous demanderai toutefois un service: accomplissez la première tâche AVANT d’aller accomplir la seconde.

    Je vous remercie de tout coeur.

    Erstam
    (et oui, un pseudo vaguement rôlistique. Mais mon dieu! Seraient t’ils à ce point infiltrés dans la population qu’ils seraient lecteurs de votre blog?)

    • Hmm… d’un autre côté, il semble à la lecture des nombreuses réponses que vous faites partit vous aussi de la communauté rôliste. Mais pourquoi alors se tirer une balle dans le pied? Pensez à ceux qui n’ont pas les moyens de se payer une dose quotidienne de GHB!

      • J’adore ce message, qui commence bien, et qui part totalement en vrille sur le GHB a la fin, ça ne serait pas être un trolliste ?
        Personnellement, étant rôliste depuis mon plus jeune âge, j’avoue reconnaitre pas mal d’éléments de son discours dans le stéréotype de cette population. Bien heureusement, je ne me sens pas visé pour tous car je ne suis pas un « rôliste à l’extreme », cependant, j’évite de fréquenter de trop près ou trop régulièrement ce cercle (et aussi les autres) pour ne pas avoir la sensation de n’appartenir qu’a celui ci.
        Cependant, avant de recevoir une réponse du même acabit sur le theme du viol, de la drogue ou de la zoophilie, voir même jusqu’a celui des troubles de l’érection, je tiens a préciser que ma vie sociale va très bien. Tout est une histoire de point de vue. D’ailleurs sentimentalement je suis plutot comblé toussa, et ça ne m’empêche pas d’avoir une sale tronche sur mon avatar (parce que je trouve ça rigolo et que j’ai un humour de merde). Cela dit, je pense qu’établir des théories naives sur la façon de pensée et le fonctionnement psychique d’une personne de part un simple discours qui est crée par un rôle est un peu puéril.

      • Ma théorie à moi d’ailleurs serait que tu sois sur la défensive car tu es précisément la cible de son article, mais cela n’engage que moi…

    • Euh… alors si je ne m’abuse, je me trompe peut-être, il me semble que chaque deux ou trois billets OD Connard plaisante en racontant qu’il met du GHB dans le verre de ses conquêtes. C’est une blague, bien sûr, mais j’ai voulu rebondir dessus (après, peut-être que j’ai mal lu, mais il me semble que c’est un gag récurrent sur ce blog, l’histoire du GHB, non?).
      Naturellement, cher Keul, je ne vous accuserai ni de zoophilie, ni de trouble de quoique ce soit. Je ne vous connais pas, je ne sais pas qui vous êtes, je ne vous ai jamais rencontré ni n’ai jamais lu quoique ce soit que vous ayez écris.
      Et si OD Connard s’amuse à faire des blagues sur la sexualité des rôlistes, je ne vois pas pourquoi je n’aurais pas le droit de faire des blagues sur sa sexualité à lui. Ce ne serait que justice, non?

      Après, je conviens que si l’histoire du GHB vous est passé sous le nez, vous avez pu prendre ma réponse pour une attaque totalement injustifiée. Aussi, pour dissiper tout malentendu, voici un exemple parmi d’autres d’articles où OD Connard s’accuse lui même d’utiliser du GHB:

      http://odieuxconnard.wordpress.com/2011/07/18/harry-potter-et-les-reliques-de-la-morve-partie-ii/

      Voilà, j’espère que le malentendu est dissipé. Je vous rassure, ce n’était qu’une blague. Peut-être que je ne suis en fait qu’un gros barbu obèse et complexé qui ne se nourrit que de chips et dont la vie se résume à une feuille de personnage de niveau 38. Mais heureusement, je suis un « gros barbu obèse de 240 kilos nourris aux chips avec un camion benne » ayant de l’humour! :-p

      • ahah, en effet, ça m’est passé sous le nez, je ne lis pas régulièrement ces articles, du coup, en effet, il y a une partie du sens qui m’a échappé dans ton message, du coup je n’ai pas compris sa subtilité. Milles excuses ! ^^’

    • En même temps, c’est de la caricature, c’est donc voulu.
      La caricature possède du vrai, et de l’hyperbole. Et à ce jeu là, notre blogueur possède un talent certain.
      Et nul doute que compte tenu de sa popularité dans le monde extérieur, il a des filiations avec Alice Cooper.

  18. Merci ô OD Connard!

    Un reportage qui honore (presque) les rôlistes et permettra aux gens de mieux nous comprendre.

    Pour ce qui est du fait que les seins d’une femme n’aident pas à résoudre une action, je dirais quand même qu’on peut, mais c’est risqué ça fait plutôt souvent un fumble…

    • J’ai découvert le sens de « Fumble » lors d’une brève aventure avec un rôliste.
      Je m’étais dit qu’un mec qui avait autant d’imagination, ça pouvait être fun dans un pieu. J’avais juste oublié un petit détail : tout ceci est virtuel. Des idées, des rêves, du fantasme et de la fantaisie, il en avait, c’est sûr. Mais de là à les mettre en pratique, il y a un gouffre qu’un jet de dés ne saurait combler. Fumble donc.

      • Tout dépend du roliste… Ma femme (roliste elle aussi) ne se plaint pas de mon imagination. Cela dit, je ne pourrais malheureusement pas vous en faire démonstration. L’inconvénient d’être tellement plus célibataire qu’on en est marié. Car oui, cela arrive, surtout quand le roliste atteint la trentaine.

        Il manque effectivement pas mal de chose dans cette description: si elle est cruellement juste pour les jeunes années du roliste (adolescence et post-adolescence), quand celui-ci vieillit, il se « range ». Mariage, naissance, départ de chez papa-maman (pas forcément dans cet ordre), le roliste devient un quidam moyen. Sauf que, parfois, il conserve un lien plus ou moins fort avec sa vie précédente. En l’occurrence, une bonne partie de mes connaissances rolistes ont atteint ou dépassé la trentaine et continuent à jouer. Peut être moins régulièrement, les réunions de famille, courses et enfants pouvant être un frein (légitime). Mais, dans le même temps, son entrée dans la vie active lui offre plus de moyens financiers pour assouvir sa passion (en témoignent les 200 et quelques livres de jdr de ma bibliothèque). Du coup, ses habitudes changent: plus de présence féminine (la plupart des rolistes casés ayant converti leur moitié), un régime alimentaire plus abouti (surtout quand un des rolistes est cuisinier de formation), les histoires sont aussi plus abouties, plus retorses, plus vicieuses. Même l’odeur change puisque, étant chez lui, le roliste ne joue plus en cave ou en grenier, et peut alors allégrement aérer la pièce qui lui sert de terrain de jeu. Le roliste de 30 ans n’a plus grand chose a voir avec ce qu’il était à 20 ans (a part, éventuellement, son look: j’ai toujours les cheveux longs, une barbe d’une semaine entretenue plus ou moins, un embonpoint certain et des T-Shirts d’ado) sans pour autant renier son passé. Encore que, j’ai eu de la chance: en tant que post-ado (j’ai commence le jeu de rôle sur le tard), mes parents et ceux de mes amis ne nous parquaient pas dans des zones invivables. Du coup, je ne me reconnais pas dans cette histoire d’odeur corporelle douteuse (a part la clope, mais bon, à l’époque, on avait la même en sortant de boite) même si tout le reste a failli m’arracher des larmes…

  19. Etant rôliste, adulte (OMG!), et femme (je peux me vanter d’un magnifique 95C, et non, je ne parle pas de mon bide), je peux t’assurer que les seins d’une femme IRL font souvent penser la balance du MJ. Après, il suffit que tu joues une Elfe, et tu as des bonus RP qui vont bien!

    Franchement, heureusement que je sais que l’OC est 2nd degré, sinon, je serais partie en révolte contre cet amas maladroit de clichés. Et puis même si c’est 1er degré, nous autres rôlistes n’avons pas l’esprit si fermés que nous arrêterons de vous lire sous prétexte que vous nous critiquez… Tant que vous me faites rire…

  20. Monsieur Connard,

    avant tout, sachez que je suis rôliste depuis près de 20 ans, et actuellement même président d’une association de jeux de rôles. On a beaucoup glosé sur le jeu de rôles. J’ai souvenance d’un certain psy qui arpentait les plateaux de télé il y a une quinzaine d’années en dénigrant cette saine (hum) pratique et qui nous assimilait à un secte (il se trompait lourdement, nous sommes déjà bien au delà : le monde sera bientôt entre nos mains. Mouhaha!). Et bien permettez-moi de vous dire que votre bafouille est bien poilante :) !
    Oui, y a de ça, mais pas que…
    Nonobstant, à l’instar d’autres commentateurs qui m’on précédé, je décèle chez vous un vocabulaire laissant assez peu planer le doute : vous participez (ou avez participé) à des séances de JDR. Une infiltration sans doute, à but documentaire bien sur… hmm hmm…

    D.Syne

    P.S. : pour les quelques mous du bulbe qui prendraient trop au sérieux les articles de ce cher Connard, sachez que l’on peut être rôliste, avoir une copine (elle-même convertie au jeu de rôles), des enfants et une vie sociale (oui, j’ai grave réussi mon jet de TOC à l’évidence)

    • TOC = Trouver une Onirique Copine?

      (P.S. je suis moi aussi un rôliste, pour le moment célibataire, dans l’attente de retrouver une fille qui partagerais mes passions)

      • Ca viendra t’en fait pas. Proposes un resto avant l’initiation. :) Et ne force rien. Ma compagne n’est pas convertie, ça ne nous empeche pas d’etre ensemble depuis 10 ans bientôt.

  21. Les réactions aux articles d’OC sont toujours aussi intéressantes que lesdits articles, n’en déplaise au maître de ces lieux…

    Je constate que, si la plupart des commentateurs sont concernés par cet article très sarcastique, il le prennent plutôt bien.
    A l’exception de certains qui sont apparemment des rôlistes purs et durs, et nous gratifient de pavés nauséabonds aux odeurs de vieux pet. Je conçois aisément qu’ils puissent trouver les articles d’OC de mauvaise foi, incultes ou mal renseignés.

    Mais attaquer OC sur d’aussi viles bases que quelques phrases sur le GHB glissées dans ses articles ? Et surtout, commencer un assaut par « Paraît il » alors qu’ils reprochent à l’auteur, je cite, les stéréotypes dont il farcisse ses billets ?

    Il y a là quelque chose qui me démange, moi aussi. Ne pourrait-on pas se demander, avec un peu de mauvais esprit, si la raison d’être de ce genre de commentaires n’est pas de décharger toute la frustration sexuelle accumulée au cours de longs moins d’abstinence en se défoulant sur une catégorie sociale réputée elle aussi pour son manque de rapports avec les membres du sexe opposé ?

    • Bon… j’ai déjà laissé une réponse à l’attention du fameux Keul. Si on ne peut même plus faire de mauvais esprit sur un blog réputé pour son mauvais esprit… ^^’

      Rhalala, êtres de peu d’humour! Soit, je me retire. Gardez vos tomates pour agrémenter de bonnes salades.

      PS: et je suis parfaitement conscient que OD Connard n’utilise pas de GHB dans la vie réelle. De la même manière qu’il est lui même conscient que le régime d’un rôliste ne se limite pas à des chips. :-p

      • D’ailleurs, je n’arrive pas à retrouver mon message de réponse à Keul… pour résumer, je n’aurais pas utilisé l’image du GHB si OD Connard ne l’avait pas utilisée lui même. C’était une banale et bête réponse humoristique à un billet lui même humoristique. Le ciel m’en garde, je n’en suis pas encore à développer d’expertise psychologique sur de parfaits inconnus…

      • ahahah Erstam… tu as reussi un jet de furtivité sur ton sens de l’humour, ou sinon c’était un fumble, comme tu veux ! :p

      • Hmm… On va dire que ça peut arriver à tout le monde un échec critique en humour. C’est vrai aussi que j’ai été assez lourd, je m’en excuse. ^^’

      • Keuuuwaaa??? l’OC n’utillise pas de GHB????

        Et moi qui vide absolument tous les verres que je trouve qui petille legerement en esperant me faire tringler par lui???

        Blague à part, viendez sur Opale-roliste, le roliste sent bon le sable chaud, les femelle se laissent tourner sans broncher et les oisrées chuir moustache son référencées dans le guide michelin

  22. De nombreux télégrammes de l’Académie Française au sujet du passage suivant :

    « il est rarement considéré comme particulièrement séduisant. De fait, on appréciera par ce propos mon goût des euphémismes, mais passons. »

    Les éternels diraient plutôt « litote » pour le coup.

  23. Cher OC, si je puis me permettre, un joueur de jeu de rôle grandeur nature ne s’appelle pas « rôliste », mais « GNiste ». Seul le déterminant change pou le second égalemnt :-)
    Et on peut être les 2.
    Karine fille biclassée Rôliste / GNiste

    • au départ quand on me disait GN, je pensai à la géhenne, a fin du monde, et du coup je ne comprenais pas.
      Je suis roliste depuis un bail et pourtant j’avais jamais entendu parler, ou du moins compris ce qu’étais les GN jusqu’a il y a 5 ans

    • Oui GNiste donc Grand Naturiste, Ceux qui prête souvent à confusion avec une certaine quantité de la population française (qui bien que pas plus nombreuse que les roliste semble plus accepté par les autres français)

  24. Bon, on respire un deux, un deux…
    Cher tous,
    Après m’être relu, j’avoue que j’y suis allé un peu fort dans mes commentaires. Vous avez raison, je me suis senti touché par l’article, je l’ai pris un peu trop à coeur. Je tiens à expliquer pourquoi.
    Il a 20 ans, on nous expliquait doctement à la télévision par la voix de Mireille Dumas que les pratiquants de jdr étaient de dangereux sectaires, malades et psychologiquement instables.
    20 ans plus tard, des amis appartenant à une association de jdr reçoivent ce courrier de la part de M6:

    Bonjour,

    Je me permets de vous contacter par le biais de l’annuaire de la Fédération Française des Jeux de Rôles. Je suis journaliste, je travaille actuellement sur l’émission « Nouveau look pour une nouvelle vie » diffusée sur M6. Cette émission propose aux personnes qui souhaitent changer de style la possibilité de se faire relooker grâce à l’intervention de toute une équipe de professionnels : styliste, coiffeurs, maquilleurs…

    Vous – ou quelqu’un de votre entourage – êtes adepte des jeux de rôles et on critique votre look. Ces remarques vous gênent et vous souhaitez que cette situation change afin de vous épanouir dans un domaine professionnel, dans votre vie amoureuse ou juste pour vous voir différemment.

    N’hésitez pas à me contacter sur (j’ai retiré les références)

    Nous vous demanderons :
    – Une fiche signalétique (Nom, Prénom, Age, date et ville de naissance, nationalité, situation de famille, nombre d’enfants, profession, adresse complète, téléphones (portable, domicile, professionnel), mail, couleur de cheveux et longueur, taille de vêtements, pointure)
    – Photos : (Portrait, En pied, 10 photos de vous avec différents vêtements)
    – Question 1 : Décrivez vous en quelques lignes.
    – Question 2 : Décrivez votre look.
    – Question 3 : Que disent les autres de votre look ?
    – Question 4 : Pourquoi faire cette émission ?
    – Question 5 : Pourquoi c’est important aujourd’hui de changer de look ?

    Voilà. Il y a 20 ans on était des déséquilibrés et maintenant, on est juste des gros dégueulasses asociaux. Il y a une progression, c’est vrai, mais tout de même… je ne peux que me sentir légèrement insatisfait.

    Le blog de OD Connard est un de mes préférés. Il me fait beaucoup rire. Mais quand l’avis de mon blogueur favori se trouve être le même que celui d’une chaîne de télévision réputée pour son sensationnalisme, disons que… ça m’a fait un peu perdre mon sang froid.

    Voilà, je tenais donc à m’excuser auprès des personnes froissées par mon message d’origine, il a été écrit sous le feu de la passion et sans trop réfléchir. Mais je regrette tout de même que les mêmes préjugés soient colportés sans fin sur le monde du jeu de rôle.

    Voilà.

    Erstam

    • Ne t’inquietes pas, tu ne m’a pas froissé à moi (peut être qu’a d’autres oui), mais bon, moi je trouve que ces stéréotypes sont présent chez la grosse majorité des rôliste (en tout cas vers chez moi)

      • De mon côté, j’ai bien rencontré des gens qui correspondent à ce genre de stéréotype. Mais depuis quelques années, j’en rencontre de moins en moins. Et pourtant je fais partit d’une grosse communauté de jdr (près d’une cinquantaine de membres actifs).
        Les rôlistes que je côtoie sont journalistes, comptables, chercheurs, psychologues… certains sont très politisés, l’un d’eux est même docteur en philosophie. Ils sont en couple à 90% et une grosse partie d’entre eux mange équilibré, même pendant les parties. Du coup, ça me dérangeait un peu de lire ce genre de « retour en arrière » sur l’image du rôliste. Après tout le mal qu’on se donne pour améliorer l’image de ce loisir…

        D’ailleurs la plupart des commentaires du billet de OD Connard viennent de personnes qui démentent le stéréotype du rôliste, puisqu’ils sont en couple et ont une vie sociale développée.
        Petit hommage donc au stéréotype du rôliste asocial auquel je souhaite une rapide disparition:
        Brassens, I choose you!

        « Ils sont révolus
        Ils ont fait leur temps
        Les beaux rô, rô, rô, rô, rô-ôlistes
        On ne les r’verra plus
        Et c’est bien attristant
        Les rôlistes obèses, célibataires et repoussants! »

      • Erstam, il suffit d’aller en convention (oui, je fais du JdR depuis 20 ans aussi, je joue tous les vendredi soir, toussa) pour se rendre compte que les clichés du connard sont exagérés, certes, mais pas très loin de la vérité.
        On a notre lot d’ados à la peau grasse, d’introvertis, etc.
        Je suis biclassé rôliste/Linuxien (le meilleur de deux mondes, hein ?), et je constate encore maintenant plus de freaks et d’inadaptés sociaux dans le milieu du jeu de rôle que dans celui des logiciels libres (et pourtant, il y a des cas aussi, je t’assure).
        Maintenant il ne faut pas exagérer : bien sûr, la plupart des rôlistes sont des gens normaux. Enfin, sauf quand ils racontent leur campagne de 10 ans en terrasse de bar.

      • Bah, je fais aussi des conventions. D’ailleurs mon groupe de jeu sera aux Joutes du Téméraire cette année (moi je ne pourrai pas y être). Et même là, le paysage est moins terrible que ne le décrit OD Connard.

        Mais c’est vrai que comme le dit un des derniers commentaires, les premiers rôlistes ont grandit et ils sont devenus des membres à part entière de la société, indiscernables au premier abord des autres membres. Alors par la force des choses, les rôlistes les plus présentables disparaissant les uns après les autres, on ne croise plus en club que les irréductibles aux cheveux gras. Et voilà, comment l’image des rôlistes de caverne se transmet bien malgré elle. :-D

    • haha, les fameuses anecdotes toujours très lourdes et longues a écouter. Biclassé roliste/linuxien ? Violent ! ça doit être un peu comme guerrier/barbare, ou encore magicien/ensorceleur !

  25. J’ai une partie de Warhammer (premier bouquin des Pierres du Destin) vendredi soir après le boulot.
    Je suis trentenaire.
    Rôliste depuis 15 ans.
    En couple (« Miracle! » comme dirait Jésus, le tôlier de Chez Regis, dans INS/MV).
    Metalleux.
    Amateur de « Films de Qualité » (tel Power Elite, avec Olivier Gruner).
    Anglophone.

    Suis-je condamné à mourir dans d’atroces souffrances, Docteur OC?

    • nan, tu te rattrappes en étant métalleux, ça s’annule. Du coup tu n’ira ni souffrir en enfer, ni s’emmerder au paradis. Cool non ?
      Après, OC n’as pas parlé d’une autre technique pour draguer : etre MJ et accorder une épée magique au perso feminin. Imparable !

  26. Vous êtes odieux !!
    Je suis un ancien rôliste de plateau et amateur de roleplay, je suis profondément loutray par cet article dévalorisant mon milieu social.
    Je reporte immédiatement cela aux féministes qui sauront trouver ici vos provocations à leur encontre comme dégradantes.

    Vous êtes prévenu !

  27. Rôliste depuis 25 ans, je confirme : tout est vrai ^^
    Heureusement que c’est 99% du temps génial aussi, pour qu’on s’y attarde :)

    • Tiens un autre ‘vieux’…
      MdJ depuis 83 (1983…) et guitariste de surcroit…je sais je cumule. Je me suis bien marré sur cet article !!! Et (presque) que du vrai…
      Ami OC vous avez trempé dans le JDR ou je vends mon âme au diable!!
      A noter que je suis devenu père de roliste et dans les années qui viendront sans doute grand père de roliste ;o)) Alors fi des Xbos, des applis Android des jeux en ligne et autres plaisirs virtuels… avec le temps le bon vieux jeu de rôle continue à vivre :o)) R’N’Roll will never die !!!!!!!

  28. So wonderfully true.

    Je suis rôliste depuis, globalement, 12/13 ans, et c’est marrant parce que, finalement, le cliché rôliste que mon cher OC présentez ici est assez vrai. Même avec un boulot, même avec une vie sociale forcée, le rôliste reste dans son monde, persiste à voir « les autres » comme des pnjs, même dans la vie réelle. Et se sent l’âme d’un esclave corporatiste de Shadowrun chaque fois que le réveil sonne, le matin, pour l’appeler une fois de plus à gagner sa croûte.

    Pourtant, on le sait, le rôliste peut survivre avec uniquement une table, des dés et deux piles de papier (une pour le jeu, l’autre pour les réactions biologiques aux clips de R&B).

    Merci odieux pour cet article ô combien taquin, et ô combien vrai.

  29. « Mon rôliste ne ramène aucune fille à la maison… est-il homosexuel ?

    Non, il est rôliste. »

    Un rôliste ne peut-il donc pas être homosexuel? (Me serais-je donc floué depuis des années dans les bras d’hommes?)

    • c’est comme les anges, ils n’ont pas de sexe.
      Enfin, en l’occurence ils sont nés avec, mais dès les premiers jets de dés, le membre se racorni, devient tout noir et se fait la belle pendant la nuit.

    • J’ai du me tromper alors… En même temps, le roliste gay, pourtant non concurrent dans la chasse à la roliste n’en est pas moins assez peu apprécier dans les tables rolistes je trouve… ça doit être le sexuel dans homo, qui sous entends que lui « il baise »…

    • En plus de 20 ans de jeux de rôles je ne me suis jamais posé la question. En même temps j’ai eut des potes sont un jour sortit du placard et à qui j’ai dit « Ouais, cool! », et ça a été ma seul réaction :/

  30. Merci, pour le fou rire dans le métro bloqué entre deux stations…

    NOUS SOMMES TOUS DES RÔLISTES GRANDEUR NATURE!

      • Ouah !! il faut arreter xD rien qu’avec l’article, je suis morte, et tombée deja plusieurs fois de ma chaise tant je ris, mais avec en plus les commentaires … C’est cultissime !! =’D

        « vive les rolistes yourt nature » … x)

    • Ben « IRL » c’est quand même le seul MMORPG avec bientôt 7 milliards de connectés hein ^_^ (lire l’excellent article du blog nioutaik à ce sujet, qui date de quelque part vers 2007 ou 2008 !)

  31. Roh, c’est meugnon… Connard est tout tendre avec les rôlistes.
    Enfin, tu t’es quand même bien grillé mec, il faut pas mal de background rolistique pour écrire un article comme celui-là. ;-)

    • J’ai bien aimé cet article ! Un truc aussi, le pouvoir qu’a une fille sur son MJ (anneau de souhait …hein Shaman:D)et t’as pas raconté comment y a des mecs qui, quand on fait un tour de table, decrivent leur perso pendant des heures…parceque ca fait trois ans qu’il le jouent en campagne(speciale dedicace à Ed:p)
      Petit message d’espoir aussi, le GN est THE lieu de rencontre pour le roliste, il a peut être une chance sur un malentendu, et ça change de meetic. Y a de plus en plus de filles, sisi presque 30% maintenant, enfin pas sur Berry CB hein…Bisou de masse !

  32. Article très sympa ! Petit oubli par contre concernant les jeux de rôle en ligne qui ne passent pas par un jeu vidéo, mais entièrement à l’écrit, sur des forums. C’est sans doute ce qui se rapproche le plus du jeu de rôle « normal ».

    • Ah, j’étais surprise que personne n’en parle, alors que pour être dedans depuis bientôt 7 ans, j’ai clairement vu se faire l’expansion du genre. Malheureusement, la grande majorité des récents forums de jeu de rôle s’attache à cadrer avec un modèle préconçu, censé attirer le maximum de joueurs (et j’aurais bien envie de dire, de joueuses, pourvu que le beau gosse en vogue ne soit pas dans la liste des avatars déjà pris…). Le modèle en question est souvent d’une médiocrité affligeante, et que dire de son imitation… ?
      Ce constat me fait de la peine, mais bon. Je suppose qu’il y a des tristesses en tout lieu au royaume des rôlistes/GNistes/gamers/autres que je ne connais pas.

    • Ouais un très bon site à ce sujet c’est planeteroliste. Tout système, avec un admin multiclassé : bot, clone, roliste, admin, web, papa, socialement intégré… Bref un grobill quoi (Butch si tu passe ;) )

  33. Bon, le piège s’étant refermé, je pense que Odieux peut à présent envoyer Gunthär pour s’occuper de ces parasites de rôlistes qui polluent les commentaires : la plupart se sont dénoncés dans les commentaires précédents. Par contre, c’est bizarre, on dirait que la plupart sont trentenaires, voire qu’ils ont tous un semblant de vie sociale. Il y a même des filles (comment ça mon club est à moitié féminin? c’est presque pas vrai!). Une tentative de dissimulation en vue d’un complot mondial peut être?

  34. Cet article aurait été beaucoup plus pertinent il y a quelques années, quand la population rôliste était encore jeune et étudiante. Maintenant la population rôliste est adulte, au travail ou au chômage, et il devient de moins en moins fréquent de croiser de purs freaks rôlistes avec de vieux t-shirt délavés de style luis-royoesque/métal, à cheveux gras et vie sociae inexistante. (sauf en club, mais bon, ils sont au-delà de toute rédemption possible). Par la force des choses, la plus part des rôlistes ont une vie sociale non-roliste, une partie non négligeable est en couple et les femmes sont beaucoup plus nombreuses que ne le veulent les vieux clichés, parfois soigneusement entretenu par les rôlistes eux-même.

    Un article traitant du désespoir de ces rôlistes isolés de leur habitat naturel par les contingences de la vie réelle, du travail, des enfants parfois, qui achètent encore des bouquins pour renifler l’odeur du papier tout en sachant que la grande question sera désormais de savoir sur quelle étagère le ranger pour qu’il ne finisse pas en livre de coloriage pour l’Héritier, ça aurait sonné plus « actuel ».

  35. J’ai été rôliste pendant des années et j’assume le rôle extrêmement enviable d’épouse du MJ/PNJ récurrent.
    J’ai pas mal d’amis rôlistes, dont un nombre élevé sont des filles. Et même pas des boudins à couettes.
    Mais j’ai quand même bien ri à la lecture de l’article (surtout la partie sur les dés en fonte de Vin Diesel).
    Et je rejoins l’avis de beaucoup ici : l’OC en est ! :)

  36. mon cher O.C. vous vous etes grillé avec l’accroche de Maléfice !

    avec mes amis rolistes, nous avions même un jeu de mot foireux là dessus:
    « Malofesse, le jeu de rôle qui sent le f…tre! » :D

  37. Tout simplement génial cet article Monsieur Odieux Connard. Je vous félicite et vous salue bien bas. Étant moi même un rôliste je ne peux que me plier de rire devant cette caricature fort bien faite. C’est tout bonnement génial.

    Heureusement pour moi je ne partage pas la majorité des traits caricaturaux de ces ventrus rôliste que vous décrivez.

    Merci encore pour ce succulent article.

  38. Bizarre autant qu’étrange, voici que la Guilde des commentateurs se lâche et remet en question votre non-implication personnelle dans les phénomènes dont vous vous gaussez avec tant de verve talentueuse ô C.
    Pourtant, rien de nouveau: qu’ll s’agisse ici de JR ou ailleurs de cosplays enfiévrés en Jap’ex ou si souvent de spoiler de nanars d’action ou de SF, il en est de même à chaque fois: pour s’en gausser il faut d’abord connaître le phénomène (et voir les films!)

    Je reste cependant dubitative quant à vos conclusions définitives sur la gent féminine adepte de ces schizophrénies infantiles: nonobstant le fait que je suis moi-même femme+ en couple+avec enfant et cependant joueuse depuis looooooooooooooooooongtemps quoique avec de longues pauses -n’appréciant pas les « effets secondaires » comportementaux touchant en effet nombre de joueurs-, je tiens à souligner le fait que les Femmes ont, depuis longtemps et de plus en fréquemment, rejoint la secte des gros geeks, et que, non, elles ne ressemblent pour la plupart absolument pas à un « boudin freak avec des couettes » ^^, comme en témoignent (liste non exhaustive ;) ):

    http://www.hellogeekette.com/index.php

    http://noob-tv.com/

    ou bien encore

    http://www.girlsandgeeks.com/

    Merci pour cette bonne poilade :)

    • +1 !

      et j’ajouterai que les filles rôlistes, GNistes et wargameuses n’ont pas forcément découvert ces univers grâce à un garçon ! non au cliché de la fille « convertie » par son copain! tsun!

      (et sinon, excellent article, très bien vu exceptées les considérations de genre)

  39. Cher OC,

    Je regrette juste que vous ne préveniez pas dans votre article (à but humanitaire semble-t-il) des dangers de jouer le MJ.
    Beaucoup s’y font prendre : ils sentent déjà les joueurs ployer sous leur main de fer (enchanté +2 CàC) et finalement tente d’avaler les dés pour abréger leurs souffrances, qui un coup critique sur un lancer de hamster (véridique), qui un fumble critique sur la première attaque du boss de fin de donjon, qui un joueur voulant faire comme perso un nain-ninja, MJ est un métier à risque.
    Ne l’oubliez pas :
    J’en ai marre de racheter tout le temps les dés.

  40. J’ai l’impression d’être la seule personne non rôliste qui commente cet article !

    Sinon, j’ai relevé quelques fautes :
    « Pourtant, certains continuent de chercher un échappatoire vers d’autres réalités. »
    – Échappatoire est féminin.

    « (mais sont beaucoup moins pratique pour déterminer le succès ou l’échec d’un jet de sauvegarde) »
    – pratiques ?

    Boutstiflor (Pokédex 070)
    – Google m’imforme qu’il s’agit de Boustiflor.

    Pour finir, le pluriel de « jeu vidéo » est « jeux vidéo ». Voilà !

    • Ben… je crois que si. La forme est percutante, mais le fond me semble moins travaillé qu’habituellement. D’ailleurs si l’auteur est effectivement rôliste, il n’aborde que le côté bourrin du jdr, et le péjoratif « med’bour » du GN. Au passage, un pratiquant de GN, on le nomme généralement un GNiste…

      Dommage, je suis persuadé qu’avec une plume comme la vôtre, on peut faire autrement plus fin, sans céder à la facilité de la caricature, certes affectueuse (nostalgique ?) apparemment…

  41. Ah, l’humour noir … Terriblement exquis !

    Mais je noterais un manque de mis au goût du jour concernant les raisons qui poussent la gente féminine à parfois faire son entrée dans les antres rôlistiques :

    – certaines, pas de bol, sont carrément nées dans une famille de rôlistes, elles sont donc embrigadées dès le plus jeune âge !
    – certaines y vont de leur plein gré pour « voir comment ça se passe » et y reste tellement ça leur a plu (elle doivent venir d’une autre planète sans doute)
    – certaines même sont carrément membres de cette caste des MJ !

    Et par ailleurs, il y a une forte augmentation de la population féminine au sein des club/asso de JDR (si si) … Phénomène à étudier je pense !

    D’ailleurs cela devient un vrai fléau pour certains clubs : imaginez un pauvre MJ inconscient qui accepte à sa table des filles et qui se retrouve brutalement à devoir mener à terme un scénario avec autour de lui uniquement des filles … le résultat vire rapidement à la pornographie, et étrangement cela vient des joueuses uniquement …

    OC, vous devriez tester pour étayer votre article ô combien déjà très complet ^^

    En tous cas, article bien sympathique.

  42. Nom de Zeus! Je n’ai pas compris la moitié des commentaires. Vous me faites peur …

    Y-a-t-il des non-rôlistes (ou devrais-je dire des personnes normales) dans la salle ?!?

  43. >>Mon rôliste a la voix rauque et répète des choses insensées, a t-il la grippe ? Non, il imite Gollum. C’est le cas d’un rôliste sur trois, ce qui rend l’imitation un peu lourde pour le tout-venant.

    Bien vu. Mais c’est pas juste lourd pour le tout-venant. je fais du jdr depuis 10 ans et les imitations de gollum ou les citations de Monty Python, c’était lourd au bout de 2 parties.

  44. La mention d’un livre d’armée elfe noir dans l’article précédent, et d’autres obscures références disséminées ici et là m’avaient mis la puce à l’oreille.
    Le doute n’est maintenant plus permis: l’OC en est! comme beaucoup de commentateurs l’ont déjà compris.

    En fait, je soupçonne l’OC d’être trentenaire, d’être rôliste, d’avoir côtoyé des magiqueux et des warhammereux (ou même avoir été l’un d’eux), d’être embarrassé par ses solides connaissances en Pokemon, d’avoir une culture comics/manga/anime non négligeable, et d’avoir sans doute regardé le Club Dorothée dans sa jeunesse…

    Notons toutefois que les rôlistes décris sont les plus archétypaux, et on n’en croise pas tous les jours (encore que quand je vais aux Croisades d’Unnord tous les ans, je suis effaré par le nombre des rôlistes archétypaux en question).
    En ce qui me concerne, nous sommes 6 joueurs (2 ingénieurs, 2 consultants, 1 banquier et 1 comptable), tous en couple sauf un, certains mariés avec enfants, et nous jouons une fois par semaine après le boulot en costume cravate.
    Bon, par contre, ca manque de fille pendant les parties, c’est vrai…

    Bonne aventure à vous, Messire Connard!

  45. Magnifique ! Comme d’autres, étant une rôliste, cotoyant des rôlistes et ayant même perverti des innocents, je me reconnais dedans. Et c’est cela qui est drôle. Cher connard, vous avez en effet une impressionnante connaissance du milieu…
    Félicitation pour cette article. Et qu’Hastur m’entende, je ne rajouterai que ceci : que personne ne prononce 3 fois le nom d’Hastur, sinon Hastur apparaîtra….. Oups… :p

  46. Je ne suis pas rôliste, et pourtant je suis parfaitement capable de comprendre toutes les références et je suis même certain de pouvoir écrire un tel article (pas aussi génial, pour sûr, mais avec tant de détails rolistiques). On apprend aussi en écoutant juste parler quelques rôlistes.
    Alors je ne serai pas de ceux qui hurlent directement « OC ET ROLIST LOL ». Il nous faut plus de preuves.

    • Je pense que les preuves sont ici: seul un rôliste pourrait, je pense, se fendre de remarques comme:
      – « oui, les blagues sur l’Appel de Cthulhu font perdre leur santé mentale aux auditeurs, c’est comme ça » (impossible de comprendre cette plaisanterie sans connaitre un minimum le jeu mentionné et ses règles)
      – « le jeu de rôle sent le soufre » (qui est, à peu s’en faut, le sous-titre d’un jeu nommé « Maléfices »)
      – « Homo Sapiens Garygygax » (ok, celle-ci ne constitue pas une preuve en soi, elle peut simplement être le signe d’une étude bien menée)

      • Je ne connais pas le jeu ‘Appel de Cthulhu, ce qui ne m’a pas empêché de saisir la blague: un minimum de connaissance des nouvelles de Lovecraft suffit amplement^^

    • Le simple fait d’avoir trouvé une vidéo de Vin Diesel avouant son passé de rôliste est en soi une preuve suffisamment accablante… (je ne pense pas qu’une simple documentation l’aurait mené sur ces territoires défendus!)
      Non, là où je me pose beaucoup plus de questions, c’est par rapport à sa maîtrise du jargon Pokémon. La seule explication plausible (et rassurante) serait… des enfants?

      • L’Odieux serait un papa ? Si ça se trouve, il est même… *gasp* marié à une Sophie…

  47. Cher Odieux connard,

    Je suis une nana et j’ai commencé à faire du jeu de rôle de ma propre initiative il y a quelques années (en apprenant l’existence de ce loisir je me suis mise à la recherche d’une association de mon propre chef). Je n’appartiens donc à aucun cas de figure cité dans votre article. Plus étrange encore mon copain ne fait pas de jeu de rôle. Que signifie tout ceci? Qui puis-je consulter pour avoir des réponses sur mon état si atypique?

    Toute blague mise à part, merci pour cet article très drôle et avec un sarcasme très savoureux!

  48. Pour ma part je suis depuis près de 4 ans copine d’un rôliste et amie avec toute la bande de potes rôlistes et cet univers ne m’a jamais dérangé, au contraire ! ^^
    Je n’ai pas fuit, cela m’a plutôt attirée (j’ai une psychopathologie de l’attirance des être bizarres, loosers, chétifs, fragiles, geeks et autres puceau de notre beau monde moderne.).
    je joue un peu mais je préfère les jeux vidéo. Mais je regrette un peu que Mr Connard n’est pas plus parlé du rôliste femelle qui est pourtant en expansion.

    PS, je souhaite à tous les rôlistes de connaitre le bonheur un jour de pouvoir tutoyer du 95E à l’image de mon chéri ! Courage les gars !

    • Très surfait le 95E, je préfère le 90B de ma compagne. Tellement plus mignon et maniable.
      Pis bon, comme disait le beau-père de mon ex (attention, grand moment de culture): « Grands ou petits, de toutes façons, on en a vite fait le tour ». Oui, bon, il a été proprio d’un sex-shop. Ceci explique cela.

  49. En tant qu’ancien Roliste, on s’y retrouve un peu lol, surtout sur le régime alimentaire des parties lol

    Comme quoi, même les Rolistes peuvent avoir de l’humour en riant d’eux même :-).

  50. Je suis une fille, je ne suis pas moche ( même si je ne ressemble à l’idéal photographié de l’article !) et j’ai une vie sociale. J’ai choisi de m’incruster de force dans un groupe et j’y ai ramené toutes mes copines, ce qui fait que parfois il y a plus de femelles que de mâles durant les partis (ouais, ca vous en bouche un coin).
    Je tiens à réfuter les propos sur le manque de séduction des rolistes puisque mon homme n’est ni squelettique ni, euh, enveloppé. Et ca fait longtemps qu’il vit plus chez sa mère… Non mais !

  51. Ben vous savez quoi …
    Ca me maaaaaaaaaanque !
    Je veux rejouer, par pitié, trouvez-moi une table pour joueeeeeeeeer…

    (bon ok, une table je peux en trouver, il faudrait surtout que je trouve du temps, et ça, c’est plus compliqué ! D’autant que mon fiancé n’est pas motivé pour débuter, donc ça limite le champ de mes possibilités : ben ouais, je ne vais quand même pas l’abandonner pour une partie de JdR !)

  52. Instant pub : »Avant, je n’étais pas une rôliste… avant, je pesais 48kg, je me maquillais, étais plutôt mignonne et faisais attention à mes fringues. Depuis que je me suis mise au jdr, je pèse 65 kg, j’ai des tee-shirts avec des champignons de Mario ou des Dark Vador imprimés, des New-rocks aux pieds, des lunettes, des cheveux gras et des boutons, des dés qui jaillissent de ma trousse et quand je m’exprime, on me regarde bizarrement. Merci le jeu de rôle. » Fin de la page pub.

  53. Grâce à un bonus de +10 en Second Degré, j’ai réussi mon jet d’Humour non seulement en lisant la prose de notre bon camarade, mais aussi en découvrant les commentaires. Bref, j’ai ri, et bien ri.

  54. C’est juste énorme et super bien écrit !
    On retrouve tellement la nostalgie des club de jeux et des greniers
    Pour ce qui est du régime alimentaire t’as oublier les tandoris !

    Comme « je sais plus qui » je me retrouve dans la catégorie non cataloguer des rôlistes féminin mais bon j’ai un joker : Je suis joueuse à Vampire

    Bah oui en général les filles c’est Vampire ou Star Wars pour ce que j’en ai vu ^^ (Ad&d ça va 5 minutes il nous faut du social et de la sournoiserie sinon autant retourner battre le petit frère a Soul Calibur …)

    Et pour la précision Non je ne suis pas arrivée dans le JdR par l’option « Petite amie d’un rôliste » mais par la voix royale du « Livre dont vous êtes le héros » ^^

    Un gros bisoux à L’Odieux

    • Qui n’a pas commencé par le LDVEH ? D’ailleurs, il manque en tant qu’activité connexe, à coté du jeu de carte et du wargame. Même si, souvent, il n’est plus pratiqué après l’adolescence et/ou la découverte du jdr.

    • heu… non ! je suis une fille rôliste et gniste, et sur table c’est plutôt mutant chronicles, ambre, shadowrun, chtullu, cops ou encore shaan… et je déteste star wars ou vampire…

      Sinon super article, ça m’a rappelé ma jeunesse, quand on avait pas un sous et qu’on mangeaient des pâtes crue dans des locaux insalubres… maintenant c’est chinois ou cuisine maison, avec la cheminée et les chats !

      sinon, il me manque quelque chose dans votre article ; si j’ai commencé le jdr c’est parce que je me suis intéressée à cette communauté de doux rêveurs cultivés et curieux de tout, ce qui manque cruellement dans notre monde (surtout quand on est ado)…

  55. En fait, ca aurait pu être drôle. Mais… c’est usé jusqu’à la corde.

    Un tissus de préjugés dépassés et majoritairement infondés. Probablement de l’auto-dérision. Mais c’est juste totalement inintéressant.

    PS: vu le nombre de fois ou l’on a fait des gateaux et des bons petits plats dans un de mes groupes de jeu de rôle, vous repasserez pour le goût pour la malbouffe. C’est surtout pratique les pizzas et autres mac do. J’ai jamais vu ca les plats faits par la mère. Vous êtes pas au courant qu’elle bosse, la mère et qu’elle rentre trop tard pour faire ça?

    On emmerde pas les fouteux quand ils bouffent de la pizza et boivent de la pisse d’âne (pardon de la biere) devant leur tv. Et coté apport culturel, je suis désolé mais il n’y a pas de comparaison.

  56. Je suis PACSé avec une victime de tournante rôliste depuis des années… c’était moi le Mj d’ailleurs…

    Par ailleurs, si les rôlistes mâles sont souvent dans l’exposition phallique, il faut noter la forte tendance des rôlistes femelles à user du corps de leurs personnages pour parvenir à leurs fins.
    Dialogue typique :
    Le mâle : « Grâce à ce nouvel octuple canon blaster et son énorme paire d’amplificateurs de puissance, la porte de la base impériale ne pourra plus nous resister. »
    La femelle : « Pas la peine, j’ai déjà le code d’accès… t’as pas 100 crédits à me refiler pour un medic par contre ? J’ai une démangeaison par là, et je crains que cela ne nuise à mon outil de travail. »

  57. jessy n’est pas une bon rôliste, car tout bon rôliste a le sens de l’humour.

    l’odieux connard a déjà pratiqué le jdr, ça se sent à la lecture du billet, et pour autant il écrit un texte joyeusement outrancier et hyperbolique pour notre plus grand plaisir à tous. sauf jessy.

  58. Un très bon reportage cher Odieux Connard ! Mais fréquentez plus les salons et vous verrez qu’au milieu des hordes de métalleux à l’odeur suspecte (voire suce pet ;-) et des tétards à hublots boutonneux, il est des rôlistes qui pourrait passer pour normaux. Il est même des geekettes ayant un sacré charisme ! :)

    Mais sinon j’ai beaucoup ri et me suis rappelé des souvenirs d’adolescence. Maintenant les rôlistes que je connais ont grandi, travaillent et certains, comme mon humble personne, sont mêmes en couple (et Mme leur offre des JDR !). Comme quoi tout arrive ;-)

    Ludiquement,

  59. Dans cette histoire, je voudrais apporter un peu d’espoir : épouse de rôliste (donc miracle en tant que telle), mère de rôliste aussi, je souhaite témoigner d’une chose : en vieillissant, le rôliste s’amende, il apprécie autant la table du repas que la table de jeu, son hygiène alimentaire s’améliore grandement, il commence à préférer nettement la daube maison à la pizza de la veille, et il arrive même que le temps prandial dépasse le temps de jeu… Et s’il lance encore quelques dés, c’est pour savoir si on va boire du chateauneuf du pape ou du bourgogne avec les lasagnes maison… De plus, il a un nouveau talent : « vieux copain qui porte des gateaux pour le dessert »

  60. Quel alignement en de clichés, ça fait peur… c’est même pas drôle tellement c’est facile et éculé. Vous avez écrit votre article en 1993?
    Je suis rôliste, j’ai des tas de copines rôlistes, et jusqu’à preuve du contraire, on est toutes sociables et propres :P

    • De la part d’une future « écrivain célèbre », la critique semble un peu facile et dénuée de fond. Sans parler de la forme…

      • Ah parce que parce que j’écris, je dois forcément avoir un style partout, même sur des blogs où la littérature n’est pas de mise? Je peux pas exprimer mon avis sans forcément le mettre en vers?
        Quant au fond, on dirait bien qu’il y a ici pas mal de personnes qui le partagent, sans que j’ai forcément besoin de le développer et d’alimenter les redites.

  61. Pour ceux qui préfèrent un point de vue plus soft que ces clichés faciles, vieux, désuets ou simplement faux, une amie à moi écrit le manifeste du rôliste. Que vous soyez un initié ou un profane, vous serez heureux de lire ce texte ludique. Visitez http://manifeste.monempire.net/ et faites la lecture de ses dires.

  62. J’ai bien rigolé, même si parfois je suis pas sur du second degré de l’auteur…

    Clair que c’est de bien bon vieux clichés!

    Après observation de la faune rôlistique que je fréquente je dirais que déjà c’est pas si jeune que ça (j’en connais quelques-uns qui ont atteint l’age de la retraite…. après 30 ans de rôlisme), qu’il y a des femmes (plus en GN que sur table à mon avis, mais c’est subjectif) et que le rôliste est souvent un être sociable, sauf qu’il a tendance à ne pas idolâtrer le sacro saint dieu football!

    Enfin un poncif a été oublié : le rôliste est geek!

    Bonne lecture à tous.

  63. Je tiens à préciser que tu oublies le jeu de rôle sur forums, très littéraire en général et pas du tout style jeu vidéo. Et qui rassemble beaucoup plus de joueuSES aussi…

    • Etant joueuse sur forums, je confirme…à quand un petit article sur les joueuses (et rares joueurs, pauvre mâles paumés au milieu d’une horde de femelles hurlantes, genre Amazones) de jeux de rôle sur forum?

  64. Cher M.Odieux,
    rôlistesse (drôlistesse ?) moi-même et compagne de rôliste rencontré en Gn, je vous remercie de votre article, surtout pour la partie « Foutre de bouc, une donzelle, messieurs, la femelle pour moi et Dieu pour tous ! » fort exacte.

    Toutefois, au vu de votre visible et reniée expérience en jdr, pourriez-vous je vous pris parler davantage -ou consacrer un article- au côté GN de la force, ce merveilleux divertissement qui transforme presque tous les rôlistes en merveilleuses couturières aux doitgs de fées, leur fait goûter au plaisir du bricolage et de la vie en pleine air (et sans douche ! avec une excuse en plus !) et qui compte près de 20% de filles, selon un sondage réalisé lors d’Avatar 2010.

    Bien à vous

  65. Ce pseudo journaliste s’est bien documenté, mais est-il réellement allé au bout des choses ? J’ai la vague impression que non tant la verve est acerbe… Peut-être un problème d’asociabilité avec les autres, un besoin de reconnaissance vain ? un cri pour se faire connaître ?

    Toujours est-il que cela ne reste que des grandes lignes, avant d’écrire, faut-il encore avoir côtoyer que dire essayer ce que l’on critique, j’espère que oui mais dans le doute….

    Monsieur gros CON

    • Aaah ça fait plaisir de voir des gens qui ont de l’humour, du second degré, qui apprécient la rigolade, vraiment nul doute que vous aurez illuminé la journée des amateurs de ce blog !

      P.S: quitte à parler de documentation, vous auriez bien fait de parcourir un minimum le blog et de cliquer sur l’onglet « F.A.Q »: ç’aurait été l’occasion de constater que l’Odieux n’est aucunement journaliste; juste un blogueur qui aime l’humour un poil cynique assaisonné de mauvaise foi et qui prend plaisir à nourrir notre misanthropie à coups de généralités un tantinet exagérées…

    • Bonjour,

      « Toujours est-il que cela ne reste que des grandes lignes, avant d’écrire, faut-il encore avoir côtoyer que dire essayer ce que l’on critique, j’espère que oui mais dans le doute…. »

      Depuis quand est-il nécessaire de plonger son doigt dans la merde pour en connaitre les vertus ?

    • C’est incroyable en effet le nombre de rôlistes qui pensent être obligés de justifier leur passion car se sentant outrageusement attaqué par cet article.
      Blasphème ! Brulons l’Odieux !

    • Suis pas d’accord.
      La plupart des rôlistes le prennent bien et avec humour.
      Mais – attention, jeu de mot à 3 balles cinquante en préparation, ami rôliste, sauras-tu le retrouver ? – pas de forum sans troll…

  66. Encore un très bon article, cher Odieux.
    Je ne suis pas rôliste moi-même (juste gamer, juste un peu^^), mais en lisant les commentaires, de rôlistes qui s’étaient « rangés » au cours du temps ou de rôlistes qui sont un poil gênés par les physiques disgracieux qu’on peut trouver à certaines tables, j’ai vu que c’était sociologiquement très intéressant: il y a donc un besoin de « normalité » chez le rôliste, un besoin de rentrer dans le rang, d’être comme tout le monde ? Finalement c’est un être comme tout le monde. :P

  67. merci pour le fou rire! J’aime beaucoup le premier passage sur le grandeur nature…
    Grâce à Saint Pratchett, j’ai épousé le maître qui m’a initié (même si nos tables comportaient autant de femelles que de mâles, qu’il n’a pas les cheveux gras, et que sa nourriture ne se réparti pas comme celle cité)…

    • Chère Dame Meluze,

      Pouvez-vous me donner vos trucs et astuces qui vous ont permis de faire venir votre copain à cette activité Ô combien plaisante ?

      S’il vous plaiiiiiiiiiiiiiiiiiit, moi je veux rejouer, mais mon copain n’est pas motivé … Faut absolument qu’il s’y mette !

      • Je ne comprend pas le « MOI je veux rejouer, MAIS MON COPAIN n’est pas motivé »…
        Tu as essayé d’aller jouer sans lui des fois ? Le pauvre, si ça ne le tente pas une soirée à «  » » »poutrer de l’orc » » » » (=faire rouler des dés et noter des trucs sur des papiers)… Et si il n’a pas envie, tu va quand même pas l’attendre pour prendre ton pied !?

        C’est dit sans méchanceté mais ce raisonnement est bizarre.

      • @ Axo : je ne le prends pas mal, je comprends que ça puisse paraitre simpliste comme raisonnement : genre la fille qui est incapable de faire quelque chose sans son mec ;-)

        En fait, c’est simplement que je me barre déjà 3 soirs par semaine à des cours de danse…. Un soir est réservé aux trucs chiants type aller faire les courses, la lessive blablabla.
        Donc les 3 soirs restants, j’aimerai QUAND MEME passer du temps sympa avec mon chéri ^^ D’où le fait que je ne vais pas jouer sans lui. Tu pourras me dire que rien nous oblige à jouer régulièrement, mais en plus des contraintes hebdo, on est régulièrement l’un et l’autre en déplacement, donc encore du temps en moins ensemble.

        Et puis, il faut qu’il apprenne que le JdR c’est le Bien. Et puis j’aimerai bien partager ça avec lui. Moi j’ai fini par m’intéresser (un peu) à sa passion, lui ne se mettra jamais à la Danse, donc faut bien que je trouve un truc :-P

  68. C’est quand j’ai appris que ma fiancée m’avait quitté pour un gars qui faisait du GN que j’ai commencé à entrer en dépression (elle devait, toutefois, l’ignorer et on devrait commencé à pouvoir se marrer dans quelques semaines :) Mais que suis-je si je suis pire qu’un rôliste ?!

  69. Une petite question qui me taraude : peut-on classer « Super Munchkin » en tant que jeu de cartes JdR ? Je n’ai pas de rôlistes à proprement parler dans mon entourage, mais des (ex) gameurs, et j’ai compris l’article et les commentaires… :)

  70. Whahahah !
    Je suis roliste ET auteur de BD !

    J’ai réussi a trouver un écosystème ou tout en conservant les caractéristiques du roliste on peut se la peter devant les gonzesses.

    Pas longtemps mais ca laisse les 5 secondes nécessaires pour verser du GHB dans leur verre.

  71. Voyez comme vous vous retrouvez dans ces commentaires amis rôlistes !

    L’un de vous ne peut-il pas montrer ses capacités de MdJ ?
    Créer un événement Connardiesque en réunissant tous ces commentateurs et monter un scénario autour de l’odieux connard ?

    Entre perfidie, ironie et la capacité de pouvoir assomer l’adversaire sous un post massif, ce ne sont pas les caractéristiques qui manquent pour créer une galerie de personnages.

    J’ai une grande cave très confortable à proposer en cas de soucis logistique (il y a même une trappe qui donne directement sur le domino’s pizza du dessus).

    Toujours dans un soucis de logistique, et en cas de réunion d’êtres nefastes, gaz ou poison ?

    (je ne veux pas d’elfe dans mon metro !)

  72. Cher Mr Connard,

    Etant moi même une rôliste attendais vous à des malédictions fumblistiques !!

    Cependant, certains peuvent ne pas comprendre qu’il s’agit d’humour ! (Ce référer au point culuture !) du moins j’espère … :D

    Peut-être devriez vous faire un avertissement sur l’humour de votre blog, à moins que cela ne vous soit indifférent.

    Cordialement,
    *bénédiction bonus en charisme*

  73. Ancien Roliste (oui, moi j’ai réussi à m’en sortir pour pouvoir copuler…), j’avoue que j’étais tout simplement mort de rire en lisant cet article (le seul problème, c’est que écroulé de rire sur son clavier d’ordinateur au boulot, ben ça le fait moyen…).
    Je vais m’enpresser de lire les autres !!!

  74. Pas mal comme article, mais la description physique du roliste date d’il y à 20 ans non ?

    Maintenant la plupart sont des quadras, voir quinquas, qui préfèrent jouer dans un cadre confortable, avec une bonne bouteille, plutôt que de la junk food :)

    Ca mériterait presque un autre article : le Roliste 20 ans plus tard…

  75. Autant la caricature rôliste mâle contient assez d’éléments d’humour noir plus ou moins vrai sur la catégorie asociale de notre passion, autant la partie Gn est un ramassi d’ânerie ne correspondant pas du tout au Gn actuel! On peut faire de l’humour noir en se basant sur du vrai GN comme Conquest of mythodea en Allemagne, Avatar ou encore d’autres grands gn du type ou plus petits (40-60 personnes). ça se voit que le sujet est moins bien connu de OC par rapport au jeux de rôle!
    Comme de nombreuses filles s’étant exprimé je ne suis pas un boudin et 80% des rolistes femme ou fille que je connais ne le sont pas non plus! J’attends donc avec impatience l’article sur la rôliste et la GNiste passant de la fashion victime à la j’enfoutisse qui se lave pas et de la petite timide qui se planque dans son coin à l’extravertie qui aguiche tous les rôlistes d’une convention en tortillant les hanches et cussant de la bière ou de l’hydromel!

    • Je suis parfaitement d’accord, on sent bien qu’OC n’a pas le même background en GN qu’en JdR.

      Pour votre information Monsieur OC, les deux communautés sont aujourd’hui très distinctes. Il est loin le temps où l’on se regroupait dans les clubs de JdR pour latexer son épée et se couper un slip en peau de bête avant d’aller se foutre sur la gueule dans un champ. Le GN a changé et aujourd’hui même si des passerelles subsistent, les efforts qui sont faits dans la conception des décors, la fidélité des costumes et l’aspect théâtral en général n’adressent plus forcement le même public que le JdR papier.

  76. Si je voulais être mesquin, je demanderais à toutes les rolistes qui prétendent ne pas être des boudins une preuve de ce qu’elles disent. ]:)

    • Mesquin? Pourquoi? C’est la base même d’une argumentation solide que de s’appuyer sur des exemples concrets, des preuves en photo, voire des vidéos…

      PS: Je ne connaissais pas cet émoticon. C’est celui d’Emmanuel Chain?

      • A la base, non, mais je le verrais comme tel maintenant.

        Normalement, c’est une emoticone de diable (les cornes, tout ça, tout ça…)

  77. Monsieur le chien avait fait une série de planches sur les rôlistes, les voici si vous ne les connaissez pas :
    Intro : http://www.monsieur-le-chien.fr/index.php?planche=423
    Chapitre Magic : http://www.monsieur-le-chien.fr/index.php?planche=424
    La rôliste, cet être étrange : http://www.monsieur-le-chien.fr/index.php?planche=425
    Le Wargamer, un rôliste à part : http://www.monsieur-le-chien.fr/index.php?planche=427
    Grandeur nature 1/2 : http://www.monsieur-le-chien.fr/index.php?planche=429
    Grandeur nature 2/2 : http://www.monsieur-le-chien.fr/index.php?planche=430
    Le MJ, sans doute le plus… atteint ? 1/2 : http://www.monsieur-le-chien.fr/index.php?planche=435
    Le MJ 2/2 : http://www.monsieur-le-chien.fr/index.php?planche=436

    Du grand art, comme l’ensemble de son oeuvre. Je conseille ces planches à tout le monde.

  78. Mmh, voyons voir… j’ai 34 ans, rôliste depuis 23 ans (… ça nous rajeunit…), 45 kg, aucun intérêt personel à suivre un quelconque courant de mode, et je me fiche qu’on me trouve les cheveux gras, puisque c’est bien pour moi que je vis et non pour les autres. Mais je suis aussi en couple, j’ai un chez moi plutôt qu’un « chez mes parents », et je mange équili… Euh non, oubliez cette partie :p J’ai trouvé l’article franchement drôle, mais les commentaires… A qui avez-vous donc tous des comptes à rendre pour êtres ainsi sur la défensive? Il n’est ici question que d’humour et de caricature (ça se voit, non?), les traits sont forcés (ou pas), et il n’y a là finalement que des généralités, pas d’attaques personelles. Détendez-vous! Et si ça ne vous amuse pas, pas de bol, mais le monde est ainsi fait que tout le monde ne rit pas aux mêmes choses…

  79. La chose la plus intéressante au final, c’est que notre cher (mais odieux) connard peut constater qu’il est lu par une bonne proportion de rôlistes/GNistes/geeks en tout genre ;-), proportion qui vient de se voir confirmer une vieille hypothèse selon laquelle il serait lui-même un membre de la bande…nous sommes partout (rire démoniaque mode *on*).

  80. Cher Odieu…

    Le roliste sent le souffre, comme ce fantastique JDR du même nom ?
    Merci pour ce clin d’oeil Maléfique !!!!

    • Ah au fait.. ne vous ai-je pas déjà rencontré au Club Pythagore il y a de celà quelques années ?

  81. Très bon résumé, à peine parodié. On ne peut parler d’une telle faune avec autant de détails sans l’avoir arpenté soi même.
    A mon avis on peut diviser la faune du JDR en deux catégories, ceux qui ne voient ça que comme un loisir qui occupe une soirée occasionnellement entre potes et ceux qui compensent leurs problèmes de quelques natures que ce soit en en faisant un mode de vie et là ça se ressent sur les fringues, leur aspect négligé, décalé, leur environnement d’ados attardés et leurs gros défauts de sociabilité.
    Il est à noté que par expérience j’ai pu constater qu’en majorité les rolistes dit radicaux finissaient par sortir de leur « imago » d’étrangeté asociale dès qu’ils entraient dans le monde du travail en se confrontant à la réalité. Il est vrai qu’une fois ce cap franchit, on a évidemment moins de temps pour le JDR, réunir le groupe est plus difficile, les conjoints commencent à râler de faire planter des soirée entière pour ceux qui se sont enfin « épanouis » et un beau jour un moutard déboule pour te faire comprendre que s’absenter une soirée devient un parcourt logistique du combattant et qu’il te fera payer le fait de coucher à 4h du mat’ au centuple en choisissant évidemment ce jour là pour hurler à 8h du mat’. Ça vous fait rêver non ?
    On passe ainsi d’un roliste radical a un roliste occasionnel de loisir. Bien sûr certains restent coincés à jamais dans leur aspect, tels des Exarques Eldars devenus prêtres de leur temple enseignant le dogme aux initiés !

  82. Comme la vie est bien faites, je découvrais le JDR pour la première fois de ma vie trois jour avant la parution de ce billet.
    Mais nul orc, magicien et autre guerrier de l’apocalypse, non. J’ai découvert un scénario axé sur le monde de Resident Evil (et oui je cumule avec les jeux vidéos) et je dois dire que j’ai adoré ça ^^
    Je pense sincèrement rejoindre le coté obscure d’autant plus qu’avec ma grande passion pour l’écriture, rédiger un scénarios sera un plaisir supplémentaire.
    Mais je ne m’en fais pas trop, étant guitariste/pianiste, ma popularité ne devrais pas en souffrir grandement… ?…. …. …. hein…. ??

    Ayant parcouru les commentaires à la recherche d’une réponse de l’OC à ses commentateurs je me vois contrains d’extrapoler, comme beaucoup, en me disant qu’avec un si bel article, un sens de la critique si merveilleux et un second degrés sur-développé, l’OC est (ou a été) sans nul doute un pratiquant de jeux de rôles. Copain !!
    Et du coup l’article revêt une dimension encore plus comique qui autorise l’auto-dérision même aux ardent défenseurs de JDR et aucune justification de la part de l’auteur.

    Une fois encore, merci pour ces beaux billets qui nous divertissent tant et si bien qu’on y reviendra toujours !

    Matta ne ! (oui en plus je suis un Otaku…)

  83. Résumé des 95 % des commentaires :

    Cher Odieux connard,

    Je suis rôliste/ancien rôliste et malgré ça j’ai une vie sociale/j’ai une copine/je fais du 95D.
    Vous vous êtes trahi ! Vous avez écrit Cthulhu ! Vous êtes un rôliste.
    Fumble
    Les rôlistes ont de l’humour.

  84. Je suis passée par hasard et cet article m’a plu mais, pour éviter que l’auteur talentueux ne sombre dans la mégalomanie, je suis celle qui, dans son triomphe, lui chuchote à l’oreille « N’oublie pas que tu es mortel »…

    L’auteur talentueux pourra donc noter que la forme « il n’est pas prêt de copuler » est un impossible galimatias.

    On écrit « il n’est pas près de copuler » (pas près = loin) ou « il n’est pas prêt à copuler » (ce qui, nous le constatons, est une nuance différente).

    Ce n’est pas parce qu’on est un Odieux Connard qu’on ne mérite pas d’être embêté. Poil au nez.

  85. Mais en fait vous avez tous l’air de découvrir qu’OC avait vraisemblablement un passif en tant que rôliste. Chais pas, avec la culture geek qui nous est étalée au fil des posts, dans les critiques de films, dans les billets sur les geeks, les poneys (comment ça y a pas encore de billet sur les poneys ??), ou que sais-je, on peut se dire que ça va aussi de pair avec un background rôlistique :) Tout est lié, de près ou de loin ! Je suis pas gameuse, mais je fréquente un peu des gamers, résultat quand on me parle de farming (non rien à voir avec Farmville) ou d’aggro je sais de quoi ça cause ^_^ Tout est lié, tout, toutes ces cultures geeks s’imbriquent plus ou moins (à la différence des gens constituants les adhérents à cette culture qui n’arrivent pas forcément à s’imbriquer).

    Oui je suis classe et de bon goût aussi :D

  86. Pour les quelques courageux (entendons par là non-rôlistes) qui se seraient aventurés ici et que le formidable exposé d’ O.C n’aurait suffisamment éclairés, je me permets de joindre deux vidéos explicatives à vertu pédagogique, fonctionnant sur le principe très Newtonien de l’empirisme :

    Là où l’on passe du rire aux larmes, c’est lorsque l’on s’est, un jour, retrouvé dans la peau de ce voleur niveau 1.

    • On a beau l’avoir vu 20 fois (enfin si on est joueur de JdR bien sûr), on ne s’en lasse pas

      Suisse (MJ et joueur)

  87. Tout comme d’autres j’attend la suite sur la rôliste !!! parceque des filles dans le milieu des jeux de rôles il y en avait même avant que Gary Gygax soit traduit en français.

  88. J’ai cherché mais je n’ai pas trouvé d’article à ce sujet, alors je me permets une suggestion: Un article sur la saga underworld, il y a pas mal d’incohérences entre les trois films, et les deux premiers se résument assez par « baston – baston – cul – action conne du héro – baston – baston – flashbacks – baston – baston », il devrait donc y avoir suffisamment de matière. :)

  89. J’adore les clichés, mais alors ce qui m’a fait le plus rire c’est la vérité de certains propos ^^ étant une demoiselle et rôliste de surcroit, j’ai pu constater que le premier exemple de « parade nuptiale du rôliste » est réellement utilisée… Si si, je vous l’assure! Mais il n’est pas précisé que la demoiselle en tire des avantages certains dans la vie de son personnage…

    • En même temps expliquer à un novice comment ne pas se faire maltraité par tel ou tel joueur, j’ai connu des groupes dans lesquels s’était nécéssaire…

  90. Il n’y a qu’un rôliste pour se moquer des rôlistes avec une telle classe et exactitude dans les propos. Vive L’OC.

    Je ne saurais que dire de plus. Encore, encore !!!

    Ps : MJ de Dark Heresy cherche désespérément des joueurs dans une ville pourrie du sud de la Rance !

  91. Pour la petite histoire, il m’arrive parfois de jouer avec un groupe composé en majorité de filles. Si, si ! Dont une qui, lorsqu’elle était au lycée, faisait carrément partie d’une table exclusivement féminine. Ces rôlistes (la terminaison en -iste s’appliquant généralement aussi bien aux hommes qu’aux femmes, je ne ressens pas le besoin d’inventer des mots chelou comme « rôlistesse », même par féminisme ;)) sont même devenues une légende à des centaines de kilomètres de là, dans l’école où l’une d’elles est partie étudier.

  92. Pingback: Clanbook:Rôliste | Thomas B.·

  93. Je ne cautionne pas ce genre d’article, qui veut faire passer sur le ton du demi-humour les rôlistes pour un groupe de parias marginaux, tel des dégénérés congénitaux. Ce type d’article aussi long que vide de sens n’as pour moi que le simple intérêt de présenter un loisir et ses pratiquants, qu’en les comparant a des bêtes curieuses, voir des animaux, sans s’efforcer de comprendre quel est cette passion.
    Pourtant je suis sur que l’auteur connais son sujet, simplement ses mots paraissent aller à contre sens avec une défense crédible du jdr.

  94. Je vais dans le sens de Shivra, c’est fou comme ça sert d’être une fille rôliste fraichement arrivée dans un club, les gars sont serviables et font tout pour que ton perso s’en sorte bien :D c’est royal ! Même au bout d’un an et demi ça marche toujours éhé

    En tout cas très bon article (comment ça jsuis en retard ?) bien poilant !

  95. J’ai besoin d’un avi,j’aime les RPG mais ne joue pas a des jeux sur plateau pendant des heures suis-je un roliste oui ou non ?

  96. Je dirais que tu es un rôliste quand même vu que tu aimes bien (du coup je peux le dire tu n’iras pas te suicider par desespoir !) et que tu as dû comprendre les références au jeu de rôle contrairement à pas mal de monde je pense ^^
    moi je me revendique comme étant UNE rôliste ! du coup je n’ai jamais eu le droit à la parade amoureuse et je me reconnaîs pas dans la plupart des descriptions :) par contre l’article est très juste et moi qui me demandais si tu étais rôliste j’en ai la certitude maintenant XD

  97. je viens de lire l’article et il est énormissime ! A part le fait qu’il soit un peu cliché (tous les rôlistes mâles ne sont pas vêtus de T-shirt de Star Wars et n’ont pas de cheveux gras).
    On voit bien que l’auteur connaît le monde rôlistique sinon il ne pourrait pas en parler ainsi. Il faut reconnaître que les référence à D&D, vampire, Naheulbeuk, Chtulu et Shadowrun sont des classiques mais même comme ça il faut connaître un peu (où alors l’auteur a vécu en immersion dans un club de JDR).
    Pour terminer, j’suis une fille et je dirais que le truc des rôlistes mâles se transformant en larbins dépend des rôlistes en question ^^

    Ah et ça empêche pas d’avoir des enfants et de mener une ve tout à fait normale :p

    En tout cas merci pour la poilade !

  98. bonjour, bonjour !
    je suis la progéniture de rôlistes, chose que l’on ne mentionne pas dans cette article. c’est la seule chose qui manque d’ailleurs ^^ sinon très bien sauf que jamais je ne balancerai mon prince tyranide : j’ai passé trop de temps à le peindre !!!

  99. Pingback: Le mystère Sherlock – J.M. Erre « Consulting blogger·

  100. *regarde ses mains*
    *les pose sur ses seins*


    Bah non, les mains de rolistes ne repoussent pas les seins des filles !

    Merci Odieux Connard, j’ai bien rigolé =D

  101. Ca fait plaisir de voir que l’on a pas perdu l’usage du français, et je vous souhaite bonne continuation car je trouve votre humour à mon goût et ça devient de plus en plus rare (je sais, on s’en fout, mais je tenais à le dire)

    PS : L’article sur les historiens est vraiment génial (non, non, je ne me reconnais pas du tout).

  102. Franchement aprés 4 ans de retard sur la parution de cet article :) Ca m’a rappelé pas mal de souvenirs (mais si c’est globalement exagéré, c’était drôle) Je ne sais pas à quoi ressemble un club de jeu de role (même quand je jouais sur table c’etait juste avec les copains de classes).

    Cela dit j’ai déjà vu plusieurs éxemplaire de femelles roliste (et toutes déjà roliste donc je n’ai jamais vu de parade non plus) et je dois dire qu’elles n’ont pas besoins de jouer de leurs charmes (en jeu ou en dehors) pour s’en tirer.

    En tout cas merci à tous pour la rigolade (ouais je viens de me taper un après midi de lecture de commentaire)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s