Soit dit en passant.

1492, au large des côtes du Nouveau Monde.

« Terre, terre ! »

La vigie s’époumonne du haut de son nid, criant de toutes ses forces ce que plus personne ne veut croire depuis des semaines ; après plusieurs mois de voyages et de désillusions, ce sont des marins épuisés qui émergent doucement des cales en se frottant les yeux pour constater ce qu’il en est : au loin, un trait noir se dessine faiblement dans l’aube orangée. Sur le pont, il y a d’abord un silence, puis quelques discussions chuchotées sur la nature illusoire ou réelle de cette vision. Ce n’est que lorsque la vigie repousse à nouveau son cri et que quelques oiseaux commencent à tourner autour du navire que chacun laisse éclater sa joie : on s’enlace, on saute, on danse et puis…

« Silence les bouffons ! »

On ne pipe plus mot. Le capitaine Djédjé vient d’émerger de sa cabine, et balaie d’un regard noir son équipage ; il relève la ceinture de son jogging en jute et remonte ses chaussettes en soie des Flandres avant de sortir sa longue vue pour scruter l’horizon. Il s’assure aussi que ses deux autres navires, la Tite Meuf et le Tapin, n’ont pas disparu durant la nuit et encadrent bien sa nef, la Maria la Biatch. Oui, toute sa petite escadre est bien là et file dans le jour qui se lève vers les Indes. Ou ainsi le croit Djédjé, qui mandaté par Isabelle de Castille, tente de rejoindre le Levant par le Ponant à la tête d’une flotille issue des plus beaux ateliers de Pimp my caravelle.

Le tuning sur caravelle est longtemps resté réservé à une élite.

« Vas-y bâtard la vigie qu’esse tu dis ?
- Bin y a d’la terre en face cousin !
- Hé mais vas y, c’est les Indes ou c’est pas les Indes ?
- Ho, c’est pas marqué gros ! T’as qu’à monter, quoi !
- J’te fuck ta mère. Style je monte. Sale tepu »
O

Laissant les navires se rapprocher de la côte, le capitaine Djédjé fait descendre à l’eau un canot pour lui et une poignée de ses meilleurs hommes (Momo, Samy, Djo et le p’tit nerveux de la cage d’escalier B du bâtiment 4) afin d’accoster cette terre promise ; quelques heures plus tard, il plantera le drapeau de la Castille dans le sable humide d’une côte nouvelle inconnue et qu’il baptise prestement du nom de l’un des grands européens qui ont fait l’Histoire :

Santa Bubba

Que serait le Nouveau Monde si celui-ci avait été découvert par des racailles ? Sans trop vouloir m’avancer, on peut imaginer qu’il s’agirait d’un continent où tout le monde se tutoierait et où seuls les plus forts survivraient ; on s’y agresserait pour un oui ou pour un non en utilisant quantité de jurons, même pour demander l’heure, et on se pourrirait la gueule à volo toute la journée. Sitôt que quelqu’un dirait quelque chose, on viendrait l’emmerder pour voir comment il réagit, et à l’aide d’un savant mélange de provoc’ gratuite, d’insultes et de cris sur la liberté d’expression, on discuterait de sujets fascinants en prenant des poses de simili-rebelles comme envoyer péter tout ce qui ressemble à une intrusion de la loi dans notre espace, et rentrer chez autrui pour essayer de déféquer sur son tapis serait monnaie courante.

En fait, on pourrait appeler ce monde internet.

Alors évidemment, si vous dites cela au geek, nerdz ou je ne sais quelle créature de l’enfer moyenne, vous devriez avoir droit à quelques cris scandalisés expliquant qu’ils n’ont rien à voir avec cette part de la population qui non seulement a des goûts de merde en matière d’habillage (le jogging est souvent pour l’internaute une tenue porteuse de souvenirs douloureux en cours de sport) et de décoration (ha, les posters de rappeurs !), mais en plus fait preuve d’agressivité gratuite et d’un manque d’éducation frappant.

Dans le même temps, le cosplay est objectivement tout aussi ridicule que n’importe quel jogging fluo (se déguiser en sportif ou en San Goku, chacun sa croix), les figurines en résine de Matrix ou d’écolières de manga, c’est aussi une vision de la déco très personnelle, et l’agressivité et le manque d’éducation… je crois que nous allons devoir résonner par l’exemple.

Une rue de Lyon, un mercredi matin, deux porteurs de tenue d’entrainement de l’OL dissertent tranquillement, appuyés contre le mur d’une petite boulangerie.

« Vas-y mec, t’as pas une garetteci ?
- Qu’esse tu me dis baltringue ? Va t’en acheter !
- Vas y moi j’ai pas fait ma tepu l’aut’ jour !
- Ouais mais c’est moi qu’avait payé le ciné pour Le Transporteur. Alors c’est bon quoi, tu vois.
- C’tait un film de merde. C’toi qui m’doit des tafs.
- ‘Tain mais tu m’fais iech’, j’me casse bouffon ! »
O

Le goût des tatouages de gang moche progresse aussi

Le même jour, sur un quelconque forum.

« Bonjour, ou y a til un lien pour DL Naruto ? (GoRaN_gOrAn)
- DTC LOL ! (Foultrain43)
- Trop MDR. S’est bon j’ai filer les lien pour Evangélion l’autre joure qu’ent’en avai besoin.
- Ouais mais Evangélion c’est pas d’la merde comme Naruto.
- TU PARLE PAS COMME SA DE NARUTO §§§ SA DECHIRE §§§§
- Mais LOL quoi ! J’me casse !
E

En effet, dans un cas comme dans l’autre, on a un français approximatif, on se tutoie à foison (bon, là les gens se connaissent un peu, mais sur internet, le vouvoiement est une langue étrangère) et on s’insulte pour un oui ou pour un non (tout comme la racaille ne considère pas « baltringue » ou « bouffon » comme une insulte, l’internaute considère « Dans ton cul » comme une formule de bon aloi). Les formules de politesse, là aussi, sont considérées comme des outils de répression de la société sur la libre expression des… tiens, si nous parlions justement des points communs entre ces deux espèces face à la loi ?

Prenons un sympathique internaute qui décide de s’instruire en regardant le 20h de TF1 alors qu’il mange une délicieuse assiette de raviolis en conserve. Qu’apprend t-il ? Que de vilaines racailles ont caillassé un véhicule de la maréchaussée alors que ceux-ci se rendaient dans une cité chaude, « zone de non-droit« . « Nom d’un Kakashi ! » s’exclame le téléspectateur sous le coup de l’émotion ; il lui faut aussitôt aller sur internet pour converser avec ses amis de cette situation honteuse, et s’insurger contre ces « zones de non-droit » dans leur propre pays !

Hélas, alors que notre internaute cherche quelques informations sur le sujet à l’aide de son moteur de recherche préféré, il découvre que…cornegidouille ! Une loi qui lutterait contre le téléchargement illégal ? Mais qu’est-ce que ce scandale ? Internet est une zone de liberté, non à la loi fasciste ! Pour un peu, l’internaute furax lapiderait les députés responsables à coups de souris.

Oui, l’internaute trouve que c’est dégueulasse, toutes ces racailles qui violent la loi (et risquent de voler leur Iphone à la sortie du RER), mais que la violer pour télécharger la dernière saison de Heroes, c’est tout de même bien normal.

Et encore, je ne vous parle pas des trolls, sorte d’agresseurs virtuels à la provocation facile dont le seul but est de chercher l’affrontement, ni des commentateurs qui estiment que venir chier en plein milieu de chez autrui n’est pas spécialement bien élevé. Pourtant, là encore, les points communs sont nombreux ; ce n’est que dans la sémantique que l’on retrouve de mineures différences.

Alors oui, geeks, nerdz, racailles & co : même combat.

Les bagouzes immondes de 10kgs semblent fasciner les deux camps

Merci donc de comprendre que lorsque l’on a pas spécialement un goût particulier pour les casquettes à l’envers, les sweats à capuche, les jogging et les chaussettes qui remontent jusqu’au genou, on peut se permettre de vouvoyer les gens.

Moi si je le fais, c’est juste parce que je vous méprise. C’est très différent.

53 réponses à “Soit dit en passant.

  1. Beware!! Le mépris mène au Côté Osbcur de la Force (vous savez, celle qui permet aux femmes de faire des bébés toutes seules). Tiens à propos, serait-il fou de notre part d’espérer la suite des folles aventures de Papy Lucas revues et corrigées par notre Camarade 0.C. ? Ou plus clairement:
    « Oh,z’y va, fais pas ta tepu, ‘aboul la chronik’, ta mère!!! »
    D’avance merci ;)

    • Et je me permets de répéter ma collègue Souris: ce sont des boutons de manchette, non des bagues (soyez heureux messieurs, pour une fois que c’est pour vous!)

      • Je me rends, je me rends… je… oui, ce sont des boutons de manchette. Mais pourquoi ne ferait on pas des bagues comme cela d’abord, hein ? Ho ? D’abord !

  2. « on se pourrirait la gueule à volo toute la journée ».

    Je ne vois pas ce que « veau-l’eau » vient faire là-dedans, ou bien je n’ai rien compris.

    Sinon, la comparaison est tout de même rapide, je ne veux pas lancer un grand débat mais je ne suis pas spécialement d’accord. Enfin bon. Article agréable tout de même.

    • Je m’étais aussi posé la question du « volo/vau-l’eau ». Je penche plutôt pour un « volonté » tronqué.

  3. une petite précision en passant, sur la dernière photo, il s’agit de boutons de manchette et non de bague.
    sinon, une petite blague sur le téléchargement illégal, dans une série bien geek, IT Crowd :

  4. Comme je suis d’une bétise crasse qui n’a d’égale que mon manque total de culture, j’ai pas très bien saisi le message vers la fin…

    Si on aime pas le style jogging-bleu-pastel-à-une-jambe-retrousée on peut vouvoyer les gens sur internet ?
    Ou pas ?

    Une note fort décousue donc pour le coup.

    D’ailleurs (j’aime vous reprendre, troll que je suis) la description faite n’est pas celle de geeks mais de ces ¤*µ£@# de kévins de merde.
    Moi je les appelle d’ailleurs des « K12AID2J ».
    Kevin, douze Ans, Internet Depuis deux Jours.

    Un narutard est il un kevin ? Je ne saurais le dire, mais en tout cas ça y ressemble.
    Plus qu’à un geek.

    • La note finale contient une négation, donc. Vêtu de ma redingote et éduqué comme il se doit, je vouvoie.

      Après, séparer le grain geek de l’ivraie narutard… je ne saurais le faire, voyez vous. Mais pour reprendre les métaphores agricoles de Notre Seigneur, autant mettre de bons coups de fléau dans le tas.

  5. Critique un peu facile, mais toujours drôle.
    Toujours est-il que les geeks (de mon point de vue) ne critiquent pas HADOPI parce que ça va mes empêcher de pirater (au contraire, ça ne détecte que les échanges p2p, et la plupart des gens utilisent maintenant des sites de ddl… En plus, le véritable geek trouvera un contournement) mais bien parce qu’elle est innefficace, coûteuse et peu respectueuse de la présomption d’innocence (l’accusé doit présenter les preuves de son innocence)… Et je ne parle pas de l’ACTA (négociatiosn secrètes entre puissances mondiales pour le contrôle d’Internet) ou de la LOPPSI (qui met en place, sous le prétexte de la surveillance des sites pédophiles des outils pour le filtrage d’Internet).

    Après, il est évident qu’Internet n’est pas un lieu très bien fréquenté et qu’en général la politesse n’y est pas de mise. Toutefois, on se pose des questions quand on voit que certains débats de l’Assemblée Nationale ressemblent fort à une foire d’empoigne…

    Respectueuesement vôtre, un ami qui vous veut du bien !

    • J’ai souvenir d’un ancien responsable de mon ex-fac de médecine étant venu nous réprimander par rapport au caractère bordélique des exactions commises en amphi, et se gaussant de l’immaturité des responsables. Je garde précieusement enfouie dans ma mémoire la tête qu’il fit lorsqu’un redoublant à l’esprit plus vif que la moyenne eut la bonne idée de hurler que nous jouions à recréer l’Assemblée Nationale (l’absentéisme en moins, mais ça il ne l’a pas précisé).

      • Haha moi même redoublant il m’arrive souvent de comparer cette institution à notre amphithéatre de barges, ce qui en y réfléchissant est assez terrifiant

      • Eût-il eu de la répartie qu’il vous aurait rétorqué que vous ne pourriez vous permettre ce genre de chose que lorsque vous auriez atteint le même niveau de salaire qu’un député.

        Typhon

  6. Il y a quoi à la fin de « vous » ?
    Un « v » ?
    Non ?
    Alors on parle français, et on dit aux crétins qu’on les voussoie.

    • Les deux sont acceptés. Mais voussoyer est plus pédant, vous avez raison, je l’adopte.

      • C’est plus laid que pédant, et ça procède d’une fausse logique selon laquelle la dernière lettre de « tu » est un t.

        Mais vous faites comme vous voulez.

        Typhon

      • L’utiliser de temps à autres ne peut pas faire de mal ; la pédance n’a pas besoin de logique, juste de curiosités à présenter à autrui, fussent elles tronquées.

      • Je réviserai mon orthographerie du mot à l’occasionce.

  7. Merci à vous pour cet article aux vertues insoupçonnées pour les zygomatiques. Ca fait un bien fou après une longue journée de travail.

  8. Connard, c’est la fin, tu détends les gens après leur journée de travail comme un vulgaire Elie Semoun* ! Déjà fini le temps où tu les détendais à coup de barre à mine?

    Réaction au commentaire précédent qui va très bien avec la qualité de cet article largement en dessous de tout ce que j’avais lu et apprécié jusqu’ici. Clichés inexacts agglomérés par facilité d’écriture (effectivement le Kévin ou kikoulol n’est pas un Geek). Attention à la Guycarlarisation, c’est en glissant comme ça qu’on devient scénariste de Cyprien.

    Heureusement que tu me méprises encore à la fin. j’ai cru notre amour fini l’espace d’un instant.

    Prends soin de vous. J’t’adore Connard.

    * Ou kakou c’est pareil

  9. « on peut imaginer qu’il s’agirait d’un continent où tout le monde se tutoierait et où seuls les plus forts survivraient »

    C’est déjà le cas, non ? Et les EUA sont un pays où le port du survêtement est plus poussé que chez nous.

    J’ai beaucoup ri.

    • « Que serait le Nouveau Monde si celui-ci avait été découvert par des racailles ? »

      Ben, il serait le Nouveau Monde. Le Nouveau monde A été découvert par des racailles. Des barbabres, des pillards incultes et sans scrupule, qui ont fait tomber des civilisations millénaires en un crachat de bâton de feu, qui ont tenté de réduire à l’esclavage la fraction de la population du Nouveau monde qui n’était pas mourante d’une épidémie importée, avant d’importer aussi des esclaves d’un autre continent.

      Patriotisme oblige, je me dois de dire que nous, les Français, avons été parmi les moins brutaux.

      Typhon

      • Je m’attendais presque à un « Je vous demande pardon » à la fin de cette envolée lyrique. Cela aurait été Royal.

        Sournoisement vôtre,
        Le Poussiéreux

  10. Notons ce drôle de mot-clé, ou indexation, ou encore ce que ces fameux « geeks » appellent « tags » et qu’ils pensent avoir inventé, et qui figure dans l’entête de votre article : ‘Zemmour’.

    Alors, peut-être mon entendement ne m’a-t-il fait défaut pour saisir la pertinence de sa présence dans les métadonnées de votre billet, peut-être ai-je mal lu et celui-ci parlerait en fait du dit Zemmour…?
    … Ou peut-être avez-vous profité -bassement, vous n’êtes pas odieux connard pour rien- d’une polémique passagère sur ce personnage pour tenter de vous y associer indirectement et « faire du buzz » ?

    Mais aussitôt je me mords la langue ! Comment ! J’ai osé douter ! Alors même que figure le « tag » « Nethiquette » dans ces mêmes métadonnées…

    Je me flagelle donc en attendant d’avoir peut-être le plaisir d’avoir une réponse enthousiaste !

    Sournoisement vôtre,
    Le Poussiéreux

  11. Après avoir compris que « Geek », ici, était à entendre comme « victime technophile » (sorte de fashion victim avec un iPhone) le texte est devenu beaucoup plus lisible. Il est devenu même compréhensible, en effet, que ferez un Geek avec ce genre de bouton de manchette ?

    Parce que les geeks portent le même T-Shirt depuis 10 ans ; un qu’ils se sont offerts à l’occasion d’un concert de Hard rock ; un qui les définis, le sous-titre de leur vie !

    J’espère que les geeks (les vrais) feront la même gymnastique que moi et ne prendront pas pour eux une telle saillie.
    Dans le cas contraire, je souhaite leur rappeler qu’ils s’expriment dans un français correct et audible par toutes les générations depuis longtemps ; qu’ils connaissent Naruto (de nom) parce qu’ils feuilletaient des mangas bien avant que les animés ne soient licenciés par ABproduction ; qu’ils auraient su qu' »un grand pouvoir implique de grandes responsabilités » quand bien même Sam Raimi ne fusse pas réalisateur.

    Par contre, je n’ai pas compris la phrase suivante :
    « geeks, nerdz, racailles & co : même combat. »
    Si comme je l’ai traduit « techno-vitim, nerdz, racailles & co : même combat. », que diable viennent foutre les Nerdz ici ?
    Les Nerdz sont aux Geeks (les vrais) ce que les Hellénistes sont aux Littéraires !
    (En bref, t’y comprends rien si t’es pas un minimum initié)

    • Le terme Geek n’a jamais eu le moindre sens en français. Tout ça c’est des conneries. Ça vient d’une mauvaise traduction de computer geek. Depuis, le mot a perdu tout sens en anglais aussi. C’est à peu près comme utiliser le mot « rock » pour parler de musique. Ça ne veut plus rien dire, c’est une espèce de néant descriptif très utile quand on veut atteindre la vacuité absolue dans ses propos, le nirvana du discours, l’apogée de la merde.

      Typhon

      • « vacuité absolue dans ses propos » suffisait, il me semble, pour traduire votre pensée.
        En fait, j’ai l’impression de lire, à travers vos commentaires, M. Typhon, quelqu’un qui aime s’écouter parler et donner des leçons. Ajoutez une légère tendance de gauche, beaucoup de temps pour lâcher vos forts pertinentes remarques, un zeste de condescendance et d’esprit catégorique…
        Je serais tenté de parier que c’est l’Education Nationale qui remplit votre auge.

        Sournoisement vôtre,
        Le Poussiéreux

      • « quelqu’un qui aime s’écouter parler et donner des leçons »

        Ce n’est pas faux.

        « Ajoutez une légère tendance de gauche »

        Ça par contre, c’est l’expression ridicule d’un préjugé idiot. Je me demande bien ce qui peut vous faire penser ça.

        « beaucoup de temps pour lâcher vos forts pertinentes remarques, »

        Mes remarques sont pertinentes ? Merci, merci.

        « un zeste de condescendance et d’esprit catégorique… »

        Connerie. Si j’ai dit quelque chose de faux, dites moi quoi et où, je verrais bien ce qu’il en est, et s’ils s’avère que vos reproches sont fondés, le débat sera clos.

        Sinon, vos critiques sur ma manière d’écrire, vous vous les carrez.

        « Je serais tenté de parier que c’est l’Education Nationale qui remplit votre auge.»

        AH AH AH. Mais non. Vous avez l’âme rongée par les préjugés comme un cancer. Cherchez vous la chimio de l’esprit, vous ne pourriez être plus éloigné de la vérité.

        Typhon

      • Mes excuses, cher M. Typhon, au moins en ce qui concerne votre profession : vous admettrez néanmoins que le ton que j’avais employé était celui -légèrement ironique- de la supposition.
        Mais je ne retire rien de tout ce que j’ai dit précédemment, puisque vous en admettez une partie, d’une part ; pour le reste, je ne vois pas en quoi la véracité d’un propos vient interférer avec la condescendance ou le ton catégorique sur lequel on l’assène.
        A moins, peut-être (ou serais-je ENCORE en train de me fourvoyer ? cela m’arrive tellement, en ce moment), que vous ne considériez vos avis et positionnements comme des vérités ? Cela expliquerait cette impression pénible de condescendance et de ton professoral, vous pensez ?
        Et finalement les prémices, s’ils étaient corrects, ne m’ont pas amenés aux bonnes supposition pour votre profession. Journaliste ? (pitié, dites non ;) )
        Mais j’avoue que faire une bonne hypothèse à l’emporte-pièce (qui reste toujours plus délicate que les coups de massue partisans de chacun de vos commentaires) m’a fait plaisir, surtout si je peux égratigner un prof ou deux au passage !

        Sournoisement vôtre,
        Le Poussiéreux

      • « je ne vois pas en quoi la véracité d’un propos vient interférer avec la condescendance ou le ton catégorique sur lequel on l’assène. »

        Vous prenez le problème à l’envers. Dans un débat, ce sont les idées qui sont importantes, pas le ton sur lequel elles sont émises. Si mes idées vous semblent contestables pour X raison, dites le.

        Si tout ce que vous trouvez à dire, c’est que le ton que j’utilise est mauvais, méprisant, etc… Sachez que je parle comme je veux, que je suis désagréable et condescendant comme je l’entend, et que si vous voulez recevoir des fleurs et des poutous, je me demande bien ce que vous fabriquez sur le blog d’un Odieux Connard.

        Et non, vos suppositions à l’emporte pièce n’ont rien de « délicat ». Je ne m’aventurerai pas à tenter de savoir si elles le sont plus que mes commentaires, on est mauvais juge de sa propre prose, mais le fait est que vous n’êtes pas délicat.

        En fait, je trouve profondément insultant, blessant même, qu’on puisse supposer que je suis un journaliste, et de gauche, en plus.

        Typhon

      • « Journaliste » et « de gauche » ne sont-ils pas synonymes, ou presque, de nos jours ?

    • Hélas, je ne saurais faire de distinction entre toutes ces choses. Quitte à érafler la « Fierté Geek » ; à quand une « Geek Pride » justement dans les rues de Paris ?

    • Désolé, mais ce genre de fautes m’irrite profondément:

      « … que ferez un Geek …. »

      Que ferez… Bon sang…

  12. Bonjour,

    j’avoue je n’ai pas tout lu, donc si y a de la redite ne m’en voulez pas.

    On peut faire une comparaison geek racaille,
    mais encore faudrait il bien définir le geek.

    Parce que personnellement, je ne met pas dans le meme sac les geeks avec les petit kevins (ou autres kikoo lol) qui viennent polluer les forums, d’ailleurs etre geek ne signifie pas être nécessairement fan du japon.

    Mais bon, admettons.

    Mais on reconnaitra quand même que la vision du geek énoncé reste moins nocive que la racaille (j’ai reçu quelques coup de poing dans la tête d’une des deux catégorie juste parce que moi et ma copine on ne s’habille pas comme eux, devinez laquelle…).

    La comparaison avec le cosplay est délirante ! En effet, la racaille moyenne porte son jogging en permanence, alors que le cosplay, c’est une occasion ponctuelle et bon enfant de faire un peu de spectacle (Il doit surement avoir un ou deux allumés pour l’être en permanence, c’est comme partout)

    Non pas que je considère l’un plus valable que l’autre, moi personnellement je style un peu metalleux,c’est juste qu’on ne compare pas ce qui n’est pas comparable (c’est comme si je disais que les alsacien portent leur tenues ridicule tout les jour…)

    Et puis ceux qui râlent contre la loi adopi, ce n’est pas seulement les geek, c’est tout eux qui telechargent (et il ne suffit pas de faire du p2p pour être geek quand même ?!) et aussi ceux qui pensent que c’est mieux de regarder du pron sur le net, sans se dire que la maréchaussée sait…heu…vous voyez !

    Je sais bien que tout ca n’est pas trop sérieux, mais bon, quand même ^^

    • Les geeks ne tabassent pas les gens, c’est vrai ; il n’y a pas encore de muscles disponibles sur l’Apple Store pour ce faire.

  13. >>Typhon

    Je pense que vous avez raison, mais je pense aussi que vous êtes impardonnable pour tomber dans un piège enorme d’un trolleur agressif.
    (c’est simple il cherche a vous faire chier avec absolument n’importe quoi, notament les raccourci débile « vous êtes de gauche, ah je vois  » )

  14. Bien le bonsoir,

    Une fois n’est pas coutume, je me permets de rebondir sur le sujet, et de manière parfaitement non constructive qui plus est. Comme l’a si bien dit Hanabi, l’espèce ici décrite n’est absolument pas celle des geeks, mais plutôt des Kevins.

    Passons toutefois cet amalgame douteux, et parlons des nerd. A mon sens, ils sont l’opposé de ce que vous décrivez : la plupart sont non violents, extrêmement cultivés, et très capables dans le domaine linguistique.

    Moo, défenseur de la veuve et du nerd.

    Ps : au risque de passer pour un fanboy, j’adore votre blog.

  15. Aie aie aie, le Capitole est décidément bien proche de la Roche Tarpéienne ! J’ai découvert cet odieux blog à l’occasion de votre billet sur ce fabuleux site qu’est mademoisellefaitcentrale, et j’ai depuis peu à peu parcouru vos articles pour me régaler d’une prose agréable au service d’un jugement fin et politiquement incorrect. Un régal. Bon, je range néanmoins mon éponge dégoulinante pour y aller de ma (vaine j’en conviens, vous n’êtes pas odieux pour rien) petite critique.

    A mon humble avis ce billet-ci est complètement raté.
    Pourquoi ?

    Parce que vous ne savez pas de quoi vous voulez parler. Vous exprimez tout à la fois votre mépris des Kevins, des Fanboys, des Ottakus, des « téléchargeurs » (zut, pas d’anglicisme pour les décrire ceux-là) et des trolleurs en tout genre en les rassemblant sous la bannière des geeks, un peu comme si vous vouliez critiquer un mythique européen qui rassemblerait en lui toutes les spécificités de chaque nation du vieux continent.

    Il y a beaucoup à dire sur toutes les catégories sus-nommées (en y rajoutant même les fameux nerds à qui vous faites allusion mais que vous ne décrivez finalement jamais), mais il faudrait cependant les cibler et être sûr du propos, afin de ne pas partir dans tous les sens.

    Pire, votre odieux cerveau semble s’être mis en veille lorsque vous trébuchez sur la si glissante comparaison web/vie réelle, en allant même jusqu’à dépasser l’amalgame téléchargement/vol pour vous rendre directement à une stratosphérique analogie entre ce téléchargement illégal et des agressions physiques. A utiliser de pareils parallèles, vous vous transformez presque en un de ces trolls que vous pourfendez. Attention !

    Un billet franchement raté donc, c’est dommage. Enfin l’enfer est parait-il pavé de bonnes intentions.

  16. Cher vieux con, s’il est vrai que les raccourcis et amalgames peuvent êtres faciles, peut importe, en fin de compte, les différences (réelles) entre geek, no life, ottaku, nerd, etc. tant qu’il y a de la joie dans l’odieuserie !

    (D’autant plus que je me place dans la première catégorie…)

  17. Mieux vaut tard que jamais, je m’ajoute à la masse grondante et clame mon indignation face à la piètre qualité de ce billet qui, effectivement, confond tout et tout déforme.
    Encore votre précédent billet sur les geeks était, bien que vacillant en bien des points, emprûnt d’une acuité à contre-courant qui le rendait presque bon, autant dans celui-ci, rien n’est à sauver.
    D’autres ayant déjà mâché le travail dans les commentaires, je ne m’étendrai pas sur l’argumentation.

    Je n’en suis qu’à la page 6 en partant de la fin, je ne peux donc qu’espérer que vous avez réparé ces fautes par la suite. Et que vous êtes conscient qu’être un Odieux Connard ne justifie pas de se laisser aller dans la critique, certes facile, mais également erronée et ignorante. Ce serait fort dommageable.

  18. Bonjour!

    Cher OC (permets tu que je te sigle, preuve de sympathie spontanée pour ce cher duo que sont ta mauvaise foi et toi – car tutoiement, nous sommes sur internet, voyons, et je suis un « bad – ass »!)

    Tout d’abord, merci pour ces bonnes tranches de rigolade, que je prend par paquet de dix, jusqu’à frôler l’indigestion. J’ai découvert ton site il n’y a que fort peu, et, dans l’attente nerveuse et fébrile de tes nouveaux articles, je me délecte de tes anciens, dont la date de péremption est loin d’être prononcée.

    Mais foin de métaphore culinaire (j’ai bien dis culinaire, petits pervers), mon premier message sur ton blog est un message de pinailleur (en un mot, petits pervers) :

    Bien que vos raisonnements soit tintant et percutants, on ne « résonne » pas, mais on raisonne!

    A bon entendeur!

    PS : je me suis rendu compte qu’un prédécesseur vous avez déjà fait la remarque, rendant mon message un peu caduc, mais comme je souhaite toutefois laisser un message, je l’envoie tout de même!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s