The Big Network is watching you, grosse buse

Il y a des nouvelles qui font pousser des « Hooo ! » et des « Haaa ! » dans les chaumières : réduction d’impôts, déclaration de guerre, ou éventuellement, annonce d’un film produit par Jean Roucas. La chose est compréhensible.

Pourtant, dernièrement, c’est plutôt une autre nouvelle qui a fait réagir nos amis internautes, qui comme chacun sait, sont nombreux à passer 30% dans leur journée dans un cycle quasi-infini « mes mails – mon facebook – mes deux sites favoris – un site d’infos »  ; aussi, lorsque la nouvelle est tombée, certains ont chu de leur chaise de bureau en poussant des cris d’orfraie.

En effet, on peut se prendre un coup de pied au cul de la part de son employeur après avoir raconté des carabistouilles sur Facebook. Même si on a mis des smilies.

Il n’en fallait pas plus pour que les Jean Moulin de la Résistance 2.0 sautent sur leurs claviers pour lancer quantité d’actions courageuses : lâcher des com’ à base de « et la vie privée, alors !« , « on vit vraiment dans un pays fasciste » (point Godwin obligatoire), ou encore « et la liberté d’expression ! » ; tels d’audacieux maquisards virtuels, ils se dépêchèrent donc de souiller ainsi les commentaires de nombreux sites avant de s’en retourner dans leurs cachettes depuis lesquelles ils pourraient s’adonner à des vraies activités de rebelles, comme devenir fan du groupe « contre la torture des animeau dans le monde entié« , ou mettre un avatar du Che sur MSN. C’est à se demander ce que fait la milice.

Résumons l’affaire tout de même : trois employés d’Alten, une société d’ingénierie spécialisée dans les conseils en technologies, les services informatiques et réseaux, se décident à baver sur leur employeur sur leurs profils Facebook. Bien que comme son nom l’indique, moult employés d’Alten soient des ingénieurs, c’est-à-dire,  je cite wikipédia (et d’autres sites ayant repris la définition, Google est votre ami) : « L’ingénieur apporte son expertise technique et sa créativité en tenant compte de contraintes de temps, de ressources, d’innovation, d’ergonomie et de respect de l’environnement et des réglementations. », aucun d’entre eux n’a l’idée, même un vague instant, malgré leurs compétences d’ingénieurs-experts-conseils en sécurité réseau, d’aller voir les paramètres de confidentialité de leurs comptes Facebook pour voir si le monde entier ne peut pas lire leur échange.

 

"Bertier, je sais que je ne devrais pas, mais depuis que vous êtes devenu fan de "Mon patron est un gros con", j'ai décidé de ne pas vous augmenter"

Hélas, en chemin, ils sont dénoncés par une tierce personne qui, écoutant le secrétaire d’état aux PME, se souvient que la dénonciation est un devoir républicain, et va donc tout raconter à la hiérarchie, en échange de quoi il reçoit 30 deniers, potentiellement échangeables contre des points cools sur FB tant le denier a un cours relativement bas à Wall Street ces derniers temps.

Je ne sais pas ce qui a dû le plus faire sourciller le patron : ce qui se disait ou le fait qu’à trois supposés spécialistes, ils n’étaient pas foutus de penser à changer leurs réglages de base sur un site grand public (surtout que dans réseau social, il y a « réseau » et « social« , soit deux bonnes raisons de supposer que d’autres risquent de lire l’échange). Dans tous les cas, il leur proposa une douce caresse du fessier aidé en cela par ses croquenots fraîchement cirés.

Mais, les employés, tant qu’à prendre un coup de pied au cul, le prirent avec panache et invoquèrent deux motifs pour contrer cette décision : la conversation était privée, et en plus, ils y avaient mis des smilies. Deux points que les Jean Moulin de l’internet n’ont pas oublié de rappeler pour venir en aide des malheureux licenciés. Evidemment, trop occupés à se cacher dans le maquis, ils avaient oublié de lire les conditions d’utilisation de Facebook (mais si, vous savez, ces trucs que personne ne lit jamais et où vous cliquez sur « accepter » pour aller vite), dont vous pourrez, toujours histoire de gagner du temps, constater l’évolution en un coup d’oeil ici et . Bref, si vous ne touchez pas à vos paramètres de base Facebook (comme nos trois champions), les amis de vos amis ont accès à vos données. Soit, sachant qu’en moyenne, chaque personne a 50 amis sur Facebook, un total de 2 500 spectateurs potentiels.

Et, allez savoir pourquoi, il semblerait que des propos tenus devant 2 500 personnes soient considérés comme publics. C’est fou, quand même. En tout cas, ça veut surtout dire qu’il faut que je pense à réduire drastiquement le nombre de personnes que j’invite à mes orgies, mais c’est une autre histoire qui, j’en suis sûr, vous ennuierait profondément. Je vous l’épargnerai donc.

Seconde chose, l’utilisation de smilies rendrait les propos inoffensifs. Ah. Ainsi, il serait donc de bon ton de dire « Allez vous faire enculer :) » ou « Je te conchie si fort que même un scatomancien ne saurait te sauver du golem fécal que je compte poser sur ta tête ;) ». L’humour serait plus subtil qu’un smiley ? Zut alors ; ainsi donc, lorsque j’envoie à ma secrétaire « Ce soir, je compte bien te mettre un bon coup de 8===> dans le (Y) », cela pourrait quand même être assimilé à du harcèlement sexuel malgré l’utilisation – habile, vous en conviendrez – de smilies et autres figures artistiques ? Ah nan, mais c’est carrément trop nul en fait.

Attention, donc, les enfants : contrairement à un mur, une cabane ou un Guy Carlier, il est impossible de se cacher derrière un smiley. Soyez prudents.

 

"Je t'avais dit que c'était pas malin de mettre l'évolution de notre désertion quotidiennement à jour sur twitter"

Mais en tant que membre de la Ligue des Enculés de Patrons Extraordinaires, je trouve cette manière d’agir sur internet tout à fait formidable : en effet, Facebook sert à notre classe néfaste à détecter les grosses buses. Parce qu’allez comprendre pourquoi, ces dernières trouvent très important de partager plein d’informations personnelles avec tous leurs amis, tout en supputant que jamais au grand jamais un employeur ne serait assez pervers et fourbe pour aller taper votre nom/votre adresse mail (aaah, combien de curriculum vitae comportent des adresses mails « petite_pipounette78@caramail.fr » ou « 19cmdebonheur@gmail.com » ?). Ce qui évidemment, revient à grandement nous sous-estimer. Ainsi, c’est avec bonheur qu’il est possible de constater que certains utilisent la même photo pour leur CV et leur profil : mais si, vous savez, ce genre de photo prise avec la webcam où un appareil tenu à bout de bras sur laquelle on peut lire, derrière ce visage qui se veut simili-sérieux, ce rictus qui signifie « bordel, je suis bien cadré là ou pas ? » ; bien que cette même expression puisse aussi signifier « bon sang, je n’aurais pas dû reprendre de la choucroute aux fruits de mer ce midi, qu’est-ce que j’ai mal au bide« . Ca fait toujours plaisir.

De même, quoi de mieux que de constater que les statuts d’une personne sont rédigés dans une langue relativement inconnue, dans laquelle « é » et « er » sont sans cesse confondus ? Comment ne pas sourire en imaginant maman relisant le CV de son chérubin d’un oeil tendre, corrigeant cette ligne où il a écrit « je suit diplomer en science de l’ingénieure » ? Et puis, quel bonheur de noter dans certains cas que l’éventuel salaire que l’on pourrait verser à une nouvelle recrue terminerait dans les poches de quelques épiciers vendeurs de mauvaise vodka ? Car non, avoir accès aux photos d’un candidat en slip faisant la chenille un mauvais-whisky-mauvais-coca à la main ne donne pas particulièrement envie de rêver. Même si vous êtes tout à fait libre de le faire : une passion pour les chorégraphies en slip sous l’emprise de l’alcool ne peut être considérée comme discriminatoire.

Alors vraiment, vraiment, continuez, bonnes gens. Continuez de mettre sur internet tout ce que vous ne voudriez pas que d’autres gens connectés à internet trouvent. Continuez de montrer que vous êtes de grands professionnels, mais que vous n’êtes mêmes pas foutus de lire les conditions d’utilisation des sites que vous utilisez, alors que tout le monde vous met en garde. Et continuez d’invoquer le respect de votre vie privée : c’est vrai que ça fait tellement envie, des gens qui pensent qu’il n’est pas de leur responsabilité de gérer ce qu’ils font sur internet.

Alors évidemment, on me dira que c’est scandaleux de consulter les profils Facebook d’autrui ; que je ferais mieux de changer mes méthodes et de me montrer plus responsable dans ma manière d’agir.

D’accord. Mais si je ponctue cet article d’un smiley, alors je peux faire ce que je veux, pas vrai ?

:-)

111 réponses à “The Big Network is watching you, grosse buse

  1. Ho, Odieux, pourquoi au grand pourquoi suis-je toujours d’accord avec vous sur vos articles de fond ? Peut-être est-ce parce que vous dites tout haut ce que la plèbe (comprenez les autres, sauf moi) pense tout bas.

    • Nan, ça s’appelle la loi du plus fort des temps modernes.
      L’usage de tournures de phrase avantageuses, du cynisme et du génie des mots, a tendance à provoquer chez la tierce personne visée (en l’occurence, l’ensemble des lecteurs), un sentiment euphorique de compréhension totale mêlée à une once non négligeable d’admiration.
      J’utilise moi même ce procédé de façon courante à mon travail, de façon orale et écrite, et cela me procure une grande joie.

      … J’adore dominer les greluches qui m’entourent.

      Merde, où sont les smileys déjà ?
      Ah oui, ;)

      • En lisant la réponse de « supradelta », je ne peux m’empêcher de citer la sainte parole prêchée plus haut par l’Odieux :

        « sont rédigés dans une langue relativement inconnue, dans laquelle « é » et « er » sont sans cesse confondus ?  »

        Merci, c’est tout pour aujourd’hui !! ^_^ <– Notez l'utilisation du smiley !! Chat-bite et pas le droit de retoucher son père…

  2. Des années que je me répête à dire aux gens qui acceptent mes invitations sur facebook que « s’ils n’aiment pas mes commentaires désobligeants ‘mais forcément véridiques et pleins de bon sens, cela va de soit) ils n’ont qu’à me dégager ». Combien de fois leur ai-je dit de faire attention?

    Il n’empêche que cette décision du conseil des prud’hommes de Boulogne-Billancourt est une bénédiction pour le juriste que je suis!

    • Ha vous aussi vous vous servez de facebook pour « casser » les gens qui ont eu la bêtise de vous ajouter comme ami ?
      Personnellement c’est la seule utilisation valable et divertissante que je lui ai trouvé. Quand je fais une petite déprime je vais sur la page d’accueil, je jette un œil et rapidement… Ô bonheur !
      Mauricette a posté un article sur le futur mariage royal chez nos amis les anglais ! Et là, Claudine a utilisé l’application « conné tu bien la séri terminator ? » !
      Et là encore, ce statut de Pierre-François : « a vu avatar, c’été tro bien, allés y les gens ! ».
      Haaa quel plaisir… Je regrette vraiment qu’on ne puisse plus commenter les posts du type « Nicolas aime « Si toi aussi quand tu essei d’éviter quelqun , Bizarement tu le vois plus qu’avant x) », ça me manque beaucoup.
      Je précise que je ne fais ça qu’avec les gens qui m’ont ajoutée comme « amie » un beau jour, sans un message ou même un salut, parce qu’on s’était vu à une soirée une fois ou qu’on avait fait la 2eme année de maternelle ensemble…

      • Moi perso quand je vois ça j’ai plus des envies de génocide ou de IIIeme guerre mondiale qu’autre chose (mais l’un et l’autre ne sont pas incompatibles)

        Quoique être le seul à cliquer sur « j’aime » quand Vanessa est passé de « en couple » à « célibataire » (parce qu’elle a rompu avec Kevin) et se faire taxer de nazi c’est fun je trouve!

  3. ah Facebook et « la vie privée », ooooh tout un programme majestueux. pour participer à de nombreux débats avec des personnes de moins de 90 de QI (certifié élevé en batterie) sur des sujets aussi variés que « pas lol mek, lé keuff on pa le droi de lirre ton facebook couzin » ou « jmé ske jve cé ma libertai 2 pansai é ma life privay » : http://www.facebook.com/pages/Ensemble-Pour-Arreter-Ceux-Qui-Sattaquent-A-Notre-Vie-Privee-Sur-Faceboook/114259408598308?v=wall

    • Mais qu’est-on en droit d’attendre de la part d’un groupe qui publie dans ses liens: « I made $10,000+ a month in 12 months working online » ou « Acai Berry Diet Exposed: Miracle Diet or Scam? »
      Tant de puissants thèmes anglophones porteurs d’un message qu’un abruti qui met des majuscules à chaque mot comprend à mon avis difficilement.
      Pour se gausser un tantinet de ces braves gens, je révèle un lapsus magnifique: onglet « Discussion »:
      « aucune »
      Coïncidence? Je ne crois pas.
      Que c’est beau de constater que les ingénieurs d’aujourd’hui peuvent, outre prétendre au titre de conducteur de metro, également incarner le ravi, santon préféré des enfants, qui goûte les joies de la vie avec un sourire écrasant de stupidité contenue.
      La société est décidément pleine de surprise. A tous ceux qui ne lisent pas les CGU ou ne se préoccupent pas de leur confidentialité Facebook: :p
      (traduisez DTC, Dantesque et Tragique Couillon)

  4. Il est vrai que la grosse buse est une espèce en pleine expansion de nos jours. Avant d’utiliser la chevrotine de façon inconséquente, il est utile de repérer les plus gros spécimens grâce aux réseaux sociaux :D

  5. Et que penser de ceux qui verrouillent leurs profils comme il faut et sont adeptes de 25 jeux et applications qui potentiellement donnent accès à leurs données les plus personnelles à leurs éditeurs ?

    Je n’ai jamais trop compris ce concept de protection de la vie privée…

    Bon et sinon un petit lien sympa, faut aussi lire les commentaires… http://is.gd/hJQdh

  6. Faites comme moi : invitez vos patrons potentiels sur votre page FB : comme ça, au moins, s’ils vous embauchent, ils ne viendront pas se plaindre après : Vous aviez prévenu.

  7. Pardon? Mais comment est-ce possible?

    Facebook servirait à publier des informations visibles par un grand nombre de personnes, sauf réglages appropriés?

    Vous galégez, mon bon…

    un excellent article, comme toujours!

  8. Pour dauber sur son patron, il faut mieux, et de loin utiliser LinkedIn. Il s’agit d’un vrai réseau professionnel, consulté par nos pairs, et au moins on ne court pas le risque de voir nos commentaires désobligeants lus par de vagues connaissances désœuvrées, amis d’un soir lors d’une Saint Sylvestre au mousseux tiède dans un bar PMU d’Argenton-sur-Creuse.

    Ancien consultant (oooohhh!!!!) en recrutement (whaaaaaa!!!), j’ai eu l’occasion par le passé de rencontrer de très beaux spécimens du parfait tocard, parfois uniquement après avoir consulté leurs profils FB, juste pour la petite jouissance égoïste d’avoir trouvé LA perle rare, le bon blaireau en dehors de la gaussienne, champion intersidéral du manque de bon sens 2.0 quand on envoie son CV dans un cabinet de chasse de tête.

  9. Et me voilà sur facebook à checker tous mes paramètres de confidentialité.
    Merci Monsieur Connard de nous remettre en phase avec la réalité.

    Je vais me détaguer de mon album « bondage », tiens.

  10. de là à les licencier alors que 95% de la boîte est constituée de tocards dans ce genre, hum bof. pour le principe, et je ne suis pas d’alten, je ne vais pas féliciter les patrons d’être aller au procès. ça fait quand même dans l’esprit, bon allez on sait que tout le monde daube mais là on a des preuves écrites alors on va fusiller en place publique pour se faire respecter. Parce que c’est avouer que ce que disaient les tocards était vrai. C’est ferme ta gueule petit salarié, c’est moi le grand patronat de la machine à viande et je fais ce que je veux de toi.
    alors ouais les ptits cons d’ingénieurs devraient réfléchir deux fois avant d’écrire des trucs n’importe où, mais les gros cons de patrons devraient changer les méthodes pour éviter ce genre de discours nan ?

    (ouais l’utopie, tout ça, je sais, je sais)

    sur ce, je vais aller me créer un compte facebook, lol, ptdr :D

    • Moi ce qui m’éclate surtout, c’est que tout le monde bave sur les salariés d’alten licenciés. J’ai été consultante (aaaaaaah) en ingénierie (oooooooh) chez altran, le principal concurrent d’alten, pendant plusieurs années, et au passage moi les télécoms, la sécurité réseaux et consort, j’y connais rien, je suis chimiste ; pour autant j’ai paramétré mon FB correctement. Alors oui, ok, sur ce plan ils ont été boulet.

      Mais putain qui est l’IMMONDE CONNARD (j’ai pas dit odieux) qui a été les dénoncer ? C’est lui qui est une ordure, et je suis persuadée qu’il pense exactement la même chose que les mecs qu’il a fait dégager !! Moi, ma hargne, elle va vers ce mec, pas vers les salariés qui ont critiqué leur boite. On le fait tous, à un moment ou à un autre, quand ça va mal, faut pas charrier…

      • Apparemment les élèves ingénieurs contiennent à peu près la même part de boulets qu’une tranche de population lambda. Ce n’est pas parce qu’on a des compétences scientifique (enfin surtout scolaires pour certains) qu’on est quelqu’un de brillant. Alors si déjà à l’école il n’apprennent pas à faire un peu gaffe, (eh oui, une école d’ingénieur ça produit beaucoup de photos pas jolies jolies sur facebook. Quoiqu’on puisse parfois y trouver du plaisir visuel), eh bien ça ne s’arrangera pas forcément par la suite.

      • Il suffit ; le dénonciateur a fait son devoir de bon citoyen. J’espère qu’il a été récompensé.

        C’est un exemple pour nous tous.

  11. « […]ce qui se disait où le fait qu’à trois supposés spécialistes[…] »

    Odieux (tu permets que je t’appelle Odieux? Depuis le temps que je me touche sur tes articles, nous sommes devenus intimes, même si c’est surtout dans un sens), retire donc cet accent, c’est du plus mauvais effet au milieu du texte, exactement lorsqu’on tombe sur un gros plan du visage de l’acteur en pâmoison lorsqu’on sent que ça y est presque.

  12. Alors oui, comme d’habitude, je suis d’accords avec vous, quoiqu’il faille vérifier ses paramètres de confidentialité tout les 6 mois sur FB afin d’être sur que les photos de nos dernières orgies ne soit pas d’un coup devenues public… Les gens ont cessé de réfléchir…
    Mais cette affaire a deux faces et vous n’en traitez qu’une (avec raison), or on constate qu’il y a amalgame dans les réactions: Si humainement, on ne peut pas faire l’impasse sur tout ce qu’on lit/entend, peut-on poser une décision judiciaire sur un extrait sorti de son contexte?
    Extrapolons un peu (et oublions FB qui me sort par les yeux) et posons la question (qui faisait débat il y a peu sur les radios): A-t-on encore droit à l’humour (de qualité ou pas) dans l’espace public? Peut-on encore avancer un propos sans avoir à peser lourdement toutes ses conséquences? La prise de parole est devenue risqué. Alors assumer ses propos: oui. Assumer l’interprétation que d’autres en font… Quand je lis un juriste se réjouir de ce genre de décision, je me dis tais toi ou soit prêt à tout.
    Revenons à FB et soyons sérieux, entre la dernière vidéo du chat qui parle et « pour le retour de gros-quick sur les paquets de Nesquick », lançons une révolte contre Alten…

  13. très bon article ma foi, comme d’hab !
    sauf pê une petite faute pas bien grave « que l’éventuel salaire que l’on pourrait verser à une nouvelle recrue se terminerait dans les poches de quelques épiciers vendeurs de mauvaise vodka »… ne serait-ce pas « terminerait » au lieu de « se terminerait »? :D

    une odieuse connasse :)

  14. L’évolution des conditions d’utilisation me fait froid dans le dos…
    Je crois que je vais commencer à devenir parano (et déjà commencer par vérifier ce qui est visible exactement sur mon compte FaceBook).

  15. Un homme a dit un jour :
    « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux. »

  16. Cher et odieux connard,

    quand bien même chaque utilisateur de facebook aurait 50 amis (en moyenne), considérer que cela fait 2500 amis d’amis (en moyenne) revient à supposer que ces groupes d’amis sont disjoints, ce qui est pour le moins audacieux.

  17. Un nouveau très bon article. Pour ma part, j’ai expérimenté facebook environ 6 mois histoire de me faire un avis sur cette plateforme… et bien, j’ai foutu le camp, ma santé mentale en souffrait (elle qui n’est déjà pas en bon état).

    Je suis contre les licenciements abusifs (et là, franchement, c’était le cas), mais quand on est assez con pour aller balancer n’importe quoi sur facebook en espérant qu’il n’y ait pas un encore plus con qui raconte tout, il ne faut pas s’étonner si on finit par se faire jeter.

    2 possibilités: 1) Trouvez un bar pas cher pour blasphémer votre patron
    2) Faites patron
    3) Faites chômeur, mais dans ce cas, je ne vois pas comment vous pourriez gueuler contre votre entreprise
    4) Apprenez à compter jusqu’à 2.

    C’est tout pour moi.

    • « Un nouveau très bon article. Pour ma part, j’ai expérimenté facebook environ 6 mois histoire de me faire un avis sur cette plateforme… et bien, j’ai foutu le camp »

      Moi itou. Au bout de trois mois, j’ai casé FB dans les rubriques « méfiance » et « sans réel intérêt ».

      • Encore plus fort : je n’ai jamais été sur Facebook !

        J’avais peur d’être dépendant de cette drogue, un peu comme la zoophilie : une fois qu’on y a goûté on ne peut s’en défaire.

      • Moi non plus, je n’y ai jamais été, et je suis fermement décidée à n’y mettre jamais un clic… et cet article me conforte encore dans ma résolution.

  18. @19 cm de bonheur: Certes. Mais pour compenser ce chiffre, il est utopique de penser que les gens ont en moyenne 50 amis. A l’époque où j’y étais, la moyenne se situait plus autour de 150-200. Du coup, au final, on doit bien arriver à 2500, sans que les groupes d’amis soient forcément disjoints.

    • On chipote la vous deux!

      La question est amis d’amis est-il public, on va pas fixer un nombre exacte!

      Mais si dans un bar, je cris « j’encule Sarkosy » (avec un sourire niais, parce que je racontais une blague et que vous n’avez que la fin), est-ce public? Je ne connais pas tout le monde dans ce bar, alors disons que oui…

      Est-ce que je risque la guillotine? Tant que le pilier de comptoirs qui me lorgne depuis tout à l’heure parce que j’ai pas payé ma tournée ne me dénonce pas, à priori tout va bien.

      Ça me rappel ce vieux proverbe communiste: Si tu penses, n’écris rien, si tu écris, ne dis rien, si tu dis, ne t’étonnes plus de rien…

    • Quand on n’est pas fichu de comprendre l’expression « savoir gré », mais qu’on se dit que ce serait une super idée de l’employer quand même, mieux vaut éviter de reprendre quelqu’un sur son orthographe quelques minutes après.

  19. Encore un article sarcastique à souhait et qui reprend avec brio ce que je m’évertue a dire à nombre de mes connaissances depuis longtemps c’est à dire: « protégez vos infos ou dans le cas contraire vous plaignez pas si si quelqu’un découvre les déboires de vos pathétiques vie que vous avez eu l’outrecuidance de partager sur facebook! »

    • C’est vrai, faut se protéger. L’autre jour, j’ai ajouté un ami sans avoir mis ma capote, bah j’ai choppé le SIDA. VDM.

  20. Oulà, l’ombre d’un odieux connard plane sur chaque commentaire. Votre façon d’écrire déteint sur tous vos lecteurs…
    Sinon, se moquer des personnes qui font des fautes d’orthographes et en faire, euh excusez-moi quoi? C’est l’hôpital qui se fout de la charité!
    (tous les commentaires sont trop gentils, j’essaie de rééquilibrer le tout)
    Mais un smiley arrangera tout ça :)

  21. Bon, j’annonce la couleur, je fait des fautes.
    Voilà, je peux passer à mon commentaire (Ouf): Une fois de plus, un excellent article et qui me rend d’autant plus fière de ne pas avoir cédée à la pression « Facebook ». Prononcé à L’anglaise, la promesse de « Fesse-book » me semblait plus qu’évidente, et je préfère que les preuves photographiques de mes soirées que ce soit Trivial Poursuit, SM/Zoophile ou Jungle Speed (cherchez l’intrus) reste au chaud dans le tiroir, sous un livre de Cyril Lignac, prévu à cet effet.

    (Et bravo, l’intrus était bien « Trivial Poursuit, vous gagnez le droit d’aller jouer à un jeu alakon de Kek sur Facebook.)

    • Mon Dieu, vous possédez un livre de Cyril Lignac ?
      Sortez immédiatement ! On va finir par avoir un analphabète communiste ici, si on laisse tout passer.. ou pire, un adhérant à l’UMP.

      • Monsieur Freud, serait-ce vous qui critiquez Le Parti ? On déporte en Lozère pour moins que ça, vous savez …

  22. Bonjour,

    Enlevez moi d’un doute.
    J’ai toujours cru que je pouvais dire ce que je voulais sur mon entreprise/patron, en public, mais en dehors du travail. (enfin du moment que je ne dévoile rien de confidentiel, dire qu’une boite est pourrie ou qu’un patron est un con, c’est peut être gratuit, mais pas confidentiel.)

  23. Donc cette note, au demeurant excellente et pleine de bon sens, permet:
    – d’avoir une raison de plus de se méfier de FB.
    – de découvrir qu’un bac +5 n’est pas à l’abri d’être un abruti.
    – d’être vigilant vis-à-vis des collègues, des judas potentiels à qui il vaut mieux éviter d’accorder sa confiance.
    – d’éviter de faire de l’humour avec le patronat.
    – de réfléchir avant d’écrire n’importe quoi-n’importe où.
    – de relire 1984 et de se dire que le Georgie, c’est un sacré visionnaire.

  24. En ces temps d’écoutes politiques des journalistes, c’est les affolés de la surveillance qui doivent jubiler.

    Facebook c’est mieux que la Stasi !

    Si le service de police politique de la RDA obtenait des informations sur les citoyens est Allemands par l’espionnage, le cambriolage, l’intimidation, la filature, les écoutes, etc. les citoyens de nos belles démocratie abonnées à Internet délivrent tout seul, comme des grands, toute leur vie privée sur la Toile sans que PERSONNE ne leur demande, ni ne leur réclame.

    C’est tout bonnement ahurissant.

  25. Mon père,

    Pardonnez-moi car j’ai eu de mauvaises pensées aujourd’hui… j’ai souhaité ardemment les souffrances les plus torquémadesques à une jeune maman que j’ai eu la faiblesse d’accepter comme contact FB dans un moment d’égarement…

    Oui, je l’avoue, j’ai mouillé ma lingerie en dentelle de Calais en imaginant tout ce que j’aimerais lui faire subir. Cela commençait par une épilation du maillot à la cire froide (oui je sais c’est cruel), puis je la fouettais avec un martinet trempé dans du vinaigre (balsamique, un peu de savoir-vivre grands dieux), puis je la fessais avec une poêle à frire chauffée au rouge avant de saupoudrer de la fleur de sel de Guérande et du piment de Cayenne sur ses plaies purulentes. Enfin, une fois revenue à elle, je l’habillais en lapin de la RATP avant de l’enfermer pour l’éternité dans un wagon de métro d’une ligne circulaire, sans début ni fin, avec pour seuls compagnons le dernier Marc Lévy, le best of de Dick Rivers et un bataillon de cadres moyens affublés de cravates à motifs de dauphins sur fond vert et sentant très fort des aisselles, jusqu’à ce qu’elle me supplie, convulsée sur le sol et les yeux exorbités, de l’achever rapidement, chose que bien sûr je ne faisais pas.

    Mais je dois dire, mon père, que mon emportement était justifié : c’était la cinquième fois de la journée qu’elle me spamait, toute honte bue, avec les reflux gastro-œsophagiens, l’érythème fessier et les selles non moulées de son rejeton, qui s’étalaient pour ainsi dire fièrement sur son mur (et c’était pas beau à voir), en un grand déballage scato-régressif d’une violence insoutenable.

    Alors vous comprenez, j’ai craqué.

    Est-ce que cela fait de moi une mauvaise personne ?

    • Chère soeur,

      Il te suffira simplement de cacher les posts de cette maman… J’en suis moi-même arrivée à « cacher » 5 de mes amies maman que je ne peux supprimer de mon profil pour diverses raisons…

      Autrement je tenais à te dire que ces punitions étaient amplement méritées!

      Va en paix avec l’amour de ton contemporain!

      • N’hésitez pas à ajouter à chaque fois un « comme tout cela est passionnant, vivement la consistance du prochain étron »

        En général, l’ennemi vous ôte bien vite de ses contacts de lui-même.

  26. Cependant, je pense qu’en cassation, les employes risquent serieusement de gagner… Mais ce n’est pas le sujet.

  27. Plus dans le sujet, on peut cracher sur sa boite sur le site de « note ton entreprise » qui est anonyme alors pourquoi prendre un risque??

  28. Ne pas divulguer d’infos, c’est une chose. Forcer tous les abrutis ayant accès à des données pouvant nous appartenir à ne pas les partager, s’en est une autre. Et totalement indépendante de posséder ou non un compte. C’est pas parce qu’une photo ne possède pas un lien vers une page présentant nos mensurations et la composition de notre dernier caca qu’un quidam quelconque tombant dessus par hasard ne peut pas nous reconnaitre. C’est même plus pratique d’avoir un compte, dans ces cas là ; on est au courant de la mise en ligne de l’ignominie, et on peut se rendre en personne au domicile du fautif lui asséner quelques coups avisés à l’aide d’un objet contondant, avant de lui faire retirer avec ses doigts aux ongles arrachés. Elle se promènera toujours en liberté, mais dans le cercle plus restreint de ceux qui ont accès aux BDD de FB (et à ceux qui l’ont copiée entre temps, bien sûr).
    Qu’on ne se méprenne pas : la liberté et l’internationalisme d’internet je trouve ça formidable (pour partager des codes sources, beh) et pouvoir conserver un vague lien avec quelques personnes qu’on ne peut/veut pas voir souvent, ça peut être sympa. Mais que tout un chacun puisse faire ce qu’il veule avec l’image d’autrui, ça me reste en travers de la gorge comme un boa qui essayerait d’avaler une pastèque.

  29. « tels d’audacieux maquisards virtuels », ça m’évoque les propos de « Révolution.com » de No One is Innocent !

    Il est vrai que derrière nos écrans nous ne sommes que des pleutres juste bons à signer des pétitions, mais pour aller manifester et passer aux actes, y a plus personne…

    • Sérieusement je ne partage même pas cet « optimisme » relatif. Les gens ne se bougent même pas pour signer une pétition numérique. C’est tout juste s’ils vont cliquer sur un « I like » de Facebook.

      La liberté commence déjà par internet et ensuite par l’IRL. Si déjà tu es fliqué comme sous Staline dès que tu poses les doigts sur un clavier : tu peux encore sincèrement penser que sans couvert de pseudo et d’anonymisation numérique ta liberté s’en retrouve grandie ?

      Pour citer Dantec in Nomenklatura : nous vivons dans un monde dont on ne s’échappe pas !

  30. Bon, comme je suis d’accord avec l’ensemble des commentaires, passons à deux trois petites choses…

    Pour feesebouc, au départ c’était prévu pour que les légionnaires ne perdent pas contact avec leurs chèvres d’un soir.

    Pour les ingénieurs consultants, bah, yen a des bien. La plupart ne sont pas aussi stupides qu’ils en ont l’air (remarquez, plus stupide, c’est pas possible)

    Le moindre petit pékin (exemple : mes chinois qui tricote dans ma cave) sait régler ses paramètres fessebook.

    Je rejoins surtout le fait que l' »ami » qui a balancé ces collègues est un *?;!:,;*/ de mayrde !!! Cette personne doit etre héritière d’une longue tradition de vendu, et en descendance directe suivant la branche principale dont les patriarchessont Judas et Ponce….

    A cette ami qui vous veut du bien, je lui dit « chapeau l’artiste !!! » en le flagellant avec une botte de céléri

  31. Ne surestimez pas le pouvoir du smiley…

    Est ce qu’un Judas est dissimulé dans mes amis…!?!
    Aaahhh, la paranoïa me gagne, ai-je les compétences d’un ingénieur-expert-conseil en sécurité réseau ?

  32. Je suis un visiteur occasionnel de cet excellent blog que m’a recommandé un mien ami. Visiteur, parce que j’apprécie beaucoup l’humour sardonique, une bonne part de la pensée sous-jacente, et que j’aime à croire parfois que je pourrais moi aussi maintenir un tel niveau de verve aussi régulièrement. (Odieux Connard, vous me détrompez régulièrement sur ce point.) Occasionnel, parce que j’aime lire plusieurs articles d’un coup.
    Histoire de faire chorus, j’abonde dans le sens de l’article et des précédents commentaires sur les dangers de Facebook. Je ne l’utilise moi-même pas, conscient des avantages possibles mais encore plus des problèmes de perte de contrôle de l’information, sans parler de la quantité de temps que ce machin engloutit.

    J’aimerais nuancer certains des commentaires, sur la société orwellienne où nous vivrions. Certes par bien des aspects nous sommes toujours plus exposés; mais quand il s’agit de facebook, dont le but est de montrer des choses à des gens, cela n’a pas beaucoup de sens. Un peu comme écrire son opinion en gros sur la façade de son domicile et s’étonner ensuite qu’elle soit connue de nombreux automobilistes de passage, alors qu’elle était destinée au voisin d’en face uniquement. (Cette comparaison n’a que peu d’intérêt pour le débat.)
    Surtout, c’est peut-être un fond d’optimisme qui parle mais je suis souvent gêné par les cris au Judas et réclamations de pals en place publique qui accompagnent ce genre d’affaire. D’une part, si vous étiez dans cette situation le vilipendé, verriez-vous d’un si mauvais oeil l’ami qui vous dirait (je paraphrase) : « Eh André-Maximilien, fais gaffe quand même, il y a certains de tes employés qui te crachent sévère sur la gueule sur le net »? (Notez le prénom qui dénonce les sales élites franco-françaises)
    Quels que soient les torts des partis, on aime toujours être prévenu que quelqu’un vous bave dessus dans le dos. Devoir d’amitié contre médisance/calomnie, le choix n’est pas évident. D’autant que, renseignements pris, l’humour des trois rebelles tient apparemment bien moins de la gaudriole dans le dos du maître d’école que du dénigrement assez glauque de leurs collègues.(Je ne nie pas l’existence du possible cas de recherche éperdue d’avancement, bien sûr).
    De plus, la dénonciation peut bien souvent prendre la forme, non pas d’un « Cher directeur, je vous signale … signé : un de vos fidèles collaborateurs qui a entendu dire que le poste de responsable de son service se libérait » mais bien plutôt de bouche à oreille à base de « oh qu’est-ce qu’ils vont pas écrire les cons t’as vu pfff » qui finit par tomber dans l’oreille de qui de droit.
    Crier à la délation fait ici le jeu des Jean Moulin si brillamment rhabillés pour l’hiver par ailleurs, et ce serait dommage de leur laisser une échappatoire.

    Ayant lâché un pavé volumineux dans une mare qui n’en avait nul besoin et l’engloutira sans un son, je suis un peu gêné. Mais c’est toute la flagornerie pour M. Odieux qui prend toute la place.

    Au plaisir de continuer à vous lire !

  33. Facebook…
    Mince, au final les « intellectuels » du pays pleuraient sur l’état qui veut ficher ses citoyens, mais c’était sans compter sur leur capacité à être semblables à des icebergs, i.e., 10 fois plus cons que ce que l’on croit percevoir au premier coup d’oeil…
    Ces mêmes intellectuels ont mâché le travail de la DST et DGSE. Et bientôt, les cabinets de recrutement n’auront plus de raison d’être si autant de nazes (pardon, buses) mettent sur leur page de profil FB leurs noms avec une photos d’eux déguisés en kangourous ou en lapin Duracell imbibés de substances diverses (chose que j’ai découverte hier soir à propos de mon principal client actuel…véridique).

    Quelques règles simples pour pouvoir profiter du spectacle « facebook et ses buses » sans tomber dans la spirale infernale de l’auto-délation à l’insu de son plein gré…

    1)ne pas y être en nom propre mais en pseudo
    2) n’accepter que des gens aussi sinistres que soit (ou aller directement au 2bis)si l’on est joueur)
    2Bis)demander à ne pas être tagué sur les photos des copains, notamment lors du dernier enterrement de vie de garçon du cousin machin, quand on s’est retrouvé à poil dans la rue à courir après des mamies
    3)paramètres de sécurité gonflés à bloc (ce qui veut dire bien peu au final…mais c’est déjà cela de pris)
    4)ne pas accepter l’invitation d’Angelina Jolie ou de Shakira, de Brad Pit ou Matt Damon
    5) n’y être que pour donner des nouvelles aux amis de longue date qui sont loin là-bas dans un pays sain et simple, sans intellectuels de la toile défenseurs de la justice des faibles, de la vie privée, et de Vanessa Paradis
    6) ne pas jouer à des jeux et applications à la con
    7) vivre sans facebook. Si si, c’est possible, je donne à titre entièrement gratuit des cures de désintoxication (enfin de « détox » pour faire marketing moderne diététique pour bobos)de réseaux sociaux.

    Thérapie à base de grands coups de latte, et de pied de biche. La marche militaire pieds nus en montagne fait également partie du package (« package » c’est marketing aussi ?)
    Résultats garantis: sevrage complet en moins de deux semaines pour les sujets les plus récalcitrants.
    8) arrêter d’être con (mais ni d’être odieux, ni d’être un connard).

    Au fait, quelqu’un dans l’assistance désire-t-il (elle) sevrer un « ado » ou un « jeune cadre dynamique » ?
    J’ai de nouvelles méthodes à tester.

  34. > chaque personne a 50 amis sur Facebook, un total de 2 500 spectateurs potentiels.

    Certainement pas. Il existe des cercles sociaux très prolifères en interconnections. Typiquement une trentaine de mes amis sont des collègues de travail qui ont probablement en moyenne une vingtaine de ces mêmes collègues de travail en commun. Le nombre total d’amis d’amis est donc considérablement plus bas en moyenne.

    Avec votre approche, puisque ces 50 amis ont 50 amis qui ont 50 amis qui ont 50 amis qui ont 50 amis qui ont 50 amis, on a trouvé 15 625 000 000 comptes facebook, dont je suppose une majorité d’aliens.

  35. C’est aussi le moment où il est bond e se souvenir de ce que disait Kierkegaard

    « Les gens exigent la liberté d’expression pour compenser la liberté de pensée qu’ils préfèrent éviter »

  36. J’aime : C’est constructif, bien écrit, tout à fait odieux et la pointe subliminale de « vous êtes des grosses merdes si vous laissez votre profil Facebook public » est parfaitement mise en avant…

    Je n’aime pas : Les smileys utilisés, on est plus en 1998, la France a fini de gagner la coupe du monde depuis bien longtemps ! Diantre, il y a des smileys actuels vachement plus sympas que cela, et qui pourraient faire changer la décision d’un juge de 88 ans !
    :)

  37. J’aime lol xptdr

    Et puis je suis pas sur Fessebook, alors je peux snober ces gens avec indignation du haut de ma tour d’ivoire.

    (Accessoirement, éviter de 1°) soit se révéler un gros salaud qui conchie toutes ses connaissances dans ses conversations, 2°) soit boire au point de se retrouver à cinq heures du matin à chanter du Carla Bruni avec sa culotte sur la tête, il me semble qu’en dehors de toute question de divulgation publique, cela permettrait de conserver ses amis, tout simplement… peut-être que je me trompe ?)

  38. Ah, je viens de voir votre petite note mon cher. J’ai vu Harry Potter il y a quelques jours et il ne se prête pas vraiment à votre genre de critique, étant fidèle au roman, étoussa, étoussa. Enfin, c’est mon avis.

    • Certes, et aussi mon opinion,
      mais la mauvaise foi de notre bon camarade O.C. passera outre ces arguments tel un char d’assaut chinois traversant un champ de fleurs tibétain^^

      • « c’est aussi mon opinion »

        Désolé, me relire je devrais
        avant de mon commentaire laisser…

  39. Très bel article encore une fois, et tellement vrai…
    Si seulement les crétins qui nous entourent pouvaient arrêter d’être cons (oui en plus d’être crétins : une tare ça va (et encore), deux tares…)

    Mais si je puis me permettre la conjugaison du verbe être dans la phrase ci-dessous ne laisse pas apparaitre de pluriel, contrairement à son sujet et son participe passé.
    « il semblerait que des propos tenus devant 2 500 personnes soit considérés comme publics. »

  40. Pour les sceptiques d’un monde qui ne nous surveillerait pas tout à fait quand même, et de la connerie humaine en général, je vous conseille la vidéo intitulée  » Ma vie à poil sur le net ». Messieurs, n’ouvrez donc pas tout de suite votre braguette, rien de sexuel dans tout ça, quel que soit le nombre de centimètres disponibles.

    http://monq.biz/topflop-top-article-3537-Documentaire++Ma+vie+a+poil+sur+le+web.Q

    Et sinon… Cher Odieux, Connard adoré, je me prosterne à vos pieds, en évitant de réprimer un fort sentiment de jouissance à la lecture de vos articles … mais je ne mettrai pas de petit smiley avec un coeur, j’ai encore des bouts du bisounours/kikoolol que j’ai mangé au petit déj’ entre les dents… désolée !

  41. Oui ahah, ils ont pas bien réglés leurs paramètres de sécurités, rions.

    Oui j’espère que ça enseignera un peu les gens à faire gaffe. (Et puis si vous êtes inquiets et que vous voulez être sûr, créez un groupe secret, et hop.)

    Sauf qu’il y aura très certainement un jour un autre procès du même style, où cette fois les paramètres de sécurités ont été bien réglés, mais où on rappellera que bon « faut pas dire n’importe quoi sur Internet » et donc on donnera encore tort à celui qui a eut le malheur de dire « le patron c un gro gay lol ».

    Bref, j’ai un peu peur que ce procès autorise un peu plus dans la jurisprudence l’autorisation de surveiller les autres.

    (Et puis d’après ce que j’ai pu en lire, c’est UNE des personnes qui avait ses paramètres mal réglé et les autres n’avaient que genre 25 amis. Alors les 2500 hein lol quoi.)

    Oui nos actes ont des conséquences, oui on doit faire gaffe à ce qu’on dit et à où on le dit. Mais cette mesure est-elle bien établie ? Je ne pense pas. (Sérieux les mecs smileys ou pas l’ironie était flagrante hm ? Oh et puis le fait que le message a été vite supprimé prouve également l’intention de nuire, j’avoue)

    Je rejoins Jean Marc Manach en pensant et en espérant que ça n’empêchera pas les gens de dirent ce qu’ils veulent, tout en faisant plus attention.

    Quoi qu’il en soit, l’histoire n’a rien de bien drôle je trouve.

  42. L’Odieux Connard mettrait-il des photos de ses orgies sur Facebook ?…

    Ca laisse rêveur.

    Ou pas.

  43. Admirable. La façon d’écrire, le cynisme et l’ironie dans ton texte… Un régal ! D’autant que je suis tout à fait d’accord avec le contenu ~

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s